Version classiqueVersion mobile

En finir avec la guerre froide

 | 
Nicolas Badalassi

Chapitre II. La CSCE, pierre angulaire de la politique européenne de la France

Texte intégral

1Le mois de décembre 1969 correspond à une période riche en rencontres multilatérales dont les décisions ont des conséquences majeures pour les années qui suivent. Les 1er et 2 décembre, la conférence des Six de la Communauté européenne à La Haye ouvre la voie aux adhésions britannique, irlandaise, danoise et norvégienne, à l’Union économique et monétaire (UEM) et à la Coopération politique européenne (CPE). Les 3 et 4 décembre, les dirigeants du pacte de Varsovie réunis à Moscou se satisfont de l’évolution des questions européennes dans les derniers mois de 1969, notamment du chemin parcouru par le projet de conférence paneuropéenne et de l’arrivée au pouvoir de Brandt qui traduit, selon le communiqué final, « les changements qui ont lieu parmi une partie de l’opinion de la RFA ». Enfin, les 4 et 5 décembre, à Bruxelles, la session ministérielle du Conseil de l’Atlantique nord pose les conditions à l’ouverture de négociations multilatérales visant à préparer le terrain d’une CSE.

  • 1 Entretiens avec Paul Poudade et François Plaisant, décembre 2008.
  • 2 Discours de Maurice Schumann devant l’Assemblée générale des Nations unies, 28 septembre 1971, in L (...)

2Il est désormais clair que, si la conférence paneuropéenne doit être organisée, les États-Unis et le Canada y participeront et qu’elle devra traiter de la sécurité et de la coopération entre États. S’impose ainsi, entre décembre 1969 et l’automne 1970, le terme de CSCE. D’après certains diplomates, Jacques Andréani a largement contribué à rendre automatique l’adjonction du deuxième « C1 ». En septembre 1971, devant l’Assemblée générale des Nations unies, Maurice Schumann insiste pour que l’histoire retienne le nom de Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe : « en Europe », et non pas « européenne », car « la place de deux grands pays de l’Amérique du Nord doit y être marquée » ; « Sécurité et Coopération » car il importe que ces deux notions soient « complémentaires et indissociables2 ».

3Pour la France, la CSCE doit se traduire par un vrai développement des échanges de toute nature, de part et d’autre du rideau de fer : il s’agit de ne pas se limiter au cadre strictement diplomatique et d’aboutir à des résultats concrets, dans la droite ligne de la politique de détente initiée par de Gaulle. Les Français estiment que le relâchement des tensions Est-Ouest ne doit pas bénéficier seulement aux États, mais également aux individus, par le biais de l’amélioration des relations économiques, culturelles et humaines entre les peuples. Le second « C » de CSCE est le reflet de cette volonté.

4Du point de vue français, les enjeux de la période qui s’étend des rencontres occidentales de décembre 1969 au début de la discussion multilatérale sur l’ordre du jour de la conférence en janvier 1973 sont nombreux. La position internationale de la France repose sur un équilibre fragile issu de l’ère gaullienne mais que le président Pompidou cherche à consolider via la CSCE. La conférence est ainsi sciemment utilisée pour servir la volonté de la France de demeurer une puissance, moyenne certes, mais qui compte sur l’échiquier européen et mondial : elle est, aux yeux des Français, le ciment du dialogue franco-soviétique au début des années 1970, le meilleur moyen de permettre aux satellites d’exprimer leur point de vue, un instrument de canalisation de l’Ostpolitik, le remède paneuropéen au condominium entre les deux Grands et à la frustration française de ne plus mener la détente à l’Ouest et un terrain d’expérimentation pour la CPE. En outre, sa tenue est subordonnée à l’accord quadripartite sur Berlin et, pour les partenaires atlantiques de la France, à l’ouverture de négociations sur la réduction mutuelle et équilibrée des forces. La CSCE est donc au cœur des enjeux Est-Ouest durant la première moitié de la décennie 1970, à un moment où la détente semble solidement instaurée et donne l’impression d’un foisonnement diplomatique exceptionnel du fait de la volonté de chaque pays européen de ne pas rester à l’écart du rapprochement Est-Ouest.

L’ère des préalables, ou les oscillations françaises

  • 3 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, op. cit., p. 61.

5L’idée de Schumann consistant à établir une liaison claire entre des progrès dans le dialogue interallemand et la préparation multilatérale de la CSCE est adoptée par l’Alliance atlantique dès la réunion ministérielle de décembre 1969. Les initiatives de l’Est ont porté leurs fruits : l’Alliance envisage toutes les possibilités constructives pour assainir le climat européen, y compris une conférence générale sur la sécurité. Néanmoins, la déclaration de décembre reconnaît que cela ne peut être efficace que si les pays du pacte de Varsovie acceptent de porter les négociations sur trois thèmes fondamentaux : le contrôle des armements et le désarmement, l’Allemagne et Berlin, les échanges économiques, techniques et culturels. Le gouvernement français s’associe à cette déclaration sans pour autant souscrire aux paragraphes 6 et 7 sur les aspects militaires de la détente. Il s’agit de ne pas provoquer l’URSS, de refuser le dialogue de « bloc à bloc » et d’écarter un système qui discriminerait les États situés dans la zone à armements limités3.

La France, l’Ostpolitik et la CSCE

  • 4 Entretien avec Jean Klein, 12 février 2009.

6Malgré les importantes avancées de l’année 1969, à la veille de 1970 les avis restent partagés quant à l’utilité de la CSCE, tant au Quai d’Orsay que dans l’entourage du président de la République. Michel Jobert, secrétaire général de l’Élysée, se montre méfiant face à l’initiative soviétique4. Pour lui, le risque est de consacrer la division de l’Europe sans rien obtenir en contrepartie. C’est justement ce que souhaite éviter Jacques Andréani en insistant sur l’inclusion des échanges culturels dans l’ordre du jour de la future CSCE. Maurice Schumann, quant à lui, ne cache pas son attirance pour le projet mais demeure très attaché au préalable berlinois. Finalement, celui qui laisse entrevoir l’attitude la plus favorable à l’idée soviétique est le président Pompidou en personne.

7Le 6 janvier 1970, il indique à Jean de Lipkowski qu’il juge encore trop dures les positions prises par le Quai d’Orsay à l’égard de la CSCE :

  • 5 Entretien Pompidou/Lipkowski, 6 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 1041. Otan, Est-Ouest. 1969-1974.

« Nous donnons en effet aux Soviétiques l’impression d’être plus durs que les États-Unis en ce qui concerne le principe de cette conférence. Nous avons beau dire aux Russes que nous sommes pour, nos réserves ne les abusent pas. Nous risquons d’être les dindons et de nous trouver isolés. Il faut, par conséquent, nous montrer plus positifs tout en essayant d’obtenir certains avantages des Russes avant la tenue de la Conférence5. »

  • 6 Entretien Pompidou/Brandt, 6 juillet 1971, Bonn. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

8De fait, sous l’influence du président, Paris devient entre janvier 1970 et juillet 1971 l’un des principaux promoteurs du projet à l’Ouest, adoptant une « position en flèche » dont peut se vanter Pompidou6.

  • 7 Entretien Pompidou/Rogers, 8 décembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.

9Ce dernier pense en effet que les Occidentaux ne peuvent plus dire non à la conférence dans la mesure où, partout en Europe, elle « gagne en popularité ». Il ne veut pas que la France soit « considérée comme un vilain ». L’essentiel, à ses yeux, est de reprendre la main et d’en faire une initiative commune. On perçoit ici le rôle qu’il entend donner à la CPE dans la préparation de la CSCE. Il fait ainsi comprendre au secrétaire d’État américain William Rogers que les Européens n’attendront pas l’aval des États-Unis pour s’engager dans les discussions multilatérales7.

10Cinq raisons immédiates conduisent Pompidou à soutenir davantage la CSCE : le désir français de ne pas s’isoler des partenaires qui l’ont déjà acceptée, l’attitude des satellites de l’URSS, la nécessité de maintenir le dialogue avec Moscou, celle de permettre aux Européens de s’exprimer en dehors des blocs et l’Ostpolitik. En bref, la CSCE apparaît comme le prolongement logique de la politique gaullienne de détente : la France doit maintenir son influence politique en Europe occidentale ; elle doit favoriser les velléités d’autonomie des pays de l’Est en les encourageant à se détacher des positions soviétiques comme elle-même se détache des conceptions américaines ; elle doit en même temps préserver sa relation privilégiée avec l’URSS, même si Moscou s’intéresse davantage à l’amélioration de ses rapports avec Bonn et Washington ; enfin, la France doit protéger son droit de regard sur l’évolution de la question allemande.

  • 8 Ibid.
  • 9 Entretien Pompidou/Ceausescu, 15 juin 1970. AN, 5 AG 2 111. Roumanie. 1969-1972.
  • 10 Entretien Schumann/Watson, 13 septembre 1971, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 50.

11La méfiance américaine et, à l’inverse, la position favorable de quasiment tous les pays d’Europe à l’égard de la CSCE constituent, pour Pompidou, une chance à saisir : pour la première fois depuis longtemps, les Européens, qu’ils soient de l’Est ou de l’Ouest, peuvent s’accorder sur les modalités de la sécurité et de la coopération au sein de leur continent. Cela permet d’une part de mettre en œuvre la CPE et d’autre part de donner l’occasion aux pays sous l’influence de Moscou de s’asseoir à la même table que leurs voisins occidentaux et ainsi de leur conférer une vraie liberté de parole8. Comme il le dit à Ceausescu, le successeur du Général voit dans l’attitude frondeuse de la Roumanie, de la Yougoslavie et de la Finlande vis-à-vis de Moscou le meilleur argument en faveur de la CSCE9, réel moyen d’ébranler le bloc de l’Est. Si la conférence se réunit, déclare Schumann à l’ambassadeur des États-Unis, « un coup comme celui de Prague deviendra plus difficile à exécuter10 ».

  • 11 Soutou G.-H., « Teorie sulla convergenza nella Francia degli anni Sessanta e Settanta », Ventunesim (...)

12L’argumentaire français rejoint la théorie alors en vogue de la convergence des systèmes communiste et capitaliste. Pompidou est conscient de l’opportunité que peut offrir la CSCE en matière de coopération culturelle et économique entre les deux Europe11. La conférence doit participer, selon lui, de la même logique que l’Ostpolitik de Brandt :

  • 12 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

« Il faut partir du principe que le bloc communiste ne se relâchera, comme c’est l’intérêt général de l’Europe et de la paix, que lentement, progressivement, lorsque même en Russie certains principes communistes se seront assouplis, ce qui n’est pas le cas actuellement car on constate au contraire un raidissement.
Bien entendu, les Russes ont une deuxième crainte, celle d’une Allemagne réunifiée, dont le poids économique raviverait chez eux cette inquiétude réelle devant la puissance allemande. Alors, que faire ?
Je crois que vous avez raison, qu’il faut progresser patiemment, d’un côté et de l’autre, et utiliser les moyens et les armes qui sont en votre pouvoir. Je suis sûr que du côté de la Pologne et aussi de la Hongrie et de la Tchécoslovaquie, bien que ce soit plus délicat, il y a un intérêt très grand. Ces pays souhaitent étendre les relations économiques et trouver chez vous les éléments d’aide pour leur développement industriel et leur progrès que les Russes ne sont pas en mesure de fournir seuls12. »

13Beaucoup de choses ont été écrites sur l’attitude négative de Pompidou envers Brandt et sa politique à l’Est mais, en dépit de réelles circonspections à l’égard des intentions du chancelier, le président français n’a jamais cessé de soutenir l’Ostpolitik et s’en est fait le défenseur auprès de la plupart de ses interlocuteurs, notamment d’Europe orientale. Un tel appui relève de la logique même de la politique française de détente depuis le général de Gaulle : il serait contradictoire que la France ne soutienne pas une stratégie visant en fin de compte à encourager un changement sociopolitique à l’Est. Évidemment, cela soulève le problème de l’exigence de liberté : la France ne souhaite pas se mettre l’URSS à dos en proclamant haut et fort la nécessité de transformer les régimes socialistes. Néanmoins, Pompidou ne se prive pas de faire implicitement référence à ses idées sur la convergence lors d’un entretien avec Brejnev en octobre 1970. Pour ce faire, il aborde ingénieusement la question en l’appliquant au bloc de l’Ouest, ce qui en plus renforce son argumentation contre le « bloc à bloc » :

  • 13 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

« Nous pensons en effet que plus l’interpénétration économique entre l’Est et l’Ouest sera grande, et plus l’Europe occidentale pourra se dégager de l’influence des États-Unis. […] Mais cela ne consiste pas à remplacer ce que vous craignez être la tutelle des États-Unis par la tutelle soviétique. Nous voulons être amis, mais nous entendons être libres13. »

  • 14 Wilkens A., « Accords et désaccords. La France, l’Ostpolitik et la question allemande. 1969-1974 »,(...)
  • 15 Le président fait part de cette hantise à Brandt en décembre 1971 puis en février 1972. Entretiens (...)

14Il reste que l’appui français et, plus largement, occidental à l’Ostpolitik est indispensable à sa réussite dans la mesure où elle fait partie intégrante de la politique commune de détente de l’Ouest, l’URSS ne pouvant l’accepter qu’en tant que telle : il s’agit, pour les Occidentaux, de pousser Moscou à accepter un compromis14. Cela n’empêche pas la France et ses partenaires de nourrir quelque appréhension sur les objectifs allemands à long terme. À Paris comme à Washington on est conscients que Brandt et Bahr cherchent naturellement à permettre à terme la réunification de l’Allemagne. Mais on craint que ces derniers soient conduits à effectuer des concessions trop importantes pour y parvenir, la pire d’entre elles étant d’échanger la réunification contre la neutralisation, ce qu’on nomme à Paris le « nouveau Rapallo15 ». C’est en partie pour cette raison que les Français refusent de participer aux négociations MBFR : le retrait des forces militaires américaines et soviétiques d’Europe centrale est susceptible de conduire à la « finlandisation » de l’Allemagne. En février 1970, alors que Nixon reçoit Pompidou à la Maison-Blanche, les deux hommes s’accordent sur le fait que l’URSS envisage toujours de neutraliser l’Allemagne et ainsi d’affaiblir le dispositif occidental afin de pouvoir faire face à la menace chinoise. Cependant, dans l’explication que le président français avance pour justifier les velléités soviétiques, la Chine ne constitue pas la seule raison au désir russe de neutralisation de l’Allemagne :

  • 16 Entretien Pompidou/Nixon, 24 février 1970, Washington. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.

« Il y a aussi la peur qu’ont les Soviétiques de l’Allemagne. Certes, quand on considère l’Allemagne d’aujourd’hui, et malgré sa croissance économique, on se demande pourquoi l’URSS en aurait peur. Il y a vingt-cinq ans pourtant, les armées allemandes étaient au Caucase, sur la Volga, à Leningrad et il a fallu tous les efforts des Russes, des Américains, et de beaucoup d’autres, pour en venir à bout. D’où le besoin qu’éprouvent les dirigeants soviétiques, ainsi que vous l’avez dit, de neutraliser l’Allemagne, et de rendre permanente la coupure avec celle-ci. Dans leurs négociations avec nous, ils cherchent aussi les moyens d’y parvenir16. »

  • 17 La présentation que fait Kissinger de la position de Pompidou à l’égard de l’Ostpolitik s’inscrit d (...)

15Il y a dans les propos de Georges Pompidou une espèce de compréhension à l’égard des craintes soviétiques relatives au souvenir encore vivace du traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, qui renforce la réputation ambiguë des sentiments du président de la République à l’égard de l’Ostpolitik. De sorte qu’il serait tentant de présenter l’appui de Pompidou à la politique de Brandt comme une manifestation de son attachement à la division de l’Allemagne garantissant de fait la sécurité de la France à la fois envers la RFA et l’URSS17. Cette observation appelle deux remarques.

  • 18 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.
  • 19 Entretien Pompidou/Brejnev, 7 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.
  • 20 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

16D’une part, il est clair que le président songe aux conséquences désastreuses que pourrait avoir une collusion germano-soviétique : la politique du chancelier pourrait aboutir à une déstabilisation de l’Occident plus que de l’Est si elle remettait en cause de manière trop brusque l’équilibre Est-Ouest, d’où le conseil de Pompidou à Brandt de faire preuve de patience pour ne pas être entraîné dans le jeu des concessions aux Soviétiques18. D’autre part, il serait exagéré de présenter le chef de l’État français comme un opposant systématique à la réunification de l’Allemagne. Ainsi, il enjoint Brejnev de ne « pas retirer à l’Allemagne l’espoir d’une réunification19 ». En parallèle, il appelle Brandt à se méfier des intentions de Moscou, qui essaye de se servir du gouvernement de RFA pour obtenir la consécration du statu quo20.

  • 21 Voir en particulier Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande, op. (...)
  • 22 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.
  • 23 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969. AN, 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.
  • 24 Note du 20 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1547.

17Une tendance diplomatique puis historiographique prégnante a longtemps fait des dirigeants de la Cinquième République des adversaires tenaces de la réunification. L’accès plus facile aux archives ainsi que les travaux récents des historiens remettent aujourd’hui en question cette vision des choses, notamment pour ce qui est de l’attitude de François Mitterrand face aux événements de 1989-199021. Concernant Pompidou, les papiers de l’Élysée aident aujourd’hui à déterminer précisément son point de vue sur la question. Ainsi, le successeur de de Gaulle n’hésite pas à affirmer ouvertement que même si la réunification de l’Allemagne « paraît remise à un avenir imprévisible22 », il est hors de question pour la France d’« entériner sa division23 ». Finalement, on peut résumer sa position en la rapprochant de celle du Général, qui raisonnait sur le long terme : « oui à la réunification de l’Allemagne, mais nous ne sommes pas pressés ». Au Quai d’Orsay, on estime de toute façon que l’Ostpolitik ne portera pas ses fruits tant que l’équipe Ulbricht-Honecker au pouvoir en RDA, jugée inflexible, restera en place : un vrai rapprochement entre la RFA et la RDA demeure une réalité lointaine24.

  • 25 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008.

18Aux yeux des Français, l’Europe doit préalablement être préparée à accueillir la réunification. Il y a plusieurs conditions à cela, et de Gaulle les a exposées dès 1965 lors de sa célèbre conférence de presse du 4 février : l’URSS doit cesser d’être un régime totalitaire ; l’Allemagne ne doit être que l’addition de la RDA et de la RFA ; elle doit renoncer à tout jamais à l’arme nucléaire ; elle doit demeurer ancrée à l’Ouest et à la CEE. En 1965, le Général insistait déjà sur le caractère paneuropéen que devait prendre le règlement du problème allemand : en abandonnant toute prétention nucléaire, la RFA mettrait à bas la propagande soviétique – ciment du pacte de Varsovie – selon laquelle l’Allemagne est dirigée par une équipe de revanchards, et permettrait ainsi à tous les peuples d’Europe de s’entendre pour établir un nouvel équilibre allant « de l’Atlantique à l’Oural ». Malgré les événements de Prague de 1968, ce credo reprend de la vigueur au début des années 1970. On cherche à Paris à établir un tableau d’ensemble fondé sur l’équilibre nucléaire, les Communautés européennes et la coopération paneuropéenne25. La CSCE incarne ce dernier point : elle devient un instrument de canalisation de l’Ostpolitik, dans la mesure où son caractère multilatéral permet aux partenaires de l’Allemagne d’intercéder dans le dialogue germano-soviétique sur la renonciation à la force et les autres aspects de la sécurité et de la coopération.

Le préalable berlinois

  • 26 Garton Ash T., op. cit., p. 85.
  • 27 Wilkens A., « Accords et désaccords », art. cit., p. 371.

19Une fois installé à la chancellerie, Brandt se lance dans des négociations avec l’Est visant à établir dans un premier temps un système comportant une série d’accords liés entre eux. Les discussions germano-soviétiques de la première moitié de l’année 1970 ont pour but de parvenir à un accord sur la renonciation à la force dans lequel la RFA accepterait de voir figurer des dispositions dépassant le cadre des rapports bilatéraux et intéressant l’ensemble des pays socialistes. Bahr envisage en effet un rapprochement avec les pays de l’Est pour que ceux-ci exercent ensuite une pression sur la RDA et qu’elle se décide enfin à négocier avec Bonn. Mais, pour dialoguer avec les satellites, il faut le feu vert de Moscou, d’où l’intérêt de ce premier accord26. La deuxième série d’accords consisterait donc en des engagements de non-recours à la force échangés avec les autres pays d’Europe orientale. Parmi ces engagements, celui échangé avec la Pologne aurait une importance et une forme particulières puisqu’il devrait couvrir la frontière Oder-Neisse au sujet de laquelle Brandt souhaite trouver une formule susceptible de satisfaire Varsovie. Le troisième accord serait interallemand et devrait définir un système comportant la reconnaissance de l’existence de deux États au sein de la nation allemande ayant entre eux des rapports particuliers. Quant à la question de Berlin, le gouvernement fédéral entend faire admettre aux Soviétiques « les réalités à Berlin-Ouest », c’est-à-dire son appartenance au système juridique et économique du Bund, et souhaite que les Berlinois puissent être représentés à l’étranger27. L’autre souci de Brandt est de parvenir à des améliorations concrètes sur les accès civils à Berlin-Ouest. Il s’agit donc d’obtenir de l’URSS un arrangement dans lequel le statu quo serait reconnu, mais à titre provisoire et moyennant certains aménagements concernant Berlin et les rapports interallemands.

  • 28 Tg. no 2912/21, de Seydoux, 24 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 161 ; note SDEC, 6 jui (...)

20Pour prouver aux Soviétiques que les Occidentaux soutiennent sa politique et, de fait, pousser Moscou à faire des concessions sur Berlin, le gouvernement allemand annonce d’emblée que le traité entre la RFA et l’URSS qui sortira des négociations bilatérales ne sera ratifié qu’une fois conclu un accord quadripartite sur Berlin28. Dans ce contexte, Brandt lie son acceptation de l’ouverture des pourparlers multilatéraux préparatoires (PMP) de la CSCE à l’aboutissement de toutes les négociations en cours, ce que les Soviétiques refusent d’admettre.

  • 29 Note SDEC, 12 janvier 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Accord quadripartite (AQ), vol. 50.
  • 30 Note SDEC, 17 février 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

21En revanche, le 10 février 1970, les Russes confirment qu’ils sont disposés à une conversation sur Berlin avec les Américains, les Britanniques et les Français. Dans leur esprit, il s’agit de faire reconnaître par les Occidentaux l’idée d’un statut particulier de Berlin-Ouest, entité autonome, placée sous la responsabilité des quatre puissances, où les Soviétiques auraient donc leur mot à dire29. Gromyko envisage même de voir la RFA reconnaître les « frontières » de Berlin. Moscou souhaite également que les communications entre Berlin-Ouest et la RFA, dans la mesure où elles s’effectuent à travers le territoire de la RDA, fassent l’objet d’accords en bonne et due forme avec cette dernière. Ainsi, les Alliés seraient vulnérables à toutes les pressions, tant de l’URSS que de la RDA30.

  • 31 Note SDEC, 1er avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

22Au-delà du problème berlinois, les Soviétiques considèrent qu’un accord de non-recours à la force implique que la RFA reconnaisse définitivement toutes les frontières, y compris la ligne Oder-Neisse et la frontière interallemande, qu’elle renonce formellement à toute immixtion dans les affaires intérieures de la RDA – ce qui signifie pour Moscou l’abandon de l’idée de réunification et l’interdiction de toute campagne écrite ou orale en faveur de celle-ci – qu’elle renonce à jamais à l’arme nucléaire et qu’elle reconnaisse la nullité ab initio des accords de Munich. Enfin, le Kremlin veut la reconnaissance de la RDA en droit international31.

  • 32 En 1949, avec la création de la RFA et l’approbation par les Alliés de la Loi fondamentale, les tro (...)
  • 33 Note de la direction des Affaires juridiques, 30 janvier 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 16 (...)
  • 34 Les accords de Potsdam constituent l’une des armes les plus ambiguës de la diplomatie soviétique. T (...)
  • 35 Note SDEC, 1er avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

23Les initiatives de Brandt ainsi que les réponses que l’URSS pourrait leur donner suscitent au Quai d’Orsay nombre de commentaires et de suppositions quant à l’avenir de la sécurité européenne. La crainte suprême des Français est que l’évolution des relations de la RFA avec les pays de l’Est, y compris la RDA, remette en cause l’appareil juridique sur l’Allemagne et Berlin élaboré dans les années d’après-guerre32 et qui fait que le gouvernement fédéral est dépourvu de toute capacité autonome de négocier sur ces sujets. Bonn s’est en outre engagé contractuellement à ne se prêter ni à un règlement partiel de la question allemande, notamment en ce qui concerne les frontières, ni à ce que cette dernière soit résolue autrement que sur la base de la réunification opérée dans certaines conditions33. Quant à l’URSS, si elle parvenait à obtenir l’abandon de l’idée de réunification, elle rendrait caduque les accords de Potsdam et atteindrait la responsabilité quadripartite dans son fondement34 : à partir du moment où l’éventualité d’une réunification est écartée de manière explicite et définitive, l’idée qu’il puisse exister « une Allemagne dans son ensemble » est par là même exclue. Or, la responsabilité collective quadripartite ne s’exerce, en dehors de Berlin, que pour les questions « concernant l’Allemagne dans son ensemble35 ».

  • 36 Projet de note, 3 mars 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

24La sous-direction d’Europe centrale du Quai d’Orsay prévient que la tendance du gouvernement ouest-allemand est de prendre peu à peu ses distances avec ses limites de souveraineté ; ainsi, Brandt n’a pas consulté ses alliés avant de reconnaître l’existence de deux États en Allemagne. C’est pourquoi la présence française à Berlin revêt une importance qui dépasse le cadre de l’ancienne capitale. C’est le symbole de la responsabilité des trois puissances en Allemagne et c’est également la garantie que rien ne se fera d’important en matière de règlement du problème allemand sans que la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne n’y soient impliqués. Paris souhaite donc faire obstacle aussi bien à la consécration définitive de la division qu’à l’abandon des droits quadripartites à Berlin36.

25De fait, si la France défend bec et ongles le quadripartisme, ce n’est pas parce qu’elle est opposée à la réunification de l’Allemagne, mais parce que ce système lui permet de garder un œil sur l’avenir de la question allemande.

26Dès le début des négociations quadripartites à Berlin, en mars 1970, la position française repose sur une triple exigence : les accès à Berlin-Ouest ne doivent pas être contrôlés par la RDA ; la responsabilité soviétique sur la ville doit être maintenue également pour Berlin-Ouest ; la partie occidentale de la ville doit rester indépendante de la RFA. En bref, aucune entorse au quadripartisme ne doit être tolérée. Pourtant, malgré les appels du Quai d’Orsay à confirmer les droits des Quatre, c’est avec beaucoup d’hésitation que la France s’engage dans les négociations sur Berlin. Cela est dû aux réticences persistances de Georges Pompidou.

  • 37 Entretien Pompidou/Nixon, 26 février 1970, Washington. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.
  • 38 Note pour le Président de J-B Raimond, 25 mars 1970. AN, 5 AG 2 1009. RFA. 1969-1974.
  • 39 Soutou G.-H., « La France et l’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 », in Revue d’hi (...)

27Depuis son arrivée à l’Élysée, ce dernier ne cache pas son opposition à l’ouverture de discussions quadripartites sur Berlin37, craignant que « les Alliés et la RFA perdent à Berlin les garanties que les puissances occidentales ont conservées jusqu’à présent, alors que la politique allemande à l’Est n’a encore donné aucun résultat38 »… Pompidou est également conscient qu’à l’heure où des pays comme la Roumanie ou la Yougoslavie entendent s’appuyer sur la CSCE pour faire entendre leur voix et lutter contre le bloc à bloc, les conversations à Berlin supposent une entente préalable entre Occidentaux qui pourrait apparaître comme une émanation du bloc de l’Ouest39.

  • 40 Note de Georges Pompidou, « Négociation sur Berlin », 26 mars 1970. AN, 5 AG 2 1009. RFA. 1969-1974

28Les Occidentaux n’ont pourtant pas d’autre choix que d’améliorer la situation à Berlin-Ouest : Brandt fait de cette question la condition primordiale à l’amélioration des relations de la RFA avec les pays de l’Est. C’est le Junktim, le lien. Paris, Londres et Washington en sont parfaitement conscients et c’est pour cette raison que Pompidou se rallie à l’avis de son ministre des Affaires étrangères qui juge indispensable l’ouverture des discussions quadripartites. Néanmoins, le président exige une étroite concertation entre les quatre Occidentaux pour éviter des concessions excessives de la RFA envers l’URSS, quitte à créer une détestable impression de bloc. Le 26 mars 1970, premier jour des négociations dans le bâtiment de l’ancien Conseil de contrôle allié à Berlin, les instructions en provenance de l’Élysée sont très précises. Pompidou enjoint Jean Sauvagnargues, l’ambassadeur de France à Bonn chargé de défendre la position française sur l’ancienne capitale allemande, de faire savoir au chancelier que les Français seront « très fermes sur le maintien des responsabilités quadripartites réelles et non théoriques40 ».

  • 41 Annotation de Pompidou sur un télégramme de Sauvagnargues, 19 juin 1970. AN, 5 AG 2 1009.

29Le président préconise que les discussions demeurent à un niveau technique prévoyant « quelques arrangements pratiques mineurs pour la vie des Berlinois41 » et ne débouchent pas sur un grand accord qui deviendrait le préalable à toute détente. Par conséquent, Pompidou ne fait pas de l’accord sur Berlin un préalable à la préparation multilatérale de la CSCE, ce qui brouille la position de la France quant au lien entre les négociations quadripartites et la conférence.

  • 42 Faline est le spécialiste de l’Allemagne au MID. Alexandrov est le conseiller de Brejnev pour les q (...)
  • 43 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 502.
  • 44 « Document Bahr-Gromyko en dix points ». AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1578.
  • 45 Garton Ash T., op. cit., p. 259.

30En parallèle, de février à août 1970, Egon Bahr mène avec Valentin Faline et Viktor Alexandrov42 les conversations germano-soviétiques qui aboutissent dans un premier temps au Bahr-papier du 22 mai 1970. Bahr a pour objectifs de ne pas remettre en cause les accords de Potsdam et d’aboutir avec les Russes à un règlement général équivalent à un traité de paix par le biais d’un accord bilatéral de renonciation à la force. Le traité en question devra annoncer les futurs arrangements avec la RDA, la Pologne et la Tchécoslovaquie43. Le Bahr-papier se découpe en dix points contenant les bases du traité germano-soviétique signé lors de la visite de Brandt et de son ministre des Affaires étrangères Walter Scheel à Moscou le 12 août 197044. Il proclame que les deux États signataires « jugent inviolables, maintenant et à l’avenir, les frontières de tous les États d’Europe, dans le tracé qui est le leur le jour de la signature de ce traité, y compris la ligne Oder-Neisse, qui est la frontière occidentale de la République populaire de Pologne, et la frontière entre la RFA et la RDA45 ». Bahr a réussi à faire remplacer la notion d’« intangibilité » des frontières par celle d’« inviolabilité », ce qui, selon l’interprétation allemande, ne ferme pas la voie à une modification des frontières par la négociation. C’est par conséquent ce terme d’« inviolabilité » qui est repris ensuite pendant la CSCE, même si – nous y reviendrons – les Soviétiques continuent de voir en ce mot un synonyme d’« intangibilité », c’est-à-dire permettant le gel de la situation territoriale européenne.

  • 46 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Willy Brandt, la question allemande et la transformation en Europe »,(...)

31Le traité précise que l’URSS et la RFA n’ont pas de revendications territoriales et n’en auront pas dans le futur. Au moment de la signature, Bonn transmet une « Lettre sur l’unité allemande » notifiant que le traité ne s’oppose pas à l’objectif de la RFA « d’œuvrer en faveur d’un état de paix en Europe dans lequel le peuple allemand recouvre son unité en vertu de la libre autodétermination46 ». Si l’URSS obtient la reconnaissance des frontières existantes et de sa suprématie en Europe orientale ainsi que l’acceptation officielle par Bonn du principe de CSE, elle doit en contrepartie agir en faveur d’un accord quadripartite sur Berlin garantissant le maintien des liens entre Berlin-Ouest et la RFA de même que la liberté des accès à l’ancienne capitale. Selon le Junktim, le traité de Moscou ne sera ratifié qu’après l’accord sur Berlin.

  • 47 Notes SDEC, 23 et 25 mai 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 162.

32En décembre 1970, vient s’ajouter aux réalisations de l’Ostpolitik le traité de Varsovie, signé par la Pologne et la RFA et qui rétablit les relations diplomatiques entre les deux pays. Comme dans le traité de Moscou, les frontières sont considérées inviolables et les contractants s’engagent à renoncer à toute revendication territoriale. C’est avec la RDA que le chancelier ouest-allemand rencontre le plus de difficultés dans ses tentatives de dialogue avec l’Est. Pour Berlin-Est, le premier pas doit être la reconnaissance « de droit international » de la RDA et son entrée à l’ONU. Ensuite seulement, une normalisation des rapports pourrait être envisagée. Les Allemands de l’Est refusent en outre de lier le problème de Berlin-Ouest et de ses accès à celui de l’établissement de rapports contractuels entre les deux Allemagne47.

  • 48 Lettre d’Ulbricht à Pompidou, 20 juillet 1970 ; tg. no 1410/1413, de La Gorce (Otan), 12 août 1970. (...)

33En juillet 1970, Ulbricht adresse une lettre à plusieurs chefs d’État occidentaux, dont Pompidou, dans laquelle il leur suggère d’établir des relations diplomatiques avec la RDA sans attendre que ne l’ait fait la RFA48. Or, l’attitude des Alliés vis-à-vis de Berlin-Est est largement guidée par la politique de Brandt pour qui ne pas reconnaître internationalement la RDA constitue un moyen de pression essentiel dont dispose la RFA pendant les négociations interallemandes. La France admet la position ouest-allemande dans la mesure où elle s’inscrit dans sa volonté de préserver le quadripartisme à Berlin et parce qu’établir des liens précoces avec l’Allemagne de l’Est provoquerait une grave crise avec Bonn.

  • 49 Les Occidentaux souhaitent la liberté de circulation des biens et des personnes entre Berlin et la (...)

34Quant aux discussions quadripartites sur Berlin, jusqu’à la fin de l’année 1970 elles se bornent à énoncer les positions des parties en présence. Tandis que les Occidentaux proposent à partir d’une réaffirmation du statut de Berlin des améliorations pratiques à la situation existante49, les Soviétiques souhaitent une transformation du statut d’où découlerait une normalisation de la situation.

  • 50 Note SDEC, 28 août 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 51.

35Il faut attendre la signature du traité de Moscou et la réaffirmation du Junktim par le chancelier ouest-allemand pour que les négociations s’engagent vraiment. Brandt rassure en effet ses alliés sur ses intentions lorsqu’il leur suggère de prendre comme base d’un éventuel accord la situation de fait existant à Berlin, c’est-à-dire d’échanger une sorte de garantie du statu quo à Berlin-Ouest contre celle du statu quo à Berlin-Est. Par ailleurs, les Allemands indiquent qu’en compensation des assurances qui seraient données par Moscou sur les accès, il pourrait être mis fin « à certains aspects démonstratifs » de la présence de la RFA à Berlin50.

Le lien Berlin/CSCE ou l’ambivalence française

36Si les pays de l’Otan font d’un accord quadripartite sur Berlin un préalable essentiel à une réunion de préparation de la CSCE, la position de la France sur ce point est difficile à saisir car les Français ne disent pas la même chose selon à qui ils s’adressent.

  • 51 Entretien Schumann/Moro, 20 mai 1970, Paris. AN, 5 AG 2 109. Italie. 1969-1973.
  • 52 Entretien Schumann/Scheel, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970 ; entretien Schum (...)
  • 53 Entretien Schumann/Jedrychowski, 5 mai 1970. AN, 5 AG 2 110. Pologne. 1969-1973.

37Quand on examine les propos tenus par Maurice Schumann à ses homologues allemand, britannique ou italien, il apparaît clairement que la France fait d’un accord sur Berlin une condition primordiale à l’ouverture des PMP de la CSCE. D’abord, et il s’agit là du principal argument français, réunir une CSCE avant l’obtention d’un accord quadripartite permettrait à la RDA de siéger sur un pied d’égalité avec les autres pays et donc d’être reconnue comme État souverain, ce qui conduirait les Soviétiques à abandonner leurs responsabilités sur Berlin et à confier définitivement aux Allemands de l’Est le contrôle des accès à Berlin-Ouest51. Ensuite, Schumann, suivi en cela par ses alliés britannique et américain, considère que les négociations quadripartites constituent l’occasion pour l’URSS de démontrer sa volonté de détente. Avant de tenir la CSCE, il importe de voir si les Soviétiques et leurs alliés, notamment est-allemands, sont prêts à des concessions sur la sécurité européenne52. Les discussions sur Berlin doivent donc avoir valeur de test et favoriser ce qu’il appelle « un courant de confiance ». Sans ce dernier, la tension internationale, qui règne en particulier au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est, se répercuterait sur la conférence en raison de la participation des deux Grands53.

  • 54 Lettre collective no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.
  • 55 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.
  • 56 Entretien Schumann/Grozev, 17 mars 1970, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 41.

38Le Kremlin s’insurge contre les conditions imposées par l’Alliance atlantique : il n’admet pas que la CSCE soit liée aux négociations sur l’Allemagne et Berlin. Aussi, quand il s’adresse aux Soviétiques, Schumann présente un discours beaucoup moins catégorique que lorsqu’il parle avec ses collègues occidentaux. À Gromyko, il indique clairement que la France n’est pas « en principe » pour la conférence mais « pour », alors qu’à peine plus d’un mois et demi plus tôt le directeur d’Europe précisait que l’acceptation de principe de la CSCE par la France n’était toujours que conditionnelle54. Schumann, refusant de subordonner la conférence à quoi que ce soit, estime cependant nécessaire qu’elle soit consécutive à « un progrès suffisant de la détente55 ». Le ministre français se livre à de véritables contorsions pour justifier la position française, tiraillée entre le besoin de confirmer ses responsabilités quadripartites et la volonté de ne pas apparaître trop associée aux décisions de l’Alliance atlantique56.

  • 57 Dépêche SDEO no 79/EU, 15 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2694.
  • 58 Note SDEO, 21 mai 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2677.

39Il est en outre dans l’intérêt de la France de prendre rapidement position en faveur de la préparation multilatérale de la CSCE car les Allemands risquent de le faire dans les textes qu’ils négocient avec l’URSS57. C’est bel et bien ce que montre le Bahr-papier. Il s’agit pour Paris de ne pas apparaître comme le principal obstacle à la conférence et de préserver son image gaullienne de chantre de la détente. Il semble évident que la France n’intéresse plus les Russes autant qu’autrefois car elle n’est plus le seul partenaire à l’Ouest. Aussi préconise-t-on à la sous-direction d’Europe orientale de ne pas rejeter catégoriquement leurs propositions de consultations franco-soviétiques. En effet, le Kremlin reprend en 1970 un projet d’accord qu’il réitère de temps en temps depuis 1956 et qui consiste à rendre irréversible la coopération politique entre les deux pays. L’URSS espère ainsi faciliter l’adoption par le gouvernement français d’attitudes plus proches des positions soviétiques, créer l’impression d’un rapprochement permettant d’éviter le glissement de la France vers une politique trop occidentale, montrer aux satellites que Paris privilégie ses rapports avec Moscou. On est surtout persuadé au Quai d’Orsay que les Soviétiques cherchent à susciter de la jalousie chez les Allemands et à jouer de l’inquiétude française envers la RFA, en utilisant les rapports avec l’un pour faire pression sur l’autre58.

  • 59 Circulaire no 317, d’Alphand, 22 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.
  • 60 Note SDEC, 4 décembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1547.

40L’ambivalence du discours français vis-à-vis du préalable berlinois se renforce après la signature du traité de Moscou le 12 août 1970 : même si les pourparlers sur Berlin sont encore loin d’aboutir, on comprend à Paris que la CSCE se rapproche, d’autant que la RFA l’a acceptée lors des discussions entre Bahr et les Soviétiques59. Comme ses partenaires américain et britannique, la France salue le traité parce qu’il contribue à la diminution des tensions au cœur du continent, répond au désir gaullien de normalisation entre l’Est et l’Ouest et montre que la RFA fait dorénavant preuve de réalisme. Avec toutefois beaucoup moins d’optimisme que Bonn, les Français considèrent qu’il revient maintenant à l’URSS de faire des concessions sur la sécurité, la viabilité et le statut de Berlin. Mais on pense au Quai d’Orsay que l’URSS ayant obtenu satisfaction avec le traité, elle ne fera guère d’efforts et s’en remettra à la RDA : l’Ostpolitik risque ici d’atteindre ses limites60.

  • 61 Dépêche no 366, de Lucet, 25 février 1971. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 746.
  • 62 Entretien Schumann/Scheel, 2 novembre 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 163 ; réunion (...)
  • 63 Circulaire no 404, de Schumann, 31 décembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2668.

41Avec la signature du traité de Moscou, Schumann, conscient que le chemin vers la reconnaissance de la RDA est ouvert, devient plus ferme encore sur la nécessité de réaffirmer les droits des Quatre sur Berlin pour éviter tout accaparement de la question des accès par Berlin-Est. Alors que les Américains et les Allemands sont favorables à un accord interallemand sur ce point, les Français refusent. En octobre 1970, Jean Sauvagnargues, avec l’accord d’un Maurice Schumann qui tient à satisfaire Bonn, élabore un schéma en deux étapes censé établir un compromis. Se basant sur une idée allemande, l’ambassadeur imagine un accord général entre les Quatre qui serait complété ensuite par des arrangements techniques négociés entre la RFA et la RDA. Parce qu’une partie du Quai d’Orsay juge encore trop dangereuse cette construction, Sauvagnargues et son homologue américain ajoutent, en décembre 1970, un troisième palier proposant que les Quatre entérinent les accords interallemands61. Cela permettrait d’encadrer la RDA et de lui confisquer toute responsabilité sur les accès à Berlin. Ce schéma, validé par Bonn, Londres et Washington, devient dès lors la position officielle des Occidentaux62. Les Soviétiques en désapprouvent la dernière partie, estimant qu’elle confère aux puissances occidentales un droit de contrôle sur la circulation entre Berlin-Ouest et la RFA qu’elles n’ont jamais détenu63.

42À l’inverse de son ministre des Affaires étrangères, Pompidou s’appuie sur le traité de Moscou pour s’engager plus avant en faveur de la CSCE. En dépit des félicitations envoyées par la France à Bonn en août 1970, le président commente de la sorte le traité :

  • 64 Déjeuner de presse, 22 septembre 1970, archives inédites de Raymond Tournoux. Cité par Roussel E., (...)

« D’abord, Brandt a fait des concessions formidables. M’imaginez-vous renonçant définitivement à l’Alsace, aux Vosges et au Nord ? Deuxièmement : l’Allemagne agit maintenant par elle-même sans demander la permission à personne. Troisièmement : l’URSS a barre sur elle64. »

  • 65 Rey M.-P., « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », art. cit., p. 156.

43La crainte du « nouveau Rapallo » raisonne dans ces propos ; elle conduit Pompidou à tenter de faire de la France le principal interlocuteur de l’URSS en Occident en évitant toutefois d’apparaître comme étant « à la remorque65 » de la RFA ou comme cherchant en permanence à la doubler. Aussi, contrairement à ce que suggère le Quai d’Orsay, le président français n’entend-il pas céder au projet soviétique d’accord bilatéral instituant une coopération politique automatique entre Paris et Moscou. À ses yeux, se montrer plus positif sur la CSCE, chère aux décideurs du Kremlin, semble un moyen mieux approprié de maintenir un dialogue privilégié.

  • 66 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008.
  • 67 Entretien Pompidou/Nixon, 12 novembre 1970, Paris. AN, 5 AG 2 1022. États-Unis.
  • 68 Entretien Pompidou/Brandt, 25 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

44Pompidou considère qu’avec le traité de Moscou puis celui de Varsovie, les Allemands officialisent eux-mêmes le statu quo politique et territorial : hormis la question des droits quadripartites, l’Ouest n’a donc plus rien à perdre à s’engager dans la CSCE66. Il peut même y gagner s’il parvient à élaborer des propositions concrètes touchant aux échanges culturels et aux contacts humains. Cette vision des choses explique les propos largement positifs que le président tient à Brejnev concernant la conférence, lors de son séjour en URSS en octobre 1970. Pompidou, conscient que le but des Soviétiques est de geler la division de l’Europe, reste en outre persuadé que Moscou ne pourra pas éternellement maintenir les pays de l’Est sous sa coupe. Auprès du président américain venu à Paris assister aux obsèques du général de Gaulle, décédé le 9 novembre 1970, il se félicite aussi des relations qu’établit la Chine avec les Occidentaux – le voyage de Nixon à Pékin est prévu pour 1972 – et du refus des décideurs chinois de fixer les frontières sino-soviétiques : tout cela va à l’encontre des objectifs du Kremlin67. La France apparaît désormais comme promotrice d’un projet de CSCE qui, selon Georges Pompidou, « donnera une grande liberté de parole aux pays de l’Est », « rendra plus difficile aux Russes d’envoyer simplement des troupes dans un pays », assouplira les relations entre les deux parties de l’Europe et ébranlera le bloc soviétique68.

Photographie 3. – Le président Georges Pompidou (1911-1974) reçu par Leonid Brejnev. Moscou (URSS), octobre 1970.

  • 69 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.
  • 70 C’est ce que Pompidou explique aux journalistes français présents lors de sa conférence de presse a (...)
  • 71 Note SDEO, 25 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537 ; Consultations franco-polo (...)

45Ainsi, alors que depuis le milieu des années 1960, la France a toujours envisagé le projet de conférence paneuropéenne comme l’aboutissement du processus de détente, en octobre 1970, Georges Pompidou présente pour la première fois la CSCE comme « un premier pas » d’une politique européenne visant à supprimer toute source de tension en Europe69. L’Ostpolitik et les traités qui en découlent ont modifié les paramètres de la détente. Dans la seconde moitié des années 1960, Paris n’a cessé de considérer la reconnaissance des réalités issues de la guerre, par la RFA, comme un préalable nécessaire à la conférence. En 1970, le statu quo étant confirmé, la France ne peut s’en contenter au risque de se contredire et de compromettre la politique gaullienne fondée sur la disparition des blocs70. La CSCE apparaît dès lors comme un relais multilatéral de cette politique. Au vu de ces considérations, Pompidou estime qu’il n’est plus nécessaire de lier la préparation multilatérale de la conférence à l’amélioration des rapports interallemands, celle-ci semblant inévitable malgré la fermeté de Berlin-Est. De fait, la France entame un nouveau rapprochement avec tous les pays de l’Est destiné à approfondir les réflexions sur l’organisation et l’ordre du jour de la CSCE71.

  • 72 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 89.
  • 73 Entretien Beaumarchais/Kozyrev, 19 mars 1971, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3719.

46Pour que les choses soient claires, Pompidou précise la position de la France lors de sa conférence de presse de janvier 1971 : Paris ne pose aucune condition préalable de type « juridique » à la réunion d’une CSCE, mais il convient de régler d’abord la question berlinoise72. À la demande du président, on insiste à Paris auprès des Soviétiques sur le fait que le lien entre la conférence, les négociations quadripartites et les traités est de nature politique et non juridique : il s’agit de tenir compte des difficultés parlementaires qui risquent de surgir si le gouvernement allemand ne peut pas faire état de solutions satisfaisantes concernant Berlin73. Une telle ambiguïté montre que, deux mois après la conclusion des négociations germano-soviétiques, la France est bel et bien « à la remorque » de la RFA : les Français, même s’ils ne lient plus directement la CSCE aux rapports interallemands, gardent une marge de manœuvre réduite par rapport aux Allemands. C’est Brandt qui fixe les conditions préalables à la conférence : les préparatifs commenceront quand les traités de Moscou et de Varsovie seront ratifiés. Pour cela, les Soviétiques doivent d’abord faire des concessions à Berlin.

  • 74 Notes SDEO, 7 janvier et 19 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.
  • 75 Mélandri P., Une incertaine alliance. Les États-Unis et l’Europe 1973-1983, Paris, Publications de (...)
  • 76 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 528.

47Or, ces derniers accusent les États-Unis de « saboter » la détente en Europe et condamnent fermement leur politique consistant à multiplier les préalables à la CSCE et à faire pression sur leurs alliés pour retarder la préparation de la conférence74. Les réticences apparentes de Washington à l’égard de la CSCE s’expliquent en particulier par la crainte que Moscou puisse « accoutumer l’Europe à penser que sa sécurité dépend plus du maintien de bonnes relations avec le Kremlin que de celui de l’équilibre militaire75 ». Pour éviter cela, pour ne pas s’isoler du reste de l’Alliance et pour appuyer, malgré leur méfiance, la politique de Brandt, les Américains intègrent la CSCE à la stratégie de négociation dite du linkage définie par Nixon et Kissinger. Selon eux, la détente en Europe est absolument nécessaire aux Soviétiques ; elle doit leur permettre de réduire leurs dépenses militaires et de procéder à des transferts financiers et technologiques depuis l’Occident. En échange de la détente européenne, concrétisée par l’Ostpolitik, les SALT et la CSCE, Moscou doit cesser d’attiser la guerre froide au Vietnam, en Amérique latine et au Moyen-Orient76.

  • 77 Kissinger H., Diplomatie, op. cit., p. 689.

48De fait, s’ils acceptent eux aussi de ne plus lier les préparatifs de la conférence à l’amélioration des rapports interallemands, les Américains estiment que l’URSS doit faire davantage de concessions si elle veut obtenir leur accord concernant l’ouverture des PMP. L’administration Nixon décide donc, en 1971, de se montrer solidaire de la position ouest-allemande en faisant d’un accord sur Berlin, de la ratification des traités de Moscou et de Varsovie et des MBFR les conditions préalables à la conférence77.

  • 78 Série de télégrammes de la représentation de la France à l’Otan, février 1971. AMAE, Europe 1971-19 (...)

49Face à cela, le Kremlin essaye de jouer sur la différence entre l’enthousiasme français à vouloir s’impliquer dans la préparation de la CSCE et la ferme intention allemande de repousser la conférence tant que l’affaire berlinoise ne sera pas réglée. Réunis à Bucarest en février 1971, les décideurs du pacte de Varsovie appellent à passer à la phase de préparation multilatérale de la CSCE avec les pays qui le souhaitent78.

  • 79 Notes SDEO, 19 février et 26 mars 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.
  • 80 Note SDEO, 19 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

50Les Soviétiques incitent les Français à se désolidariser de leurs partenaires occidentaux79, avançant l’argument selon lequel pour consolider la détente, il importe de rechercher des progrès simultanés sur tous les sujets. C’est la notion de « parallélisme » que Kozyrev expose au cours de son séjour à Paris en mars 1971 et que Gromyko reprend devant le vingt-quatrième Congrès du PCUS. Elle s’applique à des problèmes tels que la ratification des traités germano-soviétique et germano-polonais, la normalisation des relations entre la RFA et les pays socialistes et entre la RFA et la RDA, l’admission de la RDA aux Nations unies, ainsi que la négociation de Berlin et la CSCE. Des améliorations dans chacun des domaines considérés ne pourraient qu’avoir des effets bénéfiques, soutient-on à Moscou, sur les autres problèmes européens pendants ; mais il ne s’agirait pas de les lier entre eux, ni d’établir un ordre de préférence80.

  • 81 Note de Georges Pompidou en marge d’une dépêche, 22 mai 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974
  • 82 Commentaire manuscrit de Pompidou en marge d’une dépêche du 26 juillet 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-O (...)

51Pompidou se montre plutôt positif à l’idée d’accomplir des « pas communs » avec l’URSS vers un accord sur Berlin et la préparation de la conférence81, d’autant qu’il craint que l’absence prolongée de PMP ne conduise Moscou à intervenir militairement dans les Balkans pour réaffirmer son emprise sur la Roumanie et remettre la main sur la Yougoslavie82. Car, depuis 1967, un mouvement de contestation se développe en Croatie contre le centralisme imposé par Tito et fait craindre au Kremlin la propagation d’idées subversives dans ses satellites d’Europe du sud-est.

  • 83 Entretien Schumann/Tepavac, 23 avril 1971, Belgrade. AN, 5 AG 2 114. Yougoslavie. 1969-1974.

52À son homologue yougoslave, Schumann explique que la conférence européenne peut offrir à tous les pays, « qu’ils appartiennent ou non à un système d’alliance, l’occasion d’affirmer sans rupture ni défi leur personnalité propre ». Elle permet également d’éviter que le sort du continent soit réglé dans le cadre américano-soviétique dont les négociations SALT constituent le symbole le plus éminent83. Les divers discours prononcés par Richard Nixon au début de l’année 1971 et dans lesquels il propose à l’URSS de discuter des grands problèmes internationaux confortent la France dans sa pensée.

  • 84 Dans le communiqué publié à la fin du voyage de Maurice Schumann à Moscou, est réitérée la nécessit (...)
  • 85 Entretien Schumann/Scheel, 28 mai 1971, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3011.
  • 86 Note SDEC, 27 mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3011.

53Au printemps et à l’été 1971, celle-ci apparaît résolument comme le meilleur soutien occidental au projet de CSCE84. En échange, les Soviétiques reconnaissent sans équivoque la responsabilité de l’URSS sur les accès à Berlin85 : leur besoin de détente va grandissant en raison du rapprochement sino-américain qui s’opère au même moment. Dès lors, la négociation quadripartite s’accélère. Le Quai d’Orsay se veut de plus en plus optimiste quant à l’aboutissement des discussions et suggère aux Occidentaux de faire des concessions pour éviter que les pourparlers ne traînent en longueur86.

  • 87 Note de la direction d’Europe, 29 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2900.

54Ainsi, à la veille de la session ministérielle du Conseil Atlantique de Lisbonne, les 3 et 4 juin 1971, la France marque à ses principaux partenaires qu’elle tient à ce que le communiqué qui en ressortira soit très favorable à l’égard du projet de CSCE. Consciente qu’aucun pays ne peut accepter que la RDA siège à égalité avec les autres nations à la conférence tant qu’il n’y a pas de réelles avancées dans les conversations en cours en Allemagne, la France propose d’introduire dans le texte de Lisbonne la notion de « progrès » pour qualifier les attentes atlantiques concernant les négociations quadripartites. En revanche, Paris veut éliminer toute allusion aux « autres conversations en cours » et ne faire dépendre le début de la préparation multilatérale qu’aux discussions sur Berlin, ce que Schumann obtient, en accord avec les Allemands87.

  • 88 Note SDEO, 16 juin 1971. AN, 5 AG 2 91. Entretiens franco-allemands. 1971-1973.

55À Lisbonne, les conceptions françaises triomphent d’autant plus facilement que – nous allons y revenir – le préalable MBFR est tombé au mois de mai précédent, l’URSS ayant accepté d’entamer des discussions sur ce sujet. La relation de fait établie entre les négociations sur Berlin et les préparatifs de la CSCE est présentée dans une perspective aussi positive que possible88. Le communiqué est relativement bien accueilli à l’Est, les pays du pacte de Varsovie rendant hommage à l’action de la France.

56Les négociations sur Berlin aboutissent à l’été 1971 grâce à des discussions secrètes entre Egon Bahr et les ambassadeurs américain et soviétique sur les aspects matériels les plus importants. Le déblocage est également dû au limogeage d’Ulbricht, opposé à un accord sur l’ancienne capitale, et à son remplacement par Erich Honecker le 3 mai 1971. Une fois que l’URSS a accepté le schéma en trois parties proposé par les Occidentaux, le dernier obstacle restant concerne la mention, voulue par Moscou, de la RDA dans l’accord lui-même et non dans l’annexe. Pompidou, toujours réticent à un grand accord, réussit à éviter cela, écartant de fait la possibilité pour Berlin-Est de partager avec les Soviétiques la responsabilité des accès à la ville. L’accord final est établi le 23 août, puis signé le 3 septembre. La partie technique sur Berlin-Ouest, négociée entre les deux Allemagne puis entre la RDA et le Sénat de Berlin, est signée les 17 et 20 décembre 1971. Il faut attendre le 3 juin 1972 et la ratification des traités de Moscou et de Varsovie pour que l’accord soit définitivement adopté.

  • 89 Soutou G.-H., « La France et l’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 », art. cit., p. (...)

57L’accord réaffirme les « droits et responsabilités quadripartites » des Quatre sur toute la ville et sur la base des protocoles de 1944 sur l’occupation de l’Allemagne et l’administration de Berlin, de la déclaration du 5 juin 1945, des accords de Potsdam et de ceux de 1954. L’URSS s’engage à faciliter les communications entre Berlin-Ouest et la RFA ainsi qu’entre les deux parties de l’ancienne capitale. On maintient les liens entre Berlin-Ouest et la RFA mais les secteurs occidentaux de la ville continuent « de ne pas être un élément constitutif de la RFA et de n’être pas gouvernés par elle ». Les aspects techniques sur le transit entre Berlin-Ouest et la RFA font l’objet de négociations entre Bonn et Berlin-Est, Moscou estimant que c’est l’État souverain de RDA qui est traversé. Cette deuxième partie doit être approuvée par les Quatre afin de souligner encore une fois la primauté du quadripartisme89. L’accord résulte d’un véritable compromis qui satisfait toutes les parties en présence.

  • 90 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 91-92.

58Pour Paris, il permet de rééquilibrer la relation franco-germano-soviétique en mettant en évidence le rang secondaire de la RFA par rapport aux Quatre ; la France, qui garde son influence en Europe, demeure un médiateur entre Moscou d’une part et Bonn et Washington d’autre part90, du moins en a-t-elle l’impression.

  • 91 Note SDEO, 7 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.
  • 92 Note pour le ministre, de Jurgensen, 30 août 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.
  • 93 Tg. de Schumann, 25 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

59La conclusion favorable de la négociation sur Berlin lève l’obstacle à la CSCE, même si, sur le plan formel, les PMP ne pourront s’ouvrir qu’une fois les trois étages de l’accord franchis, comme l’exigent les Américains, les Britanniques et les Allemands, et l’accord entériné91. Fin août 1971, Jean Jurgensen indique à Schumann que, dorénavant, la France doit préparer la conférence comme elle le peut92. La France est prête à passer sans attendre aux PMP, envisageant la tenue de la CSCE dès 197293.

L’empressement français

Les derniers préalables

  • 94 Note SDEO, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

60À l’automne 1971, Brandt fait savoir à ses alliés que s’il ne met pas d’autres conditions au passage aux PMP que la réalisation d’un accord complet sur Berlin, il n’en est pas de même pour l’ouverture de la conférence elle-même. Celle-ci reste inconcevable tant que l’on ne se sera pas entendu sur le principe et les conditions de l’entrée des deux États allemands aux Nations unies, ce qui suppose qu’un modus vivendi soit préalablement négocié et conclu entre eux. Il s’agit d’encadrer l’accession sur la scène internationale des représentants de la RDA sur un pied d’égalité avec les Allemands de l’Ouest avant que la CSCE n’automatise de façon moins contrôlée cette égalité. Conscient de la position délicate dans laquelle il se trouverait placé vis-à-vis des autres participants, Brandt n’affirme pas ouvertement le lien qu’il établit entre la négociation interallemande et la conférence, mais il compte sur la lenteur inévitable des préliminaires pour retarder l’ouverture de la conférence jusqu’au moment où celle-ci ne pourra plus porter préjudice à ses discussions avec la RDA. Bonn envisage ainsi une entrée des deux États allemands à l’ONU en 1972, persuadé que les longues négociations sur la procédure et l’ordre du jour de la CSCE ne permettront pas à celle-ci de s’ouvrir avant la fin de cette même année94.

  • 95 Entretien Pompidou/Scheel, 19 novembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1011. RFA.

61La visite prévue de Brejnev à Paris en octobre 1971 et la concurrence des politiques de détente en Occident conduisent la France à essayer de se démarquer de l’attitude restrictive de ses alliés allemand et américain, d’autant que l’Élysée apprend en septembre 1971 que vient de se dérouler à Oreanda, en Crimée, une rencontre entre Brandt et Brejnev censée aboutir à une entente bilatérale sur le calendrier des négociations. Furieux, Pompidou se plaint auprès de Walter Scheel de ne pas voir été consulté au préalable95. Une telle réaction prouve néanmoins que Paris est résolu à ne pas abandonner la RFA sur le terrain essentiel des rapports avec la RDA. Finalement, la seule condition posée par la France est la conclusion de l’accord quadripartite : on est en deçà du seuil germano-américain mais toujours solidaire de la politique de Bonn.

  • 96 Tg. no 4086/90, de Schumann, 25 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2981.
  • 97 Sarotte M., op. cit., p. 135.

62Face aux exigeantes conditions américaines et ouest-allemandes, Moscou cherche à reprendre la main et, toujours en septembre 1971, tente de modifier à son profit le calendrier des diverses discussions en cours. Gromyko élabore le « Junktim inverse » selon lequel le protocole final sur Berlin ne pourra être signé qu’une fois ratifiés les traités de Moscou et Varsovie. Dans le meilleur des cas, le Kremlin prévoit que les deux événements aient lieu le même jour. Le ministre soviétique explique à son homologue français que cette « doctrine de la simultanéité » a pour but d’éviter que, dans l’hypothèse où l’accord sur Berlin entrerait en vigueur avant la ratification des traités, « des éléments en RFA peu amicaux à l’égard de l’URSS ou de la France ne disent qu’ils ont obtenu ce qu’ils désirent et qu’il n’y a plus lieu de parler des traités96 ». Pour les Soviétiques, qui restent persuadés que les Français sont eux aussi des partisans acharnés du maintien de la division allemande, la détente doit aller de pair avec l’établissement de frontières inviolables tel que cela est proclamé dans le traité de Moscou, considéré par le Kremlin comme un succédané de traité de paix de la Seconde Guerre mondiale97.

  • 98 Entretien Schumann/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997.
  • 99 Note manuscrite de Cuvillier, 9 décembre 1971 ; note manuscrite de J-B Raimond, décembre 1971. AN, (...)
  • 100 Tg. NR 2182, de Rose, 7 décembre 1971 et NR 2241/49, de Rose, 9 décembre 1971. AMAE, AMAE, Europe 1 (...)

63Le destin de la CSCE est plus que jamais dans les mains des Allemands, eux-mêmes divisés quant à l’attitude à adopter. La CDU craint que la ratification des traités de l’Ostpolitik n’apparaisse comme un règlement de la question allemande et ne remette en question l’ancrage atlantique et européen de la RFA98. La fermeté soviétique sur le Junktim inverse ne fait que renforcer ses réticences à l’égard du traité de Moscou, ce qui rend les choses de plus en plus compliquées. Schumann propose alors à ses collègues du groupe de Bonn – qui réunit les représentants des États-Unis, du Royaume-Uni, de la RFA et de la France – de passer directement à la préparation multilatérale de la CSCE, ce qui assouplirait sans doute l’attitude soviétique. Il se heurte à un refus catégorique des Allemands et, surtout, des Américains99 : pour les uns, cela cristalliserait davantage l’opposition CDU ; pour les autres, cela reviendrait à céder à une manœuvre soviétique pour déstabiliser les positions occidentales100.

  • 101 Tg. NR 2182, de Rose, 7 décembre 1971. AMAE, AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

64Face à l’immobilisme de ses partenaires, à l’exception notable de la Grande-Bretagne qui se montre de plus en plus pressée de commencer les discussions préliminaires sur la CSCE, la France en vient à réévaluer ses conditions : à partir de décembre 1971, seule l’absence d’entente interallemande, notamment sur Berlin, peut être considérée comme un obstacle au bon déroulement des négociations préparatoires du fait de la participation future des deux États allemands à la CSCE. C’est donc seulement dans ce domaine que des progrès préalables doivent être réalisés. Sur ce point, la France s’oppose ouvertement aux États-Unis, ces derniers estimant primordial que soit signé un accord quadripartite définitif avant de passer à une rencontre multilatérale101.

  • 102 Entretien Pompidou/Brandt, 4 décembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

65Pompidou essaye de rallier Brandt à son point de vue en faisant valoir que, quoi qu’il en soit, l’accord interallemand et tout ce qu’il en découle – ratification des traités et signature du protocole – aboutira en 1972 ; il n’y a donc aucune raison d’attendre davantage pour débuter les discussions à Helsinki. Selon le président de la République, le désir soviétique d’ouvrir dans les plus brefs délais la conférence elle-même conduira l’URSS à faire pression sur la RDA pour qu’elle améliore rapidement ses relations avec la RFA. En outre, Pompidou soupçonne Nixon de vouloir donner personnellement le feu vert à l’ouverture des PMP lors de sa visite à Moscou102. En commençant les négociations multilatérales sans attendre la conclusion complète de l’accord sur Berlin, il souhaite justement éviter de donner aux deux Grands l’occasion de manifester leur prééminence sur les affaires européennes.

66Or, à l’automne 1971, Washington fait savoir à ses alliés que, dans tous les cas, la conférence ne pourra avoir lieu avant les élections américaines de novembre 1972 car cela signifierait que la détente est établie. Henry Kissinger estime que c’est loin d’être le cas dans la mesure où les Russes renforcent considérablement leur potentiel d’armes stratégiques. Selon lui, l’opposition démocrate se saisirait de ce prétexte pour réclamer à l’administration de nouveaux allégements du dispositif militaire américain en Europe.

  • 103 Entretien Kissinger/Beaumarchais/Lucet, 30 novembre 1971, Washington. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1 (...)
  • 104 Entretien Pompidou/Nixon, 13 décembre 1971, Açores. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1971-1974.

67Mais tandis que Kissinger ne voit toujours pas ce que la conférence peut apporter de bon aux Occidentaux103, aux Açores en décembre 1971, Pompidou tente de convaincre Nixon d’agir en faveur de la CSCE en rappelant l’importance qu’elle pourrait avoir sur le bloc de l’Est ; il souligne, comme il l’a fait auprès de Rogers dès 1969, que nombre de pays du pacte de Varsovie cherchent à se dégager de la tutelle soviétique. Si le président américain ne se fait guère d’illusions sur les buts réels de l’URSS à travers la CSCE, il reconnaît qu’elle pourrait avoir un effet positif sur les États sous influence soviétique. Nixon se dit alors prêt à s’entretenir davantage avec la France sur l’ordre du jour et les objectifs de la conférence104. Certes, jusqu’en 1974, les Américains se montrent fort sceptiques quant aux résultats possibles de la CSCE mais la rencontre des Açores marque une étape remarquable dans la préparation occidentale de la conférence. En effet, l’engagement de Nixon à coopérer avec la France se traduit aussitôt par un approfondissement des échanges franco-américains relatifs à la CSCE.

  • 105 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.
  • 106 Note SDEO, 12 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

68Mais, en 1971-1972, c’est avec les Britanniques que les Français s’entendent le mieux sur les relations Est-Ouest en raison de la politique pro-européenne menée par le Premier ministre Edward Heath. Le mandat de ce dernier correspond à une phase tout à fait exceptionnelle de l’histoire contemporaine britannique : francophile, Heath développe d’excellentes relations avec la France et tourne résolument son pays vers la construction européenne, au détriment de la relation spéciale qui lie traditionnellement la Grande-Bretagne aux États-Unis. Il s’accorde ainsi avec Pompidou, en mars 1972, sur le fait de ne pas subordonner les positions ouest-européennes à celles qui ressortiront des entretiens de Nixon à Moscou et aux résultats des élections américaines de novembre 1972. C’est pourquoi, dès février-mars 1972, le Premier ministre anglais et le président français donnent pour instruction à leurs ambassades à Helsinki d’entamer conjointement des discussions avec le ministère finlandais des Affaires étrangères chargé, de sa propre initiative, de centraliser les propositions concernant l’organisation et l’ordre du jour des PMP et de la conférence elle-même105. Paris souhaite devancer les pays de l’Est et influer sur les vues du gouvernement d’Helsinki avant que d’autres ne se prononcent106.

  • 107 Note SDEC, 29 novembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2979.
  • 108 Sarotte M., op. cit., p. 123-124.

69À l’automne 1971, les entretiens interallemands sur Berlin – ou entretiens Bahr-Kohl – cristallisent l’attention. La RDA est disposée à aller vite dans l’élaboration des arrangements avec Bonn et le Sénat de Berlin-Ouest, surtout après que Brejnev, en rentrant de sa visite à Paris, et Gromyko aient fait une escale à Berlin-Est afin de pousser Honecker, le nouveau leader de la RDA, à accélérer la négociation107. Le principal point de contentieux entre les deux Allemagne relève du domaine financier. Le SED – le parti communiste est-allemand – entend profiter du fait que son territoire soit un espace transitoire entre la RFA et Berlin-Ouest pour renflouer ses caisses avec la création d’un droit de passage108.

  • 109 Voir le détail de l’accord interallemand dans Sarotte M., op. cit., p. 129.

70Le compromis qui se fait jour en décembre 1971 facilite la circulation des hommes et des marchandises sur les routes, les voies ferrées et les voies navigables entre les secteurs occidentaux de l’ancienne capitale et la RFA. Il fixe également les conditions de paiement des taxes de passage à la RDA par le gouvernement ouest-allemand109.

  • 110 Note SDEC, 28 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3002.

71Une fois accomplie cette étape essentielle du Junktim, les Quatre doivent, comme prévu par l’accord quadripartite, approuver les documents interallemands afin que l’accord dans son ensemble soit ratifié par la RFA. Or, l’ultime paraphe soviétique, à laquelle les Américains et les Allemands subordonnent l’ouverture des PMP, dépend de la ratification des traités de Moscou et de Varsovie, à laquelle s’oppose la CDU. À cela s’ajoute la condition posée par Brandt à la participation de son pays à la CSCE et à l’entrée des Allemagne à l’ONU de trouver un modus vivendi avec Honecker sur les relations entre les deux États allemands. On espère, à Bonn, qu’après la conclusion d’un premier accord interallemand sur les transports – indépendant du protocole quadripartite et dont la négociation débute en janvier 1972 – et la ratification des traités de l’Ostpolitik, la RDA ne pourra plus se soustraire à l’évolution pacifique des relations entre l’Est et l’Ouest qui est censée se concrétiser lors des PMP110.

  • 111 Sarotte M., op. cit., p. 130.
  • 112 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Brandt, la question allemande et la transformation en Europe », art. (...)

72Au début de l’année 1972, préoccupés par l’accroissement des tensions avec la Chine et l’accélération des négociations entre Kissinger et le Nord Vietnam, les Soviétiques se montrent de plus en plus pressés d’obtenir la ratification des traités afin de sécuriser leur façade occidentale111. En RFA, les débats parlementaires sur la ratification commencent en février 1972 et se distinguent d’emblée par leur caractère passionné qui montre que la partie est loin d’être gagnée pour le chancelier et, par contrecoup, pour l’URSS. Chez les adeptes de la Deutschlandpolitik pratiquée au temps d’Adenauer, conduits par le chef de l’opposition CDU Rainer Barzel, Brandt est accusé de « brader les intérêts de l’Allemagne, d’entériner définitivement la division du pays et d’avoir consenti à la revalorisation du statut de la RDA sans avoir obtenu des concessions sur le sort des Allemands de l’Est112 ». Une véritable campagne de presse menée par l’opposition dénonce la diplomatie du SPD.

  • 113 Note SDEC, 25 avril 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2981.

73Les décideurs soviétiques prennent rapidement conscience de l’erreur qu’ils ont commise, par incompréhension du jeu parlementaire allemand, en liant la signature de l’accord sur Berlin, et donc le début des PMP, à la ratification du traité de Moscou et en donnant ainsi aux Allemands la clé de l’ouverture de la CSCE. Face au risque d’un échec diplomatique cuisant que leur ferait courir l’absence de ratification, les Russes demandent à Washington et Paris de bien vouloir convaincre Barzel de l’intérêt de voter en faveur des traités. Ils essuient un refus catégorique de la part du Quai d’Orsay qui estime que cela reviendrait à s’ingérer dans les affaires intérieures ouest-allemandes113. Cela n’empêche pas Pompidou et Schumann de mettre en garde les Allemands contre les conséquences d’un échec éventuel de la ratification. Le 19 mars 1972, le président de la République expose son point de vue à Edward Heath :

  • 114 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

« Nous resterons partisans de la conférence, mais il y aura une crise psychologique, voulue par l’URSS, qui entendra faire peur aux Allemands. Franchement, nous regretterions que le Bundestag repoussât les traités, non pas tant que nous craignions une crise, qui finira par se tasser, mais parce que le nationalisme allemand va renaître ; dans une campagne électorale, les deux côtés vont insister sur les thèmes nationaux. Nos relations restent excellentes avec les dirigeants de la CDU, mais je crois qu’ils prennent de grands risques pour la situation européenne114. »

  • 115 Entretien Schumann/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997.
  • 116 Entretien Pompidou/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AN, 5 AG 2 1011. RFA.

74Schumann, qui reçoit Rainer Barzel le 22 mars, ne mâche pas ses mots115. Selon le ministre, si la CDU dédaigne de ratifier les traités, la situation européenne deviendra fort inquiétante car il sera impossible pour Bonn de renouer le dialogue avec Moscou. En outre, parce que la responsabilité des Alliés sur l’Allemagne reste entière, ces textes laissent ouvert le droit à la réunification. Pompidou exhorte le député conservateur à « ne pas faire dérailler le train116 ».

  • 117 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Brandt, la question allemande et la transformation en Europe », art. (...)
  • 118 Sarotte M., op. cit., p. 136-137.

75Au grand soulagement de Brandt, des Soviétiques, des Français, des Britanniques et, dans une moindre mesure, des Américains, les traités de Moscou et de Varsovie sont définitivement adoptés par le Bundestag le 17 mai 1972 grâce à l’abstention des chrétiens-démocrates. L’influence des Occidentaux sur la CDU a indéniablement permis que celle-ci ne vote pas contre la ratification117. Mais ce n’est pas tout : Barzel et ses compagnons ayant indiqué qu’ils pourraient voter pour les traités si Moscou reconnaissait les effets bénéfiques de la Communauté européenne et la possibilité de changer les relations entre les deux Allemagne, Brejnev s’exécute presque immédiatement lors d’un discours prononcé le 20 mars 1972 dans lequel il admet la réalité de la CE et prend en compte la « lettre sur l’unité allemande » remise par Bonn au Kremlin en 1970118. L’évènement souligne le caractère urgent que les Soviétiques assignent à la ratification.

  • 119 Communiqué Otan du 31 mai 1972.
  • 120 Hakkarainen P., « From linkage to freer movement », art. cit., p. 171.
  • 121 Garton Ash T., op. cit., p. 94.

76Par voie de conséquence, la RFA et la RDA signent le traité sur le trafic le 26 mai, ce qui permet aux Quatre de conclure le protocole quadripartite sur Berlin le 3 juin 1972. Les 30 et 31 mai, la session ministérielle de l’Alliance atlantique à Bonn accepte l’ouverture de « conversations multilatérales liées aux préparatifs d’une conférence sur la sécurité et la coopération en Europe119 ». Le feu vert donné par les Alliés n’est pas sans inquiéter Egon Bahr pour qui les rapports interallemands ne sont pas suffisamment bons pour se lancer dans des négociations multilatérales. Un traité définissant la nature des relations entre les deux Allemagne est, à ses yeux, indispensable avant que la CSCE ne commence sinon cela signifierait une reconnaissance de facto de la RDA120. Aussi Brandt appelle-t-il l’URSS à faire pression sur les dirigeants est-allemands pour qu’ils soient bien disposés à négocier un traité fondamental avec la RFA. Le Junktim se poursuit de plus belle : le chancelier lie sa demande à l’entrée de la RDA à l’ONU, aux progrès de la préparation de la CSCE et à l’amélioration des liens entre la CEE et le bloc de l’Est121.

  • 122 Les représentants des deux Allemagne tentent de répondre à trois grandes questions : existe-t-il to (...)

77La seconde moitié de l’année 1972 est donc marquée par les négociations interallemandes relatives à l’élaboration d’un traité fondamental. Lorsque les PMP s’ouvrent le 22 novembre 1972 à Helsinki, les deux États allemands cherchent toujours un accord122.

  • 123 Entretien Pompidou/Gierek, 3 octobre 1972, Paris. AN, 5 AG 2 1016. Pologne. 1969-1974.

78À Paris, comme à Washington et à Londres, on estime que les accords interallemands sur Berlin et les négociations sur le traité fondamental lèvent les conditions posées à la reconnaissance de la RDA et à son admission à l’ONU. Il importe cependant aux Occidentaux d’attendre que les deux Allemagne terminent leurs discussions pour engager à leur tour un dialogue avec les autorités est-allemandes. Pourtant, rien ne semble plus irriter Pompidou que d’avoir à ignorer la RDA qui, selon lui, profite du Marché commun sans en avoir les inconvénients grâce à la libre circulation des marchandises entre les deux Allemagne123.

  • 124 Entretien Schumann/Sorsa (ministre finlandais des Affaires étrangères), 22 juin 1972. AMAE, CSCE, v (...)

79Schumann et lui veulent éviter que le problème des relations interallemandes ne domine une CSCE censée aborder les questions de sécurité et de coopération entre tous les Européens124. C’est ce que le président explique à Willy Brandt en février 1972 :

  • 125 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

« Il y a intérêt à ce que le problème de la RDA soit préalablement réglé. Dans la pensée des Russes, la conférence sur la sécurité était destinée à amener la RDA autour de la table. Les traités, le paraphe de l’accord de Berlin et vos discussions avec la RDA ont réduit l’importance de cet objectif initial. Lorsque cette conférence aura lieu, on verra la RDA à la table sans que cela soit une innovation ni un événement extraordinaire. Mais l’intérêt de la conférence, à mes yeux, c’est justement d’amener tout le monde à une même table pour parler des différentes questions, sans que les problèmes soient centrés sur l’Allemagne125. »

  • 126 Entretien Schumann/Scheel, 23 juin 1972, château de Gymnich. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973. Schuma (...)

80Aussi Schumann met-il Walter Scheel en garde contre le risque que la RDA soit reconnue par certains pays comme l’Inde, la Finlande et la Suède avant même que le traité fondamental ne soit signé. « Et je ne dis rien des pressions qui s’exercent sur le gouvernement français », précise le ministre126.

  • 127 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 538.
  • 128 Wilkens A., « Accords et désaccords », art. cit., p. 368.

81Le traité fondamental est finalement signé le 21 décembre 1972, un mois après l’ouverture des PMP. Renonçant à sa prétention de parler au nom de tout le peuple allemand, Bonn établit des relations avec sa voisine de l’Est « sur la base du droit international » sans pour autant reconnaître juridiquement la RDA, ce qui implique la présence, dans chacun des deux États, non pas d’ambassadeurs mais de « représentants127 ». À la suite de la signature du traité, la France entame les négociations avec la RDA le 17 janvier 1973. L’échange respectif d’ambassadeurs a lieu en mars 1974128.

La rencontre Pompidou-Brejnev d’octobre 1971

  • 129 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 96.

82Le voyage en France du secrétaire général du PCUS en octobre 1971 constitue une étape essentielle non seulement des relations franco-soviétiques mais aussi de la préparation de la CSCE. Comme le note Marie-Pierre Rey, Brejnev se déplace sans les autres membres de la troïka et, s’il choisit la France, c’est pour honorer la politique française de détente et « profiter au maximum de la respectabilité internationale que confère un séjour dans un pays historiquement et politiquement attaché aux droits de l’homme et aux libertés129 », à un moment où ces derniers deviennent un sujet central des discussions Est-Ouest.

  • 130 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

83À l’Élysée, Brejnev fait l’apologie des rapports de l’URSS avec Paris, soi-disant préférés aux liens avec Washington et Bonn130, alors qu’en réalité la France est secondaire pour un Kremlin qui joue sur les différences entre l’enthousiasme français à vouloir s’impliquer dans la préparation de la CSCE et les intentions ouest-allemandes de la repousser tant que la question interallemande ne sera pas réglée. On assiste donc à une véritable interaction franco-germano-soviétique en 1971-1972 dans laquelle la France reste à la remorque de la RFA : la venue de Brejnev est ainsi consécutive à sa rencontre avec Brandt à Oreanda, en Crimée, au mois de septembre précédent. Pompidou, conscient de cette faiblesse, entend rattraper son retard en jouant à fond la carte de la CSCE. Il réaffirme au chef du Kremlin son soutien inconditionnel à la conférence, qui doit avoir la priorité sur les MBFR contre lesquels la France maintient sa ferme opposition.

  • 131 Note pour le président, de J.-B. Raimond, 8 octobre 1971. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.
  • 132 Cité par Bariéty J., « La France, les droits de l’homme et la genèse de la conférence d’Helsinki de (...)
  • 133 Note SDEO, 7 juin 1972. AMAE, CSCE, vol. 26.
  • 134 Circulaire no 421, d’Alphand, 3 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

84Concernant l’ordre du jour de la conférence, Pompidou évite de saisir l’occasion de cette rencontre au sommet pour présenter des propositions concrètes sur les épineux problèmes des droits de l’homme, des contacts humains et de l’indépendance des petits pays socialistes. Le Quai d’Orsay conseille la temporisation au président afin de « garder une marge de manœuvre et de tactique pour la session de la conférence elle-même131 ». Néanmoins, la visite de Brejnev est loin d’être infertile puisqu’elle débouche sur la rédaction d’un document commun énonçant les Principes de la coopération franco-soviétique parmi lesquels est formulé « le vœu que s’élargissent les contacts entre les hommes132 ». À Moscou, on estime que ce texte doit devenir une référence pour la préparation de la CSCE133. Il est ainsi repris dans le communiqué adopté le 1er décembre 1971 par les ministres des Affaires étrangères du bloc de l’Est réunis à Varsovie, et qui en appelle à commencer sans délai les préparatifs de la CSCE134.

85Georges Pompidou ne souhaite donc pas rater l’occasion de rendre à la France sa place d’interlocuteur de premier plan avec l’Est. Aussi, passé le sommet d’octobre 1971, le rythme des rencontres franco-soviétiques au plus haut niveau s’accélère : Gromyko vient à Paris en juin 1972 ; Pompidou se rend à Zaslavl, près de Minsk, en janvier 1973 ; Brejnev est à Rambouillet en juin 1973 ; Gromyko est de nouveau en France en février 1974 tandis que, peu avant son décès et alors qu’il est très malade, le président de la République s’entretient avec le Premier Secrétaire du PCUS à Pitsunda, en Géorgie, au mois de mars suivant. La CSCE constitue le principal sujet de conversation de chacune de ces rencontres bilatérales.

  • 135 En janvier 1972, la Chambre de Commerce de l’URSS fait connaître son intention d’organiser un sympo (...)

86En parallèle, dans le but de promouvoir cette dernière auprès des opinions publiques européennes, et donc de faire pression sur les gouvernements occidentaux pour qu’ils outrepassent les conditions germano-américaines et donnent leur accord à l’ouverture rapide des PMP, Moscou organise ou soutient des réunions extra-gouvernementales censées aborder les grands problèmes touchant à la sécurité et à la coopération en Europe135.

  • 136 Note SDEO, 11 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.
  • 137 Entretien franco-allemand Puaux/von Staden, 11 août 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes (...)

87Les Français se montrent particulièrement hostiles à ce type d’événements, estimant qu’ils ont pour seul but de faire adopter des résolutions allant dans le sens des thèses soviétiques et préparant le terrain en vue de la CSCE, ce qui rendrait plus difficile la préparation de la conférence par les seuls gouvernements. Pour Paris, il est indispensable que les parlementaires occidentaux refusent d’y participer136. Ces vues sont largement partagées par les États-Unis – déjà guère favorables à la conférence – et la RFA137, pour qui rien ne doit perturber le calendrier établi selon le Junktim. Mais en dépit de cette position commune, le fossé qui sépare les conceptions françaises et américaines de la détente ne cesse de se creuser au début des années 1970.

La CSCE, les MBFR et les SALT : la mise en œuvre de deux conceptions de la détente

  • 138 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 30 (...)
  • 139 Entretien Schumann/Schuetz, 10 décembre 1969. AN, 5 AG 2 103. RFA. 1969-1974.

88Depuis les années 1960, aux États-Unis, des sénateurs – notamment le démocrate Mike Mansfield – et des membres de l’opposition s’élèvent contre le maintien d’effectifs militaires considérables en Europe qui grèvent le budget du pays et contre leur affectation à la défense d’un continent qui doit déjà son redressement à l’aide américaine. Cela explique en grande partie l’intérêt que porte la Maison-Blanche aux MBFR, considérées comme le thème majeur de toute discussion liée à l’Europe. Ainsi, en février 1970, Nixon pose ouvertement, dans son discours sur la politique étrangère, le triple problème de la défense européenne, de l’évaluation de la menace et de la péréquation des frais138. En mai 1971, la nouvelle campagne du sénateur Mansfield pour la réduction de 50 % des troupes stationnées en Europe pousse Kissinger à intégrer les MBFR au linkage : Washington s’engagera dans la préparation de la CSCE quand Moscou acceptera d’entamer des discussions sur la réduction des forces. La France est le seul pays de l’Otan, depuis le « signal de Reykjavik » de juin 1968 à ne pas s’associer aux MBFR. Alors que la RFA s’y veut très favorable, Schumann refuse que la CSCE soit « subordonnée à des conditions artificielles et extérieures au problème européen » comme la réduction des forces139.

89De fait, les années 1971 et 1972 voient se concrétiser l’expression de deux conceptions occidentales de la détente fondamentalement différentes. La doctrine américaine se fonde sur le principe du bloc à bloc et privilégie la détente militaire. La France prône strictement l’inverse : elle refuse le bloc à bloc et favorise la détente politique. Les SALT et les MBFR d’un côté, la CSCE de l’autre constituent les applications pratiques de ces deux conceptions. Rappelons que les Strategic Arms Limitation Talks font l’objet, depuis 1969, de négociations soviéto-américaines à Helsinki. Préoccupés par le coût croissant des armements nucléaires stratégiques, les deux Grands cherchent à aboutir à des « accords permanents de désarmement partiel ».

  • 140 Déclaration du Premier ministre à l’Assemblée nationale, 9 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, (...)

90Prolongement de la politique gaullienne, la conception française de la détente repose sur le droit que possède chaque nation européenne de s’exprimer librement en dehors des alliances militaires, sur le désir de rendre à l’Europe son rôle de centre de décision perdu après la Seconde Guerre mondiale et, par conséquent, sur le refus d’une perpétuelle domination des deux Grands sur le Vieux continent. Lorsque le 9 mai 1972, le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas justifie la politique Est-Ouest de la France devant l’Assemblée nationale, il présente l’engagement français dans la CSCE comme la mise en application du triptyque gaullien de « détente, entente, coopération », dont l’objectif majeur est de contribuer à mettre fin à la division de l’Europe140. C’est cette volonté de faire en sorte que les Européens reprennent la parole que traduit également l’implication de la France dans l’élaboration d’une identité européenne dont la CPE constitue la première manifestation.

  • 141 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 30 (...)
  • 142 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

91À Paris, on considère la détente politique comme prioritaire sur la détente militaire : le dispositif militaire en Europe centrale n’est pas en lui-même la cause de la tension entre l’Est et l’Ouest ; il n’en est au contraire qu’un effet : « prétendre le réduire avant que la détente ait accompli sur le plan politique des progrès évidents, c’est s’exposer à compromettre la défense de l’Europe occidentale sans obtenir en échange une diminution réelle de la menace que l’Est pourrait éventuellement exercer141 ». Seule une bonne entente internationale peut permettre d’inaugurer l’ère du désarmement, un ordre des choses auquel Pompidou cherche absolument à rallier Brejnev en octobre 1971142. Le président imagine la création, par la CSCE, d’un comité spécial qui pourrait un jour se charger de la question du désarmement – cette idée devient l’une des propositions phares des Soviétiques durant les PMP mais la France s’aperçoit très vite qu’elle est en réalité dangereuse – et auquel tous les États européens participeraient, évitant de faire du problème une simple discussion de bloc à bloc.

  • 143 C’est avec cet argument que Pompidou tente, en mai 1973, de convaincre Nixon de renoncer aux MBFR. (...)

92Aux yeux de Georges Pompidou, faire précéder la détente politique par une réduction des forces, même mutuelle et équilibrée, équivaudrait à créer au centre de l’Europe une zone démilitarisée et neutralisée qui, en cas de renouveau des tensions Est-Ouest, deviendrait le centre d’une nouvelle course aux territoires susceptible de dégénérer en troisième guerre mondiale143. Le président rappelle à de nombreuses reprises aux Allemands de l’Ouest, favorables aux MBFR, que de telles discussions ne sont que la récupération, par les Occidentaux, du fameux plan Rapacki de 1957, à l’époque rejeté par toutes les puissances de l’Ouest. Selon Pompidou, une réduction des forces placerait l’Allemagne au cœur de la zone neutralisée. En outre, il est hors de question que l’armée française quitte le territoire allemand.

  • 144 Haftendorn H., art. cit., p. 245.
  • 145 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 30 (...)

93Ainsi, les arguments français à l’encontre des MBFR restent quasiment identiques depuis les premières propositions polonaises des années 1950, Pompidou arguant que la situation militaire existante en Europe constitue un facteur de stabilisation devant être maintenu tant que la division Est-Ouest demeure144. Il juge par ailleurs indispensable le maintien de la présence des forces américaines en Europe, ne serait-ce que pour préserver le moral de la population ouest-allemande ; elle est d’autant plus nécessaire que les conversations SALT et l’évolution des concepts d’emploi de l’arme atomique sous toutes ses formes amenuisent la protection du parapluie nucléaire des États-Unis. En effet, la stratégie de la riposte flexible, qui requiert un effort en armements conventionnels adapté à l’accroissement estimé constant du potentiel soviétique, exige, selon la France, que l’armée américaine garde une présence significative sur le sol européen. Un retrait des États-Unis obligerait les Français à mettre en commun leurs moyens nucléaires avec ceux des Britanniques au sein d’une communauté européenne de défense145. Or, ils souhaitent préserver l’intégrité de leur force nucléaire stratégique et leur autonomie pour ce qui est des décisions dans ce domaine, comme l’a prouvé le retrait du commandement intégré en 1966.

  • 146 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

94Auprès de Brandt, Pompidou développe la doctrine française en matière de sécurité européenne en avouant sa conviction que les Soviétiques pourraient « finlandiser » l’Allemagne en se servant des MBFR : la neutralisation réglerait le problème de la réunification puisque les deux Allemagne auraient un statut militaire similaire. Pour lui, et ce point est crucial, il existe trois moyens concomitants d’éviter cela : la CSCE – « le rapprochement de tous les peuples de l’Est et de l’Ouest, et aussi des deux États allemands, pourra ainsi se faire dans une atmosphère politique de coopération et de détente et non pas de neutralisation de l’Europe centrale et donc de l’Allemagne » –, la construction européenne – « il est fondamental que l’Europe occidentale se renforce et elle ne peut le faire sans la République fédérale qui en est un élément fondamental » – et l’ancrage de la RFA à l’Europe de l’Ouest – « il est également fondamental que la République fédérale soit solidement amarrée à l’Europe occidentale si elle veut défendre sa personnalité contre l’emprise progressive et alors très menaçante de l’Union soviétique146 ».

  • 147 Les propos tenus à l’auteur par quelques-uns des diplomates en charge de ces affaires à l’époque se (...)
  • 148 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 149 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

95La crainte d’un rapprochement germano-soviétique laissant ouverte la voie d’un compromis fondé sur l’échange de la réunification contre la neutralisation, le tout étant permis par les MBFR, est particulièrement prégnante au Quai d’Orsay147. Par ailleurs, la France refuse que la situation militaire en Europe serve de filet de sécurité à l’URSS en Asie : la zone-tampon créée au centre du continent par la réduction des forces permettrait aux Russes de se concentrer davantage sur leur politique en Asie et au Proche-Orient148. Enfin, Pompidou explique à Brejnev que la puissance militaire de la France étant en constitution, il ne peut prendre en considération une diminution des programmes militaires français, alors que Paris consacre à l’armement « une part du revenu national inférieure non seulement à celle de l’URSS et des États-Unis, mais encore à celle du Royaume-Uni et même de la RFA149 ».

  • 150 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.

96Le communiqué publié à l’issue de la session ministérielle de l’Otan à Rome en mai 1970 est ambigu sur la question des MBFR comme condition préalable à la CSCE150. Le texte de l’Alliance atlantique parle de « conversations en cours sur l’Allemagne et sur Berlin » sans faire réellement de la réduction des forces un préalable, mais plutôt un test visant à évaluer la bonne volonté des Soviétiques à établir la détente en Europe. En fait, ce sont surtout les Américains qui présentent les MBFR comme une pré-condition à la conférence.

97Le 14 mai 1971, dans un contexte où l’URSS éprouve un sérieux besoin de détente avec l’Occident, Brejnev lance le « signal de Tbilissi », réponse à l’appel de Reykjavik, par lequel Moscou se dit disposé à discuter de la réduction mutuelle et équilibrée des forces étrangères et nationales, avant la CSCE s’il le faut. La position soviétique n’apparaît pas pour autant clairement définie, ce qui suscite un peu plus de méfiance de la part des Français sur la question.

  • 151 Entretien Schumann/Scheel, 19 novembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

98L’opposition française aux négociations sur la réduction des forces, qui va de pair avec la dénonciation par Paris du risque de condominium soviéto-américain que pourraient causer les SALT, peut, à première vue, amener la France à se contredire et à faire figure de partisane du statu quo puisqu’elle refuse un aspect entier de la détente militaire. Néanmoins, son engagement à l’égard de la CSCE nuance ce jugement : elle entend bien l’utiliser pour desserrer progressivement l’étau soviétique sur l’Europe orientale et contribuer à mettre fin à la division du continent151.

  • 152 Hanhimäki J., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 40-42.
  • 153 C’est ce qu’avoue le Département d’État américain à l’ambassadeur Charles Lucet. Tg. 749/51, de Luc (...)

99Quant aux États-Unis, qui privilégient la détente militaire, ils préfèrent un dialogue direct avec l’autre Grand et font de l’Otan l’élément clé dans la définition de la politique de détente. Aussi la CSCE ne correspond-elle pas à leur vision des relations Est-Ouest, même s’ils ne se privent pas de l’utiliser pour parvenir à leurs fins, comme le prouve la multiplication des préalables à l’ouverture des PMP. Pour l’administration Nixon, la conférence est un problème périphérique comparé aux relations avec la Chine, à la guerre du Vietnam ou à la situation au Proche-Orient, ce qui n’est pas sans déplaire aux alliés de l’Amérique comme la France ou la Grande-Bretagne152. Mais devant le soutien massif des Européens de l’Ouest au projet, elle sait que la conférence est inévitable153.

  • 154 Alors que Brejnev est d’accord pour commencer à préparer les MBFR, Nixon accepte le début des conve (...)

100Par conséquent, en dépit de cette quasi-indifférence, la CSCE prend sa place dans la stratégie américaine du linkage, étant donné par ailleurs l’attachement que lui portent les Soviétiques. C’est précisément cette stratégie qui irrite les alliés européens des États-Unis, surtout quand les deux Grands parviennent à un compromis concernant la mise en place du calendrier des négociations à venir lors du voyage secret de Kissinger à Moscou en avril 1972 et lors du sommet entre Nixon et Brejnev, également à Moscou, en mai 1972154.

  • 155 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 61.

101La rencontre de mai 1972 est surtout marquée par la signature de l’accord SALT I dont l’objectif est de garantir la parité nucléaire en maîtrisant les développements technologiques incontrôlés qui pourraient fournir à l’un des deux camps une supériorité momentanée. En d’autres termes, l’accord « consacre le souci croissant des deux Grands de s’assurer que l’autre ne sera jamais tenté d’essayer contre son territoire une “frappe en premier”155 ». Le sommet de Moscou et les SALT soulignent ainsi la volonté des États-Unis de discuter directement avec les Soviétiques, sans s’encombrer de la présence des Britanniques et des Français qui avaient l’habitude de prendre part à ces rencontres au sommet durant les années 1950 et 1960. Pour Paris, la menace du condominium soviéto-américain devient progressivement une réalité.

102Paradoxalement, la France et les États-Unis défendent, lors des PMP, un point de vue souvent proche sur l’ordre du jour de la CSCE. Une coopération franco-américaine est même clairement perceptible sur certains sujets essentiels. On le voit justement à propos de la relation CSCE/MBFR : les deux pays s’y opposent, mais pour des raisons divergentes. C’est cette différence fondamentale de conception de la détente qui conduit Washington et Paris à vouloir une conférence indépendante des autres fora internationaux, les Américains parce qu’ils souhaitent éviter les interférences sur leur dialogue avec Moscou, les Français parce que le dialogue soviéto-américain ne doit pas avoir d’impact sur la conférence paneuropéenne.

  • 156 Haftendorn H., art. cit., p. 241.
  • 157 Le 17 novembre 1971, le sénateur Mansfield reprend l’initiative en déposant un nouvel amendement en (...)
  • 158 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 30 (...)

103À Bonn, on considère que détente politique et détente militaire doivent aller de pair. Si les traités de l’Ostpolitik prouvent largement l’attachement ouest-allemand à la première, le soutien de la RFA à la seconde se manifeste par son appui constant, depuis le « signal de Reykjavik », au principe d’une réduction mutuelle et équilibrée des forces. Celle-ci appuierait l’Ostpolitik en aboutissant à un relâchement des tensions qui améliorerait la vie des Allemands de l’Ouest comme de l’Est156 ; elle stabiliserait le processus de détente par le biais de mesures concrètes de contrôle des armements qui réduiraient le déséquilibre militaire en Europe centrale et préviendrait les plans américains de retrait unilatéral des troupes157 ; elle entretiendrait un espoir de libération chez les satellites en permettant de lutter contre le gel politique à l’Est et la doctrine Brejnev158.

  • 159 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 104-107.
  • 160 Bange O., art. cit., p. 30-35.

104Mais Egon Bahr va plus loin encore, il souhaite depuis 1967 que les MBFR ne concernent pas seulement les armées de l’URSS et des États-Unis mais aussi les forces nationales, c’est-à-dire européennes. Il propose de ramener le total des armes nucléaires américaines en Europe de six mille à deux cents unités. Son but est de provoquer, en parallèle, un retrait progressif des troupes soviétiques en RDA afin de créer les conditions de la réunification159, le tout au sein d’un nouveau système de sécurité européenne incarné par la CSCE. Cette dernière, les MBFR et les traités de l’Ostpolitik forment ce que Bahr appelle un « Gesamtkonzept », c’est-à-dire un système de traités et d’accords inséparables les uns des autres160.

  • 161 Entretien Pompidou/Brandt, 26 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA.

105De telles prétentions ne vont pas sans accroître l’appréhension de Paris et Londres à l’égard de négociations germano-soviétiques évoquant le souvenir du traité signé à Rapallo en 1922. L’inquiétude française est d’autant plus importante que d’une part, l’Élysée n’apprend que tardivement que Brandt et Brejnev se sont retrouvés à Oreanda en septembre 1971 pour discuter de la CSCE et de la réduction des forces et que d’autre part, Brandt veut inclure les MBFR dans l’agenda de la CSCE. Dès janvier 1971, le chancelier explique à Pompidou que cela est nécessaire afin d’éviter que l’accord sur la réduction des forces en Europe ne soit négocié que par les superpuissances161. C’est également un moyen pour la RFA – et cela Brandt ne le dit pas – de maintenir un lien étroit avec les Américains, garants de la sécurité ouest-allemande. Or, pour le président français, l’association CSCE/MBFR ne résoudrait pas le problème car le résultat serait identique : l’Allemagne serait neutralisée.

106De fait, à partir de l’automne 1971, l’un des objectifs majeurs de Paris – soutenu par Washington et Londres – avant les PMP est d’empêcher que ne soit établi le lien direct voulu par Bonn et appuyé par la plupart des autres pays de l’Otan, entre la CSCE et les MBFR. Les principaux débats occidentaux sur cette question ont lieu au Conseil de l’Atlantique nord, où se manifeste une triple pression : la pression franco-américaine sur la RFA pour que celle-ci refuse le lien entre les deux négociations, la pression germano-américaine sur la France pour qu’elle se joigne enfin aux MBFR, la pression des Européens sur les États-Unis pour qu’ils préparent plus intensément la CSCE.

  • 162 Dépêches no 202 et 283, de Rose, 2 et 23 mars 1972. AMAE, CSCE, vol. 23.

107C’est en mars 1972 que les discussions à l’Otan sont les plus fructueuses : la France et les États-Unis repoussent catégoriquement un texte allemand visant à déterminer comment les Occidentaux aborderont les MBFR à la CSCE. Selon Washington, si une telle relation se fait, alors la CSCE se bornera à proclamer le principe de la réduction des forces sans qu’il n’y ait de mise au point précise sur le niveau de réduction, ce qui affaiblirait la position initiale des Occidentaux sur cette question et serait présenté comme un succès dans le domaine de la sécurité par le pacte de Varsovie162.

  • 163 Tg. NR 111-116, de Schumann à la délégation française à l’Otan, 23 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976 (...)
  • 164 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.
  • 165 Circulaire no 297, d’Alphand, 16 juin 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

108Malgré leur intérêt commun à éviter que les MBFR soient discutées à la conférence, les conversations franco-américaines sur ce point demeurent marquées par une incompréhension mutuelle. En effet, la Maison Blanche entend organiser la réunion préparatoire sur la réduction des forces à Helsinki, en même temps et au même endroit que les PMP de la CSCE, ce qui provoque un certain agacement chez les Français qui y voient, pour le coup, un moyen dissimulé de lier les MBFR à la CSCE : les deux instances de négociation auraient forcément une influence l’une sur l’autre163. Paris se trouve de plus en plus isolé dans sa position, fondée sur une séparation stricte, d’autant que les Soviétiques, après que Brejnev ait essayé de rallier Pompidou aux MBFR en octobre 1971164, adoptent une attitude floue consistant à soutenir alternativement les points de vue français, américain et allemand et à émettre l’idée que les MBFR pourraient être traitées au sein d’un organisme créé par la CSCE, ce que Schumann ne peut concevoir du fait du lien automatique qui se créerait alors entre chaque forum165.

109Naît ainsi, dès la fin de l’année 1971, une relative circonspection, en France, à l’égard des intentions de l’URSS, de la RFA et des États-Unis, comme le prouvent de nombreux propos de Georges Pompidou. Rencontrant Richard Nixon aux Açores, il dit ne pas comprendre la position des Allemands sur les MBFR :

  • 166 Entretien Pompidou/Nixon, 13 décembre 1971, Açores. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1971-1974.

« Ce sont eux qui devraient être les plus opposés à une réduction équilibrée puisqu’ils devraient se sentir les plus exposés. À vrai dire, Brandt est hostile à l’idée d’une neutralisation, d’une finlandisation, mais quand il n’y aura plus en Allemagne de forces américaines, ni d’ailleurs de troupes canadiennes, britanniques ou françaises, elle ne sera pas loin de la neutralisation166. »

110Le désaccord franco-allemand sur la réduction des forces demeure total. Il ne remet certes pas en cause la coopération politique entre les deux pays telle qu’elle se développe alors par le biais de la CPE, mais souligne clairement les divergences qui les séparent en ce qui concerne les conditions de la sécurité européenne.

  • 167 Tg. NR 5771/78, de Kosciusko-Morizet, 26 août 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 168 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

111Les Américains n’ont guère plus de succès que la RFA lorsqu’ils tentent, à l’été 1972, de convaincre les Français de participer aux MBFR167. Pompidou présume que si Nixon est réélu en novembre 1972, il considérera ces dernières « comme une amusette car l’Alliance a lancé cette idée et en est prisonnière » et fera traîner les choses pour satisfaire le sénateur Mansfield. Pompidou est persuadé qu’au fond, Nixon n’envisage pas de réduire la présence américaine en Europe et, dit-il à Brandt, « ce n’est pas la France qui l’y poussera168 ».

  • 169 Haftendorn H., art. cit., p. 251.
  • 170 Dépêche no 202, de Rose, 2 mars 1972. AMAE, CSCE, vol. 23.
  • 171 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973 ; Extrait de la dép (...)

112Le président ne cache pas sa satisfaction lorsqu’en avril 1972 Brejnev et Kissinger se mettent d’accord pour séparer la conférence sur la sécurité et les MBFR en deux instances de négociations. Brandt finit lui aussi par se rallier à cette idée, validée par l’Otan fin mai, mais il exige que les États intéressés aient l’opportunité de discuter, à la CSCE, des réductions de troupes ainsi que des mesures militaires destinées à accroître la confiance et la stabilité169. Celles-ci ont principalement trait à la notification des mouvements de troupes et des manœuvres militaires. Comprenant qu’il ne pourra pas refuser que la CSCE aborde ce sujet170, Pompidou s’y montre favorable à condition de les dissocier des MBFR et qu’elles s’étendent aux provinces occidentales de l’URSS, dans la mesure où elles permettraient d’éviter « une nouvelle intervention soviétique du type tchécoslovaque car ce serait en opposition à des accords internationaux171 ».

113Au total, le rapprochement soviéto-américain, consacré au printemps 1972 et concrétisé par les accords SALT, l’insistance allemande sur les MBFR, l’ambiguïté des positions soviétiques à la fois sur l’ordre du jour de la CSCE et sur la réduction des forces et le fait que les États-Unis, notamment avec la décision de Nixon de suspendre la convertibilité du dollar en or en août 1971 et leur désintérêt pour la conférence de sécurité, développent une politique jugée trop égoïste à Paris conduisent le président Pompidou à qualifier la période qui s’ouvre en 1972 d’« ère des incertitudes ». En dépit des assurances soviétiques, la France voit bien que ses relations avec l’URSS sont secondaires par rapport à la nouvelle entente entre les deux Grands, ce qui la prive de sa spécificité diplomatique initiée par le général de Gaulle.

  • 172 Tg. no 7592/7600, de Seydoux, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

114Aux yeux des Français, la CSCE doit justement permettre à l’Europe, et en particulier à la France, de reprendre son destin en main, en débouchant « sur un système de relations qui diffère de celui qui existe à l’heure actuelle sur le plan bilatéral. Nous éviterions ainsi de voir ramener à un dialogue soviéto-américain l’examen des affaires européennes172 ». C’est dans cette optique qu’il faut envisager la préparation française de la conférence à partir de 1972 : les propositions sur l’ordre du jour et l’organisation de la CSCE ont précisément pour but de rendre à l’Europe un rôle central dans les relations internationales.

  • 173 Entretien Schumann/Ruete, 6 juillet 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997 ; note SDEO (...)
  • 174 Une série de télégrammes rend compte des entretiens franco-finlandais sur la préparation de la CSCE (...)
  • 175 Note de la cellule CSCE, 9 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 176 Tg. no 1802/07, de Rose, 8 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

115La tâche attribuée par la France à la conférence explique son agacement quand la CSCE subit elle aussi les effets du condominium des superpuissances. Tel est le cas lorsque Brejnev et Kissinger s’accordent pour que la conférence de sécurité commence après les élections américaines de novembre 1972. Pompidou et Schumann n’admettent pas qu’une rencontre multilatérale d’une pareille importance et portant sur l’Europe puisse être subordonnée à un événement relevant de la politique intérieure des États-Unis173. Aussi, dès la fin de 1971 et tout au long de l’année 1972, la France en appelle-t-elle à une convocation des PMP dans les plus brefs délais et débute-t-elle précocement – en février 1972 – les conversations avec les Finlandais174 afin de contrer les décisions bilatérales des deux Grands. Cependant, il faut bel et bien attendre que soit définitivement établi le calendrier soviéto-américain, pourtant implicitement rejeté par les Neuf en novembre 1972175, et enfin que Washington accepte, au lendemain de la réélection de Nixon, d’entamer les PMP à Helsinki, pour que l’ensemble des pays de l’Alliance atlantique fixent au 22 novembre 1972 le premier jour de la préparation multilatérale de la CSCE176.

Préparer la CSCE : la France et la multilatéralisation de la détente

116Bien que les discussions Est-Ouest et Ouest-Ouest touchant à la CSCE portent, durant les années 1970-1972, essentiellement sur les préalables à la conférence, le schéma d’organisation et le contenu de l’ordre du jour de la future réunion font d’ores et déjà l’objet de nombreuses discussions dans chacun des deux camps. En somme, la préparation de la CSCE débute bien avant que les pré-conditions requises ne soient réunies. Si, à l’Est, la question de savoir dans quelle instance envisager la mise en commun des propositions de chaque pays dit socialiste ne se pose pas, ce n’est pas le cas à l’Ouest où la relance de la construction européenne aboutit à la création d’un forum parallèle au Conseil de l’Atlantique nord. La France, qui continue de proclamer haut et fort sa ferme hostilité au « bloc à bloc », prend rapidement la tête de la Coopération politique européenne et, dans l’optique de la CSCE et de sa préparation, entend en faire le principal organe de concertation occidentale.

  • 177 Déclaration du Conseil de l’Atlantique nord réuni en session ministérielle les 4 et 5 décembre 1969 (...)

117Pourtant, l’Alliance atlantique intensifie, dès la fin de l’année 1969, le rythme des conversations intra-occidentales visant à coordonner les positions de chacun des alliés. Lors de la session ministérielle du 5 décembre 1969, ces derniers répondent certes au désir des États d’Europe orientale d’approfondir les relations économiques et techniques Est-Ouest, mais ils les subordonnent à la réalisation d’échanges culturels « mutuellement avantageux pour favoriser la compréhension réciproque ». Ceux-ci sont entendus dans le sens « d’une plus grande liberté dans la circulation des personnes, des idées et des informations177 ». Il s’agit, pour les Occidentaux, de ne pas laisser l’URSS profiter unilatéralement d’une conférence se bornant à consacrer les frontières et la prépondérance soviétique à l’Est. Si la France adhère à l’initiative atlantique, elle multiplie simultanément ses efforts pour transférer la préparation de la CSCE dans le cadre ouest-européen.

Le lancement de la Coopération politique européenne

118Les 1er et 2 décembre 1969, le sommet européen réuni à La Haye aboutit à trois décisions essentielles pour l’avenir de la Communauté : la France lève officiellement son veto à l’adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège ; les Six fixent l’objectif d’une Union économique et monétaire ; les chefs d’État et de gouvernement présents demandent aux six ministres des Affaires étrangères d’établir un rapport sur les moyens de mettre en œuvre une coopération politique efficace entre les pays membres. Ainsi naît la CPE, qui devient progressivement opérationnelle entre 1970 et 1972 et concrétise la volonté ancienne des Six de compléter l’intégration économique par une coordination en matière de politique étrangère. Après des années de crise, marquées notamment par les refus du général de Gaulle de voir la Grande-Bretagne intégrer le Marché commun, le sommet de La Haye constitue une avancée considérable.

  • 178 Note de Lipkowski rendant compte d’un entretien avec Pompidou, 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1035. Aff (...)

119En s’appuyant sur le triptyque « achèvement, approfondissement, élargissement », Georges Pompidou joue un rôle majeur dans cette évolution. Les raisons qui le conduisent à accepter les Britanniques dans la Communauté européenne sont claires : en 1969, la France ne peut d’abord plus refuser la candidature du Royaume-Uni au risque de s’aliéner la plupart de ses alliés et de s’isoler sur la scène occidentale ; ensuite, l’élargissement permet de contrebalancer la puissance économique de la RFA mais aussi d’obtenir l’appui de Londres contre les appels au supranationalisme178.

  • 179 Cet argument est d’ailleurs le seul avancé par Henry Kissinger pour expliquer la levée du veto fran (...)
  • 180 Jobert M., Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 186.

120Même s’il assure Brandt de sa confiance, Pompidou demeure inquiet quant aux conséquences d’une possible collusion germano-soviétique. Il fait ainsi de l’élargissement et de l’UEM les principaux moyens d’empêcher une renaissance du nationalisme allemand et un « nouveau Rapallo179 ». D’après le secrétaire général de l’Élysée Michel Jobert, le président n’a alors de cesse de répéter qu’« il ne faudrait pas trop gratter pour que les Français retrouvent vives les plaies d’autrefois » à l’égard de l’Allemagne180. On retrouve une fois encore la question allemande au cœur des préoccupations européennes de Pompidou : c’est elle qui le mène à la fois à sortir de l’impasse que connaît la Communauté depuis le début des années 1960 et à accepter la CSCE.

121Les changements politiques qui s’opèrent en Grande-Bretagne en 1970 confortent le président français dans sa vision du rôle des Britanniques vis-à-vis de la CE. Tant que le travailliste Harold Wilson reste au pouvoir, les relations franco-britanniques demeurent marquées par la suspicion, surtout depuis l’affaire Soames. Il faut attendre la victoire en avril 1970 du conservateur Edward Heath, fervent partisan de l’adhésion et de la construction européenne, pour que la France perçoive véritablement le Royaume-Uni comme disposant d’un vrai potentiel pour l’Europe. Si de Gaulle estimait que l’entrée de la Grande-Bretagne transformerait le Marché commun en zone de libre-échange soumise aux capitaux américains, aux yeux de Pompidou la Communauté garde toute sa viabilité d’origine même après l’adhésion. En revanche, ce dernier est sceptique quant à la possibilité d’une unification politique durant son mandat :

  • 181 Pompidou à Lipkowski, note du 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1035. Affaires européennes. 1969-1974.

« Je ne crois pas à l’Europe politique, du moins pas dans l’immédiat. Peut-être viendra-t-elle un jour en 1980 ou plus tard. Mais j’en doute fort181. »

  • 182 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1970, Bonn. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.
  • 183 Entretien Pompidou/Moro, 20 mai 1970, Paris. AN, 5 AG 2 109. Italie. 1969-1973.
  • 184 De La Serre F., Leruez J., Wallace H., Les politiques étrangères de la France et de la Grande-Breta (...)
  • 185 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 45.
  • 186 Ibid., p. 33, 41, 46.

122Il est cependant favorable à une coopération politique se traduisant par des rencontres régulières des ministres des Affaires étrangères afin « de rapprocher les points de vue, voire d’atteindre une harmonisation dans certains cas182 ». Les préoccupations de Pompidou sur la CPE se fondent sur trois problèmes dont il présente les enjeux à Aldo Moro le 20 mai 1970 : il importe de développer une coopération politique souple, de ne pas donner l’impression de former un nouveau bloc pour ne pas inquiéter l’URSS et d’associer un minimum les Britanniques aux débuts de la CPE183. En d’autres termes, celle-ci doit se situer dans le droit fil des conceptions gaulliennes et n’imposer aucune contrainte à l’ambition internationale de la France184. Paris espère utiliser la CPE pour sauvegarder son leadership en Europe et réduire l’influence des États-Unis sur la RFA. Comme le remarque très justement Daniel Möckli, on ne peut pas écarter l’idée selon laquelle l’une des motivations françaises au travers de la CPE est d’équilibrer l’élargissement par un mécanisme de politique étrangère clairement gaulliste185. Pompidou se montre garant de l’héritage du Général quand il souligne auprès de Moro qu’il n’entend pas sacrifier la détente au bénéfice de la construction politique européenne. La réussite de la CPE au début des années 1970 tient à ce que Brandt s’inscrit lui aussi dans cet ordre d’idées : le chancelier a besoin d’une CE forte qui soutient l’Ostpolitik et apaise les craintes d’un « nouveau Rapallo » mais qui ne provoque pas l’URSS186.

  • 187 Ibid., p. 50.
  • 188 Ibid., p. 52-53.

123Ce succès tient également au rapprochement franco-britannique que Heath, dès son arrivée au 10, Downing Street, présente comme une priorité de sa politique étrangère. Alors que Wilson s’opposait fermement à ce que les négociations de la CPE soient lancées avant que son pays n’adhère à la Communauté, le nouveau premier ministre stoppe ce type de velléités dès avril 1970 dans le but de ne pas braquer les Français. En compensation, Pompidou réintègre le 5 juin 1970 le Conseil de l’UEO que la France avait quitté en février 1969 pour manifester son mécontentement à la suite des critiques émises, au sein de cet organisme, sur la politique française en matière d’élargissement de la CE. Siégeant toutes deux à l’UEO, la Grande-Bretagne et la France peuvent y mettre en commun leurs idées lors des débats sur la sécurité et la défense de l’Europe. La confiance mutuelle qui unit Heath et Pompidou est particulièrement visible lors du sommet franco-britannique de Paris de mai 1971 au cours duquel le chef du gouvernement du Royaume-Uni assure son interlocuteur de son engagement en faveur du renforcement de l’Europe187. Pour Heath, la participation du Royaume-Uni et de la France à un processus de coopération européenne en politique étrangère permet un formidable rapprochement entre deux puissances majeures qui disposent toutes deux d’un droit de veto à l’ONU, de droits et responsabilités sur l’Allemagne, de la force nucléaire et d’une influence dans le monde. En outre, la coopération monétaire européenne lancée au printemps 1971 étant touchée de plein fouet par les crises monétaires à répétition, la CPE devient, aux yeux du président français, une alternative à l’UEM quant aux progrès de l’unification européenne188.

  • 189 Le comité prend le nom du Belge Etienne Davignon, la Belgique exerçant la présidence tournante de l (...)
  • 190 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 43-46.

124Ce renforcement prend ses racines à La Haye en 1969 et se traduit par la création, le 6 mars 1970, du comité Davignon189 qui, réunissant les six directeurs politiques, s’attache à produire un rapport sur la CPE rendu public le 23 octobre 1970 lors du sommet du Luxembourg. Le rapport Davignon relève d’une conception minimaliste fondée sur les desiderata français et allemands : on n’y parle ni de politique étrangère commune ni d’institutions permanentes de coopération. De plus, la CPE est distinctement découplée de l’intégration économique, tirant ainsi les leçons des tentatives précédentes. Son but essentiel est d’harmoniser les points de vue sur le long terme en s’appuyant sur un Comité politique des directeurs politiques nationaux, ce qui diffère de la diplomatie multilatérale pratiquée à l’Otan et à l’ONU où le rôle central est joué par les représentants permanents. Le Comité politique, qui se réunit au moins une fois par mois, peut mandater des groupes de travail composés d’experts issus de chaque pays dont la tâche est de produire des rapports, agréés ou non par les ministres, sur des sujets spécifiques. Il est officiellement instauré le 27 octobre 1970, rendant la CPE opérationnelle à partir de cette date. La modestie du dessein envisagé fait que le rapport est facilement adopté par les chefs d’État ou de gouvernement, y compris par les futurs adhérents190.

  • 191 Ibid., p. 53.

125Daniel Möckli met finalement en évidence quatre séries de facteurs pour expliquer la naissance et l’essor de la CPE dans les années 1969-1972, alors que les aspirations à l’union politique n’ont cessé de se manifester parmi les Six depuis les traités de Rome de 1957. En premier lieu, la parité nucléaire entre les superpuissances implique une importance croissante du pouvoir économique et une multipolarisation du système international qui donne aux regroupements régionaux comme la CEE une plus grande marge de manœuvre et permet à l’Europe de développer sa propre identité politique. Deuxièmement, les Européens se montrent désormais capables, au début de la décennie 1970, de sortir des impasses qui les empêchaient de progresser vers l’unification politique. La « question britannique » est ainsi résolue grâce à la « question allemande » : le pouvoir économique de la RFA et son Ostpolitik nécessitent un nouveau contrepoids anglo-français en Europe. Troisièmement, le renouveau des dirigeants à Paris, Londres et Bonn participe de cette évolution. Enfin, à partir de l’été 1971, la suspension de la convertibilité du dollar en or par le président Nixon et donc la fin du système de Bretton Woods encouragent les Six à renforcer davantage la CPE191.

L’occidentalisation de la CSCE : la France entre la CPE et l’Otan

126Les 19 et 20 novembre 1970 à Munich, les six ministres des Affaires étrangères identifient la CSCE et le Moyen-Orient comme étant les deux sujets de consultation sur lesquels les Six devront harmoniser leur politique. Le Comité politique crée des groupes de travail dédiés exclusivement à ces thèmes et les charge de réaliser les premières études communes. Le groupe CSCE est divisé en deux : un sous-comité d’experts issus des États membres est chargé des questions relevant de la sécurité et des échanges Est-Ouest ; pour éviter que la conférence n’empiète sur les prérogatives de la CEE, on met également en place un groupe de travail ad hoc sur les aspects économiques de la CSCE avec, en plus des spécialistes provenant de chacun des six pays de la CEE, la participation de représentants de la Commission européenne.

  • 192 Soutou G.-H., « The linkage between European integration and détente », art. cit., p. 11-35.

127La CSCE symbolise ainsi la rencontre, chère à Georges Pompidou, de la détente avec l’intégration européenne192. Conjuguée à une CPE visant à définir une politique commune à l’égard de la sécurité et de la coopération en Europe, elle est le meilleur moyen d’éviter que le rapprochement germano-soviétique ne conduise à la neutralisation de l’Allemagne. En outre, la CSCE comme la CPE participent de la lutte contre le condominium soviéto-américain puisqu’elles confèrent chacune une possibilité aux Européens de faire entendre leur voix dans le cadre de la détente. Enfin, la conférence fournit aux Six, puis aux Neuf à partir de 1973, une occasion de participer à la restructuration du système international et d’impliquer l’URSS dans un dialogue sur la sécurité de l’Europe et les droits de l’homme, principe essentiel sur lequel se fonde la CEE.

  • 193 Möckli D., « The EC Nine, the CSCE, and the changing pattern of European security », in Wenger A., (...)

128Néanmoins, avec l’approfondissement de la coopération politique sous l’égide de Pompidou, Heath et Brandt en 1971-1972, se pose la question du lien à établir entre les instances de l’Alliance atlantique et de la Communauté européenne en ce qui concerne la préparation de la CSCE. Le débat virulent qui s’ouvre alors entre les Neuf oppose les partisans du strict égalitarisme entre les deux organes et les défenseurs de la préférence communautaire. La première catégorie regroupe notamment la RFA, les Pays-Bas et le Danemark pour qui la consultation avec les États-Unis est fondamentale dans l’élaboration des mandats de la conférence, tandis que la France et le Royaume-Uni sont les fers de lance de l’autre groupe193.

  • 194 Schumann à Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.
  • 195 Les conversations de la CPE sont souples dans la mesure où elles sont menées directement par les re (...)
  • 196 Note du 27 mai 1973, signée de la main de Maurice Schumann. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.
  • 197 Entretien Arnaud/Hillenbrand, tg. no 2130/35 de Lucet, 8 avril 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organi (...)
  • 198 Lettre collective SDEO no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2031.

129Pour Pompidou et Schumann, la CPE est bien plus appropriée que l’Otan car « la conférence, et sa préparation, doivent mettre en présence des nations et non des blocs194 » et parce qu’il est plus facile de parvenir à une harmonisation des positions à six ou à neuf qu’à quinze195 ; Schumann va plus loin en précisant que Paris peut plus aisément imposer ses vues à neuf pays qu’à quinze196. Certes, on est conscient au Quai d’Orsay que des consultations approfondies au sein de l’Alliance atlantique sont indispensables – et surtout inévitables – mais, indique Claude Arnaud aux Américains, il paraît « dangereux de formuler des propositions précises sous le label collectif de l’Otan car ceci inciterait l’Est à procéder de même et bloquerait tout espoir de voir, si peu que ce soit, s’effriter le monolithisme du camp communiste197 ». La France suggère par conséquent que les propositions occidentales à destination de l’Est viennent plutôt de pays individuels que de l’Alliance en tant que telle ; cela permettrait de contraindre les Soviétiques à laisser leurs alliés émettre des idées en leur nom propre198. Le « bloc à bloc » serait ainsi concrètement dépassé.

130De plus, l’entente bilatérale soviéto-américaine sur la CSCE et les MBFR, qui aiguise la crainte de Londres et Paris que Washington puisse accepter les propositions avancées par les Soviétiques à Helsinki au détriment des intérêts européens, conduit Français et Britanniques à privilégier la CPE. Le condominium entre les deux Grands sur les problèmes militaires explique d’ailleurs que la question des mesures de confiance (MDC) abordée dans la première corbeille soit laissée à la compétence de l’Otan sans que la France ne s’y oppose : il s’agit pour Paris de préserver sa marge de manœuvre dans l’Alliance. Lors de son retrait du commandement intégré en 1966, la France s’était en effet réservé le droit de soulever au Conseil de l’Atlantique nord des questions affectant la politique militaire générale de l’Alliance ; les MDC lui fournissent l’occasion de le faire et, ainsi, de participer aux conversations alliées sur un problème militaire. Surtout, étant donné qu’il ne saurait y avoir, en 1972, de concurrence entre l’Otan et la Communauté européenne dans le domaine de la défense, Paris n’a en réalité d’autre choix que de laisser la première s’occuper des MDC.

  • 199 Note SDEO, 27 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

131Quoi qu’il en soit, pour parer aux critiques des Néerlandais qui craignent que les experts du sous-comité CSCE empiètent sur la compétence du Comité politique de l’Otan, les Français suggèrent de sélectionner des points qui ne seraient discutés que par les Six, comme les méthodes de préparation de la conférence, sa durée et les rapports entre le Marché Commun et la CSCE199, et d’autres qui nécessiteraient un plus large appui occidental. Ce compromis est adopté par les partenaires de la France le 1er mars 1971. Ce jour-là, les Six décident de partager les tâches : chacun des membres devra produire une étude sur un thème spécifique de la CSCE en vue des prochaines discussions. La France s’attaque aux questions de la préparation et des procédures de la conférence.

  • 200 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 61-63.
  • 201 Ainsi, en janvier 1972, le Comité politique de l’Alliance décide de préparer un dossier complet sur (...)
  • 202 Note SDEO, 23 juin 1972. AMAE, CSCE, vol. 24.
  • 203 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 63.

132Malgré tout, jusqu’en 1972, la formulation des principales propositions occidentales concernant la CSCE se fait à l’Otan, y compris sur des problèmes comme la réunion des familles, le brouillage radio, l’obtention des visas, etc. : d’abord parce que quatre des six pays de la CE ont du mal à passer d’une instance à l’autre ; ensuite en raison d’une installation seulement progressive de la CPE. Daniel Möckli qualifie ainsi l’Otan de « bazar » où les États membres popularisent leurs idées et leurs propositions200. Il faut dire que, forte de ses vingt-trois années d’expérience, l’organisation est particulièrement bien équipée pour faire face à de tels travaux de compilation et de concertation201. Mais, à l’été 1972, Français et Italiens parlent de la même voix pour manifester leur mécontentement à l’égard de la timidité dont fait preuve l’Otan sur les échanges culturels, thème qui leur tient particulièrement à cœur202. Ce qui manque, c’est un accord entre Occidentaux sur les objectifs et la tactique à privilégier203 : l’Ouest doit-il s’inscrire dans une approche maximaliste de la CSCE et s’opposer fermement aux velléités soviétiques de confirmation multilatérale du statu quo ou bien doit-il entamer des négociations raisonnables et plus ingénieuses aspirant à des résultats visibles sur le long terme ? Le trop important recul pris par les États-Unis sur la CSCE explique en partie l’absence de choix. Pour Nixon et Kissinger, trop d’acteurs sont impliqués dans la conférence pour qu’elle produise des résultats substantiels, d’où la préférence américaine pour le dialogue bilatéral avec Moscou sur la limitation des armes stratégiques et le désarmement.

  • 204 Thomas D., The Helsinki effect, op. cit., p. 42.

133La prédominance de la CPE sur l’Otan, qui se confirme en 1972, se justifie également par les questions prévues à l’ordre du jour de la CSCE, comme la coopération économique et les échanges de personnes et d’idées. Lors de la réunion des Six à Luxembourg à la fin du mois d’octobre 1970, les ministres des Affaires étrangères établissent un lien clair entre les normes internes de la Communauté et son rôle dans les affaires de l’Europe au sens large : ils déclarent qu’« une Europe unie doit être fondée sur un héritage commun de respect de la liberté et des droits de l’homme, et doit rassembler des États démocratiques qui choisissent leur parlement par le biais d’élections libres204 ». Les communiqués de l’Otan de décembre 1969 et de mai et décembre 1970, s’ils souhaitent que la CSCE aborde la question de la plus libre circulation des hommes, des idées et de l’information, ne mentionnent pas les droits de l’homme. Conscients qu’une telle référence dans un document officiel de l’Alliance serait perçue comme une provocation par les Soviétiques, les Européens de l’Ouest se saisissent de la CPE pour promouvoir un thème qui est le fondement même de la construction et de l’identité politique européennes.

  • 205 En Grèce, le 21 avril 1967, une junte de colonels procède à un coup d’État qui chasse le roi et éta (...)
  • 206 Thomas D., op. cit., p. 50-51.

134En tant que membres du Conseil de l’Europe, tous les États de la CE se réfèrent à la Convention européenne de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales de 1950, renforcée par la Commission européenne des droits de l’homme et la Cour européenne des droits de l’homme. Depuis la crise grecque de 1967205, la Communauté présente la démocratie et le respect des droits de l’homme comme des conditions indispensables à l’adhésion à la CE. Il est clair pour tous les pays du Marché commun que si les Européens de l’Est veulent établir des relations normales avec l’Ouest, ils doivent accepter ces normes206. À l’Otan, des pays comme la Grèce, la Turquie et le Portugal, qui ne sont pas des démocraties, ont beaucoup de difficultés à admettre des propositions sur la libre circulation.

  • 207 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 11 août 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-19 (...)
  • 208 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 63.

135La RFA se montre plus hésitante vis-à-vis du choix entre Otan et CPE comme organe de préparation occidentale de la CSCE ; elle oscille entre le besoin de s’assurer de la présence réconfortante des Américains et celui de ne pas laisser les Français prendre seuls les rênes de la CPE. En août 1972, le directeur politique allemand Berndt von Staden explique à son homologue français que, quoi qu’il arrive, les Soviétiques ne laisseront pas d’autonomie aux pays de l’Est, donc autant préconiser d’emblée le bloc à bloc et se concerter directement au sein de l’Alliance atlantique207. Mais, très vite, Bonn se rend compte que les Neuf possèdent de réels moyens de coercition et sont capables d’élaborer une stratégie pouvant conduire à une amélioration des conditions de vie à l’Est, y compris en RDA208. Preuve en est qu’à la fin de l’année 1972, les pays de la CE réussissent à produire un rapport commun sur les objectifs et tactiques des PMP et disposent déjà de projets de mandats sur les éléments essentiels de la CSCE.

  • 209 Ibid., p. 65.

136Aussi la date du 16 novembre 1972 apparaît-elle comme une véritable césure dans l’histoire des relations transatlantiques lorsque, pour la première fois, les Huit – l’Irlande est absente – se présentent collectivement au Conseil de l’Otan et soumettent leur rapport sur les PMP, invitant les autres pays de l’Alliance à le commenter. Le succès est d’autant plus important pour la CPE que le document est adopté en tant que base des discussions intra-occidentales sur la préparation de la CSCE et s’apprête à influencer considérablement les orientations de l’Ouest dans son ensemble209.

  • 210 Dépêche de François de Rose, 4 février 1972. AMAE, CSCE, vol. 22 ; Dépêche SDEO, 10 avril 1972. AMA (...)
  • 211 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 24 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, v (...)
  • 212 Séance ministérielle du Conseil de l’Atlantique nord, 7 décembre 1972, Bruxelles. AMAE, CSCE, vol.  (...)
  • 213 Notes SDEO, 15 et 16 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.
  • 214 Romano A., « Western Europe’s self-assertion towards the superpowers : the CSCE chance and its afte (...)

137En parallèle, la France met un point d’honneur à proclamer qu’elle ne se sent liée à aucun document produit par l’Otan sur la CSCE et qu’elle n’acceptera jamais qu’une proposition soit faite à Helsinki au nom de l’Alliance, quel qu’en soit le sujet210, même si cela n’empêche pas que les Alliés puissent harmoniser leurs positions211. En décembre 1972, Schumann demande officiellement que l’Alliance atlantique, en tant que groupement militaire, respecte les prérogatives politiques des Neuf et laisse la CSCE les consolider212. Pour cette raison, Paris n’accepte pas que les documents émanant des instances de la CE chargées de préparer la conférence soient distribués au Conseil atlantique, sauf de façon exceptionnelle et à titre officieux213. Un compromis est peu à peu élaboré au sujet du lien entre la CPE et l’Otan : le pays exerçant la présidence de la Communauté informe les Alliés des thèmes abordés dans le cadre de la CPE, mais pas du déroulement et de l’agenda des comités des Neuf sur la CSCE. Les membres de la CE présentent à l’Otan leurs projets de mandats une fois qu’ils ont été agréés par les neuf États pour que les autres pays puissent les commenter. Mais le consensus communautaire, fruit de longues heures de discussions, reste fragile et la France s’oppose constamment aux amendements de l’Alliance. Si cette dernière envisage la modification d’un texte, il doit être rediscuté au préalable au sein des comités CPE214.

La France prend position

138Pour les pays de l’Est, des discussions sur le développement des échanges économiques, techniques et scientifiques entre l’Est et l’Ouest s’avèrent cruciales : ils formulent leurs premières propositions à ce sujet dès juillet 1966 dans la déclaration de Bucarest, puis dans l’appel de Budapest de mars 1969 et dans celui de Prague d’octobre 1969. Les Occidentaux réagissent favorablement à cette intention mais ajoutent la protection de l’environnement et la circulation des hommes, des idées et de l’information. Si la France participe activement aux études sur la coopération économique élaborées par les Six, elle n’en fait pas, à première vue, une priorité essentielle de la CSCE. Ainsi, en mars 1970, Schumann déclare au ministre bulgare Grozev :

  • 215 Entretien Schumann/Grozev, 17 mars 1970, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 41.

« Nous n’avons pas besoin de conférence spéciale pour développer nos échanges [économiques]. Voilà pourquoi je pense que la conférence devrait avoir pour objet de développer d’autres échanges que les échanges économiques et commerciaux : les échanges culturels, les échanges de personnes, et qui ne s’étendraient pas seulement au tourisme. Les jeunesses de nos deux pays pourraient apprendre à mieux se connaître et s’interpénétrer215. »

139La France n’entend donc pas faire de la CSCE une grande conférence sur les rapports économiques Est-Ouest et préfère privilégier d’autres thèmes. Dans son allocution au dîner offert au Kremlin le 6 octobre 1970, Georges Pompidou déclare :

  • 216 Allocution de G. Pompidou en réponse à N. Podgorny lors du dîner offert au Kremlin le 6 octobre 197 (...)

« Nous sommes favorables au projet de conférence qui a été présenté par votre pays et ses alliés, s’il doit avoir comme objectif l’élimination de toutes les tensions et le développement des contacts de tous ordres d’un bout à l’autre de l’Europe. Sécurité et coopération ne constituent pas en effet pour nous des objectifs séparés. C’est du développement des rapports entre peuples que naîtra la vraie sécurité, et ces rapports ne se développeront que sur la base du respect de l’indépendance et de la liberté de tous les pays, chacun à sa place et dans ses frontières216. »

  • 217 Mémorandum de l’Otan, 19 août 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Otan, vol. 2014.

140De fait, à partir de l’automne 1969, la France élabore de nombreuses propositions qui recouvrent trois séries de thèmes correspondant aux futures trois corbeilles de la CSCE : la première englobe les sujets touchant à la sécurité européenne proprement dite ; la deuxième a trait à la coopération économique, scientifique et technique ; la troisième concerne les échanges culturels et les contacts humains. À ces thèmes, les alliés de l’Otan, hormis la France, ajoutent, le 25 août 1969 à Bruxelles, ceux de la limitation des armements et du désarmement217.

141On estime à Paris que la CSCE devra être le reflet de la politique de détente initiée par de Gaulle. Si Moscou voit dans la conférence le moyen de geler le statu quo politique et territorial européen, la CSCE telle que l’imaginent les Français doit aboutir à l’effet inverse. Tous les États membres de la CEE et la plupart des pays de l’Otan sont d’accord sur ce point et en font une condition sine qua non de la tenue de la conférence. Mais ce qui fait la spécificité de la France, c’est qu’elle est le premier pays occidental à réclamer un équilibre entre le « S » et le second « C » de CSCE.

  • 218 Note SDEO, 2 février 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.
  • 219 Note de la direction des affaires juridiques, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes… (...)
  • 220 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

142Pour éviter que la proclamation du non-recours à la force aboutisse à une consécration pure et simple de la division de l’Europe et afin que les atteintes à la souveraineté nationale et à l’indépendance des États soient rendues sinon impossibles du moins plus malaisées218, la sous-direction d’Europe orientale du ministère des Affaires étrangères, dirigée par Jacques Andréani jusqu’en 1970, propose au Conseil de l’Atlantique Nord la création d’un « code de bonne conduite » qui serait discuté à la conférence. On y insérerait le principe de non-recours à la force en démontrant que celui-ci débouche automatiquement sur celui de la non-intervention, lui-même lié à celui de l’égalité souveraine des États, ou encore sur celui du règlement pacifique des différends219. Il s’agirait d’aborder avec les pays socialistes la question de savoir comment le respect de ces principes peut se concilier avec le fait que les pays de l’Est et de l’Ouest ont des systèmes idéologiques différents et appartiennent pour la plupart à des alliances220.

  • 221 Note de l’ambassade de France à Bonn, 15 mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.
  • 222 Quand elle adhère à la SDN en 1933, l’URSS tente de rendre plus efficace le concept de « sécurité c (...)
  • 223 Note non datée, probablement de la SDEO. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2034.

143Jean Jurgensen propose aux Allemands que le principe de la souveraineté de tous les États soit énoncé dès le début de la CSCE. Dans cette optique, sans attaquer directement la doctrine Brejnev sur la souveraineté limitée, il importe d’affirmer qu’aucun pays ne doit s’immiscer dans les affaires d’un autre État, que ce dernier appartienne ou non au même système économique ou social que le premier221. Le Quai d’Orsay souhaite qu’un accord éventuel sur la renonciation à la force comporte une définition précise de la non-intervention ; il songe en outre à présenter une partie de la définition de l’« agression » donnée par le ministre soviétique des Affaires étrangères Maxime Litvinov en 1933222. Cette définition, après avoir énuméré les actes qui seraient considérés comme constituant une agression, indique les raisons que l’on ne pourrait pas donner pour justifier une attaque. Parmi celles-ci, on trouve les « mouvements révolutionnaires ou contre-révolutionnaires, guerre civile, troubles ou grèves » ainsi que l’« établissement ou le maintien dans un État quelconque de tel ou tel régime politique, économique ou social223 ». Ce texte soviétique permet ainsi une condamnation claire et nette de la répression du printemps de Prague. Pour la France, qui veut signifier aux Russes que la vraie détente suppose l’évolution de leur attitude vis-à-vis des nations de l’Est soumises à leur influence, c’est du pain béni.

  • 224 Note de la délégation française à l’Otan, 15 septembre 1969. AMAE, CSCE, vol. 22.

144De plus, dans la droite lignée des conceptions gaulliennes, Paris est favorable à ce que la CSCE proclame le droit de chaque pays d’appartenir ou non à une alliance, de la quitter ou de ne pas y entrer224. La proposition française est jugée insuffisante par le maréchal Tito qui, lors de sa visite en France en octobre 1970, tente de convaincre Georges Pompidou que l’un des objectifs de la CSCE doit être d’aboutir à la renonciation mutuelle aux pactes militaires, ce que le président de la République réfute en raison de la menace que représente l’URSS.

  • 225 Tg. no 1815/16, d’Alphand, 16 novembre 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2031 ; tg. n(...)

145En revanche, Hervé Alphand et Jean Sauvagnargues, dont l’opinion sur ce point est partagée par le Département d’État américain, suggèrent d’inclure dans les principes de la CSCE une clause de protection des droits quadripartites sur Berlin et l’Allemagne qui couvrirait l’ensemble des travaux et des résultats de la conférence225. Ainsi, malgré l’accord quadripartite sur Berlin, Paris préfère prendre ses précautions et protéger au maximum une situation qui d’une part lui donne un droit de regard sur l’avenir de l’Allemagne et d’autre part justifie son statut international de puissance victorieuse.

  • 226 Tg. circulaire du 9 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2036.
  • 227 Note de la direction des affaires juridiques, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes… (...)

146La France se pose aussi la question des relations entre les travaux de la CSCE et ceux de l’ONU sur les principes devant gouverner les relations entre États. En effet, dans le cadre des Nations unies, travaillent depuis la deuxième moitié des années 1960 un Comité des relations amicales entre les États et un groupe de travail sur la définition de l’agression. Il est ainsi programmé que l’Assemblée générale de l’ONU adopte à la fois une série de principes sur les dites « relations amicales » et une définition de l’agression. La diplomatie française estime que la CSCE doit se distinguer nettement de ce qui est fait sur le plan universel à New York226 : là où l’ONU doit nécessairement procéder par rédaction de normes abstraites, la CSCE pourrait adopter des dispositions concrètes visant des cas précis. À proprement parler, il ne s’agirait donc plus d’élaborer, par exemple, un principe relatif au respect des frontières ou des « lignes de démarcation », mais d’affirmer que telles frontières, telles lignes de démarcation, seront reconnues et ne seront pas remises en question par la force227.

  • 228 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

147Les Français s’interrogent enfin quant à l’inclusion ou non du respect des droits de l’homme parmi les principes à présenter aux Soviétiques. Pour la plupart des responsables diplomatiques français, le thème des droits de l’homme, aussi noble soit-il, est susceptible de constituer une barrière à la détente dans la mesure où insister sur ce point délicat risque de mener à l’échec l’ensemble des négociations Est-Ouest. La sous-direction d’Europe orientale convient que la discussion sur ce sujet pourrait rapidement devenir insupportable pour les pays de l’Est ; elle pourrait être assimilée à une tentative de détachement des États socialistes de l’URSS ou de restauration en Europe de l’Est de régimes non-socialistes228.

  • 229 Entretiens avec Henri Froment-Meurice et Philippe Husson, novembre 2008 et février 2009, Paris.

148Jacques Andréani cherche alors à définir une position intermédiaire entre le devoir occidental d’œuvrer au respect des droits de l’homme et la nécessité de ne pas provoquer les Soviétiques, même si, aux yeux de certains diplomates en poste en Europe de l’Est ou qui y ont été, les Occidentaux devraient laisser de côté leurs états d’âme et profiter du profond désir soviétique de conférence pour condamner fermement les régimes communistes229. Nous verrons que le durcissement de l’attitude du Kremlin à l’égard des dissidents, l’intérêt croissant des opinions publiques occidentales pour le respect des droits de l’homme et la détérioration des relations franco-soviétiques dans les dernières années de l’ère Pompidou conduisent la France à se montrer plus ferme sur cette question.

  • 230 Note du directeur d’Europe, 22 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. (...)

149L’idée d’un « code de bonne conduite » devient quoi qu’il en soit l’un des fers de lance de la position française, puis de celle de tous les pays de la CE à partir du moment où est lancée la CPE en décembre 1969. Elle a pour but de tempérer la volonté soviétique de confirmation du statu quo, de saper les bases de la doctrine Brejnev et d’obtenir des concessions en échange de la présence de la RDA, et donc de sa reconnaissance, à la CSE230. Il s’agit de contrer un projet qui se présente de manière trop favorable à l’URSS.

  • 231 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

150Dans cette même optique, les premières contrepropositions françaises reposent sur la volonté de faire reconnaître aux décideurs de l’Est que « la dualité des systèmes économiques et sociaux existant en Europe ne conduit pas fatalement à un affrontement inexpiable et n’est pas forcément définitive231 ». Le Quai d’Orsay envisage de faire porter les discussions préparatoires de la CSE sur le terrain des échanges culturels afin de prouver aux régimes socialistes qu’au-delà des idéologies, les Européens partagent un héritage culturel commun. S’exprime ainsi une continuité linéaire avec le dessein du général de Gaulle d’une Europe qui « de l’Atlantique à l’Oural » repose sur les mêmes fondements historiques.

  • 232 Note du 22 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1727.
  • 233 Note SDEO, 20 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2032.
  • 234 Dépêche no 79/EU, 15 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2694.

151Il s’agit surtout de parvenir à des réalisations concrètes afin que le document produit à l’issue de la conférence ne se borne pas à énoncer une déclaration à caractère général. On souhaite par exemple favoriser une plus grande circulation des livres et de la presse entre l’Est et l’Ouest232 ou apporter des simplifications au système des visas pour faciliter aussi bien les mariages que le tourisme233. Sans surprise, ces propositions sont froidement accueillies à l’Est. Les Soviétiques les premiers appréhendent avec méfiance des idées qui sont en totale opposition avec l’une des missions essentielles de l’État socialiste, à savoir organiser et contrôler la vie culturelle du pays pour continuer la lutte idéologique contre le capitalisme. Certes les ministres des Affaires étrangères du pacte de Varsovie, réunis à Budapest les 21 et 22 juin 1970 acceptent d’inclure la coopération culturelle dans l’ordre du jour de la CSCE afin de rendre plus difficile le maintien de la condition berlinoise, mais, comme le précise fermement Gromyko à l’ambassadeur de France en URSS, le Kremlin écarte la possibilité de discuter de la libre circulation des personnes, des idées et de l’information234. Les dirigeants d’Europe de l’Est font preuve d’une mauvaise foi débordante pour privilégier la coopération économique :

  • 235 Propos du directeur politique polonais Willmann. Consultations franco-polonaises, 29 octobre 1970. (...)

« Il ne faut pas faire un slogan du “libre-échanges des idées” car rien de bon n’en sortirait. C’est grâce au développement des échanges économiques et techniques que l’on parviendra à la liberté des échanges culturels. Prenez l’exemple des importations de livres français : c’est un problème financier, économique. Nous ne pouvons accroître nos importations en raison du déficit commercial franco-polonais – et ceci est valable pour tous les autres pays avec lesquels notre commerce est déficitaire235. »

  • 236 Note SDEO, 18 mars 1971. AMAE, CSCE, vol. 7.

152Face à la faiblesse de cette argumentation, le Quai d’Orsay dénonce une attitude contradictoire fondée sur le désir d’une plus libre circulation des idées et des hommes dans le domaine technique mais soucieuse de préserver le caractère fermé du monde soviétique sur le plan culturel. Afin d’éviter que les pays de l’Est ne se formalisent, les responsables de la diplomatie française décident de limiter leurs propositions à des points techniques tels que le développement d’achats mutuels de livres et de périodiques, l’extension des échanges de programmes de radio et de télévision, l’augmentation des échanges de moyens d’éducation et de biens culturels, la vente de journaux occidentaux en Europe orientale ou encore l’amélioration des conditions de voyage des journalistes236.

  • 237 Note SDEO, 30 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3719.
  • 238 Entretien Schumann/Sharp (ministre canadien des Affaires étrangères), 23 septembre 1971, Ottawa. AN (...)
  • 239 Mémorandum de l’Otan, 22 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

153Cette stratégie va de pair avec les nombreuses informations envoyées à Paris par l’ambassade de France en URSS et qui rendent compte du durcissement du Kremlin à l’égard des intellectuels et des artistes comme cela est le cas avec Alexandre Soljenitsyne, le mathématicien Révolt Pimenov et l’historien Andreï Amalrik237. Aussi Maurice Schumann renforce-t-il son intransigeance quant à la nécessité d’aborder les échanges culturels à la CSCE car « c’est là-dessus que se jouera la conférence238 ». L’engagement français se traduit à l’Otan par le fait que ce soit un document produit par la France qui serve de point de départ aux conversations atlantiques sur la libre circulation et les échanges culturels239.

  • 240 Dépêche no 420/EU, de Rose, 23 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

154Pourtant, si les Français se montrent dynamiques sur la coopération culturelle, ils ne veulent pas trop insister pour l’instant sur la libre circulation des hommes afin d’éviter de provoquer les Soviétiques en les affrontant directement sur un terrain qu’ils estiment dangereux pour leur survie240. Certes la France soumet à plusieurs reprises aux autorités soviétiques des listes de cas humanitaires, mais, comme pour les droits de l’homme, elle n’entend pas braquer Moscou. Là est toute l’utilité de la CSCE selon Paris car elle peut permettre d’aborder le problème progressivement. En d’autres termes, si la France n’envisage pas de conférence sans qu’il n’y soit question de libre circulation, elle est persuadée que mettre d’emblée le problème en avant et le lier aux autres points de l’agenda équivaut à saboter la CSCE et à la faire échouer avant qu’elle n’ait commencé. Il importe d’apporter le sujet sur la table des négociations de manière prudente et ordonnée. La France se distingue en cela de la plupart de ses alliés européens qui, à l’instar des pays du Benelux et de l’Italie, estiment indispensables de poser immédiatement la question de la libre circulation.

  • 241 L’Autriche soulève ce problème le 26 juillet 1970. Note SDEO, 8 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1 (...)
  • 242 Entretien Alphand/Zorine, 3 juillet 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2668.
  • 243 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2677.

155Enfin, une autre interrogation est de savoir si la CSCE doit traiter du problème de la réduction des forces241. On l’a vu, à l’inverse des autres Occidentaux, la France s’oppose à cette manœuvre pour les mêmes raisons qu’elle refuse les MBFR et parce qu’elle est persuadée que la conférence, dont l’agenda en ressortirait surchargé, serait vouée à l’échec242. Maurice Schumann explique à Andreï Gromyko qu’aborder un tel sujet à la CSCE alors que vont y participer des pays qui n’appartiennent à aucune alliance serait contraire au principe même d’une réunion paneuropéenne dont les thèmes concernent tous les participants243.

  • 244 Note SDEO, 16 juin 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3001.
  • 245 Notes SDEO, 18 septembre et 23 octobre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 387.

156En mai 1971, si Brejnev se dit disposé à parler de la réduction des forces étrangères, il n’est pas pour autant favorable à ce que cela le soit à la CSCE ; il préfère qu’elle soit traitée par un organisme permanent émanant de la conférence, subordonnant de fait la question à la tenue de la CSCE244. L’idée d’un organisme « pour la sécurité et la coopération européennes » est mise en avant, de manière assez floue, au cours de la réunion des ministres des Affaires étrangères du pacte de Varsovie en juin 1970 à Budapest. Dans les conversations des Français avec les représentants des pays de l’Est, l’organisme, auquel prendraient part tous les États d’Europe, RDA comprise, ainsi que les États-Unis et le Canada, est présenté comme devant assurer la continuité de la conférence, sans cependant s’y substituer. Il serait chargé d’étudier les problèmes que lui confie la CSCE dans des domaines divers de la sécurité et de la coopération, notamment la réduction des forces245.

  • 246 Entretien Schumann/Douglas-Home, 15 juillet 1970, Paris. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973
  • 247 Note du 21 septembre 1970. AMAE, CSCE, vol. 25.

157Dans un premier temps, les Français reçoivent favorablement l’idée de mettre en place une organisation permanente paneuropéenne. En juillet 1970, Schumann, sensible aux arguments roumains quant à la crainte d’une intervention militaire de l’URSS à Bucarest, explique à son homologue britannique que l’organisme contribuerait à éviter un nouveau coup de Prague246. On estime au Quai d’Orsay que l’institutionnalisation de la CSCE aurait pour conséquence de compenser la confirmation du statu quo en obligeant d’une part les Européens de l’Est et de l’Ouest à se fréquenter régulièrement et d’autre part les Soviétiques à respecter les principes censés régir les relations entre États. Paris est également favorable à ce que l’organisme en question agisse en partenariat avec la Commission économique européenne de l’ONU afin qu’il puisse profiter de son expérience et ainsi faire preuve d’efficacité dans les domaines des échanges économiques, humains et intellectuels247. Cependant, nous allons le voir, l’attitude française vis-à-vis d’une institutionnalisation de la conférence évolue rapidement vers un point de vue plus négatif.

Les conceptions françaises de la préparation multilatérale de la CSCE

158En 1970-1972, l’une des principales questions concernant la CSCE est de savoir comment se dérouleront les PMP et à quel schéma d’organisation la conférence devra obéir. À l’Est comme à l’Ouest, les propositions se multiplient sur la manière d’établir un agenda cohérent et censé permettre à chaque camp de mieux faire prévaloir ses vues sur l’ordre du jour de la CSCE. Les idées françaises se développent sur trois terrains : à l’Otan, dans le cadre de la CPE et dans les discussions bilatérales. Au cours du premier semestre 1970, les Français intensifient le rythme des rencontres avec les représentants des pays de l’Est pour déterminer la position de chacun à l’égard de la conférence. Toujours selon la conception gaullienne d’une Europe composée de nations indépendantes, Paris cherche à jouer des différences entre chaque satellite pour ébranler l’édifice soviétique en Europe orientale et la solidarité des États du pacte de Varsovie.

  • 248 Note SDEO, 12 novembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 388.

159La France accorde une importance particulière aux conversations avec les Polonais en raison de l’intérêt soutenu qu’ils portent à l’établissement d’un système de sécurité depuis 1957. Varsovie n’a jamais totalement abandonné l’espoir de voir se créer une zone tampon en Europe centrale et, en 1970, émet de nouvelles propositions dans cette direction. Les Français demeurent donc persuadés que la CSCE peut favoriser le désir d’indépendance de la Pologne parce qu’elle sera certainement plus sûre d’elle une fois réglé le problème des frontières248. En outre, se manifeste ici un objectif fondamental de la politique à l’Est de la France, qui est de ressusciter les relations anciennes avec les pays d’Europe centrale et orientale tombés sous le joug de Moscou après la guerre. Inaugurée par de Gaulle, qui s’est rendu en Pologne et en Roumanie quelques années auparavant, cette politique doit trouver son prolongement à travers la CSCE.

  • 249 Notes SDEO, 2 février, 12 mars et 1er juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031, (...)

160Il ressort de ces rencontres plusieurs constatations établies par le Quai d’Orsay. Moscou continue à assigner à la conférence trois objectifs : qu’elle consacre le statu quo territorial et idéologique en Europe ; qu’elle rehausse le statut international de la RDA ; qu’au moment où s’amorce, à l’Ouest du continent, un processus de coopération politique et où s’engage une négociation sur l’élargissement de la Communauté, elle permette d’entraver ou de freiner l’un et l’autre. Du côté des satellites, les raisons de vouloir la conférence sont aussi multiples. Tandis que les Polonais pensent à une consécration de la division de l’Allemagne et à une sorte de garantie des régimes socialistes, les Roumains se préoccupent de leur sécurité : dès qu’une conférence sera réunie, aussi longtemps qu’elle poursuivra ses travaux, l’URSS ne rééditera pas à leur détriment l’opération du 21 août 1968. Les Allemands de l’Est, auxquels la réunion de la CSCE devrait normalement profiter plus qu’à tout autre État, ne manifestent cependant pas d’enthousiasme particulier : ils pensent que l’instauration d’un climat de détente n’aurait pas que des avantages ; il risquerait de faciliter l’interpénétration entre l’Est et l’Ouest et les priverait d’une partie de leurs arguments contre Bonn. Probablement tous les satellites pensent-ils aussi à ralentir le processus de consolidation de l’Europe occidentale, mais avec une autre vision des choses que l’URSS. Pour les Soviétiques, il s’agit de prévenir la constitution, à plus ou moins longue échéance, d’un puissant ensemble ouest-européen. Pour les alliés de Moscou, il s’agit surtout d’éviter une évolution qui les coupe de l’Europe de l’Ouest, les laissant en tête à tête avec le Kremlin249.

  • 250 Lettre collective SDEO no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

161Les divergences qui se font jour entre pays de l’Est sur les objectifs assignés à la CSCE constituent une chance selon les diplomates français. Ces derniers considèrent donc qu’il faut entrer dans le jeu de la préparation de la conférence afin de la rendre moins intéressante aux Soviétiques250.

  • 251 Durant le printemps et l’été 1970, un ambassadeur itinérant, Ralph Enckell, est chargé par le gouve (...)
  • 252 Note SDEO, 8 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

162Avant d’envisager son propre schéma de préparation de la CSCE, la France reçoit et analyse les propositions provenant d’autres pays. Le projet le plus plausible aux yeux des Français vient d’Helsinki et de Bruxelles et consiste en une conférence préparatoire des ambassadeurs de tous les pays intéressés dans une capitale neutre. Les Finlandais imaginent ainsi un « Salon des Ambassadeurs » dans lequel chaque chef de mission en poste à Helsinki représenterait son pays dans la préparation multilatérale de la CSCE et dont le but serait de parvenir à un accord général sur le contenu de la future conférence251. Les dirigeants du pacte de Varsovie acceptent officiellement cette idée en juin 1970252.

  • 253 La RFA et la RDA bénéficient chacune d’une représentation commerciale à Helsinki dotée de compétenc (...)
  • 254 Entretien Pompidou/Brandt, 26 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.
  • 255 Note SDEO, 1er septembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Finlande, vol. 86.
  • 256 Lettre de Claude Arnaud à Gérard André, ambassadeur de France en Finlande, 27 septembre 1971. AMAE, (...)
  • 257 Tg. NR 281-87, de Courcel, 25 mai 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.

163Pour le Quai d’Orsay, la proposition finlandaise comporte un avantage majeur : la Finlande est le seul pays où la RFA et la RDA sont représentées sur un pied d’égalité253 ; cependant, l’initiative risque de mettre en marche l’engrenage vers la conférence et les deux chefs de mission allemands participeraient à part entière. Se pose de plus le problème du lieu d’autres réunions préparatoires éventuelles. Certes, il ne faut pas décevoir les Finlandais, qui multiplient les efforts pour se soustraire de l’influence russe – c’est pourquoi Pompidou explique à Brandt qu’il tient à ce que la préparation multilatérale de la CSCE se déroule à Helsinki254 – mais il ne faut pas non plus faire d’Helsinki « la capitale de la sécurité européenne, car cette ville est excentrée géographiquement et politiquement255 ». Schumann est ainsi l’un des premiers à proposer Genève pour accueillir l’une des phases de la future conférence256, choix qui favorise la France pour des raisons géographiques et linguistiques257.

  • 258 Coley Morgan M., « North America, Atlanticism and the making of the Final Act », in Wenger A., Mast (...)
  • 259 Maurice Schumann se rend dans cette optique à Budapest puis à Sofia du 8 au 11 septembre 1971. Circ (...)
  • 260 Note manuscrite de G. Pompidou, 13 septembre 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.
  • 261 Note SDEO, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.
  • 262 Note SDEO, 29 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

164Quoi qu’il en soit, quand à la fin de l’été 1971 l’accord quadripartite sur Berlin est signé, la France et la Belgique, pour ne pas abandonner à d’autres pays des positions et des initiatives qui peuvent être les leurs, se montrent pressées de réunir au plus vite la conférence préparatoire à Helsinki. Au contraire, les États-Unis, la RFA, la Grande-Bretagne et le Canada, soucieux de ne pas précipiter les choses, souhaitent au préalable un approfondissement de la concertation occidentale au sein de l’Otan258, d’autant que les PMP ne peuvent s’ouvrir tant que l’accord sur Berlin n’est pas juridiquement entériné. En attendant, Georges Pompidou veut affirmer ses positions sur l’ordre du jour de la CSCE auprès de Moscou et de ses alliés259, en prévision du voyage de Brejnev en France en octobre 1971260. Mais aller de l’avant unilatéralement pourrait isoler la France de ses partenaires ouest-européens et donner l’impression que Paris abandonne la RFA qui pose alors encore quelques conditions à la conférence261. C’est donc principalement vers la CPE que les Français se tournent pour préparer la CSCE avant l’ouverture des pourparlers multilatéraux. Ils estiment que les Occidentaux doivent s’accorder sur les grandes têtes de chapitre de l’ordre du jour et sur le contenu des sujets qu’ils souhaitent voir traiter afin d’éviter que des divergences de vues n’apparaissent dès les premières séances de la conférence. Aussi le Quai juge-t-il peu souhaitable d’entrer dans les détails au cours des entretiens avec Brejnev à Paris car cela pourrait faire éclater les contradictions qui existent entre les conceptions françaises et celles des Soviétiques262. Il est par conséquent préférable de partager avec les autres Occidentaux la responsabilité de thèmes que Moscou n’apprécie guère. Ainsi, la France adopte une position que l’on va retrouver constamment durant la CSCE : elle s’abrite derrière ses partenaires pour défendre les idées les plus polémiques aux yeux de Moscou, au risque de paraître partisane du « bloc à bloc ».

  • 263 Lettre de Claude Arnaud à Gérard André, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol (...)
  • 264 Tg. no 338-341, de Raoul-Duval, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 265 Entretien Beaumarchais/Porrero, 24 novembre 1971, Madrid. AN, 5 AG 2 107. Espagne. 1969-1974.
  • 266 Tg. NR 98/107, vers Helsinki, de Puaux, 23 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923

165En septembre 1971, Maurice Schumann donne officiellement son accord pour que les PMP se déroulent dans la capitale finlandaise263. Les Soviétiques sont, au début, peu enclins à ce que ce soit, comme le propose la Finlande, les chefs de mission en poste à Helsinki qui dirigent les délégations, leur préférant des envoyés spéciaux plus compétents sur le sujet264. Pour l’URSS, la CSCE devant signifier le triomphe de ses conceptions en matière de sécurité, elle entend y envoyer ses meilleurs négociateurs. La France adopte une position intermédiaire : les chefs de mission peuvent être éventuellement assistés d’un ou deux experts de leurs capitales respectives265. Ce compromis est finalement retenu en mai 1972 du fait des discussions bilatérales que mène le gouvernement finlandais avec chaque État participant sur l’organisation des PMP266.

  • 267 Exposé français (CPE) sur la préparation de la CSCE, 30 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Orga (...)
  • 268 Selon le schéma français, la première session doit dresser le programme des PMP et définir le rôle (...)

166L’une des questions les plus sensibles qui se pose pendant les mois de préparation de la conférence est de savoir quel objectif assigner aux PMP. Le Quai d’Orsay estime que leur tâche essentielle est de rédiger les mandats des commissions et sous-commissions respectivement chargées d’étudier, lors de la CSCE, chacun des thèmes de l’ordre du jour, à savoir la sécurité, la coopération économique et la coopération culturelle. Pour cela, la France suggère, après les échanges bilatéraux avec le gouvernement finlandais, une préparation multilatérale progressive, menée par sessions successives d’une durée croissante, coupées de périodes de réflexion, et consacrées à l’examen de l’ordre du jour et de la procédure de la conférence267. Paris imagine des PMP divisés en quatre sessions consacrées chacune à une étape de la préparation. Notons que l’organisation des PMP, tels qu’ils commencent en novembre 1972, correspond de manière quasiment identique à la conception exprimée par le Quai d’Orsay à la fin de l’année 1971268.

  • 269 Les principes de la procédure vue par la France sont : le consensus dans la prise de décision, l’ab (...)

167En effet, lorsque les représentants de trente et un États européens, des États-Unis et du Canada se réunissent le 22 novembre 1972 dans l’immeuble de l’École polytechnique d’Otaniemi à Dipoli, près d’Helsinki, sous la présidence du secrétaire général du ministère finlandais des Affaires étrangères, l’ambassadeur Totterman, Gérard André, qui dirige la délégation française, expose, dès le premier jour, le point de vue de son pays sur l’organisation des PMP269. Jusqu’au 5 décembre, chaque chef de mission fait la même chose, puis s’ouvre le débat sur les mandats qui, au moment où se termine la première session des PMP, n’est pas achevé.

  • 270 Tg. no 615-24, d’André, 29 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 271 Les onze pays utilisant le français sont les suivants : Portugal, Turquie, Saint-Siège, Roumanie, S (...)

168Les Français se félicitent de voir que le premier affrontement entre délégations se produit dans les rangs communistes en raison de l’offensive roumaine portant sur l’insertion, dans les règles de procédure, de l’idée d’égalité entre tous les États participants, « indépendamment de leur appartenance ou de leur non-appartenance aux alliances militaires » et du principe de rotation de la présidence des débats. La Roumanie, en butte à la très forte pression de l’URSS et des autres pays socialistes, doit accepter une version édulcorée de sa formule sur l’égalité des participants. L’épisode illustre l’ambivalence de la France, qui préfère ne pas appuyer un principe qui lui tient à cœur afin de ne pas froisser les Soviétiques et se poser en intermédiaire entre l’Est et l’Ouest270. À Paris, on a d’autant plus l’impression que la conférence va permettre à la France de retrouver son rang de leader de la détente que le français est adopté en tant que langue de travail par onze pays participants, contre dix pour l’anglais, cinq pour le russe, quatre pour l’allemand, deux pour l’italien et un pour l’espagnol271.

  • 272 Tg. no 650-651, d’André, 30 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 273 Tg. no 331/335, d’Alphand, vers Helsinki, 2 décembre 1972 ; tg. no 696/701, d’André, 2 décembre 197 (...)

169Le 30 novembre 1972, les États participants s’accordent sur l’ordre des décisions à prendre : devront faire l’objet de négociations l’organisation générale de la conférence, l’ordre du jour, l’institution des organes chargés des discussions, la rédaction des mandats, la liste des pays participants, la procédure de la CSCE, son siège, son organisation matérielle, technique et financière, la date de la conférence272. Pour la France, l’ordre du jour est prioritaire : une fois que tout le monde sera d’accord sur les sujets à aborder alors la date et le lieu de la CSCE pourront être fixés. Les Soviétiques, qui raisonnent dans le sens inverse, sont par conséquent obligés de faire des concessions sur les points les plus sensibles s’ils veulent voir la conférence se réunir273.

  • 274 Dépêche no 835, d’Andréani, 18 octobre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 275 Manin A., art. cit., p. 25.

170Quant au mode de prise de décision aux PMP, la France, la Grèce, la Grande-Bretagne et la Norvège, à l’Otan, sont favorables à la règle du consensus tandis que les autres pays préfèrent le vote pour les points de procédure et le consensus pour les questions de fond274. Très vite, c’est le consensus, défini comme « l’absence d’opposition », pour toutes les questions qui l’emporte grâce à l’appui de la Roumanie, des neutres et des petits États, dès lors placés au même plan que les grands pays275.

  • 276 Ferraris L.V., Report on a negotiation. Helsinki, Geneva, Helsinki. 1972-1975, Genève, Institut des (...)

171La deuxième session, du 15 janvier au 9 février 1973, est plus constructive dans la mesure où sont présentés les premiers textes. Entre le 26 février et le 6 avril 1973, on examine en détail les propositions au sein d’un groupe de travail formé d’experts provenant des diverses capitales. La quatrième et dernière session, qui se déroule du 25 avril au 8 juin 1973, correspond à la période des compromis, où chacun cherche à faire valoir son ordre des priorités276. Mais l’enjeu majeur des pourparlers préparatoires, qui monopolise le débat durant les deux premières sessions, reste la question des mandats.

  • 277 Tg. no 2214/20, de Courcel, 1er mai 1972 ; note SDEO no 89, 12 septembre 1972. AMAE, Europe 1971-19 (...)
  • 278 Note SDEO, 12 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.
  • 279 Allocution de Gérard André à Helsinki, 29 novembre 1972. AMAE, CSCE, vol. 9.
  • 280 Tg. no 2409/2440, de Burin des Roziers, 18 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol.  (...)

172La France, dont la position est partagée par la majorité de ses partenaires de la CE ainsi que par les NNA277, n’envisage pas de rédiger des mandats qui iraient au fond des choses, afin de ne pas transformer les PMP en pré-conférence. Il s’agit donc simplement de présenter chaque point de l’ordre du jour de façon claire pour éviter toute ambiguïté. Du point de vue français, l’exercice de rédaction des mandats a pour objectif de permettre aux pays occidentaux de se rendre compte du degré d’engagement auquel envisagent de se prêter les pays de l’Est278. On aboutirait à une liste de sujets à traiter, sous forme de recommandations faites aux gouvernements279. La préparation doit donc être minutieuse surtout parce que l’objectif premier de l’URSS est la réunion rapide d’une assemblée grandiose à un niveau élevé tandis que l’Ouest préfère une discussion concrète qui ait un impact direct sur la réalité et ne se borne pas à affirmer des principes. L’essentiel, pour la France, est de préserver la possibilité de refuser la conférence au cas où les Occidentaux ne trouveraient pas dans les PMP un intérêt commun suffisant280.

  • 281 Note SDEO no 89, 12 septembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 282 Entretien Puaux/von Staden, 24 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.
  • 283 Entretien Puaux/von Staden, 9 octobre 1972, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

173À Bonn, du moins dans un premier temps, et surtout à Washington, on souhaite au contraire que les mandats atteignent un haut degré de précision : tous les thèmes de l’ordre du jour seraient ainsi débattus une fois pour toutes aux PMP et la courte CSCE qui s’ensuivrait n’aurait qu’à approuver les textes281. Si certains n’avaient pas encore remarqué le désintérêt américain pour la conférence, un tel schéma supprime toute ambiguïté. L’important, pour les États-Unis, est de se concentrer au plus vite sur les MBFR. Côté allemand, on pense que des mandats substantiels devraient permettre d’éviter à la trentaine de ministres chargés ensuite de donner leur accord aux textes d’avoir à se battre282. Le Quai d’Orsay, qui réagit vivement à la méthode des États-Unis, se montre résolument hostile à ce que soient élaborés, aux PMP, des documents qui préjugeraient le résultat de la CSCE283.

  • 284 Entretien de l’auteur avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

174Face à l’attitude américaine, les Soviétiques et leurs alliés, qui ont compris le but de la manœuvre, se saisissent de la question des mandats et en font un véritable sujet de polémique Est-Ouest. Selon eux, la phase préparatoire doit se borner à discuter du siège, de l’ordre du jour et de la composition des commissions de la conférence afin de passer au plus vite à la CSCE en tant que telle. De fait, la querelle des mandats, qui commence en 1972, constitue le premier accrochage majeur des négociations d’Helsinki et, d’emblée, permet à la France de revenir à son vieux rêve gaullien de tenir une position intermédiaire privilégiée entre l’Est et l’Ouest. Le président Pompidou saute ainsi sur l’occasion pour démontrer aux Soviétiques que son pays demeure le pilier de la détente à l’Ouest. Il s’implique en outre personnellement dans les pourparlers de la CSCE sur cette question précise des mandats284. Il ne le fera par la suite qu’une deuxième fois au cours des négociations de Genève, ce qui témoigne de l’importance qu’il accorde à l’organisation de la conférence. Il comprend en effet que le dispositif sur lequel va reposer l’ordre du jour représente une donnée centrale de la stratégie occidentale consistant à obtenir un maximum de concessions de la part de l’URSS.

  • 285 Entretiens Arnaud/Doubinine, 6 novembre 1972, Paris ; entretien Alphand/Abrassimov, 20 novembre 197 (...)

175Au niveau politique comme au niveau diplomatique, les Français répètent aux Russes qu’ils sont bien décidés à empêcher, lors des PMP, toute discussion de fond, mais que la définition de brefs mandats pour les commissions et sous-commissions de la CSCE est un moyen de rendre acceptable par tous les participants un système dans lequel la discussion détaillée serait renvoyée à la conférence proprement dite285. Par ce discours, la France montre – à l’inverse des États-Unis – qu’elle croit sincèrement en la CSCE et aux effets concrets qu’elle peut produire sur l’Europe, en termes de sécurité comme de coopération. La vision française va ainsi au-delà des seuls aspects diplomatiques de la conférence : celle-ci se fonde sur une situation réelle qu’elle devra améliorer, qu’il s’agisse de permettre aux satellites de l’URSS de se dégager de la tutelle soviétique, d’améliorer les échanges culturels et humains ou d’accroitre la coopération économique.

  • 286 Entretien Schumann/Scheel, 22 janvier 1973. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 287 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 10 janvier 1973, Bonn. AMAE, Europe 1971- (...)

176Quand débutent les discussions d’Helsinki, les Soviétiques ne veulent toujours rien savoir, de peur que les mandats ne les entraînent dans des débats – sur les frontières, les droits de l’homme, les échanges culturels ou les contacts humains – qu’ils veulent absolument éviter avant la CSCE car, du fait d’écarts de point de vue trop importants, celle-ci pourrait échouer avant même d’avoir commencé286. Les satellites de l’URSS ne partagent pas complètement cet avis : les Roumains sont ainsi les premiers, à l’Est, à accepter les mandats, suivis de la plupart des délégations du pacte de Varsovie. Pour la France, ceci constitue une belle preuve que la CSCE est un moyen de rendre la parole aux peuples d’Europe orientale287.

  • 288 Note pour Pompidou, en vue de sa rencontre avec Brejnev, 27 décembre 1972. AN, 5 AG 2 1019. URSS. 1 (...)
  • 289 Tg. no 1024-1028, d’André, 21 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 290 Entretien Schumann/von Braun, 2 janvier 1973, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.

177De même, alors que la première session des préliminaires se termine à Noël 1972 sur une impasse288, l’ambassadeur de France Gérard André se félicite que les positions adoptées par son pays le placent « pour le moment, dans la situation favorable, soit d’interlocuteur privilégié, soit à l’occasion, de médiateur, voire de chef de file d’une certaine tendance289 ». Moscou entend cependant profiter des bonnes dispositions françaises pour faire fléchir les Occidentaux. Or, on est conscient à Paris que l’enjeu de la querelle des mandats est de savoir dans quelle mesure la CSCE permettra à « l’attraction de la liberté » de s’exprimer, ce qui n’est possible qu’avec des textes précis290.

  • 291 Entretien Pompidou/Brejnev, 12 janvier 1973, Zaslavl. AN, 5 AG 2 1019. URSS. 1973-1974.

178La partie se joue donc à Zaslavl, près de Minsk, en janvier 1973, lorsque Brejnev reçoit Pompidou. Chacun envisage de rallier l’autre à sa position. Le président de la République prend rapidement l’avantage, en invoquant l’argument selon lequel si l’URSS ne se rallie pas à la définition française des mandats, fondée sur la modération, alors ce sera pire puisque c’est la version américaine, basée sur l’approfondissement des PMP, qui triomphera291.

  • 292 Entretien Pompidou/Brandt, 22 janvier 1973, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 293 Entretien Pompidou/Rogers, 27 janvier 1973, Paris. AN, 5 AG 2 1022. États-Unis. 1969-1974.
  • 294 Tg. no 51/56, de Courcel, vers Helsinki, 25 janvier 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. (...)

179Au chancelier allemand et au secrétaire d’État américain venus le questionner sur sa rencontre avec le premier secrétaire du PCUS, Pompidou, tout en répétant que les mandats envisagés à Washington « sont trop longs et trop détaillés et cherchent à piquer les Russes par plaisir292 », affirme avoir réussi à infléchir la ferme position soviétique : Brejnev « a mis beaucoup d’eau dans son vin293 ». En effet, dans les jours qui suivent le sommet franco-soviétique, l’ambassadeur d’URSS à Paris, Piotr Abrassimov, remet à Maurice Schumann quatre projets de « missions » ou « instructions » – zadanii en russe, ce terme permettant aux Soviétiques de ne pas employer le mot occidental « mandat » même si l’idée reste la même – pour les commissions correspondant aux quatre points de l’ordre du jour déposé par l’URSS à Helsinki le 22 janvier 1973. Ces textes s’inspirent d’un premier document soumis au président français à Zaslavl. Tout en maintenant fermement qu’il convient d’éviter des discussions sur le fond des problèmes aux PMP, Moscou estime que ces projets, à caractère très général, tiennent compte du point de vue de Pompidou et exprime l’espoir de voir la France les soutenir le moment venu. L’ambassadeur n’oublie pas de préciser que ces documents sont remis aux Français en premier ; ils le seront aux Américains et aux Allemands quelques jours plus tard, avant d’être officiellement déposés à Helsinki294. Georges Pompidou débloque donc lui-même les négociations et permet à la deuxième session des PMP de déboucher sur des résultats positifs, chaque délégation y présentant ses propres textes.

  • 295 D’après François Plaisant, en écrivant chaque proposition sur un morceau de papier et en empilant c (...)

180Face à la profusion des propositions, le chef de la mission suisse, Samuel Campiche, émet l’idée de compiler chacune d’entre elles selon le thème qu’elles abordent. Il introduit la notion inoffensive de « corbeille295 » dans le but de garantir une place, dans l’agenda de la CSCE, aux vœux occidentaux portant sur la liberté de mouvement et d’information.

  • 296 Intervention de l’ambassadeur de France à Helsinki, 25 février 1973, Dipoli. AMAE, CSCE, vol. 21.
  • 297 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 10 janvier 1973, Bonn. AMAE, Europe 1971- (...)
  • 298 La France craint de perdre l’avantage essentiel que procure l’existence d’un seul groupe : la possi (...)

181Pour être certaine que les pays de l’Est commentent l’intégralité des propositions occidentales et prennent ainsi position sur les sujets sensibles avant la CSCE, la France souhaite appliquer une méthode inductive de discussion dans un seul groupe de travail à participation ouverte, dont André propose la création au début de la troisième session des PMP fin février 1973. Les Français, soutenus par les Huit de la Communauté, réclament que le groupe de travail procède à un examen point par point des diverses résolutions faites sur chaque corbeille pour remonter ensuite à une définition générale des points de l’ordre du jour296. Il s’agit aussi d’orienter la discussion à Helsinki sur le contenu des mandats plutôt que sur la question de leur existence ou non. Enfin, le Quai d’Orsay souhaite que les délégations bénéficient d’une réelle liberté de manœuvre dans la négociation car l’administration centrale ne peut donner des instructions précises sur tous les sujets297. En réalité, au cours des premières semaines des PMP, les représentants à Helsinki n’attendent déjà plus les directives du ministère pour agir et elles le feront encore moins au moment de la rédaction des mandats. Devant la lenteur des travaux du groupe de travail et malgré l’opposition française298, on finit par créer, en mars 1973, plusieurs mini-groupes qui se répartissent les sujets et doivent préparer la rédaction.

  • 299 Tg. no 142-153, d’André, 19 janvier 1973 ; tg. no 1128/33, de Vimont, 20 février 1973. AMAE, CSCE, (...)
  • 300 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 110.

182Les Russes, obnubilés par la CSCE, se montrent, tout au long de la préparation multilatérale, fort pressés d’en finir avec les PMP et de passer au plus vite à la conférence proprement dite. Ils ne cessent de se plaindre auprès des Français, à Paris comme à Helsinki, de la longueur des débats, des trop nombreuses séances plénières et de la durée trop importante des pauses entre chaque session, durée voulue par les Neuf pour disposer de plus de temps pour se concerter299. On déplore à Moscou le fait que les négociations préparatoires apparaissent de plus en plus comme une véritable pré-conférence, ce qui est à vrai dire le cas : les réunions formelles et informelles se succédant dans la capitale finlandaise, les PMP ne ressemblent guère à la simple consultation que beaucoup attendaient, d’autant que les experts venus des administrations nationales remplacent peu à peu les ambassadeurs300.

183Il reste que les travaux s’accélèrent au cours de la troisième session, comme le veulent les États-Unis et l’URSS, qui gardent à l’esprit les dispositions du calendrier Brejnev/Kissinger. La négociation est désormais bien engagée sur l’ensemble des thèmes qui constituent les quatre corbeilles, la dernière étant consacrée à l’étude des suites de la CSCE. Mais le rythme des discussions est loin d’être régulier : à des périodes d’avancées succèdent des moments de fort ralentissement, principalement dus à la fermeté de certains pays sur la troisième corbeille et à l’absence de concessions mutuelles sur les points les plus sensibles.

Les Neuf au cœur du processus

La CPE : premiers succès, premières entorses françaises

184Les mandats ne sont pas qu’un moyen d’obtenir des concessions de la part des Soviétiques dès les PMP ; le fait que ces textes soient élaborés de manière relativement précise par les pays qui les proposent favorise la concertation ouest-européenne dans le cadre de la CPE : la rédaction d’un projet de mandat suscite automatiquement un débat préalable entre les Neuf sur chacun des thèmes des corbeilles.

  • 301 Circulaire NR 26, de Courcel, 13 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.
  • 302 Rapport du président du Comité politique, 12 mars 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2 (...)

185Ces consultations tous azimuts provoquent un événement sans précédent en Europe au début de la deuxième session des pourparlers d’Helsinki : le 15 janvier 1973, les pays de la Communauté européenne font preuve d’une exceptionnelle unité en présentant des projets de mandats portant sur chaque corbeille. Chaque texte est déposé en tant que document national par une délégation différente301. L’objectif est d’obtenir de toutes les délégations présentes aux PMP qu’elles prennent position sur chacun des points des propositions déposées, permettant ainsi l’identification des sujets sur lesquels il faut une négociation. Cette méthode s’oppose à la tactique des pays de l’Est qui veut qu’on laisse de côté les points les plus épineux pour n’aborder que ceux sur lesquels un accord est facile302. Le choc est rude pour les membres du pacte de Varsovie, dont l’un des objectifs, à travers la CSCE, est de rendre caduque la solidarité des Neuf.

  • 303 Coley Morgan M., art. cit., p. 29-30.

186Les Américains, eux aussi ébahis par une pareille cohésion, laissent les Neuf mener la danse à Helsinki pour leur prouver qu’ils les soutiennent et qu’ils ne cherchent pas à entraver la CPE, malgré leur inquiétude quant à un affaiblissement de l’Alliance atlantique303. En janvier 1973, les États-Unis sont en réalité surtout préoccupés d’une part par les négociations qu’ils mènent à Paris avec le Nord-Vietnam et d’autre part par le procès des « cinq cambrioleurs », de leur chef et de leur commanditaire direct accusés d’avoir posé des micros dans l’immeuble du Watergate, quartier général du parti démocrate, pendant la campagne électorale de 1972.

  • 304 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 93.

187L’initiative commune du 15 janvier est le fruit de longues discussions qui ont permis à la CE de fixer, dans l’optique de la conférence, ses propres buts, sa propre stratégie et sa propre tactique. Le sommet européen de Paris d’octobre 1972 a donné un véritable coup d’accélérateur à l’harmonisation des positions. Pour certains, il représente même le point de départ symbolique de la CPE tellement l’accord semble parfait entre les dirigeants français, britannique et allemand304. Pour la première fois, les représentants du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark siègent aux côtés des autres pays membres. Le sommet de Paris suscite l’intérêt des opinions publiques parce que beaucoup se demandent quel va être le visage de l’Europe au terme de ce premier élargissement de la Communauté. Se posent notamment les questions de l’institutionnalisation de l’Europe politique, des relations euro-américaines et de l’identité politique et militaire de la CE.

  • 305 Déclaration finale du sommet européen de Paris, 21 octobre 1972. Citée par Vimont J., « Georges Pom (...)

188La déclaration finale se veut résolument optimiste lorsqu’elle indique que « conformément à ses finalités politiques, la construction européenne permettra à l’Europe d’affirmer sa personnalité et de marquer sa place dans les affaires mondiales en tant qu’entité distincte, résolue à favoriser un meilleur équilibre international », déclarant que « les États membres de la Communauté, élément moteur de la construction européenne affirment leur intention de transformer, avant la fin de l’actuelle décennie, l’ensemble de leurs relations en une Union européenne305 ». Les Neuf se fixent également l’objectif ambitieux de mettre sur pied, dans un laps de temps équivalent, l’Union économique et monétaire. Ainsi, le sommet de Paris fait un pas décisif vers la construction de l’Europe politique et monétaire. Georges Pompidou et Edward Heath sont pour beaucoup dans ce succès.

  • 306 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 80.
  • 307 Ibid., p. 80.

189Le premier s’appuie dessus pour compenser la déception qu’il a éprouvée, quelques mois plus tôt, au vu des résultats du référendum national sur l’élargissement du Marché commun organisé le 23 avril 1972 : si le « oui » a emporté 68 % des suffrages exprimés et levé le veto mis par de Gaulle à l’adhésion de la Grande-Bretagne, l’abstention a frôlé les 40 %, rabaissant la proportion du vote positif à moins du tiers du corps électoral. Or, le président français en avait appelé au vote populaire afin d’obtenir un mandat en faveur d’une politique européenne française plus active. Grâce à la réussite du sommet de Paris, Pompidou peut désormais justifier son désir de voir la France jouer un rôle de leader parmi les Neuf : c’est une initiative française qui a permis l’avancée spectaculaire de la construction politique européenne en octobre 1972306. Pour ce qui est de Heath, le sommet lui permet de rassurer une opinion publique britannique sceptique quant à l’intérêt de la Grande-Bretagne à intégrer le Marché commun. Le premier ministre espère surtout que la bonne entente politique suscitera une situation équivalente en termes économiques, à un moment où le Royaume-Uni, qui traverse une sérieuse crise économique, voit dans le Fonds de développement régional un instrument de son relèvement307.

  • 308 Note CSCE, 9 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

190Même si le sommet de Paris cache en réalité bien des divergences quant à la manière de parvenir à l’Union européenne et à propos de la forme qu’elle devra prendre – fédérale ou confédérale –, les Neuf, menés par Pompidou, Heath et Brandt, décident d’intensifier encore la CPE afin de dégager des positions communes sur le long terme ; ils donnent naissance à la pratique de « l’information communautaire » selon laquelle tous les entretiens issus de rencontres bilatérales entre un État membre et un pays tiers sont aussitôt rapportés auprès des huit autres capitales. Aussi, en novembre 1972, les Neuf réussissent-ils à mettre au point des textes communs sur l’ensemble des points majeurs de la CSCE, la France n’hésitant pas à se présenter comme l’instigatrice des principales décisions reflétées par ces documents308. Ces projets de mandats pour les commissions et sous-commissions sont approuvés par les ministres des Affaires étrangères de la CE réunis à La Haye les 20 et 21 novembre 1972.

  • 309 Entretien Pompidou/Leone, 27 juillet 1972, Toscane. AN, 5 AG 2 1016. Italie. 1969-1974.
  • 310 Les Neuf se mettent d’accord sur la date du 22 novembre 1972 pour commencer les PMP, sur le fait qu (...)
  • 311 Notes de Georges Pompidou, mai 1972, citées dans Roussel E., op. cit., p. 523.
  • 312 Le 19 avril 1963, de Gaulle déclare dans sa conférence de presse : « Tout système qui consisterait (...)

191Le renforcement de la CPE conduit Pompidou à affirmer devant son homologue italien qu’il n’y a plus de risque à ce qu’Américains et Soviétiques s’entendent sur le dos des Européens à propos de la CSCE309. Face au fameux calendrier Brejnev/Kissinger, la France parvient à convaincre ses partenaires d’ajouter en tête du rapport sur les PMP un chapitre intitulé « considérations générales sur les préliminaires de la conférence » dont l’objet est d’affirmer un point de vue commun aux Neuf, rejetant implicitement les conséquences de l’adoption par les États-Unis et l’URSS d’un programme de négociations sur la CSCE et les MBFR310. Ainsi, le président français appuie de tout son poids un mécanisme destiné à rehausser, selon lui, le statut de l’Europe occidentale et, surtout, celui de la France au sein du système international. Ce mécanisme doit donc demeurer intergouvernemental, ce qui explique l’opposition catégorique de Pompidou – contrairement à Brandt – à ce que le président de la Commission européenne, le Néerlandais Sicco Mansholt, siège à la CSCE et à sa préparation comme le propose en septembre 1971 un document émanant de la Commission elle-même311. Depuis le général de Gaulle, la Commission a mauvaise presse à l’Élysée : perçue comme un collectif d’« aréopages internationaux312 », on la considère seulement en tant que comité d’experts non représentatif de la population européenne et, en ce sens, qui ne peut posséder un pouvoir exécutif équivalent à celui des États. Pompidou reprend à son compte le point de vue de son prédécesseur pour étayer son refus de lier directement la Commission à la CSCE :

  • 313 Entretien Pompidou/Brandt, 22 juin 1973, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

« Nous sommes favorables à la coopération politique mais elle doit être une affaire de gouvernements. Les institutions communautaires qui sont économiques ne sont pas qualifiées pour faire de la coopération politique. C’est pourquoi notre thèse est que cette coopération politique doit se traduire dans les faits par des réunions en des lieux qui changent et notamment dans la capitale du Président du Conseil des Ministres. Pourquoi prenons-nous cette décision ? Nous estimons que les institutions de Bruxelles sont très lourdes, qu’elles ne sont pas forcément équilibrées et impartiales313. »

192Les réticences de Pompidou sont développées avec vigueur par le Quai d’Orsay :

  • 314 Note de la sous-direction d’Europe occidentale, 14 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes (...)

« Demander que la Communauté siège à la Conférence, c’est d’abord fournir à l’Union soviétique un prétexte pour ouvrir une polémique à l’encontre de la Communauté. Et ceci sans aucun profit, car il est clair que si l’URSS s’oppose à la présence de la Communauté, les Six n’auront d’autre recours que de renoncer aux initiatives qui relèvent de compétences communautaires, car il ne peut être question de faire de la reconnaissance de la Communauté une condition sine qua non de leur participation à la conférence.
Mais surtout, si les Six prétendent se présenter à la Conférence comme une unité, l’URSS y trouvera une justification pour imposer à son camp une discipline de bloc et peut-être pour exiger que le Comecon soit placé sur le même plan que la Communauté, ce qui donnerait à l’organisation économique des pays de l’Est des compétences extérieures qu’il n’a pas actuellement. Les Six ne sauraient prendre la responsabilité de favoriser ainsi une évolution qui irait exactement à l’encontre de leurs espoirs et de leurs objectifs314. »

  • 315 Notes de la sous-direction d’Europe occidentale, 16 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organis (...)

193En 1971, on pense à Paris que la Commission n’a rien compris à ce que doit être la CSCE ; on l’accuse de raisonner comme si la conférence ne devait mettre en présence que la CE et les pays de l’Est. De plus, d’après les services diplomatiques français, « la Commission paraît imaginer que la conférence sera une sorte de Kennedy Round à l’échelle paneuropéenne au cours duquel on négociera des accords concrets bilatéraux ou multilatéraux315 ».

  • 316 Note SDEO, 14 février 1972. AMAE, CSCE, vol. 1.

194Le Quai d’Orsay réclame à ses partenaires européens, notamment aux Allemands et aux Britanniques – toujours influencés par le très européen Edward Heath – qui se montrent particulièrement favorables à la participation de la Commission ou d’une délégation de la Communauté à la conférence, de ne pas laisser se développer une confusion entre, d’une part, les actions possibles à la CSCE dans les domaines de coopération économique qui sont de la compétence exclusive des États membres du Marché commun et, d’autre part, les actions dites « communautaires », intéressant les questions tarifaires et contingentaires à propos desquelles s’exercent les compétences de la Communauté. Dans le premier cas, les Français suggèrent que les États membres présentent à Helsinki leurs propositions en leur nom propre après harmonisation des positions ; dans le second cas, le président du Conseil des ministres, en exercice, de la CEE doit être le porte-parole de celle-ci316.

  • 317 Tg. no 713/719, de Puaux, adressé à la délégation française auprès des Communautés européennes à Br (...)

195Les modalités de participation de la Communauté aux PMP font l’objet d’un accord entre les Neuf à La Haye en novembre 1972, au moment où commencent les discussions préparatoires d’Helsinki. Les ministres des Affaires étrangères déclarent que des propositions ne peuvent être faites sur les matières relevant de la compétence de la CE qu’au nom de celle-ci et en indiquant de manière appropriée que leur réalisation éventuelle dépend d’un accord avec elle. Ils attribuent au chef de mission du pays exerçant la présidence du Conseil le soin de soulever éventuellement les points touchant aux compétences communautaires. Par ailleurs, ils envisagent une coordination sur place, entre les délégations des Neuf et avec la participation de la Commission, chaque fois que sont soulevées des questions qui, de l’avis de tous les États membres, touchent aux compétences des Communautés. À cet effet et malgré les réticences françaises, la Commission pourra être présente à Helsinki. Néanmoins, les ministres renvoient à plus tard la question d’une éventuelle participation de la CE à la conférence elle-même317.

  • 318 Circulaire no 185 annotée par Georges Pompidou, 20 mars 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. (...)
  • 319 Note no 140 du service de la coopération économique du MAE, 4 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

196Quand, au printemps 1973, les Neuf reprennent le dossier au moment des négociations sur le contenu de la corbeille économique de la CSCE, l’opposition de Paris redouble de vigueur. Pompidou refuse catégoriquement toute une série de propositions provenant des partenaires de la France et qui visent à fixer les conditions de la participation de la CE à la CSCE. Le président n’accepte pas qu’une déclaration soit faite dès le début de la conférence au nom de la Communauté, ni que soit constituée une délégation communautaire318. Au contraire, l’Élysée juge très efficace le système de réunions quotidiennes entre les neuf délégations à Helsinki qui bénéficient, en outre, d’une réelle marge de manœuvre par rapport à leurs administrations centrales respectives. Du fait de la forte pression exercée par la Commission, la France admet finalement, en juin 1973, l’idée qu’une déclaration soit faite au nom de la CEE – en tant que groupement d’États à vocation économique –, à l’issue des PMP, par la présidence belge319.

  • 320 Télégrammes d’André, no 905-908 du 11 décembre 1972, no 992-995 du 14 décembre 1972, no 998-999 du (...)
  • 321 Note CSCE no 74, 3 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 28 ; à Helsinki, les représentants soviétiques co (...)

197De novembre 1972 à la mi-janvier 1973, les discussions à neuf lors des PMP portent principalement sur la rédaction des projets de mandats communs et sur la stratégie à adopter pour que ces documents soient à la fois fermes, précis et acceptables par les Soviétiques. C’est à ce moment-là que la France convainc ses partenaires de déposer des textes suffisamment détaillés afin de ne pas encourager les pays de l’Est à mettre en avant des libellés exagérément simplifiés. Il importe également de négocier, pour chaque commission et sous-commission, des termes de référence à intégrer ensuite dans les mandats320. Néanmoins, pour ne pas provoquer l’URSS et ses alliés, Paris propose que le projet général d’ordre du jour soit déposé à Helsinki par une seule délégation, celle qui préside la CE, puis que les textes élaborés en commun sur chaque thème des trois corbeilles soient déposés par les pays du Benelux, le Danemark, l’Irlande ou l’Italie. La France ne souhaite pas que la RFA et la Grande-Bretagne interviennent dans le dépôt des mandats communautaires en raison de « l’intérêt trop vif marqué par les Allemands pour les questions économiques et scientifiques » et de « l’hostilité de principe des pays de l’Est à l’encontre de toute initiative d’origine britannique321 ».

  • 322 Note CSCE, 14 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

198Pour ce qui est des Français eux-mêmes, ils veulent éviter de présenter les mandats de la CE, qu’ils jugent trop précis, afin de pouvoir s’en détacher plus facilement au cas où il faudrait apparaître plus flexible devant les Soviétiques ; Paris considère les documents des Neuf comme une simple base de discussion et non comme des textes totalement agréés figeant les positions de la CE322. En d’autres termes, la France continue de jouer sur les deux tableaux et cherche toujours à se donner un rôle de conciliateur entre l’Est et l’Ouest, quitte à remettre en cause la solidarité communautaire. C’est d’ailleurs dans cette même optique qu’elle entend informer Moscou du contenu des mandats avant qu’ils ne soient rendus publics. On perçoit donc ici une limite essentielle de la CPE telle qu’elle est pratiquée par la France : s’il ne fait aucun doute que l’engagement de Paris dans la coopération politique européenne a pour but à long terme de favoriser la réunification de l’Europe, cet engagement répond cependant, sur les court et moyen termes, à des motivations avant tout nationales. On retrouve une fois encore la vision gaullienne du monde et de l’Europe, qui fait de la France un acteur clé du processus de détente, au détriment parfois de la cohésion occidentale.

  • 323 Entretien Alphand/Kovalev, 23 février 1972 rapporté par le télégramme no 1241/1251. AN, 5 AG 2 1017 (...)
  • 324 Les entretiens de Nixon avec Brejnev puis Gromyko en mai 1972 sont présentés en détail aux Français (...)

199Ainsi, entre 1972 et 1974, Français et Russes multiplient les rencontres à tous les niveaux, à Paris, Moscou, Helsinki, Genève et New York, même si ces entretiens demeurent le plus souvent secrets, l’Élysée ne souhaitant pas éveiller les soupçons de ses partenaires de la CPE qui pourraient l’accuser de jouer un double jeu323. Les Soviétiques informent régulièrement les Français des résultats de leurs conversations avec d’autres Occidentaux, y compris avec les Américains324.

  • 325 Tg. no 389-98, d’André, 31 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.
  • 326 Entretien Schumann/Scheel, 22 janvier 1973. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

200Le caractère secret des rencontres franco-soviétiques s’accentue au fur et à mesure de l’avancée des PMP ; lorsque Moscou demande l’institutionnalisation d’un groupe de concertation avec les Français, ces derniers refusent, estimant les discussions bilatérales officieuses entre les deux pays tout à fait efficaces325. Paris déploie d’incroyables efforts pour dissimuler à ses partenaires ouest-européens sa double concertation. Par exemple, à son homologue allemand Walter Scheel, Maurice Schumann indique, en janvier 1973, que lors de la rencontre entre Pompidou et Brejnev à Minsk, le Premier secrétaire du PCUS « a beaucoup et même trop insisté sur la nécessité de la concertation franco-soviétique » ; or, rappelle le ministre, la concertation à neuf demeure primordiale pour la France326.

  • 327 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 66.
  • 328 Circulaire no 603, de Puaux, 22 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

201Cela n’est bien sûr pas totalement faux. Malgré leur souci permanent de ne pas provoquer les Soviétiques, les Français manifestent un réel attachement à la promotion des idéaux ouest-européens au-delà du rideau de fer. Cette donnée est d’autant plus importante que la contribution majeure de la CPE aux PMP porte sur la troisième corbeille, notamment sur les questions de la plus libre circulation et des échanges culturels. Au grand dam des pays de l’Est, les Neuf distinguent ces thèmes de la coopération économique dans le but de réduire le contrôle étatique sur le plus libre mouvement et souligner l’importance des aspects non étatiques de la sécurité327. Dès la fin de 1972, une position commune est établie sur ces problèmes cruciaux ainsi que sur le principe des droits de l’homme : les neuf ministres des Affaires étrangères s’entendent pour proposer à Helsinki la création d’une commission « sur le développement des contacts entre les hommes, l’accroissement des échanges culturels et l’élargissement de la diffusion de l’information328 ».

  • 329 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 96.

202L’arrivée de Michel Jobert au Quai d’Orsay en mars 1973 renforce encore l’engagement de la France dans la CPE. Principal instigateur du rapprochement franco-britannique depuis 1969, le nouveau ministre des Affaires étrangères est un ardent défenseur de la coopération politique entre les Neuf et entretient d’excellentes relations avec ses homologues allemand et anglais qui le préfèrent à Maurice Schumann. Son rôle est d’autant plus important que Georges Pompidou, malade, s’investit de moins en moins dans l’élaboration quotidienne de la politique extérieure du pays329.

  • 330 Circulaire no 253, de Courcel, 26 avril 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

203À Helsinki, les Français font tout pour garder la main au sein des neuf délégations. En avril 1973, ils élaborent le document destiné à servir de modèle au rapport final des PMP. Accepté par les Huit, il s’inspire largement des conceptions françaises sur l’organisation, l’ordre du jour, la participation, le lieu et la date de la CSCE. Ainsi, il ne fait aucune référence à la participation de la Communauté à la conférence330.

  • 331 Note CSCE no 162, 24 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.
  • 332 Entretiens Pompidou/Brejnev, 25-27 juin 1973, Rambouillet. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.

204Cependant, en parallèle, au moment où l’on dresse un premier bilan des PMP en mai 1973, la délégation française à Helsinki constate que le succès des discussions préparatoires tient, pour une grande partie également, aux consultations répétées entre la France et l’URSS331. D’ailleurs, à Rambouillet en juin 1973, Pompidou et Brejnev confient à Jobert et Gromyko le soin de garder un contact étroit sur la CSCE et d’aboutir à des décisions importantes qui ne soient pas seulement de façade332. L’engagement français dans la CPE revêt donc toujours un caractère ambigu.

L’URSS doit-elle reconnaître la CEE ? Une autre limite de l’engagement de la France dans la CPE

  • 333 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques », art. cit., p. 52-69.
  • 334 Rapport du sous-comité CSCE, mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

205Si Brejnev a déjà fait un pas en avant en janvier 1969 en admettant la capacité des pays ouest-européens à s’organiser en structures fortes et durables, on est encore loin de la reconnaissance pleine et entière du Marché commun333. L’approfondissement de la Communauté et la CPE suscitent des réactions d’hostilité de l’URSS, ce processus étant susceptible de réduire le champ d’action de sa propre politique en Europe, tandis que la CEE peut exercer une plus forte attraction sur les pays neutres, voire sur ce que Moscou considère comme son glacis334. À cela s’ajoute la crainte que la CE puisse à terme acquérir une dimension militaire, ce qui parachèverait son aspect de bloc ouest-européen déjà condamné par l’URSS.

  • 335 Rapport du sous-comité CSCE, mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

206Pour les Neuf, le risque est que l’URSS et ses satellites tentent, par des propositions de coopération paneuropéenne en matière industrielle, scientifique ou technique ou par de grands projets, par exemple dans le domaine de la répartition de l’énergie, de donner un tour concret au concept de « la communauté d’intérêt de l’Europe tout entière » qu’ils entendent opposer à la solidarité des membres du Marché commun335. Mais, pour la Commission européenne comme pour la plupart des États membres, rien ne pourra ébranler l’édifice communautaire ; au contraire, l’un des principaux objectifs que les Neuf doivent assigner à la CSCE est de faire reconnaître l’existence de la CEE par Moscou et ses satellites.

  • 336 Note no 7 du service de coopération économique du MAE, 10 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA (...)
  • 337 Tg. no 7582/91, de Seydoux, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 338 Note SDEO, 14 février 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

207Contrairement à ses partenaires – l’Allemagne en particulier, soucieuse de voir la Communauté accompagner et soutenir sa politique d’ouverture à l’Est336 –, la France ne souhaite pas cela. Cette prise de position soulève à nouveau la question des limites de l’engagement français dans la CPE. La crainte de Paris repose sur le fait qu’en s’associant aux Huit pour réclamer la reconnaissance, la France pourrait donner l’impression qu’elle soutient un nouveau bloc, composé de pays qui n’ont pas de relations avec l’Est aussi bonnes que les siennes, et qu’elle remet en cause la politique gaullienne d’indépendance. Une politique des Neuf trop intégrée conduirait inévitablement à transformer la conférence en une sorte d’affrontement entre blocs d’un type nouveau et aurait l’inconvénient de fournir à l’URSS des arguments « pour renforcer sa pression en Europe de l’Est, sous prétexte de vigilance idéologique337 ». Les Soviétiques n’hésiteraient pas à opposer à la CEE leur propre organisation économique, le COMECON ou CAEM (Conseil d’assistance économique mutuelle), dont ils voudraient faire le principal interlocuteur des Neuf. Ces derniers seraient ainsi responsables de l’attribution, à une organisation qu’ils ne reconnaissent pas, de compétences qu’elle ne possédait pas jusqu’alors, renforçant sa tutelle sur ses États membres338.

  • 339 Rey M.-P., Le dilemme russe, la Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine, (...)
  • 340 Touscoz J., « Les diverses formes de la coopération Est-Ouest en Europe », Études internationales, (...)

208Mais il faut surtout voir dans les réticences françaises à faire reconnaître la CEE par l’Est une forme d’égoïsme commercial. Encore en 1972, la France considère que les compétences commerciales de la Communauté se limitent aux domaines contingentaire et tarifaire et qu’il revient à chaque État membre de développer ses échanges avec des pays tiers comme il l’entend. Cela s’explique par le dynamisme des relations économiques franco-soviétiques au début de la présidence de Georges Pompidou : le volume des échanges connaît une augmentation continue et le nombre de grands contrats d’équipement ne cesse de croître jusqu’en 1973339. Il est donc hors de question pour Paris de partager avec d’autres les dividendes de la politique gaullienne de détente initiée avant tout le monde, même si la RFA et l’Italie figurent elles aussi parmi les principaux partenaires commerciaux de l’URSS à l’Ouest. C’est dans cet esprit que les Français insèrent dans le communiqué final du sommet de Paris d’octobre 1972 la formule selon laquelle « les États membres se déclarent résolus à promouvoir à l’égard des pays de l’Est une politique de coopération fondée sur la réciprocité340 ». En d’autres termes, on réaffirme la souveraineté des États membres de la CEE en matière de politique commerciale vis-à-vis de l’extérieur, hormis les questions contingentaires et tarifaires.

  • 341 Note no 7 du service de coopération économique du MAE, 10 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA (...)

209Le Quai d’Orsay prévoit en outre une offensive conjuguée, à la CSCE, des pays de l’Est et des États-Unis contre la CEE, la politique agricole et la politique commerciale communes. Aussi la CE devrait-elle se préparer à faire face à ces attaques plutôt que de s’attacher à obtenir sa reconnaissance. Le but majeur de la conférence en matière économique doit être, selon Paris, d’amener l’Est à s’associer davantage à la multilatéralisation du commerce qui se développe à l’Ouest depuis 1945341.

  • 342 Entretien Pompidou/Brandt, 11 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 343 Voir Kansikas S., Trade Blocs and the Cold War. The CMEA and the EC challenge, 1969-1976, thèse de (...)

210Pompidou avance deux raisons supplémentaires à son refus de rechercher à tout prix la reconnaissance : d’une part, il ne souhaite pas, vis-à-vis des Soviétiques, créer la sensation de dresser constamment de nouveaux obstacles à la CSCE et à son bon déroulement ; d’autre part, les satellites de Moscou, qui nouent des liens officieux avec la CEE, conduisent eux-mêmes leur puissance de tutelle à envisager d’admettre l’existence du groupement d’État ouest-européen342. Clairvoyant, le président de la République est aussi particulièrement bien informé des discussions qui se déroulent à ce sujet de l’autre côté du rideau de fer. L’année 1971 est marquée par un vigoureux débat, au sein du COMECON, entre partisans et opposants au rapprochement avec la CEE343. Alors que la Roumanie souhaite éviter tout contact entre le Marché commun et le CAEM, qu’elle assimile à du bloc à bloc, la Hongrie, la Pologne et la Tchécoslovaquie, dont la majeure partie des produits d’importation provient des États de la Communauté, poussent Moscou à trouver rapidement un moyen d’institutionnaliser les relations avec la CEE sans porter atteinte à l’organisation économique du pacte de Varsovie, d’autant que la plupart de leurs accords temporaires passés avec les Neuf arrivent à expiration en 1974.

  • 344 Ces experts préconisent des transferts de technologie et l’accroissement des importations en proven (...)
  • 345 Tg. no 8690/99, de Seydoux, 22 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.
  • 346 Yamamoto T., « Détente or Integration? EC Response to Soviet Policy Change towards the Common Marke (...)

211Grâce à la pression des satellites géographiquement les plus proches de la Communauté et aux recommandations des experts du ministère soviétique du Commerce extérieur et du Comité d’État pour la Science et la Technologie344, l’URSS infléchit sa position en janvier 1972 et la modifie davantage en mars lorsque Brejnev évoque publiquement les possibilités de coopération entre le Marché commun et les pays socialistes, reconnaissant de fait que la CEE est une réalité. L’initiative est suivie, en décembre 1972, par une proposition du Secrétaire général du PCUS d’ouvrir des négociations sur un accord commercial entre la CEE et le COMECON345. À l’Ouest, on perçoit comme une manifestation de bonne volonté la réévaluation de l’attitude soviétique à l’égard de la construction européenne ; mais on comprend également qu’elle a pour but de faire un geste en direction de l’opposition conservatrice ouest-allemande afin que le Bundestag ratifie au plus vite le traité de Moscou. Par ailleurs, le Kremlin ne veut pas laisser ses alliés définir eux-mêmes la politique du CAEM sur les relations avec la CEE et entend bien reprendre la main346.

212Cela ne signifie cependant pas que la reconnaissance de la Communauté européenne est imminente : le Comité exécutif du COMECON décide, en avril 1972, de ne la reconnaître qu’au regard des résultats de la CSCE. L’objectif reste la suppression de la politique commerciale commune. La tactique soviétique consiste à approcher chaque État du Marché commun séparément et ainsi à tenter d’outrepasser l’organisation interne de la CEE. Mais cette stratégie est réduite à néant par le refus de Pompidou de lier la reconnaissance au processus d’Helsinki. En outre, la politique commerciale commune demeure primordiale pour les Neuf.

213Brejnev se voit par conséquent contraint d’effectuer un nouveau pas vers la Communauté, en 1973, en multipliant les contacts informels avec elle. Son but désormais est d’obtenir, nous y reviendrons, l’extension à l’URSS de la clause de la nation la plus favorisée et la fin des quotas d’importation. Il maintient cependant le principe selon lequel la CEE ne sera reconnue que si les Occidentaux admettent, via la CSCE, la pérennité du statu quo territorial en Europe. En d’autres termes, la reconnaissance de la situation à l’Ouest ne se fera qu’en échange de la reconnaissance de la situation à l’Est.

*

214La période qui va de décembre 1969 à janvier 1973 est décisive en ce qu’elle voit la France bâtir sa doctrine à l’égard de la CSCE. Ces trois années sont aussi celles durant lesquelles les Français, à commencer par Georges Pompidou lui-même, se posent en soutiens résolus du projet de conférence. Cela s’explique principalement par le fait que Paris y voit le meilleur moyen de prolonger la politique gaullienne de détente et d’encadrer le rapprochement germano-soviétique. La CSCE semble n’avoir alors, aux yeux de la diplomatie française, que des avantages : elle peut permettre aux pays de l’Est de faire entendre leur voix, favoriser la convergence des deux blocs et contribuer à la lutte contre le condominium soviéto-américain. Parce qu’elle offre une alternative à la consultation atlantique, la CPE naissante vient renforcer cette vision optimiste de la conférence. Aussi la France veut-elle aller vite et ne pas multiplier les obstacles à sa réunion. L’essentiel est que les droits quadripartites sur Berlin et l’Allemagne soient préservés de certains effets que peut produire l’Ostpolitik.

215De fait, la priorité absolue de la politique européenne de la France durant cette période consiste à préserver un statut de puissance moyenne peu à peu forgé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce statut s’appuie sur trois piliers : le droit de regard sur l’avenir de l’Allemagne, la construction européenne, la « détente, l’entente et la coopération » avec les pays de l’Est. La CSCE réunit à elle seule ces trois fondements de la politique extérieure de la France. Elle est dès lors au cœur de la conception française des relations Est-Ouest dans les années 1970.

216Quand, en janvier 1973, les PMP entrent dans le vif du sujet et entament l’élaboration de l’ordre du jour de la CSCE, les conceptions des uns et des autres sur ce que doit être la sécurité européenne apparaissent au grand jour. Tandis que les Soviétiques cherchent à réunir une conférence destinée à codifier et à multilatéraliser les traités qu’ils ont passés avec les Occidentaux – notamment avec la RFA – durant les années précédentes, les Français envisagent au contraire la CSCE comme un moyen de dépasser le stade de la codification et de rapprocher les deux moitiés du continent. Ces conceptions divergentes de la Paneuropa, nées dans les années 1960 – à l’époque où le général de Gaulle cherchait à poser les fondements d’une Europe qui s’étendrait « de l’Atlantique à l’Oural » –, restent donc en vigueur quand débute la CSCE. Aux velléités soviétiques de geler les frontières s’oppose le désir français d’en finir avec la bipolarité.

217À la veille de la phase ministérielle de la CSCE, qui doit se réunir à Helsinki à partir du 3 juillet 1973, la France mise par conséquent sur la conférence pour concrétiser la détente de manière durable et espère qu’elle pourra poser les bases de nouvelles formes de coopération avec l’Europe centrale et orientale. La période qui s’ouvre en 1973 correspond à un moment essentiel de transition politique, économique et sociale dans l’histoire contemporaine de la France et de l’Europe. Ces bouleversements ont un impact considérable sur la position de la France à l’égard de la CSCE, et plus largement des relations Est-Ouest. Le renforcement du condominium soviéto-américain conduit Pompidou à adopter une attitude de plus en plus ferme face aux deux Grands. Les fortes réticences françaises à l’idée de Kissinger de faire de 1973 « l’année de l’Europe » témoignent de la défiance dont fait preuve Paris vis-à-vis de Washington ; à l’Est, la publicité faite à la chasse aux dissidents amène la France à se montrer moins conciliante sur la troisième corbeille d’Helsinki. En outre, alors que le président français voit en la CSCE un merveilleux moyen de concilier détente et construction européenne, le choc pétrolier et ses conséquences néfastes mettent un terme au bon fonctionnement de la coopération politique européenne. Enfin, avec la disparition de Georges Pompidou en avril 1974 prend fin le règne sans partage du gaullisme triomphant. Bien qu’en partie héritier de ces années, Valéry Giscard d’Estaing adopte une autre conception du pouvoir, moins conservatrice et plus libérale, qui n’est pas sans conséquence sur la place de la France dans le processus de détente Est-Ouest et notamment sur la CSCE.

Notes

1 Entretiens avec Paul Poudade et François Plaisant, décembre 2008.

2 Discours de Maurice Schumann devant l’Assemblée générale des Nations unies, 28 septembre 1971, in La politique étrangère de la France, 2e semestre 1971, La Documentation française, Paris, 1972, p. 134.

3 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, op. cit., p. 61.

4 Entretien avec Jean Klein, 12 février 2009.

5 Entretien Pompidou/Lipkowski, 6 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 1041. Otan, Est-Ouest. 1969-1974.

6 Entretien Pompidou/Brandt, 6 juillet 1971, Bonn. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

7 Entretien Pompidou/Rogers, 8 décembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.

8 Ibid.

9 Entretien Pompidou/Ceausescu, 15 juin 1970. AN, 5 AG 2 111. Roumanie. 1969-1972.

10 Entretien Schumann/Watson, 13 septembre 1971, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 50.

11 Soutou G.-H., « Teorie sulla convergenza nella Francia degli anni Sessanta e Settanta », Ventunesimo Secolo, 9, V, mars 2006, p. 49-77.

12 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

13 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

14 Wilkens A., « Accords et désaccords. La France, l’Ostpolitik et la question allemande. 1969-1974 », in Pfeil U. (dir.), La RDA et l’Occident. 1949-1990, op. cit., p. 357-378.

15 Le président fait part de cette hantise à Brandt en décembre 1971 puis en février 1972. Entretiens Pompidou/Brandt, 4 décembre 1971 et 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 1011. RFA. 1971-1972.

16 Entretien Pompidou/Nixon, 24 février 1970, Washington. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.

17 La présentation que fait Kissinger de la position de Pompidou à l’égard de l’Ostpolitik s’inscrit dans cet ordre d’idées : « Comme tous les Européens, [Pompidou] déclara avoir foi en Brandt, mais il craignait que sa politique ne déchaîne des tendances nationalistes qui deviendraient impossibles à contenir. Le côté impatient du caractère allemand le mettait mal à l’aise. Les défaites des deux guerres mondiales n’avaient rien prouvé, car il avait fallu la puissance combinée du reste du monde pour les infliger. Le nationalisme allemand pouvait resurgir et, si le malheur lui avait enseigné la patience, il se révélerait peut-être encore plus dangereux. » Kissinger H., À la Maison-Blanche, op. cit., p. 440.

18 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

19 Entretien Pompidou/Brejnev, 7 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

20 Entretien Pompidou/Brandt, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

21 Voir en particulier Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande, op. cit.

22 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

23 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969. AN, 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.

24 Note du 20 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1547.

25 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008.

26 Garton Ash T., op. cit., p. 85.

27 Wilkens A., « Accords et désaccords », art. cit., p. 371.

28 Tg. no 2912/21, de Seydoux, 24 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 161 ; note SDEC, 6 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1547.

29 Note SDEC, 12 janvier 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Accord quadripartite (AQ), vol. 50.

30 Note SDEC, 17 février 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

31 Note SDEC, 1er avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

32 En 1949, avec la création de la RFA et l’approbation par les Alliés de la Loi fondamentale, les trois Occidentaux octroient à la République fédérale un statut d’occupation marquant leur renonciation à la plupart des pouvoirs d’action directe qu’ils exerçaient jusque-là. En 1954, les accords de Paris, en même temps qu’ils abolissent le statut d’occupation, attribuent à la RFA l’exercice de l’autorité souveraine sur ses affaires intérieures et extérieures, « à l’exception des problèmes concernant Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris l’unification et un règlement de paix ». En se réservant ces droits, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis s’engagent cependant à ne pas les utiliser sans avoir consulté la RFA et à fixer à leur politique certains objectifs qu’ils se donnent en commun avec elle.

33 Note de la direction des Affaires juridiques, 30 janvier 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 160.

34 Les accords de Potsdam constituent l’une des armes les plus ambiguës de la diplomatie soviétique. Tantôt Moscou s’en sert pour rappeler aux trois Occidentaux et à Bonn que les engagements de 1945 demeurent pour toute l’Allemagne ; tantôt les Soviétiques utilisent la soi-disant violation des accords de Potsdam par les Occidentaux pour en déduire la caducité des accords quadripartites. Note SDEC, 6 mai 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 51.

35 Note SDEC, 1er avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

36 Projet de note, 3 mars 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 50.

37 Entretien Pompidou/Nixon, 26 février 1970, Washington. AN, 5 AG 2 116. États-Unis. 1969-1970.

38 Note pour le Président de J-B Raimond, 25 mars 1970. AN, 5 AG 2 1009. RFA. 1969-1974.

39 Soutou G.-H., « La France et l’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 », in Revue d’histoire diplomatique, no 1, vol. 118, 2004, p. 68.

40 Note de Georges Pompidou, « Négociation sur Berlin », 26 mars 1970. AN, 5 AG 2 1009. RFA. 1969-1974.

41 Annotation de Pompidou sur un télégramme de Sauvagnargues, 19 juin 1970. AN, 5 AG 2 1009.

42 Faline est le spécialiste de l’Allemagne au MID. Alexandrov est le conseiller de Brejnev pour les questions de sécurité.

43 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 502.

44 « Document Bahr-Gromyko en dix points ». AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1578.

45 Garton Ash T., op. cit., p. 259.

46 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Willy Brandt, la question allemande et la transformation en Europe », in Du Réau E., Manigand C., Vers la réunification de l’Europe, op. cit., p. 22-23.

47 Notes SDEC, 23 et 25 mai 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 162.

48 Lettre d’Ulbricht à Pompidou, 20 juillet 1970 ; tg. no 1410/1413, de La Gorce (Otan), 12 août 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 162.

49 Les Occidentaux souhaitent la liberté de circulation des biens et des personnes entre Berlin et la RFA puis entre les deux côtés du Mur, l’inclusion de Berlin-Ouest, pour des raisons de cohésion économique, dans les traités conclus par la RFA, et la garantie de protection consulaire des Berlinois de l’Ouest par les autorités fédérales dans les pays de l’Est.

50 Note SDEC, 28 août 1970. AMAE, Europe 1966-1970, AQ, vol. 51.

51 Entretien Schumann/Moro, 20 mai 1970, Paris. AN, 5 AG 2 109. Italie. 1969-1973.

52 Entretien Schumann/Scheel, 30 janvier 1970, Paris. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970 ; entretien Schumann/Douglas-Home, 15 juillet 1970, Paris. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

53 Entretien Schumann/Jedrychowski, 5 mai 1970. AN, 5 AG 2 110. Pologne. 1969-1973.

54 Lettre collective no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

55 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.

56 Entretien Schumann/Grozev, 17 mars 1970, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 41.

57 Dépêche SDEO no 79/EU, 15 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2694.

58 Note SDEO, 21 mai 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2677.

59 Circulaire no 317, d’Alphand, 22 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

60 Note SDEC, 4 décembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1547.

61 Dépêche no 366, de Lucet, 25 février 1971. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 746.

62 Entretien Schumann/Scheel, 2 novembre 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 163 ; réunion quadripartite, 2 décembre 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 164.

63 Circulaire no 404, de Schumann, 31 décembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2668.

64 Déjeuner de presse, 22 septembre 1970, archives inédites de Raymond Tournoux. Cité par Roussel E., op. cit., p. 393-394.

65 Rey M.-P., « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », art. cit., p. 156.

66 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008.

67 Entretien Pompidou/Nixon, 12 novembre 1970, Paris. AN, 5 AG 2 1022. États-Unis.

68 Entretien Pompidou/Brandt, 25 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

69 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 octobre 1970, Moscou. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

70 C’est ce que Pompidou explique aux journalistes français présents lors de sa conférence de presse au Kremlin le 7 octobre 1970. Fiche SDEO, 22 octobre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 387.

71 Note SDEO, 25 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537 ; Consultations franco-polonaises, 29 octobre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 387 ; note SDEO, 13 janvier 1971 et tg. no 809/813, de Seydoux, 3 février 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes internationaux…, vol. 2921.

72 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 89.

73 Entretien Beaumarchais/Kozyrev, 19 mars 1971, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3719.

74 Notes SDEO, 7 janvier et 19 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.

75 Mélandri P., Une incertaine alliance. Les États-Unis et l’Europe 1973-1983, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 60.

76 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 528.

77 Kissinger H., Diplomatie, op. cit., p. 689.

78 Série de télégrammes de la représentation de la France à l’Otan, février 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

79 Notes SDEO, 19 février et 26 mars 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

80 Note SDEO, 19 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

81 Note de Georges Pompidou en marge d’une dépêche, 22 mai 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.

82 Commentaire manuscrit de Pompidou en marge d’une dépêche du 26 juillet 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.

83 Entretien Schumann/Tepavac, 23 avril 1971, Belgrade. AN, 5 AG 2 114. Yougoslavie. 1969-1974.

84 Dans le communiqué publié à la fin du voyage de Maurice Schumann à Moscou, est réitérée la nécessité d’une conférence européenne, que la France dit appuyer de tout son poids.

85 Entretien Schumann/Scheel, 28 mai 1971, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3011.

86 Note SDEC, 27 mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3011.

87 Note de la direction d’Europe, 29 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2900.

88 Note SDEO, 16 juin 1971. AN, 5 AG 2 91. Entretiens franco-allemands. 1971-1973.

89 Soutou G.-H., « La France et l’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 », art. cit., p. 55-56.

90 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 91-92.

91 Note SDEO, 7 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

92 Note pour le ministre, de Jurgensen, 30 août 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

93 Tg. de Schumann, 25 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

94 Note SDEO, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

95 Entretien Pompidou/Scheel, 19 novembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1011. RFA.

96 Tg. no 4086/90, de Schumann, 25 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2981.

97 Sarotte M., op. cit., p. 135.

98 Entretien Schumann/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997.

99 Note manuscrite de Cuvillier, 9 décembre 1971 ; note manuscrite de J-B Raimond, décembre 1971. AN, 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.

100 Tg. NR 2182, de Rose, 7 décembre 1971 et NR 2241/49, de Rose, 9 décembre 1971. AMAE, AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

101 Tg. NR 2182, de Rose, 7 décembre 1971. AMAE, AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

102 Entretien Pompidou/Brandt, 4 décembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

103 Entretien Kissinger/Beaumarchais/Lucet, 30 novembre 1971, Washington. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1971-1974.

104 Entretien Pompidou/Nixon, 13 décembre 1971, Açores. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1971-1974.

105 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

106 Note SDEO, 12 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

107 Note SDEC, 29 novembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2979.

108 Sarotte M., op. cit., p. 123-124.

109 Voir le détail de l’accord interallemand dans Sarotte M., op. cit., p. 129.

110 Note SDEC, 28 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3002.

111 Sarotte M., op. cit., p. 130.

112 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Brandt, la question allemande et la transformation en Europe », art. cit., p. 25.

113 Note SDEC, 25 avril 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2981.

114 Entretien Pompidou/Heath, 19 mars 1972, Chequers Court. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

115 Entretien Schumann/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997.

116 Entretien Pompidou/Barzel, 22 mars 1972, Paris. AN, 5 AG 2 1011. RFA.

117 Wilkens A., « L’Ostpolitik de Brandt, la question allemande et la transformation en Europe », art. cit., p. 25.

118 Sarotte M., op. cit., p. 136-137.

119 Communiqué Otan du 31 mai 1972.

120 Hakkarainen P., « From linkage to freer movement », art. cit., p. 171.

121 Garton Ash T., op. cit., p. 94.

122 Les représentants des deux Allemagne tentent de répondre à trois grandes questions : existe-t-il toujours une nation allemande ? Qu’implique l’absence de traité de paix consécutif à la Seconde Guerre mondiale pour la situation allemande ? Les Allemands des deux côtés du rideau de fer ont-ils en commun une même citoyenneté allemande ? Mary Sarotte présente de manière claire et efficace les enjeux soulevés par chacune de ces questions dans Dealing with the Devil, op. cit., p. 140-147.

123 Entretien Pompidou/Gierek, 3 octobre 1972, Paris. AN, 5 AG 2 1016. Pologne. 1969-1974.

124 Entretien Schumann/Sorsa (ministre finlandais des Affaires étrangères), 22 juin 1972. AMAE, CSCE, vol. 1.

125 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

126 Entretien Schumann/Scheel, 23 juin 1972, château de Gymnich. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973. Schumann multiplie les rencontres secrètes avec le responsable du SED pour les Affaires extérieures, Hermann Axen, le but étant de glaner, autant en RFA qu’en RDA, un maximum d’informations sur l’avancée des pourparlers interallemands. Si le SED espère pouvoir contrer la politique de Brandt en obtenant la reconnaissance officielle de la part de la France, Schumann est clair : Paris demeure subordonné à la décision de Bonn. Wilkens A., « Accords et désaccords », art. cit., p. 365-367.

127 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 538.

128 Wilkens A., « Accords et désaccords », art. cit., p. 368.

129 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 96.

130 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

131 Note pour le président, de J.-B. Raimond, 8 octobre 1971. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

132 Cité par Bariéty J., « La France, les droits de l’homme et la genèse de la conférence d’Helsinki de 1975 », in Fleury A., Fink C., Jilek L. (dir.), Les droits de l’homme en Europe depuis 1945, Berne, Peter Lang, 2002, p. 308.

133 Note SDEO, 7 juin 1972. AMAE, CSCE, vol. 26.

134 Circulaire no 421, d’Alphand, 3 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

135 En janvier 1972, la Chambre de Commerce de l’URSS fait connaître son intention d’organiser un symposium international sur la coopération économique, scientifique et technique, auquel sont conviées des personnalités privées des milieux d’affaires ouest-européens. Par ailleurs, les commissions nationales européennes pour l’Unesco prévoient de se réunir en mai 1972 pour étudier le « renforcement de la coopération entre pays européens dans l’intérêt de la paix et de la sécurité en Europe ». La Finlande, qui utilise la CSCE pour accroître sa stature internationale, se distingue elle aussi par la multiplication de ses initiatives en faveur du commencement des PMP, notamment par l’invitation lancée par des députés finlandais aux institutions parlementaires européennes à se rendre à Helsinki pour examiner les problèmes de sécurité et de coopération en Europe. Note SDEO, 26 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

136 Note SDEO, 11 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

137 Entretien franco-allemand Puaux/von Staden, 11 août 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

138 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3000.

139 Entretien Schumann/Schuetz, 10 décembre 1969. AN, 5 AG 2 103. RFA. 1969-1974.

140 Déclaration du Premier ministre à l’Assemblée nationale, 9 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3721.

141 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3000.

142 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

143 C’est avec cet argument que Pompidou tente, en mai 1973, de convaincre Nixon de renoncer aux MBFR. Entretien Pompidou/Nixon, 31 mai 1973, Reykjavik. AN, 5 AG 2 1023. États-Unis.

144 Haftendorn H., art. cit., p. 245.

145 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3000.

146 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

147 Les propos tenus à l’auteur par quelques-uns des diplomates en charge de ces affaires à l’époque se réfèrent tous à cette crainte française caractéristique des années de guerre froide.

148 Entretien Pompidou/Brandt, 10 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

149 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

150 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.

151 Entretien Schumann/Scheel, 19 novembre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

152 Hanhimäki J., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 40-42.

153 C’est ce qu’avoue le Département d’État américain à l’ambassadeur Charles Lucet. Tg. 749/51, de Lucet, 4 février 1972. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 747.

154 Alors que Brejnev est d’accord pour commencer à préparer les MBFR, Nixon accepte le début des conversations préparatoires de la CSCE, mais une date ne sera fixée qu’une fois qu’aura été décidé le moment où s’ouvriront les MBFR. C’est seulement en septembre 1972 – après la réalisation de toutes les étapes du Junktim – que Kissinger et Brejnev s’accordent à Moscou sur un calendrier fixe : les PMP d’Helsinki sont prévus pour novembre 1972, le commencement de la CSCE elle-même pour juin 1973 et les discussions MBFR pour septembre 1973. Hanhimäki J., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 41 ; Haftendorn H., art. cit., p. 250.

155 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 61.

156 Haftendorn H., art. cit., p. 241.

157 Le 17 novembre 1971, le sénateur Mansfield reprend l’initiative en déposant un nouvel amendement en faveur d’un retrait partiel des forces américaines en Europe : il propose de réduire ces forces de 50 à 60 000 hommes. Cette initiative est beaucoup plus limitée que celle qu’il avait prise au printemps 1971 : il proposait alors de réduire les forces des États-Unis en Europe de moitié (- 150 000 hommes). Tg. no 6978/81, de Lucet, 19 novembre 1971. AMAE, CSCE, vol. 8.

158 Note du service des Pactes et du désarmement, 15 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3000.

159 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 104-107.

160 Bange O., art. cit., p. 30-35.

161 Entretien Pompidou/Brandt, 26 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA.

162 Dépêches no 202 et 283, de Rose, 2 et 23 mars 1972. AMAE, CSCE, vol. 23.

163 Tg. NR 111-116, de Schumann à la délégation française à l’Otan, 23 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

164 Entretien Pompidou/Brejnev, 29 octobre 1971, Paris. AN, 5 AG 2 1018. URSS. 1969-1974.

165 Circulaire no 297, d’Alphand, 16 juin 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

166 Entretien Pompidou/Nixon, 13 décembre 1971, Açores. AN, 5 AG 2 117. États-Unis. 1971-1974.

167 Tg. NR 5771/78, de Kosciusko-Morizet, 26 août 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

168 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

169 Haftendorn H., art. cit., p. 251.

170 Dépêche no 202, de Rose, 2 mars 1972. AMAE, CSCE, vol. 23.

171 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973 ; Extrait de la dépêche d’actualité du 4 janvier 1972 ; note no 145 du service des Pactes et désarmement, 13 avril 1972 ; tg. no 1767/71, de Rose, 2 novembre 1972. AMAE, CSCE, vol. 23.

172 Tg. no 7592/7600, de Seydoux, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

173 Entretien Schumann/Ruete, 6 juillet 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2997 ; note SDEO, 2 mai 1972. AMAE, CSCE, vol. 26.

174 Une série de télégrammes rend compte des entretiens franco-finlandais sur la préparation de la CSCE. AMAE, CSCE, vol. 1.

175 Note de la cellule CSCE, 9 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

176 Tg. no 1802/07, de Rose, 8 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

177 Déclaration du Conseil de l’Atlantique nord réuni en session ministérielle les 4 et 5 décembre 1969 à Bruxelles.

178 Note de Lipkowski rendant compte d’un entretien avec Pompidou, 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1035. Affaires européennes. 1969-1974.

179 Cet argument est d’ailleurs le seul avancé par Henry Kissinger pour expliquer la levée du veto français. Kissinger H., A la Maison-Blanche, op. cit., p. 440.

180 Jobert M., Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 186.

181 Pompidou à Lipkowski, note du 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1035. Affaires européennes. 1969-1974.

182 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1970, Bonn. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

183 Entretien Pompidou/Moro, 20 mai 1970, Paris. AN, 5 AG 2 109. Italie. 1969-1973.

184 De La Serre F., Leruez J., Wallace H., Les politiques étrangères de la France et de la Grande-Bretagne depuis 1945. L’inévitable ajustement, Paris, Presses de Science-po, 1990, p. 139-141.

185 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 45.

186 Ibid., p. 33, 41, 46.

187 Ibid., p. 50.

188 Ibid., p. 52-53.

189 Le comité prend le nom du Belge Etienne Davignon, la Belgique exerçant la présidence tournante de la Communauté au premier semestre 1970.

190 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 43-46.

191 Ibid., p. 53.

192 Soutou G.-H., « The linkage between European integration and détente », art. cit., p. 11-35.

193 Möckli D., « The EC Nine, the CSCE, and the changing pattern of European security », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.), Origins of the European Security System, op. cit., p. 149.

194 Schumann à Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AN, 5 AG 2 112. URSS. 1969-1971.

195 Les conversations de la CPE sont souples dans la mesure où elles sont menées directement par les responsables des diplomaties nationales, à savoir les directeurs politiques ou les ministres, tandis qu’à l’Otan elles sont l’affaire de représentants soumis à de strictes instructions provenant des administrations centrales. Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 63.

196 Note du 27 mai 1973, signée de la main de Maurice Schumann. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.

197 Entretien Arnaud/Hillenbrand, tg. no 2130/35 de Lucet, 8 avril 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2031.

198 Lettre collective SDEO no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2031.

199 Note SDEO, 27 janvier 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

200 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 61-63.

201 Ainsi, en janvier 1972, le Comité politique de l’Alliance décide de préparer un dossier complet sur chaque thème susceptible de figurer à l’ordre du jour de la CSCE ; le premier dossier constitué a trait à la libre circulation des personnes. Dépêche de François de Rose, 26 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

202 Note SDEO, 23 juin 1972. AMAE, CSCE, vol. 24.

203 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 63.

204 Thomas D., The Helsinki effect, op. cit., p. 42.

205 En Grèce, le 21 avril 1967, une junte de colonels procède à un coup d’État qui chasse le roi et établit un régime militaire jusqu’en 1974.

206 Thomas D., op. cit., p. 50-51.

207 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 11 août 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

208 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 63.

209 Ibid., p. 65.

210 Dépêche de François de Rose, 4 février 1972. AMAE, CSCE, vol. 22 ; Dépêche SDEO, 10 avril 1972. AMAE, CSCE, vol. 24.

211 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 24 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

212 Séance ministérielle du Conseil de l’Atlantique nord, 7 décembre 1972, Bruxelles. AMAE, CSCE, vol. 29.

213 Notes SDEO, 15 et 16 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

214 Romano A., « Western Europe’s self-assertion towards the superpowers : the CSCE chance and its aftermath », in Deighton A., Bossuat G. (dir.), L’Union européenne, acteur de la sécurité mondiale, op. cit., p. 158-159.

215 Entretien Schumann/Grozev, 17 mars 1970, Paris. AMAE, Secrétariat général, EM, vol. 41.

216 Allocution de G. Pompidou en réponse à N. Podgorny lors du dîner offert au Kremlin le 6 octobre 1970, in « La politique étrangère de la France, 2e semestre 1970 », La Documentation française, Paris, 1971, p. 85.

217 Mémorandum de l’Otan, 19 août 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Otan, vol. 2014.

218 Note SDEO, 2 février 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

219 Note de la direction des affaires juridiques, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031

220 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

221 Note de l’ambassade de France à Bonn, 15 mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.

222 Quand elle adhère à la SDN en 1933, l’URSS tente de rendre plus efficace le concept de « sécurité collective » dans la zone tampon comprise entre l’URSS et l’Allemagne. Litvinov se préoccupe notamment de la zone baltique, qui lui semble être « la place d’armes probable dans une guerre future contre l’URSS » et la seule voie d’accès à l’Allemagne au cas où l’URSS devrait honorer ses engagements à l’égard de la France. Afin de renforcer la solidarité avec ses voisins, Moscou signe, avec entre autres la Lettonie, l’Estonie et la Pologne, une convention de définition de l’agression le 3 juillet 1933 qui s’insère dans le cadre du pacte Briand-Kellog. Voir Dullin S., Des hommes d’influence, les ambassadeurs de Staline en Europe. 1930-1939, Paris, Payot, 2001, p. 128-129.

223 Note non datée, probablement de la SDEO. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2034.

224 Note de la délégation française à l’Otan, 15 septembre 1969. AMAE, CSCE, vol. 22.

225 Tg. no 1815/16, d’Alphand, 16 novembre 1970. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2031 ; tg. no 2494/95 et 2496/2505, de Sauvagnargues, 28 avril 1971. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 746.

226 Tg. circulaire du 9 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2036.

227 Note de la direction des affaires juridiques, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

228 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

229 Entretiens avec Henri Froment-Meurice et Philippe Husson, novembre 2008 et février 2009, Paris.

230 Note du directeur d’Europe, 22 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1727.

231 Note SDEO, 13 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

232 Note du 22 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1727.

233 Note SDEO, 20 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2032.

234 Dépêche no 79/EU, 15 juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2694.

235 Propos du directeur politique polonais Willmann. Consultations franco-polonaises, 29 octobre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 387.

236 Note SDEO, 18 mars 1971. AMAE, CSCE, vol. 7.

237 Note SDEO, 30 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3719.

238 Entretien Schumann/Sharp (ministre canadien des Affaires étrangères), 23 septembre 1971, Ottawa. AN, 5 AG 2 115. Canada. 1969-1974.

239 Mémorandum de l’Otan, 22 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

240 Dépêche no 420/EU, de Rose, 23 avril 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

241 L’Autriche soulève ce problème le 26 juillet 1970. Note SDEO, 8 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

242 Entretien Alphand/Zorine, 3 juillet 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2668.

243 Entretien Schumann/Gromyko, 3 juin 1970, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2677.

244 Note SDEO, 16 juin 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3001.

245 Notes SDEO, 18 septembre et 23 octobre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 387.

246 Entretien Schumann/Douglas-Home, 15 juillet 1970, Paris. AN, 5 AG 2 108. Grande-Bretagne. 1969-1973.

247 Note du 21 septembre 1970. AMAE, CSCE, vol. 25.

248 Note SDEO, 12 novembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 388.

249 Notes SDEO, 2 février, 12 mars et 1er juillet 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031, 2033 et 2036.

250 Lettre collective SDEO no 33/EU, 13 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

251 Durant le printemps et l’été 1970, un ambassadeur itinérant, Ralph Enckell, est chargé par le gouvernement de Finlande de faire le tour des capitales européennes afin de recueillir les avis de chacun sur l’ordre du jour de la CSCE ainsi que sur le schéma finlandais de préparation. Schumann le reçoit le 8 avril. Circulaire no 147, d’Alphand, 14 avril 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2032.

252 Note SDEO, 8 septembre 1970. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes…, vol. 2031.

253 La RFA et la RDA bénéficient chacune d’une représentation commerciale à Helsinki dotée de compétences consulaires.

254 Entretien Pompidou/Brandt, 26 janvier 1971, Paris. AN, 5 AG 2 105. RFA. 1971.

255 Note SDEO, 1er septembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Finlande, vol. 86.

256 Lettre de Claude Arnaud à Gérard André, ambassadeur de France en Finlande, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

257 Tg. NR 281-87, de Courcel, 25 mai 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.

258 Coley Morgan M., « North America, Atlanticism and the making of the Final Act », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.), Origins of the European Security System, op. cit., p. 28-29.

259 Maurice Schumann se rend dans cette optique à Budapest puis à Sofia du 8 au 11 septembre 1971. Circulaire no 329, d’Alphand, 14 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.

260 Note manuscrite de G. Pompidou, 13 septembre 1971. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.

261 Note SDEO, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

262 Note SDEO, 29 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

263 Lettre de Claude Arnaud à Gérard André, 27 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

264 Tg. no 338-341, de Raoul-Duval, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

265 Entretien Beaumarchais/Porrero, 24 novembre 1971, Madrid. AN, 5 AG 2 107. Espagne. 1969-1974.

266 Tg. NR 98/107, vers Helsinki, de Puaux, 23 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

267 Exposé français (CPE) sur la préparation de la CSCE, 30 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

268 Selon le schéma français, la première session doit dresser le programme des PMP et définir le rôle des experts ; la deuxième doit permettre aux délégations de présenter leur conception de la CSCE et les objectifs qu’elles lui assignent ; la troisième doit se consacrer à une première exploration de l’ordre du jour, la quatrième à un tour d’horizon sur la procédure. Exposé français (CPE) sur la préparation de la CSCE, 30 décembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

269 Les principes de la procédure vue par la France sont : le consensus dans la prise de décision, l’absence de groupe de travail sur les sujets politiques, l’absence de rapports officiels sur les discussions (qui doivent rester privées), la possibilité de faire appel à des experts, la possibilité d’utiliser sa propre langue quand l’équipement technique rend cela possible. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, CESC/HC/2, 23 novembre 1972.

270 Tg. no 615-24, d’André, 29 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

271 Les onze pays utilisant le français sont les suivants : Portugal, Turquie, Saint-Siège, Roumanie, Suisse, Yougoslavie, Suède, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, France. Tg. no 833-836, d’André, 6 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

272 Tg. no 650-651, d’André, 30 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

273 Tg. no 331/335, d’Alphand, vers Helsinki, 2 décembre 1972 ; tg. no 696/701, d’André, 2 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

274 Dépêche no 835, d’Andréani, 18 octobre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

275 Manin A., art. cit., p. 25.

276 Ferraris L.V., Report on a negotiation. Helsinki, Geneva, Helsinki. 1972-1975, Genève, Institut des hautes études internationales, 1979, p. 9-39.

277 Tg. no 2214/20, de Courcel, 1er mai 1972 ; note SDEO no 89, 12 septembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923 et 2924.

278 Note SDEO, 12 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

279 Allocution de Gérard André à Helsinki, 29 novembre 1972. AMAE, CSCE, vol. 9.

280 Tg. no 2409/2440, de Burin des Roziers, 18 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

281 Note SDEO no 89, 12 septembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

282 Entretien Puaux/von Staden, 24 mai 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

283 Entretien Puaux/von Staden, 9 octobre 1972, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

284 Entretien de l’auteur avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

285 Entretiens Arnaud/Doubinine, 6 novembre 1972, Paris ; entretien Alphand/Abrassimov, 20 novembre 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925 ; entretien Schumann/Gromyko, 13 juin 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3722.

286 Entretien Schumann/Scheel, 22 janvier 1973. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

287 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 10 janvier 1973, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.

288 Note pour Pompidou, en vue de sa rencontre avec Brejnev, 27 décembre 1972. AN, 5 AG 2 1019. URSS. 1973-1974.

289 Tg. no 1024-1028, d’André, 21 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

290 Entretien Schumann/von Braun, 2 janvier 1973, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.

291 Entretien Pompidou/Brejnev, 12 janvier 1973, Zaslavl. AN, 5 AG 2 1019. URSS. 1973-1974.

292 Entretien Pompidou/Brandt, 22 janvier 1973, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

293 Entretien Pompidou/Rogers, 27 janvier 1973, Paris. AN, 5 AG 2 1022. États-Unis. 1969-1974.

294 Tg. no 51/56, de Courcel, vers Helsinki, 25 janvier 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2926.

295 D’après François Plaisant, en écrivant chaque proposition sur un morceau de papier et en empilant ces morceaux, on se rend compte que chaque tas de papiers peut tenir dans une corbeille, d’où le terme désignant, durant tout le processus d’Helsinki, les diverses catégories de sujets abordés à la CSCE. Entretien avec François Plaisant, 17 décembre 2008, Paris.

296 Intervention de l’ambassadeur de France à Helsinki, 25 février 1973, Dipoli. AMAE, CSCE, vol. 21.

297 Entretien des directeurs politiques français et allemand, 10 janvier 1973, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.

298 La France craint de perdre l’avantage essentiel que procure l’existence d’un seul groupe : la possibilité d’obtenir des concessions de la part des Soviétiques en négociant un sujet après l’autre. Elle considère de plus que l’existence de plusieurs groupes va gêner les petits pays représentés par des délégations à effectifs réduits qui ne pourront être présents dans chaque groupe. Entretien Andréani/Nincic, 22 février 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Yougoslavie, vol. 3759.

299 Tg. no 142-153, d’André, 19 janvier 1973 ; tg. no 1128/33, de Vimont, 20 février 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.

300 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 110.

301 Circulaire NR 26, de Courcel, 13 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

302 Rapport du président du Comité politique, 12 mars 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2926.

303 Coley Morgan M., art. cit., p. 29-30.

304 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 93.

305 Déclaration finale du sommet européen de Paris, 21 octobre 1972. Citée par Vimont J., « Georges Pompidou et l’Union soviétique. 1973-1974 », in Association Georges Pompidou, Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 185-205.

306 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 80.

307 Ibid., p. 80.

308 Note CSCE, 9 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

309 Entretien Pompidou/Leone, 27 juillet 1972, Toscane. AN, 5 AG 2 1016. Italie. 1969-1974.

310 Les Neuf se mettent d’accord sur la date du 22 novembre 1972 pour commencer les PMP, sur le fait que la CSCE ne pourra se réunir que selon les résultats de la préparation multilatérale, qu’ils n’acceptent pas l’idée que la CSCE s’achève avant septembre 1973 pour permettre aux MBFR de commencer. Ils acceptent par contre la possibilité d’un chevauchement des discussions exploratoires CSCE et MBFR puis des deux conférences proprement dites. Note CSCE, 9 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

311 Notes de Georges Pompidou, mai 1972, citées dans Roussel E., op. cit., p. 523.

312 Le 19 avril 1963, de Gaulle déclare dans sa conférence de presse : « Tout système qui consisterait à transmettre notre souveraineté à des aréopages internationaux serait incompatible avec les droits et les devoirs de la République française. » Cité dans Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 548.

313 Entretien Pompidou/Brandt, 22 juin 1973, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

314 Note de la sous-direction d’Europe occidentale, 14 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

315 Notes de la sous-direction d’Europe occidentale, 16 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2922.

316 Note SDEO, 14 février 1972. AMAE, CSCE, vol. 1.

317 Tg. no 713/719, de Puaux, adressé à la délégation française auprès des Communautés européennes à Bruxelles, 23 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

318 Circulaire no 185 annotée par Georges Pompidou, 20 mars 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.

319 Note no 140 du service de la coopération économique du MAE, 4 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

320 Télégrammes d’André, no 905-908 du 11 décembre 1972, no 992-995 du 14 décembre 1972, no 998-999 du 15 décembre 1972 ; tg. no 357-59, de Puaux, vers Helsinki, 13 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

321 Note CSCE no 74, 3 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 28 ; à Helsinki, les représentants soviétiques constatent avec irritation la présence, parmi les collaborateurs de l’ambassadeur du Royaume-Uni, d’une diplomate expulsée de Moscou. D’après Gérard André, elle apparaît, à leurs yeux, comme le rappel permanent du sort que Londres a réservé en 1971 à cent cinq de leurs ressortissants. Tg. no 1029/33, d’André, 21 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

322 Note CSCE, 14 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

323 Entretien Alphand/Kovalev, 23 février 1972 rapporté par le télégramme no 1241/1251. AN, 5 AG 2 1017. URSS. 1969-1974.

324 Les entretiens de Nixon avec Brejnev puis Gromyko en mai 1972 sont présentés en détail aux Français par les Soviétiques. Tg. no 4139/4147, de Seydoux, 30 mai 1972. AN, 5 AG 2 1041. Est-Ouest. 1969-1974.

325 Tg. no 389-98, d’André, 31 janvier 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.

326 Entretien Schumann/Scheel, 22 janvier 1973. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

327 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 66.

328 Circulaire no 603, de Puaux, 22 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

329 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 96.

330 Circulaire no 253, de Courcel, 26 avril 1973. AMAE, CSCE, vol. 28.

331 Note CSCE no 162, 24 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

332 Entretiens Pompidou/Brejnev, 25-27 juin 1973, Rambouillet. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.

333 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques », art. cit., p. 52-69.

334 Rapport du sous-comité CSCE, mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

335 Rapport du sous-comité CSCE, mai 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2921.

336 Note no 7 du service de coopération économique du MAE, 10 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

337 Tg. no 7582/91, de Seydoux, 3 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

338 Note SDEO, 14 février 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

339 Rey M.-P., Le dilemme russe, la Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine, Paris, Flammarion, 2002, p. 312.

340 Touscoz J., « Les diverses formes de la coopération Est-Ouest en Europe », Études internationales, vol. IV, no 3, septembre 1973, p. 248.

341 Note no 7 du service de coopération économique du MAE, 10 janvier 1972. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

342 Entretien Pompidou/Brandt, 11 février 1972, Paris. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

343 Voir Kansikas S., Trade Blocs and the Cold War. The CMEA and the EC challenge, 1969-1976, thèse de doctorat soutenue à l’université d’Helsinki le 4 février 2012.

344 Ces experts préconisent des transferts de technologie et l’accroissement des importations en provenance de l’Ouest pour réaliser les objectifs du neuvième plan quinquennal fondé sur la modernisation de l’industrie soviétique dans les domaines de la pétrochimie, la métallurgie et l’automobile. Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki Process, 1969-1975 », art. cit., p. 69.

345 Tg. no 8690/99, de Seydoux, 22 décembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

346 Yamamoto T., « Détente or Integration? EC Response to Soviet Policy Change towards the Common Market, 1970-1975 », in Cold War History, vol. 7, no 1, p. 76-80.

Table des illustrations

Légende Photographie 3. – Le président Georges Pompidou (1911-1974) reçu par Leonid Brejnev. Moscou (URSS), octobre 1970.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search