Version classiqueVersion mobile

En finir avec la guerre froide

 | 
Nicolas Badalassi

Chapitre I. La sécurité européenne à l’ère gaullienne : détente et malentendus

Texte intégral

1La Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe qui débute en 1973 est le fruit d’un long processus de négociation dont les origines remontent à la fin de la Seconde Guerre mondiale, au moment où les vainqueurs de l’Allemagne nazie tentent de s’entendre sur l’avenir du continent européen et, plus particulièrement, sur celui de l’Allemagne elle-même.

  • 1 Cet argument est utilisé par exemple le 6 juin 1973 par Lev Mendelevitch, l’un des représentants de (...)

2L’Europe sort traumatisée de la guerre : les pertes humaines, notamment en Europe centrale et orientale, atteignent des sommets ; l’héritage des Lumières a été mis à mal par la barbarie nazie et la Shoah ; le continent est économiquement ruiné. De fait, au cours du demi-siècle qui s’écoule après la guerre, les événements de 1939-1945 forgent la mémoire collective des peuples qui les ont vécus. Au niveau international, le souvenir de la guerre est omniprésent dans chaque rencontre bi-ou multilatérale, et la CSCE ne déroge pas à la règle : lorsque les Soviétiques négocient l’Acte final d’Helsinki, ils le font « pour la paix » – un thème récurrent dans le discours et la propagande de Moscou – et au nom des « vingt millions de Soviétiques morts entre 1941 et 19451 ». Les références au second conflit mondial conjuguées à ses conséquences politiques forment le socle des relations internationales européennes de 1945 à 1990.

3Parmi ces conséquences figure le déplacement des centres de décision depuis les capitales européennes vers Moscou et Washington. Alors que, pendant l’entre-deux-guerres encore, la vie internationale était guidée depuis Londres, Paris, Berlin et Rome et que les États-Unis refusaient d’assumer leur nouveau rôle de grande puissance, l’Europe de l’après-guerre a perdu tout son crédit. Mais si sa marge de manœuvre en matière décisionnelle se voit diminuée, le « Vieux continent » reste l’enjeu majeur de la période qui s’ouvre. Il subit de plein fouet le jeu d’influences naissant de l’URSS et des États-Unis. Et c’est l’Allemagne qui reste la préoccupation centrale des deux Grands, comme de beaucoup de pays européens, à commencer par la France.

4Car là est toute la question à partir de 1945 : que faire de cette Allemagne jugée responsable du traumatisme généralisé qui touche alors l’ensemble du continent ? Ce problème devient d’autant plus prégnant que la fin de la grande alliance du temps de guerre et la formation des deux blocs rendent de plus en plus difficile le dialogue entre l’URSS et les puissances occidentales. La mésentente a pour conséquence la création, en 1949, de deux États allemands qui deviennent le symbole de la division européenne. Mais cela ne signifie pourtant pas que l’Est et l’Ouest abandonnent toute tentative de réunification, au contraire. Très vite, les uns et les autres développent leurs plans pour parvenir à régler « la question allemande ».

5La CSCE s’inscrit précisément dans cet ordre d’idées. Lorsqu’à partir de 1954, les pays de l’Est commencent à proposer aux Occidentaux de réunir une conférence sur la sécurité européenne, ils ont l’espoir de parvenir à régler le sort de l’Allemagne dans un sens favorable à leurs intérêts. L’URSS et la Pologne jouent un rôle central dans la promotion de ce projet. En effet, ces deux pays se montrent particulièrement inquiets de voir la République fédérale d’Allemagne de mieux en mieux intégrée au bloc de l’Ouest et susceptible même d’être réarmée, moins de dix ans après la fin de la guerre.

6Ainsi, le projet de conférence européenne a bel et bien pour objectif premier de liquider l’héritage néfaste, aux yeux de Moscou, de la Seconde Guerre mondiale en ce qu’il doit aboutir à la neutralisation totale de l’Allemagne, perçue comme une véritable menace pour la sécurité du continent. Mais les intentions soviétiques ne se limitent pas à cela : il s’agit également d’établir un système de sécurité collective qui consacrerait le statu quo politique et territorial européen – il entérinerait la mainmise de l’URSS sur l’Europe orientale et empêcherait toute remise en cause des frontières – et affaiblirait la présence américaine en Europe en brisant l’Alliance atlantique. Bref, à l’origine, la proposition de CSE entre pleinement dans la stratégie de guerre froide du bloc de l’Est.

7Dans ce contexte, la France tient une place un peu particulière. Grâce à l’appui fourni par Winston Churchill au général de Gaulle, chef du GPRF jusqu’en janvier 1946, elle accède au statut de puissance occupante de l’ancien Reich défait et se voit ainsi attribuer une zone d’occupation en Allemagne et un secteur à Berlin. Il s’agit pour le premier ministre britannique d’éviter que son pays ne se retrouve seul en Europe face aux Soviétiques une fois que les Américains auront retiré leurs troupes, comme le président Roosevelt l’indique à Staline en marge de la conférence de Yalta en février 1945. Après une difficile entrée en guerre froide, qui s’explique par la puissance du PCF dans la vie politique du pays et la répugnance des dirigeants à devoir choisir entre les deux blocs, la France de la Quatrième République s’ancre fermement à l’Ouest, jouant un rôle moteur dans la création de l’Alliance atlantique et dans les débuts de la construction européenne. Pendant les années 1950, les gouvernements français successifs défendent ardemment l’idée d’une Europe unie face aux premières velléités soviétiques de consécration de la division du continent : de fait, à partir de 1954, ils rejettent un à un les projets de Moscou visant à instaurer une sécurité à l’échelle de l’Europe à travers la neutralisation de l’Europe centrale. Reste que, minée par les conflits coloniaux auxquels elle doit faire face, la France dispose d’une marge de manœuvre relativement restreinte sur la scène internationale.

8Les conceptions françaises en matière de relations Est-Ouest mais aussi Ouest-Ouest évoluent dans la deuxième moitié de la décennie et prennent un tour nouveau avec le retour au pouvoir du général de Gaulle à partir de 1958. Après avoir mis un terme à la guerre d’Algérie et soutenu le président Kennedy pendant la crise de Cuba, le fondateur de la Cinquième République commence à développer une politique originale à l’égard du bloc socialiste qui atteint son apogée en 1966. C’est dans ce contexte d’amélioration des rapports entretenus par la France avec les pays du pacte de Varsovie que ces derniers entament auprès de Paris une campagne de séduction basée sur l’idée de coopération paneuropéenne.

9Mais malgré un bel effort mutuel pour tenter un rapprochement durable, les malentendus persistent entre Paris et Moscou sur l’avenir de l’Europe et de sa sécurité. La principale pierre d’achoppement porte sur l’Allemagne, perçue par les uns et les autres comme la clé de voûte des rapports Est-Ouest. De Gaulle et ses interlocuteurs soviétiques savent parfaitement que du sort de l’Allemagne dépendra celui du continent. Si la fin des années 1960 voit s’éroder l’entente franco-soviétique, c’est justement parce que chacun prend conscience qu’aucune solution visant à un règlement de la question allemande ne semble faire l’unanimité. Dans ce cadre, le Général ne voit pas pourquoi il accepterait une conférence paneuropéenne vouée d’emblée à l’échec. Pourtant, au tournant des décennies 1960 et 1970, la voie vers la CSCE est ouverte et la France de Georges Pompidou joue un rôle pivot dans les discussions sur la sécurité européenne qui s’ouvrent alors. L’enjeu de ce chapitre est de voir par quel cheminement la France, d’abord réticente vis-à-vis de toute conférence paneuropéenne sur la sécurité, en vient à se poser en soutien résolu du projet une fois de Gaulle parti.

Paris et Moscou, deux conceptions de l’Europe

10La tâche qui consiste à évaluer si l’Acte final d’Helsinki tel qu’il est signé en 1975 correspond à la vision gaullienne de la détente et de l’Europe suppose une analyse préalable à la fois des préceptes européens du fondateur de la Cinquième République française et des buts originels attribués par les dirigeants soviétiques à la conférence qu’ils envisagent. Si les premiers semblent converger vers les seconds, c’est parce que ces deux visions de l’Europe partagent trois points communs : ils se développent durant les périodes de détente Est-Ouest ; ils se fondent sur l’idée qu’une coopération paneuropéenne est possible ; l’Allemagne est au cœur de leurs préoccupations. Pourtant, en dépit de ces similitudes, les objectifs à terme que la France du général de Gaulle et l’URSS de Khrouchtchev puis de Brejnev cherchent à atteindre sont diamétralement opposés : tandis que Paris entend parvenir au dépassement de l’ordre bipolaire en Europe, Moscou souhaite au contraire le pérenniser.

L’Europe selon Charles de Gaulle

11Dès le moment où il revient au pouvoir en 1958, alors que la France est empêtrée dans la guerre d’Algérie et que la jeune IVe République est déjà à l’agonie, Charles de Gaulle cherche à lutter contre le déclin français issu de la Seconde Guerre mondiale et entretenu par le partage de l’Europe entre les deux grands. La politique d’« indépendance » qu’il imagine s’appuie sur une réorganisation des relations de Paris avec Moscou, Bonn et Washington et dérive de trois considérations essentielles.

  • 2 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 230.
  • 3 Entretiens franco-italiens, 26 novembre 1960, Documents diplomatiques français 1960, t. II, no 232.

12D’abord, il reste nécessaire de contrôler l’Allemagne et le problème allemand en faisant de la RFA le meilleur allié de la France mais aussi en convainquant ses dirigeants de reconnaître la frontière Oder-Neisse qui sépare l’Allemagne de la Pologne et de renoncer à toute prétention atomique dans le domaine militaire. Il importe d’éviter que Bonn ne dérive vers l’Est et ne succombe à de possibles avances de Khrouchtchev concernant Berlin2. Ainsi, de Gaulle adopte une attitude très ferme au cours de la crise de Berlin de 1958-1961 durant laquelle le Kremlin tente d’obtenir des Occidentaux qu’ils abandonnent Berlin et reconnaissent la division de l’Allemagne et l’existence pérenne de la RDA. Comme l’explique Maurice Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères du Général de 1958 à 1968, au président du Conseil italien Amintore Fanfani en novembre 1960, « si les Occidentaux abandonnent Berlin, ils courent le risque que l’Allemagne se tourne vers la Russie3 ». Paris considère essentiel le maintien des droits et responsabilités quadripartites sur l’ancienne capitale du Reich et sur l’Allemagne dans son ensemble, droits hérités de la victoire sur le nazisme et de la conférence de Potsdam.

  • 4 Seydoux F., Mémoires d’outre-Rhin, Paris, Grasset, 1975, p. 209.
  • 5 Cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 63.
  • 6 Ibid., p. 63.

13La volonté gaullienne d’« établir entre l’Allemagne et la France une entente aussi complète que possible4 » se traduit par le geste exceptionnel du Général de recevoir Konrad Adenauer, le 14 septembre 1958, non pas à l’Élysée mais à la Boisserie, sa demeure familiale de Colombey-les-Deux-Églises. À ses yeux, le partenariat franco-allemand doit permettre à l’Europe de devenir, à moyen terme, « une entité réelle exerçant une action propre dans les affaires du monde ». En conséquence, elle doit être organisée « par elle-même et pour elle-même dans les domaines politique, économique, culturel et dans celui de la défense5 ». Il s’agit de faire d’une Communauté européenne jusqu’alors essentiellement économique un projet politique et militaire. Cette Europe doit s’appuyer en premier lieu sur une « coopération organisée des États6 », seule réalité qui compte aux yeux du président français. Cette réflexion aboutit au plan Fouchet d’octobre 1961, qui échoue au mois d’avril suivant du fait de l’opposition de la Belgique et des Pays-Bas.

  • 7 Schoenborn B., op. cit., p. 29-30.

14De Gaulle n’en reste pas moins persuadé qu’une union politique des Six est nécessaire pour rendre à l’Europe son unité. Voilà pourquoi Adenauer et lui décident à l’été 1962 de reprendre les discussions à deux et de sceller la coopération franco-allemande par un traité bilatéral. Celui-ci est signé à l’Élysée le 22 janvier 1963. Sa portée est cependant immédiatement compromise en raison de l’influence exercée par l’administration Kennedy sur le Bundestag. En effet, soucieux d’éviter que n’émerge une Allemagne « gaulliste », que la France passe des arrangements nucléaires avec Bonn, Londres et Rome au détriment de Washington et que la RFA ne se rallie aux conceptions gaulliennes des rapports transatlantiques – basées sur l’idée que la France doit contrôler entièrement sa défense soit en formant un directoire franco-anglo-américain au sein de l’Otan, soit en dégageant l’armée française du commandement atlantique – la Maison Blanche persuade le parlement allemand, au demeurant composé d’une majorité CDU au fort courant atlantiste, d’ajouter au traité de l’Élysée un préambule qui va à l’encontre des intentions d’Adenauer et de Gaulle7.

  • 8 Le traité de l’Élysée prévoit notamment des consultations politiques régulières au niveau des chefs (...)
  • 9 Schoenborn B., op. cit., p. 62.

15Cette adjonction provoque un réajustement de la politique atlantique et européenne de la RFA au profit des États-Unis. Elle marque un coup d’arrêt aux projets du Général mais n’empêche pas Kennedy de demeurer inquiet quant à la constitution d’un axe franco-allemand qui irait à l’encontre des intentions américaines. Toujours est-il que la dynamique qui jusque là faisait avancer le couple Paris-Bonn est brisée, malgré les efforts de de Gaulle pour mettre en œuvre le traité8. Les conceptions des deux pays en matière de politique étrangère s’éloignent de plus en plus durant les mois qui précèdent le départ d’Adenauer de la chancellerie en octobre 1963. Ce dernier ne souhaite pas, comme lui suggère le Général, un renoncement complet aux armes atomiques et une acceptation définitive des frontières, la ligne Oder-Neisse en particulier9.

  • 10 Ibid., p. 68.

16L’attitude de son successeur Ludwig Erhard, connu pour son rôle dans le relèvement économique de l’Allemagne d’après-guerre, n’arrange pas les choses. Il n’a aucune affinité avec la France et lui préfère largement les États-Unis, qu’il considère à la fois comme un modèle et un réel protecteur : au début des années 1960, la menace soviétique est toujours très ressentie en RFA en particulier après le lancement du Spoutnik, la crise de Berlin et la construction du Mur. Erhard désapprouve la politique gaullienne qu’il juge trop dirigiste et surtout source de division occidentale face à l’agressivité soviétique. À ses yeux, une coopération avec l’ensemble des pays de l’Ouest est plus importante que le strict bilatéralisme entre Paris et Bonn10. Une pareille vision des relations intra-européennes et intra-occidentales a évidemment un impact négatif sur les relations personnelles du chancelier avec le président français. De Gaulle ne supporte pas sa manière de tout envisager d’un point de vue économique et encore moins qu’il s’aligne sur les positions américaines.

  • 11 Lundestad G., Empire by Integration. The United States and European Integration, 1945-1997, Oxford, (...)
  • 12 Schoenborn B., op. cit., p. 148-149.

17Alors que la France reconnaît la République populaire de Chine le 27 janvier 1964, le chancelier refuse, tout comme Washington, d’en faire autant. Pis, il accepte de soutenir politiquement, économiquement et financièrement la guerre du Vietnam. Mais parmi les sujets d’irritation, la Multilateral Force (MLF) tient le rôle principal. En 1960, quand l’administration Eisenhower a l’idée de créer une force multilatérale, elle imagine une flotte de navires ou de sous-marins nucléaires composée d’hommes provenant des différents pays membres de l’Otan, qui en aurait le commandement. Réitérée en décembre 1962 par Kennedy à Nassau, la MLF est catégoriquement refusée par de Gaulle en janvier 1963. Le Général comprend dès le début que Washington n’entend nullement étendre le contrôle nucléaire à d’autres nations, et certainement pas à la RFA. La MLF n’est qu’un instrument américain pour appâter Bonn et c’est bien là le seul but recherché par les administrations Kennedy et Johnson11. Cet objectif est lié à la volonté de la Maison Blanche d’isoler de Gaulle en offrant quelque chose de vague aux Européens qui leur servirait ensuite de moyen de pression. Par ailleurs, les Américains perçoivent le traité de l’Élysée comme une manifestation de la renaissance des nationalismes en Europe. L’arme nucléaire nationale de la France pourrait menacer la paix car laisserait l’Allemagne en état de discrimination. En ce sens, la MLF permet d’afficher un semblant d’égalité. En réalité, dès le printemps 1963, Kennedy sait que la MLF ne verra jamais le jour : les Soviétiques prendraient très mal une nucléarisation de l’Allemagne. Il abandonne donc le projet sans l’avouer. Les Américains comptent faire d’Adenauer puis d’Erhard les vendeurs de la MLF : quand la MLF échouera, les États-Unis ne perdront pas la face12.

  • 13 Soutou G-H., « De Gaulle’s France and the Soviet Union from Conflict to Détente », in Wilfried Loth(...)
  • 14 Trachtenberg M., A Constructed Peace, op. cit., p. 239.

18La deuxième considération sur laquelle s’appuie de Gaulle pour déployer sa politique d’indépendance a trait au rôle qu’il alloue aux États nations. Il les perçoit comme les piliers du système international, au-delà même des idéologies qui les divisent, et comme les dépositaires de l’histoire, de la civilisation et du progrès13. Ainsi, pour lui, l’URSS n’est qu’une émanation idéologique dominée par la Russie, qui finira par rejeter le communisme parce que le peuple russe aspire à une vie meilleure et à plus de liberté. De même, dans son esprit, les États-Unis sont une puissance hégémonique qui cherche à laisser soumises les nations européennes. Si les Européens veulent affirmer leur propre identité, ils doivent réduire la prégnance américaine et s’affirmer aux côtés de Washington, d’où la nécessité d’une transformation radicale de l’Otan14.

  • 15 Toast adressé à N. Khrouchtchev le 23 mars 1960 à l’Élysée, in de Gaulle C., Discours et messages, (...)

19La troisième considération relève de la volonté gaullienne de restaurer l’unité de l’Europe. Le Général dit ainsi clairement à Khrouchtchev son désir de « voir se lever le rideau de fer qui sépare de [la France] les nations de l’Europe centrale et balkanique dont elle est l’amie et l’alliée naturelle15 ». Il est persuadé que la coopération franco-allemande rend possible l’instauration d’un nouvel équilibre européen entre l’Est et l’Ouest et, de fait, envoie des signes rassurants aux Soviétiques quant à sa politique allemande : en 1959, il reconnaît la ligne Oder-Neisse en tant que frontière germano-polonaise et se réfère à une Europe qui s’étendrait « de l’Atlantique à l’Oural ».

  • 16 Ghebali V.-Y., « L’idée de l’identité paneuropéenne, de la CSCE à l’OSCE », in Bitsch M-T., Loth W. (...)
  • 17 Saint-Gille A.-M., La Paneurope, un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUPS, 2003 ; Du (...)
  • 18 Ghebali V.-Y., « L’idée de l’identité paneuropéenne », art. cit., p. 259.

20Ce concept d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » rejoint les thèses paneuropéennes développées depuis les années 1920, en réaction aux déceptions suscitées par l’après-Versailles et par la Société des Nations16. Parmi les programmes les plus célèbres, le mouvement Paneuropa créé en 1922 par le comte Richard Coudenhove-Kalergi exclut le Royaume-Uni – perçu comme un empire à vocation universelle – et l’Union soviétique – considérée comme une puissance eurasiatique au régime inacceptable17. Le projet d’Union européenne élaboré par Aristide Briand en 1929-1930 s’adresse d’abord aux États européens de la SDN, à laquelle l’URSS n’appartient alors pas. Ces différents programmes procèdent de préoccupations analogues : en finir avec les guerres autodestructrices entre peuples européens et protéger la civilisation européenne à la fois du communisme soviétique et du capitalisme américain18.

  • 19 Association internationale fondée en 1948 au congrès de La Haye, le Mouvement européen est surtout (...)

21De Gaulle et Coudenhove-Kalergi se connaissent depuis 1944. Devenu président de la République, le premier reçoit le second à l’Élysée. En 1960, en raison de la campagne orchestrée par le Mouvement européen19 contre les conceptions gaulliennes de l’Europe, le Général, ses ministres et ses conseillers décident de créer un autre mouvement qui défendrait l’Europe des nations et serait affilié à l’Union paneuropéenne de Coudenhove-Kalergi. C’est le Comité français pour l’Union paneuropéenne.

  • 20 Larcan A. (dir.), Coudenhove-Kalergi-de Gaulle. Une certaine idée de l’Europe, Paris, Fondation Cha (...)

22Coudenhove-Kalergi et de Gaulle ont pour point commun d’avoir développé, l’un après la Première Guerre mondiale, l’autre après la Seconde, une vision de l’Europe selon laquelle la réconciliation et la reconstruction de la partie occidentale sont indispensables comme premiers pas vers le rapprochement de l’ensemble des nations européennes. Les deux hommes se posent ainsi en défenseurs de la nécessité de dépasser le cadre étroit de l’Europe de l’Ouest et de l’élargir vers l’Est20.

23La Paneuropa gaullienne relève d’une conception de l’Europe empreinte de références géographiques et, surtout, historiques. De Gaulle ne peut s’empêcher, quand il parle de l’Europe telle qu’il l’imagine, de truffer ses discours de références historiques en général antérieures à 1914. Au contraire, quand il parle de l’Europe telle qu’elle se présente dans les années 1960, alors les références concernent la Grande guerre, l’entre-deux-guerres et, surtout, la Seconde Guerre mondiale. De Gaulle aime à évoquer son propre passé, conscient qu’il se conjugue à la fois avec les heures les plus sombres et les plus glorieuses de l’histoire européenne du vingtième siècle.

  • 21 Entretien de Gaulle/Gomulka, 11 septembre 1967, Varsovie. Archives nationales-Pierrefitte-sur-Seine (...)

24L’histoire contemporaine lui sert surtout à condamner la guerre froide et le système des blocs. Les principales cibles de la vindicte gaullienne sont Yalta et Potsdam. Dès 1945, tout comme les républicains américains le font outre Atlantique, le Général n’a de cesse de pointer du doigt les conférences de Crimée et de Potsdam, jugées responsables de la division de l’Europe en deux sphères d’influence, et auxquelles lui, chef de la France libre, n’a pas été convié. Lors de son voyage en Pologne en septembre 1967, de Gaulle démontre au secrétaire du parti communiste polonais Wladislaw Gomulka que « Potsdam et Yalta ont été de mauvaises opérations des États-Unis et de l’Union soviétique qui ont voulu régler une situation européenne. C’était une erreur, c’était mauvais. La politique de la France c’est de réagir, de changer ce qui a été la volonté de deux hommes, Roosevelt et Staline21 ».

25Mais s’il y a bien une période qui permet au Général de justifier ses idées paneuropéennes, c’est le dix-neuvième siècle, celui de son enfance, celui dans lequel, avant la Grande guerre, il a découvert la nature des relations qu’entretenaient les nations entre elles. Il le présente pourtant de manière paradoxale. D’une part, il y voue une admiration certaine, dans le sens où il représente en quelque sorte l’apogée du concert des nations tel qu’il voudrait le voir instaurer en Europe après la Seconde Guerre mondiale. D’autre part, l’Europe du dix-neuvième est, selon lui, le théâtre des plus importantes erreurs diplomatiques que la France ait commises. Les maladresses commencent avec Napoléon, qui symbolise le contraire même de l’idée paneuropéenne que se fait de Gaulle, même si celui-ci se félicite de l’impact qu’ont eu les guerres de l’Empire sur le réveil des nationalités en Europe. Napoléon est surtout perçu comme le responsable de la décadence de la France du dix-neuvième siècle, qui a débuté avec l’attaque de la Russie en 1812 :

  • 22 4 janvier 1965. Peyrefitte A., C’était de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 910.

« La décision funeste de Napoléon d’attaquer Alexandre Ier est la plus lourde erreur qu’il ait commise. Rien ne l’y forçait. C’était contraire à nos intérêts, à nos traditions, à notre génie. C’est de la guerre entre Napoléon et les Russes que date notre décadence. Il est de l’intérêt de la France d’avoir de bons rapports avec la Russie. Ça a toujours été une période faste de notre histoire, quand la France était en bonnes relations avec les Russes22. »

  • 23 Entretien du général de Gaulle avec Alain Peyrefitte, in Peyrefitte A., op. cit., p. 316.

26L’une des premières raisons pour la France de s’entendre avec les Russes est donc historique. De Gaulle ne cesse de mettre en avant le lien historique qui lie son pays à la Russie depuis la fin du dix-neuvième siècle : « Je dis bien entre la France et la Russie, je ne dis pas les Bolcheviks, je dis la Russie23. » Quand Khrouchtchev vient à Paris en mars 1960, il lui porte un toast dans lequel il met en exergue le caractère commun des deux pays :

  • 24 Toast adressé à N. Khrouchtchev le 23 mars 1960 à l’Élysée, in de Gaulle C., Discours et messages, (...)

« Je dis la Russie et la France […], c’est-à-dire deux nations très anciennes et très jeunes, filles d’une même mère l’Europe, deux peuples dont l’âme profonde s’est formée à la même civilisation et qui, de tout temps, éprouvèrent l’un pour l’autre un attrait particulier, deux États qui n’ont entre eux directement aucun territoire contesté ni aucun outrage à venger et qui furent des alliés, quand deux fois au cours de ce siècle, leur continent se trouva menacé par une ambition sans mesure et, depuis lors, disparue24. »

  • 25 Dès sa signature, le traité est condamné par Moscou qui y voit la naissance d’un bloc revanchard et (...)
  • 26 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki Process, 1969-1975. Optimism, doubt or defiance? », in Wenge (...)

27Cependant, du fait de la crise de Berlin, de la guerre d’Algérie et du soutien soviétique au FLN, et de l’opposition de Moscou au traité de l’Élysée25, il faut attendre 1964 pour qu’un réel rapprochement franco-soviétique se produise. Il se traduit d’abord par la signature d’un traité bilatéral de commerce en octobre 1964. Le premier intérêt, pour l’URSS, de renouer des relations avec les pays d’Europe occidentale est en effet économique. L’état de son économie s’aggrave à partir du milieu des années 1960 : de 6 % pendant la première moitié de la décennie, son taux de croissance passe à 5 %. Ces résultats médiocres poussent les dirigeants du Kremlin à élaborer une nouvelle réflexion économique dans laquelle l’ouverture à l’Ouest prend une place de plus en plus conséquente26. Moscou souhaite notamment utiliser les puissances occidentales les unes contre les autres pour obtenir de meilleures conditions commerciales.

28Plus largement, les Soviétiques envisagent de se tourner vers l’Occident pour obtenir la reconnaissance de la RDA ainsi que des accords sur la sécurité en Europe. Pour ce qui est des relations avec la France en particulier, ils se rendent compte de leur concordance de vues avec de Gaulle sur des sujets centraux comme la MLF et la guerre du Vietnam, condamnée par Moscou et Paris. Par ailleurs, en 1963, le conflit sino-soviétique s’amplifie. Mao accuse le PCUS d’être révisionniste et infidèle à l’internationalisme prolétarien ; il condamne l’évolution de Khrouchtchev vers une conception plus profonde de la coexistence pacifique qui le conduit à désirer une véritable détente avec les États-Unis. Surtout, à partir de 1964, la Chine accède au rang de puissance nucléaire : la détente avec l’Ouest devient d’autant plus nécessaire pour Moscou qu’il importe de s’assurer qu’en cas de conflit, l’Armée rouge n’aurait pas à combattre sur deux fronts à la fois.

  • 27 Entretien de Gaulle/Mende, 2 décembre 1964. AN. 5 AG 1 162. RFA. 1964-1969.
  • 28 Tg. no 3879/3938, de Baudet, 23 août 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.
  • 29 Froment-Meurice H., Vu du Quai. Mémoires 1945-1983, Paris, Fayard, 1998, p. 213.
  • 30 28 octobre 1964. Peyrefitte A., C’était de Gaulle. II, op. cit., p. 648.

29Pour de Gaulle, le moment est propice à un rapprochement avec l’URSS. Non seulement il croit percevoir une évolution des régimes d’Europe de l’Est vers plus de liberté27 du fait de la dégradation de l’économie soviétique et de celle des satellites – dégradation due, selon l’ambassade de France, au coût de la course aux armements28 – mais il se rend compte également de l’importance du conflit sino-soviétique et de ses conséquences pour la détente29. Il estime enfin que la crise de Cuba a démontré que l’URSS n’est plus une menace alors qu’au contraire, l’hégémonie américaine ne cesse de s’étendre. Si le Kremlin avait vraiment eu les moyens de faire la guerre aux États-Unis, il n’aurait probablement pas reculé. Le président français en conclut que la France doit se « rapprocher des Russes, naturellement30 ».

  • 31 Schoenborn B., op. cit., p. 280.
  • 32 Puaux F., « L’originalité de la politique française de détente », in DGESS, t. V, p. 431-440. Cité (...)

30Quand le 12 juin 1964, Khrouchtchev renonce officiellement à l’ultimatum de 1958 en signant un traité d’amitié avec la RDA, le Général perçoit cet événement comme un changement fondamental de la politique soviétique31. Au mois de juillet suivant, la visite du président du Conseil roumain Ion Gheorghe Maurer à Paris le conforte dans l’idée que les choses sont en train de bouger de l’autre côté du rideau de fer et que sa politique est la bonne32. La détente à la française est en marche, d’autant qu’en 1964 la capacité nucléaire de la France est devenue pleinement opérationnelle.

31Ce n’est donc pas un hasard si, à partir de 1965 notamment, les Soviétiques et leurs alliés polonais entament une offensive diplomatique d’envergure auprès des Français pour les convaincre d’accepter la tenue d’une conférence réunissant l’ensemble des pays d’Europe et destinée à régler les problèmes du continent. Néanmoins, ce rapprochement basé sur l’idée paneuropéenne se fonde d’emblée sur un malentendu, de taille : si la Paneuropa gaullienne a pour but le dépassement de l’ordre bipolaire, celle voulue par le Kremlin vise le résultat inverse, à savoir le gel du rideau de fer. Le projet soviétique est ainsi un pur produit de la guerre froide et prend sa source à la fin de l’ère stalinienne.

La genèse du projet soviétique de conférence paneuropéenne

32C’est Staline lui-même qui pose les bases de la doctrine soviétique à l’égard du projet de conférence sur la sécurité européenne (CSE) tel que les pays de l’Est le conçoivent dans les années 1950 et 1960. La neutralisation de l’Allemagne en constitue le cœur, mais elle est aussi la raison principale pour laquelle les Occidentaux n’accepteront pas les propositions des pays socialistes jusqu’à la fin de la décennie 1960.

  • 33 Trachtenberg M., A Constructed Peace, op. cit., p. 129.

33Alors que les traités rendant sa souveraineté à l’Allemagne de l’Ouest et instituant la Communauté européenne de défense s’apprêtent à être signés à Paris les 26 et 27 mai 1952, Staline est inquiet que l’Allemagne puisse redevenir une puissance indépendante et qu’elle soit réarmée dans le cadre de l’Otan. En mars 1952, il propose un arrangement censé séduire les Allemands : l’Allemagne doit être réunifiée sur une base démocratique ; les troupes étrangères doivent être retirées et le nouvel État n’appartenir à aucun des deux blocs ; les Allemands ont le droit de lever une armée mais seulement pour défendre leur pays33.

  • 34 Mastny V., « The Soviet Union and the Origins of the Warsaw Pact in 1955 », in Rosenfeldt N.E., Ben (...)
  • 35 Ghebali V.-Y., La diplomatie de la détente, op. cit., p. 4.

34En 1952 déjà, l’idée d’échanger la réunification de l’Allemagne contre sa neutralisation est insupportable aux dirigeants de l’Ouest : une Allemagne réunifiée, non protégée par l’Alliance atlantique, serait vulnérable à la pression de l’Est. On retrouve cette crainte au moment de la conférence quadripartite de Berlin, qui se déroule du 25 janvier au 18 février 1954, soit un an après la mort de Staline. L’un des objectifs soviétiques à Berlin, et que les Occidentaux perçoivent très bien, est de faire échouer la CED alors au cœur des débats politiques en France notamment. C’est ce que s’attache à faire le ministre des Affaires étrangères d’URSS, Viatcheslav Molotov. Bras droit de Staline pour les affaires internationales, Molotov symbolise la continuité de la politique étrangère soviétique et se situe sur une ligne dure qui cherche avant tout à miner la solidarité des Occidentaux34. Il veut prouver aux Européens, et spécialement aux Français, que l’on peut éviter la CED en mettant sur pied un système paneuropéen de sécurité. Il présente donc un projet de Traité de sécurité collective en Europe ainsi que des « garanties de sécurité en Europe » qui forment un plan de sécurité35.

35Pour justifier leur projet, les Soviétiques font valoir pour la première fois le concept de paneuropéanisme, originellement formulé à leur encontre durant l’entre-deux-guerres. Cette idée constitue l’une des bases de l’argumentaire de l’URSS à l’égard du projet de conférence européenne jusqu’à ce que débute le processus d’Helsinki dans les années 1970. En 1954, Moscou souhaite profiter du caractère européen de la nation russe pour asseoir sa position en Europe et ainsi rendre illégitime la présence sur le continent de forces extra-européennes, autrement dit américaines.

  • 36 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, p (...)
  • 37 Manin A., « La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe », Notes et études documentai (...)

36Ce plan prévoit l’évacuation des deux Allemagne par les forces étrangères dans un délai de six mois et un traité de sécurité qui donnerait naissance à des organismes paneuropéens permanents. L’idée est bien sûr d’empêcher la CED et, à terme, de séparer l’Europe des États-Unis et ainsi mettre fin à l’Alliance atlantique36. Les Soviétiques, pour justifier leur projet, fondent celui-ci sur le principe de la non-agression limitée à certains États : les quatre puissances doivent veiller à ce que ni la RFA ni la RDA ne soient en mesure de perpétuer une agression à l’égard d’un autre État européen. Si la sécurité venait à être menacée dans l’une ou l’autre partie de l’Allemagne, les puissances occupantes auraient le droit de faire pénétrer leurs forces armées37. Ce sont les organismes paneuropéens qui seraient ainsi chargés d’assurer l’application du principe de non-agression.

  • 38 AMAE, Europe 1949-1955, France-URSS, 33-9-33, vol. 154, « Entretien avec le conseiller de l’ambassa (...)
  • 39 Créée en octobre 1954 pour prendre la suite du pacte de Bruxelles de 1948 et réunissant la France, (...)

37Dans les premiers mois de 1954, Moscou multiplie les efforts en vue de convaincre la France et la Grande-Bretagne – les deux pays occidentaux les moins enclins à un réarmement allemand – d’instaurer un système européen de sécurité collective. Mais pour les dirigeants de ces deux États, il est inconcevable que les États-Unis soient exclus d’un système européen de sécurité, dans la mesure où cela produirait un énorme déséquilibre au profit du monde communiste38. L’Otan demeure la seule garantie de sécurité collective à l’égard de l’Ouest, une sécurité collective renforcée par la création de l’Union de l’Europe occidentale (UEO) quelques mois plus tard39.

  • 40 Note du gouvernement français au gouvernement soviétique, 7 mai 1954. « Échanges de notes entre les (...)
  • 41 Le 22 novembre 1954, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, Pierre Mendès France propose q (...)

38Plus largement, les arguments avancés par le gouvernement libéral-conservateur de Joseph Laniel pour s’opposer au projet de Molotov seront utilisés jusqu’à la fin des années 1960 par les Français à chaque fois qu’ils voudront réfuter la proposition de CSE : il importe de laisser ouverte la possibilité pour l’Allemagne d’être un jour réunifiée ; la France ne saurait rien accepter qui entérinerait la mainmise de l’URSS sur l’Europe orientale40. Surtout, il est hors de question d’aboutir à une neutralisation de l’Allemagne qui conduirait à la pire situation imaginable : un contrôle de l’ancien ennemi allemand par le nouvel adversaire soviétique. À Paris, seul Pierre Mendès France, président du Conseil de juin 1954 à février 1955, semble disposé à approfondir la discussion avec Moscou quant à un possible système de sécurité collective, mais, malgré quelques avances, le Kremlin tarde à réagir41.

  • 42 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 312.

39Le projet soviétique se précise en 1955 avec Khrouchtchev, désormais seul à la tête de l’URSS. L’une de ses craintes est que l’appartenance de la RFA à l’Otan, concrétisée par les accords de Paris en 1954, déstabilise la RDA42. En réalité, dès 1953, l’URSS commence à s’orienter vers une reconnaissance du statu quo allemand – on perçoit d’ailleurs cette évolution dans le projet Molotov de 1954 où les deux États allemands sont invités à prendre part au système paneuropéen de sécurité alors proposé –, orientation qui devient définitive en 1955. La révolte des ouvriers de Berlin-Est le 17 juin 1953 fait prendre conscience aux nouveaux dirigeants soviétiques de la fragilité du régime socialiste en RDA, d’où ont fui 500 000 personnes en deux ans.

  • 43 En mai 1953, le Kremlin met sur pied un « nouveau cours » pour la RDA, censé assouplir les règles d (...)

40Après l’échec des réformes de Beria43, l’essentiel désormais pour le Kremlin est de poursuivre la construction du socialisme en Allemagne de l’Est et de préserver celle-ci de la contagion impérialiste occidentale et, surtout, ouest-allemande. Il faut, en d’autres termes, réfléchir à la manière d’entériner le statu quo allemand et d’obtenir la reconnaissance internationale de la RDA.

  • 44 Mastny V., « The Soviet Union and the Origins of the Warsaw Pact in 1955 », art. cit., p. 241-266.

41Khrouchtchev détaille ses intentions en 1955 : l’objectif qu’il souhaite atteindre à long terme est la création d’une confédération entre les deux États allemands, la RDA demeurant socialiste et la RFA découplée de l’Occident, le tout intégré dans un système de sécurité européenne duquel les États-Unis seraient absents mais auquel participerait l’URSS. Le 20 juillet, il présente à la conférence quadri-partite de Genève un projet de « Traité européen général sur la sécurité collective en Europe » prévoyant l’adhésion de tous les pays européens qui le souhaitent, l’interdiction de signer un traité allant à l’encontre de celui-ci, l’amélioration de la coopération économique et culturelle et l’établissement d’un comité politique et d’un organe militaire consultatifs44.

  • 45 Ibid., p. 241-266.
  • 46 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 311.

42Il obtient seulement que soit inséré dans le document final un passage prévoyant une garantie mutuelle contre l’usage de la force ou la menace de la force, le gel du niveau des troupes et des armements dans l’optique de leur réduction et une consultation en cas d’attaque armée sur l’un des pays signataires. Quelques mois plus tard, en octobre 1955, lors d’une conférence réunissant les ministres des Affaires étrangères soviétique, américain, britannique et français à Genève, Molotov soumet encore une fois les propositions de Khrouchtchev45. L’idée n’est toujours pas retenue par les Occidentaux, du fait qu’elle suppose la consécration du statu quo allemand. En revanche, ces derniers font une concession essentielle : ils acceptent pour la première fois de parler de sécurité en Europe avant d’avoir résolu le problème de la réunification allemande. Jusque-là, la réunification de l’Allemagne était la condition de l’établissement d’un système de sécurité en Europe46. Dès lors que Washington, Londres et Paris consentent à aborder la question d’un système de sécurité, celle-ci devient le thème central du dialogue Est-Ouest à partir de la deuxième moitié des années 1950.

  • 47 Ibid., p. 342.

43C’est de Pologne que proviennent alors les principales propositions, au moment où les questions nucléaires stratégiques acquièrent une importance considérable dans les relations Est-Ouest. Avec les progrès soviétiques dans le domaine des armes nucléaires, les États-Unis sont désormais potentiellement vulnérables aux frappes atomiques russes. De fait, la garantie de protection nucléaire américaine à l’Europe pourrait être remise en question, ce qui suscite des inquiétudes au sein de l’Alliance atlantique. Par conséquent, on projette de doter les armées européennes, dont la Bundeswehr, d’armes nucléaires tactiques. Toujours très nerveux lorsqu’ils voient que les Occidentaux souhaitent réarmer la RFA – encore plus quand il s’agit d’armes nucléaires –, les Soviétiques et leurs alliés multiplient les tentatives politiques pour parvenir à établir un dialogue Est-Ouest en matière de désarmement47. Ainsi naît le premier plan Rapacki, du nom du ministre polonais des Affaires étrangères qui l’énonce le 2 octobre 1957 à l’Assemblée générale des Nations unies. C’est à partir de ce plan que Varsovie développe par la suite son projet de CSE tel qu’il est promu par les pays de l’Est dans la deuxième moitié des années 1960.

  • 48 Manin A., art. cit., p. 8.
  • 49 Rey M.-P., « De Gaulle, l’URSS et la sécurité européenne », art. cit., p. 213-227.

44Adam Rapacki propose notamment la dénucléarisation des deux Allemagne, de la Pologne et de la Tchécoslovaquie48. Trois objectifs se dégagent clairement : d’abord, étant donné le coût de la course aux armements engagée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s’agit de diminuer les dépenses militaires du bloc soviétique ; ensuite, il faut travailler à dégager l’Europe occidentale de la tutelle atlantique49 ; enfin, on tente de régler la question de l’Allemagne en conférant à celle-ci un statut particulier, toujours fondé sur l’idée de statu quo. C’est donc un véritable système de sécurité collective en Europe bâti sur le désarmement conventionnel et nucléaire que propose le ministre polonais.

  • 50 Entretien de l’auteur avec Henri Froment-Meurice, 19 novembre 2008, Paris.
  • 51 Manin A., « La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe », art. cit., p. 8.

45Même si, à l’Ouest, Rapacki apparaît comme « un pion des Soviétiques50 », l’initiative polonaise est bien réelle et nous verrons que, dans les années 1960, Varsovie et Moscou ne poursuivent pas toujours les mêmes buts lorsqu’ils font la promotion de la CSE. La principale préoccupation de la Pologne pendant la guerre froide est de faire reconnaître sa frontière avec l’Allemagne, l’Oder-Neisse, par les Occidentaux, et en particulier par Bonn. Il n’est pas anodin que les États de la zone à dénucléariser proposée par le plan Rapacki soient précisément ceux qui ont des revendications territoriales à présenter. Le plan gèle de manière implicite les prétentions territoriales des États centraux, y compris et surtout pour ce qui est de la RFA. Là encore, l’offensive diplomatique des Européens de l’Est se fonde sur l’idée que le problème allemand demeure le facteur déterminant de la tension en Europe51.

  • 52 AMAE, Série Europe 1966-1970. Sous-série Organismes internationaux et grandes questions internation (...)
  • 53 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, Paris, IFRI, 1987, p. 57-58.

46Étant donné que par l’instauration d’un tel système Moscou obtiendrait le relâchement des liens entre la RFA et l’Occident et compromettrait les espoirs allemands de réunification, Bonn, Washington, Londres et Paris refusent de considérer le plan Rapacki52. Pour eux, un tel projet ne ferait que rompre l’équilibre stratégique entre l’Est et l’Ouest : le retrait des armes nucléaires déployées en Europe centrale serait favorable au pacte de Varsovie dans la mesure où celui-ci dispose d’une réelle supériorité en matière d’armements de type classique. Par ailleurs, la proposition polonaise intervient à un moment où, stimulés par le lancement du premier satellite Spoutnik, les États-Unis font ratifier par le Conseil atlantique le principe du déploiement de fusées à moyenne portée – IRBM – en Europe occidentale. Enfin, les Alliés ont parfaitement conscience que la dénucléarisation de l’Europe pourrait précéder un désengagement américain53.

  • 54 Un projet de note de la sous-direction d’Europe orientale (ci-après SDEO) revient sur les divers pl (...)

47Très vite, les Soviétiques reprennent à leur compte le plan Rapacki. Le 22 janvier 1958, à Minsk, Khrouchtchev réitère l’idée d’établir une zone dénucléarisée en Europe centrale. Il y ajoute un pacte de non-agression entre l’ONU et les membres du pacte de Varsovie ainsi qu’une réduction des forces en Allemagne54. Il tente en outre de séduire les opinions publiques en proposant notamment l’arrêt des tests nucléaires. Khrouchtchev souhaite parvenir à une érosion de la solidarité occidentale en s’appuyant sur le thème populaire du désarmement nucléaire, ce qui oblige les dirigeants des pays de l’Ouest à prendre position.

48Ainsi, après plusieurs entretiens franco-soviétiques, Charles de Gaulle, président de la République fraîchement élu, dit publiquement ce qu’il pense du plan Rapacki lors d’une conférence de presse tenue à l’Élysée le 25 mars 1959 :

  • 55 Conférence de presse du général de Gaulle au palais de l’Élysée, 25 mars 1959, in de Gaulle C., Dis (...)

« Pour ce qui est de faire de l’Allemagne un territoire neutralisé, ce “dégagement” ou “désengagement” ne nous dit, en lui-même, rien qui vaille. Car si le désarmement ne s’étendait pas à une zone qui approcherait l’Oural d’aussi près qu’elle approcherait l’Atlantique, comment la France serait-elle couverte ? Quoi donc, en cas de conflit, s’opposerait à ce que l’éventuel agresseur franchisse, d’un bond ou d’un vol, le glacis germanique non défendu ? Quelle bande étroite resterait entre la Meuse et l’Océan pour déployer et faire agir les moyens des Occidentaux ! Assurément, nous sommes partisans du contrôle et de la limitation de toutes les armes de guerre. Mais pour que ces dispositions, apparemment humanitaires, ne risquent pas de mener à notre disparition, il faut qu’elles s’appliquent à une aire assez profonde et assez large pour que la France en soit couverte et non point, au contraire, exposée55. »

49L’analyse gaullienne du plan Rapacki devient par la suite une constante de la politique française de sécurité. L’argument consistant à comparer la distance qui sépare l’Allemagne de l’Atlantique d’une part et de l’Oural d’autre part sera de nouveau avancé par la France lorsqu’elle refusera de participer aux négociations sur le désarmement mutuel et équilibré – les Mutual and Balanced Forces Reductions (MBFR) – à la fin des années 1960 et au début des années 1970.

  • 56 De Gaulle C., « Allocutions et messages », in L’Esprit de la Ve République, Paris, Plon, 1994, p. 6 (...)

50En outre, de Gaulle ne saurait accepter un plan conduisant à la reconnaissance institutionnalisée des deux États allemands et, de fait, à la consécration du système bipolaire de guerre froide. Il admet, dès mars 1959, que la réunification « nous paraît être le destin normal du peuple allemand56 ». Il s’agit de ne pas compromettre les efforts de rapprochement franco-allemand. En fin de compte, aucun des partenaires atlantiques n’accepte le projet de Rapacki comme base de discussion.

  • 57 Rey M.-P., « De Gaulle, l’URSS et la sécurité européenne », art. cit., p. 213-227.

51Avec les crises de Berlin puis de Cuba, les propositions soviétiques et polonaises sont reléguées au second plan. Pourtant, les Soviétiques n’abandonnent pas leur idée de plan qui passerait par la reconnaissance quadripartite du statu quo politique et territorial en Allemagne et en Europe. En septembre 1960, dans deux lettres adressées à de Gaulle, Khrouchtchev se fait l’avocat explicite d’une coopération paneuropéenne susceptible de conduire progressivement à la naissance d’une « grande Europe » et qui vise tant à dénier toute signification à la CEE qu’à chasser les États-Unis du vieux continent57.

  • 58 Note de la sous-direction d’Europe centrale (ci-après SDEC) sur « l’éventualité d’assurances récipr (...)

52Les pays membres du pacte de Varsovie avancent à nouveau plusieurs projets de traité de sécurité européenne en 1963 et en 1964. Dans les mois qui suivent la crise de Cuba, Moscou envisage encore la signature d’un pacte de non-agression entre les pays de l’Otan et ceux du pacte de Varsovie. En plus de la volonté toujours présente de statu quo, Khrouchtchev veut désormais empêcher une consolidation de la présence occidentale à Berlin, ce qui rend la proposition inacceptable pour la France qui considère qu’un pareil pacte équivaudrait à confirmer l’existence des deux États allemands58 : la RFA et la RDA seraient les sujets de l’engagement de non-agression, la RDA serait donc sur le même plan que la RFA. De plus, les deux Allemagne seraient au même niveau que les autres pays, ce qui estomperait la responsabilité des quatre puissances pour l’Allemagne dans son ensemble.

53Devant l’échec du plan Rapacki et des propositions de Khrouchtchev, mais aussi en vue de parer aux projets de MLF et de contrecarrer l’accès de la RFA à l’arme atomique, les Polonais formulent un nouveau plan à l’automne 1963. Tandis que le plan Rapacki prévoyait la dénucléarisation et la neutralisation d’une partie de l’Europe centrale comprenant l’Allemagne, la Tchécoslovaquie et la Pologne, le plan Gomulka ne suggère plus que le gel des armements nucléaires dans la zone. Surtout, se font jour de nouvelles spécificités polonaises, en rupture avec la politique soviétique.

  • 59 Note SDEO, 5 mai 1966. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.
  • 60 Selvage D., « The Warsaw Pact and the European security conference, 1964-1969. Sovereignty, hegemon (...)

54Les plans Gomulka et Rapacki admettent l’idée d’un contrôle, par des équipes mixtes Est-Ouest, du gel des armes nucléaires. Or, traditionnellement, l’URSS est hostile à un contrôle sérieux59. Il s’agit en outre pour Varsovie de répondre aux tentatives soviétiques de trouver un compromis avec Bonn sur l’une des trois demandes traditionnelles de l’Est : la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse, celle de la RDA et l’invalidité des accords de Munich de 1938. Afin d’éviter un « nouveau Rapallo » – en référence à l’accord germano-soviétique de 1922 par lequel l’URSS et l’Allemagne avaient rompu leur isolement diplomatique d’après-guerre en nouant des relations économiques et commerciales mais aussi militaires –, la Pologne veut ramener les pays socialistes sur une ligne commune anti-RFA60. Mais, plus que tout, les Polonais souhaitent éviter que la République fédérale puisse accéder à l’arme atomique.

  • 61 Leffler M.P., For the Soul of Mankind, op. cit., p. 172-188.

55De leur côté, les Soviétiques recherchent toujours, surtout après l’échec de l’ultimatum sur Berlin et la montée des tensions avec la Chine, la confirmation du statu quo politique et territorial en Europe. Khrouchtchev estime que le conflit sino-soviétique affaiblit la crédibilité de l’idéologie communiste, créant une faiblesse que les capitalistes peuvent exploiter. Afin de se concentrer sur ses relations avec Pékin et de mettre un terme aux critiques chinoises sur les déficiences économiques du modèle soviétique, l’URSS doit modérer la compétition avec les Occidentaux. Cela permettrait d’accroître le commerce avec ces derniers et de résorber ainsi les difficultés agricoles et industrielles soviétiques. Dans cette optique, on considère à Moscou que la diminution des tensions Est-Ouest passe avant tout par le règlement du problème allemand : il s’agit d’obtenir la reconnaissance de la RDA et le gel de toutes les frontières européennes61.

  • 62 Note soviétique du 31 décembre 1963. AN. 5 AG 1 190. URSS. 1962-1968.

56Ainsi, le 31 décembre 1963, Khrouchtchev adresse une note aux gouvernements occidentaux dans laquelle il se prononce clairement en faveur de la reconnaissance définitive des frontières du continent. Dans ce but, il suggère un accord fondé sur le principe du règlement pacifique des différends62. Il évoque à peine les questions soulevées par les plans Rapacki et Gomulka, comme s’il ne se faisait plus d’illusion sur la réponse à attendre de la part de l’Ouest. Certes, Moscou soutient Varsovie dans ses prétentions mais sans faire de zèle. Seul l’aspect paneuropéen que pourrait avoir un plan sur la sécurité européenne est mis en évidence par la diplomatie soviétique. À partir de 1964, une telle idée apparaît en fin de compte, aux yeux de Moscou, plus comme un vecteur de dialogue Est-Ouest que comme un projet réellement applicable.

  • 63 Entretien Couve de Murville/Naszkowski, 11 février 1964. AN. 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.
  • 64 Note SDEO, 30 août 1965. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 369.

57De fait, au tournant des années 1963 et 1964, la position française à l’égard des desseins polonais et soviétique se situe dans la droite ligne des réponses faites aux premières propositions des années 1950. Maurice Couve de Murville repousse catégoriquement le plan Gomulka parce qu’il tend à la neutralisation de l’Allemagne63. À ses yeux, désarmer le sol allemand revient à soumettre l’Allemagne aux influences russes. Selon lui, il vaut mieux une Allemagne divisée qu’une Allemagne neutre. Par ailleurs, sur le plan strictement militaire, Paris perçoit le contrôle proposé des ogives nucléaires comme particulièrement difficile. Le gel nucléaire intéresse les armes tactiques situées en RFA alors que l’essentiel des armes stratégiques soviétiques, dirigées contre l’Occident et situées en URSS, échappent entièrement au contrôle. Par conséquent, les seules contre-propositions occidentales au plan Gomulka demeurent les mêmes que celles des années précédentes : elles visent d’une part à l’inclusion de larges zones soviétiques incorporant un secteur vital de l’URSS et d’autre part à l’établissement d’un lien avec un règlement parallèle du problème allemand, notamment l’idée d’une réunification progressive sur la base de l’autodétermination. Ni Moscou ni Varsovie ne retiennent ces vues64.

  • 65 Dossier consacré à la note soviétique du 31 décembre 1963. AN. 5 AG 1 190. URSS. 1962-1968.
  • 66 Projet de réponse de de Gaulle à Khrouchtchev. AN. 5 AG 1 190. URSS.

58Quant à la note de Khrouchtchev du 31 décembre 1963, elle est rapidement discréditée par la diplomatie française qui estime qu’un accord sur le non-recours à la force ne ferait que répéter le contenu de la Charte des Nations unies65. De Gaulle approuve certes le principe de règlement pacifique des différends, mais convaincu que le changement de l’autre côté du rideau de fer proviendra des peuples eux-mêmes, il estime que ce précepte doit être complété par un autre : celui de l’autodétermination des peuples66. C’est là finalement l’une des problématiques centrales de l’histoire de la guerre froide : le refus, à l’Ouest, de la sécurité collective et le rejet, à l’Est, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes permettent à chacun des deux camps d’exercer une pression sur l’autre. Européens, Américains et Soviétiques cherchent, dès la seconde moitié des années 1960, à parvenir à un compromis : c’est tout l’enjeu de la CSE, dont le principe devient omniprésent dans les discussions Est-Ouest après l’éviction de Khrouchtchev en octobre 1964 et la reprise en main des affaires soviétiques par Leonid Brejnev.

59Ce dernier entend renouer avec les méthodes prudentes de la période stalinienne : la priorité absolue va à la défense des intérêts soviétiques. Le mouvement communiste international est relégué au second plan, subordonné à la gloire et à la puissance de l’URSS. Dans cette optique, la recherche de la confirmation du statu quo européen par les Occidentaux est fondamentale, au grand bonheur des Polonais toujours en quête de sécurité face au voisin germanique.

  • 67 Note SDEO, 12 novembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 388.
  • 68 Selvage D., art. cit., p. 86.

60Le 14 décembre 1964, à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies, Adam Rapacki déclare « le moment venu d’examiner le problème de la sécurité de l’Europe dans son ensemble ». Il suggère une conférence de tous les États européens à laquelle participeraient les États-Unis et l’Union soviétique67. La nouvelle proposition polonaise constitue le véritable point de départ des négociations à l’égard de la CSE et représente un tournant au sein même du pacte de Varsovie puisque la Pologne parvient à multilatéraliser les tentatives soviétiques de modus vivendi avec les Occidentaux, notamment avec l’Allemagne68.

  • 69 Schoenborn B., op. cit., p. 253.

61Ainsi, dès l’hiver 1964-1965, Varsovie, Moscou puis tous les satellites de l’URSS engagent des conversations bilatérales avec la plupart des pays d’Europe de l’Ouest au sujet de la conférence. Face à eux, ils trouvent des interlocuteurs désormais plus attentifs aux propositions qui leur sont faites. En RFA, Erhard ouvre le dialogue avec l’Est et invite même Khrouchtchev à se rendre à Bonn, mais ce dernier est relevé de ses fonctions avant69 ; en Italie, les socialistes du PSI entrent dans le gouvernement démocrate-chrétien d’Aldo Moro qui tente de faire coïncider détente intérieure et détente internationale ; en France, le général de Gaulle estime qu’il est temps de mettre en œuvre ses idées paneuropéennes. Il entend dépasser la logique des blocs et ouvrir la voie à un ordre européen dans lequel Yalta n’aurait plus de raison d’être. Moscou compte bien profiter des velléités françaises pour promouvoir son projet de CSE et amener le Général à reconnaître la RDA, la mainmise de l’URSS sur l’Europe orientale et toutes les frontières issues de la Seconde Guerre mondiale. Sauf que si le président de la République entend bien promouvoir la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse, il ne souhaite en aucun cas saper les chances de l’Allemagne d’être un jour réunifiée. Dans son esprit, la Paneurope signifie la fin de la bipolarité sous toutes ses formes, allemande comme européenne, politique comme idéologique.

1965-1966 : la rencontre des visions gaullienne et soviétique de l’Europe ?

  • 70 Dès les premiers mois de 1965, une crise politique frappe les Communautés européennes : de Gaulle r (...)

62Marquée par la crise de la chaise vide70 et la détérioration des relations avec la RFA et les États-Unis, la mise en œuvre de la politique de détente et d’indépendance de la France s’inscrit dans un contexte européen propice à une telle orientation.

  • 71 Conférence de presse du 4 février 1965, dans Discours et messages, volume 4, « Pour l’effort », Par (...)
  • 72 Pour les meilleures analyses de la conférence de presse du 4 février 1965, voir Bozo F., Deux strat (...)

63De Gaulle expose clairement ses intentions lors de la conférence de presse qu’il tient à l’Élysée le 4 février 1965. À ses yeux, « le problème allemand », dont il n’hésite pas à faire remonter la source à l’empire romain, « est, par excellence, le problème européen71 ». En dressant un tableau magistral de la situation européenne et après avoir constaté que la politique occidentale de roll back menée depuis le début de la guerre froide avait échoué, il énumère les obstacles à la paix et propose des solutions nouvelles pour les surmonter72. Selon lui, l’essentiel est de dépasser les craintes que peut inspirer la RFA aux peuples européens. Cela doit aboutir à la disparition de l’ordre bipolaire sur le continent car, dit-il, « les régimes soviétisés de l’Est européen » ont utilisé « la méfiance instinctive des populations à l’égard des Germaniques pour justifier la guerre froide contre le monde libre, soi-disant entraîné par les “revanchards” Allemands ». Aussi le président français considère-t-il que la RFA doit tout mettre en œuvre pour cesser d’apparaître comme une éventuelle menace au regard de l’URSS et de ses satellites. Il faut par conséquent qu’elle renonce définitivement aux armes atomiques et qu’elle accepte les frontières de 1945. Par ailleurs, il estime que le problème allemand ne pourra être réglé par la confrontation idéologique entre l’Est et l’Ouest mais seulement par « l’entente et l’action conjuguées » des peuples « principalement intéressés au sort du voisin germanique », autrement dit tous les peuples européens.

64Pour cela, de Gaulle émet un certain nombre de conditions : outre la renonciation à l’arme nucléaire par Bonn et la reconnaissance de ses frontières, il est nécessaire que les pays de l’Est évoluent vers plus de liberté, que chacune des nations d’Europe orientale soit indépendante, que les six pays de la Communauté européenne puissent mettre sur pied une organisation politique et militaire commune « afin de rendre possible un nouvel équilibre » européen et, enfin, que l’Europe s’établisse de l’Atlantique à l’Oural dans la concorde et dans la coopération. Il s’agit donc de dépasser l’ordre institué à Yalta par la voie d’un règlement paneuropéen.

  • 73 Schoenborn B., op. cit., p. 285.

65Pourquoi le Général présente-t-il un tel tableau et un tel projet en ce début du mois de février 1965 ? Le sommet franco-allemand des 19 et 20 janvier 1965 a certainement influé sur le discours gaullien, notamment en ce qui concerne la trame de la démonstration : la question de la réunification allemande. Lors de la rencontre entre de Gaulle et le chancelier Erhard, alors que les Allemands paraissent nerveux quant à l’ouverture française vers l’Est, le président français promet à Erhard de souligner, dans sa prochaine conférence de presse, que la France continue de se poser en fervent défenseur de la réunification allemande73. En réalité, depuis plusieurs semaines déjà, l’idée est présente dans l’esprit du Général, qui sait que le chancelier souhaite se donner les moyens de la réunification en obtenant l’aval de ses alliés français, britannique et américain, détenteurs de droits et responsabilités sur l’Allemagne dans son ensemble. Pour de Gaulle, si la France la soutient, la RFA reviendra peut-être aux principes originels du traité de l’Élysée.

  • 74 Ibid., p. 287.
  • 75 Note SDEO, 10 février 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1931.
  • 76 Entretien Rusk/Couve de Murville, 18 février 1965, Washington. AN, 5 AG 1 201. États-Unis, 1962-196 (...)

66Si Erhard remercie de Gaulle pour son appui public à la réunification, les propos du président de la République n’ont pas le même effet partout, notamment à Washington où on les interprète comme cherchant à exclure les États-Unis d’un règlement paneuropéen. Pour ne pas perdre le soutien américain, les Allemands se dépêchent de proposer la préparation d’un communiqué franco-anglo-américain dans lequel est affirmée la nécessité de réunifier l’Allemagne « dans l’intérêt de tous les peuples d’Europe et d’autres peuples concernés74 ». Quant aux Français, ils démentent les rumeurs selon lesquelles de Gaulle, de concert avec Moscou, ferait tout pour remettre en question le statut quadripartite en Allemagne : on pense simplement qu’une normalisation des rapports Est-Ouest pourrait exercer une influence positive sur le problème allemand75. Couve de Murville rassure son homologue américain Dean Rusk en réaffirmant la nécessité d’une participation des États-Unis à tout règlement allemand76.

  • 77 Les bombardements massifs du Nord-Vietnam commencent le lendemain même de la conférence de presse d (...)
  • 78 Peyrefitte A., op. cit., p. 658.

67Outre la rencontre franco-allemande, la conférence de presse du 4 février fait suite à la conjonction de plusieurs éléments favorables à cet exercice. La date en elle-même ne paraît pas choisie au hasard : la conférence de presse se déroule vingt ans exactement après la rencontre de Yalta, tant décriée par de Gaulle depuis deux décennies. En outre, l’orientation européenne du discours prend d’autant plus de valeur qu’elle contraste avec la direction asiatique que donnent peu à peu les États-Unis à leur politique étrangère : en août 1964, le président Johnson fait voter par le Congrès la « résolution du golfe du Tonkin » qui autorise l’engagement américain au Vietnam ; au début de l’année 1965, alors que le degré d’escalade en Indochine ne cesse de croître77, le Général dénonce l’attitude des États-Unis en expliquant qu’il est hors de question que la France « les escorte dans cette voie78 ». Les Européens doivent profiter du fait que les intérêts de Washington se tournent vers l’Asie pour faire entendre leur propre voix.

  • 79 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 379.
  • 80 Entretien de Gaulle/Adenauer, 12 juin 1965. AN, 5 AG 1 162. RFA. 1964-1969.

68En parallèle, un règlement paneuropéen des problèmes du continent doit permettre d’éviter une entente américano-soviétique qui se ferait sur le dos des Européens. Or, tout au long de l’année 1965, les deux Grands poursuivent leurs consultations au sujet d’un traité sur la non-prolifération. Maurice Couve de Murville réitère à plusieurs reprises la position française à ce sujet : Paris s’oppose à la multiplication des puissances atomiques et est donc favorable à la non-prolifération, mais signer un tel traité reviendrait à avaliser le monopole des États-Unis et de l’URSS79. Un autre élément doit être considéré pour expliquer le moment choisi par de Gaulle pour présenter au monde un tableau de l’Europe : la fin de l’année 1964 voit le nombre des entretiens avec des représentants des pays d’Europe de l’Est s’accroître. Les contacts s’intensifient notamment avec l’URSS, la Pologne et la Roumanie, le but étant d’établir une détente réelle et durable en Europe, de positionner la France à équidistance de chacun des deux Grands et ainsi de contester l’ordre établi. Le Général ne remet cependant pas en cause son alliance avec les États-Unis, dont l’Europe a encore besoin pour faire face aux éventuelles menaces venues de l’Est80.

69Les limites de la nouvelle entente franco-soviétique touchent, encore une fois, à la conception que chacun se fait de la notion de statu quo. De Gaulle en appelle au dépassement du système bipolaire, à une réunification de l’Allemagne et au maintien de l’ensemble des frontières fixées à la fin de la guerre : il songe ici à la ligne Oder-Neisse, frontière germano-polonaise que la RFA n’a toujours pas reconnue, et non à la frontière interallemande. Les Soviétiques, eux, recherchent une confirmation générale du statu quo politique et territorial, incluant le gel de la division allemande, la reconnaissance de la RDA et le maintien de leur mainmise sur l’Europe orientale. De fait, la communauté de sentiments franco-soviétiques concernant le sort de l’Allemagne que recherche Moscou se révèle d’emblée impossible à réaliser, les divergences de conception entre les deux pays étant antinomiques.

  • 81 Couve de Murville ne se limite pas à l’URSS ; dès 1964, il a reçu à Paris tous les ministres des Af (...)

70Malgré cela, de Gaulle poursuit sur sa lancée. Dès le mois de janvier 1965, un accord SECAM sur la télévision en couleur est négocié à Moscou par le ministre français de l’Information Alain Peyrefitte. Il est signé le 22 mars suivant. La portée politique de l’accord est significative des orientations soviétiques : l’URSS préfère le système SECAM, français, au procédé américain NTSC. En avril, le ministre soviétique des Affaires étrangères Andreï Gromyko, devenu particulièrement influent depuis l’accession de Brejnev au poste de Secrétaire général du PCUS, se rend en France et, en octobre de la même année, Maurice Couve de Murville fait de même en URSS81.

  • 82 Les années 1964-1965 sont, selon Marie-Pierre Rey, des années de « tâtonnement » et d’« observation (...)
  • 83 Il commence en 1959 par le retrait de la flotte de Méditerranée ; en 1962, les divisions qui se tro (...)
  • 84 La doctrine de la riposte graduée est adoptée par l’Otan en mai 1962 en remplacement de la doctrine (...)
  • 85 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 382.

71Mais le véritable tournant dans les relations franco-soviétiques a lieu en 196682. Réélu en décembre 1965, de Gaulle met en application sa politique de détente et de dépassement des blocs en commençant par dégager la France du commandement intégré de l’Otan en mars 1966. La décision n’étonne personne : depuis son arrivée au pouvoir, le Général tend à placer la France en dehors des structures intégrées83. Le retrait de 1966 n’est que l’aboutissement d’un processus déjà bien entamé que de Gaulle accélère pour plusieurs raisons : il s’oppose à une intégration de plus en plus poussée et à l’adoption de la riposte graduée84 ; les Américains s’engageant davantage au Vietnam, il refuse que la France soit entraînée dans un conflit qui n’est pas le sien ; il poursuit sa lutte contre la double hégémonie soviéto-américaine ; enfin, l’intégration prive la France « d’une force efficace et autonome, […] brise l’esprit de défense de la population et ôte au haut commandement le sens des responsabilités85 ».

  • 86 Fiche du Quai d’Orsay sur les relations roumano-soviétiques, 24 novembre 1967. AMAE, Europe 1944-…, (...)
  • 87 Projet de circulaire, mi-mars 1966, de François Puaux. AMAE, Pactes, 1961-1970, vol. 261. Cité par (...)

72Plus qu’un résultat de la politique d’indépendance du général de Gaulle, la décision de mars 1966 en constitue le moteur. En érodant le bloc occidental, la France donne l’exemple et suggère une action semblable à l’Est. Le Général songe en particulier à la Roumanie, qui « dénonce l’anachronisme des blocs militaires, […] incompatibles avec l’indépendance et la souveraineté des peuples ». On apprécie à Paris la volonté de Ceausescu de « bloquer la tentative russe de faire admettre le principe de l’intégration militaire et celui d’une nouvelle répartition des charges financières entre les membres du Pacte86 ». Les Français imaginent qu’un tel mouvement de lutte contre l’intégration peut s’étendre aux autres États satellites, obligeant ainsi Moscou à « un relâchement croissant de son emprise sur les pays de l’Est87 ».

  • 88 Charles de Gaulle lors du Conseil des ministres du 2 juillet 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1407 (...)

73Dans un tel climat de confiance, le dépassement des deux blocs rend possible la création d’un nouveau système européen de sécurité. Aux yeux du président français, l’ordre de Yalta est plus que jamais compromis car il ne voit pas « comment s’arrangeront pacifiquement les deux énormes développements américain et soviétique, qui sont si essentiellement guerriers. C’est pourquoi il faudrait réunir l’Europe, en surmontant l’affaire allemande, grâce à la consécration des frontières et au désarmement atomique et, un jour indéterminé, par la réunification88 ». Le projet européen présenté le 4 février 1965 prend ici tout son sens. Le règlement des problèmes européens passe à la fois par une meilleure coopération, d’abord économique et commerciale, avec l’Est et par une transformation radicale de l’Otan, organisation qui ne fait qu’encourager les velléités ouest-allemandes de parvenir prioritairement à la réunification sans passer par la case détente. Aussi le voyage du Général en URSS en juin 1966 est-il indissociable du retrait français du commandement intégré.

74La conférence de presse du 4 février 1965 et la décision française à l’égard de l’Otan, applaudies par Moscou, ont une portée non négligeable sur les discussions relatives à la sécurité européenne et encouragent les pays de l’Est à amplifier la promotion de leur projet de conférence. La France semble le pays occidental le plus à même d’accepter la tenue d’un pareil événement.

75Celui-ci se précise lors de deux sessions du Comité politique consultatif du pacte de Varsovie ; la première a lieu dans la capitale polonaise le 20 janvier 1965, la seconde au début de juillet 1966 à Bucarest. En 1965 mais plus encore en 1966, deux tendances se font jour au sein du bloc de l’Est. D’un côté, les Polonais et les Allemands de l’Est entendent condamner le « revanchisme » et le « militarisme » allemands, réclament la reconnaissance, via une CSE, de la frontière Oder-Neisse et de la RDA ainsi que l’invalidité des accords de Munich, et veulent inciter Bonn à renoncer à Berlin-Ouest et aux armes nucléaires. Cherchant à utiliser le pacte de Varsovie pour multilatéraliser leur politique anti-RFA, émoussée selon eux dans les autres capitales de l’Est, Varsovie et Berlin-Est parviennent ainsi à insérer dans le document final de l’été 1966 l’idée selon laquelle la question allemande ne pourra être résolue que par la reconnaissance préalable des deux États allemands. Face à eux, les Roumains exigent que soit proclamée la nécessité d’un développement des relations économiques, scientifiques et culturelles avec l’Europe occidentale ; ils font également reconnaître à leurs partenaires l’existence d’éléments pacifistes en RFA.

  • 89 Selvage D., art. cit., p. 88-89.

76C’est l’URSS qui est à l’origine du compromis : elle cherche à approfondir ses relations bilatérales avec Bonn tout en obtenant des Allemands un accord sur le non-recours à la force. Dans un tel cadre, seule une conférence paneuropéenne peut conjuguer les deux objectifs. Les Polonais craignent alors que Moscou utilise le projet de CSE pour trouver un modus vivendi avec Bonn et les Occidentaux, potentiellement aux dépens de la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse. Selon Gomulka, si l’URSS et la RFA signaient un accord sur le non-recours à la force concernant la frontière entre la Pologne et la RDA, ce serait faire un affront à la souveraineté polonaise89.

  • 90 Ibid., p. 89.

77L’ordre des priorités dans les buts assignés à la CSE varie donc selon les membres du pacte de Varsovie. Pour la Pologne et la RDA, elle est avant tout dirigée contre la RFA et va dans le sens d’une reconnaissance de leurs frontières, objectif que partage l’URSS. Gomulka la présente aussi comme une alternative à une entente germano-soviétique sur le non-recours à la force censée éviter que l’histoire ne se répète90 : le souvenir du pacte Molotov-Ribbentrop de 1939 qui partageait la Pologne entre l’Allemagne nazie et l’URSS de Staline reste particulièrement vivace dans l’esprit des Polonais. Quant aux Roumains, ils considèrent la CSE comme un moyen d’accroître la marge de manœuvre des satellites en parvenant à une augmentation des échanges Est-Ouest à tous les niveaux. De fait, pour Varsovie, Berlin-Est et Bucarest, la conférence représente une fin en soi.

  • 91 Note SDEO, 22 octobre 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1933.

78Pour ce qui est de Moscou, le projet de conférence constitue un simple instrument politique visant à inciter les Allemands à développer leurs rapports avec les Soviétiques et à créer ainsi une espèce d’émulation occidentale dans le jeu de la détente, l’ultime objectif étant bien sûr la proclamation du statu quo politique et territorial européen. Il s’agit également d’imposer un pacte européen de sécurité collective par lequel tous les États du continent se donneraient mutuellement des assurances contre toute agression provenant de l’un d’entre eux. Les Russes se réfèrent parfois à l’engagement pris par la RFA à l’égard des Occidentaux en 1954 de ne pas utiliser la force pour parvenir à la réunification ou à la remise en cause des frontières : l’Est veut rendre cet engagement opposable à la RFA par tous les pays d’Europe91.

  • 92 Rey M-P, « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 65-81.

79À partir de l’été 1965, les Soviétiques mobilisent leurs principaux organes d’influence que sont le Conseil mondial de la paix et le Comité international pour la sécurité et la coopération en Europe (CISCE), créé en 1963, pour promouvoir la conférence. Ces deux instances organisent des forums et des congrès à échelle européenne voire mondiale censés conduire l’opinion occidentale à soutenir un projet souvent présenté comme une conclusion symbolique de la Seconde Guerre mondiale92. On remarque d’emblée l’omniprésence d’Andreï Gromyko sur ce dossier. Celui-ci joue en effet un rôle de premier ordre avant, pendant et après le processus d’Helsinki, de 1965 au milieu des années 1980. Très vite, Leonid Brejnev prend lui aussi à cœur l’idée de tenir une conférence et en fait quasiment une affaire personnelle.

  • 93 Note SDEO, 30 août 1965. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 369.

80Dans ce contexte, la conférence de presse du 4 février 1965 résonne dans les capitales d’Europe orientale comme un encouragement à aller de l’avant sur le thème de la sécurité européenne. Ainsi les Polonais soulignent, en les isolant, nombre d’éléments issus du discours du général de Gaulle et qui sont favorables à leurs thèses. Ils perçoivent la proposition française de parvenir à un règlement paneuropéen des problèmes du continent comme faisant écho à leur projet. Ils s’imaginent surtout intervenir dans la fixation des frontières et des armements de l’Allemagne. Pour autant, Varsovie ne voit pas d’un bon œil toutes les conditions de la France à l’instauration de la paix en Europe. C’est le cas notamment du renforcement politique et militaire des Six voulu par le président de la République, qui ne ferait qu’aider l’Allemagne à se relever. Quant au couple franco-allemand, il n’est acceptable que si la France prédomine sur la RFA93.

81Par ailleurs, ce n’est pas un hasard si le principal apport du communiqué de Bucarest en 1966 consiste à fonder la sécurité européenne sur la dissolution des alliances militaires. Le retrait français du commandement intégré de l’Otan est l’occasion pour les Soviétiques de réitérer une proposition laissée de côté depuis le milieu des années 1950.

82Le thème du démantèlement des alliances apparaît dans la déclaration comme la base du schéma soviétique pour résoudre les problèmes de l’Europe : si l’équilibre militaire sur lesquelles se fondent les relations Est-Ouest se trouvait rompu, la sécurité européenne devrait s’appuyer sur d’autres mécanismes. Ceux-ci ne pourraient être créés que si la RFA et ses partenaires occidentaux reconnaissaient l’Oder-Neisse et la RDA et si chaque État européen admettait le principe du non-recours à la force. Une fois le statu quo confirmé et la coexistence pacifique proclamée, les Européens pourraient développer les échanges économiques, scientifiques, techniques et culturels. La coopération est impossible sans la sécurité. Pour parvenir à cela, il importe que les pays d’Europe se réunissent en conférence et que la détente s’instaure par le biais de mesures spécifiques comme la liquidation des bases militaires étrangères ou la création de zones dénucléarisées.

83Au final, les pays du pacte de Varsovie estiment que la conférence doit répondre, directement ou indirectement, à trois types d’objectifs : le règlement de la question allemande, la reconnaissance des réalités est-européennes, et le remplacement des alliances militaires en vigueur par un système paneuropéen de sécurité qui exclurait les États-Unis. À cela la Roumanie ajoute la possibilité pour tous les pays d’Europe de pouvoir s’exprimer en leur nom propre.

  • 94 Entretien Couve de Murville/Naszkowski (vice-ministre des Affaires étrangères polonais), 10 septemb (...)

84La Pologne a donc réussi son coup. En 1965-1966, tous les États d’Europe orientale, avec l’accord concerté de l’URSS, reprennent à leur compte le projet de conférence et n’hésitent pas à le soumettre à leurs interlocuteurs occidentaux aux moments opportuns. L’accent y est mis sur la nécessité de la non-agression de bloc à bloc. En revanche, le plan Rapacki fondé sur la création d’une zone tampon en Europe centrale tombe peu à peu en désuétude car on comprend à l’Est qu’il faut tenir compte de l’attachement atlantique de la RFA. Seuls les Polonais, obsédés par le réarmement allemand, continuent à réitérer leur offre de manière bilatérale94.

La question allemande, pilier de la détente franco-soviétique

Les raisons d’un refus

85Pour l’URSS, la France se situe dans une perspective internationale qui en ferait un partenaire de poids en Europe de l’Ouest si jamais elle acceptait d’organiser une réunion européenne : elle dispose de droits quadripartites sur l’Allemagne et sur Berlin ; l’aura du général de Gaulle demeure incomparable parmi les chefs d’État ouest-européens ; sa politique de détente, au milieu des années 1960, est bien plus poussée que celle de ses voisins.

86Pourtant, la France n’est pas seule parmi les États occidentaux abordés par l’Est sur l’idée de conférence européenne. Un effet de source pourrait laisser croire que Paris constitue l’objectif principal de Moscou. Une telle interprétation équivaudrait d’une part à donner trop d’importance au rôle joué par la France et d’autre part à dissimuler un pan entier de la politique européenne soviétique et de la politique orientale des autres pays de l’Ouest. Car, face à l’intérêt croissant des États-Unis pour l’Asie, la RFA, la Grande-Bretagne, l’Italie et les États scandinaves développent peu à peu une nouvelle attitude à l’égard de l’URSS et de ses satellites. En retour, le projet de conférence européenne leur est immanquablement soumis alors qu’il ne l’est évidemment pas auprès des États-Unis. L’Italie est le premier pays occidental à accepter la CSE.

87La stratégie déployée par les représentants du bloc de l’Est pour aborder le sujet auprès des Européens de l’Ouest vise à la fois les appareils diplomatiques et les dirigeants politiques. Sont ainsi privilégiés, en ce qui concerne la France, le directeur de la section Europe du Quai d’Orsay, le directeur des Affaires politiques, l’ambassadeur de France à Moscou, le ministre des Affaires étrangères et, bien sûr, le président de la République. L’idée majeure sur laquelle se fonde l’argumentation soviétique en faveur d’une CSE a trait à la question allemande, véritable obsession du Kremlin.

  • 95 Note SDEO, 22 janvier 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.

88Cette obsession est bien entendu fondée sur le souvenir de la Seconde Guerre mondiale et, pour séduire les Français, Moscou n’hésite pas à faire des comparaisons souvent hasardeuses avec l’entre-deux-guerres, cherchant de la sorte à démontrer que les Allemands restent un peuple militariste dont il faut se méfier. En janvier 1966, l’ambassadeur en France Valerian Zorine fait l’éloge de Louis Barthou, ministre français des Affaires étrangères en 1934, qui « cherchait à renforcer les positions internationales de la France par la création d’un système de sécurité collective en Europe et par le rapprochement avec l’URSS95 ». Selon Zorine, comme dans les années 1930, un tel système est censé prévenir le danger allemand.

  • 96 Doubinine Y., Moscou-Paris dans un tourbillon diplomatique. Témoignage d’ambassadeur, Paris, Imagin (...)

89Quelques mois auparavant, en juillet 1965, Youri Doubinine, conseiller à l’ambassade soviétique, expliquait à François Puaux, le directeur d’Europe au Quai d’Orsay, qu’il était nécessaire d’établir un lien entre d’une part la volonté exprimée en février par le général de Gaulle de régler la question allemande par accord entre tous ses voisins et d’autre part le projet de conférence européenne96. Les Soviétiques sont persuadés que les dirigeants français se contenteraient parfaitement d’un statu quo européen, c’est-à-dire d’une confirmation de la frontière Oder-Neisse et de la frontière interallemande. Une conférence serait un excellent moyen de parvenir à ce résultat.

  • 97 En mars 1965, au congrès de la CDU à Düsseldorf, Ludwig Erhard se plaint du trop long délai prévu p (...)

90De fait, l’URSS attribue à la conférence de presse du 4 février la signification inverse de celle recherchée par de Gaulle. Celui-ci a pourtant clairement insisté sur l’« anomalie allemande » et sa position sur l’Allemagne se caractérise par une constance à toute épreuve. Ainsi, il refuse catégoriquement de reconnaître la RDA. À ses yeux, le règlement de la question allemande, et donc de la division de l’Europe, n’est possible que sur le long terme. Avant d’y arriver, une détente durable doit être établie sur le continent. Il importe par conséquent de commencer par se donner les moyens de créer une atmosphère dépourvue de tension. Une fois cela réalisé, on pourra envisager la réunification de l’Allemagne. C’est bien ainsi que les Allemands, eux, ont compris la conférence de presse du 4 février97.

  • 98 Entretien de Gaulle/Gromyko, 27 avril 1965, Paris. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

91Malgré tout, on perçoit une certaine ambiguïté dans l’attitude française sur l’Allemagne quand il s’agit d’aborder ce thème avec les Soviétiques. Le 27 avril 1965, de Gaulle dit à Gromyko qu’il n’est pas pressé de réunifier l’Allemagne98. Il répète la même chose à plusieurs reprises durant l’année suivante.

  • 99 Entretiens avec Gabriel Robin, Paul Poudade, Jacques Andréani, Philippe Husson, Jean François-Ponce (...)

92La question de l’attitude française face à la réunification allemande a fait couler beaucoup d’encre mais quelques facteurs d’explication se dégagent particulièrement. Concernant de Gaulle lui-même, il est clair qu’il juge non réunies les circonstances nécessaires à la réunification ; d’où ses propos à Gromyko. Mais le Général est parfaitement conscient du fait que si les Occidentaux n’encouragent pas l’unité allemande, les Soviétiques vont profiter de la situation. Au niveau de l’appareil diplomatique, on perçoit les choses d’une autre manière. Beaucoup de diplomates avouent se satisfaire pleinement de la division allemande dans la mesure où une Allemagne réunifiée ferait figure de mastodonte économique et démographique aux côtés d’une France moins riche et moins peuplée99. Il reste que, tout au long de la guerre froide et en dépit des appréhensions de certains, la France se pose en soutien résolu du principe de réunification de l’Allemagne et considère sa division comme un état de fait provisoire dû aux circonstances de l’après-guerre. Toute autre position aurait de toute façon constitué une violation flagrante des traités en vigueur et aurait gravement hypothéqué les relations franco-allemandes.

93Par conséquent, qu’il s’agisse du Quai d’Orsay ou de de Gaulle lui-même, les Français établissent vis-à-vis de la proposition soviétique un argumentaire précis qui n’évolue pas jusqu’en 1968.

  • 100 Document « de Gaulle à Vinogradov le 25 janvier 1965 à propos du problème allemand », AMAE, Europe (...)

94Il concerne en premier lieu la question des pays participants à une conférence paneuropéenne. Dans l’esprit des Soviétiques, les États-Unis, en tant que puissance extra-européenne, ne seraient pas invités à y prendre part tandis que les deux Allemagne y siégeraient sur un pied d’égalité, obligeant les Occidentaux à reconnaître la RDA. Or, sur chacun de ces deux points, la position française est très claire. Maurice Couve de Murville explique ainsi aux Polonais le 10 septembre 1965 que si une telle conférence devait avoir lieu, les États-Unis, en tant que garants de la sécurité des Européens de l’Ouest, y participeraient. Conscient que l’un des buts essentiels de la tentative de rapprochement avec la France consiste à « agrandir les fissures que les Soviétiques croient voir apparaître entre la France et les États-Unis, comme entre la France et l’Allemagne », Couve rejoint ici le point de vue de de Gaulle qui, le 25 janvier 1965, indique à l’ambassadeur d’URSS que des échanges de vues franco-soviétiques « seraient d’avance condamnés à l’échec si le gouvernement soviétique avait l’intention de les conduire dans un esprit systématiquement malveillant vis-à-vis des alliés de la France et en particulier des États-Unis. Il va également de soi que tout examen en commun de la question allemande ne pourrait que tourner court si le gouvernement soviétique mettait au premier plan de la discussion la reconnaissance de la RDA et sa conception des deux Allemagne100 ».

  • 101 Peyrefitte A., op. cit., p. 912-913.
  • 102 Note SDEO, 10 février 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1931.
  • 103 Entretien Couve de Murville/Naszkowski, 10 septembre 1965, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-196 (...)
  • 104 Entretien Couve de Murville/Gromyko, 29 octobre 1965, Moscou. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

95La France n’a donc l’intention de remettre en cause ni l’alliance avec les États-Unis, ni la relation franco-allemande, ni son partenariat avec chacun de ses alliés. Il est hors de question de négocier sur le dos de l’Allemagne ; de Gaulle le prouve en refusant systématiquement d’aborder le problème de la RDA. Il espère cependant que Washington réagira comme lui à l’encontre des visées russes touchant à la solidarité occidentale car Moscou ne songe qu’à manipuler la France de manière à l’arracher au bloc occidental « et à pouvoir engager la conversation avec les Américains après les avoir affaiblis101 ». Bref, la crainte du condominium entre les deux Grands demeure. Aussi les Français demandent-ils à leurs alliés d’outre-Atlantique de les informer de chaque conversation américano-soviétique qui toucherait à la sécurité européenne102, ce qui ne les empêche pas de se servir de la politique asiatique des États-Unis comme d’un prétexte pour repousser la CSE : l’atmosphère internationale demeurant tendue à cause de l’intervention américaine au Vietnam, une conférence pourrait conduire à une rupture entre Moscou et Washington103. D’après Couve de Murville, une réunion paneuropéenne ne doit être que l’aboutissement du processus de détente et pas un moyen d’y parvenir104. Les Français accusent donc les Américains d’être en partie responsables des tensions qui règnent dans les relations Est-Ouest. En partie seulement, car les Soviétiques sont jugés tout aussi fautifs, notamment en ce qui concerne leur attitude à l’égard de la RFA.

  • 105 Dépêche no 773 de Philippe Baudet, 2 juin 1965. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1573.
  • 106 Entretien de Gaulle/Gromyko, 27 avril 1965 et entretien Couve de Murville/Gromyko, 29 octobre 1965, (...)

96On leur reproche en France de présenter une image des Allemands délibérément poussée au noir, « stigmatisant l’évolution du régime de Bonn vers un totalitarisme qui serait la caractéristique de l’impérialisme allemand105 ». À vrai dire, la crainte de l’Allemagne constitue, pour Moscou, un excellent moyen de maintenir la cohésion du bloc de l’Est : depuis les années 1945-1947, le Kremlin se sert du soi-disant revanchisme allemand pour justifier sa tutelle sur l’Europe de l’Est, affirmant que l’URSS « protège » ces pays d’une éventuelle renaissance du militarisme germanique. Avec la détente et, surtout, avec l’Ostpolitik développée par la RFA dès la seconde moitié des années 1960, cette propagande perd de sa crédibilité, ce qui explique la volonté de Moscou de trouver d’autres moyens de consacrer sa mainmise sur l’Europe orientale. À plusieurs reprises, de Gaulle et son ministre des Affaires étrangères – et il s’agit là d’une constance des relations franco-soviétiques jusqu’à la fin de la guerre froide – tentent de rassurer les Russes sur les intentions de la RFA106.

  • 107 Schoenborn B., op. cit., p. 287-288.
  • 108 Note du directeur politique, 12 novembre 1965. AMAE, Entretiens et messages 26. Cité par Schoenborn(...)

97Néanmoins, sans l’avouer aux Soviétiques, la France pointe aussi du doigt l’attitude des Allemands. En effet, après avoir applaudi la conférence de presse du 4 février 1965, Bonn durcit sa position dans les semaines et les mois qui suivent. Dans un premier temps, c’est la volonté française d’européaniser la question allemande et de voir Bonn reconnaître la ligne Oder-Neisse qui est critiquée. Alors que les Français estiment que la réunification allemande n’est possible que si tous les pays voisins de l’Allemagne en discutent et, de fait, améliorent leurs rapports mutuels, Erhard veut le maintien d’un strict quadripartisme107. Dans un second temps, les Allemands estiment qu’en abordant directement la question allemande avec les Soviétiques, la France sape l’intégration atlantique ainsi que les liens de la RFA avec les États-Unis. Il se plaint également de la pression qu’exerce Paris sur la République fédérale en matière de frontières et d’armes nucléaires. Pour lui, seul un traité de paix permettrait à la RFA de renoncer à ses frontières. Les Français sont furieux108.

  • 109 Benedikt Schoenborn note judicieusement la différence avec les propos tenus un an auparavant : le G (...)
  • 110 Entretiens de Couve de Murville à Moscou, 29 octobre-1er novembre 1965. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958- (...)

98À l’hiver 1965-1966, les relations franco-allemandes sont au plus bas. Tout juste réélu président de la République, de Gaulle constate le 4 février 1966 que les Allemands, par leur « prétention à l’armement nucléaire », sont loin de contribuer à la détente. Il en appelle à une réunification se faisant « par accord avec tous ceux qui ont vaincu l’Allemagne109 ». De leur côté, les Soviétiques campent également sur leurs positions : tant que la RFA appartiendra à l’Otan et qu’elle maintiendra la doctrine Hallstein selon laquelle Bonn n’entretient pas de relations diplomatiques avec les États qui reconnaissent la RDA, aucune amélioration des rapports germano-soviétiques ne sera possible110.

  • 111 Entretien de Gaulle/U-Thant, 30 avril 1966, Paris. AN, 5 AG 1 179, ONU, 1959-1968.

99Au final, pour les Français, si une CSE ne peut se réunir, c’est la faute des autres. Lorsque le 30 avril 1966 de Gaulle fait part au secrétaire général des Nations unies, le Birman U-Thant, de son avis quant à une conférence, il se dit tout à fait favorable à ce projet, s’associant ainsi aux prises de position des gouvernements italien et britannique, les plus favorables en Occident. Mais, dit-il, « la conférence ne se tiendra pas à cause de l’Allemagne et à cause des États-Unis111 ». À la première il reproche de s’obstiner à ne pas vouloir reconnaître ses frontières et de ne pas s’entendre avec ses voisins de l’Est, aux seconds de préférer la négociation bilatérale avec les Soviétiques et d’intervenir toujours plus en Asie du sud-est. Par la même occasion, il pointe du doigt la tendance ouest-européenne à suivre en permanence les orientations de Washington :

« Les États-Unis ne veulent pas d’une telle conférence européenne : comme vous le savez, beaucoup d’États européens ne peuvent ni ne veulent rien faire sans que ce soit par accord avec les États-Unis. »

100À l’entendre, seule la France favorise la détente. Et il n’a pas tort : il faut attendre le discours de New York du président Johnson en octobre 1966 et l’arrivée au pouvoir à Bonn de la grande coalition deux mois plus tard pour que les États-Unis et la RFA développent une réelle politique de détente. La suite des événements lui donne en outre raison pour ce qui est de l’avenir du projet de CSE : ce n’est qu’avec l’élection de Willy Brandt que la RFA entame des discussions sérieuses sur la conférence ; de même, ce n’est qu’une fois retirés du Vietnam en 1973 que les Américains s’y intéressent.

101En attendant, le Général se décharge de toute responsabilité dans l’échec du projet. En réalité, insister sur le manque de volonté de la part de Bonn et de Washington lui évite de devoir se prononcer contre la conférence et ainsi de mettre l’accent sur les divergences franco-soviétiques vis-à-vis de la question allemande au moment où s’approfondit le rapprochement entre les deux pays. Car malgré les propos du Général au secrétaire général de l’ONU, la France refuse toujours le principe d’une conférence qui consacrerait la division de l’Allemagne et empêcherait le dépassement de l’ordre bipolaire.

102Néanmoins, accuser les États-Unis et la RFA de compromettre la détente et par conséquent la possibilité d’une réunion européenne sur la sécurité oblige les Français à ne pas nier catégoriquement cette dernière. C’est donc à un véritable numéro d’équilibriste que se livre la diplomatie française. De Gaulle lui-même semble pris à son propre jeu et ne peut pas refuser des consultations sur la CSE. Cela est rendu possible par la brillante tactique soviétique consistant à laisser planer le doute sur la signification réelle de la conférence tout en mettant en évidence un principe cher à la politique gaullienne, à savoir l’européanisation de la question allemande.

  • 112 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 42.
  • 113 Entretien Brejnev/de Gaulle, 21 juin 1966, Moscou. AN, 5 AG 1 187. URSS. 1966.
  • 114 Note de la direction des Affaires politiques, 10 juin 1966. AN, 5 AG 1 421. Voyage en URSS. Juin-ju (...)

103Ainsi, lors de son voyage en URSS du 20 juin au 1er juillet 1966, l’idée lui est soumise dès le 21 juin par Leonid Brejnev, convaincu que si la France accepte la CSE, les autres pays occidentaux suivront112. Alors que le Général termine son exposé sur la nécessité de lever la question allemande de la rivalité soviéto-américaine pour « en faire un problème de bonne foi entre Européens », le premier secrétaire du PCUS en profite pour suggérer une réunion de tous les Européens, sans les États-Unis, afin d’ouvrir le chemin vers un rapprochement des deux États allemands. Pour le président français, une conférence européenne devrait être « un aboutissement, le résultat d’une détente à laquelle l’URSS devrait se prêter comme la France. Si elle était proposée tout de suite, elle ne se réunirait pas, car il faut que chacun soit prêt à s’y rendre, y compris les Allemands ». Lorsque le président du Conseil des ministres soviétique Alexis Kossyguine propose « l’institution de consultations systématiques sanctionnées par des accords ayant une grande publicité », de Gaulle se déclare d’accord pour « l’organisation d’une concertation et d’une consultation organisées et étendues113 » mais n’en demeure pas moins catégorique sur l’idée de conférence, dans lequel il continue de voir un outil de propagande cherchant à « attiser les contradictions du monde occidental114 ».

Photographie 1. – Voyage du général de Gaulle en URSS. Il est accueilli à Moscou par Nicolas Podgorny. Juin 1966.

  • 115 Charles de Gaulle lors du Conseil des ministres du 2 juillet 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1407

104Quoi qu’il en soit, l’accueil réservé à de Gaulle en URSS est particulièrement chaleureux, ce qui le conduit à affirmer à son retour que pour les Soviétiques, « le contact avec l’Occident passe par la France115 ». Le président de la République a le privilège, sans précédent pour un hôte étranger, de visiter la base spatiale de Baïkonour et de prononcer une allocution en direct à la télévision soviétique. Il ne manque alors pas de s’élever contre l’existence des blocs et d’appeler au développement de nouvelles relations Est-Ouest fondées sur le fameux triptyque « détente, entente, coopération ».

  • 116 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 », in Deight (...)

105Les Français proposent de commencer par lever le rideau de fer dans les relations économiques et commerciales, ce qui facilitera le rapprochement politique et fera pièce aux projets – comme celui de CSE – susceptibles de contrecarrer la CEE. Ce dernier point constitue une préoccupation majeure des dirigeants et des diplomates français jusqu’à la fin de la guerre froide. En effet, pour Moscou, le Marché commun est perçu « comme l’expression de la mainmise américaine sur l’économie ouest-européenne116 » du fait du soutien de Washington au traité de Rome. Dès 1957, les décideurs soviétiques condamnent la construction européenne et, dans la mesure où elle ne peut se faire qu’au détriment des échanges économiques Est-Ouest, réfléchissent aux moyens de la freiner. Le projet de CSE, de par son caractère paneuropéen, est ainsi en partie dirigé contre elle et les Français en sont conscients. Le 18 février 1965, lorsque Dean Rusk demande comment procéder pour que les dirigeants soviétiques considèrent favorablement la réunification de l’Allemagne, Maurice Couve de Murville souligne l’importance du facteur commercial :

  • 117 Entretien Couve de Murville/Rusk, 18 février 1965, Washington. AN, 5 AG 1 201. États-Unis. 1962-196 (...)

« Nous devons en particulier mettre l’accent sur l’augmentation de notre commerce avec l’Europe de l’Est. Le jour où celle-ci ne fera plus 80 % de son commerce extérieur avec la Russie, mais s’adressera, en proportion croissante, à des fournisseurs et des clients du monde libre, la situation politique changera. Le tourisme peut également contribuer à cette évolution, comme il a constitué un facteur important dans l’évolution récente de l’Espagne. Onze mille Français sont allés l’année dernière en Bulgarie117. »

  • 118 Note SDEO, 22 janvier 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.

106Couve estime que le développement de la coopération paneuropéenne dans les domaines économique, technologique et scientifique – domaines qui constitueront la « deuxième corbeille » de la CSCE – doit permettre de créer les conditions d’une coopération politique118.

  • 119 Les conclusions de la conférence de Potsdam (17 juillet-2 août 1945), valables sur le plan juridiqu (...)

107Cela explique en partie que plusieurs accords soient signés lors du voyage de juin 1966 en URSS ; ces accords créent notamment les commissions mixtes censées mettre en œuvre la coopération scientifique, technique et économique franco-soviétique. Sur le plan politique, outre une position commune sur la guerre du Vietnam, la France reconnaît officiellement la nécessité d’une normalisation des rapports entre les deux côtés du rideau de fer sur la base implicite des accords de Potsdam119. En s’appuyant sur ces derniers, de Gaulle signifie son attachement à l’idée de réunification allemande. De fait, Brejnev ne parvient pas à lui arracher son acceptation d’une conférence européenne excluant les États-Unis et destinée à geler la division de l’Allemagne.

  • 120 Note de la direction des Affaires politiques, 10 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes inte (...)
  • 121 Entretien Couve de Murville/Schroeder, 21 juillet 1966, Bonn. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

108Il faut dire que la direction politique du Quai d’Orsay ne voit dans la proposition soviétique qu’un plan Rapacki réchauffé visant à aboutir à la neutralisation de l’Allemagne120. Or, on considère toujours à Paris qu’échanger la réunification de l’Allemagne contre sa neutralisation est la pire chose qui puisse arriver en matière de sécurité européenne : la RFA serait détachée de l’Otan, de la CEE et par conséquent de la France, privant cette dernière de ses droits quadripartites sur l’ancien Reich. Il apparaît clairement au début de l’été 1966 que Paris ne prend pas au sérieux l’idée soviétique de conférence paneuropéenne qui n’est finalement qu’un moyen parmi d’autres d’aborder la question de la sécurité du continent121.

109En fin de compte, les Français renvoient dos à dos la conception germano-américaine des relations Est-Ouest fondée sur la réunification allemande avant tout et la conception soviétique selon laquelle le maintien de la division de l’Allemagne est le point de départ d’un règlement européen. Paris souhaite parvenir à une voie moyenne : la sécurité de l’Europe doit d’abord faire l’objet de discussions entre Européens dans le cadre d’un rapprochement entre tous les États du continent ; ce n’est qu’au terme de ces échanges que l’on pourra déterminer le moyen de parvenir à la réunification allemande.

  • 122 Tg. no 542-49, 8 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970. Réunions quadripartites, vol. 1726.

110Un tel raisonnement n’est pas du goût des Allemands, qui informent la France de leur mécontentement à l’égard du rapprochement entre Paris et Moscou. Déjà, quelques jours avant le départ du Général pour la Russie, le ministre allemand des Affaires étrangères Gerhard Schröder s’en était pris à son homologue français lors d’une réunion quadripartite, exhortant les alliés à ne pas laisser retomber la tension en Europe afin de maintenir la pression sur l’URSS en difficulté avec la Chine. Voilà pourquoi, selon lui, il fallait refuser le projet de conférence paneuropéenne. Face à ces attaques, Couve de Murville rappelait à Schröder que la politique de tension suivie depuis les années d’après-guerre n’avait mené à aucun résultat et que, par conséquent, la détente s’imposait122.

  • 123 Leffler M.P., For the Soul of Mankind, op. cit., p. 231-232.

111À la surprise de son interlocuteur, le ministre français était soutenu par le secrétaire d’État américain Dean Rusk, soucieux désormais d’engager une véritable politique de détente avec Moscou et ses satellites123. L’Administration Johnson est alors persuadée que le bloc de l’Est est en train de s’effriter en raison des faiblesses économiques persistantes du modèle soviétique. Pour Washington, le mécontentement ne cesse de croitre dans les pays satellites de Moscou : il faut en profiter pour améliorer les rapports commerciaux avec l’Europe orientale et ainsi encourager les craquements.

  • 124 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 171.
  • 125 C’est tout l’enjeu du rapport Harmel sur les tâches futures de l’Alliance adopté par le Conseil atl (...)

112Le président des États-Unis cherche en outre à obtenir par l’intermédiaire des Russes un peu plus de modération de la part de Ho Chi Minh au Vietnam. Le symbole de cette évolution est le discours qu’il prononce à New York le 7 octobre 1966 : il en appelle à une démarche progressive qui aboutirait à un changement pacifique. C’est le « bridge building ». On considère que la réunification de l’Allemagne doit être le fruit d’un processus conjuguant modernisation de l’Otan et renforcement de l’intégration européenne124. Johnson comprend que désormais les États-Unis ne pourront conserver leur leadership en Europe que s’ils prennent la tête de la politique de détente envers l’Est. Le défi lancé à l’Alliance atlantique par le général de Gaulle contraint ses membres à redéfinir les fonctions de l’organisation occidentale dans un contexte international en pleine évolution125.

  • 126 Schoenborn B., op. cit., p. 299.

113Prenant acte de l’évolution américaine vers l’approfondissement de la détente, le gouvernement de Ludwig Erhard se montre à son tour plus ouvert dans ses positions à l’égard des pays de l’Est, comme le prouve la note de paix du 25 mars 1966 qui propose, sans que l’URSS ne lui donne suite, « un échange de déclarations par lesquelles tous les partis renonceraient à l’emploi de la force pour le règlement de litiges126 ».

  • 127 Ibid., p. 293.
  • 128 Tg. no 3662-75, de François Seydoux, 17 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1573.

114Le débat fait rage à Bonn sur la stratégie à appliquer vis-à-vis de Moscou. Si Helmut Schmidt, porte-parole des sociaux-démocrates au Bundestag, estime que la politique gaullienne de détente est « la seule voie possible vers la réunification allemande127 », la CDU la condamne, jugeant que la France entre dans le jeu soviétique qui consiste à briser la solidarité occidentale. Aux dires de l’ambassadeur Seydoux, le voyage du président français crée une impression de malaise en RFA, rappelant l’ancienne solidarité entre la Russie et l’Occident128.

Vers la réalisation d’un vœu français ? La première tentative d’Ostpolitik

  • 129 Entretiens de Gaulle/Kossyguine, 1er, 2 et 8 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 187. URSS. 1966.
  • 130 Charles de Gaulle à Alain Peyrefitte le 5 décembre 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1416.

115En décembre 1966, le problème allemand se présente sous un jour nouveau. L’évènement majeur est l’arrivée au pouvoir en RFA d’un gouvernement de grande coalition CDU/SPD dirigé par Kurt Kiesinger et dans lequel Willy Brandt occupe les fonctions de vice-chancelier et de ministre des Affaires étrangères. Par ailleurs, du fait des désirs soviéto-américains, surtout à partir de l’été 1966, de parvenir à un traité sur la non-prolifération des armes atomiques, l’accès de la RFA au nucléaire semble désormais impossible. Pour de Gaulle, la volonté des États-Unis de discuter directement avec Moscou ainsi que leur intérêt croissant pour l’Asie conduisent les Allemands à opter pour de nouvelles orientations. En d’autres termes, la RFA doit se préparer à ne plus être le principal centre d’intérêt de Washington. Il est temps alors que les Européens prennent les choses en main, d’autant que Kossyguine se dit favorable à la perspective française de réunification de l’Allemagne sur le long terme129. À Alain Peyrefitte, le Général explique que c’est la France qui mène le jeu « et les Russes ne font que suivre et qu’approuver ». Il estime nécessaire « de pousser l’Allemagne à se rapprocher de la Russie. Il faut désarmer leur agressivité réciproque130 ». Dans un tel cadre, le projet paneuropéen des pays de l’Est doit être reconsidéré. Certes, les Français n’appuient pas avec une ferveur soudaine la proposition de conférence mais il se trouve qu’elle revêt certaines caractéristiques à exploiter.

  • 131 Schoenborn B., op. cit., p. 302-303.

116Dès le 13 décembre, Brandt expose aux Français la volonté de Bonn de développer un climat de détente avec les Soviétiques, les Polonais et les Tchécoslovaques. Il le fait d’autant plus volontiers qu’il voit avec sympathie la politique gaullienne vers l’Est et éprouve un grand respect pour son initiateur, qu’il a rencontré pour la première fois en 1959. Maire-gouverneur de Berlin-Ouest de 1957 à 1966, Brandt a reçu le soutien de de Gaulle lors de ses tentatives visant à développer les contacts entre Berlinois de l’Ouest et de l’Est131.

  • 132 Entretien Pompidou/Brandt, 13 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.
  • 133 Entretiens de Gaulle/Brandt, 15 et 16 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.
  • 134 Entretiens de Gaulle/Rusk et Couve de Murville/Rusk, 14 et 20 décembre 1966. AN, 5 AG 1 202. États- (...)

117Dès le moment où est formé le gouvernement de grande coalition, Brandt fait savoir que la RFA vient de proposer à l’URSS « un échange de déclarations de renonciation de non-recours à la force132 ». De Gaulle dit encourager pleinement cette initiative, précisant les éléments essentiels qui doivent en découler : la RFA doit reconnaître ses frontières, se rapprocher des Allemands de l’Est et prendre ses distances avec Washington133. Devant les Américains et les Britanniques, qui exhortent Bonn à ne pas aller trop vite au risque de brusquer l’Est et d’interrompre les conversations, de Gaulle et Couve de Murville font preuve d’une fermeté inébranlable quant à la nécessité d’une Ostpolitik134. Le ministre français maintient que le développement des relations économiques et humaines avec l’Est, notamment avec la RDA, est de la responsabilité de la RFA plus que des trois autres. L’ouverture ouest-allemande vers l’Est demeure un facteur déterminant dans la lutte contre le condominium.

  • 135 Entretien Couve de Murville/Brandt, 13 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

118Rapidement, les Français décident de s’impliquer dans l’Ostpolitik de Bonn afin de lui faciliter la tâche. D’ailleurs, le 13 janvier 1967, Brandt demande à la France de l’aider dans ses démarches vis-à-vis de l’Est, en particulier en vue d’une normalisation des relations135. Le même jour, Kiesinger déclare à de Gaulle renoncer à la doctrine Hallstein et accepter les conceptions françaises sur la réunification : il promet une réelle détente avec l’Est et entend ne pas précipiter les retrouvailles du peuple allemand. Le président de la République est ravi. Il se lance ainsi dans son plan de désamorçage de l’agressivité des pays de l’Est envers l’Allemagne et vice-versa.

  • 136 Entretien de Gaulle/Kiesinger, 13 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.
  • 137 Entretien de Gaulle/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.
  • 138 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 26 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.
  • 139 Note SDEO, 26 mai 1967. AN, 5 AG 1 445. Voyage en Pologne, septembre 1967.

119Dans un premier temps, il cherche à convaincre le chancelier que les Occidentaux n’ont plus rien à craindre de l’URSS du fait de sa situation économique désastreuse et de la volonté d’indépendance des satellites136. Dans un second temps, le plan gaullien vise surtout la Russie et la Pologne, celle-ci étant très méfiante à l’égard du gouvernement Kiesinger et de ses intentions concernant la ligne Oder-Neisse. Lorsque Rapacki vient à Paris, de Gaulle tente de le persuader que les Allemands ne sont plus dangereux en arguant que, dans le passé, la France a souffert au même titre que la Pologne du militarisme allemand. Si le Général ne se prive pas d’ajouter que les Français ne sont pas pressés que les deux Allemagne se rejoignent, il n’en rappelle pas moins que la division ne peut pas se prolonger indéfiniment137. La visite de Rapacki ne fait alors que confirmer de Gaulle dans sa conviction que c’est lui qui mène la danse : le ministre polonais demande à la France d’encadrer la RFA et sa politique138, sa principale crainte étant que la République fédérale améliore sa situation internationale sans faire les concessions nécessaires à la Pologne139.

  • 140 Selvage D., art. cit., p. 86-87.

120Soucieux d’éviter qu’un nouveau pacte germano-soviétique de non-agression ne voit le jour, les Polonais reprennent le flambeau du projet de conférence européenne dans l’espoir de multilatéraliser le principe de non-recours à la force et de faire de la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse par la RFA la condition à toute amélioration de ses rapports avec l’Est. La relance des relations germano-roumaines en janvier 1967 ne fait qu’attiser les inquiétudes polonaises. Ainsi, au mois de février suivant, Gomulka persuade l’ensemble des pays du pacte de Varsovie, URSS incluse, de fixer une série de préalables à l’établissement de relations diplomatiques avec Bonn : la RFA doit reconnaître la ligne Oder-Neisse, la RDA et l’invalidité des accords de Munich ; elle doit renoncer aux armes nucléaires140. Ces dispositions sont entérinées en avril 1967 par la conférence des partis communistes européens qui se réunit à Karlovy-Vary, ville thermale de l’ouest de la Tchécoslovaquie, sans la Roumanie et la Yougoslavie.

  • 141 Garton Ash T., Au nom de l’Europe : l’Allemagne dans un continent divisé, Paris, Gallimard, 1995, p (...)
  • 142 Selvage D., art. cit., p. 89.

121Il est entendu désormais que les États du pacte de Varsovie refuseront d’établir des relations diplomatiques avec la RFA tant que le gouvernement de Bonn ne reverra pas complètement sa politique. L’Ostpolitik est perçue comme une campagne revancharde ouest-allemande visant à déstabiliser le bloc de l’Est141. Gomulka en profite pour appeler à la conclusion d’un accord multilatéral de renonciation à la force par tous les États d’Europe. Cela passerait par une conférence européenne sur la sécurité dont l’avantage, pour les Polonais, serait de conduire la RFA à reconnaître la frontière Oder-Neisse et de fixer le statu quo tout en empêchant un condominium germano-soviétique sur le non-recours à la force142.

122C’est dans cette optique que Rapacki revient sur le projet de conférence auprès de Couve de Murville dès le 27 janvier 1967. L’entretien revêt une importance toute particulière dans la mesure où sont exposés les arguments et les idées qui, de part et d’autre, seront réitérés jusqu’en 1975. Selon Rapacki, il importe d’aboutir à un accord « sur la non-utilisation de la force et la non-ingérence entre États européens ». Le ministre polonais pose ainsi les bases d’une longue liste de principes que les pays de l’Est n’abandonneront plus jusqu’à ce qu’ils soient parvenus à leurs fins. Il propose tout d’abord d’institutionnaliser la CSE en en faisant une véritable organisation sur la sécurité européenne, ce qui est inacceptable à l’Ouest en raison du risque de marginalisation que cela ferait courir aux Communautés européennes et à l’Otan.

  • 143 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

123Par ailleurs, la réunion telle qu’elle est considérée par la Pologne comprend une négociation de bloc à bloc davantage que d’État à État. Couve, fidèle aux conceptions gaulliennes, repousse cette idée : l’une des principales questions qui se posent à l’Europe a trait à la présence de troupes étrangères ; or cette question ne peut être traitée par un arrangement entre les pactes. Le ministre français explique que « dans la situation internationale actuelle, il serait difficile de discuter aussi longtemps que continue la guerre du Vietnam ; si les discussions devaient porter sur un allégement des occupations militaires étrangères, on dirait que les États-Unis ont ainsi pu dégager des forces militaires pour les envoyer au Vietnam143 ».

  • 144 Note de la direction des Affaires politiques, 19 janvier 1967. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes i (...)

124Couve de Murville sait que les Polonais n’ont pas abandonné leurs projets sur la non-dissémination. Dans sa démonstration, il se réfère implicitement au dernier en date, le plan Lachs. Alors que les plans Rapacki et Gomulka atteignaient l’ensemble du dispositif nucléaire américain, le nouveau plan vise les pays non-nucléaires d’Europe centrale à qui on prévoit d’exiger un renoncement total à produire ou acquérir des armements nucléaires. Les puissances nucléaires sont autorisées, elles, à stationner des armes dans cette zone, ce qui fait tomber les objections aux plans Rapacki et Gomulka. Pour les Français, toujours aussi réticents à aborder la question, « les vrais problèmes apparaissent par le biais du contrôle » que les Polonais souhaitent voir exercer par l’Agence internationale de l’énergie atomique. Cela pose un gros problème à la France « dans la mesure où, en Europe de l’Ouest, elle est la seule puissance continentale nucléaire et où le contrôle de l’AIEA risque d’être une source de graves difficultés pour son approvisionnement en matières fissiles144 ».

125Maurice Couve de Murville adopte une position caractéristique de l’attitude française pendant les dix années de négociations Est-Ouest à venir : une conférence sur la sécurité européenne ne doit pas aborder le thème du désarmement et de la non-dissémination. En bref, la France préfère envisager des discussions sur les aspects politiques de la sécurité plutôt que sur ses aspects militaires. Or, le ministre du général de Gaulle est persuadé que si une conférence avait lieu, l’ordre du jour porterait essentiellement sur le problème nucléaire. Voilà pourquoi, dit-il, « nous sommes un peu désintéressés dans cette affaire ». Le discours tranche avec les propos qu’il a tenus le mois précédent au cours d’une visite de Kossyguine et Gromyko à Paris, visite au terme de laquelle de Gaulle avait accepté de discuter de la question de la conférence européenne.

  • 145 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.
  • 146 Tg. no 422-27, d’Olivier Wormser, 4 février 1967. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

126En réalité, la différence ne tient pas à une évolution de la position française entre début décembre 1966 et fin janvier 1967 mais à l’interlocuteur concerné. Le projet soviétique de conférence apparaît plus vague et par conséquent son contenu plus ouvert que le projet polonais, fondé sur le thème de la non-dissémination. Couve de Murville dit ne pas s’opposer à une réunion de tous les États du continent dans laquelle on aborderait tous les problèmes européens mais il souligne, une fois encore, le souci posé par la participation des deux Allemagne et des États-Unis. D’une part, « vouloir réunir ensemble les Allemands de l’Ouest et ceux de l’Est, c’est supposer le problème résolu » ; d’autre part, « quand on parle avec les Scandinaves, on voit qu’ils n’imaginent pas une non-participation des États-Unis145 ». Il est en outre hors de question pour Paris de geler le statu quo politique et territorial en Europe. D’où le reproche fait aux Italiens de s’être précipités dans la gueule du loup en donnant un accord clair et net début 1967 quant à l’organisation d’une conférence et à la consolidation de la division européenne146.

127Pourtant, la France ne souhaitant pas courir le risque d’une mise au ban du dialogue Est-Ouest, elle ne peut refuser catégoriquement le projet de CSE. Il constitue l’un des thèmes essentiels des relations entre Européens dans la deuxième moitié de la décennie 1960 : nombre de pays occidentaux ou neutres acceptent, dès 1967, d’envisager une réunion paneuropéenne sur la sécurité. Outre l’Italie, c’est le cas de la Grande-Bretagne, du Danemark, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Autriche, de la Suède, de la Norvège et de la Finlande. Français et Allemands restent en fin de compte les plus réservés, soucieux de ne rien accepter qui puisse compromettre la réunification allemande.

128Le couple franco-allemand paraît alors retrouver sa position de moteur de l’Europe occidentale. Sur quelques-uns des points les plus importants de leur politique à l’Est, de Gaulle et le duo Kiesinger/Brandt adoptent une attitude similaire : il en va ainsi de la nécessité d’approfondir le dialogue avec tous les pays communistes, de préserver les chances d’une réunification allemande et de faire en sorte que la RFA renonce à posséder l’arme nucléaire. Mais l’accord est cependant loin d’être complet. À propos de la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse, Kiesinger ne va pas dans le sens du général de Gaulle en raison de l’opposition qu’elle susciterait chez les douze millions de réfugiés issus de Poméranie, de Silésie et de Prusse orientale – récupérées par la Pologne en 1945 – installés en RFA. Brandt, lui, juge au contraire que la reconnaissance de la frontière germano-polonaise est indispensable à la bonne marche des relations entre Bonn et les pays de l’Est.

  • 147 Schoenborn B., op. cit., p. 305-307.

129Sur la perception de l’URSS aussi, le chancelier allemand ne partage pas les positions françaises, estimant que de Gaulle ne prend pas toute la mesure de l’importance de l’idéologie dans la politique soviétique, ce qui, à ses yeux, se révèle dangereux. Enfin, même si la France a une réelle influence sur l’Ostpolitik telle qu’elle se développe à Bonn, les visions sur la place de chacun dans les relations Est-Ouest varient selon le côté du Rhin où l’on se trouve. Pour Egon Bahr, l’un des pères de la politique ouest-allemande à l’Est et proche conseiller de Brandt, la France se borne seulement à aider la RFA dans la mise en œuvre de sa politique. Au contraire, de Gaulle entend jouer le rôle d’intermédiaire entre l’Allemagne et la Russie147, les satellites de l’URSS étant relégués au second plan.

  • 148 Ibid., p. 82.
  • 149 Ibid., p. 308.

130De fait, dès le printemps 1967, la dynamique franco-allemande en matière de politique orientale perd de la vitesse : Brandt tente de diversifier les appuis occidentaux à sa politique, notamment en se tournant vers les États-Unis, afin de ne pas laisser les Français contrôler ses orientations148. De son côté, de Gaulle maintient quelques appréhensions sur la position ouest-allemande à l’égard de l’arme nucléaire tout en pensant que si la RFA ne signe pas le TNP, cela donnera à la France un moyen de faire pression sur l’URSS si jamais elle modifie son comportement vis-à-vis de Paris : la France menacerait alors Moscou d’associer Bonn à la force nucléaire française149.

  • 150 Entretien Pompidou/Kossyguine, 4 juillet 1967, Moscou ; entretien de Gaulle/Zorine, 4 octobre 1967, (...)

131L’attitude défensive des pays du pacte de Varsovie à l’égard de l’Allemagne exprimée à Karlovy-Vary compromet également la vision gaullienne de l’Europe. De Gaulle doute de plus en plus de la sincérité des Russes et de l’efficacité de la coopération franco-soviétique. Aussi, quand les Soviétiques réitèrent leur proposition quant à une réunion de tous les pays d’Europe, le président et son premier ministre Georges Pompidou esquivent le sujet en opposant le manque de considération portée par les dirigeants de l’Est à la politique du gouvernement Kiesinger150. Hormis la Grande-Bretagne, les puissances majeures de l’Ouest refusent toujours de s’engager dans un processus visant d’abord et avant tout à entériner le statu quo politique et territorial européen. La France n’entend toujours rien accepter qui puisse compromettre les chances de l’Allemagne de se réunifier un jour. Ainsi, l’URSS se trompe lorsqu’elle croit voir en de Gaulle un défenseur du statu quo allemand. Le malentendu reste de mise quant aux objectifs de la coopération paneuropéenne.

Le désenchantement

  • 151 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

132L’idée de CSE revient en permanence sur le devant de la scène durant les conversations franco-soviétiques qui s’étalent entre l’automne 1967 et le printemps 1968. Mais la France demeure réticente à tout engagement dans la préparation d’une conférence. Pourquoi accepterait-elle une conférence multilatérale au cours de laquelle elle risquerait de perdre le bénéfice que lui confèrent ses relations bilatérales avec l’ensemble des États d’Europe151 ? Le président français a largement prouvé depuis 1958 qu’il n’était pas un adepte du multilatéralisme. Le bilatéralisme, fondement même de la détente voulue par le Général, rend possible le fait de jouer sur la spécificité de chaque pays de l’Est. Par ailleurs, de Gaulle comprend très bien que la proposition de CSE, en tant qu’outil de propagande visant à créer un dialogue avec les Occidentaux, peut servir à un rapprochement soviéto-américain, d’où la nécessité d’être prudent : la France doit être un pont entre l’Est et l’Ouest mais ce pont ne doit pas relier Washington à Moscou.

  • 152 Maurice Couve de Murville dans l’avion pour la Pologne, le 6 septembre 1967. Peyrefitte A., op. cit (...)

133Même si elle n’ébranle pas les certitudes les plus solides du Général quant au rôle de la France en Europe, la période qui s’ouvre à l’automne 1967 met en évidence les limites de la politique gaullienne de détente. Le séjour du président en Pologne du 6 au 12 septembre 1967 constitue un moment essentiel de cette remise en question. Le but du voyage, selon Couve de Murville, est « de désengager l’Europe du système des blocs, d’accentuer l’ouverture des pays de l’Est, mais en reconnaissant comme un fait acquis l’intangibilité des frontières152 » en Europe, à l’exception de la frontière interallemande. C’est donc sur un compromis entre d’une part le combat pour le dépassement du statu quo politique et d’autre part l’affirmation du statu quo territorial qu’est basée la visite du Général. Ce compromis s’avère très difficile à maintenir lorsqu’il s’agit pour de Gaulle de plaider la cause de l’Ostpolitik de Bonn tout en donnant satisfaction aux Polonais sur la question des frontières. En parallèle, il doit encourager la Pologne à se montrer plus indépendante sans froisser la susceptibilité soviétique.

  • 153 Entretien de Gaulle/Gomulka, 11 septembre 1967, Varsovie. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

134Le président français, en essayant de rassurer Gomulka sur les intentions allemandes, souligne les efforts de la France pour encadrer la RFA. Il répond ainsi aux inquiétudes formulées par Rapacki quelques mois auparavant. De Gaulle ne manque pas de faire référence, tout au long de son séjour, à la traditionnelle amitié qui lie la Pologne et la France et insiste sur le fait que la sécurité en Europe ne peut exister qu’à travers la détente et l’entente entre États et non par le biais d’une opposition futile de deux blocs. Mais le dirigeant polonais ne l’entend pas de cette façon. D’une part, il réaffirme sa solidarité avec l’URSS ; d’autre part, il indique que la politique polonaise à l’égard de la question allemande est plus dogmatique encore que la politique soviétique. Cela explique la différence contenue dans les projets de conférence européenne avancés par Moscou et Varsovie à propos des mesures de désarmement nucléaire et de non-recours à la force. Les Polonais veulent une CSE ayant des résultats concrets et craignent que les Russes usent de la proposition à des fins de pure propagande. À ce sujet, de Gaulle répète à Gomulka qu’une conférence n’est possible qu’une fois le problème allemand réglé153. L’impasse est totale, aucune concession sur l’Allemagne n’étant envisagée au sein du gouvernement de Varsovie.

  • 154 Martin G., « Grandeur et dépendances. The dilemmas of Gaullist foreign policy, September 1967 to Ap (...)
  • 155 Soutou G.-H., « De Gaulle’s France and the Soviet Union from Conflict to Détente », art. cit., p. 1 (...)

135Le voyage en Pologne ne constitue par conséquent qu’un demi-succès. Il est clair désormais que si les États d’Europe orientale applaudissent la politique française lorsqu’elle affaiblit la solidarité occidentale, leurs dirigeants rechignent à imiter la France154. La certitude de de Gaulle selon laquelle ces pays veulent s’émanciper de la tutelle soviétique est ainsi battue en brèche155. Si les contacts entre Paris et les gouvernements de l’Est se maintiennent dans les mois qui suivent, le Général et quelques fonctionnaires du Quai d’Orsay comprennent que les pays socialistes utilisent la France comme tremplin pour accéder à la RFA et aux États-Unis, dont l’influence est bien plus importante en Occident que celle de Paris. Ils sentent aussi qu’il sera difficile d’entamer la volonté soviéto-polonaise de consécration du statu quo politique et territorial en Europe. En témoigne la permanence des propositions de CSE, dont le but ultime reste identique au fil des échanges.

  • 156 Note SDEC, 13 octobre 1967. AMAE, Cabinet du ministre, Couve de Murville. Allemagne, mai 1960-mai 1 (...)
  • 157 Note SDEC, 2 octobre 1967. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1545.
  • 158 Schoenborn B., op. cit., p. 310.
  • 159 Cité par Schoenborn B., op. cit., p. 309.

136La déception des Français est manifeste. Le constat d’échec de la politique à l’Est de Brandt, imputé à la pression de Varsovie, Berlin-Est et Moscou sur leurs voisins156, ajoute au désenchantement : le voyage en Pologne a agi en RFA comme un révélateur des tensions entre partisans et opposants à l’Ostpolitik157. Durant l’été 1967, Brandt doit en effet faire face à l’hostilité de Kiesinger et de la CDU, qui lui déconseillent d’établir un contact direct avec le Kremlin158 : le chancelier juge trop sévère la position soviétique vis-à-vis de Bonn, surtout après les nombreuses conditions posées par le pacte de Varsovie à l’établissement de relations diplomatiques entre les pays de l’Est et la République fédérale. Dans ce contexte, la déclaration du général de Gaulle à Zabrze – ville de Silésie restée allemande jusqu’en 1945 – selon laquelle elle est « la ville la plus polonaise de toutes les villes polonaises159 » déchaîne les passions en RFA au sujet de la reconnaissance de l’Oder-Neisse.

  • 160 Entretien de Gaulle/Zorine, 4 octobre 1967, Paris. AN, 5 AG 1 188. URSS. 1967-1969.
  • 161 Entretien Alphand/Zorine, 20 septembre 1967, cité par Martin G., art. cit., p. 40.

137Aussi, quand Zorine propose à de Gaulle d’organiser des consultations sur le thème d’une future CSE, le Général continue d’hésiter. Suggérant de remplacer les blocs militaires par une conférence afin de régler les problèmes liés à la sécurité du continent160, l’ambassadeur soviétique fonde son argumentation sur la seule idée susceptible de séduire les Français – la dissolution des alliances – sans considérer la totalité des paramètres de la politique gaullienne de détente : on a vu que la France considère l’Alliance atlantique comme indispensable à la sécurité de l’Europe occidentale et n’entend pas s’en dégager. Le secrétaire général du Quai d’Orsay Hervé Alphand en déduit que la manœuvre des Russes consiste avant tout à désolidariser la France de l’Occident161. La crainte de l’instrumentalisation demeure prégnante mais la France ne peut se permettre d’opposer un non catégorique à l’URSS. La prudence est donc de mise, d’autant que les rapports entre la RFA et les pays de l’Est ne cessent de se dégrader à mesure qu’approche la fin de l’année 1967.

  • 162 Note SDEC, 26 janvier 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.
  • 163 Le NDP est créé dans les années 1960 par d’anciens nazis nostalgiques du Troisième Reich. Remportan (...)
  • 164 Tg. no 4952 à 4995, d’Olivier Wormser, 8 décembre 1967. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

138Au tournant de 1967 et 1968, les Soviétiques durcissent encore leur attitude à l’égard de Bonn – nous venons de voir que l’inverse est également vrai – et intensifient leur propagande anti-allemande. Ils multiplient par ailleurs les conditions à la signature d’une déclaration sur le non-recours à la force, voulue par Kiesinger162. En décembre 1967, Moscou s’adresse au gouvernement français au sujet de la « sensible croissance de l’activité des forces néo-nazies et militaristes en RFA ». L’URSS s’insurge en particulier contre la volonté d’un nouveau parti « national-démocrate » de remanier les frontières européennes163. Elle demande à la France de l’aider à faire appliquer l’accord de Potsdam sur le respect des frontières, l’extermination du nazisme et du militarisme allemands et la démilitarisation de l’Allemagne164. Le tout confère un argument supplémentaire à la nécessité de réunir une CSE.

  • 165 Entretien Couve de Murville/Zorine, 4 janvier 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.
  • 166 Tg. no 320/327, d’Olivier Wormser, 29 janvier 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

139Un mois plus tard, l’offensive soviétique contre Bonn s’accentue : l’ambassadeur Zorine se plaint auprès de Couve de Murville de la multiplication des liens de toute sorte entre la RFA et Berlin-Ouest ; la partie occidentale de la ville n’appartenant officiellement pas à la République fédérale, le ministre français promet de freiner ce processus avec l’aide des Américains et des Britanniques165. Enfin, à la fin janvier 1968, Andreï Gromyko prie la France d’intervenir auprès du chancelier Kiesinger afin qu’il signe le traité sur la non-prolifération en vue de prévenir tout accès allemand à l’arme nucléaire. Les Français, n’ayant pas l’intention eux-mêmes de signer le TNP, n’envisagent pas de forcer les Allemands à le faire166. Ainsi, à l’hiver 1967-1968, la France semble, aux yeux des dirigeants du Kremlin, un simple intermédiaire entre Moscou et Bonn.

  • 167 Note SDEO, non datée, « Voyage de M. Kovalev en France ». AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

140Pourtant, dans les premiers jours de février 1968, Paris accepte l’organisation de consultations en vue de la préparation d’une conférence. Il s’agit d’un réel pas en avant. L’accord est donné à Anatoly Kovalev, directeur de la première section européenne du MID, lors de son séjour en France. Néanmoins, contrairement au désir russe d’institutionnaliser ces consultations par le biais d’une commission ad hoc, le directeur des Affaires politiques Jacques de Beaumarchais impose que cela se fasse par la voie diplomatique bilatérale, le recours à une commission étant possible si les conversations franco-soviétiques progressent rapidement167. Le nouvel argument de Moscou sur la renaissance du nazisme en Allemagne demeurant peu considéré en France, comment expliquer l’acquiescement du Quai d’Orsay, qui va ainsi plus loin que la position exprimée par le général de Gaulle, à l’égard de la conférence ?

  • 168 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 392.

141La réponse est simple : Paris doit composer avec un nouveau concurrent en matière de détente Est-Ouest, l’Alliance atlantique. En ce début d’année 1968, le modèle de détente voulu par le général de Gaulle paraît en effet de plus en plus compromis ; un nouveau modèle commence à émerger, bien différent de celui prôné par le président français. Il s’agit d’une détente au cours de laquelle les deux Grands et leurs alliances respectives tiendraient le haut du pavé ; en d’autres termes, cela représente tout ce contre quoi lutte le Général : une détente de bloc à bloc tendant à la reconnaissance du statu quo. Une telle idée se situe dans la droite lignée du discours du président Johnson du 7 octobre 1966 dans lequel il dit souhaiter que son pays prenne la tête du rapprochement avec l’Est168.

  • 169 Bozo F., « De Gaulle, l’Amérique et l’Alliance atlantique. Une relecture de la crise de 1966 », Vin (...)

142Surtout, cela correspond au programme défini par le rapport Harmel sur les futures tâches de l’Alliance adopté par les alliés le 14 décembre 1967. Le rapport, du nom du ministre belge des Affaires étrangères Pierre Harmel qui l’a initié, constitue la réponse des États-Unis et de l’Otan au défi lancé par de Gaulle, en mars 1966, au moment du retrait de la France du commandement intégré. Il en appelle à un rôle croissant de l’Alliance atlantique dans les rapports Est-Ouest. Après une année de négociation et beaucoup d’hésitation, la France se rallie à ses quatorze alliés et accepte le rapport. La situation est délicate pour la diplomatie gaullienne : d’une part, les alliés reconnaissent la nécessité d’une politique atlantique vers l’Est ; d’autre part, les États-Unis « otanisent » le rapprochement Est-Ouest et consacrent leur leadership politique169. Qui plus est, alors que, pour la France, seule la disparition de la logique des blocs permettrait de mettre fin aux tensions, la conception américaine de la détente repose sur le renforcement de l’intégration politique et militaire occidentale.

  • 170 Martin G., art. cit., p. 36.

143En outre, de Gaulle ne peut refuser le rapport Harmel dans la mesure où, au moment de son adoption en décembre 1967, il oppose une seconde fin de non-recevoir à la candidature britannique à l’adhésion au Marché commun. Un refus de la nouvelle politique atlantique équivaudrait à un isolement international de la France170. Le Général craint notamment une rupture avec l’Allemagne, favorable à la fois aux conclusions du rapport Harmel et à l’adhésion britannique. De plus, de Gaulle a besoin du soutien de ses partenaires dans la réforme du système monétaire international, qu’il souhaite fondé sur l’or et non plus sur le dollar.

  • 171 Rapport Harmel cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 195.
  • 172 C’est tout le sens de la déclaration du sénateur démocrate Mike Mansfield qui envisage le 10 janvie (...)

144C’est dans cette même optique de contournement de l’isolement que Paris accepte les discussions sur la conférence et décide de rester à l’écart de la politique de détente « intégrée » de ses alliés qui prévoient, début 1968, de mettre en œuvre « des mesures de désarmement et de contrôle pratique des armements tendant à une réduction équilibrée des forces des deux parties en présence171 ». L’« appel de Reykjavik » de juin 1968 est, nous le verrons, le catalyseur de ces préoccupations occidentales et en premier lieu américaines. Par ce biais, Washington tente de répondre à l’opinion publique des États-Unis de plus en plus préoccupée par le poids financier de l’engagement militaire en Europe172. De Gaulle, réticent à toute négociation sur la réduction équilibrée des forces, perçoit d’un très mauvais œil les nouvelles orientations américaines qui rappellent fortement les plans Rapacki et Gomulka.

145Le 23 avril 1968, lorsque Couve de Murville accepte, devant l’ambassadeur Zorine, de fixer le début des discussions franco-soviétiques sur la CSE pour le début du mois de mai, il refuse que soient abordées toutes les questions nucléaires mentionnées par le plan Rapacki. Il estime que les objectifs soviétiques sur le contrôle des armements nucléaires sont identiques à ceux en faveur du TNP, que la France ne compte pas signer. Le diplomate russe se livre à une véritable opération de séduction visant à montrer que les buts de la future conférence sont en totale adéquation avec les intérêts de la France : il s’agit de parvenir à l’inviolabilité des frontières, au refus des armes nucléaires ouest-allemandes, à la coopération sur la base de la souveraineté et de l’indépendance nationale et à la non-ingérence dans les affaires intérieures.

  • 173 Entretien Couve de Murville/Zorine, 23 avril 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.
  • 174 Entretien Couve de Murville/Zorine, 4 janvier 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666. (...)
  • 175 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968, Washington. AN, 5 AG 1 202. États-Unis. 1966-1969.

146Mais Couve insiste auprès de Zorine sur le fait que le problème central d’une réunion de la sorte reste l’Allemagne173. Il maintient l’argument selon lequel rien n’est possible sans une amélioration des rapports interallemands. Mais, au fond, une autre question entretient les réticences françaises : la conférence devra commencer par confirmer les droits et responsabilités quadripartites sur l’Allemagne et sur Berlin, dans le but d’éviter qu’elle ne porte atteinte au droit de regard et d’intervention que possèdent la France, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’URSS quant au sort de l’Allemagne174. En d’autres termes, la confirmation de ces droits et responsabilités devra préserver d’une part le statut de puissance victorieuse de la Seconde Guerre mondiale que détient la France, d’autre part le droit de l’Allemagne à être un jour réunifiée. Cette exigence française vise à ôter à la CSE toute prétention à entériner la division allemande. Le successeur de Couve à partir de mai 1968, Michel Debré, confirme cette position175.

1968 : l’intérêt nouveau du Quai d’Orsay pour le projet soviétique

  • 176 Le taux de satisfaits passe de 52,6 % au premier semestre 1967 à 49,5 % au second, tandis que celui (...)
  • 177 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 649.
  • 178 Ibid., p. 346.
  • 179 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 196.

147Quand s’apprêtent à débuter les entretiens sur la conférence, il devient clair, pour le Quai d’Orsay comme pour l’Élysée, que la population française approuve de moins en moins la politique de grandeur menée par de Gaulle, même s’il ne faut pas exagérer le poids de la politique étrangère dans les fluctuations de l’opinion publique. Dès la deuxième moitié de 1967, ce sont les fondements mêmes de la diplomatie gaullienne que les citoyens commencent à remettre en question : le principe du strict bilatéralisme, celui de l’indépendance inconditionnelle et la critique exacerbée de la politique américaine176. Le voyage au Canada et la guerre au Proche-Orient marquent cette inflexion. Le « Vive le Québec libre ! » lancé par le Général depuis le balcon de l’hôtel de ville de Montréal le 24 juillet 1967 est majoritairement désapprouvé par l’opinion publique177. La prise de position à l’encontre d’Israël et des États-Unis pendant la guerre des Six Jours est elle aussi critiquée par la population, encore très attachée à l’amitié franco-américaine et franco-israélienne, de même qu’elle l’est par l’ensemble de la presse – qui se montre en général plutôt réservée à l’égard de la politique extérieure gaullienne – à l’exception de L’Humanité178. En janvier 1968, les Français ne sont plus que 34 %, contre 46 % en décembre 1965, à estimer que la France garde les moyens de mener une politique étrangère indépendante179.

  • 180 Ibid., p. 196.

148La révolte étudiante et les troubles sociaux du printemps 1968 ne font que confirmer cette évolution. Les Français souhaitent une réévaluation des priorités nationales : en août 1967, 22 % d’entre eux pensent que la politique étrangère constitue le problème le plus important pour la France ; ils ne sont plus que 15 % en mai 1968 et 9 % en septembre 1968. L’État doit donc revoir l’ordre des questions à traiter, ce qui se traduit immanquablement « par un rétrécissement de la marge de manœuvre internationale du pays180 ». En ce même mois de mai, les discussions franco-soviétiques sur la CSE débutent. La France porte à la question une attention jusqu’alors jamais égalée. On perçoit clairement la volonté du Quai d’Orsay de sortir des excès de l’« indépendance » et du strict bilatéralisme privilégié depuis 1958. Mais cette volonté ne semble guère partagée par le général de Gaulle qui, lui, maintient le cap de la politique d’indépendance tous azimuts.

149Les élections législatives de juin 1968, desquelles les gaullistes sortent largement victorieux, le confirment dans ce choix. Couve de Murville remplace Pompidou à la tête du gouvernement et Michel Debré, gaulliste de stricte obédience, est nommé au ministère des Affaires étrangères. Ce dernier se dit déterminé à défendre avec intransigeance le principe de l’indépendance nationale. Ainsi, le 24 août 1968, de Gaulle ordonne la première explosion thermonucléaire française dans le Pacifique alors que le traité sur la non-prolifération a été signé un mois auparavant.

  • 181 Tg. no 3125/30, de François Seydoux, 11 juin 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

150C’est une diplomatie française à deux vitesses qui se développe au printemps 1968 : de Gaulle et Debré persistent et signent ; la direction des Affaires politiques et la direction d’Europe adoptent une attitude plus allante. De son côté, Moscou fait savoir à la France que la crise de mai 1968 n’entame pas leurs relations mais que « les Allemands voient dans la crise française l’occasion de troubler la coopération franco-soviétique ». Aussi les Soviétiques en appellent-ils à un renforcement des échanges entre les deux pays181. Le besoin d’entretenir de bonnes relations avec l’Ouest est trop fort pour que le Kremlin prenne le risque de se mettre la France à dos.

  • 182 Note SDEO, 2 juillet 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

151Finalement, le voyage de de Gaulle en Roumanie du 14 au 18 mai 1968 apparaît comme le symbole de cette diplomatie à deux vitesses. Alors que le Général entend encourager la politique d’indépendance de Ceausescu et ainsi monter en exemple sa propre conception de la détente, une partie des Français conteste ouvertement ses orientations, et les responsables des relations avec l’Est au Quai d’Orsay se lancent dans une aventure bientôt multilatérale. Cela est d’autant plus flagrant que la Roumanie est alors le seul pays de l’Est à négliger le projet de CSE182. Le sujet n’y est donc pas abordé au cours du voyage.

Photographie 2. – Charles de Gaulle (1890-1970) et le président roumain Nicolae Ceausescu à Craïova (Roumanie), le 16 mai 1968.

  • 183 Note SDEO, 3 mai 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

152Au ministère français des Affaires étrangères, le renouveau de l’intérêt pour la conférence paneuropéenne et l’organisation de discussions franco-soviétiques sur le sujet s’accompagnent d’une série de réflexions nouvelles à propos des objectifs que cherchent à atteindre les Russes à travers une telle réunion. Le thème de la dissolution des alliances, souvent développé par Moscou pour séduire la France, ne passe pas inaperçu à Paris : on y est persuadé que l’approche de l’année 1969, durant laquelle est prévu le renouvellement de l’Alliance atlantique, pousse l’URSS à offrir aux pays d’Europe occidentale la perspective d’une solution de rechange, sous forme d’un système européen de sécurité. Sans renier cette idée mais sans vouloir à aucun moment remettre en question l’Alliance atlantique, les Français estiment que le malaise qui caractérise, au printemps 1968, les rapports internes parmi les membres du pacte de Varsovie ne rend guère possible un accord sur la sécurité européenne dans un avenir proche183. Il s’agit en effet d’un facteur essentiel à considérer pour appréhender la position de la France à propos de la conférence.

  • 184 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 483.

153L’arrivée au pouvoir du communiste réformateur Alexandre Dubcek en Tchécoslovaquie en janvier 1968, avec l’accord de Moscou, marque le besoin à l’Est de libéraliser, toutes proportions gardées, la vie politique et de réformer l’économie. Conscient des raisons qui ont provoqué une intervention armée soviétique en Hongrie en 1956, Dubcek ne souhaite nullement, du moins au départ, remettre en cause la prééminence du Parti « dans l’État et la société ». Il prévoit une réforme de la société fondée sur l’autogestion : le Parti serait dégagé de l’économie et de la gestion administrative du pays pour se consacrer à la définition des orientations politiques184. Les autres pays de l’Est, en particulier la RDA et la Bulgarie, s’inquiètent vivement des risques de remise en question totale du monopole du parti communiste en Tchécoslovaquie. Alors que le printemps de Prague emporte progressivement Dubcek dans une vague réformatrice, la tension monte au sein du pacte de Varsovie. Les Français ne voient pas comment on pourrait parvenir, dans ces conditions, à l’adoption d’un plan collectif et novateur sur la sécurité.

  • 185 Jean Laloy, spécialiste de l’URSS et figure éminente de la diplomatie française, a incarné, après l (...)
  • 186 Note SDEC, 3 mai 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.
  • 187 Rapport français auprès de l’Otan sur la politique de l’URSS et des pays d’Europe orientale, 9 mai (...)
  • 188 Tg. no 685/86, de Seydoux, 4 juin 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 20 (...)

154Pourtant, l’expérience tchèque constitue aussi une occasion de privilégier une détente multilatérale. C’est ce que pensent un certain nombre de diplomates, qui deviennent en France les principaux défenseurs du projet de CSE, à condition que les Occidentaux prévoient d’y inclure des éléments favorables à l’ouverture du bloc de l’Est. Parmi ces diplomates, on trouve Jacques Andréani, sous-directeur d’Europe orientale et futur chef de la délégation française à la CSCE. Il est au Quai d’Orsay l’un des tenants du courant atlantiste fidèle à Jean Laloy185. Selon lui, la volonté des satellites de s’ouvrir davantage à l’Occident pourrait s’exprimer lors d’une conférence paneuropéenne186. C’est l’un des avantages les plus importants que la France pourrait tirer d’une conférence, qui deviendrait ainsi l’inverse de ce que veut Moscou, c’est-à-dire un moyen de dépasser le statu quo politique et territorial européen. De ce point de vue, l’idée d’une large coopération paneuropéenne n’est pas contraire aux intérêts de l’Europe occidentale187. Aussi la France propose-t-elle à ses alliés de recueillir un maximum d’informations sur la vision que se fait Moscou de la conférence et d’entamer des consultations entre Occidentaux sur la CSE « afin d’avoir une vision plus nette de l’objet réel de la négociation188 ». La volonté de concertation avec les alliés est claire mais il ne faut pas y voir – bien que la France ait approuvé le rapport Harmel – un besoin soudain de développer la coopération atlantique en matière de relations Est-Ouest. Ce sont des raisons pratiques qui conduisent la diplomatie française à user de ce cadre : il s’agit, par la mise en commun des informations glanées par chaque pays membre, de vérifier si les Soviétiques disent la même chose à tout le monde afin de déterminer leurs objectifs précis. Néanmoins, cela reste le fait du Quai d’Orsay ; l’Élysée ne s’intéresse ni au projet ni aux pourparlers qui en découlent, qu’ils soient avec l’Est ou avec l’Ouest.

  • 189 Entretien Beaumarchais/Oberemko, 8 mai 1968, Paris. AMAE, Secrétariat général, Entretiens et messag (...)

155Le 8 mai 1968, lors de la première réunion officielle franco-soviétique consacrée exclusivement à la CSE, Jacques de Beaumarchais prévient d’emblée ses interlocuteurs de l’ambassade d’URSS, Messieurs Oberemko et Doubinine, que, pour la France, une telle réunion ne peut être conçue sans représentation des Allemands de l’Est et de l’Ouest. Il suggère que l’URSS encourage la RDA à améliorer ses relations avec sa voisine occidentale pendant que la France ferait pareil avec la RFA. « C’est en cela que consisterait la véritable préparation d’une conférence européenne189. » Il importe d’inciter Berlin-Est et Moscou à sortir de leur attitude fermée à l’égard de l’Ostpolitik de Bonn. Beaumarchais tente de rassurer Oberemko sur les intentions de la RFA : tant que la France l’encadre, l’URSS n’a rien à craindre. Cela est évidemment contestable mais permet à la France de préserver son rôle d’interlocuteur privilégié. Or, malgré les assurances soviétiques, elle l’a en réalité déjà perdu au profit des États-Unis et de la République fédérale, si toutefois elle en a un jour bénéficié.

  • 190 Haftendorn H., « The link between CSCE and MBFR. Two sprouts from one bulb », in Wenger A., Mastny (...)

156L’autre souci de la direction d’Europe concerne la question de la dissolution des alliances et, surtout, celles du retrait des troupes étrangères, de la liquidation des bases étrangères et de la création de zones dénucléarisées. Si la France maintient son opposition à toute conférence qui serait le corollaire des plans Rapacki et Gomulka, son refus ne s’adresse pas seulement aux pays de l’Est. En effet, en application du rapport Harmel et aussi parce que l’administration Johnson veut faire pièce aux projets du sénateur Mansfield et retirer des forces américaines d’Europe pour les envoyer au Vietnam, les quatorze « pays participants au programme de défense intégrée de l’Alliance » procèdent à l’« appel de Reykjavik » le 25 juin 1968. Ils proposent une réduction mutuelle et équilibrée des forces en Europe (Mutual and Balanced Forces Reduction, MBFR). Pour le gouvernement français, il est hors de question de s’associer à l’appel : Paris considère cela comme un piège aussi dangereux que les projets polonais ; les Français craignent que, comme ces derniers, une réduction des forces ne produise un vide militaire au cœur de l’Europe190 et n’expose les Européens de l’Ouest à la menace soviétique : tandis que les troupes américaines se replieraient aux États-Unis, l’Armée rouge, basée en Ukraine, ne serait qu’à quelques centaines de kilomètres des frontières ouest-allemandes ou françaises. En cas de guerre, l’Europe occidentale serait à la merci des Soviétiques.

  • 191 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, op. cit., p. 60.

157Les Français jugent par ailleurs qu’une telle négociation conférerait un rôle central aux États-Unis et à l’URSS qui passeraient outre les intérêts sécuritaires des Européens. De plus, la coordination alliée devrait certainement se faire par le biais des comités militaires de l’Otan auxquels la France ne participe plus. « Dans ces conditions, aborder le problème de la sécurité européenne par le biais de l’arms control revient aux yeux des dirigeants français à consolider la “structure des blocs” et à perpétuer ainsi la division de l’Europe191. »

  • 192 Ibid., p. 60.

158Pour les quatorze pays de l’organisation intégrée, l’appel de Reykjavik envoie un signal à l’Est en signifiant que l’Ouest prend la détente au sérieux et démontre sa volonté de désarmer. Ils ne se font guère d’illusion sur la réaction du pacte de Varsovie et, de fait, ne se préoccupent pas des conséquences stratégiques et politiques de leur initiative. La France dénonce l’attitude occidentale et enjoint ses partenaires à se méfier des implications de leur appel. Mais, comme prévu, les pays de l’Est ne réagissent pas à la proposition, trop préoccupés par l’évolution de la Tchécoslovaquie : il leur faut préserver leur intégrité militaire en vue d’une probable intervention à Prague192.

159En parallèle à la proposition sur la réduction des forces, les pays de l’Otan, France incluse, appellent à approfondir les consultations entre Occidentaux et avec les États d’Europe orientale. Le but est de parvenir à la réunification de l’Allemagne et au maintien de la sécurité européenne. S’il n’est pas fait référence au projet de conférence, un consensus semble se dessiner sur la probabilité d’une rencontre multilatérale des pays situés de part et d’autre du rideau de fer. Mais au moment où le Conseil de l’Atlantique Nord publie sa déclaration, l’atmosphère des relations Est-Ouest se tend à nouveau.

  • 193 Compte rendu de la réunion quadripartite du 23 juin 1968, Reykjavik. AMAE, Europe 1966-1970, Réunio (...)
  • 194 Entretien Alphand/Zorine, 20 juin 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.
  • 195 Entretien Beaumarchais/Kovalev, 24 juillet 1968, Moscou. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

160Lors de la réunion quadripartite du 23 juin 1968 à Reykjavik, Willy Brandt demande à ses homologues français, britannique et américain de soutenir la RFA face aux initiatives provocatrices de la RDA193 qui a décidé de réduire sensiblement le nombre de visas délivrés aux Berlinois de l’Ouest qui souhaitent se rendre en République fédérale. Alors que, dans l’optique d’une conférence européenne, les alliés attendent de l’URSS qu’elle conduise la RDA à assouplir son attitude à l’égard de la RFA, c’est l’inverse qui se produit. De fait, la France prévient Moscou que la poursuite de la coopération franco-soviétique sur la sécurité européenne dépend désormais d’une amélioration de l’attitude est-allemande194 : la CSE ne peut être organisée que dans un climat de détente solidement établi195. Or, l’orientation de plus en plus libéralisatrice que prennent les réformes de Dubcek en Tchécoslovaquie ne fait qu’accroître la tension au sein du camp communiste.

Le temps de la normalisation

L’intervention en Tchécoslovaquie et ses conséquences : les flottements de la politique extérieure de la France

  • 196 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 62-63.
  • 197 Lacouture J., De Gaulle, III, Le Souverain, Paris, Le Seuil, 1986, p. 548.

161Dès la nuit du 20 au 21 août 1968, à 1 h 30 du matin, les Soviétiques cherchent, par l’intermédiaire de l’ambassadeur Zorine, à informer le général de Gaulle que leurs troupes, accompagnées des forces hongroises, bulgares, polonaises et est-allemandes s’apprêtent à pénétrer en Tchécoslovaquie afin de répondre à un soi-disant appel des dirigeants tchèques. Le 21 au matin, Maurice Couve de Murville et Michel Debré rejoignent Colombey-les-Deux-Églises pour mettre au point, avec le président, un communiqué visant à condamner l’action soviétique196. La France reproche à Moscou de ne pas s’être « dégagé de la politique des blocs qui a été imposée à l’Europe par l’effet des accords de Yalta197 ». Sont également condamnées les entorses faites aux principes des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes et de la détente.

  • 198 Cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 197.
  • 199 Voir la conférence de presse du 9 septembre 1968, in La politique étrangère de la France 1968, ND n(...)

162De Gaulle fulmine : la crise tchécoslovaque confirme ses craintes à propos d’un condominium soviéto-américain, le président Johnson le premier qualifiant l’affaire d’« incident de parcours » qui n’aura « que des conséquences momentanées198 ». De fait, le dialogue Est-Ouest en Europe ne pourra plus passer désormais par un dépassement des blocs mais bel et bien par une consolidation. Cela explique la virulence de la critique gaullienne à l’encontre d’une détente bipolaire qui se ferait entre Moscou et Washington au détriment des Européens. Par conséquent, de Gaulle entend poursuivre sur la voie qui est la sienne depuis le début de son mandat : la sécurité européenne doit d’abord être le fait des peuples du continent. En fin de compte, l’intervention à Prague conforte le Général et son ministre des Affaires étrangères dans leurs convictions199.

  • 200 Entretien Debré/Medici, 28 août 1968, Paris. AN, 5 AG 1 178. Italie. 1958-1968.

163Ainsi, Michel Debré démontre à son homologue italien Giuseppe Medici que le printemps de Prague prouve que les pays de l’Est ont compris qu’il leur faut affirmer leur identité nationale : pour lui, si les Occidentaux durcissent leur attitude vis-à-vis de Moscou en signe de protestation, ils feront le jeu du Kremlin et « le bloc soviétique demeurera le plus fort ». Il est donc hors de question d’arrêter la coopération avec l’Est ; il importe de continuer à œuvrer au rapprochement entre les peuples de l’Est opprimés et ceux de l’Ouest. Toutefois, poursuit le ministre, cette coopération ne doit pas se faire de bloc à bloc mais dans le cadre d’une Communauté européenne en dehors d’un bloc dirigé par les États-Unis200. Il s’agit là d’une conséquence essentielle, trop souvent oubliée, des événements d’août 1968 : la confirmation du statu quo mise en exergue par la répression du printemps de Prague conduit les Occidentaux à harmoniser leurs positions face à l’URSS. Pour la France, cette harmonisation est nécessaire ; mais rien n’oblige à ce qu’elle se fasse dans le cadre atlantique. La communauté des Six apparaît mieux appropriée. Aussi s’engage-t-on davantage à Paris vers la création d’une coopération politique européenne qui verra le jour en décembre 1969 et qui jouera un rôle majeur au moment de la CSCE.

  • 201 Froment-Meurice H., Vu du Quai, op. cit., p. 311.

164Derrière ces paroles optimistes par lesquelles les Français cherchent à prouver à leurs partenaires, et surtout à eux-mêmes, que leur politique de détente reste la bonne, se cache un véritable sentiment de déception à l’égard de Moscou et de ses dirigeants. L’amitié progressivement installée entre la France et les pays d’Europe de l’Est semble compromise. Le rêve d’une Europe qui s’étendrait de l’Atlantique à l’Oural paraît s’effondrer. À Paris, on semble moins se soucier du sort du peuple tchécoslovaque que de celui de la politique de « détente, entente, coopération » magnifiée par le voyage du Général en URSS en juin 1966 : « La Tchécoslovaquie, monsieur l’ambassadeur, je m’en bats l’œil » aurait déclaré ce dernier à Olivier Wormser, en poste à Moscou201. Il sait que le dialogue avec l’URSS prime sur l’entente avec ses satellites. Certes, cela paraît en contradiction avec le désir de dépassement du bloc à bloc mais, de par ses voyages en Pologne et en Roumanie et parce qu’il a reçu à l’Élysée les dirigeants de chaque pays du pacte de Varsovie, le Général s’efforce de s’appuyer sur la réalité de la situation Est-Ouest pour porter son dessein européen. En d’autres termes, le retour à une Europe des États nations où chacun parlerait en son nom propre passe forcément par la coopération bilatérale avec les Russes.

  • 202 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 487.

165Cela est d’autant plus vrai par la suite que dès le 22 août, les chefs du Kremlin font proclamer dans la Pravda le droit d’intervention des pays du pacte de Varsovie dans un État frère où le socialisme est menacé. Le 12 novembre suivant, Brejnev réglemente personnellement la « doctrine de la souveraineté limitée », entérinée par une conférence communiste mondiale en juin 1969202.

166Au-delà des réactions suscitées par les événements du 21 août, les raisons avancées par les responsables de la diplomatie française pour expliquer l’initiative soviétique se tournent prioritairement vers l’Allemagne et renvoient dos à dos les conceptions germano-américaines d’une part, fondées sur la réunification avant tout, et les conceptions soviétiques d’autre part, qui font du statu quo la base même de leur politique de détente. Seule la voie française reste la bonne.

  • 203 Bange O., « An Intricate Web. Ostpolitik, the European Security System and German Unification », in(...)

167Cette vision des choses fait abstraction des évolutions opérées en RFA et aux États-Unis à propos de la sécurité européenne. Si on considère toujours à Bonn que la réunification reste l’objectif à atteindre, on a compris que cela n’était possible que sur le long terme. La répression du printemps de Prague conforte cette idée. Depuis 1967 et davantage en 1968, Willy Brandt et Egon Bahr font d’une réduction mutuelle et équilibrée des forces en Europe une priorité. Désireux de parvenir à un système de sécurité européen qui remplacerait les alliances existantes, ils estiment que le retrait des troupes étrangères du sol des deux Allemagne conduirait à la dissolution des deux armées allemandes, puis à la réduction des forces partout en Europe, produisant un important effet psychologique sur les peuples d’Europe de l’Est, notamment en RDA. On aboutirait ainsi au délitement de l’antagonisme qui oppose les deux blocs et au règlement progressif de tous les problèmes du continent203.

  • 204 Schwartz T., « Lyndon Johnson and Europe. Alliance Politics, Political Economy, and “Growing out of (...)

168À la Maison-Blanche, on ne perçoit pas non plus la réunification allemande dans un futur proche. Si le président Johnson encourage vivement la politique à l’Est que Brandt entend mener, sa priorité reste la détente militaire, via la signature, en juillet 1968, d’un traité de non-prolifération des armes nucléaires et l’amorce de discussions soviéto-américaines sur le contrôle des armements stratégiques204.

  • 205 Entretien de Gaulle/Sargent Shriver, 23 septembre 1968, Paris ; entretien Debré/Rusk, 4 octobre 196 (...)
  • 206 Entretien Debré/Rusk, 4 octobre 1968, New York. AN, 5 AG 1 202.

169Faisant fi des nouvelles orientations de ses alliés, le Général tente de démontrer aux Américains que « l’affaire tchécoslovaque est avant tout dirigée contre l’Allemagne », appelée à se tenir tranquille : de Gaulle expose sa conviction selon laquelle la Russie souhaite faire reculer l’Allemagne en prévision d’un conflit avec la Chine. Par sa démonstration de force à Prague, Moscou signale au gouvernement de Bonn que sa politique ne lui convient pas205 : les Allemands refusent toujours de reconnaître la frontière Oder-Neisse, alors que la France le leur conseille depuis le début ; en souhaitant insérer une clause européenne dans le TNP, ils montrent qu’ils n’ont pas renoncé à leurs velléités atomiques ; en ne déclarant pas nuls et non avenus les accords de Munich de 1938, les Allemands jouent la carte de la provocation à l’égard des pays de l’Est. « Pour les Soviétiques, tout cela est interprété comme signifiant que l’Allemagne veut changer le statu quo en Europe206. »

  • 207 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968, Washington. AN, 5 AG 1 202.

170Par contre, explique Michel Debré au secrétaire d’État américain Dean Rusk, la politique à l’Est mise en œuvre par la France est la mieux adaptée au contexte international : contrairement à Brandt, de Gaulle n’a pas l’intention de modifier la carte de l’Europe207. Cela ne signifie pas pour autant que le ministre français présente le Général comme un partisan du statu quo : Debré ne fait pas référence à la frontière interallemande, mais au refus ouest-allemand concernant l’Oder-Neisse.

  • 208 Schoenborn B., op. cit., p. 341-342.

171L’analyse française est relativement juste. Dès le mois de mai 1968, les Soviétiques témoignent de leur mécontentement auprès des Allemands. Lors d’une rencontre avec Brandt, l’ambassadeur d’URSS à Berlin-Est Piotr Abrassimov reproche à la RFA son refus de reconnaître la RDA et de renoncer aux armes nucléaires ainsi que son attitude quant aux questions des frontières, du non-recours à la force et de Berlin. Pour Abrassimov, Kiesinger – qui fut membre actif du parti nazi dès 1933 puis directeur adjoint de la propagande radiophonique du Troisième Reich vers l’étranger – poursuit le même objectif qu’Hitler d’expansion de l’espace vital allemand à l’Est208. Si le chancelier est particulièrement visé, c’est parce que les positions divergent au sein du gouvernement de grande coalition, et cela ne va pas en s’arrangeant au fur et à mesure qu’approchent les élections fédérales d’octobre 1969. La RFA se trouve jusqu’à cette date dans une situation hésitante propice aux malentendus.

  • 209 Ibid., p. 313.

172Brandt, qui n’est encore que ministre, n’a guère la possibilité de satisfaire les exigences de Moscou – il est relativement épargné par les critiques soviétiques, du fait notamment de son absence totale de liens avec l’Allemagne nazie, qu’il a fuie en 1933 – alors que le SPD voudrait aller plus loin dans les rapports avec l’Europe de l’Est, en particulier sur le problème de la ligne Oder-Neisse. Mais, on l’a vu, Kiesinger s’y oppose. L’autre divergence majeure entre les deux hommes a trait aux rapports avec la RDA, Kiesinger refusant catégoriquement d’admettre l’existence d’un second État allemand. De même concernant le TNP, signé le 1er juillet 1968 par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’URSS, Brandt presse en vain le chancelier d’adhérer au traité pour rassurer les Soviétiques quant aux intentions nucléaires de Bonn209.

  • 210 Note sur les entretiens de M. Debré à Washington avec la Commission des Affaires étrangères du Séna (...)
  • 211 Schoenborn B., op. cit., p. 368.

173Pour de Gaulle et Debré, le dynamisme économique allemand contribue aussi à expliquer l’intervention militaire en Tchécoslovaquie. En octobre 1968, devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat des États-Unis, Michel Debré démontre que « l’économie tchécoslovaque, longtemps soumise à un asservissement, éprouvait le besoin de se moderniser, ce qui l’amenait à faire appel à des crédits et à des biens d’équipement venant de l’extérieur. Or, par la force des choses, la RFA apparaissait comme le pays le plus capable de fournir ces crédits et ces biens. Les Soviétiques pouvaient donc craindre un accroissement de l’influence économique ouest-allemande en Tchécoslovaquie210 ». Les remarques du ministre français sont justes – les pays de l’Est, dont la Tchécoslovaquie, cherchent à accroître leurs échanges avec la riche et dynamique République fédérale – mais excessives et non dénuées d’ambiguïté. En effet, la méfiance à l’égard de l’économie florissante de la RFA est autant perceptible en France qu’en URSS, surtout depuis les événements de mai 1968. Le Général craint que l’économie allemande ne submerge la France211. C’est d’ailleurs une bonne raison à Paris pour poursuivre les efforts de détente et de coopération avec Moscou.

  • 212 Tg. no 3577, de Wormser, 5 septembre 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.
  • 213 Rapport de la délégation française au Conseil de l’Atlantique nord, 24 octobre 1968. AMAE, Europe, (...)
  • 214 Schoenborn B., op. cit., p. 353.

174Quoi qu’il en soit, pour Bonn comme pour Paris, il est clair que l’URSS ne pourra pas indéfiniment empêcher ses satellites d’évoluer vers plus de liberté. Dès septembre 1968, on juge presque naturelle la volonté de Moscou de préserver son glacis212. À l’Otan, la France explique à ses alliés qu’il ne faut pas considérer l’affaire comme le signe d’une orientation agressive des Soviétiques vers l’Ouest213. Si l’on suit le raisonnement français, Moscou se contente simplement de prévenir Bonn que son Ostpolitik ne convient pas ; il n’y a donc aucune raison de mettre un terme au processus de détente. Surtout, derrière cette idée, se cache la crainte de l’Élysée et du Quai d’Orsay que, du fait de la démonstration de force soviétique, la RFA soit conduite à se rapprocher davantage de l’URSS. Aussi les derniers mois de 1968 inaugurent-ils une période d’affrontement ouvert entre Paris et Bonn en matière de politique à l’Est : la concurrence est rude pour savoir lequel des deux pays sera le meilleur interlocuteur des Soviétiques214. De Gaulle reste persuadé que la France demeure l’intermédiaire essentiel entre la RFA et l’URSS : il cherche en permanence à en convaincre les Allemands en rappelant que seule la France se prononce pour la réunification de l’Allemagne.

  • 215 Tg. no 4544/52, de Wormser, 6 novembre 1968. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

175Mais, en parallèle, c’est un discours basé sur l’intérêt de maintenir le statu quo qui est de mise auprès de l’URSS. Ainsi, au moment où il quitte Moscou, l’ambassadeur Wormser avoue à Kossyguine que les vues franco-soviétiques sur le maintien du statu quo sont convergentes, y compris sur l’Allemagne si « on prend en considération le facteur temps215 ». La démonstration française n’est en réalité pas contradictoire ; elle est subtile et joue sur les nuances, dont le « facteur temps » est la principale. On en revient aux velléités gaulliennes de renvoyer dos à dos deux conceptions de la sécurité européenne, l’une fondée sur le préalable sine qua non de la réunification allemande, l’autre sur celui de la division comme point de départ. Dans le contexte de concurrence avec Bonn, les Français n’hésitent pas à mettre en valeur auprès des Soviétiques la subtilité temporelle de leur dessein européen selon laquelle l’Allemagne sera réunifiée mais pas dans l’immédiat.

  • 216 Schoenborn B., op. cit., p. 358-359.
  • 217 Ibid., p. 354-355.

176Ils enfoncent d’autant plus le clou qu’ils sont certains, à l’automne 1968, que Brandt et son conseiller Egon Bahr contournent Paris pour dialoguer avec les Russes. Ils se méfient de plus en plus d’un gouvernement ouest-allemand au sein duquel les divergences s’accroissent de jour en jour : alors que Brandt souhaite changer les relations de son pays avec l’Est, il doit faire face aux limites imposées par Kiesinger. Le ministre fédéral des Affaires étrangères en vient à dissimuler ses idées au chancelier pour ne pas être mis en porte-à-faux216. Par contrecoup, de Gaulle décide de ne plus informer les Allemands de ses conversations avec les Soviétiques217, créant un véritable cercle vicieux : on se conforte à Bonn dans l’idée qu’il est hors de question pour la RFA de se soumettre à la politique gaullienne de détente. Kiesinger et Brandt sont d’accord sur ce point essentiel : l’Ostpolitik passera d’abord par Moscou, même si la répression du printemps de Prague a montré l’influence de l’Allemagne à l’Est, une influence finalement plus importante que celle exercée par la France.

177La confiance franco-allemande est donc sérieusement entamée par l’affaire tchécoslovaque. La méfiance française à l’égard de l’Ostpolitik, connue pour être caractéristique de l’ère Pompidou, on le verra, est déjà amorcée en 1968, même si cela n’empêche pas la France de soutenir, dès 1969, la politique de Brandt. Quoi qu’il en soit, on a peur, à Paris, qu’un rapprochement germano-soviétique n’aboutisse à un « nouveau Rapallo » qui conduirait Bonn à échanger la neutralisation de l’Allemagne contre sa réunification.

178Quelles sont les conséquences de tout cela sur les perceptions françaises de la sécurité européenne ? Le Général se rend à l’évidence : le dépassement du statu quo et de la bipolarité est loin d’être imminent. Certes, il a toujours dit que le chemin conduisant à la réunification de l’Allemagne serait long mais, parce que les Allemands ont voulu aller trop vite en besogne en discutant directement avec chacun des pays satellites et parce que les Soviétiques n’admettent aucune évolution dans l’immédiat, le délai s’allonge un peu plus. Pour montrer son mécontentement, il suspend pour quelque temps les entretiens politiques avec les Soviétiques et martèle aux Américains et aux Russes que sa politique de détente est fondée sur la non-précipitation et la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse. En ce sens, la période qui s’ouvre à la fin de l’été 1968 correspond à un moment de flottement et d’hésitation de la politique extérieure française : on s’interroge sur l’avenir des relations Est-Ouest, sur celui de la question allemande et sur la place de la France en Europe.

  • 218 Entretiens avec Paul Poudade et François Plaisant, décembre 2008, Paris.

179Dans ce contexte, les discussions sur une éventuelle CSE sont mises entre parenthèses. Aucune proposition venant de Moscou ne peut être acceptée. Cela étant, l’affaire tchécoslovaque, au lieu de le ralentir, accélère le processus menant à la conférence. En effet, au cours de l’année 1969, les Français, à l’instar de la plupart des Occidentaux, s’aperçoivent de l’intérêt que pourrait avoir une réunion paneuropéenne : l’intervention soviétique à Prague ayant de toute façon confirmé le statu quo sur la longue durée, le risque d’une conférence ayant pour seul objectif la proclamation du maintien des frontières du continent apparaît dorénavant contournable. La conférence pourrait donner aux satellites d’Europe de l’Est les moyens de s’exprimer sans s’exposer aux dangers d’une remise au pas par Moscou. En France, cette idée voit progressivement le jour au sein de la sous-direction d’Europe orientale du Quai d’Orsay218.

  • 219 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 199-202.

180L’autonomie croissante de la RFA pousse de Gaulle à adapter sa position à l’égard de l’Otan. Tout en restant fermement opposé à l’idée d’intégration militaire, il intensifie ses échanges avec les États-Unis et songe de nouveau, comme en 1958 et 1961, à un directoire nucléaire à trois entre Paris, Londres et Washington. Si les Américains refusent toujours cette conception – qui susciterait la méfiance des alliés non nucléaires et que l’URSS pourrait considérer comme une provocation – ils se rendent compte que l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie a freiné la désintégration de l’Otan et, surtout, a contribué au renouvellement de la cohésion atlantique, y compris avec la France. En effet, malgré ses appels à poursuivre les efforts de détente, le Général prend très au sérieux les risques de guerre chaude que pourrait créer la tension Est-Ouest ambiante. Il émet donc des signes en direction d’une plus grande solidarité occidentale. L’amélioration des relations franco-américaines se confirme tout au long de l’automne 1968, en raison notamment du soutien de Washington au franc, affaibli par les difficultés sociales et économiques219.

  • 220 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968. AN, 5 AG 1 202.

181Dans les derniers mois de 1968, les relations entre Paris et Bonn s’enveniment un peu plus : la RFA se montre peu coopérative durant la crise monétaire, semblant vouloir dévoiler davantage sa puissance économique, et affirme son indépendance par rapport aux alliés en multipliant les liens avec Berlin-Ouest. Pour la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, l’attitude frondeuse des Allemands devient insupportable et même provocante. Bonn décide de réunir l’assemblée fédérale à Berlin-Ouest et d’y faire élire par le Bundestag et les représentants des Länder le président de la République fédérale. Le 12 octobre, Debré précise à Dean Rusk que la France a toujours fait preuve « d’une grande réserve » sur la question des liens entre la RFA et Berlin-Ouest. Il reproche au gouvernement fédéral de « jouer sur les deux tableaux » : « lorsqu’il s’agit de faire des réunions de commission du Bundestag à Berlin, Berlin est assimilé à la RFA. Mais lorsqu’il s’agit d’une action contre le NPD [le parti d’extrême droite] à Berlin, le gouvernement fédéral déclare que Berlin n’est pas de sa compétence220 ».

  • 221 Entretien Debré/Rusk/Brandt/Stewart, 14 novembre 1968, Bruxelles. AN, 5 AG 1 164. RFA. 1968-1969.

182La question berlinoise est essentielle pour comprendre le processus d’acceptation par les Occidentaux de la CSE. À Berlin-Ouest, seules les garnisons alliées sont concernées par les accords de 1945 : ni le trafic civil, ni aucun lien particulier, sauf aérien, entre Berlin-Ouest et la RFA ne sont réglementés, ce qui constitue un moyen de pression énorme pour les Soviétiques. Berlin-Ouest constitue une simple extension non intégrée de l’Allemagne occidentale. De fait, à partir de 1969, Paris, Londres et Washington font, avec plus ou moins de vigueur selon les trois capitales, d’un accord interallié sur Berlin une condition de leur acceptation de la conférence paneuropéenne. Il s’agit de confisquer à Moscou un instrument de pression qui s’avère trop dangereux pour la sécurité européenne, comme l’ont montré les crises de Berlin de 1948-1949 et 1958-1961. Mais en novembre 1968, au vu des mauvais rapports franco-allemands, Debré refuse catégoriquement la requête allemande d’une déclaration alliée sur les liens très forts entre Berlin-Ouest et la RFA221. Pour le ministre français, un tel document serait une manière d’officialiser les velléités allemandes d’indépendance et, surtout, porterait atteinte aux droits quadripartites sur l’ancienne capitale du Reich.

Le rééquilibrage vers l’Ouest

  • 222 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, Londres, I.B. Tauris and Co Lt (...)

183Une évolution de taille a lieu à Moscou au tournant des années 1968-1969. Le Politburo adopte le rapport sur la question allemande préparé par Vladimir Semionov et Valentin Faline, tous deux spécialistes de l’Allemagne au Kremlin. D’après eux, le rapport de force à Bonn est en train de changer : la grande coalition s’effrite ; il y a fort à parier sur la victoire du SPD aux élections législatives d’octobre 1969, face à une CDU menée par un Kiesinger qui refuse toute relation avec la RDA. Moscou constate, pour la première fois depuis 1949, que la politique extérieure de la RFA est susceptible d’évoluer dans un sens favorable à l’URSS. En adoptant le rapport, les Soviétiques décident de faire preuve de plus de flexibilité envers l’Allemagne et envisagent même la possibilité de négocier222.

  • 223 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 137-157.
  • 224 Ibid., p. 137-157.
  • 225 Garton Ash T., op. cit., p. 72.

184Cette attitude nouvelle est due à plusieurs facteurs : la proposition de Richard Nixon, fraîchement élu, d’ouvrir une « ère de négociations », le besoin vital de Moscou en technologies et crédits ouest-allemands, le fait que le SPD soit considéré par Brejnev comme une émanation des « forces démocratiques de RFA », la détérioration des relations sino-soviétiques et la nécessité de consacrer le statu quo politique et territorial en Europe223. Ces deux derniers points, liés entre eux, sont particulièrement importants : l’attaque chinoise contre les troupes soviétiques basées près de la rivière Usuri, un affluent du fleuve Amour, le 2 mars 1969, a un impact direct sur la politique allemande de l’URSS. Aux yeux de Moscou, l’instabilité sur le flanc Est nécessite des efforts spéciaux sur les frontières occidentales. Il s’agit de profiter des bonnes dispositions de Brandt vis-à-vis des pays de l’Est pour obtenir de Bonn un traité sur le non-recours à la force et la reconnaissance des réalités issues de la Seconde Guerre mondiale – la ligne Oder-Neisse et la RDA – qu’une CSE viendrait consacrer224. Les Soviétiques se montrent d’autant prêts à négocier avec la RFA qu’ils se sentent rassurés par l’immobilisme occidental qui a suivi l’intervention armée en Tchécoslovaquie225 : il est clair que l’Ouest n’est pas prêt à sacrifier la détente pour les Tchèques. Si Brandt remporte les élections d’octobre, toutes les conditions seront réunies pour entamer des conversations avec Bonn.

185Cela ne signifie pas pour autant l’abandon par Moscou de sa doctrine et de ses inspirations révolutionnaires ainsi que du principe de la coexistence pacifique défini par Khrouchtchev. Au contraire, l’URSS reste décidée à rechercher la parité avec les États-Unis sur tous les fronts. Mais les décideurs soviétiques sont désormais conscients que l’importance des problèmes auxquels est confronté le pays – les relations difficiles avec la Chine, la situation désastreuse de l’économie et le mécontentement des peuples d’Europe de l’Est – pourrait à terme avoir des conséquences redoutables sur l’équilibre du bloc de l’Est. C’est dans cet ordre d’idées qu’il faut comprendre le discours de Brejnev du 7 janvier 1969.

  • 226 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 », art. cit. (...)

186Le secrétaire général du PCUS reconnaît la capacité des pays d’Europe occidentale à s’organiser en structures fortes, durables et intégratrices. Moscou met fin à son vieux discours sur la fragilité de la CEE et en admet la viabilité. Il s’agit en d’autres termes de reconnaître la CEE pour en tirer parti, ce qui sera fait officiellement en mars 1972226. Étant donné l’essoufflement du taux annuel de croissance en URSS, le besoin de technologies occidentales et le maintien de la concurrence avec les États-Unis, la CEE apparaît comme un partenaire économique et commercial à privilégier. Il importe également, pour expliquer cette évolution, de considérer le contexte politique Est-Ouest du moment et le désir sans cesse présent chez les Soviétiques de réunir une CSE. L’affaire tchécoslovaque ayant ralenti pour un temps le dialogue avec les Occidentaux, admettre l’utilité de la CEE représente, pour les décideurs du Kremlin, un excellent moyen de renouer rapidement le contact. En outre, vue la faible attention portée par les États-Unis au projet de conférence – ils préfèrent une négociation bilatérale sur les armes stratégiques – Moscou a tout intérêt à intensifier le dialogue portant sur la sécurité européenne avec les États situés dans la partie ouest du continent. Enfin, les pays du pacte de Varsovie envisageant d’aborder, lors de la conférence paneuropéenne, la question des échanges économiques et commerciaux Est-Ouest, il apparaît essentiel à l’URSS de reconnaître le rôle de la CEE dans la structuration des économies ouest-européennes.

  • 227 Entretien de Gaulle/Nixon, 28 février 1969, Paris. AN, 5 AG 1 202.
  • 228 Entretiens avec Paul Poudade, François Plaisant, Jacques Andréani. Décembre 2008-janvier 2009.

187Le discours de Brejnev du 7 janvier 1969 confirme la certitude gaullienne selon laquelle l’Est a besoin de s’ouvrir sur le monde occidental. En février 1969, le Général explique au président Nixon que le développement d’échanges de toute nature entre les deux côtés du rideau de fer favorise l’érosion du communisme à l’Est227. C’est également une conviction bien présente au Quai d’Orsay, notamment chez le directeur d’Europe orientale Jacques Andréani228. Cette idée devient, dès 1969, une excellente raison pour les Français d’accepter une CSE. De Gaulle souligne, lors de son entretien avec Nixon, l’importance de thèmes qui seront ensuite au cœur même des discussions de la CSCE : « des relations, des contacts, des voyages, un échange de journaux, de marchandises ».

188Pour l’instant, malgré les signes positifs envoyés par l’URSS, les Français demeurent très méfiants à l’égard des intentions soviétiques et sont encore loin d’accepter la tenue d’une conférence. Paris considère qu’une telle réunion ne peut être organisée tant qu’il n’y aura pas d’amélioration des relations entre les deux Allemagne.

189L’incertitude et les hésitations qui caractérisent la politique étrangère de la France entre août 1968 et avril 1969 sont déterminantes pour ce qui est de sa position vis-à-vis de la CSE. Durant les mois qui précèdent sa démission, de Gaulle met sur pied, sans toutefois revenir sur l’essentiel, une politique française de sécurité renouvelée, que Georges Pompidou appliquera à l’égard du projet de conférence. Cette politique se fonde d’abord sur la nécessité d’approfondir la dimension politique de la construction européenne afin que les Européens de l’Ouest puissent faire entendre leur voix face aux deux Grands. Le Général, qui a compris que l’adhésion britannique était inévitable, est persuadé qu’une CEE incluant le Royaume-Uni ressemblera davantage à une zone de libre-échange. Pour compenser ce bouleversement communautaire sur le plan économique, la Communauté européenne doit reposer sur des bases politiques et stratégiques solides, c’est-à-dire sur une coopération forte entre les quatre États les plus puissants : la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Italie. Peu à peu, ceux-ci en viendront à prendre en main la sécurité européenne et à mettre un terme à l’intégration atlantique sous commandement américain. De Gaulle poursuit finalement les objectifs fixés dès son arrivée au pouvoir. Mais il établit une différence claire entre les aspects politiques et la problématique économique de la CEE.

190La politique gaullienne de sécurité européenne s’appuie également, et ce n’est pas une nouveauté, sur le besoin d’encadrer la politique à l’Est de la RFA, sur l’obligation pour la France de préserver son statut de puissance moyenne – à travers notamment la protection de ses droits et responsabilités sur l’Allemagne – et sur le devoir de permettre aux peuples de l’Est de s’émanciper de la tutelle de Moscou.

  • 229 Le 4 février 1969, de Gaulle expose à l’ambassadeur Soames son plan pour approfondir la dimension p (...)

191Ainsi, en dépit des événements d’août 1968, le général de Gaulle n’abandonne pas son désir de voir les Européens prendre en charge leur propre sécurité. Mais, étant donné la menace potentielle que constitue l’URSS et les velléités de Brandt de se rapprocher de l’Est, il admet la nécessité d’un maintien de l’Alliance atlantique. De telles constatations, conjuguées à la mésentente avec Kiesinger, à l’arrivée de Nixon à la Maison-Blanche et à l’influence de l’anglophile Michel Debré se traduisent par le besoin de faire contrepoids à la RFA en se rapprochant de la Grande-Bretagne. L’idée d’une telle inflexion politique marque le début de l’année 1969 mais apparaît rapidement compromise en raison de l’affaire Soames, du nom de l’ambassadeur britannique à Paris229. Il faudra attendre l’arrivée de Pompidou à l’Élysée pour qu’elle soit mise en œuvre.

  • 230 Nixon R., Leaders. Ceux qui ont changé le monde, Paris, Plon, 1984, p. 54 ; Mémoires, Stanké, 1978, (...)
  • 231 Nixon R., Mémoires, Stanké, 1978, p. 205.
  • 232 Lacouture J., op. cit., p. 379.
  • 233 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 208-209. Contrairement à leurs prédécesseurs, (...)

192Quoi qu’il en soit, la nécessité de maintenir l’Alliance atlantique dans la perspective d’une sécurité proprement européenne œuvre en faveur d’un apaisement des relations entre la France et l’Otan. Aussi de Gaulle traite-t-il désormais de la question allemande avec les États-Unis plutôt qu’avec l’URSS. À la suite du refroidissement des relations avec Moscou, le dialogue avec Washington se présente comme le rétablissement d’un certain équilibre. L’admiration de Nixon pour de Gaulle contribue au réchauffement des relations franco-américaines, déjà entamé à la fin de la présidence Johnson230. Le nouveau président des États-Unis juge essentielle la coopération de de Gaulle « pour mettre fin à la guerre du Vietnam et pour [son] projet d’ouverture vers la Chine communiste », car la France entretient des relations diplomatiques à la fois avec Hanoï et Pékin231. Le Général, de son côté, a une véritable estime pour Nixon, qu’il a déjà reçu à l’Élysée et dont il pense qu’il a contribué, en tant que vice-président d’Eisenhower, au chaleureux accueil qui lui a été réservé lors de sa visite aux États-Unis en 1960. De Gaulle apprécie en outre le choix de Kissinger, « le plus notoire des gaullistes américains232 ». Le conseiller à la sécurité approuve la pensée du Général selon laquelle la coopération internationale n’est efficace que si chaque État agit de façon autonome233. Bref, le dialogue franco-américain prend un nouveau départ en ce début d’année 1969. D’emblée, les deux parties disent vouloir en finir avec le conflit permanent opposant l’Élysée à la Maison-Blanche depuis l’ère Kennedy.

  • 234 Ibid., p. 210.
  • 235 Entretien de Gaulle/Nixon, 28 février 1969, Paris. AN, 5 AG 1 202.
  • 236 Kissinger H., A la Maison-Blanche, op. cit., p. 401.

193La visite de Nixon en France, du 28 février au 2 mars, confirme cette amélioration ; les points d’accord sont nombreux entre de Gaulle et son homologue. Nixon rejoint le Général sur le principe d’une plus grande coordination des politiques étrangères234. En outre, tandis que les Occidentaux se demandent comment reprendre les conversations politiques avec Moscou sans faire oublier l’affaire tchécoslovaque, de Gaulle explique à Nixon qu’étant donné l’essoufflement économique de l’URSS et l’abandon de son ambition à conquérir l’Europe de l’Ouest, seule une politique de détente est possible, mais sans précipitation235. Elle est aussi l’unique option valable pour résoudre le problème allemand. Un mois plus tard, à l’occasion des obsèques d’Eisenhower à Washington, le Général dit au président américain sa désapprobation concernant l’accord anglo-allemand sur un procédé d’uranium enrichi236, réitérant ainsi son refus à ce que la RFA accède à l’arme nucléaire.

  • 237 Schoenborn B., op. cit., p. 316.
  • 238 Entretien Debré/Brandt, 10 mars 1969. AN, 5 AG 1 164. Debré expose à Brandt le compte-rendu des ent (...)

194Auprès du chancelier Kiesinger, le Général se veut plus positif sur l’avenir de l’Allemagne. Si elle reconnaît la ligne Oder-Neisse et renonce aux armements nucléaires, Moscou admettra peut-être la réunification237. La vision gaullienne, ne l’oublions pas, relève toujours du long terme. En attendant, de Gaulle estime d’une part que l’URSS a besoin de multiplier les contacts avec l’Ouest à cause de la Chine et de l’ébranlement en Europe de l’Est et d’autre part que tous les États européens doivent coopérer pour régler les affaires du continent238. Le 14 mars 1969, lors d’un entretien franco-allemand, il en appelle à une « réunion délibérée de tous les États européens pour leur économie, leur politique et leur sécurité » :

  • 239 Entretien élargi de Gaulle/Kiesinger, 14 mars 1969. AN, 5 AG 1 164.

« Ce qui nous convient, c’est une réunion délibérée de tous les États européens pour leur économie, leur politique et leur sécurité. Il n’y a pas de raison d’en exclure qui que ce soit. Notre CEE ne subsisterait pas si nous voulions y faire entrer tous les États qui souhaitent que l’Europe apparaisse, qu’il s’agisse de l’Angleterre ou des pays scandinaves, ou de la Suède et de la Suisse, ou de la Grèce et de la Turquie, ou de l’Espagne et du Portugal. Cela ne serait pas possible. Il y a donc lieu de considérer l’organisation européenne sur des bases plus larges. Faire entrer tous les États dans la CEE équivaut à supprimer celle-ci239. »

195La tirade peut paraître ambiguë : le Général souhaite une réunion paneuropéenne sur la sécurité, l’économie et la politique, ce qui rappelle évidemment le projet soviétique, mais les pays qu’il cite comme participants à une telle conférence appartiennent à l’Alliance atlantique ou sont neutres. Aucun État communiste d’Europe de l’Est n’apparaît. Serait-ce un abandon soudain de l’idée d’Europe « de l’Atlantique à l’Oural » ? Il n’en est rien. Le discours s’inscrit dans le contexte de l’affaire Soames qui suscite encore en mars 1969 une vive émotion à travers l’Europe occidentale. Le Général se voit accusé de vouloir saborder l’Otan et la CEE. De par sa démonstration, il souligne à la fois l’intérêt à ne pas élargir le Marché commun si l’on veut développer une plus grande coopération politique entre les États membres et la validité de l’Alliance atlantique. Cela rejoint son projet de collaboration ouest-européenne concernant les affaires du continent, sous couvert de la garantie américaine mais sans intégration militaire à l’Otan. Ce raisonnement ne s’oppose nullement au dessein gaullien d’une Europe responsable de sa propre sécurité. Au contraire, il s’y inscrit pleinement : la coopération politique ouest-européenne doit constituer un premier pas vers des discussions paneuropéennes sur la sécurité du continent. C’est précisément ce raisonnement qu’appliquera Pompidou dans les mois suivants.

  • 240 Tg. de Ch. Lucet, compte-rendu d’un entretien avec H. Kissinger, 8 février 1969. AN, 5 AG 1 202.

196Pour ce qui est de la manière de reprendre les discussions avec Moscou, c’est finalement l’ambassadeur de France à Washington Charles Lucet qui résume le plus clairement la position de la France lors d’un entretien avec Henry Kissinger. Celui-ci tient à savoir quelle place de Gaulle entend donner à l’Alliance dans les relations avec l’Est. Lucet explique qu’il faut concilier multilatéralisme atlantique et bilatéralisme avec chaque pays de l’Est. En insistant sur le premier point, l’ambassadeur souligne l’une des principales craintes françaises du moment : la formation d’un condominium soviéto-américain qui porterait en particulier sur la limitation des armes stratégiques. D’où la nécessité que chacun des alliés informe ses partenaires du contenu de ses entretiens avec l’URSS ou ses satellites. La réponse de Kissinger ravit la France, le Quai d’Orsay en premier lieu : l’administration Nixon ne se considère pas comme liée sur ce sujet par la précédente ; « Nixon souhaite précisément ne pas céder à ses travers240. » Nous verrons qu’au grand dam de Georges Pompidou, cela ne sera pas toujours le cas. Il reste qu’à quelques semaines de sa démission, de Gaulle campe sur ses positions : les rapports avec les États du pacte de Varsovie doivent rester bilatéraux. Mais il privilégie dorénavant la solidarité et la concertation atlantiques.

  • 241 Schoenborn B., op. cit., p. 317.
  • 242 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 136-137.

197Du côté allemand, Kiesinger est convaincu de l’échec de la politique gaullienne de détente : celle-ci n’a pas affaibli et n’affaiblira jamais l’emprise de Moscou sur l’Europe de l’Est241. Le chancelier entame donc des négociations directes avec les Soviétiques en février et mars 1969 au sujet d’une session du Bundestag à Berlin. Alors que la Chine est de plus en plus menaçante sur le flanc oriental du territoire soviétique, Moscou met en application le rapport Faline-Semionov sur la réorientation de l’attitude de l’URSS à l’égard de la RFA, essayant d’échanger l’annulation de la session parlementaire contre un nouvel accord qui autoriserait les Berlinois de l’Ouest à rendre visite à leurs proches de l’Est les jours fériés242. Mais Kiesinger se montre inflexible sur le Bundestag. Il faut attendre l’élection de Brandt à la chancellerie en octobre pour que le dialogue germano-soviétique devienne vraiment constructif.

198Si l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie a pour conséquence immédiate de freiner la politique gaullienne de détente, l’effet produit à long et moyen termes n’a guère d’impact sur le processus de rapprochement Est-Ouest entamé après 1962. Les mois qui suivent l’été 1968, bien que correspondant à une période de flottement dans la politique européenne de la France, permettent une redéfinition des conceptions françaises en matière de sécurité européenne, qui pose les bases de la politique menée ensuite par Georges Pompidou à l’égard du projet de CSE.

Le renouveau

L’appel de Budapest

199Depuis 1965, voire 1954, les « démocraties populaires » jouent un rôle central dans la promotion du projet de CSE auprès des Occidentaux. L’année 1969 constitue un tournant en ce qu’elle correspond au moment où l’URSS s’approprie totalement l’idée de conférence et ne tolère plus que ses satellites puissent l’utiliser pour faire valoir leurs intérêts.

  • 243 Selvage D., art. cit., p. 93-94.

200Parmi les pays qui ont encouragé la répression du printemps de Prague par les troupes du pacte de Varsovie, la Pologne et la RDA figurent en bonne place. Elles redoutent en effet une trop grande ouverture de la Tchécoslovaquie vers la RFA, alors que celle-ci n’a reconnu ni la ligne Oder-Neisse ni la division allemande. Aussi espèrent-elles à la fin du mois d’août 1968 que Moscou préservera une ligne dure à l’encontre de Bonn. Leurs espoirs retombent dès l’automne avec la décision soviétique d’engager un dialogue direct avec les Allemands, ce qui les conduit à insister davantage sur la nécessité de convoquer une CSE, seul moyen pour eux de se faire entendre et d’obliger la RFA à reconnaître toutes les frontières issues de la Seconde Guerre mondiale. Varsovie et Berlin-Est s’associent pleinement à l’appel de Budapest lancé par les pays du bloc de l’Est le 17 mars 1969 et qui appelle à la tenue d’une CSE. Néanmoins, à Budapest, contrairement à ce qui s’était passé à Karlovy-Vary, les Polonais et les Allemands de l’Est ne parviennent pas à faire prévaloir leur point de vue selon lequel il faut réunir la conférence seulement après que Bonn ait reconnu la RDA et l’Oder-Neisse. L’URSS ne pose au contraire aucune condition à la CSE. Gomulka comprend qu’il n’a plus qu’à entamer lui aussi un dialogue bilatéral avec la RFA ; sauf que, là encore, Varsovie doit se soumettre à la volonté soviétique : tout dialogue avec Bonn doit d’abord passer par Moscou243.

  • 244 Pour les Roumains, une conférence doit permettre de diminuer l’hégémonie des deux Grands au sein de (...)

201Les motivations de l’URSS diffèrent en effet de celles de ses satellites. Il faut distinguer ici les motifs conjoncturels des buts structurels. Parmi les premiers, il y a surtout l’intention du Kremlin d’utiliser la conférence pour montrer sa volonté de négocier bilatéralement avec Bonn. Il est donc hors de question de provoquer la RFA sur l’Oder-Neisse et la RDA. Ces deux points entrent en revanche, avec l’obtention d’un traité sur le non-recours à la force, dans la catégorie des objectifs structurels. Par ailleurs, l’engagement énergique des Russes dans la promotion de la CSE ne doit pas être considéré indépendamment de la détérioration des relations sino-soviétiques. De fait, si, en 1969, le facteur allemand est moins présent dans la conception soviétique de la CSE que ce qu’il ne l’est chez d’autres pays socialistes, c’est surtout pour une raison tactique. On constate que les Polonais et les Allemands de l’Est, auxquels s’ajoutent désormais les Roumains244, n’ont pas les mêmes priorités que Moscou vis-à-vis de la CSE et souhaitent s’appuyer sur la conférence pour accroître leur marge de manœuvre.

202Les Soviétiques font donc appel aux Hongrois, jugés fidèles à la politique de l’URSS et, surtout, n’ayant pas de frontière commune avec l’Allemagne donc aucune revendication à son égard, pour les aider à parvenir à leurs fins. La Hongrie devient ainsi en 1969 le plus proche collaborateur du Kremlin pour ce qui concerne la définition de la politique de détente du bloc de l’Est. Les Hongrois n’ont rien à perdre dans une conférence européenne, au mieux ils espèrent y gagner en développant leurs contacts avec l’Ouest. S’instaure une relation spéciale entre Moscou et Budapest qui neutralise les positions jugées excessives des Polonais, des Roumains et des Allemands de l’Est.

  • 245 Selvage D., art. cit., p. 102.

203Au final, les Soviétiques transforment le projet polonais de conférence visant à reconnaître les frontières en conférence aboutissant à la reconnaissance par l’Ouest de l’hégémonie soviétique en Europe orientale. Certes, les deux objectifs sont liés mais l’URSS souhaite obtenir la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse et de la RDA de manière bilatérale, et non par la CSE, afin de montrer qu’elle parle au nom de ses alliés245 : en présentant les buts polonais et est-allemands comme étant communs à tous les pays du pacte de Varsovie, elle en renforce la cohésion et y réaffirme sa prééminence.

204Pour toutes ces raisons, l’appel de Budapest ne pose aucune condition préalable à l’organisation d’une conférence paneuropéenne, la reconnaissance de la RDA étant citée seulement comme « l’une des conditions fondamentales de la sécurité des pays européens ». Plus largement, cet appel reflète la volonté soviétique d’entamer un dialogue constructif avec la RFA. De fait, contrairement à la déclaration de Bucarest de juillet 1966 et à celle de Karlovy-Vary en avril 1967, l’appel de Budapest ne contient aucun commentaire désobligeant à l’encontre de la politique étrangère ouest-allemande.

  • 246 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 142.

205De plus, alors que la déclaration de Bucarest s’adressait à la fois aux Européens de l’Ouest et aux Américains, celui-ci ne vise que les premiers. Cela est en partie dû au fait que le pacte atlantique est censé expirer en avril 1969 : bien que les Soviétiques ne doutent pas que les États de l’Otan renouvelleront leur alliance, ils y voient l’occasion de profiter des divergences euro-américaines. En outre, on est persuadé à Moscou que Washington concentre toute son attention sur la guerre du Vietnam et se désintéresse provisoirement des affaires européennes246, ce qui est faux. Les pays de l’Est mettent enfin l’accent, à Budapest, sur la coopération pacifique basée sur l’instauration de rapports nouveaux dans les domaines économiques, scientifiques, techniques et sociaux tandis que, jusqu’en 1969, la justification de la CSE trouvait son fondement dans la seule nécessité d’assurer en Europe le non-affrontement militaire.

  • 247 Télégramme circulaire du 4 avril 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 203 (...)
  • 248 Note SDEO, 18 mars 1969, AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, vol. 2035 ; Note SDEO, 2 (...)

206Le 2 avril 1969, l’ambassadeur de Hongrie à Paris remet au Quai d’Orsay le texte de l’appel de Budapest en exprimant l’espoir que le gouvernement français l’étudiera et « l’appuiera de façon efficace247 ». Les Français jugent que ce texte n’apporte rien de neuf si ce n’est un désir arrêté que les gouvernements européens s’engagent enfin sur la voie d’un règlement définitif des problèmes hérités de la Seconde Guerre mondiale. Paris note la reprise des points traditionnels sur les frontières, la question berlinoise et allemande en général, les armements atomiques, la dissolution des alliances. Bref, pour la diplomatie française, le texte ressemble à celui de juillet 1966 et les objectifs à terme du pacte de Varsovie restent la confirmation du statu quo en Europe et la reconnaissance de la RDA. Les analyses du Quai d’Orsay ne procèdent à aucune distinction entre les positions de chacun des membres de l’alliance orientale : l’affaire tchécoslovaque et la normalisation qui s’en est suivie semblent avoir brisé les tentatives françaises de singularisation des pays de l’Est248.

  • 249 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202.
  • 250 Note SDEO, 22 mars 1969. AMAE, URSS, vol. 2693.
  • 251 Entretien Debré/Kissinger, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202.
  • 252 En RFA, la Deutschlandpolitik désigne la politique fédérale concernant les relations avec la RDA. S (...)
  • 253 Notes SDEO, 28 et 29 mars 1969. AMAE, Europe 1944-…, Tchécoslovaquie, vol. 350.

207Au moment de la remise du texte par les autorités hongroises, la France considère recevable l’idée d’une conférence – Debré estime que l’Occident ne peut pas la refuser car elle pourrait s’avérer utile249 – mais les arguments qu’elle présentait à son encontre avant août 1968 se justifient encore plus après l’intervention en Tchécoslovaquie : la détente n’étant pas suffisamment avancée, on ne peut multilatéraliser le processus de coopération Est-Ouest, sinon on ne ferait que servir le rapprochement entre les deux Grands ; une conférence suppose en outre un progrès vers la solution des problèmes de fond comme la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse et la représentation des deux Allemagne250, qui ne pourront y siéger qu’après avoir amélioré leurs relations251. En d’autres termes, la tenue de la réunion paneuropéenne dépend en grande partie des rapports interallemands, de la Deutschlandpolitik252. La France conserve donc sa position réservée, même si la répression du printemps de Prague a conduit les Français à appréhender la question sous un autre jour : les Occidentaux pourraient utiliser l’idée de conférence pour améliorer le sort des peuples de l’Est et éviter que Moscou ne réitère l’opération d’août 1968253.

  • 254 Tg. NR 442/444, de Jacques Kosciusko-Morizet, 25 mars 1969. AMAE, CSCE, vol. 2031.

208L’une des dernières décisions du général de Gaulle en matière de relations internationales est la confirmation de l’adhésion française à l’Alliance atlantique le 4 avril 1969. Dans le cadre de cette normalisation, c’est auprès de ses alliés que la France définit avec le plus de clarté sa position quant à une conférence sur la sécurité européenne254.

  • 255 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202. Entretien Debré/Rogers/Stewart/Br (...)

209Debré suggère toutefois aux Américains que chacun des alliés reprenne les discussions bilatérales avec l’URSS sur la CSE et en informe ses partenaires255. La France veut éviter de donner une réponse atlantique à Moscou : elle considère l’Alliance comme un organe de concertation seulement, et ce tout au long du processus d’Helsinki. Il est hors de question de participer à une détente « de bloc à bloc ». Malgré la normalisation occidentale, la France tente de poursuivre la politique de détente mise en œuvre depuis 1964.

  • 256 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington. AN, 5 AG 1 202.
  • 257 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 512 et p. 528.

210La visite de Debré à Washington en avril 1969 permet de se faire une claire idée à la fois de l’attitude des différents alliés à l’égard du projet de conférence et des réactions de la France à ces prises de positions. Les États-Unis sont les plus réticents256. En tant que superpuissance et devant les progrès nucléaires et balistiques soviétiques, ils préfèrent se concentrer sur la détente militaire, en particulier les négociations sur la réduction équilibrée des forces et la limitation des armes stratégiques. Les discussions SALT (Strategic Arms Limitation Talks) s’ouvrent d’ailleurs à Helsinki le 17 novembre 1969. L’envoi de nouvelles troupes en Asie du Sud-est, au détriment de la présence en Europe, motive aussi l’engagement américain dans les SALT. Kissinger souhaite profiter de la position de demandeurs des Soviétiques en matière de détente pour parvenir à une relation stable et équilibrée avec l’URSS257. Dans cette optique, le dialogue avec Moscou est fondamental. Or, une conférence paneuropéenne n’en permet pas, selon lui, l’épanouissement.

  • 258 Entretien Debré/Rogers/Stewart/Brandt, 9 avril 1969, Washington. AMAE, Europe 1966-1970, Entretiens (...)
  • 259 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington. AN, 5 AG 1 202.
  • 260 Entretien Debré/Nenni, 18 avril 1969, Rome. AMAE, Secrétariat général, Entretiens et messages, vol. (...)

211Les plus proches de la position française sont les Britanniques, pour lesquels une conférence préparée minutieusement serait susceptible d’améliorer le climat Est-Ouest258. Quant aux Italiens, aux Danois et aux Néerlandais, Debré pense qu’ils sont déjà allés trop loin dans l’acceptation de la conférence259. Aussi, à son retour des États-Unis, il se rend à Rome et met en garde le ministre italien des Affaires étrangères Pietro Nenni260.

  • 261 Kissinger H., À la Maison Blanche. 1968-1973, op. cit., p. 432.
  • 262 Aux yeux des dirigeants italiens, l’idée soviétique de CSE pourrait être favorablement accueillie p (...)

212Dans le projet gaullien d’une meilleure coopération politique ouest-européenne, l’Italie tient une place de premier choix aux côtés de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne, même si cette dernière a perdu de son importance aux yeux du Général depuis l’affaire Soames. Les Français se préoccupent donc de ne pas laisser Rome dévier vers des positions trop avancées en faveur des Soviétiques. En effet, lorsque les pays du pacte de Varsovie lancent l’appel de Budapest, le président du Conseil Mariano Rumor presse ses partenaires d’accepter la proposition soviétique. Fin mars, lors des obsèques d’Eisenhower à Washington, il demande au président Nixon de soutenir avec lui le projet de Moscou261. Pour Rumor, l’Italie a besoin de cette conférence du fait de la dégradation de sa situation intérieure262, marquée par le début des « années de plomb » et le déluge d’attentats extrémistes qui les caractérisent.

  • 263 Schoenborn B., op. cit., p. 318.

213À mi-chemin entre la position italienne, très favorable, et l’attitude française, favorable mais avec de nombreuses conditions préalables, il y a la RFA, du moins son ministre des Affaires étrangères. Willy Brandt – contrairement au chancelier Kiesinger bien plus réservé sur la question et qui, à l’approche des élections fédérales, tient à se démarquer du leader du SPD – se montre, dans les jours qui suivent l’appel de Budapest, favorable à la CSE, à condition que les États-Unis et le Canada y participent. Cela n’a rien d’étonnant dans la mesure où la proposition soviétique rappelle fortement le projet sur la sécurité européenne conçu par Egon Bahr. En 1965 déjà, il élabore un système européen de sécurité destiné à remplacer l’Otan et le pacte de Varsovie. Il faut bien sûr y voir un moyen pour parvenir à terme à la réunification de l’Allemagne. Or, pour cela, il importe à la fois de normaliser les relations de la RFA avec chacun des pays de l’Est et de créer une structure militaire européenne permettant d’en finir avec la peur constante des États frontaliers à l’égard de l’Allemagne263.

  • 264 Entretien Debré/Rogers/Stewart/Brandt, 9 avril 1969, Washington. AMAE, Europe 1966-1970, Entretiens (...)
  • 265 Note SDEC, 29 mars 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Accord quadripartite, vol. 50.

214La conception des Allemands n’est pas incompatible avec ce que pensent les Français, notamment sur la nécessité d’une amélioration des rapports de la RFA avec l’Europe orientale, mais elle omet un point auquel Paris tient énormément et qui explique en grande partie sa réticence à accepter la conférence : les droits quadripartites sur l’Allemagne et Berlin. Pour la France, l’un des principaux risques que peut faire courir un système paneuropéen de sécurité est la remise en question de ces droits. Devant ses homologues américain, britannique et allemand réunis à Washington le 9 avril 1969, Debré réfute toute contestation des droits quadripartites lorsque Brandt demande à ce qu’un compromis germano-soviétique soit trouvé à propos des liens entre Berlin-Ouest et la RFA264. Il refuse que les alliés, RFA comprise, tentent une approche séparée de l’URSS, c’est-à-dire sans concertation, sur Berlin car cela pourrait être considéré par Moscou comme un abandon par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France de leurs compétences relatives au trafic entre la RFA et Berlin265. Comme souvent depuis le début de la guerre froide, les alliés craignent que les Russes mettent en application leur menace de transférer leurs responsabilités sur Berlin-Est à la RDA. Cela affaiblirait considérablement la position des Trois à Berlin-Ouest car l’ancienne capitale du Reich ne serait plus un enjeu entre les grandes puissances. L’inquiétude est telle à Paris que, dès le printemps 1969, la France fait d’un accord quadripartite sur Berlin une condition sine qua non à l’acceptation d’une CSE.

  • 266 Entretien Alphand/Zorine, 20 mars 1969, Paris. AN, 5 AG 1 188. URSS. 1967-1969.
  • 267 Tg. no 1911/1923, de R. Seydoux, 17 avril 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, (...)
  • 268 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki Process », art. cit., p. 67.

215Au lendemain de l’appel de Budapest, sa position concernant la conférence est donc nette : même si elle est disposée à reprendre les conversations bilatérales, les problèmes de la division allemande et de la reconnaissance de la RDA se posent toujours266. Mais pour les Soviétiques, le simple fait que la France accepte, en avril 1969, de reprendre le dialogue sur la sécurité européenne constitue une victoire267, d’autant qu’elle n’est pas la seule à l’Ouest à le faire, comme le montrent les attitudes britannique, allemande, italienne, néerlandaise et danoise. Seuls les États-Unis restent vraiment en retrait. À Moscou, on considère que la voie vers une conférence est désormais ouverte. En témoigne la présence de membresclés du PCUS au premier congrès du Comité International pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CISCE) qui se réunit à Vienne en 1969268.

Le départ du Général et les nouvelles initiatives sur la sécurité européenne

216Le 28 avril 1969, au lendemain du référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation auquel de Gaulle avait lié son destin politique, le président de la République cesse d’exercer ses fonctions : les Français ont majoritairement désapprouvé son projet et, de fait, sa politique. Le Général quitte la vie publique en laissant un héritage dont chacun perçoit le poids. Il a dégagé la France du bourbier de la guerre d’Algérie, lui a rendu un pouvoir exécutif stable et fort et lui a redonné une voix écoutée et respectée partout sur la planète. En restaurant le statut international de la France, de Gaulle a réconcilié son pays avec le reste du monde. Sa grande ambition reposant sur une volonté inébranlable d’indépendance et visant à dépasser la logique bipolaire issue de la Seconde Guerre mondiale a conféré à la France une aura et une crédibilité perdues peu à peu au cours du premier vingtième siècle. Sa démission participe du renouveau des relations internationales qui s’opère à partir de 1969, dans un climat de détente qui ne correspond pas vraiment à la vision gaullienne de dépassement du bloc à bloc. Cela signifie-t-il que de Gaulle a échoué dans son dessein d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » ?

217L’ouverture à l’Est mise en œuvre par le Général a indéniablement contribué à la détente et a même incité les autres dirigeants occidentaux, notamment américains et allemands, à intensifier leur dialogue avec Moscou et ses satellites. Sur la question allemande, de Gaulle a fait preuve d’une constance à toute épreuve : il a toujours affirmé, quels que soient ses interlocuteurs, que la division était une anomalie et que les Européens devaient œuvrer dans le sens de la réunification. Ses exigences sur l’Allemagne n’ont jamais varié : renonciation à l’arme nucléaire, reconnaissance de la frontière Oder-Neisse et normalisation de ses rapports avec les pays de l’Est. Pour autant, il serait faux de dire qu’il a engendré l’Ostpolitik de Willy Brandt. Celle-ci trouve ses origines dès 1961 lorsque Brandt et Bahr élaborent, sous l’influence de la crise de Berlin, une politique qui leur est propre ; elle se développe parallèlement à celle de la France, pas après elle. De plus, contrairement à ce qu’on espère à Paris, les Allemands n’ont aucune envie d’attribuer à de Gaulle un rôle de médiateur entre Bonn et Moscou. Ils souhaitent établir un dialogue direct avec les Soviétiques, seul moyen de faire tomber le Mur.

218Mais c’est principalement l’intervention en Tchécoslovaquie et la normalisation qui l’accompagne qui diminuent les chances de voir un jour les velléités gaulliennes de dépassement de l’ordre bipolaire devenir réalité. Les événements d’août 1968 montrent que si la détente est possible, ce n’est pas le cas de la remise en question de la division de l’Europe. Dès 1967, il est clair que le bloc à bloc continue de définir les relations Est-Ouest : l’Otan reprend la main sur le processus de détente avec Moscou grâce aux tâches nouvelles que lui confère le rapport Harmel ; l’URSS privilégie ses relations avec les États-Unis plutôt qu’avec la France. Celle-ci ne paraît pas suffisamment puissante aux yeux des décideurs du Kremlin pour influer sur les positions de ses alliés.

219Enfin, dans son dessein paneuropéen, de Gaulle sous-estime le poids de l’idéologie. Il raisonne en termes de nations, jamais sous l’angle du communisme ou du libéralisme. La répression du printemps de Prague souligne que la réalité est tout autre : les pays de l’Est demeurent liés à l’URSS et la proclamation de la doctrine Brejnev sur la souveraineté limitée fait du socialisme, et donc de l’idéologie, le ciment par excellence du bloc oriental.

  • 269 Bozo F., « France, “Gaullism”, and the Cold War », in Leffler M.P., Westad O.A. (dir.), The Cambrid (...)

220Frédéric Bozo met en exergue un intéressant paradoxe : en faisant du dépassement des réalités de la guerre froide la raison d’être de la politique internationale de la France, de Gaulle a finalement transformé son pays en une puissance qui se satisfait de l’ordre établi269. Ainsi, on soupçonne souvent les présidents Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing de se complaire dans la division du continent. L’enjeu de notre propos est précisément de voir de quoi il en retourne exactement.

  • 270 Tg. no 2564/71, de Seydoux, 10 juin 1969. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2667.

221À la suite de la démission du général de Gaulle, les Russes se montrent surpris, perplexes et inquiets quant à l’avenir de la coopération franco-soviétique. Ils craignent qu’Alain Poher, perçu comme un démocrate-chrétien atlantiste et partisan d’une Europe intégrée, accède à la présidence de la République. Au contraire, Pompidou représente, à leurs yeux, la continuité270. Voilà pourquoi, au soir du premier tour des élections présidentielles le 1er juin 1969, ils se sentent rassurés à la vue du score écrasant – 44,47 % des voix – réalisé par ce dernier.

  • 271 Télégrammes circulaires NR 308 du 4 juillet 1969 et NR 324 du 17 juillet 1969, d’Alphand. AMAE, Eur (...)

222La réponse officielle de la France à l’appel de Budapest est transmise aux pays de l’Est après les élections, en juillet. Paris n’entend pas s’engager dans un dialogue portant sur l’organisation de la conférence et préfère, afin de déterminer si une réunion aurait des chances de succès, « explorer concrètement certains des thèmes éventuels de discussion » comme la coopération économique, la coopération en matière scientifique et technique, les problèmes d’aide au développement, les questions relatives à la protection des droits de l’homme, à la libre circulation des personnes, des idées et des informations, au progrès des échanges culturels271.

223Une telle énumération suggère deux choses. D’une part, en dépit de son attitude en retrait, la diplomatie française sait que la conférence devient difficilement contournable. D’autre part, cette évidence la conduit à élaborer une série de propositions qui, à l’automne 1969, se feront plus précises. Dès le mois de juillet, les Français envisagent de contrebalancer les projets soviétiques de statu quo par l’adjonction de thèmes plus subversifs qui formeront les deuxième et troisième corbeilles de la CSCE. La personnalité de Jacques Andréani, sous-directeur d’Europe orientale au Quai d’Orsay, n’est pas étrangère à cela. Il entend bien ne pas laisser les Soviétiques tirer les fruits de la conférence sans contrepartie. L’idée d’explorer bilatéralement certains thèmes avant d’entamer un processus de multilatéralisation devient une idée phare de la diplomatie française entre 1969 et 1972.

  • 272 Les 23 et 24 avril 1969, les ministres des Affaires étrangères de Finlande, Danemark, Islande, Norv (...)
  • 273 La Finlande bénéficie, pendant la guerre froide, d’une posture internationale originale qui suscite (...)

224Mais pour les pays d’Europe du Nord, les choses ne vont pas assez vite272. Fin avril 1969, le gouvernement de Finlande envoie un mémorandum à trente-deux pays européens, dont la RFA et la RDA, aux États-Unis, au Canada et au secrétariat des Nations unies en se fondant sur la déclaration faite par le pacte de Varsovie à Budapest. La Finlande se propose comme pays hôte de la future conférence et de ses réunions préparatoires. Pour beaucoup d’Occidentaux, les Finlandais agissent pour le compte de Moscou, qui souhaite désespérément en finir avec son isolement diplomatique consécutif à l’invasion de la Tchécoslovaquie273.

  • 274 Il s’agit de l’Autriche, la Belgique, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Suisse, la Su (...)
  • 275 Tg. no 197/199, d’André, 23 juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol.  (...)
  • 276 Note SDEO, 18 juin 1969. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1626.

225Alors que seize gouvernements européens se montrent immédiatement favorables à la proposition finlandaise274, le Quai d’Orsay juge prématuré le choix d’un lieu et d’une date275. L’un des principaux soucis des Français concernant la CSE est de parvenir à un équilibre entre le contenu et la durée des négociations. On est conscient à Paris qu’une réunion paneuropéenne serait à la fois une formidable occasion pour les satellites de développer leur coopération économique avec l’Ouest et un moyen pour les pays de l’Est de garantir leur sécurité face à l’URSS. Le problème tient à la longueur de la conférence, qui pourrait établir une routine et ne pas empêcher une répétition de l’affaire tchécoslovaque276.

226Il est essentiel selon les Français – et Jacques Andréani en particulier – d’imposer aux Soviétiques une négociation sur la coopération, parallèle à celle sur la sécurité, afin de tenir compte des velléités émancipatrices des satellites. On se dirige ainsi vers une conférence sur la sécurité et la coopération, que la France est le premier pays occidental à imaginer. C’est avec l’arrivée de Georges Pompidou à l’Élysée que cette idée devient l’un des paramètres fondamentaux de la politique française à l’égard du projet de conférence. Le successeur du général de Gaulle perçoit en effet rapidement le bénéfice exceptionnel que l’Ouest et, surtout, les peuples opprimés de l’Est peuvent tirer d’une CSCE ; l’engagement de la France dans le renforcement de la coopération politique ouest-européenne renforce cette conviction, en raison du formidable vecteur de diffusion des valeurs occidentales de démocratie et de respect des droits de l’homme que constitue ce qui devient en décembre 1969 la CPE.

227Une autre question revient au premier plan au printemps 1969 : s’agirait-il d’une conférence européenne sur la sécurité ou d’une conférence sur la sécurité en Europe ? En d’autres termes, doit-on inclure les Américains ou pas ? Les Soviétiques continuent de parler de conférence européenne, répétant que c’est aux Européens de décider lors de la phase préparatoire. Les satellites, eux, se montrent plus volontiers favorables à la participation des États-Unis dans la mesure où ils feraient contrepoids à la puissance soviétique. À l’Ouest, et davantage après la répression du printemps de Prague, personne n’imagine qu’on puisse parler de sécurité européenne en l’absence du protecteur américain. Même en France il est admis que la présence des États-Unis à la conférence est indispensable. Néanmoins, on insiste à Paris sur le fait que la préparation de la conférence doit se faire de manière bilatérale, en dehors des blocs, afin que les deux Grands n’influent pas systématiquement sur les positions de leurs alliés. Or, nous l’avons vu, il est difficile pour la France de se passer de l’Alliance atlantique. Dès 1969, les Européens de l’Ouest font savoir à l’URSS qu’ils ne sauraient accepter une CSE à laquelle ne participeraient pas les États-Unis. C’est donc une conférence sur la sécurité et la coopération en Europe qui se profile à l’horizon à l’été 1969.

  • 277 Selvage D., art. cit., p. 94.

228Si les Français se préoccupent de la réponse à donner aux Soviétiques, ils s’intéressent aussi à celle apportée à Moscou par leurs principaux alliés. Parmi eux, l’Allemagne est surveillée de très près, notamment à partir du moment où le polonais Gomulka décide d’entamer un dialogue bilatéral avec Bonn tout en étant conscient que des conversations germano-polonaises ne pourront pas aboutir tant que la RFA et l’URSS ne seront pas parvenues à un accord277.

  • 278 Hakkarainen P., « From linkage to freer movement. The FRG and the nexus between Western CSCE prepar (...)
  • 279 Garton Ash T., op. cit., p. 85.
  • 280 Note SDEC, 1er juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1577.

229De son côté, Egon Bahr recommande en juin qu’un accord interallemand constitue une condition de la participation de la RFA à la conférence. Étant donné les désaccords au sein de la grande coalition, il faut attendre la formation du gouvernement SPD-FDP en octobre 1969 pour que l’idée devienne réalité278. Bahr souhaite ainsi mettre à profit l’insistance soviétique concernant la conférence pour servir les intérêts de la RFA. Son but reste la réunification ; il pense donc qu’un rapprochement avec les pays de l’Est peut faire pression sur la RDA. Cependant, là encore, pour dialoguer avec ces États, le feu vert de Moscou est indispensable, comme l’ont prouvé les événements de Tchécoslovaquie. Un rapprochement germano-soviétique apparaît par conséquent nécessaire279. Les Français sont parfaitement informés de ces plans et certains points les conduisent à se poser des questions280.

230La France admet que la question de la normalisation interallemande relève en premier lieu des compétences de la RFA mais elle ne souhaite pas qu’elle bouleverse ses propres intérêts, en particulier en matière de droits quadripartites. Au Quai d’Orsay, on sait qu’une normalisation des rapports entre les deux Allemagne engendrerait une reconnaissance de la RDA par les Occidentaux. Mais qu’en serait-il de Berlin et de l’Allemagne dans son ensemble ? On craint surtout que les intentions de Brandt et de Bahr discréditent la politique allemande de la France. En effet, le statut quadripartite de Berlin reste directement lié à une conception générale du problème allemand selon laquelle ce statut constitue un état de chose transitoire, dans la perspective d’une réunification ultérieure du pays. Il est clair, pour les Français, qu’une normalisation de leurs rapports avec la RDA affecterait cette conception générale.

  • 281 Note SDEC, 15 juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 157.
  • 282 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 20 juin 1969, Bonn. AMAE, Europe 1944-…, RF (...)

231Les préoccupations françaises à cet égard ne relèvent pas d’une simple question de statut, elles reflètent une volonté sincère de la part de la France de défendre le principe de la réunification allemande. On est persuadé à Paris que cette réunification n’est envisageable que si les quatre puissances maintiennent leur droit de regard sur l’avenir de l’Allemagne281. En d’autres termes, on veut éviter de participer à la consécration de la division allemande et de donner du grain à moudre au moulin soviétique : reconnaître la RDA signifierait reconnaître Berlin-Est et remettre en cause le statut quadripartite de Berlin et de l’Allemagne. Or, celui-ci est, conformément aux accords de Potsdam de 1945, partie intégrante de la posture internationale de la France et lui garantit un droit de regard sur la résolution de la question allemande. Par conséquent, la sous-direction d’Europe centrale du Quai d’Orsay propose de faire du maintien du quadripartisme une condition à la normalisation avec la RDA. Face à l’inquiétude française, Bonn tente de rassurer en affirmant que le règlement allemand ne se fera pas sans les quatre puissances mais qu’il est nécessaire que la RFA éclaircisse ses rapports avec la RDA avant d’entamer une CSE282.

  • 283 Kissinger H., À la Maison-Blanche, op. cit., p. 425.

232Les Américains se préoccupent également de la préservation de leurs droits sur Berlin. Nixon propose à plusieurs reprises aux Soviétiques d’entamer une discussion sur la question. Le 10 juillet 1969, Gromyko se dit prêt à « procéder à un échange de vues sur la façon dont les complications présentes et futures pourraient être évitées pour Berlin-Ouest283 ». Brandt, qui cherche à améliorer l’accès des civils à Berlin, presse les Occidentaux à accepter cette offre. C’est ce qu’ils font le 7 août. Plus d’un mois après, les Soviétiques indiquent leur refus de discuter de l’amélioration des accès à Berlin ; ils veulent concentrer le dialogue sur la limitation des activités de la RFA à Berlin-Ouest. À la fin de l’été 1969, les conversations sur Berlin sont dans l’impasse, avant même d’avoir commencé.

233Au final, si on analyse la politique française vis-à-vis de la CSE au moment où Georges Pompidou arrive au pouvoir, on se rend compte que les conditions posées par la France à la tenue d’une telle réunion relèvent à la fois de l’exigence et de la pusillanimité. La volonté de voir la RFA améliorer ses relations avec l’Est tout en réclamant que les droits quadripartites soient mieux protégés contre ce rapprochement relèvent de la première. Il est clair pour Paris qu’une CSE ne pourra avoir lieu tant que l’existence de la ligne Oder-Neisse n’aura pas été reconnue par Bonn, que les rapports interallemands ne se seront pas embellis et que le quadripartisme n’aura pas été réaffirmé. Ce sont là les conditions majeures posées par la diplomatie gaullienne.

234Mais les réticences de la France à accepter la CSE traduisent également sa crainte de voir son statut – officieux – d’interlocuteur privilégié de Moscou davantage érodé que ce qu’il ne l’est déjà par une conférence qui pourrait opposer deux blocs. On a peur à Paris que la CSE donne lieu à un dialogue soviéto-américain et confirme, après l’opération tchécoslovaque, la prépondérance des deux Grands en Europe. Nous allons voir que de tels arguments, qui au printemps 1969, jouent en défaveur d’une acceptation de la conférence par la France, perdent progressivement de leur raison d’être dans les mois et les années qui suivent. Le désintérêt américain pour le projet soviétique, le renforcement inévitable de l’entente entre Washington et Moscou, la naissance de la coopération politique européenne et l’accord de l’URSS d’introduire les questions des échanges culturels et humains dans l’agenda de la future CSE laissent percevoir chez les Français la possibilité d’organiser une conférence sur la sécurité et la coopération en Europe au cours de laquelle chaque pays participant pourrait parler en son nom propre dans le but d’atténuer la division du continent.

Georges Pompidou : la continuité avant tout

235On a souvent présenté, et ce dès les années 1970, Georges Pompidou comme un défenseur du statu quo territorial et politique européen, qui aurait donné son accord à la tenue de la CSCE dans l’optique de rendre cette situation irréversible et, surtout, d’empêcher l’Allemagne de pouvoir un jour parvenir à la réunification.

  • 284 Soutou G.-H., « L’attitude de Georges Pompidou face à l’Allemagne », in Association Georges Pompido (...)

236L’attitude du président français à propos des négociations quadripartites sur Berlin a pu contribuer à forger cette légende : parvenant à l’Élysée au moment où les Quatre envisagent des discussions sur les accès à la ville, Pompidou ne voit pas l’intérêt de ces dernières, les jugeant même dangereuses dans la mesure où les pourparlers sont susceptibles de porter uniquement sur Berlin-Ouest et de laisser Berlin-Est de côté. Il s’oppose aussi à ce que la RFA représente Berlin-Ouest dans ses relations avec l’Est et refuse que les députés berlinois aient un droit de vote au Bundestag. Bref, il n’accepte pas que Berlin-Ouest devienne un Land de la RFA. Le risque, à ses yeux, est que le statut quadripartite de l’ancienne capitale du Reich soit remis en cause284. Une telle attitude ne signifie pas que Pompidou s’oppose à la réunification allemande, bien au contraire. Comme de Gaulle, il tient à préserver les droits et responsabilités quadripartites sur Berlin et l’Allemagne dans son ensemble car ce sont, à ses yeux, les seules garanties contre une division définitive de l’Allemagne.

237Il est tout aussi aisé d’établir un raccourci semblable entre CSCE et volonté de maintenir l’Allemagne divisée. Mais l’ouverture des archives de l’Élysée comme de celles du Quai d’Orsay rendent aujourd’hui possible une analyse approfondie de la politique pompidolienne à l’égard de ce qu’on nomme désormais le processus d’Helsinki. On s’aperçoit que si le successeur du général de Gaulle se montre, dès la fin de l’année 1969, favorable à l’idée de réunir une CSCE, c’est précisément dans le but inverse de ce qui a longtemps été affirmé. Pompidou prend en effet rapidement conscience des conséquences positives que pourrait avoir le projet soviétique sur l’avenir de l’Europe et des Européens si la CSE devient une CSCE. Ainsi, on a prêté au président français des objectifs identiques à ceux que les Soviétiques assignaient à la conférence, sans établir de distinction entre ses positions et celles de Moscou concernant la question allemande et le rôle de la détente. Il est donc impératif de connaitre la vision des rapports Est-Ouest de Pompidou pour saisir sa position vis-à-vis de la CSCE.

238Élu deuxième président de la Cinquième République le 15 juin 1969 avec plus de 58 % des voix, Georges Pompidou voit les relations internationales subir un tournant majeur au cours de son mandat : la RFA normalise ses relations avec les pays de l’Est ; la Grande-Bretagne fait son entrée dans le Marché commun ; les États-Unis et l’URSS se lancent dans les négociations sur la limitation des armes stratégiques et, accompagnés de leurs alliés, dans celles sur la réduction mutuelle et équilibrée des forces ; Washington se rapproche de Pékin ; Nixon supprime la convertibilité-or du dollar. Côté français, c’est bel et bien le président Pompidou qui donne le feu vert à l’engagement de son pays dans le processus d’Helsinki.

239La personnalité du nouveau président diffère de celle de son illustre prédécesseur. Normalien, agrégé de lettres classiques, féru d’art contemporain et d’économie, Georges Pompidou est originaire d’une famille rurale du Cantal, de parents instituteurs. On est loin du Charles de Gaulle né dans la bourgeoisie catholique du Nord puis élève de l’École d’officiers de St Cyr. La tâche qui consiste à succéder au Général ne semble pas dénuée de difficultés au printemps 1969. Mais Pompidou parvient très tôt à sortir de l’ombre de celui qui l’a précédé et à marquer de son empreinte la politique intérieure et extérieure de la France. Certes, les relations avec l’URSS ne sont guère flamboyantes quand il arrive au pouvoir, mais il va pourtant contribuer à faire de son septennat interrompu – il est mort deux ans avant le terme de son mandat – une période de dialogue franco-soviétique intense. Cela est notamment rendu possible par le ministre des Affaires étrangères Maurice Schumann, gaulliste de la première heure et ancien porte-parole de la France libre. Alors qu’à l’époque du général de Gaulle, le président de la République faisait de la politique extérieure sa chasse gardée, le ministre des Affaires étrangères paraît disposer d’une marge de manœuvre plus large sous Pompidou. Nous verrons ainsi le rôle majeur joué par Schumann dans le processus d’acceptation et de préparation de la CSCE.

  • 285 L’opinion publique reste attachée à l’amitié franco-américaine et franco-britannique ainsi qu’au dé (...)
  • 286 Rey M.-P., « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », in Association Georges Pompidou, G (...)
  • 287 Ibid., p. 145.

240Le nouveau président est un homme pragmatique qui tente d’adapter la France aux bouleversements internationaux en tenant davantage compte de l’évolution de l’opinion publique285. Pour Pompidou, la détente avec l’URSS constitue certes une « nécessité structurelle » destinée à renforcer l’indépendance de la France, mais il faut aussi préserver l’alliance occidentale286. Il reprend l’héritage gaullien tout en lui conférant une plus grande orientation économique. Il ne cesse d’encourager les exportations françaises, voyant dans le territoire soviétique « un immense marché à conquérir287 », d’autant qu’en 1969, l’Italie et la RFA distancent largement la France dans ce domaine.

  • 288 Ibid., p. 146.

241Georges Pompidou possède une vision de la détente proche de celle du général de Gaulle, mais avec des nuances. Ainsi, il n’adhère pas à la conception utopique d’une Europe qui irait « de l’Atlantique à l’Oural ». Il fait preuve d’une plus grande vigilance à l’égard des intentions de Moscou dont il mesure la puissance politique et militaire, d’où l’importance qu’il accorde au processus de construction européenne, jugé inséparable du processus de détente : une Communauté européenne forte et unie, condition nécessaire au rapprochement des Occidentaux avec les peuples d’Europe de l’Est, doit permettre à la France de renforcer son rayonnement sur l’ensemble du continent et dans le reste du monde288. On retrouve là le projet de coopération politique ouest-européenne émis par de Gaulle avant que l’affaire Soames ne vienne le saborder.

  • 289 Document lu par Zorine lors de son audience auprès de G. Pompidou, 21 juillet 1969. AMAE, Europe 19 (...)

242Quant aux Soviétiques, afin d’être certains que la France poursuivra la politique de détente instaurée par de Gaulle, ils envoient en juillet 1969 l’ambassadeur Zorine souligner auprès du nouveau président la communauté de vues qui unit les deux pays à propos de « l’inviolabilité des frontières européennes d’après-guerre et la non-admission de la RFA aux armes nucléaires sous quelque forme que ce soit289 ». Certes, Pompidou garde, sur ces points, la même attitude que de Gaulle mais il fait preuve, à l’égard des Soviétiques comme des Allemands, d’une certaine méfiance. Par ailleurs, il estime indispensable une bonne entente avec les États-Unis.

  • 290 Soutou G.-H., « The linkage between European integration and détente », art. cit., p. 23-25.

243Sans être atlantiste, il juge essentielle la présence américaine en Europe tant que le continent restera divisé. Comme de Gaulle, il craint que le type de détente menée par Washington, en particulier les négociations SALT, ne mène à d’excessives concessions envers l’URSS ou à un condominium soviéto-américain. De même, Pompidou a peur que les SALT réduisent la garantie nucléaire des États-Unis sur l’Europe et encouragent les deux Grands à considérer les puissances nucléaires secondaires, à l’image de la France, comme des facteurs de déstabilisation à contrôler en temps de crise. La crainte du désengagement américain et du découplage est permanente à la fin des années 1960 et dans les années 1970 au sein des instances dirigeantes et diplomatiques françaises. La campagne menée, dès 1966, par le sénateur démocrate Mike Mansfield pour la réduction des troupes en Europe a un impact considérable sur l’opinion publique des États-Unis. Voilà pourquoi Pompidou souhaite une détente indivisible ne s’appliquant pas seulement à l’Europe mais aussi au reste du monde. À ses yeux, limiter la détente au continent européen ne peut conduire qu’à un condominium entre Washington et Moscou, les deux Géants concentrant leur énergie contre leur ennemi commun : la Chine290. Au total, si l’on compare la politique étrangère de Pompidou à celle du général de Gaulle, la continuité l’emporte sur la rupture.

  • 291 Note de J.-B. Raimond pour le président, 7 août 1969. AN, 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 1 (...)

244La question de la conférence européenne ne parvient sous les yeux du nouveau président qu’au cours de l’été 1969. Le 7 août, Jean-Bernard Raimond, conseiller au secrétariat général de l’Élysée, lui en expose les enjeux. Il explique qu’il est difficile de rejeter purement et simplement la proposition, « cela au nom de l’autonomie que recherchent certains pays de l’Est comme la Roumanie et la Tchécoslovaquie291 ».

  • 292 Note de Raimond pour le président, 1er octobre 1969. AN, 5 AG 2 1041.
  • 293 Tg. NR 1381/86, de Kosciusko-Morizet, 23 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internati (...)

245Le mois suivant, ayant parfaitement saisi les objectifs des Soviétiques, Pompidou fixe lui-même la position française concernant la CSE lorsque Maurice Schumann s’apprête à s’envoler pour Moscou : soulignant l’intérêt d’une telle réunion pour consolider la paix, il récupère à son profit les traditionnelles formules sur le refus du bloc à bloc et la nécessité d’une préparation bilatérale approfondie. Celle-ci doit d’une part permettre le maintien d’un dialogue franco-soviétique privilégié et d’autre part fournir l’occasion à chaque pays, de l’Est comme de l’Ouest, d’exprimer un avis qui lui est propre sur tous les sujets qui pourraient être abordés à la conférence, qu’ils relèvent de la sécurité ou de la coopération292. L’insistance des Français sur l’aspect bilatéral ne plaît guère à certains de leurs partenaires occidentaux, notamment les Italiens et les Néerlandais pour lesquels il serait dangereux que la méthode bilatérale aboutisse à une rencontre où l’Ouest se trouverait désuni, alors que l’Est parlerait d’une seule voix. Ils estiment qu’à un certain stade au moins, une instance de coordination des vues occidentales paraît nécessaire293.

  • 294 Tg. no 388, d’Alphand, 29 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol.  (...)

246Dans certains pays de l’Est, on retrouve la crainte que la France s’oriente vers un dialogue privilégié avec l’URSS au détriment des autres. Aux ambassadeurs en poste à l’Est, Hervé Alphand demande de transmettre aux autorités de leur pays de résidence que la France ne souscrit à aucune hiérarchie294. Pourtant, cette hiérarchie, qui s’est accentuée depuis l’affaire tchécoslovaque, existe depuis que de Gaulle a instauré sa politique de détente : l’URSS d’abord, la Pologne et la Roumanie ensuite, les autres viennent après.

  • 295 Selvage D., art. cit., p. 95.

247La réaffirmation du leadership soviétique transparaît dans la réorganisation des propositions faites aux Occidentaux en matière de sécurité européenne. Sur insistance de la RDA, l’URSS décide d’englober toutes les négociations politiques entre ses satellites et Bonn dans la rubrique conférence paneuropéenne, conférence que le Kremlin souhaite réunir à Helsinki pour la première moitié de l’année 1970. L’Est pourra ainsi obtenir des résultats concrets : la RDA siégera à la CSE sur le même pied que la RFA, ce qui équivaudra à une reconnaissance de facto ; l’URSS demandera aux autres États socialistes de développer leurs relations bilatérales avec Bonn contre une renonciation à la force, ce qui rendra redondants les accords germano-soviétiques sur cette question. De la sorte, Moscou réaffirme son rôle de porte-parole des pays de l’Est et, surtout, son hégémonie295.

248Cela transparaît dans le texte issu de la conférence des ministres des Affaires étrangères du pacte de Varsovie qui se tient à Prague en octobre 1969. Ce nouvel appel à une CSE comprend, outre un accord européen de renonciation à la force et le désir d’accroître la coopération économique, scientifique et technique entre l’Est et l’Ouest, une référence à la reconnaissance et au respect inconditionnel « de l’intégrité territoriale de tous les États européens dans leurs frontières actuelles ». Il proclame surtout le principe de non-intervention dans les affaires intérieures afin que les Occidentaux ne soient pas tentés de se mêler des affaires du bloc soviétique.

  • 296 Les pays de l’Est confèrent à la Finlande le rôle de centraliser les propositions. Note SDEO, 4 nov (...)
  • 297 Entretien Alphand/Macovesco, 17 novembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 111. Roumanie. 1969-1972.
  • 298 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 15 décembre 1969, Paris. AMAE, Europe 1944- (...)

249Pour la première fois depuis que les pays du pacte de Varsovie lancent des appels en faveur d’une CSE, la réaction française est plutôt positive, Paris appréciant que l’URSS et ses alliés acceptent le principe d’une préparation bilatérale, comme le souhaite la France depuis le début296. En revanche, le Quai d’Orsay estime précoce une conférence qui se tiendrait au début de l’année 1970297 et déplore que l’URSS s’emmêle dans ses contradictions. Il s’aperçoit que la réunion du pacte de Varsovie est concomitante avec la publication d’un communiqué soviéto-tchèque réaffirmant explicitement la doctrine Brejnev sur le caractère de classe de la souveraineté – l’URSS se réserve le droit d’intervenir dans les affaires d’un pays frère si le socialisme y est menacé – ce qui va dans le sens de la reconnaissance d’un modèle soviétique unique. Le Quai d’Orsay remarque judicieusement que le cœur même du document issu de la réunion de Prague consiste à proclamer le principe de non-intervention, mais qu’il ne s’applique pas entre pays appartenant à un même bloc. À une définition restreinte de la non-intervention, la France oppose une définition générale : ce principe devrait s’appliquer à tous les États, qu’ils fassent partie ou non du même bloc298. Aux Yougoslaves, inquiets à l’idée que les Soviétiques puissent intervenir militairement chez eux, le directeur adjoint des Affaires politiques Jean Jurgensen indique à propos de la non-intervention telle que l’imagine Moscou :

  • 299 Entretien Jurgensen/Drndic, 24 novembre 1969, Belgrade. AN, 5 AG 2 114. Yougoslavie. 1969-1974.

« Souscrire à une telle formulation risquerait de nous rendre ridicules devant l’opinion française compte tenu de ce qui s’est passé en Tchécoslovaquie. Nous aurions l’air d’avantager le comportement des Soviétiques. Il conviendrait donc de trouver une formule qui puisse embarrasser les Russes s’ils voulaient faire une nouvelle opération du type tchécoslovaque299. »

250S’ouvre ainsi à l’automne 1969 un débat que l’on va retrouver durant tout le processus d’Helsinki. Il s’intègre plus largement à celui sur la définition des principes devant régir les relations entre États : l’Est et l’Ouest se livrent à une véritable bataille des mots pour parvenir à imposer leurs conceptions.

251Il en va de même pour un autre principe cher aux décideurs de l’Est, celui du non-recours à la force, une proposition phare de l’appel de Prague. L’URSS entend par là discuter d’un thème qui figure au centre de ses négociations avec la RFA depuis 1966 mais sur lequel les deux pays ne parviennent pas à s’accorder. Le non-recours à la force vise au sens large le règlement pacifique des litiges, mais il peut soulever aussi le problème des frontières.

  • 300 Entretien Beaumarchais/Ruete, 10 novembre 1969, Bonn. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

252En effet, si la France la première se montre réticente à ouvrir un dialogue multilatéral sur le non-recours à la force, c’est d’abord parce qu’elle constate que les pays de l’Est lient expressément ce principe à celui de l’intangibilité des frontières. Selon les Français, le non-recours à la force suppose, dans l’esprit des Soviétiques et de leurs alliés, l’acceptation par les Occidentaux de reconnaître les frontières allemandes et la RDA300. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères l’avoue, le but est d’éviter la réunification de l’Allemagne :

  • 301 Entretien de l’ambassadeur à Moscou avec M. Semionov. Tg. no 5400/05, de Seydoux, 25 octobre 1969. (...)

« Une unité au centre de l’Europe n’est pas profitable à l’Europe, ni la France ni l’Union soviétique n’y ont intérêt. Le Reich est synonyme de guerre. La manière peut changer mais le Reich demeure le Reich. Nous en avons une expérience solide : elle repose sur vingt millions de morts301. »

253Nous le verrons dans le chapitre suivant, les Français décident donc d’élaborer une série de contre-propositions visant à ne pas laisser les Soviétiques installer un statu quo en Europe sans contrepartie. L’intérêt français pour la CSE va ainsi croissant à l’automne 1969. Georges Pompidou lui-même le constate :

  • 302 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 196 (...)

« En ce qui concerne la sécurité européenne et l’attitude à prendre, il est exact que la position française est moins négative qu’auparavant. Nous savons que dans tous ces domaines il faut être près des réalités. Quand l’idée a été lancée par les Soviétiques, elle a été considérée comme un ballon d’essai, comme une idée en l’air destinée à embarrasser les autres, à présenter les pays de l’Est comme des pays pacifiques et à essayer, indirectement, de consacrer, notamment en ce qui concerne le problème allemand, le statu quo. Aussi les Occidentaux se sont-ils dits : il ne faut pas tomber dans le piège. C’est un fait que la situation a évolué ; pour quelles raisons je ne le sais pas exactement. La conférence, dit-on, n’aura pas lieu au printemps. Soit, mais c’est déjà un changement considérable. C’est ce que j’ai senti dès mon arrivée ; il est bien évident que les réactions des uns et des autres ces derniers temps sont très différentes302. »

  • 303 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 152.
  • 304 Ibid., p. 152.

254Pompidou dit ne pas savoir pourquoi la situation vis-à-vis de la CSE a évolué dans un sens favorable au projet soviétique. Pourtant, dans ce même entretien avec le secrétaire général de l’Otan Manlio Brosio, il explique que, par les contacts qu’ils tentent d’établir avec l’Est, les Allemands ont commencé à préparer la conférence. Ainsi, si le climat européen autour de l’idée de CSE a changé, c’est en raison de l’arrivée de Willy Brandt à la chancellerie en octobre 1969. Dès sa première déclaration gouvernementale en tant que chancelier, il affirme qu’une telle conférence serait utile303 ; lors de son discours inaugural le 28 octobre, il reconnaît l’existence de « deux États allemands au sein d’une même nation allemande » et appelle à l’établissement de relations spéciales entre ces deux États. Il réclame également un accord avec l’URSS et d’autres pays du pacte de Varsovie sur le non-recours à la force, ainsi qu’un accord quadripartite sur les accès à Berlin-Ouest304.

  • 305 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 196 (...)
  • 306 Note SDEO, 2 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

255La nouvelle Ostpolitik de Bonn a un effet immédiat sur l’attitude française à l’égard de la conférence. La France souhaite apparaître aux yeux des dirigeants du Kremlin comme un partenaire indispensable sur les affaires européennes. Plus encore, elle veut se montrer meilleure partenaire que l’Allemagne. L’élection de Brandt pousse les Français à s’engager pour de bon dans ce qui devient le processus d’Helsinki. Le 19 novembre, Georges Pompidou explique à Manlio Brosio que la France ne doit pas demeurer en dehors de la préparation de la CSE et laisser Brandt agir seul305. Pour le Quai d’Orsay, il faut à la fois éviter d’être isolé parmi les Occidentaux dans une position nettement plus négative que les autres, et refuser toute attitude qui permettrait aux Soviétiques d’utiliser la France pour augmenter encore la pression qu’ils exercent sur le gouvernement allemand306.

256En outre, à partir du moment où la RFA s’engage, avec l’élection de Brandt, vers la reconnaissance de la RDA et un accord sur le non-recours à la force, Paris a tout intérêt à aller de l’avant avec les Soviétiques : on ne risque pas de l’accuser de vouloir consacrer le statu quo aux dépens de la RFA, étant donné qu’elle le consacre toute seule en négociant avec Moscou. La France n’a plus rien à perdre en acceptant la CSE. Au contraire, ne pas le faire risquerait d’affaiblir son influence sur la question allemande.

  • 307 Tg. no 1565/73, de Kosciusko-Morizet, 6 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internati (...)
  • 308 Pompidou au secrétaire d’État Jean de Lipkowski, 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1041. Otan, relations E (...)

257D’autres raisons expliquent la nouvelle position de la France. En premier lieu, il est clair pour tout le monde qu’une conférence est désormais inévitable dans la mesure où la plupart des États européens l’ont acceptée et ne parlent quasiment que de cela avec les Soviétiques et leurs satellites. Il est intéressant de noter que l’appel de Prague lancé par le pacte de Varsovie est accueilli timidement par les membres du conseil de l’Otan à Bruxelles alors que, séparément, chaque pays de l’Alliance atlantique, à l’exception notable des États-Unis, se montre réceptif au projet soviétique de conférence307. Aux yeux des Français aussi, la CSE constitue un sujet de discussion central avec les Russes, pour ne pas dire le seul, comme le prouve cette remarque de Georges Pompidou à quelques mois de son séjour en URSS : « Je n’ai au fond pas grand-chose à dire aux Russes lors de mon voyage à Moscou. Il serait bon, par conséquent, que je puisse leur apporter un accord plus formel sur la Conférence de Sécurité308. »

258De fait, Pompidou accorde à la question un intérêt plus grand que ce que ne le faisait son prédécesseur ; d’abord parce que cela lui permet de maintenir un dialogue constructif avec les Soviétiques ; en deuxième lieu, contrairement à de Gaulle, il n’est pas foncièrement hostile aux rencontres multilatérales ; enfin, il prend en compte les évolutions mentales et les points de contestation véhiculés par Mai 68 – notamment le refus d’une politique étrangère au-dessus des moyens disponibles – ainsi que la révolution des mœurs qui l’accompagne. Premier ministre au moment des événements de mai, témoin du décalage croissant entre le dessein du Général et les attentes des citoyens, Pompidou cherche sans doute à adapter la pensée gaulliste à l’air du temps. L’engagement de la France dans la préparation de la CSCE symbolise cette adaptation : tout en faisant des relations avec l’URSS et ses satellites une composante essentielle de sa politique étrangère, la France s’engage dans un processus multilatéral qu’elle ne domine pas. La politique française à l’égard de la CSCE traduit la nécessité nouvelle de conjuguer une meilleure coopération politique entre Européens de l’Ouest avec le besoin d’apporter des résultats concrets au dialogue avec les Européens de l’Est.

  • 309 Entretien Beaumarchais/Trhlik, 22 octobre 1969, Prague. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1629.

259Ce nouvel intérêt pour la CSE tient aussi à l’effet que peut avoir la conférence au sein même du pacte de Varsovie. Les Tchèques cherchent à convaincre les Français que son organisation correspond, dans l’esprit des dirigeants de l’Est, à la vision de la détente développée par le général de Gaulle : la CSE sera un forum pour tous les États européens ; ils pourront s’y exprimer librement309. L’argument fondé sur le refus du bloc à bloc est évidemment perçu avec satisfaction du côté français et participe de la conviction de certains diplomates, Jacques Andréani en particulier, qu’une conférence bien ficelée est susceptible d’ébranler la solidarité socialiste imposée de l’autre côté du rideau de fer.

L’élaboration du préalable allemand

  • 310 Note SDEO, 2 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, vol. 2034.
  • 311 Tg. no 4692/700, de F. Seydoux, 25 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1577.

260Le problème de la participation de la RDA représentant l’obstacle majeur à la tenue d’une CSE, c’est le gouvernement de RFA qui, du fait de la campagne de l’Est en faveur de la conférence, subit la pression la plus forte concernant la reconnaissance du « régime de Pankow310 ». Alors qu’il s’apprête à accéder à la chancellerie, Brandt tente de convaincre Gromyko de la nécessité de clarifier les relations interallemandes avant toute reconnaissance effective ; dans le cas contraire, l’atmosphère à la conférence serait particulièrement tendue, d’autant qu’à l’automne 1969, Berlin-Est multiplie les difficultés à l’encontre des voies d’accès terrestres à Berlin-Ouest311.

  • 312 Tg. no 6046/52, de F. Seydoux, 26 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, (...)

261Par ailleurs, les dirigeants ouest-allemands sont inquiets de voir les Russes tirer profit de leur projet de CSE pour « barguigner dans la négociation bilatérale que les Allemands leur ont proposée » sur le non-recours à la force312. S’y ajoute la crainte que les Soviétiques s’appliquent tout autant à faire traîner les choses du côté des trois alliés et de leurs sondages sur Berlin afin d’aboutir à une conférence où ils pourraient plus facilement faire passer leurs thèses, du moins celles qui concernent les principes visant à hypothéquer en leur faveur un futur règlement de paix allemand. Par conséquent, Bonn souhaite que les pays occidentaux ne fassent pas de nouveaux pas vers l’acceptation de la conférence avant que les pourparlers interallemands ne se soient eux-mêmes développés.

  • 313 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.
  • 314 Entretiens Schumann/von Braun, 8 et 16 octobre 1969, Paris. AMAE, Secrétariat général, entretiens e (...)

262La position française est claire : il faut laisser la RFA tâter le terrain de la CSE et améliorer ses rapports avec la RDA, mais à la condition stricte qu’elle informe exactement les trois Occidentaux de ses conversations avec l’Est313. Il s’agit de se prémunir contre des concessions trop importantes des Allemands de l’Ouest envers Moscou et Berlin-Est. Ainsi, Schumann réclame une coordination des politiques française et allemande à l’égard de la CSE, de la renonciation à la force et des sondages relatifs à Berlin. À ses yeux, il est indispensable que ces trois discussions ne soient pas menées séparément mais fassent l’objet d’une concertation et d’une étude commune314. Dès lors que Brandt devient chancelier, les Français s’emploient à convaincre les Allemands de la nécessité de ce lien tout en affirmant aux Soviétiques que la France n’émet aucune condition préalable, si ce n’est le refus du bloc à bloc, à la tenue de la conférence.

  • 315 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 498-501.

263Lors de son discours d’investiture, le 28 octobre 1969, Brandt explique que le but de sa politique est d’éviter que la division ne conduise à une rupture culturelle et psychologique des deux Allemagne, en plus d’une rupture administrative et politique déjà consommée. Aussi le chancelier décide-t-il de reconnaître l’existence des deux États allemands et les « réalités de 1945 ». Pour preuve de sa bonne volonté, il se déclare prêt à signer le traité de non-prolifération nucléaire de 1968, ce qui constitue pour les Soviétiques une condition préalable au rapprochement315.

  • 316 Sarotte M., Dealing with the Devil: East Germany, Détente, and Ostpolitik, 1969-1973, Chapel Hill, (...)
  • 317 Note SDEC, 6 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1546.

264En France, le Quai d’Orsay considère contradictoires les propos tenus par la RFA à l’intention de l’Est et ceux adressés au reste du monde. On reproche au gouvernement fédéral d’inciter ses alliés à maintenir l’ostracisme à l’égard de Berlin-Est dans les rapports bilatéraux comme au sein des organisations internationales alors que Bonn reconnaît l’existence de la RDA et propose même d’avoir avec elle des conversations au niveau le plus élevé. Pour la France, cette attitude des dirigeants ouest-allemands ne peut que favoriser le régime est-allemand. Pourtant, tandis que les Polonais se montrent ouverts à toute intensification du dialogue avec la RFA, la RDA se veut plus négative, consciente des risques que pourrait comporter pour elle une normalisation avec l’Allemagne occidentale. Les projets de Brandt visant à établir des liens de nature particulière avec Berlin-Est lui paraissent d’autant plus dangereux qu’ils sont susceptibles d’éveiller des échos favorables dans certains pays de l’Est. Le président du Conseil d’État Walter Ulbricht réclame donc avec insistance la reconnaissance complète, dite « de droit international », qui ferait de la RFA et de la RDA deux États étrangers316. Quant aux Soviétiques, les Français estiment que leur principal souci est de concilier leur volonté de développer le dialogue avec Bonn avec leur désir de maintenir les chances de succès d’une CSE et la nécessité de tenir compte des inquiétudes des décideurs est-allemands317.

265De fait, le Quai d’Orsay juge Brandt trop optimiste : Moscou n’encouragera pas l’établissement de liens denses entre les deux Allemagne. En outre, la puissance économique de la RDA constitue un moyen de pression sur ses partenaires du COMECON ; Bonn n’a donc que très peu de chances de parvenir à isoler Berlin-Est qui, en se servant de la plus grande légitimité que lui confère la politique du chancelier ouest-allemand, va pouvoir développer de nouvelles capacités de résistance. Brandt, en fragile équilibre, sera conduit à de nouvelles concessions, dont la reconnaissance intégrale de la RDA. Le jugement français à l’égard des intentions du nouveau gouvernement fédéral apparaît ainsi particulièrement sévère. On se plaint à Paris du fait que la RFA n’a pas consulté ses alliés avant de reconnaître l’existence de deux États en Allemagne. Les indications fournies ont été vagues et fragmentaires alors qu’elles touchent aux intérêts même de la France.

  • 318 Note SDEC, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1546.

266D’abord, celle-ci craint qu’à la conférence paneuropéenne, si elle a lieu, l’URSS et la RFA jouissent d’une situation privilégiée en raison de négociations germano-soviétiques préalables sur plusieurs points de l’ordre du jour, notamment sur le non-recours à la force, principe qui n’a pas les faveurs de la France parce qu’il est perçu par Moscou comme étant concomitant à l’intangibilité des frontières. Deuxièmement, l’Ostpolitik pourrait remettre en cause la position française à Berlin et le statut de la ville : si la RDA accroît son crédit international et se saisit du contrôle des accès à Berlin-Ouest, les trois puissances alliées verront probablement s’effondrer l’édifice juridique berlinois sur lequel repose leur présence dans l’ancienne capitale du Reich. De plus, les velléités grandissantes de Bonn concernant ses liens avec Berlin-Ouest vont à l’encontre du quadripartisme, même si Brandt n’a aucun intérêt à renoncer à ce dernier étant donné qu’il constitue la garantie d’une réunification future318.

  • 319 Loth W., « Détente and European integration in the policies of Willy Brandt and Georges Pompidou »,(...)

267Pour rassurer le gouvernement français, le chancelier envoie à Paris son conseiller spécial pour les affaires franco-allemandes, Carlo Schmid, afin qu’il explique à Pompidou que la France n’a rien à craindre des nouvelles initiatives de la RFA : « La coopération franco-allemande deviendra le pivot de notre politique ». Le président de la République dit comprendre et soutenir la politique de Brandt, reconnaissant que la répression du printemps de Prague suppose désormais que le dialogue avec l’Est passe d’abord par Moscou319. Si le Quai d’Orsay juge indispensable de tirer du désir soviétique de CSE la contrepartie d’une négociation sur Berlin, Pompidou voit toujours un danger dans ce genre de discussion.

  • 320 Note SDEO, 20 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2032.
  • 321 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 15 décembre 1969, Paris. AMAE, Europe 1944- (...)

268Pourtant, le directeur d’Europe, Claude Arnaud, et la sous-direction d’Europe orientale pensent que les alliés occidentaux devraient être exigeants en ce qui concerne les améliorations à apporter aux accès à Berlin et aux communications à l’intérieur de Berlin : « Les sacrifices que nous demanderions aux Soviétiques seraient en effet payés finalement par les Allemands de l’Est, principaux bénéficiaires de la conférence ». Ils cherchent donc d’une part à s’assurer – ce que Brandt veut également – que la reconnaissance de facto de la RDA ne sera pas interprétée comme une reconnaissance de jure, songeant à obtenir par l’intermédiaire de l’URSS une déclaration de la RDA, et d’autre part à empêcher que la CSE ne se saisisse de problèmes de la compétence réservée des Quatre sur l’Allemagne. Pour ce faire, les Français souhaitent obtenir des Soviétiques leur assurance que ce ne sera pas le cas320. De plus, aux yeux du directeur politique Jean Jurgensen, une amélioration des accès à Berlin pourrait être un test sur les intentions soviétiques à propos du non recours à la force321.

  • 322 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.
  • 323 Pfeil U., « Le rôle de la RDA dans les relations entre la France et l’Allemagne fédérale de 1966 à (...)

269Pompidou et le ministère des Affaires étrangères sont d’accord quant à la nécessité de bien préparer la conférence : la préparation se ferait dans un premier temps par le biais de consultations bilatérales puis, la France se ralliant ici à une idée ouest-allemande, par celui d’une conférence préparatoire directe qui définirait les conditions de la participation des deux Allemagne322. Toutefois, au-delà de ces considérations techniques, le gouvernement français est conscient qu’il est impossible d’ignorer l’importance de la RDA sur la scène internationale, surtout qu’à la fin des années 1960 certaines municipalités de France font pression sur le Quai d’Orsay pour faciliter les jumelages avec les communes est-allemandes. D’un côté, ne pas délivrer les visas aux délégations désireuses de se rendre en RDA lui fait courir le risque d’une campagne publique de la presse communiste contre ce refus systématique ; de l’autre, s’écarter de la position ferme maintenue par les alliés peut engendrer une multiplication des manifestations en faveur de la reconnaissance, le vingtième anniversaire de la RDA approchant à grands pas323. La France n’a d’autre choix que de se ranger derrière la position de Bonn. Cela explique aussi pourquoi Paris voit d’un mauvais œil les propos contradictoires des dirigeants de la RFA sur les modalités de reconnaissance de l’autre État allemand.

  • 324 Entretien Schumann/Rogers/Stewart/Scheel, 3 décembre 1969, ambassade de RFA à Bruxelles. AMAE, Euro (...)

270Le 3 décembre 1969, devant ses homologues américain, britannique et allemand, Maurice Schumann demande à la RFA plus de clarté sur ses intentions à l’égard de la RDA, doutant que les négociations sur les accès à Berlin puissent relever des rapports interallemands. Il lie immédiatement ce problème à celui de la CSE : une conférence dont le seul objet serait de consacrer le statu quo et de reconnaître la RDA ne peut se justifier qu’en échange d’une amélioration des liaisons extérieures de Berlin. Pour lui, la question qui commande à la suite des événements est la suivante : la RFA entend-elle se résoudre à participer sans condition à la CSE ou ne compte-t-elle s’y rendre que si des progrès ont été réalisés dans les trois négociations du moment ? Le ministre fait référence aux discussions de la RFA avec l’URSS et la Pologne sur le non-recours à la force et le problème des frontières, celles concernant les responsabilités soviétiques quant au règlement définitif de la question allemande et celles sur les rapports interallemands. Schumann estime que ces thèmes de discussions ont en commun de soulever le problème berlinois. Il suggère de lier l’acceptation de la CSE à des négociations sur l’amélioration des accès à Berlin pour éviter qu’une reconnaissance précoce de facto ou de jure de la RDA ne sape les bases de la présence alliée dans la ville324. Sa proposition est immédiatement retenue par Londres, Bonn et Washington.

  • 325 Bange O., « An Intricate Web », art. cit., p. 32.
  • 326 Ibid., p. 32-33.

271En réalité, les buts assignés par la RFA à la CSE vont bien au-delà de ce que s’imagine Schumann, et Bonn n’a aucune intention de remettre en cause les droits quadripartites. La stratégie des Allemands, que l’on retrouve dans le rapport Bahr de septembre 1969 sur « la politique étrangère du futur gouvernement fédéral » consiste à rendre interdépendants la CSE, les MBFR et la signature d’un traité fondamental avec la RDA325. On l’a vu, dans l’esprit d’Egon Bahr, la conférence doit servir de base à la création d’un système de sécurité européen dans lequel le retrait des troupes étrangères du territoire des deux Allemagne conduirait à l’apaisement des tensions Est-Ouest, à la dissolution des alliances et, à terme, à la réunification allemande. En 1969, la priorité pour Brandt est de réunir toutes les conditions à l’ouverture de la CSE et, de fait, à l’application du plan Bahr. Il importe donc avant tout de faire en sorte que les deux États allemands siègent sur un pied d’égalité à la conférence, qu’ils ratifient le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, que la ligne Oder-Neisse soit reconnue et que le statut quadripartite de Berlin soit confirmé326.

*

272En décembre 1969, à la veille du sommet de l’Otan et du coup d’envoi de la CPE à La Haye, la France a adopté une position mieux définie à l’égard du projet de conférence sur la sécurité européenne. On est bien loin de la position de refus catégorique exprimée dans les années 1950 et au début des années 1960 au moment des premiers plans soviétiques et polonais. Il faut dire que le contexte international a évolué depuis et, par conséquent, le projet de conférence aussi.

273Face à la normalisation opérée dans chaque camp à la suite de l’invasion de la Tchécoslovaquie, de l’application du rapport Harmel et de l’arrivée au pouvoir de Willy Brandt, Paris pose les bases d’une politique que l’on retrouve durant tout le processus d’Helsinki en ce qu’elle s’oppose à toute conférence qui verrait le triomphe du bloc à bloc et la consécration du statu quo européen. Surtout, pour mettre fin au rôle croissant de l’Alliance atlantique dans la préparation de la CSE et parce qu’il tient à une politique commune envers l’Est proprement ouest-européenne et détachée de l’influence des États-Unis, le président Pompidou engage son pays dans la coopération politique européenne, plus à même de servir les intérêts de la France et de ses partenaires. Pour éviter que la conférence n’ait pour seul résultat de geler la division allemande et de réaffirmer la doctrine Brejnev, les Français élaborent une série de contrepropositions fondées sur des idées concrètes de coopération et d’échanges entre les deux côtés du rideau de fer. Il s’agit maintenant de les faire accepter par l’URSS et ses alliés.

274D’autre part, alors que Bonn multiplie les initiatives en matière d’Ostpolitik et dans le but de contourner les difficultés que pourrait poser la reconnaissance directe de la RDA, notamment concernant les droits quadripartites sur Berlin, la France lie expressément la tenue de la conférence à l’ouverture de négociations sur les accès à l’ancienne capitale du Reich, même si, à l’instar de la position de la RFA à propos de l’amélioration des rapports interallemands, elle refuse officiellement de qualifier cela de « condition préalable ». Tandis que sous de Gaulle la France faisait de la normalisation des relations entre les deux Allemagne l’étape obligée vers la conférence paneuropéenne, les négociations des Quatre sur Berlin deviennent désormais prioritaires et doivent précéder toute évolution des discussions Est-Ouest. En souhaitant garantir le statut de l’Allemagne, la France entend protéger son statut à elle, c’est-à-dire celui d’une puissance moyenne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale et disposant d’un droit de regard sur l’avenir de l’Allemagne dans son ensemble.

Notes

1 Cet argument est utilisé par exemple le 6 juin 1973 par Lev Mendelevitch, l’un des représentants de l’URSS à la CSCE, pour en finir au plus vite avec les rencontres préparatoires multilatérales qui précèdent la conférence entre novembre 1972 et juin 1973. Télégramme (ci-après Tg.) no 2808/12, d’André, 6 juin 1973. Archives du ministère français des Affaires étrangères – La Courneuve (AMAE), CSCE, vol. 32.

2 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 230.

3 Entretiens franco-italiens, 26 novembre 1960, Documents diplomatiques français 1960, t. II, no 232.

4 Seydoux F., Mémoires d’outre-Rhin, Paris, Grasset, 1975, p. 209.

5 Cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 63.

6 Ibid., p. 63.

7 Schoenborn B., op. cit., p. 29-30.

8 Le traité de l’Élysée prévoit notamment des consultations politiques régulières au niveau des chefs d’État et de gouvernement ainsi qu’à celui des ministres des Affaires étrangères.

9 Schoenborn B., op. cit., p. 62.

10 Ibid., p. 68.

11 Lundestad G., Empire by Integration. The United States and European Integration, 1945-1997, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 76.

12 Schoenborn B., op. cit., p. 148-149.

13 Soutou G-H., « De Gaulle’s France and the Soviet Union from Conflict to Détente », in Wilfried Loth (dir.), Europe, Cold War and Coexistence, 1953-1965, London, Frank Cass, 2003, p. 173-189.

14 Trachtenberg M., A Constructed Peace, op. cit., p. 239.

15 Toast adressé à N. Khrouchtchev le 23 mars 1960 à l’Élysée, in de Gaulle C., Discours et messages, op. cit.

16 Ghebali V.-Y., « L’idée de l’identité paneuropéenne, de la CSCE à l’OSCE », in Bitsch M-T., Loth W. et Poidevin R. (dir.), Institutions européennes et identités européennes, Bruxelles, Bruylant, 1998, p. 259.

17 Saint-Gille A.-M., La Paneurope, un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUPS, 2003 ; Du Reau E., L’idée d’Europe au XXe siècle, Paris, Complexe, rééd. 2001.

18 Ghebali V.-Y., « L’idée de l’identité paneuropéenne », art. cit., p. 259.

19 Association internationale fondée en 1948 au congrès de La Haye, le Mouvement européen est surtout composé de membres favorables aux idées fédéralistes.

20 Larcan A. (dir.), Coudenhove-Kalergi-de Gaulle. Une certaine idée de l’Europe, Paris, Fondation Charles de Gaulle, 2000.

21 Entretien de Gaulle/Gomulka, 11 septembre 1967, Varsovie. Archives nationales-Pierrefitte-sur-Seine (AN). 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

22 4 janvier 1965. Peyrefitte A., C’était de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 910.

23 Entretien du général de Gaulle avec Alain Peyrefitte, in Peyrefitte A., op. cit., p. 316.

24 Toast adressé à N. Khrouchtchev le 23 mars 1960 à l’Élysée, in de Gaulle C., Discours et messages, Paris, Plon, 1970.

25 Dès sa signature, le traité est condamné par Moscou qui y voit la naissance d’un bloc revanchard et antisoviétique.

26 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki Process, 1969-1975. Optimism, doubt or defiance? », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.) Origins of the European Security System: the Helsinki Process revisited. 1965-1975, Londres, Routledge, 2008, p. 65-81.

27 Entretien de Gaulle/Mende, 2 décembre 1964. AN. 5 AG 1 162. RFA. 1964-1969.

28 Tg. no 3879/3938, de Baudet, 23 août 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.

29 Froment-Meurice H., Vu du Quai. Mémoires 1945-1983, Paris, Fayard, 1998, p. 213.

30 28 octobre 1964. Peyrefitte A., C’était de Gaulle. II, op. cit., p. 648.

31 Schoenborn B., op. cit., p. 280.

32 Puaux F., « L’originalité de la politique française de détente », in DGESS, t. V, p. 431-440. Cité par Vaïsse M., La Grandeur, op. cit., p. 419.

33 Trachtenberg M., A Constructed Peace, op. cit., p. 129.

34 Mastny V., « The Soviet Union and the Origins of the Warsaw Pact in 1955 », in Rosenfeldt N.E., Bent J., Kulavig E. (dir.), Mechanisms of Power in the Soviet Union, New York, St. Martin’s Press, 2000, p. 241-266.

35 Ghebali V.-Y., La diplomatie de la détente, op. cit., p. 4.

36 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest, 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, p. 294.

37 Manin A., « La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe », Notes et études documentaires, no 4271-4272, 15 mars 1976.

38 AMAE, Europe 1949-1955, France-URSS, 33-9-33, vol. 154, « Entretien avec le conseiller de l’ambassade de l’URSS », 26 mars 1954. Cité par Lee S.-K., Deux politiques dans le processus de la CSCE : la France et les États-Unis face aux problèmes de la sécurité et du désarmement en Europe, d’Helsinki à la Charte de Paris, doctorat d’État, sous la direction de Jean Klein, université Paris 1, 1997, p. 158.

39 Créée en octobre 1954 pour prendre la suite du pacte de Bruxelles de 1948 et réunissant la France, le Royaume-Uni, la RFA, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, l’UEO incarnait alors la réponse occidentale aux propositions soviétiques de traité général européen en ce qu’elle mettait en place un système de sécurité collective ouest-européen. Il s’agissait principalement, après l’échec définitif de la CED en août 1954, de renforcer l’encadrement du réarmement ouest-allemand. Le rôle stratégique de l’UEO est toutefois resté limité face aux prérogatives de l’Otan.

40 Note du gouvernement français au gouvernement soviétique, 7 mai 1954. « Échanges de notes entre les États occidentaux et l’URSS, et principales déclarations concernant le problème allemand, la sécurité collective en Europe et les traités anglo et franco-soviétiques (année 1954) », Notes et études documentaires, La Documentation française, no 2030.

41 Le 22 novembre 1954, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, Pierre Mendès France propose que soit passé, entre l’UEO à l’Ouest et un organisme similaire à l’Est, un accord européen de contrôle et de limitation des armements. Cela permettrait à la France de garder un œil sur le réarmement allemand. À long terme, Mendès France songe à une véritable mutation du cadre de la guerre froide. Il s’agit d’achever la construction occidentale en y intégrant la RFA mais aussi de procéder à un certain rééquilibrage Est-Ouest qui passerait par une concertation avec l’URSS. Mendès France est l’un des tenants de la théorie selon laquelle seule une convergence des deux grands systèmes économiques, qui passerait par une réforme du système occidental prouvant sa supériorité, peut conduire à la fin de la guerre froide et donc à une évolution de l’URSS. Le président du Conseil présente la réunification de l’Allemagne comme l’aboutissement d’un système européen de sécurité et non l’inverse. Il imagine un système de zones de dégagement ou de désengagement en Europe centrale tout à fait proche des conceptions soviétiques. Dans ces zones, les armes conventionnelles et nucléaires seraient contrôlées et limitées, voire interdites. Voir Soutou G.-H.., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 301-302.

42 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 312.

43 En mai 1953, le Kremlin met sur pied un « nouveau cours » pour la RDA, censé assouplir les règles de travail, suspendre la création des coopératives agricoles, stopper la pression exercée sur les petites entreprises privées et accroître la production de biens de consommation. Voir Leffler M.P., For the Soul of Mankind, op. cit., p. 116.

44 Mastny V., « The Soviet Union and the Origins of the Warsaw Pact in 1955 », art. cit., p. 241-266.

45 Ibid., p. 241-266.

46 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 311.

47 Ibid., p. 342.

48 Manin A., art. cit., p. 8.

49 Rey M.-P., « De Gaulle, l’URSS et la sécurité européenne », art. cit., p. 213-227.

50 Entretien de l’auteur avec Henri Froment-Meurice, 19 novembre 2008, Paris.

51 Manin A., « La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe », art. cit., p. 8.

52 AMAE, Série Europe 1966-1970. Sous-série Organismes internationaux et grandes questions internationales, volume 2034.

53 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, Paris, IFRI, 1987, p. 57-58.

54 Un projet de note de la sous-direction d’Europe orientale (ci-après SDEO) revient sur les divers plans Rapacki, le 3 juin 1971. AMAE. Europe 1971-1976. Pologne, vol. 3476.

55 Conférence de presse du général de Gaulle au palais de l’Élysée, 25 mars 1959, in de Gaulle C., Discours et messages, op. cit.

56 De Gaulle C., « Allocutions et messages », in L’Esprit de la Ve République, Paris, Plon, 1994, p. 634-635.

57 Rey M.-P., « De Gaulle, l’URSS et la sécurité européenne », art. cit., p. 213-227.

58 Note de la sous-direction d’Europe centrale (ci-après SDEC) sur « l’éventualité d’assurances réciproques de non-agression entre l’Otan et le Pacte de Varsovie. État actuel des questions », 2 avril 1963. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1938.

59 Note SDEO, 5 mai 1966. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

60 Selvage D., « The Warsaw Pact and the European security conference, 1964-1969. Sovereignty, hegemony, and the German question », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.), Origins of the European Security System, op. cit., p. 85-106.

61 Leffler M.P., For the Soul of Mankind, op. cit., p. 172-188.

62 Note soviétique du 31 décembre 1963. AN. 5 AG 1 190. URSS. 1962-1968.

63 Entretien Couve de Murville/Naszkowski, 11 février 1964. AN. 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

64 Note SDEO, 30 août 1965. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 369.

65 Dossier consacré à la note soviétique du 31 décembre 1963. AN. 5 AG 1 190. URSS. 1962-1968.

66 Projet de réponse de de Gaulle à Khrouchtchev. AN. 5 AG 1 190. URSS.

67 Note SDEO, 12 novembre 1970. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 388.

68 Selvage D., art. cit., p. 86.

69 Schoenborn B., op. cit., p. 253.

70 Dès les premiers mois de 1965, une crise politique frappe les Communautés européennes : de Gaulle reste fermement opposé à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun, refuse ne serait-ce qu’une once de supranationalité dans l’organisation du système européen, s’opposant ainsi à ce que la Commission puisse accroître ses prérogatives, et exige de faire correspondre du mieux possible la politique agricole commune avec les intérêts français. Accusant ses partenaires d’empêcher un compromis, le gouvernement de la France décide, le 30 juin 1965, de suspendre les discussions pendant plus de six mois.

71 Conférence de presse du 4 février 1965, dans Discours et messages, volume 4, « Pour l’effort », Paris, Plon, 1970, p. 325.

72 Pour les meilleures analyses de la conférence de presse du 4 février 1965, voir Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 134-135 et Schoenborn B., op. cit., p. 285-288.

73 Schoenborn B., op. cit., p. 285.

74 Ibid., p. 287.

75 Note SDEO, 10 février 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1931.

76 Entretien Rusk/Couve de Murville, 18 février 1965, Washington. AN, 5 AG 1 201. États-Unis, 1962-1965.

77 Les bombardements massifs du Nord-Vietnam commencent le lendemain même de la conférence de presse du Général.

78 Peyrefitte A., op. cit., p. 658.

79 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 379.

80 Entretien de Gaulle/Adenauer, 12 juin 1965. AN, 5 AG 1 162. RFA. 1964-1969.

81 Couve de Murville ne se limite pas à l’URSS ; dès 1964, il a reçu à Paris tous les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Est. Le président polonais Czyrankiewicz y vient en septembre 1965. Couve de Murville répond à l’ensemble de ces visites en 1966 en se rendant dans chaque capitale d’Europe orientale. Dès 1965, Moscou marque le rapprochement franco-soviétique en changeant d’ambassadeur à Paris : Sergueï Vinogradov est remplacé par Valerian Zorine. Celui-ci participe ensuite à toutes les discussions bilatérales jusqu’en 1971. Côté français, l’omniprésence du général de Gaulle sur le dossier russe explique pourquoi, jusqu’à la nomination de Roger Seydoux en 1968, les ambassadeurs en poste dans la capitale soviétique restent relativement effacés.

82 Les années 1964-1965 sont, selon Marie-Pierre Rey, des années de « tâtonnement » et d’« observation » de l’autre et de ses intentions. Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 208.

83 Il commence en 1959 par le retrait de la flotte de Méditerranée ; en 1962, les divisions qui se trouvaient en Algérie ne sont pas affectées à l’Otan ; en 1963, c’est au tour de la flotte de l’Atlantique Nord d’être retirée des forces navales de l’Otan ; en 1964, les officiers français quittent les états-majors navals de l’organisation atlantique.

84 La doctrine de la riposte graduée est adoptée par l’Otan en mai 1962 en remplacement de la doctrine Dulles dite « des représailles massives ». En effet, selon le Secrétaire d’Etat américain à la Défense Robert McNamara, cette dernière n’est plus crédible au vu des importantes capacités nucléaires de l’URSS. Il s’agit désormais, en cas d’attaque limitée de la part des Soviétiques, de ne recourir à l’arme atomique qu’après une ultime négociation et uniquement contre des cibles militaires.

85 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 382.

86 Fiche du Quai d’Orsay sur les relations roumano-soviétiques, 24 novembre 1967. AMAE, Europe 1944-…, Roumanie, vol. 258.

87 Projet de circulaire, mi-mars 1966, de François Puaux. AMAE, Pactes, 1961-1970, vol. 261. Cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 164.

88 Charles de Gaulle lors du Conseil des ministres du 2 juillet 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1407-1408.

89 Selvage D., art. cit., p. 88-89.

90 Ibid., p. 89.

91 Note SDEO, 22 octobre 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1933.

92 Rey M-P, « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 65-81.

93 Note SDEO, 30 août 1965. AMAE, Europe 1944-…, Pologne, vol. 369.

94 Entretien Couve de Murville/Naszkowski (vice-ministre des Affaires étrangères polonais), 10 septembre 1965, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

95 Note SDEO, 22 janvier 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.

96 Doubinine Y., Moscou-Paris dans un tourbillon diplomatique. Témoignage d’ambassadeur, Paris, Imaginaria, 2001, p. 214-216.

97 En mars 1965, au congrès de la CDU à Düsseldorf, Ludwig Erhard se plaint du trop long délai prévu par la France : « Je ne peux pas demander au peuple allemand d’attendre vingt ou trente ans le jour de sa réunion. » Tg. de Seydoux, 29 mars 1965. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1605. Cité par Schoenborn B., op. cit., p. 287.

98 Entretien de Gaulle/Gromyko, 27 avril 1965, Paris. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

99 Entretiens avec Gabriel Robin, Paul Poudade, Jacques Andréani, Philippe Husson, Jean François-Poncet. Benedikt Schoenborn cite deux études françaises de 1965 établissant que la réunification élèverait à terme le niveau de vie en Allemagne, malgré le retard de la RDA, et ferait imploser la CEE en raison d’une réorientation du commerce allemand vers l’Est. Schoenborn B., op. cit., p. 289.

100 Document « de Gaulle à Vinogradov le 25 janvier 1965 à propos du problème allemand », AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1931.

101 Peyrefitte A., op. cit., p. 912-913.

102 Note SDEO, 10 février 1965. AMAE, Europe 1961-1965, URSS, vol. 1931.

103 Entretien Couve de Murville/Naszkowski, 10 septembre 1965, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

104 Entretien Couve de Murville/Gromyko, 29 octobre 1965, Moscou. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

105 Dépêche no 773 de Philippe Baudet, 2 juin 1965. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1573.

106 Entretien de Gaulle/Gromyko, 27 avril 1965 et entretien Couve de Murville/Gromyko, 29 octobre 1965, Moscou. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

107 Schoenborn B., op. cit., p. 287-288.

108 Note du directeur politique, 12 novembre 1965. AMAE, Entretiens et messages 26. Cité par Schoenborn B., op. cit., p. 291.

109 Benedikt Schoenborn note judicieusement la différence avec les propos tenus un an auparavant : le Général parlait d’accord entre « les peuples européens » probablement pour encourager l’émancipation des pays de l’Est, en particulier la Pologne et la Tchécoslovaquie. Schoenborn B., op. cit., p. 292.

110 Entretiens de Couve de Murville à Moscou, 29 octobre-1er novembre 1965. AN, 5 AG 1 186. URSS, 1958-1965.

111 Entretien de Gaulle/U-Thant, 30 avril 1966, Paris. AN, 5 AG 1 179, ONU, 1959-1968.

112 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 42.

113 Entretien Brejnev/de Gaulle, 21 juin 1966, Moscou. AN, 5 AG 1 187. URSS. 1966.

114 Note de la direction des Affaires politiques, 10 juin 1966. AN, 5 AG 1 421. Voyage en URSS. Juin-juillet 1966.

115 Charles de Gaulle lors du Conseil des ministres du 2 juillet 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1407.

116 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 », in Deighton A., Bossuat G. (dir.), L’Union européenne, acteur de la sécurité mondiale, Paris, Soleb, 2007, p. 52-69.

117 Entretien Couve de Murville/Rusk, 18 février 1965, Washington. AN, 5 AG 1 201. États-Unis. 1962-1965.

118 Note SDEO, 22 janvier 1966. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2665.

119 Les conclusions de la conférence de Potsdam (17 juillet-2 août 1945), valables sur le plan juridique jusqu’à la réunification allemande, établissent que le destin de l’Allemagne dans son ensemble relève de la responsabilité ultime des États-Unis, de l’URSS, du Royaume-Uni et de la France. Les accords prévoient le maintien de l’unité administrative, politique et économique d’un pays démilitarisé, dénazifié, démocratisé et décentralisé.

120 Note de la direction des Affaires politiques, 10 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux, vol. 2034.

121 Entretien Couve de Murville/Schroeder, 21 juillet 1966, Bonn. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

122 Tg. no 542-49, 8 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970. Réunions quadripartites, vol. 1726.

123 Leffler M.P., For the Soul of Mankind, op. cit., p. 231-232.

124 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 171.

125 C’est tout l’enjeu du rapport Harmel sur les tâches futures de l’Alliance adopté par le Conseil atlantique en décembre 1967 et de « l’appel de Reykjavik » lancé le 25 juin 1968.

126 Schoenborn B., op. cit., p. 299.

127 Ibid., p. 293.

128 Tg. no 3662-75, de François Seydoux, 17 juin 1966. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1573.

129 Entretiens de Gaulle/Kossyguine, 1er, 2 et 8 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 187. URSS. 1966.

130 Charles de Gaulle à Alain Peyrefitte le 5 décembre 1966. Peyrefitte A., op. cit., p. 1416.

131 Schoenborn B., op. cit., p. 302-303.

132 Entretien Pompidou/Brandt, 13 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

133 Entretiens de Gaulle/Brandt, 15 et 16 décembre 1966, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

134 Entretiens de Gaulle/Rusk et Couve de Murville/Rusk, 14 et 20 décembre 1966. AN, 5 AG 1 202. États-Unis. 1966-1969 ; Réunion quadripartite du 14 décembre 1966, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1726.

135 Entretien Couve de Murville/Brandt, 13 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

136 Entretien de Gaulle/Kiesinger, 13 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 163. RFA. 1966-1967.

137 Entretien de Gaulle/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

138 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 26 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

139 Note SDEO, 26 mai 1967. AN, 5 AG 1 445. Voyage en Pologne, septembre 1967.

140 Selvage D., art. cit., p. 86-87.

141 Garton Ash T., Au nom de l’Europe : l’Allemagne dans un continent divisé, Paris, Gallimard, 1995, p. 71.

142 Selvage D., art. cit., p. 89.

143 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

144 Note de la direction des Affaires politiques, 19 janvier 1967. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

145 Entretien Couve de Murville/Rapacki, 27 janvier 1967, Paris. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

146 Tg. no 422-27, d’Olivier Wormser, 4 février 1967. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

147 Schoenborn B., op. cit., p. 305-307.

148 Ibid., p. 82.

149 Ibid., p. 308.

150 Entretien Pompidou/Kossyguine, 4 juillet 1967, Moscou ; entretien de Gaulle/Zorine, 4 octobre 1967, Paris. AN, 5 AG 1 188. URSS. 1967-1969.

151 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

152 Maurice Couve de Murville dans l’avion pour la Pologne, le 6 septembre 1967. Peyrefitte A., op. cit., p. 1505.

153 Entretien de Gaulle/Gomulka, 11 septembre 1967, Varsovie. AN, 5 AG 1 182. Pologne. 1958-1969.

154 Martin G., « Grandeur et dépendances. The dilemmas of Gaullist foreign policy, September 1967 to April 1968 », in Ludlow N.P. (dir.), European integration and the Cold War, op. cit., p. 36-52.

155 Soutou G.-H., « De Gaulle’s France and the Soviet Union from Conflict to Détente », art. cit., p. 186.

156 Note SDEC, 13 octobre 1967. AMAE, Cabinet du ministre, Couve de Murville. Allemagne, mai 1960-mai 1968, vol. 79.

157 Note SDEC, 2 octobre 1967. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1545.

158 Schoenborn B., op. cit., p. 310.

159 Cité par Schoenborn B., op. cit., p. 309.

160 Entretien de Gaulle/Zorine, 4 octobre 1967, Paris. AN, 5 AG 1 188. URSS. 1967-1969.

161 Entretien Alphand/Zorine, 20 septembre 1967, cité par Martin G., art. cit., p. 40.

162 Note SDEC, 26 janvier 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

163 Le NDP est créé dans les années 1960 par d’anciens nazis nostalgiques du Troisième Reich. Remportant quelques succès dans certains Landër, il suscite beaucoup d’inquiétude en RFA.

164 Tg. no 4952 à 4995, d’Olivier Wormser, 8 décembre 1967. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

165 Entretien Couve de Murville/Zorine, 4 janvier 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

166 Tg. no 320/327, d’Olivier Wormser, 29 janvier 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

167 Note SDEO, non datée, « Voyage de M. Kovalev en France ». AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

168 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 392.

169 Bozo F., « De Gaulle, l’Amérique et l’Alliance atlantique. Une relecture de la crise de 1966 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1994, volume 43, no 1, p. 65.

170 Martin G., art. cit., p. 36.

171 Rapport Harmel cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 195.

172 C’est tout le sens de la déclaration du sénateur démocrate Mike Mansfield qui envisage le 10 janvier 1968 de proposer une résolution sur ce thème.

173 Entretien Couve de Murville/Zorine, 23 avril 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

174 Entretien Couve de Murville/Zorine, 4 janvier 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666. Le 23 mai 1949, la RFA se dote d’une Loi fondamentale, texte au statut volontairement provisoire afin de laisser ouverte la voie vers la réunification. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France sont les garants du régime ouest-allemand ainsi que de Berlin-Ouest. La réunification ne peut se faire sans eux.

175 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968, Washington. AN, 5 AG 1 202. États-Unis. 1966-1969.

176 Le taux de satisfaits passe de 52,6 % au premier semestre 1967 à 49,5 % au second, tandis que celui de mécontents passe de 15,8 % à 18,66 %. Sondages IFOP, cités par Vaïsse M., La Grandeur, op. cit., p. 349.

177 Vaïsse M., La grandeur, op. cit., p. 649.

178 Ibid., p. 346.

179 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 196.

180 Ibid., p. 196.

181 Tg. no 3125/30, de François Seydoux, 11 juin 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

182 Note SDEO, 2 juillet 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

183 Note SDEO, 3 mai 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

184 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 483.

185 Jean Laloy, spécialiste de l’URSS et figure éminente de la diplomatie française, a incarné, après la Seconde Guerre mondiale, un courant de pensée, au sein même du ministère des Affaires étrangères, fondé sur la méfiance persistante à l’égard des intentions soviétiques, sur un atlantisme non dissimulé et sur une croyance forte en la construction européenne. Ce courant s’est ainsi fréquemment inscrit en porte-à-faux vis-à-vis de la politique étrangère gaullienne, par opposition à celui incarné par Maurice Dejean.

186 Note SDEC, 3 mai 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

187 Rapport français auprès de l’Otan sur la politique de l’URSS et des pays d’Europe orientale, 9 mai 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

188 Tg. no 685/86, de Seydoux, 4 juin 1968. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

189 Entretien Beaumarchais/Oberemko, 8 mai 1968, Paris. AMAE, Secrétariat général, Entretiens et messages, volume 34.

190 Haftendorn H., « The link between CSCE and MBFR. Two sprouts from one bulb », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.), Origins of the European Security System, op. cit., p. 237-258.

191 Klein J., Sécurité et désarmement en Europe, op. cit., p. 60.

192 Ibid., p. 60.

193 Compte rendu de la réunion quadripartite du 23 juin 1968, Reykjavik. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1726.

194 Entretien Alphand/Zorine, 20 juin 1968, Paris. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

195 Entretien Beaumarchais/Kovalev, 24 juillet 1968, Moscou. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

196 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 62-63.

197 Lacouture J., De Gaulle, III, Le Souverain, Paris, Le Seuil, 1986, p. 548.

198 Cité par Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 197.

199 Voir la conférence de presse du 9 septembre 1968, in La politique étrangère de la France 1968, ND no 3587 à 3589, Paris, La Documentation française, 1969, p. 60.

200 Entretien Debré/Medici, 28 août 1968, Paris. AN, 5 AG 1 178. Italie. 1958-1968.

201 Froment-Meurice H., Vu du Quai, op. cit., p. 311.

202 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 487.

203 Bange O., « An Intricate Web. Ostpolitik, the European Security System and German Unification », in Bange O., Niedhart G. (dir.), Helsinki 1975 and the transformation of Europe, op. cit., p. 29-32.

204 Schwartz T., « Lyndon Johnson and Europe. Alliance Politics, Political Economy, and “Growing out of the Cold War” », in Brands H.W., The Foreign Policies of Lyndon Johnson: beyond Vietnam, Texas A & M University Press, 1999, p. 48.

205 Entretien de Gaulle/Sargent Shriver, 23 septembre 1968, Paris ; entretien Debré/Rusk, 4 octobre 1968, New York. AN, 5 AG 1 202. États-Unis : entretiens diplomatiques. 1966-1969.

206 Entretien Debré/Rusk, 4 octobre 1968, New York. AN, 5 AG 1 202.

207 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968, Washington. AN, 5 AG 1 202.

208 Schoenborn B., op. cit., p. 341-342.

209 Ibid., p. 313.

210 Note sur les entretiens de M. Debré à Washington avec la Commission des Affaires étrangères du Sénat, 10 octobre 1968. AN, 5 AG 1 202.

211 Schoenborn B., op. cit., p. 368.

212 Tg. no 3577, de Wormser, 5 septembre 1968. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1576.

213 Rapport de la délégation française au Conseil de l’Atlantique nord, 24 octobre 1968. AMAE, Europe, 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2014.

214 Schoenborn B., op. cit., p. 353.

215 Tg. no 4544/52, de Wormser, 6 novembre 1968. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2666.

216 Schoenborn B., op. cit., p. 358-359.

217 Ibid., p. 354-355.

218 Entretiens avec Paul Poudade et François Plaisant, décembre 2008, Paris.

219 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 199-202.

220 Entretien Debré/Rusk, 12 octobre 1968. AN, 5 AG 1 202.

221 Entretien Debré/Rusk/Brandt/Stewart, 14 novembre 1968, Bruxelles. AN, 5 AG 1 164. RFA. 1968-1969.

222 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, Londres, I.B. Tauris and Co Ltd, 1991, p. 135-159; Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 491-492. Voir également Adomeit H., Imperial Overstretch: Germany in Soviet Foreign Policy from Stalin to Gorbachev, Baden Baden, Nomos Verlagsgeselschaft, 1998; Fritsch-Bournazel R., L’Union soviétique et les Allemagnes, Paris, FNSP, 1979.

223 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 137-157.

224 Ibid., p. 137-157.

225 Garton Ash T., op. cit., p. 72.

226 Rey M.-P., « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 », art. cit., p. 58-59; « The USSR and the Helsinki Process », art. cit., p. 70.

227 Entretien de Gaulle/Nixon, 28 février 1969, Paris. AN, 5 AG 1 202.

228 Entretiens avec Paul Poudade, François Plaisant, Jacques Andréani. Décembre 2008-janvier 2009.

229 Le 4 février 1969, de Gaulle expose à l’ambassadeur Soames son plan pour approfondir la dimension politique de la construction européenne et demande au gouvernement de Londres s’il est prêt à travailler dans le sens de l’autonomie européenne. Censé rester secret, le compte-rendu de l’entretien, rendu public, est détourné de son sens au profit des Anglais : les propos du Général sont présentés par la presse comme allant à l’encontre de la CEE et de l’Otan. De Gaulle, accusé de vouloir détruire à la fois les instances communautaires et les structures atlantiques, est furieux à l’égard du Premier ministre Harold Wilson qui, certain de l’entrée de son pays dans le Marché commun, rejette publiquement la proposition de la France. Comme le souligne Frédéric Bozo, « l’affaire Soames aura mis fin à la dernière initiative du Général pour faire évoluer l’organisation politico-stratégique de l’ensemble occidental. Après le statu quo Est-Ouest, s’installe durablement le statu quo Ouest-Ouest ». Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 207-208. Voir aussi Sanderson C., Perfide Albion ? L’affaire Soames et les arcanes de la diplomatie britannique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

230 Nixon R., Leaders. Ceux qui ont changé le monde, Paris, Plon, 1984, p. 54 ; Mémoires, Stanké, 1978, p. 270.

231 Nixon R., Mémoires, Stanké, 1978, p. 205.

232 Lacouture J., op. cit., p. 379.

233 Bozo F., Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 208-209. Contrairement à leurs prédécesseurs, plus idéalistes, les nouveaux dirigeants américains fondent leur vision du monde sur la realpolitik. Il n’est pas question pour autant de remettre en cause le statut de superpuissance du pays. Cette perception est fort appréciée à Paris.

234 Ibid., p. 210.

235 Entretien de Gaulle/Nixon, 28 février 1969, Paris. AN, 5 AG 1 202.

236 Kissinger H., A la Maison-Blanche, op. cit., p. 401.

237 Schoenborn B., op. cit., p. 316.

238 Entretien Debré/Brandt, 10 mars 1969. AN, 5 AG 1 164. Debré expose à Brandt le compte-rendu des entretiens de Nixon à Paris.

239 Entretien élargi de Gaulle/Kiesinger, 14 mars 1969. AN, 5 AG 1 164.

240 Tg. de Ch. Lucet, compte-rendu d’un entretien avec H. Kissinger, 8 février 1969. AN, 5 AG 1 202.

241 Schoenborn B., op. cit., p. 317.

242 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 136-137.

243 Selvage D., art. cit., p. 93-94.

244 Pour les Roumains, une conférence doit permettre de diminuer l’hégémonie des deux Grands au sein des alliances militaires. Ils y voient également un excellent moyen de développer leurs échanges économiques et commerciaux avec les pays occidentaux. Voir Ionescu M.E., « Romania, Ostpolitik and the CSCE, 1967-1975 », in Bange O., Niedhart G. (dir.), Helsinki 1975 and the transformation of Europe, op. cit., p. 129-143.

245 Selvage D., art. cit., p. 102.

246 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 142.

247 Télégramme circulaire du 4 avril 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2035.

248 Note SDEO, 18 mars 1969, AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, vol. 2035 ; Note SDEO, 22 mars 1969 et dépêche no 228, 3 avril 1969, AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2693.

249 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202.

250 Note SDEO, 22 mars 1969. AMAE, URSS, vol. 2693.

251 Entretien Debré/Kissinger, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202.

252 En RFA, la Deutschlandpolitik désigne la politique fédérale concernant les relations avec la RDA. Sur les subtilités sémantiques de l’Ostpolitik en général, voir Garton Ash T., op. cit., p. 49-50.

253 Notes SDEO, 28 et 29 mars 1969. AMAE, Europe 1944-…, Tchécoslovaquie, vol. 350.

254 Tg. NR 442/444, de Jacques Kosciusko-Morizet, 25 mars 1969. AMAE, CSCE, vol. 2031.

255 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington, AN, 5 AG 1 202. Entretien Debré/Rogers/Stewart/Brandt, 9 avril 1969, Washington, AMAE, Europe 1966-1970, Entretiens quadripartites, vol. 1727.

256 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington. AN, 5 AG 1 202.

257 Soutou G-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 512 et p. 528.

258 Entretien Debré/Rogers/Stewart/Brandt, 9 avril 1969, Washington. AMAE, Europe 1966-1970, Entretiens quadripartites, vol. 1727.

259 Entretien Debré/Rogers, 9 avril 1969, Washington. AN, 5 AG 1 202.

260 Entretien Debré/Nenni, 18 avril 1969, Rome. AMAE, Secrétariat général, Entretiens et messages, vol. 37.

261 Kissinger H., À la Maison Blanche. 1968-1973, op. cit., p. 432.

262 Aux yeux des dirigeants italiens, l’idée soviétique de CSE pourrait être favorablement accueillie par l’extrême gauche et calmer les esprits en Italie, de même qu’elle pourrait créer une amorce de dialogue entre la DC et le PCI. Sur l’Italie et la CSCE, voir Varsori A., « L’Italie et l’Europe pendant les années 1970 entre intégration et détente », Du Réau E., Manigand C. (dir.), Vers la réunification de l’Europe, op. cit., p. 77-88.

263 Schoenborn B., op. cit., p. 318.

264 Entretien Debré/Rogers/Stewart/Brandt, 9 avril 1969, Washington. AMAE, Europe 1966-1970, Entretiens quadripartites, vol. 1727.

265 Note SDEC, 29 mars 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Accord quadripartite, vol. 50.

266 Entretien Alphand/Zorine, 20 mars 1969, Paris. AN, 5 AG 1 188. URSS. 1967-1969.

267 Tg. no 1911/1923, de R. Seydoux, 17 avril 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2035.

268 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki Process », art. cit., p. 67.

269 Bozo F., « France, “Gaullism”, and the Cold War », in Leffler M.P., Westad O.A. (dir.), The Cambridge History of the Cold War, vol. II, Crises and Détente, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 15-16.

270 Tg. no 2564/71, de Seydoux, 10 juin 1969. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2667.

271 Télégrammes circulaires NR 308 du 4 juillet 1969 et NR 324 du 17 juillet 1969, d’Alphand. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2035.

272 Les 23 et 24 avril 1969, les ministres des Affaires étrangères de Finlande, Danemark, Islande, Norvège et Suède soutiennent à l’unanimité l’idée de tenir la conférence, en ajoutant que la présence des États-Unis et du Canada y est nécessaire. Charvin R., « La souveraineté et la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe », in Mélanges offerts à Georges Burdeau. Le pouvoir, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1977, p. 1020.

273 La Finlande bénéficie, pendant la guerre froide, d’une posture internationale originale qui suscite parfois la méfiance de l’Ouest. Elle se trouve dans une sorte de « zone grise » en Europe : tout en coopérant secrètement avec les États-Unis, elle tente de maintenir une neutralité bienveillante à l’égard de l’URSS. La distinction est souvent effectuée entre un système intérieur basé sur l’économie de marché et une politique étrangère favorable aux intérêts soviétiques.

274 Il s’agit de l’Autriche, la Belgique, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Suisse, la Suède, la Norvège, la Yougoslavie, l’URSS, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie, la RDA. Voir tg. no 202-205, d’André, 1er août 1969.

275 Tg. no 197/199, d’André, 23 juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2032.

276 Note SDEO, 18 juin 1969. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1626.

277 Selvage D., art. cit., p. 94.

278 Hakkarainen P., « From linkage to freer movement. The FRG and the nexus between Western CSCE preparations and Deutschlandpolitik, 1969-1972 », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.), Origins of the European Security System, op. cit., p. 164-182.

279 Garton Ash T., op. cit., p. 85.

280 Note SDEC, 1er juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, RFA, vol. 1577.

281 Note SDEC, 15 juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 157.

282 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 20 juin 1969, Bonn. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1626.

283 Kissinger H., À la Maison-Blanche, op. cit., p. 425.

284 Soutou G.-H., « L’attitude de Georges Pompidou face à l’Allemagne », in Association Georges Pompidou, Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 277.

285 L’opinion publique reste attachée à l’amitié franco-américaine et franco-britannique ainsi qu’au développement des relations de la France avec les pays de l’Est mais elle n’admet plus une politique étrangère au-dessus des moyens disponibles.

286 Rey M.-P., « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », in Association Georges Pompidou, Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 144-145.

287 Ibid., p. 145.

288 Ibid., p. 146.

289 Document lu par Zorine lors de son audience auprès de G. Pompidou, 21 juillet 1969. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2667.

290 Soutou G.-H., « The linkage between European integration and détente », art. cit., p. 23-25.

291 Note de J.-B. Raimond pour le président, 7 août 1969. AN, 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 1969-74.

292 Note de Raimond pour le président, 1er octobre 1969. AN, 5 AG 2 1041.

293 Tg. NR 1381/86, de Kosciusko-Morizet, 23 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

294 Tg. no 388, d’Alphand, 29 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

295 Selvage D., art. cit., p. 95.

296 Les pays de l’Est confèrent à la Finlande le rôle de centraliser les propositions. Note SDEO, 4 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, URSS, vol. 2692.

297 Entretien Alphand/Macovesco, 17 novembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 111. Roumanie. 1969-1972.

298 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 15 décembre 1969, Paris. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1629.

299 Entretien Jurgensen/Drndic, 24 novembre 1969, Belgrade. AN, 5 AG 2 114. Yougoslavie. 1969-1974.

300 Entretien Beaumarchais/Ruete, 10 novembre 1969, Bonn. AN, 5 AG 2 104. RFA. 1969-1970.

301 Entretien de l’ambassadeur à Moscou avec M. Semionov. Tg. no 5400/05, de Seydoux, 25 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, RDA, vol. 157.

302 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 1969-1974.

303 Sodaro M., Moscow, Germany and the West from Khruschev to Gorbachev, op. cit., p. 152.

304 Ibid., p. 152.

305 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 1969-1974.

306 Note SDEO, 2 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2034.

307 Tg. no 1565/73, de Kosciusko-Morizet, 6 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2031.

308 Pompidou au secrétaire d’État Jean de Lipkowski, 6 janvier 1970. AN, 5 AG 2 1041. Otan, relations Est-Ouest. 1969-1974.

309 Entretien Beaumarchais/Trhlik, 22 octobre 1969, Prague. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1629.

310 Note SDEO, 2 octobre 1969. AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, vol. 2034.

311 Tg. no 4692/700, de F. Seydoux, 25 septembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1577.

312 Tg. no 6046/52, de F. Seydoux, 26 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, Organismes internationaux…, vol. 2032.

313 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN, 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.

314 Entretiens Schumann/von Braun, 8 et 16 octobre 1969, Paris. AMAE, Secrétariat général, entretiens et messages, vol. 38 et 39.

315 Soutou G.-H., La Guerre de cinquante ans, op. cit., p. 498-501.

316 Sarotte M., Dealing with the Devil: East Germany, Détente, and Ostpolitik, 1969-1973, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2001, p. 7-36.

317 Note SDEC, 6 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1546.

318 Note SDEC, 24 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-70, RFA, vol. 1546.

319 Loth W., « Détente and European integration in the policies of Willy Brandt and Georges Pompidou », in Ludlow N.P. (dir.), European integration and the Cold War: Ostpolitik-Westpolitik, 1965-1973, op. cit., p. 54-55.

320 Note SDEO, 20 novembre 1969. AMAE, Europe 1966-1970, Organismes internationaux…, vol. 2032.

321 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 15 décembre 1969, Paris. AMAE, Europe 1944-…, RFA, vol. 1629.

322 Entretien Pompidou/Brosio, 19 novembre 1969, Paris. AN. 5 AG 2 1041. Otan. 1969-1974.

323 Pfeil U., « Le rôle de la RDA dans les relations entre la France et l’Allemagne fédérale de 1966 à 1969 », in Pfeil U. (dir.), La RDA et l’Occident. 1949-1990, Paris, PIA, 2000, p. 353.

324 Entretien Schumann/Rogers/Stewart/Scheel, 3 décembre 1969, ambassade de RFA à Bruxelles. AMAE, Europe 1966-1970, Réunions quadripartites, vol. 1727.

325 Bange O., « An Intricate Web », art. cit., p. 32.

326 Ibid., p. 32-33.

Table des illustrations

Légende Photographie 1. – Voyage du général de Gaulle en URSS. Il est accueilli à Moscou par Nicolas Podgorny. Juin 1966.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photographie 2. – Charles de Gaulle (1890-1970) et le président roumain Nicolae Ceausescu à Craïova (Roumanie), le 16 mai 1968.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search