Version classiqueVersion mobile

En finir avec la guerre froide

 | 
Nicolas Badalassi

Préface

Frédéric Bozo

Texte intégral

1Disons-le d’emblée : l’ouvrage de Nicolas Badalassi sur la France et les origines du « processus d’Helsinki » est de toute première importance, pour une double raison. D’abord parce que la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) est devenue un terrain privilégié de l’historiographie, comme en témoigne, depuis une bonne décennie, le grand nombre d’ouvrages ou d’articles qui lui sont consacrés, et ce à partir d’une interrogation centrale : dans quelle mesure la CSCE a-t-elle contribué à la fin de la guerre froide ? En d’autres termes, quelle a été, dans les révolutions européennes de 1989, l’importance de « l’effet Helsinki » (selon l’expression de l’universitaire Daniel Thomas) ou encore l’efficacité du « piège » (titre de l’ouvrage du diplomate français Jacques Andréani) qui se serait refermé sur les régimes communistes ? La CSCE représente donc un sujet porteur, au carrefour de l’histoire des relations internationales et de la guerre froide et d’une histoire politique et culturelle internationale, comparée et transnationale. Le choix de la période traitée dans l’ouvrage est à cet égard incontestable puisqu’elle couvre les origines de la conférence depuis l’appel de Bucarest en 1966 jusqu’au sommet d’Helsinki en 1975, autrement dit la période fondatrice de la CSCE. Il était par ailleurs judicieux de partir de 1965, année clé pour la politique gaullienne, marquée notamment par la conférence de presse du général de Gaulle du 4 février 1965, véritable manifeste de la politique de « détente, entente et coopération ». La décennie couverte par l’auteur constitue donc incontestablement une période de référence.

2Ensuite parce qu’il faut se féliciter qu’un ouvrage de cette qualité soit consacré à la politique étrangère française, ce qui n’est pas ou plus si fréquent. Les travaux portant sur cette politique ne sont guère nombreux, du moins si on compare la situation présente à ce qu’elle était aux beaux jours de « l’école française » d’histoire des relations internationales fondée par Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle et, surtout, si l’on met en parallèle l’historiographie française avec celle de pays comme l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, sans parler des Etats-Unis. Or cet ouvrage porte sur un aspect majeur et jusqu’ici trop peu exploré du rôle qu’aura joué la France dans la guerre froide : non seulement la CSCE, comme le démontre Nicolas Badalassi, aura été au cœur de la politique Est-Ouest de la France à partir de la seconde moitié des années soixante et, plus encore, de la première moitié des années 1970, mais elle aura occupé une place majeure dans sa politique en matière de construction européenne (l’interface entre la CSCE et la « coopération politique européenne » naissante constituant, on le sait, un enjeu de toute première importance) tout en étant indissociable de sa politique à l’égard de l’Alliance atlantique et, plus largement, de l’ensemble occidental. C’est pourquoi la CSCE représente un enjeu si important pour les rapports franco-soviétiques, franco-allemands et – de manière il est vrai moins constante – franco-américains, ainsi que pour les relations avec les pays de l’Est. Pour toutes ces raisons, Nicolas Badalassi traite d’un sujet central dans l’histoire de la politique étrangère française dans la période de guerre froide.

3Il faut souligner l’excellente facture de l’ouvrage. L’auteur y traite d’enjeux politiquement et techniquement parfois très complexes au moyen d’une écriture toujours fluide et d’une narration jamais ennuyeuse, un véritable tour de force pour quiconque s’est aventuré dans les arcanes du processus d’Helsinki. Le sujet est parfaitement maîtrisé, et ce sans que soient sacrifiées l’exhaustivité thématique ni la progression chronologique. Quant aux sources, elles sont également d’une grande exhaustivité. Ceux qui s’y sont un tant soit peu frottés savent que la CSCE est une gigantesque machine à produire du « papier », ce qui représente un défi redoutable pour l’historien. Or Nicolas Badalassi – outre les sources ouvertes, qui sont considérables – a non seulement consulté les séries disponibles dans les archives françaises, mais il a prolongé cette consultation en ayant recours à d’importants fonds à l’étranger, que ce soient ceux de la CSCE déposés à Prague ou ceux de la bibliothèque présidentielle Gerald Ford à Ann Arbor (Michigan) et il a complété ce corpus monumental par les nombreux mémoires, français ou étrangers, consacrés à ce sujet ainsi que par une véritable campagne d’histoire orale menée sous forme d’entretiens avec d’anciens diplomates français, au premier rang desquels Gabriel Robin et Jacques Andréani, dont le rôle a été central. La grande finesse de l’analyse que Nicolas Badalassi applique à cette matière foisonnante démontre un remarquable talent d’historien, dont le défi est de chercher l’explication historique dans l’événement lui-même, ce qui suppose de savoir faire parler les sources.

4De fait, les apports de l’ouvrage sont considérables. Ils concernent, d’abord, la CSCE en elle-même et, plus largement, la détente européenne des années 1965-1975. L’auteur part à juste titre des premières propositions soviétiques en vue d’une conférence paneuropéenne dix ans avant le début de sa propre période, retraçant ainsi la généalogie du concept même de sécurité européenne, concept soviétique auquel les Occidentaux se rallient progressivement, en particulier sous influence française. Puis il met en lumière le jeu complexe des années 1966 à 1970, qui marquent l’acceptation conditionnelle du principe de la conférence par les Occidentaux, puis celui de la période des « préliminaires » (traités de l’Ostpolitik, accord sur Berlin, préliminaires multilatéraux de la conférence proprement dits). Il restitue enfin la dynamique de la conférence elle-même dans ses trois phases, la phase genevoise, centrale, étant la plus décisive puisque c’est là que s’élaborent les textes.

5À cet égard, l’ouvrage représente une somme sans doute inégalée à ce jour sur le contenu de la conférence, surpassant en ampleur et en précision les rares ouvrages existants et qui en proposent une approche d’ensemble. Tout chercheur désireux de comprendre, par exemple, l’origine de telle ou telle formule, de tel ou tel concept du « décalogue » et leur cheminement souvent tortueux devra désormais se référer à l’ouvrage de Nicolas Badalassi. C’est le cas pour un aspect aussi décisif que la question des frontières, sur lequel il retrace avec rigueur et minutie l’évolution de la problématique depuis la revendication soviétique, vite abandonnée, de l’intangibilité, jusqu’à la phraséologie – beaucoup plus ouverte et avantageuse pour l’occident – bâtie autour de la notion d’inviolabilité et de changement pacifique, en passant par la question du couplage/découplage entre inviolabilité et non recours à la force. L’auteur, dès lors, aboutit à des conclusions très nettes concernant le bilan de la CSCE : il montre de manière convaincante que les Occidentaux ont, en effet, réussi à retourner le « piège » tendu par la diplomatie soviétique puisque, de toute évidence, Moscou à « lâché » beaucoup plus de concessions que les Occidentaux, comme en témoigne l’exemple déjà cité des frontières. Le format de la conférence en trois phases, d’inspiration française, a joué à plein en conduisant les Soviétiques à des concessions substantielles au printemps 1975.

6Les apports concernent ensuite le rôle de la France, sur lequel l’ouvrage confirme de manière tout aussi convaincante qu’elle aura bien constitué une priorité de sa diplomatie dans la première moitié des années soixante-dix. En témoignent les nombreux entretiens entre présidents et ministres des affaires étrangères français et leurs homologues soviétiques, américains, britanniques ou allemands lors desquels la CSCE est abordée de manière à la fois approfondie sur le plan des principes et étonnamment détaillée quant aux modalités. Des échanges qui prouvent l’importance accordée à ce sujet, en particulier dans les années 1973-1975, par les dirigeants français, et, bien entendu par l’appareil diplomatique proprement dit.

7Deux caractéristiques principales en ressortent quant au rôle de la France et à l’action de ses dirigeants et de ses diplomates dans ce dossier. D’abord, la sincérité de l’engagement français dans le processus d’Helsinki. De toute évidence, les décideurs croient à la CSCE comme un levier pour transformer les relations Est-Ouest et le bloc soviétique lui-même, même si cette attitude est constamment tempérée par un solide réalisme et une conscience claire des limites de ce qui peut être espéré en la matière. C’est frappant chez un Pompidou, dont les propos sur le « virus » de la liberté qui doit être instillé chez les peuples de l’Est frappent par leur constance, une conviction dont le résultat le plus décisif est sans nul doute l’adjonction du deuxième « C » de la CSCE, le volet « coopération » (essentiellement la troisième corbeille) devant beaucoup au rôle de la France et à certains de ses représentants, au premier rang desquels Andréani. Bref, pour les Français, la CSCE, ce ne sont pas seulement des mots, des paroles verbales. Cette attitude est à mettre en regard de celle, beaucoup plus sceptique voire cynique, des Américains, à commencer par Henry Kissinger. Certes, la CSCE est parfois instrumentalisée, en particulier à des fins de politique intérieure (on le voit notamment chez un Jacques Chirac, qui règle ses comptes avec Valéry Giscard d’Estaing par ce biais), mais, au total, l’engagement français dans la CSCE ne fait pas de doute.

8Mais la sincérité n’empêche évidemment pas l’habileté ; or les diplomates français n’en manquent pas, comme en témoignent les réels succès obtenus dans cette longue partie d’échecs avec la diplomatie soviétique : ainsi, outre l’existence même de la troisième corbeille dans la création de laquelle le rôle de la France est central, on peut mettre en avant la formule française d’une conférence en trois phases, qui aura joué un rôle déterminant pour obtenir des concessions substantielles comme condition d’une conférence finale au sommet. Bien souvent, ces succès sont rendus possibles par une tactique consistant à sacrifier l’affichage des grands principes à l’obtention de concessions moins spectaculaires mais tout aussi significatives : il en va ainsi du choix de privilégier les échanges culturels dans la troisième corbeille, enjeu moins spectaculaire que les droits de l’homme mais jugé par les Français tout autant porteurs de changement dans le bloc de l’Est (Paris est évidemment moins gêné que Washington pour en rabattre sur les droits de l’homme pour des raisons de politique intérieure, même si les critiques des « aroniens » et de la « nouvelle gauche » antitotalitaire pèsent vers la fin de la période). Bref, la diplomatie française est le plus souvent réaliste dans ses cheminements mais sans perdre de vue les objectifs. N’a-t-elle pas réussi à « vendre » aux Soviétiques une phrase sur le libre choix des alliances en faisant comme si elle était motivée par un souhait français de pouvoir quitter un jour l’Alliance atlantique ? Une phrase d’une importance capitale puisqu’elle sera utilisée avec succès en 1990 pour obtenir des Soviétiques leur consentement au maintien de l’Allemagne unie dans l’Alliance atlantique.

9Au-delà du rôle de la France à la CSCE, les apports du livre de Nicolas Badalassi concernent la problématique des objectifs ultimes de la politique française dans la guerre froide. D’emblée, l’auteur pose la question : la politique française à la CSCE est-elle la « multilatéralisation » de la politique gaullienne de détente, entente et coopération, ou marque-t-elle une rupture pompidolo-giscardienne avec ce projet ? Dit autrement, les objectifs de la France à la CSCE et, plus généralement, dans les rapports Est-Ouest sont-ils de dépasser un statu quo qu’elle dénonce depuis de Gaulle (et accessoirement quel était le degré de sincérité de cette dénonciation ?) ou bien ces objectifs consistent-ils au contraire, derrière une rhétorique gaullienne maintenue, à conserver un ordre établi européen et Est-Ouest qui au fond conviendrait à la France ? Nicolas Badalassi apporte à cette question une réponse claire et convaincante : la politique française est bien une politique de dépassement du statu quo. C’est net si l’on met en rapport la politique française avec celle des superpuissances, que ce soient les États-Unis (les propos cyniques de Kissinger sur la notion de changement pacifique des frontières sont en soi tout un programme) ou l’URSS, dont toute l’entreprise consiste, depuis l’origine, à obtenir la consécration du statu quo territorial et politique européen (Nicolas Badalassi montre parfaitement qu’il existe sur ce point, depuis l’origine, un malentendu franco-soviétique, malentendu qui persistera d’ailleurs jusqu’à la fin de la guerre froide, les Soviétiques s’étant persuadés à tort que les Français partageaient leurs vues).

10Reste la question allemande, qui occupe une place centrale dans la problématique française des rapports Est-Ouest et donc de la CSCE. Or l’auteur aboutit sur ce point capital à une conclusion forte, dont la portée dépasse son sujet puisqu’elle concerne un enjeu majeur de l’historiographie de la politique française dans toute la période de guerre froide : d’après lui, la politique française ne peut être, comme on l’a trop dit et écrit, considérée comme visant à la perpétuation du statu quo allemand ; bien au contraire, puisqu’elle intègre constamment la nécessité de laisser la porte ouverte à la réunification. S’il s’agit, pour un Pompidou comme pour un de Gaulle, de laisser ainsi ouverte une perspective « sans être pressé » de la voir se réaliser et s’il ne s’agit évidemment pas de rechercher activement la réunification en étant « plus allemand que les Allemands », comme le dira plus tard François Mitterrand, c’est là une conclusion importante et qui s’inscrit dans une historiographie en plein renouvellement.

11Bien sûr, cette conclusion soulève aussi des questions. Ainsi, on peut se demander si le refus français d’entériner la division de l’Allemagne, comme les Soviétiques le demandent, n’est pas aussi la conséquence de l’obsession française du maintien des droits quadripartites, dont une reconnaissance de la division de l’Allemagne entraînerait (tout comme d’ailleurs une réunification, mais celle-ci est improbable) la minoration voire la disparition. Plus généralement, il n’est pas douteux, et l’auteur le voit bien, que l’orientation « révisionniste » de la politique française ne va pas sans dilemmes ni contradictions, comme le montrent ses prises de positions dans certains domaines comme le désarmement où les réticences françaises mettent en évidence une frustration à l’égard d’une détente qui emprunte par trop la voie de la bipolarité. On l’a compris, la France veut à la fois dépasser « Yalta » et en conserver certains avantages : c’est bien ce qui fait l’intérêt d’étudier la politique française dans les rapports Est-Ouest et à la CSCE, et tout l’intérêt de cet ouvrage, qui est sans aucun doute appelé à faire référence.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search