Version classiqueVersion mobile

Le commerce atlantique franco-espagnol

 | 
Guy Saupin
, 
Jean-Philippe Priotti

Aspects du commerce franco-castillan à la fin du Moyen Âge : la progression castillane dans le golfe de Gascogne

Beatriz Arízaga Bolumburu, Michel Bochaca et Mathias Tranchant

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Daumet G., Étude sur l’alliance de la France et de la Castille aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1898 (...)

1Prolongement de l’Atlantique nord, le golfe de Gascogne (ou golfe de Biscaye) constitue une vaste avancée maritime de 223 000 km2 qui, à l’ouest d’une ligne imaginaire joignant la pointe du Raz, en Bretagne, au cap Ortegal, en Galice, s’enfonce en coin entre les côtes françaises et espagnoles. À partir de la seconde moitié du xiiie siècle, ses eaux et les ports qui jalonnent les 1 700 kilomètres de son littoral ont été les lieux de rencontre, d’échange, voire d’affrontement, pour les marins et les « marchands mettant à la mer » des deux royaumes riverains, la France et la Castille. Compliquées par la présence d’autres nationalités (Italiens, Hanséates, Anglais), ces relations ont varié en fonction de l’évolution des enjeux politiques et stratégiques au fil du siècle et demi au cours duquel nous nous proposons de les suivre, depuis le règne de Charles V (1360-1384) jusqu’à celui de Louis XII (1498-1515). L’alliance franco-castillanne contre l’Angleterre et la neutralité bretonne prévalent dans un premier temps (fin xive-milieu xve siècle), avant que les relations entre la France et la Castille se détériorent, avec pour conséquence un difficile maintien de la neutralité de la Bretagne de plus en plus attirée dans l’orbite politique française (milieu xve-début xvie siècle)1.

  • 2 Arízaga Bolumburu B. et Bochaca M., « El comercio marítimo de los puertos del País Vasco en el Golf (...)
  • 3 Casado Alonso H., « Finances et commerce international au milieu du xvie siècle : la compagnie des (...)
  • 4 Bernard J., Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Bordeaux, 1968, t. II, p. 502- (...)
  • 5 Ruiz de la Peña J. I., « Presencia de los puertos cantabricos en las lineas del comercio atlantico (...)
  • 6 Bochaca M., Les marchands bordelais au temps de Louis XI. Espaces et réseaux de relations économiqu (...)

2Les échanges commerciaux entre les ports français et castillans du golfe de Gascogne, ainsi que la place et le rôle des marins et des marchands des deux royaumes au sein de cet espace maritime ont été abordés sous des angles différents par les historiens espagnols et français. Certaines études s’intéressent aux activités d’un groupe d’acteurs économiques à l’exemple des Biscayens, des Guipuzcoans et des marchands de Burgos 2 ou bien, parmi ceux-ci, s’attachent à des familles remarquables, tels les Bernuy3. Produits, navires, marins et marchands castillans apparaissent dans les relations extérieures des principaux ports français du golfe de Gascogne dans la mesure où ils y tiennent une place de choix4. En revanche, la présence française dans les ports du Nord de la Castille est plus rarement soulignée5. Quelques auteurs enfin ont centré la réflexion sur les produits, les acteurs et les techniques du commerce dans une logique de réseaux6. Ces diverses contributions montrent la progression commerciale castillane dans le golfe de Gascogne aux xive et xve siècles.

Renforcement des positions castillanes dans le golfe de Gascogne à la faveur du conflit franco-anglais (vers 1360-vers 1460)

  • 7 Renouard Y. (dir.), Bordeaux sous les rois d’Angleterre, Bordeaux, 1965, p. 414 ; Gautier Dalché J. (...)
  • 8 Arízaga Bolumburu B., Bochaca M. et Tranchant M., « La violence en mer et dans les ports du golfede (...)

3Alors qu’ils avaient déjà pris contact depuis le xiiie siècle avec la plupart des grandes places maritimes des mers du Ponant et de la Méditerranée occidentale, les Castillans affermirent durant les deux siècles suivants leurs positions commerciales, en particulier dans le golfe de Gascogne. Cette expansion reposa d’abord sur leur capacité à régler, en interne, les différends qui opposaient producteurs, marchands et armateurs sur les questions du transport et du commerce de leurs deux produits phares qu’étaient la laine et le fer ; ensuite sur la solidité des traités d’alliance noués avec la France ; enfin, sur les étapes qu’ils s’évertuaient à établir dans les ports qu’ils avaient l’habitude de fréquenter. Ces dernières fonctionnaient comme des bases relais, à partir desquelles ils prolongeaient leurs itinéraires maritimes de négoce par une pénétration commerciale vers les arrière-pays. Les difficultés économiques et les conflits militaires dans lesquels les ports français du golfe de Gascogne furent plongés aux xive et xve siècles leur compliquèrent la tâche. L’alliance entre les monarchies française et castillane, amorcée en 1288 et consolidée par divers traités jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans, constitua cependant pour les marchands castillans un atout. Conclue en 1336, l’assistance militaire mutuelle entre la France et la Castille fut renforcée par la signature du traité de Tolède en 1368. Les marins castillans fournirent au roi de France un appui décisif pour lutter contre la supériorité navale anglaise acquise lors de la bataille de l’Écluse (1340). En 1372, ils remportèrent devant La Rochelle une victoire capitale sur une flotte anglaise, qui scella le sort de la reconquête française du Centre-Ouest. Autre fait d’arme mémorable, en 1405, Pero Niño sillonna le golfe de Gascogne à la tête de cinq galères pour s’emparer de navires ennemis ; il surprit en particulier Bordeaux, ravageant le quartier des Chartreux situé hors les murs7. En dehors de quelques opérations militaires, les violences en mer furent essentiellement le fait de marins et de pêcheurs qui se transformaient pour l’occasion en corsaires ou en pirates8.

Traités d’alliance et privilèges commerciaux

  • 9 L’Aunis formait partie de la grande principauté d’Aquitaine cédée à Édouard III par Jean le Bon en (...)
  • 10 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 14-15 ; Menéndez Pidal R. (d (...)
  • 11 Perez-Embid F., « Las escalas ibericas del Mediterraneo al Mar del Norte (siglos xiii al xvi) », Le (...)
  • 12 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fi n du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 17 ; Isambert, Jourd (...)
  • 13 Isambert, Jourdain et Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises, t. V, n° 363.

4De l’alliance militaire au partenariat économique il n’y avait qu’un pas qui fut aisément franchi. Les activités espagnoles dans le golfe de Gascogne dépendaient pour beaucoup des avantages commerciaux et fiscaux que les négociants et armateurs du nord-ouest de la Péninsule y trouvaient. L’existence de privilèges en faveur des Castillans en Aunis est attestée le 3 mars 13619. Édouard III, qui avait conclu un traité d’alliance avec Pierre Ier le Cruel, confirma les prérogatives dont les marchands de la « Marina Castella et Lapuscoa » disposaient à La Rochelle du temps de la souveraineté française10. La date initiale de leur promulgation ne nous est pas connue, mais on peut penser qu’elle survint, comme à Harfleur, quelque temps après le traité franco-castillan de 133611. La nature des droits octroyés nous échappe et seules les concessions attribuées à la Normandie nous permettent d’en imaginer la teneur12. En avril 1364, souhaitant capter à son profit l’alliance castillane, Charles V confirma et augmenta les privilèges accordés aux marchands castillans trafiquant dans le royaume, et particulièrement à Harfleur : protection royale, liberté de négoce, permission de séjourner dans la ville, exonérations fiscales, autorisation d’emploi de certaines méthodes commerciales et de protections juridiques13. La capitale aunisienne devait offrir des facilités du même ordre et son retour à la couronne française en 1372 lui permit de compléter ces avantages.

  • 14 Delafosse M. (dir.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, 1985, p. 66.
  • 15 Barbot A., Histoire de La Rochelle, Paris/Saintes, Éd. Denys d’Aussy, 1886-1890, p. 275.
  • 16 Historia de España…, t. XV, p. 88.
  • 17 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723-1849, t. XIII, nos 44 et 209 ; Mo (...)
  • 18 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, P. J. n° XXIII. Ceux-ci étaient (...)
  • 19 Ibid., n° XL : « Le roy veult qu’il leur soient tres bien gardees et entretenues en la forme et ma (...)

5En 1406, des exemptions sont à nouveau accordées14. Le 8 mars 1417, selon un accord passé entre le corps de ville rochelais et les marchands de Castille qui prétendaient, suivant leurs privilèges dans le royaume de France, être exempts de toutes impositions, il fut décidé qu’ils ne paieraient dorénavant à l’échevinage que « l’alotage des cuirs » et 8 sous par tonneau de vin produit hors de la banlieue et exporté par le port de La Rochelle15. En 1423, Sancho Ezquerra de Angulo fit pression afin d’obtenir le renouvellement des anciens droits castillans en Aunis16. L’année suivante, Charles VII accéda à cette demande et en profita pour transférer à La Rochelle les privilèges dont les Espagnols jouissaient à Harfleur. Cette concession leur fut renouvelée en 143517. Devant les résistances poitevines et rochelaises, le 15 juillet 1424, le roi adressa un mandement aux autorités locales afin que les prérogatives des Castillans soient respectées. Il leur renouvelait pour quinze ans l’exonération fiscale dont ils bénéficiaient sur l’importation de leurs marchandises dans le royaume ainsi que sur leurs exportations à partir des côtes françaises18. Mais les Espagnols ne se contentaient pas de ces avantages et tentaient à tout moment de les élargir. En 1457, Charles VII dut rappeler les limites de ses concessions : ces exonérations ne concernaient pas la Traite, taxe perçue notamment sur l’exportation des vins19.

  • 20 Ibid., n° XL.
  • 21 Barbot A., op. cit., p. 351, M.L.R., ms. 78.

6Soucieux de rééquilibrer les échanges franco-castillans, le roi de France s’employa à obtenir pour ceux de ses sujets qui souhaitaient commercer en Espagne les mêmes faveurs que celles accordées aux Espagnols dans son royaume20. Pourtant, la pénétration de ces derniers se poursuivait. Le 31 octobre 1463, Louis XI abolit la taxe de 2 sous par livre pour les marchandises échangées entre la France et la Castille, ainsi que celle de 2 sous par livre de sel du Poitou et de Saintonge sortant par mer21.

L’étape de La Rochelle : enjeu castillan pour la maîtrise du golfe de Gascogne

  • 22 Favreau R., Aunis, Saintonge et Angoumois sous la domination anglaise…, p. 62-63.
  • 23 Abraham-Thisse S., « Les relations hispano-hanséates au bas Moyen Âge », En la España medieval, n° (...)
  • 24 Casado Alonso H., « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa (siglos xv y xvi)… », p. 18. H (...)

7Dotés d’avantages, acquis grâce à la bienveillance française et à leur opiniâtreté, Basques, Cantabres, Asturiens et Galiciens avaient fondé une colonie marchande importante à La Rochelle, dont la puissance progressa au cours des xive et xve siècles. Bien que leur présence soit connue de longue date22, 1372, 1419 et 1443 sont incontestablement des années clefs dans leur ascension23. Leurs victoires successives devant La Rochelle sur les flottes anglaises et hanséatiques les avaient rendus maîtres du golfe de Gascogne. La sauvegarde de leurs lignes de navigation, enjeu vital, fut ainsi assurée. Dans le même temps, la capitale aunisienne devint un relais essentiel pour leurs activités commerciales. Avec Nantes, Rouen et Bruges, La Rochelle était la plus méridionale des quatre factoreries qui leur permettaient de contrôler le commerce de la laine castillane à l’échelle européenne (fig. 1, p. 45)24.

  • 25 Delafosse M. et Trocmé E., Le commerce rochelais de la fin du XVesiècle au début du XVIIIe siècle, P (...)
  • 26 AN, JJ 72, n° 125.
  • 27 AN, JJ 108, n° 244.
  • 28 AN, JJ 139, n° 3. M.L.R., ms. 201, f° 18 v°.
  • 29 AN, JJ 191, n° 210.
  • 30 A.G.S., Registro del Sello, 30-10-1497.
  • 31 AN, JJ 104, n° 197.
  • 32 AN, JJ 151, n° 328.

8Les négociants et marins castillans s’y pressaient, intégrés à divers degrés au reste de la population25. Un inventaire des nouveaux acquêts, réalisé en août 1338 par les bourgeois et gens d’Église de la ville, recense une maison située sur l’îlot du Pérot, appartenant à Stéphane Garcie26. Durant la domination anglaise, Giles Bert, « povre et miserable personne » originaire d’Espagne, se fixa dans la ville avec son cousin, Dominique Rousse dit Alfonse, pour en être le serviteur27. En 1390, le marchand Alfonse Gonsale y résidait à l’année, comme Roderigo d’Espaigne, un siècle plus tard28. Olivier Gansales, natif de Vivero en Galice, s’établit comme chirurgien dans les années 142029. En 1495, un voleur de dot qui était venu se faire oublier y fut démasqué30. Mais ces cohabitations paisibles n’étaient pas toujours la règle. Une rémission d’avril 1373 souligne que les nombreux hommes d’armes espagnols présents à La Rochelle se disputaient avec la population locale31. Parmi eux, se dissimulaient des bandits de grand chemin. Gillet Guesdon, fils d’un riche négociant rochelais, fut dépouillé par un de ces Espagnols en 1397, alors qu’il voyageait dans la région de Matha. Il perdit dans cette affaire « grant quantité d’or et d’autres biens32 ».

  • 33 Cartulaire de l’Ancienne Estaple de Bruges, Bruges, L. Gilliodts van Severen (éd.), 1904-1906, nos(...)
  • 34 AGS, Registro del Sello, 30-12-1497. Les maîtres et consuls castillans attachés aux étapes du roya (...)

9Autre aspect de leur implantation, les Castillans avaient logiquement fait de La Rochelle le lieu privilégié du règlement des affaires litigieuses survenues entre leurs ressortissants et les autres négociants étrangers. Le 28 octobre 1428, Philippe de Bourgogne, bien décidé à clore les violences sur mer qui envenimaient les relations entre l’Espagne et la Flandre, proposa la tenue d’une assemblée à La Rochelle ou ailleurs avant le 30 novembre 1431 pour entendre les plaintes et fixer les montants des indemnités33. En 1430, un tribunal, cette fois permanent, y fut institué afin de juger les contestations hispano-bretonnes34.

  • 35 Touchard H., « Les exportations françaises vers 1330 : l’exemple de La Rochelle », Revue du Bas-Poi (...)
  • 36 Cartulaire de l’Ancienne Estaple…, nos 643, 648 et 693 ; Abraham-Thisse S., « Les relations hispan (...)
  • 37 Historia de España…, t. XV, p. 9 ; Guiard et Larrauri T., Historia del Consulado y Casa de la cont (...)
  • 38 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 114. Durant la conférence de (...)

10Cette croissance des activités castillanes à La Rochelle se traduit enfin par l’institution d’un quasi-monopole sur les échanges entre l’Aunis d’une part, les ports basques et cantabres d’autre part (fig. 1). Aussi, concurrencés sur leurs propres positions par des négociants offensifs, munis de moyens financiers et navals supérieurs, et fortement implantés sur tous les marchés internationaux, les Rochelais avaient quelques raisons de s’inquiéter. Dans les années 1320, un premier conflit les avait opposés35. À partir de novembre 1419, par leurs actes de piraterie répétés contre les flottes flamandes, ils perturbèrent durant plusieurs années la liaison Bruges-La Rochelle36. Durant la première moitié du xve siècle, au prix d’une piraterie quasi ininterrompue, ils repoussèrent les flottes anglo-hanséatiques vers le nord. Le 6 août 1443, ils imposèrent aux Allemands un traité par lequel ces derniers reconnaissaient le monopole espagnol pour le transport des vins de La Rochelle37. Mis devant le fait accompli et incapables de réagir, les Rochelais ne purent que patienter avant de retrouver pleinement leur clientèle nordique38.

  • 39 Ibid., p. 109. Cette communauté, comme celle de Nantes, était cependant moins importante que celle (...)

11Forts d’une communauté puissante et dynamique39, possédant leurs propres institutions locales financées semble-t-il par une fiscalité spécifique, les Espagnols étaient plus que de simples marchands à La Rochelle. À l’occasion de certains conflits politiques et militaires, leurs colonies normandes (1424-1450) puis bretonnes (1487-1493) se replièrent en Aunis.

Nantes : porte d’accès à l’Ouest français

  • 40 Mollat M., « La draperie normande », Atti della seconda settimana di studio (10-16 aprile 1970) : p (...)
  • 41 Touchard H., Le commerce maritime breton…, p. 150-152 et 216-219.
  • 42 AD17, C 700, doc. 81, art. 11 : « Nous ont supplié comme ez temps passés les Espaigneulz et aultre (...)

12Nantes, depuis la fin du xive siècle, s’était affirmée comme une étape notable des marchands du Nord de l’Espagne. Ils en avaient fait un des principaux centres de distribution de leurs articles dans l’Ouest de la France, par la Loire et les voies de circulation terrestres. Cette ville présentait beaucoup d’avantages. Elle jouait le rôle d’interface d’échange, favorisée par sa position en fond d’estuaire, et concentrait l’offre et la demande des pays d’amont. De ce fait, des excédents céréaliers dont les Espagnols étaient acheteurs y convergeaient par le fleuve. Nantes était aussi devenue au milieu du xve siècle la capitale du commerce de la laine et du drap en Bretagne. Elle recueillait à cette occasion les besoins en laine des drapiers normands nouvellement immigrés40. Enfin, la ville profitait de la protection accordée par les ducs de Bretagne, ainsi que de la politique de neutralité qu’ils conduisirent, bon an mal an, au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. Assurés d’une clientèle locale importante et profitant des conditions politiques qui faisaient de la cité bretonne un relais pour commercer avec les Bretons, les Anglais et les Normands, les Castillans avaient naturellement trouvé leur place à Nantes. Ils échangeaient leurs produits (fer, acier, cire, fruits secs, laines) contre des draps et du blé41. Cependant, les autorités ducales abusaient de la manne fiscale procurée par ces échanges. Le 19 septembre 1420, des lettres patentes de Jean V révèlent le stratagème des Espagnols pour esquiver les droits de sortie sur les draps et les merceries payés au passage de Saint-Nazaire : plutôt que de conduire leurs marchandises par mer, ils préféraient, en dépit du coût du transport, les faire transiter par terre jusqu’à La Rochelle42.

  • 43 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XIII, nos 44 et 209 ; Mollat M., Le commer (...)
  • 44 AN, X1A 9199, f° 335 v°.

13L’exonération de 1420 rendit-elle à Nantes son trafic initial ? On peut en douter. En 1424 et 1435, selon les ordonnances de Charles VII, le transfert à La Rochelle des privilèges dont jouissaient les Espagnols à Harfleur accéléra leur venue en Aunis au détriment de la Basse Bretagne43. Le cas d’un nommé Harnon, dont la cargaison d’une valeur de 1200 l. t., composée notamment de toiles et de fils, fut prise en 1430 par des pirates dans la mer des Pertuis, indiquerait que certains Nantais venaient chercher leur clientèle à La Rochelle44. D’autre part, outre ces faveurs royales, il est certain que la place rochelaise rattrapait une partie de son retard par l’organisation de ses circuits de distribution. Les villes drapières du Poitou (Fontenay-le-Comte, Bressuire, Niort…) travaillaient les laines importées par les Espagnols et revendaient à ces derniers une partie de la production textile locale. La capitale aunisienne, par la Sèvre et Marans, contrôlait marchandises et transactions financières. De surcroît, fréquentée par les riches et nombreuses flottes flamandes, elle s’avérait être un centre de redistribution commode pour les Espagnols. Ce que La Rochelle perdait à cause de son éloignement d’un axe fluvial important, elle le regagnait donc amplement grâce à une fiscalité indirecte compétitive et à un élargissement de ses possibilités commerciales.

  • 45 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 102. L’accord fut renouvelé (...)
  • 46 Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Éd. R. Blanchard, nos 1896 et 2202.
  • 47 Ibid. ; Barbot A., op. cit., p. 275-276, n. 2.

14Aussi, on peut penser que selon les clients recherchés, les Castillans destinaient leurs marchandises à l’une ou l’autre des deux places : à La Rochelle d’abord les échanges internationaux ; à Nantes ensuite les expéditions dans l’ouest du royaume. Dans le second cas, l’obtention le 20 avril 1430 d’un droit d’étape sous la forme d’une « bourse » ou « cofradía de la contratación45 », avec un consul et un procureur46, dynamisa leur fréquentation de la cité bretonne. Mais, même en matière de négoce hispano-breton, la capitale de l’Aunis se posait en intermédiaire. Ainsi, selon l’accord passé en 1430 entre le duc Jean V et le roi de Castille Jean II, un tribunal chargé de juger les contestations entre leurs sujets fut institué à La Rochelle47.

Maintien des acquis économiques castillans en dépit de la détérioration des relations politiques avec la France (vers 1460-vers 1515)

  • 48 Mollat M., « El Consulado de Burgos en las ciudades francesas », Actas del V centenario del Consula (...)

15Le relâchement des relations franco-castillanes, perceptible dès les premières années du règne de Louis XI, tourna à la rupture diplomatique à partir de 1469 avec le mariage d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon, ce dernier adversaire déclaré de la France. En 1467 un traité d’amitié avait rapproché Castillans et Anglais, jusque-là farouches ennemis. Enfin, le basculement de la Bretagne dans l’orbite française en 1484 contribua à figer les clivages. En dépit de la détérioration du contexte diplomatique, le commerce franco-castillan dans le golfe de Gascogne survécut et s’adapta à la situation nouvelle. Les marchands et les marins du nord de la Péninsule parvinrent même à consolider leur emprise économique dans les ports du littoral français du golfe de Gascogne48.

Progression des intérêts castillans dans les ports de Nantes et La Rochelle

  • 49 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 119-120.
  • 50 AM Nantes, HH 188, n° 1.
  • 51 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (annexe n° XVIII). On peut penser que le paiement d (...)
  • 52 AGS, Registro del Sello, 30-12-1497.
  • 53 Casado Alonso H., « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes C (...)

16À Nantes comme à La Rochelle, plusieurs faits témoignent de cette progression. Les deux ports se livrèrent une concurrence active durant la seconde moitié du xve siècle pour s’attirer les faveurs castillanes. En 1459, un accord passé entre les Castillans et le duc de Bretagne les exonéra d’une taxe de 2,5 % sur leurs marchandises49. Cette mesure devait favoriser le développement de l’étape nantaise et il est probable qu’elle y contribua. Toutefois, une vingtaine d’années plus tard, le conflit franco-breton bloqua son fonctionnement. En 1487, la bourse fut transférée à La Rochelle. Puis, à partir de mars 1491, Nantes fut occupée par les troupes de Charles VIII, réduisant du même coup ses activités commerciales. Durant ces événements, les maisons et les entrepôts des Espagnols furent détruits ; « à l’occasion de quoy ilz se distrahirent de ladite ville et se retirerent en notre ville de La Rochelle50 ». Durant les six années (1487-1493) au cours desquelles l’étape de Nantes fut transférée à La Rochelle, les Castillans trouvèrent dans le port aunisien des conditions de négoce plus avantageuses encore. Vers 1493, d’après le fragment d’une requête de l’échevinage, ils étaient les seuls étrangers à ne pas participer aux frais de réparation de l’enceinte de la ville. Ils y entretenaient en revanche leurs propres infrastructures et personnels, grâce notamment à la levée d’une taxe de six deniers pour livre sur les marchandises qu’ils échangeaient, ainsi qu’à un droit de « marreage » payé par les maîtres de navires castillans51. Cette dernière contribution correspondait peut-être au devoir évoqué dans une pétition de 1497, qui était perçu au moment du déchargement sur le port des marchandises dont ils avaient le monopole. Ce même document nous apprend aussi qu’un consul était installé à demeure à La Rochelle pour représenter et défendre les intérêts castillans. Il y resta plusieurs années après le rétablissement de l’étape nantaise en 149352. Au regard de tous ces avantages, il est aisé de comprendre pourquoi, entre 1481 et 1508, sur les treize contrats d’assurance maritime burgalais mentionnant une escale à La Rochelle, douze furent conclus entre 1488 et 149253.

  • 54 Le Mené M., « La population nantaise à la fi n du xve siècle », Villes et campagnes de l’Ouest au Mo (...)
  • 55 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (cf. annexe n° XVIII).

17La progression des positions castillanes à Nantes et à La Rochelle se manifeste aussi par la croissance de leurs colonies. La première ville paraît avoir bénéficié des libertés fiscales accordées par l’accord de 1459. Ainsi, une importante communauté espagnole, dont on dénombre une centaine de familles entre 1458 et 1490, y élut domicile54. À La Rochelle, durant la période de transfert de la bourse nantaise, leur présence était devenue si forte que les autorités échevinales durent réagir auprès du roi. Elles déploraient que : « Oultre tel inconvenient que les Espaignolz vendroient en si grant habundance en La Rochelle qu’il convendroit que les bons bourgois et habitans nez en icelle ville s’en partissent et laissassent leurs habitacions [et] que les Espaignolz gaignassent la ville, qui seroit tres grant dommaige du Roy [et] du Royaume55. » Non sans exagération, les Rochelais feignaient de craindre qu’ils étaient sur le point de tomber entièrement sous la coupe des Espagnols : « Se ensuivroit que les habitans de la ville de La Rochelle fussent serfs et les diz Espaignolz feussent frans. » Le pessimisme exagéré de ces formules traduit tout de même une réalité : la forte pénétration des négociants espagnols, particulièrement entreprenants à La Rochelle et en Aunis. Il est vrai que la balance commerciale penchait en leur faveur. On voit combien les Rochelais, concurrencés sur leur propre terrain se trouvaient alors sur la défensive.

La prise en main par les Castillans de l’exportation du pastel languedocien par Bordeaux

  • 56 Bochaca M., « Bayonne et le déplacement de l’embouchure de l’Adour d’après l’enquête de 1491 », Boc (...)
  • 57 Bochaca M., « Burdeos centro de exportación del pastel de Languedoc hacia Inglaterra y Flandes : el (...)
  • 58 Caster G., Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse 1450 environ à 1561, Toulouse, 1962.
  • 59 Casado Alonso H., « Le rôle des marchands castillans dans la commercialisation du pastel toulousain (...)
  • 60 Bochaca M., Les marchands bordelais au temps de Louis XI

18Profitant du déclin de Bayonne, handicapé par le déplacement et l’ensablement de l’embouchure de l’Adour56, Bordeaux devint la plaque tournante des exportations de pastel languedocien vers l’Angleterre et la Flandre dans les années 1490. Les Castillans occupèrent d’emblée une place prépondérante dans ces nouveaux circuits économiques57. En amont, Gilles Caster a mis en lumière la culture de cette plante tinctoriale et la préparation des coques dans les campagnes toulousaines, ainsi que leur commercialisation à partir de Toulouse entre 1450 et 156158. En aval, Hilario Casado a montré l’implication des marchands castillans, en particulier ceux de Burgos, dans la distribution internationale du pastel59. Les étapes intermédiaires entre centres de production languedociens et marchés de consommation anglais et flamands sont moins connues, notamment dans les années 1490-1500 durant lesquelles les trafics s’organisaient. Tout en soulignant le rôle d’entrepôt de Bordeaux, les sources notariales de cette ville montrent que les circuits d’exportation du pastel se superposaient à ceux plus anciens des vins gascons avec lesquels ils ne se mêlaient pas. Alors que les Bordelais s’intéressaient surtout au commerce du vin60, celui du pastel était en grande partie aux mains des Castillans.

  • 61 Bochaca M. et Faumont Y., « La pluralité des activités, une forme de réactivité commerciale. L’exem (...)

19À vingt ans d’intervalle, deux hommes, Diego de Castro et Jean de Bernuy, incarnent les premiers temps d’un trafic lucratif qui s’est transformé en l’espace de deux décennies (fig. 2, p. 46). Dans les années 1490, Diego de Castro, opérant à partir de Londres à en juger par le qualificatif géographique accolé à son nom, se rendait en personne à Toulouse où il effectuait de gros achats auprès de marchands toulousains (Jean Boisson, Étienne Ulmier, Denis Beauvoir). Ensuite, depuis Bordeaux, il affrétait lui-même les navires pour conduire le pastel à Londres où des associés en prenaient livraison. Aux côtés d’autres marchands castillans (Diego de Bernuy, Garcia de Masoello, Lorenzo de Santa Cruz), auxquels il prêtait parfois ses services, il a mis en place un circuit commercial intégré, organisé à partir du centre de consommation londonien. En 1501 et 1502, deux Castillans établis à Bordeaux lui servaient de relais pour affréter les navires : Pierre del Poyo et son gendre Thomas de Bondié (de Buendia). Le recours à des intermédiaires, chargés plus particulièrement d’assurer des expéditions à partir de Bordeaux, semble marquer une évolution des pratiques qui parviennent à une forme plus aboutie avec Jean de Bernuy. Alors que Diego de Castro disparaît des sources bordelaises après 1502, Pierre del Poyo et Thomas de Bondié, puis ce dernier seul à partir de 1505, après la mort de son beau-père, continuaient à se charger des affrètements et des exportations pour le compte des pasteliers toulousains, parmi lesquels Jean de Bernuy figurait en bonne place61. Installé à Toulouse, celui-ci s’occupait d’acheter le pastel dans les campagnes environnantes, d’assurer sa transformation en coques et de l’exporter vers Londres et Arnemuiden via le port de Bordeaux. Les destinataires du pastel expédié par Jean de Bernuy tant en Angleterre qu’en Zélande étaient tous des Castillans. Un circuit segmenté, organisé cette fois à partir du centre de production, se met alors en place. Il s’est superposé aux circuits vinaires traditionnels qui, de longue date, possédaient des ramifications dans le haut pays garonnais, notamment toulousain. Les deux circuits fonctionnent de façon simultanée et parallèle sans se pénétrer ni se mélanger.

  • 62 Bochaca M., « Entre marchés atlantiques et arrière-pays aquitain : le rôle d’interface d’échange de (...)

20Les « Espagnols », terme générique recouvrant les marchands castillans de l’intérieur (entre autres ceux de Burgos, de Valladolid et de Medina del Campo), et les marins de la côte basco-cantabre (principalement les Biscayens et les Guipuzcoans), se sont affirmés au cours du xve siècle comme des acteurs de premier plan dans le commerce maritime atlantique français. Sur la base d’un partage des tâches (commerce et finance pour les premiers, transport maritime pour les seconds), ils ont mis en place entre Nantes, La Rochelle, Bordeaux et Toulouse des circuits commerciaux formant eux-mêmes partie d’un réseau d’affaires plus vaste à l’échelle de l’Europe atlantique. Le volume des affaires brassées et les techniques commerciales et financières employées leur donnaient une envergure internationale que les marchands français ne pouvaient leur disputer. Par-delà le développement des relations commerciales directes entre la France et la Castille, les Espagnols ont contribué à mieux insérer des ports comme Nantes, La Rochelle ou Bordeaux dans le commerce maritime de l’Europe atlantique. Ces effets bénéfiques pour la France procèdent toutefois de deux logiques spatiales différentes (fig. 3, p. 47). Avec Burgos comme « centre névralgique », le système castillan englobait l’Ouest français dans les mailles d’un réseau commercial et financier, où Nantes, Bordeaux et La Rochelle étaient des relais (escales maritimes, débouchés secondaires pour la laine et le fer, points d’encrage de communautés castillanes). Si l’on se place du point de vue français, ces ports fonctionnaient indépendamment les uns des autres, à une échelle avant tout régionale et à la manière d’interfaces d’échange avec un arrière-pays plus ou moins vaste62.

Figure 1. Échanges commerciaux entre La Rochelle et les principaux ports du Nord de l’Espagne à la fin du Moyen Âge

Figure 2. Évolution du contrôle des circuits d’exportation du pastel toulousain par les marchands castillans (fin xve-début xvie siècle)

Figure 3. Place du golfe de Gascogne dans le commerce castillan et français au xve siècle : des logiques spatiales différentes

Notes

1 Daumet G., Étude sur l’alliance de la France et de la Castille aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1898 ; Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya. Un estudio sobre la política marinera de la Casa de Trastámara, Madrid, 1959 ; Id., Política internacional de Isabel la Católica, Valladolid, 1965.

2 Arízaga Bolumburu B. et Bochaca M., « El comercio marítimo de los puertos del País Vasco en el Golfo de Vizcaya a finales de la Edad Media », Itsas memoria, n° 4, 2003, p. 41-53 ; Casado Alonso H., « El comercio internacional burgalés en los siglos xv y xvi », Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Burgos, 1994, vol. 1, p. 175-247 ; Id., « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa en los siglos xv y xvi », Casado Alonso H. (dir.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, 1995, p. 15-56 ; Caunedo del Potro B., Mercaderes castellanos en el Golfo de Vizcaya (1475-1492), Madrid, 1983.

3 Casado Alonso H., « Finances et commerce international au milieu du xvie siècle : la compagnie des Bernuy », Annales du Midi, t. 195, 1995, p. 323-343 ; Id., « De la judería a la grandeza de España. La trayectoria de los Bernuy, una familia de mercaderes. Siglos xiv-xix », Bulletin of the Society for Spanish and Portuguese Historical Study, t. XXII, 1997, p. 9-27.

4 Bernard J., Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Bordeaux, 1968, t. II, p. 502-505 ; Casado Alonso H., « La Bretagne dans le commerce castillan aux xve et xvie siècles », Kerhervé J. et Daniel T. (dir.), 1491. La Bretagne, Terre d’Europe, Brest, 1992, p. 81-98 ; Mathorez J., « Notes sur les rapports de Nantes avec l’Espagne », Bulletin hispanique, t. 14, 1912, p. 119-126 et 383-407 et t. 15, 1913, p. 188-206 ; Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 142-143, 281-283 ; Tranchant M., Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Âge, Rennes, 2003, p. 256-275.

5 Ruiz de la Peña J. I., « Presencia de los puertos cantabricos en las lineas del comercio atlantico bajomedieval : la relaciones entre Asturias y La Rochelle », Boletin del real instituto de estudios asturianos, t. 141, 1993, p. 21-47.

6 Bochaca M., Les marchands bordelais au temps de Louis XI. Espaces et réseaux de relations économiques, Bordeaux, 1998, p. 115-134 ; Casado Alonso H., « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes Católicos », Congreso internacional « Bartolomeu Dias e a sua epoca », Porto, 1989, vol. 3, p. 585-608 ; Id., « Le rôle des marchands castillans dans la commercialisation internationale du pastel toulousain (xve et xvie siècles) », Cardon D. et alii (dir.), 2nd International Symposium « Woad, Indigo and others Natural Dyes : Past, Present and Future », Arnstadt, 1998, p. 65-70 ; Id., « Crecimiento económico y redes de comercialización en la Castilla septentrional (siglos xv y xvi) », Fortea Perez J. I. (dir.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la Corona de Castilla (s. XVI-XVIII), Santander, 1997, p. 283-322 ; Id., « El comercio burgalés y la estructuración del espacio económico español a fines de la Edad Media », Itinerarios e identidad hispánica, Pampelune, 2001, p. 329-356 ; Id., El triunfo de Mercurio. La presencia castellana en Europa (siglos XV y XVI), Burgos, 2003.

7 Renouard Y. (dir.), Bordeaux sous les rois d’Angleterre, Bordeaux, 1965, p. 414 ; Gautier Dalché J., Le Victorial. Chronique de don Pero Niño, comte de Buelna (1378-1453), Turnhout, 2001, p. 199-201.

8 Arízaga Bolumburu B., Bochaca M. et Tranchant M., « La violence en mer et dans les ports du golfede Gascogne à la fin du Moyen Âge : bilan et perspectives de recherche », Augeron M. et Tranchant M. (dir.), La violence et la mer dans l’espace atlantique (xiie-xixe siècle), Rennes, 2004, p. 27-50.

9 L’Aunis formait partie de la grande principauté d’Aquitaine cédée à Édouard III par Jean le Bon en vertu du traité de Brétigny (1360). Cette province demeura sous domination anglaise jusqu’à sa reconquête en 1372.

10 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 14-15 ; Menéndez Pidal R. (dir.), Historia de España, t. XIV, Madrid, 1966, p. 79 ; Favreau R., Aunis, Saintonge et Angoumois sous la domination anglaise, 1360-1372. Comptes et pièces diverses tirés des archives anglaises, Le Poiré-sur-Vie, Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, 1999, t. LIII, p. 32.

11 Perez-Embid F., « Las escalas ibericas del Mediterraneo al Mar del Norte (siglos xiii al xvi) », Les grandes escales, Bruxelles, 1974, p. 285-286. Selon l’auteur, le point de départ des privilègescastillans à La Rochelle daterait de 1339, comme pour Harfleur. En 1366, Édouard III les aurait confirmés à La Rochelle et à Rouen.

12 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fi n du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 17 ; Isambert, Jourdain et Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises, t. IV, n° 97.

13 Isambert, Jourdain et Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises, t. V, n° 363.

14 Delafosse M. (dir.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, 1985, p. 66.

15 Barbot A., Histoire de La Rochelle, Paris/Saintes, Éd. Denys d’Aussy, 1886-1890, p. 275.

16 Historia de España…, t. XV, p. 88.

17 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723-1849, t. XIII, nos 44 et 209 ; Mollat M., Le commerce maritime normand…, p. 43.

18 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, P. J. n° XXIII. Ceux-ci étaient : « Tenus francs, quittes et exempts desdites aydes, quatriesmes et impositions que souloient avoir cours en le royaume pour la première vente de toutes leurs denrees, marchandises et autres biens qu’ils fairont venir et enmener dudit royaume de Castelle au royaume de France, et aussi de l’imposicion foraine de quatre deniers pour livre ayant cour es villes, cités et diocese de Paris, et en tous autres dioceses dudit royaume de France et pareillement des douze deniers pour livre des denrees et marchandises qu’ils achepteron ou fairont achepter audit royaume, quelque part que ce soit pour le mesner hors d’icelui, et que sans empeschement aucun ils en jouissent et usent paisiblement les quinze ans durant en la maniere qu’ils en ont jouy et usé au temps passé pourveu que en ce ne soit par eux leurs gens, faicteurs ou leurs procureurs pour eux ou autres personnes interposees commise aucune fraude. »

19 Ibid., n° XL : « Le roy veult qu’il leur soient tres bien gardees et entretenues en la forme et maniere que leur fut dit à Gannat, c’est asavoir que le roy n’entendi oncques n’entend point que les privilleges par lui octroyes à ceulx d’Espaigne ils soient francs et quictes des drois de son domaine, comme entre autres choses estre qui se lieve pour la traicte des vins et autres marchandises yssans hors du royaume, car les dis drois de domaine soint tellement annexes a la couronne que le roy ne les pourroit aliener. Et ainsi ont esté tousjours interpretes et entendus les privilleges, car en la ville de La Rochelle les Espagnols paient les dis droits de traictes aussi à bien veoir et entendre les dis privilleges, selon ses termes dont on use en ce royaume, ils ne s’extendent point au domaine du roy, et se le roy l’eust ainsi entendu en octroyant les dis privilleges il eust formelment exprimé son dit droit, domaine duquel iceulx privilleges ne font aucune mencion, mais c’est une estrainge chose et bien desplaisant a tous les subgies de France qu’ils ne doivent avoir au tels et semblables privilleges par tous les pais et seigneuries du roy de Castelle comme les Espaignols ont es païs et seigneiries du roy. »

20 Ibid., n° XL.

21 Barbot A., op. cit., p. 351, M.L.R., ms. 78.

22 Favreau R., Aunis, Saintonge et Angoumois sous la domination anglaise…, p. 62-63.

23 Abraham-Thisse S., « Les relations hispano-hanséates au bas Moyen Âge », En la España medieval, n° 15, 1992, p. 251-256. L’auteur a étudié avec précision les causes et les conséquences de l’acte de piraterie espagnol perpétré en 1419.

24 Casado Alonso H., « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa (siglos xv y xvi)… », p. 18. Historia de España…, t. XV, p. 203 et t. XVII, p. 66. À la fin du xve siècle, ils avaient complété leur réseau par les places de Londres et de Florence. Voir aussi Finot J., Étude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Âge d’après les tarifs du péage de Bapaume et les traités de commerce passés entre les villes de Flandre et celles de La Rochelle, Niort, Saint-Jean-d’Angély, Bayonne, Biarritz, Bordeaux, Narbonne, Paris, 1894, p. 60.

25 Delafosse M. et Trocmé E., Le commerce rochelais de la fin du XVe siècle au début du XVIIIe siècle, Paris, 1952, p. 92. Dans les trois principaux registres notariaux (M.L.R., ms. 199, 200 et 201), les auteurs ont relevé respectivement 10, 5 et 11 noms d’Espagnols.

26 AN, JJ 72, n° 125.

27 AN, JJ 108, n° 244.

28 AN, JJ 139, n° 3. M.L.R., ms. 201, f° 18 v°.

29 AN, JJ 191, n° 210.

30 A.G.S., Registro del Sello, 30-10-1497.

31 AN, JJ 104, n° 197.

32 AN, JJ 151, n° 328.

33 Cartulaire de l’Ancienne Estaple de Bruges, Bruges, L. Gilliodts van Severen (éd.), 1904-1906, nos 643, 648 et 693.

34 AGS, Registro del Sello, 30-12-1497. Les maîtres et consuls castillans attachés aux étapes du royaume de France s’y réunirent à nouveau à La Rochelle en 1497.

35 Touchard H., « Les exportations françaises vers 1330 : l’exemple de La Rochelle », Revue du Bas-Poitou et des provinces de l’Ouest, 1965, appendice, n° I.

36 Cartulaire de l’Ancienne Estaple…, nos 643, 648 et 693 ; Abraham-Thisse S., « Les relations hispanohanséates au bas Moyen Âge… », n° 15, p. 259-295.

37 Historia de España…, t. XV, p. 9 ; Guiard et Larrauri T., Historia del Consulado y Casa de la contratación de la villa de Bilbao, t. I., Bilbao, 1913, p. XXIII. Par ce traité qui devait durer 13 ans, les Hanséates étaient autorisés à venir vendre leurs marchandises à La Rochelle, mais toutes les denrées qu’ils y achetaient devaient être transportées sur des navires espagnols. Voir aussi : Ladero Quesada M. A., « L’Espagne et l’Océan à la fin du Moyen Âge », L’Europe et l’Océan au Moyen Âge, Paris, 1988, p. 119.

38 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 114. Durant la conférence de Gannat en 1450, ce problème fut en vain soulevé par Charles VII.

39 Ibid., p. 109. Cette communauté, comme celle de Nantes, était cependant moins importante que celle de Bruges.

40 Mollat M., « La draperie normande », Atti della seconda settimana di studio (10-16 aprile 1970) : produzione, commercio et consumo dei panni di lana, Florence, 1976, p. 413.

41 Touchard H., Le commerce maritime breton…, p. 150-152 et 216-219.

42 AD17, C 700, doc. 81, art. 11 : « Nous ont supplié comme ez temps passés les Espaigneulz et aultres marchans qui avoient accoustumé mener par mer hors de nostre pays grant nombre de draps et de mercerie, pour eschiver nos devoirs et trepas de Sainct-Nezaire les faisoient mener et conduire par terre à La Rochelle, et par ce n’en valloit riens ou que que ce soit bien peu nostre debvoir. Et pour ce eussons voullu, octroyé et ordenné pour le bien de noz receptes et de nostre pays, que lesdites denrees et marchandises qui seront troictees hors de nostre dict pays par mer feussent quictes de nosdicts debvoir et issue et trepas de Sainct-Nezaire, sauf qu’ilz payeront à nostre dict receuveur par chaincune charge de cheval cinq sols pour ladicte issue et trepas, en oultre nosdicts debvoirs anciens. »

43 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XIII, nos 44 et 209 ; Mollat M., Le commerce maritime normand…, p. 43.

44 AN, X1A 9199, f° 335 v°.

45 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 102. L’accord fut renouvelé en 1435 et 1452.

46 Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, Éd. R. Blanchard, nos 1896 et 2202.

47 Ibid. ; Barbot A., op. cit., p. 275-276, n. 2.

48 Mollat M., « El Consulado de Burgos en las ciudades francesas », Actas del V centenario del Consulado de Burgos, Burgos, 1994, p. 315.

49 Suárez Fernández L., Navegación y comercio en el golfo de Vizcaya…, p. 119-120.

50 AM Nantes, HH 188, n° 1.

51 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (annexe n° XVIII). On peut penser que le paiement de ces droits relevait du fonctionnement de la bourse nantaise, récemment transférée à La Rochelle.

52 AGS, Registro del Sello, 30-12-1497.

53 Casado Alonso H., « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes Católicos… », p. 604-608, annexe.

54 Le Mené M., « La population nantaise à la fi n du xve siècle », Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Nantes, 2001, p. 70.

55 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (cf. annexe n° XVIII).

56 Bochaca M., « Bayonne et le déplacement de l’embouchure de l’Adour d’après l’enquête de 1491 », Bochaca M. et Sarrazin J.-L. (dir.), Ports et littoraux de l’Europe atlantique : transformations naturelles et aménagements humains (XIVe-XVIe siècles), Rennes, 2007, p. 97-117.

57 Bochaca M., « Burdeos centro de exportación del pastel de Languedoc hacia Inglaterra y Flandes : el papel de los Castellanos en la organisación de circuitos económicos nuevos a finales del siglo xv », Entre el Mediterráneo y el Atlántico : España en la formación de un espacio económico europeo (siglos XV-XVIII), VII° congreso de la Asociación española de historia económica, Saint-Jacques-deCompostelle/La Corogne/Vigo, du13 au 16 septembre 2005.

58 Caster G., Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse 1450 environ à 1561, Toulouse, 1962.

59 Casado Alonso H., « Le rôle des marchands castillans dans la commercialisation du pastel toulousain (xve-xvie siècles)… », p. 65-78.

60 Bochaca M., Les marchands bordelais au temps de Louis XI

61 Bochaca M. et Faumont Y., « La pluralité des activités, une forme de réactivité commerciale. L’exemple de Thomas de Bondié, bourgeois et marchand de Bordeaux (1505-1506) », La pluriactivité, forme de gestion des risques économiques chez les sociétés littorales en Europe atlantique (XIe-XVIe siècles) ?, La Rochelle (12 octobre 2007), à paraître.

62 Bochaca M., « Entre marchés atlantiques et arrière-pays aquitain : le rôle d’interface d’échange de Bordeaux (vers 1460-vers 1480) », Bordeaux, porte océane, Bordeaux, 1999, p. 105-116.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Évolution du contrôle des circuits d’exportation du pastel toulousain par les marchands castillans (fin xve-début xvie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4936/img-1.png
Fichier image/png, 417k
Légende Figure 3. Place du golfe de Gascogne dans le commerce castillan et français au xve siècle : des logiques spatiales différentes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4936/img-2.png
Fichier image/png, 623k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4936/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search