Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Égouts et égoutiers de Paris

 | 
Donald Reid

Première partie. Les égouts

Chapitre II. Égouts et ordre social

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’histoire des hommes se reflète dans l’histoire des cloaques... L’égout de Paris a été une vieille chose formidable. Il a été sépulchre, il a été asile. Le crime, l’intelligence, la protestation sociale, la liberté de conscience, la pensée, le vol, tout ce que les lois humaines poursuivent ou ont poursuivi, s’est caché dans ce trou. »
Victor Hugo, Les Misérables.

« Nous sommes les égouts de l’histoire. »
Daniel Cohn-Bendit dans Libération, cité dans H. Hamon et P. Rotman, Génération.

La population de Paris augmenta rapidement dans la première moitié du XIXe siècle : de près d’un demi-million sous Louis XIV, guère plus en 1800, elle dépassait déjà le million en 1850. La croissance des « classes laborieuses et classes dangereuses » fut spectaculaire. La bourgeoisie sous la Monarchie de Juillet considérait avec méfiance et appréhension ce sous-prolétariat misérable, les révolutions de 1789 et de 1830 ayant démontré que la populace était capable de renverser l’ordre politique et social. ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540