Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Digérer la défaite

 | 
Laurent Quinton

Première partie. Le poids d’une époque

Chapitre III. Contexte d’écriture et de publication des récits de captivité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contexte d’écriture des récits

France : zone libre/zone occupée

Cette étude ne prend en compte que les récits publiés en France, entre 1940 et 19531. Ces restrictions ne doivent toutefois pas faire oublier qu’existent autour de ce corpus des textes voisins, chronologiquement et géographiquement. Je n’aurai malheureusement pas la place de les étudier ici, bien qu’ils méritent eux aussi une attention particulière2.

Il convient de différencier, à l’intérieur de la France, deux zones de publication, du moins jusqu’en novembre 1942 : la zone occupée (globalement, le Nord de la France, jusqu’à la Loire) et la zone libre (le sud de la Loire). Certains éditeurs se sont exilés en zone sud après l’invasion : c’est le cas de Robert Laffont, qui débute comme éditeur à Marseille en 1941 avant de venir à Paris en 19453. Cette division de la France entraîne « la perte de cette centralisation géographique qui fut l’une des conditions de l’autonomisation du champ intellectuel français4 ». Pour certains...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540