Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De gré ou de force

 | 
Maïté Billoré

Chapitre III. Puissance, cohésion et hiérarchie d’un groupe social

Texte intégral

1La « surface sociale » d’un individu se mesure au nombre et à la qualité de ceux qui ont conclu des alliances avec lui et sont entrés dans sa parenté, à la densité du réseau vassalique auquel il est rattaché ou qui dépend de lui et à la qualité de son entourage familier. Elle résulte encore des liens entretenus avec le monde ecclésiastique, qui lui octroient un supplément de prestige et d’honneur.

Les réseaux familiaux

  • 1 Pour un bilan historiographique sur ce thème, voir D. Lett, Famille, op. cit. p. 245-251.

2La famille est au Moyen Âge une institution sociale fondamentale1. Le mot désigne les individus qui vivent au même pot et au même feu mais aussi, plus largement, tous ceux qui descendent d’un ancêtre commun ou qui sont, à un degré quelconque, parents par alliance. S’y ajoutent les individus liés par le sacrement du baptême, c’est-à-dire la parenté spirituelle.

Manifestations économiques et sociales de la « parenté pratique2 »

  • 2 P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, 1980, p. 282.
  • 3 Consentement donné par un ou plusieurs parents d’un donateur à l’occasion d’une aumône, S. White, (...)
  • 4 J.-F. Lemarignier a été précurseur dans l’analyse des listes de témoins, suivi par de nombreux che (...)

3À la fin du XIIe siècle, il faut rassembler une parentèle nombreuse et influente autour de soi pour en imposer. L’étude de celle-ci n’est toutefois pas aisée. Le vocabulaire d’abord présente de nombreuses imprécisions : avus peut désigner le grand-père comme l’oncle, nepos, le petit-fils comme le neveu. En outre, si l’on distingue le patruus – oncle paternel – et l’avunculus – oncle maternel, l’amita – tante paternelle – et la matertera – tante maternelle –, les autres collatéraux apparaissent le plus souvent sous le terme générique de cognatus et aucun mot spécifique ne s’applique en propre à une branche plutôt qu’à une autre de la famille. Ensuite, les règles successorales (la primogéniture masculine) ont considérablement limité le recours à la laudatio parentum3, c’est-à-dire le consentement que les consanguins donnent à l’occasion d’une mutation de bien, qui constituait une source d’information majeure pour l’historien. Malgré tout, la documentation permet de cerner la parenté pratique, c’est-à-dire les membres agissants de la famille4.

  • 5 Par exemple, Cart. Mont-Morel, no XLVII.
  • 6 Ibid., no L; no LXXVI.

4Une enquête effectuée sur les cartulaires des abbayes du Tréport, de Mont-Morel et de la Lucerne – un corpus d’un peu plus de trois cent chartes pour la période étudiée – a montré que la majorité des transactions est faite par des individus isolés (46 à 55 %), le plus souvent des chefs de lignages qui assurent la préservation des biens familiaux et leur cohérence par des échanges, achats, ventes et qui confirment les dons de leurs proches. Les groupes conjugaux (couple seul et/ou avec ses enfants) ou infra-conjugaux (souvent une veuve avec un ou plusieurs de ses enfants) représentent 26 à 42 % des actes. Il est rare que ceux-ci soient véritablement communs ; ils sont rédigés par l’époux ou la veuve qui précise qu’il/elle agit sur la volonté de sa femme ou de ses héritiers5, qui apposent leurs sceaux ou garantissent verbalement l’engagement6. Ces actes concernent le plus souvent les biens des femmes (dot ou douaire) ou les héritages des orphelins. Enfin, le groupe familial élargi intervient dans moins de 12 % des actes pour les frères et les sœurs, moins de 2 % pour les cousins, affins, neveux/nièces (cas de parage ou de retrait lignager par exemple). Le cercle de parenté actif paraît donc limité à la famille proche : le conjoint, les enfants et la fratrie.

  • 7 ADSM, 19 H 1.

5Les listes de témoins amènent pourtant à réévaluer le poids et l’activité de la parentèle. Dans les années 1180, les actes de Robert III d’Estouteville, seigneur du pays de Caux, par exemple, sont le plus souvent attestés par ses quatre frères mais aussi, quelquefois, par deux oncles de la branche anglaise de la famille et trois cousins ayant conservé des terres à Cleuville ainsi qu’un neveu7. Les chartes suggèrent donc des relations suivies entre les membres de la famille même par-delà la Manche. Ils se concertent au sujet de la politique lignagère et prennent grand soin de faire prier les uns pour les autres, attitude qui témoigne peut-être d’une réelle affection mutuelle.

  • 8 Cart. Tréport, no LXXXVI.
  • 9 À ce sujet, voir R. Fox, Anthropologie de la parenté, Paris, 1972, p. 164.
  • 10 D. Power, « L’aristocratie Plantagenêt face aux conflits capétiens-angevins : l’exemple du traité (...)

6Au sein de la parenté pratique, les liens cognatiques l’emportent clairement sur les alliances (et les liens de vassalité) comme l’indique l’ordre des témoins énoncés dans les chartes. En 1207 par exemple, souscrivent au bas d’un acte du chevalier Gosselin Trenchefol, ses fils, Renaud et Raoul, puis son neveu Robert de Normanville et, enfin, son gendre Gautier de Saint-Anay8. Cette logique se module cependant. Les liens de consanguinité et d’alliance sont suffisamment vastes et puissants pour permettre aux individus de faire les choix les plus judicieux en fonction de la conjoncture et de leurs besoins du moment9, ce qu’illustre le traité de Louviers en 1196, par lequel Philippe Auguste exige de son prisonnier Robert de Leicester une renonciation à toute revendication sur la châtellenie de Pacy, 2 000 marcs de caution et trois garants (fidejussores). De prime abord, il paraît curieux que Simon de Montfort-l’Amaury, Roger de Meulan et Gervais de Châteauneuf, tous trois proches du roi de France, aient été choisis car les sûretés sont nécessairement des hommes de confiance de celui qui s’engage, mais ce choix a priori illogique s’explique par les liens familiaux qui existent entre ces personnages10. Simon de Montfort est le neveu de Robert. Roger de Meulan a un ancêtre commun avec lui – Robert Ier de Beaumont, jadis comte de Meulan et de Leicester. Quant à Gervais de Châteauneuf, son grand-père avait épousé la fille de ce même Robert. Ces personnages acceptables aux yeux du comte, puisqu’appartenant à son réseau cognatique, convenaient également au roi de France ; ils constituaient donc les garants idéaux du moment, influents, riches et renommés.

  • 11 Chartes de Longueville, no XLIII.
  • 12 AN, S. 4184. 72e liasse.
  • 13 MRSN, II, p. CXXX, p. 422.
  • 14 Rot. de ob. et fin., p. 224.

7Dans une société où les intérêts patrimoniaux dominent, le groupe familial constitue un espace de confiance. Les accords conclus entre parents sont donc nombreux mais artificiellement minorés dans nos sources car ils se passent le plus souvent d’écrit. Lorsqu’ils sont connus c’est généralement parce qu’un tiers a été impliqué. En juillet 1189 par exemple, Robert Cauchois, vassal de Guillaume de Roumare, sur le point de partir pour Jérusalem, adresse une lettre à Henri II. Il indique qu’il a confié ses biens pour les trois années que doit durer son voyage à son neveu Guillaume, qui est probablement son héritier et demande au duc de veiller sur son parent et sur la gestion qu’il fera de ses terres dont les revenus, pendant son absence, doivent rembourser ses dettes11. À la veille de son pèlerinage, Ansel de Torote confie lui aussi une partie de ses biens à ses neveux et l’autre partie aux Hospitaliers12. Les liens familiaux sont également prépondérants dans les cas de garde des mineurs. En 1198, par exemple, le jeune fils de Jean d’Auffay est confié à son oncle par alliance Renaud des Ponts13. À la mort du garçon, Renaud reçoit la garde de sa petite sœur Jeanne, héritière à son tour des biens patrimoniaux14. Nous le voyons ici, ces mobilisations autour des jeunes orphelins sont aussi bien le fait des parents par le sang que par l’alliance. Les liens activés sont subordonnés à une logique de préservation et de reproduction du pouvoir seigneurial.

  • 15 BN ms lat. 5464/4, no 180.
  • 16 HGM, v. 743-749. En fait, ce lien est douteux. Il est attesté, en revanche, qu’il existait un lien (...)

8La famille est responsable de la survie de ses membres dans des conditions dignes. Aussi est-ce un devoir pour l’héritier de veiller au bien-être et aux intérêts de ses puînés et de ses sœurs. En 1234, par exemple, le sénéchal de Conches, Guillaume de Minières intervient auprès des moines de la Noë, afin de permettre à son frère Raoul d’obtenir un fief. Il propose d’échanger une rente assise sur les moulins de Grenieuseville contre une terre au Lieu-Dieu15. La famille est pour ses membres une sorte de société de secours mutuel. Elle constitue également un cadre privilégié pour la formation des chevaliers. Ainsi Guillaume le Maréchal entre-t-il en apprentissage chez le sire de Tancarville, chambellan de Normandie et « cousin germain » de son père16. Puis, il bénéficie de la protection de son oncle, le comte de Salisbury qui le prend, à son tour, à son service. Dans le cas des alliances hypergamiques, l’oncle utérin joue un rôle important : soutien naturel et protecteur de ses neveux, il entretient des relations privilégiées avec eux et joue souvent un rôle dans leur éducation. Il peut être le recours en cas de conflit face à l’autorité paternelle ou représenter un modèle de substitution.

  • 17 E. Türk, Nugae curialium, op. cit., p. 32-34.
  • 18 R. Mortimer, « The Family of Ranulf de Glanville », Bulletin of the Institute of Historical Resear (...)

9Enfin, la parentèle représente un réseau d’influence particulièrement efficace dans certains milieux comme la cour où ceux qui ont le privilège d’être « introduits » interviennent pour coopter leurs parents auprès du roi ou du puissant qu’ils servent. Ils leur font obtenir une charge ecclésiastique, un office, la garde d’un héritier mineur ou un bon parti à épouser. Le justicier Richard de Lucé par exemple, place son frère Robert, son neveu Renaud et deux de ses fils au service du roi17. Les réseaux familiaux sont souvent à l’origine de belles carrières, y compris dans la sphère ecclésiastique : l’archevêque de Rouen Gautier de Coutances, agit ainsi, dans les années 1180, en faveur de ses neveux. Guillaume, fils de Roger Fils-Rainfroy obtient d’abord à Lincoln la prébende que son oncle avait détenue, puis un canonicat en Normandie et enfin l’archidiaconat de Rouen. Jean bénéficie lui aussi d’une prébende à Lincoln puis de l’archidiaconat d’Oxford. Inversement, la disgrâce peut toucher toute une parentèle, comme l’illustre le cas des proches de Ranulf de Glanville en 118918.

  • 19 QN 285.
  • 20 A. Guerreau-Jalabert, « Spiritus et Caritas. Le baptême dans la société médiévale », F. Héritier-A (...)
  • 21 Cart. Luzerne, no XLI.

10Les familles de la petite et moyenne aristocratie recherchent parrains et marraines dans les strates plus élevées de la société pour bénéficier d’avantages et d’appuis similaires à ceux qu’apportent les liens du sang ou de l’alliance. À titre d’exemple, les Boutemont, modestes seigneurs possessionnés à Émanville (Eure) entrent dans la parenté des comtes de Meulan19 par le biais du parrainage, ce qu’ils n’auraient jamais pu faire par le biais du mariage. Ces parentés de substitution ont aussi un rôle d’apaisement social ; elles permettent « d’établir des relations d’amitié fortement ritualisées, sacralisées, pensées sur un mode égalitaire propre à atténuer ou occulter tensions et violences sociales20 ». Les parents spirituels peuvent aussi être choisis au sein de la parenté biologique, de façon à renforcer la solidarité du sang. Nicolas de Say est à la fois le neveu et le filleul de Guillaume de Murdac21. Il est aussi son vassal puisque dès sa naissance son parrain l’a doté d’un fief, géré le temps de sa minorité par son père. Il s’agit d’un aspect essentiel du poids des relations parentélaires : elles sont d’autant plus puissantes qu’elles se doublent de liens d’autre nature. Le choix des parrains et marraines répond autant que les alliances matrimoniales à des stratégies familiales.

11Si les parents s’entraident pour la gestion de leurs biens patrimoniaux, pour garantir un avenir et un certain niveau de vie à leurs enfants, ils se protègent aussi mutuellement. C’est d’ailleurs dans l’adversité, lorsque le groupe est menacé ou que sa fama est atteinte, que se mesure l’importance et l’efficacité du réseau familial.

La solidarité familiale dans l’adversité

  • 22 QN 430.
  • 23 QN 502.
  • 24 QN 469.

12La défense des domaines patrimoniaux mobilise l’ensemble de la parentèle. Les archives comptent de nombreuses revendications collectives concernant des terres « injustement » perdues. C’est notamment le cas après la conquête du duché et les parents s’associent pour porter leurs réclamations. En 1247 par exemple, Hugues Le Bouef et son beau-frère Guillaume de Longpré, réclament ensemble une terre confisquée par le bailli, Guillaume Le Gras22. Le lignage délègue aussi fréquemment le membre de la famille le plus influent pour défendre efficacement les intérêts de ses proches. Ainsi voit-on Basilie Glopel porter une réclamation au nom des neveux et nièces de son époux défunt23 et Giloth d’Anet, de même, au nom de ses quatre beaux-fils24.

  • 25 D. Barthélemy, F. Bougard, R. Le Jan (dir.), La vengeance, 400-1200, EFR, Rome, 2006.
  • 26 J. Yver, « L’interdiction de la guerre privée dans le très ancien droit normand », Travaux de la s (...)
  • 27 Orderic Vital, II, p. 15.
  • 28 Original perdu, Cartulaire de Savigny, no 273, Ch. H. Haskins, Norman Institutions, op. cit., Appe (...)
  • 29 Statua et consuetudines, XXXVI, 1. À l’inverse, le pardon des parents ne suffit pas : il faut passe (...)
  • 30 Ibid., LXXXVIII, 3.
  • 31 QN 88.

13Lorsque l’honneur, le rang ou le prestige d’un membre de la lignée est en cause, s’impose à sa parentèle le devoir de laver l’affront et de réparer le déshonneur25. Depuis le milieu du XIe siècle, le duc encourage le recours à son arbitrage ou à sa justice afin de limiter les pratiques vindicatoires qui compromettent la paix et la prospérité26. Mais les faides n’ont pas totalement disparu27. À l’époque des Plantagenêt, ces vengeances ne dégénèrent toutefois plus en guerres privées accompagnées de déprédations et les groupes cognatiques optent de manière accrue pour la conciliation. Elle est rarement le fruit d’une négociation directe et personnelle mais plutôt le fait de deux parties (souvent deux parentèles) qui discutent de dédommagements acceptables. Le compromis final consiste en une sorte de contrat moral, reconnu par les autorités, qui lie les parties, met fin au litige par des concessions réciproques et éteint l’action vindicatrice et/ou judiciaire. Lorsque les parties peinent à trouver un compromis acceptable, elles recourent à l’arbitrage d’un tiers, ce qui ne dispense pas de la caution des familles. Vers 1154-1158, par exemple, quand l’évêque de Lisieux Arnoul et Robert de Neubourg arbitrent un différend entre Robert de Thaon et le monastère de Savigny, ils exigent que les proches de Robert cautionnent moralement l’accord mettant fin au conflit28. Dans le cadre de « l’infra-justice », les querelles ne se résolvent donc qu’avec l’intervention des consanguins (cognati) ou des parents par alliance (affines). Quant aux décisions judiciaires, elles ne les excluent pas puisque « au sujet d’un homicide, par exemple, le duc ne peut accorder la paix à moins qu’auparavant l’homicide ait été pardonné par les amis de celui qui a été tué29 ». Ainsi lorsque le duc pardonne à un banni et autorise son retour, « ses lettres garantissent sa paix en Normandie tant que les amis du mort se taisent, mais [pas] s’ils se plaignent de lui30 ». Ce poids des familles – reliquat des droits anciens – se manifeste également lorsqu’un accusé (défendeur/défenderesse) est traduit devant une cour car ce n’est pas seulement au duc ou à ses officiers qu’il a à répondre, mais aussi à ses « adversaires », comme le précisent les requérants Pierre de Monastère et Joscelin Le Grand au sujet du chevalier Robert de Vace Mesnil, accusé d’homicide31. Ainsi la sentence prononcée a donc un double objectif : réparer l’atteinte faite à l’ordre public et apporter une compensation acceptable aux victimes ou à leurs proches.

  • 32 QN 365.

14Le soutien familial apporté aux accusés permet d’évaluer la cohésion du groupe cognatique. En 1247, les Querimoniae Normannorum enregistrent de nombreuses demandes visant à disculper un parent de l’accusation de trahison. Pierre Jumel d’Ernes et ses cousins par exemple, récusent l’accusation qui a frappé leur oncle à l’époque de la conquête de la Normandie et déclarent qu’il ne se serait jamais rendu en Angleterre sans la « paix » du roi de France32. Restons toutefois prudents quant à ces démarches de réhabilitation de la mémoire d’un parent défunt qui visent surtout la récupération de son héritage.

  • 33 J. Yver, « La solidarité familiale », op. cit., p. 206.

15Avec la mise en place progressive de la procédure inquisitoire le rôle des parentèles évolue : les proches « viennent en justice […] sauver [l’accusé] par leurs serments33 ». Dans le cadre des enquêtes jurées qui supplantent ordalies et duels judiciaires, ils témoignent pour purger le défendeur de l’accusation dont il fait l’objet ; attestent de sa bonne renommée, de ses bonnes mœurs et de la qualité de son réseau relationnel. Le juge peut aussi les solliciter comme caution dans l’attente du procès ou comme garants de l’application de la peine mais il ne fait plus arrêter les parents d’un malfaiteur en fuite, n’impose plus à ses proches l’amende qu’il devrait payer et ne décrète plus d’humiliation collective.

  • 34 Cl. Gauvard, « La fama, une parole fondatrice », La renommée, Médiévales, 24, 1993, p. 5-13.
  • 35 J. C. Holt, « Feudal society and Family », surtout p. 1-25; A. Livingstone, « Kith and Kin: Kinshi (...)

16La mobilisation des uns ou des autres au-delà du cercle restreint des familiers dans le cadre des affaires judiciaires s’explique par les enjeux de la fama34. Les membres de la parentèle partagent le même capital symbolique, même s’il existe entre eux des disparités de richesse ou de pouvoir et même s’ils ne partagent pas à égalité le patrimoine35.

  • 36 Assises de Pâques 1211, à Falaise, Recueil des jugements, no 78, p. 20.
  • 37 Cart. Beaumont-le-Roger, no CV et CVI.
  • 38 CN 230.
  • 39 QN 80.
  • 40 « Philippus de Columbariis praedictum Robertum abjuravit » : La formule signifie renoncer solennel (...)
  • 41 Voir H. Zaremska, Les bannis au Moyen Âge, Paris, 1996.

17Il convient toutefois de ne pas trop idéaliser les liens familiaux. Les tensions peuvent aussi être vives au sein d’une famille, le plus souvent pour des affaires de patrimoine foncier ou de rentes. Les exemples suivants en témoignent : en 1211, Hugues de Rotes et son neveu Hervé se déchirent à propos d’une terre qu’Hugues revendique car son frère, le père d’Hervé, l’avait perdue à la suite d’un meurtre pour lequel il avait été banni36. Entre 1234 et 1253, Sybille de La Londe, épouse de Simon des Moulins, est inquiétée à plusieurs reprises par les siens – ses frères, puis son neveu – au sujet de sa dot37. Un conflit violent oppose à partir de 1213 et durant de nombreuses années les gendres de Raoul Taisson, à propos des terres qui doivent revenir à leurs épouses en héritage38. Enfin, dans un registre plus cocasse, un père furieux chasse ses fils parce qu’ils ont osé frapper sa concubine39. Qu’ils s’expriment par la violence physique ou le recours à la justice, ces actions contre des proches témoignent de l’animosité, de la jalousie voire de la rivalité qui peut exister entre parents. La solidarité familiale ne résiste pas toujours aux enjeux politiques et aux intérêts des réseaux. Ainsi, dans les années 1150, lorsque Robert assassine Béatrice de Harcourt, la nièce de l’évêque de Bayeux, son oncle Philippe de Colombières abjure40 son parent afin de préserver ses relations avec le prélat. Il conclut un accord avec celuici et avec toute sa parentèle (toti cognationi) et offre pour la réconciliation et pour le salut de l’âme de la défunte deux églises avec leurs dépendances, ainsi que plusieurs rentes. Le crime paraît en l’espèce trop préjudiciable à la fama de tout le groupe et il faut amputer le membre infecté sans hésitation. Dans la société médiévale, l’entraide entre parents est primordiale mais elle n’est pas à toute épreuve, ce qui précipite dans la marginalité les individus reniés. La justice joue clairement de ce ressort lorsqu’elle prononce un bannissement. C’est d’abord du cercle familial qu’elle coupe le fautif et cet isolement participe de sa mort sociale41. Dans cette société lignagère, l’intérêt collectif l’emporte toujours sur celui de l’individu.

Dépendances et interdépendances personnelles

  • 42 M. Bloch, La société féodale, op. cit., p. 316.
  • 43 Le neveu a rendu hommage à son oncle et tient de lui un fief à Houesville, Cart. Coutances, no 113

18Dans le groupe aristocratique, d’autres liens fonctionnent sur le même modèle que les liens familiaux et créent la cohésion ; il s’agit, en particulier des liens de vassalité, que Marc Bloch qualifiait de « parenté de substitution42 ». Ils sont très souvent une « parenté » complémentaire car de nombreux personnages sont liés à la fois par le sang et la fidélité comme Richard Picot et son oncle, Guillaume de Magneville43.

19Ce lien est par essence même personnel car il attache un homme à un autre dans le cadre d’une dépendance honorable et volontaire. La vassalité engage pour la vie et devrait être aussi solide que les liens du sang car il faut des manquements très graves pour provoquer le défi (diffidatio), c’est-à-dire le rejet de la foi et le désaveu de l’une ou l’autre des parties. Sous les Plantagenêt, ces liens sous-tendent les principaux rapports de force au sein du groupe nobiliaire et contribuent à le hiérarchiser. Se tissent aussi des relations de clientélisme indépendantes de la féodalité : familiers, protégés, « nourris » en tout genre gravitent dans l’entourage de nombreux seigneurs, leur rendant des services variés sans qu’il soit question entre eux d’hommage. Leur association est alors temporaire et informelle. Loin de s’opposer ces rapports sociaux, complémentaires, fondent la cohésion du groupe aristocratique et le hiérarchisent.

Le cadre féodo-vassalique normand

  • 44 J. H. Round, Feudal England, Londres, 1895, p. 225-314. Pour un bilan historiographique, voir M. A (...)

20Aux origines de la féodalité normande, les apports carolingien et scandinave se mêlent sans qu’il soit facile d’établir leur poids respectif44 : le vassal évoque à la fois le guerrier attaché au chef de tribu et le serviteur de l’empereur. Comme partout dans l’Occident latin, l’affaiblissement du pouvoir central au cours du Xe siècle a favorisé le développement de nouveaux liens entre seigneurs ; les plus faibles recherchant la protection des puissants. En Normandie toutefois, le système féodal est atypique : les ducs ont réaffirmé très tôt leur autorité – la bataille de Val-ès-Dunes (1047) marque un jalon essentiel sur ce plan – et ont exigé de leurs hommes des serments. Ils se sont constitué un réseau d’obligés en attribuant aux chevaliers de modestes « fiefs de haubert » et aux membres de la famille ducale, des domaines plus vastes – les comtés –, la conquête de l’Angleterre étant venue à point nommé pour généraliser cette politique de concessions foncières, tout en maintenant quasi-intact le domaine ducal. La spécificité normande en matière de féodalité réside donc dans cette impulsion donnée du sommet et dans le contrôle exercé, dès le départ, par le duc sur la pyramide féodale.

  • 45 Cart. Coutances, no 113.
  • 46 Le bouvier est chargé des charrues et des attelages, le prayer de la gestion des prés de fauche so (...)
  • 47 L. Musset, « Agents administratifs et artisans fieffés dans les grands domaines normands au Moyen (...)
  • 48 M. Brandhonneur, Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevaler (...)
  • 49 D. Power, « The End of Angevin Normandy: the Revolt of Alençon, 1203 », Historical Research, vol.  (...)

21Les structures vassaliques sont essentielles à la compréhension de la société aristocratique normande ; pour autant, leur identification n’est pas toujours aisée car dans les actes de la pratique le vocabulaire est souvent ambivalent. Le terme vassalus est d’un usage peu fréquent et les formules du type dominus meus (mon seigneur), homo meus (mon homme), meus fidelis (mon fidèle), plus courantes, ne sont pas réservées au groupe aristocratique. Elles peuvent désigner le lien qui unit le tenancier roturier à son seigneur. De même, les tenures sont parfois appelées « fief » et les paysans rendent « hommage ». En 1257, par exemple, Richard Picot, fils de chevalier, vend à un chanoine de Coutances son fief d’Houesville avec les rentes et les « hommages » (homagii) dus par ses tenanciers45. De plus, les agents spécialisés de l’administration domaniale (prévôts, sergents, bouviers, prayers, bergers46), qui sont le plus souvent recrutés dans la paysannerie locale, sont rétribués par une tenure que l’on appelle également « fief » (feodum prepositi, feodum virge, serviens feodalis, etc.47). Quant au semis castral, il suffit rarement pour identifier de manière fiable des relations vassaliques, en raison de la complexité géographique des domaines : leur éparpillement et leur enchevêtrement. La « territorialisation de la vassalité », constatée en Bretagne par Michel Brand’honneur n’est pas une règle applicable avec fiabilité en Normandie48. Daniel Power a ainsi montré qu’il est délicat de déterminer si Robert de Bois-Gencelin et Roger de Caugé, seigneurs du Vexin, sont vassaux du comte de Meulan ou du comte d’Évreux ou des deux à la fois49.

  • 50 Cart. Coutances, no 117 par exemple.
  • 51 Cart. Tréport, no XXII.
  • 52 Calendar of Documents preserved in France, éd. J. H. Round, Londres, 1899, p. 531. Pour la fondatio (...)
  • 53 Cart. Beaumont-le-Roger, no XXVII.
  • 54 Ibid., no CCLIV.
  • 55 Cart. Tréport, no LXXVIII. Le sceau du seigneur « en remplacement » du celui du vassal est une prat (...)
  • 56 ADSM, G. 1815.
  • 57 Plusieurs spécialistes du monde anglo-normand ont exploité ces listes : K. J. Stringer pour déterm (...)

22Il reste cependant quelques certitudes : l’expression « terre tenue par contrat féodal » (tenere feodaliter de) est explicite50 et le terme « baron » (barones) se réfère aux principaux vassaux d’un seigneur châtelain. En 1153, le comte d’Eu désigne ainsi Richard de Fressenville, Henri de Cuverville et Enguerrand d’Écotigny (baronibus meis)51. Un repérage des bienfaiteurs des monastères peut aussi révéler des liens de vassalité : les seigneurs incitant particulièrement leurs hommes à doter en priorité l’édifice qu’ils ont fondé ou patronné. Ainsi le lien féodal entre Richard du Hommet, fondateur de l’abbaye d’Aunay-sur-Odon (Calvados), et son vassal Bertran de Verdun explique-t-il la générosité particulière de ce dernier pour cet établissement et la création, sur ses terres de Croxden en Angleterre, d’une abbaye-fille où il fait venir des religieux d’Aunay52 – la dépendance entre les deux monastères transposant symboliquement celle qui existe entre les deux chevaliers. Dans les actes de donation, la subordination entre deux seigneurs est quelquefois exprimée clairement : le vassal obéit à son suzerain. En 1155, par exemple, Simon d’Anet accorde aux religieux de Beaumont-le-Roger un droit de circulation sur toutes ses terres, exempt de péage, « à la demande de [son] seigneur53 ». Enfin, les seigneurs confirment très souvent les mutations de biens faites par leurs vassaux (dons, ventes, achats…) ou apposent leurs sceaux sur les chartes de ces derniers. Vers 1190, Robert II de Meulan, confirme ainsi la dot que Vauquelin de Fresnay, son homme-lige (homo meus ligius), a constituée pour sa sœur, notamment une rente à prendre sur les moulins de Beaumont54. À la même époque, le comte Jean d’Eu appose son sceau sur une charte d’aumône de son vassal, Jean de Deville, qui ne possède pas de matrice55. Le sceau du seigneur peut aussi venir apporter une garantie supplémentaire à l’engagement de son vassal, comme en 1222, celui de Guillaume Crespin apposé à côté de celui du chevalier Robert du Plessis56. Enfin, les listes de témoins constituent un bon point de départ pour déterminer le réseau féodal d’un seigneur même si, dans ces listes, se mêlent familiers, vassaux et hommes influents de la région57.

23Les liens personnels et réels établis par la féodalité sont la base de l’organisation sociale et le ciment du groupe nobiliaire normand. La relation qui s’instaure entre un vassal et son seigneur est entérinée lors du rituel public très codifié que constitue l’hommage. Il est décrit dans la Summa :

  • 58 Summa, XXVII, 1.

« Les mains jointes et tendues, placées entre les mains du seigneur, les mots suivants sont prononcés : je deviens votre homme pour servir votre foi contre tous les autres, tout en respectant la fidélité due au duc de Normandie58. »

  • 59 Ibid.

24Par son hommage, le vassal promet loyauté et obéissance (homagium est fidei promissio observande59). Les hommes présents sont les témoins et les garants de cet engagement ; Dieu en est la caution ultime puisque le serment se prête aussi sur la Bible ou sur des reliques, comme le montre la broderie de Bayeux mettant en scène l’hommage rendu par Harold au duc Guillaume. La relation féodo-vassalique ne concerne pas seulement des petits chevaliers qui donnent leur foi à des seigneurs puissants ; les serments se prêtent aussi entre seigneurs de rang distingué.

  • 60 Évaluation faite par H. Navel, « L’enquête de 1133 », op. cit., p. 67-69. Les chiffres du commanda (...)
  • 61 Scripta de feodis, p. 622.
  • 62 Romilly : Grands rôles des Échiquiers, p. 157 ; Mahérou : CN 1125.

25La principale motivation de l’engagement est le fief que le seigneur remet à son vassal afin de lui permettre de bien le servir. Aussi le lien personnel entre les deux hommes se double-t-il d’un lien réel qui consiste en une terre et/ou un château. On parle de « fief de chevalier » ou de « fief de haubert » (feodum lorice). Unité de base du système féodal normand, il oscille entre 300 et 500 hectares en fonction de la qualité des terroirs60. Les seigneurs qui disposent des fiefs les plus modestes sont astreints à un service moindre, tel Odon de Flori que le duc dispense de la moitié de son service en raison de la petite taille de son domaine61. Si les superficies sont variables, les revenus que les vassaux tirent de ces terres le sont plus encore comme en attestent les chartes d’inféodation. Ces documents fourmillent de détails extrêmement précis sur la valeur des terres arables, herbages, moulins et autre poule et chapon. Ainsi le fief donné à Renaud Tristan, en 1222 à Romilly, a-t-il une valeur de 47 livres 10 sous tournois, tandis que celui de Mahérou destiné à Théobald le Panetier vaut 31 livres 4 sous et 3 deniers62. Ces fiefs sont différents par leur structure même : un seul moulin à Romilly, deux à Mahérou, une partie du domaine en prairie et herbages d’un côté, des terres pauvres, marnières et gâtines, de l’autre.

  • 63 M. Sczaniecki, Essai sur les fiefs rentes, Paris, 1946; B. Lyons, From Fief to Indenture: the Tran (...)
  • 64 Scripta de feodis, p. 178.

26Au cours du XIIe siècle, les inféodations se sont multipliées : les défrichements et les travaux d’amendement des terres ont accru les domaines arables et permis des divisions sans perte de profit pour les seigneurs. Bien qu’ils aient étoffé considérablement leur réseau personnel, les vassaux directs du duc n’ont pas été contraints d’accroître leur service, ni d’augmenter le nombre de chevaliers qu’ils mènent à l’ost. La monétarisation de l’économie, précoce dans le duché, a aussi provoqué l’apparition du « fief-rente » (beneficia denariorum), c’est-à-dire de revenus acquis en échange d’un hommage63. Ils sont le plus souvent assignés sur une terre ou une forêt mais peuvent aussi correspondre à des droits de justice, des péages ou tonlieux. Ce système souple n’exige pas de fortes disponibilités en terres et n’implique pas le démantèlement des domaines. Certains fiefs peuvent contenir pour partie des biens fonciers, pour partie des revenus comme, dans la châtellenie de Gisors, celui de Mathieu Torel qui consiste en une coutume dans la forêt des Andelys – probablement des droits sur le bois ramassé ou coupé –, une rente annuelle d’un muid de blé à prendre à l’Épine et un domaine de six manses aux Andelys64.

  • 65 Summa, XXVII, 1.
  • 66 Ibid., XXVII, 4.

27Le fief, qui doit assurer au vassal sa survie et des ressources suffisantes pour lui permettre de tenir son rang, a pour contrepartie un assujettissement important : les seigneurs contrôlent la tutelle des héritiers mineurs, le mariage des héritières et peuvent exiger des droits de relief élevés. La coutume précise les devoirs du feudataire qui consistent en un conseil (consilium), un service armé (servicium) et une aide financière (auxilium)65. L’expression « fief de haubert » met l’accent sur l’aspect militaire du service attendu : « Il engage sa personne pour se battre pour lui si c’est nécessaire66. » Vers 1180-1200, Étienne, le doyen de Bayeux et le chapitre précisent les obligations militaires de Guillaume de Conjon, leur vassal :

  • 67 Cart. Bayeux, no CXLII.

« Il rend un service militaire (servitium facit) à la susdite église de Bayeux, service qu’il a rempli pour la même église, lors d’une période de troubles, à notre demande, avec les armes du chevalier. Il a monté la garde auprès de la même église, jour et nuit, avec son écuyer, qui occupe le fief de Bourgueil, se procurant là les choses nécessaires à lui-même et à son écuyer, à ses propres frais, tout en montant la garde auprès de cette église jusqu’à ce que le conflit ayant été apaisé, il reçoive de nous et de la même église son congé et retourne chez lui, prêt à assurer à l’avenir ce même service, sur notre injonction, dans toute circonstance de conflit67. »

  • 68 Summa, XXII bis, 1.
  • 69 ADSM, 14 H 234.
  • 70 Grands rôles des Échiquiers, p. 178.
  • 71 Registres de Philippe Auguste, p. 268, p. 275.
  • 72 D. Power, The Norman Frontier, op. cit., p. 28. Ils n’en ont toutefois pas l’exclusivité.

28Si ce texte insiste sur le service de garde, c’est en général plutôt celui d’ost qui est évoqué par les sources (service de quarante jours68), en particulier pour les vassaux du duc. En 1285 et 1287 par exemple, des arrêts de l’Échiquier condamnent le chevalier Dreu de Renneville et l’écuyer Hue de Perriers à payer une amende à l’abbaye de Saint-Ouen pour défaut de service d’ost69. Entre garde et ost, les services militaires sont extrêmement modulables. Philippe de Blarru, par exemple, doit pour son fief accomplir à ses frais une garde d’une année et d’un demi-jour au château de Vernon, ce qui le dispense de tout autre service militaire. Les autres années, il doit participer à l’ost et aux chevauchées à ses frais ou, à défaut, s’acquitter de l’écuage70 (scutagium). Les seigneurs des marches, soumis à des règles spécifiques, ne doivent rendre au duc que le service ad marchiam, comme c’est le cas d’Hugues de Gournay ou du comte de Mortain71. En revanche, la défense des châteaux leur incombe particulièrement72.

  • 73 Par exemple : ADO, H 781 ; BN ms lat. 5464, no 172.
  • 74 Registres de Philippe Auguste, « Inquisitiones », no 81, p. 134.

29Le vassal doit aussi assumer l’auxilium, c’est-à-dire l’aide financière qu’est en droit d’attendre de lui son suzerain. Elle est en vérité multiple et les sources évoquent les tribus auxiliis feodalibus ou tribus capitalibus auxiliis73 mais les prétextes pour lesquels elles sont levées ne semblent pas encore tout à fait fixés. Dans une enquête royale postérieure à la conquête sur les droits du seigneur de Vernon dans les années 1190 sont mentionnés : « L’adoubement de son fils aîné, le mariage de sa première fille et la première rançon de sa vie, s’il est fait prisonnier à une guerre menée par son seigneur74. » Ces cas sont ceux répertoriés par le coutumier mais des spécificités locales persistent. Quant aux exigences liées à la croisade, elles sont intermittentes.

  • 75 Preuves généalogiques et historiques de la maison de Harcourt, réunies par Dom Lenoir, éd. Marquis (...)

30Les obligations du vassal, comme celles du seigneur, sont définies au moment de l’inféodation et précisées dans une charte ou en présence de plusieurs témoins. Les seigneurs sont très attentifs au respect de ces droits et devoirs et n’hésitent pas à recourir à la justice lorsqu’ils s’estiment lésés. Ainsi, Richard de Harcourt, seigneur de Saint-Sauveur, se présente-t-il devant l’Échiquier en 1208 au sujet du service d’ost qu’on veut l’obliger à rendre. Il prétend qu’il ne doit qu’un service de garde au château de Beaumont-le-Roger75.

  • 76 E. Blum, « De la patrimonialité des sergenteries fieffées dans l’ancienne Normandie », Revue génér (...)
  • 77 J. Boussard, Le gouvernement, op. cit., p. 245.
  • 78 Les cartulaires de la baronnie de Bricquebec, éd. L. Delisle, Saint-Lô, 1899, no 48, 38.
  • 79 Par exemple, QN 467, 473.
  • 80 QN 482.
  • 81 Guillaume Le Breton décrit ainsi les sergents de la phalange du Soissonnais à la bataille de Bouvi (...)
  • 82 H. Chanteux, « Les vavassories normandes et le problème de leurs origines », AN, 1990, p. 301-317  (...)
  • 83 Cité par H. Navel, « Recherches sur les institutions », op. cit., p. 108.
  • 84 Cartulaire du Mont Saint Michel, BM Avranches, ms. 210, folo 132-133.
  • 85 H. Navel, « Recherches sur les institutions », op. cit., p. 80.
  • 86 ADC, H 7747, folo 83vo et 91vo.

31À côté des « fiefs de haubert », il existe, en Normandie, d’autres tenures « fieffées » : les « sergenteries d’épée » et les « vavassories » ; c’est encore là une spécificité de la province. Elles sont concédées contre hommage et service76. La sergenterie rétribue « des services de cour ou de police77 ». Herbert de Barneville et Nicolas Le Moine obtiennent pour cela des terres de Robert Bertran, seigneur de Bricquebec, à Titot et Pennedepie pour l’un, à Barneville pour l’autre78. D’après les informations fournies par les Querimoniae Normannorum, les sergenteries d’épée semblent soumises aux mêmes exigences de fidélité que les fiefs et à des règles de transmission similaires. De ce fait, les sergents qui rechignent à faire allégeance au roi de France après la conquête du duché perdent leur office et les domaines qui y sont liés79. Les sergenteries peuvent atteindre une taille considérable comme celle de Grandmesnil qui s’étend sur une trentaine de paroisses80. Il n’est pas aisé de déterminer l’origine sociologique des sergents. Sans doute ceux qui servent le duc ou les barons sont-ils nobles, issus en particulier de la petite aristocratie de village mais il n’est pas exclu que les sergents les plus modestes soient, selon l’expression de Guillaume le Breton, des « fils du peuple » (alumni plebis), équipés comme les chevaliers mais que nul ne confond avec les combattants nobles81. Quant aux « vavassories », nommées quelquefois feodum vavassorum ou simplement terram vavassorum, elles sont des portions de fief, un quart ou un demi-fief pour celles qui sont demeurées nobles, un huitième ou moins pour les autres82. Elles sont soumises aux mêmes coutumes que les fiefs de haubert : primogéniture masculine et, en cas d’absence d’héritier mâle, partage entre les héritières, à l’instar de cette vavassorie sise à Montchamp divisée en deux pour chacune des filles du défunt83. Leurs tenants doivent un service de garde au château et un service militaire. Tandis que les vavasseurs roturiers constituent une sorte de milice de piétons pour la défense locale et rendent un service d’escorte ou de messagerie (le service d’étalon, servitium per equum masculum), les vavasseurs nobles participent à l’ost et la chevauchée. D’après l’enquête de 1172, les vingt vavasseurs qui se partagent les domaines de Bretteville-sur-Odon et Verson par exemple, doivent au duc, pour le compte de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, un service de chevalier avec l’équipement complet84. Ce service est dû collectivement, non comme d’habitude, par le seul possesseur du fief. Ses membres l’assurent à tour de rôle ou c’est celui que l’on appelle « l’aîné » qui l’assume. Dans l’Avranchin, l’enquête précise que les vavasseurs doivent accompagner l’abbé avec la lance et l’épée dans certaines expéditions ne durant pas plus d’une journée : c’est précisément ce que l’on nomme la chevauchée. Nous n’avons trouvé aucune indication sur l’aide financière due par les vavasseurs nobles alors que le commandant Navel prétend qu’elle est du même ordre que celle exigée des vassaux quoique proportionnelle aux biens détenus85. Quant au conseil, il se traduit, comme le montre la liste des devoirs du chevalier Jean de Rupierre pour sa vavassorie de Saint-Pair, par l’obligation d’assurer, conjointement avec d’autres chevaliers, le fonctionnement de la justice seigneuriale : aider à tenir les plaids, assister aux duels, prêter main-forte à l’exécution de certaines sentences86.

La pyramide féodale normande

  • 87 Registres de Philippe Auguste, p. 267-276.

32Selon l’enquête de 1172, la société féodale normande compte trois niveaux : le duc, au sommet, les tenants-en-chef du duché et les vassaux de ces derniers87. Un ordonnancement simple mais qui ne rend pas bien compte de la réalité car les arrière-vassaux du duc sont eux-mêmes pris dans des relations de dépendance qui créent des niveaux supplémentaires – la pratique du parage en est un bon exemple. De plus, les individus peuvent être positionnés simultanément à différents échelons de la hiérarchie. Enfin, il convient de souligner qu’il s’agit d’une vision administrative de la société aristocratique qui reflète mal les disparités de puissance et de renommée qui s’y observent.

  • 88 L’Angleterre compte une vingtaine d’earls entre 1150 et 1250, après qu’Henri II a supprimé ceux qu (...)
  • 89 Qui omnibus Normanniae primatibus et firmitatibus et redditibus et affinibus praestabat, Robert de (...)
  • 90 Chartes du prieuré de Longueville, no XVI.

33Parmi les 199 tenants-en-chef de la couronne cités dans l’enquête de 1172, les bannerets laïques apparaissent après les hauts dignitaires ecclésiastiques. Ceux qui bénéficient de la dignité normande de « comte » ou anglaise d’« earl » représentent l’élite nobiliaire ; ce sont les comtes d’Alençon, de Meulan, de Chester et de Leicester. Auxquels il faut ajouter les comtes de Gloucester, d’Arundel, d’Aumale, d’Eu, de Warenne et d’Évreux, desquels le roi n’a pas obtenu d’information88. Tous ces très grands feudataires possèdent des terres hors du duché ; les earl, en Angleterre, les autres dans le Vexin français, la Bretagne ou le Maine. Les Talvas, par exemple, connus comme comtes de Sées et d’Alençon, possèdent une vaste seigneurie, de part et d’autre de la frontière du Maine. Le comte Galéran de Meulan qui, selon Robert de Torigny, surpasse tous les autres barons de Normandie, a des domaines en Île-de-France89. Le cadre familier de ces hommes dépasse donc largement le duché, de même que leurs intérêts. Lorsqu’ils émettent des chartes, ils emploient souvent une formule générique montrant qu’ils gèrent leur patrimoine comme un tout, en dépit des frontières et même par-delà la Manche. Ainsi le comte Gautier Giffard s’adresse-t-il en général à « tous ses hommes français et anglais90 » (omninibus suis Francis et Anglicis).

Tableau 1 – Vassaux et arrière-vassaux du duc d’après l’enquête de 1172.

  • 91 Quatorze d’entre eux, dont les noms apparaissent à la fin de la liste, n’ont pas répondu à l’enquê (...)
  • 92 D. Crouch, « Normans and Anglo-Normans: A Divided Aristocracy? », D. Bates, A. Curry (dir.), Engla (...)
  • 93 E. Zack Tabuteau, « The Role of Law in the Succession to Normandy and England, 1087 », HSJ, 3, 199 (...)
  • 94 K. Thompson, « The Lords of Laigle: Ambition and Insecurity on the Borders of Normandy », ANS, 18, (...)
  • 95 Voir D. Power, « Angevin Normandy », op. cit., p. 75-76.
  • 96 R. Langlois dEstaintot, Recherches sur les sires et le duché d’Estouteville, Caen, 1861. EYC, IX, (...)

34Après cette poignée de très grands seigneurs, sont énumérés une cinquantaine d’individus qui possèdent des honneurs importants. On les nomme le plus souvent « barons », comme Robert de Courcy, Hugues Painel, Robert de Montfort-sur-Risle91. Ils détiennent une puissance foncière considérable et principalement normande. Parmi eux : les Taisson, Neubourg, Tancarville, Bertran, Bohon, Gournay, Vernon, Roumare, etc. Ces grands seigneurs descendent pour la plupart des chevaliers qui, en 1066, ont accompagné le duc Guillaume en Angleterre et se sont vu récompensés par d’importants domaines outre-Manche92 que leurs descendants n’ont pas toujours conservés, soit du fait de la division du lignage en deux branches distinctes93, soit en raison des confiscations effectuées par le duc-roi à la suite de révoltes ou de mauvais choix politiques lors des crises de succession. C’est le cas des seigneurs de L’Aigle qui, au milieu du XIIe siècle, ne disposent plus d’aucune terre anglaise94. Dans quelques familles, la branche « normande » possède cependant encore quelques fiefs en Angleterre tandis que la branche « anglaise » détient des dépendances dans le duché. Robert de Courcy, par exemple, richement possessionné sur le continent dispose d’un domaine négligeable outre-Manche, contrairement à ses cousins anglais95. À ce niveau de la hiérarchie féodale, les intérêts de part et d’autre de la Manche fluctuent aussi au gré des alliances matrimoniales. Le mariage de Robert avec Léonie de Rames accroît ainsi considérablement le patrimoine anglais de la branche normande des sires d’Estouteville, fortement réduit depuis le règne d’Henri Ier96.

  • 97 Wace, Roman de Rou, v. 8428. Pourtant, nous ne trouvons pas trace d’eux dans le Domesday Book. Voi (...)
  • 98 Orderic Vital, VI, p. 84, p. 90.
  • 99 C. W. David, Robert Curthose, Duke of Normandy, Cambridge, 1920, p. 55.
  • 100 Orderic Vital, IV, p. 231, p. 338.

35Parmi ces lignées, certaines sont puissantes et renommées depuis longtemps. D’autres, qui ont bénéficié de la faveur des ducs au cours du XIIe siècle, souffrent d’un certain complexe dont témoigne leur propagande dynastique. Les Estouteville prétendent avoir participé à la conquête et à la bataille d’Hastings97 alors qu’ils ne sortent des rangs des petits chevaliers que sous le règne de Robert Courteheuse, après avoir été remarqués sur des champs de bataille orientaux98. Certaines familles ont, pour leur part, tiré profit de leur fidélité au duc Robert durant les années critiques qui ont suivi la mort de Guillaume le Conquérant comme les Martel ou Esneval, gratifiés de biens considérables dans le Grand Caux. Le duc contrôle les alliances matrimoniales de ces seigneurs nouvellement promus : il établit des liens directs avec certains d’entre eux – Robert Couteheuse donne la main d’une de ses filles naturelles à Hélie de Saint-Saëns par exemple, qui reçoit en même temps les forteresses d’Arques et de Bures99 – et favorise l’assimilation d’autres à la haute aristocratie traditionnelle, dans le but, peut-être, de reconquérir son soutien. Ainsi, Emma, fille de Robert d’Estouteville, épouse-t-elle Robert III de Grandmesnil vers 1130100. En quelques années, ces lignages sont donc « intégrés » et, dans l’enquête de 1172, rien ne permet de les distinguer des familles plus anciennes.

  • 101 La bannière, qui évoque le pouvoir de ban, est une enseigne carrée ou rectangulaire généralement c (...)
  • 102 Wace, Roman de Rou, v. 3923-3926.
  • 103 D. Crouch, The image of Aristocracy, op. cit., p. 183, note 12.
  • 104 Vexillum […] quo duces Neustrie honoris sui investituram solebant percipere, Magna Vita Sancti Hugo (...)
  • 105 Guillaume : dessin de A. Deville, Histoire du château et des sires de Tancarville, Rouen, 1834, p. (...)
  • 106 ADSM, 9 H 136. Sur ce thème, P. Adam, « Les enseignes militaires du Moyen Âge et leur influence su (...)

36Enfin, on compte au nombre des tenants directs du duc, un peu plus d’une centaine de seigneurs, moins puissants que les précédents mais localement incontournables, tels Richard Talbot qui rend le service d’un chevalier, Guillaume de Tresgoz, un et demi, Gautier de Auffay trois et demi, etc. La majorité d’entre eux disposent de domaines plutôt réduits, mais quelques-uns sortent du lot. Depuis l’époque des premières inféodations ducales, leur situation s’est considérablement améliorée. Ainsi Joscelin Crespin qui doit un service de trois chevaliers et demi au duc a-t-il quelques trente-deux hommes à son propre service ! Gervais Painel, Guillaume de Ferrières, Richard Lucy, redevables d’un seul chevalier, disposent respectivement de quatre, cinq et dix-sept hommes. À mesure qu’ils s’enrichissaient ces hommes ont procédé à des sous-inféodations qui leur ont permis de percevoir de nouveaux droits et d’accroître leur poids dans la société en étendant leurs réseaux. Ils ont agrandi leurs terres par des alliances avantageuses, en récupérant dots et héritages ou ont entrepris sur leurs propres domaines des grands travaux de défrichement. Tous ces seigneurs puissants sont nommés « chevaliers bannerets », ce qui fait référence à la bannière ou au gonfanon servant à signaler leur présence et à rallier leurs hommes sur le champ de bataille101. Selon Wace : « Tout homme puissant ou baron possède son gonfanon ou un autre type d’enseigne autour de laquelle sa mesnie se regroupe102. » Il peut s’agir d’une bannière sacrée provenant d’une abbaye ou d’une église censée apporter une protection surnaturelle aux chevaliers ; le comte de Gloucester porte celle de Notre-Dame de Bayeux et le comte d’Aumale celle de la cathédrale de Rouen. Dans les autres cas, la bannière porte des armoiries familiales et possède une dimension sociale. Elle témoigne aussi d’un rapport privilégié avec le prince. Sur la broderie de Bayeux, la scène qui représente Harold, portant un étendard, après la campagne victorieuse menée dans l’Ouest du duché, pourrait bien être une illustration de son investiture comme comte par Guillaume le Bâtard103. À l’instar du duc de Normandie qui reçoit sa bannière des mains du roi de France, tous les seigneurs investis d’un honneur reçoivent cet objet du duc au moment où ils lui prêtent hommage. Quand Jean sans Terre devient duc de Normandie en 1199, les contemporains qui relatent l’évènement insistent sur la concession de ce symbole, qui relève d’une ancienne tradition104. Certains grands seigneurs du duché – une dizaine – choisissent la référence à leur statut de banneret sur leur sceau et font figurer un cavalier portant un gonfanon : le chambellan Guillaume de Tancarville, par exemple, Robert comte de Meulan ou encore Hugues de Gournay105 (figure 22). Cette symbolique du rassemblement vassalique se retrouve peut-être aussi sur le sceau de Richard le Maréchal qui représente un cavalier tenant un rameau à la main (figure 23). Cette palme, symbole du triomphe militaire, pourrait représenter un bâton de commandement et serait alors l’équivalent du gonfanon sur les autres sceaux106.

Figure 22 – Sceau d’Hugues IV de Gournay (ADSM 53 HP 32).

Figure 23 – Sceau de Richard le Maréchal (ADSM 9 H 136).

  • 107 À propos de ce personnage, J. C. Holt, The Northerners: A Study of the Reign of King John, Oxford, (...)

37D’après l’enquête de 1172, en Normandie le pouvoir est essentiellement concentré entre les mains d’un petit groupe de barons laïques et ecclésiastiques qui doivent au duc un service de plus de dix hommes. Ils représentent seulement 7,9 % des tenants-en-chef du duché mais ont à leur service 49,8 % des chevaliers. Ces hommes constituent l’élite de la société. Parmi eux, le comte d’Alençon a à son service 111 chevaliers, Guillaume de Tancarville 94, Robert de Montfort 45, Joscelin Crespin 34 et Jourdain Taisson 30. Si l’on ajoute à ces grands barons, les seigneurs possédant 4 à 10 fiefs de chevaliers, on obtient 16,8 % des tenants-en-chefs de la couronne, qui ont à leur service 59,7 % des chevaliers fieffés. Le service que ces hommes doivent au duc ne rend toutefois pas bien compte de leur puissance réelle et l’enquête de 1172 biaise quelque peu le statut des barons car elle ne s’intéresse ni à leur patrimoine ni aux réseaux situés hors du duché. Le statut réel d’une bonne moitié des tenants-en-chef nous échappe donc. Guillaume de Briouze (Braose), par exemple, est un seigneur beaucoup plus important que ce qu’il semble être sur cette liste, selon laquelle il ne possède que quatre chevaliers à son propre service, parce que sa richesse se trouve surtout en Angleterre. Il est baron du Sussex et des marches galloises et n’a gardé en Normandie que les terres d’origine de son lignage107. La remarque est également valable pour le sire de Montbray à la tête de différents honneurs.

38En caricaturant à peine, nous pouvons établir que les quelques deux mille à deux mille cinq cents chevaliers que compte le duché dépendent d’une soixantaine de seigneurs laïques et ecclésiastiques localement très influents et d’une vingtaine de très puissants barons.

  • 108 Dans l’honneur de Breteuil, ils sont fieffés à Bois-Arnault, Rugles, Auvergny, Neaufles, Le Chable (...)
  • 109 Cart. Bricquebec, no 59. Voir D. Angers, Le terrier de Philippe de Harcourt et de Jeanne de Tilly, (...)

39À l’échelon inférieur de la hiérarchie féodale, les arrière-vassaux du duc regroupent des individus au statut et à la richesse variés. Certains parmi eux sont même tenants-en-chef de la couronne. Les Du Bois par exemple, tiennent des comtes de Leicester plusieurs terres éparpillées de part et d’autre de la Manche108 ; ils n’en sont pas moins vassaux directs du duc et ont notamment reçu de lui le fief de Pullay (Eure, cant. Verneuil). De même, Henri de Tilly est vassal de Robert Bertran pour des terres situées à Tilly-sur-Seulle et à Audrieu mais il est aussi vassal direct du duc pour le château de Tilly109.

Nom du tenant-en-chef

Nombre de fiefs dépendants

% des fiefs du duché (recensés dans cette enquête)

Robert III de Beaumont, comte de Leicester

121

7,9 %

Jean Talvas, comte d'Alençon et de Sées

111

7,3 %

Guillaume II de Tancarville

94,75

6,3 %

Robert II de Meulan, comte de Meulan et de Worcester

73,5

4,8 %

Guillaume (Robert) de Courcy

54,5

3,6 %

Roger IV Tosny, seigneur de Conches

50

3,3 %

Vauquelin Ferrières (Ferrers), comte de Derby

46,75

3,1 %

Jourdain Taisson, baron de Thury

45,5

3 %

Robert II de Montfort(-sur Risle)

44,75

2,9 %

Robert III Bertran, seigneur de Bricquebec

34,5

2,3 %

Foulques d'Aunou

34,5

2,2 %

Joscelin Crespin

34

2,2 %

Richard Ier de Vernon

30

1,9 %

Simon III de Montfort-l'Amaury, comte d'Evreux

21,75

1,4 %

Tableau 2 – Puissance féodale de quelques grands seigneurs normands, d’après l’enquête de 1172.

  • 110 L. C. Loyd, The Origins of Some Anglo-Norman Families, Leeds, 1951, pour les vassaux des Tosny, p. (...)

40Lorsque les tenants-en-chef du duché ont bénéficié des distributions de terres effectuées par Guillaume le Bâtard au lendemain de la conquête, plusieurs en ont fait profiter leurs vassaux. Le Domesday Book montre que les Tosny ont ainsi amené dans le Leicestershire les hommes de Bosc-le-Hard, de Noyers et de Thierceville et les Marmion ceux de Meisi et de Quilly dans le Warwickshire110. Mais la plupart de ces petits seigneurs normands n’ont pu conserver leurs biens outre-Manche car ils possédaient des moyens trop limités pour faire régulièrement la traversée entre les deux littoraux. Ils ont rationalisé leur patrimoine et n’ont conservé qu’une partie de l’héritage en confiant l’autre à une branche cadette du lignage. Au milieu du XIIe siècle, la plupart de ces familles sont donc devenues exclusivement anglaises ou normandes.

  • 111 Cart. Tréport, no XXVI.
  • 112 Paroisse que semblent se partager les seigneurs Richard de Villy et Gosselin de Trenchefol.
  • 113 Cart. Tréport, no XLVI, CLXXVI, CXV, CLXIII.
  • 114 Sur ces lignages, A. Lemoine-Descourtieux, op. cit., p. 123-138.
  • 115 Registres de Philippe Auguste, I, p. 280-281.
  • 116 Ils obtiennent des domaines dans le Warwickshire, le Leicestershire : Great rolls of the pipe, XXI (...)
  • 117 Cart. Tréport, no LXXXV ; Cart. Préaux, no B 113.
  • 118 Hugues : (1200) Cartulaire de l’abbaye de Foucarmont, BM Rouen, Y 13, fol. 82vo ; Enguerand : (122 (...)
  • 119 Great rolls of the Pipe, XXIX (1908), p. 6.
  • 120 Chartes de l’abbaye de Jumièges, éd. J-J. Vernier, Rouen/Paris, 1916, I, no LXXI.
  • 121 BN ms lat. 17048, p. 432.
  • 122 Select charters, p. 164.

41Localement ces arrière-vassaux du duc peuvent avoir un poids considérable. Ils exercent leur influence sur un rayon d’au moins une quinzaine de kilomètres autour de leur château et disposent de terres sur plusieurs paroisses. Dans le comté d’Eu, Henri de Cuverville, proche des comtes d’Eu mais également des Giffard est possessionné à Cuverville-sur-Yères où il a fait édifier un château en pierre assez imposant – dont les ruines actuelles, en particulier la poterne, laissent deviner l’ampleur – à Sainte-Colombe au sud de Saint-Valéry-en-Caux et aux Hameaux près de Longueville-sur-Scie111. De même, le sire de Melleville a des domaines à Villy-sur-Yères112, Grandcourt et Puisenval en plus de son fief éponyme113. Ces sires sont des soutiens indispensables à la stabilité locale ; ils bénéficient, en contrepartie des faveurs de leur seigneur. Les familles ralliées précocement à Robert II de Leicester à l’époque où il s’opposait aux Pacy (vers 1135), par exemple, demeurent les piliers de son réseau féodal tels les Du Bois, Fresnel, Hellenvilliers, Glos, Bémécourt, Charnelles114 et à ce titre, elles bénéficient d’une protection bienveillante qui leur permet d’étendre considérablement leurs biens et leur pouvoir local. En 1207 par exemple, les Du Bois (ou Bois-Arnault) possèdent plus de neuf fiefs ; leur patrimoine représente la plus grande unité territoriale de l’honneur de Breteuil115 et certains comme les Charnelles sont richement dotés en Angleterre116. Dans ce groupe d’amis sûrs et fidèles, certains assument des obligations honorifiques de nature domestique comme le service de table, révérencieuses, telles que le service d’escorte ou font une carrière d’officier local – fonctions qu’ils détiennent souvent de manière héréditaire. Parmi les vassaux du comte d’Eu, Robert de Melleville « bailli » (comitis Auge baillivo), devient « sénéchal du nouveau château » de Drincourt (senescalli de Novo castro)117, parmi ceux de Guillaume de Mandeville, comte d’Aumale, Hugues de Cagny est sénéchal et Enguerand d’Aumale, vicomte118. Ils poursuivent parfois leur carrière outre-Manche comme Arnault Du Bois, vassal du comte de Leicester, devenu dapifer dans les comtés du Warwickshire et du Leicestershire119. Le patronage de leur seigneur peut leur ouvrir les portes de la cour ducale/royale : Hugues de Bacquepuis, sénéchal des comtes d’Évreux120, par exemple, devient justicier dans le Vexin121 et Alain de Neuville, sénéchal des comtes de Meulan, devient forestier ducal vers 1153 puis juge de l’Échiquier à partir de 1161122.

  • 123 L’expression est de G. Duby, La société, op. cit., p. 343.
  • 124 Cart. Tréport, no CXXXVIII.

42Les autres arrière-vassaux du duc sont des sires de moindre influence dont on repère les noms dans les chartes rédigées au bénéfice des monastères. Ces milites patriae ou « seigneurs de village123 » constituent le niveau de base de la société chevaleresque. Leurs intérêts sont très localisés et la modestie de leurs legs pieux montre la difficulté qu’ils rencontrent pour mener une vie digne de leur statut aristocratique. Cette frange de la société est probablement la plus fragile et la plus perméable aux phénomènes d’ascension sociale, favorisés par un processus « d’oligarchisation » des communautés rurales. Des roturiers servent, en effet, de relais au pouvoir seigneurial pour le prélèvement des redevances, le maintien de l’ordre ou simplement pour faciliter le dialogue avec la masse paysanne. Vers 1226, l’abbé de Saint-Michel du Tréport a nommé comme prévôt au Mesnil Oistellant (Étalondes, Seine-Maritime), un laboureur, André, fils de Gautier124. Ces élites locales proches des seigneurs parviennent parfois à se glisser dans le milieu de la petite aristocratie. Ce qui provoque un élargissement par la base de ce groupe. Dans cette société aristocratique de bas étage dont la limite avec le monde roturier n’est pas franche, certains font preuve de beaucoup d’audace et d’opportunisme pour améliorer leur situation. Aussi voit-on des hommes, à la tête d’un patrimoine précaire, composé de terres marginales, réussir par usurpation à gagner des domaines cultivés. Les communautés religieuses sont régulièrement la cible de ces attaques. La paix garantie par les Plantagenêt après 1154 limite ces accroissements « sauvages » de domaines mais les archives judiciaires contiennent de nombreuses affaires de conflits territoriaux qui confirment que les seigneurs poursuivent leurs tentatives au détriment des abbayes.

  • 125 D. Power, The Norman Frontier, op. cit., p. 271-272.
  • 126 Ibid., p. 273-274; K. Thompson, Power and Border Lordship, op. cit., p. 176.

43Globalement les archives monastiques révèlent une grande stabilité de l’aristocratie locale sur un siècle, le phénomène d’ancrage territorial des lignages aidant. Près de Nonancourt par exemple, quand Philippe Auguste prend possession du château en 1193 et qu’il le confie à Robert de Dreux, les seigneurs installés sur place, comme les Muzy ou les Du Donjon, ne perdent pas leurs héritages ; ils changent juste de suzerain125. Les changements d’obédience modifient peu les rapports de force et les habitudes locales. En revanche, lorsqu’un seigneur perd ses domaines à la suite d’une confiscation et qu’il est remplacé, les liens qu’il entretenait avec ses vassaux se pérennisent quelquefois sous d’autres formes : les Quarrel et les Oison conservent ainsi des relations avec les Talvas qui, grâce à eux (et à d’autres) demeurent influents dans le Perche126.

  • 127 Le traité de Louviers mentionne ce point, Layettes, I, no 431.
  • 128 À propos de cette révolte, D. Power, « King John and the Norman Aristocracy », King John: New Inte (...)
  • 129 Chartes de Longueville, no XLVIII; no LIII.

44À ce niveau de la hiérarchie féodale, les seigneurs sont plutôt dociles. Nous disposons toutefois de quelques témoignages d’insoumission comme en 1193-1196, le refus de plusieurs chevaliers, vassaux d’Hugues de Gournay de suivre leur seigneur dans sa rébellion contre Richard Cœur de Lion127. De même, lors de la révolte du comte de Sées contre Jean sans Terre, en 1203, une majorité de ses vassaux ne se soulèvent pas128. Doit-on voir dans ces résistances la manifestation d’une certaine liberté – une opposition ferme à la politique de leur seigneur – ou une peur de s’opposer ouvertement au duc dont le pouvoir impressionne ? Les petits seigneurs ne sont peut-être pas toujours aussi soumis qu’on pourrait le penser et les multiples querelles qu’évoquent les sources au sujet des terres et des rentes en sont probablement le signe. Malgré tout, à ce niveau de la hiérarchie féodale, on ne prend guère le risque d’une rupture définitive avec son seigneur ; tels sont les intérêts de la politique patrimoniale ! Les petits sires multiplient au contraire les hommages pour augmenter leurs fiefs. Ainsi, vers le milieu du XIIe siècle, Raoul de Trubleville se trouve-t-il impliqué dans plusieurs allégeances : il est vassal de Simon de Vasouy pour son fief de Dun (Fontaine-le-Dun, Seine-Maritime), d’Avicie, la fille de Robert Belet pour son fief de Vitreville (Saint-Jouin-sur-Mer, Seine-Maritime) et du sire de Longueville129. Faute de sources précises ces réseaux féodaux dans lesquels les petits seigneurs sont engagés restent difficiles à étudier mais ils sont beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît.

Clientélisme et dépendance informelle

  • 130 Ch. Plummer, The Governance of Medieval England, 1885, K. B. Mc Farlane, « Bastard Feudalism », G. (...)
  • 131 K. B. McFarlane, The Nobility of Later Medieval England: the Ford Lectures for 1953 and Related St (...)
  • 132 P. R. Coss, « Bastard Feudalism Revised », Past and Present, 125, 1989, p. 27-64. Voir les échange (...)
  • 133 Sur ce thème l’ouvrage de R.P. Saller, Personnal Patronage under the Early Roman Empire, Cambridge (...)

45Dans la seconde moitié du XIIe siècle, les limites de la féodalité sont atteintes pour des seigneurs qui cherchent à toujours accroître leur puissance. Les disponibilités en terres s’amenuisent et il devient difficile de faire de nouvelles inféodations. Parallèlement, la pression accrue des ducs pousse les familles à défendre plus jalousement qu’auparavant leurs biens. Comment, dans ce contexte, conforter son statut aristocratique et élargir son cercle relationnel ? D’autres liens, reposant essentiellement sur l’argent, prennent alors un poids considérable. Pour les médiévistes anglais ces liens sont analysés comme une forme corrompue de féodalisme, d’où le terme de bastard feudalism130. L’idée est avancée pour la première fois par Charles Plummer puis Kenneth McFarlane, lequel date le phénomène de la généralisation des endentures sous le règne d’Edouard Ier131. Malgré une remise en cause de cette chronologie par Peter Coss, David Carpenter et David Crouch à la fin des années 1980132, une majorité de chercheurs fait encore de ces relations au sein du groupe aristocratique une spécificité du Moyen Âge tardif. Il ne faut pourtant pas longtemps, lorsque l’on étudie de près l’aristocratie anglo-normande pour observer qu’à l’époque des Plantagenêt ces relations extérieures au champ de la féodalité – elles ne comportent ni fiefs (y compris les fiefs-rentes) ni hommage ni hérédité – le plus souvent temporaires et opportunistes existent déjà. Elles fondent des réseaux, des partis et des groupes de pression qui rappellent les usages antiques133.

  • 134 J. F. A. Mason, « Barons and their Officials in the Later XIth Century », ANS, 13, 1990, p. 243-26 (...)
  • 135 D. Crouch, « The Administration of the Norman Earldom », Journal of Chester Archaeological Society(...)
  • 136 Cart. Coutances, no 76.
  • 137 Il apparait auprès de Guillaume en 1183 ; il est l’un des seuls Français de son entourage permanen (...)
  • 138 Recueil des chartes concernant l’abbaye Saint-Victor-en-Caux, éd. Ch. Beaurepaire, Rouen-Paris, 189 (...)

46Au moment où se développe une véritable culture du paraître, se montrer entouré d’une suite nombreuse est, au même titre que l’édification d’une belle forteresse, l’un des principaux moyens de manifester sa puissance. À l’imitation du prince, les grands s’entourent donc d’une foule d’officiers censés les seconder dans leurs tâches administratives134, de clercs qui dirigent leur chancellerie et garantissent le rayonnement culturel de leur maison, de chevaliers entretenus et nourris, qui incarnent leur prestige militaire notamment lors des tournois et d’un groupe plus fluctuant de seigneurs, des environs ou d’origine plus lointaine, qui trouvent quelque intérêt, plus ou moins ponctuel, à cette compagnie. Au milieu du XIIe siècle, les cours de Galéran de Meulan ou de Raoul de Chester comptent ainsi, plusieurs dizaines de membres, dont une douzaine d’officiers titrés, au moins une demi-douzaine de clercs, des chapelains, des domestiques, messagers et autres serviteurs135. Vers 1173, une charte de Guillaume d’Aubigny, fils du comte d’Arundel précise les membres de son entourage qui souscrivent, soit cinq chevaliers, un prêtre, deux clercs, cinq serviteurs et plusieurs autres clients136. Comme autrefois le sénateur, le baron rémunère ses fidèles avec des cadeaux ou de l’argent. Il peut aussi user de son influence à la cour pour leur obtenir des faveurs, des charges ou des postes dans l’administration ducale ou royale outre-Manche, ce qu’il fait déjà pour ses vassaux. L’association entre un seigneur et son client est politique, nous l’avons dit, elle n’est basée ni sur une concession de terre ni sur l’allégeance traditionnelle : le lien repose sur la promesse d’une protection, l’intérêt matériel ou l’ambition. Dans l’entourage de Guillaume le Maréchal par exemple, évoluent de jeunes aristocrates qui l’accompagnent dans ses pérégrinations pendant de nombreuses années sans jamais devenir ses vassaux, comme l’écuyer Eustache de Bertremont137 ; ces jeunes recherchent surtout la renommée qu’est susceptible de leur apporter leur proximité avec le meilleur chevalier de l’époque. Les fidèles choisissent librement le patron qu’ils suivent tant que leurs intérêts réciproques vont dans le même sens. Lorsque l’association a atteint son but, elle peut prendre fin et les hommes se séparent, en conservant le plus souvent des relations amicales et un profond attachement. Celui-ci peut subsister par-delà la mort et pousser un fidèle à honorer la mémoire à son ancien patron. Roger de Mortemer donne par exemple plusieurs rentes à l’abbaye de Saint-Victor-en-Caux pour le luminaire de l’église, en faveur de son ancien maître d’armes Guillaume du Bosc138.

  • 139 HGM, v. 14384-14385.
  • 140 Sur la querelle entre le roi Jean et Guillaume iii de Briouze, voir Roger de Wendover, II, p. 48-4 (...)
  • 141 Qui molt esteient bon ami, HGM, v. 13598.
  • 142 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, op. cit., p. 556.
  • 143 HGM, v. 12619. Y. Carré, Le baiser sur la bouche au Moyen Âge. Rites, symboles, mentalités, XIe-XV(...)
  • 144 Gesta regis Henrici, II, p. 7.
  • 145 C. S. Jaeger, Ennobling Love. In search of a Lost Sensibility, Philadelphie, 1999, p. 7, 13, contr (...)

47Comme l’a montré Christine Carpenter, c’est surtout dans les régions où ils possèdent des intérêts mais où leur autorité est faible que les seigneurs développent ce type de liens. Le féodalisme bâtard et le clientélisme, que l’on peut aisément relier, ont une fonction sociale complémentaire du féodalisme, ils créent et renforcent des réseaux, accroissent la dignité et l’épaisseur sociale de quelques seigneurs. Les liens qu’ils créent solidarisent l’ensemble de la société aristocratique, d’autant qu’ils se doublent très fréquemment d’une vraie amitié née de la proximité un temps partagée. Jean d’Ély, fidèle de Guillaume le Maréchal déclare : « Qu’il n’est pas d’ami entier qui fasse défaut à son seigneur dans le besoin139. » L’ami porte assistance physique et matérielle, accepte d’être otage ou garant. En 1210, par exemple, le maréchal déjà brouillé avec le roi prend le risque d’héberger Guillaume de Briouze et les siens qui avaient été exilés140. Convoqué devant la cour pour se justifier, Guillaume déclare avoir agi conformément à son devoir141. Si l’amitié implique l’entraide, elle corrige aussi, dans le sens de l’égalité, les relations hiérarchiques au sein du groupe aristocratique « l’amitié est un signe de ponctuation affecté à d’autres relations. Elle est, en somme, du social à l’état pur142 » et rend acceptable la dépendance du vassal à l’égard de son seigneur ou du client face à son patron. L’amitié, qui est « une affaire d’hommes », se traduit de manière très concrète par de grandes effusions de sentiments, le partage de la même table et souvent du même lit, des baisers, des étreintes, comme celles de Jean sans Terre et du comte Robert d’Alençon en 1203143 ou comme celles de Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion à l’époque du siège de Châteauroux144 (1187). Ces comportements ne doivent pas être analysés avec nos référents culturels, au risque de suspecter tout le baronnage anglo-normand et français d’homosexualité145 ; ils sont plutôt les manifestations publiques d’un certain statut social. Le sentiment amical se montre, prend des formes théâtrales, comme le prouve le chagrin manifesté par Philippe Auguste à la mort de Geoffroy Plantagenêt :

  • 146 Giraud de Barri, De principis Instructione, p. 176.

« Le roi fut si affligé de cette mort et poussé à un tel désespoir que […] lorsque l’on descendit le corps dans la fosse pour l’ensevelir, il voulait se précipiter avec lui dans la tombe béante et il l’aurait fait, si ses proches ne l’en avaient empêché par force146. »

  • 147 D’où le titre de l’ouvrage de C. S. Jaeger (Ennobling Love).

48Ces gestes, faits en public, « honorent ». Il s’agit, selon l’expression de Stephen Jaeger, d’un « amour anoblissant147 ».

49Loin de se concurrencer, ces liens qui reposent sur des obligations réciproques, des intérêts communs, des sentiments, solidarisent la société aristocratique et confèrent une épaisseur sociale à ses membres. Ils pèsent dans la vie politique du duché. S’y ajoutent les relations entretenues avec le clergé dont les enjeux ne sont pas moindres.

Les liens avec le monde ecclésiastique

50Les discours qui opposent le monde clérical et ses vertus chrétiennes au monde des combattants sans foi ni loi, les dénonciations des violences subies par l’Église ne doivent pas faire illusion : les liens sont très forts entre aristocratie et clergé. D’abord parce que quelque 20 % des adultes nobles entrent dans les ordres et que les familles les plus puissantes noyautent les plus hautes fonctions cléricales ou monastiques. Ensuite parce que ces deux ordres sont engagés dans un système d’échanges dont les enjeux sont à la fois économiques, politiques et spirituels.

La recherche de bénéfices spirituels

  • 148 Divine pietatis intuitu, Cart. Préaux, no B 67 ; Amore Dei et intuitu pietatis, Cart. de la Luzerne(...)
  • 149 Par exemple, ADSM, 8 H 66 (1204).
  • 150 Pro remissione peccatorum et desiderio vite eterne, Cart. Mont-Morel, no IV (vers 1160) ; pro salut (...)
  • 151 E. Magnani, « Les médiévistes et le don. Avant et après la théorie maussienne », Annales ESC, 31, (...)
  • 152 Ecclésiastique 3, 33 ; Daniel, 4, 24 et, pour le second point, Mathieu, 19, 21. Voir C. Harper-Bill(...)
  • 153 ADSM, 17 H 1.
  • 154 Cart. Tréport, no CXII.
  • 155 La formule est de J. Delumeau, La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, Paris, 1978, p. 27.
  • 156 Orderic Vital, IV, p. 238. Sur ce thème : K. Ueltschi, La Mesnie Hellequin en conte et en rime. Mé (...)

51« Inspirés par une divine piété » ou par « l’amour de Dieu148 », les nobles normands donnent à l’Église et à ses représentants. L’aumône est l’un des gestes les plus naturels de cette société chrétienne à la recherche du salut, qui perçoit les communautés religieuses comme des intercesseurs privilégiés. Le discours grégorien a durci les relations de l’aristocratie avec l’Église mais il a aussi contribué à l’émergence d’un sentiment de culpabilité. Les nobles se sentent menacés de mort spirituelle et recherchent la pénitence149. Leurs aumônes se veulent expiatoires comme en témoignent leurs chartes : « [Je donne] pour la rémission des péchés et dans l’espoir d’une vie éternelle », « pour le salut de mon âme et celles de mes ancêtres », « afin de mériter d’obtenir la vraie liberté et la couronne de la vie éternelle de celui dont la puissance s’exerce partout150 ». Il s’agit d’obtenir en contrepartie des transferts de biens matériels, des bénéfices spirituels pour les vivants et les morts de la parentèle151 ; un espoir qui s’enracine dans la Bible : « L’aumône lave du péché comme l’eau éteint le feu », « celui qui donne aux pauvres ce qu’il a, aura un trésor aux Cieux152 ». Vers 1170 le comte d’Eu offre, par exemple, aux religieux du Tréport un droit de forestage, à Villy, en dédommagement de l’usurpation de « la plus grande part et la meilleure du trésor de l’église Saint-Michel » et « des exactions si nombreuses et si fréquentes [commises] contre ladite église153 ». En 1215, Osbert de Pré lègue aux mêmes religieux un tènement à Eureville pour obtenir l’absolution et l’indulgence pour « les méfaits et offenses qu’il a commis » à l’encontre des moines154. Sans doute de nombreux récits transmis par voie orale entretiennent-ils une certaine « pastorale de la peur155 », comme ce passage d’Orderic Vital qui décrit le cortège des damnés de la mesnie Hellequin et s’attarde sur les souffrances endurées par un chevalier en tête du défilé, cruellement ligoté et torturé156. À la cour, Pierre de Blois met en garde le duc lui-même :

  • 157 Pierre de Blois, Dialogus, l. 202-206, p. 104.

« Prend garde au terrible jour du jugement, au tribunal effroyable, au juge plein de colère, au fleuve brûlant, aux vers qui ne meurent pas, aux flammes qui ne s’éteignent pas, à la puanteur mortifère, aux grincements de dents, à l’ombre de la mort et à la souffrance qui n’a ni semblable ni égale157. »

  • 158 De nombreux tympans, chapitaux, bas-relief figurent la pesée des âmes et les châtiments infernaux. (...)
  • 159 Le canon Utriusque sexus (1215), prescrit le recours au sacrement de réconciliation au moins une f (...)
  • 160 J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’A (...)
  • 161 Henri de Huntingdon, « De Contemptu Mundi », Historia Anglorum, éd. T. Arnold, RS, 1879, p. 306-30 (...)

52Mais le but est surtout d’inciter les fidèles à rechercher les grâces dont l’Église se veut dispensatrice en montrant à tous à quoi l’intercession des religieux permet d’échapper158. L’emprise morale de l’Église sur la société laïque est considérable. Les prédicateurs et les prêtres incitent à la confession159, à la pénitence et au rachat par l’aumône. Les pratiques dévotionnelles entrent dans une logique comptable, une économie du salut qui compte les messes, psaumes, offrandes et pèlerinages160. Des récits comme le De contemptu mundi d’Henri de Huntingdon enseignent ce que doit être le comportement idéal pour gagner le salut161.

  • 162 Cart. Bayeux, no CCLXXIII.
  • 163 ADSM, 17 HP 1.
  • 164 J. Baschet, « Jugement de l’âme, jugement dernier : contradiction, complémentarité et chevauchemen (...)

53L’idée que les vivants peuvent influer sur la destinée des défunts s’impose. Richard, fils du comte de Gloucester, donne des moulins aux chanoines de Bayeux, « pour la rémission des damnés162 » (in recompensationem damnorum), tandis que l’archevêque de Rouen en 1245 accorde quarante jours d’indulgences aux bienfaiteurs de l’abbaye du Tréport163. Une conception individuelle de la destinée de l’âme et l’idée d’un jugement antérieur au jugement dernier se font jour164. Dans le De Nugis curialium, un chevalier, mortellement blessé, tient les propos suivants :

  • 165 Gautier Map, De Nugis curialium, IV, 7, trad. A. K. Bate, Contes pour gens de cour, Turnhout, 1993 (...)

« Ordonne que mon âme soit torturée dans les tourments des lieux de pénitence sans interruption jusqu’au jour du jugement dernier, pourvu que ce jour-là, elle soit sauvée par la miséricorde du Christ165. »

  • 166 J. Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, 1981, p. 133-207.

54Gautier Map évoque ici le purgatoire, une notion qui émerge vers 1170-1180 dans le milieu des théologiens parisiens166. Pour les contemporains, son existence implique que l’enfer ne soit plus une fatalité. Un autre chevalier que Map met en scène, mort excommunié, est sauvé par l’intercession d’un prêtre :

  • 167 Gautier Map, De Nugis Curialium, II, 30, trad. Bate, p. 175-176. Voir G. Gicquel, « Clercs satiris (...)

« Les prières communes de l’Église et les aumônes des fidèles m’ont tellement aidé, par la grâce de Dieu, que j’ai le droit de demander l’absolution. Après l’avoir obtenue, le fantôme retourna à sa fosse [qui] se referma d’elle-même167. »

  • 168 C. Morris, Discovery of the Individual 1050-1200, New York, 1972; J. F. Benton, « Consciousness of (...)
  • 169 CIFM 22, 258, p. 334 ; 159, p. 242-243. Sur ce thème : V. Debiais, « L’écrit et les morts dans la (...)
  • 170 Cartulaire des comtes d’Eu, BN ms lat. 13904, fol. 67 ro-vo.

55Nous le voyons ici, l’âme des défunts peut se trouver soulagée voire sauvée par la piété des vivants168 d’où ces nombreuses inscriptions funéraires qui invitent à la prière « priez pour son âme » et « que Dex merchi li fache » ou « qu’il (Dieu) aye merci de same169 » et les fondations de messes perpétuelles en souvenir des morts. En 1227, Alix, la comtesse d’Eu, demande que deux chanoines soient employés à prier pour son âme et celles de ses proches, à perpétuité, qu’ils soient entretenus par ses dons et que si l’un d’eux meurt, il soit immédiatement remplacé170.

  • 171 À titre d’exemple : associatio : Cart. Jumièges, no CCXX, CCXVII; fraternitas: ibid. no CXLIX, CLX (...)
  • 172 Cart. Jumièges, no CCXVII
  • 173 Cart. Préaux, A 108
  • 174 Cart. Jumièges, no CCI.
  • 175 ADSM, 8 H 9.
  • 176 B. Golding, « Anglo-norman Knightly Burials », C. Harper-Bill, R. Harvey (dir.), The Ideals and Pr (...)
  • 177 « Statuta capitulorum generalium Ordinis Cisterciensis », éd. J. Canivez, Revue d’Histoire ecclési (...)
  • 178 Chronique des comtes d’Eu, RHF, XXIII, p. 440-441.
  • 179 N. Wasylyszyn, « Abbaye Saint-Georges de Boscherville : bilan des fouilles », Haute-Normandie Arch (...)

56En contrepartie de leurs legs pieux, les nobles normands revendiquent leur association aux bienfaits spirituels de la communauté religieuse. La societas beneficii se trouve quelquefois évoquée dans les actes de la pratique à travers les termes d’associatio, fraternitas ou beneficium171. En 1200, les moines de Jumièges s’engagent à prier pour le comte Renaud de Boulogne en même temps que pour les membres de la communauté en échange d’une rente172. Les donateurs obtiennent généralement l’inscription de leurs morts aux nécrologes des abbayes qu’ils gratifient à l’instar de Raoul Le Grand de Graimbouville et de son épouse qui, vers 1160 acquièrent cet avantage des moines de Préaux173. Outre l’entretien de la mémoire, la societas peut conférer le privilège d’obsèques monastiques et une sépulture au sein même de l’abbaye. Anquetil Baudry de Cottevrard obtient ainsi la garantie d’être enterré à Jumièges avec les mêmes prières et les mêmes cérémonies qui sont d’usage pour les religieux174. Dans son testament, rédigé en 1245, la comtesse Alix d’Eu réclame que son corps soit déposé à Foucarmont, y compris dans le cas où elle décèderait hors de sa terre et offre aux moines une rente de 100 sous à prendre sur sa vicomté de son vivant, et plusieurs biens à saisir après sa mort (carrosse, chevaux, lit, vaisselle175…). Certains sanctuaires deviennent ainsi de véritables mausolées familiaux176 comme Castillon (abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Châtillon-lès-Conches) pour les seigneurs de Conches, Boscherville pour les Tancarville ou Foucarmont pour les comtes d’Eu. Bien que contraire aux statuts de certains ordres, notamment des Cisterciens, l’inhumation des laïcs dans les églises est courant, en particulier pour les fondateurs ou les plus généreux donateurs177. La Chronique des comtes d’Eu précise : « Henri II gist dedens le cheiur, devant l’autel, sous les pieds du prestre178. » Les autres emplacements recherchés sont les terrains jouxtant l’abbatiale, arrosés par ses gouttières – l’eau tombant du toit étant censée laver les corps de leurs péchés. À Saint-Georges de Boscherville, les laïcs reposent ainsi dans le cloître, tandis que les moines sont inhumés derrière le chevet de l’église179.

  • 180 Ch. De Miramon, Les « donnés » au Moyen Âge. Une forme de vie religieuse laïque (v. 1180-1500), Pa (...)
  • 181 Robert de Torigny, I, p. 359.
  • 182 Ibid., I, p. 322.
  • 183 Cart. Tréport, no XLIX.
  • 184 ADSM, 54 HP.
  • 185 HGM, v. 18234-18240.
  • 186 Cart. Tréport, no CX (vers 1211).
  • 187 Chronique des comtes d’Eu, p. 440. Le dessin réalisé au XVIIe siècle par L. Boudan pour R. Gaignièr (...)
  • 188 CIFM 22, no 182 (Évrard Grandin, 1283 ou 1286), no 183 (Richard Foubert, 1295), église de Préaux ( (...)

57La societas beneficii est assurée aux seigneurs qui se donnent à l’abbaye180. À tous les niveaux de la société aristocratique, des chevaliers abandonnent donc leur statut et leurs biens et passent contrat avec un monastère, une léproserie, un hôpital. C’est le cas d’hommes prestigieux comme Galéran de Meulan qui rejoint, en 1166, l’abbaye de Préaux181 ou Robert de Neubourg, le sénéchal de Normandie, qui se fait moine au Bec en 1159182, mais aussi de personnages plus modestes comme Bernard de Meulers, vassal du comte d’Eu qui se donne à Saint-Michel du Tréport183. Beaucoup de veuves font aussi cette démarche et des femmes mariées qui doivent pour cela obtenir de leur conjoint l’autorisation de quitter le siècle après avoir assuré la postérité du lignage. Isabelle (ou Thiphaine ?), épouse de Guillaume de Tancarville se retire ainsi au couvent de Montivilliers184. S’ils ne prêtent pas de vœux monastiques, ces donnés portent l’habit et participent aux activités de la communauté. Ce changement de condition est une garantie supplémentaire pour l’au-delà : le sacrifice d’un certain confort de vie a valeur d’indulgence. Certains donnés ne prennent l’habit qu’au seuil de la mort, tels Guillaume le Maréchal promis aux Templiers depuis sa jeunesse185 ou Robert et Jean de Fréauville promis aux bénédictins du Tréport186. Aussi, malgré l’attachement à la chevalerie, certains seigneurs veulent-ils témoigner de ce don de soi à Dieu et se font-ils représenter en bure sur leur dalle funéraire, plutôt qu’en haubert. Jean, comte d’Eu, par exemple, à la fin des années 1160, « feist faire la lame de luy et de son pere, moulte simple, ou ils sont pourtraits en habit de moine187 ». Cette dalle n’est pas conservée. Nous possédons, en revanche celle du sire de Toufrescales placée dans l’église de Fresnoy-Folny ou celles de l’écuyer Évrard Grandin et Richard Foubert provenant du prieuré de Beaulieu188.

  • 189 Selon Guibert de Nogent la majorité des moines d’un couvent y sont entrés comme oblats, De vita su (...)
  • 190 Cart. Préaux, A 94.
  • 191 Chartes de Longueville., no XXXVI (avant 1189).
  • 192 Grand cartulaire de Fontevraud, éd. G. Pon, J.-M. Bienvenu, R. Favreau, Poitiers, 2000, I, p. 257.
  • 193 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, p. 428.

58Des enfants sont aussi donnés aux monastères pour entretenir cette societas beneficii. Ils sont éduqués et préparés à une vie monastique189. Les règles successorales au sein du groupe aristocratique favorisent d’ailleurs l’oblation des cadets de famille. C’est la destinée du jeune Gilbert Colombel d’Epaignes par exemple, qui entre au monastère de Préaux en 1158190. L’accueil des oblats donne toujours lieu à un transfert de biens matériels (terres ou rentes). Ainsi lorsque Raoul de Cressy confie son fils Richard aux moines de Longueville, il leur offre une « dot » de trois hommes à Omonville (Seine-Maritime) avec leurs terres191. Bernard de Saint-Valéry, pour sa part, offre aux moniales de Fontevraud une rente viagère d’un marc d’argent à prendre sur ses biens afin de doter sa parente Philla, probablement sa filleule192. Les libéralités régulières d’une famille envers un monastère s’expliquent le plus souvent par la présence d’un ou de plusieurs de ses membres dans ces lieux. Les monastères ne sont pas fermés aux roturiers mais le plus souvent, l’entrée au couvent se fait en échange d’aumônes ou par la constitution d’une dot qu’il faut pouvoir financer. De la même manière que les dons pieux s’avèrent principalement aristocratiques, les oblations apparaissent comme un quasi-privilège et la societas beneficii est littéralement « un bienfait religieux nobiliaire193 ».

Des bénéfices temporels : capital symbolique et capital social

  • 194 Monasticon Anglicanum, éd. W. Dugdale, Londres, 1830, t. IV, p. 144.
  • 195 ADSM, 13 H 15, 83 ; A. Deville, Essai historique et descriptif sur l’église et l’abbaye Saint-Geor (...)

59Les seigneurs doivent aussi aux établissements, dont ils sont les fondateurs ou les bienfaiteurs, des cérémonies en grande pompe et des processions à l’occasion de mariages, adoubements ou funérailles qui sont des manifestations claires de leur statut. Les détails fournis par le Liber de fundatione abbathiae de Walden, à l’occasion du retour de Guillaume de Mandeville de Terre sainte, permettent d’appréhender ces processions solennelles et les festivités qui les accompagnent : la foule sur le bord du chemin, les chants des moines, le carillon des cloches de l’église194. Le rituel s’inspire du cérémonial d’accueil des grands hommes dans l’Antiquité. Lorsque Guillaume de Tancarville, fils du chambellan, devient chevalier, un cortège l’accompagne jusqu’à l’abbaye Saint-Georges de Boscherville où la messe est célébrée. Il dépose sur l’autel son épée qu’il vient de recevoir et, entouré de son sénéchal et de ses compagnons d’armes, la rachète symboliquement par des aumônes et la confirmation des dons de ses ancêtres195.

60Les lignages mettent en scène leur richesse et leur pouvoir dans les édifices religieux qu’ils patronnent. Depuis le XIe siècle, les fondations se multiplient, encouragées par le pouvoir ducal et motivées, selon Orderic Vital par l’orgueil plus que par la piété :

  • 196 Orderic Vital, II, p. 10.

« Chacun s’empressait de prévenir les autres dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de les surpasser dignement par la libéralité des aumônes. Il n’était pas d’homme puissant qui ne se crût digne de dérision et du mépris s’il n’entretenait convenablement sur ses domaines des clercs et des moines196. »

  • 197 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny, éd. E. M (...)
  • 198 V. Chandler, Lordship, Prestige and Piety Charitable Donations of the Anglo-norman Aristocracy, Un (...)
  • 199 La fondation de la Valasse est aussi le résultat d’un vœu. Galéran, de retour de croisade, en 1149 (...)
  • 200 P. Le Cacheux, « Le cartulaire de Guillaume Le Gros, prieur de La Bloutière », Mélanges, S.H.N., R (...)
  • 201 D. Crouch, William Marshal, op. cit., p. 65-66.
  • 202 M. Bayle, « L’architecture romane en Normandie », L’architecture normande, op. cit., I, p. 13-35.
  • 203 Cart. Préaux, B86.
  • 204 La formule est de D. Rouet, Cart. Préaux, p. XLVI. Pour cet acte du 28 mai 1203, voir MRSN, II, p. (...)

61Guillaume de Jumièges évoque la fondation de l’abbaye d’Almenèches et de l’église Saint-Martin de Sées, que Roger de Montgomery aurait voulues « parce qu’il s’indignait de paraître inférieur à ses pairs en quoi que ce fût197 ». Un siècle plus tard, les chefs de famille sont toujours aussi sensibles à ces symboles éclatants de réussite sociale198. En 1156, Galéran de Meulan patronne la construction de La Valasse, et Hugues de Gournay celle de Bival en 1175199. Entre 1167 et 1171, les seigneurs de Rollos transforment un ermitage en prieuré conventuel de chanoines réguliers à La Bloutière200. Le geste de fondation a une dimension plus symbolique que jamais, surtout pour les parvenus, comme le montre l’empressement dont fait preuve Guillaume le Maréchal pour faire édifier, juste après son mariage, un prieuré sur sa terre de Cartmel – terre qui lui avait été donnée par Henri II201. Sous prétexte de rendre grâce à Dieu, les lignages font étalage de magnificence et de somptuosité. Le comte Henri Ier d’Eu, fait venir d’Angleterre des colonnes de marbre blanc pour orner l’abbatiale de Foucarmont. Des motifs sont sculptés avec soin, le plus souvent, des motifs végétaux, des entrelacs largement inspirés des enluminures réalisées, à la même époque, dans les scriptoria de la région202. De nombreux objets précieux sont offerts : livres décorés, calices d’or, vases ornés de pierres, candélabres et luminaires placés sous le regard des fidèles. Les seigneurs manifestent un attachement quasiviscéral à leurs fondations ou à celles de leurs ancêtres ; ils rappellent dès qu’ils le peuvent leur domination bienveillante (in meo esse dominio et ea tanquam mea propria diligere et manutenere203) et cherchent à la maintenir. Au moment de la conquête de la Normandie, Robert II de Meulan engage ses terres normandes contre 5 000 marcs d’argent et renonce à plusieurs de ses possessions mais il excepte l’abbaye de Préaux qui figure « parmi ses biens les plus chers au cœur de ses possessions patrimoniales204 ».

  • 205 M. Chibnall, « Ecclesiastical Patronage and the Growth of Feudal Estates at the Time of the Norman (...)
  • 206 G. Louise, La seigneurie de Bellême, op. cit., I, p. 276.
  • 207 D. Crouch, The Beaumont Twins, op. cit., p. 108-109, 112. Charte de fondation, ADE, G 165, fol. 1- (...)
  • 208 B. Jouaux, « Les fossés-le-roi », Cahiers percherons, 58, 1978, p. 6-9.
  • 209 S. Wood, English Monasteries and their Patrons in the XIIIth Century, Oxford, 1955, p. 7.

62Les établissements monastiques servent parfois de cadre à l’exercice du pouvoir séculier comme le montre le cas de Saint-Georges de Boscherville où Guillaume de Tancarville tient régulièrement les sessions de sa cour dans les années 1180. Pour le seigneur local, ils représentent un pivot de sa politique territoriale, bornent sa zone d’influence, pallient les points faibles ou renforcent les lieux stratégiques de son domaine205. Dans la seigneurie de Bellême, par exemple, les maisons religieuses de Dancé, Berd’hui et Livet-en-Saosnois délimitent le rayon d’action du lignage face à la seigneurie de Nogent-le-Rotrou et aux domaines des sires manceaux206. Le monastère de Foucarmont dans le comté d’Eu, comme l’abbaye de Saint-Georges de Boscherville sur les terres des Tancarville polarisent la partie orientale du domaine seigneurial tandis que le château est situé à l’autre extrémité. Dans le cas d’Eu, deux abbayes renforcent le poids de la « capitale » comtale : Notre-Dame d’Eu et Saint-Michel du Tréport, très proches l’une de l’autre. C’est aussi le cas de l’abbaye Sainte-Marie de Valmont construite à proximité du château qui accroît le rayonnement du chef-lieu du domaine de Nicolas d’Estouteville. Notre-Dame-du-Désert près de Breteuil illustre, de son côté, un cas de fondation destinée à asseoir l’autorité d’un seigneur sur des terres nouvellement acquises. Le comte Robert II de Leicester crée, en effet, ce prieuré en 1125 à partir d’une petite communauté d’ermites, de façon à manifester son pouvoir sur les terres dont il vient de faire l’acquisition à la suite de son mariage avec Amicie de Gaël207. Les fondations monastiques peuvent aussi jouer un rôle stratégique sur les marches, comme le démontre le cas de la commanderie de Villedieu-de-Montchevrel (Orne) visiblement destinée à la surveillance des fossés-le-roi208. Les seigneurs fondateurs veulent aussi parfois mieux contrôler les routes ou favoriser les échanges sur leurs fiefs. C’est ainsi que le prieuré Sainte-Marie de Villiers, qui devient au cours du XIIIe siècle un grand monastère, est implanté par Roger de Montbray sur une ancienne voie romaine, au cœur du pays de Falaise. En 1165, l’abbaye de Montmorel prend place au carrefour des routes menant d’Avranches à Fougères (axe N/S) et de Domfront au Mont Saint-Michel (axe E/W). Si quelques sites semblent avoir été choisis pour des motifs spirituels – terres reculées propice au recueillement comme le vallon de la Sienne pour l’abbaye Notre-Dame d’Hambye – la plupart révèlent plutôt des choix stratégiques, politiques et économiques. En ce domaine, l’action seigneuriale est mûrement réfléchie. Quant aux communautés que les seigneurs gratifient hors de leurs fiefs, il s’agit en général de maisons dont la puissance et la renommée sont susceptibles de renforcer leur dignité209. Ainsi s’explique l’engouement de quelques lignages pour les abbayes patronnées par les Angevins, comme Fontevraud ; c’est le cas des Biset, Saint-Jean, Leicester qui, pour l’occasion, entrent dans la même familiarité que le prince.

  • 210 S. Mesmin, « Waleran, Count of Meulan, and the Leper Hospital of St-Gilles de Pont-Audemer », AN, (...)
  • 211 Monasticon Anglicanum, VI, p. 1113.
  • 212 Hôpital d’Alençon, BN ms. lat. nouv. acq. 1245, fol. 3 ro ; léproserie de Bois-Halbout, ADC, Abbay (...)

63Soucieux de leur image, les seigneurs normands orientent leurs fondations de manière à montrer qu’ils assument pleinement les fonctions régaliennes d’assistance et de protection qui leur ont été dévolues. Galéran de Meulan, par exemple, fonde l’hôpital-prieuré Saint-Gilles de Pont-Audemer210, le comte de Leicester, l’hôtel-Dieu de Breteuil211, Robert Talvas, l’hôpital d’Alençon, les Taisson, la léproserie Saint-Jacques de Bois-Halbout212. Les chevaliers manifestent un engouement particulier pour les ordres hospitaliers en raison de leur militarisation et de leur engagement en Terre sainte. Gautier Map en témoigne :

  • 213 Gautier Map, De nugis curialium, I, 23, trad. Bate, p. 102.

« Beaucoup d’hommes et de femmes donnaient leur patrimoine aux Hospitaliers, à cause de leur réputation, et plusieurs même ont tout abandonné pour y servir les faibles et les malades213. »

  • 214 Pour un tableau complet : M. Miguet, Templiers et hospitaliers en Normandie, Paris, 1995.

64Les seigneurs de Bacon dotent la commanderie de Baugy, les Harcourt celle de Renneville, les Crespin celle de Bourgoult et les Gouvix celle de Voismer214.

  • 215 Cart de Préaux, B 8 et B 42.

65Les fondations d’établissements religieux et les donations sont aussi l’occasion de rappeler la position de chacun dans la hiérarchie féodale : ainsi voit-on les seigneurs intervenir dans les aumônes de leurs vassaux : autorisation d’aliénation, initiative du legs, etc. En 1155, par exemple, Galéran de Meulan confirme aux moines de Préaux l’église d’Étreville, donnée « sur son conseil » (consilio vel adjutorio suo) par Roger l’Épervier215. Les maisons religieuses agissent donc comme des « fixateurs » des structures féodales. Dans le même temps, l’aumône commune à l’ensemble du groupe aristocratique crée une communauté d’action. Il faut encore souligner que l’intervention extrêmement fréquente des religieux pour arbitrer des conflits entre seigneurs et restaurer la paix contribue au maintien d’une certaine cohésion nobiliaire.

  • 216 Notamment un différend entre l’abbesse de Préaux et Jean, curé de Villy. Gallia Christiana, XI, 39 (...)
  • 217 Cart. Coutances, no 5, 31, 103, 106, 107, 109.
  • 218 J. Pelzer, « Les évêques de l’Empire Plantagenêt et les rois angevins : un tour d’horizon », M. Au (...)
  • 219 Gallia Christiana, XI, col. 781 (Jourdain), col. 876 (Guillaume), col 287 (Mathilde). Pour d’autres (...)
  • 220 BM Rouen, Cart. léproserie Saint Gilles de Pont-Audemer, ms 1232 (Y 200), fol. 27 v.
  • 221 Sur cette identification probable reposant sur l’onomastique, voir V. Gazeau, Normannia monastica, (...)

66L’apport du monde ecclésiastique aux membres de l’aristocratie se mesure aussi en termes d’opportunités professionnelles. Les familles placent, en effet, certains de leurs membres dans des institutions ecclésiastiques et le prestige de ces maisons religieuses ou celui des fonctions exercées au sein du clergé rejaillit sur l’ensemble des parents. Ainsi chez les Tournebu, le cadet, Guillaume, contribue à accroître la renommée de sa maison d’origine. Il devient chanoine puis doyen de l’Église de Bayeux. En 1179, il résout quelques querelles à la demande du pape Alexandre III216. Au même moment, il fréquente la cour d’Henri II, ce qui lui vaut d’obtenir le siège épiscopal de Coutances en 1182217. Son frère Thomas est alors introduit à la cour et les chartes contemporaines le qualifient de « baron ». Cela n’a rien d’une coïncidence ! Le capital symbolique des ecclésiastiques influents est considérable, surtout lorsqu’ils se distinguent par des missions diplomatiques. Les carrières de ces prélats montrent au passage que l’Église n’est pas un vrai ascenseur social : les aristocrates les plus modestes n’obtiennent que des places subalternes. C’est l’aristocratie moyenne voire déjà influente qui fournit les dignitaires des chapitres cathédraux d’où sont généralement issus les évêques – bien que commence à émerger une bourgeoisie urbaine concurrente. Rotrou, évêque d’Évreux (1139-1165) puis archevêque de Rouen (1165-1183), fils d’Henri de Neubourg, comte de Warwick et de Marguerite, sœur de Rotrou II du Perche, est apparenté aux rois de Sicile et d’Aragon, aux comtes de Meulan et de Leicester. Renaud de Bohon, évêque de Salisbury (1142-1184) puis évêque de Bath (1174-1191), Philippe de Harcourt, évêque de Bayeux (1142-1163), Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux (1200-1218), Thomas d’Aunou, évêque de Sées (1258-1278) proviennent tous de grands lignages218. Au sein du clergé régulier le lien entre origines prestigieuses et fonctions éminentes est moins net. Si Raoul d’Argences, abbé de Fécamp (1190-1219), ou Mathilde, abbesse de Saint-Amand de Rouen (1196-1204) sont issus de grandes familles219, c’est la moyenne aristocratie qui fournit la plupart des abbés et abbesses, en particulier dans les cercles proches des fondateurs. À Saint-Pierre-de-Préaux (vers 1182-1200) par exemple, l’abbé Osbern est le fils d’Hugues de Sainte-Mère l’Église, vassal des comtes de Meulan220. À Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives, Alvered (vers 1179-1203) pourrait être issu du lignage de Saint-Martin-le-Gaillard, vassal des comtes d’Eu221.

  • 222 P. Aladjidi, « Les espaces du don au Moyen Âge : l’exemple de la charité princière », Construction (...)

67On le voit, les échanges entre laïques et ecclésiastiques dépassent très largement le jeu du don/contre-don cher à Marcel Mauss. Il ne s’agit pas d’un simple transfert de biens matériels contre des biens spirituels. La dimension sociale transpire de tous côtés, de même que les symboles qui sont aussi des marqueurs identitaires222. Les nobles normands tirent enfin de multiples avantages économiques de cette relation.

Des intérêts économiques

  • 223 Voir par exemple, HGM, v. 7220-7232.
  • 224 MRSN, I, p. 92, p. 96.
  • 225 La prodigalité illimitée du prince cause quelques incidents avec ses créanciers, HGM, v. 5076-5087
  • 226 Richard Fitz Nigel, Dialogus, p. 109.

68Dans les sources, les difficultés financières de l’aristocratie sont fréquemment mises en lumière. Ainsi l’Histoire de Guillaume le Maréchal est-elle peuplée de chevaliers en quête de rançons pour pouvoir acquitter leurs dettes223. Les rôles de l’Échiquier enregistrent les redevances ducales qui n’ont pas été versées comme, en 1180, la ferme des prés du Vaudreuil due par Robert de Briecourt, qui a, en outre, toujours à payer sa part de la caution de la vicomtesse de Rouen224. Le fléau touche même le prince Henri le Jeune qui paraît tout aussi obéré que les hommes de sa mesnie malgré les sommes importantes que lui verse son père pour assurer son quotidien225. Dans le Dialogue de l’Échiquier, Richard Fitz Nigel souligne les mesures sévères prises contre les mauvais payeurs : la confiscation des rentes et l’obligation de produire des garants226.

  • 227 Cart. Tréport, no XXXII, p. 63. Gervais de Canterbury confirme les difficultés du moment : « Les co (...)
  • 228 Voir Cart. Conches, no 339 par ex. Vers 1140, restitution de l’église d’Hacqueville indûment usurp (...)
  • 229 Cart. Beaumont le Roger, un marc d’argent, no 14, 20 marcs d’argent, no 5, plusieurs livres no 63, (...)
  • 230 Cart Préaux, B 70 (1183 ou 1184) ; ADSM, 3 H 8 (1209).
  • 231 Au début du XIVe siècle, 40 % des églises du diocèse de Rouen ont encore pour patron un seigneur l (...)
  • 232 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, op. cit., p. 700.
  • 233 Ainsi peut-on expliquer le faible nombre de ventes dans notre corpus documentaire.
  • 234 M. Fauroux, Recueil des actes, no 188.
  • 235 Cart. Beaumont-le-Roger, no V.
  • 236 Cart. Bayeux, no CCCXI, CCCXII, CCCXIII. Dans « la dispute du croisé et du décroisé » (vers 1268) R (...)

69Ces difficultés financières sont très largement dues à l’éthique et au mode de vie aristocratique ainsi qu’aux exigences du duc en matière fiscale qui grèvent considérablement les budgets. S’ajoutent aux dépenses et aux charges courantes le coût de la guerre entre Capétien et Plantagenêt, en particulier sur les marches. Dans les années 1167-1170, Jean, comte d’Eu se plaint des sommes qu’il a dû engager pour recruter des « chevaliers et sergents qu’il a emmenés à la guerre du roi227 ». Il lui a même fallu usurper les trésors des édifices religieux de son comté ; une pratique somme toute courante à l’époque qui, malgré tout, met en péril l’amitié qui unit oratores et bellatores. Pour ménager leur fraternitas, la rhétorique de la concorde maquille fréquemment les plus indignes usurpations en accords consentis. Lorsqu’un seigneur pille les biens d’un couvent, le butin apparaît comme une dette qu’il faudra rembourser. De même, une donation peut cacher une rétrocession, y compris lorsque le litige a fait l’objet d’une sentence de l’official228. De cette façon, l’Église recouvre ses droits et l’aristocratie préserve les apparences et, par conséquent, sa fama. Plus encore, elle maintient ses exigences sous couvert de caritas. Les aumônes donnent, en effet, bien souvent lieu à des contreparties matérielles dont la valeur pourrait bien atteindre celle des biens concédés en théorie gratuitement. Il peut s’agir de cadeaux en or, bijoux, chevaux, robes ou fourrures mais aussi de sommes d’argent données « en reconnaissance229 » (in recognitione). Ainsi, l’abbé Osbern de Préaux offre-t-il 60 livres angevines à Robert de Meulan pour une coutume dans la forêt de Brotonne et les religieux du Bec-Hellouin, 12 livres à Adam Marescot pour deux acres de pré au Petit-Quevilly230. Les ecclésiastiques favorisent ces ventes déguisées pour récupérer des biens et même des droits de patronage conservés par les seigneurs sourds depuis plusieurs générations au discours grégorien231. Un argument social s’ajoute à ces considérations : les ventes enchâssées dans le don sont les seules véritablement honorables pour une aristocratie qui répugne à la perception (comme au versement) de prix232. En jouant le jeu, les religieux protègent la réputation et l’honneur des lignages233. Mais le font-ils toujours de bon gré ? Les sommes versées en reconnaissance semblent parfois largement surévaluées. Au milieu du XIe siècle, Gilbert Crespin donne à Jumièges son fief de Hauteville contre une somme de 200 livres et un cheval « parce qu’au dire de ses voisins, cette terre, en raison de ses dimensions, est jugée inestimable234 ». L’argument est évidemment suspect. Par des paiements considérables, les communautés religieuses aident, volontairement ou sous la contrainte, les seigneurs dans le besoin. À la suite de la révolte de 1173, des puissants en appellent explicitement au clergé pour résoudre leurs soucis financiers. En 1179, Robert de Meulan demande ainsi 20 marcs d’argent au prieur de Beaumont-le-Roger en échange de l’accord suivant : toutes les dix semaines, la prévôté et les moulins de Beaumont seront confiés pendant huit jours aux religieux, qui pourront alors en percevoir les revenus, plaids et avantages. Et comme certains profits, comme le droit de moute sèche ou le cens annuel, ne se perçoivent pas nécessairement cette même semaine, il est entendu que les moines en recevront la dîme235. Les seigneurs font aussi appel au clergé lorsqu’ils partent en croisade, à l’instar du chevalier Richard de Graye qui perçoit, en avril 1212, 120 livres tournois du chapitre de Bayeux contre toutes les dîmes de son fief, à la veille de son voyage en péninsule ibérique236. Les seigneurs y gagnent une disponibilité en capitaux immédiate et des contreparties spirituelles. Les religieux, de leur côté, ne peuvent espérer de ces transactions que des bénéfices à long terme car il leur faut bien souvent des années pour recouvrer la somme initialement versée. Le maintien de la concorde et la pérennité de la protection nobiliaire impliquent toutefois ces concessions financières.

  • 237 AN, S 4997 B, 36e liasse.
  • 238 AN, S 4998A, 47e liasse, cité par M. Miguet, Templiers et hospitaliers, p. 32.

70Il n’y a cependant pas toujours lieu de soupçonner une manipulation de la part des laïques. Les religieux font quelquefois pression pour obtenir des parcelles qu’ils convoitent. Peut-on croire, en effet, au libre choix des bienfaiteurs lorsque les pièces de terres aumônées forment des enclaves dans le domaine d’une communauté ? En 1234, par exemple, le chevalier Simon le Gaulois, seigneur de la Vacherie (Eure), donne aux Templiers de Renneville une acre de terre sise entre les terres de ceux-ci, des deux côtés et des deux bouts237. Michel Miguet a mis en lumière une véritable « stratégie » des religieux, qui acquièrent d’abord un maximum de rentes sur la parcelle convoitée, puis quelques années plus tard forcent le seigneur aux abois à abandonner son bien, la tête haute, par une fausse donation. En 1258, Roger Sebert, incapable de faire face aux échéances des redevances qui grèvent ses biens, finit par abandonner aux Templiers les onze pièces de terre qu’il possède à Saint-Léger238.

  • 239 A. Testart, Critique du don, Paris, 2007, p. 226-234 ; voir également É. Magnani (dir.), Don et sc (...)
  • 240 Richard Fitz Nigel, Dialogus, p. 109.
  • 241 Dans le diocèse d’Évreux, par exemple, l’abbaye d’Ivry a une dette de 300 livres, celle de Conches (...)
  • 242 Cart de Préaux, B 111.
  • 243 ADSM, 7 H, cité par L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole, op. cit., p. 208.
  • 244 ADSM, 9 H 4, no 234.

71Le don, qui n’est soumis à aucune restriction, joue donc un rôle clé dans les échanges entre oratores et bellatores ; il sert même parfois à dissimuler des prêts à intérêt239 pourtant interdits par l’Église et l’autorité ducale qui prévoit la confiscation des biens de ceux « faisant de l’argent sans scrupule240 ». Les établissements religieux sont toujours, à la fin du XIIe siècle, les premiers créanciers d’une aristocratie en mal de liquidités. Si plusieurs monastères confrontés à des difficultés financières graves n’assument plus ce rôle241, d’autres pérennisent la pratique par le biais du « vif gage » et du « mort gage ». Dans le premier cas, l’emprunteur se défait provisoirement de ses droits : les profits d’une vicomté, les revenus d’un fief ou d’un moulin. En 1204, par exemple, Guillaume de Bellencombre emprunte 10 livres angevines à l’abbé de Préaux, pour cinq ans. Pour se rembourser les moines doivent prendre 40 sous par an sur le tènement que Raoul du Hommet tient dudit Guillaume242. Dans le second cas, le prêteur avance une somme d’argent contre un bien qu’il restitue après remboursement mais dont il perçoit les revenus pendant la durée du prêt. Si l’emprunt n’est pas remboursé dans les délais prévus, le contrat de prêt devient un titre de propriété précieusement conservé dans les archives de l’établissement prêteur. Une majorité d’actes concerne des prêts de 10 à 20 livres, qui n’engagent qu’une partie du patrimoine mais quelques-uns peuvent hypothéquer la totalité d’un fief. En 1153, la terre d’Aincourt est donnée à l’abbaye de Fécamp par Gautier, seigneur du lieu, pour sept ans, contre 65 marcs d’argent. Si les religieux améliorent le domaine, des arbitres en évalueront la valeur à l’expiration de l’accord de façon à l’ajouter à celle du prêt initial. Si Gautier rend la somme éventuellement majorée à l’échéance du contrat, il rentrera librement en possession de son fief. Sinon, la jouissance des moines se prolongera d’année en année jusqu’au remboursement243. En vif-gage ou en mort gage, le prêt monastique reste inséré dans la sphère du don et ne déshonore pas. Les chevaliers y ont d’ailleurs parfois recours pour se dégager de dettes contractées ailleurs, par exemple auprès des juifs à l’instar de Richard du Lendin qui en 1220, cède sa terre de Hauteville à Jumièges contre 32 livres 10 sous tournois244.

  • 245 L. Gallet, Les traités de pariage dans la France féodale, Paris, 1935.
  • 246 ADSM, 8 H 8.
  • 247 AN, S 5153 1re liasse, publié dans M. Miguet, Templiers et hospitaliers, p. 445.

72Les bénéfices économiques des échanges avec le clergé ne s’arrêtent pas là. Les couvents ont aussi une incidence très concrète sur la gestion du territoire car ils favorisent le peuplement au pied des châteaux, stimulent l’augmentation de l’espace cultivé et la perception de redevances, banalités, tonlieux, etc. Les bourgs castraux et les villages neufs, à l’urbanisme planifié, qui sont fondés à cette époque sont souvent le fruit d’un paréage entre un seigneur et une abbaye ; le premier donne la terre et les moines la mettent en valeur245. Les accords entre le comte d’Eu et les moines de Foucarmont donnent ainsi naissance aux localités de Varimpré, Campneuseville ou encore Coquéreaumont246. Les revenus que génèrent ces créations font l’objet d’un partage entre le couvent et le seigneur : à Villedieu-la-Montagne, par exemple, Hugues de Harcourt et Geoffroy de Pers qui ont constitué l’assise foncière de la commanderie hospitalière cèdent les revenus générés par l’installation des hôtes, à l’exception des amendes judiciaires sur les rixes avec effusion de sang commises hors des murs de la ville et des droits de mutation247. Comprenant qu’ils peuvent tirer de substantiels profits de terres restées jusque-là incultes et qu’ils peuvent s’épargner des frais relatifs à l’entretien de leurs parcs, les seigneurs s’associent volontiers aux communautés qui s’attachent à la valorisation des terres, au détriment des Bénédictins – seulement deux nouvelles fondations après 1150 : Valmont (1169) et Longues (1168). Les établissements cisterciens ont leur préférence surtout dans la première moitié du XIIe siècle – 11 fondations, seulement 6 après 1150 –, concurrencés par les ordres militaires : Hospitaliers (4 fondations) et Templiers (16 fondations, principalement après 1150). Évidemment, ces considérations économiques ne sont pas les seules explications des choix de l’aristocratie ; l’esprit de réforme offre aussi un idéal d’humilité, d’ascèse et d’austérité capable de séduire. De plus, les monastères réformés sont largement soutenus par le pouvoir ducal et cela encourage les dons. Pour autant nous n’observons pas de ruée vers les nouveaux ordres : une seule chartreuse fondée (Val-Dieu en 1170), un prieuré fontevriste (Notre-Dame-de-la-Chaise-Dieu-du-Theil, 1132). Le renouveau monastique se perçoit plutôt à la fin du XIIe siècle et au XIIIe, à travers le succès des communautés de chanoines réguliers (prémontrés, 8 fondations, Augustiniens, 5, Trinitaires, 1), tournées vers la pastorale, l’enseignement et l’assistance, qui concurrencent définitivement Bénédictins et Cisterciens. La tendance est toutefois à l’essoufflement général des fondations au moment de la conquête et dans les années qui suivent.

  • 248 Ce tableau tente une synthèse mais quelques incertitudes demeurent quant à la date précise de cert (...)

Tableau 3 – Choix des ordres monastiques par les fondateurs laïcs (1000-1250)248.

  • 249 G. Devailly, « Les patronats d’église en Normandie aux XIIIe et XIVe siècles », AN, 1990, p. 351.
  • 250 L. Musset, « Aperçus sur la dîme ecclésiastique en Normandie au XIe siècle », CAN, 22, 1988, p. 47 (...)
  • 251 ADO, H 322.
  • 252 ADO, H 294.
  • 253 Cart. Tréport, no XLII.
  • 254 R. Génestal, « Une modalité d’appropriation de la dîme par les seigneurs laïques », Annuaire de l’ (...)
  • 255 ADSM, 8 H 22 (1 acte), 8 H 23 (5 actes), 8 H 24 (2 actes).
  • 256 AN, Arch. de l’Emp., J 210, no 2.
  • 257 ADSM, 19 H 1.

73Durant toute la période qui nous occupe, les seigneurs se montrent généreux envers les établissements religieux pour autant que leurs ressources le leur permettent mais ils sont aussi soucieux de préserver les avantages – en particulier les avantages économiques – que leur donne leur situation de patrons. Ils perçoivent non seulement les offrandes que font les fidèles lors des fêtes religieuses et des cérémonies privées mais aussi les prélèvements sur la production249. Sur ce point, la réforme grégorienne n’a pas été un plein succès250. Des dîmes sont tenues en fief laïque (in laico feodo) ou en tenement (in tenemento) comme celle de Moncy que Roger de Basoche confirme à l’abbaye de Belle-Étoile et qui « fait partie de [son] fief de haubert251 » (de membro lorice mee). Elles font l’objet de nombreuses transactions : vendues entre laïcs, transmises au sein des familles252, constituées en dot ou douaires comme celle de Pendé qu’Alix de Cumbes possède de son époux253. Ces dîmes destinées, dès la fondation des églises, à alimenter les revenus seigneuriaux sont perçues comme des redevances domaniales ordinaires que se partagent le patron et le desservant. En général, deux-tiers pour le premier, un tiers pour le second – obligation imposée par le concile de Lillebonne en 1080254. Les querelles de patronage opposent régulièrement aristocratie et Église et peuvent durer plusieurs années comme le montre le cas des cures de Boaffles et Baromesnil, dans le comté d’Eu, disputées par le seigneur du lieu Enguerrand et l’abbaye de Foucarmont. Six ans de conflit donnent lieu à deux procédures judiciaires qui finissent par débouter le seigneur255. L’obstination dont il fait preuve durant toutes ces années est significative ; elle traduit l’attachement des nobles au droit de patronage, tout comme l’enquête réalisée en 1204 par les officiers de Philippe Auguste dans laquelle les barons déclarent vouloir le conserver256. Les seigneurs cèdent souvent sur le droit de nomination du desservant mais refusent de rendre les dîmes ou ne les restituent que partiellement. À l’issue d’une querelle avec l’abbaye de Valmont, Wauquelin Panchevoult, rend le droit de présentation à Thérouldeville mais conserve toutes les rentes, tandis que Guillaume d’Estouteville restitue droits et dîmes sur l’église de Carville-Pot-de-Fer257.

  • 258 Cart. Tréport, no XIV.

74Les seigneurs normands réalisent de nombreuses aumônes mais ne sont pas prêts à renoncer à tout intérêt financier. Ils manifestent de même un fort attachement aux droits de justice, signes de leur pouvoir de ban. Leurs officiers veillent sur ces intérêts et s’efforcent de limiter les effets des libéralités jugées irraisonnables. Ainsi les vicomtes d’Eu finissent-ils par abroger au XIIIe siècle les droits accordés quelques décennies plus tôt par le comte Jean aux religieux du Tréport : la haute justice sur les terres de Fontaine, Villy et Mesnil-Allard, le droit pour les familiers de l’abbé de ne répondre que de lui et non des justiciers comtaux, et l’assurance pour les hommes du monastère de pouvoir recourir au serment purgatoire sans payer de taxe au comte258. Nous le voyons, l’intérêt spirituel ne passe pas au-delà de toute préoccupation temporelle. Si les fondations et les aumônes affaiblissent les finances et le patrimoine foncier des lignées, elles contribuent aussi, par un juste retour des choses, à asseoir leur autorité, leur prestige et leur maîtrise de l’espace.

75Les membres de l’aristocratie sont pris dans un entrelacement de liens et de solidarités : réseaux horizontaux (parenté, amitié, fraternité d’armes, monde ecclésiastique) ou verticaux (vassalité, clientélisme) font la distinction nobiliaire. Ils sont particulièrement étoffés chez les puissants et l’on veille à les maintenir actifs car ils servent les politiques individuelles et patrimoniales. C’est aussi la relation avec le pouvoir qui est déterminante. Nous l’avons vu, la pyramide féodale est tenue d’une main de maître par le duc et l’affirmation de l’autorité princière contribue à la fixation du statut juridique nobiliaire mais, à l’inverse, les nobles sont un soutien incontournable et un relais du pouvoir.

Notes

1 Pour un bilan historiographique sur ce thème, voir D. Lett, Famille, op. cit. p. 245-251.

2 P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, 1980, p. 282.

3 Consentement donné par un ou plusieurs parents d’un donateur à l’occasion d’une aumône, S. White, Custom, Kinship, op. cit.

4 J.-F. Lemarignier a été précurseur dans l’analyse des listes de témoins, suivi par de nombreux chercheurs : O. Guillot pour l’entourage des comtes d’Anjou, M. Aurell pour les comtes de Provence, L. Macé pour ceux de Toulouse… À propos de ces listes et des autres modes de garantie : P. R. Hyams, « Warranty and Good Lordship in XIIth Century England », Law and History Review, 5, 1987, p. 437-503.

5 Par exemple, Cart. Mont-Morel, no XLVII.

6 Ibid., no L; no LXXVI.

7 ADSM, 19 H 1.

8 Cart. Tréport, no LXXXVI.

9 À ce sujet, voir R. Fox, Anthropologie de la parenté, Paris, 1972, p. 164.

10 D. Power, « L’aristocratie Plantagenêt face aux conflits capétiens-angevins : l’exemple du traité de Louviers », Noblesses de l’espace Plantagenêt, op. cit., p. 121-136.

11 Chartes de Longueville, no XLIII.

12 AN, S. 4184. 72e liasse.

13 MRSN, II, p. CXXX, p. 422.

14 Rot. de ob. et fin., p. 224.

15 BN ms lat. 5464/4, no 180.

16 HGM, v. 743-749. En fait, ce lien est douteux. Il est attesté, en revanche, qu’il existait un lien entre les Salisbury et les Tancarville ; c’est donc plutôt grâce à sa mère Sibille que Guillaume s’est retrouvé dans l’entourage du chambellan. D. Crouch, William Marshal, op. cit., p. 19-20.

17 E. Türk, Nugae curialium, op. cit., p. 32-34.

18 R. Mortimer, « The Family of Ranulf de Glanville », Bulletin of the Institute of Historical Research, no 54, 1981, p. 1-16.

19 QN 285.

20 A. Guerreau-Jalabert, « Spiritus et Caritas. Le baptême dans la société médiévale », F. Héritier-Augé, E. Copé-Rougier (dir.), La parenté spirituelle, Paris, 1995, p. 133-203, ici p. 191-192.

21 Cart. Luzerne, no XLI.

22 QN 430.

23 QN 502.

24 QN 469.

25 D. Barthélemy, F. Bougard, R. Le Jan (dir.), La vengeance, 400-1200, EFR, Rome, 2006.

26 J. Yver, « L’interdiction de la guerre privée dans le très ancien droit normand », Travaux de la semaine du droit normand, tenue à Guernesey, Caen, 1928, p. 307 ; Statua et consuetudines, XXXI, p. 27.

27 Orderic Vital, II, p. 15.

28 Original perdu, Cartulaire de Savigny, no 273, Ch. H. Haskins, Norman Institutions, op. cit., Appendix H, no 4, p. 324.

29 Statua et consuetudines, XXXVI, 1. À l’inverse, le pardon des parents ne suffit pas : il faut passer par la justice ducale : ibid., XXXVI, 4.

30 Ibid., LXXXVIII, 3.

31 QN 88.

32 QN 365.

33 J. Yver, « La solidarité familiale », op. cit., p. 206.

34 Cl. Gauvard, « La fama, une parole fondatrice », La renommée, Médiévales, 24, 1993, p. 5-13.

35 J. C. Holt, « Feudal society and Family », surtout p. 1-25; A. Livingstone, « Kith and Kin: Kinship and Family Structure of the Nobility of XIth and XIIth Century Blois-Chartres », French Historical Studies, 20, 1997, p. 19-58.

36 Assises de Pâques 1211, à Falaise, Recueil des jugements, no 78, p. 20.

37 Cart. Beaumont-le-Roger, no CV et CVI.

38 CN 230.

39 QN 80.

40 « Philippus de Columbariis praedictum Robertum abjuravit » : La formule signifie renoncer solennellement à la solidarité du lignage. Cart. Bayeux, no XXXIII.

41 Voir H. Zaremska, Les bannis au Moyen Âge, Paris, 1996.

42 M. Bloch, La société féodale, op. cit., p. 316.

43 Le neveu a rendu hommage à son oncle et tient de lui un fief à Houesville, Cart. Coutances, no 113.

44 J. H. Round, Feudal England, Londres, 1895, p. 225-314. Pour un bilan historiographique, voir M. Aurell, « Appréhensions historiographiques de la féodalité anglo-normande et méditerranéenne (XIe-XIIe siècles) », N. Fryde, P. Monnet, O. Oexle (dir.), Présence du féodalisme et présent de la féodalité, 2001, p. 175-194.

45 Cart. Coutances, no 113.

46 Le bouvier est chargé des charrues et des attelages, le prayer de la gestion des prés de fauche sous l’autorité d’un maréchal.

47 L. Musset, « Agents administratifs et artisans fieffés dans les grands domaines normands au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècles) », Aspects de la société et de l’économie dans le Normandie (Xe-XIIIe siècles), CAN, 22, 1988, p. 25-46.

48 M. Brandhonneur, Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevaleresque (XIe-XIIe siècles), Rennes, 2001, p. 182-195.

49 D. Power, « The End of Angevin Normandy: the Revolt of Alençon, 1203 », Historical Research, vol. 74, 186, 2001, p. 456 et pièces justificatives p. 463-464.

50 Cart. Coutances, no 117 par exemple.

51 Cart. Tréport, no XXII.

52 Calendar of Documents preserved in France, éd. J. H. Round, Londres, 1899, p. 531. Pour la fondation d’Aunay, voir MRSN, II, p. CLXXX.

53 Cart. Beaumont-le-Roger, no XXVII.

54 Ibid., no CCLIV.

55 Cart. Tréport, no LXXVIII. Le sceau du seigneur « en remplacement » du celui du vassal est une pratique usuelle, voir par exemple, Cart. Mont-Morel, no CXCVI.

56 ADSM, G. 1815.

57 Plusieurs spécialistes du monde anglo-normand ont exploité ces listes : K. J. Stringer pour déterminer l’entourage de David de Huntingdon, Earl David of Huntingdon, 1152-1219, Edinburgh, 1985, p. 240 ; G. Simpson, pour celui de Roger de Quincy, « The Familia of Roger de Quincy, Earl of Winchester and Constable of Scotland », K. J. Stringer (dir.), Studies in the Nobility of Medieval Scotland, Edinburg, 1985, p. 102-130 et D. Crouch pour celui de Guillaume le Maréchal, William Marshal, op. cit., p. 134.

58 Summa, XXVII, 1.

59 Ibid.

60 Évaluation faite par H. Navel, « L’enquête de 1133 », op. cit., p. 67-69. Les chiffres du commandant Navel sont corroborés par l’étude de J. Boussard sur le Bessin, Le gouvernement, op. cit., p. 244.

61 Scripta de feodis, p. 622.

62 Romilly : Grands rôles des Échiquiers, p. 157 ; Mahérou : CN 1125.

63 M. Sczaniecki, Essai sur les fiefs rentes, Paris, 1946; B. Lyons, From Fief to Indenture: the Transition from Feudal to non Feudal Contract in West Europe, Cambridge (M.A.), 1957 et « The Money Fief under the English Kings, 1066-1485 », EHR, 66, 1951, p. 161-193.

64 Scripta de feodis, p. 178.

65 Summa, XXVII, 1.

66 Ibid., XXVII, 4.

67 Cart. Bayeux, no CXLII.

68 Summa, XXII bis, 1.

69 ADSM, 14 H 234.

70 Grands rôles des Échiquiers, p. 178.

71 Registres de Philippe Auguste, p. 268, p. 275.

72 D. Power, The Norman Frontier, op. cit., p. 28. Ils n’en ont toutefois pas l’exclusivité.

73 Par exemple : ADO, H 781 ; BN ms lat. 5464, no 172.

74 Registres de Philippe Auguste, « Inquisitiones », no 81, p. 134.

75 Preuves généalogiques et historiques de la maison de Harcourt, réunies par Dom Lenoir, éd. Marquis de Harcourt, Paris, 1907, Preuves, no XXII, p. 17.

76 E. Blum, « De la patrimonialité des sergenteries fieffées dans l’ancienne Normandie », Revue générale de droit, 1926, p. 79-92.

77 J. Boussard, Le gouvernement, op. cit., p. 245.

78 Les cartulaires de la baronnie de Bricquebec, éd. L. Delisle, Saint-Lô, 1899, no 48, 38.

79 Par exemple, QN 467, 473.

80 QN 482.

81 Guillaume Le Breton décrit ainsi les sergents de la phalange du Soissonnais à la bataille de Bouvines, G. Duby, Le dimanche de Bouvines, réed. dans Féodalité, Paris, 1996 [1973], p. 847.

82 H. Chanteux, « Les vavassories normandes et le problème de leurs origines », AN, 1990, p. 301-317 ; H. Navel, « Recherches sur les institutions féodales en Normandie », BSAN, no 51, 1948-1951, p. 5-175.

83 Cité par H. Navel, « Recherches sur les institutions », op. cit., p. 108.

84 Cartulaire du Mont Saint Michel, BM Avranches, ms. 210, folo 132-133.

85 H. Navel, « Recherches sur les institutions », op. cit., p. 80.

86 ADC, H 7747, folo 83vo et 91vo.

87 Registres de Philippe Auguste, p. 267-276.

88 L’Angleterre compte une vingtaine d’earls entre 1150 et 1250, après qu’Henri II a supprimé ceux qui avaient obtenu illégalement le titre sous le règne d’Étienne (Devon, Hertford, Norfolk et Oxford), Robert de Torigny, p. 183.

89 Qui omnibus Normanniae primatibus et firmitatibus et redditibus et affinibus praestabat, Robert de Torigny, p. 142.

90 Chartes du prieuré de Longueville, no XVI.

91 Quatorze d’entre eux, dont les noms apparaissent à la fin de la liste, n’ont pas répondu à l’enquête.

92 D. Crouch, « Normans and Anglo-Normans: A Divided Aristocracy? », D. Bates, A. Curry (dir.), England and Normandy in the Middle Ages, Londres, 1994, p. 51-68, ici p. 54-57.

93 E. Zack Tabuteau, « The Role of Law in the Succession to Normandy and England, 1087 », HSJ, 3, 1991, p. 141-169, ici p. 151.

94 K. Thompson, « The Lords of Laigle: Ambition and Insecurity on the Borders of Normandy », ANS, 18, 1995, p. 177-199.

95 Voir D. Power, « Angevin Normandy », op. cit., p. 75-76.

96 R. Langlois dEstaintot, Recherches sur les sires et le duché d’Estouteville, Caen, 1861. EYC, IX, p. 41-55.

97 Wace, Roman de Rou, v. 8428. Pourtant, nous ne trouvons pas trace d’eux dans le Domesday Book. Voir K. S. B. Keats-Rohan, Domesday Descendants: A Prosopography of Persons Occurring in English Documents, 1066-1166, Woodbridge, 2002. D. C. Douglas ne les retient pas dans la liste des compagnons de Guillaume, « Companions of the Conqueror », History, 28, 1943, p. 129-147, ici p. 140.

98 Orderic Vital, VI, p. 84, p. 90.

99 C. W. David, Robert Curthose, Duke of Normandy, Cambridge, 1920, p. 55.

100 Orderic Vital, IV, p. 231, p. 338.

101 La bannière, qui évoque le pouvoir de ban, est une enseigne carrée ou rectangulaire généralement chargée d’armoiries tandis que le gonfanon est une enseigne à plusieurs queues généralement monochrome.

102 Wace, Roman de Rou, v. 3923-3926.

103 D. Crouch, The image of Aristocracy, op. cit., p. 183, note 12.

104 Vexillum […] quo duces Neustrie honoris sui investituram solebant percipere, Magna Vita Sancti Hugonis, éd. D. L. Douie et H. Farmer, Londres, 1962, II, p. 144.

105 Guillaume : dessin de A. Deville, Histoire du château et des sires de Tancarville, Rouen, 1834, p. 127 ; Robert : ADSM 9 H 29 ; Hugues : ADSM 53 HP 32.

106 ADSM, 9 H 136. Sur ce thème, P. Adam, « Les enseignes militaires du Moyen Âge et leur influence sur l’héraldique », Recueil du Ve Congrès international des sciences généalogiques et héraldiques, Stockholm, 1960, p. 170-174.

107 À propos de ce personnage, J. C. Holt, The Northerners: A Study of the Reign of King John, Oxford, 1992 [1961], p. 184-186.

108 Dans l’honneur de Breteuil, ils sont fieffés à Bois-Arnault, Rugles, Auvergny, Neaufles, Le Chable, La Haye Saint-Sylvestre et Val Oger (Eure, cant. Rugles), près de Corneuil et Champ Dominel (Eure, cant. Damville), au Chesne (Eure, cant. Breteuil) : ADE, H 438, H 535, G 165 fol. 2 ; A. Le Prévost, Notes et mémoires pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Évreux, I, p. 347-348. « Fiefs de Breteuil et Grandmesnil (1204) », Registres de Philippe Auguste, p. 277. En Angleterre, ils possèdent les manoirs de Brentingby, Evington, Humbertstone, Elmersthorpe, (Leicestershire), Clifton-on-Dunsmoor et Shrewley (Warwickshire), D. Crouch, The Beaumont Twins, op. cit., p. 109-110.

109 Cart. Bricquebec, no 59. Voir D. Angers, Le terrier de Philippe de Harcourt et de Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415), Caen, 2010.

110 L. C. Loyd, The Origins of Some Anglo-Norman Families, Leeds, 1951, pour les vassaux des Tosny, p. 18-19, p. 74, p. 103, pour ceux des Marmion : p. 64, p. 84.

111 Cart. Tréport, no XXVI.

112 Paroisse que semblent se partager les seigneurs Richard de Villy et Gosselin de Trenchefol.

113 Cart. Tréport, no XLVI, CLXXVI, CXV, CLXIII.

114 Sur ces lignages, A. Lemoine-Descourtieux, op. cit., p. 123-138.

115 Registres de Philippe Auguste, I, p. 280-281.

116 Ils obtiennent des domaines dans le Warwickshire, le Leicestershire : Great rolls of the pipe, XXIX (1908), p. 101, XLV (1930), p. 51, le Norfolk et le Suffolk : ibid. LII (1936), p. 138.

117 Cart. Tréport, no LXXXV ; Cart. Préaux, no B 113.

118 Hugues : (1200) Cartulaire de l’abbaye de Foucarmont, BM Rouen, Y 13, fol. 82vo ; Enguerand : (1226,1227) ADSM, 1 H 60, 1 H 23.

119 Great rolls of the Pipe, XXIX (1908), p. 6.

120 Chartes de l’abbaye de Jumièges, éd. J-J. Vernier, Rouen/Paris, 1916, I, no LXXI.

121 BN ms lat. 17048, p. 432.

122 Select charters, p. 164.

123 L’expression est de G. Duby, La société, op. cit., p. 343.

124 Cart. Tréport, no CXXXVIII.

125 D. Power, The Norman Frontier, op. cit., p. 271-272.

126 Ibid., p. 273-274; K. Thompson, Power and Border Lordship, op. cit., p. 176.

127 Le traité de Louviers mentionne ce point, Layettes, I, no 431.

128 À propos de cette révolte, D. Power, « King John and the Norman Aristocracy », King John: New Interpretations, éd. S. D. Church, Woodbridge, 1999, p. 131.

129 Chartes de Longueville, no XLVIII; no LIII.

130 Ch. Plummer, The Governance of Medieval England, 1885, K. B. Mc Farlane, « Bastard Feudalism », G. L. Harriss (dir.), England in the XVth Century, Londres, 1981, p. 23-43.

131 K. B. McFarlane, The Nobility of Later Medieval England: the Ford Lectures for 1953 and Related Studies, Oxford, 1973. Pour un bilan historiographique, voir M. Hicks, Bastard Feudalism, Harlow, 1995.

132 P. R. Coss, « Bastard Feudalism Revised », Past and Present, 125, 1989, p. 27-64. Voir les échanges de Coss, Carpenter et Crouch dans Past and Present, 131, 1991, p. 165-203. À compléter par D. Crouch, « From Stenton to Mc Farlane: models of Society of the XIIth and XIIIth Centuries », TRHS, 6e série, 5, 1995, p. 179-200; D. A. Carpenter, « The Second Century of English Feudalism », Past and Present, 168, 2000, p. 30-71; S. Waugh, « From tenure to Contract: lordship and Clientage in XIIIth Century England », EHR, 111, 1986, p. 811-839 et « Third Century of English Feudalism », Thirteenth Century England, VII, Woodbridge, 1997, p. 53-60.

133 Sur ce thème l’ouvrage de R.P. Saller, Personnal Patronage under the Early Roman Empire, Cambridge, 1982, a suscité de vifs débats dans les années 1980 et donné naissance à une synthèse : A. Wallace-Hadrill (dir.), Patronage in Ancient Society, Londres, 1989. Également, P. A. Brunt, The Fall of the Roman Republic, Oxford, 1988, p. 382-442.

134 J. F. A. Mason, « Barons and their Officials in the Later XIth Century », ANS, 13, 1990, p. 243-262, ici p. 245-246, p. 259. Galéran de Meulan par exemple, s’adresse à tous ses baillis, prévôts, bouteillers et autres officiers, Cart. Beaumont-le-Roger, no XVII.

135 D. Crouch, « The Administration of the Norman Earldom », Journal of Chester Archaeological Society, 71, 1991, p. 69-96, ici p. 73-94. De même, en 1230, le comte Guillaume de Warenne se déplace avec un entourage permanent de trente-cinq personnes auxquelles il faut ajouter au moins autant de proches sans office.

136 Cart. Coutances, no 76.

137 Il apparait auprès de Guillaume en 1183 ; il est l’un des seuls Français de son entourage permanent, D. Crouch, William Marshal, op. cit., p. 138.

138 Recueil des chartes concernant l’abbaye Saint-Victor-en-Caux, éd. Ch. Beaurepaire, Rouen-Paris, 1898, p. 413, p. 414.

139 HGM, v. 14384-14385.

140 Sur la querelle entre le roi Jean et Guillaume iii de Briouze, voir Roger de Wendover, II, p. 48-49 ou Guillaume le Breton, Philippide, VI, v. 480-492.

141 Qui molt esteient bon ami, HGM, v. 13598.

142 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, op. cit., p. 556.

143 HGM, v. 12619. Y. Carré, Le baiser sur la bouche au Moyen Âge. Rites, symboles, mentalités, XIe-XVe siècle, Paris, 1992.

144 Gesta regis Henrici, II, p. 7.

145 C. S. Jaeger, Ennobling Love. In search of a Lost Sensibility, Philadelphie, 1999, p. 7, 13, contre G. Duby, Guillaume le Maréchal, op. cit., p. 59 ; C. Marchello-Nizia, « Amour courtois, société masculine et figures du pouvoir », Annales ESC, 1981, p. 969-982.

146 Giraud de Barri, De principis Instructione, p. 176.

147 D’où le titre de l’ouvrage de C. S. Jaeger (Ennobling Love).

148 Divine pietatis intuitu, Cart. Préaux, no B 67 ; Amore Dei et intuitu pietatis, Cart. de la Luzerne, no XII, Cart. la Perrine, no VIII, etc.

149 Par exemple, ADSM, 8 H 66 (1204).

150 Pro remissione peccatorum et desiderio vite eterne, Cart. Mont-Morel, no IV (vers 1160) ; pro salute anime mee et antecessorum meorum, ibid., no LXXV (1221) ; ut libertatem veram et perpetue vite coronam consequi merear ab ipso qui solus ubique imperat, Cart. Tréport, no XXII (jlt 1153). Voir M. Mclaughlin, Consorting With Saints: Prayer for the Dead in Medieval France, Ithaca NY, 1994, en particulier p. 219-227.

151 E. Magnani, « Les médiévistes et le don. Avant et après la théorie maussienne », Annales ESC, 31, 2008, p. 525-544.

152 Ecclésiastique 3, 33 ; Daniel, 4, 24 et, pour le second point, Mathieu, 19, 21. Voir C. Harper-Bill, « The Piety of the Anglo-Norman Knightly Class », R. A. Brown (dir.), Proceedings of the Battle Conference, Woodbridge, 1980, p. 63-77.

153 ADSM, 17 H 1.

154 Cart. Tréport, no CXII.

155 La formule est de J. Delumeau, La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, Paris, 1978, p. 27.

156 Orderic Vital, IV, p. 238. Sur ce thème : K. Ueltschi, La Mesnie Hellequin en conte et en rime. Mémoire mythique et poétique de la recomposition, Paris, 2008.

157 Pierre de Blois, Dialogus, l. 202-206, p. 104.

158 De nombreux tympans, chapitaux, bas-relief figurent la pesée des âmes et les châtiments infernaux. On retrouve ces motifs à Sainte-Croix de Saint-Lô, par exemple ou à Notre-Dame de Montivilliers. D. Crouch, « The Culture of Death in the Anglo-Norman World », C. W. Hollister (dir.), Anglo-Norman Political Culture and the XIIth Century Renaissance, 1997, p. 158-169.

159 Le canon Utriusque sexus (1215), prescrit le recours au sacrement de réconciliation au moins une fois par an. P. Biller, « Confession in the Middle Ages. Introduction », P. Biller, A. J. Minnis (dir.), Handling Sin: Confession in the Middle Ages, York, 1998, p. 1-34; A. Murray, « Confession before 1215 », TRHS, 6e series, 3, 1993, p. 51-81.

160 J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Paris, 2011 [1980].

161 Henri de Huntingdon, « De Contemptu Mundi », Historia Anglorum, éd. T. Arnold, RS, 1879, p. 306-307.

162 Cart. Bayeux, no CCLXXIII.

163 ADSM, 17 HP 1.

164 J. Baschet, « Jugement de l’âme, jugement dernier : contradiction, complémentarité et chevauchement ? », Revue Mabillon, 6, 1995, p. 159-203.

165 Gautier Map, De Nugis curialium, IV, 7, trad. A. K. Bate, Contes pour gens de cour, Turnhout, 1993, p. 254.

166 J. Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, 1981, p. 133-207.

167 Gautier Map, De Nugis Curialium, II, 30, trad. Bate, p. 175-176. Voir G. Gicquel, « Clercs satiristes et renouveau spirituel à la cour Plantagenêt », Noblesses de l’espace Plantagenêt, op. cit., p. 87-88.

168 C. Morris, Discovery of the Individual 1050-1200, New York, 1972; J. F. Benton, « Consciousness of Self and Perceptions of Individuality », R. L. Benson, G. Constable (dir.), Renaissance and Renewal in the XIIth Century, Cambridge, 1982, p. 263-295.

169 CIFM 22, 258, p. 334 ; 159, p. 242-243. Sur ce thème : V. Debiais, « L’écrit et les morts dans la Normandie médiévale », Tabularia, déc. 2007, en particulier, p. 189-195.

170 Cartulaire des comtes d’Eu, BN ms lat. 13904, fol. 67 ro-vo.

171 À titre d’exemple : associatio : Cart. Jumièges, no CCXX, CCXVII; fraternitas: ibid. no CXLIX, CLXII, CCXVII; beneficium: ibid., no CXLVIII, CLXII, CCI.

172 Cart. Jumièges, no CCXVII

173 Cart. Préaux, A 108

174 Cart. Jumièges, no CCI.

175 ADSM, 8 H 9.

176 B. Golding, « Anglo-norman Knightly Burials », C. Harper-Bill, R. Harvey (dir.), The Ideals and Practice of Medieval Knighthood, Woodbridge, 1986, p. 35-48 ; également V. Gazeau, « Les abbayes bénédictines de la Normandie ducale : lieux de pouvoir ou relais du pouvoir ? », A.-M. Flambard-Héricher (dir.), Les lieux de pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen, 2006, p. 91-100.

177 « Statuta capitulorum generalium Ordinis Cisterciensis », éd. J. Canivez, Revue d’Histoire ecclésiastique, Louvain, 1933, règlement de 1134, I, p. 14.

178 Chronique des comtes d’Eu, RHF, XXIII, p. 440-441.

179 N. Wasylyszyn, « Abbaye Saint-Georges de Boscherville : bilan des fouilles », Haute-Normandie Archéologique, IV, 1994, p. 67-75.

180 Ch. De Miramon, Les « donnés » au Moyen Âge. Une forme de vie religieuse laïque (v. 1180-1500), Paris, 1999.

181 Robert de Torigny, I, p. 359.

182 Ibid., I, p. 322.

183 Cart. Tréport, no XLIX.

184 ADSM, 54 HP.

185 HGM, v. 18234-18240.

186 Cart. Tréport, no CX (vers 1211).

187 Chronique des comtes d’Eu, p. 440. Le dessin réalisé au XVIIe siècle par L. Boudan pour R. Gaignières qui figure deux chevaliers en haubert ne correspond pas à la dalle d’origine.

188 CIFM 22, no 182 (Évrard Grandin, 1283 ou 1286), no 183 (Richard Foubert, 1295), église de Préaux (Seine-Maritime).

189 Selon Guibert de Nogent la majorité des moines d’un couvent y sont entrés comme oblats, De vita sua sive monodiae, éd. et trad. E.-R. Labande, Paris, 1981, p. 134-139. Sur ce thème, voir Ch. De Miramon, Les « donnés », op. cit.

190 Cart. Préaux, A 94.

191 Chartes de Longueville., no XXXVI (avant 1189).

192 Grand cartulaire de Fontevraud, éd. G. Pon, J.-M. Bienvenu, R. Favreau, Poitiers, 2000, I, p. 257.

193 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, p. 428.

194 Monasticon Anglicanum, éd. W. Dugdale, Londres, 1830, t. IV, p. 144.

195 ADSM, 13 H 15, 83 ; A. Deville, Essai historique et descriptif sur l’église et l’abbaye Saint-Georgesde-Boscherville, Rouen, 1827, p. 73-76.

196 Orderic Vital, II, p. 10.

197 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny, éd. E. M. C. Van Houts, Oxford, 1992, I, p. 253.

198 V. Chandler, Lordship, Prestige and Piety Charitable Donations of the Anglo-norman Aristocracy, University of Virginia, Ph. D. inédite, 1979, en particulier, p. 108.

199 La fondation de la Valasse est aussi le résultat d’un vœu. Galéran, de retour de croisade, en 1149, se trouve pris, en mer, dans une tempête et promet de fonder une abbaye cistercienne s’il est épargné. Neustria Pia, p. 848.

200 P. Le Cacheux, « Le cartulaire de Guillaume Le Gros, prieur de La Bloutière », Mélanges, S.H.N., Rouen, 1925, p. 105-198.

201 D. Crouch, William Marshal, op. cit., p. 65-66.

202 M. Bayle, « L’architecture romane en Normandie », L’architecture normande, op. cit., I, p. 13-35.

203 Cart. Préaux, B86.

204 La formule est de D. Rouet, Cart. Préaux, p. XLVI. Pour cet acte du 28 mai 1203, voir MRSN, II, p. CCI.

205 M. Chibnall, « Ecclesiastical Patronage and the Growth of Feudal Estates at the Time of the Norman Conquest », AN, 8, 1958, p. 103-118.

206 G. Louise, La seigneurie de Bellême, op. cit., I, p. 276.

207 D. Crouch, The Beaumont Twins, op. cit., p. 108-109, 112. Charte de fondation, ADE, G 165, fol. 1-2.

208 B. Jouaux, « Les fossés-le-roi », Cahiers percherons, 58, 1978, p. 6-9.

209 S. Wood, English Monasteries and their Patrons in the XIIIth Century, Oxford, 1955, p. 7.

210 S. Mesmin, « Waleran, Count of Meulan, and the Leper Hospital of St-Gilles de Pont-Audemer », AN, 1982, p. 3-19.

211 Monasticon Anglicanum, VI, p. 1113.

212 Hôpital d’Alençon, BN ms. lat. nouv. acq. 1245, fol. 3 ro ; léproserie de Bois-Halbout, ADC, Abbaye du Val, non classé.

213 Gautier Map, De nugis curialium, I, 23, trad. Bate, p. 102.

214 Pour un tableau complet : M. Miguet, Templiers et hospitaliers en Normandie, Paris, 1995.

215 Cart de Préaux, B 8 et B 42.

216 Notamment un différend entre l’abbesse de Préaux et Jean, curé de Villy. Gallia Christiana, XI, 398, D, E.

217 Cart. Coutances, no 5, 31, 103, 106, 107, 109.

218 J. Pelzer, « Les évêques de l’Empire Plantagenêt et les rois angevins : un tour d’horizon », M. Aurell, N.-Y. Tonnerre (dir.), Plantagenêts et Capétiens : Confrontation et héritage, Turnhout, 2006, p. 461-484, ici p. 463-465.

219 Gallia Christiana, XI, col. 781 (Jourdain), col. 876 (Guillaume), col 287 (Mathilde). Pour d’autres exemples, voir V. Gazeau, Normannia monastica. Princes normands et abbés bénédictins, Caen, 2007.

220 BM Rouen, Cart. léproserie Saint Gilles de Pont-Audemer, ms 1232 (Y 200), fol. 27 v.

221 Sur cette identification probable reposant sur l’onomastique, voir V. Gazeau, Normannia monastica, I, p. 182.

222 P. Aladjidi, « Les espaces du don au Moyen Âge : l’exemple de la charité princière », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Paris, 2007, p. 349-356.

223 Voir par exemple, HGM, v. 7220-7232.

224 MRSN, I, p. 92, p. 96.

225 La prodigalité illimitée du prince cause quelques incidents avec ses créanciers, HGM, v. 5076-5087.

226 Richard Fitz Nigel, Dialogus, p. 109.

227 Cart. Tréport, no XXXII, p. 63. Gervais de Canterbury confirme les difficultés du moment : « Les conflits reprirent […] le comté d’Eu et le pays du Vexin furent complètement dévastés par des brigandages et des incendies », The Historical Works, p. 130.

228 Voir Cart. Conches, no 339 par ex. Vers 1140, restitution de l’église d’Hacqueville indûment usurpée, conformément à une sentence de l’archevêque de Rouen. La restitution est présentée comme une donation tout en mentionnant l’usurpation (quas clientes nostri […] injusta coactione capiebant).

229 Cart. Beaumont le Roger, un marc d’argent, no 14, 20 marcs d’argent, no 5, plusieurs livres no 63, 66, 67, un palefroi, no 19, 20. Les établissements religieux concèdent plus rarement des droits ou privilèges. Cart. Jumièges, no CXLIX.

230 Cart Préaux, B 70 (1183 ou 1184) ; ADSM, 3 H 8 (1209).

231 Au début du XIVe siècle, 40 % des églises du diocèse de Rouen ont encore pour patron un seigneur laïc, grand seigneur foncier ou sire de plus modeste envergure : les comtes d’Évreux (26 églises), les Harcourt (25), les Estouteville (16), les Thibouville (12), les Clerc, Villiers, Leone (9 chacun), les Basqueville (8), etc. Pouillés de la province de Rouen, éd A. Longnon, Paris, 1903.

232 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme, op. cit., p. 700.

233 Ainsi peut-on expliquer le faible nombre de ventes dans notre corpus documentaire.

234 M. Fauroux, Recueil des actes, no 188.

235 Cart. Beaumont-le-Roger, no V.

236 Cart. Bayeux, no CCCXI, CCCXII, CCCXIII. Dans « la dispute du croisé et du décroisé » (vers 1268) Rutebeuf évoque ces problèmes d’emprunts liés au vœu de croisade. Onze poèmes de Rutebeuf concernant la croisade, éd. J. Bastin, E. Faral, Paris, 1946.

237 AN, S 4997 B, 36e liasse.

238 AN, S 4998A, 47e liasse, cité par M. Miguet, Templiers et hospitaliers, p. 32.

239 A. Testart, Critique du don, Paris, 2007, p. 226-234 ; voir également É. Magnani (dir.), Don et sciences sociales, Dijon, 2007.

240 Richard Fitz Nigel, Dialogus, p. 109.

241 Dans le diocèse d’Évreux, par exemple, l’abbaye d’Ivry a une dette de 300 livres, celle de Conches, de 100 livres, celle de Saint-Sauveur de 600 livres, celle de Saint-Taurin de 200. Voir Regestrum visitationum archiepiscopi rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, 1248-1269, éd. Th. Bonnin, Rouen, 1852.

242 Cart de Préaux, B 111.

243 ADSM, 7 H, cité par L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole, op. cit., p. 208.

244 ADSM, 9 H 4, no 234.

245 L. Gallet, Les traités de pariage dans la France féodale, Paris, 1935.

246 ADSM, 8 H 8.

247 AN, S 5153 1re liasse, publié dans M. Miguet, Templiers et hospitaliers, p. 445.

248 Ce tableau tente une synthèse mais quelques incertitudes demeurent quant à la date précise de certaines fondations, notamment des commanderies. Pour compléter, voir annexe I.

249 G. Devailly, « Les patronats d’église en Normandie aux XIIIe et XIVe siècles », AN, 1990, p. 351.

250 L. Musset, « Aperçus sur la dîme ecclésiastique en Normandie au XIe siècle », CAN, 22, 1988, p. 47-64.

251 ADO, H 322.

252 ADO, H 294.

253 Cart. Tréport, no XLII.

254 R. Génestal, « Une modalité d’appropriation de la dîme par les seigneurs laïques », Annuaire de l’École des hautes études, Sciences religieuses, 1926-1927, p. 3-20. Pour le concile : Concilia Rothomagensis provinciae, I, p. 68.

255 ADSM, 8 H 22 (1 acte), 8 H 23 (5 actes), 8 H 24 (2 actes).

256 AN, Arch. de l’Emp., J 210, no 2.

257 ADSM, 19 H 1.

258 Cart. Tréport, no XIV.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Vassaux et arrière-vassaux du duc d’après l’enquête de 1172.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 22 – Sceau d’Hugues IV de Gournay (ADSM 53 HP 32).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 23 – Sceau de Richard le Maréchal (ADSM 9 H 136).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau 3 – Choix des ordres monastiques par les fondateurs laïcs (1000-1250)248.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49260/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site