Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans le secret des archives

 | 
Maïté Billoré
, 
Johan Picot

Activités et territoires urbains

Les villes d’Auvergne et le roi : Montferrand au XIIIe siècle

Johan Picot et Josiane Teyssot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Auvergne au Moyen Âge se situe à la limite des terres d’oïl et d’oc, entre les possessions plantagenêts et capétiennes. Cela explique que le roi de France s’intéresse dès le XIIe siècle à cette région très morcelée par la féodalité, mais stratégiquement très importante. En effet, aucun grand seigneur, laïc ou ecclésiastique, n’est parvenu à instaurer sa suprématie unique. Les rivalités permanentes entre l’évêque de Clermont et le comte favorisent l’immixtion du souverain dans les affaires locales.

Dans ce contexte compliqué et confus, les villes auvergnates renaissent et profitent au maximum de la situation pour se faire accepter et pour obtenir une certaine autonomie. Parmi elles, trois communes se distinguent plus particulièrement : Clermont la cité de l’évêque, Riom la capitale des princes capétiens, Montferrand la ville du comte.

Montferrand est la plus originale. Fondée seulement vers 1120 par Guillaume VI, elle s’insère entre ses deux rivales et les gêne considérablement. Cett...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540