Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Postface

Serge Berstein

Volltext

1Évoquer la carrière de Pierre Milza, c’est un peu, pour ce qui me concerne, feuilleter un album de famille, tant nos chemins se sont longtemps avérés parallèles, se sont souvent confondus, sans jamais susciter entre nous rivalités, conflits ou acrimonie. Non que l’amitié qui nous lie depuis tant de décennies résulte d’une forme de proximité de caractères, de goûts communs, d’opinions ou d’engagement. Nous sommes, à l’évidence, très différents à beaucoup d’égards, mais nous nous sommes toujours acceptés comme tels, jugeant que la confiance envers l’autre et la loyauté dans les rapports mutuels constituaient la base intangible de nos relations. Il me semblait nécessaire d’apporter ces précisions préalables pour justifier le fait que le regard que je porte sur la personne et l’œuvre de Pierre Milza ne saurait relever de l’objectivité distanciée de l’historien étudiant son objet comme un entomologiste. Je l’admets donc, je suis présent et concerné dans les lignes qui suivent.

2Si ma mémoire ne me trahit pas, mon plus lointain mais significatif souvenir de Pierre Milza se situe en 1955 (il y a six décennies !) dans la cour de la Sorbonne. Nous nous connaissions vaguement, ayant été l’un et l’autre élèves-maîtres à l’École normale d’instituteurs d’Auteuil, mais dans des sections différentes et à des moments différents, et exerçant pour l’heure les fonctions d’instituteurs de classes d’application dans les écoles annexes de l’École normale. Mais notre présence commune en ce lieu manifestait notre commune intention de poursuivre, parallèlement à l’exercice de notre profession, des études supérieures.

3Cette première conversation entre nous fut d’ailleurs sans lendemain immédiat. L’étape décisive se situe quatre ans plus tard, à la rentrée des classes en 1959. Pierre Milza, de retour du service militaire, se trouvait affecté à l’école d’application du boulevard Murat où j’exerçais depuis 1954, ayant entre-temps poursuivi mes études d’Histoire et commençant cette année-là à préparer le concours de l’agrégation. Le hasard (ou la destinée) avait fait que nous travaillions dans des classes parallèles, dans deux salles voisines communiquant par une porte intérieure. De là, date notre première collaboration qui devait durer une année durant laquelle s’établit une profonde complicité entre nous. Elle eut aussi pour conséquence le choix fait par Pierre Milza d’entreprendre des études d’Histoire, alors qu’il hésitait encore entre cette discipline ou des études d’Italien, voire d’Éducation physique. Décision dont la mise en application fut, à l’image du tempérament de Pierre Milza, vigoureuse, rapide et efficace puisque, quelques années plus tard, il était reçu premier à l’agrégation d’Histoire et affecté à un lycée parisien. Dès lors, s’ouvrait à lui une brillante carrière d’historien. Sous la direction de Jean-Baptiste Duroselle, il déposa un sujet de thèse portant sur l’histoire de l’Italie, réunissant ainsi ses compétences d’historien et son attirance pour l’Italie, terre de sa famille dans laquelle il entendait retrouver ses racines. Une nomination à Sciences-Po, intervenant très rapidement, devait enraciner sa carrière universitaire dans cet établissement où, jusqu’à sa retraite, il fut l’une des clés de voûte de la section d’Histoire.

4Ayant, entre-temps, accompli mon service militaire, puis exercé comme professeur d’Histoire dans divers lycées, avant d’être nommé assistant à l’université de Nanterre, je retrouvais Pierre Milza à la fin des années soixante et c’est véritablement à ce moment que débuta la collaboration étroite que nous avions envisagée une décennie plus tôt. Elle devait revêtir une double forme. D’une part, Pierre Milza, nanti d’une formation pédagogique et universitaire avait été sollicité par les Éditions Fernand Nathan de créer et diriger une collection de manuels d’Histoire de premier cycle et il me demanda de m’associer à cette aventure, à dire vrai passionnante et qui connut de beaux succès. Quelques années plus tard, ce furent les Éditions Hatier qui nous adressèrent la même demande, mais cette fois pour des manuels de second cycle. Dans les deux cas, réunissant une équipe d’amis possédant eux aussi une double formation pédagogique et universitaire, nous avons publié en commun une trentaine d’ouvrages scolaires du début des années 1970 à l’an 2000, dont subsiste aujourd’hui une Histoire du XX siècle, issue de la réécriture et de l’adaptation au premier cycle de l’enseignement supérieur de manuels de première et de classes terminales. D’autre part, nous avons écrit en commun, à partir de la même date, une série d’ouvrages issus de recherches ou de cours professés dans diverses institutions universitaires dont le premier fut, je crois, Le Fascisme italien, paru en 1970 aux Éditions Armand Colin et réédité depuis aux Éditions du Seuil sous le titre L’Italie fasciste. Mais, parallèlement à cette activité commune, Pierre Milza achevait sa thèse de doctorat publiée en 1982 par l’École française de Rome sous le titre Français et Italiens à la fin du XIXe siècle, devenant professeur à Sciences-Po, et développait une impressionnante œuvre historique tournant autour de trois thèmes, l’histoire de l’Italie, l’histoire du fascisme et des fascismes, l’histoire des relations internationales.

5C’est en 1985 que s’ajoute à ce travail d’écriture commun une communauté de travail d’enseignement et de recherche quasi-quotidienne. Raoul Girardet ayant fait valoir ses droits à la retraite, Pierre Milza et ses collègues de Sciences-Po, Jean-Noël Jeanneney, Jean-Pierre Azéma et Michel Winock m’invitent à me porter candidat à son poste. C’est le moment où le long combat entrepris par les historiens de Sciences-Po pour obtenir la création d’un Centre de recherches en Histoire aboutit avec la création du Centre d’Histoire de l’Europe au XXe siècle. Mon arrivée à Sciences-Po coïncide donc avec le début d’une tâche exaltante, aider Pierre Milza à construire, avec le faible effectif qui est le nôtre, un instrument efficace de recherche. Pierre Milza se concentre sur la gestion de ce Centre aux moyens fort modestes et me confie la responsabilité du DEA, de la formation doctorale et de la section d’Histoire. Pendant une quinzaine d’années, nous allons ainsi travailler en étroite symbiose à planifier l’enseignement de l’Histoire dans l’établissement, à y développer les activités de recherche, à y organiser des colloques, à y attirer doctorants et chercheurs, à nouer des liens avec des établissements universitaires en France et à l’étranger. Pour autant, Pierre Milza ne relâche pas une intense activité d’écriture qui se prolonge bien au-delà de son départ à la retraite, toujours fidèle à ses centres d’intérêt antérieurs, l’histoire de l’Italie (Histoire de l’Italie des origines à nos jours, Fayard, 2005), celle du fascisme (L’Europe en chemise noire-Les extrêmes-droites européennes de 1945 à nos jours, Fayard, 2002), mais il y ajoute une dimension nouvelle, celle de la biographie dont il devient un spécialiste à partir de sa monumentale biographie de Mussolini (Fayard, 1999), suivie d’un Verdi (Perrin, 2001), d’un Garibaldi (Fayard, 2012), mais aussi d’un Napoléon III (Perrin, 2004) et même d’un excellent mais inattendu Voltaire (Perrin, 2007).

6On l’aura compris. J’admire en Pierre Milza un des grands historiens de notre époque. Mais, au-delà, j’apprécie l’ami fidèle auquel me lient tant de souvenirs.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540