Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Troisième partie. Entre politique et culture

Robert Faurisson : genèse d’un idéologue

Valérie Igounet

Texte intégral

1Qui est Robert Faurisson ? Le portrait dressé par ses hagiographes laisse apparaître un homme banal. Un père de famille quelconque, sportif accompli, qui réside à Vichy. Un enseignant de littérature qui, un jour, découvre presque par hasard un sujet historique : celui du génocide des juifs. Un homme apolitique dont le parcours révélerait peu d’engagement si ce n’est une adhésion à un syndicat d’enseignement de gauche et quelques actions pouvant se revendiquer de cette obédience. Enfin, une personne qui aimerait par dessus tout une chose : la vérité.

2L’idéologue a construit sa vie comme il a élaboré son discours : sur le mensonge. Amorcé par le fasciste Maurice Bardèche en 1948, le négationnisme a connu son heure de gloire, en France, avec Robert Faurisson à la fin des années soixante-dix. L’affaire Faurisson n’est pas arrivée par hasard. Depuis des années, cet homme bruyant tentait de s’imposer dans l’espace public français avec cette image : celle d’un chercheur animé par le seul désir de faire entendre ses thèses « historiques ».

3Les années d’après-guerre sont essentielles dans le parcours du futur idéologue. Elles révèlent un engagement du côté de la droite extrême. Elles soulignent également le comportement d’un homme violent et irascible, voulant à n’importe quel prix accéder à une certaine notoriété. Robert Faurisson a toujours nié un quelconque positionnement politique... pouvant desservir sa cause. Pourtant, le parcours ne permet pas le doute : c’est celui d’un homme qui appartient à la famille politique de l’extrême droite. Le contexte historique des années de l’après-guerre agit sur la vie du jeune Robert Faurisson et sur sa future idéologie. Ses analyses participent directement à la construction de son discours, alors en gestation.

  • 1 Vidal-Naquet P., Mémoires, Paris, La Découverte, 1995, volume 1, La Brisure et l’Attente, p. 210.

4En 1945, Robert Faurisson dit se pencher sur la destinée des Allemands. Alors qu’il prétend être hostile à ce pays, il ressent le 8 mai 1945 comme une terrible humiliation. La suite des événements conduit le jeune homme, un peu plus, vers la détestation des Alliés. À la rentrée 1945, il entre au lycée Henri IV en première année de Lettres supérieures. Accompagné d’un camarade, il y livre ses premières provocations. Plusieurs témoignages montrent un étudiant tenant ouvertement des propos « hitlériens, qui le faisaient remarquer en ces temps peu éloignés de la Libération1 ». Il fait l’apologie de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie ; un discours alors marginal, tenu par une extrême droite discréditée. En 1948, année de sa sortie et malgré l’interdiction de vente, il se procure le Nuremberg ou la terre promise de Maurice Bardèche. Un des élèves du lycée parisien confirme la fascination de Robert Faurisson pour le théoricien du négationnisme. Il faisait partie du « petit groupe qui admirait le Nuremberg » rapporte-il.

  • 2 Faurisson R., En confidence. Entretien avec « L’Inconnue », 28 décembre 2007, p. 42.

5Robert Faurisson vit très mal la période de l’épuration. Parallèlement, il apprend ce qu’est le Procès de Nuremberg. Il se dit « révulsé » par la façon dont on traite les vaincus. Les leçons historiques liées à l’histoire des Alliés lui deviennent insupportables, surtout en France où « l’appareil judiciaire [...] se rue dans la servitude2 ». En 1949, il se rend au procès d’un ancien milicien. Cet épisode marque une étape supplémentaire dans la genèse de sa négation. Il est même fondamental puisqu’il déclenche véritablement son aversion pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, établie et écrite par les vainqueurs selon lui. Au début des années cinquante, Robert Faurisson perçoit cette histoire – telle qu'elle est dispensée – comme un endoctrinement :

  • 3 BrigneauFr., Mais qui est donc le professeur Faurisson ?, Paris, Publications FB, Les derniers cah (...)

« Je n’admettais plus de ne voir le mal que dans le camp des vaincus et le bien que dans celui des vainqueurs. Décidément, la justice de Nuremberg me soulevait le cœur. Encore aujourd’hui, elle me paraît le comble de l’abjection3. »

6En 1953, 1 entre au sanatorium des étudiants de France, à Saint-Hilaire-du-Touvet, dans l’Isère. De nouveau, il se fait remarquer dans cet établissement à plusieurs reprises par son comportement et ses provocations à l’égard de certains pensionnaires. On parle de lui comme d’un homme d’extrême droite. Robert Faurisson est nommé à Ambert, dans le Puy-de-Dôme, à la rentrée 1955. Cet enseignant n’est décidément pas comme les autres. Ce n’est pas par ses opinions politiques – qu’il n’affiche pas en cours – mais par son comportement qu’il se distingue. Dès ses débuts dans le métier, il est considéré comme un professeur original ; sa pédagogie tranche avec celle des autres enseignants ; son comportement aussi. Il quitte rapidement cette petite ville du Puy-de-Dôme après avoir agressé un de ses jeunes élèves (à l’extérieur de cet établissement) et s’être expliqué violemment avec le principal du collège.

7Après une année d’éloignement, il est nommé à Vichy, dans un lycée de jeunes filles, Les Célestins. Certes, l’enseignant agrégé y fait preuve d’un certain dynamisme auprès de ses élèves. Il est brillant, jusqu’au-boutiste, très exigeant, ce qui le rend fascinant aux yeux de certaines de ses élèves : c’est un professeur qui pousse son enseignement « à fond » ; un enseignant attentif aux élèves les plus douées mais ne s’intéressant pas vraiment aux jeunes filles les plus faibles. Surtout, un autre versant devient plus visible. Des témoignages accablants montrent quelqu’un d’élitiste, de méprisant et de raciste ; un homme très nerveux ayant des difficultés à se maîtriser ; un professeur qui terrorise ses élèves par sa sévérité, ses exigences multiples et son comportement parfois violent et suffisant ; un homme caractériel, autoritaire et arrogant, à l’esprit de domination, pouvant être sans pitié pour certaines jeunes filles. Robert Faurisson conseille alors la lecture de Mein Kampf à une de ses élèves.

8Il s’oppose également à certains enseignants et à la directrice des Célestins. Plusieurs fois, les autorités académiques lui demandent de changer d’établissement. Il faut savoir que cette période d’enseignement « agitée » correspond aux années 1956-1963. Elle comprend les années de guerre d’Algérie ; un moment où le négationniste et l’extrémiste se découvrent.

9Pendant les années soixante, la découverte de deux « mythes » structure un peu plus son discours. Le premier concerne justement sa vision de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Robert Faurisson entend parler d’un homme qu’il va vite considérer comme un historien. Il s’agit de l’ancien déporté Paul Rassinier, un des premiers négationnistes français, auteur du Mensonge d’Ulysse. Près de dix années après sa sortie (et donc tardivement), Robert Faurisson se met à lire cet ouvrage phare de la littérature négationniste. Il entre en contact avec Paul Rassinier. Les deux hommes se plaisent. Ils partagent la même interprétation du génocide des juifs. Robert Faurisson lui pose de nombreuses questions. Il se dit convaincu par l’attitude et les réponses de son interlocuteur. Mais leur relation reste au stade de la correspondance (1964-1967). Paul Rassinier meurt subitement en juillet 1967.

  • 4 « Keine Vergasung in Dachau » signifie « Pas de gazage à Dachau ».

10Robert Faurisson construit progressivement sa vision historique des années de guerre. S’il utilise ouvertement le discours de Paul Rassinier, il prétend aussi qu’une de ses lectures du journal allemand Die Zeit (19 août 1960) est fondatrice dans sa découverte. Il s’agit de l’article « Keine Vergasung in Dachau4 » de Martin Broszat, directeur de l’Institut d’Histoire de Munich, affirmant qu’il n’y avait pas eu de gazage ni à Dachau, ni dans certains camps. L’historien explique que la chambre à gaz de Dachau, inachevée à la libération du camp, n’a jamais été utilisée pendant la guerre à des fins exterminatrices. Robert Faurisson élargit ces propos à d’autres camps.

11La découverte du second mythe concerne un autre auteur et un tout autre domaine : Arthur Rimbaud et la poésie. Robert Faurisson pense avoir découvert dans les écrits de Rimbaud des « espaces insoupçonnés ». Pour lui, le Sonnet des Voyelles n’a qu’un sens : il est érotique. Au quatrième trimestre 1961, « A-t-on lu Rimbaud ? », signé RF, est publié dans la revue Bizarre de Jean-Jacques Pauvert. La presse s’interroge sur cet auteur atypique et ses interprétations plus ou moins appréciées. Une première affaire met en scène Robert Faurisson et l’oppose notamment à René Étiemble. Deux faits sont à retenir de cet épisode. Le premier est que ses analyses littéraires et historiques s’inscrivent dans une démarche similaire. Provocatrices et novatrices, elles tendent vers une unique interprétation. Elles montrent également leurs limites intellectuelles. Par sa proposition d’interprétation, Robert Faurisson veut être le premier à déconstruire le grand mensonge interprétatif sur Rimbaud, comme, plus tard, celui sur les chambres à gaz ; le Sonnet repose sur une « mystification ». Le littéraire veut, non seulement, avoir la primauté de la découverte, mais également il entend s’assurer qu’il est le seul à être venu à bout de cette « supercherie ». Le second fait est le talent de polémiste de Robert Faurisson... qu’il mettra, des années plus tard, au service d’une autre cause.

12Pendant cette période de résidence à Vichy, l’homme fait preuve d’un certain activisme politique. Il s’y fait remarquer pour la première fois en novembre 1958, lors d’une réunion électorale. Dans la salle des fêtes municipale, un candidat de l’UNR (Union pour la Nouvelle République, fondée un mois avant par les partisans du général de Gaulle) tient meeting en vue des élections législatives. Robert Faurisson intervient sur un ton provocateur. Le lendemain, le maire de Vichy et député sortant IPAS (Indépendants et Paysans d’Action Sociale) organise une réunion électorale. De nouveau, Robert Faurisson tente de déstabiliser l’homme politique en lui posant des questions « gênantes ». On se demande alors si cet activiste ne représente pas les partis d’extrême droite dans les réunions politiques locales.

13En pleine guerre d’Algérie, Robert Faurisson fréquente un cercle fortement lié à l’extrême droite française et aux milieux collaborationnistes. Certains de ses gestes témoignent également de son engagement. Le 23 avril 1960, il s’oppose à un commissaire de police de Vichy lorsque celui-ci décide d’enlever une plaque commémorative que l’Association pour la Défense de la mémoire du Maréchal Pétain – dont il fait partie – a apposée sur la porte de l’ancien cabinet de travail de l’Hôtel du Parc où résidait Philippe Pétain pendant la guerre. Plus tard, il fréquente les réunions du Front National pour l’Algérie Française (FNAF) et participe à la diffusion de la propagande de l’organisation d’extrême droite. On le voit distribuer des tracts pro-Algérie française devant le monument aux morts de Vichy.

14En mai 1961, Robert Faurisson proteste auprès du sous-préfet de Vichy contre la détention d’un ancien pétainiste et activiste local, emprisonné à Montluçon. Deux jours après cet appel téléphonique, le préfet de l’Ailier demande aux autorités compétentes de faire tous les « actes nécessaires pour constater les crimes et délits contre la Sûreté intérieure et extérieure de l’État ». Dans cette optique, Robert Faurisson fait l’objet en tant que membre du FNAF d’une perquisition à son domicile, le 25 mai, qui ne donne aucun résultat. L’homme est convoqué le jour même au commissariat. Il s’y présente pour être entendu par la police judiciaire de Clermont-Ferrand. Son interrogatoire doit porter sur sa participation aux réunions du FNAF et sur ses éventuelles relations avec des membres de l’Association des Combattants de l’Union Française (ACUF) et du Mouvement Populaire du 13 mai, proche de l’Organisation de l’Armée Secrète. Son audition ne passe pas inaperçue. À plusieurs reprises, Robert Faurisson insulte les policiers et déclenche un scandale. Plus tard, les autorités – étonnées par son attitude – apprendront que ce comportement est assez habituel chez lui. Violent, il provoque les hommes devant lui pour, entre autres, les détourner de l’interrogatoire. Lors de son audition, il reconnaît tout de même avoir assisté aux réunions du FNAF et avoir distribué des tracts « Algérie Française ». Après avoir été convoqué par le juge d’instruction près le tribunal de grande instance de Cusset en janvier 1962, Robert Faurisson doit s’y rendre, de nouveau, en mars. Et, si la première convocation s’est terminée par sa fuite, la seconde se conclut par un placement sous mandat de dépôt pendant dix-sept jours à la maison d’arrêt de Riom.

15Le prévenu sort le 17 mars. Il est mis en liberté provisoire. La presse, locale et nationale, revient sur ces faits. Deux mois après son emprisonnement, Robert Faurisson se retrouve devant le tribunal de grande instance de Cusset. Nous sommes le 11 mai 1962. C’est une audience publique. Il est cité à comparaître pour « outrages par gestes et par paroles à agent de la force publique à l’occasion de l’exercice de ses fonctions » et pour « outrages à magistrats de l’ordre administratif et agents dépositaires de la force publique dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions ». Pour l’outrage aux policiers, Robert Faurisson est condamné à 1 mois d’emprisonnement avec sursis et 500 francs d’amende. À l’issue de la seconde audience, il est condamné à 15 jours d’emprisonnement avec sursis. Cette peine est confondue avec la précédente.

  • 5 Note de renseignements no 2.268 V. 17 JE, 25 août 1961. Archives du ministère de l’Immigration, de (...)
  • 6 Fin 1957, il avait envoyé 20 francs au comité Audin (constitué à ce moment). Par ce geste, son nom (...)
  • 7 Entretien de Valérie Igounet avec Robert Faurisson, 9 avril 1996.

16À ce moment, Robert Faurisson apparaît clairement comme un homme d’extrême droite. Il a appartenu au Front National pour l’Algérie Française. Il est membre des associations pour la Défense de la mémoire du Maréchal Pétain (ADMP) et des Amis de Robert Brasillach. Il est abonné au journal Rivarol. Il a attiré l’attention des services de police à Vichy, à plusieurs reprises, qu’il s’agisse de faits relevant du droit commun ou d’activités politiques. Ceci, le plus souvent, « avec violence et passion5 ». Entre temps, Robert Faurisson a manifesté son antisémitisme. En 1960, il recevait une lettre de rappel du comité Maurice Audin pour le renouvellement de sa cotisation6. Il exige alors qu’on cesse de lui faire parvenir cette « ignoble littérature », précisant que si, jadis, il avait envoyé une petite somme d’argent, c’était par pitié pour Madame Audin. Dans sa réponse, il donnait ce conseil : « Cachez vos juifs, je comprends qu’un Vidal-Naquet vibrionne à plaisir dans cette malodorante affaire... ». Des années plus tard, Robert Faurisson tentera de justifier ses propos en mettant en avant les débordements d’un comportement juif. Pour lui, les juifs devraient être avant tout humbles et moins « voyants », alors que c’est exactement le contraire qui se produit. Il trouve que les juifs, d’une façon générale, ont « tendance à saisir toute occasion de se propulser sur l’avant-scène. Ils se font du tort à eux-mêmes et ils font du tort à la cause qu’ils prétendent défendre en agissant ainsi. Ils feraient mieux d’être discrets7 ».

17Robert Faurisson n’a plus guère le choix. Ses engagements politiques éclaboussent sa vie professionnelle, fortement entachée. Il doit s’éloigner de Vichy. Il demande une mutation. En septembre 1963, il effectue sa rentrée au lycée de garçons Biaise Pascal, à Clermont-Ferrand. De nouveau, il se démarque totalement des autres enseignants. Son comportement, sa pédagogie, ses rapports avec certains de ses élèves et ses engagements intellectuels et politiques confortent l’image d’un personnage ambivalent : intellectuel contestataire et séducteur ou encore un homme réputé d’extrême droite qui s’engage avec ses étudiants clermontois en mai 1968. Une construction consciente... la trajectoire de Robert Faurisson s’inscrivant dans ce double jeu.

18Avec cette personnalité, Robert Faurisson acquiert une certaine réputation à Vichy : celle du « grand prof » de ces années. Avec deux de ses amis, il est bien intégré au sein de la jeunesse vichyssoise. Beaucoup le trouvent « sympa », d’aucuns même fascinant. Au début des années soixante-dix, il décide de faire part à ce cercle de jeunes gens, engagés pour la plupart à gauche, de sa « découverte » historique. C’est comme s’il testait sa « révélation » à l’échelle locale. Devant lui, certaines personnes sont juives. Il le sait. Son discours est technique (« il est impossible de gazer des hommes dans de telles conditions ») et politique (« le génocide des juifs a été inventé pour justifier la création de l’État d’Israël »). Il se présente comme un homme apolitique dont les motivations ne sont en aucun cas animées par un quelconque antisémitisme. La réaction de son auditoire est mitigée : certains, choqués par de telles déclarations, décident de ne plus le voir. D’autres le fréquentent encore plusieurs années.

19Robert Faurisson est prêt. Il ne lui reste plus qu’à ébruiter ses idées. Pour cela, l’habit est essentiel. Il quitte l’enseignement secondaire pour le supérieur. Après un passage à Paris en tant que chargé de cours, il est nommé maître de conférences en Littérature française du XXe siècle à l’université Lyon II, en décembre 1973. Sa fonction va lui servir de tremplin pour ébruiter ses thèses. Elle ne suffit pas. Provocateur né, il élabore une stratégie pour se faire connaître. L’homme public, avide de scandales, va déclencher l’affaire qui portera son nom fin 1978 et sera à l’origine d’une idéologie transnationale : le négationnisme. Pendant une vingtaine d’années, Robert Faurisson s’applique à diffuser ses thèses, avec plus ou moins de réussite. Il s’entoure d’hommes de confiance qui l’assistent dans cette entreprise. Certains le trahissent ou le font chanceler. D’autres lui assurent une confiance aveugle.

20Le début du XXIe siècle marque l’heure de gloire de Robert Faurisson. L’idéologue s’investit de plus en plus en Iran où le négationnisme s’installe comme idéologie d’État. Dans cette optique, il participe fin 2006 dans le pays de Mahmoud Ahmadinejad à une « conférence sur l’holocauste ». En l’accueillant sur la scène du Zénith parisien un soir de décembre 2008, l’humoriste Dieudonné provoque un scandale et met au jour une nouvelle constellation autour de cet homme.

21Le 28 septembre 2011, c’est le « grand soir ». Un film, réalisé par un de ses nouveaux fidèles et mis en ligne sur le net, prétend brosser le portrait de Robert Faurisson. Son titre est d’une grande sobriété : Un homme. Cette succession d’images en forme d’hagiographie laisse place à l’histoire reconstruite du négationniste professionnel et n’entend dévoiler aucun fait se rapportant à son passé. Robert Faurisson est âgé de 83 ans. Il continue obstinément son chemin.

Notes

1 Vidal-Naquet P., Mémoires, Paris, La Découverte, 1995, volume 1, La Brisure et l’Attente, p. 210.

2 Faurisson R., En confidence. Entretien avec « L’Inconnue », 28 décembre 2007, p. 42.

3 BrigneauFr., Mais qui est donc le professeur Faurisson ?, Paris, Publications FB, Les derniers cahiers, 1992, p. 63.

4 « Keine Vergasung in Dachau » signifie « Pas de gazage à Dachau ».

5 Note de renseignements no 2.268 V. 17 JE, 25 août 1961. Archives du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire.

6 Fin 1957, il avait envoyé 20 francs au comité Audin (constitué à ce moment). Par ce geste, son nom figurait sur les listes du comité de soutien de Maurice Audin.

7 Entretien de Valérie Igounet avec Robert Faurisson, 9 avril 1996.

Auteur

Chercheuse associée à l’IHTP.
L’histoire d’une négation. Négationnisme et « révisionnisme » en France de l’après-guerre à nos jours - 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540