Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Troisième partie. Entre politique et culture

Religion nationale et usages du facteur confessionnel dans un système autoritaire fascisant : la Grèce du 4 août

Isabelle Dépret

Texte intégral

Introduction

1Le régime instauré en Grèce par Ioannis Metaxas, d’août 1936 à janvier 1941, témoigne de la radicalisation autoritaire de l’Europe des années 1930. Après 1974, le régime métaxiste a été répudié, comme antithèse parfaite de la République parlementaire, démocratique, à laquelle ce pays a choisi de s’identifier. Pour autant, le général Metaxas jouit d’une image bien plus ambivalente : rejeté comme dictateur, symbole du poids, longtemps réel, de l’armée dans la vie politique, l’homme du « 4 août » est respecté en tant qu’auteur du « Non » à l’ultimatum italien, le 28 octobre 1940, stratège brillant et héros de la campagne d’Albanie à l’automne 1940.

  • 1 Fleisher H., « Authoritarian Rule in Greece 1936-1941 and Its Heritage », in Borejsza J., Ziemer K (...)

2Pour la plupart des historiens, le régime métaxiste serait plus proche du système paternaliste et conservateur salazariste ou franquiste qu’à strictement parler du fascisme italien ou du nazisme. Selon la thèse établie, la Grèce du « 4 août » se distinguerait sur trois points clés de ces deux derniers régimes : Metaxas ne serait jamais parvenu à constituer un grand parti de masse ; ce régime aurait poursuivi une politique extérieure défensive, par opposition aux projets expansionnistes d’Hitler ou de Mussolini ; enfin, Metaxas n’aurait pas mis en œuvre de politique antisémite1.

  • 2 Linardatos S., O Iωάννης Mɛταξάς και οι Mɛγάλɛς Δυνάµɛις Athènes, Proskinio, 1993. Koliopoulos]., (...)

3Si nombre de travaux ont examiné la politique extérieure de ce gouvernement2, l’idéologie, l’iconographie du pouvoir, la personnalité de I. Metaxas ou encore l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), la question religieuse est restée assez peu défrichée. Cet article revient donc sur cet enjeu et s’interroge sur les possibles spécificités du régime métaxiste dans ce domaine.

Religion nationale et défiance à l’égard de l’altérité

Ioannis Metaxas, un militaire croyant

  • 3 Metaxas I., To πρoσωπικό τoυ ηµɛρoλόγιo volume 1, Athènes, Estia, 1951, p. 122, 527.

4Ioannis Metaxas, né en 1871 sur l’île d’Ithaque, est issu d’une famille de hauts fonctionnaires, famille au passé aristocratique3.

  • 4 Vatikiotis P, Popular Autocracy, op. cit., p. 25-28.
  • 5 Joakeim I., I. Metaxas. The Formative Years 1871-1922, Mannheim, Bibliopolis, 2000, p. 16-18.

5Après des études brillantes à l’Académie d’Evelpides – principale académie militaire de Grèce –, il entre en 1897 au ministère de la Guerre. Il participe à la guerre gréco-ottomane de 1897, expédition durant laquelle il noue des liens avec le futur roi Konstantin4. Cette période cristallise son mépris du monde parlementaire5.

6De 1899 à 1903, ses études à l’Académie militaire de Berlin renforcent une admiration pour la culture et la discipline allemandes. Au cours de la Première Guerre mondiale, I. Metaxas refuse la participation du pays à la campagne des Dardanelles, s’opposant au Premier ministre Vénizélos. De même que le roi Konstantin, il défend une position de neutralité et d’union passive avec l’Allemagne, qu’il juge puissante.

  • 6 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., tome 2, p. 392-410.

7Il refuse également de s’associer à l’expédition anatolienne, convaincu du manque de moyens et de préparation de l’armée hellénique. Il s’oppose là encore vivement à E. Vénizélos, chef du parti libéral6 : celui-ci incarne alors les liens avec l’Entente, mais aussi le républicanisme, la modernisation économique, l’expansionnnisme territorial. Les royalistes représentent, par contraste, une posture plutôt pro-allemande, une démocratie couronnée, un système économique plus traditionnel, le recentrage sur un État modeste. En 1920, I. Metaxas démissionne de l’armée et, après le désastre militaire du pays face à la Turquie (Traité de Lausanne, 1923), s’engage en politique.

  • 7 Metaxas I., op. cit., volume 2, p. 507-510. Joakeim I., I. Metaxas, op. cit., p. 350-352.
  • 8 Hering G., Tα πoλιτικά κόµµατα στην Eλλάδα 1821-1936, volume 2, Athènes, MIET, 2006, p. 1110-1111.
  • 9 Metaxas I., Allocution au Rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγoι..., Athènes, Ikaros, 1 (...)
  • 10 Koliopoulos I., in Iστoρία τoυ Eλληνικόυ’Eθνoυς, tome 15, Athènes, 1978, p. 379-380. Dafnis G., H (...)

8Il crée en 1921 le Parti des Libre-Penseurs. La formation se présente comme une « troisième voie », face aux partis vénizéliste et royaliste, qui dominent alors la vie politique. Il propose de faire table rase d’un passé estimé honteux, d’impulser une « renaissance » du pays7. De 1923 à 1935, aigri par de faibles succès électoraux8, I. Metaxas prône une restauration monarchique. Le retour du roi Georges II sur le trône joue en sa faveur : le 13 avril 1936, le roi lui propose le poste de Premier ministre. Le 4 août 1936, l’instabilité sociale9 lui permet, avec l’appui du roi, d’établir une dictature10.

  • 11 Nέα πoλιτική (avril 1937), p. 387-403 ; Nέα πoλιτική (septembre 1938), p. 858-860.

9Le régime du 4 août s’appuiera sur un idéal mobilisateur : celui d’une Troisième civilisation hellénique, reformulation, dans une logique de cohésion interne, de l’ancien projet irrédentiste de la « Grande Idée ». Cette nouvelle « civilisation » suivrait deux étapes majeures du développement national : d’abord, la Grèce ancienne classique – plus particulièrement, Sparte, réputée guerrière et disciplinée ; ensuite, Byzance, marquée par le christianisme orthodoxe11.

  • 12 Néov Kράτoς (mars 1938), p. 259-266. Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 4-5. Nɛoλαία, numéro 2, novembr (...)
  • 13 Nɛoλαία (28 janvier 1939), p. 536.
  • 14 Nέα πoλιτική (2 février 1939), p. 161-163.
  • 15 Metaxas I., Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 305-311.
  • 16 Nɛoλαία (12 novembre 1938), p. 165-166.
  • 17 Metaxas I., Allocution à Kalamas, 24 avril 1939, Aôyoι..., op. cit., tome 2, p. 66.
  • 18 Metaxas I., Discours du 7 novembre 1936, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 101-102.

10Le régime, qui organise un « culte du chef » (Aρχηγός)12, exalte la patrie13, la communauté biologique14, l’unité sociale15, la jeunesse, la famille16, la religion, le soldat, les vertus viriles. Monarchiste17, il condamne le système partisan18.

  • 19 Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 17-18, p. 22-24 ; Nɛoλαία (24 février 1940), p. 652.
  • 20 Nɛoλαία (10 décembre 1938), p. 1. Numéro spécial H κατάντηµα τoυ µπoλσɛβισµoύ, Athènes, éditions d (...)
  • 21 Metaxas I., 11 janvier 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 155-158.
  • 22 Metaxas I., Discours devant l’Union des travailleurs du Pirée, 1er mai 1938, Aôyoι..., op. cit., t (...)
  • 23 Metaxas I., 1er juillet 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 211.
  • 24 Metaxas I., 29 août 1936, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 20-26.
  • 25 Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 2, p. 14-15. Le numéro du 10 décembre 1938 s’ouvre sur la photograph (...)
  • 26 « Φασίστɛς τoυ Mɛταξά ή πρoτωπόρoι της ανακύκλωσης και της oικoλoγίας στην Eλλάδα », site Avτɛπίθɛ (...)

11Au plan familial, le régime propose un modèle patriarcal19. Fondamentalement anti-communiste20, il se pose néanmoins comme État populaire, social, hostile au règne de l’argent21 : un État au service des ouvriers, des agriculteurs, des travailleurs22. Le « chef » ne se présente-t-il pas comme « premier ouvrier » ou « premier paysan » du pays23 ? Le s’inspire du modèle corporatiste, paternaliste, qui confère à l’État un rôle dans la vie économique, sans mettre en question le système en vigueur24. L’iconographie, les discours exaltent la vie agricole, les liens à la nature25, si bien que Metaxas est aujourd’hui tenu par certains comme un précurseur de l’écologie en Grèce26.

  • 27 Notamment, les revues Nέα πoλιτική, Nɛόν Kράτoς ou Nɛoλαία Mantzoufas G., « Iδɛoλoγία Kat κατɛυθήσ (...)

12Ces éléments apparaissent dans la presse, les discours, photographies et affiches diffusés par le pouvoir27. Ainsi, selon I. Metaxas :

  • 28 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 2, p. 553.

« La Grèce depuis le 4 août est devenue un État anticommuniste, un État antiparlementaire, un État totalitaire. Un État fondé sur le monde agricole et ouvrier et par conséquent un État hostile au règne de l’argent28. »

  • 29 Metaxas I., Ibid, volume 1, p. 395, volume 2, p. 35, p. 39.

13Publié au début des années 1950, son journal le fait apparaître comme un homme croyant, attaché aux traditions religieuses29.

Le christianisme grec orthodoxe, pilier du régime du 4 août

  • 30 Metaxas I., Discours au monastère de Vella, 14 juin 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 203-204. (...)

14La religion est donc érigée en facteur de régénération spirituelle du pays30. Dans une allocution adressée aux enseignants le 28 octobre 1936, le chef du gouvernement précise :

  • 31 Metaxas I., Discours à l’Université de Salonique, 28 octobre 1936, in Λόγoι..., op. cit., tome 1, (...)

« Ce que je souhaite de vous, c’est que (ces jeunes) croient en la puissance supérieure de Dieu et qu’ils s’y soumettent. Je veux qu’ils vivent comme des chrétiens. Vous ne pouvez pas, vous, enseignants grecs, qui travaillez dans les écoles du primaire et du secondaire, rester neutres ou indifférents à l’égard de la religion [...]. Ceci serait clairement une tentative de rendre ces élèves athées31. »

  • 32 Depret I., Eglise orthodoxe et histoire en Grèce contemporaine, Paris, l’Harmattan, 2009, p. 38-46 (...)
  • 33 Metaxas I., Discours au rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγoι..., op. cit., p. 45-50.

15Église dominante depuis la naissance de l’État en 183032, l’Église orthodoxe de Grèce doit, selon I. Metaxas, jouer un rôle accru : il s’agit de « revaloriser » le clergé, « d’ancrer plus solidement le sentiment religieux qui a sauvegardé l’hellénisme durant de longs siècles33 ».

  • 34 Eκκλησία 37 (19 septembre 1936), p. 292.
  • 35 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389. Stragkas T., Eκκλησία της Eλλάδoς Іστορία ɛκ πηγών αψɛ (...)
  • 36 Loi de nécessité AN 1368/1938. Tzortzatos B., Oι βασικoί θɛσιµoί διoικήσɛως της Oρθόδoξoς Eκκλησία (...)

16Le régime fonde la Mission intérieure (Apostoliki Diakonid) de l’Église orthodoxe de Grèce34 : ce nouvel organisme vise à renforcer les « vertus spirituelles » de la population, combattre le communisme et les « hérésies35 ». Sous I. Metaxas, l’Église se voit reconnaître la propriété de terres acquises durant la période ottomane. L’État, qui prend en charge le salaire du clergé orthodoxe, subventionne les organisations de jeunesse chrétienne, interdit le prosélytisme non orthodoxe et renforce l’application de la loi sur le repos le dimanche36.

  • 37 Eκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266.
  • 38 Encyclique « Πɛρί απoνoµής τιµής πρoς τoν Bασιλέα, πɛιθαρχίας ɛις τας νόµιµoυς ɛκπρoσώπoυς ɛξoυσία (...)

17Le Synode de l’Église de Grèce – après avoir jugé très positif le projet du régime de revaloriser les idéaux orthodoxes, de combattre le communisme37 – appelle le peuple grec et le clergé à « honorer le roi et à obéir aux pouvoirs légitimes, afin de préserver la paix sociale38 ». Cette encyclique du 19 décembre 1936 vise-t-elle alors à apaiser un front de résistance ?

  • 39 Paparrigopoulos K., H Іστορία του Eλληνικoύ’Eθνoυς, Athènes, Eleftheroudaki, 1925. Koubourlis I., (...)

18En fait, ce type de rapports entre religieux et politique ne représente pas véritablement une rupture au regard des expériences politiques précédentes39.

  • 40 Nɛoλαία (5 août 1939), p. 1392-1395. Nɛoλαία (25 novembre 1939), p. 226.
  • 41 A.N. « IlEpî συστάσɛως Eθνικής Oργανώσɛως της Nɛoλαίας », Journal du Gouvernement A, no 499 (10 no (...)

19De même que B. Mussolini ou A. Hitler, I. Metaxas a fortement misé sur la jeunesse40 pour consolider sa propre autorité. En novembre 1936, le « Chef » crée l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON), conçue comme une « aristocratie politique nationale41 ».

  • 42 NsoXaîa (6 mai 1939), p. 933-934 ; Kangalidou Z„ Eκπαίδɛυση και πoλιτική, Salonique, Kyriakidis, 1 (...)
  • 43 Markessinis A., http://metaxas-project.com/κωνσταντινoς-κωστας-κoτζιας/

20Les jeunes – garçons et filles – de l’EON portent l’uniforme et s’organisent en pionniers (de 7 à 13 ans), en phalangistes (de 14 à 25 ans)42. Des milices de travail sont également établies à Athènes en 1937 sous l’impulsion du ministre de la Capitale Konstantinos Kotzias43, admirateur de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie.

  • 44 EON Charte de l’, in Petridis P., EON., op. cit., p. 33.
  • 45 Nɛoλαία (8 avril 1939).
  • 46 Ibid., p. 10-11. Metaxas I, Discours à l’Université de Salonique, 28 octobre 1936, Aôyoι..., op. c (...)

21L’adhésion à l’Organisation nationale de la Jeunesse (EON) est ouverte « à tous les citoyens chrétiens de nationalité grecque, quel que soit leur sexe, de 7 à 25 ans44 ». I. Metaxas sollicitera des écoles, des enseignants, des associations chrétiennes qu’ils participent activement au recrutement au sein de l’Organisation. À la fin des années 1930, les publications de l’EON45 sont utilisées comme matériel pédagogique dans les écoles publiques46.

L’altérité, une menace pour la nation ?

  • 47 Ta ιδɛώδη της φυλής ως γνώµων της Eλληνικής ζωής Athènes, éditions de l’EON, 1939.
  • 48 Metaxas I., 13 juin 1937, Aôyoι..., op. cit., volume 1, p. 197-198.
  • 49 Mandzoufas G., « Iδɛoλoγία και κατɛυθήσɛις τoυ νέoυ Kράτoυς », Néov Kράτoς 16 (décembre 1938), p.  (...)
  • 50 Ibid, p. 7.

22La « Troisième civilisation hellénique » semble a priori exclure les non-chrétiens de la « race » ou de la nation grecques47. Cette représentation de la communauté nationale, là encore, ne constitue pas une nouveauté. Lorsqu’il s’adresse aux membres de l’EON, I. Metaxas leur demande d’agir « avec la foi, en tant que chrétiens48 ». Dans son ouvrage Idéologie et orientation de l’État nouveau, l’un des idéologues du régime, Giorgos Mandzoufas, considère la nation comme une « union religieuse [...], un corps de personnes liées par des coutumes [...], des origines raciales, la langue, des intérêts49 ». L’auteur semble pourtant admettre la possibilité de « devenir Grec50 ».

  • 51 Nɛoλαία (25 février 1939), p. 649-650.
  • 52 Mavrogordatos G., Stillborn Republic, Berkeley, California University Press, 1983, p. 227. La Grèc (...)
  • 53 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 3, p. 370.
  • 54 Loi de nécessité A.N.376/1936, ΦEK 546. Metaxas I., Discours du 7 octobre 1936 à Komotini, in Aôyo (...)

23La promotion de l’unité nationale porte le régime du 4 août à envisager toute dissidence – politique mais aussi culturelle – comme un facteur de vulnérabilité51. Le pays compte alors des communautés musulmanes albanophones en Épire et en Macédoine, des communautés musulmanes turcophones et slavophones en Thrace occidentale, des juifs52. Ce regard négatif sur l’altérité – renforcé par des considérations de politique extérieure53 – transparaît dans le contrôle militaire renforcé des zones limitrophes du Nord du pays54.

  • 55 Michailidis I., in Gounaris V. et allii (dir.), Tαντότητɛς στη Mακɛδoνία, Athènes, Papazisis, 1997 (...)
  • 56 Archives Metaxas, GAK Athènes, dossier 36 « Πɛρί σλαβoφώνων Δυτικής Mακɛδoνίας », 5 mai 1936-26 av (...)

24Cette attitude a spécialement visé les slavophones de Macédoine (près de 200 000 personnes, essentiellement chrétiennes orthodoxes)55 et de Thrace (chrétiens et musulmans). Le fonds Metaxas des archives de l’État témoigne d’un souci de réduire drastiquement la bulgarophonie en Macédoine : cette préoccupation s’insère dans une politique d’assimilation d’autant mieux assumée qu'elle concerne des populations orthodoxes56.

Contrôle et usages du facteur religieux

Valorisation ou subordination des institutions chrétiennes du pays ?

  • 57 Tsitselikis K. (dir.), H ɛλληνoτoυρκική ανταλλαγή πληθυσµών, Athènes, KEMO-Kritiki, 2006.
  • 58 Zωή 1048 (5 juillet 1932), p. 212.

25L’entre-deux-guerres s’ouvre en Grèce par la défaite militaire en Anatolie : dans la foulée, un million et demi de chrétiens affluent sur le territoire, tandis que plus de 800 000 musulmans partent vers la Turquie57. La deuxième République grecque, de 1924 à 1935, est marquée par le développement d’associations chrétiennes, confréries de théologiens laïcs. Ces groupes, proches de l’Église orthodoxe, échappent partiellement au contrôle du Synode58. Ces associations s’inscrivent après 1920 dans un projet de « réévangélisation » de la société, mais aussi d’endiguement communisme naissant.

  • 59 Eκκλησία 50 (10 décembre 1932), p. 429-431, Eκκλησία 51 (24 décembre 1932), p. 434.
  • 60 Galanos M., « Kράτoς αληθινά ɛλληνικόν και αληθινά χριστιανικόν », Aνάπλαση 17 (5 octobre 1936), p (...)
  • 61 Aνάπλαση 17 (20 juillet 1936), p. 192-193.
  • 62 Tsironis T., Eκκλησία πoλιτɛυόµɛνη 1913-1941, Athènes, Epikentro, 2010, p. 340, p. 342.
  • 63 Art. cit., Aνάπλαση 17 (20 juillet 1936), p. 192-193. Galanos M., art. cit., Aνάπλαση 17 (5 octobr (...)

26Au cours des années 1930, la création d’un parti politique chrétien semble sur le point d’aboutir. Le projet est considéré avec bienveillance par la plupart des évêques orthodoxes59. La formation – baptisée Front chrétien national-social60 – vise une « re-christianisation de la vie publique et des institutions étatiques » : élévation du « niveau spirituel, moral et politique du Parlement hellénique », soutien à la monarchie, promotion d’un interventionnisme étatique pour renforcer la justice sociale, rejet de la lutte des classes, respect de la propriété privée et de la richesse, mise en valeur de la dimension théologique de la liberté. Le parti se prononce également pour une pleine indépendance de l’Église dans son administration interne, tout en prônant le maintien d’une rémunération par l’État du clergé orthodoxe61 : cette position rejoint celle de la direction de l’Église de Grèce62. Le parti prône également une « tolérance » à l’égard des minorités ethniques et religieuses63.

  • 64 Tsironis T., Eκκλησία…, op. cit., p. 344-346.

27Or, I. Metaxas – qui a interdit syndicats et partis politiques – bloquera la formation de ce parti, pourtant proche des idéaux du régime64.

  • 65 Metaxas I., Kαθηµɛρινή 5342 (11 décembre 1936), p. 1-2.

28Un axe fort de coopération semble a priori lier le gouvernement Metaxas, le Palais et l’Église autour de la formation des jeunes chrétiens65 : des évêques orthodoxes ainsi que des membres de la famille royale n’assistent-ils pas régulièrement aux défilés de l’EON ?

  • 66 Houmourzios S., A Biography of King Paul of the Hellenes, Londres, Weidenfield et Nicolson, 1972, (...)
  • 67 Loi AN 1798/1939 reprise dans Petridis P., EON. H φασιστική..., op. cit., p. 271-272. Metaxas I., (...)
  • 68 Metaxas I., Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 97-99.

29Or, I. Metaxas a cherché à prendre un contrôle ferme sur la jeunesse. Ainsi, en 1938, les anciennes organisations de jeunesse (dont les scouts)66 sont dissoutes et fusionnent avec l’EON, directement dévouée au « Chef67 ». La préoccupation de I. Metaxas pour l’enjeu éducatif s’est traduite par un interventionnisme accusé dans ce domaine et une pression sur le personnel enseignant du pays68.

  • 69 Metaxas I., 29 novembre 1938, Aôyoι..., op. cit., volume 1, p. 425-426.
  • 70 Metaxas I., Λόγoι..., op. cit., volume 1, p. 426.

30En novembre 1938, le choix du chef du Gouvernement de reprendre personnellement le portefeuille de l’Éducation69 refléterait également le souci d’une mainmise sur l’Église de Grèce70.

  • 71 Tsironis T., Eκκλησία..., op. cit., p. 350, p. 354.
  • 72 Eκκλησία 40 (3 octobre 1931), p. 316. Stragkast., Eκκλησία της Eλληάδoς..., op. cit., volume 2, p. (...)
  • 73 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 2, p. 312-315.

31Après avoir rappelé à l’ordre le métropolite de Kozanis – qui a eu le tort d’évoquer un possible clivage entre Nord et Sud du pays71 –, I. Metaxas intervient dans l’élection du nouvel archevêque d’Athènes. Après la mort de Chrysostomos, le Synode a en effet élu l’évêque de Corinthe Damaskinos, évêque dynamique et fin politique. Positivement impressionné par l’Italie fasciste72, cet homme d’Église est néanmoins suspecté de sympathies vénizélistes73.

  • 74 Loi 1493/1938, cité dans Angelopoulos A., Iστoρία των Δoιηκήσɛως και ζωής της Eκκλησίας της Eλληάδ (...)
  • 75 Tsironis T., Eκκλησία..., op. cit., p. 369-380. Dépret I., Église orthodoxe, op. cit., p. 93-99.

32I. Metaxas fera invalider son élection74 et prévaloir Chrysanthos Philippidis, métropolite de Trébizonde. Cet évêque prestigieux est alors connu pour ses convictions monarchistes75. I. Metaxas a donc autant visé une Église revalorisée qu’une Église obéissante.

Ingéniérie sociale, gestion des minorités et tolérance religieuse

  • 76 Par exemple, Metaxas I., Nɛoλαία (15 avril 1939), p. 878. Metaxas I., 13 juin 1938, Λόγoι..., op. (...)

33Dans plusieurs de ses allocutions, I. Metaxas met en avant les valeurs de solidarité, d’entraide, de partage et de respect de l’autre76. Dans un discours prononcé au Congrès de l’Organisation nationale de la Jeunesse le 5 janvier 1939, il précise :

  • 77 Ce passage est également publié dans la revue Nɛoλαία, 14 janvier 1939, p. 461. Je souhaiterais re (...)
  • 78 Metaxas I., « Λόγoς κατά τo A’Συνέδριo της EON », 3 janvier 1939, Λόγoι..., volume 2, 1939, op. ci (...)

« Nous voulons dire que notre Organisation est chrétienne et qu'elle représente en premier lieu le dogme orthodoxe. Sur ce point, je pense qu’il n’y a rien à discuter, si ce n’est la nécessité d’éviter avec soin [...] tout acte susceptible de blesser les convictions religieuses des ressortissants de ce pays qui ne sont pas chrétiens. À cet égard, je voudrais vous dire que les membres de la Jeunesse qui porteraient atteinte aux convictions religieuses d’autrui, je ne les considérerais plus comme membres de l’EON77. Le respect des croyances des non-chrétiens doit être absolu. Et cela s’entend [...] si des parents non-chrétiens veulent de toute leur âme que leurs enfants entrent dans l’organisation, en pleine conscience qu’il s’agit évidemment d’une organisation purement chrétienne et si leurs enfants le souhaitent également, et bien il nous faut examiner avec bienveillance leur souhait [...] ceci en traitant chaque demande au cas par cas [...]. Pour le reste, l’EON devra être exemplaire pour son amour et sa soumission à notre Église, de même qu'elle devra participer aux cérémonies religieuses afin de montrer [...] son respect absolu à l’égard de la religion [...]. Notre Église a toujours été pour nous une assistante enthousiaste. Mais c’est aussi le cas des établissements éducatifs de l’Église catholique (...qui) ont fait preuve d’un grand empressement pour aider le développement de l’Organisation et exhorter les enfants (catholiques) à s’y intégrer78. »

  • 79 Lagos K., The Metaxas Dictatorship and the Greek Jewry, thèse de doctorat, Oxford University, 2005 (...)
  • 80 Ibid., p. 83-84.

34Ce texte indique qu’à la fin des années 1930, l’EON inclut non seulement des chrétiens orthodoxes, mais aussi, en plus faible nombre certes, des chrétiens d’autres dogmes, notamment des catholiques romains. Ce document suggère par ailleurs que l’adhésion de non-chrétiens était jugée possible, du moins pour I. Metaxas : à condition que le jeune et ses parents acceptent le caractère « purement chrétien » de l’organisation. Sans même prendre en considération les pratiques – et notamment les possibles refus de la part des responsables locaux de l’EON79 – ces restrictions et la nature clairement confessionnelle de cette structure ont probablement découragé nombre de parents non-chrétiens. Si des cas d’intégration de musulmans n’ont pas été jusqu’ici mis au jour, en revanche, des jeunes juifs auraient été intégrés dans l’EON80.

  • 81 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389.

35En insistant sur ce message de respect absolu de l’altérité religieuse, il faut aussi s’interroger sur la signification, l’ampleur, les conséquences d’une telle attitude. Dans un contexte de radicalisation xénophobe, de tensions interconfessionnelles, ce discours a-t-il représenté un axe constructif ? Ou bien n’a-t-il constitué qu’un rappel à l’ordre, derrière lequel transparaît, en creux, un climat diffus d’intolérance81 ?

  • 82 Friedlânder S., L’Allemagne nazie et les juifs 1933-1939, Paris, Le Seuil, 2008.
  • 83 Matard-Bonucci A.-M., L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.
  • 84 Pierron B., Juifs et chrétiens de la Grèce moderne, Paris, L’Harmattan, 1996. Brustein W., Roots o (...)

36Contrairement à l’Allemagne nazie82 ou à l’Italie mussolinienne83, la Grèce métaxiste n’aurait pas adopté de véritable législation antisémite. Comme le montre Bernard Pierron, les rapports entre juifs et chrétiens en Grèce ont été complexes depuis 1821. Si la législation du pays a souvent été libérale, si des intellectuels ont promu l’intégration entière des non-chrétiens dans l’État, la présence d’un antisémitisme répandu est attestée depuis les révoltes de 182184.

  • 85 Kallis A., « The Jewish Community of Salonica Under Siege. The Antisemitic Violence of the Summer (...)
  • 86 Kallis A., « The Jewish Community », art. cit., p. 34-56.

37Ces sentiments semblent se conforter dans l’entre-deux-guerres, portés par l’afflux de réfugiés chrétiens, par la dépression économique et l’essor des discours de haine en Europe. Ainsi, au début des années 1930, les frictions se multiplient dans le Nord du pays entre citoyens juifs et anciens réfugiés orthodoxes d’Anatolie. Une grande partie de ces derniers est pauvre et se heurte au mépris des Grecs « autochtones ». Des organes tels l’Union nationale Grèce (EEE) – une formation d’extrême droite créée en 1927 – ou le journal Mακɛδoνία véhiculent un discours xénophobe et antisémite85. Le 29 juin 1931, les émeutes de Campbell débouchent sur la mise à feu du quartier juif de Salonique par des chrétiens nationalistes, détruisant nombre de maisons et de commerces86.

  • 87 Molho R., « La politique de l’Allemagne contre les juifs de Grèce », Revue d’histoire de la Shoah,(...)
  • 88 Pierron B., Eβραίoι και Xριστιανoί στην Nɛότɛρη Eλλάδα, Athènes, Polis, 2004, p. 243-257.
  • 89 Tsitselikis K., Old and New Islam in Greece, Leiden, Martinus Nijhof, 2012, p. 215.

38Durant l’entre-deux-guerres, les juifs de Salonique – environ 56 000 personnes87, plus de 40 % de la population de la ville – auraient été plutôt favorables aux royalistes et méfiants à l’égard d’E. Vénizélos, perçu comme « antisémite ». C’est, notamment, sous un gouvernement d’inspiration vénizéliste88 que sont institués, de 1923 à 1933, des collèges électoraux séparés pour les juifs de Salonique et les musulmans de Thrace89.

  • 90 Ibid. Plerron B., Eβράιoι..., op. cit., p. 243-247. Lagos K., The Metaxas Dictatorship and Greek J (...)
  • 91 Molho R., art. cit., p. 365-378.
  • 92 Archives Metaxas, GAK d’Athènes, dossier 28, p. 3-4.

39Si le régime du 4 août met l’accent sur la notion de « race/descendance » hellénique, s’il articule étroitement appartenance à la nation et identité orthodoxe, dans les discours du Chef, dans le domaine législatif, les juifs n’ont pas été explicitement dénigrés ni persécutés. Dans plusieurs allocutions, I. Metaxas assure les juifs de Grèce de sa sympathie, leur promettant sa « protection90 ». Le gouvernement Metaxas dissout également l’Union nationale grecque (EEE) en 1936 et interdit l’expression de propos antisémites dans la presse, même si le journal Mακɛδoνία continue de paraître91. Le 25 novembre 1937, – tout en distinguant « nation hellénique » et « juifs » –, I. Metaxas affirme que la Grèce serait « un pays d’accueil » pour les Israélites92.

  • 93 Anastassiadou M., Salonique 1830-1912, Leyden, Brill, p. 431-432.
  • 94 Manda E., Oι Moυσoυλµάνoι Tσάµηδɛς της Hπɛίρoυ 1923-2000, Salonique, IMXA, 2004. Dépreti., « Haut (...)
  • 95 Plerron B., Eβράιoι..., op. cit., p. 246-247.

40L’attitude plutôt bienveillante de I. Metaxas à l’égard des juifs renvoie aussi au fait que, dans un contexte européen de poussée antisémite, les juifs de Grèce, réputés largement antivénizélistes93, sont alors moins perçus comme des pions, instrumentalisables par les États voisins94. Sollicitée de 1936 à 1941 pour participer au financement du réarmement, la communauté juive de Grèce aurait répondu « présent95 ».

  • 96 Metaxas I., 13 septembre 1936, Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 38-43.
  • 97 « Greece Curbs News of Actions in Reich », The New York Times, 26 novembre 1938.
  • 98 Appel du ministre P. Dragoumis aux éditeurs de presse juifs, Eλɛύθɛρo Bήµα, 25 mai 1933.

41Cette attitude protectrice de I. Metaxas mériterait certes d’être nuancée. En effet, durant tout son mandat, l’ancien général a tenu à maintenir une position de neutralité favorable vis-à-vis de l’Allemagne nazie. Si la censure médiatique constitue alors un aspect de la politique interne96, le régime interdira tout article négatif concernant l’Allemagne97. Il faut admettre que, dans les années 1930, l’Allemagne dispose d’un considérable pouvoir d’intimidation en Europe, a fortiori sur les petits États. Au demeurant, des injonctions du pouvoir à l’adresse de la presse, afin que celle-ci cesse toute « attaque » contre le chancelier Hitler, sont attestées en Grèce bien avant la dictature du 4 août98.

  • 99 Lagos K., The Metaxas..., op. cit., p. 170-173, p. 184-185.
  • 100 « Nazi propaganda in Greece », The Manchester Guardian, 5 mai 1937.
  • 101 Ibid., p. 176.
  • 102 Molho R., « Les juifs en Grèce au XXe siècle », Matériaux pour l’histoire du temps présent, 71 (20 (...)

42Si bien que d’août 1936 à janvier 1941, aucun article en Grèce n’aurait, selon K. Lagos, évoqué le traitement des juifs par l’Allemagne99. Parallèlement, les brochures nazies, valorisées100, auraient été librement distribuées101. À moins de pouvoir écouter la BBC – radio accessible à une très infime minorité –, la population n’était aucunement informée des mesures de persécution nazie. Cette couverture médiatique complaisante et, surtout, ce manque criant d’information ont sans doute grandement facilité la tâche des forces d’occupation allemandes après mai 1941 : en mars 1943, l’essentiel de la population juive de Grèce est déportée et disparaît dans les camps de concentration102.

Conclusion

  • 103 Weber E., Varieties of Fascisms, Princeton, Van Nostrand, 1964.

43Pour revenir à notre interrogation initiale, le régime du 4 août a certes innové sur certains points. Il s’est bien agi d’un régime fascisant, d’une version hellénique, adoucie, du modèle fasciste103. Pour ce qui concerne les rapports du politique au religieux, la période Metaxas s’inscrit, néanmoins, à bien des égards dans une tradition enracinée depuis la fondation de l’État : une tradition de contrôle et d’usage, par le pouvoir, du facteur religieux, la recherche d’une alliance entre autorité politique et autorités ecclésiastiques, une tradition ambiguë de tolérance religieuse, mitigée par l’image d’une fusion entre nation et christianisme orthodoxe. Quant aux deux questions de l’ouverture religieuse et des rapports aux juifs, les positions, la politique de I. Metaxas ont été, en définitive, pour le moins ambiguës. Elles reflètent aussi les pressions auxquelles était alors soumis l’État grec.

  • 104 Petraki M., O µύθoς rov Mɛταξά, Athènes, Okeanida, 2006.
  • 105 Vatikiotis P, Popular..., op. cit., p. 171.
  • 106 Marketos S., Ta πρώτα βήµατα τoυ ɛλληνικόυ φασισµoύ, Athènes, Vivkiorama, 2006.

44La thèse dominante, selon laquelle Metaxas était largement impopulaire et coupé des « masses » avant le 28 octobre 1940, mériterait aussi d’être relativisée. En effet, si I. Metaxas apparaît moins charismatique que B. Mussolini, les effets des slogans officiels, l’exaltation patriotique, l’encadrement social, des mesures socio-économiques ont aussi rapproché le Chef d’une partie des Grecs104. Selon l’historien P. Vatikiotis, les classes les plus pauvres du pays auraient été « indifférentes sinon satisfaites du régime105 ». Dans un ouvrage paru en 2006, S. Marketos souligne que, dans les années 1930, le fascisme aurait fasciné en Grèce et ceci autant dans le camp libéral que monarchiste106.

45Au XXIe siècle, si la nouvelle génération grecque considère souvent avec dédain ce régime autocratique, cette période de l’Histoire reste controversée. Quant à Ioannis Metaxas – dans un contexte de crise financière et de discrédit des grands partis –, il réapparaît, aux yeux de certains, comme un modèle. Au regard de l’appauvrissement, des incertitudes présentes, sont alors soulignées les mesures sociales adoptées de 1936 à 1941, l’aptitude de ce régime à combattre l’insécurité, la corruption politicienne.

  • 107 « Φάκɛλoς Xρυσή Aυγή », Eλɛυθɛρoτυπία 16 novembre 2013.

46Fondée en 1980, la formation Aube dorée107 a obtenu 18 sièges au Parlement hellénique en juin 2012. Les membres de ce parti, formés dans un tout autre environnement que celui des années 1930, ont néanmoins repris le salut dit romain/fasciste. Ce rituel nous renvoie très directement à l’héritage métaxiste, qui réémerge aujourd’hui, pour quelques-uns comme ressource sélectivement mobilisée.

Notes

1 Fleisher H., « Authoritarian Rule in Greece 1936-1941 and Its Heritage », in Borejsza J., Ziemer K. (dir.), Totalitarian and Authoritarian Regimes in Europe. Oxford, Berghahn Books, 2006, p. 237-275. Kallis A., « Fascism, Charisma, Charismatisation », Totalitarian Movements and Political Religions 7 (2006), p. 25-43. Vàtikiotis P., Popular Autocracy in Greece 1936-1941, Londres, Franck Cass, 1998. Kofas I., Authoritarianism in Greece. The Metaxas Regime, New York, Columbia University Press, 1993. Close D., Conservatism, Authoritarianism, Fascism in Greece 1915-1945, in Blinkhorn M. (dir.), Fascists and Conservatives, Londres, Unwin Hyman, p. 205-215.

2 Linardatos S., O Iωάννης Mɛταξάς και οι Mɛγάλɛς Δυνάµɛις Athènes, Proskinio, 1993. Koliopoulos]., Greece and the British Connection 1935-1941, Oxford, Clarendon Press, 1977. Kitsikis D., H Eλλάς της 4ης Aυγoύστoυ και oι Mɛγάλɛς Δυνάµɛις Athènes, Eleftheris Skepsis, 1990.

3 Metaxas I., To πρoσωπικό τoυ ηµɛρoλόγιo volume 1, Athènes, Estia, 1951, p. 122, 527.

4 Vatikiotis P, Popular Autocracy, op. cit., p. 25-28.

5 Joakeim I., I. Metaxas. The Formative Years 1871-1922, Mannheim, Bibliopolis, 2000, p. 16-18.

6 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., tome 2, p. 392-410.

7 Metaxas I., op. cit., volume 2, p. 507-510. Joakeim I., I. Metaxas, op. cit., p. 350-352.

8 Hering G., Tα πoλιτικά κόµµατα στην Eλλάδα 1821-1936, volume 2, Athènes, MIET, 2006, p. 1110-1111.

9 Metaxas I., Allocution au Rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγoι..., Athènes, Ikaros, 1969, tome 1, p. 44-52.

10 Koliopoulos I., in Iστoρία τoυ Eλληνικόυ’Eθνoυς, tome 15, Athènes, 1978, p. 379-380. Dafnis G., H Eλλάς µɛταξύ δύo πoλέµων, volume 2, Athènes, Ikaros, 1974, p. 418-421.

11 Nέα πoλιτική (avril 1937), p. 387-403 ; Nέα πoλιτική (septembre 1938), p. 858-860.

12 Néov Kράτoς (mars 1938), p. 259-266. Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 4-5. Nɛoλαία, numéro 2, novembre 1940 dédié au « Chef ».

13 Nɛoλαία (28 janvier 1939), p. 536.

14 Nέα πoλιτική (2 février 1939), p. 161-163.

15 Metaxas I., Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 305-311.

16 Nɛoλαία (12 novembre 1938), p. 165-166.

17 Metaxas I., Allocution à Kalamas, 24 avril 1939, Aôyoι..., op. cit., tome 2, p. 66.

18 Metaxas I., Discours du 7 novembre 1936, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 101-102.

19 Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 17-18, p. 22-24 ; Nɛoλαία (24 février 1940), p. 652.

20 Nɛoλαία (10 décembre 1938), p. 1. Numéro spécial H κατάντηµα τoυ µπoλσɛβισµoύ, Athènes, éditions de l’EON, 1939.

21 Metaxas I., 11 janvier 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 155-158.

22 Metaxas I., Discours devant l’Union des travailleurs du Pirée, 1er mai 1938, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 91-101.

23 Metaxas I., 1er juillet 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 211.

24 Metaxas I., 29 août 1936, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 20-26.

25 Nɛoλαία (15 octobre 1938), p. 2, p. 14-15. Le numéro du 10 décembre 1938 s’ouvre sur la photographie d’un jeune homme travaillant vigoureusement la terre.

26 « Φασίστɛς τoυ Mɛταξά ή πρoτωπόρoι της ανακύκλωσης και της oικoλoγίας στην Eλλάδα », site Avτɛπίθɛση, http://www.Antepithesi.gr, 17 août 2013.

27 Notamment, les revues Nέα πoλιτική, Nɛόν Kράτoς ou Nɛoλαία Mantzoufas G., « Iδɛoλoγία Kat κατɛυθήσɛις EU ; τoν Nέoν Kράτoς », Néov Kράτoς (décembre 1938), p. 134-135. Papadakis B„ « Aπoλoγισµός τριɛτίας », Néov Kράτoς, 24 (août 1939), p. 539-540.

28 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 2, p. 553.

29 Metaxas I., Ibid, volume 1, p. 395, volume 2, p. 35, p. 39.

30 Metaxas I., Discours au monastère de Vella, 14 juin 1937, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 203-204. Nɛoλαία (22 juillet 1939), p. 1327-1328. Eκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266. Machaira E., H vɛoλαία mu 4ης Aυγoύστoυ Athènes, Istoriko Archeio Ellinikis Neolaias, 1987, p. 51-59.

31 Metaxas I., Discours à l’Université de Salonique, 28 octobre 1936, in Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 98.

32 Depret I., Eglise orthodoxe et histoire en Grèce contemporaine, Paris, l’Harmattan, 2009, p. 38-46 et p. 117-182.

33 Metaxas I., Discours au rassemblement d’Athènes, 2 octobre 1936, in Λόγoι..., op. cit., p. 45-50.

34 Eκκλησία 37 (19 septembre 1936), p. 292.

35 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389. Stragkas T., Eκκλησία της Eλλάδoς Іστορία ɛκ πηγών αψɛυδών Athènes, Papadogiannis, volume 2, p. 1878. Anastassiadis T., « Dieu vomit les tièdes ! », in Grivaud G., Petmezas S. (dir.), Byzantina-Moderna, Athènes, Alexandreia, 2007, p. 449-466.

36 Loi de nécessité AN 1368/1938. Tzortzatos B., Oι βασικoί θɛσιµoί διoικήσɛως της Oρθόδoξoς Eκκλησίας της Eλλάδoς, Athènes, Apostoliki Diakonia, 1977, p. 44-45.

37 Eκκλησία 33 (22 août 1936), p. 266.

38 Encyclique « Πɛρί απoνoµής τιµής πρoς τoν Bασιλέα, πɛιθαρχίας ɛις τας νόµιµoυς ɛκπρoσώπoυς ɛξoυσίας και ɛινινικής διαβιώσɛως » du 19 décembre 1936.

39 Paparrigopoulos K., H Іστορία του Eλληνικoύ’Eθνoυς, Athènes, Eleftheroudaki, 1925. Koubourlis I., La Formation de l’histoire nationale grecque : l’apport de Spyridon Zambelios (1815-1881), Athènes, EIE-KNE, 2005.

40 Nɛoλαία (5 août 1939), p. 1392-1395. Nɛoλαία (25 novembre 1939), p. 226.

41 A.N. « IlEpî συστάσɛως Eθνικής Oργανώσɛως της Nɛoλαίας », Journal du Gouvernement A, no 499 (10 novembre 1936), p. 2666-2667.

42 NsoXaîa (6 mai 1939), p. 933-934 ; Kangalidou Z„ Eκπαίδɛυση και πoλιτική, Salonique, Kyriakidis, 1999.

43 Markessinis A., http://metaxas-project.com/κωνσταντινoς-κωστας-κoτζιας/

44 EON Charte de l’, in Petridis P., EON., op. cit., p. 33.

45 Nɛoλαία (8 avril 1939).

46 Ibid., p. 10-11. Metaxas I, Discours à l’Université de Salonique, 28 octobre 1936, Aôyoι..., op. cit., tome 1, p. 98.

47 Ta ιδɛώδη της φυλής ως γνώµων της Eλληνικής ζωής Athènes, éditions de l’EON, 1939.

48 Metaxas I., 13 juin 1937, Aôyoι..., op. cit., volume 1, p. 197-198.

49 Mandzoufas G., « Iδɛoλoγία και κατɛυθήσɛις τoυ νέoυ Kράτoυς », Néov Kράτoς 16 (décembre 1938), p. 4, p. 134.

50 Ibid, p. 7.

51 Nɛoλαία (25 février 1939), p. 649-650.

52 Mavrogordatos G., Stillborn Republic, Berkeley, California University Press, 1983, p. 227. La Grèce compte aussi des catholiques, environ 40 000 personnes.

53 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 3, p. 370.

54 Loi de nécessité A.N.376/1936, ΦEK 546. Metaxas I., Discours du 7 octobre 1936 à Komotini, in Aôyoι..., op. cit., volume 1, p. 50. Kostopoulos T„ To Mακɛδoνικό της Θράκης, Athènes, Bibliorama, 2009.

55 Michailidis I., in Gounaris V. et allii (dir.), Tαντότητɛς στη Mακɛδoνία, Athènes, Papazisis, 1997, p. 125.

56 Archives Metaxas, GAK Athènes, dossier 36 « Πɛρί σλαβoφώνων Δυτικής Mακɛδoνίας », 5 mai 1936-26 avril 1938.

57 Tsitselikis K. (dir.), H ɛλληνoτoυρκική ανταλλαγή πληθυσµών, Athènes, KEMO-Kritiki, 2006.

58 Zωή 1048 (5 juillet 1932), p. 212.

59 Eκκλησία 50 (10 décembre 1932), p. 429-431, Eκκλησία 51 (24 décembre 1932), p. 434.

60 Galanos M., « Kράτoς αληθινά ɛλληνικόν και αληθινά χριστιανικόν », Aνάπλαση 17 (5 octobre 1936), p. 349-350.

61 Aνάπλαση 17 (20 juillet 1936), p. 192-193.

62 Tsironis T., Eκκλησία πoλιτɛυόµɛνη 1913-1941, Athènes, Epikentro, 2010, p. 340, p. 342.

63 Art. cit., Aνάπλαση 17 (20 juillet 1936), p. 192-193. Galanos M., art. cit., Aνάπλαση 17 (5 octobre 1936), p. 349.

64 Tsironis T., Eκκλησία…, op. cit., p. 344-346.

65 Metaxas I., Kαθηµɛρινή 5342 (11 décembre 1936), p. 1-2.

66 Houmourzios S., A Biography of King Paul of the Hellenes, Londres, Weidenfield et Nicolson, 1972, p. 81-84.

67 Loi AN 1798/1939 reprise dans Petridis P., EON. H φασιστική..., op. cit., p. 271-272. Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., tome 4, 9 février 1938, 16 avril 1938. Nɛoλαία (14 janvier 1939), p. 457-464.

68 Metaxas I., Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 97-99.

69 Metaxas I., 29 novembre 1938, Aôyoι..., op. cit., volume 1, p. 425-426.

70 Metaxas I., Λόγoι..., op. cit., volume 1, p. 426.

71 Tsironis T., Eκκλησία..., op. cit., p. 350, p. 354.

72 Eκκλησία 40 (3 octobre 1931), p. 316. Stragkast., Eκκλησία της Eλληάδoς..., op. cit., volume 2, p. 1880.

73 Metaxas I., To πρoσωπικό..., op. cit., volume 2, p. 312-315.

74 Loi 1493/1938, cité dans Angelopoulos A., Iστoρία των Δoιηκήσɛως και ζωής της Eκκλησίας της Eλληάδoς, Salonique, Kyriakidis, 1984, p. 62.

75 Tsironis T., Eκκλησία..., op. cit., p. 369-380. Dépret I., Église orthodoxe, op. cit., p. 93-99.

76 Par exemple, Metaxas I., Nɛoλαία (15 avril 1939), p. 878. Metaxas I., 13 juin 1938, Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 389-390. Metaxas I., 13 juin 1938, ibid., tome 1, p. 391-392.

77 Ce passage est également publié dans la revue Nɛoλαία, 14 janvier 1939, p. 461. Je souhaiterais remercier l’historien Christophe Chalas qui a attiré mon attention sur cet extrait.

78 Metaxas I., « Λόγoς κατά τo A’Συνέδριo της EON », 3 janvier 1939, Λόγoι..., volume 2, 1939, op. cit., p. 8-17.

79 Lagos K., The Metaxas Dictatorship and the Greek Jewry, thèse de doctorat, Oxford University, 2005, p. 160.

80 Ibid., p. 83-84.

81 Eκκλησία 48 (28 novembre 1931), p. 386-389.

82 Friedlânder S., L’Allemagne nazie et les juifs 1933-1939, Paris, Le Seuil, 2008.

83 Matard-Bonucci A.-M., L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.

84 Pierron B., Juifs et chrétiens de la Grèce moderne, Paris, L’Harmattan, 1996. Brustein W., Roots of Hate. Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 46-47.

85 Kallis A., « The Jewish Community of Salonica Under Siege. The Antisemitic Violence of the Summer 1931 », Holocaust and Genocide Studies 20 (2006), p. 40.

86 Kallis A., « The Jewish Community », art. cit., p. 34-56.

87 Molho R., « La politique de l’Allemagne contre les juifs de Grèce », Revue d’histoire de la Shoah, 185 (2006), p. 375.

88 Pierron B., Eβραίoι και Xριστιανoί στην Nɛότɛρη Eλλάδα, Athènes, Polis, 2004, p. 243-257.

89 Tsitselikis K., Old and New Islam in Greece, Leiden, Martinus Nijhof, 2012, p. 215.

90 Ibid. Plerron B., Eβράιoι..., op. cit., p. 243-247. Lagos K., The Metaxas Dictatorship and Greek Jewry, thèse de doctorat, Université d’Oxford, 2003, p. 153.

91 Molho R., art. cit., p. 365-378.

92 Archives Metaxas, GAK d’Athènes, dossier 28, p. 3-4.

93 Anastassiadou M., Salonique 1830-1912, Leyden, Brill, p. 431-432.

94 Manda E., Oι Moυσoυλµάνoι Tσάµηδɛς της Hπɛίρoυ 1923-2000, Salonique, IMXA, 2004. Dépreti., « Haut clergé orthodoxe, État, nation en Épire grecque 1912-1939 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 56 (2009), p. 123-149.

95 Plerron B., Eβράιoι..., op. cit., p. 246-247.

96 Metaxas I., 13 septembre 1936, Λόγoι..., op. cit., tome 1, p. 38-43.

97 « Greece Curbs News of Actions in Reich », The New York Times, 26 novembre 1938.

98 Appel du ministre P. Dragoumis aux éditeurs de presse juifs, Eλɛύθɛρo Bήµα, 25 mai 1933.

99 Lagos K., The Metaxas..., op. cit., p. 170-173, p. 184-185.

100 « Nazi propaganda in Greece », The Manchester Guardian, 5 mai 1937.

101 Ibid., p. 176.

102 Molho R., « Les juifs en Grèce au XXe siècle », Matériaux pour l’histoire du temps présent, 71 (2006), p. 46-47.

103 Weber E., Varieties of Fascisms, Princeton, Van Nostrand, 1964.

104 Petraki M., O µύθoς rov Mɛταξά, Athènes, Okeanida, 2006.

105 Vatikiotis P, Popular..., op. cit., p. 171.

106 Marketos S., Ta πρώτα βήµατα τoυ ɛλληνικόυ φασισµoύ, Athènes, Vivkiorama, 2006.

107 « Φάκɛλoς Xρυσή Aυγή », Eλɛυθɛρoτυπία 16 novembre 2013.

Auteur

Enseignante-chercheur, Université de Marmara (Istanbul, Turquie) et Université libre de Bruxelles (ULB).
L’Église orthodoxe de Grèce et les gouvernements socialistes 1998-2001. Appartenance nationale, appartenance religieuse et identité civile - 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540