Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Troisième partie. Entre politique et culture

Trois paradoxes de la science-fiction italienne

Éric Vial

Texte intégral

1Même si, par science-fiction italienne, l’on veut bien entendre sensiblement moins que la SF que l’on connaît de fait en Italie (traductions comprises) et se limiter à la production autochtone, l’ampleur et l’ancienneté de cet élément du paysage culturel transalpin impliquent ici une schématisation autour de trois paradoxes. On a en effet une très riche proto-SF ne laissant guère de traces, puis après 1945 une SF qui échoue commercialement mais est présente chez certains des plus grands auteurs de littérature générale, enfin une SF récente fort éloignée de la science ou de la technologie.

Racines et évanouissement

  • 1 Versins P., Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausan (...)
  • 2 Trousson R., Voyages aux pays de nulle part. Histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, (...)

2Le premier paradoxe naît du prestige de racines potentielles. Certes, cela suppose en partie d’annexer merveilleux, utopie et voyage extraordinaire, ancêtres objectifs, inspirateurs potentiels ou humus nourricier. Pierre Versins, encyclopédiste du genre, évoquait « un début fabuleux1 » avec les affabulations de Marco Polo et La Divine Comédie relevant du merveilleux chrétien, mais comportant un voyage d’Ulysse dans l’Atlantique sud, d’où les premières terres australes imaginaires. Quelques décennies passant, s’ajoutent des utopies, en 1452 le De Re Aedificandori de Leon Battista Alberti, projet urbanistique et social, rationaliste, géométrique, lié à la montée des princes territoriaux puis vers 1465, Sforzinda, pays de cocagne d’Antonio Averlino dit Le Filarète, puis en 1517 le Maccaronea de Girolamo Folengo, autre pays de Cocagne qui aurait inspiré Rabelais2, et, entre 1516 et 1532, l’Orlando furioso de l’Arioste, où on va à dos d’hippogriffe chercher la raison perdue de Roland sur la Lune, là où est tout ce qui se perd en ce monde. Plus les Mondi d’Anton Francesco Doni, dont Il Mondo dei pazzi, cité aux cent routes autour d’un temple, égalitaire et eugéniste, plébéienne et non humaniste, offrant « l’assurance d’une existence élémentaire, conforme à la loi naturelle », à opposer à la Città Felice oligarchique de Francesco Patrizi da Cherso, un an après. Et en 1602 pour la rédaction, en 1623 pour la première édition, en latin et à Francfort il est vrai, La Cité du soleil de Tommaso Campanella, utopie totalitaire, eugénique et astrologique, mais avec machines volantes et charrues à voiles réduisant le travail à quatre heures par jour.

  • 3 Ibid, p. 67.
  • 4 Henriet É., L’Histoire revisitée. Panorama de luchronie sous toutes ses formes, 2e éd., Amiens, En (...)

3Reste que, si Campanella est toujours réédité, un basculement a déjà eu heu. Lui-même n’est traduit en italien qu’en 1905. De même, La Repubblica immaginaria de Ludovico Agostini, des années 1580, n’est éditée qu’en 1957, et n’est pas un grand moment d’imagination déchaînée mais plutôt l’expression d’un « prudent réformisme contrôlé par l’autorité3 » comme en 1625 Il Porto ovvero della repubblica di Evandria, treizième des Dialoghi de Ludovico Zoccolo. Certes, on trouve d’autres utopies et un récit sur l’Atlantide, La Spinalba, de Tomaso Tomasi, en 1647. Mais la comparaison est à l’avantage du XVIe siècle. D’autant que suivent cent ans de silence apparent puis, en 1749, les Viaggi di Enrico Wanton alle Terre Incognite Australi, ed al paese delle scimmie, supposé traduit de l’anglais par Zaccaria Seriman, intéressante négation d’italianité comme le titre d’un livre de 1766, signé Filippo Morghen, Raccolta delle cose più notabili, vedute dal cavaliere Wild Seuil et dal Sign. de La Hire nel lor famoso Viaggio dalla Terra alla Luna. Pour le second XVIIIe siècle, Versins citait deux ouvrages, plus Il mondo della Luna de Goldoni, écrit en 1750, arlequinade où un père entiché d’astronomie va accorder à des Sélénites la main de ses filles qu’il aurait refusée à des Terriens. Et on peut ajouter l’Icosaméron, ou Histoire d’Edouard et d’Elisabeth qui passèrent quatre-vingt-un ans chez les Mégamicres, habitants aborigènes du Protocosme dans l’intérieur de notre globe, traduite de l’anglais par Jacques Casanova de Seingalt, vénitien, autre exemple en 1788 d’exportation de la source vers le monde anglo-saxon, et écrite en français. Si l’une des premières uchronies ou plutôt l’un des premiers essais de counterfactual history semble italien, son influence fut restreinte – c’est une page d’une « Histoire de la Toscane jusqu’au principat, avec différents essais sur les sciences, les lettres et les arts », parue en 1815, où Laurent le Magnifique vit au-delà de 1492, préservant l’Italie des invasions étrangères et donc ( ?) l’Europe du protestantisme4.

4Bref, la littérature d’imagination italienne s’est étiolée. Certes, après 1550, ce n’est pas une spécialité péninsulaire. Campanella donnerait même l’impression de plus de résistance qu’ailleurs, s’il avait été diffusé. Reste le contraste avec ce qui précède, et la durée de l’éclipse. On peut invoquer la Contre-Réforme, le basculement du monde vers l’Atlantique, les disettes et épidémies, un déclin économique relatif face à la Hollande et l’Angleterre, etc. Et s’il y a un réveil avec les Lumières, l’Italie n’est plus en pointe. Tout se passe comme si les ancêtres de la SF exigeaient dynamisme, vigueur, voire sentiment d’exceptionnalité... L’Italie les a eus, quand elle avait un siècle d’avance sur l’Europe. Elle l’a perdu. On ne peut en faire une loi, mais la tentation est forte de jouer avec ce type d’idée.

  • 5 Cf. par ex. Pozzo F., « Emilio Salgari, le capitaine de l’imaginaire », Le Rocambole, no 21, 2002, (...)
  • 6 Cf Barbagallo R. N., « L’aventure dans la littérature populaire italienne, de Mastriani aux “petit (...)
  • 7 Cf. Pozzo F., « Luigi Motta, Le Géant de l’impossible ou un pirate en Salgarie », Le Rocambole, no (...)

5D’autant que, malgré quelques lignes annexables, avec quelque mauvaise foi, chez Giacomo Leopardi, le XIXe siècle est pauvre, dans un pays où l’essor industriel tarde. Il ne s’agit pas que de production : Edgar Pœ est traduit quarante ans plus tard qu’en France. Cela dit, le phénomène dépasse les littératures d’imagination, le roman est une forme tardive en Italie malgré Manzoni, peut-être à cause de l’analphabétisme et d’un faible marché potentiel. Pour retrouver un ancêtre de la SF, peut-être faut-il attendre l’unité nationale (d’où naissent de premières ambitions impérialistes et s’esquisse une littérature d’aventure avec en 1878 l’édition italienne du Journal des Voyages), et surtout la seconde industrialisation. En tout cas, après I Misteri politici della Luna de Guglielmo Folliero en 1863, on a en 1877 un Viaggio nell’universo, Visioni del tempo e dello spazio, signé Vigano, et une poignée d’autres textes, dont des utopies militantes et les œuvres du « Jules Verne italien », Emilio Salgari5, qui doit sa célébrité à Sandokan, « le tigre de Malaisie » prince-pirate romantique ; si la référence à Verne est justifiée par une volonté documentaire, d’autres références s’imposent, Fenimore Cooper ou Daniel De Fœ. Reste que certains de ses romans relèvent d’une proto-SF, à partir de Duemile leghe sotto l’America, un voyage au centre de la terre. Dans Le Meraviglie del Duemilla, de 1907, défilent télévision, plates-formes volantes, communication par sémaphore avec les Martiens (de sympathiques phoques à grosse tête), métro vers le pôle, décolonisation, démembrement de la Chine, mer navigable au Sahara, etc. Ce déploiement coïncide avec un premier miracle économique italien. Mais la suite n’a rien d’exceptionnel, en dépit des imitateurs de Salgari, comme l’humoriste Yambo entre tour du monde en bicyclette, chemin de fer transafricain, recherche des derniers Atlantes en sous-marin et dans les entrailles de la terre, et visite du système solaire ou de l’infiniment petit6, et surtout Luigi Motta, qui dit en 1903 vouloir « donner une empreinte scientifique au roman d’aventures » entre sous-marin, détournement du Gulf stream, guerre mondiale aérienne entre l’Orient et l’Occident7. C’est peut-être le vrai père de la SF italienne, avec un retard sur Verne, et une thématique plus proche des continuateurs de ce dernier que de Wells, donc des vrais débuts de la SF. Et de 1918 à 1945, on trouve peu de chose, même si Pierre Versins oubliait par exemple la collection Romanzo d’avventure née en 1923 avec Les Aventures d’Arthur Gordon Pym et aussi des textes autochtones. La Grande Guerre est passée par là, et la cassure présente en France se retrouve outre-Alpes, malgré les rodomontades modernistes du fascisme. Il faut l’après-1945, la réémergence du pays et le « miracle économique » pour que les choses bougent, mais peu ; le parallèle est aisé avec la France des « Trente glorieuses » même si la production en SF reste moindre.

Étiolement et légitimité

  • 8 Marinetti F. T., L’Alcova d’acciao, Milan, Vitigliano, 1921.

6Le deuxième paradoxe, c’est l’abîme entre cette difficulté à percer et la présence de grands auteurs « légitimes ». C’est perceptible dans le semi-désert de l’entre-deux-guerres, avec Giovanni Papini, Mario Soldati ou Dino Buzzati. Cela s’esquisse avant, avec le futurisme et Filippo Tommaso Marinetti, mêlant libération du travail par les machines et délires guerriers dans La Guerre électrique en 1910 avant d’imaginer en 1919 un conflit futur, mécanisé, avec avions sans pilote « guidés à distance par un avion-berger8 ».

7Mais cela profite peu à la SF, avec des revues et collections très éphémères au moins jusqu’aux années 1990, voire un rejet de l’idée de production autochtone. Seule la revue Urania survit, depuis 1952, mais à partir des romanzi di Urania, une collection de romans, parfois de recueils, rarement d’anthologies, en kiosque, se signalant par la place très réduite des textes autochtones. Les nouvelles sont les grandes perdantes de la situation, or c’est une école difficilement remplaçable. Et les auteurs pouvant passer sans délai au roman manquent eux-aussi d’espace, au point que l’apparition en 1970 des éditions Nord, avec un auteur italien par an, semble une révolution.

  • 9 Versins P., op. cit., p. 460.
  • 10 Stragliati R (éd.), Fiction spécial, no 6, 1964 ; Fontana J.-P. (éd.) Fiction spécial, no 30, 1979 (...)
  • 11 Cf. Galaxies, no 11, 1998 ; Vial É., « Bûchers d’autrefois et guerres à venir : Valerio Evangelist (...)

8Ce rejet ou cette marginalisation des auteurs italiens, qui ne signifie pas leur inexistence, renvoie à la concurrence d’un stock de textes américains de qualité, même traduits à la va-vite. D’ailleurs, le genre est longtemps perçu comme « made in USA ». D’où, dans les années 1950, tout comme en Espagne ou en France, des parutions sous d’improbables pseudonymes, Franz Marius Kanapa, K. B. N. Stefanius ou Hunk Hanover. Chez Urania, aucun nom d’allure locale n’apparaît entre Franco Enna en 1953 et Vittorio Catani en 1990. Les auteurs italiens, réputés trop médiocres ou trop littéraires, sont supposés faire fuir le public. Selon un responsable, « l’Amérique, la Russie, l’Angleterre, la France, même la France, peuvent se permettre d’avoir une littérature de science-fiction : l’Italie, non. Nous sommes un peuple de saints, de navigateurs, de poètes, de précurseurs, de génies incompris et parfois trop compris, mais pas, en tout cas, d’écrivains de science-fiction9. » Par ailleurs, pour ce qui est des contenus, une idée devient proverbe : « une soucoupe volante ne peut pas se poser à Lucques », d’où des récits situés dans une Amérique de carton-pâte plutôt que sur place. Même si de bons textes paraissent, parfois traduits en français10, le tableau est peu encourageant. On a pu pronostiquer un réveil après 1990, entre publications hors-collections, survie de revues comme Futuro Europa, concours annuels des éditions Nord et Mondadori publiant le roman primé, avec, à la surprise générale, des ventes honorables puis le succès de Valerio Evangelisti11. Reste que cette poussée est fragile, et que le spectacle des rayons spécialisés des librairies reste toujours déprimant, en dehors des traductions d’Isaac Asimov et Philip K. Dick.

  • 12 [1940 et 1966] Paris, Laffont, 1949 et 1967.
  • 13 Buzzati D., « L’invincibile », « La peste motoria », « 28 mars 1958 », « Rigoletto » et « Il disco (...)
  • 14 Milan, Mondadori, 1971.
  • 15 Le Grand Portrait [1959], Paris, Laffont, 1961 ; sous le titre indiqué, Paris, UGE 10/18, 1999.

9Or, en même temps, certains des meilleurs représentants de la littérature générale se sont essayés à la SF, et avec de bons résultats. Dino Buzzati semble aux marges du genre, côté insolite ou merveilleux, avec Le Désert des Tartares ou Le K12, poisson géant inconnu des biologistes. Il est pourtant en pleine SF, c’est-à-dire du côté de suppositions plus ou moins rationnelles mais aux conséquences à la fois logiques et collectives, dans maintes nouvelles, qu’un rayon amène son inventeur à la tête de l’État, qu’une maladie s’attaque aux voitures, que l’on chasse – littéralement – les personnes âgées, que l’existence physique du paradis interdise tout vol spatial, que se mettent en place les mécanismes de la guerre nucléaire ou qu’un prêtre soit confronté à des extraterrestres ignorants du péché originel13. On ajoutera le clin d’œil à Ray Bradbury avec des Cronache terrestre14, et un roman de 1959, L’Image de pierre15, où un ordinateur devient conscient et jaloux.

  • 16 Leçons américaines, aide-mémoire pour le prochain millénaire [1988], Paris, Gallimard, 1989.
  • 17 Rééd. Nos ancêtres [1952, 1957, 1959], Paris, Le Seuil, 2001.
  • 18 « Si j’écris des récits fantastiques, c’est parce que j’aime mettre dans mes histoires une charge (...)
  • 19 Cosmicomics, récits anciens et nouveaux, [1967, 1968, 1984], Paris, Le Seuil, 2001.
  • 20 Scarpa D., Italo Calvino, Milan, Bruno Mondadori, 1999, p. 105.

10Italo Calvino, lui, passionné de sciences, fait dans son ultime écrit une grande place à Cyrano de Bergerac précurseur de la SF16, publie des contes philosophiques ou merveilleux (Le Vicomte pourfendu, Le Chevalier inexistant et Le Baron perché17), mais est peut-être plus proche de la SF que du fantastique au sens où on l’entend en France18. Il fonde en particulier chacun des contes de ses Cosmicomisc19 sur une hypothèse cosmologique ou une notion scientifique. Et si Eugenio Montale parle de « science-fiction à l’envers20 », cette dénégation est quasi-freudienne.

  • 21 Levi P., « Tecnografi e tecnocrati », Corriere della sera, 20 janvier 1974, rééd. Id., Opere I, Tu (...)
  • 22 Ibid, p. 1442.
  • 23 Paris, Gallimard, 1994.
  • 24 Paris, Liana Levi, 2000 et 1999.
  • 25 La Recherche des Racines [1981], Paris, Mille-et-une nuits, 1999.
  • 26 Cf. Grassano G., « La “musa stupefatta”. Note sui racconti fantascientifici » [1991], Ferrero E. ( (...)

11À propos de Primo Levi, parler de SF pourrait sembler une provocation. Mais parallèlement à son témoignage sur les camps nazis, il s’est lui-même dit auteur de SF, voire « prophète technographe21 ». Oubliant ses textes antérieurs à la guerre, il a indiqué que son expérience concentrationnaire l’éloignait du « roman orthodoxe », et qu’il lui avait « semblé qu’un certain type de science-fiction pouvait satisfaire le désir de [s]’exprimer qu[’il] éprouvai[t] encore, et se prêtait à une forme d’allégorie moderne22 ». S’y ajoute une auto-représentation comme hybride, à la fois écrivain et ingénieur chimiste. D’où les textes rassemblés dans Histoires naturelles23 et d’autres mêlés de souvenirs et de réflexions dans Lilith ou Les Fabriquants de miroirs24. Il a aussi placé Fredric Brown et Arthur C. Clarke aux côtés d’Homère, Mann ou Melville dans une anthologie25. Dans ses nouvelles, il tire souvent les conséquences d’innovations possibles ou improbables, machine à versifier, duplicateur absolu, mesureur de beauté, cryogénie, drogue transmuant la douleur en plaisir, partage des sensations enregistrées via une réalité virtuelle (avant 1966 !), manipulations génétiques (toujours avant 1966), plus la biologie des centaures ou des messages du ténia à l’homme...26

  • 27 Ibid., p. 144.

12Tout ceci peut expliquer que vers 1985, sans l’appeler par son nom, les collections « littéraires » accueillent de la SF, des auteurs italiens mais aussi Asimov ou James G. Ballard. Dix ans plus tard, Dick est en vedette chez Einaudi et Feltrinelli. Mais en même temps, une page se tourne, et l’on est loin de Calvino ou de Levi à qui il est arrivé de prétendre que seuls des physiciens pouvaient écrire de la SF27.

Science-fiction et absence de la science

13C’est le troisième paradoxe : la domination d’une SF tournant le dos à la science, à la technologie et à leurs conséquences, et s’intéressant souvent plutôt à l’histoire. Ceci même si l’on ne saurait imputer la faiblesse de la hard science à celle du développement scientifique, au pays d’Enrico Fermi ou de Rita Levi Montalcini.

  • 28 Nicolas Eymerich, inquisiteur [1994], Paris, Rivages, 1998 ; Les Chaînes d’Eymerich [1995], Paris, (...)

14Evangelisti fait figure de chef de file, montrant qu’un auteur autochtone peut se vendre mieux que les Anglo-saxons. Il s’est fait connaître depuis 1994 avec une série de romans28 dont le personnage principal est l’inquisiteur Nicolas Eymerich, historiquement réel mais confronté à des phénomènes inexpliqués, monstrueux selon lui, souvent liés aux cultes de Diane, Hécate, etc. On oscille entre roman historique et « détective de l’étrange », même si à cette première ligne narrative, s’en superposent une ou deux autres, relisant notre passé proche, imaginant un futur sinistre, et entrant en résonance avec l’histoire principale. La science est au rendez-vous, mais entre raffinement culturel et dénégation, avec les conséquences de théories fantaisistes, du phlogistique aux « orgones » de Wilhelm Reich. Cela suppose un intérêt pour l’histoire des sciences, mais aussi le rejet du discours dit « officiel », et on a par ailleurs affaire à une SF absorbant des éléments de fantasy.

  • 29 [1995], Paris, Fleuve Noir, 1999.
  • 30 Evangelisti V. (éd.), Fragments..., op. cit.
  • 31 [1999], Paris, Payot, 1999.
  • 32 « Turin », Della Chiesa B. (éd.), Utopiœ 2001 - Fin de l’odyssée ?, Nantes, L’Atalante, 2001 ; Id. (...)
  • 33 [1998] Paris, Flammarion, 2000.
  • 34 Réplicante [1992], Paris, Payot, 2000 ; Dream Box, Milan, Mondadori, 1997.
  • 35 Cf. Milanesi C., « Les femmes et le polar italien. Les trois romans policiers de Nicoletta Vallora (...)
  • 36 M, Naples, Cronopio, 1999.
  • 37 [2002], Paris, Denoël, 2003 ; Turin, Einaudi, 2005 ; [2000], Paris, Gallimard, 2003.

15Ce n’est pas un cas isolé. Ainsi, Luca Masali est passionné de technologie, mais datant plutôt de l’entre-deux-guerres, utilisée dans un conflit temporel qui fait se prolonger la Grande Guerre avec Les Biplans de D’Annunzio29, dans une expédition polaire en dirigeable sur fond de montée du nazisme avec « la baleine du ciel30 », ou dans les « croisières » automobiles de La Perle à la fin des temps31. Franco Ricciardiello, outre des nouvelles uchroniques où les rôles s’inversent entre monde arabomusulman et Occident, et où une Italie mussolinienne tente en 1966 d’annexer la Suisse, d’où l’équivalent de la première guerre du Golfe, et d’autres où par exemple un Bonaparte automate mène la campagne d’Italie avec des tanks à vapeur32, a publié un roman, Les Marges du chaos33, mêlant le syndrome de Stendhal devant diverses versions de « L’Île des morts » d’Arnold Böcklin et les derniers jours d’Hitler dans son bunker. Quant à Nicoletta Vallorani, ses romans de SF juxtaposent « polar », anticipation urbaine et space-opera naïf34, mais sa détective, androïde extraterrestre, est la jumelle de la narratrice de ses romans policiers « réalistes35 ». J’ajouterai Tommaso Pincio, dont le premier roman décalquait explicitement Blade Runner de Dick dans un monde correspondant à l’image qu’un citoyen optimiste de la république de Weimar aurait pu se faire de l’Europe à venir36. Le même Pincio multiplie les références à la SF populaire dans Un amour d’outre monde, biographie phantasmatique de Kurt Cobain, et dans La Ragazza che non era lei, tandis que dans Le Silence de l’espace il joue avec l’idée d’une conquête de l’espace dès les années 1950 par les grandes sociétés américaines dont Coca-Cola37.

  • 38 PROSPERI P., Garibaldi a Gettysburg, Milan, Nord, 1993 ; Orfei G., 1943 Corne l’Italia vinse la gu (...)
  • 39 Farneti M., Occidente, Attacco all’Occidente, Nuovo Impero d’Occidente, Milan, Nord, 2001, 2003, 2 (...)
  • 40 Forte F. « Sulle ali di stinger », F. Forte (éd.), Fantasia, vol. I, Rome, Stampa alternativa, 199 (...)

16Bien entendu, cette énumération a pu subir un double biais. Ont été pris en compte des auteurs traduits, et on peut imaginer que, malgré la diversité des éditeurs, sont écartés des textes relevant d’une SF classique, moins spécifique, subissant donc la concurrence directe des Anglo-saxons. Mais si trouve ouvrages qui n’ont pas passé ce c’est aussi le cas d’uchronies trop italiennes où, après l’intervention malencontreuse de Garibaldi à Gettysburg, le Sud remporte la guerre de Sécession et Venise reste autrichienne, où l’action d’un général des services secrets explique « Comment l’Italie a gagné la guerre » en 194338, ou encore que la neutralité de 1940, maintenue, fait de l’Italie une superpuissance – sur un ton illustrant au premier degré l’idéologie fasciste, mégalomanie nationale et pseudo-tiers-mondisme de la « guerre du sang contre l’or39 ». Il me semble qu’à des titres divers, ces textes sont plus intéressants que ceux relevant d’une SF supposée classique. Même si c’est là qu’intervient une seconde subjectivité, qui m’a fait m’intéresser à tel ouvrage, négliger tel roman traduit ou non, passer sous silence des nouvelles, alors que là, parfois sous la plume d’auteurs déjà cités, on trouverait du cyberpunk, un robot livré à une famille du quasi-quartmonde, des restructurations de corps au bénéfice d’amateurs de snuffmovies interactifs ou des avions-cyborgs40, bref cette SF plus traditionnelle ou plus orthodoxe.

17Reste l’impression d’une SF où science et technologie ont une place réduite, où les références au passé jouent plus qu’ailleurs (Nicoletta Vallorani étant une exception). Ce pourrait être lu comme une spécificité si on ne sentait en France une façon comparable de regarder vers le passé, avec le « steampunk », sachant que cela peut aussi être placé sous un éclairage positif, au nom de l’appropriation des références culturelles, mais aussi en se rappelant que, comme l’Histoire, la SF parle toujours du présent, et qu’il importe donc peu qu’elle renvoie au futur ou au passé.

18Au bout du compte, malgré ce que les textes évoqués doivent au hasard et à la subjectivité, et si la façon de procéder en a trop laissé de côté, on a bien une SF aux racines tronquées qui font établir un lien avec l’idée de modernité, puis peinant à s’imposer comme telle, plus marginale même qu’en France et pourtant bien mieux représentée en littérature « légitime », et dont enfin les éléments les plus exportables doivent peu à la science. Ces caractéristiques devraient certes être vérifiées, critiquées, complétées, étendues, mais peut-être peuvent-elles servir de base à une comparaison avec d’autres productions nationales, française en particulier, comme élément d’une recherche sur les convergences et les divergences entre provinces de la vieille Europe, et au premier chef de part et d’autre des Alpes.

Notes

1 Versins P., Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausanne, L’Âge d’homme, 1972, p. 457.

2 Trousson R., Voyages aux pays de nulle part. Histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, Université de Bruxelles, 1975, p. 49 circa.

3 Ibid, p. 67.

4 Henriet É., L’Histoire revisitée. Panorama de luchronie sous toutes ses formes, 2e éd., Amiens, Encrage, 2004, p. 82.

5 Cf. par ex. Pozzo F., « Emilio Salgari, le capitaine de l’imaginaire », Le Rocambole, no 21, 2002, p. 11-56.

6 Cf Barbagallo R. N., « L’aventure dans la littérature populaire italienne, de Mastriani aux “petits neveux” de Salgari », Le Rocambole no 21, 2002, p. 107-122 ; Colin M., « La naissance de la littérature romanesque pour la jeunesse au XIXe siècle en Italie ; entre l’Europe et la nation », Revue de littérature comparée, no 2, 2002, p. 507-518.

7 Cf. Pozzo F., « Luigi Motta, Le Géant de l’impossible ou un pirate en Salgarie », Le Rocambole, no 21, 2002, p. 57-86, p. 68.

8 Marinetti F. T., L’Alcova d’acciao, Milan, Vitigliano, 1921.

9 Versins P., op. cit., p. 460.

10 Stragliati R (éd.), Fiction spécial, no 6, 1964 ; Fontana J.-P. (éd.) Fiction spécial, no 30, 1979 ; Aldani L. et Fontana J.-P. (éd.), Science-fiction italienne, Paris, Pocket, 1981 ; Evangelisti V (éd.), Fragments d’un miroir brisé, Paris, Payot, 1999.

11 Cf. Galaxies, no 11, 1998 ; Vial É., « Bûchers d’autrefois et guerres à venir : Valerio Evangelisti et l’inquisiteur Nicola Eymerich entre discours engagé et littérature populaire », Cahiers d’études italiennes - Novecento... e d’intorni, no 3, 2003, p. 125-138.

12 [1940 et 1966] Paris, Laffont, 1949 et 1967.

13 Buzzati D., « L’invincibile », « La peste motoria », « 28 mars 1958 », « Rigoletto » et « Il disco si poso », Il Corriere della sera, 22 IV et 9 XII 1956, 7 I 1949, 4 I 1948, III 1950, rééd. par ex. Id. Sessanta racconti, Milan, Mondadori, 1958.

14 Milan, Mondadori, 1971.

15 Le Grand Portrait [1959], Paris, Laffont, 1961 ; sous le titre indiqué, Paris, UGE 10/18, 1999.

16 Leçons américaines, aide-mémoire pour le prochain millénaire [1988], Paris, Gallimard, 1989.

17 Rééd. Nos ancêtres [1952, 1957, 1959], Paris, Le Seuil, 2001.

18 « Si j’écris des récits fantastiques, c’est parce que j’aime mettre dans mes histoires une charge d’énergie, d’action, d’optimisme, dont la réalité contemporaine ne me donne pas l’inspiration. », 21 mars 1960, Calvino I., Lettere 1940-1985, Milan, Mondadori, 2000, p. 644.

19 Cosmicomics, récits anciens et nouveaux, [1967, 1968, 1984], Paris, Le Seuil, 2001.

20 Scarpa D., Italo Calvino, Milan, Bruno Mondadori, 1999, p. 105.

21 Levi P., « Tecnografi e tecnocrati », Corriere della sera, 20 janvier 1974, rééd. Id., Opere I, Turin, Einaudi, 1997, p. 1183.

22 Ibid, p. 1442.

23 Paris, Gallimard, 1994.

24 Paris, Liana Levi, 2000 et 1999.

25 La Recherche des Racines [1981], Paris, Mille-et-une nuits, 1999.

26 Cf. Grassano G., « La “musa stupefatta”. Note sui racconti fantascientifici » [1991], Ferrero E. (éd.), Primo Levi : un’antologia della critica, Turin, Einaudi, 1997.

27 Ibid., p. 144.

28 Nicolas Eymerich, inquisiteur [1994], Paris, Rivages, 1998 ; Les Chaînes d’Eymerich [1995], Paris, Rivages, 1998 ; Le Corps et le sang d’Eymerich [1996], idem, 1999 ; Le Mystère de l’inquisiteur Eymerich [1996], idem, 1999 ; Cherudek [1997], idem, 2000 ; Picatrix - L’échelle pour l’enfer [1998], idem, 2002 ; Le Château d’Eymerich, [2001] Clamart, la Volte, 2012 ; Mater Terribilis, Milan, Mondadori, 2002 ; La Luce di Orione, idem, 2007, Rex tremendae maiestatis, idem, 2010.

29 [1995], Paris, Fleuve Noir, 1999.

30 Evangelisti V. (éd.), Fragments..., op. cit.

31 [1999], Paris, Payot, 1999.

32 « Turin », Della Chiesa B. (éd.), Utopiœ 2001 - Fin de l’odyssée ?, Nantes, L’Atalante, 2001 ; Id., « La Rose blanche de Bonaparte », Ruaud A.-F. (éd.), Passés recomposés, Aix-en-Provence, Nestiqvenen, 2003.

33 [1998] Paris, Flammarion, 2000.

34 Réplicante [1992], Paris, Payot, 2000 ; Dream Box, Milan, Mondadori, 1997.

35 Cf. Milanesi C., « Les femmes et le polar italien. Les trois romans policiers de Nicoletta Vallorani », Italies, no 3, 1999, p. 96-115.

36 M, Naples, Cronopio, 1999.

37 [2002], Paris, Denoël, 2003 ; Turin, Einaudi, 2005 ; [2000], Paris, Gallimard, 2003.

38 PROSPERI P., Garibaldi a Gettysburg, Milan, Nord, 1993 ; Orfei G., 1943 Corne l’Italia vinse la guerra, Rome, Fazi, 2003.

39 Farneti M., Occidente, Attacco all’Occidente, Nuovo Impero d’Occidente, Milan, Nord, 2001, 2003, 2006.

40 Forte F. « Sulle ali di stinger », F. Forte (éd.), Fantasia, vol. I, Rome, Stampa alternativa, 1995; Miglieruolo M. A., « Pazza », Forte F. (éd.), Fantasia, vol. IX, Rome, Stampa alternativa, 1995; Vallorani N., « Snuff movie » [1997], Galaxies, no 4/46, 2009, p. 14-24.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise, CICC.
L.I.D.U. 23-34. Une organisation antifasciste en exil, la Ligue Italienne des Droits de l’Homme de sa fondation à la veille des Fronts populaires - 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540