Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Troisième partie. Entre politique et culture

Pourquoi (encore) étudier la monumentalité publique ?1

Catherine Brice

Texte intégral

  • 1 Cet article est paru en italien dans le volume dirigé par Marina Tesoro et Ariana Arisi Rota, Gari (...)

1Depuis quelques dizaines d’années, les historiens se sont emparés de cet objet, traditionnel apanage des historiens de l’art, qu’est la monumentalité publique. À vrai dire, ils l’ont fait car les historiens de l’art tendaient à délaisser ces monuments publics du XIXe siècle considérés comme indignes formellement de la belle production artistique.

  • 2 Agulhon M., « Les “Mariannes” du Var », Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéolog (...)
  • 3 Prost A., Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), Paris, Presses de la FNSP, (...)
  • 4 Mosse G. L., La Nazionalizzazione delle masse. Simbolismo politico e movimento di massa in Germani (...)
  • 5 Nora P. (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984.
  • 6 « Ln terms of the invention of tradition, three major innovations are particularly relevant (en Fr (...)

2Mais, outre le vide laissé par ce relatif désintérêt, la monumentalité publique, ou la « statuomanie » pour le dire comme Maurice Agulhon, rencontrait certaines interrogations des historiens. Si l’histoire politique ne se limite pas aux suffrages, élections et histoire des parlements et des gouvernements, s’il existe une histoire politique faite de rituels, de formes de sociabilité et de monuments, s’il existe une histoire « culturelle » du politique, alors l’historien peut commencer à se pencher sur ces objets. En quelques années, on voit ainsi Maurice Agulhon s’intéresser aux statues pour la première fois en 19722, Antoine Prost, dans sa thèse sur les anciens combattants en 1975, étudier les monuments aux morts de la Grande Guerre3, et, la même année, George L. Mossé dans son ouvrage sur La Nationalisation des masses examiner les grands monuments nationaux allemands (Walhalla, Herrmannsdenkmal, Völkerschlachtsdenkmal...) pour les mettre au cœur de sa réflexion sur la « nouvelle politique4 ». Un peu plus tard, Pierre Nora propose, dans Les Lieux de mémoire, un certain nombre de monuments comme réflexion sur les liens entre histoire et mémoire5, tandis qu’Eric Hobsbawm et Terence Ranger publient L’Invention de la tradition. Eric Hobsbawm y note : « En termes d’invention de la tradition, trois innovations majeures sont particulièrement significatives (en France). La première fut le développement d’un équivalent séculier de l’Église – l’éducation primaire, marquée de principes et de contenus républicains et révolutionnaires [...]. La seconde fut l’invention des cérémonies publiques [...]. La troisième fut la production en masse de monuments publics, déjà mentionnée [...]. Ces monuments indiquent les racines de la République, en particulier dans les zones rurales, et peuvent être considérées comme le lien visible entre les votants et la nation6 ». Il y a à ce moment une assez remarquable confluence de travaux d’historiens du politique s’intéressant aux monuments.

3L’usage qu’ils en font reste si l’on peut dire instrumental : les monuments sont le prétexte à décrire des sociabilités politiques, un rapport à la guerre, la mise en place d’une politique des masses, ou encore des lieux de mémoire, ou les instruments de l’invention des États-nations. Usage instrumental mais, on le voit, à des fins assez différentes, et au fond parfois antithétiques. Ce qui importe, toutefois, c’est bien que les monuments publics soient les « signes » de quelque chose qui leur est extérieur : la politique. Ainsi, statues et monuments sont devenus les éléments d’un dispositif plus vaste destiné à façonner une tradition, une mémoire et une identité communes dans le cadre de formations nationales, puis partisanes. Culture nationale (et enseignement), paysage mémoriel et liturgies politiques sont devenus les trois facteurs essentiels de la mise en place de la nation moderne, facteurs pris en charge par l’État et par l’ensemble de la société dans des configurations variables. Ce changement de focale par rapport au travail initial de Maurice Agulhon a détourné la façon de regarder la statuaire politique. Les statues sont considérées comme l’artefact de la construction d’une mémoire collective (politique, partisane, nationale, religieuse) et, de ce fait, ne sont pas fondamentalement différentes de l’ensemble des symboles et des objets participant à la construction des traditions et des identités.

4C’est à Maurice Agulhon qu’on doit sans doute d’avoir, le premier, synthétisé les questions qui peuvent être posées aux monuments. D’abord les rapports entre statuomanie et idéologie, que l’on peut résumer par la question : pourquoi choisit-on de statufier en place publique telle personne, plutôt que de l’honorer d’une autre manière (peinture, poésie, musique...) ? Ensuite statuomanie et politique : qui statufie-t-on, quelle catégorie de la population, où place-t-on leurs statues ? Et que nous disent ces choix des sympathies politiques des protagonistes ? Enfin statuomanie et histoire de l’art qui, sans replacer l’étude dans une perspective internaliste, prend toutefois en compte les critères stylistiques et esthétiques d’une époque donnée pour apprécier l’impact d’une statue.

  • 7 À titre d’exemples, quelques travaux dans cette voie concernant l’Italie : Berggren L., Sjöstedt L (...)

5Aujourd’hui, plus de 40 ans après ce premier article sur le sujet, pourquoi continuer à étudier la monumentalité publique7 ? Il faut, je crois, commencer par prendre en compte un reproche qui a souvent été fait aux études de monuments publics en lien avec le politique : celui de ne servir à rien d’autre qu’illustrer ce que l’on savait déjà par le biais d’autres sources, plus nobles. En d’autres termes, étudier la monumentalité ne servirait qu’à confirmer ce que l’on sait déjà. C’est là un reproche qui a pu être fait face à la déferlante de travaux sur les monuments depuis une vingtaine d’années. Pourtant, l’étude en soi du monument est déjà porteuse d’observations intéressantes, et il est possible de tirer des fils qui touchent aussi bien à l’histoire politique, à la sociologie de l’art, à l’étude des répertoires de l’action collective.

  • 8 À l’exception du Walhalla, construit sur le modèle du Parthénon, mais qui comprenait un espace pou (...)

6Cette critique peut, parfois, être fondée, mais ne saurait l’être pour tous les travaux. Ainsi, la démonstration de George L. Mosse s’appuyant sur les monuments publics allemands et insistant sur le fait que tous ces monuments8 sont inscrits dans un espace permettant des rassemblements de masse, appuyant ainsi la thèse de racines lointaines de la politique des masses mise en œuvre par le nazisme, faisait bien plus que décrire des monuments nationaux allemands. De même l’étude d’Antoine Prost qui, en dressant une typologie fine des monuments aux morts, met en évidence un rapport à la Grande Guerre infiniment plus diversifié qu’on ne l’avait cru, ainsi que le rôle des anciens combattants dans l’après-guerre. Ou bien, en étudiant le monument à Victor-Emmanuel II de Rome, la découverte un peu surprenante de la place centrale de la monarchie dans la construction nationale italienne. Étudier les monuments publics peut permettre aussi d’aller plus loin que la mise en évidence d’une tendance politique majoritaire, car ils sont autant source d’unité que de divisions mais, loin de ne diviser que dans les paramètres connus, ils peuvent révéler des fractures invisibles, ou inversement, mettre en relations des groupes qui peuvent politiquement apparaître éloignés.

Le monument public comme marqueur du politique ?

7C’est bien l’histoire politique qui se saisit de ces édifices pour les interroger différemment. Si les monuments sont l’expression de groupes, s’ils relèvent de décisions politiques, ils sont également les marqueurs d’une manière de faire de la politique, et apparaissent comme particulièrement intéressants dès lors que l’on s’intéresse à des périodes intermédiaires, celles du pré-politique ou de l’infra-politique, celles du suffrage censitaire, par exemple, ou dans un autre registre, des régimes totalitaires.

Le monument expression d’un groupe

  • 9 Voir Lescure J.-C., « Le monument national à Giuseppe Mazzini », Revue d’Histoire Moderne et Conte (...)

8Une des lectures les plus simples et les plus naturelles d’un monument public consiste à interpréter le choix du sujet représenté, ou d’un personnage, comme étant en adéquation avec l’expression d’une opinion politique. C’est évidemment une interprétation logique, en particulier pour des personnages extrêmes qui seraient l’expression d’une volonté de rappeler la mémoire d’un protagoniste oublié, ou bien en rupture avec un ordre établi. Ainsi l’érection d’une statue de Louis XVI à Nantes, décidée en 1790 mais inaugurée en 1823, en pleine Restauration, et restaurée en 1926, témoigne d’un attachement monarchiste de la ville bretonne. Personnage controversé, Mazzini est peu statufié en Italie mais lorsqu’il l’est, cela témoigne sans doute d’une volonté politique affirmée9.

9L’exercice est en revanche plus difficile lorsqu’il s’agit de personnages qui connaissent, à un moment donné, une vague de popularité assez consensuelle. Ainsi Garibaldi et Victor-Emmanuel II qui, dans un laps de temps allant environ des années 1880 jusqu’à la fin du siècle, ont été choisis pour décorer les places des villes italiennes, témoignent d’une volonté de célébration d’un Risorgimento qui unirait le Condottiere et le Roi dans une vision harmonieuse ; mais témoignent-ils pour autant d’opinions politiques très affirmées ?

10Il faut également rappeler que la monumentalité publique ne se limita pas aux hommes politiques, mais engloba aussi des artistes, des médecins... Dans ce cas, la clé de lecture reste souvent la notion de gloire locale : Virgile à Mantoue, Goldoni à Venise, ou bien les frères Cairoli à Pavie, Manin à Venise... Un premier recensement sur la période 1878-1903 permet de dénombrer pas moins de 590 monuments dédiés à des personnages très divers. Il est parfois difficile de dire précisément si la célébration de tel ou tel personnage répond à une intention strictement politique. Souvent, c’est davantage une célébration locale, la participation à un mouvement général d’autolégitimation des élites qui prend forme dans la décision d’ériger un monument dont, plus que la personne célébrée, sont rappelés les promoteurs. Et, dès lors, il faut considérer le monument comme l’expression d’une décision politique (au sens de menée des affaires publiques), comme un choix au sein d’un répertoire d’actions possibles. La décision d’ériger un monument est pour l’historien au moins aussi intéressante que le résultat.

Le monument expression d’une décision politique

11Pour l’historien, la période précédant la réalisation du monument lui-même peut se révéler particulièrement riche et intéressante. Toute la période qui va de la décision d’ériger un monument à sa construction révèle des éléments qui permettent de nourrir la discussion sur l’espace public, sur l’opinion, et elle met en évidence les clivages tout autant que les consensus.

  • 10 En Italie, même les monuments dits « nationaux » (c’est-à-dire dont l’érection est votée par le Pa (...)

12On le sait, la décision d’ériger un monument dans un espace public ne va pas de soi. Dans des régions pauvres, dans des municipalités aux ressources réduites, édifier un monument public est une décision grave, induisant une dépense publique improductive, destinée à un usage strictement symbolique. Elle s’inscrit dans la même logique que tous ces actes de réjouissances publiques (illuminations, feux d’artifice, architectures éphémères) qui coûtent cher et qui, symboliquement, sont forts car ils témoignent d’un attachement sans contrepartie à un régime, un personnage, une idée, etc. Le monument a ceci de singulier qu’il est pérenne, il dure, il restera mais, pour autant, c’est une dépense dont le « retour sur investissement » est quasi nul. C’est pour cela que la décision d’ériger un monument public, national ou non, nous dit quelque chose des convictions, des attachements à un principe ou à un personnage. Et ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il ne s’agit pas d’une décision d’en haut, financée intégralement par le pouvoir central10, mais d’une décision discutée et dont la réalisation est prise en charge par la collectivité. Il n’est pas rare, en Italie, de voir des municipalités préférer, lorsqu’une demande de financement de monument public est lancée, distribuer de l’argent pour faire la charité aux plus pauvres, doter les jeunes filles nécessiteuses ou procéder à des dons de nourriture. On ne peut pas le lire exclusivement en termes d’opposition aux sollicitations exercées sur les municipalités par le pouvoir central, mais plutôt comme le témoignage de ce qu’on pourrait appeler un « ancien régime » des célébrations publiques, et aussi une négociation entre les intérêts locaux et nationaux (ou régionaux). Il n’est d’ailleurs pas rare que les municipalités sollicitées préfèrent saupoudrer entre ces trois types de dépenses : les traditionnelles, une célébration locale plus modeste (plaque ou buste du personnage) et une participation à la souscription nationale. Il faut ainsi croiser plusieurs logiques pour mieux comprendre la réponse à une demande de financement pour un monument. La seule grille de lecture politique ne suffit pas à tout expliquer.

13L’étude du financement des monuments publics est donc extrêmement intéressante pour l’historien du politique. Dans des périodes sans suffrage universel, de rapport au politique encore extrêmement diffus et tenu par des élites étroites, comme l’Italie libérale, les participations au financement de monuments publics peuvent apparaître comme une sorte de trame rendant compte d’opinions, même s’il faut évidemment faire attention à ne pas en faire le simple décalque d’un suffrage politique.

14Ainsi, au moment de la décision de faire édifier un monument au Grand Roi, après sa mort, en 1878, on voit bien comment se répartissent les financements. Certaines communes répondent à la demande de souscription directement, acceptant d’envoyer toute la somme réunie à Rome, pour le monument national. Pour autant, nombreuses sont les communes qui préfèrent édifier un monument régional ou bien communal et donc conserver les sommes.

  • 11 Voir Brice C., Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, EHESS, 2009.
  • 12 Les chiffres donnés par A. Abeille (Il IX gennaio 1878, ossia il mondo civile ed in particolare l’ (...)

15On peut ainsi étudier la répartition des décisions de financements pour le monument à Victor-Emmanuel11. Au total, et cela ne saurait être sans signification, les sommes recueillies pour le monument de Rome sont inférieures à celles recueillies pour les différents monuments locaux : 714 417 lires pour le futur Vittoriano, 1 120 800 pour les futurs 54 monuments au Grand Roi, généralement érigés dans les préfectures et anciennes capitales des États pré-unitaires. Enfin, les monuments vraiment localistes rassemblent quand même 110 045 lires. On a donc là un écart avec le nombre des manifestations de deuil envers le roi : 4 835 communes ont mené une action spécifique à cette occasion. Là dessus, 2 351 ont donné des sommes parfois minimes mais symboliques pour le monument national rassemblant, avec les conseils communaux et provinciaux, près de 720 000 lires12 ; 220 communes seulement, avec l’aide des institutions, ont pu, au niveau régional, lever 1 120 000 lires ; et une soixantaine de communes ont réuni environ 110 000 lires.

  • 13 « Noi abbiamo avuto qui Vittorio Emanuele ospite per circa due mesi, Padova fu centro nel 1859 e n (...)

16Il me semble que cette souscription nationale montre en creux une assez bonne image de ce que peut être le sentiment national italien au tournant des années 1880. Plus que l’attachement au souverain, qui semble à cette date assez largement partagé, ce qui est en cause dans ces résultats, c’est la légitimité de Rome comme capitale du royaume. Les « petites patries » semblent bien vivaces, mais il faut faire attention à ne pas voir l’attachement au local comme exclusivement un refus de l’Italie unifiée. Ainsi, en 1878, la ville de Padoue n’avait pas voulu participer à la souscription nationale au prétexte que la ville entretenait avec le Grand Roi des rapports forts qui n’avaient pas besoin de transiter par Rome : « Nous avons eu ici Victor-Emmanuel comme hôte pour presque deux mois, et Padoue fut le centre en 1859 comme en 1866 des Comités politiques ; Padoue a recueilli toutes les formes d’émigration pour la guerre d’indépendance. Padoue a ce grand avantage que Victor-Emmanuel fut premier citoyen de la ville13. » Victor-Emmanuel fut donc d’abord citoyen de Padoue, avant d’être le premier citoyen de l’Italie...

Le monument comme marqueur du rapport local / national

17Les monuments peuvent donc être un bon marqueur des relations entre local et national si on en analyse le financement. Mais cette piste peut être également suivie si l’on s’intéresse au choix des sculpteurs et à l’iconographie.

18Malheureusement, on ne dispose pas encore d’une base de données complète rassemblant l’ensemble des monuments publics érigés entre 1850 et 1900, ce qui correspond à la phase la plus active de la statuomanie en Italie. Outre une recension complète des personnages statufiés, des emplacements choisis, une telle entreprise fournirait une vision d’ensemble des artistes travaillant pour ce type de commande. Il serait intéressant de saisir des parcours : les artistes locaux, ceux cantonnés à une région, et le petit groupe de sculpteurs qui sont de toutes les commandes publiques (Ferrari, Vela, Rosa, Rivalta, Barzaghi, etc.). Mais aussi d’essayer de comprendre les mécanismes du choix des commissions décidant des commandes. Le poids des Académies des Beaux-arts des anciens États italiens reste-t-il prépondérant ? Des logiques politiques, familiales, clientélistes, entrent-elles en compte ? Il y a encore des travaux à faire du côté de cette histoire de la commande publique italienne à la fin du XIXe siècle pour vérifier l’impression de deux circuits de commande étanches : un premier, fort éclaté, qui correspond à la commande des villes petites et moyennes où c’est d’abord l’enfant du pays qui est appelé pour ériger un monument souvent modeste ; en revanche, dans les grandes villes, c’est un groupe plus restreint de professionnels du monument public qui est à l’œuvre, et il est d’ailleurs intéressant de le retrouver dans le concours pour les statues des régions décorant l’Autel de la Patrie.

19On peut également affiner le rapport local/national (ou, pour le dire autrement, le poids du campanilisme) en analysant de plus près les programmes iconographiques. D’abord, en essayant de comparer le nombre de statues érigées à des héros de stature nationale ou à d’autres plus locaux. Mais aussi en notant que, souvent, les allégories locales viennent tempérer la représentation du héros national : ainsi la statue de Victor-Emmanuel de Venise est-elle entourée des symboles de la Sérénissime. La statue équestre monumentale conçue par Ettore Ferrari répond aux critères de la monumentalité publique de la fin du siècle, alliant à la figure du roi « Père de la Patrie » un ensemble allégorique qui rattache l’ensemble au contexte local. Le roi, à cheval, dans l’action de l’incitation au combat, ressemble fort aux statues équestres du XIXe siècle. En uniforme, guerrier, c’est le défenseur de l’unité et de la liberté nationales. La lisibilité du monument, dans un contexte spécifiquement vénitien, est rendue possible par les allégories qui décorent la base de la statue : deux représentations de Venise, sous la forme d’une femme assise, en 1849 et en 1866. En 1849, elle adopte une posture fière « in attesa di disperata difesa » (« dans l’attente d’une défense désespérée ») ; en 1866, une Venise majestueuse, libre. Deux lions, emblèmes de la Sérénissime, martèlent le message : le lion de 1849, qui déchiquette les chaînes étrangères, et le lion de 1866, calme, serein, confiant dans la paix et la prospérité. Le message politique d’Ettore Ferrari semble bien être la glorification de l’héroïsme vénitien de 1849, tout en indiquant son caractère vain et désespéré : il faut qu’intervienne le roi pour que la lutte soit enfin couronnée de succès et que Venise, libérée, retrouve paix et prospérité. On retrouverait dans presque tous les monuments aux héros nationaux ce double niveau de lecture rendant complémentaires, plus qu’antagonistes, le local et le national.

Les monuments, un autre moyen de faire de la politique ?

  • 14 Un bon exemple dans Baioni M. (dir.), I Volti della città. Politica, simboli, rituali ad Arezzo in (...)

20Que ce soit au Parlement ou dans les salles des municipalités les plus humbles, dans les colonnes de la presse locale ou nationale, dans les pamphlets et opuscules d’occasion, la décision d’ériger un monument public ne se fait jamais sans débat public. Parce qu’elle engage des dépenses parfois lourdes, parce que la légitimité des élites est en jeu, parce qu’un monument reste un symbole fort en cette fin de siècle, symbole qui s’inscrit dans le temps et dans l’avenir en s’insérant dans une longue lignée glorieuse de monuments publics, de la statue de Marc Aurèle aux statues de la Renaissance. Les débats font donc rage à tous les niveaux de la prise de décision : choix du personnage à honorer, choix de l’artiste, du décor et de l’emplacement. L’espace des villes italiennes est souvent un espace symboliquement chargé où se côtoient depuis des siècles le Palazzo comunale, l’archevêché et la cathédrale, les palais du pouvoir central, sans compter les couvents, l’Université, les sièges des confréries et corporations. Dans cet espace dense, une frontière existe encore en cette fin du XIXe siècle entre l’intérieur et l’extérieur des murailles – même si les murailles ont déjà été remplacées par des promenades, comme à Florence–, un extérieur qui de plus en plus souvent, avec la construction des gares, est associé à la modernité, tout en restant éloigné des centres de décision politique. Certains espaces sont particulièrement sensibles, comme tous ceux liés à l’Église. Par conséquent, l’emplacement d’une statue ou d’un monument ne se fait jamais simplement et les logiques politiques se nouent avec les logiques patrimoniales pour devenir un élément de débat public. Or, ce débat est vraiment public dans la mesure où il est répercuté par les journaux locaux, les comptes rendus du conseil municipal, les pétitions circulant sous couvert d’associations variées souvent liées à des groupes de pression bien identifiés14.

21Pour l’historien, l’ampleur de ces débats – pourtant parfois bien mesquins – est d’un grand intérêt car il délimite une autre manière de faire de la politique dans un pays où la participation électorale reste très faible. Et, de ce point de vue, il peut nous permettre de nourrir la réflexion sur l’action politique pré-moderne. Cette approche peut être par ailleurs complétée par un pan indissociable de l’histoire des monuments qu’est l’étude de leur utilisation.

La vie des monuments

Rituels et manifestations

22La phase de réalisation d’un monument public est intéressante pour un historien du politique, mais un monument n’a de sens qu’en fonction des utilisations qui en sont faites. Et, de ce point de vue, on ne peut qu’être intéressé par le caractère intrinsèquement polysémique d’un monument public. Politiquement, il change de signification en fonction de l’usage qui en est fait. Un seul exemple, éclairant, reste celui du monument à Victor-Emmanuel II à Rome : monument au Père de la Patrie, il devient un monument à la nation (1911), puis la tombe du soldat inconnu (1922), avant d’être récupéré par le régime fasciste pour être le cœur des cérémonies du Ventennio tout en devenant un élément structurant de l’urbanisme romain. Après la guerre, il subit une longue période de désaffection avant de reprendre une fonction essentiellement touristique depuis son ouverture au public. Il est ainsi devenu en quelques années un des monuments les plus visités de Rome, tout en gardant une signification politique lors des quelques cérémonies nationales qui s’y déroulent. À l’instar de l’Arc de triomphe, à Paris, le Vittoriano est à la fois monument touristique et symbole national.

23Mais, au-delà de ces monuments qui ont une vie longue, les rituels qui se déroulent autour d’eux sont éclairants. Cérémonies publiques, manifestations, iconoclasme, graffiti, autant d’expressions qui peuvent être politiques et qui gravitent autour du monument, le prenant comme prétexte ou comme objet.

  • 15 Mariot N., Bains de foule : les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006.
  • 16 Voir Brice C., « Il 1911 in Italia. Convergenza di poteri, frazionamento di rappresentazioni », Me (...)

24En ce qui concerne les manifestations politiques, historiens et politistes peuvent ne pas s’accorder sur le sens à leur donner. Pour les historiens, des marques d’assentiment, d’enthousiasme – applaudissements, exclamations – peuvent être retenues comme des formes politiques, mais certains politistes comme Nicolas Mariot leur dénient toute qualité politique15. S’il est indéniable qu’on ne pourra jamais sonder les cœurs lors d’une cérémonie publique, il n’en demeure pas moins que l’on peut en étudier les formes, les discours, la morphologie, pour tenter d’en établir une typologie, et qu’il importe de comprendre comment le monument a été pensé. Ainsi, le Vittoriano ne commencera à être perçu comme lieu de rassemblement de masse que sous le fascisme, avec le remaniement de la Place de Venise ; il fut conçu, d’abord, comme une statue monumentale du roi qui ne devait pas être le lieu de rassemblements ou de cérémonies, et qui ne fut d’ailleurs pas ou peu utilisé avant 191116. À partir de l’usage d’un monument, sont définies les formes politiques voulues par les décideurs dont on peut suivre les évolutions.

  • 17 Voir Gentile E., Il Culto del littorio : la sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, R (...)
  • 18 Ozouf M., La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

25Ainsi, qu’il s’agisse des religions civiles, des religions patriotiques (liées aux monuments aux morts) ou des religions politiques comme le fascisme17, toutes s’appuient sur des monuments, mais dans des paramètres différents, utiles pour différencier les cultures politiques. Pour les approcher, on peut partir des groupes politiques existants et étudier leurs codes et référents communs. Mais on peut aussi, en partant de pratiques politiques, tenter de définir des grammaires de l’action politique dont les délimitations dépasseraient les partis politiques. Pour cela, il faudrait établir une analyse fine des modalités des rassemblements et des cérémonies afin de mettre en évidence des traits communs ou des différences, indépendamment des idéologies. Déjà, Mona Ozouf, dans son ouvrage sur les fêtes révolutionnaires18, avait souligné les vocabulaires festifs communs aux liturgies catholiques et aux fêtes révolutionnaires de la période de la Terreur, des célébrations à l’Être Suprême, insistant sur la volonté des révolutionnaires de créer une religion politique. Or, l’échec de ce culte avait jusque-là incité les historiens à ne lui accorder qu’une importance anecdotique. En Italie, en s’interrogeant sur l’usage politique des monuments entre 1860 et 1890, sur une éventuelle grammaire commune avant l’apparition des meetings, avec le PSI, on pourrait dresser une cartographie des cultures politiques qui pourrait réserver des surprises.

Monuments et mémoire

  • 19 Bloch M., « Mémoire collective, tradition et coutume », Revue de Synthèse Historique, 1925, vol. 4 (...)
  • 20 Voir Brice C., « Les Monuments, pacificateurs ou agitateurs de mémoire ? », dans Blanchard P. et V (...)
  • 21 Koselleck R., « Les Monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des survivants », dans L (...)
  • 22 Voir Andrieu C., Lavabre M.-C. et Tartakowsky D., Politiques du passé : usages politiques du passé (...)

26Les monuments publics sont également un des points d’ancrage privilégiés de la mémoire collective19. Or, cette mémoire est loin d’être fixée, inerte et définitive20. Pour reprendre les termes de Reinhart Koselleck, les monuments aux morts intéressent bien davantage les vivants que les morts21. Ils sont donc conflictuels. Sous cet angle, les monuments sont à la fois des révélateurs, des points de cristallisation de mémoires concurrentes, et ce d’autant plus que les usages politiques du passé par les politiques se font de plus en plus nombreux22. L’étude des usages mémoriels des monuments reste un champ d’investigation riche et éclairant.

Projets ?

27La place du symbolique est aujourd’hui entièrement reconnue par les historiens du politique et par les spécialistes de science politique comme un moyen pour une collectivité de s’auto-représenter, mais aussi de dépasser les moments de crise, d’angoisse qu’elle rencontre dans son histoire. Or, malgré leur caractère bien concret et matériellement ancré, les monuments politiques, les monuments publics, sont d’abord et avant tout des symboles de quelque chose qui les englobe, nation, parti, morts. Ils sont donc un objet légitime de l’historien du politique, celui qui s’adonnerait à l’histoire culturelle du politique et s’emparerait des artefacts culturels pour tenter de lire, au-delà des partis politiques, ou avant même qu’ils n’existent, des modalités différentes du rapport à la chose publique. De ce point de vue, les monuments sont précieux. Lieux de mémoire aujourd’hui, ils ont été longtemps des lieux de vie intense, de conflits, d’enthousiasmes, de fierté, de légitimation.

28Ne serait-il pas utile, pour l’Italie du Risorgimento jusqu’à la période libérale, âge d’or de la statuomanie et de la monumentalité, de lancer un travail collectif qui recenserait les monuments édifiés, en y incluant les travaux préparatoires, les délibérations des conseils municipaux, les lieux d’édification, le financement, les réalisateurs et concepteurs, les manifestations autour jusqu’à aujourd’hui ? Une telle base de données serait vraiment précieuse pour le chercheur. D’ores et déjà des travaux existent, mais on peut rêver que l’Italie des Cento Città parvienne à recenser, de manière systématique, les centaines de monuments devant les quels nous passons chaque jour, parfois sans plus les voir.

Notes

1 Cet article est paru en italien dans le volume dirigé par Marina Tesoro et Ariana Arisi Rota, Garibaldi, Pavia e Palermo. L’Italia in cammino, Corne, 2008.

2 Agulhon M., « Les “Mariannes” du Var », Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, vol. 17, 1972, p. 150-157 ou « Les monuments civiques de village dans la tradition provençale. L’exemple des Bouches-du-Rhône », Provence Historique, XXIII, fasc. 93-94, 1973, p. 377-385. Le problème du dénombrement des statues a été esquissé dès 1982 : Agulhon M., « L’Expérience d’un historien : le problème du recensement des effigies politiques sur la voie publique en France », dans Les Historiens et les sources iconographiques, Paris, 1982, p. 25-27. Aujourd’hui, voir par exemple les travaux du colloque organisé à Nanterre les 16 et 17 novembre 2000 sur La Statuaire publique au XIXe siècle où un certain nombre d’inventaires et d’outils de repérage et de dénombrement des statues et monuments avaient été présentés, en particulier par des chercheurs de la DRAC. Les travaux de Maurice Agulhon sont trop nombreux pour être cités ici, on rappellera seulement la série des trois volumes consacrés à l’image de Marianne.

3 Prost A., Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939), Paris, Presses de la FNSP, 3 vol. , 1977.

4 Mosse G. L., La Nazionalizzazione delle masse. Simbolismo politico e movimento di massa in Germania dalle guerre napoleoniche al Terzo Reich, Bologna, Il Mulino, 1975.

5 Nora P. (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984.

6 « Ln terms of the invention of tradition, three major innovations are particularly relevant (en France). The first tuas the development ofa secular equivalent of the church primary education, imbued with revolutionary and republican principles and contents. [...] The second tuas the invention of public ceremonies [...]. The third tuas the mass production of public monuments already noted. [...] Such monuments traced the grass roots of the Republic, particularly in its rural strongholds-and may be regarded as the visible link between the voters and the nation » Hobsbawm E., « Mass producing Traditions: Europe, 1870-1914 », in Hobsbawm E. et Ranger T., The invention of tradition, CUP, Cambridge, 1983, p. 272-273. Voir sur ce point le débat entre M. Agulhon et E. Hobsbawm : Agulhon M., « Propos sur l’allégorie politique. En réponse à Eric Hobsbawm », Actes de la recherche en sciences sociales, no 28, 1979, p. 27-32.

7 À titre d’exemples, quelques travaux dans cette voie concernant l’Italie : Berggren L., Sjöstedt L., L’Ombra dei grandi. Monumenti a Roma (1870-1895), Rome, Artemide edizioni, 1997 ; Corgnati M., Mellini G., Poli F., Il Lauro e il bronzo. La scultura celebrativa in Ltalia 1800-1900, Turin, 1990 ; Tobia B., Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900), Roma-Bari, Laterza, 1991 ; Boco F., Kirk T., Muratore G., Guglielmo Calderini dai disegni dell’Accademia di Belle Arti di Perugia. Un’architetto nell’Ltalia in costruzione, Perugia, Edizioni Guerra, 1995 ; Brice C., Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, Ecole française de Rome, 1998 ; Tobia R., Una patria per gli Ltaliani, Roma-Bari, Laterza, 1991 ; Porciani I., « Stato e nazione : l’immagine debole dell’Italia », dans Soldani S. et TURI G. (dir.), Fare gli Ltaliani, t. 1, La Nascità dello stato nazionale, Bologne, Il Mulino, 1993, p. 385-429 ; Porciani I., « Stato, statue, simboli : i monumenti nazionali a Garibaldi e a Minghetti del 1895 », Storia, Amministrazione, Costituzione, Annali ISAP, 1, 1993, p. 220.

8 À l’exception du Walhalla, construit sur le modèle du Parthénon, mais qui comprenait un espace pour des processions, le long de rampes montant vers le monument, dans un style antique.

9 Voir Lescure J.-C., « Le monument national à Giuseppe Mazzini », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 40-2, avril-juin 1993, p. 177-201.

10 En Italie, même les monuments dits « nationaux » (c’est-à-dire dont l’érection est votée par le Parlement avec un financement, comme le monument à Victor-Emmanuel de Rome, celui à Garibaldi sur le Janicule, etc.), font l’objet, en complément, d’une demande de contribution auprès des communes du pays.

11 Voir Brice C., Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, EHESS, 2009.

12 Les chiffres donnés par A. Abeille (Il IX gennaio 1878, ossia il mondo civile ed in particolare l’Italia in morte di Vittorio Emanuele II il Grande, Napoli, 1879, 2 volumes), sont en définitive assez proches de ceux donnés par la commission royale pour le monument à Victor-Emmanuel, (A.C.S., PCM, Commissione reale per il monumento a Vittorio Emanuele II, buste 6 et 7) qui sont un peu plus élevés (797 000 lires) mais qui correspondent à 1880, date postérieure d’un an.

13 « Noi abbiamo avuto qui Vittorio Emanuele ospite per circa due mesi, Padova fu centro nel 1859 e nel 1866 dei Comitati politici ; Padova raccolse tutte le file dell’emigrazione per la guerra dellmdipendenza. Padova ha questo vanto che Vittorio Emanuele fu suo grande cittadino » in Abeille A., ibid, p. 189.

14 Un bon exemple dans Baioni M. (dir.), I Volti della città. Politica, simboli, rituali ad Arezzo in età contemporanea, Arezzo, La Balze, 2008.

15 Mariot N., Bains de foule : les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006.

16 Voir Brice C., « Il 1911 in Italia. Convergenza di poteri, frazionamento di rappresentazioni », Memoria e Ricerca, 34/2010, Celebrare la nazione. Anniversari e commemorazioni nella società contemporanea a cura di C. Brice, M. Baioni, p. 43-63, ainsi que Brice C., Monumentalité publique et politique à Rome, op. cit.

17 Voir Gentile E., Il Culto del littorio : la sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome, Laterza, 1993.

18 Ozouf M., La Fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976.

19 Bloch M., « Mémoire collective, tradition et coutume », Revue de Synthèse Historique, 1925, vol. 40, p. 73-83; Burke P., History as Social Memory, in Butler T. (dir.), Memory: History, Culture and the Mind, Blackwell, Oxford, 1989, p. 97-114; Connerton P., How Societies Remember, Cambridge, Cambridge University Press, Cambridge, 1989, p. 38-39.

20 Voir Brice C., « Les Monuments, pacificateurs ou agitateurs de mémoire ? », dans Blanchard P. et Veyrat-Masson I., Les Guerres de mémoires : la France et son histoire : enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques, Paris, La Découverte, Paris, 2008.

21 Koselleck R., « Les Monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des survivants », dans L’Expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, Paris, 1997, p. 135-160.

22 Voir Andrieu C., Lavabre M.-C. et Tartakowsky D., Politiques du passé : usages politiques du passé dans la France contemporaine, Publications de l’Université de Provence, « Le temps de l’histoire », 2006 ; mais aussi Hartog F. et Revel J., Les Usages politiques du passé, Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, 2001 et Revel J. et Levi G., Political uses of the past : the recent Mediterranean experience, London, Portland, OR, F. Cass, 2001. Les récentes célébrations du 150e anniversaire de la naissance du Royaume d’Italie ont donné également nombre d’exemples de ces usages du passé, tout comme les discussions sur les lois mémorielles en France. Voir Blanchard P., « Il passato coloniale in Francia. Commemorazioni, memoriali, monumenti e conflitti di memoria », Memoria e Ricerca 34, 2010, Celebrare la nazione. Anniversari e commemorazioni nella società contemporanea, a cura di C. Brice, M. Baioni, p. 63-81.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Paris-Est Créteil, membre de l’IUF. Responsable du Centre de Recherche en Histoire européenne comparée (CRHEC- EA 4392)
La Monarchie et la construction de l’identité nationale en Italie (1861-1900) - 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540