Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Troisième partie. Entre politique et culture

« Quand les vitraux racontent la Guerre de 1870 »

Jean-Claude Lescure

Texte intégral

  • 1 Milza, P., L’année terrible, la guerre franco-prussienne, septembre 1870-mars 1871, Paris, Perrin, (...)
  • 2 Pour des raisons d’édition, il n’a pas été possible de reproduire ici l’ensemble des vitraux décri (...)

1Ma première rencontre avec Pierre Milza s’est faite lors des vacances du printemps 1988 : il avait accepté de me recevoir dans sa maison entre Rennes et Saint-Malo, pour évoquer un sujet de thèse. Je ressortais lesté d’une proposition de travailler sur le Parti républicain italien après 1943. Pour ces Mélanges, je ne pouvais pas faire moins que de trouver un sujet croisant Bretagne et Italie, auquel s’ajoute la guerre de 1870-1871 à laquelle Pierre Milza a consacré un livre récent1 : cet article lui donnera quelques idées de balades, certaines très proches de chez lui, d’autres plus lointaines, prétexte également à entrer dans des églises qu’il fréquente peu, et à découvrir ces objets de mémoire méconnus que sont les vitraux de guerre2.

2Les verrières des XIXe et XXe siècles évoquant des faits contemporains sont peu fréquentes, et difficiles à localiser, car les services de l’Inventaire des monuments historiques ne les recensent pas. Dans le cadre d’une recherche sur les vitraux de guerre, j’ai repéré pour toute la France une petite centaine de pièces centrées sur 1870 et ses suites, placées dans des églises. Elles sont réparties dans trente et un départements, majoritairement dans le grand Ouest, la région d’Orléans, et les départements riverains de la Meuse. Ce corpus, exclusivement catholique, se divise en trois types de sujets : les combats entre Français et Allemands, la geste des zouaves pontificaux, la ville de Paris et le Sacré-Cœur.

  • 3 Blondel, N., Martin, J.-C., Massin-le Goff, G., Vitrail et guerre de Vendée, Pays de la Loire, Dir (...)

3Chronologiquement, ces vitraux sont installés dès les lendemains de la guerre de 1870 (ils précèdent les débuts de la mode des vitraux chouans de Vendée, Loire-Atlantique et Maine-et-Loire3 vers 1890), jusqu’à la veille de la guerre de 14. Ils sont les précurseurs d’une pratique qui se répand après la Grande guerre, avec l’installation d’environ mille cinq cents vitraux de guerre. Ils reposent sur des initiatives de particuliers et non sur des décisions de collectivités territoriales ou d’associations.

Le souvenir des combats et de leurs victimes

La bataille de Mars-la-Tour (16 août 1870)

  • 4 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garni (...)

4Le premier combat figuré sur un vitrail s’engage au sud de Metz, autour de Mars-la-Tour, le 16 août 1870, tandis que les troupes allemandes traversent la Meuse. Il s’agit d’un vitrail offert par le marquis de Champreux, ami d’une victime, le jeune Saint-Cyrien Antoine de Lavezou de Vézins : le verrier met en image une description faite par Dick de Lonlay dans son ouvrage4 :

  • 5 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garni (...)

« Un des plus beaux officiers de l’armée, était profondément royaliste ; jamais, pour rien au monde, on ne lui eût fait chanter au régiment la Marseillaise. Le 16 août, [...] de Vézins eut cette conscience de se dire qu’après tout on doit, à certains moments, mettre tout en œuvre pour tirer de ses hommes le summum de l’entrain et du dévouement. Aussi, loyalement convaincu qu’un chant patriotique, comme la Marseillaise, a toujours un certain effet sur le cœur du soldat, il se mit à entonner à pleine voix, en marche, le sabre haut, le premier couplet de cet hymne. À peine achève-t-il ce couplet qu’il tombe, la jambe fracassée par un éclat d’obus. Il essaie de se soulever, mais presque aussitôt il est frappé par une balle à la tête et par une seconde en pleine poitrine. Ses soldats se précipitent et veulent l’emporter à l’ambulance : « Non, non, mes amis, leur dit-il, ne quittez pas vos rangs, j’ai peu d’instants à vivre ». Son sergent-major Morel s’approche et lui demande ses ordres. « Morel, lui dit le mourant, ne vous occupez pas de moi ; c’est à vous que revient le commandement de la compagnie, puisqu’il n’y a plus d’officiers ; prenez-le et marchez à l’ennemi, mais avant je vous prie de recevoir cette montre et cet anneau. Vous remettrez l’un et l’autre à ma mère et vous lui direz que je meurs en soldat et en Chrétien5. »

Ill. 1. – Officier blessé lors de la bataille de Mars-la-Tour.

5Sur le terrain, restent quinze mille morts et blessés allemands et treize mille Français. Bazaine poursuit son repli sur la place-forte de Metz tandis qu’éclatent le surlendemain les combats à Gravelotte et Saint-Privat-la-Montagne (Ardennes).

La bataille de Saint-Privat-la-Montagne (18 août 1870)

6L’armée prussienne occupe les collines entre Rezonville et Gravelotte, d’où son artillerie écrase les positions françaises. Le Rémois Vermonet installe en 1901 un vitrail, dans l’église de Lanrivain (Côtes-d’Armor) : il représente les soldats prussiens forçant la porte et pénétrant dans le cimetière. Les Français sont à l’abri derrière les pierres tombales, une balle brise le canon du fusil de Thomas Le Cam, originaire du village de Kerien, commune voisine de Lanrivain. De retour dans son village, il vient régulièrement en pèlerinage dans la chapelle de Notre-Dame-du-Guiaudet. Le recteur de la chapelle offre le vitrail pour perpétuer le souvenir de ce « miracle ». Là encore, Dick de Lonlay inspire le verrier.

  • 6 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garni (...)

« Les défenseurs du cimetière tiennent toujours et amoncellent les cadavres ennemis au pied des murs criblés de balles, derrière lesquels ils se sont retranchés... Une violente poussée se produit sur le battant vermoulu de la porte du cimetière, que nos soldats ont étayée avec des pierres tombales et que plusieurs d’entre eux soutiennent en s’arc-boutant contre le sol. Sous la masse des assaillants, la porte, arrachée de ses gonds, est projetée à l’intérieur entraînant nos soldats dans sa chute et livre passage au flot des Allemands. Ceux-ci se ruent dans le cimetière, la baïonnette en avant ou le revolver prêt à faire feu6. »

  • 7 http://www.laguerrede1870enimages.fr/page230.html

7L’épisode du cimetière est repris par les chromos des chocolateries7, par des peintres comme Alphonse de Neuville qui expose au Salon de 1880 « Le Cimetière de Saint-Privat ».

La bataille de Bazeilles (1er septembre 1870)

8Bazaine est encerclé dans Metz ; Mac-Mahon fait route pour lui porter secours. À proximité de Sedan, où il entend faire se reposer ses hommes, le village de Bazeilles, au sud-est de Sedan devient un lieu d’affrontement. Du côté français, les marsouins, identifiables à leur uniforme bleu, occupent le village et fortifient les rues et les maisons. Les combats ont lieu jusqu’aux dernières cartouches, épisode repris par le peintre de bataille Alphonse de Neuville, sous le titre de Les dernières cartouches.

  • 8 Déroulède, P., Chants du Soldat, Calmann Lévy, Paris, 1885, p. 75.
  • 9 1870, feuilles de route. Des bois de Verrières à la Forteresse de Breslau, Société d’Édition et de (...)

9Dans l’église Saint-Martin de Bazeilles, est posé en 1904 un vitrail composé de deux lancettes. Offert par « un groupe d’officiers en mémoire de leurs frères d’armes tombés au champ d’honneur » selon le cartouche, le vitrail figure une scène juste après la bataille : de nombreux corps sont au sol, un homme agonise dans les bras d’un prêtre qui lui désigne le ciel, deux religieuses secourent un blessé. Entre les Français est visible le cadavre d’un soldat bavarois, dans son uniforme vert. Deux anges portent les palmes des martyrs ; dans le fond, l’église de Bazeilles brûle. Le prêtre figure l’abbé Baudelot, curé de Bazeilles, par ailleurs représenté les armes à la main sur le tableau de Jean-Léon Pallière, Le Curé de Bazeilles (1879), et chanté par Paul Déroulède8 dans son poème « Bazeille ». Paul Déroulède et Alphonse de Neuville sont amis : Déroulède lui dédie un livre à sa mémoire en 19059. Le vitrail de Bazeilles s’ancre dans une mémoire nationaliste.

Ill. 2. – Vitrail de l’église Saint-Martin de Bazeilles.

  • 10 Horne, J., Kramer, A., 1914. Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2004, 640 p. Ils ne ment (...)

10Les civils armés interviennent également dans les combats, francs-tireurs exécutés par les Allemands à Bazeilles, et dans d’autres villages comme Pfaffenheim (Haut-Rhin). Dans cette dernière commune, un vitrail dans la chapelle Notre-Dame de Schauenberg rappelle la pendaison d’un civil après un tir contre des soldats allemands, exemple unique pour la guerre de 1870, alors que les vitraux en souvenir des civils fusillés en 1914 ne sont pas rares10

La bataille d’Orléans : le village des Aydes (10 octobre 1870)

  • 11 18e Batterie du 10e d’artillerie ; 3e Bataillon du 39e de ligne ; 5e Bataillon de la Légion étrang (...)

11Dans l’« Église vieille » de Saran (Loiret), un vitrail (Illustration 3), détruit pendant la Seconde guerre mondiale, présentait le combat des Aydes : au premier rang un soldat agonise dans les bras d’un prêtre tandis que les combats se poursuivent au deuxième plan. Les Français défendent le carrefour, tirent sur les Bavarois, dont l’un d’eux est fait prisonnier. Cette action est la première menée par des contingents de l’Armée de la Loire, armée hétéroclite11 constituée à l’initiative de Léon Gambetta depuis Tours, pour rompre l’encerclement de la capitale. Le Loiret devient une zone stratégique. L’Armée de la Loire y livre plusieurs batailles, à commencer le 11 octobre, devant Orléans, à Saint-Jean-de-la-Ruelle et aux Aydes.

  • 12 La Légion étrangère était constituée d’un régiment de 4 bataillons de 8 compagnies chacun : seuls (...)

12Des combats très violents s’engagent pendant cinq heures. Ils opposent huit mille soldats français à quarante-cinq mille Allemands disposant d’une centaine de pièces d’artillerie. Les deux rues qui forment une patte-d’oie à l’entrée des Aydes sont ardemment disputées. Exceptionnellement, la Légion étrangère est engagée sur le territoire métropolitain alors que la loi prévoit son utilisation sur des théâtres d’opérations étrangers12. Les 1 350 légionnaires tiennent les positions, sous les ordres du commandant Arago ; ce dernier est tué avec six cents de ses hommes, et deux cent cinquante autres sont faits prisonniers. Le combat des Aydes est un sujet de tableau pour le peintre de batailles Lichy-Baudoin. Orléans est occupée par les Allemands du 11 octobre 1870 au 8 novembre.

Ill. 3. – Vitrail de Saran (Loiret). Le combat des Aydes.

Les combats de Ladon (24 novembre 1870)

  • 13 Illustration visible sur http://www.loire1870.fr/vitraux_ladon.htm
  • 14 Aurelle de Paladine, L., La première armée de la Loire : campagne de 1870-1871, Paris, Plon, 1872.
  • 15 Grenest (pseudonyme de Sergent, Eugène-Désiré-Édouard), L’armée de la Loire : relation anecdotique (...)

13La guerre se poursuit en Beauce autour d’Orléans pendant tout le mois de novembre. Les combats de Ladon (Loiret) sont rappelés par deux vitraux13 posés par le verrier Charles Lorin dans l’église du village. Le premier représente les combattants qui tiennent le carrefour des routes de Ladon et de Lorris. Le second vitrail met en scène l’intervention des habitants de la ville pour s’occuper des soldats blessés : à gauche, une femme panse le bras d’un soldat, tandis qu’à droite, un civil portant chapeau, le docteur Pillard, maire de Ladon, vient en aide à un soldat qui s’effondre sous les balles. Les civils entassent leurs affaires dans une carriole pour fuir. Dans ce combat, soixante Français trouvent la mort, avant que leur régiment ne se replie14. Les Allemands marchent sur Beaune-la-Rolande où ils défont également les Français15.

  • 16 Centre Historique des Archives nationales, dossiers d’absents militaires (1846-1893) BB/14/105/2, (...)

14Un tiers des vitraux de notre corpus relève de ces combats où des épisodes militaires sont mis en avant, le plus souvent dans une seule église, par des donateurs particuliers. C’est encore le cas des combats du 18 janvier 1871 qui se déroulent dans des lieux aussi éloignés que Saint-Quentin (Aisne) et Héricourt (Saône-et-Loire) font également l’objet de verrières commémoratives. Dans la Chapelle de la Charité de Saint-Quentin, une religieuse soigne un blessé. Le combat d’Héricourt figure sur un vitrail de l’église paroissiale de Montpont-en-Bresse, dans le même département. Le vitrail est dédié à « la mémoire de J. Pernaton mort au champ d’honneur [...] tué au combat d’Héricourt » : Pierre-Joseph Pernaton, capitaine servant au4e régiment de mobiles, a disparu lors des combats, son corps n’a jamais été retrouvé16. Maurice-Henri du Val, comte de Dampierre, confie au verrier Gustave Duhamel-Marrette la commande de vitraux glorifiant l’armée française : un vitrail montre ainsi un volontaire de 1792 vainqueur d’un Prussien et un Gaulois brisant le glaive d’un guerrier d’Attila. Un autre vitrail évoque directement la guerre de 1870, un soldat agonisant, « Le soldat mourant sur le champ de bataille, ou La dernière pensée », reproduction d’un tableau d’Alexandre Protais.

15Dans tous ces cas, les verrières sont la manifestation de mémoires privées et de deuils particuliers. Un tiers des vitraux de notre corpus relève d’une mémoire politique de la guerre. Ils ont pour objet la geste des zouaves pontificaux.

Les zouaves pontificaux

  • 17 Illustration visible sur http://aeco-44.over-blog.com/article-18373380.html
  • 18 Tréourret de Kerstrat, J.-L., Les soldats du pape : les campagnes d’Italie : 1860-1870, Usseau, In (...)

16Claudius Lavergne fabrique en 1899 une verrière à la gloire du colonel de Lamoricière, premier commandant des zouaves pontificaux17 : la scène se situe en 1861, lors de la création de l’unité. Lamoricière reçoit la bénédiction pontificale sous le regard de son cousin, Mgr Xavier de Mérode, à l’origine de la création des zouaves. À ses côtés se trouve le capitaine de Charette, commandant en second18. De 1861 à 1867, les zouaves mènent des opérations de police. Ils sont engagés à Mentana en novembre 1867 aux côtés des troupes françaises, contre Garibaldi et ses hommes. La chute de l’Empire français et la prise de Rome le 20 septembre 1870 par les troupes italiennes modifient leur situation. Le 21 septembre, les zouaves pontificaux sont réunis sur la place Saint-Pierre, avant de gagner Toulon le 27 septembre. Sur l’insistance de l’évêque ultramontain de Poitiers, Mgr Pie, les zouaves sont intégrés dans l’Armée de la Loire, sous le nom de « Légion des volontaires de l’Ouest », placés sous le commandement du lieutenant-colonel de Charette. Ils entrent dans les combats en Beauce, le 2 décembre 1870.

Le combat de Loigny — Patay (2 décembre 1870)

  • 19 Le tableau L’ambulance de Loigny est conservé au Musée du Val de Grâce ; La nuit du 2 décembre 187 (...)
  • 20 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR24/IM28000065/index.htm
  • 21 Ambert, J., Gaulois et Germains : récits militaires, Paris, Bloud et Barrai, 4 volumes, 1883-1885. (...)
  • 22 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 605-648. Patrice Maho (...)
  • 23 Beaupoil, L. (Marquis de Saint-Aulaire), Henri de Verthamon, zouave pontifical, volontaire de l’Ou (...)
  • 24 Aubigny et Saint-Christophe (Allier), Caen (Calvados), Chénac (Charente-Maritime), Quimper (Finist (...)

17Les affrontements de Loigny font l’objet de nombreuses représentations, notamment par Paul Richer : d’abord carabin, il sert à l’ambulance locale. Devenu peintre, il utilise ses souvenirs pour plusieurs tableaux19. Dès 1875, Jules Duvaux peint « La bataille de Loigny, ou l’attaque du bois des zouaves », tableau toujours exposé à la mairie de Janville20 ; en 1879, Charles Castellani peint « La bataille de Loigny ». Les publications de mémoires21 et de romans se suivent : Roë Art décrit Loigny pour la Revue des deux mondes en 189422 ; Louis de Beaupoil s’intéresse au porte-drapeau des zouaves pontificaux23. Reprise par les cartes postales qui reproduisent les tableaux, cette nouvelle tradition mémorielle a un écho dans le milieu des commanditaires de vitraux et chez les verriers : dix-neuf vitraux24 sont consacrés aux combats de Loigny. C’est la bataille la plus représentée, en ses différents moments, toujours centrés sur les zouaves.

18Sous le commandement du général de Sonis, le 17e corps de l’Armée de la Loire est composé des deux bataillons de zouaves pontificaux, d’un bataillon de mobiles des Côtes-du-Nord, d’un autre venant de Mayenne... au total, des troupes très disparates. Aux côtés du général de Sonis marche le colonel Athanase de Charette, à la tête de ses trois cents zouaves qui portent au côté gauche de la veste un Sacré-Cœur rouge et sanglant, évocation de l’ancêtre éponyme mort en 1796.

  • 25 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 620.
  • 26 Rodriguez, M., « Du vœu royal au vœu national », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [ (...)

19Un vitrail datant de 1890, dans l’Église de la Madeleine à Angers (Maine-et-Loire), œuvre du verrier Clamens, immortalise le service religieux du 2 décembre 1870 : à 3 heures du matin, avec l’aide du porteclairon, le jeune italien Colossandri, l’aumônier des zouaves pontificaux, le père dominicain Antonin sert la messe pour le colonel de Charette, le porte-bannière Henri de Verthamon et deux autres officiers25. Le père dominicain remet la bannière des zouaves à Verthamon, bannière donnée quelques jours auparavant par les religieuses de la Visitation à Paray-leMonial (où vécut Marguerite-Marie Alacoque), qui ont brodé l’invocation « Cœur de Jésus, sauvez la France ! ». La bannière est représentée sur de nombreux vitraux : cette dévotion s’inscrit dans la politique du Vatican qui béatifie Marguerite-Marie Alacoque en 1864. Ses écrits, publiés en 1867, sont vendus comme contenant des révélations sur les relations particulières entre le Sacré-Cœur et la France26. Alacoque aurait transmis en 1689 un message divin à Louis XIV précisant que le Sacré-Cœur de Jésus régnera sur la France à deux conditions : que Louis XIV porte sur des drapeaux l’image du Sacré-Cœur et construise un temple pour exposer cette image. La bannière à l’effigie du Sacré-Cœur relève de cette mystique qu’elle alimente.

  • 27 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 634.
  • 28 D’après Massin-Le Goff, G., Le décor verrier de l’église Notre-Dame de Beaupréau, Conseil Général (...)
  • 29 Illustration sur http://www.loirel870.fr/pa_vitmos/vitraux_aubigny.htm Ce site permet de voir de n (...)

20Ce n’est qu’à 12 h 30 que de Sonis se rend à proximité de Loigny où le37 e régiment de marche est encerclé dans le cimetière par les Allemands. Verthamon porte la bannière. « Les officiers montés se réunirent devant le centre, en un seul groupe ; les mobiles à droite, les francs-tireurs à gauche, s’alignèrent sur les zouaves27 » qui se ruent à la baïonnette contre les Bavarois, scène reprise par le vitrail de l’église de Beaupréau (Maine-etLoire), réalisé en 1880 par le verrier allemand Heinrich Ely28. Verthamon tombe, le fanion est repris par Bouillé-père. Le vitrail placé dans l’église d’Aubigny (Allier) se concentre sur ce moment de la bataille : la bannière passe de l’un à l’autre, au milieu des cadavres mêlés des Bavarois et des zouaves29. « Un seul obus, éclatant dans le groupe des officiers montés, venait de blesser, de renverser, de disperser, Sonis, de Charette, Moncuit, Bouillé, Ferron, Hascouët ».

21En 1911, le verrier Maurice Muraire répond à la commande pour l’église de Montanel (Manche) passée par la mère du prêtre Jean Domin qui vient de décéder. Maurice Muraire vend à un autre commanditaire un vitrail identique à Frênes (Orne). La scène reprend les personnages du combat : le clairon du jeune Tulane, blessé à mort, est à terre ; le père dominicain réconforte le commandant Troussure qui agonise ; au centre, debout sur sa monture tuée, de Charette exhorte ses hommes à poursuivre le combat. A ses côtés, la bannière du Sacré-Cœur est portée par Bouillé-père.

Ill. 4. – Une scène des combats de Loigny (église de Montanel, Manche).

22Deux vitraux identiques, posés dans les églises de Saint-Étienne-de-Mer-Morte (Loire-Atlantique) et de Saint-Gervais (Vendée) illustrent l’instant suivant : les hommes menés par de Charette percent le rang allemand, qui se referme sur eux, ils sont encerclés.

23Après les combats, morts et blessés jonchent le champ de bataille. Un des vitraux posés dans l’église paroissiale de Champéon (Mayenne) montre le général de Sonis, le dos contre la selle de son cheval, « dans la posture où son officier d’ordonnance l’avait laissée », jambe droite cassée. Il est secouru par l’abbé Batard, aumônier des mobiles de la Mayenne. Le vitrail peint une scène fidèle aux descriptions : le paysage est couvert de neige, la température tombe à-20° pendant la nuit. Devant Sonis se trouve le corps du commandant de Troussure. Pendant son amputation de la jambe, Sonis a conté à Paul Richer la fin de cet officier : les détrousseurs de cadavres prussiens l’ont achevé pour lui voler sa montre.

  • 30 Duplan, A., « Église de Champéon : des vitraux surprenants », dans La Mayenne Archéologie-Histoire (...)

24Les six médaillons qui décorent l’église de Champéon figurent également des épisodes des combats de Loigny, sous un angle différent30 : ils sont en effet dus à l’initiative de l’abbé Louis-Théophile Batard, ancien aumônier du66 e régiment des mobiles de la Mayenne, curé à Champéon en 1875. Il fait restaurer l’église en 1900, et obtient de nouveaux vitraux offerts par les officiers de son bataillon. Le verrier Jean Clamens célèbre la geste de l’abbé : un premier médaillon présente l’abbé Batard donnant la bénédiction à la troupe. Deux médaillons montrent des scènes de batailles : sur le premier, figure le colonel de Charette portant l’oriflamme du SacréCœur, entouré de deux mobiles de la Mayenne ; sur le deuxième, les mobiles attaquent le château de Beauvilliers. Le dernier médaillon montre le rôle du prêtre : il assiste un zouave, Thébaut, qu’un chirurgien ampute successivement d’une main et d’une jambe. La Lecture pour tous en 1883 lui prête ces propos :

  • 31 Général Ambert, « La bataille de Loigny », La lecture pour tous, 19 mars 1885.

« Allons, docteur, dit le zouave, ne faisons pas tant de façons. Vous devez me couper la jambe, je le sais, et je suis prêt ; seulement, rendez-moi un service : mettez-vous à genoux, là, et récitons ensemble une prière ; puis vous ferez l’opération, et nous prierons encore après31. »

  • 32 Boutry, Ph., Cinquin, M., Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauche (...)

25À l’issue des combats, il ne reste que cent cinquante hommes pouvant combattre, évacués vers Tours et Le Mans. D’un point de vue militaire, l’engagement des zouaves ne conduit pas à la victoire. Mais les catholiques lui donnent une interprétation positive : l’avance prussienne est arrêtée. La bannière protège les Français, symbole de l’union de la patrie et de la foi catholique32. La participation des zouaves pontificaux est mise également en avant lors des combats du plateau d’Auvours (Sarthe).

Les combats du plateau d’Auvours et du Mans (11 janvier 1871)

26Les combats du plateau d’Auvours sont commémorés sur les vitraux de deux églises, à Guingamp (Côtes d’Armor) et à Yvré l’Évêque (Sarthe). Le vitrail de Guingamp est posé en 1873 par le verrier Fialex qui réalise une œuvre imposante pour l’église Notre-Dame du Bon-Secours. Baptisé « Vœu de la Guerre », le vitrail commémore la protection de la Vierge implorée en décembre 1870 par la population.

27La scène se déroule sur deux lancettes, en trois parties de bas en haut : le prêtre en chaire fait le vœu devant la population agenouillée ; au centre, sur le champ de bataille, une allégorie de la France se cache le visage et pleure les morts, tandis qu’au second plan se déroulent les combats ; dans la partie supérieure, Dieu regarde la scène. Dans un cartouche figurent les noms des victimes, dont celui de Charles de La Noue, sous-lieutenant aux mobiles des Côtes-du-Nord, tué le 11 janvier 1871. Le vitrail montre que mobiles et zouaves pontificaux combattent ensemble, sous le drapeau tricolore.

  • 33 Général Ambert, « La bataille de Loigny », La lecture pour tous, 19 mars 1885.

28Les vitraux d’Yvré-l’Évêque ont un motif plus simple : les portraits des zouaves morts : Bernard du Port, le capitaine Maurice du Bourg, « le plus ancien soldat du régiment33 », le capitaine Félix Belon, Marie-Joseph Duchemin de Vaubernier, l’abbé Fouqueray et le capitaine Fournier de Bellevue. Installés à l’été 1914 par le verrier Albert Echivart, ils ont été commandés par le curé de la paroisse, l’abbé Duval, qui, âgé de 16 ans en 1871, fut brancardier après les combats.

  • 34 Il existe encore en 2013 une Association des Descendants des Zouaves Pontificaux et des Volontaire (...)
  • 35 Brunellière, G.-O. (abbé), Histoire de Saint-Philbert-de-Grandlieu, Nantes, Dupas, 1924, 399 p.

29Pendant cette bataille, les Français tentent de s’emparer du plateau occupé par les Allemands. Zouaves pontificaux, mobiles du Gers et des Côtes-du-Nord se lancent à l’attaque. À la fin de la journée, les Français sont maîtres du sommet. La dissolution du corps des Volontaires de l’ouest est prononcée en août 1871. L’entretien de la mémoire des zouaves pontificaux est suivi par une association d’anciens zouaves34 : de Charette assiste ainsi à la consécration de l’église de Saint-Philbert-de-Grandlieu le 25 août 188935

30.Les nombreux vitraux à la gloire des zouaves pontificaux et de leur chef de Charette relèvent bien d’une mémoire ultramontaine, particulièrement célébrée dans l’ouest de la France et qui mêle le souvenir des deux de Charette, le chouan et le zouave, pour souligner la continuité de l’engagement catholique de paroissiens enracinés dans leurs traditions et qui dès lors ne peuvent reconnaître qu’avec difficulté la République. C’est un écho des guerres franco-françaises.

La guerre franco-française et le militantisme catholique

31La situation de Paris fait l’objet de très rares vitraux : l’un s’intéresse par allégorie aux combats à Paris, l’autre à une victime catholique. Beaucoup plus nombreux sont les vitraux qui célèbrent la construction de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, avec près du tiers de notre corpus.

32Le siège de Paris ne figure qu’à une reprise sur les vitraux, à Notre-Dame-de-la-Salette, dans le 15e arrondissement, sous la forme d’une allégorie : une femme porte le blason de Paris, ses mains sont enchaînées ; dans son dos, les flammes des incendies ravagent la ville. Rien ne permet de différencier les malheurs de Paris liés à la présence proche des Allemands de ceux causés par la guerre civile.

  • 36 Odelin, H., Paul Odelin, lieutenant de mobiles, tué à la manifestation de la place Vendôme, le 22 (...)

33L’évocation de la Commune n’est faite qu’à une seule reprise dans l’église paroissiale de Fontaine-Lavaganne (Oise), bien loin de Paris : un vitrail est offert en 1887 par Henri, Joseph, Gabriel et Marie Odelin en mémoire de leur frère, le lieutenant Paul Odelin. Lors de la manifestation organisée par les Amis de l’Ordre, le 22 mars 1871, il marchait vers le siège des Gardes nationaux, place Vendôme. Il est tué avec une quinzaine d’autres manifestants par des tirs des Gardes nationaux. Le frère de Paul, Henri Odelin, vicaire général de Paris, publie dès 1875 une biographie du disparu36, rééditée à plusieurs reprises. Ce n’est pourtant pas dans la capitale qu’il fait placer un vitrail commémoratif.

  • 37 Entre octobre 1870 et décembre 1871, quatorze diocèses sont consacrés au Sacré-cœur : Nantes, Sées (...)
  • 38 Bulletin de l’Œuvre du vœu national au Sacré-Cœur de Jésus, éditée de façon irrégulière à partir d (...)

34L’affaire du vœu national connaît une diffusion en vitraux sur tout le territoire37 : dès le 4 septembre 1870, l’évêque de Nantes, Félix Fournier, interprète la défaite française comme une punition divine. En janvier 1871 circule le « vœu au Sacré-cœur pour la délivrance du Souverain Pontife et celle de la France », rédigé à Poitiers par deux notables catholiques, les Parisiens Alexandre Legentil et son beau-frère Hubert Rohault de Fleury. Leur texte fait évoluer la pratique du vœu personnel vers le vœu collectif. Ils fondent alors l’« Œuvre du Vœu national de consécration de la France au Sacré-Cœur de Jésus » dotée d’une revue38 fondée sur une promesse « Nous promettons de contribuer à l’érection à Paris d’un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus ». Dans l’église paroissiale de Quintin (Côtes d’Armor), l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, sont posés des vitraux figurant le vœu, avec à Nantes, la présence du général Lamoricière, inhumé dans la cathédrale de la ville, tenant la bannière du Sacré-Cœur.

  • 39 Boutry, Ph., Cinquin, M., Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauche (...)

35Le 24 juillet 1873, l’Assemblée nationale vote une loi accordant le statut d’utilité publique à la construction de la basilique de Montmartre. Dans l’église du Sacré-Cœur de Marseille, un grand vitrail représente la « basilique du vœu national au Sacré-cœur à Montmartre à Paris » : la lancette de droite figure la construction, sur fond de soleil levant, et face à elle, regroupés sur une estrade, les hommes responsables de la construction : Joseph Hippolyte Guibert, archevêque de Paris, l’évêque de Poitiers Louis-Edouard Pie, le colonel de Charette, des élus portant l’écharpe tricolore et qui ont lancé la confrérie du Vœu national, Alexandre Legentil et son beau-frère Hubert Rohault de Fleury, tandis que se développe le pèlerinage à Paray-le-Monial39

36.Un lieu commun s’impose dans les vitraux : la dévotion de la France au Sacré-Cœur représentée par une femme à genoux, portant la basilique de Montmartre et l’offrant à Jésus. À Montanel (Manche), Lanrigan (Ille-et-Vilaine), La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), Puceul (Loire-Atlantique), Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise), Lille (Nord) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le même motif est repris par des verriers différents, s’inspirant de gravures identiques. Des exemples plus régionaux reposent sur le même motif : à Elven (Morbihan), c’est un zouave pontifical qui offre l’église d’Elven au Christ.

*

37Ces verrières montrent plusieurs sensibilités au passé et des rôles différents attribués aux usages de la commémoration : les souvenirs personnels d’anciens combattants, qui ont survécu à la guerre, ou l’attention de proches d’un disparu, qui commémorent une histoire quasi-familiale, motivent les dons de vitraux. Dans d’autres cas, il s’agit d’acte de militantisme d’un catholicisme ultramontain attaché à forger le mythe des zouaves pontificaux, à contester la République française et l’unité italienne faite au détriment du Vatican. C’est aussi la manifestation d’une croyance en pleine expansion à l’initiative du Pape après 1864, la dévotion au Sacré-Cœur. Patrimoine peu remarqué, aujourd’hui souvent inaccessible, ou en état de conservation parfois inquiétant, ces verrières de guerre mériteraient recensement et protection.

Notes

1 Milza, P., L’année terrible, la guerre franco-prussienne, septembre 1870-mars 1871, Paris, Perrin, 2009, 2 tomes, 460 et 514 p.

2 Pour des raisons d’édition, il n’a pas été possible de reproduire ici l’ensemble des vitraux décrits. Les lecteurs peuvent se reporter sur les sites internet qui proposent des reproductions. Nous indiquons les principaux.

3 Blondel, N., Martin, J.-C., Massin-le Goff, G., Vitrail et guerre de Vendée, Pays de la Loire, Direction régionale des affaires culturelles, Association pour le développement de l’inventaire général des Pays de la Loire, 1987, 64 p.

4 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garnier, 1888, volume 4, p. 170.

5 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garnier, 1888, volume 4, p. 392. Le général Von Moltke entend en finir avec Bazaine et son armée. Le combat s’engage sous la forme d’un duel d’artillerie, dans lequel les canons Krupp s’imposent. En fin d’après-midi, les Allemands arrivent devant le village de Privat, occupé par les hommes de Canrobert, qui ne réussit pas à obtenir de Bazaine des renforts nécessaires.

6 de Lonlay, D., Français et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871, Paris, Garnier, 1888, volume 4, p. 375.

7 http://www.laguerrede1870enimages.fr/page230.html

8 Déroulède, P., Chants du Soldat, Calmann Lévy, Paris, 1885, p. 75.

9 1870, feuilles de route. Des bois de Verrières à la Forteresse de Breslau, Société d’Édition et de publications, Paris, 1905, p. 7.

10 Horne, J., Kramer, A., 1914. Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2004, 640 p. Ils ne mentionnent pas les vitraux en souvenir des exécutions qui se trouvent par exemple à Maissin (Belgique), Margny (Ardennes), Jarny (Meurthe-et-Moselle), etc.

11 18e Batterie du 10e d’artillerie ; 3e Bataillon du 39e de ligne ; 5e Bataillon de la Légion étrangère ; 2e et 3e Bataillons des mobiles de la Nièvre ; 5e et 8e Bataillons de marche de Chasseurs à pied ; des compagnies de zouaves pontificaux ; des compagnies des 27e, 33e, 34e régiments de ligne.

12 La Légion étrangère était constituée d’un régiment de 4 bataillons de 8 compagnies chacun : seuls 2 bataillons furent débarqués à Toulon (60 officiers et 1 457 hommes) et l’on créa aussi à Tours le 5e Bataillon. Le tout forma un seul régiment.

13 Illustration visible sur http://www.loire1870.fr/vitraux_ladon.htm

14 Aurelle de Paladine, L., La première armée de la Loire : campagne de 1870-1871, Paris, Plon, 1872.

15 Grenest (pseudonyme de Sergent, Eugène-Désiré-Édouard), L’armée de la Loire : relation anecdotique de la Campagne de 1870-1871, d’après de nombreux témoignages oculaires et de nouveaux documents, Paris, Garnier, 1893, 968 p.

16 Centre Historique des Archives nationales, dossiers d’absents militaires (1846-1893) BB/14/105/2, 3 feuillets.

17 Illustration visible sur http://aeco-44.over-blog.com/article-18373380.html

18 Tréourret de Kerstrat, J.-L., Les soldats du pape : les campagnes d’Italie : 1860-1870, Usseau, InSemen, 2012, 299 p.

19 Le tableau L’ambulance de Loigny est conservé au Musée du Val de Grâce ; La nuit du 2 décembre 1870 au Musée des Invalides.

20 http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR24/IM28000065/index.htm

21 Ambert, J., Gaulois et Germains : récits militaires, Paris, Bloud et Barrai, 4 volumes, 1883-1885. Le volume 3 concerne la Loire et l’Est, 1870-1871. Avant publication en livre, ces textes sont édités dans la revue La Lecture pour tous.

22 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 605-648. Patrice Mahon, dit Art Roë est le pseudonyme de Patrice Mahon, né en 1865, officier dans les années 1890, qui n’est pas contemporain des faits qu’il raconte. Il donne à partir de 1890 plusieurs textes à la Revue des deux mondes, comme « La Cousine du colonel », « Papa Félix », « Racheté », « Impressions de Russie »...

23 Beaupoil, L. (Marquis de Saint-Aulaire), Henri de Verthamon, zouave pontifical, volontaire de l’Ouest, blessé mortellement au combat de Loigny, le 2 décembre 1870, Paris, Cassard, 1910, 128 p.

24 Aubigny et Saint-Christophe (Allier), Caen (Calvados), Chénac (Charente-Maritime), Quimper (Finistère), La-Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), Issoudun (Indre), Saint-Étienne de Mer Morte et Saint-Joachim (Loire-Atlantique), Angers et Beaupréau (Maine-et-Loire), Champéon (Mayenne), Elven (Morbihan), Frênes (Orne), Amiens (Somme), Saint-Gervais (Vendée).

25 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 620.

26 Rodriguez, M., « Du vœu royal au vœu national », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 21 | 1998, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 6 novembre 2013. URL : http://ccrh.revues.org/2513 ; DOI :10.4000/ccrh.2513

27 Art, R., « L’assaut de Loigny », La Revue des deux mondes, décembre 1894, p. 634.

28 D’après Massin-Le Goff, G., Le décor verrier de l’église Notre-Dame de Beaupréau, Conseil Général du Maine-et-Loire, s.d., 4 p., le verrier allemand Heinrich Ely vit à Nantes depuis 1854. Il est contraint par la guerre de partir à Cassel : chargé de fabriquer, pour l’église de Beaupréau, des vitraux narrant la guerre de Vendée, il obtient la commande d’une verrière rappelant la guerre de 1870 et l’action des zouaves contre les Allemands à Loigny.

29 Illustration sur http://www.loirel870.fr/pa_vitmos/vitraux_aubigny.htm Ce site permet de voir de nombreux vitraux cités dans la suite du texte.

30 Duplan, A., « Église de Champéon : des vitraux surprenants », dans La Mayenne Archéologie-Histoire, no 26, 2003, p. 233-240.

31 Général Ambert, « La bataille de Loigny », La lecture pour tous, 19 mars 1885.

32 Boutry, Ph., Cinquin, M., Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980, 309 p.

33 Général Ambert, « La bataille de Loigny », La lecture pour tous, 19 mars 1885.

34 Il existe encore en 2013 une Association des Descendants des Zouaves Pontificaux et des Volontaires de l’Ouest, et des sites nostalgiques de l’ultramontanisme comme http://aventures-delhistoire.blogspot.fr/2010/05/sur-les-traces-des-zouaves-pontificaux.html. D’autres relèvent de la mouvance intégriste comme http://vœu.national.free.fr/

35 Brunellière, G.-O. (abbé), Histoire de Saint-Philbert-de-Grandlieu, Nantes, Dupas, 1924, 399 p.

36 Odelin, H., Paul Odelin, lieutenant de mobiles, tué à la manifestation de la place Vendôme, le 22 mars 1871, Paris, J. Albanel et E. Baltenweck, 1875, 221 p.

37 Entre octobre 1870 et décembre 1871, quatorze diocèses sont consacrés au Sacré-cœur : Nantes, Sées, Chambéry, Beley, Bayeux, Blois, Angers, Arras, Beauvais, Annecy, Châlons, Chartres, Reims et Tarentaise.

38 Bulletin de l’Œuvre du vœu national au Sacré-Cœur de Jésus, éditée de façon irrégulière à partir de décembre 1873.

39 Boutry, Ph., Cinquin, M., Deux pèlerinages au XIXe siècle : Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980, 309 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Ill. 1. – Officier blessé lors de la bataille de Mars-la-Tour.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Ill. 2. – Vitrail de l’église Saint-Martin de Bazeilles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Ill. 3. – Vitrail de Saran (Loiret). Le combat des Aydes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49171/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Ill. 4. – Une scène des combats de Loigny (église de Montanel, Manche).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49171/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise.
Le Parti républicain italien, 1943-1948 - 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540