Version classiqueVersion mobile

Le sacrifice antique

 | 
Véronique Mehl
, 
Pierre Brulé

Quatrième partie. Stratégies sacrificielles

La participation in absentia au sacrifice

Anne Jacquemin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le sacrifice est l’occasion d’affirmer l’unité d’une communauté qui peut être civique, infra-civique (tribu ou dème) ou supra-civique (ethnos, summachia ou amphictionie), mais qui peut être aussi un groupement d’individus sur une base cultuelle (thiase, orgéons, association d’artistes ou de vainqueurs aux concours gymniques…) par le partage communautaire de la viande (et du vin) avec les dieux et à l’intérieur du groupe. Un tel rituel suppose la présence des membres du groupe lors de l’acte d’immolation, lors du découpage de l’animal et de la distribution des parts de viande. Dans un certain nombre de cas, il était d’ailleurs expressément interdit de sortir la viande du sanctuaire où se déroulait la fête : ainsi un règlement de Kos du milieu du ive siècle1 porte les mentions suivantes οὐκ ἀποφορά et οὐκ ἐκφορά, exactement comme un texte delphique interdit de sortir le vin du stade2. Il existait cependant des accommodements permettant de racheter, pour la consommation personnelle, de...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search