Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

Pierre Milza, le « tournant de 1973 » et le « nouveau désordre mondial »

Pierre Grosser

Texte intégral

1Pierre Milza aimait enseigner. À Sciences Po, certains morceaux de bravoure de son cours d’histoire des relations internationales étaient célèbres, notamment lorsqu’il racontait la chute d’Allende au Chili en septembre 1973. Comme il existait alors des « troncs communs », tout étudiant de l’IEP avait en tête cette balise historique.

2Il s’est efforcé de diffuser les connaissances fondamentales en histoire contemporaine dans un style clair et accessible. Les manuels qu’il a rédigés avec Serge Berstein restent des références incontournables pour les étudiants, notamment leur Histoire du XX siècle chez Hatier. La coupure de 1973 est donc dans tous les esprits ; elle sépare de même les deux volumes d’histoire des relations internationales parus chez Hachette en 1996.

  • 1 Adamsky D., « The 1983 Nuclear Crisis. Lessons for Deterrence Theory and Practice », The Journal o (...)

3Il s’est toujours efforcé de lier son travail d’historien aux enjeux de son temps. De même qu’il a ouvert le chantier de l’histoire de l’immigration à un moment où celle-ci fut transformée en question politique, et a prolongé sa réflexion sur les fascismes pour comprendre les premiers signes de la montée de l’extrême-droite en Europe, il s’est plongé dans l’histoire la plus récente des relations internationales lorsque la situation est devenue très tendue au début des années 1980. Son ouvrage Le Nouveau désordre mondial paraît chez Flammarion en 1983, l’année qui fut sans doute la plus dangereuse de la guerre froide1.

  • 2 Berstein S., Milza P. et Bianco J.-L. (dir.), Les Années Mitterrand : les années du changement (19 (...)
  • 3 Milza P., « De l’international au transnational », in Milza P. et Berstein S. (dir.) Axes et métho (...)

4Multi-spécialiste ayant reconnu dans chaque domaine ses dettes envers ses aînés (Renouvin et Duroselle pour l’histoire des relations internationales, De Felice pour l’histoire de l’Italie fasciste...), il a poursuivi la tradition de Sciences Po des grands colloques collectifs s’appuyant sur l’ouverture d’archives des grands décideurs (ainsi par exemple du colloque sur les premières années de la présidence de François Mitterrand2), tout en cherchant à s’ouvrir aux nouveaux questionnements (comme le « transnational » pour les relations internationales, au contact du politiste Bertrand Badie au début des années 19903). Mais c’est avant tout un généraliste, curieux et ouvert, couvrant toute l’histoire contemporaine. Le Centre d’Histoire de l’Europe du Vingtième Siècle, que Pierre Milza a créé avec Serge Berstein en 1984, était réputé pour être un lieu d’échanges et d’accueil, ouvert à des chercheurs venus de nombreux horizons.

5Ce texte d’hommage un peu nostalgique à ce qui faisait le rayonnement de l’histoire contemporaine à Sciences Po et la formation des élites est orienté vers les années 1970, que Pierre Milza a affrontées intellectuellement avant que les archives sur cette période ne soient disponibles. Or, la démultiplication des questionnements, l’internationalisation des recherches, et l’augmentation exponentielle du nombre des chercheurs ont permis de creuser l’histoire de cette décennie. Même si peu de travaux spécifiques sont dédiés à cette question, il est possible de poser quelques réflexions sur deux postulats : que 1973 a été un tournant, et que l’après-1973 soit caractérisé par un « nouveau désordre mondial ».

1973, un tournant ?

  • 4 « 1973 », Revue internationale et stratégique, automne 2013 : ma contribution au dossier, « Le tou (...)
  • 5 Ainsi de plusieurs contributions dans Stone D. (éd.), Oxford Handbook of Postwar European History,(...)
  • 6 Sargent D., « The Cold war and the International Political Economy in the 1970s », Cold War Histor (...)
  • 7 Mcmahon R. J. (éd.), The Cold War in the Third World, New York, Oxford University Press, 2013.

6La date de 1973 comme tournant majeur s’impose moins désormais. Certes, elle reste une référence, comme a essayé de le montrer un dossier spécial de la Revue internationale et stratégique4. Elle reste marquante dans les histoires de l’Europe5. Elle ne peut être occultée dans l’histoire de l’économie internationale, même si 1971 (le « choc Nixon », à savoir la fin de la convertibilité du dollar en or entraînant de facto une dévaluation) est également à l’origine du choc pétrolier et des processus progressifs de « débridage » de la finance, et même si 1973 s’inscrit dans une décennie de l’inflation6. Mais elle semble moins pertinente pour l’histoire des relations internationales. La Cambridge History of the Cold War ne fait pas une coupure chronologique en 1973, mais en 1975, qui sépare les volumes II et III. Ce choix n’est pas vraiment explicité, et les analyses portant sur l’ensemble de la période sont distribuées entre les trois volumes. C’est également cette date qui est retenue dans les récents travaux russes sur l’histoire des relations internationales. L’Oxford Handbook of the Cold War prétend réinterpréter la guerre froide en l’intégrant dans l’histoire globale du XXe siècle : du coup, les chapitres sont thématiques et géographiques. Il n’y aurait donc plus de coupure chronologique pertinente, tout dépendrait des lieux ou des questions sur lesquels les regards se porteraient. Il en est de même pour l’histoire de la guerre froide dans le Tiers-Monde7.

  • 8 Daigle C., The Limits of Detente: The United States, the Soviet Union, and the Arab-Israeli Confli (...)
  • 9 Dossier dans Diplomatic History, septembre 2009, Cohen W. I. et Bernkopf Tucker N., « Beijing’s Fr (...)

7En fait, le début des années 1970 ouvre des voies, qui mettent du temps à se concrétiser. L’Égypte s’est lancée dans la guerre d’Octobre parce que la situation semblait bloquée avec Israël, qui n’avait pas l’intention de rendre le Sinaï. La détente entre les deux Grands entretenait ce blocage8. La guerre a démontré que seuls les États-Unis pouvaient jouer le rôle d’arbitre (certes partial) pour mener à la paix entre Égypte et Israël, et d’une certaine manière remporter la guerre froide au Proche-Orient dès la seconde moitié des années 1970. Les voyages de Kissinger, puis Nixon, à Pékin semblent rétrospectivement avoir ouvert une nouvelle ère. Mais il y eut ensuite bien des luttes de pouvoir en Chine, et il faut attendre 1978 pour voir la normalisation sino-américaine, une quasi-alliance entre les deux pays, et les premiers signes de l’ouverture et des réformes chinoises9.

  • 10 Mcglinchey ST., « Richard Nixon’s Road to Teheran. The Making of the US-Iran Arms Agreement of May (...)
  • 11 Alvandi R., « Nixon, Kissinger and the Shah: The Origins of the Iranian Primacy in the Gulf », Dip (...)
  • 12 Cooper A. S., The Oil Kings. How the US, Iran and Saudi Arabia Changed the Balance of Power in the (...)
  • 13 Campbell J. H., « The Ties That Bind. The Events of 1979 and the Escalation of US-Saudi Security R (...)

8Dans le Golfe arabo-persique, après le repli des Britanniques, la situation est fluctuante, et les Américains n’endossent qu’en 1990 le rôle de gardien du Golfe. Ils misent sur l’Iran, qui peut contenir l’Union soviétique au Nord et l’Irak à l’Ouest, et qui est l’allié tacite d’Israël. À partir de 1972, Téhéran a carte blanche pour acheter des armements aux États-Unis10. En 1974-1975, l’augmentation du prix du pétrole est, pour les États-Unis, un prix acceptable afin de renforcer l’Iran, même si ses ambitions sont de plus en plus incontrôlables11. Finalement, face à leurs difficultés économiques internes, les Américains conspirent avec l’Arabie Saoudite pour faire baisser le prix du pétrole (voire miner l’OPEP), au prix de la stabilité du pilier iranien12. Avec la révolution iranienne, les Américains doivent miser plus encore sur l’Arabie Saoudite, à qui ils vendent des armes sophistiquées, malgré les récriminations israéliennes13. Ils jouent enfin la carte irakienne durant la guerre Iran-Irak (1980-88). L’Amérique est même accusée par Téhéran d’avoir donné le feu vert à l’attaque irakienne.

  • 14 Caryl C., Strange Rebels. 1979 and the Birth of the 21 st Century, New York, Basic Books, 2013
  • 15 Toft M. D., « Death by demography: 1979 as a turning point of the desintegration of the Soviet Uni (...)

9En fait, il faudrait se demander si 1979 n’est pas une date charnière plus pertinente que 197314. Les États-Unis commencent à durcir leurs positions face à l’Union soviétique, qui pour sa part a profité de l’augmentation du prix du pétrole mais qui prend conscience, grâce au recencement de 1979, de l’importance de l’enjeu islamique à l’intérieur du pays et à ses frontières méridionales15. Reagan est élu en 1980. Le néo-conservatisme, né dans les années 1970, connaît sa première heure de gloire. La Fed de Paul Volcker fait bondir les taux d’intérêt et casse l’inflation. Les pays du Sud et de l’Est sont pris à la gorge à cause de leur endettement, produit en grande partie du recyclage des pétrodollars. Les rêves de Nouvel ordre économique international s’envolent, tandis que la tenue du Sommet des non-alignés à La Havane en 1979 montre que le mouvement, divisé par les affrontements régionaux entre pays du Sud, risque d’être récupéré par une Union Soviétique qui pourtant perd bien du crédit après l’invasion de l’Afghanistan. L’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne donne une impulsion majeure aux pratiques néolibérales, tandis que le Chili de Pinochet est présenté comme un modèle.

  • 16 Le chantier a été ouvert par S. Tonnesson, « What Is That Best explains the East Asian Peace since (...)

10La Chine de Deng Xiaoping se lance dans une ouverture et des réformes économiques certes prudentes, mais qui rétrospectivement semblent avoir été irréversibles. Les Américains peuvent prétendre avoir lutté pour la bonne cause, puisque le Vietnam a attaqué le Cambodge, même si les Khmers Rouges avaient massacré plus d’un quart de la population du pays. Les « boat people » fuient le régime. Les premiers succès des Nouveaux pays industrialisés auraient été permis par l’effort américain pour bloquer l’expansion du communisme et lavent ainsi en partie l’humiliation vietnamienne. Enfin, ont lieu en 1978-1979 les derniers affrontements importants en Asie, après près d’un siècle de guerres. La « paix asiatique » depuis 1979 (qui n’empêche pas l’existence d’une « seconde guerre froide » en Asie de 1978 à 1991) est désormais un sujet de réflexion16.

  • 17 Lesch D.W., 1979. The Year that Shaped the Modem Middle East, Boulder, Westview Press, 2001.
  • 18 Emery C., U.S. Foreign Policy and the Iranian revolution. The Cold War Dynamics of Engagement and (...)
  • 19 Brown V. et Rassler D., Fountainhead of Jihad. The Haqqani Network, Londres, Hurst, 2013, chapitre (...)

11L’année 1979 est celle du « grand ébranlement » au Moyen-Orient, celle qui a créé des réalités qui durent encore17. La paix israélo-égyptienne en 1978-1979 marginalise l’Égypte dont le rôle était central dans la région depuis les années 1950, lançant les rivalités pour devenir le nouveau leader du monde arabe. La révolution iranienne, au-delà de ses dimensions tiers-mondistes, semble le coup d’envoi du « réveil de l’Islam », même si depuis la Guerre des Six Jours, certains annonçaient que l’Islam prendrait le relais d’un arabisme mal en point, et que des prophéties faisaient de la « décolonisation » du Sud musulman de l’Union soviétique la cause de l’effondrement de l’Empire. Les événements des années 1979-1980 creusent un fossé entre les États-Unis et l’Iran, qui semble bien difficile à combler encore aujourd’hui18, mais aussi entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, qui ont rivalisé et rivalisent en Afghanistan (avec l’axe saoudo-pakistanais), dans le Golfe, et au Levant (avec l’axe Iran-Syrie-Hezbollah). Enfin, la révolution communiste de 1978 puis l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique en décembre 1979 font entrer le pays dans un cycle sans fin de guerres ; nombre de ses acteurs actuels, notamment les réseaux pakistanais et leurs (difficiles) alliés « islamistes » en Afghanistan, étaient déjà actifs dans la seconde moitié des années 1970, après la prise de pouvoir en 1973 par l’ancien Premier ministre Mohammad Daoud. Ainsi, du réseau Haqqani, qui le premier s’est lancé dans le jihad et fait appel à des combattants étrangers19.

12En fait, il est possible de mettre en valeur des changements d’« ambiance » (selon le terme employé par Jean-Baptiste Duroselle) environ tous les cinq ans dans les relations internationales, notamment sur tout le XXe siècle. Pour la guerre froide, on met en valeur désormais le tournant 1949-1950 (après l’apparente stabilisation liée à la signature du traité de l’Atlantique Nord et la naissance de la RFA, les chocs de l’explosion nucléaire soviétique, de la victoire des communistes en Chine et du début de la guerre de Corée), inaugurant quelques années de fortes tensions. Les années 1954-1955, consécutives à la mort de Staline, ouvrent une période de consolidation en Europe et les yeux se tournent vers le Tiers-Monde. Le début des années 1960 représente une période d’optimisme à l’Ouest, à l’Est et au Sud. L’Union soviétique, sans Khrouchtchev après 1964, voit les relations dégénérer avec une Chine radicalisée, et en 1964-1966 des réactions fermes du camp adverse face aux poussées révolutionnaires (prise en main du Brésil par les militaires, intervention en République dominicaine, chute de Ben Bella, arrivée de Mobutu au pouvoir, début de l’engagement massif des Américains au Vietnam, chute de Soekarno et massacre des communistes en Indonésie...). Dès lors, on aurait un tournant 1973-1975 qui ferait entrer dans une phase de tension renouvelée, qui prendrait un nouveau tour après 1979, jusqu’à l’orée du second mandat de Reagan et l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en 1985... ce qui nous emmène jusqu’à 1989-1991.

  • 20 Ferguson N. & alii (éds.), The Shock of the Global. The 1970s in Perspective, Cambridge (Mass.), C (...)
  • 21 Garvin Fr. J. et Atwood Lawrence M. (éds.), Beyond the Cold War. Lyndon Johnson and the New Global (...)
  • 22 Iriye A. & alii, Global Interdependence. The World After 1945, Cambridge (Mass.), Harvard Universi (...)
  • 23 Moulon-Druol E., « “Managing from the Top”, Globalization and the Rise of Regular Summitry, Mid-19 (...)
  • 24 SpohrKr., « Helmut Schmidt and the Shaping of Western Security in the Late 1970s: the Guadeloupe S (...)

13Enfin, la première moitié des années 1970 semble fondatrice. On parlait déjà beaucoup des questions transnationales et des acteurs transnationaux, des interdépendances, voire de questions globales20. Le retour à la guerre froide de la première moitié des années 1980 semble dès lors une simple parenthèse, et les nouvelles réalités des années 1990 ont amené à en chercher les fondements dans les années 1970. Mais ceux-ci peuvent également être recherchés dans la décennie 196021, quand on ne considère pas toute l’histoire à travers ce prisme du transnational/global22. Les formes de gouvernance régionale et globale se mettent en place dans les années 1970, notamment les sommets internationaux réguliers comme le Conseil européen et le G7 en 1974/7523 ; c’est également le grand retour de l’Allemagne par ce biais, comme lors du sommet de la Guadeloupe en 1979 (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, France), qui contraste avec la rencontre des Bermudes de 1953 (États-Unis, Royaume-Uni, France)24.

  • 25 Iriye A., « Historicizing the Cold War », in Immerman R. H. et Goedde P. (éds.), The Oxford Handbo (...)
  • 26 Outre les débats autour du livre de S. Moyn, The Last Utopia, voir Iriye A., Goedde P. et Hitchcoc (...)
  • 27 Dimitrov M. K. (éd.), Why Communism Did Not Collapse. Understanding Authoritarian Regime Resilienc (...)

14Dès lors, avec une approche téléologique rétrospective, l’histoire de la guerre froide est même considérée comme une simple « note de bas de page » de l’histoire de la mondialisation, de la démocratisation ou des droits de l’homme25. Un des grands débats des dernières années est de savoir si les droits de l’homme « modernes » sont le produit d’une longue évolution depuis le XVIIIe siècle, un produit de la Seconde Guerre mondiale (et donc des années 1940) ou bien sont une « nouvelle utopie » aux accents anti-étatiques et globalistes se structurant dans les années 197026. Le milieu des années 1970 s’ouvre sur ce que Samuel Huntington a qualifié de « troisième vague » de la démocratisation, commençant en Europe du Sud, puis touchant l’Amérique latine, l’Asie orientale puis l’Europe de l’Est. Ces années voient à la fois la délégitimation de l’idéologie communiste qui a entraîné l’effondrement des régimes à l’Est de l’Europe et des adaptations qui ont permis la résilience du communisme en Asie et à Cuba27

La surévaluation de l’ordre et la crainte du désordre ?

15Il est intéressant de noter que c’est dans cette décennie 1970 que s’est construite l’image de la stabilité du monde post-guerre froide. Dans son introduction, Pierre Milza affirme qu’« après les événements de l’automne 1973, s’achève symboliquement une époque caractérisée par le jeu hégémonique et complice des deux superpuissances, la domination incontestée du Nord sur le Sud, l’équilibre de la terreur comme fondement principal de la détente, la prospérité des sociétés industrielles basée sur le bon marché de l’énergie et le mythe de la croissance infinie, l’intangibilité d’un ordre économique international éminemment favorable aux nantis, etc. ». Ainsi, de même que le terme de « Trente Glorieuses » est abusivement utilisé pour décrire l’économie occidentale des années 1945-1973, la guerre froide commençait à apparaître comme un tout, en projetant l’apparente stabilité systémique consécutive à la mort de Staline, voire à la crise de Cuba, sur trente ans de relations internationales.

  • 28 Ses articles ont été regroupés dans The Cold War and After. History, Theory, and the Logic of Inte (...)
  • 29 Milza P. et Poidevin R. (dir.), La Puissance française à la Belle Époque : mythe ou réalité ? Brux (...)

16C’est en effet dans les années 1970 que s’est affirmé le néo-réalisme, qui prétendait expliquer le comportement des acteurs (les États) en fonction de la distribution de la puissance. Après les débats violents des années 1960 sur les responsabilités de la guerre froide (« révisionnistes » insistant sur les responsabilités américaines contre « orthodoxes » présentant les actions occidentales comme une simple réponse aux ambitions soviétiques), la guerre froide devenait le produit de la distribution bipolaire de la puissance. Cette approche a dominé durant la fin des années 1970 et dans les années 1980. Un de ses promoteurs, John Lewis Gaddis, inventeur de l’expression « The Long Postwar Peace », a pourtant abandonné cette méthode d’analyse après le choc de 1989, redécouvrant l’idéologie et se rangeant aux positions orthodoxes sur la guerre froide. Il ne reste guère que Marc Trachtenberg pour poursuivre l’analyse systémique fondée sur les équilibres de puissances, en particulier en Europe autour de la question allemande28. Dans les années 1980, la thématique de la puissance est devenue omniprésente pour les historiens français et européens des relations internationales : les colloques se sont multipliés sur la puissance et sa perception à des moments donnés, notamment à la fin des années 1930, au début de la guerre froide, et au milieu des années 1950. Pierre Milza y a participé, et a animé en 1989 celui sur la puissance française au début du XXe siècle29. Les programmes de géographie de terminale invitaient à peser le positif et le négatif pour les deux Grands, et pour le Japon émergent. Le Nouveau Désordre Mondial évalue pour sa part les chances de déclin des États-Unis et d’implosion de l’Union soviétique, les deux lui paraissant peu crédibles. Hors de la bipolarité, le monde risque d’être plus dangereux, mais la bipolarité trop compétitive pourrait mener à la catastrophe, surtout dans un contexte de crise économique qui, comme le développait alors Pierre Milza, avait conduit à la Seconde Guerre mondiale.

  • 30 C’est l’argument de Suri J., Power and Protest. Revolution and the Rise of Detente, Cambridge (Mas (...)

17Le prix de la stabilisation de la guerre froide au centre, à partir du milieu des années 1950, fut peut-être les désordres intérieurs dans les deux camps, symbolisés par le « moment 1968 ». Dès lors, la structure de détente mise en place par les deux Grands au début des années 1970 leur aurait servi à « souffler », afin de faire face aux crises internes30. Le projet aurait été d’abord conservateur, avec pour maître-mot la stabilisation. Mais on peut tout autant dire, comme une partie de la gauche, que le retour aux tensions dans les années 1980 devait permettre de mettre au pas les oppositions, de mieux aligner les alliés, et de justifier les dépenses du complexe militaroindustriel. Or, ce serait l’héritage des transformations intérieures de « 1968 » qui auraient miné le système de guerre froide – et en particulier le bloc soviétique.

  • 31 Lellouche P., Le Nouveau Monde. De Tordre de Yalta au désordre des nations, Paris, Hachette, 1993.

18Pierre Milza mettait donc en avant certaines vertus stabilisatrices du duopole américano-soviétique. De la même manière, les néoréalistes (Kenneth Waltz et John Mearsheimer en tête) se sont inquiétés dès le début des années 1990 des risques résultant de la fin de la bipolarité et de retour à la multipolarité. En France, c’est Pierre Lellouche qui s’est empressé de vouloir donner du grain à moudre aux stratèges en décrivant le désordre sur les ruines de la guerre froide, lui qui pourtant avait vigoureusement combattu l’Union soviétique31 Pierre Milza, spécialiste de l’histoire des relations internationales de la première moitié du XXe siècle, et donc des temps de la multipolarité, était-il en conséquence particulièrement sensible aux dimensions positives de l’ordre bipolaire ? Les conséquences violentes de celui-ci à la « périphérie » ne sont pas abordées comme telles, de même que Pierre Milza, dans ses manuels, ne s’étend guère sur le monde colonial.

19Le discours sur l’unipolarité, à partir du milieu des années 1990, insista souvent sur l’ordre promu par la puissance américaine. Cela permettait de fusionner (dans les discours libéraux, mais aussi néoconservateurs) avec la réflexion sur la stabilité hégémonique, née justement au début des années 1970. Si l’ordre international était hiérarchique après 1945, une fois que les États-Unis avaient enfin assumé leur rôle (à la différence de 1919, lorsque le repli provoqua crise économique et guerre mondiale), la pax americana risquait d’être remise en cause en 1973 si le challenger soviétique atteignait la parité ou si le déclin de la puissance américaine menait au chaos. Tandis qu’Emmanuel Wallenstein se réjouissait d’un cycle d’affaiblissement du centre américain après 1968, les politistes américains s’inquiétaient. De même, depuis 2008, les prophéties vont bon train sur le nouveau désordre consécutif au prétendu déclin américain, à l’autonomie de multiples acteurs, et à la montée en puissance de la Chine. Laurent Fabius, au Quai d’Orsay depuis 2012, évoque les désordres d’un monde « zéropolaire », après les vertus stabilisatrices de la bipolarité, puis de l’unipolarité des années d’après-guerre.

  • 32 Golan G., « The Soviet Union and the 1973 War », in Siniver A. (éd.) The October 1973 War. Politic (...)
  • 33 Gleijeses P., Visions of Freedom. Havana, Washington, Pretoria, and the Struggle for Southern Afri (...)
  • 34 Miller J., « Yes Minister: Reassessing South Africa’s Intervention in the Angolan Civil War, 1975- (...)
  • 35 Kalinovsky A. M., A Long Goodbye. The Soviet Withdrawal from Afghanistan, Cambridge (Mass.), Harva (...)

20Pierre Milza, tout en utilisant abondamment la revue Politique internationale qui était alors une des seules à traiter des grandes questions internationales, avec une optique très pro-américaine, porte dans Le Nouveau désordre mondial des jugements nuancés sur la politique extérieure soviétique. Les archives disponibles ont confirmé par exemple que les Soviétiques étaient fort prudents lors de la guerre du Kippour32, que les Cubains étaient intervenus en Angola sans être mandatés par Moscou33, afin de contrer l’attaque sud-africaine (laquelle n’était vraisemblablement pas ordonnée par Washington34), ou que les Soviétiques ne sont pas intervenus en Afghanistan avec des objectifs offensifs35.

  • 36 Je me permets de renvoyer à mon premier livre, que P. Mllza a accueilli aux Éditions Complexe, Les (...)
  • 37 Hanhimäki J. M., The Rise and Fall of Detente. American Foreign Policy and the Transformation of t (...)
  • 38 Vojtech Mastny et Zhu Liqun (eds.) The Legacy of the Cold War. Perspectives on Security, Cooperati (...)
  • 39 Dossier « European socialist regimes facing globalization and european co-operation: dilemmas and (...)
  • 40 Je me permets de renvoyer à Pierre Grosser, Traiter avec le diable ? Les vrais enjeux de la diplom (...)
  • 41 Parmi le nombre pléthorique de travaux récents, Sarah Snyder, Human Rights Activism and the End of (...)
  • 42 Oliver Bange, « The Stasi Confronts Western Strategies for Transformation, 1966-1975 », in Jonatha (...)

21Ce retour à la tension semblait, à lire Pierre Milza, mettre un terme à la détente, envisagée avant tout comme une stratégie menée « par en haut », entre les deux Grands, voire entre les trois si on inclut la Chine. Mais les héritages de la détente ont contribué fortement à mettre fin à la guerre froide, ou tout du moins à y mettre un terme de manière pacifique36. Le paradoxe de la détente est qu’elle a causé la dissolution du système qu’elle était supposée stabiliser37. Il existe un réel héritage positif de la détente dans le domaine de la sécurité, qu’il s’agisse du vocabulaire lié à sa conceptualisation (« confidence-building mesures », « sécurité humaine »...) ou du tissu institutionnel qui l’a caractérisée (la CSCE devenue OSCE)38. Des formes de détente européenne ont perduré, ce qui a contribué à rapprocher les deux Europe39. La détente est surtout considérée comme une stratégie, au minimum pour réduire les tensions et « socialiser » un adversaire, et au maximum pour le miner pacifiquement en créant des intérêts (économiques) de l’attraction ou une diffusion de valeurs à l’intérieur du pays que l’on embrasse. Elle reste une référence pour tous ceux qui s’opposent aux solutions de force40. Mais elle peut dès lors apparaître comme un piège, ce qu’auraient connu les régimes communistes avec la conférence d’Helsinki, laquelle a introduit le « virus » des droits de l’homme alors même qu’elle semblait avoir conforté ces régimes41. Les services de renseignements est-allemands avaient vite perçus que les opportunités de la détente seraient sans doute inférieures aux risques de déstabilisation du régime42.

  • 43 Par exemple, Zanchetta, B., The transformation of American International Power in the 1970s, Cambr (...)

22Ainsi, de manuels insistant sur la coupure de 1973 à la réflexion sur le retour des tensions internationales à la fin des années 1970 et au début des années 1980, c’est tout un champ qui s’ouvre sur les perceptions immédiates des grands tournants et des ambiances en relations internationales. Il est possible aujourd’hui de déplacer la focale, de réfléchir autrement sur le temps long, mais c’est aussi le rôle de l’historien d’écrire au fil de son temps pour s’efforcer de le comprendre et de le faire comprendre. Le débat actuel sur le déclin américain et ses conséquences globales amène à revenir aux années 1970, au-delà de la comparaison faite entre les présidents Obama et Carter, et à envisager les moyens grâce auxquels l’Amérique réinvente sa puissance dans les moments difficiles43.

Notes

1 Adamsky D., « The 1983 Nuclear Crisis. Lessons for Deterrence Theory and Practice », The Journal of Strategic Studies, Printemps 2013, Jones N., « Countdown to Declassification. Finding Answers to a 1983 Nuclear War Scare », Bulletin of the Atomic Scientists, 2013, no 69(6).

2 Berstein S., Milza P. et Bianco J.-L. (dir.), Les Années Mitterrand : les années du changement (1981-1984), Paris, Perrin, 2001.

3 Milza P., « De l’international au transnational », in Milza P. et Berstein S. (dir.) Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998.

4 « 1973 », Revue internationale et stratégique, automne 2013 : ma contribution au dossier, « Le tournis de l’histoire », a été utilisée dans les paragraphes qui suivent.

5 Ainsi de plusieurs contributions dans Stone D. (éd.), Oxford Handbook of Postwar European History, Oxford, Oxford University Press, 2012, et des réflexions sur la chronologie dans l’introduction.

6 Sargent D., « The Cold war and the International Political Economy in the 1970s », Cold War History, 2013, no 13(3), ZeilerTh. W., « Requiem for the Common Man. Class, the Nixon Economic Shock, and the Perils of Globalization », Diplomatic History, 2013, no 37(1).

7 Mcmahon R. J. (éd.), The Cold War in the Third World, New York, Oxford University Press, 2013.

8 Daigle C., The Limits of Detente: The United States, the Soviet Union, and the Arab-Israeli Conflict, 1969-73, New Haven, Yale University Press, 2013.

9 Dossier dans Diplomatic History, septembre 2009, Cohen W. I. et Bernkopf Tucker N., « Beijing’s Friend, Moscow’s Foe », in Gati Ch. (éd.), Zbig. The Strategy and Statecraft of Zbigniew Brzezinski, Baltimore, John Hopkins University Press, 2013, Vogel E. F., Deng Xiaoping and the Transformation of China, New York, The Belknap Press, 2011.

10 Mcglinchey ST., « Richard Nixon’s Road to Teheran. The Making of the US-Iran Arms Agreement of May 1972 », Diplomatie History, Été 2013.

11 Alvandi R., « Nixon, Kissinger and the Shah: The Origins of the Iranian Primacy in the Gulf », Diplomatie History, avril 2012.

12 Cooper A. S., The Oil Kings. How the US, Iran and Saudi Arabia Changed the Balance of Power in the Middle East, Londres, One World Publ., 2011.

13 Campbell J. H., « The Ties That Bind. The Events of 1979 and the Escalation of US-Saudi Security Relations during the Carter and Reagan Administrations », Macris J. R. et Kelly S. (éds.), Imperial Croosroads. The Great Powers and the Persian Gulf, Annopolis, Naval Institute Press, 2012.

14 Caryl C., Strange Rebels. 1979 and the Birth of the 21 st Century, New York, Basic Books, 2013

15 Toft M. D., « Death by demography: 1979 as a turning point of the desintegration of the Soviet Union », International Area Studies Review, 2014, no 17(2).

16 Le chantier a été ouvert par S. Tonnesson, « What Is That Best explains the East Asian Peace since 1979? A Call for a Research Agenda », Asian Perspective, 2009, no 33(1).

17 Lesch D.W., 1979. The Year that Shaped the Modem Middle East, Boulder, Westview Press, 2001.

18 Emery C., U.S. Foreign Policy and the Iranian revolution. The Cold War Dynamics of Engagement and Strategic Alliance, Basingstoke, MacMillan, 2013, Blight J.B. & alii, Becoming Enemies. U.S.-Iran Relations and the Iran-Iraq War, 1979-1988, Lanham, Rowman & Littlefeld, 2012.

19 Brown V. et Rassler D., Fountainhead of Jihad. The Haqqani Network, Londres, Hurst, 2013, chapitre 1.

20 Ferguson N. & alii (éds.), The Shock of the Global. The 1970s in Perspective, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 2010. La science politique des relations internationales avait pris ce tournant dès le début des années 1970.

21 Garvin Fr. J. et Atwood Lawrence M. (éds.), Beyond the Cold War. Lyndon Johnson and the New Global Challenges of the 1960s, New York, Oxford University Press, 2013.

22 Iriye A. & alii, Global Interdependence. The World After 1945, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, à paraître en 2014.

23 Moulon-Druol E., « “Managing from the Top”, Globalization and the Rise of Regular Summitry, Mid-1970s – early 1980s », Diplomacy & Statecraft, 2012, no 23(4). Bonhomme, N., « Sommet du G7 et régulations économiques internationales dans les années 1970 », Relations internationales, 2014/2.

24 SpohrKr., « Helmut Schmidt and the Shaping of Western Security in the Late 1970s: the Guadeloupe Summit of 1979 », The International History Review, à paraître.

25 Iriye A., « Historicizing the Cold War », in Immerman R. H. et Goedde P. (éds.), The Oxford Handbook of the Cold War, op. cit.

26 Outre les débats autour du livre de S. Moyn, The Last Utopia, voir Iriye A., Goedde P. et Hitchcock W. I. (éds.), The Human Rights Revolution. An International History, New York, Oxford University Press, 2012 et Eckel J. et Moyn S. (éds.), The Breakthrough. Human Rights in the 1970s, University of Pennsylvania Press, 2013.

27 Dimitrov M. K. (éd.), Why Communism Did Not Collapse. Understanding Authoritarian Regime Resilience in Asia and Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

28 Ses articles ont été regroupés dans The Cold War and After. History, Theory, and the Logic of International Politics, Princeton, Princeton University Press, 2012. Pour être juste, une nouvelle génération d’historiens réhabilitant la primauté de la politique extérieure insiste aussi sur les logiques structurelles et sur la centralité allemande : Brendan Simms, Europe. The Struggle for Supremacy, from 1453 to the Present, New York, Basic Books, 2013, chapitre 7.

29 Milza P. et Poidevin R. (dir.), La Puissance française à la Belle Époque : mythe ou réalité ? Bruxelles, Complexe, 1992.

30 C’est l’argument de Suri J., Power and Protest. Revolution and the Rise of Detente, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2003 et « The Rise and Fall of an International Counterculture, 1960-75 », The American History Review, février 2009.

31 Lellouche P., Le Nouveau Monde. De Tordre de Yalta au désordre des nations, Paris, Hachette, 1993.

32 Golan G., « The Soviet Union and the 1973 War », in Siniver A. (éd.) The October 1973 War. Politics, Legacy, Diplomacy, Londres, Hurst, 2013.

33 Gleijeses P., Visions of Freedom. Havana, Washington, Pretoria, and the Struggle for Southern Africa, 1976-1991, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2013, chapitre 1.

34 Miller J., « Yes Minister: Reassessing South Africa’s Intervention in the Angolan Civil War, 1975-76 », The Journal of Cold War Studies, Été 2013, et le débat avec Chris Saunders sur le site H-Diplo.

35 Kalinovsky A. M., A Long Goodbye. The Soviet Withdrawal from Afghanistan, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2011, chapitre 1, Braithwaite R., Afgantsy. The Russians in Afghanistan, 1979-1989, Londres, Profile Books, 2011, première partie. Le renseignement anglo-américain en était certain dès 1982-83 : Dimitrakis P, The Secret War in Afghanistan. The Soviet Union, China, and the Role of Anglo-American Intelligence, Londres, I.B. Tauris, 2013.

36 Je me permets de renvoyer à mon premier livre, que P. Mllza a accueilli aux Éditions Complexe, Les Temps de la Guerre froide, 1993, 2e partie, et la première partie de 1989, L’Année où le monde a basculé, Paris, Perrin, 2009.

37 Hanhimäki J. M., The Rise and Fall of Detente. American Foreign Policy and the Transformation of the Cold War, Washington DC, Potomac Books, 2013.

38 Vojtech Mastny et Zhu Liqun (eds.) The Legacy of the Cold War. Perspectives on Security, Cooperation and Conflict, Lanham, Lexington Books, 2013.

39 Dossier « European socialist regimes facing globalization and european co-operation: dilemmas and responses », European Review of History, 2014, no 21/2.

40 Je me permets de renvoyer à Pierre Grosser, Traiter avec le diable ? Les vrais enjeux de la diplomatie, Paris, Odile Jacob, 2013, chapitre 2.

41 Parmi le nombre pléthorique de travaux récents, Sarah Snyder, Human Rights Activism and the End of the Cold War. A Transnational History of Helsinki Network, Cambridge, Cambridge University Press, 2012

42 Oliver Bange, « The Stasi Confronts Western Strategies for Transformation, 1966-1975 », in Jonathan Haslam and Karina URBACH (eds.), Secret Intelligence in the European States System, 1918-1989, Stanford, Stanford University Press, 2014.

43 Par exemple, Zanchetta, B., The transformation of American International Power in the 1970s, Cambridge UP, 2013.

Auteur

Grosser Pierre est PRAG à Sciences Po, chercheur au Centre d’Histoire de Sciences Po.
La France et l’Indochine (1953-56) : une « carte de visite » en « peau de chagrin » - 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540