Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

L’investissement du Parti communiste espagnol auprès de l’immigration « économique »

Natacha Lillo

Texte intégral

  • 1 Contrairement à d’autres partis communistes, tels le PC italien dans l’entre-deux-guerres et le PC (...)

1Depuis 1946, la présence du Parti communiste espagnol (PCE) en France constitue un exemple historique unique de coexistence, dans le même pays, de deux partis communistes distincts1. Jusqu’à sa légalisation en Espagne en 1977, il y comptait un nombre élevé de militants et la partie la plus active de sa direction.

  • 2 Lillo N., « Los maquis antifranquistas en la prensa francesa (1946-1950) », in Chaput M.-C., Martín (...)
  • 3 L’ascension de Santiago Carrillo au poste de secrétaire général en 1960 est directement due au fait (...)

2Après une période de bienveillance des autorités, due à la notable participation des résistants communistes espagnols à la Libération ainsi qu’à l’anti-franquisme du gouvernement tripartite, les choses changèrent après l’éviction des ministres communistes au printemps 1947. En septembre 1950, les tensions de la guerre froide liées au déclenchement de la guerre de Corée conduisirent à l’interdiction en France du PCE et de ses diverses organisations satellites, accusés de se préparer à contrôler la frontière pyrénéenne en cas d’invasion des troupes soviétiques2. Malgré ce coup dur qui entraîna l’installation de la quasi-totalité des membres de son Bureau politique à Prague et à Moscou, le PCE continua à opérer en France, notamment en matière d’aide aux militants de l’« intérieur » via son appareil technique clandestin chargé de la fabrication de faux papiers, des passages de frontières et de la confection du matériel de propagande, notamment Mundo Obrero, son organe bimensuel3. Dès 1951, le PCE recommença à organiser des apparitions publiques, bénéficiant de la couverture de son homologue français.

  • 4 Ralle M., « ¿Una nueva imagen de España ? Las huelgas del 62 ante las miradas de la opinión frances (...)
  • 5 Lillo N., Notice « Espagnols », in Ory R, Blanc-Chaléard M.-C. (dir.), Dictionnaire des étrangers q (...)

3En dépit de son interdiction, il acquit de plus en plus de visibilité à l’occasion des mobilisations de solidarité avec la grande grève des mineurs asturiens de 19624 puis lors de la campagne organisée pour demander la grâce de Julian Grimau, dirigeant communiste arrêté à Madrid en novembre 1962 et fusillé en avril 1963. Cette reprise des activités publiques du PCE en France coïncida avec l’arrivée de centaines de milliers d’émigrants dits « économiques » à partir de 1959-19605, qui fut l’occasion de diffuser son message et de recruter des compatriotes.

Une constante volonté de conscientisation

4Dès les premières années 1950, des exilés du PCE membres de la Confédération générale du Travail (CGT) entrèrent en contact avec des compatriotes saisonniers qui venaient pour les vendanges dans le Languedoc-Roussillon, le repiquage et la récolte du riz en Camargue et la culture des betteraves au nord-est du Bassin parisien. Ils les informaient de leurs droits en matière de salaire, de conditions de travail et de logement puis essayaient de les sensibiliser aux problèmes liés à la dictature en Espagne afin de les convaincre de s’engager politiquement. Ramon Buj, exilé de 1939 responsable de la zone Gard-Est de l’Hérault du Parti socialiste unifié catalan (PSUC – Parti communiste catalan), nous a confié :

  • 6 Entretien avec Ramon Buj, Montpellier, 14 juin 2003.

« Vers 1951-1952, j’ai encadré puis recruté un groupe de saisonniers espagnols qui travaillaient dans les plantations de riz à côté d’Arles. Ils venaient de Santa Coloma de Gramanet, une banlieue de Barcelone6. »

  • 7 « Espagnols dans les rizières de France ».
  • 8 « Betteraviers d’Aragon en Picardie ».

5Le bimensuel Democracia, dont 21 numéros furent publiés en France à l’initiative du PCE entre août 1955 et janvier 1956, avant son interdiction par le ministère de l’Intérieur, consacra deux reportages détaillés à ces saisonniers, chacun sur une pleine page. En septembre 1955, « Españoles en los arrozales de Francia7 » présentait les conditions de vie de journaliers venus de la région de Valence « pour aider à impulser la culture du riz en France ». En novembre 1955, « Remolacheros de Aragon en la Picardía8 » s’intéressait aux quelque 2 500 Aragonais engagés pour la campagne de la betterave dans la plaine de Douai. Dans les deux cas, des interviews détaillées montraient que les militants communistes avaient réussi à gagner la confiance de ces travailleurs temporaires.

  • 9 On compta 60 500 arrivées en 1961, 89 500 en 1962, 83 100 en 1963, 92 800 en 1964 et 76 100 en 1965 (...)

6Mais, à partir de 1959-1960, l’émigration espagnole vers la France changea de nature. Alors que jusqu’alors, le gouvernement franquiste était réticent aux départs en masse, une des conséquences du Plan de Stabilisation économique mis en place en 1959 par des économistes de l’Opus Dei fut l’émigration vers les pays plus développés d’Europe du Nord, en premier lieu la France. Suite aux arrivées massives du début des années 1960, en 1968, l’Hexagone comptait 607 000 Espagnols qui représentaient la première nationalité étrangère devant les Italiens9.

  • 10 Protocole d’accord entre le PCF et le PCE sur le travail à réaliser parmi les travailleurs espagnol (...)
  • 11 Babiano J., « El vínculo del trabajo : los inmigrantes españoles en la Francia de los treinta glori (...)
  • 12 « Consultation juridico-sociale ».

7Comme elle l’avait fait en direction des saisonniers, la direction du PCE décida alors que ses militants devaient s’adresser à ces nouveaux venus. Pour ce faire, en 1960, fut élaboré un « Protocole d’accord entre le PCF et le PCE sur le travail à réaliser avec les travailleurs espagnols », qui prévoyait que le parti français et ses organisations de masse défendraient les revendications des travailleurs espagnols et feraient tout pour qu’ils s’organisent au sein de la CGT10. Ainsi, à partir de 1961, celle-ci publia une revue en espagnol qui dut changer plusieurs fois de titre suite à ses interdictions par les autorités : Trabajadores Espanoles, Trabajo, Defensa Obrera puis Unidad à partir de 196511. Il s’agissait d’un bimensuel de huit pages qui, outre l’information des travailleurs espagnols sur leurs droits en France au sein de la rubrique « Consultorio juridico-social12 », consacrait toujours ses deux pages centrales à la situation et aux luttes en Espagne. Il fournissait aussi la liste des permanences de la CGT dans les Bourses du Travail où des exilés membres de la CGT recevaient leurs compatriotes pour les aider en matière d’emploi et de démarches administratives.

8Ramn Buj, membre de la Commission fédérale pour l’Immigration de l’Hérault dans les années 1960-1970, est revenu sur cette période :

  • 13 Entretien avec Ramón Buj, op. cit.

« À travers la CGT, on avait une action envers les Espagnols qui travaillaient dans le bâtiment. On discutait avec eux pour les convaincre de se syndiquer. Les Espagnols arrivés en France autour de 1960 sont venus pour bouffer. On s’arrangeait pour les aider à trouver un boulot, un logement, à faire les papiers13. »

9Le travail de quartier permettait aussi d’avoir accès aux immigrés, comme en témoigne Francisco Martinez, « el Quico », survivant de la guérilla antifranquiste du León, installé à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) en 1962 :

  • 14 Martínez López F. « Quico », Guerrillero contra Franco. Guerrillero contra el olvido, Madrid, Lator (...)

« De nombreux Espagnols vivaient dans le coin parce qu’il y avait de grandes entreprises métallurgiques et beaucoup de travail dans le bâtiment car on construisait plein de cités – la majorité des ouvriers dans ce secteur étaient espagnols. Les communistes espagnols ont tout de suite été très actifs, en s’appuyant les municipalités de la « ceinture rouge » de Paris dirigées par le PCE On menait un travail de conscientisation. On intervenait dans les bidonvilles de Garges et de La Courneuve où vivaient plus de 500 familles espagnoles, on servait d’intermédiaires pour les démarches auprès de l’administration française. On a ouvert une école d’alphabétisation à Sarcelles, en espagnol et en français. On organisait aussi de nombreuses activités culturelles dans des salles prêtées par les municipalités : conférences, débats, projections de films comme Mourir à Madrid, Viridiana, Rome ville ouverte, etc. On vendait Mundo Obrero sur les marchés, dans les quartiers et les bidonvilles où habitaient beaucoup d’Espagnols, et devant les cafés où ils avaient l’habitude de se retrouver14. »

10Selon F. Martinez, le fait d’apparaître ouvertement comme membres du PCE ne rebutait pas les immigrés et leur permit de gagner de nombreux sympathisants. Grâce à une équipe d’une quinzaine de militants jeunes et très actifs, ils réussirent en quelques années à recruter environ 70 personnes dans toute la zone.

11Louis Duran, fds d’exilés communistes, né en 1941 dans les Pyrénées-Orientales, rapporte une expérience similaire :

  • 15 Entretien avec Louis Duran, Villeneuve-de-la-Raho, 23 septembre 2009.

« Depuis 1957, ma famille vivait dans une petite ville du Roussillon où l’immigration économique espagnole a été très importante. À travers la CGT, dont mon père était responsable local, on a pu entrer en contact avec ces nouveaux immigrés pour leur faire connaître leurs droits. On voulait leur apporter ce à quoi ils n’avaient pas eu accès en Espagne : on donnait des cours du soir d’alphabétisation, en espagnol et/ou en français, car beaucoup d’entre eux avaient été très peu à l’école. On faisait aussi de l’éducation politique sur les théories marxistes et communistes lors de soirées à thèmes. Et aussi de l’information syndicale sur le droit français du travail15. »

12Par ailleurs, à cette époque, dans ses principaux lieux d’implantation, le PCE organisait régulièrement des fêtes avec le double objectif de contacter de nouveaux éléments et de collecter de l’argent pour financer ses activités en Espagne. C’est ainsi que ce fit le premier contact avec Ursula Valero, immigrée économique arrivée en 1959 :

  • 16 Entretien avec Ursula Valero Medvedic, Saint-Denis, 26 septembre 2000.

« En 1965, à Saint-Denis, on est allé à une fête espagnole au théâtre Gérard Philippe. À la sortie, j’ai demandé à un homme de me tenir au courant de quand il y en aurait d’autres car je ne connaissais pas d’Espagnols et je vivais à l’écart de la communauté. Il m’a demandé si j’aimais lire et je lui ai répondu que oui. Il m’a alors proposé de m’apporter des journaux et j’ai accepté. Il m’a apporté trois Mundo Obrero clandestins, je les ai lus et ça m’a intéressée. Je suis devenue une lectrice régulière et j’ai commencé à participer aux fêtes organisées par le PCE. Je suis entrée au PCE en 196616. »

  • 17 Centre des Archives contemporaines (CAC), 1987/0623 Art. 13 – Associations espagnoles.

13Tous les ans, lors d’un week-end entier de juillet, de nombreux Espagnols de tout le Sud de la France se retrouvaient lors de la Fête de l’Amitié franco-espagnole, organisée dans un parc à la sortie de Toulouse par le PCE. Selon les rapports des Renseignements généraux, elle réunissait entre 400 et 1 000 personnes dans les années 1950 ; entre 4 000 et 5 000 dans les années 1960, essentiellement des familles espagnoles17. On pouvait y écouter des discours de membres de l’association France-Espagne, du PCF et de la CGT ainsi que des chanteurs (Paco Ibanez y participa en 1965), déguster des spécialités espagnoles, participer à un tournoi de football, danser lors du grand bal du samedi soir, etc.

  • 18 Entretien avec Eusebio Rojas, Montpellier, 24 septembre 2009.

14Le PCE disposait également de stands propres lors des activités du PCF, comme à la Fête de L’Humanité, qui joua un rôle déterminant pour entrer en contact avec des Espagnols résidant en région parisienne ou venus de province. À une échelle plus modeste, la fête annuelle du PCF de l’Hérault, organisée dans le parc d’Issanka à Sète, joua le même rôle18. Dans ces deux cas, le stand des Espagnols était très couru car il proposait de nombreuses spécialités culinaires appréciées tant des Espagnols que des Français (paella, tortilla, escargots, churros, etc.).

15À Paris, à partir du milieu des années 1960, chaque fin de semaine, le PCE disposait du local de la CGT Métallurgie pour y organiser des bals très fréquentés par les ouvriers et les bonnes à tout faire récemment arrivés d’Espagne, comme en témoigne Josep Pamies, exilé de 1939, militant du PSUC :

  • 19 Entretien avec Josep Pamies, Paris, 7 avril 2004.

« Certaines années, on devait faire environ 70 bals par an à destination des nouveaux immigrés en provenance d’Espagne. On commençait toujours par une allocution politique, un petit discours de cinq minutes, mais personne n’écoutait. Les gens venaient avant tout pour danser. Certaines personnes pensaient que le local de la rue Jean-Pierre Timbaud était celui du PCE. C’était un bon moyen d’accueillir les gens et d’établir un premier contact avec eux, un lieu de recrutement aussi19. »

16Louis Duran est également revenu sur cet aspect festif du militantisme :

  • 20 Entretien avec Louis Duran, op. cit.

« On organisait aussi des soirées, des boums le dimanche dans des garages ou des salles louées à l’arrière d’un café. Là, pas question de politique, on était comme tous les autres jeunes : on dansait, on grignotait, on buvait un coup... Il ne fallait pas oublier ce côté divertissement. On a aussi monté un club de foot. On faisait des matchs contre des équipes de petites villes de la région ou d’autres clubs d’Espagnols comme ceux de la Casa de España de Béziers ou de Narbonne20. »

  • 21 Entretien avec Vicente Lillo Marqués [arrivé à Rennes en 1962], Quéven, 16 mars 2010.

17On peut s’étonner de l’activisme d’un parti politique interdit en France depuis 1950. Ainsi, lors de plusieurs entretiens, nous avons constaté que des immigrés arrivés en France dans les années 1960 ne savaient pas que le PCE y était illégal, tant ses apparitions publiques étaient fréquentes, à peine dissimulées derrière les étiquettes PCF, CGT ou Jeunesses communistes21. Selon Francisco Martinez :

  • 22 Martínez López F., op. cit.

« On était un parti pas légal mais pas clandestin non plus. On avait anticipé la consigne du Comité central de 1974 : “Apparaître à découvert”. On le faisait déjà dans les années 196022. »

18Cet ensemble de témoignages permet de mesurer l’ampleur de l’investissement du PCE auprès des travailleurs immigrés des Trente Glorieuses qui, semble-t-il, a obtenu de bons résultats. Ainsi, avant l’arrivée de l’importante vague migratoire des années 1960, en août 1957, un rapport des Renseignements généraux observait :

  • 23 CAC, 1996/0323 art. 9 – Espagne années 1960.

« Les effectifs du PCE ont considérablement diminué après l’opération Boléro-Paprika, passant d’environ 10 000 membres à moins de 5 000. Beaucoup d’Espagnols se sont embourgeoisés et se sont attachés à un métier, ou à des biens, ou à une famille. Les liens noués dans les maquis se sont relâchés tandis que l’espoir d’une chute prochaine de Franco s’éloignait peu à peu23. »

19Or, huit ans plus tard, en 1965, un autre rapport s’inquiétait de la reprise des activités du PCE en France et de ses succès en termes d’audience auprès des immigrés :

  • 24 Archives nationales (AN), F7/16077 – Réfugiés espagnols 1955-1966.

« Depuis 1961, l’arrivée en France de 400 000 immigrants espagnols “économiques” a fourni au PCE la marge de manœuvre nécessaire au développement de sa propagande, habilement axée, depuis 1955, sur la “réconciliation nationale” [...]. Jamais la vente du Mundo Obrero et les finances du Parti n’ont été aussi florissantes. » Ce rapport signalait également le recrutement par le PCE de « plusieurs éléments jeunes et apolitiques24. »

  • 25 Archivo general de la Administración (AGA), 54/11399 – Consulado en Lyon ; 54/11398 – Consulado en (...)

20Dans la même période, différents consuls d’Espagne soulignaient également que cet investissement du PCE auprès de la « nouvelle immigration » donnait de bons résultats, permettant un rajeunissement et une nette reprise des activités25.

21Louis Duran a été le témoin de cette revitalisation du PCE :

  • 26 Entretien avec Louis Duran, op. cit.

« Peu à peu, les Jeunesses communistes espagnoles se sont développées et étoffées avec l’arrivée des “économiques”. Avant, c’était surtout des enfants de réfugiés, devenus ensuite très minoritaires. Cela a complètement chamboulé les choses et a eu une influence sur le PCE lui-même. Personnellement, le côté très “anciens combattants” des réunions du PCE m’énervait : elles tournaient toujours autour des mêmes thèmes. L’arrivée des nouveaux militants venus d’Espagne a servi d’accélérateur pour le PCE26. »

Le meeting de Montreuil, une réussite paradoxale

  • 27 Respectivement numéro deux du PCE depuis les années 1930 et directeur de L’Humanité – le premier se (...)

22L’activité militante qui, en France, mobilisa le plus le PCE et laissa le plus de traces dans les mémoires de ses protagonistes est, sans contexte, l’organisation du meeting du parc Montreau à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le dimanche 20 juin 1971, auquel participèrent les communistes français Jacques Duclos et Etienne Fajon27, le secrétaire général du Parti, Santiago Carrillo, et sa présidente, Dolores Ibarruri.

23Officiellement organisé par le PCF, ce meeting finalisait une semaine de solidarité avec l’Espagne, durant laquelle il était prévu de récolter 150 000 francs destinés à financer les activités du PCE, notamment à travers des quêtes à la sortie des entreprises. À l’époque, selon différentes sources, le PCE comptait 3 000 militants et 6 000 sympathisants en France mais ces chiffres sont quasiment impossibles à vérifier car, étant donné son interdiction - de plus en plus « théorique » –, il ne délivrait pas de cartes d’adhérents et la frontière entre militants et sympathisants était ténue.

24Deux raisons principales expliquent la tenue de cet événement à cette date, l’une liée à l’actualité de l’Espagne, l’autre davantage aux débats internes du PCE.

  • 28 Les six condamnations à mort initiales furent finalement commuées en peines de prison à perpétuité.

25Comme en 1962-1963, lors de l’affaire Grimau, en décembre 1970, la cause antifranquiste revint sur le devant de la scène pour les militants de gauche français, à l’occasion du procès de Burgos intenté à seize membres de Euskadi Ta Astakasuna (ETA) accusés d’avoir perpétré trois attentats mortels. Une immense mobilisation eut lieu en France à travers des campagnes de pétitions, des meetings et des manifestations pour dénoncer la torture dans les commissariats et les prisons franquistes et demander la vie sauve pour les accusés28. Le PCE entendait profiter de cette mise en lumière des exactions du régime franquiste pour continuer à le dénoncer.

  • 29 Promu lieutenant-colonel par la République espagnole, il fut l’un des fondateur du Cinquième Régime (...)
  • 30 Alors que se tenait le meeting de Montreuil, selon un « blanc » des RG, Lister, Garcia, Gômez et le (...)

26Au niveau interne, la ferme dénonciation par Carrillo et la majorité du Bureau politique de l’intervention des troupes soviétiques en Tchécoslovaquie pour réprimer le Printemps de Prague, en août 1968, entraîna une dissidence au sein du parti qui s’acheva par l’exclusion de trois membres du BP : Eduardo Garcia et Agustín Gómez, fin 1969, puis Enrique Lister29 en août 1970. Ils fondèrent ensemble le Parti communiste ouvrier espagnol (PCŒ), qui entendait disputer le contrôle du parti à Carrillo. L’initiative de Montreuil visait donc également à démontrer qu’il n’existait qu’un seul PCE, bénéficiant du soutien du PCF, et que la dissidence de Lister ne représentait pas une réelle menace30.

  • 31 Aviles J., La mujer y el mito. Pasionaria, Barcelone, Plaza Janés, 2005, p. 231-233.
  • 32 Entretien avec Vicente Rubio, Saint-Denis, 20 janvier 1999.

27Afin de donner plus d’ampleur à l’initiative et d’assurer sa réussite, il fut décidé de faire venir de Moscou Dolores Ibarruri, la mythique Pasionaria, qui ne s’était pas exprimée publiquement en France depuis la fin des années 194031. Elle jouissait d’un immense prestige dans l’immigration espagnole, pas uniquement auprès des communistes. Par exemple, Vicente Rubio, un immigré arrivé en 1957, nous a raconté avec emphase être allé voir Pasionaria et Carrillo à Montreuil, or il n’était ni de près ni de loin sympathisant communiste32.

  • 33 Santidrián Arias V. M., Manuel Bravo Silvares, « Mariño », La Corogne, Edicios do Castro, 2005.
  • 34 Asenjo M., Ramos V., Malangón. Autobiografía de un fasificador, Madrid, El Viejo Topo, 1999 ; entre (...)

28Des liens étroits existaient entre les communistes espagnols et Montreuil, bastion du vétéran Jacques Duclos, élu député de la circonscription en 1936, sénateur depuis 1959. Il connaissait bien Dolores Ibarruri car, en 1930 et 1935, l’Internationale communiste l’avait envoyé en Espagne pour résoudre les problèmes internes du PCE puis l’avait chargé de superviser son action durant la guerre civile. Le maire de la ville, Marcel Dufriche, dirigeait le secteur international de la CGT et, à ce titre, signait les éditoriaux de Unidad. Comme dans d’autres municipalités de la « banlieue rouge », le parc social montreuillois hébergeait des militants de l’appareil technique du PCE, tel Manuel Bravo Silvares qui, dans un garage appartenant à un adjoint au maire, équipait de portières à double fond les véhicules destinés à convoyer en Espagne argent et matériel de propagande33. Quant au député de la circonscription, Louis Odru, il se chargeait de fournir au PCE des documents d’identité français destinés à être falsifiés34.

Ill. 1. – Santiago Carrillo à la tribune du meeting de Montreuil, le 20 juin 1971 (Fonds AHPCE).

  • 35 AHPCE, Caja 97 – Emigración política Francia.

29Un important matériel de propagande appelant au meeting fut édité par les deux partis. Le PCF finança l’impression d’un tract recto verso bilingue tiré à 960 000 exemplaires ainsi que 30 000 numéros spéciaux de La Verdad, brochure du PCE desdnée à l’immigration. Le parti espagnol finança quant à lui l’édition de 5 000 affiches grand format, représentant une photographie du visage de la Pasionaria et autant de bandeaux appelant au meeting. Il édita aussi des tracts bilingues en espagnol et en français et, à la marge, en catalan (5 000), en galicien (4 000) et en basque (1 000), ainsi que des papillons autocollants35. Mais, selon des lettres adressées aux instances dirigeantes du PCE, ce matériel produit à Paris dans des imprimeries du PCF tarda à arriver en province, ce qui conduisit de nombreuses sections locales à confectionner le leur, plus ou moins artisanalement.

Ill. 2. – Principal tract d’annonce du meeting de Montreuil du 20 juin 1971 (Fonds AHPCE).

30L’organisation du meeting demanda beaucoup d’énergie. Afin d’être le plus efficace possible, chaque rayon du PCE mit sur pied une commission spécifique chargée de répartir les tâches. Pour convaincre leurs compatriotes d’acheter une place en autocar pour se rendre à Montreuil, les militants s’employèrent très activement à coller les affiches et à diffuser le matériel de propagande. Ils intervinrent à l’entrée des usines et dans les quartiers où résidaient de nombreux immigrés espagnols – tractage dans les boîtes aux lettres et porte-à-porte –, effectuèrent des distributions sur les marchés et devant les consulats. Ils profitèrent de toutes les occasions susceptibles de réunir des Espagnols, comme par l’exemple, à Paris, à la sortie des trois concerts de Paco Ibañez au Palais des Sports.

  • 36 Rien qu’à Paris et dans la petite couronne, 200 000 tracts furent diffusés.

31La diffusion de la propagande fut aisée dans les zones d’importante présence militante liée à l’exil de 1939 : Paris36, Lyon, Marseille et leurs banlieues ; le Sud-Ouest autour de Bordeaux et de Toulouse et le Languedoc-Roussillon. En revanche, plusieurs régions où résidaient de nombreux membres de la vague migratoire des années 1960 ne comptaient pas ou peu de communistes espagnols. Cela nécessita que des cadres s’y déplacent pour impulser une dynamique à partir de petits noyaux de sympathisants.

32Grâce à cette mobilisation sans précédent, le PCE réussit à affréter 300 autocars de toute la France, transportant 15 000 personnes, ainsi qu’un train depuis Toulouse, avec 400 passagers. Environ 5 500 participants arrivèrent par quatre trains spéciaux depuis l’Allemagne, la Suisse et la Belgique, pays d’importante immigration espagnole depuis 1960. Des militants vinrent aussi d’Espagne en voitures particulières ; pour des raisons évidentes, leur nombre n’apparut dans aucun état des lieux préalable.

  • 37 APPP, BA 2157 – Parti communiste espagnol.

33Un service d’ordre d’environ cent personnes, composé pour moitié de militants du PCE et du PCF, sous la responsabilité de la Fédération du PCF de Seine-Saint-Denis, veilla au bon déroulement de l’événement. Pour récolter des fonds pour le PCE, tout type de matériel de solidarité fut vendu, entre autres des cartes postales à l’effigie de la Pasionaria, des foulards avec le drapeau républicain ou la faucille et le marteau, etc.37

  • 38 Ibid.

34.Selon les calculs des RG, le meeting attira 25 000 personnes dont 80 % d’Espagnols38. Mais, tant L’Humanité du lendemain que Mundo Obrero du 26 juin s’accordèrent pour dire que 50 000 personnes s’étaient réunies sur la pelouse du parc Montreau pour écouter les quatre discours. Au vu des prévisions établies quotidiennement par le PCE à la veille de l’événement et compte tenu des participants venus par leurs propres moyens, notamment depuis la région parisienne, nous pensons quant à nous que l’affluence au meeting fut de l’ordre de 30 000 personnes.

Ill. 3. – Une de Mundo Obrero du 26 juin 1971 Dolores Ibarruri devant la foule (Fonds AHPCE).

  • 39 Néanmoins, pour satisfaire aux réclamations du gouvernement franquiste, le lendemain, 21 juin, des (...)

35On peut s’étonner que le PCE, organisation illégale en France, ait pu tenir un meeting d’une telle ampleur à proximité de Paris. Malgré les pressions du ministre espagnol des Affaires étrangères, Gregorio Lopez Bravo, pour demander qu’il soit interdit ou que, pour le moins, Dolores Ibarruri et Santiago Carrillo ne puissent y prendre la parole, le président Georges Pompidou et le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas laissèrent faire, peut-être parce que ce dernier, dirigeant éminent de la Résistance et maire de Bordeaux, connaissait bien le rôle joué par la Agrupación de Guerrilleros Espanoles (AGE) dans la Libération du Sud du pays39.

  • 40 On compte au total 143 pages de rapports ; AHPCE, Caja 97 – Emigración politíca Francia.

36Malgré l’indéniable réussite de l’initiative, plusieurs rapports rédigés par des responsables du PCE au lendemain du 20 juin, mirent l’accent sur sa faiblesse organisationnelle dans plusieurs régions d’immigration récente, telles la Lorraine sidérurgique ou le Nord des Alpes40. Dans certains départements, comme la Savoie et la Haute-Savoie, le meeting fut l’occasion de localiser et de compter les collectifs d’Espagnols travaillant dans des usines de plastique ou sur des barrages, et d’entrer pour la première fois en contact avec eux. Cela permit de découvrir que d’anciens saisonniers venus travailler dans la betterave s’étaient établis avec leurs familles dans des villages de la Seine-et-Marne et de l’Oise.

  • 41 Élaboration personnelle à partir des chiffres du PCE ; AHPCE, Caja 97 – Emigración política Francia

Quelques exemples du nombre de participants au meeting41

Quelques exemples du nombre de participants au meeting41
  • 42 Depuis le sud de la France (Mont-de-Marsan, Marseille, Montpellier, etc.), les autocars partaient l (...)

37Les rédacteurs des rapports insistèrent beaucoup sur le fait que le caractère clairement politique et communiste de la mobilisation n’effraya pas la plupart des immigrés. Ils furent même surpris du bon accueil qui leur fut généralement réservé et de la rapidité avec laquelle ils réussirent à convaincre les gens d’aller au meeting, et ce en dépit de la distance42, du coût et de la proximité des vacances d’été.

38On retrouve des réflexions similaires dans plusieurs rapports : « J’ai été surpris par l’ampleur de la mobilisation pour le meeting. » ; « À cette occasion, les organisations du Parti ont contacté plus d’Espagnols que jamais auparavant, non seulement ceux qu’ils connaissaient mais beaucoup d’autres secteurs de l’immigration. Et partout les autocars ont été remplis grâce à cette masse d’Espagnols. » ; « Nous avons fait un travail politique plus important que jamais vis-à-vis d’importants secteurs de l’immigration. »

39D’aucuns furent également étonnés par la réaction des immigrées : « Une autre question à souligner est l’enthousiasme avec lequel les femmes nous accueillaient, je crois que le nom de Dolores y a fait pour beaucoup. »

40La lecture de ces bilans vient relativiser les succès du prosélytisme du PCE évoqués plus haut, mettant en lumière le fait qu’il laissait de côté des dizaines de milliers d’immigrés « économiques », faute de volontarisme militant et d’établissement dans les nouvelles régions d’immigration, se contentant d’intervenir dans ses espaces traditionnels d’implantation : « Nous avons rencontré des masses de sympathisants, ou pour le moins d’antifranquistes. Il est nécessaire que le Parti aille davantage vers les masses et sorte de son quant à soi. »

41L’analyse du nombre de participants par département permet aussi de constater que, proportionnellement, la mobilisation des militants issus de la « nouvelle immigration » a été plus forte que celle des exilés de 1939. Ainsi, à côté des 300 et 250 personnes qui se sont rendues à Montreuil depuis des départements de présence espagnole très récente comme la Moselle ou la Haute-Savoie, les 450 des Pyrénées orientales et les 350 de l’Hérault font pâle figure, s’agissant de zones d’implantation espagnole datant de la fin du XIXe siècle comptant un nombre élevé d’exilés républicains. Cela est corroboré par cette observation extraite d’un rapport :

« En général, sans sous-estimer le grand travail réalisé par certains vétérans, ce sont les militants les plus “récents” qui ont travaillé le plus pour envoyer des compatriotes à Paris, des militants de la nouvelle immigration. »

  • 43 Fernández Asperilla A., Gente que se mueve. Cultura política, action colectiva y emigración espanol (...)

42Il transparaît à la lecture de plusieurs bilans que, a contrario des pratiques de Ramon Buj, Louis Duran et Francisco Martinez, fervents partisans de la conscientisation du plus grand nombre, une partie des exilés communistes de 1939 restaient méfiants quant aux immigrés des Trente Glorieuses, ostracisés parce que socialisés sous le franquisme, et ne faisaient pas d’efforts pour aller vers eux. Étant donné que les archives historiques du PCE comptent peu de documents sur son activité en France, il nous est impossible de mesurer si les leçons de la mobilisation pour le meeting de Montreuil furent utiles pour repenser les modes d’intervention au sein de l’immigration « économique ». Néanmoins, il est avéré que durant les années suivantes, le PCE amplifia sa politique d’entrisme au sein du foisonnant monde associatif espagnol43, imparfaitement encadré par le régime, notamment dans les nouvelles régions d’immigration (grand bassin parisien, Nord, Est), jusqu’à prendre les rênes de la Fédération des Associations d’Émigrants espagnols en France (FAEEF).

43L’agonie de Franco à l’automne 1975 et le processus de transition démocratique qui s’ensuivit entraînèrent le retour en Espagne de toute la direction et d’une partie des cadres intermédiaires du PCE, et ce, y compris avant la légalisation d’avril 1977, ce qui se traduisit par une désorganisation provisoire et un affaiblissement définitif de l’appareil en France. Dans le but de se réinsérer au mieux dans le jeu politique espagnol, la direction du PCE tira un trait sur près de 40 années d’exil et se désintéressa des militants restés en France. Ainsi, en dépit de leur appartenance à un courant politique « internationaliste », ces hommes et ces femmes furent renvoyés à leur condition de migrants, « trop étranger » à la fois ici et là-bas.

Notes

1 Contrairement à d’autres partis communistes, tels le PC italien dans l’entre-deux-guerres et le PC portugais dans les années 1960-1970, dont les membres durent militer au sein du PCF, en 1946, le PCE fut autorisé par Moscou à maintenir ses structures spécifiques. Lillo N., « L’histoire mouvementée du PCE en France (1945-1975) », in Bourderon R. (dir.), La Guerre d’Espagne. L’histoire, les lendemains, la mémoire, Paris, Taillandier, 2007, p. 287-303.

2 Lillo N., « Los maquis antifranquistas en la prensa francesa (1946-1950) », in Chaput M.-C., Martínez-Maler O., Rodríguez López F. (dir.), « Maquis y guerrillas antifranquistas », Regards no 7, Université Paris X-Nanterre, 2004, p. 31-41. Pigenet Ph., « La protection des étrangers à l’épreuve de la “guerre froide” : l’opération “Boléro-Paprika” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1999.

3 L’ascension de Santiago Carrillo au poste de secrétaire général en 1960 est directement due au fait qu’il dirigeait cet appareil à Paris, ce qui lui permettait d’être davantage en lien avec l’Espagne que les membres du Bureau politique résidant à Moscou ou à Prague – Preston P., El zorro rojo, la vida de Santiago Carrillo, Madrid, Debate, 2013.

4 Ralle M., « ¿Una nueva imagen de España ? Las huelgas del 62 ante las miradas de la opinión francesa y el exilio », in Vega García R. (dir.), Las huelgas de 1962 y su repercusión internacional, Gijon, Ediciones Trea – Fundación Juan Muñiz Zapico, 2002, p. 379-393.

5 Lillo N., Notice « Espagnols », in Ory R, Blanc-Chaléard M.-C. (dir.), Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2013, p. 309-316.

6 Entretien avec Ramon Buj, Montpellier, 14 juin 2003.

7 « Espagnols dans les rizières de France ».

8 « Betteraviers d’Aragon en Picardie ».

9 On compta 60 500 arrivées en 1961, 89 500 en 1962, 83 100 en 1963, 92 800 en 1964 et 76 100 en 1965 – Parra F., La emigración española en Francia, 1962-1977, Madrid, Instituto Español de Emigración (IEE), 1981.

10 Protocole d’accord entre le PCF et le PCE sur le travail à réaliser parmi les travailleurs espagnols 1960. Archivo histórico del Partido Comunista de España (AHPCE), Jacq. 127 – Relaciones Internacionales.

11 Babiano J., « El vínculo del trabajo : los inmigrantes españoles en la Francia de los treinta gloriosos », Migraciones y Exilios no 2, diciembre de 2001, p. 9-37.

12 « Consultation juridico-sociale ».

13 Entretien avec Ramón Buj, op. cit.

14 Martínez López F. « Quico », Guerrillero contra Franco. Guerrillero contra el olvido, Madrid, Latorre Literaria, 2011.

15 Entretien avec Louis Duran, Villeneuve-de-la-Raho, 23 septembre 2009.

16 Entretien avec Ursula Valero Medvedic, Saint-Denis, 26 septembre 2000.

17 Centre des Archives contemporaines (CAC), 1987/0623 Art. 13 – Associations espagnoles.

18 Entretien avec Eusebio Rojas, Montpellier, 24 septembre 2009.

19 Entretien avec Josep Pamies, Paris, 7 avril 2004.

20 Entretien avec Louis Duran, op. cit.

21 Entretien avec Vicente Lillo Marqués [arrivé à Rennes en 1962], Quéven, 16 mars 2010.

22 Martínez López F., op. cit.

23 CAC, 1996/0323 art. 9 – Espagne années 1960.

24 Archives nationales (AN), F7/16077 – Réfugiés espagnols 1955-1966.

25 Archivo general de la Administración (AGA), 54/11399 – Consulado en Lyon ; 54/11398 – Consulado en Marsella.

26 Entretien avec Louis Duran, op. cit.

27 Respectivement numéro deux du PCE depuis les années 1930 et directeur de L’Humanité – le premier secrétaire, Waldeck Rochet, était alors en proie aux graves problèmes de santé qui conduisirent à son retrait de la vie politique.

28 Les six condamnations à mort initiales furent finalement commuées en peines de prison à perpétuité.

29 Promu lieutenant-colonel par la République espagnole, il fut l’un des fondateur du Cinquième Régiment durant la Guerre civile ; il jouissait, à ce titre, d’un grand prestige au sein de la galaxie communiste internationale.

30 Alors que se tenait le meeting de Montreuil, selon un « blanc » des RG, Lister, Garcia, Gômez et leurs partisans organisaient un pique-nique dans la forêt de Marly-le-Roi, regroupant quelque 80 personnes ; Archives de la préfecture de Police de Paris (PPP), BA 2157 – Communistes espagnols.

31 Aviles J., La mujer y el mito. Pasionaria, Barcelone, Plaza Janés, 2005, p. 231-233.

32 Entretien avec Vicente Rubio, Saint-Denis, 20 janvier 1999.

33 Santidrián Arias V. M., Manuel Bravo Silvares, « Mariño », La Corogne, Edicios do Castro, 2005.

34 Asenjo M., Ramos V., Malangón. Autobiografía de un fasificador, Madrid, El Viejo Topo, 1999 ; entretien avec Louis Odru, Montreuil, 15 juin 2003.

35 AHPCE, Caja 97 – Emigración política Francia.

36 Rien qu’à Paris et dans la petite couronne, 200 000 tracts furent diffusés.

37 APPP, BA 2157 – Parti communiste espagnol.

38 Ibid.

39 Néanmoins, pour satisfaire aux réclamations du gouvernement franquiste, le lendemain, 21 juin, des agents de police se présentèrent à l’aube au domicile familial de Santiago Carrillo à Champigny et demandèrent après lui. Sa femme leur ayant répondu qu’il était absent, ils n’insistèrent pas et repartirent – entretien avec José Carrillo Menéndez, Madrid, 29 octobre 2013.

40 On compte au total 143 pages de rapports ; AHPCE, Caja 97 – Emigración politíca Francia.

41 Élaboration personnelle à partir des chiffres du PCE ; AHPCE, Caja 97 – Emigración política Francia.

42 Depuis le sud de la France (Mont-de-Marsan, Marseille, Montpellier, etc.), les autocars partaient la veille à 20 heures pour arriver à Paris dans la matinée.

43 Fernández Asperilla A., Gente que se mueve. Cultura política, action colectiva y emigración espanola, Madrid, Fundación 1° de Mayo, 2010.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Santiago Carrillo à la tribune du meeting de Montreuil, le 20 juin 1971 (Fonds AHPCE).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Ill. 2. – Principal tract d’annonce du meeting de Montreuil du 20 juin 1971 (Fonds AHPCE).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Ill. 3. – Une de Mundo Obrero du 26 juin 1971 Dolores Ibarruri devant la foule (Fonds AHPCE).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Quelques exemples du nombre de participants au meeting41
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Maître de conférences en civilisation espagnole contemporaine à l’université Paris Diderot, laboratoire Identités Cultures Territoires.
Espagnols en « banlieue rouge ». Histoire comparée des trois principales vagues migratoires à Saint-Denis et dans sa région au XXe siècle-2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540