Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

Les républicains espagnols en 1939, des « indésirables » très recherchés

Le cas du camp de Septfonds

Geneviève Dreyfus-Armand

Texte intégral

1Le camp de Septfonds, situé dans le département du Tarn-et-Garonne – non loin de la ville de Montauban, où est mort en novembre 1940 le dernier président de la République espagnole, Manuel Azaña–, est encore peu connu. Quand on évoque l'internement des républicains espagnols en 1939, les noms des grands camps des plages du Roussillon viennent immédiatement à l’esprit. C’est évidemment vers Argelès-sur-Mer, Saint-Cyprien ou Le Barcarès que des dizaines de milliers de réfugiés espagnols sont orientés sitôt les Pyrénées franchies afin d’échapper à la vindicte des franquistes victorieux. De nombreux autres camps sont également aménagés avec la même hâte dans l’Aude, l’Hérault, l’Ariège ou les Basses-Pyrénées afin de désengorger ces espaces clos rapidement surpeuplés. Des monographies permettent aujourd’hui de mieux connaître certains de ces camps, mais rien de tel encore pour Septfonds.

2Pourtant, approcher l’histoire du camp de Septfonds permet d’avoir une vision plus concrète et précise de l’internement des réfugiés espagnols lors de leur grand exode à la fin de la guerre d’Espagne. Les premiers « grands camps » du Languedoc-Roussillon, qui voient leurs effectifs avoisiner, à leurs débuts, les cent mille internés, sont des sortes de plaques tournantes à partir desquelles d’innombrables transferts d’internés sont effectués. L’importance des flux est telle que, jointe à la conservation lacunaire des archives, il est difficile d’avoir une vision précise de ces camps dans la durée. Alors que le camp de Septfonds, qui n’a rassemblé au maximum qu’un peu plus de 16 000 réfugiés, permet de mieux suivre les arrivées et les départs des internés, même si les archives restantes sont incomplètes, là comme ailleurs. Mais, dans le cas de Septfonds, les sorties du camp peuvent être relativement suivies et permettent de voir combien cet internement a, paradoxalement, amené nombre de réfugiés à s’installer durablement dans la région.

3Élément d’un travail en cours, cette contribution souhaite mettre l’accent sur la spécificité du camp de Septfonds dans le dispositif d’ensemble de l’internement des républicains espagnols en 1939. Dans ce dispositif national, mis en place au printemps 1939 et destiné à encadrer des dizaines de milliers de réfugiés espagnols, le camp de Septfonds a occupé une fonction particulière. Ce sont donc des aspects méconnus de l’internement et de ses lendemains que je souhaite faire émerger.

Une création tardive

  • 1 16 626 internés recensés par les statistiques officielles (Archives départementales du Tarn-et-Gar (...)

4C’est le 27 février 1939 seulement que les pouvoirs publics décident de créer ce camp. Devant la surpopulation qui affecte alors les camps improvisés sur les plages du Roussillon, il devient urgent de prévoir d’autres lieux d’internement. Une pâture de 50 hectares, située sur la commune de Septfonds aux lieux-dits La Lande et Judes – d’où parfois sa dénomination comme « camp de Judes » – a été repérée par les autorités militaires et sert pour la construction de baraquements. Prévu pour 15 000 hommes, le camp reçoit quelque 16 000 républicains espagnols, choisis notamment parmi les ouvriers spécialisés des camps du Roussillon1. Ils sont acheminés par train jusqu’à Caussade puis, très rapidement, jusqu’à Borredon, petite gare plus proche du camp. Cela permet ainsi d’éviter aux colonnes d’hommes en marche de troubler les habitants des lieux traversés ou de susciter des manifestations de solidarité de la part de certaines ou des immigrés espagnols déjà présents dans la région.

  • 2 ADTG, 2MI, art. 51-1.
  • 3 Fau J.-Cl., « Le camp des réfugiés espagnols de Septfonds (1939-1940) », in Les Camps du Sud-Ouest (...)

5Le préfet du Tarn-et-Garonne, le 28 février, espère que quatre et peut-être cinq baraquements seront prêts pour l’arrivée des premiers réfugiés quelques jours plus tard. Chaque baraque doit abriter 350 hommes, évidemment « très rapprochés » aux dires mêmes du préfet2. Mais le 5 mars, quand le premier train arrive, seules quatre baraques sont construites sur la quarantaine envisagée et les Espagnols doivent s’abriter des intempéries comme ils le peuvent, tout autour de la petite chapelle et du minuscule cimetière de Lalande. Ensuite, ils s’entassent sur de la paille répandue à même le sol3. Le camp proprement dit, installé sur le terrain voisin de Judes, comprendra 45 baraquements, ouverts sur l’un des côtés, couverts de tôle ondulée, surveillés par un millier de militaires : six pelotons de gardes mobiles, un escadron de cavalerie, un bataillon d’infanterie et un bataillon de tirailleurs sénégalais.

  • 4 Régiments de marche de volontaires étrangers.
  • 5 Du camp de Septfonds, plus de 4 700 réfugiés seront repartis en Espagne à la fin de l’été 1939 (AD (...)

6En 1939, la principale préoccupation du gouvernement français à l’égard des républicains espagnols est de les inciter à retourner en Espagne puis, devant le constat que beaucoup d’entre eux ne repartiraient pas compte tenu des risques encourus, les camps deviennent de véritables viviers de main-d’œuvre et de légionnaires, la Légion étrangère et les RMVE étant la seule incorporation militaire possible4. Le gouvernement est persuadé que le véritable cataclysme que constitue pour lui l’arrivée massive des Espagnols est un événement contingent et provisoire ; il ne songe pas tout d’abord à intégrer les réfugiés dans l’économie mais uniquement à les inciter au rapatriement5. La récession économique est encore proche et les réticences à employer une main-d’œuvre étrangère sont assez largement partagées.

  • 6 Zorzin S., Le Camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) : soixante ans d’histoire et de mémoires (1939-1 (...)

7Cependant, par une circulaire du 31 mars 1939, le ministère de l’Intérieur demande aux préfets de recenser les travaux qui pourraient être confiés aux réfugiés espagnols sans concurrencer la main-d’œuvre locale. Sont alors envisagés différents types d’activités pour les internés du camp de Septfonds : fabrique de sandales ou de brancards sanitaires dans le camp, aménagement d’une route touristique commune avec le Tarn ou de canaux connexes au canal du Midi. Mais la plupart de ces projets se heurtent à des problèmes techniques, au refus du préfet du département voisin ou à l’éloignement des chantiers du camp ainsi qu’à la méfiance envers les Espagnols. Aussi, des équipes sont-elles affectées à l’entretien du camp ou à des travaux à l’extérieur mais à proximité (tels que curage de fossés, mise au profil des accotements sur les chemins desservant le camp et, exceptionnellement, restauration de berges de rivières). À partir du printemps, un grand nombre de réfugiés sont cependant recrutés par les agriculteurs ou les industriels des environs6.

  • 7 Razola M., Constante M., Triangle bleu. Les républicains espagnols à Mauthausen, Paris, Éditions d (...)

8Avec le décret du 12 avril 1939, le gouvernement fixe les obligations des étrangers considérés comme réfugiés ou sans nationalité, les déclarant assujettis – pour les hommes de vingt à quarante-huit ans – à offrir des prestations d’une durée égale à celle du service militaire imposé aux Français. Des Compagnies de travailleurs ou de prestataires étrangers (CTE) sont ainsi formées dans les camps d’internement et, pour en finir avec leur enfermement, nombre de républicains espagnols s’y engagent. L’une de leurs affectations est l’aménagement de camps militaires et l’une des premières CTE constituées à Septfonds se rend dans celui, voisin, de Caylus. Six Compagnies de travailleurs étrangers sont constituées dans le camp de Septfonds et envoyées vers différentes destinations, notamment sur la ligne Maginot7.

Un rôle spécifique

9Engagés pour les travaux agricoles dans les environs ou les départements voisins, les internés de Septfonds sont embauchés particulièrement par les mines, les usines métallurgiques, l’industrie de l’armement et l’aéronautique. Comme la métallurgie et surtout les usines d’armement ou d’aéronautique nécessitent de la main-d’œuvre formée, le camp de Septfonds est l’objet de nombreux plans de recrutement.

10Les Houillères de Decazeville, qui ont délégué dans le camp leur responsable du personnel assisté d’un jeune interprète, recrutent à Septfonds pour combler les vides creusés par la mobilisation. Elles embauchent d’abord des hommes jeunes, célibataires, en bonne santé, possédant une qualification, puis la sélection se fait moins exigeante. La Société minière de Roquelaure, à Puymorens, dans l’Ariège, recrute également dans le camp. Des ouvriers métallurgistes partent pour la Nièvre et les forges de Geugnon en Saône-et-Loire. La Société métallurgique et minière du Périgord, localisée à Fumel dans le Lot-et-Garonne, embauche plusieurs centaines d’ouvriers. D’« indésirables », les réfugiés espagnols sont devenus « désirables ».

  • 8 ADTG, 2 MI art. 51-1.

11Prévu pour regrouper des ouvriers spécialisés, le camp de Septfonds est assez rapidement destinataire de directives du ministère du Travail afin de s’assurer de la qualification et de la sélection d’ouvriers dans ce que l’inspection du Travail et de la Main-d’œuvre, le 22 mai 1939, nomme « les professions déficitaires en main-d’œuvre de la métallurgie8 ». Une instruction est envoyée au préfet du Tarn-et-Garonne afin que soient organisés dans le camp des examens professionnels destinés à recruter des ajusteurs et ajusteurs-outilleurs, des tourneurs et tourneurs-outilleurs, des fraiseurs et fraiseurs-outilleurs et, accessoirement, des chaudronniers en fer et des chaudronniers en cuivre. Les internés devront subir un test de quatre heures, après avoir été préalablement questionnés par l’inspecteur du Travail et avoir déclaré être en mesure de réaliser l’essai à subir. « Cette élimination atteindra vraisemblablement 20 à 25 % des effectifs inscrits », selon les autorités désireuses de recruter de bons professionnels.

  • 9 ADTG, 4 M 21.
  • 10 ADTG, 2 MI art. 51-1.

12Des fiches individuelles sont établies par les autorités du camp, vraisemblablement à l’automne, du moins ce sont les seules qui subsistent. Ces fiches sont très complètes et comportent toutes les données personnelles des internés : lieu, date de naissance, famille. Elles indiquent également la profession, les qualifications, les écoles techniques fréquentées, les brevets professionnels obtenus, ainsi que les usines où les intéressés ont travaillé en Espagne9. Elles font ainsi apparaître la multitude de métiers spécialisés exercés par les internés en Espagne. Les plus représentés sont les ouvriers de la métallurgie – avec une gamme diversifiée de spécialisations liées notamment à l’industrie automobile –, les ajusteurs, les mécaniciens, les ouvriers de l’industrie chimique, mais aussi les charpentiers, ébénistes, menuisiers, plombiers, électriciens et les maçons. Doit-on en déduire que seuls restent à cette date dans le camp les professionnels susceptibles d’être utiles à l’économie de guerre10 ?

  • 11 ADTG, 2 MI art. 51-1.

13Avec la déclaration de guerre et les vides creusés dans les entreprises par la mobilisation, la main-d’œuvre espagnole devient plus indispensable encore et le gouvernement donne des instructions pour son utilisation aussi bien dans l’agriculture que dans l’industrie, mais c’est dans cette dernière que les besoins sont les plus pressants et les ressources en main-d’œuvre spécialisée de Sept-fonds sont précieuses pour pallier le manque de main-d’œuvre. À tel point qu’en janvier 1940 le préfet du Tarn-et-Garonne indique au président du Conseil – qui recherche, parmi les réfugiés français évacués dans le département, des « tourneurs, fraiseurs, ajusteurs, noyauteurs et mouleurs » – qu’il n’en existe pas parmi eux mais qu’il y en a en grand nombre dans le camp de Septfonds. Il apparaîtra rapidement alors, dans les courriers officiels, que le camp de Septfonds est spécialisé en « main-d’œuvre espagnole au profit de la métallurgie et des Poudreries nationales11 ».

  • 12 Lettre du préfet de Haute-Garonne au préfet du Tarn-et-Garonne, 10 novembre 1939 (ADTG, 2 MI art 5 (...)
  • 13 Lettre du directeur du service central des constructions des Poudres au préfet du Tarn-et-Garonne, (...)

14L’industrie de guerre s’intéresse rapidement aux ouvriers qualifiés regroupés à Septfonds. Des réfugiés espagnols sont embauchés par la Poudrerie nationale et, à la Cartoucherie de Toulouse, mis à la disposition de l’autorité militaire. Ce qui vaudra quand même aux intéressés un refus de rapprochement avec leurs épouses de la part du préfet de la Haute-Garonne car, « si les miliciens étaient autorisés à recevoir leurs femmes, ils se disperseraient dans la ville de Toulouse, ce qui rendrait tout à fait impossible toute surveillance de police12. » Pourtant, la direction des Poudres ne cesse, en novembre et décembre 1939, de solliciter le camp de Septfonds pour recruter des maçons, des métreurs, des serruriers, des charpentiers, ainsi que des manœuvres et des manutentionnaires, vantant l’installation de « cantonnements bien installés », « un travail assuré, une vie suffisamment confortable » pour les réfugiés13.

  • 14 Service historique de l’armée de terre (SHAT) [Service historique de la Défense], 6N 317/7.
  • 15 Lettre de l’inspecteur général de police mobile au préfet du Tarn-et-Garonne, 25 décembre 1939 (AD (...)

15Les usines toulousaines d’aéronautique Bréguet et Dewoitine ainsi que l’entreprise Gnome et Rhône spécialisée dans les moteurs d’avions, installée en région parisienne14, recrutent des ajusteurs à Septfonds. Bréguet et Dewoitine ont envoyé des représentants dans le camp pour choisir les ouvriers, les agréer et passer un contrat avec eux15. De la sorte, 51 ajusteurs partent chez Dewoitine le 8 septembre 1939, 25 autres le 11 septembre et 11 le 18 septembre, ainsi que des tourneurs et des mouleurs.

  • 16 ADTG, 4M5

16Après de nombreux rapatriements et les embauches à l’extérieur de ceux qui ne peuvent envisager de retourner en Espagne, le camp de Septfonds ne contient plus que quelque 250 hommes en mai 194016. Mais la défaite et l’armistice ont évidemment des conséquences importantes sur le sort des réfugiés espagnols. L’article 6 de la convention d’armistice ordonnant l’arrêt immédiat de la « fabrication de nouveau matériel de guerre en territoire non occupé » fait que ceux qui sont employés dans l’industrie de guerre sont débauchés du jour au lendemain. Par ailleurs, les réfugiés civils conduits en zone Nord en 1939 ainsi que les CTE qui y sont affectées depuis une année connaissent, comme la population française de ces départements, les errances de l’exode. Si quelques CTE reçoivent des ordres d’évacuation, les hommes, généralement livrés à eux-mêmes, tâchent de se replier vers le Midi comme ils le peuvent. Aussi, à l’été 1940, les réfugiés espagnols se retrouvent majoritairement en zone non occupée. Et les camps d’internement du Midi se remplissent à nouveau, comme celui de Septfonds.

  • 17 SHAT, 7N 2475/3.
  • 18 ADTG, 1W1
  • 19 Zorzin S., Le Camp de Septfonds, op. cit., p. 40.
  • 20 Ibid. p. 47-48.

17Alors qu’une partie du camp est mise à la disposition de l’armée polonaise en France – pour l’instruction d’environ 800 aviateurs –, le camp de Septfonds devenu, depuis mars 1940, un « dépôt de régiment de marche des volontaires étrangers » voit ses effectifs augmenter à nouveau après l’armistice. Il rassemble alors nombre d’Espagnols soit débauchés des usines d’armement, soit provenant de CTE repliées, ou des volontaires des RMVE engagés pour la durée de la guerre. Ainsi, les 21 e, 22 e et 23 e RMVE sont directement dissous dans le camp de Septfonds à partir du 22 juin 194017 ; parmi ces volontaires étrangers, figurent un grand nombre de juifs. Le camp est alors divisé en deux. Une partie du camp sert pour le triage et l’hébergement des « étrangers indésirables en surnombre dans l’économie nationale. » Cette partie est clôturée et dépend du ministère de l’Intérieur. L’autre espace est réservé aux Groupements de travailleurs étrangers (GTE) qui succèdent aux CTE à partir de septembre 1940 et sont rattachés au ministère de la Production industrielle et du Travail18. Trois GTE sont formés au camp de Septfonds : les GTE 533 et 552 composés d’Espagnols et le GTE 302 réservé aux volontaires étrangers démobilisés, essentiellement juifs19. Le camp sert ensuite de lieu de détention pour les communistes étrangers arrêtés dans le Tarn-et-Garonne, de centre de rassemblement pour les étrangers astreints au STO et, surtout, prend part à la logique d’extermination des juifs mise en place par les nazis avec la complicité du régime de Vichy20. Les 23 août et 2 septembre 1942, 295 juifs – dont 26 enfants – habitant le Lot et le Tarn-et-Garonne partent de Septfonds pour Auschwitz. Sous Vichy, la fonction première du camp de Septfonds disparaît.

Un début d’insertion professionnelle pour les ex-internés

  • 21 Torrents J., « Gracies í desgracies de Texili », Foc nou, no 15 1944, p. 4.

18Pour beaucoup de réfugiés républicains qui ne peuvent pas ou ne veulent pas rentrer en Espagne, qui ne souhaitent pas – ou n’ont pas non plus la possibilité – de s’éloigner de l’Europe, le travail à l’extérieur du camp est un moyen de quitter cet univers clos. C’est donc essentiellement au travers du travail que l’immense majorité des républicains commence à s’adapter à son pays d’exil. Et pourtant, l’entrée des républicains espagnols sur le marché du travail français ne s’effectue pas sous des auspices bien favorables. Les embauches pour les travaux agricoles pratiquées directement dans les camps au printemps 1939 donnent parfois lieu à des pratiques humiliantes d’évaluation physique de la part des propriétaires à la recherche d’une main-d’œuvre solide et bon marché ; quant à l’enrôlement dans les CTE, il donne l’impression aux réfugiés d’être une « incarnation de l’esclavage moderne21 ». Comme dans le cas des autres camps, les internés de Septfonds sont embauchés individuellement ou en petit nombre par des propriétaires du département et des départements voisins – Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Aveyron, Tarn, Lot –, puis de régions extrêmement diverses – Auvergne, Poitou, Charente, Normandie ou Bourgogne.

19Avec l’incorporation collective dans les CTE, les destinations sont encore plus diverses et, afin d’en finir avec leur internement, nombre de républicains espagnols s’y engagent, en dépit des réticences des plus politisés. À partir de la déclaration de guerre, l’enrôlement dans les CTE devient obligatoire quand les pouvoirs publics veulent mobiliser toutes les forces vives et vider les camps afin de les fermer ou d’y recevoir d’autres internés. Ainsi, mis au travail et encadrés dès l’avant-guerre, les républicains espagnols sont entraînés dans le fonctionnement de l’économie de guerre mise en place par le gouvernement. Et il n’est pas rare que ce type d’embauche ait été l’occasion, pour certains, de s’implanter dans la région où ils se trouvent affectés ; on peut dire la même chose pour les GTE. Des études monographiques de grande ampleur géographique seraient nécessaires pour valider cette constatation empirique.

  • 22 Entretien du 7 octobre 2012, Villeneuve-sur-Lot.
  • 23 Un fichier de 334 noms a pu être établi par l’association MER 47 (Mémoire de l’Espagne républicain (...)

20Les embauches effectuées par des compagnies minières, des usines métallurgiques ou aéronautiques, comme les emplois dans l’artisanat, ont débouché parfois sur un enracinement régional durable. Le cas d’Isaac Casares, s’il est emblématique, n’est pas du tout unique22. Une rue de Fumel, dans le Lot-et-Garonne, porte de son vivant son nom depuis mai 2011, en hommage aux républicains espagnols de la ville. Lui-même a été embauché en décembre 1939 avec sa CTE, comme plusieurs centaines de républicains, dans l’usine de fonderie de la Société métallurgique et minière du Périgord. Il a effectué toute sa vie professionnelle dans cette même usine après avoir participé à la Résistance dans la région. Beaucoup de républicains espagnols ont fait souche comme lui à Fumel et dans ses environs, à la suite de cette affectation de la fin de l’année 1939 et du début de 194023.

21Une enquête, inédite à ce jour, datant de la fin de l’année 1939, suggère comment cette adaptation à un nouvel environnement se profile déjà alors, quelques mois seulement après la Retirada. Une petite vingtaine d’entreprises – 17 exactement – ont répondu à cette enquête lancée par la direction générale du Travail. Près de 3 000 travailleurs espagnols – 2 827 très précisément - sont concernés : ils sont employés par des sociétés hydroélectriques, des usines de construction aéronautique ou de mécanique de précision. Ils proviennent de différents camps, notamment ceux de Septfonds, de Gurs ou du Barcarès, et ils sont majoritairement d’origine catalane. Employés depuis septembre et octobre 1939, plus de 500 d’entre eux travaillent comme manœuvres – quoique cette catégorie recouvre des réalités très diverses puisque l’on trouve parmi eux « agriculteurs, avocats, professeurs, artistes, coiffeurs [ou] cordonniers » – mais ils travaillent surtout comme ouvriers professionnels. Plus d’un millier sont ajusteurs, plus d’une centaine sont tourneurs ; d’autres sont fraiseurs, charpentiers, maçons ou régleurs de machines-outils.

22Les responsables des entreprises sont très élogieux sur les compétences professionnelles des travailleurs espagnols et indiquent qu’ils donnent entière satisfaction. Ils sont plusieurs à estimer même que ces réfugiés surpassent la main-d’œuvre française. Aussi, ces industriels appuient-ils fortement le désir des travailleurs espagnols de faire venir auprès d’eux, dans la région où ils travaillent, leur famille présente en France mais aussi la famille restée en Espagne, où seulement une dizaine d’entre eux a demandé à rentrer.

  • 24 Archives nationales, Centre des archives contemporaines (CAC), carton 19940500, article 139, dossi (...)

23De fait, ces entrepreneurs plaident pour que ces travailleurs se trouvent dans les meilleures conditions possibles pour se fixer en France et continuer à apporter leur contribution à leurs entreprises. Plusieurs employeurs formulent même des souhaits sur le devenir de quelques travailleurs : ils verraient bien certains jeunes bientôt naturalisés, servant sous le drapeau français, ou sont prêts à proposer des postes de maîtrise à des ouvriers. Il faudrait pouvoir étudier, entreprise par entreprise, quels parcours professionnel et personnel ces travailleurs ont effectué par la suite. Mais, telle qu'elle se présente, cette enquête est bien intéressante car elle montre très concrètement que, dès 1939, de par leurs compétences professionnelles antérieures et de par leurs capacités d’adaptation – notamment dans le domaine du travail –, des milliers d’exilés recommencent à exercer en France leur métier. En filigrane apparaît, bien entendu, la plus grande difficulté à s’adapter professionnellement qu’eurent les exilés issus des professions intellectuelles ou administratives, comparativement aux ouvriers qualifiés24. Il est évident, cependant, que ce processus d’adaptation à peine esquissé en 1939 est bien souvent brisé par la Guerre mondiale et que nombre d’Espagnols sont à nouveau internés dans des camps. Parfois aussi, ces contacts pris avant-guerre ne seront pas rompus ou seront réactivés après-guerre.

*

24Pour s’en tenir à l’année 1939, le camp de Septfonds a été investi d’une mission spécifique : faciliter le regroupement de main-d’œuvre qualifiée nécessaire aux besoins industriels. Même si la priorité est donnée aux rapatriements par les pouvoirs publics, c’est, une fois passé le chaos des premières semaines qui ont suivi l’exode républicain espagnol, tenter d’organiser un tant soit peu rationnellement l’économie d’un pays se préparant à la guerre puis entré dans un conflit mondial.

  • 25 Temime É., « Devenir de la migration de 1939 », in Plages d'exil. Les camps de réfugiés espagnols (...)

25Du côté des exilés, je reprends volontiers une phrase d’Émile Temime : « Une fois franchie la frontière, les exilés [espagnols] ne sont plus maîtres de leur destin. La lutte peut-être la plus intéressante à suivre est celle qu’ils mènent pour retrouver leur dignité et être libres de choisir leur avenir25. » En acceptant le travail proposé hors des camps, qu’ils soient placés individuellement ou collectivement et en faisant valoir leurs compétences professionnelles et leurs spécialisations, les républicains espagnols ne sont plus seulement, dès 1939, des vaincus d’une guerre civile et européenne mais des combattants qui, prenant acte de leur défaite, s’engagent à nouveau dans une démarche active. Sortir du camp, travailler, avant que de reprendre le combat contre le franquisme, notamment dans la Résistance en France contre le nazisme. Et, sans le vouloir au début, presque à leur insu, entreprendre une progressive insertion professionnelle et sociale dans leur pays d’exil.

Notes

1 16 626 internés recensés par les statistiques officielles (Archives départementales du Tarn-et-Garonne – désormais désignées comme ADTG –, 2MI, art. 51-1).

2 ADTG, 2MI, art. 51-1.

3 Fau J.-Cl., « Le camp des réfugiés espagnols de Septfonds (1939-1940) », in Les Camps du Sud-Ouest de la France. Exclusion, internement et déportation, Toulouse, Privat, 1994, p. 37-38.

4 Régiments de marche de volontaires étrangers.

5 Du camp de Septfonds, plus de 4 700 réfugiés seront repartis en Espagne à la fin de l’été 1939 (ADTG, 4M6).

6 Zorzin S., Le Camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) : soixante ans d’histoire et de mémoires (1939-1999), mémoire, IEP de Bordeaux, 2000, p. 36-37.

7 Razola M., Constante M., Triangle bleu. Les républicains espagnols à Mauthausen, Paris, Éditions du Félin, 2002, p. 36.

8 ADTG, 2 MI art. 51-1.

9 ADTG, 4 M 21.

10 ADTG, 2 MI art. 51-1.

11 ADTG, 2 MI art. 51-1.

12 Lettre du préfet de Haute-Garonne au préfet du Tarn-et-Garonne, 10 novembre 1939 (ADTG, 2 MI art 51-1).

13 Lettre du directeur du service central des constructions des Poudres au préfet du Tarn-et-Garonne, 6 novembre 1939 (ADTG, 2 MI art. 51-1).

14 Service historique de l’armée de terre (SHAT) [Service historique de la Défense], 6N 317/7.

15 Lettre de l’inspecteur général de police mobile au préfet du Tarn-et-Garonne, 25 décembre 1939 (ADTG, 2 MI art. 51-1).

16 ADTG, 4M5

17 SHAT, 7N 2475/3.

18 ADTG, 1W1

19 Zorzin S., Le Camp de Septfonds, op. cit., p. 40.

20 Ibid. p. 47-48.

21 Torrents J., « Gracies í desgracies de Texili », Foc nou, no 15 1944, p. 4.

22 Entretien du 7 octobre 2012, Villeneuve-sur-Lot.

23 Un fichier de 334 noms a pu être établi par l’association MER 47 (Mémoire de l’Espagne républicaine du Lot-et-Garonne).

24 Archives nationales, Centre des archives contemporaines (CAC), carton 19940500, article 139, dossier 2990.

25 Temime É., « Devenir de la migration de 1939 », in Plages d'exil. Les camps de réfugiés espagnols en France en 1939, Nanterre, BDIC, Dijon, Hispanistica XX, 1989, p. 205.

Auteur

Conservateur général honoraire des bibliothèques, Présidente du CERMI (Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques).
L’Émigration politique espagnole en France au travers de sa presse, 1939-1975 - 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540