Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

Les Espagnols en Algérie coloniale : aperçus sur le processus d’assimilation

Anne Dulphy

Texte intégral

  • 1 Frank R. (dir.), Pour une histoire des relations internationales, Paris, PUF, « Le nœud gordien », (...)
  • 2 Milza P., « Migrations et relations internationales », in op. cit., p. 329-343.

1 Pour l’histoire des relations internationales, le livre paru en 2012 sous la direction de Robert Frank, met en valeur la fécondité de l’école française des historiens internationalistes, une ambition qui prend des allures de manifeste tant cette discipline est actuellement éclipsée par d’autres champs historiographiques à la pointe de la mode et son apport négligé dans le débat public. Or, « les historiens peuvent aider à penser “la complexité” des relations internationales1 ». Ainsi accordent-ils une place essentielle aux dynamiques sociales à l’œuvre – ces « forces profondes » chères à Pierre Renouvin, désormais analysées en elles-mêmes et dans leurs interactions-, notamment les mouvements internationaux de population. Là comme ailleurs, l’impulsion et la contribution de Pierre Milza ont été décisives, comme l’introduction l’a montré. C’est donc naturellement lui qui a pris la plume pour rendre compte du profond renouvellement des études historiques sur le fait migratoire et inventorier les pistes offertes à l’historien internationaliste ouvert à une approche interdisciplinaire2. Parmi les avancées de la recherche sur les migrants comme enjeux et acteurs des relations internationales, il insiste sur l’intérêt d’une approche globale des groupes immigrés, articulant migrations politique et économique : le groupe tout entier est en effet concerné par les questions de politisation et de dépolitisation, d’intégration, de déculturation ou de préservation volontariste de l’identité.

  • 3 Ibid., p. 338.
  • 4 Voir Dulphy A., Entre l’Espagne et la France, l’Algérie des Pieds-Noirs, Paris, Vendémiaire, 2014.

2« L’historien des relations internationales peut d’autant moins se désintéresser de ces questions d’intégration et de défense de l’identité culturelle qu’elles se trouvent aujourd’hui au cœur du débat sur l’immigration3. » De fait, l’étude historique de la constitution du peuple français d’Algérie pose à l’évidence des questions d’une grande actualité : proportion des populations immigrées, conditions d’assimilation des Français d’origine étrangère, modalités du processus de francisation, accusations récurrentes de double allégeance, instrumentalisation dans les relations fluctuantes entre la France et le pays d’origine4.

3C’est la prise d’Alger en juillet 1830 qui, en ouvrant la page de la domination française, lança la colonisation de l’Algérie et donna son impulsion à une importante immigration étrangère venant essentiellement de la moitié occidentale du bassin méditerranéen, l’Espagne, l’Italie et Malte. Il s’agit là d’un trait socio-démographique majeur : le poids des étrangers, qui formèrent la majorité de la population européenne jusqu’en 1851 où, pour la première fois, ils ne représentaient plus que 49,7 %. Vingt ans après, en 1872, furent recensés 115 000 étrangers (41,3 %), dont 71 000 Espagnols, et 130 000 Français de « souche métropolitaine ». Le lancement des grands défrichements et des travaux d’infrastructure par la IIIe République, promesse d’embauches, a alors donné une nouvelle impulsion à l’immigration étrangère, particulièrement ibérique. Bien que ne bénéficiant pas de la colonisation officielle mais aidés par la proximité géographique, les Espagnols affluèrent en provenance de régions sous-développées et surpeuplées, d’abord les Baléares, puis aussi les provinces méridionales et surtout le Levant. Cette migration de la misère a culminé dans le dernier tiers du XIXe siècle et jusqu’en 1914. Compte tenu du faible éloignement des côtes, l’Oranie fut sa destination privilégiée, l’Algérois à un moindre degré, et elle fut négligeable dans le Constantinois. L’élément espagnol redevint alors largement prédominant en Oranie, comme il l’avait été jusqu’en 1851 : 102 000 pour 99 000 Français en 1891.

Naturaliser et assimiler les étrangers

  • 5 Cité par Ageron C.-R., Histoire de l’Algérie contemporaine, tome 2 : De l’insurrection de 1871 au (...)
  • 6 Il fut gouverneur général d’Algérie de 1881 à 1891.
  • 7 Ibid., p. 121.

4Le risque d’une supériorité démographique des étrangers inquiétait d’autant plus les autorités coloniales que des arrivées plus importantes et une natalité plus dynamique grossissaient leurs rangs plus rapidement que celui des Français. Leur hantise est résumée par l’économiste Paul Leroy-Beaulieu : « La France allait-elle se trouver avoir couvé un œuf italien dans le Constantinois et un œuf espagnol en Oranie5 ? » Devant l’impossibilité de renforcer l’installation de métropolitains, la solution consista à « faire du Français », comme le préconisait le gouverneur général Louis Tirman6 : « Puisque nous n’avons plus l’espérance d’augmenter la population française au moyen de la colonisation officielle, il faut chercher le remède dans la naturalisation des étrangers7. » Par le sénatus-consulte du 14 juillet 1865, celle-ci avait été ouverte aux résidants en Algérie depuis trois ans et ses effets – quoique mesurés – se manifestèrent dès le recensement de 1872 qui comptabilisa 35 000 naturalisés de fraîche date. En outre, l’article 3 de ce même sénatus-consulte contenait une disposition peu connue selon laquelle « l’étranger qui justifi[ait] de trois années de résidence en Algérie p[ourrai]t être admis à jouir de tous les droits de citoyen français », c’est-à-dire être électeur et éligible, la citoyenneté étant donc dissociée de la nationalité. Cette politique d’assimilation fondée sur le, jus soli trouva son aboutissement dans la loi du 26 juin 1889 qui instaura la naturalisation automatique des enfants d’étrangers nés sur le sol national – ce qui, depuis le décret du 5 mai 1848, incluait l’Algérie – et y résidant à leur majorité, à moins qu’ils ne le refusent explicitement dans l’année. Un double droit du sol était même consacré, puisque la deuxième génération étrangère née en France était déclarée française dès sa naissance ; la loi du 22 juillet 1893 ouvrit toutefois la possibilité d’une répudiation de la nationalité française à la descendance d’une mère née en France, pas d’un père conformément au droit du sang.

5Même si elle n’avait pas été conçue seulement pour l’Algérie, la loi de 1889 y était réclamée par les autorités locales et y permit la francisation massive des immigrants. D’une part, le nombre des étrangers a nettement fléchi, à l’image des Espagnols qui, en 1907, n’étaient plus que 117 000 pour 445 000 citoyens français, et 79 000 pour 162 000 en Oranie. D’autre part, elle a créé de nouveaux citoyens, 160 000 à 170 000 en trente ans. Il s’agit de ces néo-Français – appelés « néos » – dont la proportion était donc croissante : si l’on ne considère que ceux d’origine péninsulaire, elle était en 1907 de 38 % dans toute l’Algérie et de 48 % en Oranie (soit 77 000, presque autant que les ressortissants espagnols).

  • 8 Demontès V., Le Peuple algérien : essai de démographie algérienne, Alger, Imprimerie algérienne, 1 (...)

6Dans le contexte de l’agitation xénophobe qui s’exprima en Algérie jusqu’en 1914, la dénonciation du « péril étranger » passa par la mise en cause de l’importance numérique des citoyens d’origine étrangère : ils représentaient 45,6 % du total des Français en 1906. Ainsi Victor Demontès, professeur au lycée d’Alger, concluait-il son ouvrage sur Le Peuple algérien publié cette même année : « Gardons-nous de compromettre [notre] prépondérance économique et sociale par la perte de notre hégémonie politique. Sans elle, en effet, tout l’édifice algérien, sapé à la base, s’écroulera. L’œuvre, qui a coûté à la France des armées et des milliards, pourrait ne lui apporter que des désillusions et des déboires. Grâce au sénatusconsulte [...], plus de 40 000 étrangers ont acquis la nationalité française ; grâce à la loi de 1889, plus de 5 000 naturalisés pénètrent annuellement dans les rangs de nos nationaux. Or s’il est prudent [...] de vouloir briser tout lien politique entre ces étrangers et leur patrie d’origine, il est sage de prévoir les effets de cette entrée en masse des naturalisés dans le corps électoral français. Qu’on avise donc au plus tôt ; demain, il sera trop tard8 » Les « néos » pâtissaient de ces préjugés qui les réduisaient au rang de « Français à deux sous », de « Français cinquante pour cent ». Mais la Première Guerre mondiale démontra que leur francisation n’était pas qu’administrative : les refus relativement faibles de la nationalité française par les jeunes gens nés dans une famille espagnole – ce qui équivalait à partir pour le front, alors que l’Espagne restait neutre – en furent l’un des témoignages les plus probants. Cette prise de conscience mit un terme aux campagnes xénophobes et aux discriminations, mais peut-être pas à une certaine hiérarchisation sociale.

  • 9 Centre des archives d’outre-mer (CAOM), préfecture d’Oran, dossier 3 092. Du préfet d’Oran au gouv (...)
  • 10 CAOM, GGA, 8 CAB 163 B. Étude de J. Garry sur les Espagnols en Oranie, avril 1940.

7À l’œuvre depuis la fin du XIXe siècle, le processus assimilateur s’est amplifié après-guerre. Il s’appuyait naturellement sur la scolarisation massive des enfants et le service militaire, mais aussi sur la pratique religieuse, au travers des homélies, du catéchisme, qui avaient favorisé la diffusion de la langue française et ouvert la population immigrée aux influences extérieures. L’enracinement local, le brassage du milieu de vie, la promotion sociale ont également eu une influence intégratrice, perceptible dans les premiers mariages mixtes – qui ont surtout concerné des jeunes filles – et l’amorce d’une francisation des prénoms. Les mélanges étaient favorisés par la cœxistence intergénérationnelle et la sociabilité locale. Selon les mots du préfet d’Oran Louis Boujard, la première génération demeurait « étrangère, avec sa langue, ses mœurs, ses traditions », mais les enfants nés en Algérie formaient « la masse des bons artisans du développement français dans ce pays ». « Dans la même maison, les parents [étaie]nt souvent espagnols et les enfants français9. » L’« interpénétration des [...] naturalisés et non naturalisés10 » était donc générale, dans les familles comme dans les quartiers populaires. Dans le même temps, les mentalités et les modes de vie espagnols se diffusaient à toute la société européenne : entre autres exemples, l’habitude de « faire l’avenue » le dimanche, reprise du paseo, les spécialités culinaires, l’imprégnation religieuse patente dans le pèlerinage à Notre-Dame de Santa Cruz à Oran...

  • 11 Notice de Martinez L. dans Verdès-Leroux J. (dir.), L’Algérie et la France, Paris, Robert Laffont, (...)

8Ainsi les différents peuplements se fondaient-ils progressivement dans le creuset algérien. Les immigrés perdaient peu à peu la complète maîtrise de leur langue maternelle, castillan ou patois régional, tout en assimilant progressivement et imparfaitement le français. C’est ainsi qu’ils ont contribué à forger un langage populaire spécifique, le « pataouète » (de patues, patois en catalan), qui mêlait l’espagnol au français, à l’arabe, voire à l’italien et au maltais, et qui fut à son apogée du dernier tiers du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Le parler populaire oranais était a fortiori une « hybridation spontanée » entre les langues française et espagnole11 ; il est parfois qualifié de « tchapourlao » (baragouiner en espagnol).

Une décennie de blocage

9Des crises successives sont venues perturber cette homogénéisation progressive de la population européenne en ravivant les liens avec la mère patrie et en révélant le caractère inachevé et superficiel de la francisation : l’application, à partir de 1934, d’une politique sociale de préférence nationale comme remède au chômage massif résultant de la dépression économique ; le retentissement de la guerre civile qui divisa les résidants espagnols, particulièrement en Oranie, et qui, par effet d’entraînement, embrasa un climat politique déjà tendu ; les revendications irrédentes du premier franquisme sur l’ouest algérien.

  • 12 Vilar J. B., « Immigration et présence espagnoles en Afrique du nord (XIXe et XXe siècles) », Migr (...)
  • 13 Planche J.-L. en collaboration avec Jordi J.-J., « 1919-1939 : Alger, espace de la France », in Al (...)
  • 14 CAOM, Oran, 3 093 et GGA, 3 CAB 34. Du commissaire divisionnaire, chef de la police spéciale dépar (...)

10C’est dans les premières décennies du XXe siècle que les préoccupations politiques et culturelles étaient apparues chez les immigrés espagnols, jusqu’alors accaparés par les problèmes de survie12. Ils avaient généralement bien accueilli l’avènement de la Seconde République en raison de son caractère pacifique, mais la radicalisation de la vie politique péninsulaire de 1931 à 1936 mit en lumière une fracture idéologique, avec un effet d’entraînement par affinités politiques dans la population française. Les « néos » servirent de relais et ils devinrent une cible électorale en Oranie. La guerre civile consomma la rupture. Il convient toutefois de territorialiser l’analyse. Alger a vécu « la guerre d’Espagne en guerre étrangère », à distance et avec réserve, en raison du moindre poids du peuplement de nationalité ou d’origine espagnole et de l’imbrication géographique des orientations politiques, Bab-el-Oued et Belcourt étant majoritairement rouges mais pas exclusivement13. En revanche, l’incidence du conflit fut particulièrement marquée en Oranie où chacun s’identifia à l’une des causes en présence. Il y eut sans doute équilibre entre les deux camps, les faubourgs populaires, d’orientation gouvernementale, s’opposant aux catégories aisées et aux milieux ruraux, partisans des rebelles. Le soutien au pouvoir péninsulaire légal se traduisit par la tenue de nombreuses réunions publiques, la création d’associations, le départ de combattants, conscrits et volontaires. Les partisans des rebelles ont affiché les couleurs franquistes et la photo du général Franco, tandis que de l’argent, des armes et des recrues leur étaient envoyés via le Maroc espagnol. Pour marquer la reconnaissance du Caudillo par la France et sa victoire imminente, fin février 1939, le maire Gabriel Lambert incita la population à pavoiser Oran en sang et or, et c’est la première vision qu’eurent les milliers de vaincus républicains qui accostaient alors au port. Après avoir redouté une contagion de la guerre civile, les pouvoirs publics déploraient que tous les regards fussent ainsi tournés vers l’Espagne. C’est cette crainte d’une « hispanisation à outrance » des schémas de pensée, des références politiques, qu’ils exprimèrent devant l’ampleur des manifestations fêtant la victoire franquiste : « Oran ne semble plus une ville française [...] À Oran, on parle, on pense, on agit “espagnol”, et tous les jours qui passent aggravent la situation [...] J’estime absolument nécessaire de faire comprendre [...] qu’avant l’Espagne nationaliste, monarchiste ou autre, il y a la France tout court14. »

  • 15 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique et commerciale (CPC (...)
  • 16 AMAE, Guerre 1939-1945, K-Vichy Afrique, 50. Du préfet d’Oran au GGA, le 3 novembre 1941, f. 133-1 (...)

11Second frein au processus d’assimilation, l’inégalité de traitement apparue en 1934 entre les travailleurs français et espagnols du fait du protectionnisme social, qui fut dénoncée par les représentants diplomatiques de la Seconde République comme une « grande injustice morale » à l’encontre d’immigrés de longue date qui avaient « collaboré de façon dévouée et utile à l’œuvre civilisatrice et colonisatrice de la France dans cette partie de l’Afrique du Nord15 ». Alourdi par la III e République finissante puis par le régime de Vichy, le dispositif protégeant la main-d’œuvre nationale devint un sujet de frictions constantes avec le nouveau pouvoir franquiste. La loi du 17 juillet 1940 a même atteint les néo-Français en interdisant la fonction publique à « ceux qui n’avaient pas la nationalité française à titre originaire ». Autant que faire se pouvait, les autorités administratives locales chargées d’appliquer l’ensemble de cette législation ont pris en considération le lien noué avec la France, comme une longue immigration ininterrompue en territoire français ou la nationalité française des enfants. Mais le préfet d’Oran a suggéré en vain que la législation discriminatoire de Vichy fût aménagée en raison de ses effets pervers en Algérie : non seulement, en séparant Français et étrangers, elle avait « rompu la communauté franco-espagnole [...] où le libre jeu de l’intérêt matériel et personnel constituait le plus puissant des facteurs d’assimilation16 », mais l’obligation d’avoir une carte d’identité d’étranger et de la renouveler chaque année, en nécessitant la présentation d’un certificat de nationalité, avait multiplié les prises de contact avec la représentation consulaire du pays d’origine. En définitive, ces dispositions ont sans conteste contribué à exacerber le sentiment identitaire des immigrés espagnols. Qui plus est, en prenant leur défense, en mettant en place un dispositif d’assistance au travers de l’Auxilio social, les représentants franquistes ont certainement eu un fort écho parmi eux.

  • 17 CAOM, GGA, 8 CAB 39. Radio-Melilla, le 23 mars 1942.
  • 18 CAOM, GGA, 9 H 43. Du commissaire chef de la brigade de surveillance du territoire à Tlemcen à la (...)

12Dans le cadre des revendications impérialistes émises par le général Franco sur le Maroc et l’Oranie, consuls et propagandistes menèrent effectivement en Algérie, qualifiée d’« Alsace-Lorraine de l’Espagne », une campagne offensive pour affirmer des droits à la possession, s’appuyant notamment sur la contribution des immigrés ibériques à la prospérité nord-africaine. De 1939 à 1942, ils travaillèrent à rassembler toute la population espagnole autour du projet nationaliste, y compris les néo-Français. « 90 % des Français d’Algérie portent des noms comme Garcia, Pérez, Rodriguez, Hernandez, etc. Ces sont des Français en apparence, mais des Espagnols en réalité. Ces Espagnols, désabusés un moment à l’égard de leur propre pays, ont été naturalisés français. Ce sont eux qui ont labouré et cultivé la terre d’Algérie et ont élevé cette région à la place primordiale qu’elle occupe maintenant dans l’Empire français. Mais croyez-vous que leurs sacrifices et leur travail ont été récompensés ? [...] Tant qu’il s’agit de travail et de sacrifices, ils sont Français mais, pour toute autre chose, ce sont des Français de deuxième catégorie17. » En exaltant la grandeur de l’Espagne et en affirmant la force de son nouveau régime, au moment où la France était défaite, désarmée, partiellement occupée, il s’agissait d’entretenir ou ranimer l’amour de la mère patrie chez tous les Espagnols, de nationalité ou de souche. Cette propagande n’atteignit Alger qu’à l’automne 1941, alors que depuis 1939 elle s’était étendue aux principaux centres d’Oranie grâce à l’action de délégués : des rassemblements et des comités furent organisés, des signes d’appartenance affichés jusque dans les rues. Ainsi, après la prise de Tanger, de petits groupes « s’abordaient à Roi Salado en pleine rue, en saluant “à la romaine” et en disant “Arriba España. Comme si Franco était déjà là18 ! » Cette citation l’atteste, les autorités coloniales eurent une perception aiguë du danger. Les ressortissants espagnols et plus encore les néo-Français se sont donc retrouvés l’enjeu d’une guerre d’influence dont l’efficacité du processus assimilateur était le cœur.

  • 19 CAOM, GGA, 8 CAB 163 B. Étude de J. Garry sur les Espagnols en Oranie, avril 1940.
  • 20 AMAE, Guerre 1939-1943, K-Vichy Afrique, 49. « De l’échec espagnol à la réussite de l’œuvre frança (...)
  • 21 CAOM, Oran, 3 363. Du sous-préfet de l’arrondissement de Sidi-bel-Abbès, les 16-17 février 1942, e (...)
  • 22 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Note du cabinet du GGA relative aux revendications espagnoles sur l’Algérie, l (...)
  • 23 CAOM, GGA, 7 CAB 8 et Oran, 3 092. Du préfet d’Oran L. Boujard au GGA, secret, le 14 mars 1942.
  • 24 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Note de bonne source adressée par le préfet d’Oran au GGA, le 9 mars 1942.
  • 25 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Du préfet d’Oran au GGA, le 30 janvier 1942.
  • 26 CAOM, Oran, 3 363. Note sur la question espagnole de l’archiviste départemental.

13Dans leurs études destinées à justifier la position française officielle, Jean Garry – en avril 194019 – et le géographe René Lespès – début 194120 estimèrent que « les aspects humains si originaux de l’Oranie » résultaient du peuplement étranger et de l’apport des « néos » grâce auxquels « le peuple algérien s’[étai]t formé comme une synthèse originale dont on ne trouv[ait] nulle part la pareille ni pour la rapidité de sa formation ni pour son homogénéité ». Le 26 janvier 1942, le ministre de l’Intérieur Pierre Pucheu ordonna une enquête sur la population du département d’Oran et les « nuances » de son assimilation. De manière générale, les rapports retrouvés dans les archives mettaient sans surprise l’accent sur l’effet de l’acculturation progressive, soulignant que, dans la plupart des familles installées en Algérie depuis plusieurs générations, le lien avec la mère patrie se distendait21 L’assimilation était globalement jugée plus lente dans les milieux modestes, freinée par un faible niveau de formation qui favorisait la persistance de l’usage de la langue espagnole. Sur ce point, l’ancienneté de l’installation avait bien sûr un grand rôle : grands-parents ne maîtrisant que l’espagnol, parents bilingues, enfants recourant de préférence au français. L’importance du peuplement local de même origine jouait en sens inverse, facilitant le recours à l’espagnol aussi bien dans la rue qu’en famille. Dans la synthèse qu’il a tirée de toutes ces enquêtes, le gouvernement général en concluait qu’en cas d’importante concentration, dans les arrondissements d’Oran, de Mostaganem, de Sidi-bel-Abbès, « l’assimilation ne se fai[sai]t que lentement, si elle n’a[vait] pas eu lieu parfois à rebours depuis l’armistice22 ». Confiant dans la gradualité de ce processus, le préfet d’Oran Louis Boujard brossa un portrait nuancé d’un peuple entre deux nations, qui n’était « plus espagnol, pas encore français23 », et se déclarait donc plutôt oranais, ou algérien, comme le faisait déjà Cagayous, le héros de Musette. La nationalité française, « le plus souvent acceptée avec indifférence comme une formalité administrative ne comportant aucun engagement moral24 », n’était pas en elle-même un signe d’assimilation, plutôt le choix « du moindre effort ». A contrario, les Espagnols qui avaient gardé leur nationalité n’étaient plus de véritables étrangers, car leur enracinement dans la « petite patrie » algérienne était source d’acculturation à la France - par « l’école, les mariages mêlés, la communauté de vie, l’ambiance25 » - et d’intégration. Même l’usage de la langue maternelle était plus un souvenir qu’un obstacle à l’assimilation quand il ne reposait pas sur une solide culture26. Un patriotisme ancestral à caractère sentimental pouvait donc coexister avec un sentiment d’attachement à la France, au moins en tant que puissance coloniale de la terre d’accueil, avec pour résultat plusieurs fidélités.

Le peuple pied-noir

14L’échec de l’offensive franquiste, sanctionné par le débarquement allié, a relancé ce processus de fusion dans le creuset algérien que les autorités locales avaient souhaité préserver. La participation massive et valeureuse à la campagne de Tunisie, au sein de l’armée d’Afrique, puis à l’effort de guerre allié l’a confirmé. Dès lors, la distinction entre néo-Français et Français de souche a cessé d’avoir cours.

  • 27 La formule était employée par un fonctionnaire né de parents espagnols qui, par lettre du 4 mars 1 (...)
  • 28 Cité par Leconte D., Les Pieds-noirs. Histoire et portrait d’une communauté, Paris, Le Seuil, « L’ (...)
  • 29 Baussant M. Pieds-noirs. Mémoires d’exil, Paris, Stock, 2002, p. 126.

15Les quinze dernières années de la présence française ont laissé le champ libre à l’insertion progressive de l’identité transitoire, algérienne, dans une appartenance française – du moins pour la grande majorité – à l’image de ce fonctionnaire qui se décrivait comme « Espagnol de sang [...] Français de cœur27 ». Généralement arrivés depuis longtemps, les migrants avaient planté de nouvelles racines dans cette terre d’Algérie où tout conduisait à « faire partie de la France » pour citer Gabriel Audisio28 : la souveraineté française, la francisation de la toponymie, l’urbanisme reproduisant les villages et les villes de France, l’école diffusant une langue et des références historiques communes... L’usage de la langue espagnole et la fidélité aux coutumes ibériques n’empêchaient donc pas une francisation progressive, patente dans les jeunes générations. Ainsi furent créés des « Français de synthèse29 », mais « Français à 100 % », dont l’ascendance étrangère était une partie de l’identité mais dont l’attachement à l’Algérie et le patriotisme n’en était pas moins inconditionnels. Les réfugiés républicains fixés en Algérie s’y enracinaient aussi peu à peu : la vie quotidienne, les regroupements familiaux, l’éducation française des enfants, leur mariage avec des jeunes du cru, voire leur naturalisation, détournaient les regards de l’Espagne.

  • 30 Gouvernement général de l’Algérie, Direction générale des Finances, service de statistique général (...)

16En 1954, 82 % des 932 400 Français d’Algérie y étaient nés – ce pourcentage évoluant peu (80 %) lorsque l’on prenait en compte les 979 900 personnes formant la population européenne, y compris les étrangers (dont 36 000 Espagnols) –, et 12,9 % seulement en métropole. Parmi les citoyens français, 19 500 étaient nés en Espagne, surtout des femmes (65,5 %) sans doute naturalisées par le mariage30. Une bonne moitié de la population européenne – Français et étrangers confondus – était d’origine ibérique.

17La guerre d’Algérie a soudé ce peuple pied-noir, les différences d’origine et même les divergences politiques tendant à s’estomper face à la peur des conséquences d’une victoire des nationalistes algériens. Mais il y eut aussi des Français d’origine espagnole parmi ceux qui ont défendu une position anticolonialiste et se sont engagés en faveur de leur « patrie algérienne », comme le père Alfred Bérenguer qui fut député à l’Assemblée constituante algérienne de 1962 à 1964. Somme toute, dans cette douloureuse histoire collective, rien ne permettait plus de les distinguer de leurs compatriotes d’Algérie.

  • 31 Cité par Le Monde, le 29 juin 1962. Au-delà du patronyme très répandu, la formule est une allusion (...)
  • 32 La formule est tirée de Conesa G., Bab-el-Oued, notre paradis perdu, Paris, Robert Laffont, 1970, (...)

18La plupart d’entre eux se sont repliés en métropole à l’indépendance de l’Algérie, ultime confirmation de leur francisation. Des milliers, toutefois, ont gagné la péninsule, tout particulièrement la côte du Levant autour d’Alicante ; ce fut aussi le cas de la majorité des résidants en Algérie de nationalité espagnole. Ils y ont fait œuvre de pionniers et ont grandement contribué au développement de la région. Tous n’étaient pas des membres de l’OAS en exil. Pour les uns, s’installer en Espagne fut un retour aux origines familiales, et le quotidien phalangiste Arriba titra : « La famille Hernandez rentre chez elle31. » Pour les autres, ce choix marqua la fin amère de leur « roman d’amour32 » avec la France.

  • 33 Mauss-Copeaux C., Appelés en Algérie, Paris, Hachette, 1998, p. 233, citée par Verdès-Leroux J., L (...)
  • 34 Baillet P., « Les rapatriés d’Algérie en France », Notes et études documentaires, no 4275-4276, ma (...)
  • 35 Nora P., Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961 (rééd. Christian Bourgois, 2013), p. 50.
  • 36 Baussant M., Pieds-noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002, p. 17. Plus de 60 % des arrivants (...)

19Celui-ci n’avait pas toujours été réciproque, à en juger par les regards portés sur la communauté pied-noir qui ont souvent souligné – voire stigmatisé – son origine étrangère. Chez les appelés, elle a pu contribuer à alimenter le stéréotype négatif du « colon » : « Des Français, d’accord, il y en avait, mais pas des masses. C’étaient tous des gars dont le nom terminait soit par un “o” soit par un “i”33. » Elle a été l’objet d’une condescendance officielle quelque peu dédaigneuse, à l’image de ce rapport de 1976 spécifiant que la population rapatriée « compren[ait] beaucoup d’Espagnols, d’Italiens, de Maltais, naturalisés certes, mais maniant la langue française avec beaucoup de difficultés34 ». Et ne peut-on pas même en trouver un écho cruel sous la plume de Pierre Nora lorsque, dans son essai publié en 1961, il se gaussait du « bafouillage et [de F] accent » de ces Français d’Algérie fiers d’être « Froncés35 » ? Or c’est justement ainsi, « soy francés », qu’une rapatriée oranaise s’était présentée lors de son arrivée à la cité d’urgence du Mas-de-Mingue, près de Nîmes, fière affirmation en espagnol d’une identité française36.

Notes

1 Frank R. (dir.), Pour une histoire des relations internationales, Paris, PUF, « Le nœud gordien », 2012, p. XIII.

2 Milza P., « Migrations et relations internationales », in op. cit., p. 329-343.

3 Ibid., p. 338.

4 Voir Dulphy A., Entre l’Espagne et la France, l’Algérie des Pieds-Noirs, Paris, Vendémiaire, 2014.

5 Cité par Ageron C.-R., Histoire de l’Algérie contemporaine, tome 2 : De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954), Paris, PUF, 1979, p. 120.

6 Il fut gouverneur général d’Algérie de 1881 à 1891.

7 Ibid., p. 121.

8 Demontès V., Le Peuple algérien : essai de démographie algérienne, Alger, Imprimerie algérienne, 1906, p. 612.

9 Centre des archives d’outre-mer (CAOM), préfecture d’Oran, dossier 3 092. Du préfet d’Oran au gouvernement général d’Algérie (GGA), le 11 juillet 1932.

10 CAOM, GGA, 8 CAB 163 B. Étude de J. Garry sur les Espagnols en Oranie, avril 1940.

11 Notice de Martinez L. dans Verdès-Leroux J. (dir.), L’Algérie et la France, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2009, p. 667-670.

12 Vilar J. B., « Immigration et présence espagnoles en Afrique du nord (XIXe et XXe siècles) », Migrance, no 21, troisième trimestre 2002, p. 18.

13 Planche J.-L. en collaboration avec Jordi J.-J., « 1919-1939 : Alger, espace de la France », in Alger 1860-1939, Le modèle ambigu du triomphe colonial, Paris, Autrement, « Mémoires », 1999, p. 156.

14 CAOM, Oran, 3 093 et GGA, 3 CAB 34. Du commissaire divisionnaire, chef de la police spéciale départementale Prévost, au préfet, le 2 mars 1939.

15 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique et commerciale (CPC) 1918-1940, série K Afrique, Algérie, dossier 8. Notes verbales espagnoles, le 29 mai 1935, f. 72, et le 3 juin 1936, f. 103.

16 AMAE, Guerre 1939-1945, K-Vichy Afrique, 50. Du préfet d’Oran au GGA, le 3 novembre 1941, f. 133-136.

17 CAOM, GGA, 8 CAB 39. Radio-Melilla, le 23 mars 1942.

18 CAOM, GGA, 9 H 43. Du commissaire chef de la brigade de surveillance du territoire à Tlemcen à la DSG, le 9 décembre 1940.

19 CAOM, GGA, 8 CAB 163 B. Étude de J. Garry sur les Espagnols en Oranie, avril 1940.

20 AMAE, Guerre 1939-1943, K-Vichy Afrique, 49. « De l’échec espagnol à la réussite de l’œuvre française : en quoi a consisté la participation des immigrants d’Espagne », mémoire de R. Lespès communiqué par le gouvernement général le 7 mai 1941, £ 301-336.

21 CAOM, Oran, 3 363. Du sous-préfet de l’arrondissement de Sidi-bel-Abbès, les 16-17 février 1942, et de celui de l’arrondissement de Tlemcen au préfet, le 24 mars.

22 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Note du cabinet du GGA relative aux revendications espagnoles sur l’Algérie, le 24 mars 1942.

23 CAOM, GGA, 7 CAB 8 et Oran, 3 092. Du préfet d’Oran L. Boujard au GGA, secret, le 14 mars 1942.

24 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Note de bonne source adressée par le préfet d’Oran au GGA, le 9 mars 1942.

25 CAOM, GGA, 7 CAB 8. Du préfet d’Oran au GGA, le 30 janvier 1942.

26 CAOM, Oran, 3 363. Note sur la question espagnole de l’archiviste départemental.

27 La formule était employée par un fonctionnaire né de parents espagnols qui, par lettre du 4 mars 1943, déplorait que la procédure de naturalisation – suspendue en Algérie en 1941 – n’eût pas encore été rétablie (AMAE, Guerre 1939-1943, Alger CFLN-GPRF, 859. f. 8).

28 Cité par Leconte D., Les Pieds-noirs. Histoire et portrait d’une communauté, Paris, Le Seuil, « L’histoire immédiate », 1980, p. 143.

29 Baussant M. Pieds-noirs. Mémoires d’exil, Paris, Stock, 2002, p. 126.

30 Gouvernement général de l’Algérie, Direction générale des Finances, service de statistique générale, Résultats statistiques du dénombrement de la population effectué le 31 octobre 1934, Alger, service de statistique générale, 1955, vol. II, p. 35.

31 Cité par Le Monde, le 29 juin 1962. Au-delà du patronyme très répandu, la formule est une allusion à la pièce créée par Geneviève Baïlac et le Centre régional d’art dramatique d’Alger, La Famille Hernandez : présentée pour la première fois en 1957, elle décrivait le petit monde populaire de Bab-el-Oued.

32 La formule est tirée de Conesa G., Bab-el-Oued, notre paradis perdu, Paris, Robert Laffont, 1970, rééd. Nice, Jacques Gandini, p. 51.

33 Mauss-Copeaux C., Appelés en Algérie, Paris, Hachette, 1998, p. 233, citée par Verdès-Leroux J., Les Français d’Algérie de 1830 à aujourd’hui. Une page d’histoire déchirée, Paris, Fayard, 2001, p. 252.

34 Baillet P., « Les rapatriés d’Algérie en France », Notes et études documentaires, no 4275-4276, mars 1976, p. 8.

35 Nora P., Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961 (rééd. Christian Bourgois, 2013), p. 50.

36 Baussant M., Pieds-noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002, p. 17. Plus de 60 % des arrivants étaient hispanophones.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’École polytechnique, chercheur au LinX et au Centre d’Histoire de Sciences Po.
La politique de la France à l’égard de l’Espagne franquiste de 1945 à 1955. Entre idéologie et réalisme - 1997.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540