Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

La Grande Guerre et l’amorce de l’immigration des Portugais en France

Marie-Christine Volovitch-Tavares

Texte intégral

1Jusqu’en 1916, la France n’était pas un horizon pour les travailleurs portugais. Depuis le dernier tiers du XIXe siècle, quand les recensements français commencèrent à distinguer les Portugais, leur nombre oscillait toujours autour d’un millier. La réorientation nouvelle de l’émigration des Portugais entre 1916 et 1918, est directement liée à l’entrée en guerre du Portugal, le 9 mars 1916, aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne. Dans ces années de retour sur l’histoire et les mémoires de la Grande Guerre, où l’on approfondit la place tenue par les étrangers en France, soldats mais aussi travailleurs, il est intéressant de revenir sur ces années qui ont fait de la France un des horizons de l’émigration des travailleurs portugais.

  • 1 Volovitch-Tavares M.-C., « Les Portugais », in P. Ory, M.-C. Blanc-Chaléard (dir.), Dictionnaire d (...)
  • 2 Volovitch-Tavares M.-C., « Les Portugais dans la région parisienne, depuis la fin de la Deuxième G (...)
  • 3 Climaco C., L’Exil portugais en France et en Espagne, 1927-1940, thèse sous la dir. de A. Bachoud,(...)

2Depuis 1916, s’est écoulé près d’un siècle d’immigration des Portugais en France, mais les études sur cette histoire ont à peine une vingtaine d’années. Pourquoi ce paradoxe ? L’immigration des Portugais, d’abord modeste (10 000 en 1921, 50 000 en 1931), semble s’éteindre (20 000 en 1954). Et sa croissance exceptionnelle (50 000 en 1962 et 750 000 en 1975) occulte l’histoire des décennies antérieures1. Ce fut le mérite de Pierre Milza, par l’élan qu’il a donné à l’histoire des migrations, de contribuer à ce que celle des Portugais sorte de l’oubli, en encourageant mes premiers pas vers ce passé2. Depuis, un ensemble de travaux ont mis au jour un parcours migratoire que l’on pensait « sans histoire3 ».

3Je me propose ici de tracer les grandes lignes de l’émergence de l’immigration portugaise en France durant la Grande Guerre, à travers les enjeux complexes que cette nouvelle situation a impliqué, tant pour le Portugal que pour la France.

  • 4 Green N., Weil F. (dir.), Citoyenneté et immigration, les politiques de départ, Paris, EHESS, 2006
  • 5 Derou J., Les Relations franco-portugaises (1910-1926), Paris, Publications de la Sorbonne, 1986. (...)
  • 6 Volovitch-Tavares M.-C., « L’immigration portugaise et l’impossible accord de main-d’œuvre franco- (...)

4La première caractéristique de cette nouvelle émigration/immigration fut son encadrement politique et administratif, résultat de négociations inter-gouvernementales, tranchant fortement avec les pratiques antérieures, bien plus libérales4. C’est le contexte très particulier de l’entrée en guerre de la jeune République portugaise (proclamée le 5 octobre 1910), aux côtés des alliés, le 9 mars 19165, qui a organisé l’émigration de Portugais vers la France, sous la responsabilité des autorités françaises et portugaises. Cette organisation était une grande nouveauté pour chacun des deux pays et particulièrement pour le Portugal où l’Etat rompait avec son rôle modeste dans l’émigration tout au long du XIXe siècle. Le second caractère de cette émigration, constant depuis le XIXe siècle, est la combinaison de départs légaux et départs illégaux6.

Contexte migratoire en temps de guerre (1916-1918)

Du côté de la France, un fort besoin de travailleurs

  • 7 Volovitch M.-C., Essai sur l’évolution et la structure de la main-d’œuvre industrielle pendant la (...)

5En France, très vite après le début du conflit, on comprend que la guerre se joue aussi sur le plan économique. Les responsables sont donc à la recherche de main-d’œuvre. Il faut remplacer les hommes mobilisés et les travailleurs immigrés qui ont dû partir, soit comme ressortissants des puissances ennemies, soit mobilisés dans une des armées alliées (les Italiens en 1915). Pour remplacer ces travailleurs, on a retiré du front des ouvriers spécialisés, recruté des réfugiés belges, engagé des femmes dans des secteurs nouveaux pour elles, fait venir des travailleurs des colonies du Maghreb et d’Indochine, cherché jusqu’en Chine. On cherche à amplifier l’immigration espagnole et à organiser l’appel à la main-d’œuvre portugaise. En 1915, on crée un Service de la main-d’œuvre étrangère au ministère de l’Agriculture, puis, en 1916, un Service similaire au sous-secrétariat d’État à l’artillerie et aux munitions (ministère de l’Armement), transféré fin 1917 au ministère du Travail. Le dispositif comprend aux frontières des bureaux d’immigration et des centres d’hébergement (Hendaye pour les Portugais et une partie des Espagnols) et huit contrôles régionaux (celui de Bordeaux qui nous intéresse), avec l’envoi de missions de recrutement en accord avec les pays où l’on recrute7.

  • 8 Santos Y., « L’État portugais face à l’émigration et aux impératifs de la Première Guerre mondiale (...)
  • 9 Archives du ministère portugais des Affaires étrangères, Arquivo Histórico-Diplomáticos (AHD), maç (...)
  • 10 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, correspondência, 1916, Courriers de l’ambassadeur du Portugal en (...)
  • 11 Derou J., op. cit., p. 135-149.

6Dans ce cadre, dès 1915, des recruteurs français, dans la continuité du recrutement de travailleurs espagnols, engagent des Portugais, traditionnellement saisonniers dans les campagnes espagnoles. Signalons aussi, l’appel d’employeurs français du Maroc à une main-d’œuvre portugaise, en remplacement de travailleurs italiens8. Rapidement, les recruteurs français élargissent leurs zones de recrutement9. Dès février 1916, la France propose l’engagement pour des travaux viticoles. Mais le gouvernement portugais est partagé sur le projet d’un accord général. Certains responsables y sont favorables, mais d’autres font traîner les négociations10. En juin 1916, le recrutement de travailleurs est un des volets des négociations entre le Portugal, la France et la Grande-Bretagne, à l’occasion d’une mission économique conjointe à Lisbonne11. D’ailleurs, des responsables militaires français (et britanniques) estiment que l’appui militaire portugais est moins nécessaire que l’appoint de travailleurs :

  • 12 Ibid., p. 147, 8 avril 1916 et 3 mai 1916, l’attaché militaire français à Lisbonne, repris par le (...)

« “Des ouvriers, c’est le plus précieux appui qu’ils (les Portugais) puissent nous apporter” [...] “l’envoi (de travailleurs) soit (sous forme) de détachements d’ouvriers mobilisés (comme soldats), soit en levant l’interdiction de sortie d’ouvriers du Portugal”12. »

Du côté du Portugal, une tradition migratoire entre légalité et illégalité

  • 13 Dos Santos Y., art. cit., p. 139-143.
  • 14 Halpern Pereira M., op. cit., p. 48-56.

7Avant 1914, l’émigration portugaise se caractérisait par une faible intervention étatique. Sans être totalement libéral, l’État portugais limitait son action à des exigences administratives pour l’obtention de passeports d’émigrants et prévoyait, depuis 1893, un certain contrôle des activités des agents (privés) d’émigration, sans organiser lui-même le recrutement. Car les gouvernements portugais étaient pris entre, d’une part, l’intérêt économique des envois de devises des émigrants, s’ajoutant au besoin de « soulager » le marché du travail en laissant partir des travailleurs, et d’autre part les pressions d’une grande partie du patronat industriel et des propriétaires fonciers désirant conserver une main-d’œuvre nombreuse et peu payée, sans oublier le besoin d’émigrants dans ses colonies d’Afrique. Ainsi, le Portugal avait tout à la fois imposé des passeports d’émigrants (dont le prix avait été augmenté sauf pour les colonies d’Afrique) et mis en place en 1896 une politique de répression de l’émigration clandestine, renforcée en 1901 et 1907. Toutefois, cette politique répressive était dotée de peu de moyens. Enfin, il était très difficile (et l’État peu désireux de le faire) de contrôler les migrations saisonnières, anciennes, dans les zones frontalières entre le Portugal et l’Espagne13. Cette situation engendra vite une forte émigration illégale14.

  • 15 Alves J. R, « Operários para França e Inglaterra (1914-1918). Experiências da emigraçâo portuguesa (...)
  • 16 Santos Y., art. cit., p. 140.

8La guerre introduit de grands bouleversements dans l’économie internationale et tous les grands pays d’immigration portugaise traditionnelle se ferment, ce qui entraîne une forte baisse de l’émigration. Dans un Portugal où la « soupape » migratoire est très affaiblie et qui connaît, entre 1914 et 1918, de graves tensions politiques et sociales, certains milieux commerciaux (Association commerciale de Lisbonne) mais aussi des associations ouvrières (dans des secteurs touchés par le chômage), estiment nécessaire l’ouverture d’une émigration vers des pays d’Europe que l’on sait en demande de main-d’œuvre15. La France passe dès 1915 à une politique de demande de main-d’œuvre auprès du gouvernement portugais, tandis que celui-ci tarde à y répondre. De plus, dans un contexte de guerre, même avant son entrée dans le conflit, le Portugal réduit les sorties légales des jeunes gens mobilisables16. En juin 1916, la mission franco-anglaise à Lisbonne, aboutit, avec la France, à la convention de main-d’œuvre d’octobre 1916.

La Convention franco-portugaise de main-d’œuvre du 28 octobre 1916

Les termes de la Convention

  • 17 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, Correspondência (1916-1918), Ofício no 26 de 7 de nov. de 1916, d (...)

9La signature par le gouvernement portugais d’un accord de maind’œuvre avec la France est un tournant dans la politique du Portugal qui accepte, pour la première fois, de participer à l’organisation de l’émigration. Les conditions de l’accord sont publiées au journal officiel du 28 octobre 191617 :

  • 18 AHD, Diario do Governo, 28/10/1916, Portaria no 807, introduction du texte de la Convention (je tr (...)

« Considérant que le gouvernement français a sollicité auprès du gouvernement portugais l’autorisation d’utiliser, sur son territoire, la maind’œuvre portugaise, considérant que pour une telle fin il y avait nécessité d’établir entre les deux gouvernements les bases de cette utilisation. Considérant qu’il est nécessaire de les rendre publiques et quelles soient portées à la connaissance, non seulement des ouvriers, mais aussi de toutes les classes qui y sont directement et indirectement intéressées, le gouvernement de la République portugaise demande au ministre des Affaires étrangères et au ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, qu’ils publient, pour les raisons ci-dessus indiquées, les conditions selon lesquelles les ouvriers portugais peuvent être contactés par le gouvernement français18. »

  • 19 Santos Y., art. cit., p. 143 qui cite des journaux portugais (A Capital, les 1er et 15 avril 1916)

10Il s’agit donc d’un accord engageant l’État portugais au plus haut niveau19. Et dans cette introduction, le Portugal souligne le fait que c’est le gouvernement français qui est solliciteur et précise que la Convention concerne l’ensemble de la société portugaise, quoique l’on note que le texte omette le mot « émigration ».

  • 20 Derou J., op. cit., p. 147.
  • 21 AHD, maço no 68, Legação da Republica Portuguesa em Paris (1917-1918), courrier du 28/11/1917, déc (...)
  • 22 Portaria ci-dessus, et Santos Y., art. cit., p. 144-145, et Alves J. R, art. cit., p. 325-326.

11Le gouvernement français désirait recruter à la fois des travailleurs civils et des travailleurs militaires (constitués en unités)20. On relève quelques cas de soldats-travailleurs de l’armée portugaise dans des usines françaises21. Mais l’accord signé ne concerne que les recrutements de civils. Les contrats sont de six mois renouvelables. Les conditions de travail et de salaire doivent être égales à celles des ouvriers français. Ces travailleurs doivent être affectés à des travaux, avec des qualifications et dans des zones décidées par les autorités françaises et cela pour toute la durée du contrat, sans qu’ils puissent en changer, sauf décision ou autorisation de leur employeur. Les travailleurs recrutés pourraient, en cas de litige, avoir recours à un « délégué » nommé par le gouvernement portugais auprès de la Légation du Portugal à Paris, interlocuteur en France auprès du sous-secrétariat d’État à l’armement et aux munitions. Les émigrants partent par groupes, de 50 et 150 personnes, avec un passeport collectif et gratuit (décret portugais du 30 octobre 1916). Les responsables français, pour encadrer chaque groupe de travailleurs, peuvent recruter un responsable portugais, muni, lui, d’un passeport individuel. Le gouvernement français paye le transport, avec une prime individuelle de 5 escudos (payée au moment de l’embarquement) et les rapatriements à l’issue des contrats qui ne seraient pas renouvelés. La France prend en charge le transport des travailleurs depuis leur domicile jusqu’à Lisbonne et Porto, d’où les départs groupés sont prévus par bateaux (voies ordinaires d’émigration) jusqu’aux ports de Bordeaux, Le Havre et Brest. En réalité, les difficultés croissantes des transports par voie maritime (guerre sous-marine et manque de navires) orientent les transports vers le chemin de fer via l’Espagne, une voie d’émigration portugaise tout à fait nouvelle. Un responsable français des recrutements peut s’installer à Porto et des agents officiels français sont autorisés à intervenir sur tout le territoire portugais, sous l’autorité des responsables locaux, sans devoir passer par les intermédiaires privés, traditionnellement habilités à organiser concrètement l’émigration22. Les responsables français des recrutements sont confrontés à des consignes contradictoires, puisqu’ils doivent à la fois trouver des travailleurs dans l’industrie plutôt que dans les campagnes, mais qu’ils doivent en même temps éviter les concentrations industrielles (et surtout les industries de guerre). Enfin, s’ils ont la possibilité de recruter dans les zones urbaines et dans des industries non militaires, ils ne doivent pas porter tort aux industries en débauchant trop d’ouvriers et recruter en priorité des travailleurs sans emploi.

  • 23 AHD, maço 033, consul du Portugal à Bayonne, courrier du 14/11/1916.

12Comme, parallèlement, le Portugal envoie des troupes à la fois en France et dans ses colonies d’Afrique (Angola et Mozambique, frontalières avec des colonies allemandes), les travailleurs recrutés doivent avoir plus de 45 ans. En fait, des dérogations permettent des recrutements à partir de 32 ans. En janvier 1918, un complément est apporté à l’accord dont on conserve l’essentiel, en relevant toutefois l’âge minimum d’émigration de 32 ans jusqu’à 35 ans. Mais certaines dispositions de la Convention restent imprécises. Ainsi, le consul du Portugal à Bayonne demande des consignes en cas de rapatriements individuels alors que les travailleurs sont arrivés avec des passeports collectifs23.

Des résultats limités

13Dès novembre 1916, peu après la publication de la Convention, un premier contingent d’ouvriers arrive en France, recruté principalement dans les zones urbaines de Porto, Lisbonne et Braga.

  • 24 AHD, maço 053, Legação em Paris, 1907-1923, « Operarios portugueses em França », consul du Portuga (...)

14À Bayonne, l’un des premiers points d’arrivée, les rapports du consul portugais donnent un premier décompte des arrivées et des départs. Dès le 6 novembre 1916, il note l’arrivée d’un groupe de 53 ouvriers dont 49 repartent le lendemain pour Lyon. Dans son courrier du 13 décembre 1916, il dresse un bilan : 854 ouvriers sont passés par le dépôt d’Hendaye, en plusieurs groupes, et 717 en sont repartis rapidement. Près de la moitié de ces ouvriers a été recrutée pour la Compagnie de Fives-Lille à Givors (Rhône), une centaine pour le groupe Mercier à Bourges (Cher), une centaine d’autres répartis dans les usines du groupe St Gobain, une cinquantaine pour Peugeot à Sochaux et une autre pour des usines chimiques à La Rochelle ; et une quinzaine a été placée dans la région. Le 13 décembre 1916, il restait encore 137 ouvriers en attente de placement24

  • 25 Derou J., op. cit., p. 148.
  • 26 Mauco G., Les Étrangers en France, Paris, Armand Colin, 1932.
  • 27 Alves J. F., art. cit. p. 328-329.
  • 28 AHD, maço 058, Légation du Portugal à Paris au président du Conseil français, 22 mars 1916, 4 ouvr (...)

15Le nombre total de travailleurs recrutés dans le cadre de l’accord de 1916 reste encore à préciser, non seulement parce que les sources sont diverses mais aussi parce que l’attribution des passeports collectifs a exclu de certaines statistiques une partie des émigrants. Certaines sources comptent, en mai 1918, 13 800 Portugais introduits avec l’accord25. Georges Mauco, lui, évalue à 22 850 les Portugais placés dans l’industrie de juin 1916 à décembre 1918, auxquels il faudrait ajouter ceux engagés dans l’agriculture26. À partir des seules autorisations militaires pour le départ en France, Jorge Fernandes Alves décompte 15 957 personnes entre 1916 et 1918, et, parallèlement, pour les seules années 1917 et 1918, il relève, à partir de Porto, 6 761 adultes. Dans cette dernière statistique, sur un total de 6 757 personnes concernées par ces passeports collectifs, on compte, à côté d’une forte majorité d’hommes (6 565), une petite minorité de 88 femmes et 104 enfants de moins de 16 ans27. Des recherches ultérieures doivent nous faire comprendre les causes et les significations de ces présences. Parallèlement, le Portugal désire assurer la formation d’ouvriers spécialisés dans les industries d’armement en France28.

  • 29 Derou J., op. cit., p. 148.

16Le gouvernement français n’a pas obtenu le contingent permanent de 10 000 travailleurs portugais, sur lesquels il comptait (des évaluations faites avant 1916 par des responsables français à Lisbonne avaient même fait espérer 15 000 recrutements). En fait, en mai 1918, sur un total de 13 800 travailleurs portugais engagés depuis novembre 1916, dans le cadre de l’accord de main-d’œuvre, 7 500 n’avaient pas renouvelé leur contrat. De ce fait, en mai 1918, il y avait seulement 6 500 Portugais en France recrutés dans le cadre de l’accord de 1916, et seuls 1 000 d’entre eux comptaient parmi les premiers recrutés de 191629.

  • 30 AHD, maço 053, arquivo Paris, correspondência, 1916, lettre du consul du Portugal à Marseille, 12/ (...)
  • 31 Alves J. F., art. cit. p. 332 : allusion à une grève le 24/4/1918 dans un dépôt de matériel de gue (...)
  • 32 Alves J. F., art. cit.; Santos Y., art. cit.

17Plusieurs raisons expliquent le faible succès de l’accord. Certaines tiennent aux réticences des ouvriers, déçus par les conditions de travail, par l’impossibilité de changer de travail ou de lieu d’installation, et sensibles à leur isolement dans une société quasi inconnue. Ainsi, le consul du Portugal à Marseille fait-il état de l’arrivée de trois ouvriers, affectés à Givors, qui avaient quitté sans autorisation leur affectation, se plaignant des conditions de travail30. D’autres protestations vont plus loin, peut-être jusqu’à la grève31. Mais les réticences et les blocages viennent surtout de l’État portugais, peu habitué à prendre la responsabilité de l’émigration et sensible aux fortes pressions des industriels et des élites rurales, tous désireux de conserver leur volant de main-d’œuvre. De graves tensions sociales éclatent alors dans certaines régions entre ces élites et des travailleurs désireux d’émigrer. Les pressions les plus fortes sont exercées par des propriétaires fonciers (en particulier dans les zones de latifundia du sud, Ribatejo et Alentejo). Les gouvernements portugais, déjà peu enclins idéologiquement à impulser et organiser l’émigration, reculent devant ces pressions et suspendent les départs, de novembre 1917 à mai 1918, en dépit des fortes protestations de leurs alliés32.

L’émigration illégale, une source de travailleurs pour la France en guerre

  • 33 AHD, Legaçâo de Portugal em Paris, 1913-1916, côte 193, Lettre du 23/3/1916.

18L’émigration illégale était partie intégrante de l’émigration portugaise dès ses débuts. Jusqu’en 1914, il s’agissait d’émigration transatlantique, mais avec la guerre, les difficultés d’émigration vers les Amériques se confirment, alors qu’en même temps des opportunités s’ouvrent en France et en Angleterre. Nous avons signalé que, dès 1915, des recruteurs français sont présents en Espagne et à la limite de la frontière portugaise, tandis que les départs illégaux par mer, depuis l’Espagne, se réorientent facilement vers l’Europe (départs depuis Vigo en Galice et par d’autres ports). Dès 1915, on enregistre l’arrivée d’émigrants illégaux à Hendaye, et, en mars 1916, la Légation du Portugal à Paris signale l’arrivée à Bordeaux d’émigrants portugais illégaux, via un port espagnol, munis de papiers légaux, mais espagnols33. Dans le nouveau contexte, il a suffi de prolonger jusqu’en France les chemins et l’organisation déjà en place pour l’émigration illégale via l’Espagne, à travers des groupes organisés par des « recruteurs », des passages illégaux de la frontière luso-espagnole et l’embarquement dans des ports espagnols, sans passeports ou avec de faux passeports, ou bien par la nouvelle voie terrestre à travers la Castille et le Pays Basque. Ces passages illégaux sont assez faciles, d’autant plus que traditionnellement l’État portugais faisait preuve d’une large tolérance et exerçait très peu de contraintes administratives sur ces migrations transfrontalières luso-espagnoles.

  • 34 AHD, maço 053-1916, arquivo Paris, Correspondência, 1916, ministère des Affaires étrangères portug (...)
  • 35 AHD, maço no 68, Legaçâo do Portugal em Paris, courriers du ministère des Affaires étrangères port (...)

19Une partie des migrants illégaux étant des hommes désireux d’échapper à la mobilisation, les autorités portugaises demandent le soutien des autorités espagnoles, britanniques et françaises34. Et en même temps, elles multiplient les mesures d’amnistie dès 1915, puis en 1916 et 1917, pour les « Portugais résidant à l’étranger qui ne se seraient pas présentés à la mobilisation ». Mes recherches ne m’ont pas encore permis de savoir combien de Portugais résidant en France pourraient être concernés, mais le fait que plusieurs courriers adressés aux responsables portugais à Paris reviennent sur ce sujet, et qu’on leur demande de diffuser largement l’information par voie de presse35, fait penser que la France a été un lieu de « refuge » pour ces réfractaires. Or, beaucoup d’entre eux, pour gagner leur vie, avaient dû trouver du travail dans des entreprises françaises en quête de main-d’œuvre. À partir de 1917 et surtout en 1918, la surveillance portugaise des frontières se renforce, mais plus par crainte d’intrusions de monarchistes portugais venus d’Espagne.

Après l’expérience de la guerre : rupture, continuités, et diversité des courants migratoires

Des soldats portugais deviennent des travailleurs émigrés

  • 36 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, Consulados, correspondência (1916-1918), courriers des 16/03/1916 (...)

20Pour compenser les énormes pertes provoquées par la guerre de tranchées, le gouvernement français appuie fortement l’envoi de soldats pour le front. Notons que quelques dizaines de Portugais, francophiles et francophones, s’étaient engagés dans l’armée française, dès le début de la guerre, et avaient été incorporés dans les Régiments de marche étrangers de l’armée française36.

  • 37 da Mota M., « Les immigrés portugais dans l’entre-deux-guerres dans le Nord », 2006, recherche non (...)
  • 38 Ibid.

21Après mars 1916, Le Portugal envoie en France un corps expéditionnaire portugais (CEP), placé sous autorité du commandement britannique, aux côtés de ses troupes et de celles de son Empire. Le corps expéditionnaire portugais (CEP, 55 165 soldats et officiers), est stationné sur 15 km du front, entre Armentières et Béthune. La présence de soldats portugais a eu des conséquences sur l’immigration portugaise en France. En effet, ces soldats sont restés longtemps cantonnés dans le même secteur, sans pouvoir être relevés par des compatriotes, au contraire de ce qui se faisait pour les soldats français et britanniques. Ceci tient à la fois à la guerre (difficultés de transport de troupes de relève) et aux nombreuses et graves crises de la vie politique et sociale portugaise, entre 1916 et 1918. En conséquence, les soldats portugais, en attente d’une relève qui ne vient pas, profitent de périodes d’accalmie relative sur cette zone, avant la grande offensive allemande du 9 avril 1918 (Bataille de la Lys), pour diverses occasions de rencontres avec la population proche du front. C’est parfois à l’occasion de permissions, puisqu’ils ne peuvent pas retourner temporairement au Portugal, d’autres fois parce qu’ils sont recrutés pour des travaux agricoles. Mais beaucoup sortent aussi sans autorisation, comme en témoignent les rappels faits aux officiers par les autorités portugaises, de « tenir » leurs troupes hors des contacts avec la population37. Enfin, la guerre finie, la démobilisation portugaise est très lente et s’étire jusqu’en décembre 1919, renforçant les contacts entre ces soldats délaissés et presque sans ressources, et la population. Un certain nombre d’entre eux demandent à être démobilisés sur place sans être rapatriés au Portugal. Durant cette année d’incertitude et d’attente (fin 1918 - fin 1919), beaucoup travaillent sur place, des couples se forment, des enfants naissent38. Quelques indices rappellent cet ancrage portugais ancien dans la région du Nord et la continuité entre l’engagement du CEP et l’amorce de l’immigration de travailleurs portugais. Ainsi, des plaques déposées par des associations portugaises locales sur le monument aux morts portugais dans le village de La Couture et au cimetière militaire portugais à Richebourg.

Diversité d’une immigration sans accord de main-d’œuvre

  • 39 AHD, 3p-A7-maço 31, du 10/9/1919.
  • 40 Volovitch-Tavares M.-C., « L’immigration portugaise et l’impossible accord... », art. cit., p. 121 (...)

22L’organisation d’une émigration de travailleurs portugais vers la France, dans le cadre d’un accord de main-d’œuvre entre la France et le Portugal, est restée longtemps une exception dans l’histoire de l’immigration portugaise en France. L’accord de 1916 avait été accepté dans le contexte de la guerre. Pour la France, l’expérience des accords de temps de guerre et l’implication de l’État dans l’organisation de l’immigration, furent l’occasion d’une nouvelle politique impliquant des accords avec des pays d’émigration. Mais pour le Portugal, le tournant pris sous la pression de la guerre resta sans lendemain. Alors que, dès 1919, la France souhaite la signature d’un nouvel accord39, les gouvernements portugais retournent vite à leur politique de retrait de l’État en matière d’émigration et à la restriction de l’émigration légale. Les gouvernements français poursuivent néanmoins des négociations qui ne sont pas rompues, mais qui n’aboutissent pas, ni avec les différents gouvernements de la République ni avec la dictature qui lui succède à partir de 1926. Lorsque Salazar, chef tout puissant de l’Estado Novo, se décide à signer un accord de main-d’œuvre, c’est en 1940, à la veille de l’invasion de la France. Cet accord reste donc sans lendemain. La situation se répète après 1945, même si la France obtient, en décembre 1963, un nouvel accord, mais celui-ci ne fonctionne pas, fortement freiné par une partie des responsables portugais. Ainsi, de 1919 à 1971, l’émigration légale resta limitée40, et l’obtention d’un passeport d’émigrant entourée de multiples obstacles administratifs et politiques Il faut attendre 1971, avec le changement de la politique d’émigration du Portugal, pour qu’un nouvel accord soit signé, respecté et entraîne une forte diminution (mais non une disparition) de l’immigration illégale.

  • 41 Rygiel PH, Destins immigrés. Cher, 1920-1980, Besançon, Pufc, Annales littéraires de l’Université (...)

23Toutefois, l’épisode de l’engagement de travailleurs portugais en France n’est pas resté sans lendemain. Au contraire, il a amorcé un mouvement d’émigration qui prend rapidement une certaine ampleur. Les Portugais en France sont 1 300 en 1911, 10 800 en 1921 et près de 50 000 en 1931. Dès 1919, si un certain nombre de travailleurs, venus légalement ou illégalement, rentrent au Portugal ou émigrent vers d’autres pays, beaucoup d’autres s’installent en France. Nous avons cité le cas des soldats, c’est aussi le cas de travailleurs. Ainsi, par exemple, dans le Cher, où on note l’arrivée de 2 500 travailleurs portugais recrutés entre 1914 et 1919 (les plus fortes entrées d’immigrés dans le département), seuls 518 repartent en 191941. D’ailleurs, le gouvernement portugais, poursuivant sa politique paradoxale, autorise le recrutement de 700 ouvriers en novembre 1919, tout en repoussant la signature d’un nouvel accord de main-d’œuvre. Il prend ainsi le risque d’augmenter le nombre d’émigrants illégaux, comme le signale l’ambassade du Portugal en France dès juillet 1919 :

  • 42 AHD, 3p-A7-M31, courriers des 10 juillet, 10 septembre et 4 novembre 1919.

« On les voit déjà, nombreux, qui passent clandestinement la frontière portugaise, et atteignent la France où ils se présentent, tous les jours, aux consulats d’Irun et de Bayonne42. »

  • 43 « Concelho » : circonscription administrative.
  • 44 Volovitch-Tavares M.-C., Portugais à Champigny, op. cit.

24La crise des années 1930 réduit fortement les effectifs des immigrés portugais, illégaux et légaux. Mais l’horizon français reste assez attractif pour que, dès la fin des années 1950, le retournement des conjonctures économiques et sociales au Brésil, en France et au Portugal, amorce l’exceptionnelle croissance de l’immigration portugaise en France. Toutefois, en l’absence de l’application d’un accord de main-d’œuvre, l’émigration illégale, déjà amorcée pendant la Grande Guerre et poursuivie dans l’entre-deux-guerres, devient dans les années 1960, une des principales caractéristiques de l’immigration portugaise. Notons que parmi les premières régions d’origine de ces émigrés, légaux et clandestins, venus en France dès la Grande Guerre, figurent des « concelhos43 » du centre du Portugal (Tomar, Pombal et Vila Nova de Ourém), ces mêmes villages d’où arrivèrent les « pionniers » portugais qui, à la fin des années 1950, édifièrent les premières baraques du bidonville de Champigny44.

Notes

1 Volovitch-Tavares M.-C., « Les Portugais », in P. Ory, M.-C. Blanc-Chaléard (dir.), Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Laffont, 2013, p. 683-689.

2 Volovitch-Tavares M.-C., « Les Portugais dans la région parisienne, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’en 1974 », in A. Marès et P. Milza, Le Paris des étrangers depuis 1945, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 96-120 et Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement, 1995.

3 Climaco C., L’Exil portugais en France et en Espagne, 1927-1940, thèse sous la dir. de A. Bachoud, Université Paris 7, 1998 et Pereira V., L’État portugais et les Portugais en France de 1957 à 1974, thèse sous la direction de S. Berstein, IEP, Centre d’histoire de Sciences Po, 2007. Signalons aussi, par ordre chronologique, les recherches pionnières, maîtrise et DEA, de : Saraiva A., Les Portugais dans les bidonvilles du NE de la banlieue parisienne (1961-1973), maîtrise, Paris VIII, 1995 ; DA Cruz A., Présence portugaise, maîtrise, Paris I, 1996 ; daGraçaBr., Le « bidonville des Portugais » à Massy, DEA sous la dir. de P. Milza, 1996 ; Pestana P., Les Portugais en Midi-Pyrénées (1919-1939), Université Toulouse Le Mirail, 1997 ; DA Mota M., Recherches préalables sur l’histoire du système migratoire Guimarães-Covilhã-Lille, 1962-1995, sous la dir. de G. Noiriel, EHESS, 2000.

4 Green N., Weil F. (dir.), Citoyenneté et immigration, les politiques de départ, Paris, EHESS, 2006.

5 Derou J., Les Relations franco-portugaises (1910-1926), Paris, Publications de la Sorbonne, 1986. L’enjeu de l’entrée en guerre du Portugal était d’asseoir la légitimité de la jeune République et de garder la main sur ses colonies africaines dans les futures négociations de paix. La France poussait à l’engagement militaire, tandis que la Grande-Bretagne freinait la décision.

6 Volovitch-Tavares M.-C., « L’immigration portugaise et l’impossible accord de main-d’œuvre franco-portugais », Exils et migrations ibériques, no 7, Université Paris X, 1999, p. 121-131 ; « L’illégalité, un élément structurant de l’immigration portugaise en France », in Blanc-Chaléard M.-C., Dufoix S., Weil P., L’Étranger en questions, du Moyen Âge à l’an 2000, Paris, Le Manuscrit, 2005, p. 261-284. Voir aussi Serrâo J., A emigração portuguesa, Lisbonne, Horizonte, 1977 (1re éd. 1971) ; Halpern Pereira M., A política portuguesa de emigraçâo, 1850-1930, Lisboa, A Regra do Jogo, 1981 ; Pereira V., La Dictature de Salazar face à l’émigration, Paris, Les Presses de SciencesPo, 2012.

7 Volovitch M.-C., Essai sur l’évolution et la structure de la main-d’œuvre industrielle pendant la guerre de 1914-1918, Maîtrise d’histoire sous la dir. de P. Vilar, Sorbonne, 1968 et Dornel L., La Grande Guerre et les migrations : les travailleurs étrangers, coloniaux et chinois en France. Enjeux d’une recherche en cours, http://archives-ouvertes.fr/.../Dornel-Grande-guerre-et-migrations.pdf

8 Santos Y., « L’État portugais face à l’émigration et aux impératifs de la Première Guerre mondiale », Exils et migrations ibériques au XXe siècle, nlle série, no 5, Riveneuve, Paris, 2013, p. 138-143. La côte sud du Portugal est très proche du Maroc.

9 Archives du ministère portugais des Affaires étrangères, Arquivo Histórico-Diplomáticos (AHD), maço 033, Consulados, corespondência (1916-1918), Courrier du consul de Marseille le 7/6/1916.

10 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, correspondência, 1916, Courriers de l’ambassadeur du Portugal en France, 16 février et 4 avril 1916.

11 Derou J., op. cit., p. 135-149.

12 Ibid., p. 147, 8 avril 1916 et 3 mai 1916, l’attaché militaire français à Lisbonne, repris par le commandement en chef français.

13 Dos Santos Y., art. cit., p. 139-143.

14 Halpern Pereira M., op. cit., p. 48-56.

15 Alves J. R, « Operários para França e Inglaterra (1914-1918). Experiências da emigraçâo portuguesa intra-europeia », Revista da Faculdade de Letras, Univ. Porto, Historia, Serie II, vol. 05, 1988, p. 317-322. http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/2114.pdf

16 Santos Y., art. cit., p. 140.

17 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, Correspondência (1916-1918), Ofício no 26 de 7 de nov. de 1916, decretos no 807 et 2716 (Diários do Governo de 28 e 31 de outubro de 1916), « relativos aos operarios portugueses em França »; Diario do Governo, 28 de Outubro de 1916, no 218, p. 977-979, Portaria no 807, Ministério do Trabalho e Previdência Social, Direcção Geral do Trabalho, Repartiçâo da Defesa do Trabalho.

18 AHD, Diario do Governo, 28/10/1916, Portaria no 807, introduction du texte de la Convention (je traduis).

19 Santos Y., art. cit., p. 143 qui cite des journaux portugais (A Capital, les 1er et 15 avril 1916).

20 Derou J., op. cit., p. 147.

21 AHD, maço no 68, Legação da Republica Portuguesa em Paris (1917-1918), courrier du 28/11/1917, décès d’un ouvrier d’une serrurerie militaire en Maine et Loire ; autres courriers sur le décès d’ouvriers portugais en France, les 14/11/1917 et le 6/12/1917 (un ouvrier à Montluçon et un matelot mécanicien d’un navire civil torpillé).

22 Portaria ci-dessus, et Santos Y., art. cit., p. 144-145, et Alves J. R, art. cit., p. 325-326.

23 AHD, maço 033, consul du Portugal à Bayonne, courrier du 14/11/1916.

24 AHD, maço 053, Legação em Paris, 1907-1923, « Operarios portugueses em França », consul du Portugal à Bayonne à la Légation du Portugal à Paris, 14 novembre et 13 décembre 1916.

25 Derou J., op. cit., p. 148.

26 Mauco G., Les Étrangers en France, Paris, Armand Colin, 1932.

27 Alves J. F., art. cit. p. 328-329.

28 AHD, maço 058, Légation du Portugal à Paris au président du Conseil français, 22 mars 1916, 4 ouvriers dans une usine d’aviation et demande, le 25 avril 1916, douze ouvriers.

29 Derou J., op. cit., p. 148.

30 AHD, maço 053, arquivo Paris, correspondência, 1916, lettre du consul du Portugal à Marseille, 12/12/1916.

31 Alves J. F., art. cit. p. 332 : allusion à une grève le 24/4/1918 dans un dépôt de matériel de guerre à Anneux.

32 Alves J. F., art. cit.; Santos Y., art. cit.

33 AHD, Legaçâo de Portugal em Paris, 1913-1916, côte 193, Lettre du 23/3/1916.

34 AHD, maço 053-1916, arquivo Paris, Correspondência, 1916, ministère des Affaires étrangères portugais à ambassade du Portugal en France, courrier 26/12/1916 sur un accord secret d’échanges de réfractaires et déserteurs entre la France et le Portugal, et le 22/12/1916, lettre du consul du Portugal à Marseille sur un déserteur portugais détenu à Alès.

35 AHD, maço no 68, Legaçâo do Portugal em Paris, courriers du ministère des Affaires étrangères portugais des 16/1/1917 et 14/2/1917, sur les amnisties des 20/8/1915 et celle du 17/4/1916 prolongée jusqu’au 16/1/1917.

36 AHD, maço 053, Arquivo de Paris, Consulados, correspondência (1916-1918), courriers des 16/03/1916, du 4/01/1916 et lettre manuscrite de 19 Portugais du 9/12/1916, engagés dans l’armée française en 1914 et 1915. Ils demandent à être versés dans le CEP.

37 da Mota M., « Les immigrés portugais dans l’entre-deux-guerres dans le Nord », 2006, recherche non publiée, et « Les Portugais de Guimarâes et de Covilhâ dans l’arrondissement de Lille depuis 1917 », in Les Portugais et le Portugal en France au XXe siècle, BDIC, Cahiers de Recherches, 2003, p. 12-31.

38 Ibid.

39 AHD, 3p-A7-maço 31, du 10/9/1919.

40 Volovitch-Tavares M.-C., « L’immigration portugaise et l’impossible accord... », art. cit., p. 121-136 et Pereira V., « L’émigration clandestine portugaise vers la France et les paradoxes de l’intégration européenne », Exils et migrations ibériques au XXe siècle, Nlle série, no 3, Paris, Riveneuve, 2013, p. 193-237.

41 Rygiel PH, Destins immigrés. Cher, 1920-1980, Besançon, Pufc, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 2001, p. 33.

42 AHD, 3p-A7-M31, courriers des 10 juillet, 10 septembre et 4 novembre 1919.

43 « Concelho » : circonscription administrative.

44 Volovitch-Tavares M.-C., Portugais à Champigny, op. cit.

Auteur

Professeur agrégée, vice-présidente du CERMI (Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques).
Portugais à Champigny - Le temps des baraques, Autrement, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540