Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

Migrations, histoire, territoires. Les migrants du Souf à Nanterre au miroir du Nogent des Italiens

Marie-Claude Blanc-Chaléard

Texte intégral

Les deux bouts de la chaîne

  • 1 Milza P., Blanc-Chaléard M.-C., Le Nogent des Italiens, Paris, Autrement, « Français d’ailleurs, pe (...)
  • 2 Cavanna F., Les Ritals, Paris, Belfond, 1978.
  • 3 Blanc-Chaléard M.-C. et al., Les Petites Italies dans le monde, Rennes, PUR, 2007, 438 p.

1En 1995, Pierre Milza et Émile Temime lançaient chez Autrement la collection « Français d’ailleurs, peuple d’ici ». Tous deux pionniers d’une histoire alors émergente, ils avaient imaginé une série d’ouvrages associant une immigration à un lieu emblématique. Parmi les premiers numéros, Le Nogent des Italiens, dont j’étais co-auteur avec Pierre Milza, proposait l’histoire d’un territoire lié à une chaîne migratoire1. En 1978, le roman autobiographique de François Cavanna, Les Ritals, avait redonné vie au quartier italien des années trente et à la rue Sainte-Anne où il avait passé son enfance2. Le Nogent des Italiens retraçait l’évolution de ce territoire qui s’était constitué depuis le XIXe siècle, autour d’un groupe de montagnards venus du Val Nure, une vallée apennine au Sud de Piacenza. Des territoires ainsi marqués par le double localisme, il en existe des dizaines sur la planète des Italiani nel Mondo. Et ces « Petites Italies » ont constitué une entrée privilégiée des recherches sur les Italiens3.

2À l’inverse, l’immigration algérienne n’a pas été pensée en termes de « chaîne migratoire ».

  • 4 Sayad A. et Dupuy É., Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement, 1995.
  • 5 Sayad A., La Double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seui (...)
  • 6 Voir les travaux de P. Weil, V. Viet, A. Spire, L. Pitti, C. Hmed, S. Laurens, A. Lyons, F. de Barr (...)

3Dans la même collection d’Autrement, Le Nanterre algérien, terre de bidonvilles n’apparaissait pas comme le « territoire » d’une immigration, avec ce que ce mot contient d’appropriation et d’inscription identitaire. La mémoire des bidonvilles renvoyait à une autre histoire, celle de l’exclusion subie par les Algériens4. L’auteur, Abdelmayek Sayad (avec Éliane Dupuy) avait, par son œuvre, ouvert la voie à tous les questionnements de cette histoire, produit de la rencontre singulière entre la domination coloniale et l’expérience de l’immigration5. Une riche historiographie a ensuite multiplié les études « par le haut », sur les politiques inventées pour traiter cette migration à part, et sur les discriminations qui en ont résulté6.

  • 7 Sayad A., « Les trois âges de l’immigration algérienne », Actes de la recherche en sciences sociale (...)
  • 8 L’enquête a eu lieu entre 2010 et 2012. L’initiative en revient à Rosa Olmos, du service audiovisue (...)
  • 9 Nom donné aux gens du Souf (singulier « Soufi », à ne pas confondre avec la secte musulmane soufi).
  • 10 Benaïcha B., Vivre au paradis. D’une oasis à un bidonville, Paris, Desclée de Brouwer, 1992.

4Sayad clamait aussi sans relâche la nécessité de « tenir les deux bouts de la chaîne » pour toute histoire de migration. À partir d’entretiens en pays kabyle, il a proposé le fameux modèle des « trois âges de l’immigration algérienne7 ». Ces « trois âges » jalonnent la rupture entre les migrants et leur communauté d’origine, une rupture que rien ne remplace en dépit des « illusions de l’émigré », condamné à la double absence. La démarche, sociologique, n’interroge évidemment pas l’histoire des lieux de migration ni des liens tissés entre « ici » et « là-bas ». Or, à la lumière d’une enquête orale récente, il nous est apparu que cette histoire avait à nous apprendre sur la migration des Algériens. Le projet, initié par le service audiovisuel de la BDIC, visait à recueillir des récits de vie d’anciens habitants des bidonvilles de Nanterre pour constituer un fonds d’archives filmiques8. Parmi les multiples origines des Algériens de Nanterre, une communauté a émergé, celle des originaires du Souf, une étroite région d’oasis au bord du Sahara. La comparaison avec Nogent s’est imposée d’emblée : comme Les Ritals de Nogent, les Souafas9 de Nanterre sont sortis de l’ombre grâce à un livre, celui Brahim Benaïcha : Vivre au Paradis. D’une oasis à un bidonville, publié en 199210. Natif de la petite ville de Guemar, l’auteur y raconte son enfance à Nanterre, au bidonville des Pâquerettes. Avec les limites qui sont celles des sources orales, notre enquête, menée à la fois à Nanterre et dans le Souf, a permis de suivre le devenir de cette chaîne migratoire algérienne.

« D’une oasis à un bidonville »

5En 1960, la préfecture de la Seine recense 7 000 Algériens dans les quelque dix bidonvilles de Nanterre. Celui où sont regroupés les gens du Souf est situé au Petit Nanterre, vers les marges nord de la commune. Le nom officiel est « Pâquerettes-Déquéant », mais les habitants préfèrent désigner leur secteur de baraques par le numéro d’accès sur la rue. Pour les familles, c’est le « 102 » ou le « 106 » (rue des Pâquerettes) ; pour les hommes seuls (les « célibataires »), c’est le « 7 » (rue Déquéant). Parmi les 2 000 célibataires et quelque 200 familles, il n’y a pas que des Souafas, mais un embryon de territoire apparaît. C’est l’impression de Brahim Benaïcha arrivé au « 102 » en 1959, à l’âge de 8 ans : « Notre bidonville est comme un mini-État. Nous sommes tous de la même origine. » Et il ajoute : « La plupart d’entre nous viennent de Tunisie où ils ont vécu pendant de longues années. »

L’habitude de migrer

  • 11 Côte M., Si le Souf m’était conté. Comment se fait et se défait un paysage, Constantine, Saïd Hanna (...)
  • 12 Bataillon Cl., Le Souf, étude de géographie humaine, DES Université d’Alger, Institut de recherches (...)

6À la différence des Kabyles, les Souafas n’étaient guère présents en France avant 1945. Ils n’en ont pas moins l’habitude de migrer. Le Souf est une enclave isolée au nord du Sahara. L’administration coloniale ne s’en soucie guère, le Sud est sous administration militaire jusqu’en 1951 et El Oued, chef-lieu de l’annexe, n’est devenue commune mixte qu’en 1934. Bien qu’appartenant à des tribus différentes, les habitants sont unis dans une même société agraire, fondée sur l’exploitation de palmeraies creusées dans la profondeur du sable, à la recherche de l’eau (les « ghotts »)11. L’économie est précaire et, comme dans les sociétés montagnardes, les paysans ont tôt cherché dans l’émigration temporaire des compléments de ressources. Saisonniers agricoles ou grands commerçants (comme ils en ont la réputation), les Souafas sont présents dans les oasis et plusieurs villes d’Algérie, dont Constantine et Alger. Mais les grands pôles d’émigration, surtout à l’époque coloniale, sont du côté de la Tunisie toute proche, à Gafsa (mines de phosphates) ou à Tunis12. Hormis quelques étudiants à l’université de la Zitouna, la communauté de Tunis semble avoir été assez misérable, les hommes du Souf y assumant les tâches les plus dures comme balayeurs, portefaix ou dockers. C’est eux que la décolonisation conduit en France en 1956.

7L’habitude de migrer avait façonné la vie des montagnards du Val Nure, passés de façon comparable des migrations saisonnières en Italie à l’émigration lointaine vers la France - c’est-à-dire vers Nogent, quand, à la fin du XIXe siècle, l’unité italienne et la grande crise agraire avaient bouleversé la donne économique.

  • 13 Pigoreau J., « L’émigration des musulmans de l’annexe d’El Oued », rapport dactylographié, El Oued, (...)

8Pour les gens du Souf, le tournant migratoire vers la France commence dans les années d’après-guerre. Avec le statut de 1947 et la citoyenneté française, la liberté de circuler ouvre de nouveaux horizons pour l’émigration, dans un pays en surcharge démographique, épuisé par des sécheresses récurrentes depuis 193913. Les jeunes rejettent le dur labeur de la culture du palmier comme le poids des traditions dans cette région d’un Islam rigoriste (« envie de vivre ma vie », « pas envie de remonter du sable toute ma vie », « parti pour défoulement de jeune »). Les uns, à El Oued, suivent une filière vers les chantiers de Strasbourg, ceux de Guemar iront rejoindre les « Tunisiens » à Nanterre. Le mouvement est encouragé et même organisé par le pouvoir colonial. Selon les témoins, les autorités françaises poussaient à l’émigration, surtout après l’insurrection en 1954, pour écarter les jeunes du maquis. Certains partent aussi parce qu’ils sont recherchés comme activistes. En 1956, lors de l’indépendance de la Tunisie, le consulat français finance le départ des familles vers Marseille. Débarquant ainsi en France, elles rejoignent en train puis en taxi le Petit Nanterre où les pères ont acheté une baraque : « l’arrivée au paradis » (B. Benaïcha).

Un bidonville pour territoire ?

  • 14 Ahmed A., entretien à Bayada, 27-02-2012.

9Le souvenir de l’arrivée au bidonville est lourd d’émotion : « J’ai pas cru cela possible, j’ai pleuré, je voulais repartir14. » Loin des coupoles du Souf ensoleillé, la vie des émigrés a pour cadre un amas sordide de baraques, la boue et le froid, sur fond d’usines et de terrains vagues ; sans oublier « la Maison départementale », hôpital, prison et dépôt de mendicité, où sont accueillies les familles victimes des fréquents incendies et où naîtront de nombreux petits Algéro-Nanterriens.

10La relégation et le mal logement, les Italiens les ont connus à Nogent, la rue Sainte-Anne était qualifiée de « trou à rats ». Une vie italienne s’y était vite installée, suscitant dégoût et rejet dans la population locale. Mais en 1900, après trois décennies, un territoire était consolidé avec plusieurs entrepreneurs intégrés à l’activité locale du bâtiment, et trois cafés-hôtels, où battait le pouls de la communauté, accueillant les nouveaux venus du Val Nure.

  • 15 Sur les origines coloniales du mot « bidonvilles », voir par exemple Cattedra F., « Bidonville, par (...)
  • 16 Une Délégation à l’action sociale, dirigée par Michel Massenet, s’installe en janvier 1959. Le plan (...)
  • 17 « La vie est un combat permanent contre l’environnement et les agressions des méchants. », Benaïcha(...)

11Mais les Algériens de Nanterre sont des « FMA » (Français musulmans d’Algérie). Au milieu des années 1950, cela signifie qu’ils sont les sujets immigrés d’une colonie en révolution et que le bidonville est un territoire sous contrôle15. La nouvelle Cinquième République vient d’engager une politique qui sépare, en théorie, répression et action sociale, ce qui se traduit par terreur policière et plan de résorption des bidonvilles16. Le bidonville des Pâquerettes sert de terrain d’expérimentation. Les habitants se souviennent d’un climat permanent de violence et de peur, entre les intrusions quotidiennes de la police et, à partir de 1961, les rondes des « hommes en bleu » de la brigade Z, prêts à démolir tout agrandissement ou amélioration des baraques17. Les relogements sont autoritaires, les hommes dans les foyers (ceux de la nouvelle Sonacotral allient confort et surveillance), les familles souvent éclatées, les cités de transit étant peu nombreuses.

  • 18 Abdelmadjid M. (entretien à Drimini, 5-03-2012) raconte que le jour de son arrivée en 1958, deux ho (...)

12Pourtant, cette communauté sous contrôle a quelques ressources. A commencer par la résistance, encadrée par le FLN, marqueur de toutes les histoires de vie. Plusieurs de nos témoins ont été chefs de kasma (petit groupe organisationnel de 3 militants) ou plus souvent, responsables de collecte. La masse des Souafas reste distante, notamment les familles venues de Tunisie, « il fallait suivre les ordres », « on payait l’impôt comme tout le monde ». Les affrontements avec les Messalistes sont en général passés sous silence18. En revanche, nul n’a oublié la manifestation du 17 octobre 1961 : tout le bidonville y a été appelé (seules les femmes enceintes en étaient dispensées), beaucoup d’hommes ont passé plusieurs jours à Vincennes. Personne ne remet en question la nécessité de la lutte et personne n’a songé à demander sa réintégration dans la nationalité française en 1962, frémissant à l’idée d’« être comme les Harkis ».

  • 19 « Ah Monsieur Claude ! Tout le monde le connaissait, il était de la famille. Il a habité avec nous. (...)
  • 20 « Il a fait tout son possible pour les immigrés. Il tapait sur la table quand police faisait des de (...)

13Plusieurs repartent définitivement pour l’Algérie après l’indépendance, la minorité des plus engagés qui gardent curieusement « un bon souvenir » de leur séjour. De fait, pour la plupart des Souafas des Pâquerettes, les souffrances quotidiennes et la foi dans la nation algérienne n’ont pas empêché un début d’attachement au lieu d’émigration. Dans l’espace incertain entre Nanterre et Colombes, une vie a pris forme, les échanges avec l’environnement répondant aux codes sexués de la société d’origine. Les hommes (très majoritaires dans le corpus de témoins comme parmi les émigrés) insistent sur leur identité de « travailleurs ». Ils se rappellent combien il était alors facile de trouver un emploi, ou d’en changer. L’existence de filières d’embauche renforce le lien communautaire : les Guemaris travaillent à l’Aspapa, (goudron, revêtement de route), chez Simca, ou à la ville de Paris, où ils sont éboueurs. Les salaires réguliers et « élevés » répondent aux attentes. Les « célibataires » profitent de Paris. Les pères de famille les retrouvent aux épiceries-buvettes du bidonville ou font les courses au marché des Quatre-Chemins. Les femmes vivent entre elles. Épuisées par le poids des tâches matérielles et par des familles de plus en plus nombreuses, elles ne sortent guère, si ce n’est pour aller au dispensaire, où existe un temps pour elles aux bains-douches. Les enfants vont à l’école : en 1961, s’ouvre la nouvelle école des Pâquerettes, à la porte du bidonville. Des militants associatifs, jeunes chrétiens de la JOC ou de Sciences po, les prennent en charge, se donnant pour mission de les sortir et de leur offrir des loisirs : piscine, foot, colonies de vacances. L’un d’eux, « Monsieur Claude », fait partie de la mémoire commune de ceux qui ont passé leur enfance aux Pâquerettes19. Si on ajoute que le maire de Nanterre, le communiste Raymond Barbet qui s’oppose au pouvoir gaulliste est considéré comme « vrai ami des Algériens20 », on comprend que la communauté des Souafas ait pu trouver là ses marques.

  • 21 Comme le montre une enquête dans le bidonville, conduite par un des militants évoqués plus haut, J- (...)

14La circulation entre les deux pôles du territoire se poursuit, la guerre l’a même activée pour les familles qui sont de plus en plus nombreuses après 195921. Les travailleurs se relaient dans les baraques du « 7 » : à l’instar de Nogent, pôle des maçons italiens pendant les années 1920, Nanterre est une plaque tournante pour les migrants du Souf. Pas mal d’émigrés à Strasbourg viennent chercher un meilleur salaire dans les entreprises de la boucle de la Seine. Le FLN envoie des militants dans ce lieu stratégique. Rien d’étonnant à ce qu’aujourd’hui, le nom de Nanterre soit inscrit dans la mémoire de chaque famille, à Guemar ou El Oued.

Le devenir du territoire (1962-1970)

Grande époque ?

  • 22 Les accords Nekkache-Granval en 1964 imposent un contingentement. Ceux de 1968 instaurent la carte (...)

15Par certains aspects, les trente glorieuses du Nanterre algérien après la guerre rappellent les années 1920 de la colonie italo-nogentaise : années de plein-emploi, où la vie communautaire bat son plein. La colonie guemarie atteint son maximum numérique, avec un mouvement permanent entre la France et le pays d’origine. La libre circulation, maintenue avec les accords d’Évian, a donné aux Algériens un statut privilégié, par rapport aux autres immigrés soumis au contrat de travail de l’Office National de l’Immigration et à la carte de résident. Toutefois, les autorités françaises sont vite effrayées par ces avantages : les accords de contingentement qui se succèdent à partir de 1964 témoignent d’un rejet structurel qui pèse lourdement dans la trajectoire des migrants algériens, dont ceux du Souf22.

Enracinement des familles

  • 23 La thèse de Muriel Cohen confirme par une approche statistique serrée que, contrairement aux représ (...)
  • 24 D’après le géographe M. Côte, « le Soufi est un commerçant dans l’âme » (Si le Souf, op. cit., p. 1 (...)
  • 25 Entretien du 6 mars 2012, Guemar.

16Ainsi, les circulaires qui imposent à partir de 1964 un certificat de « logement aux normes » pour le regroupement familial semblent avoir atteint leur objectif puisque, dans notre échantillon, la dernière famille arrive en 1964. Sans qu’on s’en aperçoive, du fait de l’intensité des va-et-vient annuels, la sédentarisation commence ainsi très tôt et les familles grandissent dès lors par la naissance des enfants sur place, atteignant souvent des fratries de plus de huit23. Ces familles jouent un rôle-clé dans la structuration de la communauté. Celle-ci n’est pas, comme à Nogent, dominée par les entrepreneurs du bâtiment. On ne trouve parmi les Souafas de Nanterre ni hôtelier, ni employeur. Seul, Brahim Y., un des rares à disposer d’un capital scolaire en français à son arrivée (en 1956), semble bénéficier d’une autorité reconnue, en tant qu’employé à l’état-civil à la mairie de Nanterre. La faible place des commerçants surprend24. Néanmoins, l’épicerie-brûlerie de café que tiennent Mahmoud G. et son cousin aux Quatre-Chemins sert de lieu d’accueil et de point de repère pour le territoire25.

17Les contours matériels du territoire se modifient, du fait de la lente résorption du bidonville. Entre les cités de transit, les rares relogements dans les HLM de Nanterre ou dans le parc privé, et le nombre croissant de travailleurs en foyer, il a plutôt la forme d’une nébuleuse. Mais c’est au bidonville qu’on aime revenir, pour le dimanche et les grandes occasions : mariages, circoncisions, fêtes de l’aïd. Le plein-emploi contribue à l’amélioration des revenus, les familles bénéficient d’allocations et leur entrée dans la société de consommation est visible : transistors, téléviseurs, voire automobiles qui permettent à certains de risquer le voyage en voiture jusqu’au Souf pendant les vacances. Les hommes mènent toujours leur propre vie, entre leurs lieux de travail, parfois éloignés, et les cafés. L’horizon des femmes tend à s’ouvrir (encore que les filles ne soient pas toutes autorisées à poursuivre leur scolarité, s’il faut aller trop loin). Habillées « à la française » (c’est l’époque des mini-jupes), ces femmes sont, pour certaines, en train de changer.

Travailleurs temporaires

  • 26 Ce groupe concerne environ 11 isolés demeurés plus de 20 ans en France. Pour plus de la moitié, ils (...)
  • 27 La femme de Laïche R. est venue une fois, un mois, « ça ne lui a pas plu ».

18Une grande partie de l’immigration des Souafas répond au modèle du « travailleur immigré » temporaire, conforme aux représentations en vigueur dans la France des trente glorieuses. La double vie (forcée ou non) de « célibataires » entre ici et là-bas n’a rien de singulier dans l’histoire des migrations. Mais les retraités interrogés au Souf sont particulièrement nombreux à n’avoir jamais fait venir leur famille et leur témoignage donne un éclairage peu connu sur leur vie de travailleurs en foyer26. Les employeurs acceptaient les séjours prolongés au pays, moyennant une plus grande flexibilité et une absence de promotion. Sans doute enjolivée, leur vie partagée entre la famille du Souf et le foyer en banlieue semble avoir assouvi des désirs contradictoires : « vivre sa vie » d’un côté (ils parlent assez librement des sorties, de l’alcool, des femmes) et la rigueur des traditions de l’autre : « Les enfants élevés en France ne respectent plus leurs parents » ou « Je n’ai pas fait venir ma famille de peur de ne pas pouvoir la contrôler » (Ahmed A.). C’est un choix d’homme, adapté aux habitudes culturelles encore vivantes dans le Souf, où hommes et femmes mènent des vies séparées. Les femmes n’ont guère eu le loisir de s’exprimer, mais il ne semble pas que toutes aient souhaité émigrer27. Retraités, ces hommes ont conservé leur chambre en foyer, et y retournent plusieurs fois par an (ou plusieurs mois), pour le maintien de leur retraite, pour se soigner et pour « goûter l’air de Nanterre ».

Blocages

  • 28 Mohamed El H. L., 28-02-2012, Guemar et Saïd, H., Guemar 2-03-2012, l’un et l’autre cantonnés au st (...)
  • 29 Cf. Pitti L., « Renault, la forteresse ouvrière à l’épreuve de la guerre d’Algérie », Vingtième siè (...)

19Partagé entre familles en voie de sédentarisation et existence transnationale de migrants temporaires, le « Nanterre des Souafas » semble évoluer selon le schéma du double localisme. Dans ce schéma, le processus sociologique se heurte couramment aux blocages imposés par les politiques des États. Pour les Italo-nogentais, le processus s’était rompu à la fin des années trente, du fait de la crise, de l’affrontement franco-italien et de la guerre. Puis le mouvement avait repris. Les récits de vie des Souafas donnent à entendre les blocages qui minent précocement le processus d’intégration, dans une conjoncture pourtant favorable. La question du logement est première. L’attente interminable d’un logement définitif, appelé « promotion HLM » dans la terminologie officielle, est le signe d’un rejet ciblé, et ce à toutes les échelles, puisque, malgré une illusion tenace sur la bienveillance de la municipalité de Nanterre, celle-ci s’arrange pour éviter les relogements définitifs d’Algériens. Il s’ensuit une tendance à la ghettoïsation des cités de transit, comme la Cité du Port à Gennevilliers. Les enfants ont conscience de la discrimination, même si l’école de la Cité du Port était en pointe des innovations pédagogiques. La scolarité est un lourd sujet de contentieux. Plusieurs témoins de deuxième génération, dont certains nés en France, ont manifesté leur colère vis-à-vis d’un système qui les orientait systématiquement vers les filières professionnelles et refusait de reconnaître leurs compétences28. Quant aux aînés, leur histoire de travailleurs est impressionnante par le nombre d’accidents du travail non reconnus et par leur trajectoire descendante en dépit des années d’emploi dans l’industrie des Trente Glorieuses29 : maintenus au niveau inférieur des statuts et des rémunérations, ils finissent pour la plupart au chômage, enchaînant les « petits boulots » jusqu’à leur retraite. Néanmoins, les mémoires restituent le sentiment d’espoir qui prévalait avant la fin des années 1970, l’idée qu’alors le racisme était relatif, voire absent et que l’on avait encore prise sur l’avenir.

Disparition et mémoire du territoire

Une disparition traumatique

  • 30 Milza P., Blanc-Chaléard M-C, Le Nogent des Italiens, op. cit.

20La disparition du territoire italien de Nogent s’est faite au terme d’une histoire de près d’un siècle, jalonnée par plusieurs vagues de migrations et de reflux et de résistance aux régressions xénophobes, jusqu’à l’invisibilité sociale des trente glorieuses30. Une disparition en quelque sorte sui generis, marquant la fin du périple migratoire collectif.

  • 31 Hmed C., « Sonacotra cèdera ! La construction d’une identité collective à l’occasion de la grève de (...)
  • 32 Hakim H. se rappelle du groupe de musique « les amis d’Abdennbi » auquel il avait participé en homm (...)
  • 33 Blanc-Chaléard M-C, « Les immigrés et le logement en France depuis le XIXe siècle. Une paradoxale » (...)
  • 34 Exemples : Belgacem B, en France depuis 1936, HLM à Grigny en 1970, séparé de sa femme en 1975, vit (...)

21Plus précaire et encore très neuf, le territoire des gens du Souf a disparu également, mais selon un mode bien différent, que l’on peut presque qualifier de traumatique. Le bidonville des Pâquerettes est totalement résorbé en 1970. La mobilité résidentielle n’a rien d’une assimilation résidentielle. Le maintien durable des formes ségrégatives de relogement, foyers et cités de transit, contribue à accentuer la visibilité négative des habitants, jalonnée d’une série de conflits et des drames. La grève des loyers dans les foyers Sonacotra, qui dure plusieurs années après 1975, est souvent citée31. Les cités de transit ont été le théâtre de meurtres dont celui d’Abdennbi Guemiah, de la Cité Gutenberg, ami de jeunes Souafas, assassiné par un voisin32. Ce meurtre a d’ailleurs conduit à la résorption des cités de transit. Surtout, l’accès, de plus en plus large, au logement HLM, n’a pas été l’aboutissement auquel beaucoup avaient rêvé. On connaît le contexte général de dégradation de l’image du logement social, et la concentration croissante de ménages étrangers parmi des familles appauvries33. Mais ce que l’enquête a révélé, c’est le nombre des tragédies privées qui ont accompagné cette mutation résidentielle. Les témoignages sont remplis d’histoires de familles qui se sont défaites : séparations, divorces, fugues, drogue, sida34.

  • 35 Note sur les mesures de suspension et de retour. Cf. Weil P., La France et ses étrangers.
  • 36 Ce type de retours concerne plus de la moitié de notre échantillon, mais l’enquête qui s’est surtou (...)

22Il est vrai qu’à l’inverse du périple migratoire des Italiens de Nogent, qui s’est achevé en pleine croissance des trente glorieuses, celui des gens du Souf a correspondu au début d’une crise de longue durée, dévastatrice pour les immigrés, puisqu’elle signifiait la fin du taylorisme, dont ils étaient les OS. La précarisation de l’emploi constitue une cassure dans les récits de vie, pour les ouvriers comme pour les rares commerçants, victimes de l’installation des grandes surfaces (l’épicier des Quatre Chemins est concurrencé par Carrefour). C’est alors aussi que le racisme devient insupportable : « On a senti que ce n’était plus possible. » Le climat xénophobe des années 1980 contribue ainsi à une vague de retours dont l’ampleur nous a surpris. Répondant au sentiment d’être poussés dehors par une politique qui multiplie les mesures dans ce sens depuis le début des années 1970, les migrants rejoignent le Souf spontanément35 : travailleurs au chômage, hommes divorcés qui souvent refont leur vie au pays, avec une nouvelle femme et des enfants, jeunes écœurés de la France qui ne les reconnaît pas, familles qui ont « peur pour (leurs) enfants36 ».

  • 37 On touche ici aux limites de l’enquête orale informelle. Le travail quantitatif conduit à Nogent, s (...)
  • 38 « Nogent, pour des mômes, c’est le pays de rêve. Des fois, avec les autres, on pense à ça, à cette (...)

23Certes, tous ne sont pas partis. Aujourd’hui, les familles immigrées du Souf et celles des enfants, les « seconde génération » ont leur place dans la population de Nanterre et des villes voisines. Ceux qui témoignent de ce côté de la chaîne migratoire sont sans amertume37. Certains ont une insertion sociale remarquable (Brahim Benaïcha est expert-comptable, Brahim Y. a un fils dentiste, un autre ingénieur), d’autres plus modeste. Signe des temps et d’une histoire depuis longtemps liée à la France, beaucoup se retrouvent dans les métiers sociaux et le service public (employés de mairie, enseignants, éducateurs). L’attachement à Nanterre de Hakim H, co-fondateur d’une association Nanterre-Guemar en 2010, rappelle celui que François Cavanna montrait pour Nogent38 : « Quand on a un travail à Nanterre, c’est une chance incroyable. Je changerai pour rien au monde. Je suis bien à Nanterre. » C’est sur ce terreau que s’est développée l’ultime étape de l’histoire du territoire.

Mémoire et revival

  • 39 Il faut dire que le maire, Patrick Jarry, est un ancien de l’école des Pâquerettes et beaucoup de s (...)

24À l’instar du Nogent des Italiens, le Nanterre des Souafas a bénéficié d’une séquence postérieure à la vie active du territoire, au cours de laquelle la « communauté imaginée » a pris toute sa place. La construction mémorielle a suivi des chemins comparables en commençant par des œuvres littéraires autobiographiques, suivies de films qui en ont augmenté la portée. En 1991, Marcel Blüwal a adapté Les Ritals pour la télévision et dès 1998, Vivre au Paradis était porté à l’écran par Bourlem Guerdjiou. Puis sont venus les gestes de la politique et de l’histoire, portés par un contexte national. Le Nogent des Italiens s’est inscrit dans la dynamique nouvelle de l’histoire de l’immigration, l’enquête Nanterre-Le Souf participe à sa manière du renouvellement de l’histoire de l’Algérie coloniale. Dans tous les cas, la mémoire est un enjeu politique et les municipalités s’en sont saisies. À Nogent, le jumelage avec le Val Nure, longtemps en sommeil, fut ragaillardi par une série de manifestations en 1995 autour de la rue Sainte-Anne et de l’immeuble où avait vécu la famille de Cavanna. À Nanterre, la mairie conduit depuis les années 2000 une véritable politique algérienne39. En 2006, elle a tenté un partenariat avec la commune de Guemar en offrant (et transportant sur place) la fontaine à laquelle les habitants « des Pâquerettes » allaient chercher l’eau. Grâce à quelques familles guémaries « transnationales », la municipalité algérienne s’est montrée très réceptive à cette célébration de la mémoire des migrants. Les émigrés ne sont pourtant guère valorisés dans le pays de départ et la collaboration Nanterre-Guemar peine à se poursuivre. En effet, si l’évolution mémorielle des territoires de Nogent et de Nanterre présente des points communs, il n’en est pas de même des relations avec le pôle du territoire situé à l’étranger. Les Italiens, citoyens de l’Union européenne, mènent à leur guise une vie qui peut être, ou non, bi-nationale, et qui ne les fait guère changer de monde. Le Souf est au contraire bien plus éloigné de Nanterre qu’au temps des bidonvilles. Les obstacles à la circulation vers la France sont devenus considérables depuis l’instauration des visas en 1986 et ne cessent de se renforcer. Les chibanis (retraités des foyers) subissent des tracasseries pour leur carte de résident, les autres se heurtent à des refus systématiques. Du côté algérien, les années 1990, « années noires » de la guerre civile assorties d’une forte islamisation du Souf, ont agrandi le fossé avec ceux de France. Pour ces derniers, les naturalisations ne sont plus un sujet tabou. Le lien qui s’est noué autour de la mémoire est une autre manière de tourner la page.

*

25Cette histoire des Souafas à Nanterre, au miroir du Nogent des Italiens, permet ainsi de proposer un autre regard sur l’histoire de l’immigration algérienne, en complément d’une historiographie qui en a fait un objet global. Nous avons suivi ici le devenir d’une communauté singulière, avec sa propre histoire de mobilité et ses pratiques spécifiques. À l’évidence, celles-ci mériteraient d’être documentées au-delà de l’enquête orale et des quelques sources consultées. Loin de banaliser le cas algérien, l’approche en termes de chaîne migratoire rend compte du caractère hors-norme de l’expérience des Souafas, entre le vécu intime des contraintes imposées par le contexte colonial, puis post-colonial, et la brutalité des ruptures, notamment après la crise des années 1970. En même temps, c’est toute la complexité du fait migratoire qui est rendu sensible, à travers le parcours de ces migrants, privés plus que les autres de la capacité d’agir de façon autonome, mais qui trouvent le moyen d’articuler leur projet au cadre imposé : le concept d’agency vaut aussi pour les Algériens. On comprend mieux aussi comment, en-deçà des fractures qui demeurent à l’échelle des nations et des frontières, l’échelle locale est favorable à la construction d’identités marquées par la double appartenance. En suivant d’autres périples pour une histoire plus diverse des Algériens en France, on verrait peut-être se dessiner une géographie de territoires porteurs de cette double appartenance, contrepoint à la double absence du migrant des « trois âges ».

Notes

1 Milza P., Blanc-Chaléard M.-C., Le Nogent des Italiens, Paris, Autrement, « Français d’ailleurs, peuple d’ici », 1995, 149 p.

2 Cavanna F., Les Ritals, Paris, Belfond, 1978.

3 Blanc-Chaléard M.-C. et al., Les Petites Italies dans le monde, Rennes, PUR, 2007, 438 p.

4 Sayad A. et Dupuy É., Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement, 1995.

5 Sayad A., La Double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil, 1999.

6 Voir les travaux de P. Weil, V. Viet, A. Spire, L. Pitti, C. Hmed, S. Laurens, A. Lyons, F. de Barros, E. Blanchard. Cf. aussi ma thèse d’HDR, encore non publiée, sur la résorption des bidonvilles en région parisienne (Paris 1, 2008), et la thèse de Muriel Cohen sur l’accueil des familles algériennes en région parisienne dans les années 1950-1980 (Paris 1, 2013). Merci à cette dernière pour sa collaboration dans l’enquête et pour ses remarques.

7 Sayad A., « Les trois âges de l’immigration algérienne », Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1977.

8 L’enquête a eu lieu entre 2010 et 2012. L’initiative en revient à Rosa Olmos, du service audiovisuel de la BDIC (Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, Nanterre). Les entretiens (40 au total, dont 28 en Algérie) ont été réalisés par des équipes d’historien(ne)s et de sociologues, et d’étudiants en cinéma. Ils se sont déroulés en français et en arabe, dans le cadre d’une collaboration entre les universités de Paris Ouest Nanterre et de Paris 8 d’une part, et de l’université d’El Oued de l’autre. Les témoins ont été choisis par interconnaissance communautaire et associative à Nanterre et à Guemar. À El Oued, l’association des Moudjahidines (anciens combattants de l’indépendance) a été sollicitée. Les migrants de « première génération » représentent les deux tiers du corpus. Il n’y a que cinq femmes, dont quatre de « seconde génération ».

9 Nom donné aux gens du Souf (singulier « Soufi », à ne pas confondre avec la secte musulmane soufi).

10 Benaïcha B., Vivre au paradis. D’une oasis à un bidonville, Paris, Desclée de Brouwer, 1992.

11 Côte M., Si le Souf m’était conté. Comment se fait et se défait un paysage, Constantine, Saïd Hannachi, 2006.

12 Bataillon Cl., Le Souf, étude de géographie humaine, DES Université d’Alger, Institut de recherches sahariennes, 1953. Chapitre IX « L’émigration », carte p. 102.

13 Pigoreau J., « L’émigration des musulmans de l’annexe d’El Oued », rapport dactylographié, El Oued, 30 septembre 1933, 24 p.

14 Ahmed A., entretien à Bayada, 27-02-2012.

15 Sur les origines coloniales du mot « bidonvilles », voir par exemple Cattedra F., « Bidonville, paradigme et réalité refoulée de la ville du XXe siècle », in Depaule J.-C. (dir.), Les Mots de la stigmatisation urbaine, unesco-msh, 2006.

16 Une Délégation à l’action sociale, dirigée par Michel Massenet, s’installe en janvier 1959. Le plan de 2 ans de résorption des bidonvilles, est la pièce maîtresse du dispositif.

17 « La vie est un combat permanent contre l’environnement et les agressions des méchants. », Benaïcha B., Vivre au paradis, op. cit., p. 54.

18 Abdelmadjid M. (entretien à Drimini, 5-03-2012) raconte que le jour de son arrivée en 1958, deux hommes sont égorgés sous ses yeux.

19 « Ah Monsieur Claude ! Tout le monde le connaissait, il était de la famille. Il a habité avec nous. », Azzedine R., arrivé de Tunis à 11 ans (entretien à Guemar, 2-03-2012). « Monsieur Claude » est très présent parmi ceux que B. Benaïcha appelle « les amis ».

20 « Il a fait tout son possible pour les immigrés. Il tapait sur la table quand police faisait des descentes, il a fait des cantines gratuites pour les familles qui n’avaient pas les moyens. » (Azzedine R.).

21 Comme le montre une enquête dans le bidonville, conduite par un des militants évoqués plus haut, J-P Imhoff, et publiée dans Cahiers Nord-africains d’avril-mai 1962 (no 89).

22 Les accords Nekkache-Granval en 1964 imposent un contingentement. Ceux de 1968 instaurent la carte de résident (valable 10 ans).

23 La thèse de Muriel Cohen confirme par une approche statistique serrée que, contrairement aux représentations du moment, le regroupement familial a décru très tôt et que l’augmentation enregistrée par les recensements était en partie le fait des naissances en France. Le cas des Souafas est très représentatif. Ajoutons qu’en phase avec la France, le pouvoir algérien de Boumediene instaure des autorisations de sortie à partir de 1965.

24 D’après le géographe M. Côte, « le Soufi est un commerçant dans l’âme » (Si le Souf, op. cit., p. 104). Cela est, semble-t-il, confirmé dans les grandes villes algériennes où, d’après les témoins, les Souafas font des affaires (Annaba, Alger), mais pas en France.

25 Entretien du 6 mars 2012, Guemar.

26 Ce groupe concerne environ 11 isolés demeurés plus de 20 ans en France. Pour plus de la moitié, ils ont vécu en foyer (et y ont toujours une chambre).

27 La femme de Laïche R. est venue une fois, un mois, « ça ne lui a pas plu ».

28 Mohamed El H. L., 28-02-2012, Guemar et Saïd, H., Guemar 2-03-2012, l’un et l’autre cantonnés au statut d’OS après une scolarisation en France.

29 Cf. Pitti L., « Renault, la forteresse ouvrière à l’épreuve de la guerre d’Algérie », Vingtième siècle, no 83, 2004 ou Temime É. et Costa-Lascoux J., Les Hommes de Renault-Billancourt, Mémoire ouvrière de l’île Seguin 1930-1992, Paris, Autrement, 2004.

30 Milza P., Blanc-Chaléard M-C, Le Nogent des Italiens, op. cit.

31 Hmed C., « Sonacotra cèdera ! La construction d’une identité collective à l’occasion de la grève des loyers dans les foyers de travailleurs », Agone, no 40, 2008, p. 81-94.

32 Hakim H. se rappelle du groupe de musique « les amis d’Abdennbi » auquel il avait participé en hommage à son camarade. En 1971, un autre jeune avait été tué à la cité des Grands Près. (Entretien avec Hakim H., Nanterre, déc. 2011)

33 Blanc-Chaléard M-C, « Les immigrés et le logement en France depuis le XIXe siècle. Une paradoxale », Immigrances. L’immigration en France au XXe siècle, Stora B., Temime E. (dir), Paris, Hachette, 2007, p. 67-97.

34 Exemples : Belgacem B, en France depuis 1936, HLM à Grigny en 1970, séparé de sa femme en 1975, vit en foyer jusqu’à son retour (remarié) en 1980. Son cousin Brahim, en France depuis 58, cité Doucet, logé en HLM en 1975, divorce en 1980, un fils mort du sida, retour (seul) en 1989 (Guemar, 28/29-02-2012).

35 Note sur les mesures de suspension et de retour. Cf. Weil P., La France et ses étrangers.

36 Ce type de retours concerne plus de la moitié de notre échantillon, mais l’enquête qui s’est surtout déroulée en Algérie, comporte un biais.

37 On touche ici aux limites de l’enquête orale informelle. Le travail quantitatif conduit à Nogent, sur la base des listes nominatives de recensements n’a pas été fait ici. En revanche, il n’y a pas eu d’enquête du côté des Italo-nogentais retournés en Italie.

38 « Nogent, pour des mômes, c’est le pays de rêve. Des fois, avec les autres, on pense à ça, à cette veine qu’on a [...] », Les Ritals, p. 83 (éd. Livre de poche, 1987).

39 Il faut dire que le maire, Patrick Jarry, est un ancien de l’école des Pâquerettes et beaucoup de ses camarades de classe habitaient le bidonville.

Auteur

Professeur émérite d’Histoire contemporaine, université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, membre de l’UMR 8533 CNRS IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’Économie et de la Société)
Les Italiens dans l’Est parisien, une histoire d’intégration (années 1880-1960) - 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540