Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Deuxième partie. Exils, migrations, relations internationales

La République : une Italie plus unie ou plus désunie ?

Marc Lazar

Texte intégral

Un étrange cent cinquantième anniversaire

  • 1 À titre d’exemple, pour les livres de type académique, on citera sans nulle prétention à l’exhaust (...)
  • 2 Voir par exemple l’étude de Foot J. et Owen S., « I festeggiamenti per l’unità d’Italia » in Bosco(...)

1La célébration du150e anniversaire de l’Italie en 2011 a commencé sous les pires auspices. Un scepticisme généralisé affiché par l’écrasante majorité des commentateurs et autres éditorialistes ; un manque apparent d’intérêt de l’opinion ; de rudes controverses dans le comité en charge de l’organisation des festivités ; de vifs débats opposant historiens et intellectuels sur les cérémonies prévues comme sur les événements qui en étaient à l’origine ; des polémiques répétées déclenchées par la Ligue du Nord comme par des dirigeants de mouvements autonomes qui se sont formés dans le Sud et le Président de la région du Haut-Adige qui remettaient en cause le bienfondé de cette commémoration et même les mérites du Risorgimento ou encore par la puissante Confindustria qui a critiqué, au prétexte de la situation difficile de l’économie du pays, la décision, prise tardivement et non sans mal par un gouvernement divisé sur ce sujet, de déclarer le 17 mars jour férié. Or, justement, ce jour de fête national a rencontré un réel succès dans la péninsule. Plus généralement, les initiatives se sont multipliées sur le territoire (expositions, spectacles, concerts, colloques, conférences, séminaires, forums, débats, etc.), certaines villes, à l’instar de Turin, ont été pavoisées de drapeaux tricolores, une grande quantité d’ouvrages (essais, enquêtes journalistiques, volumes d’historiens, italiens et étrangers, beaux livres abondamment illustrés) ont été publiés suscitant des discussions comme les nombreux documentaires et films (à l’instar de celui de Mario Martone, Noi credevamo) qui ont été présentés en cette occasion1. Le logo de la commémoration, trois drapeaux italiens entrecroisés avec écrit en dessous les deux dates 1861-2011, s’affichait en chaque endroit prévu pour les festivités mais aussi sur de multiples autres supports, comme, par exemple, les autobus transportant les touristes. Plusieurs sondages réalisés en cette occasion ont enregistré non seulement l’intérêt des Italiens pour cette commémoration mais encore leur attachement à l’unité de leur pays et le jugement positif qu’ils portaient sur celle-ci. Il faudra bien sûr dresser le bilan de l’ensemble de ces festivités, en tenant compte de toutes les variables possibles dans la participation des Italiens à ces événements, selon les lieux, les catégories sociales, générationnelles et de genre, etc.2. Des comparaisons sérieuses avec les célébrations de 1911 et de 1961 devront être menées afin de noter leurs ressemblances et leurs différences. En attendant le résultat de ces investigations, une question mérite d’être posée : avec la République, l’Italie est-elle plus unie ou désunie que par le passé ? Pour y répondre, il s’avère nécessaire de rappeler les conditions dans lesquelles celle-ci accomplit ses premiers pas et d’évaluer ses réalisations jusqu’aux dernières décennies.

Les contrastes de la République, des origines au début des années 90

Une naissance difficile

2Aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale, l’unité de l’Italie est fragile et chancelante.

3D’abord, parce que la formation difficile de la nation durant le Risorgimento et les décennies de la nationalisation inaboutie de l’Italie libérale continuent de faire sentir leurs effets sur la longue durée. Les traditionnelles déchirures politiques et les disparités territoriales et culturelles entre le Nord, le Nord-Est et le Sud ne se sont pas résorbées et ont laissé des blessures plus ou moins bien cicatrisées. Les facteurs généralement avancés (et dont l’ampleur et l’intensité sont désormais objet de discussion par la recherche historique la plus avancée) pour rendre compte de ce déficit d’esprit national, tels la faible légitimité de l’État, le clientélisme, la corruption, l’indifférence de la population pour ne pas dire son apathie, son incivisme, la défense acharnée de ses intérêts privés et familiaux, etc., subsistent. Et ce, malgré les vingt années de fascisme qui a tout entrepris pour les éradiquer.

  • 3 Galli Della Loggia E., La Morte della patria. La crisi dell’idea di nazione tra antifascismo e Rep (...)
  • 4 Pavone C., Une guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne, Paris, Le (...)

4En effet, le régime de Mussolini a exalté la nation, rassemblé les Italiens dans un parti unique et s’est efforcé de construire un État centralisé, puissant et efficace. Il a déployé un nationalisme agressif, teinté d’antisémitisme à partir de 1938. Mais le fascisme et surtout la guerre ont mis à genoux le pays. En outre, les circonstances dramatiques de l’armistice du 8 septembre 1943 ont entraîné le délitement du pays qui s’est senti abandonné par ses élites. L’historien Ernesto Galli della Loggia a parlé à ce propos de la « mort de la patrie », expression qui suscita nombre d’objections et de controverses du fait de sa charge polémique puisqu’il attribuait l’essentiel de la responsabilité de ce décès à l’antifascisme et aux communistes3. Il n’en demeure pas moins qu’en 1945 l’Italie est dans le camp des vaincus, détruite et misérable. Déchirée aussi entre fascistes et antifascistes qui, dans le Nord et le Centre du pays se sont livrés à une guerre civile qui, non seulement, se prolonge quelque temps aux lendemains à la fin du conflit militaire mais laissera de durables traces dans les mémoires collectives4.

5Exsangue, avec un État délabré, l’Italie est en proie à des forces centrifuges qui attestent la survivance de forts et anciens particularismes. Des tendances séparatistes, en faveur de l’autonomie voire de l’indépendance, se font jour en Sicile, en Sardaigne, dans le Nord-Est et le Val d’Aoste. En outre, sa souveraineté est fortement réduite, les Alliés, particulièrement les États-Unis, exerçant un contrôle très étroit.

6Enfin, le référendum du 2 juin 1946, caractérisé par un fort taux de participation, donne une large victoire à la République (54,3 % des voix) mais fait aussi apparaître une division géographique saisissante, le Sud ayant voté à plus de 65 % pour la Monarchie. La République naît quasiment hémiplégique et la trajectoire de la nation semble s’être brutalement interrompue.

Une Italie toujours divisée

  • 5 Di Nucci L., GalliDella Loggia E. (dir.), Due nazioni. Leggitimazione e delegittimazione nella sto (...)

7Entre 1944 et 1947, l’Italie donne l’apparence de l’unité. Les principaux partis antifascistes gouvernent ensemble, s’efforçant de surmonter leurs sérieux désaccords dus, entre autres, aux objectifs stratégiques antagoniques qu’ils poursuivent. Ils œuvrent pour doter l’Italie d’une Constitution, ce qui les occupera de juin 1946 à décembre 1947, le temps de trouver un compromis alors même que les tensions entre l’URSS et les États-Unis ont bouleversé la donne internationale et la politique domestique. Leur unité vole en éclats à partir du printemps 1947, conséquence directe des débuts de la guerre froide. À partir de ce moment-là, une double ligne de fracture politique s’établit durablement en Italie. À l’antagonisme entre antifascistes et fascistes, s’ajoute l’opposition entre les communistes et les anticommunistes. Pour les communistes et leurs alliés socialistes (du moins jusqu’au début des années 50), le fascisme désigne le régime du Duce, le parti néofasciste, le MSI, mais aussi tout membre de l’autre bord, à commencer par les démocrates-chrétiens, cependant que pour ces derniers le moindre opposant est vite désigné de l’étiquette infamante de « communiste ». Cette conception extensive de l’adversaire, voire de l’ennemi, instaure un climat de guerre civile simulée. Cela contribue à alimenter un phénomène de délégitimation réciproque des concurrents politiques, caractéristique de la vie publique transalpine sur le long terme5. En outre, le mode de scrutin proportionnel exacerbe les habituelles fragmentations italiennes.

Une nation quelque peu oubliée mais pas inexistante

8La République tend à minorer les références à la nation. Par volonté de rupture avec le fascisme. Et parce que la nation a souffert d’un fort discrédit du fait de son appropriation par le Duce. Cela ne signifie pas, bien au contraire, que l’antifascisme ait jeté aux oubliettes de l’Histoire ce thème. Il prétendait à l’inverse refonder la nation et poursuivre le Risorgimento. Mais sa marge de manœuvre s’avère étroite. Seuls les monarchistes, les libéraux puis les néo-fascistes utilisent l’adjectif national. De leur côté, les principaux partis se montrent relativement timides sur le sujet. Ainsi, la Démocratie chrétienne lie la nation à l’Église et aux valeurs universelles de la religion catholique, tandis que le Parti communiste italien tente de combiner ses références à la nation avec sa fidélité à l’Union soviétique et son engagement internationaliste. En outre, la Démocratie chrétienne et ses alliés choisissent de participer activement à la création de l’Europe, par conviction notamment de la fin de l’ère des États-nations, et par intérêt - afin de résoudre les difficultés nationales ; par la suite, les socialistes puis les communistes s’y rallièrent également. Or, plus l’Europe prenait de la valeur, plus la nation italienne se démonétisait.

  • 6 Ridolfi M., « Feste civili e giorni della memoria. L’Italia della Seconda Repubblica 1994-2011 » i (...)

9Dans la Constitution, seuls trois articles contiennent le substantif « nation » et un celui de « Patrie ». Une semblable discrétion caractérise les rituels constitutifs et les lieux « sacrés » de la nouvelle République. Le jour choisi pour la fête nationale dès 1946 est le 25 avril qui commémore l’insurrection nationale et est donc fortement imprégné d’antifascisme. Trois ans plus tard, un calendrier des festivités officielles « civiles » est établi. Le 25 avril et le 2 juin, fondation de la République, sont jours de fêtes nationales, le 4 novembre, qui célèbre la fin de la Première Guerre mondiale, et le 1er mai, jours « festivi », le 11 février, anniversaire de la signature des accords du Latran et le 28 septembre, une des journées de l’insurrection de Naples en 1943, sont classées comme des « solennités civiles ». Ces fêtes seront davantage prises en charge par les partis, les associations et les autorités locales que par les pouvoirs publics qui, dans les années 70, renonceront à célébrer le 2 juin et le 4 novembre6.

  • 7 Cf. Deaglio E., Patria. 1978-2008, Milan, Il Saggiatore, 2009 ; Ventrone A., La Cittadinanza repub (...)

10Incapable d’écrire un récit commun, de se référer à de grands événements fondateurs, d’ériger des figures tutélaires et de fonder une religion civile, la République n’arrive guère à élaborer une citoyenneté politique7. Paradoxalement, l’unité de la République se réalise grâce à ses divisions, notamment celle engendrée par l’antagonisme entre la Démocratie chrétienne et le Parti communiste italien : les Italies blanche et rouge font l’Italie tricolore. Cela s’est d’ailleurs vérifié avec éclat durant les années de plomb. De 1976 à 1978, la DC et le PCI défendent de concert les institutions, combattent le terrorisme et rassemblent l’Italie dans une solidarité nationale qui lui a évité de sombrer. De même, au début de la décennie suivante, des épisodes de politique internationale font vibrer les Italiens à l’unisson. Ce fut le cas en 1982 lors de l’intervention de l’armée italienne au Liban, la première depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. De même, le pays fut uni en octobre 1985 derrière le gouvernement de Bettino Craxi lorsque les carabiniers s’opposèrent aux marines américains sur la base sicilienne de Signonella, protégeant un commando palestinien, coupable de détournement d’un navire et de l’assassinat d’un citoyen américain.

Des Italiens plus proches que jamais

11Anémiée en politique, l’Italie prend cependant conscience de ce qui la rassemble par sa civilisation matérielle. Les autorités engagent une action vers le Sud (réforme agraire, Cassa per il Mezzogiorno) qui vise à colmater le fossé avec le reste du pays : les résultats sont pour le moins contrastés mais cela s’accompagne d’une pédagogie de la solidarité nationale. Parallèlement, l’Italie connaît un immense mouvement migratoire qui amène deux millions de méridionaux à rejoindre le nord de la péninsule entre 1951 et 1961. Certes, ils sont souvent mal accueillis, mais, dans le même temps, ils s’enracinent et fondent des familles. L’Italie parle de plus en plus la même langue, grâce à ces mélanges de population, aux progrès de la scolarisation et aux médias de masse, journaux, radio et surtout télévision. Plus prospères, plus riches grâce au « miracle économique », les Italiens, à l’occasion de leurs vacances, empruntent le train, la voiture et bientôt l’avion : ils découvrent de la sorte leur pays et leur patrimoine naturel, artistique, historique, en retirant une fierté certaine, d’autant que la sauvegarde et la valorisation de celui-ci sont au cœur de l’identité italienne et constitutifs des timides premières politiques publiques culturelles (la création du ministère des Biens culturels et environnementaux date de 1974). Ils se retrouvent unis dans les stades, notamment pour soutenir la squadra azzura. L’illustre à merveille la victoire de l’Italie au Mondial de 1982 en Espagne. Ce grand moment de célébration nationale surprit l’Italie. Il est vrai qu’elle sortait des années sombres du terrorisme et entendait oublier, vivre, s’enivrer, s’amuser.

  • 8 Rusconi G. E., « Viva l’Italia », La Repubblica, 9 novembre 1985, cité par Gervasoni M., Storia d’ (...)
  • 9 Giacone A., L’Évolution du Président de la République italienne sous le mandat de Sandro Pertini ( (...)

12Les années 80 enregistrent d’ailleurs la première remontée d’intérêt pour des thèmes nationaux après une longue période d’indifférence. Le politologue et historien Gian Enrico Rusconi écrivait dès 1985 : « Nous sommes confrontés à un besoin authentique d’enracinement dans une identité commune, circonscrite historiquement et géographiquement8. » Le président de la République, Sandro Pertini, relança d’ailleurs la ritualité autour des symboles de la République et de la nation et fut l’un des premiers à utiliser de nouveau le mot de « patrie9 ».

L’Italie d’aujourd’hui

Une Italie incertaine

13La décennie qui suit, celle des années 90, ouvre une nouvelle phase. Celle-ci a, d’un côté, aggravé le déficit de nation et, de l’autre, accentué la forme de fierté nationale qui s’était amorcée.

14Le malaise national provient de plusieurs facteurs. L’Italie est affectée par les effets cumulatifs de la globalisation et de la construction européenne. Ces deux dynamiques déstabilisent en profondeur les cadres habituels de référence de l’État-nation qui perd une part de sa propre souveraineté. Le sentiment de n’être déjà plus dans le seul cadre de l’État-nation mais pas encore dans un autre ensemble, et notamment pas dans un État européen, provoque le trouble de la population. Ces phénomènes concernent la plupart des membres de l’Union européenne. En revanche, l’Italie affiche certaines particularités.

15La chute du mur de Berlin et l’opération « Mains propres » des juges milanais à partir de 1992 ont ouvert une crise politique sans équivalent en Europe occidentale. Elle a éliminé la classe politique de la République, qualifiée désormais de première, et fait exploser le système politique : les partis de gouvernement se sont effondrés (notamment la DC et le PSI), ceux de l’opposition (PCI et MSI) se sont métamorphosés, cependant que la Ligue du Nord progresse et que Silvio Berlusconi se lance en 1994 en politique avec ses télévisions et son parti, créé presque du jour au lendemain, Forza Italia. Or, l’écroulement des partis traditionnels a signifié la disparition des quelques fragiles constructions nationales qu’ils avaient tenté de mettre en place. Les deux principaux partis qui, à partir du début des années 2000, dominent la vie politique, le Parti démocrate (PD), qui rassemble d’anciens communistes, des ex-centristes et démocrates chrétiens, et le Peuple de la Liberté (PDL), issu de la fusion de Forza Italia et d’Alliance Nationale, qui avait succédé au MSI, se présentent comme des partis nouveaux et originaux, respectivement de centre-gauche et de centre-droit. L’un et l’autre, toutefois, revendiquent désormais des héritages, s’inventent des filiations et s’efforcent de proposer un avenir à l’Italie. De son côté, la Ligue du Nord a contribué à l’apparition d’une question septentrionale en parlant d’une prétendue « nation padane ». Elle n’a de cesse de critiquer Rome et le Sud, de fustiger l’unité de l’Italie d’hier à aujourd’hui. Le fédéralisme qu’elle prône, et qui fait consensus à quelques exceptions près dans la classe politique, risque encore de creuser les disparités territoriales et de favoriser l’essor des forces centrifuges. À l’occasion du 150e anniversaire de l’unité italienne, le Sud, par la bouche de certains de ses représentants, a commencé, lui aussi, à s’interroger sur les vertus de l’unité et à réécrire l’histoire italienne.

16 Last but not least, l’immigration massive a touché l’Italie, jusqu’alors peu accoutumée à accueillir un tel flux d’arrivants. En 1991, les immigrés représentaient 0,6 % de la population, taux qui atteint désormais 7 %, avec plus de 4 millions 200 000 personnes en situation régulière. Ces flux ont provoqué de fortes tensions, notamment à l’encontre des immigrés clandestins. Avec, parfois, des réactions xénophobes et racistes qui ne doivent pas occulter les insertions réussies dans le monde du travail mais aussi dans la société (comme en atteste la progression régulière des mariages mixtes qui représentaient près de 15 % des unions célébrées en 2012). Cette arrivée d’une immigration massive, et sur une brève période, a été ressentie comme un traumatisme par nombre d’Italiens d’autant que l’intégration résulte davantage de l’action de la société civile que de celle des pouvoirs publics.

Des propositions pour rassembler l’Italie

17Les questionnements classiques sur ce qui fait l’Italie et les Italiens, ont repris de plus belle à partir du début des années 90.

  • 10 En français, voir la présentation de ces discussions par Dlamanti I., Dieckhoff A., Lazar M., Musi (...)

18Le débat sur la nation, son histoire, sa consistance, ses aléas, son présent et son devenir, met aux prises historiens, anthropologues, politologues, sociologues, philosophes et intellectuels. S’opposent ceux qui pointent les faillites structurelles ou conjoncturelles de la nation italienne et ceux qui préfèrent repérer les occasions manquées, ou encore les adeptes d’une nation fondée sur la religion catholique aux partisans d’une forme de patriotisme constitutionnel italien. Colloques, publications et controverses, notamment à propos du Risorgimento, du fascisme, de la Résistance, des partis politiques et de leur rapport au fait national, s’enchaînent, et les médias en rendent compte abondamment10. Ces controverses s’entremêlent avec les positions adoptées par les principaux acteurs publics.

19Pour une partie de l’Église, relayée par des représentants politiques, face au pluralisme religieux qui émerge avec la présence des musulmans et des orthodoxes, seule la religion catholique doit, plus que jamais, constituer le ciment de la nation, cependant que d’autres secteurs du catholicisme prônent un dialogue œcuménique qui pourrait, à terme, déboucher sur la reconnaissance d’un multiculturalisme à l’italienne, qui changerait profondément la physionomie du pays. Emblématique à cet égard est le débat lancé par le président Napolitano sur la nécessité de changer le droit du sang au profit du droit du sol pour l’acquisition de la nationalité italienne.

20Mais les initiatives les plus marquantes de ces dernières années sont venues du Quirinale. Les présidents de la République, d’abord Oscar Luigi Scalfaro, mais surtout Carlo Azeglio Ciampi et Giorgio Napolitano, à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire, prônent une Italie fière de ses institutions républicaines et de sa Constitution, ouverte à l’Europe et au monde. Désireux de fonder une religion civile, ils ont accordé de l’importance aux symboles, tels le drapeau tricolore largement déployé et agité lors de leurs visites et l’hymne national désormais interprété avec vigueur, et aux rituels, en redonnant du lustre aux fêtes du 2 juin avec le rétablissement du défilé militaire. Leurs déplacements sur le territoire suscitent des rassemblements importants où s’exprime une certaine ferveur. Dans le contexte de grande incertitude politique qui caractérise l’Italie, les présidents de la République garantissent le respect de l’État de droit et symbolisent la figure de la modération et de l’unité nationale. La présidence de la République est, après les carabiniers, l’institution la plus aimée par les Italiens, cependant que son titulaire, en l’occurrence depuis 2007, Giorgio Napolitano, est actuellement l’une des personnalités politiques préférées.

21Enfin, les partis eux-mêmes parlent de la nation. Forza Italia, rien que par son nom, cherche flatter une certaine fierté italienne qui combine les performances sportives et les réussites économiques. Alliance Nationale, là encore au nom évocateur, dans la lignée du parti néo-fasciste qui lui avait donné naissance et par opposition à la Ligue du Nord, accordait de l’importance à ce thème. Comme d’ailleurs, le Parti démocrate, dont les textes fondateurs soulignent longuement son ancrage dans la réalité nationale, ce qu’illustre bien aussi son symbole et son logo, entièrement tricolores.

Un sentiment diffus d’italianité

22Ces propositions entendent répondre à un sentiment d’italianité qui parcourt la péninsule et qui est tout à fait perceptible. Et pas seulement lors des matchs de football, comme ce fut le cas de nouveau avec la victoire italienne contre la France au Mondial de 2006. C’est ainsi que le 12 novembre 2003, l’attentat meurtrier de Nassyria en Irak qui tua dix-neuf carabiniers, soldats et civils italiens provoqua une émotion considérable, surtout lors du retour des cercueils à l’aéroport de Ciampino. De même, jamais comme en cette période n’ont été vendus autant de drapeaux nationaux.

  • 11 Demos & PI, Gli Italiani e lo stato, Rapporto 2010, www.demos.it

23Par ailleurs, depuis des années, les sondages réalisés en Italie ou au niveau européen enregistrent une montée de la fierté d’appartenir à l’Italie. En 2011, à l’occasion du 150e anniversaire, 87,7 % des Italiens considèrent que l’unité est une bonne chose, dont 91,2 % pour les sympathisants du PD, 86,2 % pour ceux du PDL et même 81,5 % pour les proches de la Ligue du Nord11. Le contenu de cette italianité est révélateur : quand on demande ce qui fait l’Italie, viennent d’abord l’art de s’arranger, puis le patrimoine culturel ou encore la gastronomie. Bref, davantage une manière d’être, de vivre, de se comprendre et de communiquer qu’une véritable citoyenneté politique qui peine encore à se profiler et donc à susciter de l’adhésion.

24Cela étant, la référence à ces traits anthropologiques communs ne relève pas que du folklore. C’est la démonstration que les Italiens se reconnaissent dans une réalité culturelle et matérielle une et diverse, à la fois, qui leur sert de cadre de référence collective, de grammaire commune. Avec la République, les Italiens sont ainsi plus proches qu’ils ne l’ont jamais été dans leur histoire, en dépit des ferments de divisions et de discordes qui se manifestent au grand jour.

Une anomalie italienne ?

25Ainsi, l’Italie est-elle tiraillée entre des menaces sur sa cohésion, une sensibilité nationale à fleur de peau, une fièvre commémorative et diverses propositions pour redonner un contenu à la nation. Mais, est-il certain, comme il est souvent dit, que cette situation constitue une exception ? Que l’Italie ait des spécificités, personne ne songerait à le nier. Elles tiennent, par exemple, à son histoire, à l’intensité des polémiques que celle-ci suscite ou encore à la présence au sein de la majorité parlementaire et du gouvernement d’un parti comme la Ligue du Nord qui, de manière récurrente, critique l’unité nationale et revendique plus ou moins explicitement une sécession.

  • 12 Voir « Celebrare la nazione. Anniversari e commemorazioni nella società contemporanea », Memoria e (...)

26Pourtant, en Europe, presque toutes les célébrations de la nation qui visent pourtant l’harmonie et la concorde provoquent généralement beaucoup de conflictualités, ainsi que l’a parfaitement mis en lumière un colloque tenu à l’université de Viterbe à l’initiative de Maurizio Ridolfi en 201112. En Italie, la France est souvent présentée comme l’exemple d’un pays apte à réussir ses célébrations puisqu’elle dispose d’une longue histoire, d’un récit unificateur et d’un vaste Panthéon de grands hommes. En vérité, elle a aussi connu des guerres civiles, réelles et simulées, et elle rencontre les plus grandes difficultés à organiser ses commémorations. Les épisodes sombres de son passé, à l’instar du régime de Vichy et de la guerre d’Algérie, restent des plaies toujours ouvertes. La République elle-même est l’objet de critiques renouvelées souvent venues de minorités qui la condamnent, par exemple pour sa politique coloniale, et exigent repentance et réparations. Il en va de même en Belgique, en Allemagne, en Espagne ou encore au Portugal.

27La plupart des pays européens connaissent une prolifération commémorative, une inflation de revendications mémorielles contradictoires et des pulsions nostalgiques qui érigent le passé en un âge d’or. Vieux ou jeunes, les États-nation européens, affectés par l’affaiblissement de leurs instances politiques, peinent à se définir à l’heure de la globalisation, de l’ascension de nouvelles puissances et de l’Europe. Une Europe qui s’avère incapable de forger un corpus de références mobilisatrices pour reconstituer le passé, interpréter le présent et indiquer un futur.

28Par conséquent, la complexe célébration du 150e anniversaire de l’Italie en 2011 a constitué un cas particulier dans une incertitude générale de l’Europe à propos de la nation. Et non point une anomalie.

Notes

1 À titre d’exemple, pour les livres de type académique, on citera sans nulle prétention à l’exhaustivité : Duggan C., La Forza del destino. Storia d’Italia dal 1796 a oggi, Rome-Bari, Laterza, 2011 ; Forlin O. (dir.), L’Idée nationale en Italie. Du processus d’unification aux déchirements de la guerre civile (fin XVIIIe-début XXIe siècle), Paris, L’Harmattan, 2010 ; Foot J., Fratture d’Italia. Da Caporetto al G8 di Genova. La memoria divisa del paese, Milan, Rizzoli, 2009 ; Gentile E., Né Stato, né nazione. Italiani senza meta, Rome-Bari, Laterza, 2010 et Italiani senza padri. Intervista sul Risorgimento, Rome-Bari, Laterza, 2011 ; Patriarca S., Italianità. La costruzione del cattere nazionale, Rome-Bari, Laterza, 2011.

2 Voir par exemple l’étude de Foot J. et Owen S., « I festeggiamenti per l’unità d’Italia » in Bosco A., Mc Donnell D., Politica in Italia 2012, Bologne, Il Mulino, 2012.

3 Galli Della Loggia E., La Morte della patria. La crisi dell’idea di nazione tra antifascismo e Repubblica, Rome-Bari, Laterza, 1996. Voir aussi Gentile E., La Grande Ltalia. Ascesa e declino del mito de la nazione nel ventesimo secolo, Milan, Mondadori, 1997.

4 Pavone C., Une guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne, Paris, Le Seuil, 2005.

5 Di Nucci L., GalliDella Loggia E. (dir.), Due nazioni. Leggitimazione e delegittimazione nella storia dell’Italia contemporanea, Bologne, Il Mulino, 2003 ; Ventrone A. (dir.), L’Ossessione del nemico. Memorie divise nella storia della Repubblica, Rome, Donzelli, 2006.

6 Ridolfi M., « Feste civili e giorni della memoria. L’Italia della Seconda Repubblica 1994-2011 » in Baioni M., Conti F., Ridolfi M. (dir.), Celebrare la nazione. Grandi anniversari e memorie pubbliche nella società contemporanea, Milan, Silvana Editoriale, 2012, p. 417-436 ; « Rituali civili e memorie pubbliche nell’Italia democratica » in Ridolfi M. (dir.), Rituali civili. Storie nazionali e memorie pubbliche nell’Europacontemporanea, Rome, Gangemi Editore, 2007, p. 221-231. Voir aussi du même, Le Feste nazionali, Bologne, Il Mulino, 2003. Ilari V., « La parata del 2 giugno. L’omaggio repubblicano all’esercito » in Bertelli S. (dir.), Il Teatro del potere. Scenari e rappresentazioni del politico fra Otto e Novecento, Rome, Carocci, 2000, p. 195-220. Un bon exemple de la fête du 2 juin prise en charge par le PCI et ses associations en 1951 est présenté par Colozza R., « Il PCI e le associazioni per la tutela della Costituzione (1950-1955) », Ricerche di Storia Politica, no 2, 201l, p. 181-182.

7 Cf. Deaglio E., Patria. 1978-2008, Milan, Il Saggiatore, 2009 ; Ventrone A., La Cittadinanza repubblicana. Corne cattolici e comunisti hanno costruito la democrazia italiana (1943-1948), Bologne, Il Mulino, Réed. 2008.

8 Rusconi G. E., « Viva l’Italia », La Repubblica, 9 novembre 1985, cité par Gervasoni M., Storia d’Italia degli anni Ottanta. Quando eravamo moderni, Venise, Marsilio, 2010, p. 37. Voir Lanaro S., L’Italia nuova. Identità e sviluppo 1861-1988, Turin, Einaudi, 1988.

9 Giacone A., L’Évolution du Président de la République italienne sous le mandat de Sandro Pertini (1978-1985), Mémoire de maîtrise d’Histoire de l’université Paris 4, sous la direction de Dreyfus F.-G. et Guimbard C., 1998 et Caretti S., Degl’Innocenti M. (dir.), Sandro Pertini e la bandiera italiana, Manduria-Bari-Rome, Lacaita, 1998.

10 En français, voir la présentation de ces discussions par Dlamanti I., Dieckhoff A., Lazar M., Musiedlak D., L’Italie, une nation en suspens, Bruxelles, Complexe, 1995 et Pécout G., « Retrouver la nation des Italiens ? Le sentiment national dans les régimes d’identité de l’Italie contemporaine », in Lazar M. (dir.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Paris, Fayard 2009, p. 129-141. À titre d’exemple de cette production italienne dans les années 90, voir Banti A. M., La Nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, Einaudi, 2000 ; Bodei R., Il Noi diviso. Ethos e idee dell’Italia repubblicana, Turin, Einaudi, 1998 ; Bollati G., L’Italiano. Il carattere nazionale corne storia e corne invenzione, Turin, Einaudi, Réed. 1996 ; Ferrarotti F., L’Italia tra storia e memoria. Appartenenza e identità, Rome, Donzelli, 1997 ; Galasso G., Italia. Nazione difficile. Contributo alla storia politica e culturale dell’Italia unita, Florence, Le Monnier, 1994 ; Galli Della Loggia E., L’Identità italiana, Bologne, Il Mulino, 1998 ; Isnenghi M., I Luoghi della memoria. Stutture ed eventi del’Italia unita, Rome-Bari, Laterza, 1996, Réed. 2011 ; Lanaro S., Patria. Circumnavigazione di un’idea controversa, Venise, Marsilio, 1996 ; Romano R., Paese Italia, Rome, Donzelli, 1994 ; Rusconi G.E. Se cessiamo di essere una nazione, Bologne, Il Mulino, 1993 ; du même, Patria e repubblica. Bologna, Il Mulino, 1997 ; Schiavone A., Italiani senza Italia, Turin, Einaudi, 1998 ; Spadolini G. (dir.), Nazione e nazionalità italiana, Rome-Bari, Laterza, 1994 ; Tullio-Altan C., Italia : una nazione senza religione civile. Le ragioni di una democrazia incompiuta, Udine, Istituto éditoriale veneto friulano, 1995.

11 Demos & PI, Gli Italiani e lo stato, Rapporto 2010, www.demos.it

12 Voir « Celebrare la nazione. Anniversari e commemorazioni nella società contemporanea », Memoria e ricerca, no 34, mai-août 2010.

Auteur

Professeur d’Histoire et de Sociologie politique à Sciences Po, directeur du Centre d’Histoire de Sciences Po.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540