Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Première partie. Italie

Giuseppe Prezzolini, propagandiste conscient du fascisme

Frédéric Attal

Texte intégral

  • 1 Prezzolini G., Diario 1900-1941, Milan, Rusconi, 1981, p. 424, 435, 500, 573.
  • 2 Sur Prezzolini et La Voce, voir Gentile E., « La Voce » e l’etàgiolittiana, Milan, PAN, 1972 et Id (...)

1Le parcours politique, durant le ventennio, du fondateur de La Voce et, de ce fait, figure importante du monde intellectuel italien après-guerre, est d’autant plus intéressant que l’homme s’est toujours défendu d’avoir été fasciste. La lecture de son journal intime révèle son habituelle prudence, le souci de se tenir au-dessus de la mêlée et de nombreuses hésitations. Pas une ligne sur l’assassinat de Matteotti en 1924, sur la mort de Gobetti, à l’enterrement duquel il est pourtant l’un des rares à être présent, sur celle d’Amendola qui fut également son ami ; rien sur les lois antisémites de 1938 ; quelques moqueries pour le fascisme de Papini et Soffici, beaucoup d’animosité pour les antifascistes. Ses jugements sur le régime lui-même oscillent, selon son humeur, entre « dégoût », admiration et, plus fréquemment, complaisante acceptation1 Il faut faire la part de son caractère naturellement cyclothymique qui s’était exprimé durant l’expérience vocienne, une tendance à l’autodénigrement qui ne peut être interprété seulement comme une forme de coquetterie complaisante2.

  • 3 De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo » dans Id., Intellettuali di fronte al fascism (...)

2Selon Renzo De Felice, Prezzolini fut mussolinien mais pas fasciste3. Si le premier point ne fait aucun doute, le second est plus discutable. D’une part, son « mussolinisme » peut difficilement être séparé d’une admiration certaine pour les réalisations du régime fasciste ; d’autre part, Prezzolini, sans jamais trop se compromettre, fait le jeu du fascisme et participe consciencieusement à sa propagande, notamment en tant que directeur de la Casa Italiana de l’Université Columbia de New York dont il est le directeur de 1930 à 1940.

L’engagement politique de Prezzolini, de l’interventionnisme à la marche sur Rome

De La Voce à Mussolini

  • 4 Gentile E. (a cura di), Mussolini e « La Voce », Florence, Sansoni, 1976.

3 La Voce, hebdomadaire fondé en 1908 par Prezzolini, se veut l’instrument de diffusion d’une culture nationale fondée sur la philosophie, singulièrement l’idéalisme antipositiviste et anti-scientiste conçu par Benedetto Croce, qui réhabilite ainsi la toute puissance de la volonté des meilleurs contre les prétentions de la raison scientifique et l’idéologie du progrès, puis l’exaltation de l’action et sa fusion avec la pensée théorisée par Giovanni Gentile, autant d’idées qui ont pu nourrir la version gentilienne de la théorie fasciste. La revue est également un instrument de combat politique, plus empirique, et son programme annonce une partie des thèmes dont se nourrit plus tard le mouvement fondé par Mussolini qui a collaboré à La Voce et l’a appréciée4.

  • 5 Amendola G., « Il convegno nazionalista », La Voce,1er décembre 1910, cité dans Prezzolini G., La (...)

4L’antigiolittisme est ce qui réunit l’ensemble ou presque des collaborateurs de La Voce. Ce ne sont pas seulement les pratiques clientélistes de Giolitti qui sont en cause ou le transformisme visant à désamorcer l’opposition d’un Parti socialiste d’autant plus complaisant à l’égard du pouvoir que sa base ouvrière profite de quelques avantages (salaires relativement élevés, pouvoir dans les coopératives). C’est l’absence d’ambition extérieure, la collusion avec les industriels septentrionaux accrochés aux barrières protectionnistes au détriment de l’agriculture méridionale, la médiocrité supposée de la formation culturelle même de l’élite dirigeante, enfin et surtout, le mépris profond éprouvé pour l’ensemble de l’institution parlementaire qui sont l’objet de féroces dénonciations dans La Voce. « L’Italie, telle qu'elle l’est, nous ne l’aimons pas », accuse Giovanni Amendola, l’une des têtes pensantes de l’hebdomadaire florentin5.

5Prezzolini, lui, a frayé avec Corradini, la revue Il Regno et les nationalistes, mais il refuse leur caractère plébéien, matérialiste, tapageur et selon lui guère cultivé, outre la défense du protectionnisme de ces derniers. La Voce n’est ni nationaliste, ni socialiste révolutionnaire, ni bien sûr gouvernementale. Elle se veut une forme de pré-parti, un instrument indispensable de formation d’une nouvelle élite capable de se substituer à celle qui est tant vilipendée par elle.

  • 6 Prezzolini G., 8 novembre 1914, Diario 1900-1941, op. cit., p. 140.
  • 7 Les plus importants sont Prezzolini G., « L’Ora », 13 août 1914 ; « Facciamo la guerra », 28 août (...)
  • 8 Ces arguments sont entre autres présentés dans une lettre adressée à Croce (Prezzolini à Croce, 9 (...)
  • 9 Prezzolini à Croce, 25 novembre 1914, ibidem, p. 444.

6La guerre qui éclate en Europe est l’occasion d’occuper le devant de la scène. Amendola est devenu correspondant romain d’Il Corriere della Sera et Prezzolini accepte l’offre de Mussolini d’être le rédacteur en chef d’Il Popolo d’Italia clairement interventionniste6. Entre août et septembre 1914, Prezzolini avait déjà publié dans La Voce pas moins de quatre articles exhortant l’Italie à entrer en guerre aux côtés de l’Entente7. Les arguments sont clairs : l’Italie ne peut pas ne pas en être sous peine d’être taxée de lâcheté ; sa neutralité l’a coupée de l’Allemagne qui se vengerait si elle venait à gagner et lui vaudrait de se retrouver avec les « Slaves » à ses portes, si l’Entente venait à l’emporter. Enfin, la guerre représente le ciment nécessaire, l’épreuve morale et l’examen de passage de l’Italie8. À Croce qui s’étonne du soudain revirement de Mussolini en faveur de la guerre, Prezzolini répond par un éloge appuyé à ce dernier : « Mussolini voit certainement, comme nous tous ici, dans la victoire contre l’Allemagne la garantie d’un régime plus libre et donc un champ d’action plus ouvert pour les partis révolutionnaires. Son tempérament, son honnêteté, son esprit attirent et éveillent, chez les jeunes, admiration et confiance. Son action sera utile pour secouer la masse laquelle, comme toutes les masses, est réfractaire à la guerre9... » Tel est et demeure jusqu’à la chute du fascisme le jugement que porte Prezzolini sur le futur Duce.

Les hésitations de Prezzolini

  • 10 De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo », art. cit., p. 65 et p. 80.
  • 11 Prezzolini G., 25 décembre 1917, Diario 1900-1941, op. cit., p. 276.
  • 12 Ibidem, p. 315 (2 juillet 1919).
  • 13 Ibidem, p. 309 (2 janvier 1919). Prezzolini parle « d’éducation de primitif » en évoquant celle du (...)
  • 14 Ibidem, respectivement, p. 310 (12 janvier 1919), p. 335-336 (15 février 1921), p. 279 (5 janvier (...)

7L’analyse qu’il fait de la guerre se ressent de sa formation crocienne idéaliste et anti-démocratique. L’invasion de la Belgique relève de la realpolitik et ne devrait pas susciter l’indignation ; Caporetto est moins dû à une erreur militaire qu’à une « désagrégation morale », à une défaite de la volonté et de l’esprit10. À la fin de l’année 1917, il vitupère de nouveau contre « la démocratie bavarde, ignorante et impuissante11 ». Pourtant, il accepte de faire partie de la Lega democratica fondée par Salvemini qui présente des candidats aux élections de 1919 et suit la ligne wilsonienne de l’ancien socialiste Leonida Bissolati. Mais il ne croit pas à son efficacité politique parce qu'elle est, selon lui, incapable de transformer ses idéaux – « moralement sains » – en action12. Si les faits lui ont donné raison, les raisons de sa défiance sont idéologiques et politiques. Il y a d’abord l’antipathie qu’il éprouve pour Wilson13. Ensuite, il considère qu’il faut que Bissolati combatte davantage « l’impérialisme français et anglais ». Puis, surtout, il éprouve une antipathie grandissante pour Salvemini. Dirigeant incapable, qui n’a jamais rien réussi, critiquant tout et tous, en accord avec personne, se défoule-t-il dans son journal, Salvemini « ne sait que détruire », mais surtout, faute suprême au yeux de l’actualiste et réaliste Prezzolini, il n’a jamais compris que dans l’action, seule importe la victoire. À l’inverse, Mussolini continue à susciter son admiration. En janvier 1918, il se dit impressionné par son énergie. C’est de sa bouche qu’il apprend la victoire italienne sur le Piave, « un souvenir qui me liera plus encore à lui14 ».

Prezzolini séduit par les réalisations fascistes

Prezzolini admiratif

  • 15 Ibidem, p. 362 (22 septembre 1922) et p. 363 (31 octobre 1922).

8Après la marche sur Rome, la position de Prezzolini, sans être arrêtée, ne subit pas d’importantes évolutions. Le fascisme est jugé d’emblée antilibéral, anticommuniste, tyrannique mais pas éducateur, cultivant la violence, mais utile puisqu’il permet le retour à l’ordre et à l’autorité. Rien alors ne distingue Prezzolini des conservateurs qui voient dans le fascisme un rempart contre la subversion. S’il provoque chez lui dégoût et horreur, le fondateur de La Voce le place au-dessus de ceux qui s’y opposent, accusés de « lâcheté et de pauvreté mentale15 ».

  • 16 Gobetti à Croce, ante 27 novembre 1918, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, a cura di E. Alessan (...)
  • 17 Prezzolini G., « Lo storicismo di un mistico », 28 septembre et 7 décembre 1922, désormais dans Id (...)
  • 18 Prezzolini à Gobetti, 30 novembre 1922, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, op. cit., p. 396.
  • 19 Prezzolini à Gentile, 15 juin 1918, citée dans Croce B., Prezzolini G., Carteggio, II, 1911-1945, (...)
  • 20 Frezza Bicocchi D., « Propaganda fascista e comunità italiane in USA », Studi Storici, 4, 1970, p. (...)
  • 21 Prezzolini G., « Per una società degli Apoti », La Rivoluzione Liberale, 28 septembre 1922, cité d (...)

9Cette position balancée pour ne pas dire contradictoire se traduit d’abord par un agnosticisme de façade qu’il affiche de façon quelque peu provocatrice dans La Rivoluzione Liberale dirigée par Piero Gobetti qui a pourtant fait de La Voce son modèle et de son fondateur, l’un de ses maîtres à penser16. Prezzolini estime illusoire et antihistorique l’opposition au nouveau régime pour plusieurs raisons : le fascisme a gagné et s’impose donc comme réalité indiscutable ; il n’y a guère d’alternative et Prezzolini rappelle son mépris tout aristocratique pour la démocratie et sa foi en l’action décisive d’une minorité que la guerre puis la marche sur Rome auraient renforcée ; le fascisme est précisément selon lui l’heureuse synthèse entre les valeurs issues de la guerre et l’avènement de nouvelles élites ; enfin, en tant qu’intellectuel, il n’est pas convenable d’agir dans l’arène politique : il faut comprendre et garder une posture de spectateur17. Si ce dernier point correspond en partie à l’analyse que Prezzolini faisait et fait du rôle de La Voce – la préparation spirituelle des Italiens et non l’engagement politique direct18 – il entre en contradiction avec l’attitude assumée par lui au moment de la campagne interventionniste. N’écrivait-il pas précisément à Gentile que « si nous nous regardons tout dans l’Histoire, nous nous arrêtons ; tout est juste, tout est bien, etc. ; si nous voulons faire, il faut renverser, nier et trouver important seulement ce que nous faisons19 » ? Manifeste de la philosophie de l’action, ces propos auraient parfaitement pu constituer, fin 1922, un appel à la résistance au fascisme. Mais Prezzolini refuse désormais de participer aux vicissitudes d’une vie politique incertaine et non sans danger. Il y entre bien sûr, de nouveau, une part de cet « aristocratique détachement de la culture comprise comme catégorie en soi, indépendant de tout engagement et orientation politique20 ». C’est ce détachement qui explique la formule par laquelle Prezzolini justifie désormais son aboulie politique : il se sent membre de la confrérie des apoti, ceux qui refusent de boire l’eau trouble de l’engagement21. Il est toutefois permis de douter que Prezzolini eût assumé la même attitude face au bolchevisme.

  • 22 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 363.
  • 23 Prezzolini à Gobetti, 26 décembre 1922, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, op. cit, p. 409. Le (...)
  • 24 Le 31 octobre 1922, Prezzolini parle de lâcheté et de pauvreté d’esprit de ceux qui luttent contre (...)

10En réalité, son apparente neutralité cache une sympathie croissante pour le régime, malgré des oscillations, mais ses professions de foi libérales, son statut d’intellectuel reconnu, membre à part entière désormais d’une élite culturelle lui interdisent d’avouer un penchant que son milieu d’adoption pourrait juger inopportun et indigne. Être fasciste relèverait de la faute de goût, voire de la maladie honteuse, d’où ses propos privés sur le fascisme « grossier et inculte », foulant la liberté aux pieds et menaçant l’Italie de désastres internationaux22. Oui mais accepter cela, c’est aussi « se sentir vivants et acteurs dans quelque chose de puissant ». À l’inverse, écrit-il encore non sans lucidité sur ce point, il faudrait accepter d’entrer dans l’opposition pour vingt ou vingt-cinq ans23. Et cela, Prezzolini ne le peut pas. Il couvre de sarcasmes, mépris voire insultes les antifascistes, et ce depuis fin 1922, avec en première ligne Salvemini24. En apparence, les antifascistes sont coupables de ne pas comprendre que la seule action qui vaille est celle qui est couronnée de succès. En réalité, Prezzolini éprouve un certain dépit de ne pas avoir eu le courage de ceux qui ont précisément choisi la voie la plus difficile, celle de la résistance sans certitude de l’avenir.

  • 25 Prezzolini G., « I due manifesti », Il Resto del Carlino, 3 août 1925, désormais dans Id., Sul fas (...)
  • 26 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 403 (12 octobre 1926).
  • 27 Ibidem, p. 415 (9 avril 1928), p. 483 et 485-486 (30 août 1931).
  • 28 Biondi M., « Il fascista secondo Moravia. Il conformista e il capitolo escluso », dans Cultura e f (...)

11Déjà en 1925, Prezzolini déniait toute légitimité aux interventionnistes de s’opposer au fascisme, faisant de celui-ci non seulement le produit de la guerre, mais encore, par son caractère minoritaire, l’unique héritier du mouvement favorable à l’entrée en guerre de l’Italie en 191525. Les antifascistes abaisseraient le peuple italien26. Deux ans plus tard, il écrit que « ceux qui ont rompu avec le fascisme sont des calculateurs ». En 1931, ils sont décrits comme « louches ». Quand une dizaine d’universitaires refuse de prêter serment au régime, Prezzolini ne peut s’empêcher, malgré sa « sympathie » pour eux, de constater qu’ils ne font pas un gros sacrifice : tous seraient vieux ou riches27. Il voit le monde à travers un prisme déformé par son regard profondément pessimiste sur la nature humaine : l’idéal s’efface systématiquement derrière l’intérêt. Prezzolini serait donc avant tout antiantifasciste, tout comme l’ont été, toutes choses égales par ailleurs, Moravia ou Pavese28 ? Ce trait de son attitude est important pour la compréhension de son engagement, mais il n’explique pas tout.

  • 29 Prezzolini G., Quattro scoperte. Croce, Papini, Mussolini, Amendola, Rome, Edizioni di storia e le (...)
  • 30 Ibidem, p. 160-170.

12Prezzolini est plus enthousiaste et explicite dans sa correspondance, voire dans ses publications que dans son journal. Mussolini échappe visiblement au jugement cynique que le fondateur de La Voce portait sur ses contemporaines antifascistes. L’éloge du Duce, écrit en 1924, s’apparente à une hagiographie. Il est d’autant plus efficace que son auteur prétend se placer d’emblée, captatio benevolentiae oblige, dans la position qu’il préfère, celle du froid détachement et de l’objectivité, sans rhétorique ajoute-t-il, sans colère, avec un esprit tranquille29. Plus que le portrait de Mussolini, c’est celui de sa génération et donc un peu de lui-même que Prezzolini offre d’abord à ses lecteurs en rappelant non seulement la filiation existant entre La Voce et Il Popolo d’Italia mais encore les combats communs contre le parlementarisme, le socialisme réformiste, la franc-maçonnerie, la guerre de Libye, la neutralité puis l’entrée en guerre aux côtés de démocraties. L’auteur s’étend ensuite sur le combattant courageux, blessé, puis sur le chef du fascisme qui a sauvé l’Italie en lui imposant le seul régime qui lui convienne. Mussolini est l’homme juste au moment juste et Prezzolini reprend impavide les réalisations dont se vante le régime dans tous les domaines. Son chef a le sens des masses, il incarne la modernité. Il connaît la culture de son temps et l’apprécie – Mussolini a en effet admiré La Voce... –, contrairement à la majorité des hommes politiques. Il est une force. Quand il vient, il allume, rallume, renforce, renouvelle ; quand il part, l’endroit qu’il quitte tombe en décadence. La liberté ? Le libéralisme appartient aux peuples anciens et expérimentés et Mussolini représente « l’élan de la jeunesse30 ». Et il fallait bien une main de fer, même au prix de la liberté, à la fois pour redresser la situation et pour tenir à distance les appétits petits et grands de ceux qui l’entourent. Il incarne, en conclusion, ce besoin d’ordre et de certitudes.

  • 31 Aux dates du 20 août 1928, du 29 août 1931 ou du 8 août 1932 – quand il fait un cours sur le corpo (...)
  • 32 Prezzolini à La Piana, 20 janvier 1934, lettre consultée aux archives de l’Université Columbia de (...)
  • 33 Prezzolini à Butler, 1933, ibidem, p. 683.
  • 34 Prezzolini à De Luca, 15 avril 1936, dans De Luca Don G.-Prezzolini G., Carteggio 1925-1962, a cur (...)
  • 35 Prezzolini G., 21 juillet 1933, dans Id., Sul fascismo, Milan, Pan, 1976, p. 110-115. Prezzolini éc (...)

13Il est réellement difficile de nier le fascisme de Prezzolini compte tenu de son admiration pour l’œuvre du régime31. Il se cache moins encore au milieu des années trente, à l’apogée du consensus. C’est précisément l’idée que le fascisme et l’Italie communient qui dicte la lettre qu’il écrit à son collègue italo-américain La Piana, ami de Salvemini et antifasciste. Même si l’on peut critiquer tel ou tel point du fascisme, « le bon sens, le patriotisme, le sens historique conseillent d’accepter cet état de fait et de collaborer avec Mussolini32 ». À Nicholas Butler, président de l’Université Columbia et qui le soutient, malgré les attaques dont il est l’objet, à la tête de la Casa Italiana, il répète son amitié et son admiration pour Mussolini et affirme que le fascisme est le mieux que peut avoir l’Italie en ce moment (1935) et que le progrès et le développement de la péninsule sont à porter au crédit du régime33. À Don Giuseppe De Luca, il écrit, enthousiaste : « Quel merveilleux Mussolini qui a su nous conduire, sans que sa main ne tremble jamais. Maintenant il me semble que nous pouvons regarder au but avec davantage de certitudes34. » Que dire encore de ces lignes parues dans Il lavoro fascista en 1933 ? : « Je m’apprête à quitter l’Italie. Impression générale : toute cette jeunesse, cette ferveur, cette vitalité, ce renouveau, cette accélération, sont dus à un moteur lointain et omniprésent, comme le cœur est présent dans chaque frémissement d’une veine ; même la plus extrême du corps a un moteur unique et central ; infatigable, qui pousse, pousse, pousse. Je sens la palpitation de ce moteur comme je percevais, dans le paquebot transatlantique la vibration des pistons des machines, même de la lointaine proue. Son nom m’est crié par la foule de jeunes et d’adultes que je surprends devant le palais Venezia en train de scander : « Du-ce, Duce, Du-ce35 ».

  • 36 C’était le cas d’Amendola : Amendola à Prezzolini, 29 septembre 1924, dans Amendola G., Carteggio (...)
  • 37 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 343, à la date du 27 mai 1935 (voir également 30 jui (...)

14Les raisons qui poussent Prezzolini à admirer le fascisme ne sont guère différentes de celles de tant d’autres intellectuels, à une différence près toutefois, qui n’est pas anecdotique : il a systématiquement refusé toute prébende et toute faveur de la part du régime et nous verrons que les fonctions qu’il occupe depuis 1923 ne doivent rien au régime. En 1935, lorsque, peu avant sa mort, Pirandello, qu’il avait défendu contre ceux qui l’avaient attaqué pour son soutien au fascisme36, et son ami Papini s’entremettent pour le faire revenir en Italie, il décline l’offre, bien que désireux de travailler pour son pays, dit-il, parce que le système de patronage, de recommandation politique et de renvoi d’ascenseurs lui est insupportable37. Aux États-Unis, il est libre.

  • 38 Prezzolini G., 1er décembre 1923, dans Id., Diario 1900-1941, op. cit., p. 380.
  • 39 Prezzolini G., 27-29 juillet 1927, 12 août et 27 décembre 1928, ibidem, p. 409-410, 423 et 427.
  • 40 Prezzolini G. dans Oggi, 6 avril 1940, désormais dans Id., Sul fascismo, op. cit., p. 119-122 et j (...)
  • 41 Calamandrei P., Diario 1939-1945, a cura di G. Agosti, volume I, 1939-1941, Florence, La Nuova Ita (...)
  • 42 Prezzolini G., 22 décembre 1941, dans Id., Diario 1900-1941, op. cit., p. 676 et Id., 9 décembre 1 (...)

15Prezzolini partage avec ses contemporains fascistes, un même orgueil nationaliste qui va de pair avec un élitisme anti-démocratique et une hostilité méfiante à l’égard des modèles, étrangers et donc peu adaptables à l’Italie, de système parlementaire libéral, voire de l’économie capitaliste. Le fascisme est peut-être la réunion de deux institutions italiennes - la camorra et le brigandage –, comme l’accusent ses détracteurs, mais ces dernières sont italiennes, rétorque Prezzolini, à la différence du parlementarisme qui est franco-anglais38. Le fascisme est italien, né « en accord avec les vibrations les plus profondes de l’esprit italien », un « fait naturel », ce qui explique qu’il est non seulement vain mais antipatriotique de s’y opposer39. Quand la guerre menace, la position de Prezzolini est très claire, hostile aux démocraties jugées aussi impérialistes que l’Allemagne : l’Angleterre serait en outre poussée par l’aiguillon juif qui chercherait à se venger40. En 1939 déjà, après avoir dit toute sa satisfaction pour le pacte germano-soviétique, et comme son interlocuteur, dont il connaissait les sentiments antifascistes, lui demandait s’il ne craignait pas que les démocraties fissent la guerre, malgré tout, il s’exclama : « Qu’elles la fassent, qu’elles fassent, et elles disparaîtront de la face du monde ! Et les États-Unis paieront pour tous et deviendront un peuple honnête et civil comme nous41... ». À la fin de l’année 1941, et encore un an plus tard, Prezzolini demeure persuadé que la victoire de l’Amérique signifie non celle du libéralisme mais le triomphe du bolchevisme. Enfin, à la fin de la guerre, il fait mine de ne pas comprendre que les personnes qu’il a connues (en Italie) « soient stupides au point de ne pas comprendre que les Alliés ont fait la guerre à l’Italie fasciste, seulement parce qu’elle dérangeait leurs affaires42 ».

  • 43 C’est notamment le cas du groupe du Borghese hebdomadaire fondé par Leo Longanesi après la guerre.

16Prezzolini n’a guère varié d’opinion après la guerre, rancunier à l’égard des démocraties occidentales, pessimiste sur l’Italie et la nature humaine, et ne pouvant longtemps s’accorder qu’avec ceux qui, comme lui, ont cru au fascisme ou s’y sont ralliés43. Mais si, tendance au déni exceptée, la trajectoire de Prezzolini n’est pas différente de celle de nombre de ses contemporains « vociens » ou pas, l’originalité de son parcours tient à sa position à la tête de la Casa Italiana de l’Université Columbia.

Prezzolini, agent d’influence du fascisme aux États-Unis

  • 44 Ibidem, p. 395-396 (30 juillet 1925).
  • 45 Ibidem, p. 423 et p. 543-544.

17Après la guerre, Prezzolini poursuivit son chemin dans les deux voies qu’il avaient empruntées avant 1914 : celle de la diffusion hors des frontières de l’actualité culturelle italienne et celle du journalisme. Il accepta d’être envoyé à New York, en 1923, par le bureau de la presse à l’étranger de la présidence du Conseil, pour donner quelques cours. En novembre de la même année, il pris la direction de Leonardo, organe d’information culturelle destiné à l’étranger et supervisé par Gentile. À l’été 1925, il obtint d’occuper la direction de la section presse de l’Institut international de coopération intellectuelle liée à la SDN. Ce sont les liens créés à l’époque de La Voce qui lui permettent d’être choisi, recommandé notamment par Jean Luchaire, l’ancien directeur de l’Institut culturel français de Florence. Le représentant italien a pourtant voté contre, Mussolini s’étant apparemment engagé sur un autre nom44. C’est cet épisode qui le poussa à penser qu’une carrière italienne l’aurait contraint, comme ses contemporains, à se plier aux usages de la cour fasciste45. Il veut sa liberté de ton et de jugement et ne devoir rien à personne. D’où son acceptation d’un poste de professeur à la Casa Italiana de l’Université Columbia en 1929 et, deux ans plus tard, sa nomination à la direction de cette importante institution.

  • 46 The Nation, 7 novembre 1934, p. 530-531.
  • 47 Salvemini G., Dai ricordi di un fuoruscito 1922-1933, a cura di M. Franzinelli, Turin, Bollati Bor (...)
  • 48 ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stat (...)
  • 49 Frezza Bicocchi D., « Propaganda fascista e comunità italiane in USA », art. cit., p. 681.
  • 50 Ibidem, p. 683.
  • 51 ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stat (...)
  • 52 Télégramme de l’ambassade italienne à Washington au ministère des Affaires étrangères et au sous-s (...)
  • 53 « Appunto per il ministero della stampa e propaganda. Direzione generale per la propaganda », 11 o (...)
  • 54 Rapport écrit par A. Flavio Guidi, le 14 avril 1936 et envoyé au ministère de la Propagande et de (...)

18En 1934, Prezzolini se voit directement attaqué dans un article paru dans la revue américaine The Nation connue pour ses sympathies antifascistes46. L’auteur qui se cache derrière un pseudonyme n’est autre que Salvemini47. Les archives du MinCulPop viennent confirmer le bien-fondé des accusations. Ce ministère considère en effet que la Maison italienne, financée par la banque Morgan par l’intermédiaire de l’Italy-America Society, « représente l’institution et l’instrument le meilleur à des fins de propagande italienne en Amérique du Nord48 ». De fait, Prezzolini fut habile. Il a soigneusement évité que l’on fasse de la politique à la Maison italienne et refuse, par exemple, de prendre position pour la conquête de l’Éthiopie49. Il n’en a en effet pas besoin. La fonction de la Maison italienne, comme il le définit plus tard en 1944, est « d’utiliser la culture pour seconder les buts politiques d’un État50 ». Elle doit être le fidèle reflet de la civilisation italienne et de ses réalisations, économiques, sociales et culturelles. Or, qui alimente l’information sur ces réalisations ? Entre autres, le MinCulPop qui s’entremet par exemple pour faire parvenir des films de propagande51. La façade nécessairement neutre d’une institution financée par des fonds américains donne plus d’impact encore à ce qui est proposé au public de la Maison italienne. D’ailleurs, le ministère ne s’y trompe pas qui, pour répondre à l’accusation lancée par Salvemini, propose d’insister sur le fait que la Maison italienne fait œuvre de diffusion et non de propagande à des fins purement d’information et d’éducation52. Un an plus tard, échaudé par la polémique, le ministère est plus explicite encore lorsque, évoquant le programme de diffusion de films de propagande organisée à partir de la Maison italienne, il précise : « Est-il besoin d’ajouter qu’afin de déguiser au maximum les buts de propagande politique qui seraient en partie poursuivis, les films devraient être opportunément regroupés de façon à ce que dans chaque programme, aux films sur les réalisations du Régime, on alternerait d’autres de caractère folkloriste ou touristique : cela pour ne pas donner prise aux habituelles critiques qui accusent les départements d’italien ou la Maison italienne de faire de la propagande politique53. » Dans le même temps bien sûr, Prezzolini évite soigneusement toute discussion à caractère politique et refuse ainsi l’invitation proposée par des étudiants à Salvemini de tenir une conférence à la Maison italienne. Comme le refus déclenche la polémique et que le financement même de l’institution pourrait être remis en cause, le MinCulPop doit « avaler la couleuvre », selon ses propres mots, et accepter de laisser s’exprimer à la Maison italienne Carlo Sforza, ancien ministre des Affaires étrangères et opposant notoire au régime, en exil aux États-Unis54.

  • 55 Prezzolini a bénéficié pour un temps de la complicité tacite de Butler, président de l’université, (...)

19Prezzolini a été à bonne école. Il a vu comment d’abord l’Institut culturel italien de Florence puis son avatar milanais avait posé les bases d’une diplomatie culturelle offensive et très efficace (pour rallier l’Italie à l’intervention aux côtés de l’Entente). Plus encore, c’est sous la direction du même Luchaire qu’il travaille à l’Institut international de coopération culturelle. Prezzolini connait donc parfaitement l’influence que représentent les institutions culturelles à l’étranger et l’usage politique que l’on peut en faire. La Maison italienne a profité de son statut d’institution financée à l’étranger pour informer le public américain de tout ce qui se fait dans l’Italie fasciste, en utilisant exclusivement un matériel de propagande fabriquée par les services italiens et en refusant toute contradiction. Mais pour son directeur, l’Italie se confond avec le fascisme et vanter le pays, c’est alors nécessairement vanter les mérites du fascisme55.

*

20Le fascisme de Prezzolini, même accompagné de critiques, de moments de rejet et d’hésitations, ne fait aucun doute. L’aristocratisme antidémocratique et un nationalisme ombrageux en sont les ressorts idéologiques, outre une fascination et une admiration pour Mussolini. Il est toutefois plus intéressant de noter le rôle tenu par le fondateur de La Voce durant le régime, celui de propagandiste conscient et impavide des réalisations de celui-ci. En cela, il participe au développement d’une diplomatie culturelle née entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Notes

1 Prezzolini G., Diario 1900-1941, Milan, Rusconi, 1981, p. 424, 435, 500, 573.

2 Sur Prezzolini et La Voce, voir Gentile E., « La Voce » e l’etàgiolittiana, Milan, PAN, 1972 et Id., « Fortuna de “La Voce” », dans Prezzolini G., La Voce 1908-1913. Cronaca, antologia e fortuna di una rivista, con la collaborazione di E. Gentile e V. Scheiwiller, Milan, Rusconi, 1974, p. 925-996. Sur le parcours politique de Prezzolini, Ceccuti C. (a cura di), Prezzolini e il suo tempo, Florence, Le Lettere, 2003 ; Sangiuliano G., Giuseppe Prezzolini. L’anarchico conservatore, Milan, Mursia, 2008 et Attal Fr., Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle. Prophètes, philosophes et experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

3 De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo » dans Id., Intellettuali di fronte al fascismo, Rome, Bonacci editore, 1985, p. 62-127.

4 Gentile E. (a cura di), Mussolini e « La Voce », Florence, Sansoni, 1976.

5 Amendola G., « Il convegno nazionalista », La Voce,1er décembre 1910, cité dans Prezzolini G., La Voce 1908-1913. Cronaca, antologia e fortuna di una rivista, op. cit., p. 685.

6 Prezzolini G., 8 novembre 1914, Diario 1900-1941, op. cit., p. 140.

7 Les plus importants sont Prezzolini G., « L’Ora », 13 août 1914 ; « Facciamo la guerra », 28 août 1914 ; « La guerra tradita », 28 septembre 1914.

8 Ces arguments sont entre autres présentés dans une lettre adressée à Croce (Prezzolini à Croce, 9 octobre 1914 dans Croce B., Prezzolini G., Carteggio II 1911-1945, a cura di E. Giammattei, Rome, Edizioni di storia e letteratura, Dipartimento della pubblica educazione del cantone ticino, 1990, p. 433). Voir également, De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo », art. cit., p. 65-66.

9 Prezzolini à Croce, 25 novembre 1914, ibidem, p. 444.

10 De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo », art. cit., p. 65 et p. 80.

11 Prezzolini G., 25 décembre 1917, Diario 1900-1941, op. cit., p. 276.

12 Ibidem, p. 315 (2 juillet 1919).

13 Ibidem, p. 309 (2 janvier 1919). Prezzolini parle « d’éducation de primitif » en évoquant celle du président américain.

14 Ibidem, respectivement, p. 310 (12 janvier 1919), p. 335-336 (15 février 1921), p. 279 (5 janvier 1918) et p. 284 (24 juin 1918).

15 Ibidem, p. 362 (22 septembre 1922) et p. 363 (31 octobre 1922).

16 Gobetti à Croce, ante 27 novembre 1918, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, a cura di E. Alessandrone Perona, Turin, Einaudi, 2003, p. 5-6 ; Prezzolini est décrit comme « franc, pratique, simple, le meilleur éditeur d’Italie, un esprit libre » (Piero à Ada, 17 avril et 19-20 avril 1919, dans Gobetti P. e A., Nella tua breve esistenza. Lettere 1918-1926, a cura di E. Alessandrone Perona, Turin, Einaudi, 1991, p. 31).

17 Prezzolini G., « Lo storicismo di un mistico », 28 septembre et 7 décembre 1922, désormais dans Id, Gobetti e La Voce, Florence, 1971 p. 58 sqq. et p. 76 sqq. Ces deux articles ont été analysés dans De Felice R., « Prezzolini, la guerra e il fascismo » dans Id., Intellettuali di fronte al fascismo, op. cit., p. 88-89.

18 Prezzolini à Gobetti, 30 novembre 1922, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, op. cit., p. 396.

19 Prezzolini à Gentile, 15 juin 1918, citée dans Croce B., Prezzolini G., Carteggio, II, 1911-1945, a cura di E. Giammattei, Rome, Edizioni di storia e letteratura, Dipartimento della pubblica educazione del cantone ticino, 1990, p. 445.

20 Frezza Bicocchi D., « Propaganda fascista e comunità italiane in USA », Studi Storici, 4, 1970, p. 681.

21 Prezzolini G., « Per una società degli Apoti », La Rivoluzione Liberale, 28 septembre 1922, cité dans Gervasoni M., L’Intellettuale corne erœ. Piero Gobetti e le culture del Novecento, Florence, La Nuova Italia, 2000, p. 87.

22 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 363.

23 Prezzolini à Gobetti, 26 décembre 1922, dans Gobetti P., Carteggio 1918-1922, op. cit, p. 409. Le lendemain, il confirme son pessimisme et dit ne pas voir le retour de la liberté avant longtemps (Prezzolini G., Diario 100-1941, op. cit., p. 364).

24 Le 31 octobre 1922, Prezzolini parle de lâcheté et de pauvreté d’esprit de ceux qui luttent contre le fascisme (Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 363) ; ibidem, p. 393 et Id., L’Italiano inutile, Milan, Rusconi, 1983, p. 280-289.

25 Prezzolini G., « I due manifesti », Il Resto del Carlino, 3 août 1925, désormais dans Id., Sul fascismo, Milan, Pan, 1976, p. 63-72.

26 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 403 (12 octobre 1926).

27 Ibidem, p. 415 (9 avril 1928), p. 483 et 485-486 (30 août 1931).

28 Biondi M., « Il fascista secondo Moravia. Il conformista e il capitolo escluso », dans Cultura e fascismo. Letteratura arti e spettacolo di un Ventennio, a cura di M. BlONDI e Al. Borsotti, Florence, Ponte alle grazie, 1996, p. 407-468 et de Ceccatty R., Alberto Moravia, Paris, Flammarion, 2010, p. 125 ; Mondo L., Cesare Pavese, traduction française de Chr. Mileschi, Paris, Arléa, 2006, p. 139-152 ; Attal Fr., Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle, op. cit., p. 140-141 et p. 149-151.

29 Prezzolini G., Quattro scoperte. Croce, Papini, Mussolini, Amendola, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1964. Les pages concernant Mussolini, écrites en 1927, figurent p. 177-197. Le passage mentionné est p. 153.

30 Ibidem, p. 160-170.

31 Aux dates du 20 août 1928, du 29 août 1931 ou du 8 août 1932 – quand il fait un cours sur le corporatisme fasciste à l’Université Columbia–, dans Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 415,482, 500.

32 Prezzolini à La Piana, 20 janvier 1934, lettre consultée aux archives de l’Université Columbia de New York et citée par Frezza Bicocchi D., « Propaganda fascista e comunità italiane in USA », art. cit., p. 682-683.

33 Prezzolini à Butler, 1933, ibidem, p. 683.

34 Prezzolini à De Luca, 15 avril 1936, dans De Luca Don G.-Prezzolini G., Carteggio 1925-1962, a cura di G. Prezzolini, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1975, p. 147.

35 Prezzolini G., 21 juillet 1933, dans Id., Sul fascismo, Milan, Pan, 1976, p. 110-115. Prezzolini écrit sans rire que ce ne fut pas une page de propagande mais un instantané de l’Italie (p. 109).

36 C’était le cas d’Amendola : Amendola à Prezzolini, 29 septembre 1924, dans Amendola G., Carteggio 1923-1924, Manduria, Lacaita, 2006, p. 487-488 et Amendola à Albertini, 27 septembre 1924, ibidem, p. 486).

37 Prezzolini G., Diario 1900-1941, op. cit., p. 343, à la date du 27 mai 1935 (voir également 30 juin 1936, p. 555).

38 Prezzolini G., 1er décembre 1923, dans Id., Diario 1900-1941, op. cit., p. 380.

39 Prezzolini G., 27-29 juillet 1927, 12 août et 27 décembre 1928, ibidem, p. 409-410, 423 et 427.

40 Prezzolini G. dans Oggi, 6 avril 1940, désormais dans Id., Sul fascismo, op. cit., p. 119-122 et journal, 7 décembre 1941, dans Id., Diario 1900-1941, op. cit., p. 674.

41 Calamandrei P., Diario 1939-1945, a cura di G. Agosti, volume I, 1939-1941, Florence, La Nuova Italia, 1997, p. 65 (en date du 22 août 1939). Prezzolini lui explique encore que l’Allemagne, l’Italie et la Russie sont des peuples jeunes, des peuples prolétaires qui combattent contre le capitalisme.

42 Prezzolini G., 22 décembre 1941, dans Id., Diario 1900-1941, op. cit., p. 676 et Id., 9 décembre 1942, puis 1er novembre 1944, dans Id., Diario 1942-1968, Milan, Rusconi, 1980, p. 32 et p. 64.

43 C’est notamment le cas du groupe du Borghese hebdomadaire fondé par Leo Longanesi après la guerre.

44 Ibidem, p. 395-396 (30 juillet 1925).

45 Ibidem, p. 423 et p. 543-544.

46 The Nation, 7 novembre 1934, p. 530-531.

47 Salvemini G., Dai ricordi di un fuoruscito 1922-1933, a cura di M. Franzinelli, Turin, Bollati Boringhieri, 2002, p. 139 et introduction de M. Franzinelli, ibidem, p. XXXV-XXXVI.

48 ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stati Uniti, Busta 219, I-68/1935. Prima parte. 74. Fasc. « Propaganda nel Nord America », « Appunto », 19 septembre 1936, p. 2.

49 Frezza Bicocchi D., « Propaganda fascista e comunità italiane in USA », art. cit., p. 681.

50 Ibidem, p. 683.

51 ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stati Uniti, Busta 218. 1937. Parte II. 1-68, Fasc. 21. Mémorandum, 22 juin 1934 et télégramme de Ciano à l’ambassadeur d’Italie à Washington, 23 août 1934 qui précise bien qu’il s’agit d’une action de propagande. Voir également la « Busta 19 » du même fonds d’archives.

52 Télégramme de l’ambassade italienne à Washington au ministère des Affaires étrangères et au sous-secrétaire pour la presse et la propagande, 2 novembre 1934, « Attacchi contro la Casa Italiana della Columbia University per asserita propaganda fascista ».

53 « Appunto per il ministero della stampa e propaganda. Direzione generale per la propaganda », 11 octobre 1935 dans ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stati Uniti, Busta 219, 895899-2888.

54 Rapport écrit par A. Flavio Guidi, le 14 avril 1936 et envoyé au ministère de la Propagande et de la Presse, ibidem, fasc. « Propaganda nel Nord America ».

55 Prezzolini a bénéficié pour un temps de la complicité tacite de Butler, président de l’université, qui exprimerait en privé son admiration pour Mussolini (ACS, Minculpop, Direzione generale servizi di propaganda. Propaganda presso gli Stati esteri, Stati Uniti, Busta 218. 1934. Parte II. I-68, fasc. 21. Note en réponse du ministère, p. 3). En avril 1936, le Minculpop s’inquiète de son départ et des conséquences qu’il pourrait avoir sur le financement de l’institution (Rapport écrit par A. Flavio Guidi, le 14 avril 1936, cité p. 7-8). Sur le fascisme avéré de Butler, voir Urso S., Margherita Sarfatti. Dal mito del Dux al mito americano, Venise, Marsilio, 2003, p. 209.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Valenciennes.
Les Intellectuels napolitains (1943-1964). La formation d’une classe dirigeante dans l’Italie de l’après-guerre - 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540