Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Première partie. Italie

Giuseppe Garibaldi le héros et Giuseppe Mazzini l’anti-héros

L’opinion publique et l’intelligentsia françaises du XIXe face à deux figures tutélaires de l’Italie contemporaine

Jean-Yves Frétigné

Texte intégral

1Le nom de Giuseppe Mazzini et celui de Giuseppe Garibaldi commencent à être réellement connus en France en 1848. Dès cette date, il y a un discours positif et un discours négatif sur chacun d’eux mais là s’arrête la comparaison puisque les modalités de leur popularité, si l’on peut parler de popularité dans le cas de Mazzini, divergent ensuite profondément. Ce bref article n’entend pas étudier dans le détail la réception de Mazzini et de Garibaldi en France – il existe déjà plusieurs essais en français sur ce sujet – mais il a pour objet d’examiner les raisons de l’écart considérable entre la forte présence de Garibaldi dans la vie politique française et la quasi-absence de celle de Mazzini. La thèse que nous défendons ici est que cet écart s’explique autant par le regard que portent les Français sur les deux patriotes italiens que par le regard que ces derniers portent sur la France. La distinction de ces deux points de vue n’est mise en avant que par commodité didactique car dans la réalité ils sont bien évidemment imbriqués.

Giuseppe Garibaldi : l’idéal et l’action

2Il est licite de soutenir sans exagération que de 1848 à 1882, et surtout à partir de 1859, Giuseppe Garibaldi est très souvent présent dans les journaux et dans les conversations des Français. Cela s’explique par sa situation exceptionnelle en Italie mais aussi parce que sa geste implique directement l’histoire de France en tant que notre pays est depuis 1849 le gardien de la souveraineté temporelle du pape, d’une part, et, d’autre part, parce que Napoléon III joue un rôle capital dans le processus diplomatique et militaire qui mène à la formation de l’unité italienne. Enfin, Garibaldi intervient en personne aux côtés de la France dans la guerre l’opposant à la Prusse en 1870-1871. L’enracinement du nom et du mythe de Garibaldi ne se vérifie pas seulement à Paris mais aussi, phénomène beaucoup plus rare pour un étranger, en province, en particulier à Nice, sa ville natale, et en Bourgogne où il s’illustre à la tête de son armée de volontaires.

  • 1 «Rendere accattivante il personaggio Garibaldi al suo pubblico di lettori perchè lo ha francesizza (...)
  • 2 « Catturare la simpatia dei lettori al suo personaggio, senza dispiacere all’élite napoleonica, né (...)
  • 3 Les électeurs républicains lui sont aussi fidèles puisqu’ils l’élisent brillamment aux élections l (...)

3De grands écrivains français ont mis leur plume au service de Garibaldi. Citons, entre autres noms, Victor Hugo et Émile Zola. Mais c’est sans doute Alexandre Dumas qui joue le plus grand rôle dans la diffusion de la légende garibaldienne en France. Romano Ugolini a raison de voir dans la traduction/trahison des Mémoires de Garibaldi par Dumas l’effort de ce dernier pour « rendre captivant le personnage de Garibaldi à ses lecteurs parce qu’il l’a francisé1 ». Dumas réussit le tour de force de « gagner la sympathie des lecteurs pour son personnage, sans déplaire à l’élite napoléonienne, ni, sur l’autre versant politique, blesser la susceptibilité des républicains ; le tout dans une atmosphère passionnante tissée d’aventures, dans laquelle l’évocation imaginative devait trouver son garde-fou dans un contexte réaliste de vérités documentées et vérifiables2 ». Un autre élément expliquant la popularité de Garibaldi est que la famille républicaine lui reste fidèle de 1848 à 18823. Le plus bel hommage rendu à sa mémoire est la commémoration organisée au Cirque d’hiver, le 11 juin 1882, par les républicains, le metteur en scène de cette manifestation n’étant autre qu’Édouard Lockroy, qui fut aux côtés du héros des Deux Mondes lors de l’Expédition des Mille et qui occupera la fonction prestigieuse de ministre de la Marine du gouvernement. Léon Bourgeois. Entre 1891 et 1907, trois monuments sont érigés en l’honneur de Garibaldi et de nombreuses municipalités de sensibilité républicaine et socialisante donnent le nom du héros italien à l’une de leurs rues. Enfin, le rapprochement franco-italien au tournant des XIXe et XXe siècles se fait en grande partie sur le thème de la fraternité latine, dont Garibaldi apparaît comme l’incarnation la plus parfaite. Aussi n’est-il pas surprenant que la légende dorée, c’est-à-dire la mémoire positive de Garibaldi l’emporte dans le cœur des Français sur la légende noire. Les Français admirent non seulement son courage sur le champ de bataille mais encore la force de son idéal, la capacité de synthèse de son action entre la guerre patriotique et la guerre révolutionnaire, son idéalisme sans idéologie, la grandeur de l’homme engagé qui sait dénouer les dilemmes sans pour autant perdre son honneur, ni vendre son âme.

  • 4 Milan M., « Opinione pubblica e antigaribaldismo in Francia : la querelle sull’Unità d’Italia 1860 (...)

4L’estime portée au patriote italien va au-delà de la seule famille républicaine et on la rencontre aussi bien parmi les bonapartistes qu’au sein du mouvement socialiste. Même l’antigaribaldisme, bien étudié par Marina Milan4, ménage, si l’on peut dire, Garibaldi. Dans la guerre des brochures qui débute avec la publication de celles du vicomte de La Guéronnière, fortement influencées par Napoléon III, L’Empereur Napoléon III et l’Italie puis Le Pape et le congrès (1859), celles consacrées à défendre ou à attaquer Garibaldi sont nombreuses. À partir de l’étude de ces dernières, Marina Milan distingue quatre formes d’antigaribaldisme. La plus fréquente est celle développée au nom de la défense des idéaux catholiques, suivant laquelle Garibaldi est l’athée sans vergogne, le révolutionnaire sans pitié, l’anticlérical viscéral, le premier adversaire du pape, en définitive l’ennemi de la civilisation chrétienne. Dans cette littérature, on lui oppose souvent la figure de Lamoricière, le chef des zouaves pontificaux. La deuxième forme d’antigaribaldisme est celle portée par les partisans du légitimisme. Dans la prose de ces derniers se retrouvent les mêmes thèmes que ceux présents dans la critique catholique mais l’accent est surtout mis sur le martyre de François II, le dernier souverain du Royaume des Deux-Siciles, sacrifié par la diplomatie européenne qui a choisi de faire le jeu de la politique de Garibaldi. La troisième forme d’antigaribaldisme se différencie des deux premières car elle se montre favorable à l’idée d’une Confédération italienne mais refuse d’envisager l’unité de l’Italie dont Garibaldi est le héraut/héros. Cette thèse est en particulier développée par le philosophe français Joseph Proudhon. Enfin, la dernière forme de l’antigaribaldisme, sans doute la plus modérée de toutes, justifie pour des raisons exclusivement diplomatiques la présence de l’armée française à Rome pour éviter une intervention de l’Autriche. L’étude de l’antigaribaldisme montre que l’arsenal argumentaire contre Garibaldi est inclus dans le discours contre l’unité de l’Italie. Ainsi, chez les catholiques français ultramontains, les critiques contre le Niçois perdent beaucoup en vigueur après Mentana, dès l’instant où la France impériale se montre à la hauteur de ses devoirs à l’égard du Saint-Siège.

5Pour nombre des opposants à Garibaldi, ce dernier apparaît avant tout comme un ingénu manipulé par le machiavélique Cavour pour servir les sombres desseins de l’Angleterre visant à s’assurer l’hégémonie dans la Méditerranée au détriment de la France :

  • 5 Proudhon J., La fédération et l’unité en l’Italie, 1862, J. Proudhon, Œuvres complètes, Paris, Lib (...)

« Oui, je suis, par position, catholique, clérical, si vous voulez, parce que la France, ma patrie, n’a pas encore cessé de l’être, et que les Anglais sont anglicans, les Prussiens protestants, les Suisses calvinistes, les Américains unitaires, les Russes grecs ; parce que tandis que nos missionnaires se font martyriser en Cochinchine, ceux de l’Angleterre vendent des bibles et autres articles de commerce. De toutes ces considérations il résulte, selon moi, que, par suite de l’imbroglio italien et de la campagne de 1859, à laquelle je n’ai pas le regret d’avoir applaudi, la nation française est en présence d’un immense échec, acculée pour ainsi dire à sa propre déchéance. Et si je comprends à merveille les raisons qui font désirer cet échec aux puissances rivales, ce que je ne comprends pas, c’est l’adhésion donnée à cette irréparable dégradation par la presse libérale française ; c’est la stupidité italienne qui la sollicite ; c’est l’imprévoyance de certains États, dont la sûreté n’est rien moins que garantie et qui y applaudissent. L’armée française sortira de Rome, soit ; l’Autriche finira, moitié de gré moitié de force, par céder Venise, soit encore : l’unité italienne sera consommée, je suppose la chose faite. Croyez-vous donc que la France, que l’Autriche, que toutes deux, dans ce cas unies d’intérêts, se désistent sans compensation ? Idiot qui le penserait5. »

6Dans cet extrait de l’opuscule La fédération et l’unité en Italie, Joseph Proudhon ne reproche rien à Garibaldi en personne, mais il dénonce le patriote italien en tant qu’il nuit aux intérêts de la France. Au demeurant, il n’est que l’instrument de cette politique. Il n’en est pas le principal coupable car celui-ci s’appelle l’Angleterre ou bien Cavour ou bien encore Giuseppe Mazzini.

  • 6 Cité par Milan M., art. cit., p. 150.
  • 7 Cité, ibid., p. 150.

7Il est intéressant de relever que dans le discours anti-garibaldien, il est rare que ne perce pas une forme d’admiration pour le courage et l’intégrité morale du héros des Deux Mondes. Les paroles mêmes d’aventurier et de flibustier, dont ses adversaires affublent souvent Garibaldi, n’ont pas une connotation fondamentalement négative dans la langue française. Rares sont les écrivains et les publicistes qui ne rendent pas hommage au caractère chevaleresque du Niçois. Ainsi le légitimiste La Rochefoucauld parle en ces termes de Garibaldi : « Un chef qui, au moins lui, eut la franchise de son rôle et le désintéressement du fanatisme6. » Autre exemple, à l’autre bout de l’échiquier politique, Joseph Proudhon écrit : « Je rends le plus sincère hommage au caractère de Garibaldi, au dévouement chevaleresque, à sa haute probité qui ne marchande pas ses services pour une idée7. »

Giuseppe Mazzini : « Moïse de l’esprit du mal »

8Tout autres sont les rapports de l’opinion publique et de l’intelligentsia française avec Giuseppe Mazzini. Il n’existe aucun enracinement d’un mythe de Mazzini en France, même si des écrivains et des journalistes d’envergure, comme George Sand, ont mis un temps leur plume au service des idéaux et de la personne de Mazzini. Aussi n’est-il pas surprenant que les rapports entre celui-ci et la France soient tissés de silence, d’oubli, d’ignorance et de mauvaise foi. En France, la légende noire de Mazzini l’emporte de loin sur une appréciation positive de sa personne et de son action. Pis encore, alors que l’admiration pour Garibaldi dépasse le cercle de la famille républicaine, celle pour Mazzini est loin d’être partagée par tous les républicains. Enfin, à la différence de l’antigaribaldisme, l’antimazzinianisme ne présente pas la moindre nuance positive en faveur de l’apôtre de l’unité italienne.

  • 8 Cité par Gut Ph., « Mazzini et l’opinion publique française sous la Deuxième République », Atti de (...)
  • 9 Voir Frétigné J.-Y., « Mazzini et les socialistes français : signification et enjeux de la polémiq (...)

9Dès l’époque de la Deuxième République (1848-1851), deux images radicalement antinomiques de Mazzini se dessinent : d’un côté celle du patriote unitaire et républicain et, de l’autre, celle du penseur mystique et fanatique. À l’époque de la République romaine, une partie des républicains lui oppose déjà la figure de Daniele Manin. Dans le journal L’Événement, dont Victor Hugo est une des plumes les plus prestigieuses, on peut lire dans l’édition en date du 4 juin 1849, c’est-à-dire juste après la prise du fort de Marghera par les Autrichiens, un article suggérant au gouvernement français « d’intervenir diplomatiquement pour sauvegarder la liberté de Venise. En faisant une distinction aussi légitime entre M. Manin et M. Mazzini, le cabinet français montrerait le but véritablement libéral de l’expédition de Civita-Vecchia8… » En 1852, Mazzini rompt définitivement avec les socialistes et se coupe des intellectuels français qu’il a le plus admirés, à savoir Félicité de Lamennais, Pierre Leroux et Georges Sand. Cette rupture, dont nous avons montré qu’elle est voulue et assumée par le penseur italien9, lui fait perdre ses principaux soutiens en France mais ne marque pas la fin, comme cela a été trop souvent affirmé, de ses rapports avec ce pays. Après la polémique avec les socialistes français, on assiste plutôt à un reclassement de ses amitiés en direction des républicains modérés comme Edgar Quinet, Jules Michelet ou encore... Victor Hugo.

  • 10 Sur les répercussions de l’affaire Lesseps en France, voir Ph. Gut, art. cit., p. 117-120.

10Sous le Second Empire, alors que la presse démocratique est muselée, il ne reste plus que l’image négative de Mazzini. Cette dernière n’est jamais contrebalancée ni même nuancée puisque quasiment aucun texte ni article de Mazzini n’est traduit ni publié en France après 1851. Après l’affaire Lesseps10, il faut attendre l’épisode de Mentana pour que les républicains français se souviennent de Giuseppe Mazzini même s’ils préfèrent manifester leur opposition à la politique extérieure de l’Empereur en se réunissant sur la tombe de Manin qui a eu la chance d’avoir son Alexandre Dumas en la personne de l’historien Henri Martin qui lui avait ouvert les colonnes du journal Le Siècle.

  • 11 Cité Ibid., p. 128.

11L’image négative de Mazzini est celle d’un utopiste prêt à sacrifier la vie des jeunes patriotes à ses projets mortifères, d’un poignardeur et conspirateur, enfin d’un « Moïse de l’esprit du mal », « Mahomet cosmopolite11 » selon les formules de l’écrivain romantique et réactionnaire Charles-Victor Prévost d’Arlincourt (1788-1856). Il est intéressant de souligner que ces dernières expressions seront reprises par Louis Blanc dans sa Réponse à Mazzini publiée en 1855. « Mahomet cosmopolite », « Moïse de l’esprit du mal », « ange déchu » – cette dernière comparaison est due à l’historien et écrivain contre-révolutionnaire Alphonse Balleydier (1810-1859)-, ces trois épithètes assassins renvoient à la dimension religieuse, sectaire et mystique de Mazzini et font de lui un ennemi formidable dont il faut tenir compte. Il en est de même de la désignation de Mazzini comme « Pape de la contre-Église » que l’on trouve sous la plume des socialistes, formule stigmatisant ensemble l’autoritarisme et le mysticisme du patriote italien.

  • 12 Voir l’appendice de Ignace A.-C., « Il mito di Mazzini in Francia », Guida F. (dir.), Dalla Giovin (...)

12En définitive, il ressort de ce bref examen que Mazzini est peu connu, très mal considéré et qu’il fait au mieux figure de révolutionnaire appartenant au passé. Cette analyse se trouve corroborée par le fait qu’après sa mort il ne jouit d’aucune popularité et ne joue aucun rôle majeur dans le rapprochement entre la France et l’Italie. Après 1872, il disparaît quasiment complètement de la mémoire des Français, dans laquelle il ne s’était jamais enraciné. Il convient toutefois de rappeler que des personnalités aussi différentes que l’écrivain de sensibilité communiste Romain Rolland, le socialiste Clovis Hugues, le nationaliste, Lucien Millevoye, un disciple de Barrès, sans oublier les célèbres républicains Alfred Naquet et Georges Clemenceau ont su reconnaître le mérite et la grandeur de Mazzini12.

Le penseur dépassé et le combattant de l’avenir

13Pourquoi cette différence importante entre la perception de Mazzini et celle de Garibaldi de la part des intellectuels et de l’opinion publique français ? Selon nous, les raisons de cet écart significatif sont au nombre de trois.

  • 13 Proudhon J., La fédération et l’unité en l’Italie cit., p. 84.
  • 14 Ibid., p. 86.
  • 15 Ibid., p. 86.

14La première tient au fait que Mazzini est considéré comme un penseur alors que Garibaldi est surtout perçu comme un homme d’action. Si un jugement tolérant est possible à l’égard d’un homme d’action, il ne l’est pas avec un penseur, dont on accepte ou dont on rejette les théories. On peut faire preuve d’indulgence pour quelqu’un qui exécute des ordres, qui suit un programme, surtout s’il le fait avec panache et noblesse de cœur mais une telle attitude n’est pas de mise en faveur de celui qui donne les ordres et qui conçoit le programme surtout s’il se tient, comme on le prétend dans le cas de Mazzini, à l’abri du danger et qu’il n’hésite pas à sacrifier les autres au service de son idéal. Pour illustrer cette remarque, nous nous limitons à l’exemple de Proudhon. Dans ses deux libelles consacrés à l’Italie, La fédération et l’unité italienne (1862), dont font parties deux essais Mazzini et l’unité italienne et Garibaldi et l’unité italienne et, d’autre part, Nouvelles observations sur l’unité italienne (1864), le ton employé par le philosophe français n’est nullement identique à l’encontre de Mazzini et à l’égard de Garibaldi. Pour le premier, l’accent est mis sur un texte, La Dichiarazione du 6 juin 1862, dans lequel Mazzini dénonce la dérobade du gouvernement de Victor-Emmanuel II à sa mission et en appelle à poursuivre la lutte patriotique jusqu’à la conquête de la Vénétie et de Rome au nom du devoir national supérieur à toute forme de respect dû à un gouvernement. Pour Garibaldi, Proudhon met en exergue la blessure reçue à Aspromonte, le 29 août 1862. D’un côté un écrit appelant au combat, de l’autre une blessure, d’un côté un système froid de pensée, de l’autre la chair souffrante d’un homme. « Grand unitaire13 », « chef du mouvement14 », « homme de doctrine15 », telles sont les expressions les plus fréquentes sous la plume du contempteur de la propriété privée pour qualifier, ou plus exactement pour disqualifier Mazzini :

  • 16 Ibid., p. 106.

« Ce que je puis dire, c’est que Mazzini, en se flattant de faire sortir l’unité italienne de la campagne de 1859, et en l’imposant à Victor-Emmanuel, a fait preuve d’un médiocre jugement et qu’il a manqué à sa mission de révolutionnaire et de démocrate. L’unité en Italie est comme la république indivisible de Robespierre, la pierre angulaire du despotisme et de l’exploitation bourgeoise. Quand un homme a commis de telles fautes, il ne conspire plus, il disparaît. La dilapidation et le déficit, l’arbitraire, l’hypocrisie, la tyrannie subalterne, l’incendie, le massacre, la ruine, voilà ce que depuis quatre ans l’Italie a recueilli de cette politique d’unité, préconisée depuis 1820 par Mazzini, reprise en sous-œuvre par Cavour et ses successeurs, et soutenue en France par une presse sans autorité. Un compatriote de Mazzini a dit de lui qu’il n’avait su faire en toute sa vie que deux choses : soutirer de l’argent aux riches et du sang au peuple, et qu’il n’avait jamais rendu l’un ni l’autre. Les Italiens ont de la patience16 ! »

15De cet extrait, il ressort que Proudhon reconnaît un véritable leadership intellectuel à Mazzini, alors que Garibaldi est celui qui met à exécution le programme de Mazzini contre lequel Proudhon s’insurge avec virulence :

  • 17 Ibid., p. 115.

« De toute cette aventure (Aspromonte), un seul homme est demeuré debout Mazzini le préparateur de l’affaire, qui n’a concouru en rien à l’exécution, et qui peut se plaindre encore que Garibaldi a été maladroit. Pauvre Garibaldi17 ! »

16Alors que Maxime du Camp compare Garibaldi à Godefroy de Bouillon et à Jeanne d’Arc, Proudhon le rapproche de Wallenstein (1583-1634), dont le destin de condottiere est certes tragique mais ne manque pas de panache. C’est donc à Mazzini que Proudhon réserve ses critiques de fond contre l’unité italienne, contre la poursuite de la politique centralisatrice du jacobinisme et, enfin, contre une approche dépassée et antisocialiste de la question sociale.

17La deuxième grande différence tient à la conception que Mazzini et Garibaldi se font du rôle de la France en Europe. Comme nous nous sommes efforcés de le montrer dans une série d’articles, un des éléments centraux de la doctrine de Mazzini est l’opposition fondamentale entre l’initiative italienne et l’initiative française. Déçu par l’attitude de la France dès les lendemains peu glorieux de la Révolution des Trois Glorieuses, l’auteur de Foi et avenir ne cesse de critiquer la France et de placer ses espoirs de régénération des peuples européens dans d’autres pays, au premier rang desquels l’Italie de la Troisième Rome. Dans le premier lustre de la décennie 1850, après l’intervention des troupes d’Oudinot contre la République romaine, Mazzini joue la carte de l’Angleterre contre la France espérant que Palmerston, soutenu par l’opinion publique britannique, aura suffisamment de force pour contrecarrer les desseins de Louis Napoléon Bonaparte.

  • 18 Il s’agit du Memorandum aux puissances d’Europe daté du 22 octobre 1860, c’est-à-dire seulement se (...)
  • 19 Cité dans Heyriès H., Garibaldi héros d’une Europe en quête d’identité, Nice, Serre éditeur, 2007, (...)

18À l’égard de la France, la position de Garibaldi est différente. S’il a des reproches à formuler contre Napoléon qui a mis fin à la République romaine et imposé le Traité de Turin du 24 mars 1860, qui sanctionne l’annexion du Comté de Nice à la France, il garde toujours intact son attachement aux idéaux de 1789 et continue de croire que Paris a un rôle majeur à jouer en Europe et dans le monde. Sinon pourquoi se serait-il engagé aux côtés des Républicains français voulant continuer la guerre contre la Prusse ? S’il déplore l’hégémonie napoléonienne sur l’Italie, sanctionnée de jure par la Convention du 15 septembre 1864, il souligne toutefois le courage des soldats français dans la deuxième guerre d’indépendance, alors même que Mazzini appelle les troupes piémontaises à déserter. Dans les trois principaux textes18, où Garibaldi redessine la carte de l’Europe, il attribue toujours une fonction positive à la France même s’il lui reproche son goût pour la grandeur. Il estime que ce pays occupe la première place parmi les puissances du continent européen, qu’elle peut jouer un rôle d’arbitre et de moteur d’une Confédération de l’Europe, si elle fait toutefois l’effort de se rapprocher de l’Angleterre. On ne peut mieux souligner la différence avec Mazzini qui cherche à jouer la carte de Londres contre celle de Paris, en particulier à l’époque du Comitato Centrale Democratico Europeo, qui voit le jour en 1850. Même dans son bref essai L’Union européenne, dans lequel il expose son projet utopique de redécoupage de l’Europe en grandes aires linguistiques et culturelles, Garibaldi estime que la France qui « pourrait très bien se passer de l’Alsace et de la Lorraine, qui pourraient avec les autres provinces de la Prusse rhénane former une magnifique confédération comme celle de la Suisse19 » demeurerait le trait d’union entre les grands ensembles rhénan, alpin et méditerranéen.

  • 20 Voir Bénichou P., Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.

19La troisième et dernière différence est la moins souvent mise en avant par les spécialistes de Mazzini et de Garibaldi. Aussi est-elle sans doute la plus sujette à caution mais aussi la plus originale. Elle consiste à opposer Mazzini le spiritualiste à Garibaldi le positiviste. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, et en particulier après 1860, Mazzini fait de plus en plus figure d’homme du passé aux yeux des rares Français qui continuent de s’intéresser encore à lui. Révélateur de ce type d’interprétation est le petit essai Mazzini, l’Italie et la Révolution française d’Eugène Spüller, publié dans La Revue moderne en avril 1862, dans lequel l’écrivain et homme politique proche de Gambetta salue la grandeur du patriote italien mais lui reproche d’avoir refusé le principe de la séparation de l’Église et l’État au profit d’une nouvelle théocratie remplaçant celle défendue par le Souverain Pontife. Aux yeux de la génération des républicains qui formeront bientôt les cadres de la Troisième république dans sa phase de construction, la pensée de Mazzini appartient à un autre âge marqué du sceau de la religion, celui que Paul Bénichou20 a défini comme l’époque de la démocratie humanitaire, c’est-à-dire de la démocratie de l’humanité, dont Pierre Leroux, Edgar Quinet et Jules Michelet furent parmi les brillants représentants. Les intellectuels français estiment que le passage de la religion de l’humanité à un idéal laïque, celui-là même que l’école primaire de Jules Ferry et l’université de Célestin Bouglé se font un devoir de propager, ne s’opère pas dans le mazzinianisme. Aussi, alors que Quinet, l’intellectuel français sans doute le plus proche de Mazzini, et Michelet deviennent des Pères de la Troisième République, Mazzini sombre dans l’oubli après avoir été stigmatisé comme un esprit religieux, comme en témoignent les épithètes pour le disqualifier que nous avons citées précédemment.

20Garibaldi ne peut être la victime d’un même discours ne serait-ce qu’en raison de son anticléricalisme manifeste.

  • 21 « Le Garibaldi de sa dernière décennie d’existence ne se limite pas à être un mythe ou un symbole  (...)
  • 22 Bakounine M., Réponse d’un international à Mazzini, traduit du français en italien et publié dans (...)

21Il nous semble qu’il existe d’autres lignes de convergence entre Garibaldi et la mentalité française, telle qu’elle se dessine à partir des années 1860. Nous en entrevoyons deux principales. Tout d’abord la conception plébiscitaire de la démocratie, fondée sur l’idée de trouver un homme providentiel, est un trait commun à plusieurs cultures politiques françaises, celle bonapartiste en premier lieu, mais cette tentation est aussi partagée par certains républicains (voir l’affaire Boulanger). Enfin la mentalité positiviste, c’est-à-dire une attitude de l’esprit attentif à la leçon des faits, attitude que Giuseppe Monsagrati a bien individualisée dans le comportement au Parlement de Giuseppe Garibaldi après 187021, est bien représentée dans l’intelligentsia française des années 1860-1890, jusqu’au retour en force du catholicisme dans l’esprit de fin du siècle. En agissant en positiviste, Garibaldi est dans l’air du temps, tandis que Mazzini fait figure de penseur d’une époque révolue, devenant « l’ultime prêtre de l’idéalisme religieux, métaphysique et politique qui disparaît22 » comme écrit de lui Bakounine dans un texte de 1871.

*

22Cette opposition entre Giuseppe Garibaldi le héros et Giuseppe Mazini l’anti-héros est-elle présente et autant marquée dans d’autres pays qu’elle l’est en France ? Seule la prise en compte des études approfondies sur cette question permettrait de répondre avec certitude à cette question. Il est toutefois d’ores et déjà significatif de conclure ce bref essai en rappelant que tous les pays européens – pour se limiter à ce continent – ont des partisans et des adversaires des deux hommes et que l’engouement et le rejet pour leur personne, que l’historiographie a trop souvent tendance à expliquer pas des considérations anthropologiques, dépendent pour une grande part de l’histoire des relations internationales, du jeu entre les forces profondes matérielles et spirituelles des nations et les individualités d’exception. C’est un des enseignements majeurs que l’on doit à Pierre Milza.

Notes

1 «Rendere accattivante il personaggio Garibaldi al suo pubblico di lettori perchè lo ha francesizzato.»

2 « Catturare la simpatia dei lettori al suo personaggio, senza dispiacere all’élite napoleonica, né, sull’altro versante, ferire la suscettibilità dei repubblicani ; il tutto doveva essere pervaso da una atmosfera accattivante di avventura, dove la fantasia da evocare doveva trovare il suo contrappeso in un contesto realistico di verità documentabili e accertate. », Ugolini R., « Garibaldi, Barrault e il viaggio con la Clorinda », Rassegna storica del Risorgimento italiano, numero speciale per il bicentenario della nascita di Giuseppe Garibaldi, mai 2008, p. 4. Les traductions de l’italien sont nôtres.

3 Les électeurs républicains lui sont aussi fidèles puisqu’ils l’élisent brillamment aux élections législatives de 1871 à Paris, dans le département des Alpes et à Alger.

4 Milan M., « Opinione pubblica e antigaribaldismo in Francia : la querelle sull’Unità d’Italia 1860-1870 », Rassegna storica del Risorgzimento italiano, avril-juin 1983, p. 141-166.

5 Proudhon J., La fédération et l’unité en l’Italie, 1862, J. Proudhon, Œuvres complètes, Paris, Librairie Marcel Rivière, 1959, p. 123.

6 Cité par Milan M., art. cit., p. 150.

7 Cité, ibid., p. 150.

8 Cité par Gut Ph., « Mazzini et l’opinion publique française sous la Deuxième République », Atti del XIV congresso di storia del Risorgimento italiano, Rome, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1974, p. 115.

9 Voir Frétigné J.-Y., « Mazzini et les socialistes français : signification et enjeux de la polémique de l’année 1852 », Revue française d’histoire des idées politiques, 2009, p. 327-358.

10 Sur les répercussions de l’affaire Lesseps en France, voir Ph. Gut, art. cit., p. 117-120.

11 Cité Ibid., p. 128.

12 Voir l’appendice de Ignace A.-C., « Il mito di Mazzini in Francia », Guida F. (dir.), Dalla Giovine Europa alla Grande Europa, Rome, Carocci, 2007, p. 53-56.

13 Proudhon J., La fédération et l’unité en l’Italie cit., p. 84.

14 Ibid., p. 86.

15 Ibid., p. 86.

16 Ibid., p. 106.

17 Ibid., p. 115.

18 Il s’agit du Memorandum aux puissances d’Europe daté du 22 octobre 1860, c’est-à-dire seulement sept mois après le Traité de Turin par lequel, au grand dam de Garibaldi, le Royaume d’Italie perd Nice et la Savoie ; de L’Union européenne et de L’Unité mondiale, deux textes des années 1870.

19 Cité dans Heyriès H., Garibaldi héros d’une Europe en quête d’identité, Nice, Serre éditeur, 2007, p. 91.

20 Voir Bénichou P., Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.

21 « Le Garibaldi de sa dernière décennie d’existence ne se limite pas à être un mythe ou un symbole ; il refuse même d’être placé sur un piédestal avant que la fin de sa vie ne le lui impose ; c’est en revanche un Garibaldi doté de capacités politiques insoupçonnées, toutes animées d’une volonté précise de démocratiser la vie politique à l’intérieur du pays, en allant bien au-delà de ce qu’a pu faire et fait la gauche officielle qui siège depuis longtemps au Parlement, en allant bien au-delà de ce qu’a voulu faire la gauche mazzinienne qui n’a jamais fait son entrée au parlement, pour montrer, précisément, qu’elle ne reconnaît pas les institutions qui, comme celles de la monarchie, sont entachées d’un péché originel qui leur ôte toute légitimité [...], Monsagrati G. « Les labyrintes du général : Garibaldi et les nœuds de la politique après l’unité », Frétigné J.-Y. et Pasteur P. (dir.), Garibaldi en Europe. Modèle, contre-modèle, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2011, p. 29-30. Pour une tentative de définition du positivisme de Garibaldi, Frétigné J.-Y., « Garibaldi, i garibaldini, la politica e il positivismo », Vernizzi C. (dir.), Garibaldi in Piemonte tra guerra, politica e medicina, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, Comitato di Novara, 2008, p. 53-74.

22 Bakounine M., Réponse d’un international à Mazzini, traduit du français en italien et publié dans Il Gazzettino rosa du 14 août 1871 puis dans La liberté de Bruxelles, M. Bakounine, Œuvres, tome VI, Paris, Stock, 1913, p. 110.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Rouen.
Biographie intellectuelle d’un protagoniste de l’Italie libérale : Napoleone Colajanni (1847-1921). Essai sur la culture politique d’un sociologue et député sicilien - 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540