Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Italie et d’ailleurs

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Anne Dulphy
, 
Caroline Douki
, 
et al.

Première partie. Italie

Felice Orsini et la double victoire politique de Napoléon III et de Cavour

Gilles Pécout

Texte intégral

  • 1 Milza p., Napoléon III, Paris, Perrin, 2004, p. 343.
  • 2 Larouse p., Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnai (...)

1Le 13 mars 1858, dans la cour de la prison de la Roquette, le Romagnol Orsini et son compagnon Pieri sont guillotinés, le visage voilé conformément au sort réservé aux parricides. Pierre Milza rappelle que si Napoléon III, désormais désireux d’épargner Orsini, n’accorda pas la grâce, c’est qu’il en fut empêché par une opinion et une classe politique parisiennes profondément choquées par le nombre de victimes de l’attentat du 14 janvier1. Au lendemain de son exécution, le « révolutionnaire Orsini » – dont l’acte est aussi présenté en France par les vieux ennemis de l’Empire comme le fruit compréhensible de « la haine (que) son père patriote ardent lui inculqua de bonne heure pour les oppresseurs de sa patrie2 », devient le héros d’une partie de la jeunesse italienne du Risorgimento.

2Cette notoriété à de quoi émouvoir les observateurs français de la péninsule qui pensent d’abord que la sérénité de l’Empire peut s’en trouver menacée. Comme on pouvait s’y attendre, le comte Horace de Viel Castel, critique vigoureux du Risorgimento, n’est pas en reste et fait preuve de sa vigilante aigreur en rapportant en mai 1858 cette anecdote :

  • 3 de Viel Castel H., Mémoires sur le règne de Napoléon III, (1892), Paris, Robert Laffont, 2005, p.  (...)

« En Italie, on vend partout le portrait d’Orsini honoré comme un martyr. A Pavie et dans les autres villes d’universités, des messes ont été célébrées pour ce nouveau saint du calendrier Italien. L’expérience des révolutions ne sert à aucun peuple. L’Europe, peuples et rois, sont décidément malades ; les uns se ruent au carnage avec la férocité de la brute ; les autres ne voient pas le danger commun et s’usent dans des luttes mesquines, où leur égoïsme est en jeu3. »

3Orsini, martyr et saint, ne serait-il que le fourrier de la révolution européenne ? En réalité, le conspirateur romagnol permit aux libéraux modérés sardes comme au gouvernement autoritaire français de faire l’économie d’un début de révolution radicale pour asseoir le sort de la future Italie au cœur d’une alliance diplomatique refondée. Intéressons-nous à la façon dont Orsini est utilisé par le pouvoir à Paris et à Turin en un moment décisif de la fameuse « décennie de préparation de l’Unité ».

4Au début de l’année 1858, le Royaume de Sardaigne, poursuit sa parabole d’affirmation intérieure et internationale. Depuis les lendemains de la guerre de Crimée, les souverains des États de la péninsule, mais surtout ceux des pays du concert européen savent bien que l’Unité de l’Italie se fera autour de Turin si l’on veut éviter une nouvelle révolution sur le modèle de celles de 1848, dont Orsini fut l’un des vaincus après l’intervention du prince-président à Rome.

  • 4 Sur le prince Napoléon et l’attentat d’Orsini on renverra à la mise au point dans l’excellente bio (...)
  • 5 de Viel Castel H., Mémoires sur le règne de Napoléon III... op. cit., p. 655 : « mercredi 20 janvi (...)
  • 6 Archives de la Préfecture de police de Paris, BA 510, dossier 91283 : « Révélations du régicide Or (...)

5Dix ans plus tard, au lendemain de l’inauguration du tunnel du Fréjus, les relations franco-sardes semblent raffermies au sommet entre, d’un côté, le roi Victor-Emmanuel II et le président du conseil Cavour, et de l’autre, Napoléon III, le parti italophile de la cour et des milieux influents, autour de la cousine de l’empereur, la princesse Mathilde, et de son frère le prince Napoléon Jérôme, dit Plon-Plon, sans omettre les cercles du docteur Conneau. Cependant, le parti italien ne compte pas que des amis : le prince Napoléon lui-même est l’objet de nombreuses campagnes de dénigrement et ses engagements le rendent suspect, notamment aux yeux de l’impératrice. Rien d’étonnant si, au soir de l’attentat du 14 janvier, le couple impérial l’accueille froidement4. Le prince, dont on imagine les liens avec l’un des conjurés, sera même accusé par la rumeur d’avoir organisé une soirée au Palais-Royal pour faire diversion5. Autant dire de lui, même si personne n’y croit, qu’il fut un peu complice... Il est vrai que l’antienne de l’illustre complicité d’Orsini – de préférence le parent d’un souverain – réapparaît périodiquement dans l’opinion. En 1873, le préfet de police de Paris note « un fait de chantage dans le monde de la presse » dû à la publication par Le Figaro des « révélations du régicide Orsini » mettant en cause le rôle du propre duc d’Aumale accusé d’avoir aidé les conspirateurs6.

  • 7 Hugo V., Œuvres complètes, Politique, « Actes et Paroles » II. « 1856. L’Italie-La Grèce », Paris, (...)
  • 8 Voir à ce propos le commentaire de Fr. Laurent dans sa précieuse anthologie, Victor Hugo, Écrits p (...)
  • 9 Hugo V., Œuvres complètes, Politique, « Actes et Paroles » II, « 1856. L’Italie-La Grèce », op. ci (...)

6Mais le rapprochement franco-sarde est aussi critiqué à gauche. De son exil républicain, Victor Hugo répond ainsi à un appel des républicains. En mai 1856, quelques semaines après l’achèvement du Congrès de Paris, Mazzini s’adresse directement à Hugo : « Je vous demande un mot pour l’Italie. Elle penche en ce moment du côté des rois. Avertissez-la et redressez-là7. » La réponse ne se fait pas attendre et, de Guernesey, le poète lance un appel « À l’Italie » traduit et publié partout sauf en France8. L’objet de l’avertissement est sans appel : le rapprochement avec le Second Empire n’est que la manifestation d’un Risorgimento des diplomates, bien peu fiable. Et encore moins, s’il se fait avec Napoléon III pour le proscrit du 2 décembre : « N’acceptez donc rien de lui. C’est un mort. La main des cadavres est froide, et n’a rien à donner9. »

7Ainsi, quand Orsini quittant l’exil britannique où il a été célébré comme un héros, arrive à Paris, la menace d’un complot italien contre Napoléon III est une réalité. Les précédents ne manquent pas jusqu’à Tibaldi en 1857. Le plus illustre est déjà un radical romagnol : le 28 avril 1855, sur les Champs-Élysées, Giovanni Pianori, lui aussi débarqué d’Angleterre, essaie d’exécuter au pistolet Napoléon III. Condamné à mort le 7 mai et guillotiné une semaine plus tard, le cordonnier de Faenza est ainsi considéré comme l’un des devanciers naturels d’Orsini, jusqu’à l’expression de ses revendications :

  • 10 Granier de Cassagnac A., de Cassagnac p., Histoire populaire illustrée de l’empereur Napoléon III,(...)

« Quel avait été l’instigateur de cette tentative ? C’est un point qu’il fut impossible à la justice d’éclaircir complètement car Pianori refusa de répondre aux questions qui lui furent faites à ce sujet. Lorsqu’on lui demanda pourquoi il avait voulu tuer l’empereur, il déclara que c’était parce que “l’empereur avait fait la campagne de Rome et qu’il avait ruiné le pays”10. »

  • 11 Granier de Cassagnac A., de Cassagnac E, Histoire populaire illustrée de l’empereur Napoléon III.. (...)

8Pour des bonapartistes aussi convaincus que les Cassagnac qui rapportent près de vingt ans plus tard ces propos, il va de soi que la vengeance des affaires de Rome n’était qu’un prétexte pour « un agent à la solde [...] de Mazzini ». L’idée de Paul de Cassagnac et de son père est qu’il faut refuser, pour expliquer un crime, la dynamique des lendemains du Printemps des Peuples, et notamment la vengeance des Italiens du Quarantotto. Les complots et les attentats font donc l’objet d’une repolitisation interne qui conduit à la radicalisation du combat : « Jamais en effet les assassins qui ont attenté à la vie de l’empereur n’ont été guidés par la rancune personnelle ou le désir de vengeance qu’ils fussent Français ou Italiens [...] ils n’ont agi que dans un but exclusivement politique. Personnifiant dans la cause de l’empereur la cause de l’ordre ; ils espéraient en le frappant, atteindre du même coup les principes fondamentaux de la société [...] au profit des idées révolutionnaire11. » De cette situation, on tirera aisément l’idée d’une défiance généralisée des Italiens du « mouvement » envers l’empereur des Français. Une véritable épée de Damoclès, si l’on en croit la reconstitution donnée par un spécialiste des conspirateurs, l’historien et journaliste Alessandro Luzio, auteur en 1914 d’une biographie très documentée d’Orsini :

  • 12 Luzio A., Orsini. Saggio biografico, Milan, Cogliati, 1914, p. 261.

« On pouvait dire que la sentence de mort contre Napoléon III était inscrite en caractères de sang dans le cœur des révolutionnaires les plus ardents d’Italie et de France qui, durant la décennie de la réaction européenne de 1849 à 1859, ne voyaient en lui que ce parjure, prétendu carbonaro et assassin de la Rome républicaine, l’homme du Deux décembre12. »

  • 13 Voir l’excellent article de Balzani R., « Felice Orsini », Dizionario biografico degli italiani, R (...)
  • 14 Levis Sullam S., L’Apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Ba (...)
  • 15 Fournier Finocchiaro L., Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori editore, 2013 (...)

9Quatre ans après ses tentatives d’insurrection mazziniennes en Lombardie et en Toscane, le patriote qui arrive en France a déjà pris ses distances avec Mazzini. Les causes de la rupture d’Orsini avec Mazzini – en général datée de son médiatique séjour londonien13 – ne manquent pas : qu’il suffise de rappeler que Felice Orsini s’était déjà détaché de « l’apôtre » dont il critiquait la pensée religieuse14 et que les patriotes italiens exilés et proscrits étaient nombreux à avoir pris leurs distances avec les mazziniens depuis l’expédition de Pisacane et la naissance de la Sociétà nazionale15. De ce reclassement témoigne un étrange et dissymétrique échange de correspondance entre l’extrémiste romagnol et le représentant piémontais du « juste milieu ». En 1857, le proscrit tente à deux reprises de joindre Cavour. Sa lettre expédiée d’Édimbourg le 31 mars 1857 est une demande de passeport sarde qui introduit une véritable offre de service :

  • 16 Lettre de Felice Orsini à Camillo Cavour du 31 mars 1857 citée intégralement par Luzio A., Felice (...)

« Comme mon patriotisme n’est pas constitué de mots, mais d’actes, comme je combattrai toujours là où il y a une guerre contre les étrangers qui asservissent ma malheureuse patrie, je vous prie de bien vouloir m’accorder un passeport sarde pour rentrer en Italie [...]. Mes principes inaltérables sont républicains. Mais mon premier souci est le salut de ma patrie. Sans l’indépendance, la liberté est un rêve. Dehors l’agresseur, dehors l’étranger. Du reste je n’ai pas le droit de m’opposer à la volonté nationale, moi qui ne suis rien d’autre qu’un simple individu. [...] je suis prêt à aider le gouvernement italien (autre que la Papauté) qui mettra à la disposition de l’indépendance nationale ses moyens et son armée16. »

10Si le président du Conseil piémontais ne lui répond pas à l’époque, il se souviendra de ces missives un an plus tard. À la date du 1er mars 1858, Cavour écrit à deux de ses principaux ambassadeurs, d’Azeglio à Londres et Pes di Villamarina à Paris. À tous deux, il apprend l’existence de cette correspondance d’Orsini et expose les raisons qui l’avaient alors porté à ne pas répondre à un subversif momentanément ramené à la raison, mais certainement pas repenti : « Il aurait fallu adresser à Orsini des compliments. Ce que je ne jugeais pas convenable. » Pourtant, la décence politique – ne pas embrasser même rétrospectivement la cause d’un conspirateur – ne lui ôte pas sa lucidité : « Je suis persuadé que si nous avions accepté son offre, Orsini aurait gardé dans sa poche son drapeau républicain. » Pour lors, et en admettant qu’Orsini soit redevenu conspirateur par défaut, force est de constater qu’il faut le traiter en révolutionnaire subversif, sans désavouer ses ambitions patriotiques ni compromettre la précieuse et revigorée amitié sardo-française. Une opération délicate qui sera réussie de main de maître à Turin comme à Rome.

11Le 14 janvier 1858, Orsini et trois de ses complices, Pieri, Rudio et Gomez, lancent plusieurs bombes sphériques sur le passage du cortège impérial qui se rendait à l’Opéra, rue Le Peletier. Napoléon III n’est que légèrement blessé, écorché au nez, car le couple impérial a été protégé et sauvé même par le blindage de la calèche. Mais l’attentat fait huit morts et plus de cent cinquante blessés. Le chef des conjurés est décrit comme un révolutionnaire de longue date : ancien député de la Constituante romaine de 1849 et exilé en Grande-Bretagne après plusieurs tentatives insurrectionnelles sur le sol de la péninsule. Comment à partir de ce moment s’opère la mécanique de récupération politique ?

  • 17 Pompili p., « Le ripercussioni dell’attentato di Felice Orsini sull’opinione pubblica francese », (...)
  • 18 Romeo R., Cavour e il suo tempo, Rome-Bari, Laterza, 1984, tome III, p. 440.
  • 19 Di Rienzo E., Napoleone III, Rome, Salerno, 2010, p. 210.

12L’épisode est immédiatement relayé par la presse française17 et rencontre un immense retentissement dans l’opinion. La crainte du terrorisme comme la publicité faite à la cause italienne sont considérées comme des facteurs d’accélération de la diplomatie pro-unitaire de Napoléon III. La thèse fut nuancée par un Rosario Romeo observant qu’il avait déjà décidé de rompre avec l’Autriche et d’aider le Piémont bien avant janvier 185818. Il reste que l’attentat d’Orsini et la menace d’un péril révolutionnaire italien ont permis au souverain français de légitimer des mesures autoritaires et anti-libérales avec la nomination, en février, du général Espinasse comme ministre de l’Intérieur et la promulgation de la loi de Sûreté générale qui, pour de nombreux commentateurs, ne faisait que confirmer l’acte de naissance militaire et autoritaire du nouveau régime19. La liberté de la presse est à rude épreuve. Et, à l’heure des circulations subversives transnationales, le gouvernement français fait pression auprès de Turin par l’intermédiaire de son ambassadeur pour obtenir la répression des activités des réfugiés politiques péninsulaires en Piémont et la sévère censure de la presse radicale.

13Que retenir de l’attitude du cabinet turinois face aux injonctions du gouvernement parisien ? Deux jours après l’attentat d’Orsini, une circulaire du ministre de l’Intérieur piémontais est adressée aux intendants des États sardes pour rassurer l’opinion en insistant sur la volonté cavourienne de continuer à appliquer une « politique libérale ». Cependant, le même Cavour demande peu de temps après à Conte, Intendant général de Ligurie, de modérer voire de réduire au silence le journal de Mazzini, L’Italia del Popolo en exploitant au mieux l’arsenal juridique. Cavour, tout en profitant des circonstances pour accentuer la persécution des républicains, s’abrite derrière le principe absolu du respect de la légalité et des libertés. Un chroniqueur français contemporain résume ainsi la complexité de la situation :

  • 20 Annuaire des Deux Mondes, VIII, 1857-1858, Paris, Revue des Deux Mondes, 30 octobre 1858, p. 214.

« L’attentat du 14 janvier avait créé une situation pleine de périls. En présence des alarmes manifestées et des garanties demandées par le gouvernement français contre les complots organisés sur ses frontières, quand la puissance Angleterre elle-même faisait ce sacrifice à l’alliance de proposer au parlement une modification assez grave à sa législation, le Piémont ne pouvait refuser une marque de bonne volonté20. »

  • 21 Del Bono G., Cavour e Napoleone III, Turin, Einaudi, 1941, p. 27-29.

14Au ministre français des Affaires étrangères, le comte de Walewski, qui lui recommandait la plus grande sévérité à l’endroit des proscrits et de leur presse, Cavour répond le 27 janvier qu’il ne fera que ce que lui permettent « les lois fondamentales du Royaume » tout en rappelant bravement aux Français que la seule solution serait de s’attaquer aux racines du mal en remédiant aux causes de l’exil patriotique italien en Piémont. Le mois de février 1858 se passe en échange de correspondance entre Walewski et son ambassadeur à Turin et Cavour et le sien à Paris : les Piémontais campent sur leurs positions et refusent de revenir fondamentalement sur la liberté de presse. Mais, en même temps, Cavour dépêche à Paris le général Morozzo della Rocca pour négocier avec Napoléon III21. Il faudra cependant attendre les débats au parlement en mars et en avril pour que soit finalement donnée partiellement satisfaction au gouvernement français avec l’approbation de la loi De Foresta qui fixe le délit de « l’apologie de régicide » et punit lourdement les offenses et attentats aux souverains étrangers. Le vote de cette loi déchaîne l’opposition radicale et mazzinienne.

  • 22 Voir à ce propos le grand livre de Passerin d’Entrèves E., L’Ultima battagliapolitica di Cavour. I (...)

15L’opération fut tout sauf élémentaire. En effet, d’un côté Cavour a d’abord réussi à résister aux ordres anti-libéraux donnés par Paris. Aux yeux de l’opinion libérale française et britannique, les débats de l’hiver et du printemps 1858 ont surtout eu la vertu de rappeler la force du gouvernement constitutionnel piémontais face à toute atteinte portée aux droits fondamentaux. C’est à partir de ce moment et, alors même qu’il sait qu’il devra fléchir, que Cavour est paradoxalement vu à l’étranger comme le grand libéral de la péninsule. Mais, en même temps, le président du Conseil modéré utilise l’intérêt supérieur de l’Unité désormais indissociable de l’alliance française pour domestiquer et récupérer la révolution. Après la création de la Società nazionale, Cavour utilise donc l’attentat d’Orsini pour préparer la fusion qui sera en œuvre dès l’année 1860 et fera du Piémont la seule incarnation de la « révolution unitaire22 ». Les enjeux et l’issue de la bataille cavourienne de 1858 autour d’Orsini sont restitués avec finesse aux lecteurs de l'Annuaire des Deux-Mondes de l’automne 1858 :

  • 23 Annuaire des Deux Mondes, VIII, 1857-1858, Paris, Revue des Deux Mondes, 30 octobre 1858, p. 219.

« Quoi qu’il en soit, le cabinet sarde est sorti victorieux de cette épreuve que tout le monde, au début, croyait devoir lui être fatale. L’opinion comptait tellement sur le rejet de la loi, qu’on détournait vivement M. de Cavour de poser à cette occasion la question de cabinet. Cet homme d’État n’a point cru devoir suivre ce conseil, et l’événement lui a donné raison23. »

16Du côté français, la médiatisation des lendemains de l’attentat d’Orsini est orchestrée par les accusateurs du régicide comme par les défenseurs du patriote. Le 21 janvier, Felice Orsini demande à Jules Favre de le défendre : le grand ténor du barreau républicain qui s’était dressé contre le Coup d’État du 2 décembre accepte, tout en refusant de prendre comme autre client Pieri. Moins de dix ans plus tard, Favre reviendra sur ses sentiments partagés du moment :

  • 24 Cité par Perrod P.A., Jules Favre. Avocat de la liberté, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 194.

« Cette défense porte la trace des sentiments violents qui m’agitaient près de cet homme, légitimement voué à une expiation suprême et auquel, malgré la grandeur de son forfait, on ne pouvait refuser une profonde sympathie. Quand il m’appela pour l’assister, je demeurai tout d’abord épouvanté, comprenant fort bien la lutte que devaient se livrer dans son âme ces deux impulsions contraires. J’avais horreur de l’assassin, j’admirais le patriote et je devinais que l’ombre de l’échafaud devait en s’approchant effacer l’un pour transfigurer l’autre24. »

  • 25 On renverra pour le détail du procès au livre très bien informé de l’avocat romagnol R. Cappelli, (...)

17Le procès s’ouvre le 25 février 1858 autour de trois chefs d’accusation25. Du délit d’avoir fomenté l’attentat relèvent Orsini, Pieri, Rudio, Gomez, mais aussi leur complice français, le chimiste Bernard qui a fabriqué les bombes. Les deux autres accusations, la perpétration de l’attentat et l’assassinat de huit personnes, concernent les seuls Italiens interrogés dans l’ordre suivant : Antonio Gomez, Carlo De Rudio, Felice Orsini et Andrea Pieri. Si les réponses d’Orsini au président traduisent certaines tensions avec les autres accusés et restent vagues sur la préparation et les circonstances du délit, elles ne varient cependant pas d’une ligne politique claire : l’exaltation du martyre de la jeunesse italienne en 1849 – à cause notamment du contre-emploi de la Grande Nation française – et la quête de l’indépendance et de la liberté pour l’Italie. Dès lors, le procès d’Orsini en février 1858 donne à voir la nouvelle médiatisation de l’Italie, selon deux visages contrastés : la revendication polémique et a contrario d’une tradition italienne de la part des radicaux et des républicains qui soutiennent le combat pour les nationalités en l’assimilant à la révolution et, de l’autre côté, la reconnaissance d’une mission italienne contre-révolutionnaire ou du moins anti-révolutionnaire par le souverain et son gouvernement en harmonie avec l’exécutif turinois.

18Ce sont d’abord les opposants de gauche qui utilisent la défense du Romagnol Orsini pour rafraîchir la mémoire de l’empereur en lui infligeant la généalogie politique de ses liens avec l’Italie. Très habilement, la plaidoirie de Jules Favre, son avocat et ancien député de la République quarante-huitarde, évoque la mémoire du premier Empire à travers le souvenir du père d’Orsini, capitaine de l’armée italienne qui a accompagné Napoléon en Russie à une époque où la « cause bonapartiste était celle de l’indépendance ». Si, pour Orsini, le neveu conserve donc auprès des Italiens une dette contractée par l’oncle, pour son avocat les choses vont encore plus loin, lorsque dans sa péroraison il apostrophe en ces termes le napoléonide :

  • 26 Perrod P.A., Jules Favre. Avocat de la liberté, op. cit., p. 201-202.

« Prince, relevez le drapeau de l’indépendance italienne que votre vaillant prédécesseur avait restaurée ! Prince, les racines de votre Maison sont dans la souche révolutionnaire, Soyez assez grand et magnanime et vous serez invulnérable26. »

19L’action en Italie participe donc d’une mission historique des Bonaparte, fils de 89 et du droit des nationalités, qu’ils le veuillent ou non. L’épisode de l’envoi au printemps 1849 du Corps expéditionnaire d’Oudinot par le prince-président contre la République romaine de Mazzini est un épisode encore très présent à l’esprit de beaucoup d’hommes de gauche. Orsini, faut-il le rappeler, considère que cette trahison est à elle seule au principe de son projet d’attentat contre l’empereur des Français à qui il demande de rendre à sa patrie « l’indépendance que ses enfants ont perdue en 1849 par la faute des Français ».

20Mais, en même temps, l’attentat d’Orsini et la publication dans le très officiel Moniteur des deux lettres que le prisonnier a rédigées sous la dictée de Favre – dont celle du 11 février lue par Favre à l’audience – et a adressées à Napoléon III relève d’une stratégie politique et médiatique très au point de la part du souverain français. En brandissant les écrits d’Orsini, Napoléon déclare qu’il n’est pas sourd à l’appel des patriotes italiens, pour confisquer à l’opposition d’extrême-gauche son répertoire de mobilisation, tout en montrant à la droite que l’intervention italienne est le seul moyen d’éviter la révolution et ce que l’on ne désigne pas encore du terme de terrorisme. Dans les deux cas, il ne s’agit pour l’empereur que de justifier après coup et devant l’opinion une décision qu’il avait déjà prise pour asseoir son influence dans la péninsule et qui ne devait rien ni au passé de carbonaro de Louis-Napoléon ni à ses craintes d’un attentat futur.

21Ajoutons que cette manœuvre permet aussi à l’empereur des Français d’adopter une attitude en apparence plus libérale et ouverte que celle du gouvernement piémontais : en effet comme le rappelle Orsini lui-même, les lettres qu’il avait adressées à Cavour en 1857 pour l’appeler à agir étaient restées sans réponse et avaient dû être publiées dans la seule presse radicale passant ainsi inaperçues, ce qui n’est certes pas le cas de ses missives françaises de 1858. Certes, Cavour saura récupérer à temps la situation en 1858.

*

  • 27 Venturi A., Il terrorista : Felice Orsini e i suoi tempi, Florence, Four. Shakespeare and Company, (...)

22Ainsi, si l’acte d’Orsini est considéré comme le premier attentat moderne d’un terroriste27 clôturant le cycle des régicides d’Ancien Régime, sa médiatisation constitue sans nul doute la première et talentueuse exploitation politique intérieure et diplomatique du terrorisme. À Paris comme à Turin, l’habile politisation de la menace terroriste, mais aussi de sa genèse – où l’on apprend que l’acte terroriste a une histoire... qu’il est bon d’utiliser – constitue une étape décisive de la « diplomatisation de la révolution unitaire » des Italiens.

Notes

1 Milza p., Napoléon III, Paris, Perrin, 2004, p. 343.

2 Larouse p., Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, tome 11, 1874, p. 1510.

3 de Viel Castel H., Mémoires sur le règne de Napoléon III, (1892), Paris, Robert Laffont, 2005, p. 681 : mercredi 26 mai 1858.

4 Sur le prince Napoléon et l’attentat d’Orsini on renverra à la mise au point dans l’excellente biographie de Battesti M., Plon-Plon. Le Bonaparte rouge, Paris, Perrin, 2010, p. 188-193.

5 de Viel Castel H., Mémoires sur le règne de Napoléon III... op. cit., p. 655 : « mercredi 20 janvier 1858. Parmi les assassins de jeudi dernier, Pieri mérite une mention particulière, il est lié avec le prince Napoléon ! Beaucoup de gens prétendent que le prince était instruit du complot, et qu’il n’a donné une fête ce soir-là que pour mieux dissimuler. J’ai de la peine à croire à cette complicité quoique toutes les liaisons du prince soient parmi les démocrates les plus chauds. »

6 Archives de la Préfecture de police de Paris, BA 510, dossier 91283 : « Révélations du régicide Orsini » 1873-1879.

7 Hugo V., Œuvres complètes, Politique, « Actes et Paroles » II. « 1856. L’Italie-La Grèce », Paris, Robert Laffont, (1985), 2002, p. 507.

8 Voir à ce propos le commentaire de Fr. Laurent dans sa précieuse anthologie, Victor Hugo, Écrits politiques, Paris, LGF, 2001, p. 206.

9 Hugo V., Œuvres complètes, Politique, « Actes et Paroles » II, « 1856. L’Italie-La Grèce », op. cit., p. 508.

10 Granier de Cassagnac A., de Cassagnac p., Histoire populaire illustrée de l’empereur Napoléon III, Paris, Lachaud et Burdin, 1874, tome II, p. 98.

11 Granier de Cassagnac A., de Cassagnac E, Histoire populaire illustrée de l’empereur Napoléon III... op. cit., p. 90.

12 Luzio A., Orsini. Saggio biografico, Milan, Cogliati, 1914, p. 261.

13 Voir l’excellent article de Balzani R., « Felice Orsini », Dizionario biografico degli italiani, Rome, Treccani, 2013, vol. 79.

14 Levis Sullam S., L’Apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 111.

15 Fournier Finocchiaro L., Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori editore, 2013, p. 190-192.

16 Lettre de Felice Orsini à Camillo Cavour du 31 mars 1857 citée intégralement par Luzio A., Felice Orsini... op. cit., p. 282-283.

17 Pompili p., « Le ripercussioni dell’attentato di Felice Orsini sull’opinione pubblica francese », Rassegna storica del Risorgimento, 1974, p. 503-522.

18 Romeo R., Cavour e il suo tempo, Rome-Bari, Laterza, 1984, tome III, p. 440.

19 Di Rienzo E., Napoleone III, Rome, Salerno, 2010, p. 210.

20 Annuaire des Deux Mondes, VIII, 1857-1858, Paris, Revue des Deux Mondes, 30 octobre 1858, p. 214.

21 Del Bono G., Cavour e Napoleone III, Turin, Einaudi, 1941, p. 27-29.

22 Voir à ce propos le grand livre de Passerin d’Entrèves E., L’Ultima battagliapolitica di Cavour. I problemi dell'unificazione italiana, Turin, ILTE, 1956, 389 p.

23 Annuaire des Deux Mondes, VIII, 1857-1858, Paris, Revue des Deux Mondes, 30 octobre 1858, p. 219.

24 Cité par Perrod P.A., Jules Favre. Avocat de la liberté, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 194.

25 On renverra pour le détail du procès au livre très bien informé de l’avocat romagnol R. Cappelli, Il Processo a Felice Orsini. L’ultimo martire risorgimentale o il primo terrorista internazionale ? Introduzione di Roberto Balzani, Cesena, Il Ponte Vecchio, 2008, 202 p.

26 Perrod P.A., Jules Favre. Avocat de la liberté, op. cit., p. 201-202.

27 Venturi A., Il terrorista : Felice Orsini e i suoi tempi, Florence, Four. Shakespeare and Company, 1998, 285 p.

Auteur

Professeur des universités à l’École normale supérieure (Ulm) et directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études.
La Politisation des campagnes toscanes : le cas de la province de Florence de 1882 à 1912-1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540