Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Conclusion

Texte intégral

1Boîte rectangulaire, cartonnée, enveloppée dans un papier sur lequel est collée une étiquette incluant le logo de la Croix-Rouge et l’adresse du camp de concentration, le colis standard distribué quelques jours après la fin des combats sur le continent européen à un ex-détenu de Dachau ou de Buchenwald constitue un objet emblématique des pratiques humanitaires développées depuis la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale par les organisations caritatives. Produit des politiques de secours en faveur des populations victimes de la faim ou menacées de famine, le colis alimentaire révèle la transformation des organisations caritatives en machines opérationnelles.

2Des neuf millions de colis alimentaires confectionnés en Angleterre par les services du Joint War Committee of the British Red Cross and the Order of St John of Jerusalem et les diverses associations caritatives britanniques de 1914 à 1918 aux millions de New Food Package vendus par les services de CARE dès la fin 1946, en passant par les 400 000 food draft vendus par l’ARA de 1919 à 1920, l’histoire du colis alimentaire permet de suivre l’entrée des institutions spécialisées dans l’ère des masses et de la guerre totale. En mettant de côté les narrations des institutions qui insistent sur l’engagement marquant de certaines figures tutélaires ainsi que sur le développement de principes moraux et universels à l’origine de leur engagement, l’analyse de l’action des principales organisations conduit à suivre la mutation des institutions caritatives en véritables entreprises humanitaires, capables d’agir sur l’ensemble de la planète et de mobiliser de considérables ressources financières et matérielles pour porter secours aux victimes de la guerre ou des catastrophes naturelles. Dès 1914, la CRB poursuit l’objectif d’importer depuis l’Amérique du Nord plus de 130 000 tonnes mensuelles de nourriture vers la Belgique, alors qu’à partir de 1917 les activités de la Croix-Rouge américaine mobilisent plus de 14 000 employés salariés. Quelques années plus tard, lors la famine en Russie, l’ARA est capable d’assurer le ravitaillement de milliers de cantines dans des régions souvent éloignées des principaux ports continentaux. Pour sa part, dès 1940, le CICR coordonne des plans de secours pour les prisonniers de guerre qui comprennent des dizaines de dépôts à Lisbonne, Le Caire, Marseille, Genève, etc., et une flotte de navires reliant l’Amérique à l’Europe.

3Nous estimons que d’une guerre à l’autre se dessine un âge d’or des activités caritatives qui est caractérisé par l’émergence de nombreuses institutions encore importantes aujourd’hui dans le champ humanitaire, telles le Joint, l’AFSC, OXFAM, CARE, mais aussi par l’influence décisive qu’ont jouée certaines organisations telles l’ARA ou la CRB. La création de cette dernière représente certainement un tournant de l’histoire de l’humanitaire. Rencontre du capitalisme et de la mobilisation populaire pour la Belgique, la CRB se distingue par la mise sur pied d’une « Compagnie du secours » rendue possible par l’utilisation des réseaux de transport transatlantiques et des voies ferrées, par l’achat de produits alimentaires sur divers continents, mais aussi par un modèle marqué à la fois par le recours aux sciences de la nutrition et par la planification des secours. Cette transformation suit l’effort social entrepris par les nations en guerre et l’importance décisive des ressources alimentaires durant ces conflits. Ainsi, loin de se réduire à des initiatives exemplaires d’une minorité d’activistes, l’humanitaire se construit en parallèle à la soumission de l’économie de marché et des populations civiles à l’effort de guerre.

4Dans ce cadre, à l’exemple du rôle cardinal de la CRB, puis de l’ARA durant et après la Première Guerre mondiale, les Etats-Unis se constituent en véritable empire caritatif. Cette mainmise sur un champ humanitaire en construction s’explique en premier lieu par la domination des États-Unis, avec son allié britannique, des voies de communication intercontinentales. La présence d’importants surplus de produits alimentaires en Amérique et la nécessité de trouver de nouveaux débouchés commerciaux suite à la reconfiguration des relations internationales par les deux guerres mondiales expliquent la position singulière des États-Unis ainsi que les nombreux intérêts politiques et économiques liés aux opérations de secours. Continent protégé des combats, l’Amérique peut s’appuyer sur sa puissance industrielle, mais aussi sur l’engagement d’une société civile relativement préservée des conséquences de la guerre et prête à se mobiliser pour les populations alliées.

5À l’ombre des institutions mises sur pied par Hoover et des programmes développés par la Croix-Rouge américaine, nous avons essayé de montrer que le développement des entreprises humanitaires ne se comprend qu’à travers l’existence de véritables dispositifs internationaux de secours qui se caractérisent par la coordination de l’action entre différents acteurs humanitaires et l’engagement parallèle des Etats. Penser l’histoire des actions d’entraide demande par conséquent de suivre l’écheveau parfois complexe des interventions depuis leur financement jusqu’à la mobilisation des moyens matériels, à l’organisation des transports et à la gestion des populations bénéficiaires. Durant cette période, les institutions de secours jouent souvent un rôle complémentaire et leur association dans des actions communes est décisive pour permettre le développement de programmes d’entraide dans le contexte singulier des guerres mondiales. L’opération pour la Grèce à partir de 1941 est emblématique de ces engrenages et de ces interdépendances. L’engagement de l’association des émigrés grecs aux États-Unis dans le cadre du Greek War Relief permet de financer une part essentielle des secours, d’acheter en particulier des céréales au Canada, mais, sur le terrain, la Croix-Rouge suédoise et le Comité international de la Croix-Rouge sont les garants de la réception des cargaisons et de leur distribution à la population.

6L’un des éléments centraux qui rend possible l’établissement d’entreprises humanitaires destinées à des populations entières est la participation décisive, dans ce dispositif du secours, des acteurs locaux. Finalement, les institutions humanitaires que nous avons suivies se spécialisent dans la mobilisation de ressources financières publiques ou privées, dans le transport des secours et dans l’organisation de modèles de distribution, mais, sur le terrain, l’intervention se concrétise par l’engagement des acteurs locaux. Leur rôle est souvent effacé dans les narrations sur l’humanitaire ; finalement, nous avons à peine ébauché une analyse de leurs activités. Pourtant le succès de l’action de la CRB, de l’ARA et même du CICR, est lié à cette mécanique de l’aide, bref à la capacité de ces institutions à « internationaliser », ou « transnationaliser » des pratiques caritatives développées à l’échelon local ou national. Comment expliquer autrement le développement de programmes destinés à des milliers, voire à des millions de personnes, alors que sur le terrain, par exemple, le nombre de représentants de la CRB se limite à 36 délégués, l’ARA en Russie compte pour sa part à peine 200 collaborateurs, et le CICR s’appuie sur une petite poignée de délégués pour son action sur l’ensemble des territoires intégrés dans le IIIe Reich durant la Seconde Guerre mondiale ?

7Le développement de programmes de secours pour l’enfance, la mise sur pied de « gouttes de lait » et de cantines suivent effectivement les modèles développés au niveau local et national depuis la fin du XIXe siècle par les politiques sociales et hygiénistes. La présence des élites (maires, religieux, etc.) et des institutions de charité locales expliquent pour l’essentiel le développement très rapide des programmes d’aide internationale. Dans ce cadre, les organisations humanitaires assurent, par l’intermédiaire de leurs représentants, un contrôle plus ou moins serré des activités sur le terrain. Le personnel humanitaire contrôle, observe, rassemble des informations et des images pour maintenir le lien avec le public pour garantir la destination de l’aide aux gouvernements et aux donateurs.

8En parallèle, le soutien et l’accord des principaux gouvernements restent fondamentaux. Les activités des organisations d’entraide sont rendues possibles par l’apport de subventions gouvernementales, à l’exemple de la CRB, et par leur soumission aux instances de contrôle des États, comme nous l’avons vu avec les associations philanthropiques aux Etats-Unis qui se plient aux normes imposées par le President’s War Relief Control Board. Rappelons également que durant la Seconde Guerre mondiale, le War National Fund permet de rassembler, en trois ans, à l’occasion de grandes campagnes annuelles, une somme de 321,5 millions de dollars, alors que le Red Cross Appeal offre des moyens considérables et la part essentielle de son budget à la Croix-Rouge américaine pour mener ses activités (565 millions de dollars). En comparaison, les sommes rassemblées par les associations militantes solidaires de la République espagnole durant la première phase de la guerre civile apparaissent particulièrement insignifiantes (environ 3,5 millions de dollars).

9Enfin, l’intervention sur le terrain des acteurs humanitaires apparaît comme la conséquence de la cristallisation d’un espace d’intervention né d’un accord officiel ou tacite entre les différentes parties en guerre. Dans ce cadre, l’action du CICR à l’égard des détenus des camps de concentration semble particulièrement représentative des limites et des conditions d’action des acteurs humanitaires. Son opération « colis » s’inscrit dans un moment singulier, produit d’une nouvelle attention portée par les puissances alliées à la situation dramatique des prisonniers des camps de concentration, des stratégies sordides de Himmler et de l’intérêt des gardiens pour les produits alimentaires emballés dans les colis standards expédiés depuis l’Amérique du Nord.

10L’essor des organisations humanitaires dédiées à une action internationale apparaît finalement comme le produit d’un paradoxe, d’une tension qui explique à la fois leur succès durant cette période, mais aussi les limites de leurs activités. Intégrées dans un dispositif international et engagées dans des terrains à l’échelle intercontinentale, les institutions philanthropiques à l’âge des masses et de la guerre totale se construisent dans le cadre de l’effort patriotique. Elles sont le produit d’une culture de guerre qui impose le volontariat comme une nécessité nationale et la solidarité comme un moyen de souder une communauté rassemblée par les circonstances du conflit. Loin de se réduire au développement d’une société civile internationale modulée par une réaction humaniste aux violences extrêmes des guerres du XXe siècle, cette étape de l’humanitaire se distingue au contraire par cette tension entre la nationalisation des sociétés durant la guerre et le développement de structures privées ou semi-privées (sociétés nationales de Croix-Rouge).

11Dès lors, on peut s’interroger sur les causes à l’origine de la naissance de ces nombreuses structures privées actives sur le terrain international durant cette période qui couvre les deux guerres mondiales. À notre sens, le succès de ces organisations est lié à leur capacité à offrir différents services et prestations aux donateurs, ainsi qu’aux Etats et aux bénéficiaires. Nous avons insisté sur leur rôle essentiel dans la mise sur pied d’un dispositif d’entraide parfois complexe, mais aussi sur la capacité de ces institutions à mobiliser une communauté de donateurs autour de liens de solidarité religieux et/ou nationaux.

12Par rapport aux gouvernements, ces structures privées apparaissent comme des instruments diplomatiques et politiques qui s’intègrent à la mobilisation militaire et économique du pays. Arme de politique étrangère, les organisations privées, par leur statut singulier, permettent de neutraliser l’espace d’intervention à l’exemple de l’ARA qui signe des accords avec la Russie soviétique, alors que Washington ne reconnaît pas les nouvelles autorités russes. En Espagne, la Commission internationale d’aide aux enfants espagnols réfugiés permet aux gouvernements démocratiques, en particulier l’Angleterre, d’envoyer de l’aide sans engagement officiel. Plus tard, en Allemagne, après la fin des combats et face à l’échec de l’UNRRA, les acteurs privés développent des programmes d’urgence malgré les problèmes politiques posés par les secours aux ex-populations ennemies.

13Arme politique pour lutter contre le communisme après 1918 ou contre l’avancée de l’Union soviétique après 1945, les institutions humanitaires véhiculent un idéal de coopération et de paix qui se veut une réponse aux problèmes économiques et sociaux d’un continent déchiré par la guerre. Derrière ces enjeux immédiats, Hoover souhaite paver la route au rétablissement du libéralisme et couper les racines du communisme. De la lutte contre la révolution au bras de fer contre Moscou, s’impose progressivement le principe que la nourriture est un enjeu central de la guerre, mais aussi de la paix. Après l’armistice, l’évocation d’une barrière de nourriture en Europe centrale contre l’avancée de la révolution, puis la lutte pour conquérir les ventres et les cœurs allemands par les colis CARE, dès 1946, sont liées à de nouveaux principes qui unissent droits de l’homme et paix avec une réflexion sur la disponibilité des ressources alimentaires et la nécessité d’intervenir auprès des populations affamées.

14Entre l’effort des Etats engagés dans la guerre pour alimenter les armées et les populations et les politiques de secours menées par les organisations humanitaires, la frontière est difficile à tracer. Les acteurs caritatifs sont souvent dépendants de l’imposante mobilisation américaine qui permet d’importer, depuis l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917 à la fin de l’armistice, plus 23 millions de tonnes de nourriture (3 050 millions de dollars), alors que le programme de prêt-bail durant la Seconde Guerre mondiale est à l’origine du transport de 6 800 millions de dollars d’aliments, soit cinq fois plus que le programme de l’UNRRA (9,1 millions de tonnes). Ces liens complexes entre institutions publiques et privées se révèlent également au travers des différentes fonctions occupées par Hoover, l’engagement d’ex-militaires dans l’ARA, le transfert des ressources laissées par l’armée américaine en Europe aux institutions caritatives, à l’exemple de CARE qui transforme les colis Ten-in-One de l’armée américaine en objet symbolique de l’esprit philanthropique de la société civile américaine.

15Ainsi, durant cette période, le colis alimentaire constitue un élément central d’un répertoire de pratiques humanitaires qui s’imposent progressivement à partir de la Première Guerre mondiale. Dispensaires d’enfants, distribution de verres de lait dans les écoles, correspondances avec les prisonniers de guerre, ces lieux et objets de l’humanitaire devraient être au centre de notre analyse au moment de comprendre la capacité des acteurs et des institutions à soulager le sort des victimes de la guerre.

16Durant notre travail, nous avons pu appréhender le caractère aléatoire de certaines comparaisons, les problèmes posés par les chiffres produits par les institutions pour leur propre usage, mais aussi la difficulté de comprendre le rapport complexe des « bénéficiaires » avec ces actions d’entraide.

17Finalement, nous pensons avoir mis en lumière l’émergence d’un marché de l’humanitaire animé par des institutions spécialisées. Produits sur les chaînes d’assemblage des locaux du Joint War Committee of the British Red Cross and the Order of St John of Jerusalem ou au centre de CARE à Philadelphie quelques années plus tard, les colis alimentaires sont exemplaires de la taylorisation de l’humanitaire. Compagnies du secours, les organisations philanthropiques mobilisent bateaux, trains, camions, alors que leurs colis sont entassés sur des palettes facilement transportables et permettent une distribution ainsi qu’un contrôle rapide.

18Ce point est particulièrement important, car il traduit la volonté des organisations de créer un lien direct entre donateurs et victimes, de proposer un objet d’intervention qui stimule l’imaginaire du public et révèle une action concrète. Enfin, objet de la société de marché, le colis s’adapte aux attentes des donateurs, aux conditions logistiques et aux besoins des destinataires en fonction du statut de ces derniers (prisonniers, invalides) ou de leur origine nationale, voire religieuse (colis italien, colis casher, colis indien, etc.) Bref, le colis facilite la cristallisation d’une communauté de donateurs attentifs à la situation dramatique d’une partie des populations touchées par la guerre, mais aussi de donateurs motivés par la solidarité ethnique des réseaux migratoires ou par la volonté de participer à la défense d’un modèle politique et social.

19Quelle que fut la capacité de ces institutions de rassembler d’importantes sommes d’argent, de vêtements et de nourriture, nous avons pu observer que l’aide par envoi de colis constitue un modèle d’action apprécié par le public, qui permet une distribution rapide des secours, mais à l’opposé n’offre pas toujours le service le plus efficace face aux besoins des populations nécessiteuses. Ce produit relativement cher n’est pas toujours adapté, loin s’en faut, aux politiques de secours. L’exemple des colis envoyés par le CICR vers les camps de concentration paraît emblématique de ces problèmes et contradictions. Contenant une nourriture trop riche, peu adaptée aux besoins essentiels des détenus des camps de concentration, son utilisation est d’abord la conséquence de l’infrastructure d’entraide préexistante mise sur pied pour les prisonniers de guerre. De même, quelques mois plus tard, les colis CARE favorisent le développement du marché noir. En outre, ils sont adressés par les familles d’émigrés aux Etats-Unis à leurs proches en Europe indépendamment de la situation objective de ceux-ci.

20On le comprend, le colis constitue principalement un produit très efficace du point de vue commercial pour mobiliser la société civile dans un marché de l’humanitaire en gestation ainsi qu’une réponse concrète aux contraintes posées par l’envoi et le contrôle des secours alimentaires aux populations nécessiteuses. Ce constat n’est finalement pas surprenant, il reste d’actualité et évoque les problèmes récurrents des organisations humanitaires au moment de mettre en œuvre sur leur terrain leurs modèles d’intervention et leur difficulté de trouver un équilibre entre les attentes des donateurs et les besoins des victimes.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540