Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre XII. Pain et paix, de l’UNRRA à CARE

Texte intégral

1Comme nous avons pu le suivre dans le chapitre précédent, le CICR constitue un acteur secondaire des politiques de secours durant la dernière phase de la guerre. À la marge des plans d’occupation imposés par les troupes alliées, les activités du Comité international durant cette période méritaient néanmoins notre intérêt en raison du rôle central du colis dans le dispositif opératoire de l’institution genevoise et l’importance de cette période dans les débats sur le passé des acteurs humanitaires.

2Au-delà du rôle des différents services des armées sur le terrain sanitaire en faveur des populations libérées ou occupées, la période s’étendant de la dernière phase du conflit à l’immédiat après-guerre se singularise par la mise sur pied de la première grande institution humanitaire internationale. Cristallisation du projet des Nations Unies, l’United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA) apparaît à la fois comme un instrument pour porter secours aux civils des pays alliés libérés de l’occupation allemande, et aux populations déplacées, mais aussi comme le produit d’un programme de reconstruction porté par le gouvernement américain et destiné à bâtir un avenir de paix et de prospérité mondiales.

3Dans les faits, ses origines remontent au début de la guerre, lorsque le débat public sur le blocus amène le Premier ministre Churchill, dans son célèbre discours du 20 août 1940, à s’engager à porter secours aux pays libérés :

  • 1 House of Commons, 20-8-1940, in R. S. Churchill, Into Battle speeches by the Right Ho (...)

«Let Hitler bear his responsabilities to the full and let the peoples of Europe who groan beneath his yoke aid in every way the coming of the day when that yoke will be broken. Meanwhile, we can and we will arrange in advance for the speedy entry of food all over the world, so that there will always be held up before the eyes of the peoples of Europe, including – I say deliberately – the German and Austrian people, the certainty that the shattering of Nazi power will bring to them all immediate food, freedom and peace 1

  • 2 Voir l’art. 43 de la Convention de la Haye, www.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/INTRO/195.

4Plus généralement, au-delà des obligations des troupes d’occupation concernant les populations des pays conquis2, la perspective du débarquement des forces anglo-américaines favorise aux États-Unis et en Grande-Bretagne l’émergence d’un discours public partagé par des militants pacifistes, les responsables de l’administration, les scientifiques et une partie de la classe politique. Ce discours impose progressivement l’idée que la construction de la paix est étroitement liée à la mise sur pied d’un programme de secours alimentaire d’urgence et au rétablissement rapide de la situation sanitaire et alimentaire de l’Europe et de l’Asie. Selon une brochure éditée en 1943 par la National Planning Association,

  • 3 National Planning Association, Food for Europe after victory, Washington, National Pl (...)

«The basic reason of our interest in seeing that Europe is fed after victory is that is necessary to etablish and maintain order in turn is essential to convert Europe back to peaceful pursuits […]. In Postwar Europe food will automatically be care of the great weapons of democracy 3

  • 4 R. F. Hendrickson, Food ‘Crisis’, New York, Doubleday Doran & co, 1943, p. 17.

5Mis à part les réflexions menées sur l’après-guerre, le rétablissement de la paix apparaît d’abord comme le produit de la militarisation des économies des pays alliés et de la mise sur pied d’un système de gestion et de contrôle des ressources alimentaires. La nécessité d’assurer une subsistance minimum aux populations civiles et aux armées impose un effort titanesque d’élaboration de politiques de rationnement et de développement de la production agricole. Un important travail d’inventaire des ressources alimentaires s’accompagne d’une réflexion sur les moyens d’augmenter les ressources disponibles (conserves, produits congelés, etc.). De même, les administrations publiques et militaires s’interrogent sur le régime le plus rentable du point de vue des disponibilités alimentaires, mais qui assure également un équilibre nutritionnel aux populations civiles. Pour le directeur de l’US Food Distribution Administration, Roy F. Hendrickson, « Food is as important as ammunition4 ».

6Enjeu central de gouvernance autour duquel se tisse une part non négligeable de la culture de guerre, la nourriture constitue un élément essentiel de la politique étrangère des principaux pays producteurs de ressources agricoles. La reconfiguration des relations économiques entre les belligérants et la diminution des récoltes dans les pays directement touchés par le conflit expliquent que l’Amérique du Nord et l’Amérique latine, mais aussi des régions comme l’Australie deviennent des enjeux stratégiques pour garantir les importations nécessaires à l’alimentation des pays alliés, en particulier l’Angleterre et l’Union soviétique. Ainsi, la gestion des ressources alimentaires s’associe-t-elle rapidement à la nécessité d’assurer d’importantes exportations vers les États alliés directement touchés par le conflit.

7Cette situation explique la mise sur pied d’une réflexion commune sur la gestion mondiale des ressources alimentaires et, à l’exemple du conflit précédent, impose les États-Unis comme le « grenier » de la démocratie. Selon un texte publié en 1942 par James Maddison Tinley (1897-1971), professeur d’économie agricole à l’Université de Californie :

  • 5 J. M. Tinley, Rationing and Control of Supplies, Berkeley, Los Angeles, University of California P (...)

«The United States has been described as “the arsenal of democracy”. An even more important and humanitarian role may be played by this country during the next few years as the “larder of democracy”. If we are to fulfill this added responsability as well do our full share in destroying the totalitarism threat to civilisation we shall have to marshal our ressources as never before. The totalitarian have used rationning to destroy humanity. We may use it as equally powerfull weapon to restore humanitarian principles to a stricken world 5

  • 6 G. Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine. Le plan Marshall et l’unité européenne (194 (...)

8Cette analyse s’inscrit dans l’important programme de prêt-bail dessiné par Washington à partir de 1941. Celui-ci assure l’exportation à crédit aux pays alliés d’importantes quantités d’armes, mais aussi de carburants et de produits alimentaires. Ainsi, les États-Unis fournissent jusqu’à l’automne 1945 plus de 6,8 milliards de dollars de produits alimentaires et agricoles, soit plus de 13 % des moyens mobilisés par ce plan (49 % sont affectés aux armements)6.

  • 7 J. D. Black, America’s Food and Europe’s need, Philadelphia, American Academy of Political and Soc (...)

9L’articulation d’une politique et d’un discours autour du slogan « Food for Victory » évoque les politiques développées durant la Première Guerre mondiale et son immédiat après-guerre, dont le retour d’expérience participe d’une manière essentielle à déterminer les attitudes et les choix à venir concernant l’alimentation des populations civiles. Alors que s’impose l’analyse que le blocus continental a été décisif et explique l’écroulement allemand de 1918, de nombreux spécialistes considèrent que les causes profondes de la Seconde Guerre mondiale sont liées au refus des pays de l’Entente de porter secours aux pays vaincus. Selon ce point de vue, la faim de l’immédiat après-guerre explique les crises épidémiques, et plus généralement la misère à l’origine du repliement nationaliste et l’essor du totalitarisme. Dans son essai intitulé Food Enough (1943), John D. Black, professeur à Harvard7, pionnier de l’économie agricole, annonce :

  • 8 Ibidem, p. 221.

«All close followers of international history in the last few decades are agreed that we cannot stop short of the final goal except at great peril to the future peace of the world. The last war left altogether too many “sick nations” in its wake […]. In one after another of these countries the suffering people supported some leader who promised to set up a new order that would get them more jobs and more food to eat. Italy and Germany are just two of a much longer list 8

  • 9 « Food in War Time », Tract Series. Fabian Society, no 250, 1940, J.-D. Steinert, « British Humani (...)

10Exemplaires de ces réflexions sont les discussions menées en 1942, à Oxford, dans le cadre d’une conférence intitulée Surveying Hitler’s New Order et organisée par la Fabian Society, institution proche du parti travailliste. À cette occasion, les débats alimentés notamment par le professeur et activiste internationaliste Gilbert A. Murray, le politologue Harold Joseph Laski ou le journaliste Leonard Woolf, s’accordent sur la nécessité de ne pas réitérer les erreurs des programmes de secours de la Première Guerre mondiale9. D’une certaine manière, ces analyses reprennent la critique morale et politique articulée précédemment par Hoover, mais cette fois-ci le discours anticommuniste est remplacé par une critique sociale des racines du totalitarisme.

  • 10 B. Shub, Starvation over Europe. A Documented Record, New York, The Institute of Jewish affairs of (...)

11Cette volonté d’éviter les erreurs passées est parallèle aux dénonciations par le camp allié de la politique alimentaire du régime national-socialiste. Associée au pillage des réserves agricoles des populations vaincues et à l’imposition d’une politique raciale de la faim, l’Allemagne national-socialiste est accusée par de nombreuses voix durant la guerre de réduire à la famine les peuples les moins favorisés dans l’échelle raciale imposée par le régime10.

  • 11 « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux (...)

12Si dans le camp allié la faim est liée à la tyrannie et au totalitarisme national-socialiste, Washington défend à l’opposé un modèle libéral qui revendique la liberté et la prospérité. Dans ce contexte, inspiré par le projet de reconstruire l’avenir de la civilisation et le rétablissement de la démocratie, le président Roosevelt élargit bientôt le slogan « nourriture pour la victoire » à celui de « nourriture pour la paix ». Ainsi, autant que la solidarité avec les peuples victimes du fascisme exprimée par Churchill, la nourriture s’impose comme un droit au centre d’un programme plus ambitieux de reconstruction. Le 6 janvier 1941, Roosevelt, à l’occasion du fameux discours des « quatre libertés », propose de construire l’avenir de l’humanité en liant les libertés politiques avec l’assurance de vivre à l’abri des besoins essentiels. Le troisième point de son texte (« Freedom of want ») est compris comme le droit de chaque citoyen de bénéficier d’une alimentation suffisante. À la suite de cette déclaration, de 1943, à Hot-Springs en Virginie, lors de la première rencontre des Nations unies, les quarante nations réunies pour cette occasion affirment la nécessité de libérer les peuples de la tyrannie et de la faim. Ce principe est repris quelques années plus tard, dans l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui défend le droit universel à bénéficier d’une alimentation suffisante11.

« Machinerie de secours international12 »

  • 12 Expression tirée de l’article de H. J. Laski, « The Machinery of International Relief », When Host (...)
  • 13 P. Weintraub, « UNRRA: An experiment in international Welfare Planning », The Journal of Politics, (...)

13L’organisation d’une institution internationale en charge de programmes de secours après la fin des combats se déroule en plusieurs étapes. À l’été 1941, pour donner suite à l’engagement de Churchill, le gouvernement britannique réunit des représentants des gouvernements alliés au sein d’un Inter-allied Committee on Post-War Requirements13. L’année suivante, fin 1942, le Département d’État américain promeut l’Office of Foreign Relief and Rehabilitation Operations (OFRRO) avec l’objectif de préparer le programme de secours pour les civils dans les pays libérés par les forces alliées. Cette nouvelle organisation, menée par Herbert H. Lehman, futur directeur de l’UNRRA, constitue le noyau central à partir duquel se développe l’institution internationale.

  • 14 Le terme « Nations unies » est utilisé depuis début 1942 dans la Déclaration des Nations unies pou (...)
  • 15 J. Reinisch, « Introduction: Relief in the Aftermath of War », Journal of Contemporary History, vo (...)

14La création en 1943 de l’UNRRA, première institution des Nations Unies14, apparaît comme un laboratoire d’un nouvel ordre international fondé sur la coopération entre les États. Établi comme une institution temporaire, l’UNRRA a l’objectif de nourrir les populations dans le besoin et plus généralement de contribuer au redressement des pays détruits par la guerre pour une période de transition entre le retrait des forces armées d’occupation et la consolidation des nouveaux États. Son principal dessein est d’assister les populations et les États à retrouver des conditions de vie qui leur permettent de participer rapidement à la construction d’un avenir de prospérité économique et de liberté. Dans ce cadre, l’agence se veut l’incarnation d’un idéal de coopération, ciment des relations entre les grandes puissances à l’avenir15.

  • 16 J.-D. Cohen, « Between Relief and Politics: Refugee Humanitarianism in Occupied Germany 1945-1946  (...)

15Fondés sur des valeurs libérales et un projet ambitieux de redressement politique et social, les principes de l’UNRRA postulent une aide universelle, indépendamment des croyances et des affiliations partisanes des bénéficiaires. Le champ d’activité de la nouvelle organisation se divise en quatre domaines principaux : secours essentiels (nourriture, benzine, etc.), service d’entraide (rapatriement, assistance médicale), réhabilitation de la production (semences, experts agricoles) et réhabilitation des biens publics (eau, gaz). En rupture avec l’idéologie philanthropique axée sur le volontariat privé incarnée par Hoover durant le conflit précédent, ceux-ci misent désormais sur une institution internationale financée par les principaux gouvernements. Portée par une vision optimisme des progrès scientifiques et de la gouvernance des États, l’UNRRA incarne la volonté de dépasser le modèle d’intervention humanitaire dominé par les associations caritatives privées. Les promoteurs de cette nouvelle organisation cherchent à imposer, à l’opposé de la Société des Nations, les institutions internationales interétatiques comme acteur dominant du champ humanitaire16.

  • 17 Voir par exemple les débats menés au sein de la Commission to Study the organisation of Peace, thi (...)

16Influencés par les nombreuses discussions sur les expériences menées par les institutions humanitaires après la Première Guerre mondiale et la volonté d’éviter une nouvelle crise sociale et sanitaire, les modèles humanitaires développés durant cette période sont marqués par l’expérience du New Deal et par la gouvernance des populations en guerre17. Ils sont influencés par les progrès scientifiques, par le succès de l’expérience de planification américaine, ainsi que par une vision optimiste de l’avenir de l’Europe.

  • 18 D. J. Shaw, World Food Security. A History since 1945, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, Fran (...)

17Pour l’une des personnalités les plus influentes dans les institutions internationales en gestation, le nutritionniste John Boyd Orr, premier directeur de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la fin de la guerre constitue une opportunité pour reconstruire un avenir de paix et de prospérité. Durant cette période, il propose la mise sur pied d’un programme de secours dans les zones touchées par la famine, le contrôle des prix des produits alimentaires, mais aussi l’ouverture de crédits aux pays les moins avancés technologiquement pour entreprendre une modernisation de la production agricole. Son intention est de développer un système de gestion mondiale des ressources alimentaires pour assurer la bonne santé de la population mondiale et l’augmentation de la production agricole. Un tel système, qui sera paralysé après la guerre par le début de la guerre froide et les intérêts des principaux pays exportateurs, garantirait selon lui de lancer un cercle vertueux permettant de réduire la misère, d’augmenter la production industrielle et plus généralement la prospérité mondiale18.

  • 19 À noter que le standard du Committee of the Council for Europe fixe le besoin humain moyen à 2 650 (...)

18Le projet de l’UNRRA se caractérise par la volonté de mettre sur pied une véritable machinerie humanitaire déterminée par la planification, par les progrès de l’industrie alimentaire et des sciences de la nutrition, dont la guerre constitue un extraordinaire laboratoire d’expérimentation, ainsi que par le recours à des experts et d’autres spécialistes formés au travail social. À l’exemple des activités menées lors de la Grande Guerre par la CRB ou l’ARA, l’UNRRA apparaît, dans le domaine de l’alimentation, comme une institution qui facilite la mise en commun des ressources financières et agricoles disponibles et qui assure leur transport et leur distribution aux institutions nationales en charge de la répartition des secours. Cette mise en œuvre s’accompagne d’un effort de mesure, de calcul et de prévision des ressources agricoles mondiales et des besoins des populations dans les pays les plus touchés par les épreuves de la guerre. L’objectif de l’institution est notamment de maintenir une ration minimum de 2 000 calories pour maintenir à un niveau acceptable l’état sanitaire des territoires européens jusqu’au rétablissement des économies nationales19.

Famine mondiale

  • 20 B. Shephard, « “Becoming Planning Minded”: The Theory and Practice of Relief 1940-1945 », Journal (...)
  • 21 J. Reinisch, « “We Shall Rebuild Anew a Powerful Nation”: UNRRA, Internationalism and National Rec (...)

19Malgré les perspectives optimistes suscitées par la création de l’institution et ses ambitions initiales, l’UNRRA doit faire rapidement face à de nombreux problèmes opérationnels. Soumise sur le terrain à l’autorité des armées d’occupation et des États, la marge de manœuvre de la nouvelle agence reste étroite. En outre, la concession de contingents alimentaires et de moyens de transport est étroitement dépendante des autorités américaines qui financent deux tiers du budget de l’institution (2,6 milliards de dollars pour un total de 3,6 milliards de dollars)20. Cette situation favorise à la fois les préventions des pays communistes et, à l’opposé, la réticence de Washington au moment de mettre d’importantes ressources à la disposition de certains gouvernements qui poursuivent un projet de soviétisation de leur État21.

  • 22 League of Nations, Famine, Food, op. cit.
  • 23 J. Reinisch, « Introduction: Relief”, art. cit., M. Harrisson, Medecine and Victory: British Milit (...)
  • 24 K. Gardikas, « Relief Work and Malaria in Greece 1943-1947 », Journal of Contemporary History, vol (...)
  • 25 B. Shephard, « Becoming Planning », art. cit.
  • 26 G. Woodbridge, UNRRA: the history of the United Nations Relief and Rehabilitation Administration, (...)

20Néanmoins, dans une première étape, le principal problème de l’institution est l’organisation d’une structure opérationnelle22. Certes, conjugués aux moyens sanitaires dont disposent les armées dans leur lutte contre les épidémies, notamment le DDT23, l’UNRRA obtient des résultats significatifs contre la malaria en Italie et en Grèce24. Cependant, alors que les troupes alliées avancent en Europe continentale, l’UNRRA ne fait débuter les expéditions de nourriture qu’au printemps 1945. N’échappant pas à certains défauts structurels de la Société des Nations, la lourde machine administrative de l’UNRRA absorbe une partie significative du budget25, ne laissant guère de ressources pour le financement des opérations. En outre, la priorité réservée à l’effort militaire explique que l’UNRRA doive faire face à de très grandes difficultés pour obtenir les tonnages suffisants pour le transport entre l’Amérique du Nord et le continent européen. Finalement, selon les statistiques de l’institution le total de la nourriture délivrée par l’UNRRA représente une valeur 1,236 milliard de dollars soit 9,131 millions de tonnes (principalement des grains, graisses, huiles, viandes et poissons)26.

  • 27 F. S. V. Donnison, Civil affairs and military government: north-west Europe, 1944-1946, Londres, H (...)
  • 28 Voir notamment l’étude publiée par la Société des Nations qui souligne l’insuffisance des secours (...)

21Sur le terrain, l’institution internationale est dépassée par la situation catastrophique régnante dans de nombreux pays après la fin des combats. À la différence du conflit précédent, une grande épidémie est évitée, mais la famine menace de nombreuses régions de la planète posant d’importants défis aux États victorieux. Ainsi, en Allemagne, après la reddition, les troupes d’occupation se trouvent confrontées à un contexte sanitaire et alimentaire alarmant. En avril 1945, la ration quotidienne moyenne de la population allemande est de 1220 calories27. La situation est considérée comme particulièrement urgente en Chine et au Japon. En mai 1945, à Tokyo, la ration des civils se limite à 530 calories. Selon les autorités américaines, plus de 500 millions de personnes font face à une situation de famine. En outre, durant les mois suivants, la situation s’aggrave considérablement. À cause d’un hiver 1945-1946 très rigoureux, puis, dans certaines régions, d’une sécheresse sévère, en particulier dans d’importants centres de production agricole, comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, la famine menace directement une partie de la population européenne et asiatique28.

  • 29 A. Bentley, Eating for victory: food rationing and the politics of domesticity, Urbana, University (...)
  • 30 Idem.

22Face à l’urgence, en février 1946, le président américain annonce une crise alimentaire mondiale et décide de mesures immédiates pour lutter contre la menace d’une grande famine. Le président américain lance un programme destiné à réduire aux États-Unis la consommation de blé (40 %), de graisses animales (20 %) et d’alcool pour une période de trois mois. Son intention est de réserver 16 % de la production alimentaire américaine pour les secours. Néanmoins, il renonce à un retour au rationnement suspendu après la reddition japonaise. Ainsi, il fait appel à l’engagement volontaire des Américains pour réduire leur consommation29. Comme durant la guerre, les femmes sont incitées à promouvoir les nourritures les plus efficaces au niveau nutritif, à éviter les excès, à relancer des Victory garden pour développer la production, etc., alors que des manifestations et des événements sont organisés afin de susciter la mobilisation nationale et l’engagement volontaire pour lutter contre la faim mondiale30.

23Truman promeut également un Famine Emergency Committee à la tête duquel il nomme Hoover. L’ancien responsable de l’ARA incarne dès lors le combat américain contre la famine. Sa popularité et son expérience préalable légitiment sa nomination et garantissent la popularité de l’action. À notre sens, l’engagement de Hoover dans une structure privée soutenue par l’État apparaît comme un contre-modèle de celui développé par l’UNRRA. Face au projet internationaliste, fondé sur la coopération inter-gouvernementale et la planification, le Comité de Hoover incarne le volontarisme américain axé sur l’engagement de personnalités républicaines au nom d’un idéal chrétien et anticommuniste. Bref, la compassion privée fait face à l’intervention publique et internationale. Dans un discours prononcé à Chicago au printemps, Hoover reprend la rhétorique utilisée durant le conflit précédent :

  • 31 H. Hoover, Addresses upon the American road, 1945-1948, New York, D. Van Nostrand Co., 1949, p. 22 (...)

« Of the Four Horseman of the Apocalypse, the one named War has gone-at least for a while. But Famine, Pestilence and Death are still charging over the earth. And the modern world has added four more to his evil brigade. The names are Destruction, Drought, Fear and Revolution 31 . »

24Suite à sa nomination Hoover entreprend une tournée dans vingt-deux pays d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine avec l’intention de livrer un rapport au président américain sur la situation alimentaire mondiale. Ce voyage de plus de 35 000 kilomètres durant lequel Hoover effectue des passages éclairs dans les principaux pays touchés par la famine apparaît comme une opération essentiellement médiatique. Néanmoins, le document préparé par l’ex-président propose une évaluation globale des besoins mondiaux en céréales.

  • 32 Idem. En 1944, aux États-Unis, la National Planning Association affirme qu’il est nécessaire de ga (...)

25Le rapport estime que 300 millions de personnes sont menacées par la faim jusqu’à la prochaine récolte en particulier dans les centres urbains et les noyaux industriels. Le manque de protéines et de graisses risque de toucher 20 millions d’enfants. Selon le Comité, les besoins en céréales s’élèveraient à 14,5 millions de tonnes dont 8,4 millions de tonnes pour l’Europe, alors que les contingents de céréales disponibles principalement aux États-Unis, en Argentine et au Canada se limitent à 10,9 millions de tonnes32.

  • 33 A. Bentley, Eating for victory, op. cit., p. 153.

26Malgré l’engagement personnel de Hoover et sa popularité, la campagne menée par le Comité est un échec. La grande majorité des Américains n’est plus prête à faire des sacrifices. La consommation de viande ne diminue pas alors que les prix montent ce qui favorise le transfert d’une partie de la production alimentaire en céréales pour le bétail américain33.

Organisations privées et reconstruction

  • 34 Voir la résolution 9 du premier Conseil de l’UNRRA, G. Woodbridge, UNRRA : the history, op. cit., (...)

27Face au bilan en demi-teinte de l’action de l’UNRRA et à la mission très médiatique et sans lendemain de Hoover, il reste à interroger le rôle des organisations privées face à la crise humanitaire de l’immédiat après-guerre. Dans un premier temps, les agences caritatives ont été quelque peu repoussées à la marge du projet inter-gouvernemental de l’UNRRA34. Le rôle des acteurs privés est pensé comme un instrument secondaire et complémentaire au service de la machine humanitaire qu’est l’UNRRA.

  • 35 A. S. McNalty, W. F. Mellor, Health recovery in Europe, Londres, Muller, 1946.

28Selon l’article IV. 2 du règlement de l’agence internationale, l’activité des institutions volontaires est soumise à l’autorisation du directeur général de l’UNRRA. On attend des organisations de secours qu’elles fournissent du personnel dont on reconnaît l’intérêt de l’expérience préalable sur d’autres scènes humanitaires. En outre, dans le cadre des politiques d’occupation, les institutions privées sont engagées pour des tâches spécifiques sous la couverture d’opérations plus générales menées par l’UNRRA et sous la tutelle des troupes d’occupation35.

29Au total, 125 agences privées en provenance de vingt pays collaborent avec l’UNRRA. Celles-ci sont notamment engagées dans des programmes d’alimentation et de développement de la production agricole, des programmes de santé, de lutte contre la tuberculose, d’éducation, de gestion d’orphelinats et de cliniques d’enfants, etc. Selon le point de vue de la National Planning Association, les activités des organisations non gouvernementales devraient suivre les sillons tracés par l’UNRRA :

  • 36 National Planning Association , Food for Europe, op. cit., p. 24.

« Fundamental to the success of any private relief operation is the understanding that it plays an essential minor role, and most therefore gear smoothly into th official UNRRA program 36. »

  • 37 J.-D. Steinert, « Food and the Food Crisis on Postwar Germany, 1945-1948: British Policy and the R (...)

30Cet effort d’intégration et de coordination favorise la mise en place de grands cartels nationaux pilotés par leurs administrations nationales. Ces nouvelles structures facilitent les négociations avec les forces d’occupation, la transmission d’informations entre les acteurs humanitaires et plus généralement un contrôle plus étroit des États sur l’action des institutions caritatives. Dès l’été 1942, le Council of British Societies for Relief Abroad (COSBRA), réunit quarante organisations anglaises dont onze sont présentes en Europe continentale37. Aux États-Unis, un American Council of Volontary Agencies for Foreign Relief est mis sur pied alors qu’au Canada existe un Council of Canadian Voluntary Societies Assisting UNRRA.

31L’échec de l’UNRRA et plus généralement d’un projet de coopération interétatique de reconstruction de l’Europe favorise progressivement l’attribution d’un rôle plus important aux agences privées. En outre, alors que les politiques punitives à l’égard des populations ex-ennemies sont progressivement remplacées par des programmes d’assistance, l’engagement des associations caritatives favorise la création de nouveaux liens entre les États occupants et la population locale. Enfin et surtout, elles facilitent la mobilisation de l’opinion publique et permettent de réunir de nouvelles ressources pour l’aide à l’Europe.

  • 38 P. Ryfman, Une histoire de l’humanitaire, Paris, La Découverte, 2008, p. 37-38, A. Iriye, Global C (...)

32Ainsi, bien que de nombreux auteurs considèrent l’avènement des organisations privées après 1945 comme l’éveil d’un nouvel internationalisme issu de la réaction aux violences de guerre38, nous considérons au contraire que les organisations caritatives privées offrent aux États-Unis un moyen d’intervention efficace pour tisser de nouveaux liens avec les populations des pays occupés suite à la cristallisation progressive des deux blocs qui divisent le continent européen. Dans ce cadre, CARE constitue une institution emblématique et exemplaire de cette nouvelle configuration du champ humanitaire à partir de 1946. Elle nous intéresse particulièrement car l’identité de cette institution se constitue à partir d’une opération d’envois de colis alimentaires distribués après la guerre aux populations européennes.

CARE

  • 39 Ibidem, p. 37 et suivantes.
  • 40 Les études portant sur l’histoire de CARE restent très lacunaires et dominées par des acteurs de l (...)
  • 41 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.
  • 42 Par exemple, depuis le début de la guerre, la société Fraser Morris & Co propose des paquets alime (...)

33Le Cooperative for American Remittances to Europe (CARE), qui devient, à partir de 195239, le Cooperative for American Remittances to Everywhere est mis sur pied quelques mois après la fin des combats avec comme principal objectif l’envoi de colis alimentaires financés par des donateurs américains en faveur de particuliers européens. Constitué à sa fondation par vingt-deux associations privées américaines dont les plus influentes40, CARE met sur pied, dans un premier temps, une opération destinée à assurer les envois de colis des différentes communautés émigrées aux États-Unis vers leurs familles et connaissances en Europe. Ainsi, CARE s’inscrit dans une longue tradition caritative ethnique et illustre le maintien de fortes attaches des populations immigrées avec l’Europe. Il faut noter qu’à la fin de la guerre l’envoi de paquets postaux vers l’Europe est une pratique généralisée. En 1946, plus de 27 millions de colis sont envoyés outre-mer par poste41 et plusieurs sociétés privées se spécialisent dans ce secteur telles les Beinecke Incorporated, European Relief Package Service, ou Bloomingdale & Co42. De cette façon, la nouvelle institution caritative garantit aux Américains de ne pas être la proie d’entreprises commerciales profitant de la forte demande sur ce marché.

34Association inspirée par l’action menée à la fin de la grande guerre par Herbert C. Hoover, l’association CARE s’inscrit dans un mouvement plus général qui débute avec la mobilisation et la création aux États-Unis d’une multitude d’agences privées volontaires au début de la Seconde Guerre mondiale pour l’envoi de secours vers les pays victimes de la guerre. Comme nous l’avons vu au chapitre 8 avec l’exemple du Greek War Relief, ce mouvement, issu généralement d’associations et de clubs locaux, utilise les relations des communautés immigrées avec leur pays d’origine, l’invasion progressive des pays européens par les forces de l’Axe mobilisant successivement les différentes communautés à travers leurs liens de sociabilité ethniques et religieux. En parallèle, ces activités philanthropiques suivent un processus de cartellisation et de contrôle imposé par le gouvernement américain.

  • 43 NYPL CARE 25, memorandum signé Charles P. Taft, 19-10-1945.

35S’appuyant sur le milieu associatif sous tutelle publique, la création de CARE est principalement liée à l’existence d’un important stock de colis de nourriture appartenant à l’armée américaine et préparé dans la perspective de l’occupation du Japon. Selon un mémorandum de l’armée américaine, celle-ci dispose à la fin de la guerre de plus de 450 millions de tonnes de nourriture dans ses entrepôts43. Le largage des deux bombes atomiques et la reddition japonaise avaient écarté la perspective d’une longue campagne en vue de l’occupation du Japon à laquelle se préparait l’économie de guerre américaine.

  • 44 Durant la guerre, l’armée américaine développe différents modèles de colis conformes aux régimes a (...)
  • 45 R. F. Hendrickson, Food « Crisis », New York, Doubleday Doran & co, 1943, voir aussi Nutrition Rev (...)
  • 46 NYPL CARE 3, History of CARE’s Supply Division, manuscrit de Charles Bloomstein. Le colis pèse 30 (...)
  • 47 Il est prévu pour les soldats une ration de 4 100 calories par jour et la constitution d’une réser (...)

36Cette nouvelle conjoncture laisse dans les entrepôts de l’armée 7,7 millions de paquets Ten in One44. Ce colis est prévu pour nourrir dix soldats durant un jour, soit 30 repas complets ou 40 000 calories de produits cuisinés. Produit de la volonté des autorités américaines d’assurer une subsistance riche et variée aux soldats45, il est destiné aux combattants dans l’attente de la mise en place de cuisines de campagne. Emballé dans un matériel robuste prêt à résister aux intempéries et changements climatiques46, le colis apparaît également comme un objet emblématique du travail mené par les équipes de nutritionnistes et d’experts qui sous la direction de l’Intendance de l’armée, à Washington, préparent et planifient l’alimentation des soldats47. La nécessité de liquider rapidement ces rations périssables, avant l’été 1946, à un prix raisonnable, inférieur à la valeur de leur contenu, constitue une opportunité très intéressante au moment où l’agriculture américaine fait face à de nombreuses sollicitations.

  • 48 NYPL CARE 1170, lettre de Clark à Lehman, 26-12-1945.

37Malgré l’existence de cette importante réserve de nourriture qui offre un instrument d’intervention très précieux sur le terrain humanitaire, la fondation de CARE, le 11 novembre 1945 n’est que le premier tournant d’un chemin sinueux48. Jusqu’à l’arrivée du premier colis CARE, le 8 mai 1946 au port du Havre, le projet est plusieurs fois menacé d’abandon, ce que suggèrent les hésitations, les tâtonnements des autorités étasuniennes partagées entre les priorités imposées par l’administration des populations des pays libérés, l’engagement américain au sein de l’UNRRA et la gestion publique des initiatives privées.

38Au sein de l’appareil militaro-industriel américain, les démarches ne sont pas faciles, car il faut successivement contacter l’Office of War Mobilisation and Reconversion qui gère le stockage des colis, mais aussi, après avoir obtenu le feu vert du Département d’État, la Reconstruction Finance Corporation en charge de valider le financement de l’opération, ainsi que l’UNRRA qui bénéficie d’une option préférentielle sur ces colis. Finalement, l’institution doit obtenir des moyens de transport, ainsi que l’accord des troupes d’occupation et des gouvernements des pays bénéficiaires de son action.

  • 49 Engagé par CARE comme General Counsel, Alexander B. Hawes (1906, New York), avocat et conseiller d (...)
  • 50 Par exemple, Louis S. Scherer, premier responsable de la Supply Division de CARE, est un ancien ca (...)

39La création de l’institution peut finalement se concrétiser grâce à l’engagement d’une élite d’acteurs portée par le souvenir héroïque de l’action de Hoover après la Première Guerre et guidée par une large connaissance de la complexe machine administrative et militaire américaine durant la guerre. Parmi les initiateurs de CARE et ses futurs employés, on distingue un mélange formé par d’anciens collaborateurs de l’ARA, des hauts fonctionnaires de l’État ou de l’UNRRA, comme Arthur C. Ringland ou Alexander B. Hawes, conseiller diplomatique pour l’UNRRA49, et par d’anciens militaires, naguère engagés dans la gestion de la complexe économie de guerre de l’armée, et par des spécialistes du commerce industriel50.

  • 51 Voir NYPL CARE 14, accords signés entre le Département de l’agriculture américain (D. A. Fitzgeral (...)
  • 52 Voir S. O. Cazier, Care: a study, op. cit.

40Une fois ces premiers problèmes dépassés, CARE parvient finalement à obtenir 2,8 millions de colis Ten in One51. Il faut souligner que cet important volume engage l’association dans une opération ambitieuse et très délicate au niveau financier, ce qui confirme la volonté des initiateurs de proposer un nouvel ARA52.

Colis pour l’Europe

  • 53 NYPL CARE 1170, minutes du Board of Directors de CARE, 15-2-1947.
  • 54 W. J. Campbell, History of CARE, op. cit., p. 32.

41 CARE débute son opération en février 1946 par une série de conversations à Washington avec les représentants des pays libérés (Pologne, Suède, Finlande, France, Grèce) et les agences américaines privées53. Ces premiers échanges sont possibles grâce au soutien actif de la diplomatie américaine et de l’UNRRA. Pour développer son projet, CARE conditionne ses envois à différentes exigences qui vont être l’enjeu de ces premières négociations. En effet, l’administration américaine, en fait le War Assets Corporation, accepte de vendre les colis sous trois conditions. Les autorités locales doivent garantir l’entrée des colis libres de taxes, assurer une protection pour les transports, stockage et distribution, et s’engager à ne pas prendre de mesures discriminatoires contre les bénéficiaires, notamment en leur retirant une partie de leurs coupons de rationnement54.

  • 55 R. D. Wiggers, « The United States », art. cit.
  • 56 Il semble que H. Hoover, lors de sa visite en Europe dans le cadre de Famine Emergence Comittee jo (...)
  • 57 Chapitre 13, « Les donateurs », C. Bloomberg, History of CARE, op. cit.

42Lors des négociations, le principal point de tensions entre CARE et les gouvernements et autorités d’occupation est le système de distribution des colis déterminé uniquement par les donateurs indépendamment des besoins objectifs du pays de destination. Par exemple, le gouverneur militaire pour le secteur américain d’occupation, le général Lucius D. Clay, qui exprime au début de 1946 son inquiétude face au développement du communisme comme conséquence des sacrifices alimentaires de la population55, exige la concession d’une aide plus « généralisée » qui puisse favoriser les populations faisant face aux plus grands besoins. Il considère que le système de CARE doit bénéficier aux personnes ayant un « oncle » en Amérique, indépendamment de leur responsabilité et de leur situation personnelle durant la guerre et dans l’immédiat après-guerre. Finalement, avec les zones occupées en Allemagne, CARE est obligé de faire des concessions et de s’engager à réserver 50 % de ses envois à une aide générale, soit sans destinaire désigné par les donateurs. Une exigence semblable est formulée pour la zone britannique56. Cependant, cet objectif est loin d’être atteint, les envois individuels représentant dans les deux premières années de l’action de CARE en Europe, plus de 95 % des envois totaux57.

  • 58 CARE envisage la possibilité de retirer les cigarettes du colis militaire, mais le coût de cette o (...)

43La présence de sucre et surtout de cigarettes dans les paquets alimentaires suscite également d’importantes critiques de la part des administrations locales. En effet, ces marchandises représentent des produits très valorisés sur le marché noir, sans être des produits de première nécessité58. En outre, pour les autorités des États européens dont les rentrées en devises sont extrêmement réduites, le maintien des impôts sur ces produits constitue un enjeu financier non négligeable.

  • 59 Le premier groupe de pays comprend, les pays Scandinaves, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la (...)

44Cependant, la situation alimentaire catastrophique des populations européennes joue rapidement en faveur de CARE dont les responsables signent des accords successifs en trois grandes étapes59. La majorité des gouvernements des pays d’Europe occidentale accueille finalement très positivement le projet CARE qui leur permet de donner une réponse efficace, malgré ses limites, aux besoins de la population.

  • 60 NYPL CARE 14, rapport, 15-10-1948, CARE Stuttgart.

45Suite à la signature de ces accords et l’arrivée des premiers colis, CARE organise son opération sur la base de délégations implantées à l’échelon national, généralement installées dans des locaux fournis par le gouvernement dans la capitale correspondante. Le personnel de CARE se réduit généralement à un chef de mission, assisté par un ou deux assistants et quelques employés locaux en charge des inventaires, de la gestion des stocks, de la correspondance, voire de la distribution. Plus tard, avec le développement de l’action, les équipes s’étoffent quelque peu à l’exemple de l’important centre de Stuttgart dont le personnel est constitué, en octobre 1948, par six membres américains et quatorze collaborateurs allemands60.

  • 61 Chapitre « Oversea », C. Bloomberg, History of CARE, op. cit.
  • 62 NYPL CARE 13, rapport de W. C. Moore, 11-8-1946.

46Dans les grandes villes, les bénéficiaires sont généralement avertis par un courrier postal qui les invite à retirer à l’entrepôt central leur paquet. Dans les régions périphériques, CARE s’efforce de mettre en place un réseau d’entrepôts, afin d’assurer la distribution, soit directement par camions, soit dans certains cas par courrier postal. Ainsi, sur le territoire allemand, CARE utilise 225 dépôts dans la zone britannique, 155 dans la zone américaine et 125 dans la zone française61. Les distributions ont parfois lieu grâce à des remises directes dans les localités périphériques, comme à Teplice en Tchécoslovaquie en été 1946, où un peu plus de 7 000 paquets chargés sur deux jeeps avec de larges emblèmes CARE sont distribués parmi la population62.

  • 63 NYPL CARE 2, dossier France, note Bloomstein.
  • 64 Par exemple, des soldats tchèques sont envoyés jusqu’à Hambourg pour réceptionner les colis CARE e (...)
  • 65 NYPL CARE 1170, rapport de French suite à une conférence à Paris en présence des délégués en Europ (...)

47Avant de poursuivre, il faut noter que la première étape de l’activité de CARE en Europe est un échec relatif. En effet, l’agence peine à garantir un service efficace. Mis à part des taux de change très défavorables (en France par exemple le taux de change officiel est de 1 dollar pour 117 francs français, mais sur le marché noir celui-ci s’élève à 1 dollar pour 375 francs français), CARE rencontre de grandes difficultés pour livrer ses colis dans des délais raisonnables. La destruction des voies de communication, en particulier en France et en Allemagne, explique des retards de plus de six mois pour les livraisons destinées à l’Allemagne63. Dans ce pays, seuls les ports de Hambourg et Brême sont encore en fonction. Ce dernier, qui est le principal point d’entrée de l’aide alimentaire, est en proie à l’insécurité, les entrepôts faisant l’objet de pillages réguliers par les dockers eux-mêmes. Finalement, le manque de policiers disponibles en Allemagne après la guerre est compensé partiellement par l’envoi de gardes des pays destinataires pour accompagner les convois64. De même, CARE fait face à d’autres problèmes liés notamment à la destruction d’une partie des villes et aux déplacements massifs de population qui rendent difficile l’utilisation des adresses fournies par les donateurs et l’identification des bénéficiaires, en particulier au sud et à l’est de la Pologne65.

  • 66 Voir dossier NYPL CARE 15.

48Cependant, les causes essentielles de ces débuts très hésitants qui menacent de paralyser l’opération à la fin de l’année 1946, sont liées aux difficultés de CARE de s’imposer sur le marché philanthropique américain. Le lancement de son action correspond à un reflux des dons privés qui avaient atteint un sommet durant la dernière année de la guerre. De même, CARE, en tout cas durant le premier semestre 1946, reste peu connu des Américains. Au début de septembre 1946, seuls 300 000 colis ont été vendus, loin des attentes initiales66.

  • 67 « CARE Inc », Fortune, décembre 1945.

49Une certaine confusion quant au caractère non lucratif de l’association semble également subsister parmi le public américain. Le prix de 15 dollars par colis détourne une partie des donateurs potentiels, comme le suggère une enquête commandée par CARE. En moyenne, le prix dans un commerce de détail du contenu du colis-standard en 1947 est estimé, sans les taxes et les frais d’envois, à 9,60 dollars67.

  • 68 Voir NYPL CARE 23, contrat du 1-9-1946 (le contrat est prolongé du 1-10 à 31-12-46 à un prix rédui (...)
  • 69 NYPL CARE 14, minute Board of Directors, 10-9-1946.
  • 70 NYPL CARE 3, C. Bloomberg, History of Care, op. cit, chapitre 3 « Reorganization ».

50La baisse du prix du colis à 10 dollars en automne 1946, suite à un accord passé avec l’armée, joue effectivement un rôle important dans l’augmentation des dons68 qui suit de quelques semaines l’ouverture à CARE des zones d’occupation en Allemagne. En juin 1946, le début du programme de distribution de colis CARE à la zone anglaise et américaine, puis à Berlin (en septembre les autorités soviétiques acceptent que les Berlinois en zone soviétique puissent aller chercher des colis CARE dans les autres zones69), est lié à une augmentation des paquets à 23 000 unités par mois en juillet – en mai, les ventes se limitaient à 3 000 colis hebdomadaires. En septembre, les ventes continuent sur une courbe ascendante, avec un peu moins de 100 000 colis mensuels. Cependant, ces chiffres positifs sont encore loin des 600 000 envois mensuels envisagés au début du projet70.

CARE, entreprise humanitaire

51Cette évolution illustre la gestation complexe d’une entreprise de l’humanitaire de masse inspirée des méthodes d’organisation de l’armée en guerre et de l’économie libérale. À l’image des principales associations caritatives américaines, CARE établit son siège à New York, principal centre de distribution de l’aide vers l’Europe. À partir de 1947, elle emploie 830 collaborateurs à son siège, qui comprend trois lieux sur Broad Street (deux étages au no 20, deux étages au no 50 et un espace au no 24).

  • 71 NYPL CARE 1170, Special Survey Committee, 26-5-1958.
  • 72 NYPL CARE 527, « Overseas Procedure for Handling Rem-Rand Delivry Receipts », 2-5-1947, et NYPL CA (...)

52La réorganisation de la société et son développement se font notamment avec l’aide d’une société prestigieuse de conseil, Loeb & Troper71. Sur le plan administratif, CARE se procure les instruments les plus modernes pour gérer les commandes et les stocks, en introduisant notamment, à l’été 1946, un système de cartes perforées traitées par des machines IBM qui sont par la suite remplacées par des machines Remington Rand72.

  • 73 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.
  • 74 Voir American Red Cross, Red Cross Service Record, Accomplisments of seven years, July 1, 1939 - J (...)

53 CARE construit son succès par la mise en place d’une véritable économie du colis, comme le suggère de manière heureuse le titre d’un article du magazine Fortune, en décembre 1947 : « CARE Inc. […] in wich American Business methods are uniquely mixed with the spirit of charity73. » Le passage d’une économie associative à une véritable industrie du secours alimentaire se caractérise par le développement de techniques d’empaquetage et de transports au service d’une plus grande rentabilité et d’une meilleure efficacité, et suit le modèle utilisé par la Croix-Rouge américaine durant la guerre74.

  • 75 Chaque unité est facturée 40 cents par l’entreprise Mack Packs, voir NYPL CARE 23, accords avec Ma (...)
  • 76 NYPL CARE 3, dossier sur la Supply Division.

54Le centre de production de « colis » est basé à Philadelphie au « Pier 38 », dans un entrepôt de plus de 17 000 m2 employant 430 ouvriers et équipé de trois chaînes de montage qui peuvent préparer 1 200 colis par heure75. Les colis sont déposés sur des palettes d’une demi-tonne avant leur transfert vers un double dock qui permet de charger en parallèle deux cargos avant leur départ pour l’Europe76.

  • 77 Dans cet accord, CARE s’engage à libérer 1 million de paquets inclus dans l’accord de février 1946 (...)

55Fin 1946, après avoir écoulé 1,8 million de colis de l’armée77, CARE se voit contraint, pour poursuivre son action, de lancer son propre New Food Package qui devient rapidement le « colis standard ». Constitué principalement de conserves et réunissant des produits capables de supporter une longue période d’entreposage et un transport transatlantique, le « colis standard » emballé dans du carton résistant à l’humidité contient de la nourriture choisie pour combler les nombreuses lacunes de l’alimentation des populations victimes de la guerre. Sur le modèle du Ten in One, le colis, composé notamment de jus de fruits en poudre, de chocolat, de fromage et de sucre, propose des produits de qualité avec un apport énergétique significatif.

  • 78 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit.

56Dans ce but, des consultations sont ouvertes, en particulier avec une équipe de nutritionnistes dont fait partie Janet Leckie, une ancienne collaboratrice du service colis de la Croix-Rouge américaine, afin de rassembler les aliments les plus efficaces du point de vue calorique et diététique, les moins fragiles en termes de conservation et répondant aux habitudes alimentaires de la population européenne. On cherche notamment à apporter une amélioration par rapport au colis militaire dont le rapport prix-valeur calorique n’est pas optimal, notamment en raison de la présence d’une forte proportion de viande et de l’absence de farine ou de riz. L’objectif essentiel est, comme auparavant, d’offrir une nourriture complémentaire qui offre aux populations européennes un régime plus varié avec un apport minimum de 2600 calories par jour. Enfin, avec ce nouveau colis, CARE peut supprimer les cigarettes (100 à 200 selon le modèle de colis), produit particulièrement apprécié sur le marché noir et servant généralement de monnaie alternative78.

  • 79 NYPL CARE 3, entretien de Charles Bloomstein avec Louis S. Scherer, chef de la Supply Division, 26 (...)

57Le New Food Package répond également à des contraintes administratives, humanitaires et financières : le prix total des aliments ne doit pas dépasser 7,50 dollars, il doit être résistant et son poids ne doit pas excéder 10 kg (vingt-deux pounds) pour permettre son expédition par les postes européennes79. Le nouveau colis, avec une valeur nutritionnelle de 43 000 calories, propose un meilleur rapport prix-valeur alimentaire.

  • 80 S. O. Cazier, Care: a study, op. cit., chapitre 8.

58Ce produit CARE est à la frontière entre l’article commercial et l’objet humanitaire (fig. 59). Il impose à l’agence philanthropique de se fournir en farine au Nebraska et en Indiana, en viande chez Sells Specialities à Brooklyn, en sucre auprès de Domino, en fruits secs auprès de California Fruit Cooperative, mais aussi à l’extérieur des États-Unis, notamment au Royaume-Uni (viande en conserves), à Cuba et en Israël (chocolat), au Brésil (café), etc. Cette politique d’achat se développe alors que l’institution ouvre des bureaux de vente de colis à l’étranger, en été 1948, au Brésil, qui comprend une grande communauté japonaise, juive et européenne, mais aussi au Canada, au Chili, au Pérou et au Mexique80.

  • 81 À noter que le « paquet couverture » connaît un début difficile, car de nombreuses couvertures rac (...)

59Il s’agit également de s’adapter aux exigences religieuses, en particulier des juifs orthodoxes, par l’introduction de nouveaux colis casher. Auparavant, les donateurs issus des milieux juifs orthodoxes appuyaient l’écoulement des colis Ten in One, estimant que l’urgence de la situation alimentaire autorisait l’assouplissement des normes alimentaires. Cependant, les principales plaintes sur le contenu du colis standard proviennent des émigrés d’origine italienne ou grecque. Elles pointent le contenu peu adapté au goût et traditions culinaires méditerranéennes. Ainsi, afin de répondre aux exigences des différents donateurs, CARE propose progressivement un catalogue de colis adaptés aux goûts et aux nécessités des différents pays inclus dans sa zone d’action, avec la mise en vente d’une douzaine de colis (Italian and Greek Food, British Food, Holiday Package, etc.), incluant des colis comportant des couvertures et des vêtements (Blanket package, Woolen suiting, etc.)81.

60Attentive à l’offre et à la demande, CARE réussit finalement à s’imposer parmi les principales institutions humanitaires grâce à une large campagne de communication qui connaît plusieurs étapes en raison des hésitations de certains membres de CARE soucieux de préserver son identité non lucrative, puis de développer les ventes après des premiers mois d’activité très décevants.

  • 82 NYPL CARE 899.

61Au début, sous la direction de son premier manager des ventes, John Speaks, publicitaire et ancien collaborateur de l’ARA, la communication de CARE s’adresse aux journaux des principales communautés immigrées. Malgré un budget très limité, CARE bénéficie d’un premier appui décisif du président Harry S. Truman qui décide de participer à une opération de publicité en sa faveur. Le 14 mai 1945, une information largement reprise par la presse présente le président américain achetant cent paquets CARE, soit dix par pays inclus dans l’opération. En mai également, Fiorello La Guardia, directeur de l’UNRRA, exprime à son tour son appui en déclarant à la radio que le paquet de CARE signifie « one of the best values I ever seen82 ». De même, l’American Banker Association, sur le modèle de son engagement décisif lors de la campagne pour l’ARA, accepte de diffuser dans ses filiales de la publicité pour l’action de CARE. La conjonction de ces événements joue un rôle essentiel dans sa progressive implantation dans le territoire américain, lui donne son assise au niveau local et qui constitue un élément décisif de son succès.

  • 83 NYPL CARE 1170, minutes, Board of Directors, 7-8-1945.

62Durant l’été 1946, face aux résultats encore décevants du premier semestre de vente de colis, CARE décide de débloquer un budget de 50 000 dollars pour se faire connaître et destiné à un programme de publicité dans 144 journaux83. Avec l’appui de conseillers en relations publiques au nombre desquels on compte Howard Chase, ex-vice-président de General Food, des entreprises publicitaires professionnelles sont mandatées par CARE, telles Flannely & Woodward, une entreprise spécialisée dans le marché féminin, et Benton & Bowles.

63À partir de là, CARE communique en cherchant à émouvoir les potentiels donateurs avec la situation européenne. Tous les moyens publicitaires sont mobilisés : deux à trois communiqués hebdomadaires sont diffusés dans la presse nationale, alors que tous les quinze jours un communiqué en dix langues est distribué à la presse étrangère. Des histoires personnelles sont rédigées et transmises, en particulier à la presse religieuse et syndicale. Des annonces sont préparées pour les programmes radios. En parallèle, CARE a recours à d’autres formes de sollicitations, notamment par l’envoi de courrier aux institutions et donateurs potentiels et comme pour l’opération réalisée à la fin de la Première Guerre mondiale des cartes postales sont remises aux populations européennes pour qu’elles sollicitent leurs proches aux États-Unis.

  • 84 Voir notamment NYPL CARE 527, « Diplomatic Chefs shows How Europe’s Needy Can Use CARE Food Packag (...)

64Mis à part des conférences de presse régulièrement tenues, CARE organise des événements mondains afin de promouvoir son action dans les milieux influents, à l’image d’une soirée, début 1947, à l’hôtel Maryflor à New York, animée par onze responsables de légations et d’ambassades qui, pour l’occasion, préparent des menus traditionnels de leur pays d’origine en utilisant le contenu d’un colis CARE. On peut s’interroger sur l’opportunité et le bon goût d’une telle démarche, mais les tagliatelle de Pompei Lambi, chef de l’ambassade italienne, le cake royal d’Adèle Leroux, femme de l’ambassadeur belge, et la moussaka de Paul Loukas de l’ambassade grecque ont certainement été appréciés par les milieux philanthropiques new-yorkais et font l’objet, le lendemain, de comptes rendus dans la presse nationale84.

  • 85 S. O. Cazier, Care: a study, op. cit., Chapitre 4 (CARE NYPL 4).
  • 86 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

65Au début de l’année 1947, le principal vecteur de cette conquête de l’espace public reste le soutien de l’Avertising Council qui, à l’image de la Nation Publishers Association, offre des espaces publicitaires dans des journaux nationaux85. Cette puissante association qui prend le relai du War Advertising Council est créée par l’industrie publicitaire et les médias pour soutenir des campagnes de promotion de sujets d’intérêt national, en offrant des espaces de publicité gratuits. Dès lors, CARE multiplie sa présence auprès du public américain sous les formes les plus variées : CARE produit six petits films promotionnels (de cinq à quinze minutes), il est présent sur les panneaux d’affichage de l’ensemble du pays, dans les gares ferroviaires, sur les cartes routières et dans les journaux, notamment sous la forme de cartoons signés par le dessinateur O. Soglow dans le New York Magazin. La campagne se traduit par une augmentation importante des ventes quotidiennes de colis qui représentent, à la fin 1947, plus de 20 000 colis. Pour l’année 1947, l’agence caritative atteint un chiffre record de vente de 4 millions de paquets représentant un bénéfice de 39 millions de dollars86.

  • 87 Né à Philadelphie, journaliste à The Philadelphia Record, directeur d’État (Pennsylvanie) pour le (...)

66L’entrée de CARE dans l’ère du marketing humanitaire influence également son évolution institutionnelle. Après avoir été dirigée par le général William N. Haskell, ancien responsable de la mission de l’ARA durant la famine soviétique, qui permet à CARE de gagner la confiance des milieux officiels, le nouveau directeur, Paul Comly French, qui entre en fonction en 1947, est un quaker, journaliste de formation, qui modernise l’organisation de l’institution et qui devient l’incarnation de l’institution pour le grand public87.

  • 88 NYPL CARE 3, C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 391.
  • 89 NYPL CARE 25, « Report on World Food and Conditions » [1948], Paul Comly French.

67Produit de l’économie de marché et de l’économie de guerre américaines, le colis CARE s’impose dès lors comme un objet emblématique de l’aide américaine d’après-guerre, manifestant les sentiments de solidarité du peuple américain avec les victimes de la guerre. Considéré comme l’« unofficial ambassador from the American people88 », CARE constitue pour la diplomatie américaine un investissement extrêmement rentable. Selon Comly French, « They are person-to-person gifts, designed to build friendship and goodwill, designed to provide maximum value per dollar89 ».

68Financée par la société civile, l’aide personnalisée proposée par CARE est perçue comme un moyen extrêmement efficace de créer un courant de sympathie favorable aux États-Unis. Les acteurs de CARE se plaisent à comparer l’aide massive et « impersonnelle » des agences publiques et internationales fournie à la fin de la guerre, avec une aide individuelle qui met en contact directement le peuple américain avec les bénéficiaires.

69Au-delà de sa dimension calorique, le colis CARE a une dimension psychologique et symbolique qui explique partiellement son succès. Pour l’historien de l’institution, Charles Bloomberg, le « colis-cadeau » investit l’imaginaire religieux et familial :

  • 90 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 413.

«The package countains more than calories or warm clothing – it holds hope. And in a world this bleak, hope is perhaps the priceless ingredient […] by it’s work in breaking down barriers beetween nations and creating everywhere a feeling of friendship for America and Americans 90

Ébauche d’un bilan

  • 91 Selon l’article Article 1 de ces statuts: « the principal purpose of the association is to mitigat (...)
  • 92 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., « The Home Office », chapitre 5.

70Malgré ses débuts très difficiles, CARE se développe sur des principes simples et un modèle qui s’inscrit dans l’évolution de la politique philanthropique du gouvernement américain. Sur une base désintéressée, CARE vend à un prix très favorable des colis à des particuliers américains, pour les envoyer ensuite à des destinataires désignés par eux91. CARE s’impose en quelques années comme une agence importante parmi les acteurs des actions de secours de l’immédiat après-guerre. Fin 1947, son aide, qui se résume à l’envoi de paquets de nourriture, s’élève à plus de 3,5 millions de colis distribués dans quatorze pays différents. Elle devient la principale agence laïque, avec une part de plus de 40 % des secours convoyés par les agences américaines privées durant le premier semestre 194792.

  • 93 S. O. Cazier, Care : a study, op. cit., p. 180.
  • 94 Ibidem, pp. 180 et suivantes. Selon Stanford O. Cazier, cette contribution de la colonie allemande (...)

71Il ressort du bilan chiffré de l’organisation que, malgré des actions non négligeables dans certains pays comme la Grèce ou l’Autriche, CARE mène, durant ces premières années, l’essentiel de ses opérations en Allemagne et en Autriche. En septembre 1946, ces deux pays constituent les destinations de 80 % des dons de CARE93. L’importance de l’intervention dans ces pays est d’abord le résultat de la mobilisation des milieux immigrés d’origine allemande qui ont, grâce à la mise en place de CARE et pour la première fois, pu transmettre de l’aide à leurs proches et à leurs familles. Les principaux États contributeurs (Californie, Illinois, Indiana, Minnesota, Michigan, New Jersey, New York, Ohio, Pennsylvanie, Wisconsin) concentrent la grande majorité des six millions d’immigrés d’origine allemande aux États-Unis94.

  • 95 NYPL CARE 17, enquête présentée par la Reaction Analysis Branch, Information Service Division, Pub (...)

72En ce sens, CARE joue parfaitement son rôle d’institution complémentaire des autres agences publiques et internationales. Il est certain que pour les forces d’occupation, engagées dans une politique de dénazification et de contrôle d’un territoire détruit et faisant face à des problèmes alimentaires extrêmement alarmants, la contribution de CARE n’est pas négligeable. Un sondage réalisé au début des années 1950 auprès de 1950 personnes résidant dans l’ex-zone d’occupation américaine à Berlin (zone occidentale) et à Brême suggère qu’en moyenne un sondé sur huit a pu bénéficier de la remise de colis CARE. La majorité déclare avoir une bonne opinion de l’agence américaine, les principales critiques étant réservées au système de distribution considéré comme injuste95.

  • 96 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

73Il est difficile de reconstruire le regard que portent les bénéficiaires sur CARE, cependant, différents problèmes peuvent être pointés. Premièrement, CARE joue pour l’essentiel le rôle d’un « super facteur » motivé par des principes humanitaires. Son opération suit d’abord la demande des donateurs plutôt que la situation et les nécessités imposées par le terrain. CARE renonce à intervenir pour classer, vérifier voire orienter les dons. Cette politique est notamment à l’origine de plaintes en Angleterre dénonçant le fait que certains bénéficiaires se rendent en Rolls Royce pour chercher leur colis CARE ou demandant directement à leur chauffeur de le récupérer. En Allemagne, il semble que le premier colis CARE distribué en Bavière soit destiné à l’ancienne secrétaire d’Adolf Hitler et qu’il a été financé par « un admirateur96 ».

  • 97 Le refus soviétique est justifié par l’exigence d’obtenir une partie de l’aide sous forme d’« aide (...)
  • 98 NYPL CARE 2, notes, Charles Bloomberg.
  • 99 C. Bloomberg, History of CARE, op. cit., chapitre 3, « Reorganisation ».

74Il est vrai que l’intervention de l’institution caritative américaine en Europe centrale rencontre de nombreuses difficultés qui expliquent la quantité relativement réduite de ses envois vers ces régions. Certes, malgré le refus de l’URSS, en 1946, d’accepter une opération CARE sur son territoire97, CARE parvient à transmettre environ 400 000 colis en Tchécoslovaquie et en Pologne. En revanche, en Hongrie, en Bulgarie et en Roumanie, son intervention est quasi paralysée par des problèmes aussi bien d’ordre technique que politique. L’exigence de CARE de respecter la liberté des donateurs de choisir les bénéficiaires de leurs dons s’oppose à la volonté des nouveaux régimes communistes d’écarter de l’aide extérieure certaines minorités, à l’exemple des Allemands de Roumanie ou des Sudètes en Tchécoslovaquie98. De même, dans un climat de phobie du traître et de l’ancien collaborateur avec l’Axe, les nouvelles administrations communistes placent CARE, cartel étranger et américain de surcroît, sous étroit contrôle. De sorte que mis à part les difficultés posées par le ravitaillement en essence les taux de change extrêmement défavorables, l’agence américaine doit faire face à de nombreux obstacles, tels que des menaces de représailles contre certains bénéficiaires des colis CARE99.

  • 100 NYPL CARE 1, courrier du révérend Patrick O. Boyle, directeur exécutif du War Relief Services, Nat (...)

75Le deuxième problème majeur auquel est confrontée l’institution est lié à la valeur commerciale de contenu du colis CARE dans l’Europe de l’après-guerre. Ainsi, dans les pays souffrant d’une grave crise alimentaire, le colis constitue un objet idéal pour alimenter le marché noir local et un moyen de s’enrichir rapidement. La différence entre la valeur du contenu de ces colis aux États-Unis, vendu 15 dollars dans un premier temps, puis 10 dollars dès l’automne 1946, et celle de ces produits en Europe, est très intéressante pour les trafiquants. Le prix du colis sur le marché noir en Europe peut effectivement atteindre entre 100 et 150 dollars100.

  • 101 NYPL CARE 3, European Exchange service, Report, 25-10-1948.

76Le modèle d’intervention de CARE, fondé sur un service individuel, soulève également quelques doutes sur l’efficacité du rapport entre l’investissement des donateurs et la valeur de l’opération du point de vue alimentaire. Nous avons vu que le colis Ten in One avait été à l’origine de certaines critiques concernant son apport calorique. De même, fin 1948, un nutritionniste souligne dans un mémorandum la possibilité d’augmenter de 55 % le « potentiel » nutritionnel du colis standard avec le même prix d’achat101. En outre, le colis CARE représente un investissement administratif et financier supérieur à l’envoi massif de nourriture vers les populations nécessiteuses. Ainsi, CARE s’inscrit dans un marché de l’aide individuelle qui donne la priorité à un service plus attractif pour le donateur quitte à mobiliser une partie de ses moyens pour la production de colis individuels et pour la gestion administrative des demandes.

77L’intervention de CARE s’inscrit bien dans le cadre d’une économie de l’humanitaire, mais s’impose également comme un instrument très apprécié d’une diplomatie de la compassion et du secours. Produit de la guerre totale, CARE réélabore des techniques de production et de mobilisation héritées de l’économie de guerre. D’une certaine manière, le carton estampillé CARE-USA des colis privatise des pratiques développées par l’armée en modifiant le rapport entre le donateur et les « victimes ». En ce sens, CARE peut être considéré comme une opération de neutralisation d’un instrument d’intervention militaire, le colis, mais aussi comme un prolongement de l’action de la Croix-Rouge américaine qui, durant la guerre, envoie outremer des millions de colis pour les prisonniers de guerre alliés. Il est certain que CARE bénéficie de ces expériences préalables.

  • 102 Voir G. Weyerer, « CARE Packages », art. cit.
  • 103 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 363.

78Dans un contexte de montée des tensions entre les blocs, le caractère « civil » du colis-cadeau CARE s’impose comme un instrument psychologique utile à la reconstruction des liens avec la population allemande102. Face aux hésitations de la politique américaine à l’égard de l’Allemagne, CARE signifie une main tendue à la population allemande, en particulier pendant le blocus de Berlin (à ce moment-là, les colis CARE contribuent pour 60 % à l’aide des organisations privées envoyée aux Berlinois)103. L’aide apportée par CARE, par son caractère individuel et par la création d’un lien direct entre la population américaine et les victimes européennes, représente un instrument utile pour la création d’un courant de sympathie pour l’Amérique dans un contexte de début de guerre froide, en particulier dans les zones d’occupation en Allemagne. Finalement, le contenu des colis apparaît comme une vitrine des progrès de la production industrielle alimentaire et comme une promesse des bienfaits de l’économie libérale.

Notes

1 House of Commons, 20-8-1940, in R. S. Churchill, Into Battle speeches by the Right Hon. Winston S. Churchill (1938-1940), Londres, Toronto, Cassell and Comp. 1947, p. 255.

2 Voir l’art. 43 de la Convention de la Haye, www.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/INTRO/195.

3 National Planning Association, Food for Europe after victory, Washington, National Planning Association, 1944.

4 R. F. Hendrickson, Food ‘Crisis’, New York, Doubleday Doran & co, 1943, p. 17.

5 J. M. Tinley, Rationing and Control of Supplies, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1942.

6 G. Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine. Le plan Marshall et l’unité européenne (1945-1952), Bruxelles, Complexe, 1992, p. 27-28, OfficeofthePresident, Twenty-Second Report to Congress on Lend-Lease Operations for the Period Ended December 31, 1945, Washington, US Government Printing Office, 1946.

7 J. D. Black, America’s Food and Europe’s need, Philadelphia, American Academy of Political and Social Science, 1941.

8 Ibidem, p. 221.

9 « Food in War Time », Tract Series. Fabian Society, no 250, 1940, J.-D. Steinert, « British Humanitarian Assistance: Wartime Planning and Postwar Realities », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 421-435.

10 B. Shub, Starvation over Europe. A Documented Record, New York, The Institute of Jewish affairs of the American Jewish congress and World Jewish congress, 1943.

11 « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires », www.un.org/fr/documents/udhr/#a25.

12 Expression tirée de l’article de H. J. Laski, « The Machinery of International Relief », When Hostilities cease (papers on relief and reconstruction prepared for the Fabian Society), 1943, p. 30-60.

13 P. Weintraub, « UNRRA: An experiment in international Welfare Planning », The Journal of Politics, vol. 7, no 1, 1945, p. 1-24.

14 Le terme « Nations unies » est utilisé depuis début 1942 dans la Déclaration des Nations unies pour qualifier l’union des États alliés.

15 J. Reinisch, « Introduction: Relief in the Aftermath of War », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 371-404.

16 J.-D. Cohen, « Between Relief and Politics: Refugee Humanitarianism in Occupied Germany 1945-1946 », Journal of Contemporary History, no 43, 2008, p. 437-449.

17 Voir par exemple les débats menés au sein de la Commission to Study the organisation of Peace, think-tank pacifiste américain qui réunit régulièrement académiques, juristes et militants. Cette institution considère que l’étendue des dévastations oblige une réponse inédite par la mobilisation des principaux États, coordonnée par une agence internationale. Cette Commission est mise en place en 1939 par le professeur James T. Shotwell de l’université de Colombia, elle bénéficie de l’appui des associations pacifistes. Son but est de penser les principes de base de la paix. Ses membres sont des chercheurs, juristes, fonctionnaires, hommes d’affaires, « Commission to Study the organisation of Peace, second report-the transitional period », in Nutrition and Relief work. A Handbook for the guidance of Relief Workers, New York, Londres, Toronto, COSBRA, Humphrey Milford, 1945, p. 149-178.

18 D. J. Shaw, World Food Security. A History since 1945, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, Frank Trentmann, « Coping with Shortage: The Problem of Food Security and Global Visions of Coordination, c. 1890s-1950 », in F. Trentmann et F. Just (éd.), Food and Conflict in Europe in the Age of Two World Wars, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006, p. 13-48, R. Jachertz et A. Nützenadel, « Coping with hunger? Visions of a global food system, 1930-1960 », Journal of Global History, vol. 6, no 1, pp. 99-119, S. Amrith, P. Calvin, « Feeding the World: Connecting Europe and Asia, 1930-1945 », Past and Present, vol. 218, no 8, p. 29-50.

19 À noter que le standard du Committee of the Council for Europe fixe le besoin humain moyen à 2 650 calories par jour. Il prévoit des rations spécifiques de lait et d’œufs pour les groupes prioritaires : femmes enceintes, enfants et malades, League of Nations, Food, famine and relief, 1940-1946, Genève, League of Nations, 1946.

20 B. Shephard, « “Becoming Planning Minded”: The Theory and Practice of Relief 1940-1945 », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 405-419.

21 J. Reinisch, « “We Shall Rebuild Anew a Powerful Nation”: UNRRA, Internationalism and National Reconstruction in Poland », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 451-476.

22 League of Nations, Famine, Food, op. cit.

23 J. Reinisch, « Introduction: Relief”, art. cit., M. Harrisson, Medecine and Victory: British Military Medicine in the Second World War, Oxford, Oxford University Press, 2009.

24 K. Gardikas, « Relief Work and Malaria in Greece 1943-1947 », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 493-508, F. Snowden, « Latina Province, 1944-1950 », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 509-525.

25 B. Shephard, « Becoming Planning », art. cit.

26 G. Woodbridge, UNRRA: the history of the United Nations Relief and Rehabilitation Administration, New York, Columbia University Press, 1950, vol. 3, p. 428-429.

27 F. S. V. Donnison, Civil affairs and military government: north-west Europe, 1944-1946, Londres, H. M. Stationery Office, 1961, R. D. Wiggers, « The United States and the Refusal to Feed German Civilians after World War II », in S. B. Vardy et T. H. Tooley (éd.), Ethnic Cleansing in Twentieth-Century Europe, New York, Columbia University Press, 2003, p. 441-466.

28 Voir notamment l’étude publiée par la Société des Nations qui souligne l’insuffisance des secours envoyés par l’UNRRA entre avril 1945 et février 1946, qui s’élèveraient à 3,8 millions de tonnes de nourriture, League of Nations, Famine, Food, op. cit.

29 A. Bentley, Eating for victory: food rationing and the politics of domesticity, Urbana, University of Illinois Press, 1998.

30 Idem.

31 H. Hoover, Addresses upon the American road, 1945-1948, New York, D. Van Nostrand Co., 1949, p. 221.

32 Idem. En 1944, aux États-Unis, la National Planning Association affirme qu’il est nécessaire de garantir des importations se situant entre 8,5 et 9 millions de tonnes de nourriture par année, dont 5 à 5,5 millions tonnes de grains pendant deux ans, National Planning Association, Food for Europe, op. cit. Le Food Research Institute de l’université de Stanford critique l’estimation de la National Planning Association et considère les besoins de l’Europe emtre 14 et 16 millions de tonnes de céréales pour la Grande-Bretagne, cinq pour l’Union soviétique, 15 à 18 pour l’Europe continentale soit un total de 34 à 39 millions de tonnes, M. K. Bennett, « Food for Postwar Europe », War-Peace Pamphelts, Food Research Institute, no 5, 1944. Bennett avance une estimation semblable pour l’année suivante après la fin des combats, soit un total de 32 à 37 millions de tonnes. Sur cette question voir également B. Shub, Starvation over Europe. A Documented Record, op. cit., E. C. Voorhies et B. McGown Mirkowich, Planning for total food needs, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1942, Food, Rationning and Supply, 1943-1944, Genève, League of Nations, 1944, J. D. Black, « Nutrition and Food Supply: The War and After », The Annals of the American Academy of Political and Social Sciences, no 225, janvier 1943, p. 1-5, E. R. Baron, The Combined Food Board: a study in wartime international planning, Stanford, Stanford University Press, 1956.

33 A. Bentley, Eating for victory, op. cit., p. 153.

34 Voir la résolution 9 du premier Conseil de l’UNRRA, G. Woodbridge, UNRRA : the history, op. cit., vol. II, p. 67.

35 A. S. McNalty, W. F. Mellor, Health recovery in Europe, Londres, Muller, 1946.

36 National Planning Association , Food for Europe, op. cit., p. 24.

37 J.-D. Steinert, « Food and the Food Crisis on Postwar Germany, 1945-1948: British Policy and the Role of British NGOs », in F. Trentmann et F. Just (éd.), Food and conflict in Europe in the age of the two world wars, New York, Palgrave Macmillan, 2006, p. 266-287.

38 P. Ryfman, Une histoire de l’humanitaire, Paris, La Découverte, 2008, p. 37-38, A. Iriye, Global Community. The Role of International Organizations in the making of the Contemporary World, Berkeley, Los Angeles, Londres, Univ. Of California Press, 2002, p. 37 et suivantes.

39 Ibidem, p. 37 et suivantes.

40 Les études portant sur l’histoire de CARE restent très lacunaires et dominées par des acteurs de l’institution, voir W. J. Campbell, The story of Care : a personnel account, New York, Praeger, 1990, S. O. Cazier, Care : a study in cooperative voluntary Relief [s. l.], [s. n.] (NYPL CARE 4), H. Gauer, Selling big Charity, La Glendale, Precision Process Books, 1990, C. Bloomstein, History of CARE [1952] (histoire commanditée par le directeur de CARE, C. French, mais qui n’a jamais été publiée, le manuscrit et les travaux préparatoires se trouvent à la NYPL CARE 1 à 3), K. L. Sommer, Humanitäre Auslandshilfe als Brücke zu atlantischer Partnerschaft : CARE, CRALOG, und die Entwicklung der deutsch-amerikanischen Beziehungen nach Ende des Zweiten Weltkriegs, Brême, Selbstverlag des Staatsarchivs, 1999, G. Weyerer, « CARE Packages. Gifts from Overseas to a Defeat and Debilited Nation », D. Junker (éd.), The United States and Germany in the Era of the Cold War, 1945-1990. A Handbook, Washington, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 522-527.

41 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

42 Par exemple, depuis le début de la guerre, la société Fraser Morris & Co propose des paquets alimentaires destinés aux soldats mobilisés. Par la suite, elle étend son offre de colis, dont le prix varie de 5,95 dollars à 14,23 dollars, aux populations civiles avec le slogan, « For Your Friends and Relatives overseas : Gift parcels of food », NYPL CARE 16, Analytical Report signé par la société Dun & Bradstreez, inc., concernant Fraser Morris & Co, 3-12-1947.

43 NYPL CARE 25, memorandum signé Charles P. Taft, 19-10-1945.

44 Durant la guerre, l’armée américaine développe différents modèles de colis conformes aux régimes alimentaires pensés pour les soldats et adaptés aux nécessités logistiques de l’armée. Le Field Ration A, pour troupes en stationnement, le colis B, qui inclut une nourriture sans réfrigération, le C, pour les opérations, le D, composé notamment de barres de chocolats, et le colis K, prévu pour les troupes combattantes, à l’exemple des rations distribuées lors du débarquement en Sicile, J. D. Black, Food Enough, Lancaster, The Jaques Cattell Press, 1943.

45 R. F. Hendrickson, Food « Crisis », New York, Doubleday Doran & co, 1943, voir aussi Nutrition Review, avril 1943.

46 NYPL CARE 3, History of CARE’s Supply Division, manuscrit de Charles Bloomstein. Le colis pèse 30 pounds (13,61 kg) et il est constitué de 10 pd de viande, 6,5 pd de céréales, 3,6 pd de pudding et confiture, 2,3 pd de légumes, 3,9 pd de sucre et sucreries, 1,1 pd de café, cacao et jus de fruits en poudre, 0,8 pd de lait en poudre, 0,5 pd de beurre, 0,4 pd de fromage, le reste est composé de cubes de soupe et de cigarettes.

47 Il est prévu pour les soldats une ration de 4 100 calories par jour et la constitution d’une réserve de neuf mois, J. D. Black, Food Enough, op. cit., R. F. Hendrickson, Food « Crisis », op. cit.

48 NYPL CARE 1170, lettre de Clark à Lehman, 26-12-1945.

49 Engagé par CARE comme General Counsel, Alexander B. Hawes (1906, New York), avocat et conseiller diplomatique pour l’UNRRA, est en charge des négociations avec les gouvernements européens.

50 Par exemple, Louis S. Scherer, premier responsable de la Supply Division de CARE, est un ancien cadre des services de l’approvisionnement de l’armée durant la guerre, au bénéfice d’une longue expérience dans l’une des plus grandes sociétés de distribution et de vente de produits au détail, Sears, Roebuck & Co. Les premiers chefs de mission en Europe sont généralement des officiers de l’armée américaine.

51 Voir NYPL CARE 14, accords signés entre le Département de l’agriculture américain (D. A. Fitzgerald à W. H. Haskell, 17-1-1946) et le War Assets Administration (15-2-1946, NYPL CARE 23) pour la vente de 2,8 millions de dollars de colis 10-in-1, au prix de 6,5 dollars.

52 Voir S. O. Cazier, Care: a study, op. cit.

53 NYPL CARE 1170, minutes du Board of Directors de CARE, 15-2-1947.

54 W. J. Campbell, History of CARE, op. cit., p. 32.

55 R. D. Wiggers, « The United States », art. cit.

56 Il semble que H. Hoover, lors de sa visite en Europe dans le cadre de Famine Emergence Comittee joue un rôle non négligeable pour convaincre le général Lucis D. Clay, gouverneur militaire de la zone d’occupation américaine en Allemagne, de la nécessité d’ouvrir l’Allemagne à l’action de CARE, NYPL CARE 25, communiqué de CARE, no 2, 14-5-1946.

57 Chapitre 13, « Les donateurs », C. Bloomberg, History of CARE, op. cit.

58 CARE envisage la possibilité de retirer les cigarettes du colis militaire, mais le coût de cette opération décide l’agence à renoncer à modifier le contenu du colis.

59 Le premier groupe de pays comprend, les pays Scandinaves, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la Pologne, dont les conventions sont signées en avril-mai et qui sont priorisés à la fois pour des raisons pratiques (accès à la mer, présence d’une colonie importante aux USA) et politique (ex-pays occupés ou alliés). Une deuxième série d’accords débute en juin, avec la Grèce, l’Autriche, puis les zones allemandes occupées par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, et la Tchécoslovaquie. Enfin, dans un troisième temps, en 1947, l’action de CARE s’élargit à de nouveaux pays sous tutelle soviétique (Roumanie, Hongrie, Bulgarie), à la Belgique, puis à Chypre, et finalement à la Yougoslavie. Pour sa part, le gouvernement anglais restant critique sur le système de remise personnalisée projeté par CARE, aucun accord n’est formalisé, mais ce pays bénéficie d’un engagement du gouvernement pour accepter les conditions de l’intervention en Angleterre.

60 NYPL CARE 14, rapport, 15-10-1948, CARE Stuttgart.

61 Chapitre « Oversea », C. Bloomberg, History of CARE, op. cit.

62 NYPL CARE 13, rapport de W. C. Moore, 11-8-1946.

63 NYPL CARE 2, dossier France, note Bloomstein.

64 Par exemple, des soldats tchèques sont envoyés jusqu’à Hambourg pour réceptionner les colis CARE et contrôler leur transport par train vers Pilsen, avant leur transport vers Prague.

65 NYPL CARE 1170, rapport de French suite à une conférence à Paris en présence des délégués en Europe, du 29 au 31 mars 1947, 27-4-1947.

66 Voir dossier NYPL CARE 15.

67 « CARE Inc », Fortune, décembre 1945.

68 Voir NYPL CARE 23, contrat du 1-9-1946 (le contrat est prolongé du 1-10 à 31-12-46 à un prix réduit à 4,25 dollars l’unité).

69 NYPL CARE 14, minute Board of Directors, 10-9-1946.

70 NYPL CARE 3, C. Bloomberg, History of Care, op. cit, chapitre 3 « Reorganization ».

71 NYPL CARE 1170, Special Survey Committee, 26-5-1958.

72 NYPL CARE 527, « Overseas Procedure for Handling Rem-Rand Delivry Receipts », 2-5-1947, et NYPL CARE 3, C. Bloomberg, History of CARE, op. cit., le chapitre « Remittance division ».

73 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

74 Voir American Red Cross, Red Cross Service Record, Accomplisments of seven years, July 1, 1939 - June 30, 1946, Washington, Office of the Program Research-The American National Red Cross, 1946.

75 Chaque unité est facturée 40 cents par l’entreprise Mack Packs, voir NYPL CARE 23, accords avec Mack WARHOUSE Co., 19-6-1947, British-American Trading, 20-1-1947.

76 NYPL CARE 3, dossier sur la Supply Division.

77 Dans cet accord, CARE s’engage à libérer 1 million de paquets inclus dans l’accord de février 1946 au bénéfice de l’UNRRA, il reste donc pour CARE 1,8 million de colis, dont le prix d’achat est baissé à 4,25 dollars l’unité. En novembre, CARE libère 300 000 colis supplémentaires, mais le 22 janvier, CARE commande un nouveau lot de 308 510 colis, NYPL CARE 15.

78 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit.

79 NYPL CARE 3, entretien de Charles Bloomstein avec Louis S. Scherer, chef de la Supply Division, 26-10-1949.

80 S. O. Cazier, Care: a study, op. cit., chapitre 8.

81 À noter que le « paquet couverture » connaît un début difficile, car de nombreuses couvertures rachetées à l’armée, arrivent trouées ou tachées à destination, NYPL CARE 2, Interview avec Howard Powell, Supply Division, 16-10-1951, et NYPL CARE 15, le memorandum de Hawes, 21-7-1948.

82 NYPL CARE 899.

83 NYPL CARE 1170, minutes, Board of Directors, 7-8-1945.

84 Voir notamment NYPL CARE 527, « Diplomatic Chefs shows How Europe’s Needy Can Use CARE Food Package », The Washington Post, 5-3-1947.

85 S. O. Cazier, Care: a study, op. cit., Chapitre 4 (CARE NYPL 4).

86 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

87 Né à Philadelphie, journaliste à The Philadelphia Record, directeur d’État (Pennsylvanie) pour le Writers Project, secrétaire exécutif pour le National Service Board for Religious Objectors durant la guerre. Il est nommé en octobre 1946 directeur exécutif.

88 NYPL CARE 3, C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 391.

89 NYPL CARE 25, « Report on World Food and Conditions » [1948], Paul Comly French.

90 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 413.

91 Selon l’article Article 1 de ces statuts: « the principal purpose of the association is to mitigate the suffering of victims of the war by facilitating voluntary contributions of food and other commodities to designated individuals and organizations in aeras of need », NYPL CARE 1, By-Laws of Care, 28-11-1945.

92 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., « The Home Office », chapitre 5.

93 S. O. Cazier, Care : a study, op. cit., p. 180.

94 Ibidem, pp. 180 et suivantes. Selon Stanford O. Cazier, cette contribution de la colonie allemande est confirmée par l’importance des expéditions de colis postaux vers l’Allemagne qui représenteraient pour l’année 1947 un poids de 60 000 tonnes, ibidem, p. 187.

95 NYPL CARE 17, enquête présentée par la Reaction Analysis Branch, Information Service Division, Public Affairs Office, 6-5-1950.

96 « CARE Inc », Fortune, décembre 1947.

97 Le refus soviétique est justifié par l’exigence d’obtenir une partie de l’aide sous forme d’« aide générale », mémorandum d’Alexander B. Hawes à C. French, 2-7-1947, NYPL CARE 13. Voir également S. O. Cazier, Care: a study, op. cit., chapitre VI (Public Relief in occupied Germany).

98 NYPL CARE 2, notes, Charles Bloomberg.

99 C. Bloomberg, History of CARE, op. cit., chapitre 3, « Reorganisation ».

100 NYPL CARE 1, courrier du révérend Patrick O. Boyle, directeur exécutif du War Relief Services, National Catholic Welfare Conference, à Charlotte Owen, secrétaire exécutive de l’American Council of Voluntary Agencies for Foreign Service, 19-4-1945.

101 NYPL CARE 3, European Exchange service, Report, 25-10-1948.

102 Voir G. Weyerer, « CARE Packages », art. cit.

103 C. Bloomstein, History of CARE, op. cit., p. 363.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540