Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre XI. La fin du système concentrationnaire : colis, camions et délégués

Texte intégral

1Durant les dernières semaines de combats, l’opération du Comité international menée sur sol allemand comporte trois aspects : l’évacuation de détenus des camps de concentration par camions, la distribution de colis aux déportés et l’entrée de délégués dans les camps pour éviter des représailles avant l’arrivée des troupes alliées.

2La première phase est marquée par diverses opérations d’évacuation qui débutent avec le transport du premier convoi de femmes de Ravensbrück évoqué dans le chapitre précédent. En parallèle à l’intervention réalisée par Bernadotte, elle s’inscrit dans une « course » humanitaire dont l’objectif est de sauver les déportés menacés par des représailles ou par des évacuations forcées exécutées dans des conditions inhumaines.

  • 1 ACICR, DAS ZA 14 et ACICR, DAS 175, note de la DAS pour la délégation à Lübeck, 9-4-1945.
  • 2 ACICR, DAS ZA 73, note de R. Moynier pour la Division d’assistance spéciale (DAS), 4-4-1945, Comit (...)
  • 3 ACICR, BG 003 26-73, « Journal de la délégation de Berlin ».

3Après le succès de la mission de Meyer, le CICR décide de poursuivre son intervention avec l’envoi de plusieurs colonnes de camions vers les camps de concentration entre les 8 et 13 avril. Formées chacune d’environ dix camions et dirigées par un délégué, ces colonnes poursuivent l’objectif de transporter des colis de secours (colonne 34A vers Lübeck1, colonne « Barth » vers Flossenburg et colonne « Briquet » vers Dachau) et, une fois leur cargaison livrée, de participer à l’évacuation des femmes françaises de Ravensbrück2 (voir fig. 54 et 55). Comme le souligne le journal de la délégation, le 13 avril, après une rencontre avec Müller : « La grande action pour les prisonniers politiques commence3. »

  • 4 Dès le 10 avril, la délégation à Berlin est isolée du siège du Comité international et son action (...)
  • 5 ACICR, G 44 R 216-03, fiche colonne 35, 13-4-1945.
  • 6 Selon une note de Bachmann, lors de sa rencontre à Innsbruck avec Kaltenbrunner, ce dernier lui au (...)

4Toutefois, l’opération menée par Genève à Ravensbrück est tributaire de l’avancée rapide des troupes alliées qui ferme rapidement la voie du nord. Nous avons évoqué en introduction les difficultés auxquelles font face les délégués Descoeudres et Liengme dont le voyage en direction de l’Allemagne est stoppé dans la région de Weimar4. Les mêmes difficultés contraignent de détourner les colonnes 35 (délégué Jean-Maurice Rubli)5, 36 (Mayor) et 37 (Hans Condrau), qui partent le 13 avril avec l’objectif de participer à l’évacuation de Ravensbrück. Finalement, ces colonnes sont redirigées vers le camp de Mauthausen. Entre les 23 et 24 avril, elles assurent le transport de 780 déportés de nationalité française, belge et hollandaise6.

  • 7 ACICR, DAS ZA 114, rapport Steffen, 27-4-1945.
  • 8 Il faut attendre la fin de la guerre pour pourvoir organiser une nouvelle opération d’évacuation d (...)

5Quelques jours plus tard, deux nouveaux convois assurent en deux temps l’évacuation de Mauthausen de 183, puis de 349 déportés7. Enfin, depuis le camp de Landsberg 200 Suisses sont rapatriés le 24 avril. Il faut noter aussi que plusieurs colonnes ne parviennent pas à remplir leur mission, bloquées par la situation chaotique en Allemagne8.

  • 9 ACICR, DAS 168, rapport P. Kuhne, 19-6-1945. Parmi les principaux transports, il faut noter la par (...)

6Il est difficile de chiffrer avec précision le nombre de déportés évacués par le CICR à la fin de la guerre, car les différentes listes conservées aux Archives de l’institution proposent des données souvent contradictoires. Si l’on se tient aux chiffres contenus dans un rapport interne daté de juin 1945, 6098 personnes auraient bénéficié de cette opération, dont 2685 Français et 1193 Hollandais9.

  • 10 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal de séance portant sur le rapport de Rubli sur Mauthausen, en présen (...)
  • 11 ACICR, BG 003 26-59, rapport de Rubli, 27-4-1945.

7À la fin de la guerre, les transports se réalisent de manière improvisée et dans des conditions sanitaires extrêmement précaires. Dans son rapport, le délégué Rubli se plaint amèrement des conditions d’accueil en Suisse des évacués du camp de Mauthausen qu’il considère comme « lamentables10 ». En effet, le 23 avril, la colonne 36, conduite par Rubli, est bloquée à la frontière germano-suisse de 17 heures jusqu’à 10 heures du matin le lendemain. Les anciens détenus sont contraints de passer la nuit sur la route, sans couvertures ni boissons chaudes, ni vivres. Rubli pointe également l’absence de structure sanitaire d’accueil ou d’abris et les conditions de transport des évacués dans des wagons de troisième classe11.

Colis et marches de la mort

  • 12 Suite au choc provoqué par les images de la libération de Bergen-Belsen par les troupes anglaises, (...)

8À côté de ces opérations d’évacuation, le Comité international poursuit l’objectif de distribuer des colis standard aux détenus des camps de concentration. Cette opération revêt une importance particulière durant la dernière phase de la guerre, alors que des centaines de milliers de détenus sont menacés par les nombreux déplacements forcés suscités par l’avancée des troupes alliées12 et par l’écroulement du système de rationnement allemand.

9Sur le terrain, les délégués sont encore une fois contraints d’improviser. Ils font face à une situation chaotique et paradoxale. Les colis convoyés par les camions du Comité constituent à la fois des produits précieux pour les détenus, mais aussi un moyen de faciliter l’évacuation forcée des camps. Le colis devient alors un outil de négociation et d’intervention face à la catastrophe humanitaire qui accompagne la fin de l’empire national-socialiste.

  • 13 Dans les dernières semaines de la guerre, la délégation du CICR se trouve dans le même quartier, W (...)
  • 14 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation de Berlin ».
  • 15 Le journal de la délégation (ACICR, BG 003-73) confirme que l’appel téléphonique est réalisé par H (...)
  • 16 ACICR, G 44 13-20.02, note de Pfister à Schwarzenberg, 28-6-1945.

10Le 20 avril, informée de l’arrivée des troupes soviétiques à quelques kilomètres du camp de Sachsenhausen, la délégation du CICR, installée à Wannsee au sud-ouest de Berlin13, entreprend des démarches vaines pour l’envoi d’un délégué dans le camp. L’intention du CICR est de négocier la remise du camp avant l’arrivée de l’armée soviétique14. Cependant, sur un appel téléphonique de l’Obersturmbannführer Rudolf Höss, la direction du camp demande au Comité d’intervenir pour distribuer des colis aux évacués15. La délégation décide alors d’envoyer Willy Pfister vers Sachsenhausen où il est informé du parcours des deux principales colonnes en direction du nord, l’une via Neuruppin et l’autre via Lindow16.

  • 17 Idem.

11Sur la base de ces renseignements, Pfister se rend à Wagenitz, à plus de 70 km à l’ouest du camp, où est installée une annexe de la délégation qui comprend alors un dépôt avec une réserve de 5 000 colis du WRB et 3 000 colis standards de la Croix-Rouge américaine17. En outre, deux camions sont trouvés « par hasard » par le délégué Landolt à Nauen, qui permettent dès la fin de l’après-midi du 21 avril les premières distributions parmi les colonnes en marche. Pfister est accompagné de deux chauffeurs suisses, Krähe et André Frütschy, et deux chauffeurs canadiens, des prisonniers de guerre mis à disposition par l’Allemagne.

  • 18 Idem. Selon Pfister, la présence des délégués et les menaces de dénoncer les responsables « au pre (...)

12Le début de l’opération est par conséquent le résultat de l’échec du projet du CICR d’envoyer un délégué à l’intérieur du camp de Sachsenhausen et de la démarche de Höss. En outre, sa réalisation est le produit d’une double opportunité. Au moment où le siège de la délégation à Wannsee perd le contact avec Pfister au nord de Berlin, la localisation proche du camp d’un dépôt du Comité international rend possible la mise en place d’une opération improvisée sous la propre direction de Pfister. Dans ce premier temps de l’intervention, ses moyens sont extrêmement limités, mais permettent la distribution de colis et, selon le délégué, d’exercer une certaine pression pour diminuer les exécutions perpétrées par les gardiens qui liquident systématiquement les prisonniers épuisés par la marche forcée. Pfister estime le nombre de déportés exécutés par fusillade à 15 à 20 % des 30 000-40 000 évacués de Sachsenhausen18.

  • 19 Voir A. Zeiger, « Wittstock (Belower Wald) », in W. Benz et B. Distel (éd.), Der Ort des Terrors, (...)
  • 20 ACICR, G 44-222.3, rapport Landolt, sans date.
  • 21 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport sur l’activité du Service transports camions (STC) (...)

13La deuxième phase de l’opération du CICR pour les évacués de Sachsenhausen commence à partir du 23 avril, suite à leur arrivée dans la forêt de Below19, dans laquelle les déportés sont regroupés jusqu’au 29. Il est difficile de reconstituer précisément le développement de l’action de secours à partir de là. Très probablement, le 27, une colonne de quinze camions CICR parvient à distribuer une importante cargaison de colis20. Selon le rapport du Service de Transports du CICR, la colonne réalise deux distributions dans la région de Wittstock (les 27 et 30) représentant à chaque fois 56 tonnes de vivres21.

  • 22 Himmler aurait donné son feu vert à l’évacuation de Ravensbrück, le 21 avril, lors de sa rencontre (...)
  • 23 A. Dieckhoff, Rescapés du génocide : l’action Musy, une opération de sauvetage de juifs européens (...)
  • 24 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline (...)

14Deux jours plus tard, après avoir effectué entre Malchow et Kriwitz un transport de déportés malades, en provenance certainement de Ravensbrück, les camions sous la conduite d’Alexandre Naegeli participent à l’opération d’évacuation des déportées menée par la Croix-Rouge suédoise à Ravensbrück22. Il semble qu’environ 2 900 déportées soient transportées par les bus de l’opération suédoise23, alors que 4 000 détenues sont évacuées par train par les responsables du camp. Les autres détenues sont forcées de quitter le camp à pied24. Une ségrégation est probablement établie entre les déportées originaires des États alliés d’Europe occidentale ou centrale (Françaises, Belges, Polonaises, etc.), qui bénéficient des transports organisés par les Croix-Rouges, et les déportées d’autres nationalités (Russes, Yougoslaves, etc.), qui sont évacuées à pied.

  • 25 ACICR, BG 003-62, note d’Erhenhold, 14-6-1945.

15La sous-délégation de Lübeck devient le centre de l’intervention du CICR. Dans le port hanséatique, le CICR bénéficie d’un important dépôt de colis25. Cependant, jusqu’à l’arrivée des troupes alliées à Schwerin, la situation reste extrêmement floue. Dans les alentours de cette ville, les groupes de déportés arrivent successivement, en particulier dans les alentours du Stalag IIA, où le CICR poursuit des distributions de colis. Après la fin des combats, le délégué de Blonay, principal responsable de l’action de secours après leur départ de Below, aurait participé à une opération de secours pour les groupes encore sur la route et à l’installation des détenus dans deux grands bâtiments mis à disposition par le gouvernement américain.

Jean Briquet à Dachau

16Pendant l’intervention en faveur des évacués de Sachsenhausen, un autre délégué est témoin d’une marche de la mort à Dachau. Comme au nord de l’Allemagne, dans la région de Munich, la délégation du CICR, peu préparée à affronter le chaos où sombre le pays, improvise une intervention humanitaire. L’action de secours du délégué Jean Briquet à Dachau est exemplaire de l’isolement de l’institution et des moyens limités dont elle dispose dans l’urgence pour les camps de concentration.

17Du 18 avril au 8 mai, le délégué multiplie les déplacements dans la région de Munich, entre Dachau (nord-ouest de la capitale bavaroise), Uffing, siège de la délégation du CICR pour la zone occidentale de l’Allemagne (au sud-ouest), et Moosburg, principal dépôt de vivres et centre de rassemblement des camions engagés par le CICR (nord-est).

18Durant les huit premiers jours de sa mission, le délégué fait face au refus de la direction du camp de Dachau d’accepter sa présence permanente dans le camp. Le 27 avril, sur la route en direction de Moosburg, le délégué est informé du passage dans ce lieu, durant la nuit précédente, d’une colonne de déportés français en provenance du camp de Buchenwald. Briquet engage alors une colonne de camions à leur recherche et parvient à leur distribuer une petite quantité de colis (807), avant de procéder à une nouvelle distribution pour 182 malades de la colonne.

19Arrivé en fin d’après-midi à Dachau, Briquet apprend de l’adjudant du camp son intention de remettre le camp aux Alliés avec la médiation du CICR. Selon les déclarations des gardiens recueillies par le délégué du CICR, près de 16 000 détenus « alliés » devraient rester dans le camp sous la tutelle du délégué, alors que les internés allemands, russes, italiens, autrichiens et balkaniques devraient être évacués par les Allemands. Cette décision imposant un régime différent entre les détenus rappelle ce qui s’est pratiqué à Ravensbrück.

20Briquet décide alors de quitter le camp pour revenir vers Uffing, mais sur la route il rencontre une colonne de femmes en majorité juives, évacuées de Dachau en marche vers Mittelwald. Puis, quelques kilomètres plus loin, à la sortie de Pasing, il croise une colonne longue de dix kilomètres de prisonniers qui marchent sous la pluie. Il observe sur la route des tas de cadavres d’« un mètre de haut », alors qu’il entend de nombreuses détonations.

21De retour à la délégation, Briquet repart le lendemain avec quelques camions pour ravitailler la colonne. Il croise sur la route quelques déportés épuisés, mais ne retrouve plus la colonne. Bloqué par le trafic des troupes allemandes en retraite, les camions embourbés sur des routes difficiles, le délégué revient à Uffing, le 28 au soir. Le lendemain, à Bernried, il ravitaille un train de déportés juifs (2 621 colis). Les jours suivants, l’opération est interrompue en raison de l’arrivée de l’armée américaine.

  • 26 ACICR, G 44 13-15, note de Empeyta, 11-5-1945.
  • 27 Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 143-149.

22Finalement, le 5, Briquet procède à une nouvelle distribution en faveur de 220 déportés juifs malades en provenance de Dachau, puis plus tard à 2 000 déportés installés dans une ancienne école SS à Feldafing26. Le lendemain, il assure le transport de 210 détenus politiques français de Moosburg jusqu’à la frontière suisse27.

Des délégués dans les camps de concentration

23La troisième étape de l’action du CICR se caractérise par l’entrée de délégués dans les camps avant l’arrivée des troupes alliées. Les circonstances de ces interventions sont difficiles à reconstituer. Les rapports des délégués, parfois écrits plusieurs mois après les événements, tendent à surévaluer l’importance de leur activité et n’intègrent ni la position des principaux responsables du système concentrationnaire ni les plans d’occupation des armées alliées. Cependant, l’analyse de l’intervention des délégués montre la diversité des situations dans les camps et l’improvisation de l’opération.

  • 28 ACICR, G 59/12/13-364, rapport de Hort, 15-5-1945.
  • 29 Idem.

24À Landsberg, le 26 avril, les délégués Moynier et Hort arrivent dans un camp évacué et abandonné par ses gardiens. Seuls restent 500 ex-détenus, la majorité malades et incapables d’entreprendre une marche forcée. Pendant les premiers jours, Hort participe à l’organisation du ravitaillement et des premiers soins médicaux28. Il intervient également en faveur des soldats allemands blessés. Isolé, sans moyens de transport, il procède aussi à des distributions de vivres et de vêtements pour des détenus réfugiés dans les alentours du camp. Son activité n’est pas sans risques et il est en effet retenu prisonnier une nuit entière par un groupe d’ex-prisonniers russes29.

25À Dachau, le délégué Victor Maurer entre dans le camp le jour qui précède sa libération. Il distribue des colis et passe la nuit dans la caserne SS, à l’extérieur du camp. Durant la nuit du 28 au 29 avril, le camp est abandonné par la majorité des gardiens et, à son retour au camp le lendemain matin, il semble que le délégué intervienne auprès du Lieutenant SS Heinrich Wicker, envoyé durant la nuit pour reprendre la direction du camp. Le délégué négocie alors le maintien de gardes sur les miradors pour empêcher la sortie des détenus (fig. 56).

  • 30 S. Zámečník, « Le camp de concentration de Dachau dans le système de la dictature nazie », in Le c (...)
  • 31 Après l’arrivée du brigadier général Henning Linden de la 42e Division d’infanterie devant la port (...)

26Le rôle d’intermédiaire de Maurer évite peut-être des combats dans l’enceinte du camp, mais son rapport ne fait aucune mention ni de l’insurrection armée des détenus échappés et réprimée par les SS la nuit précédente dans la ville de Dachau30, ni des combats menés dans l’après-midi entre la 45e division américaine et la garnison de la caserne SS, qui se terminent par des exécutions sommaires de soldats allemands après la découverte par les soldats de l’armée américaine du « train de la mort » arrivé dans les environs de Dachau, rempli de cadavres de détenus en provenance de Buchenwald31.

  • 32 ACICR, G 44 13-18, rapport de Häfliger, 24-5-1945.
  • 33 À noter que Becher déclara également après la guerre être intervenu pour éviter la destruction du (...)

27À la différence de Maurer, le délégué Louis Häfliger semble jouer un rôle significatif les jours précédant la libération de Mauthausen32. Il est considéré par certains comme un héros, car il aurait convaincu le commandant Franz Ziereis de renoncer à exécuter des ordres visant à dynamiter l’usine d’aviation attenante aux camps de Gusen I et II avec les détenus des camps à l’intérieur de l’enceinte33.

28Quelle est la participation de Häfliger à ces événements ? Nul doute que ce dernier fait preuve de courage et de persévérance lors de son séjour dans le camp. Sur la base des garanties données le 24 avril par Kaltenbrunner à Innsbruck, le délégué se présente avec une colonne de camions à l’entrée du camp avec l’objectif d’y rester jusqu’à sa libération. Cependant, la direction du camp affirme ne pas avoir reçu d’informations à ce sujet, ce qui oblige Häfliger à rester en dehors du camp dans l’attente d’un ordre direct de Kaltenbrunner à Ziereis. Après trois jours, le commandant accepte finalement de faire entrer le délégué, qui reste dans le camp jusqu’au 8 mai.

29Dans ce tableau extrêmement flou, le détail des initiatives du délégué reste difficile à préciser, mais il semble qu’il participe au plan de reddition du camp et qu’il se met au service des troupes alliées en négociant le remplacement de la garde SS par les troupes américaines. Cependant, comme son rapport le montre, la libération se déroule dans un contexte chaotique, les magasins du camp sont pillés et les ex-détenus participent à des actes de vengeance les jours suivants. Après la guerre, le Comité international efface cet épisode de sa mémoire institutionnelle, relevant ainsi les difficultés de l’institution d’appréhender ces événements.

  • 34 Suite au feu vert de l’Obergruppenfuhrer SS Müller, chef du Sicherheitsdienst, le 24 mars 1945, un (...)
  • 35 ACICR, G 59 3/th/63 et ACICR, DAS ZA 76, rapport no 4 de Dunant, 22-5-1945, voir aussi ACICR, G 59 (...)

30Enfin, le 2 mai, le délégué Paul Dunant, présent à Prague depuis le début du mois d’avril34, assure la transition au camp de Theresienstadt entre le départ des gardiens allemands et sa remise huit jours plus tard aux représentants de la Croix-Rouge tchèque35. Le maintien de l’ordre dans le camp constitue un enjeu non négligeable aussi bien pour les Allemands que pour les troupes alliées. La présence du délégué permet ainsi d’assurer un contrôle sanitaire et d’éviter des représailles.

Le CICR et le sauvetage des détenus des camps de concentration

31Quelle a été la contribution du CICR au sauvetage des survivants des camps de concentration ? Nous avons montré dans ce chapitre que le colis alimentaire constitue un objet emblématique et le principal enjeu de l’opération de secours menée par le Comité international en faveur des victimes du système concentrationnaire allemand durant la dernière phase de la guerre.

  • 36 ACICR, DAS 2/6, note de service de G. Stamm, 31-5-1945.
  • 37 Le premier lot est de 15 000 colis envoyés via Göteborg par le SS Gripsholm au début septembre 194 (...)

32Comme nous l’avons indiqué précédemment, le CICR convoie jusqu’en mai 1945, 751 000 colis. Plus des deux tiers de ces secours sont distribués à partir de la Suisse (552 000 colis) et le reste depuis le port de Göteborg (199 000)36. Les principaux donateurs sont le War Refugee Board (260 000 colis)37, les organisations juives (72 200 colis), ainsi que les gouvernements français et belge et leurs Croix-Rouges respectives.

33Mis à part les problèmes posés par le calcul du nombre de colis convoyés par le CICR, il nous est aussi impossible de connaître le nombre des colis effectivement distribués par les gardiens aux détenus. L’usage des colis alimentaires et les pratiques de distribution apparaissent étroitement liés à la diversité des conditions de vie dans les camps et sont tributaires de l’attitude des responsables des camps.

  • 38 ACICR, G 44 13-14, « Note suite à un entretien avec Monsieur G. ayant quitté Buchenwald le 1-2-194 (...)
  • 39 Voir ACICR, DAS 2-6.
  • 40 ACICR, DAS 2-6, lettre de E. Kohn au CICR, 26-4-1945, voir aussi la note de Jung sans date.

34Les enquêtes menées par le CICR concernant la réception des colis destinés aux déportés sont très superficielles et fondées essentiellement sur des témoignages de déportés après leur évacuation. Néanmoins, elles pointent de grandes différences. À Buchenwald, depuis l’automne 1944, les colis seraient régulièrement distribués38. Le commandant Albert Guérin, détenu français dans ce camp, aurait reçu depuis août 1944 jusqu’au jour de sa libération, treize des quinze colis qui lui étaient destinés39. En revanche, à Mauthausen, les colis arrivent difficilement aux détenus, alors que les gardiens les obligent à signer des quittances sans leur remettre ces envois40.

  • 41 ACICR, G 44 13-22, rapport de Kohler sur la visite au camp de La Plaine, 4-5-1945.

35Début mai 1945, à l’occasion d’une visite de représentants du CICR au camp de la Plaine dans le canton de Genève où sont internés des rapatriés en provenance de Mauthausen, ces derniers rapportent que les seuls colis qu’ils ont aperçus dans le camp entrèrent le 28 avril 1945. Et l’essentiel de leur contenu aurait été consommé par les gardiens. En outre, des anciens de Sachsenhausen, déportés à la fin de la guerre à Mauthausen, affirment que dans le camp du nord de Berlin, 25 % des colis revenaient aux gardiens ou aux hommes de confiance41.

  • 42 ACICR, DAS ZA 73, note pour la délégation de Berlin, 16-2-1945.
  • 43 ACICR, DAS 2-6, Paul Lobstein au CICR, 26-6-1945.

36Ces déclarations laissent supposer l’existence d’un marché sordide dans les camps, alimenté par l’entrée des colis de secours. Ainsi, le colis avant d’arriver aux détenus passe des mains des responsables des camps, puis des chefs de blocks42 et des internés allemands, chacun à leur tour puisant divers produits ou les utilisant comme moyen de construire des relations de hiérarchie entre ces différents acteurs43.

  • 44 E. Kogon, L’enfer organisé : le système des camps de concentration, Paris, La jeune Parque, 1947, (...)

37Selon Eugen Kogon, l’envoi des colis constitue un système très profitable pour les gardiens des camps. Le responsable SS du bureau de douane de Buchenwald aurait détourné, au mois d’août 1944, 5 000 à 6 000 colis Croix-Rouge, alors qu’en mars 1945, sept wagons chargés de colis Croix-Rouge, représentant 21 000 à 23 000 colis auraient disparu44.

  • 45 ACICR, G 44 222-3, rapport Landolt, sans date.

38Il est également important de souligner que lors des derniers jours du conflit en Allemagne, la distribution de colis est possible parce qu’une part de ceux-ci tombe entre les mains des gardiens, ce qui explique partiellement l’autorisation faite aux délégués d’approcher, lors des marches de la mort, les colonnes de déportés et de distribuer des colis (fig. 57 et 58). Le délégué Landolt confirme le « procédé » de remettre un colis par soldat SS45. Ce jeu trouble et nécessaire constitue certainement une clé pour comprendre le développement de l’intervention des délégués du CICR durant les marches de la mort.

39Malgré ces éléments problématiques, il est certain que le colis constitue, à partir du deuxième semestre 1944, un apport non négligeable pour certaines catégories de détenus bénéficiant d’un statut relativement privilégié, en particulier pour les détenus pouvant compter sur une arrivée régulière de colis. Selon le témoignage après la défaite allemande d’un officier français, ancien détenu du camp d’Allach (Dachau) :

  • 46 ACICR, G 44 Sec-214, G. Huber (arrêté par la Gestapo en février 1944) au président du CICR, 9-7-19 (...)

« Certains commençaient à douter de tenir jusqu’à la libération, lorsque l’arrivée de nombreux colis de la Croix-Rouge apporta une lueur d’espoir à tous. Les hommes étaient transformés. Quand nous commençâmes à déballer nos colis, nous étions comme des enfants, nos mains tremblaient, nous nous demandions s’il était possible que pareilles denrées puissent encore exister, nous n’osions porter ces choses à nos bouches […]. Nous fûment libérés par les troupes américaines le 30 avril, mais nous fûmes réellement sauvés par les colis de la Croix-Rouge reçus en février46. »

40Selon le témoignage de Karolina Lanckorońska, évacuée de Ravensbrück lors de l’opération menée par le délégué spécial Meyer :

  • 47 K. Lanckorońska, Souvenirs de Ravensbrück : conférence donnée à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, (...)

« Entre-temps notre ravitaillement avait empiré. Depuis que nos pays n’étaient plus occupés par les Allemands, nous ne recevions plus aucun envoi de nos familles. Les colis qui nous parvenaient du Comité international de la Croix-Rouge prirent alors pour nous une importance vitale. Sans ces boîtes grises, des milliers de détenues n’auraient pas survécu. Les envois de sucre surtout étaient précieux. Quant à la valeur morale de ces paquets, impossible de l’estimer assez ! Nous savions qu’aucune convention internationale ne nous protégeait, que nous étions les dernières des derniers, parmi les hors-la-loi, et voilà que la Croix-Rouge internationale connaissait nos noms et nous envoyait des colis47 ! »

  • 48 ACICR, DAS 2-6, Antoine Thumbrelle au CICR, 5-7-1945.
  • 49 ACICR, DAS 2-6, note de Schwarzenberg, 7-5-1945.
  • 50 ACICR, DAS 2-6, M. Onfray au CICR, 11-6-1945.
  • 51 ACICR, DAS 2-6, Lobstein au CICR, 26-6-1945.

41Au-delà du fait qu’ils constituent un soutien psychologique en établissant un lien entre le camp et le monde extérieur, un « réconfort matériel et moral inappréciable48 », il semble que les colis représentent un apport alimentaire essentiel durant les dernières semaines de la guerre. Durant cette période, l’augmentation des envois coïncide avec l’écroulement de l’appareil militaire et administratif allemand qui réduit fortement les moyens de ravitaillement des principaux camps. En outre, ces derniers accueillent de très importants contingents de détenus évacués de l’est, dont l’arrivée durcit considérablement les conditions de survie dans l’espace concentrationnaire. Ainsi, fin avril, il semble qu’à Ravensbrück la seule nourriture disponible provient des colis. De même, lors de l’évacuation du camp, le colis constitue l’unique subsistance fournie aux colonnes en marche49. Après leur libération, deux ex-détenus de Buchenwald exprimèrent notamment leur reconnaissance au CICR, l’un pour deux colis « qui m’ont sauvé la vie50 », l’autre pour un colis américain de 5 kg décisif au moment de son évacuation51.

  • 52 ACICR, G 44 222-3, chiffre repris dans le rapport de Landolt, sans date.

42Selon Pfister, lors de l’évacuation du camp de Sachsenhausen, une ration d’un colis alimentaire pour cinq détenus est distribuée durant la première phase de la marche jusqu’à Below, soit un total de 6 000 colis52. À partir du 27, les distributions pour les déportés en route vers le nord ont été probablement plus régulières. Ces colis ont certainement constitué le principal voire le seul apport alimentaire durant ces journées. Selon le témoignage d’un détenu, Rizjard Majnus:

  • 53 ACICR, G 44 Sec-214.05, Majnus, 7-1-1946.

«Acording to the opinion of the detainees most of them would have succumbed if they have not been succourred [sic] […] and sustained by the parcels issued in the Bellow [sic] Forest53

  • 54 ACICR, G 44 222-3, rapport Landolt, sans date.

43Cependant, ces colis prévus comme une nourriture complémentaire pour les prisonniers de guerre, composés notamment de conserves de viande, de fruits secs et de lait condensé, n’étaient pas adaptés aux nécessités d’une population sous-alimentée. Cette nourriture trop riche a occasionné de nombreux troubles digestifs, elle a été fatale aux plus faibles. Dans un de ses rapports, le délégué Landolt évoque également la rencontre de la femme d’un officier SS malade d’indigestion après une consommation excessive de raisins secs pris dans des colis Croix-Rouge54.

44Mis à part les doutes concernant le nombre de colis reçus par les détenus, leur distribution et leur contenu, il faut remarquer que les colis alimentaires traduisent aussi les difficultés du CICR de répondre à la singularité de la situation endurée par les victimes des camps.

  • 55 ACICR, DAS ZA 12, « Contenu de colis standard pour internés norvégiens », note de Rigg pour Schwar (...)

45Le CICR élabore une réponse qui reproduit les pratiques développées pour les prisonniers de guerre. Il utilise une infrastructure peu adaptée aux nécessités des détenus. Les colis sont préparés et pensés pour les prisonniers de guerre, comme complément alimentaire, avec des produits « de luxe » (confiture, jus de fruit, raisons secs, etc.), destinés notamment à soutenir leur moral. Par exemple, au début de l’action, la Commission mixte prépare des colis en fonction des limitations imposées par le blocus avec des marchandises achetées sur le marché roumain ou helvétique, sans tenir compte des nécessités alimentaires spécifiques des déportés. Ainsi, les premiers colis, qui sont relativement légers (1,845 kg), proposent pour l’essentiel du sucre et des produits laitiers (600 g de confiture, 430 g de lait concentré sucré, 80 g d’Ovo-sport, 150 g de biscuit (Soso), 250 g de saucisson cru, 225 g de fromage (Gerber-anémone), 100 g de chocolat en plaque)55.

  • 56 Cf. ACICR, DAS ZA 19.
  • 57 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 25-1-1944.

46Au-delà des problèmes nutritionnels posés par un contenu peu adapté à des populations sous-alimentées, le colis constitue un instrument d’intervention onéreux, en moyenne quinze francs suisses pour un colis standard de 2,5 kg56. Il faut souligner également que l’utilisation de la nourriture en conserve, qui compose une partie des colis, pose problème. Les détenus ne possèdent généralement pas d’instruments pour ouvrir les boîtes et ils ne disposent pas de moyens de faire cuire la nourriture, ce qui interdit leur consommation individuelle dans de nombreux camps. Ainsi, il semble qu’à Sachsenhausen, une partie de cette nourriture soit amenée directement en cuisine pour être intégrée dans l’ordinaire des détenus57.

47La conservation de la nourriture, qui subit de nombreuses épreuves avant d’arriver aux destinataires, constitue également un problème délicat. Ainsi, l’une des principales livraisons à l’été 1944, en provenance du navire SS Cristina dont nous avons parlé précédemment a été possible, car sa cargaison a été jugée impropre pour les prisonniers de guerre.

  • 58 ACICR, BG 003 62-1, rapport de Frédéric Müller, délégué de la Division des Secours à Göteborg, sur (...)

48Les opérations de débarquement et de transbordement ne sont pas non plus sans risques, comme le montre la livraison de plus de 15 000 colis du War Refugee Board à Göteborg à l’automne 1944 par le M/S Gripsholm. Ces colis conditionnés par caisse de six à huit colis sont débarqués sous une pluie battante et de nuit. À l’ouverture des emballages, dans les entrepôts, le délégué du CICR constate que les marchandises sont mal arrangées. Les paquets de sucre sont placés à côté des pots de marmelade dont le verre enfonce le sucre qui se répand en grande quantité dans l’entrepôt. De même, selon le délégué, le carton des colis est trop faible et la bande de sécurité trop mince pour qu’on puisse les réexpédier58.

49L’action du Comité international en faveur des déportés durant les dernières semaines de la guerre en Allemagne constitue un moment exceptionnel et paradoxal. Comparativement à des initiatives en faveur des détenus des camps avant 1945, elle est le produit d’une mobilisation inédite du Comité international. Cependant, cette opération est marquée par un effacement du siège, dépassé par l’ampleur de la tâche. Face à l’urgence, l’action est organisée d’une manière précipitée, improvisée. Mal préparé, mais porté par la volonté de sauver ceux qui n’avaient pas pu être secourus plus tôt, le Comité international perd rapidement le contrôle de ses opérations en raison de la difficulté de circuler en Allemagne et de maintenir des communications régulières avec le terrain.

50Ces problèmes traduisent les problèmes structurels d’une institution pensée au début de la guerre comme un service de contact entre belligérants plus que comme une machine opérationnelle de terrain. Face au chaos invraisemblable provoqué par les derniers combats sur sol allemand, l’intervention du CICR apparaît comme un « bricolage » humanitaire, possible grâce aux réserves et aux moyens de transport prévus principalement pour les prisonniers de guerre. En l’absence d’une véritable coordination entre l’opération du CICR et les armées engagées sur le terrain, les principaux acteurs de cette opération sont les délégués et les chauffeurs.

  • 59 P. Weindling, « “For Love of Christ”: Strategies of International Catholic Relief and the Allied o (...)
  • 60 H. Lavsky, « The Day after. Bergen-Belsen from Concentration Camp to Center of the Jewish Survivor (...)
  • 61 Il faut noter que le CICR mandate une mission formée par six médecins et douze infirmières qui arr (...)

51Souvent isolés, les délégués constituent des médiateurs utiles avec les dirigeants des camps et assurent le transport et la distribution des colis. À la différence des missions sanitaires, par exemple les trois équipes médicales envoyées vers Bergen-Belsen, Dachau, Mauthausen et Buchenwald par Jean Rodhain, désigné par de Gaulle comme aumônier général des prisonniers de guerre et des déportés,59 ou de la mission de la Croix-Rouge britannique à Bergen-Belsen60, ils ne bénéficient ni de l’infrastructure, ni des compétences médicales nécessaires pour assurer une intervention médicale d’une certaine envergure61.

52Par la suite, bien que mis en marge de la mémoire du CICR, les délégués ont pris, durant cette période, des risques importants. Pour la première fois, ils ne sont plus uniquement des experts en charge de rédiger des rapports ou de simples mandataires, mais ils sont acteurs d’une action directe en faveur des victimes de la politique nationale-socialiste. Cette expérience constitue pour les délégués du Comité international sur le territoire du IIIe Reich, l’une des premières rencontres, voire même la seule rencontre avec la mort provoquée par les violences nationales-socialistes. Cela dit, face à l’immensité de la tâche, l’intervention du Comité reste cependant très modeste et sa portée sur le terrain opérationnel très réduite.

53Il faut aussi souligner que le modèle d’intervention utilisé par le CICR lors des dernières semaines de la guerre pose problème en ce qui concerne la distribution des secours. En effet, l’action du CICR dépend étroitement de la politique des donateurs qui financent les colis et leur transport. Comme le Comité international entend mener une action neutre, indépendamment des identités religieuses ou raciales, il est contraint de refuser de mener une action spécifique en faveur des victimes de confession juive. Si cette politique peut paraître légitime au nom de l’universalité des secours, dans la pratique, son application pose problème. En effet, le CICR constitue un intermédiaire entre donateurs et bénéficiaires et développe son aide en fonction des moyens fournis par les différents gouvernements et par les institutions caritatives. En fonction des demandes des donateurs, l’aide est distribuée en faveur des personnalités ou à des détenus selon des critères nationaux. Par conséquent, les détenus scandinaves peuvent compter sur un important appui et une situation privilégiée durant la guerre.

54Dans ce cadre, le CICR n’impose pas aux donateurs, mis à part les secours destinés aux victimes juives, de reporter une partie de l’aide vers d’autres catégories de détenus afin de légitimer son universalité et d’assurer une répartition plus équilibrée parmi les victimes ayant subi le régime le plus sévère dans les camps de concentration. Aussi, ce refus d’accepter la catégorie « juif » en parallèle aux catégories établies sur le critère des nationalités place les organisations humanitaires juives et le War Refugee Board dans une situation désavantageuse.

55Dans les faits, l’aide arrive pour l’essentiel aux civils des pays alliés, laissant totalement démunis des catégories comme les Espagnols ou les Russes. En proclamant sa position de neutralité, Genève s’enferme dans une grave contradiction, car refusant de prendre position sur la situation particulière réservée par les autorités allemandes aux populations juives, la seule action qu’elle peut développer l’est en raison de l’existence de la situation privilégiée de certaines nationalités dans le système concentrationnaire.

  • 62 ACICR, BG 003 62-1, CICR à délégation à Göteborg, 12-4-1945.
  • 63 ACICR, BG 003 62-1, télégramme du CICR à sa délégation à Göteborg, qui informe que la Croix-Rouge (...)
  • 64 ACICR, BG 003 62-1, note pour la délégation à Lübeck signée Schwarzenberg, 9-4-1945.

56Cependant, il est significatif que pour la première fois depuis le début de la guerre, le chaos, la désorganisation du système et l’urgence de la situation humanitaire amènent le Comité international à dépasser le cadre de son action traditionnelle. Jusqu’alors respectueux d’une clé de répartition déterminée par les moyens engagés par les donateurs, Genève ordonne, le 12 avril, de rassembler les colis en « pool ». Cette mesure annule les distributions prévues aux différentes nationalités pour distribuer deux colis mensuels à « tous les prisonniers de guerre », russes inclus, encore atteignables par les camions du CICR. Il prend cette décision sous sa propre responsabilité, estimant que l’accord des principaux donateurs ne peut attendre, considérant l’« exclusion de certaines nationalités impossible du point de vue humanitaire62 ». Cette nouvelle politique est facilitée par la position de certaines Sociétés nationales, à l’exemple de la Croix-Rouge canadienne qui autorise, quelques jours plus tard, le CICR à puiser dans ses réserves pour apporter de l’aide aux prisonniers les plus nécessiteux63. Concernant les déportés, le Comité décide également d’annuler les distributions individuelles64, alors que sur le terrain les délégués distribuent les colis en vrac sans distinction de nationalité ou raciale.

57Cette nouvelle politique, imposée par l’urgence humanitaire et l’impossibilité de poursuivre l’« action normale », ouvre la voie à un autre glissement, soit la distribution aux déportés de colis prévus pour les prisonniers de guerre. Selon le témoignage du délégué de Blonnay à la fin de sa mission :

  • 65 ACICR, BG 003 26 60, rapport de mission de Blonay, 14-6-1945.

« Au point de vue des colis, j’ai dû parfois en employer d’autres que les WRB, mais je crois que n’importe qui a vu l’état des déportés et qui travaille vraiment avec l’esprit Croix-Rouge aurait fait de même […] je préfère être accusé comme je l’ai été par certaines personnes de faire du marché noir que d’avoir sur la conscience ce que je ne peux nommer que des homicides par négligence65. »

58Ces questions amènent le CICR, quelques mois plus tard, à donner des réponses évasives aux donateurs, notamment au représentant de la Croix-Rouge britannique à Lübeck :

  • 66 ACICR, BG 003 62, Ehrenhold, délégué du CICR en Suède au représentant de la Croix-Rouge britanniqu (...)

« Nous ignorons par exemple totalement depuis le 20 avril l’usage qui a été fait des caisses canadiennes qui se trouvaient à Lubeck à cette époque66… »

59Cette discussion sur les modalités de distribution des secours durant les derniers jours de la guerre ne semble cependant pas avoir été à l’origine d’une réflexion interne sur les politiques et les pratiques de secours décidées par l’institution genevoise durant la guerre. Au contraire, face aux critiques qui pointent les lacunes de son intervention pour les détenus politiques et raciaux du système concentrationnaire, le Comité international adopte rapidement une stratégie de repli en se réfugiant derrière un discours soulignant l’impossibilité d’intervenir pour cette catégorie de victimes en l’absence de normes internationales sur les victimes civiles avant l’adoption en 1949 de la IVe Convention de Genève.

  • 67 CICR, CID 362-191.557, Documentation médicale à l’usage des délégués, vol. 1, mars-juin 1946.

60Nous avons cherché à montrer dans les pages précédentes que cet argument ne tient pas compte de la participation du CICR aux négociations et aux interventions destinées à sauver de l’écroulement allemand les prisonniers des camps de concentration. Avec la Croix-Rouge suédoise, le War Refugee Board, le Joint, ainsi que d’autres institutions caritatives, le CICR constitue l’une des pièces d’un jeu complexe altéré par les négociations sordides ouvertes par Himmler et ses comparses et les initiatives tardives des gouvernements alliés. Le Comité international mène dans ce cadre une politique très prudente et attentive aux sollicitations de Washington et Paris. Cependant, son action se caractérise par sa difficulté à penser et à organiser un modèle opérationnel adapté au contexte singulier de la fin du conflit, à l’exemple de son manque d’expérience sur le terrain des pratiques sanitaires et médicales, comme le suggère le lancement au printemps 1946 d’un bulletin mensuel à usage interne intitulé la Documentation médicale à l’usage des délégués. Le principal objet de ce bulletin est de fournir des informations nécessaires aux délégués qui, « pendant de nombreuses années, ont été tenus dans l’ignorance des progrès médicaux réalisés par les Alliés67 ».

61Depuis 1943, l’utilisation du colis standard par le CICR dans son action dans les camps de concentration ne constitue pas, à la différence des cas précédents, un moyen de créer un lien privilégié entre la société civile donatrice et les victimes. Bien qu’il s’avère être un produit peu adapté aux besoins spécifiques des populations des camps et que le nombre de colis expédiés en Allemagne soit dérisoire face aux besoins des déportés, le colis constitue un instrument utile de financement par les gouvernements alliés et les organisations philanthropiques. Il permet d’utiliser l’infrastructure mise en place pour les prisonniers de guerre qui permet de passer à travers les mailles du blocus allié. Au sein du CICR, ce lien avec l’action menée pour les prisonniers de guerre facilite certainement l’accord des plus sceptiques à l’égard d’une intervention pour les détenus civils, à l’exemple du président Huber, tout en évitant une réaction négative des responsables des camps qui estiment assez profitable et intéressant de recevoir de telles marchandises alors que le pays est menacé par la famine.

Notes

1 ACICR, DAS ZA 14 et ACICR, DAS 175, note de la DAS pour la délégation à Lübeck, 9-4-1945.

2 ACICR, DAS ZA 73, note de R. Moynier pour la Division d’assistance spéciale (DAS), 4-4-1945, Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité du Comité international de la Croix-Rouge en faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne (1939-1945), Genève, CICR, 1946, p. 97, et ACICR, BG 003-73, le « Journal de la délégation de Berlin ».

3 ACICR, BG 003 26-73, « Journal de la délégation de Berlin ».

4 Dès le 10 avril, la délégation à Berlin est isolée du siège du Comité international et son action au nord repose désormais uniquement sur ses liens avec le port de Lübeck pour obtenir des moyens de secours et organiser des opérations d’évacuation, voir ACICR, BG 003 62-1.

5 ACICR, G 44 R 216-03, fiche colonne 35, 13-4-1945.

6 Selon une note de Bachmann, lors de sa rencontre à Innsbruck avec Kaltenbrunner, ce dernier lui aurait assuré avoir télégraphié le 20 avril à Himmler son accord pour le transport immédiat de 1000 détenus français de Mauthausen et, par la suite, environ 2000 Français devraient être inclus dans cette opération, ACICR, G 44 13-7, rapport de Bachmann, 14-5-1945.

7 ACICR, DAS ZA 114, rapport Steffen, 27-4-1945.

8 Il faut attendre la fin de la guerre pour pourvoir organiser une nouvelle opération d’évacuation depuis Mauthausen, qui comprend 100 Français, 220 Espagnols et 10 Suisses.

9 ACICR, DAS 168, rapport P. Kuhne, 19-6-1945. Parmi les principaux transports, il faut noter la participation du CICR au rapatriement des civils français d’Italie du Nord, ainsi que ceux realisés début mai par deux bateaux affrétés par le CICR. Ils assurent le transport de 806 ex-détenus depuis le port de Lübeck vers la Suède, ACICR, DAS 2-6, rapport de M. W. Jeanfavre sur sa mission à Trellenborg du 30 avril au 3 mai 45 pour la réception des internés venant d’Allemagne, rapport du 7-5-1945, voir aussi ACICR, BG 003 62-7, ACICR, DAS 168, la correspondance de Kuhne à Stamm, 19-6-1945, et ACICR, DAS 174, un tableau non daté concernant les opérations de rapatriement.

10 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal de séance portant sur le rapport de Rubli sur Mauthausen, en présence de Burckhardt, du major Sidler et de Christeller, 27-4-1945.

11 ACICR, BG 003 26-59, rapport de Rubli, 27-4-1945.

12 Suite au choc provoqué par les images de la libération de Bergen-Belsen par les troupes anglaises, le 15 avril, les dirigeants SS décident d’évacuer les derniers camps sur le territoire du Reich afin de faire disparaître les principales traces de leur activité.

13 Dans les dernières semaines de la guerre, la délégation du CICR se trouve dans le même quartier, Wannsee, que certains centres décisionnels refoulés du centre de Berlin du fait des combats et des bombardements. L’opération menée lors de l’évacuation du camp de Sachsenhausen est développée dans l’article de S. Farré (avec la collaboration de Y. Schubert), « From Sachsenhausen to Schwerin. The ICRC and the Death Marches », Jahrbuch des International Tracing Service, vol. 1, 2012, p. 283-299.

14 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation de Berlin ».

15 Le journal de la délégation (ACICR, BG 003-73) confirme que l’appel téléphonique est réalisé par Höss, 21-4-1945. De Blonay pour sa part, évoque un appel du commandant Kaindl, ACICR, BG 3 60, rapport de Paul de Blonay, 14-6-1945. La note de Pfister à Schwarzenberg, 28-6-1945 (ACICR, G 44 13-20.02) évoque le « commandant d’Oranienburg ». Dans son rapport, de Cocatrix situe cette demande le 19 avril, ce qui nous semble peu probable. Pour sa part, il affirme que la demande de secours a été faite par Höss, ACICR, G 44 13-19.02, rapport de Cocatrix, 16-11-1945. Selon une correspondance de Brand à Kersten, le 19 avril, Himmler aurait donné l’ordre de remettre des colis aux détenus des camps, R. Palmer, « Felix Kersten and Count Bernadotte : A Question of Rescue », Journal of Contemporary History, vol. 29, no 1, 1994, p. 39-51.

16 ACICR, G 44 13-20.02, note de Pfister à Schwarzenberg, 28-6-1945.

17 Idem.

18 Idem. Selon Pfister, la présence des délégués et les menaces de dénoncer les responsables « au premier commandement allié » ont constitué une protection pour les déportés, qui expliquerait la diminution des massacres à partir du 24. Il est difficile de vérifier une telle assertion.

19 Voir A. Zeiger, « Wittstock (Belower Wald) », in W. Benz et B. Distel (éd.), Der Ort des Terrors, Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager, Sachsenhausen, Buchenwald, vol. 3, Munich, München Beck, 2006, p. 291.

20 ACICR, G 44-222.3, rapport Landolt, sans date.

21 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport sur l’activité du Service transports camions (STC) du Comité international de la Croix-Rouge (document dactylographié), Genève [1946], CICR, CID. Il semble que cette colonne de camions, en provenance de Lübeck, avait été envoyée le 23 vers un camp de prisonniers britanniques à Altengrabow, au sud de Wagenitz, ce qui suggère que malgré l’urgence, les secours aux prisonniers de guerre restent prioritaires.

22 Himmler aurait donné son feu vert à l’évacuation de Ravensbrück, le 21 avril, lors de sa rencontre avec Bernadotte, Y. Bauer, Juifs à vendre ? Les négociations entre nazis et Juifs, 1933-1945, Paris, Liana Levi, 1996, p. 336.

23 A. Dieckhoff, Rescapés du génocide : l’action Musy, une opération de sauvetage de juifs européens en 1944-1945, Helbing, Fédération suisse des communautés israélites, 1995. Il semble également que Benoît et Jean-Marie Musy participent aux négociations pour l’évacuation du camp, certainement accompagnés de Franz Goering, l’assistant de Schellenberg. Auparavant, les 23 et 24 avril, le délégué de Cocatrix avait négocié en vain avec le commandant Fritz Suhren la remise de Ravensbrück. Par la suite, le délégué remplace, dès le 24 avril, Pfister épuisé après quatre jours de travail acharné.

24 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline, 2009, p. 206 et suivantes.

25 ACICR, BG 003-62, note d’Erhenhold, 14-6-1945.

26 ACICR, G 44 13-15, note de Empeyta, 11-5-1945.

27 Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 143-149.

28 ACICR, G 59/12/13-364, rapport de Hort, 15-5-1945.

29 Idem.

30 S. Zámečník, « Le camp de concentration de Dachau dans le système de la dictature nazie », in Le camp de concentration de Dachau entre 1933 et 1945 (catalogue pour l’exposition « Le camp de concentration de Dachau, 1933-1945 »), Dachau, Comité international de Dachau, 2005, p. 24.

31 Après l’arrivée du brigadier général Henning Linden de la 42e Division d’infanterie devant la porte du camp, l’officier américain envoie Maurer directement vers un train de la mort afin de prendre des photos et d’informer sur les brutalités allemandes. La présence dans le détachement américain du journaliste belge, Paul Lévy, de son photographe Raphaël Algoet et de deux correspondants de journaux américains, Marguerite Higgins du New York Herald Tribune et Peter Furst du Stars and Stripes, expliquent les différents clichés disponibles illustrant la mission de Maurer, S. Zámečník, « Le camp de concentration de Dachau », art. cit., p. 24. Il faut noter que ce train constitue un passage obligé des visiteurs de Dachau, comme le suggère la série de photographies prises lors d’une visite des délégués Denis Favre et Briquet le 3 mai, ACICR, G 44 13-9, rapport de Favre, convoi macabre de Dachau, 9-5-1945. Voir en annexe le reportage photographique comportant trente clichés qui sont conservés au CICR, CID, VP Hist 03179-1 à 29, ACICR, G 44 13-7, rapport de Maurer, 18-5-1945 (il existe une version en français et en allemand), R. H. Abzug, Inside the Vicious Heart. Americans and the Liberation of Nazi Concentration Camps, New York, Oxford Univ. Press, 1985, M. Higgins, New is a Singlar Thing, Garden City, New York, Doubleday & Comp., 1955, J. H. Linden, Surrender of the Dachau Concentration Camp, 29-4-1945. The True Account, Elm Grove, Sycamore Press, 1997.

32 ACICR, G 44 13-18, rapport de Häfliger, 24-5-1945.

33 À noter que Becher déclara également après la guerre être intervenu pour éviter la destruction du camp, Y. Bauer, Juifs à vendre ?, op. cit., p. 341.

34 Suite au feu vert de l’Obergruppenfuhrer SS Müller, chef du Sicherheitsdienst, le 24 mars 1945, un premier délégué, le Dr Schneiper arrive le 2 avril au camp-ghetto de Theresienstadt avec deux premiers camions, chargés de colis de vivres. Quatre jours plus tard, en provenance de la délégation de Berlin, Lehner et Dunant visitent à leur tour le camp, ACICR, G 59 12/368, note au secrétariat de Marti, 24-3-1945. Schneiper réalise à ce moment-là une série de clichés, conservés au CICR, CID VP Hist 01159-16, VP Hist 01159-23, VP Hist 01159-28, VP Hist 01159-30, VP Hist 01159-34.

35 ACICR, G 59 3/th/63 et ACICR, DAS ZA 76, rapport no 4 de Dunant, 22-5-1945, voir aussi ACICR, G 59 12/368 et 369, et ACICR, G 59, note de Kuhne sur « l’activité du Comité international de la Croix-Rouge au camp de Theresienstadt », juin 1945. Voir également Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité international de la Croix-Rouge concernant le ghetto de Theresienstadt, doc. non publié, ACICR.

36 ACICR, DAS 2/6, note de service de G. Stamm, 31-5-1945.

37 Le premier lot est de 15 000 colis envoyés via Göteborg par le SS Gripsholm au début septembre 1944, le deuxième de 224 328 colis, toujours via Göteborg, arrivé dans la deuxième partie du mois de décembre (SS Saive), dont 39 325 sont mis à disposition du Congrès juif mondial et 185 005 colis pour la délégation à Lübeck. Enfin, un troisième lot de 60 772 est débarqué à Toulon (SS Caritas II), voir ACICR, G 59 40-334, Schwarenzberg à McClelland, 4-1-1945.

38 ACICR, G 44 13-14, « Note suite à un entretien avec Monsieur G. ayant quitté Buchenwald le 1-2-1945 ».

39 Voir ACICR, DAS 2-6.

40 ACICR, DAS 2-6, lettre de E. Kohn au CICR, 26-4-1945, voir aussi la note de Jung sans date.

41 ACICR, G 44 13-22, rapport de Kohler sur la visite au camp de La Plaine, 4-5-1945.

42 ACICR, DAS ZA 73, note pour la délégation de Berlin, 16-2-1945.

43 ACICR, DAS 2-6, Paul Lobstein au CICR, 26-6-1945.

44 E. Kogon, L’enfer organisé : le système des camps de concentration, Paris, La jeune Parque, 1947, p. 119-120.

45 ACICR, G 44 222-3, rapport Landolt, sans date.

46 ACICR, G 44 Sec-214, G. Huber (arrêté par la Gestapo en février 1944) au président du CICR, 9-7-1945.

47 K. Lanckorońska, Souvenirs de Ravensbrück : conférence donnée à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, mai-juin 1945 [s. l.], [s. n.], 1945, p. 13.

48 ACICR, DAS 2-6, Antoine Thumbrelle au CICR, 5-7-1945.

49 ACICR, DAS 2-6, note de Schwarzenberg, 7-5-1945.

50 ACICR, DAS 2-6, M. Onfray au CICR, 11-6-1945.

51 ACICR, DAS 2-6, Lobstein au CICR, 26-6-1945.

52 ACICR, G 44 222-3, chiffre repris dans le rapport de Landolt, sans date.

53 ACICR, G 44 Sec-214.05, Majnus, 7-1-1946.

54 ACICR, G 44 222-3, rapport Landolt, sans date.

55 ACICR, DAS ZA 12, « Contenu de colis standard pour internés norvégiens », note de Rigg pour Schwarzenberg, 13-4-1943, ACICR, DAS ZA 72. Des améliorations semblent intervenir, notamment à l’automne, avec un colis standard qui inclut trois paquets de biscuits de 100 g, deux paquets de potage BB avec quinze cubes chacun, six paquets de farine légumineuse pour potage (165 g, soit deux de haricots, deux de pois et deux de lentilles), trois boîtes de goulache « Globus », un flacon de Pritamin, un paquet de marmelade de pruneaux et 500 g de potage de pâtes, composition du colis standard (deuxième commande), 12-11-1943.

56 Cf. ACICR, DAS ZA 19.

57 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 25-1-1944.

58 ACICR, BG 003 62-1, rapport de Frédéric Müller, délégué de la Division des Secours à Göteborg, sur le reconditionnement de 15 000 colis du War Refugee Board, 8-12-1944.

59 P. Weindling, « “For Love of Christ”: Strategies of International Catholic Relief and the Allied occupation of Germany, 1945-1949 », Journal of Contemporary History, vol. 43, no 3, 2008, p. 477-491, P. Weindling, « “Belsenitis”: Liberating Belsen, Its Hospitals, UNRRA, and Selection for Re-emigration, 1945-1948 », Science in Context, vol. 19, no 3, 2006, pp. 401-418, M. Harrison, Medecine and Victory. British Military Medicine in the Second World War, Oxford, Oxford University Press, 2004.

60 H. Lavsky, « The Day after. Bergen-Belsen from Concentration Camp to Center of the Jewish Survivors in Germany », German History, vol. 11, 1993, p. 36-59.

61 Il faut noter que le CICR mandate une mission formée par six médecins et douze infirmières qui arrive à Bergen-Belsen le 2 mai pour renforcer cinq équipes de la Croix-Rouge britannique et une des Quakers anglais, mais sur l’action de laquelle nous n’avons pas beaucoup d’informations, voir A. Pfirter, Souvenirs d’une mission du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, 1955, J.-D. Steinert, « British Relief Teams in Belsen Concentration Camp : Emergency Relief and the Perception of Survivors », Genocide Studies, vol. 1-2, no 1-2, 2006, p. 62-72, Voir aussi M. K. Doherty, Letters from Belsen 1945 : an Australian nurse’s experiences with the survivors of war, N. S. W., Allen & Unwin, 2000.

62 ACICR, BG 003 62-1, CICR à délégation à Göteborg, 12-4-1945.

63 ACICR, BG 003 62-1, télégramme du CICR à sa délégation à Göteborg, qui informe que la Croix-Rouge canadienne autorise la distribution de colis à tous les prisonniers de guerre alliés, 19-4-1945.

64 ACICR, BG 003 62-1, note pour la délégation à Lübeck signée Schwarzenberg, 9-4-1945.

65 ACICR, BG 003 26 60, rapport de mission de Blonay, 14-6-1945.

66 ACICR, BG 003 62, Ehrenhold, délégué du CICR en Suède au représentant de la Croix-Rouge britannique en Suède, 6-7-1945.

67 CICR, CID 362-191.557, Documentation médicale à l’usage des délégués, vol. 1, mars-juin 1946.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540