Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre X. Négociations et opérations de sauvetage en Allemagne nationale-socialiste

Texte intégral

  • 1 Trois navires participent à l’opération : SS Gripsholm (15 000 colis), SS Saive (224 328 colis) et(...)
  • 2 ACICR, DAS ZA 69, Schwarzenberg à McClelland, 6-1-1945.

1À la fin de l’année 1944, le CICR est en position de développer une opération pour les déportés occidentaux semblable à celle menée pour les prisonniers de guerre. Les entrepôts de l’institution contiennent désormais d’importants stocks de colis standards destinés aux détenus des camps de concentration. Fin décembre, après plusieurs mois d’attente, trois navires assurent le transfert vers Göteborg de 300 000 colis1 financés depuis l’été par le War Refugee Board et destinés à l’action en faveur des déportés2.

  • 3 ACICR, BG 003 62, rapport de mission, Ehrenhold, 4-3-1946.
  • 4 Ibidem.

2Le port suédois, par lequel transitent 73 millions de kg de marchandises destinées à être distribuées par le CICR, devient alors le principal centre de réception des secours pour l’institution genevoise3. L’importance du port baltique s’explique par la destruction d’une partie des voies ferrées en France et la fermeture du port de Marseille, suite au débarquement de juin 1944. À partir de cette date, durant plus de six mois, les livraisons de colis d’outre-mer sont bloquées avant que le trafic soit progressivement détourné vers la mer du Nord suite à l’ouverture d’une ligne maritime entre Göteborg et Lübeck4.

  • 5 D. S. Wyman, L’abandon des Juifs : les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987, (...)

3Mis à part les freins imposés par la politique de blocus britannique, le CICR fait face aussi à des problèmes de logistique et d’organisation. Les moyens de transports et l’essence manquent ; il s’agit de convoyer ces colis vers leurs destinataires, alors que l’écroulement progressif du IIIe Reich et l’intensification des bombardements alliés entravent les communications et les transports ferroviaires. En outre, le stock de colis ne peut couvrir qu’une part infime des besoins de la population des camps. Ces problèmes expliquent notamment la lenteur et la lourdeur de la mise sur pied de l’opération financée par le War Refugee Board : seulement 40 000 colis issus de cette expédition sont distribués aux déportés à la fin février 19455.

4Avant de poursuivre, au-delà de ces importants problèmes opérationnels, il faut insister sur le fait que le développement de l’opération « colis » est lié également à des enjeux politiques du côté allemand, principalement à la volonté de Himmler d’utiliser les déportés comme instrument de négociation avec les Alliés occidentaux. En effet, depuis le printemps 1944, des contacts se développent entre les acteurs humanitaires et des hauts cadres SS, mais aussi avec des agents des gouvernements neutres et alliés qui cherchent à négocier la libération de détenus des camps. Mis à part les avantages financiers escomptés, l’objectif essentiel du dirigeant SS est d’établir des contacts avec les Etats occidentaux.

5La perspective de la défaite allemande et les tensions entre la SS et le ministère des Affaires étrangères expliquent l’existence d’une diplomatie parallèle favorisée par la volonté d’Himmler de s’imposer comme le principal relais entre les Alliés occidentaux et l’Allemagne. Pour le Reichsführer, le salut du Reich dépend de la signature d’une paix séparée avec les Alliés occidentaux contre l’Union soviétique. Cette politique explique l’activité de nombreux intermédiaires, liés souvent aux services secrets, qui établissent des lignes de communication et avancent des propositions plus ou moins crédibles, généralement avec peu de succès. Cependant, les dissensions entre les principaux dirigeants du IIIe Reich et les oscillations d’Himmler, partagé entre la crainte de s’opposer à la politique jusqu’au-boutiste d’Hitler et la volonté de s’imposer comme un interlocuteur des Alliés, entravent la mise sur pied d’un éventuel plan général de secours.

  • 6 Nous avons repris les chiffres avancés par Y. Bauer, Juifs à vendre ? Les négociations entre nazis (...)

6Du côté suisse, des négociations sont menées dès l’automne 1944 par Jean-Marie Musy avec Himmler pour l’évacuation vers la Suisse de déportés juifs. L’ex-président de la Confédération sert d’intermédiaire à Recha et Isaac Sternbuch responsables de l’antenne suisse de l’Hilfsverein für Jüdische Flüchtlinge in Shanghai (HIFJES), une agence juive liée à l’Union des rabbins orthodoxes des Etats-Unis et du Canada. Ce projet fait suite à différentes négociations ouvertes, fin avril, par Adolf Eichmann et Joel Brand, membre d’un comité de secours sioniste, le Va’adat Ezrah Vehatzalah (Vaada). Le responsable SS envisageait la « vente » aux Alliés d’un million de juifs contre 10 000 camions. Malgré leur échec, ces négociations avaient ouvert la voie à un accord entre Eichmann, le SS Standartenführer Kurt Becher, chef de la section économique du commandement opérationnel en Hongrie, et Rezsö Kasztner du Vaada pour l’évacuation par train de 1 684 juifs hongrois en échange d’une rançon. Finalement, à l’exception d’un petit groupe de 318 évacués qui arrivent en Suisse dès la fin du mois d’août, les négociations menées entre le représentant du Joint en Suisse, Saly Meyer, et Becher permettent l’arrivée en Suisse, le 6 décembre, de 1368 juifs6.

  • 7 D. Sebastiani, Jean-Marie Musy (1876-1952), un ancien conseiller fédéral entre rénovation national (...)
  • 8 ACICR, BG 003 73, « Journal de la délégation à Berlin ».

7Au début janvier 1945, les premiers contacts entre le CICR et les responsables des camps de concentration ne sont pas sans liens avec l’opération menée par Musy. Nous savons que Musy, poussé à la fois par des motivations pécuniaires et politiques, est en contact depuis décembre 1944 avec Carl J. Burckhardt, nouveau président du CICR depuis la fin de l’année 19447. Le journal de la délégation en Allemagne souligne que les premiers jours de l’année sont consacrés aux camps de concentration8. À ce moment, il semble que le principal relais de la délégation soit Eberhard Reichel, attaché au ministère des Affaires étrangères en charge des relations avec les services intérieurs allemands (Département Inland IIC).

  • 9 Rapports sur les pourparlers de la délégation du CICR à Berlin avec les autorités allemandes et su (...)

8Dès le 9 janvier, les entretiens se succèdent pour les délégués du CICR à Berlin, d’abord avec le SS Sturmbannführer Emil Berndorff, à la tête de la Département C 2 de la Gestapo (Schutzhaftangelegenheiten), puis avec le SS Gruppenführer Richard Glücks (11 janvier), chef de l’administration des camps de concentration9.

9Glücks donne son accord pour la nomination d’hommes de confiance par nationalité dans les camps, mais aussi pour l’envoi collectif de colis (denrées, vêtements, médicaments) pour les Français, Hollandais, Danois et Belges à Dachau. Certes, ces envois sont pratiqués depuis des mois et il semble que dans certains camps des hommes de confiance soient nommés, mais cet accord de principe permet de consolider les pratiques développées précédemment.

  • 10 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation à Berlin ».

10Il est difficile de vérifier si ces annonces se traduisent sur le terrain par des améliorations concrètes ou si, au contraire, les responsables allemands poursuivent une stratégie dilatoire afin de maintenir des contacts utiles avec le CICR à la veille de la chute du régime. Quoi qu’il en soit, le 15 janvier, Himmler et Musy se rencontrent pour poursuivre les négociations. Le lendemain de cette entrevue est qualifié par le personnel de la délégation du CICR à Berlin de « grand jour des camps de concentration10 ».

  • 11 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportés et les camps de concentration nazis, P (...)

11Fin janvier, à l’Office central de sécurité du Reich, sur le site de Sachsenhausen-Oranienburg11, le délégué Lehner rencontre l’Obersturmbannführer Rudolf Höss et le Hauptsturmführer Enno Lolling, médecin en chef des camps de concentration, qui accepte l’envoi par le CICR de médicaments destinés aux détenus.

  • 12 ACICR, DAS ZA 73, « Amélioration du sort des détenus », communiqué 259, 14-2-1945.
  • 13 Idem.

12En parallèle, le ministère des Affaires étrangères répond positivement, le 1er février, à une lettre d’Huber du 2 octobre, dont l’objet était une demande d’extension des droits des détenus « administratifs ». Ribbentrop accorde le droit de correspondance et l’envoi de colis aux déportés français et belges12. Ces concessions restent limitées et ne font finalement que suivre celles de l’administration des camps de concentration prises quelques semaines plus tôt13.

  • 14 ACICR, DAS ZA 14, colis partis pour l’Allemagne, ACICR, DAS 173, 19-2-1945, expéditions pour l’All (...)
  • 15 Le 14 février, un communiqué du CICR confirme les « importantes garanties » pour les détenus franç (...)
  • 16 ACICR, G 44 00-4.02, exposé de Marti devant l’Amicale des déportés politiques de Sachsenhausen à B (...)
  • 17 ACICR, G 44 R-219, rapport de Vaudaux sur les secours aux internés civils, voir aussi Comité inter (...)

13Au-delà de ces constats, il est certain que durant cette période, on assiste à une augmentation des envois pour les détenus des camps de concentration. Les expéditions de colis, limitées en septembre à un peu moins de 7 000 colis, atteindraient entre 50 000 à 70 000 colis en janvier, et se montent, bien qu’il soit difficile de dresser une statistique précise de cette évolution, à plus de 120 000 colis alimentaires en février14. Certes, malgré ces avancées, les visites des délégués du CICR ne sont pas encore officiellement autorisées et ces mesures se limitent aux détenus des pays occidentaux15. Néanmoins, la réponse de la diplomatie allemande à Huber constitue la première déclaration officielle sur ce sujet16. Celle-ci confirme également la nouvelle condition des détenus français et belges qui bénéficient désormais d’un statut assez semblable à celui des détenus scandinaves. Si, avant l’été 1944, les Français et les Belges ne reçoivent pas de colis, ils constituent à la fin de la guerre le principal groupe destinataire de ces envois. Selon le rapport « Vaudaux », un document établi par les services du Comité international, 1,1 million de colis ont été expédiés (vivres, médicaments, vêtements). Pour notre part, nous avons retenu au début du chapitre précédent un chiffre plus modeste de 751 000 colis, qui nous semble plus proche de la réalité. À partir de ce document, il ressort que les principaux destinataires sont les déportés français (252 000 colis) et belges (230 000), soit presque la moitié des secours totaux en colis. Ils devancent largement les autres nationalités : 90 900 colis pour les Polonais, 53 800 colis pour les Norvégiens et 21 000 colis pour les Hollandais17.

  • 18 A. Dieckhoff, Rescapés du génocide, op. cit., Y. Bauer, Juifs à vendre ?, op. cit., p. 308-318, D.(...)

14Enfin, les négociations menées par Musy aboutissent, suite au dépôt d’une somme de 5 millions de dollars sur un compte en Suisse, à la libération d’un groupe de 1 200 juifs du camp-ghetto de Theresienstadt, qui arrivent le 7 février par train en Suisse18. Cette opération, qui suit celle du mois de décembre évoquée plus haut, constitue l’un des rares succès des projets développés lors de la dernière phase de la guerre pour sauver des juifs menacés par la répression nationale-socialiste.

15Cet événement a une double conséquence. D’une part, la diffusion par les médias de l’information concernant l’évacuation de Theresienstadt provoque une réaction négative d’Hitler qui ferme la porte à de nouvelles opérations. D’autre part, ce succès amène le vice-président de la Croix-Rouge suédoise, Folke Bernadotte, à s’adresser directement à Himmler pour négocier la libération des détenus scandinaves.

  • 19 Y. Bauer, Juifs à vendre, op. cit., p. 333.

16La présence en Allemagne de Bernadotte durant les dernières semaines de la guerre n’est pas surprenante, car depuis 1943, Stockholm suit avec attention le sort de six cents étudiants norvégiens et de 1 600 policiers danois déportés dans les camps de concentration de l’Allemagne nationale-socialiste. Dans ce cadre, dès la fin de l’année 1944, le gouvernement suédois décide de changer de stratégie face à la stérilité de ses démarches auprès du ministère des Affaires étrangères allemand. La diplomatie suédoise s’appuie dès lors sur ses contacts avec Felix Kersten, le masseur de Himmler et intermédiaire de ce dernier, qui obtient fin 1944 la libération d’un premier contingent de déportés (cinquante Norvégiens et cinquante Suédois). Stockholm aurait alors annoncé sa disposition à accueillir l’ensemble des déportés juifs détenus dans les camps de concentration19.

  • 20 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline (...)

17Dans ce contexte, mandaté par les autorités suédoises, le comte Bernadotte rencontre à Berlin, entre le 17 et le 21 février 1945, les principaux responsables du système concentrationnaire, Kaltenbrunner, von Ribbentrop, le chef de l’espionnage de la SS, Walter Schellenberg et Himmler. Lors de sa première rencontre, le 19 février, avec l’Oberführer, Bernadotte obtient l’autorisation de regrouper les détenus scandinaves à Neuengamme sous la protection de la Croix-Rouge suédoise. Après une nouvelle rencontre à Berlin avec Himmler entre les 6 et 8 mars, Bernadotte lance une première action de sauvetage20.

  • 21 Ibidem, p. 85.

18Cette opération est menée par trois cent huit volontaires de l’armée et de la Croix-Rouge suédoises. En fait, il s’agit d’une intervention financée par l’État suédois avec la mobilisation de matériel et d’acteurs de l’armée de ce pays, la Croix-Rouge permettant de « neutraliser » cette action. Celle-ci est notamment possible par la mobilisation de plus de cent véhicules, dont 36 bus, 19 camions et 1 bateau21.

  • 22 Ibidem, p. 113
  • 23 Ibidem, p. 121 et suivantes.

19Le 15 mars, après l’installation du QG de l’opération à Friedrichsruh, à quelques kilomètres du camp de Neuengamme, la colonne, accompagnée par quarante officiers de la Wehrmacht, de la SS et de la Gestapo, débute le transfert de 2 200 Scandinaves du camp de Sachsenhausen22. En parallèle, le 19 mars, une deuxième colonne part vers le sud de l’Allemagne en direction des camps de Schömberg, Natzweiler, Dachau et Mauthausen pour assurer le transport de 600 détenus. Malgré la présence de personnel sanitaire, les transferts se déroulent dans des conditions difficiles avec de nombreuses victimes notamment de dysenterie, provoquée par la consommation d’une nourriture trop riche23. Par contre, à leur arrivée à Neuengamme, les déportés scandinaves, regroupés dans une section spéciale, bénéficient d’un statut privilégié. Suite à ce premier succès, Bernadotte poursuit ses négociations afin de rapatrier les Scandinaves de Neuengamme vers le Danemark ou la Suède. De même, il vise un élargissement des concessions de Himmler par la libération de l’ensemble des détenus de Neuengamme et le regroupement sous sa protection de 25 000 déportées françaises.

Évacuations et camions blancs

  • 24 ACICR, DAS ZA 73, Frenay à Burckhardt, 26-1-1945.
  • 25 ACICR, DAS ZA 73, lettre du ministre des Affaires étrangères français à Burckhardt, 31-1-1945, voi (...)

20Alors que les autorités allemandes envoient des signes d’ouverture concernant l’accès aux détenus des camps de concentration, le CICR lève de nouvelles cartes dans son jeu pour poursuivre les négociations. Fin janvier, quelques jours après avoir autorisé la visite des camps d’internés allemands aux délégués du CICR, le ministre français Frenay propose d’échanger des ressortissants civils allemands (lors de la libération du territoire français, des ressortissants allemands sont incarcérés, sans bénéficier du statut d’internés civils) contre des Français déportés en Allemagne, en priorité des femmes et des enfants24. En outre, il demande à Genève de prendre sous sa protection les prisonniers de guerre et les déportés25. En clair, le nouveau gouvernement utilise l’argument de la réciprocité afin de sauver les déportés français. Dans ce contexte, A.-R. Rigg, directeur adjoint de la Division des secours du CICR, considère que :

  • 26 ACICR, SG 4, note de Rigg, 16-2-1945.

« Une occasion est offerte à la Confédération de réaliser une action qui pourrait avoir des répercussions favorables sur le terrain politique, une occasion qu’il serait regrettable de laisser échapper26. »

  • 27 ACICR, G 44/13-13, demande des Croix-Rouges tchèque, polonaise, yougoslave, hollandaise, belge, no (...)

21Ces initiatives françaises sont suivies d’un appel des sociétés de Croix-Rouge des gouvernements en exil en faveur d’une « démarche suprême auprès des autorités allemandes en vue d’obtenir la libération des détenus civils, politiques ou raciaux27 ».

  • 28 P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit., p. 321, P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner. Ideol (...)

22Ces démarches se concrétisent après une rencontre entre Burckhardt et l’Obergruppenführer SS Ernst Kaltenbrunner, responsable de l’Office central de sécurité du Reich et de tous les camps de concentration. Ce moment est l’aboutissement des initiatives développées depuis le début de l’année 1945. Ainsi, lors de ses échanges avec Himmler, il semble que Musy encourage le Reichsführer à établir des contacts avec Burckhardt28.

23Depuis plusieurs mois, Burckhardt est informé par différentes sources que seuls des contacts directs avec Himmler pourraient permettre de modifier la situation des détenus des camps de concentration. Déjà en septembre 1944, Schwarzenberg avançait :

  • 29 ACICR, G 44/Sec-215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-7-1945. À noter également que deux mois p (...)

« Il faudrait, si l’on veut obtenir un résultat quelconque, s’attaquer directement à M. Himmler, qui pourrait nous faire quelques concessions s’il voit dans notre démarche la reconnaissance de sa toute puissance29. »

  • 30 P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit., p. 321.
  • 31 Selon Favez (Une mission impossible, op. cit., p. 353), il existe trois documents principaux du CI (...)
  • 32 Kaltenbrunner à Burckhardt, 29-3-1945, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents s (...)

24Les premiers succès de Bernadotte et le départ de Huber de la présidence du CICR fin 1944 facilitent une prise d’initiative du Comité international. Après avoir obtenu le soutien de la diplomatie américaine et le feu vert de de Gaulle30, Burckhardt accepte finalement la proposition du dirigeant SS qui délègue Kaltenbrunner. La réunion se tient dans une auberge sur la route entre Feldkirch et Bludenz, le 12 mars31. Elle est suivie les jours suivants d’une série de négociations à Kreuzlingen et à Zurich, qui engagent notamment l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, Adolf Windecker, et Fritz Berber, l’agent de Joachim von Ribbentrop auprès du Comité international. Les principaux objets des discussions sont les opérations d’échanges entre internés Français et Allemands. De même, il semble que les visites des délégués dans les camps, le regroupement des déportés par nationalité et l’envoi de secours dans les camps soient aussi abordés32.

  • 33 ACICR, DAS ZA 76, Rossel à la Division d’Assistance spéciale, 7-12-1944.

25Sur la base du témoignage de Burckhardt et de Kaltenbrunner, il est difficile de connaître avec précision l’issue de ces discussions. Néanmoins, la portée de ces échanges reste limitée, car ceux-ci se déroulent sur une base fragile, qui explique leur échec partiel. En outre, la décision du nouveau président du CICR de ne pas se déplacer à Berlin place le Comité en seconde ligne, derrière Bernadotte. Appelé à représenter, dans un contexte difficile, la diplomatie suisse en France (il est désigné ministre de Suisse, le 23 février, mais occupe son poste seulement à partir du mois de mai), Burckhardt reste prudent. En outre, il semble qu’il ait renoncé depuis l’automne à se rendre lui-même dans la capitale allemande33.

  • 34 ACICR, G 44/13-7, procès-verbal de l’exposé de Burckhardt fait le 26-3-1945 aux délégués des Croix (...)
  • 35 ACICR, G 44/13-7, entretien entre Pradervant, Marti et Berber du 30-3-1945, 6-4-1945.
  • 36 A. Lasserre, « Les réfugiés de Bergen-Belsen », art. cit., J.-C. Favez, « Le proche et le lointain (...)

26Le président est conscient que les moyens du CICR sont limités et il est soucieux de poursuivre la politique officielle de l’institution fondée sur les liens avec les sociétés nationales de Croix-Rouge et les services diplomatiques officiels34. En outre, les autorités suisses sont partagées entre la volonté de réaliser un geste politique majeur en direction des Alliés – selon Marti « le rapatriement des prisonniers civils […] aurait un très gros retentissement35 » – et la crainte d’être dépassées par un afflux en Suisse de colonnes de réfugiés malades et apatrides36. Burckhardt souhaite aussi éviter une situation semblable à celle de Musy, pour qui la publicité réalisée autour de son opération avait eu des conséquences négatives sur les négociations postérieures.

  • 37 Il s’agit probablement des nouvelles préparées par l’Agence Télégraphique Suisse et diffusées par (...)
  • 38 ACICR, DAS ZA 73, note de Marti, 16-3-1945.

27Malgré cette prudence, la nouvelle de la rencontre entre Burckhardt et Kaltenbrunner est pourtant transmise par « Radio suisse37 ». Comment expliquer la diffusion de cette information ? À notre sens, cet incident confirme les tensions existantes à la tête du IIIe Reich, notamment entre le ministère des Affaires étrangères et la SS, ainsi qu’entre Kaltenbrunner et Himmler38. Il manifeste l’existence de logiques parallèles qui naissent de l’effondrement du régime national-socialiste et du croisement de stratégies individuelles. À la tête de l’État, une âpre compétition divise les proches du Führer. Partagés entre leur fidélité à Hitler et une analyse plus rationnelle selon laquelle la défaite du régime est inéluctable, plusieurs dirigeants nationaux-socialistes cherchent à établir des contacts avec les Alliés avec l’objectif de sauver le régime et de prendre la direction d’éventuelles négociations sur le futur de l’Allemagne.

  • 39 W. Schellenberg, Le chef du contre-espionnage nazi parle : 1933-1945, Paris, R. Julliard, 1957, A.(...)
  • 40 P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner, op. cit.

28Ainsi, nonobstant le discours jusqu’au-boutiste du Führer, différentes voies négociatrices sont suivies. Nous avons évoqué précédemment les manœuvres menées par Himmler, Becher, mais aussi Kersten, qui est en contact avec des représentants du Congrès Juif mondial en Suède (Hilel Storch et Norbert Masur)39. En plus de ces échanges avec les représentants des institutions de secours, des dirigeants SS maintiennent des contacts avec les services secrets alliés pour négocier la sortie de la guerre. Le général SS Karl Wolff, commandant en chef des troupes du nord de l’Italie, approche Allen W. Dulles, à la tête de l’Office of Strategic Service à Berne, pour la reddition des troupes allemandes en Italie du Nord, au même titre que Kaltenbrunner par l’intermédiaire du SS Obersturmbannführer Wilhelm Höttle, pour une reddition de l’Autriche40.

29En maintenant des contacts avec des représentants de ces différentes personnalités en concurrence les unes avec les autres, le CICR avance sur un chemin sinueux. Néanmoins, il semble que l’institution genevoise privilégie la voie officielle du ministère des Affaires étrangères allemand, ouverte par la possibilité d’un échange de prisonniers, à l’origine de la rencontre avec Kaltenbrunner. Le rôle de la Wilhelmstrasse semble se confirmer par la présence de Berber et Windecker lors des négociations qui ont lieu les jours suivants la rencontre Burckhardt-Kaltenbrunner.

  • 41 Ibidem, p. 229. La réaction d’Hitler à ces informations avait certainement interrompu l’opération (...)

30La présence des services diplomatiques officiels ne favorise certainement pas la mobilisation de Himmler qui préfère une voie plus discrète, souhaitant à la fois rester le principal acteur d’éventuels règlements et éviter la révélation de ces manœuvres à Hitler. Sur ce point, il faut noter qu’il est possible que la diffusion par la radio de l’information concernant la réunion Burckhardt-Kaltenbrunner constitue une réponse de Himmler à Kaltenbrunner qui, selon Schellenberg, serait intervenu pour diffuser un faux renseignement, selon lequel deux cent cinquante dirigeants SS auraient obtenu par l’intermédiaire de Musy l’autorisation de se réfugier en Suisse en échange de l’évacuation de juifs de Theresienstadt41.

31Quoi qu’il en soit de ces hypothèses, à Feldkirch, Kaltenbrunner se trouve dans une position délicate. Avec la volonté de tirer son épingle du jeu après avoir été mis à l’écart lors des négociations entre Himmler et Bernadotte, ses propositions dépendent en dernière instance de l’accord de Himmler. Placé dans cette situation inconfortable, il se limite à des engagements de principe liés à l’accord postérieur de Himmler. L’officier SS confirme la possibilité d’échanges et il accorde à tous les détenus l’extension des concessions obtenues pour les Français et les Belges (correspondance, ravitaillement). En outre, il semble qu’il accepte l’entrée de délégués avec une équipe médicale dans les camps à la condition qu’ils restent à l’intérieur de ceux-ci jusqu’à l’arrivée des troupes alliées. Cette concession surprenante doit être peut-être comprise comme un geste d’ouverture dans l’espoir de favoriser une intervention de Burckhardt auprès des autorités alliées.

Le délégué Meyer, Himmler et les déportées de Ravensbrück

32La politique alliée qui exclut toute autre solution qu’une reddition sans condition de l’Allemagne et les tensions à la tête de l’État nazi paralysent ces discussions. Si les diplomaties française et allemande s’accordent sur des échanges de prisonniers, la décision concernant les déportés dépend des responsables des camps de concentration.

  • 42 G. Chauvy, La Croix-Rouge dans la guerre, 1935-1947, Paris, Flammarion, 2000, p. 177-178, 267-269.

33Face à cette confusion, sans engagement écrit de Kaltenbrunner, la direction du CICR décide de reprendre l’initiative et d’envoyer un délégué spécial qui part le 26 mars pour Berlin avec une colonne de dix camions. Chargée de colis destinés au Stalag IV D à Torgau, la colonne, après livraison de son chargement, doit participer au rapatriement des détenus des camps de concentration. À cette occasion, le Comité adopte une politique nouvelle en faisant appel à un délégué spécial, Hans E. Meyer qui bénéficie de liens privilégiés avec des proches de Himmler. Ce médecin suisse a été assistant du Dr Karl Gebhardt de 1943 à août 1944. Chirurgien en chef de la SS, Gebhardt est un fidèle de Himmler et participe activement aux expériences pseudo-médicales sordides menées dans les camps de concentration42. En outre, son père est le médecin de Himmler.

  • 43 Selon le journal de la délégation (ACICR, BG 003-73), Meyer est « chargé d’une mission tout à fait (...)
  • 44 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation de Berlin », 14-3-1945.
  • 45 ACICR, DAS ZA 73, note sur l’entretien avec Müller, 24-3-1945.

34Il est significatif que pour cette opération décidée par Burckhardt, la délégation du Comité international à Berlin soit marginalisée par le siège genevois43. En outre, elle n’aurait pas été informée de la rencontre Burckhardt-Kaltenbrunner avant la radiodiffusion évoquée précédemment44. Pourtant, la délégation peut faire état de son expérience acquise avec ses contacts avec l’administration allemande et avec la direction générale des camps depuis le début du mois de janvier 1945. À notre sens, l’intention du siège est d’éviter que l’exemple de Meyer ne favorise des initiatives individuelles des membres de la délégation. À l’image des autres acteurs de ces négociations, Burckhardt souhaite probablement maintenir le secret, mais également conserver le rôle principal lors de ces négociations45.

  • 46 ACICR, G 44/13-7, procès-verbal de Bachmann suite à une rencontre au Palais fédéral sur la questio (...)
  • 47 ACICR, G 44/13-7, Kaltenbrunner propose notamment au CICR de prendre contact avec le ministère des (...)

35Le 29 mars, à son arrivée à Berlin, Meyer fait face à une situation entortillée. Dans la capitale du Reich, en parallèle à Bernadotte, des négociations sont menées par Musy – l’ex-président de la Confédération réalise durant la dernière partie de la guerre huit voyages à Berlin accompagné de son fils Benoît. Musy est, semble-t-il, convaincu de la possibilité de réaliser immédiatement deux nouvelles évacuations de détenus juifs46. En outre, lors de sa première rencontre avec Kaltenbrunner, le délégué spécial de Burckhardt comprend que l’officier SS n’est pas autorisé à, ou ne veut pas, donner le feu vert à une opération de rapatriement47.

  • 48 Karl Gebhardt témoigne en 1947 qu’une commission suisse dirigée par un « assistant suisse que j’av (...)

36Finalement, il semble que l’entrevue du 30 mars de Meyer avec Himmler à Hohenlychen a permis de débloquer la situation, suite à une visite du délégué à Ravensbrück48. Le rapport de mission de Meyer qui désigne Himmler par la lettre H. laisse entrevoir qu’il est parvenu grâce à la ruse et à sa persévérance à l’entrée du camp. Cette narration qui construit un discours héroïque de l’engagement des délégués dans les dernières semaines de la guerre, est peu crédible. Selon les commentaires du délégué concernant une nouvelle visite, le 3 avril :

  • 49 Rapport d’un délégué du Comité international de la Croix-Rouge sur le rapatriement des détenues de (...)

« Comme tout n’était que tromperie, je renonce à continuer ma tournée, puisque je ne peux entrer en contact avec les détenues et qu’à toutes mes questions sur les mauvais traitements, les maladies, les punitions et les tortures, on me répond qu’il s’agit de calomnies répandues par des ennemis de l’État49. »

  • 50 À noter que le rapport est aussi publié dans le livre blanc édité par le Comité international de l (...)
  • 51 P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner, op. cit. Selon Schellenberg, Kaltenbrunner aurait accepté leur l (...)

37Ces informations fournies par Meyer suscitent des interrogations sur le statut de son rapport50. Sa prise de risque et les questions posées au commandant du camp ne semblent pas très crédibles, ni très heureuses pour un envoyé spécial en négociation avec Himmler, et encore moins de la part d’un ancien assistant des services médicaux de Gebhardt dont les principales expériences se sont déroulées dans ce camp. Néanmoins, Meyer rencontre une nouvelle fois le Reichsführer Himmler le 3 ou le 4 avril, et l’opération du CICR se débloque finalement51.

  • 52 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 356. À noter que le jour précédent, Lehner est r (...)
  • 53 Il s’agit de la comtesse Karolina Lanckorońska, P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit.,(...)

38Le 5 avril, en contrepartie de la libération de quatre cent cinquantequatre civils allemands en France52, une première colonne de camions, sous la direction du délégué Meyer, évacue 299 détenues françaises et une polonaise du camp de Ravensbrück53.

  • 54 K. Lanckorońska, Souvenirs de Ravensbrück : conférence donnée à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, (...)

39Dans des conditions sanitaires précaires et sous la menace des bombardements alliés, la colonne traverse l’Allemagne. Dans l’attente de la livraison d’essence, le convoi est bloqué aux alentours de Hof en Bavière durant trois jours54. Durant le voyage, dans des camions inadaptés pour le transport de personnes, de nombreuses détenues souffrent de dysenterie, victimes probablement de la distribution d’une nourriture trop riche. Les camions arrivent le 9 avril en Suisse, à la frontière à Kreuzlingen, où les détenues, malgré leur état, sont accueillies dans des conditions peu flatteuses pour la tradition d’accueil du pays.

  • 55 Cf. CICR, CID vp-hist-0092 - 01a à 07a, vp-hist-00092-44, vp-hist-00092-46, vp-hist-00092-48, vp-h (...)
  • 56 ACICR, G 44/R 216, rapport de Jung et Jost concernant le rappatriemment des déportées de Kreuzling (...)

40L’infrastructure proposée correspond certainement au traitement habituel réservé aux réfugiés, cependant les conditions spécifiques de leur détention et les difficultés du voyage exigeaient une autre réponse de la part des autorités suisses. Après leur entrée en Suisse, les ex-détenues sont amenées dans une salle de gymnastique à Kreuzlingen pour y passer la nuit, comme en témoigne un large reportage photographique conservé aux Archives du CICR (fig. 51 et 53)55. Elles sont ensuite transférées vers Genève dans le même train qui avait permis le rapatriement, du 5 à 7 avril, des 464 civils allemands depuis la France56. Avant son arrivée à destination, le convoi est accueilli à Berne par le représentant du gouvernement français qui ne fait pas non plus preuve de beaucoup de discernement en offrant en guise de bienvenue deux cartons de chocolats… qui sont contrôlés par le représentant de la police de l’armée suisse. Selon le rapport signé par le médecin A. Jost du CICR, 30 % des évacuées arrivent en Suisse malades, généralement souffrant d’entérite. Dix anciennes détenues sont hospitalisées à leur arrivée, dont cinq sont transférées dans un état très préoccupant avec un pronostic « sombre », alors qu’une autre femme décède avant son arrivée en France. Enfin, à Annemasse, 30 d’entre elles sont hospitalisées après le passage de la frontière.

Opérations de sauvetage

41Une fois la mission de Meyer en Allemagne accomplie, le président Burckhardt mobilise des colonnes de camions et engage des délégués destinés à intervenir en faveur des détenus des camps. Le responsable du Comité international prend les choses en main et décide de mener, une opération de secours d’urgence d’envergure. Comment expliquer la nouvelle attitude de Burckhardt ?

  • 57 R. W. Zweig, « Feeding the Camps: Allied Blockade Policy and the Relief of Concentration Camps in (...)

42Nous l’avons évoqué, Français et Américains pressent, depuis quelques semaines, pour une intervention, alors que le Comité observe sans réagir le succès de l’opération de Bernadotte en faveur des détenus scandinaves. La décision du Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF) de mettre à disposition du CICR 468 camions destinés aux transports des colis pour les prisonniers de guerre et d’autoriser l’utilisation de ces camions pour transporter, pendant leur voyage de retour, des déportés vers la Suisse, débloque la situation et permet au CICR de disposer d’un moyen d’intervention57. Il faut souligner que, depuis le début de l’année, la destruction d’une partie des voies ferrées avait obligé le CICR à développer, avec le soutien des armées alliées, une flotte de camions afin de garantir le maintien des envois de colis pour les prisonniers de guerre en Allemagne.

  • 58 A. Durand, Histoire du Comité international, op. cit., p. 516. En mars, deux importantes colonnes (...)

43La distribution de colis est dès lors réalisée par une véritable entreprise de transport routier, animée par un groupe de chauffeurs (des prisonniers de guerre mis à disposition par l’Allemagne), accompagnés dans leur déplacement par des « Posten », des soldats de liaison allemands. Ces moyens avaient notamment permis au CICR, depuis le mois de février, de procéder à des distributions de colis pour des colonnes de prisonniers de guerre évacuées à pied depuis l’est et le nord de l’Europe suite à l’avancée des troupes soviétiques58.

  • 59 ACICR, DAS 173, note de Füllemann, Division des transports et des communications, 8-3-1945.
  • 60 ACICR, DAS ZA 72, note de la Division des Secours, 13-3-1945.
  • 61 ACICR, DAS ZA 179, QG de l’Armée américaine en Europe à McClelland, 29-3-1945.

44En outre, le 8 mars, l’YMCA propose de céder au CICR treize camions destinés aux secours pour les déportés59. Quelques jours plus tard, l’institution genevoise peut compter sur cent nouveaux camions fournis par le SHAEF60 et sur 140 camions français, alors qu’à la fin du mois, l’intervention du War Refugee Board permet au CICR de bénéficier d’une livraison de 2 000 galons de carburant de l’armée américaine61.

  • 62 ACICR, BG 003 26-58, Burckhardt au colonel divisionnaire Gugger, chef du personnel de l’armée, 29- (...)
  • 63 ACICR, DAS 178, résumé sur l’activité du Service de Transports Camions CICR, 21-7-1945.

45Genève dispose alors d’un parc automobile de 300 camions à Ravensburg au nord du lac de Constance, dans le cadre d’un Service de transport sous la direction du colonel-brigadier Julius Schwarz62. Ces camions permettent de réaliser 180 voyages entre le 1er janvier et fin juin 1945, période durant laquelle, ils auraient transporté plus de 5,5 tonnes de marchandises et 17 000 personnes63.

  • 64 Voici une liste non exhaustive des délégués engagés dans les dernières semaines de la guerre : Pie (...)
  • 65 ACICR, BG 003 26 58, Burckhardt au colonel divisionnaire Gugger, 29-3-1945.
  • 66 ACICR, DAS 169 et ACICR, DAS ZA 115, convention passée entre le CICR et la Croix-Rouge suisse, 29- (...)

46Ses moyens de transports et le carburant assurés, le Comité mène, à la fin du mois de mars, une campagne rapide de recrutement, qui permet l’engagement d’une dizaine de délégués64. Le profil recherché par Burckhardt est celui d’hommes relativement mûrs (plus de 27 ans), parlant parfaitement l’allemand, éventuellement avec des connaissances d’une autre langue et bénéficiant d’un « caractère ferme et droit ». Pour le président du Comité international, les officiers de l’armée suisse avec « un esprit de sacrifice réel » semblent les mieux préparés aux exigences d’une telle action. Une formation de huit jours est prévue et le salaire mensuel (1 000 francs suisses) double celui d’un délégué ordinaire65. Les chefs de colonnes bénéficient de laissez-passer émis par la légation des USA et par le Sicherheitshauptamt, d’un Ausweis de l’Oberkommando der Wehrmacht, d’un ordre de mission et d’une carte de légitimation du CICR. La Croix-Rouge suisse collabore en fournissant du matériel sanitaire (couvertures, oreillers, mouchoirs, savons, thermomètres, seringues, etc.), des médicaments et engage dans l’opération trois ou quatre infirmières par convoi66.

47Comme le suggère, quelques semaines avant la fin de la guerre, l’engagement de personnel sans expérience préalable, l’intervention du Comité international se singularise par la célérité de l’organisation. Mise sur pied en quelques jours, véritable « bricolage » humanitaire, cette opération est pilotée dans un premier temps depuis Genève. Néanmoins, le siège rapidement perd contact avec ces colonnes de camions et suit avec difficulté l’évolution de l’opération. Dès lors, tout repose sur l’initiative des chauffeurs de camions et des nouveaux délégués, souvent sans expérience préalable et tous récemment intégrés à l’institution.

48Isolé, avec des moyens d’intervention extrêmement réduits et sans coordination avec les acteurs militaires sur le terrain, quel a pu être le rôle du CICR dans les derniers jours du conflit sur le continent européen ?

Notes

1 Trois navires participent à l’opération : SS Gripsholm (15 000 colis), SS Saive (224 328 colis) et SS Caritas II (60 672 colis).

2 ACICR, DAS ZA 69, Schwarzenberg à McClelland, 6-1-1945.

3 ACICR, BG 003 62, rapport de mission, Ehrenhold, 4-3-1946.

4 Ibidem.

5 D. S. Wyman, L’abandon des Juifs : les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987, p. 366-368.

6 Nous avons repris les chiffres avancés par Y. Bauer, Juifs à vendre ? Les négociations entre nazis et Juifs, 1933-1945, Paris, Liana Levi, 1996. Dans son article, André Lasserre (« Les réfugiés de Bergen-Belsen et Theresienstadt ou les déboires d’une politique d’asile en 1944-1945 », Revue Suisse d’Histoire, vol. 40, 1990, p. 307-317) retient le chiffre de 320 juifs hongrois arrivés en août et de 1352, en décembre.

7 D. Sebastiani, Jean-Marie Musy (1876-1952), un ancien conseiller fédéral entre rénovation nationale et régimes autoritaires (thèse de doctorat), Fribourg, 2004, p. 925, P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre… » : auf den Spuren Carl J. Burckhardts durch den Zweiten Weltkrieg, Zurich, Verl. Neue Zürcher Zeitung, 1998, A. Dieckhoff, Rescapés du génocide : l’action Musy, une opération de sauvetage de Juifs européens en 1944-1945, Bâle, Francfort-sur-le-Main, Helbing & Lichtenhahn, 1995, A. Dieckhoff, « Une action de sauvetage des Juifs européens en 1944-1945 : l’“Affaire Musy” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin, 1989, p. 287-303.

8 ACICR, BG 003 73, « Journal de la délégation à Berlin ».

9 Rapports sur les pourparlers de la délégation du CICR à Berlin avec les autorités allemandes et sur son activité en faveur des détenus dans les camps de concentration, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur les activités, op. cit., p. 90-99.

10 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation à Berlin ».

11 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportés et les camps de concentration nazis, Paris, Payot, 1988, p. 351.

12 ACICR, DAS ZA 73, « Amélioration du sort des détenus », communiqué 259, 14-2-1945.

13 Idem.

14 ACICR, DAS ZA 14, colis partis pour l’Allemagne, ACICR, DAS 173, 19-2-1945, expéditions pour l’Allemagne.

15 Le 14 février, un communiqué du CICR confirme les « importantes garanties » pour les détenus français et belges, voir ACICR, DAS ZA 73, communiqué 259 sur l’« Amélioration du sort des détenus », 14-2-1945.

16 ACICR, G 44 00-4.02, exposé de Marti devant l’Amicale des déportés politiques de Sachsenhausen à Bruxelles, 5-10-1946.

17 ACICR, G 44 R-219, rapport de Vaudaux sur les secours aux internés civils, voir aussi Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 11-12.

18 A. Dieckhoff, Rescapés du génocide, op. cit., Y. Bauer, Juifs à vendre ?, op. cit., p. 308-318, D. Sebastiani, Jean-Marie Musy, op. cit.

19 Y. Bauer, Juifs à vendre, op. cit., p. 333.

20 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline, 2009, p. 81.

21 Ibidem, p. 85.

22 Ibidem, p. 113

23 Ibidem, p. 121 et suivantes.

24 ACICR, DAS ZA 73, Frenay à Burckhardt, 26-1-1945.

25 ACICR, DAS ZA 73, lettre du ministre des Affaires étrangères français à Burckhardt, 31-1-1945, voir aussi ACICR, DAS ZA 73, Frenay à Burckhardt, 26-1-1945. Frenay propose de procéder des échanges par catégories, notamment entre des ressortissants civils allemands et des français déportés en Allemagne, en commençant par les femmes et les enfants.

26 ACICR, SG 4, note de Rigg, 16-2-1945.

27 ACICR, G 44/13-13, demande des Croix-Rouges tchèque, polonaise, yougoslave, hollandaise, belge, norvégienne, italienne roumaine et grecque, Ph. Koenig à Burckhardt, 28-2-1945.

28 P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit., p. 321, P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner. Ideological Soldier of the Third Reich, New Jersey, université de Princeton, 1984 p. 239. Selon Favez, l’initiative de la rencontre est prise par Burckhardt, J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 353, voir également A. Durand, De Sarajevo à Hiroshima : histoire du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, Institut Henry-Dunant, 1978, p. 517.

29 ACICR, G 44/Sec-215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-7-1945. À noter également que deux mois plus tard, Marti demandait également à Genève une action « éclatante » par l’envoi d’un membre du Comité à Berlin, ACICR, G 44/13, note de Marti au secrétariat, 19-11-1944.

30 P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit., p. 321.

31 Selon Favez (Une mission impossible, op. cit., p. 353), il existe trois documents principaux du CICR concernant cette rencontre : ACICR, G 44/13-7, lettre de Burckhardt à Berber, 14-5-1945, lettre de Burckhardt à Max Petitpierre, chef du Département politique suisse, 17-3-1945, et un procèsverbal de Bachmann, 19-3-1945. À noter également ACICR, G 44/13-8, la correspondance de Burckhardt à Paul Ruegger, ministre de Suisse à Londres, 11-5-1945.

32 Kaltenbrunner à Burckhardt, 29-3-1945, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité du CICR, op. cit., p. 82-83. Y. Bauer, Juifs à vendre, op. cit., p. 339-340.

33 ACICR, DAS ZA 76, Rossel à la Division d’Assistance spéciale, 7-12-1944.

34 ACICR, G 44/13-7, procès-verbal de l’exposé de Burckhardt fait le 26-3-1945 aux délégués des Croix-Rouges des pays intéressés et aux représentants de diverses organisations pour leur donner quelques indications sur les entretiens qu’il a eus récemment en Allemagne, non daté.

35 ACICR, G 44/13-7, entretien entre Pradervant, Marti et Berber du 30-3-1945, 6-4-1945.

36 A. Lasserre, « Les réfugiés de Bergen-Belsen », art. cit., J.-C. Favez, « Le proche et le lointain. L’accueil et l’asile en Suisse au printemps 1945 », Revue Suisse d’Histoire, 1988, vol. 38, p. 390-402.

37 Il s’agit probablement des nouvelles préparées par l’Agence Télégraphique Suisse et diffusées par le Service des ondes courtes de Radiodiffusion Suisse.

38 ACICR, DAS ZA 73, note de Marti, 16-3-1945.

39 W. Schellenberg, Le chef du contre-espionnage nazi parle : 1933-1945, Paris, R. Julliard, 1957, A. Dulles, Les secrets d’une reddition, Paris, Calmann-Lévy, 1967, R. Palmer, « Felix Kersten and Count Bernadotte : A Question of Rescue », Journal of Contemporary History, vol. 29, no 1, 1994, p. 39-51.

40 P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner, op. cit.

41 Ibidem, p. 229. La réaction d’Hitler à ces informations avait certainement interrompu l’opération organisée avec Musy.

42 G. Chauvy, La Croix-Rouge dans la guerre, 1935-1947, Paris, Flammarion, 2000, p. 177-178, 267-269.

43 Selon le journal de la délégation (ACICR, BG 003-73), Meyer est « chargé d’une mission tout à fait spéciale – concernant les camps de concentration – et qui est telle à ne pas relever la bonne opinion des membres de la délégation à l’égard du CICR à Genève », 28-3-1945, voir aussi ACICR, G 44/13-7, courrier de Lehner à Bachman, 30-3-1945.

44 ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation de Berlin », 14-3-1945.

45 ACICR, DAS ZA 73, note sur l’entretien avec Müller, 24-3-1945.

46 ACICR, G 44/13-7, procès-verbal de Bachmann suite à une rencontre au Palais fédéral sur la question des réfugiés et des rapatriés, 28-3-1945, Alain Dieckhoff, Rescapés du génocide, op. cit.

47 ACICR, G 44/13-7, Kaltenbrunner propose notamment au CICR de prendre contact avec le ministère des Affaires étrangères, Kaltenbrunner à Burckhardt, 29-3-1945.

48 Karl Gebhardt témoigne en 1947 qu’une commission suisse dirigée par un « assistant suisse que j’avais eu pendant un an, en 1943 », cité par G. Chauvy, La Croix-Rouge dans la guerre, op. cit., p. 267-268. Selon Y. Bauer (Juifs à vendre ?, op. cit., p. 336) Himmler aurait refusé le 2 avril à Bernadotte la libération des Françaises de Ravensbrück, p. 336.

49 Rapport d’un délégué du Comité international de la Croix-Rouge sur le rapatriement des détenues de Ravensbrück, in Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 108.

50 À noter que le rapport est aussi publié dans le livre blanc édité par le Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit.

51 P. R. Black, Ernst Kaltenbrunner, op. cit. Selon Schellenberg, Kaltenbrunner aurait accepté leur libération « pour sauver la face », suite à ses promesses faites lors de la rencontre avec Burckhardt, W. Schellenberg, Le chef du contre-espionnage, op. cit, p. 476.

52 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 356. À noter que le jour précédent, Lehner est reçu à Oranienburg où il rencontre des représentants des détenus et reçoit des lettres de recommandation de la direction centrale des camps.

53 Il s’agit de la comtesse Karolina Lanckorońska, P. Stauffer, « Sechs furchtbare Jahre », op. cit., p. 336, K. Lanckorońska, Michelangelo in Ravensbrück : One Woman’s War against the Nazis, Cambridge, Da Capo, 2007. Voir le courrier de Klatenbrunner à Burckhardt annoncant la libération de cette dernière, 2-4-1945, et ACICR, G 44/13-7, demande de Burkchardt d’inclure cette dernière dans la liste des rapatriés, Burckhardt à Kaltenbrunner, 3-4-1945. Pour un témoignage très succinct sur cette évacuation, voir Amicale de Ravensbrück et association des déportées et internées de la résistance, Les Françaises de Ravensbrück, Paris, Gallimard, 1965, p. 263-274.

54 K. Lanckorońska, Souvenirs de Ravensbrück : conférence donnée à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, mai-juin 1945 [s. l.], [s. n.], 1945, p. 18.

55 Cf. CICR, CID vp-hist-0092 - 01a à 07a, vp-hist-00092-44, vp-hist-00092-46, vp-hist-00092-48, vp-hist-00092-50, vp-hist-00092-54, vp-hist-1111 à 1114, vp-03099-14, vp-hist-00092-16 à 20, vp-hist-00092-24 à 30 (au total trente photographies).

56 ACICR, G 44/R 216, rapport de Jung et Jost concernant le rappatriemment des déportées de Kreuzling à Annemasse du 9 au 11 avril, 14-4-1945. Voir O. Wormser-Migot, Le retour des déportés : quand les alliés ouvrirent les portes, Bruxelles, Ed. Complexe, 1985.

57 R. W. Zweig, « Feeding the Camps: Allied Blockade Policy and the Relief of Concentration Camps in Germany, 1944-1945 », The Historical Journal, vol. 41, no 3, 1998, p. 848.

58 A. Durand, Histoire du Comité international, op. cit., p. 516. En mars, deux importantes colonnes de camions, respectivement de vingt-cinq et quarante-cinq véhicules, ravitaillent sur la route des prisonniers marchant depuis huit semaines en direction de Bayreuth, d’Eger et de Marienbad, ACICR, BG 003 26 59, compte rendu de la réunion au siège suite au retour de Rossel, 14-3-1945.

59 ACICR, DAS 173, note de Füllemann, Division des transports et des communications, 8-3-1945.

60 ACICR, DAS ZA 72, note de la Division des Secours, 13-3-1945.

61 ACICR, DAS ZA 179, QG de l’Armée américaine en Europe à McClelland, 29-3-1945.

62 ACICR, BG 003 26-58, Burckhardt au colonel divisionnaire Gugger, chef du personnel de l’armée, 29-3-1945.

63 ACICR, DAS 178, résumé sur l’activité du Service de Transports Camions CICR, 21-7-1945.

64 Voici une liste non exhaustive des délégués engagés dans les dernières semaines de la guerre : Pierre Descoeudres (23-7-1940 à 3-11-41 en Allemagne, puis en Égypte), Albert Bruederlin, Claude Empeyta, Hans Pfeiffer (1891, Glarus), Robert Hort, Jean Briquet (1907, Genève), Charles Steffen (1883, Biel), André Galopin, Louis Häfliger, Victor Maurer, Willy Montandon, Paul Dunant, Hans Condrau. Il faudrait ajouter également à cette liste les chauffeurs qui jouent un rôle essentiel dans ces opérations.

65 ACICR, BG 003 26 58, Burckhardt au colonel divisionnaire Gugger, 29-3-1945.

66 ACICR, DAS 169 et ACICR, DAS ZA 115, convention passée entre le CICR et la Croix-Rouge suisse, 29-4-1945.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540