Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre IX. Des colis pour les déportés : le CICR et les camps de concentration

Texte intégral

  • 1 Il est difficile de connaître le chiffre précis du nombre de colis acheminés par le CICR, car les d (...)
  • 2 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., Annexes, p. 9.
  • 3 D. Blatman, « The Death Marches and the Final Phase of Nazi Genodice », in J. Caplan et N. Wachsman (...)

1Durant la dernière partie de la guerre, le CICR engage une opération de secours par l’envoi de colis alimentaires dans les camps de concentration. Malgré l’expédition de 751 000 colis destinés aux détenus, entre avril 1943 et mai 19451, cette action paraît marginale en comparaison notamment de l’opération destinée aux prisonniers alliés pour lesquels 24 861 895 colis collectifs sont convoyés par le Comité international2. Ces secours constituent également une contribution insignifiante par rapport aux besoins d’une population qui représente plus de 700 000 détenus au début de l’année 19453. Intervention limitée et organisée dans l’urgence lors de la dernière phase du conflit, l’envoi des colis apparaît comme un appendice de la machine humanitaire mise sur pied au bénéfice des prisonniers de guerre. Le recours aux colis s’explique effectivement par l’utilisation des moyens développés pour les soldats et officiers alliés détenus en Allemagne.

2Le contenu des colis standards, composés de produits prévus pour une longue conservation, offre a priori un moyen efficace pour l’envoi de secours alimentaires avec la possibilité de faire des distributions rapides pour les détenus. Néanmoins, avant de poursuivre, pour comprendre la mise en place de cette opération, il est utile de revenir sur les discussions et le processus qui sont à l’origine de l’envoi depuis les entrepôts genevois de plusieurs milliers de caisses de colis humanitaires destinées aux camps de concentration.

3Bien qu’après la fin du conflit s’impose au CICR un discours qui justifie l’impossibilité d’intervenir en faveur des détenus politiques et raciaux dans les camps de concentration par l’absence de conventions internationales sur les victimes civiles, au début du conflit, le CICR ne conçoit pas le cadre juridique constitué par les conventions de Genève de 1929 comme une frontière immuable. Selon un discours de Huber prononcé en 1940 devant des représentants de la presse allemande :

  • 4 « La Croix-Rouge comme réalité nationale et internationale », 1940, discours prononcé à Genève à l’ (...)

« C’est d’ailleurs dans cette absence de droits reconnus que réside peut-être la force de l’institution. La Croix-Rouge voit son devoir essentiel partout où le malheur l’appelle, partout où elle peut le combattre ou l’atténuer. Et son Comité n’est lié par aucun mandat établi d’avance. Si le Comité peut se réclamer de principes énoncés par le droit des gens et de traités existant entre belligérants, cela ne peut qu’être utile à son action. Mais, là non plus, il ne s’appuie pas seulement sur le droit positif ; il s’efforce, selon l’idée qui inspira la Croix-Rouge à sa naissance, d’accomplir, en faveur des victimes de la guerre, des actions sans cesse meilleures4. »

4Au-delà des déclarations d’intention et des principes évoqués par le président du CICR, la politique de l’institution à l’égard des détenus des camps de concentration est le produit d’un écheveau complexe d’interventions et de discussions difficile à défaire. Cette politique s’adapte et se développe en fonction des pressions des institutions caritatives, des gouvernements, mais aussi des débats menés au sein de l’institution.

  • 5 L’article 5 de ses statuts autorise le CICR « à prendre toute initiative humanitaire qui rentre dan (...)
  • 6 Sur cette question, voir notamment le débat qui oppose au printemps 1942, d’une part, Huber et, d’a (...)

5Dans cette perspective, Huber défend une ligne très prudente qui conçoit le CICR comme un intermédiaire neutre tirant sa légitimité de la réciprocité et se limitant à répondre aux sollicitations des principales puissances et des Sociétés nationales de Croix-Rouge. Il évite toute initiative qui questionne les relations de confiance développées avec les principaux acteurs, indépendamment de leur manière de mener la guerre et de l’urgence des besoins des victimes. Cette position est certes favorisée par l’anticommunisme de certains dirigeants, mais aussi par les difficultés d’une institution née des valeurs libérales de progrès du XIXe siècle, à construire un espace d’intervention dans le cadre d’une guerre idéologique et raciale. Pourtant, au CICR, des voix défendent, au nom des obligations morales de l’institution et de son droit d’initiative statutaire5, l’inclusion des victimes raciales et politiques dans son champ d’intervention6. Elles encouragent les différentes démarches qui sont menées en faveur des victimes juives et des déportés politiques.

6L’action du CICR en faveur des détenus des camps de concentration tire parti dans une première étape des problèmes complexes posés par la catégorisation des bénéficiaires de l’action des Croix-Rouges. À première vue, les conventions dessinent une frontière très claire entre les prisonniers de guerre, les internés civils (soit les civils de nationalité ennemie qui se trouvent sur le sol d’un belligérant ou sur un territoire occupé par lui au début des hostilités, un statut reconnu par l’Allemagne, la France et l’Angleterre lors des premières semaines du conflit) et les autres catégories de détenus. Cependant, dans les faits, cette délimitation reste problématique suite au chaos provoqué par la conquête rapide d’une partie du territoire européen par l’Allemagne et la disparition de certains États. La rapidité de l’écroulement d’une partie de l’Europe laisse de nombreuses zones grises. En outre, Berlin reconstruit ces catégories en fonction de ses objectifs politiques et économiques. Par exemple, suite à la disparition de l’État polonais, l’Allemagne considère ses prisonniers polonais comme des travailleurs civils. À l’inverse, les soldats polonais engagés avec l’armée française en juin 1940 bénéficient du statut de prisonniers de guerre.

  • 7 Ces détenus sont considérés comme otages suite à des représailles allemandes, ibidem, p. 242-244.
  • 8 Ibidem, p. 124 et suivantes.

7Cette frontière fragile qui divise les prisonniers en main allemande selon des catégories et des régimes différents suscite l’une des premières initiatives du CICR pour les détenus des camps de concentration. En été 1940, la présence à Buchenwald de deux cents internés civils originaires des Indes néerlandaises est à l’origine de la visite des délégués Roland Marti et Pierre Descoeudres dans ce camp (ce dernier y réalise une nouvelle visite en juin 1941)7. De même, la déportation vers le camp de concentration de Mauthausen des Républicains espagnols engagés en 1940 dans l’armée française génère, à l’automne 1941, des démarches de Genève sur la situation de ces détenus privés de leur statut de prisonniers de guerre8.

  • 9 ACICR, BG 003 26-07, Marti au CICR, 28-1-1942.
  • 10 ACICR, BG 003 26-07, rapport no 64, 16-2-1942.

8Ces interrogations posées par la définition d’un terrain d’intervention s’inscrivent dans un contexte assombri par des informations inquiétantes qui révèlent la brutalité de la politique allemande. Début 1942, les membres de la délégation du CICR à Berlin sont témoins de la déportation de 3 000 juifs de la capitale allemande. Quelques jours plus tard, Marti transmet à Genève des informations « extraordinaires » sur Mauthausen, selon lesquelles les détenus y seraient massacrés dans des conditions terribles9. Dans les semaines suivantes, le délégué transmet de nouveaux renseignements sur les « nettoyages » menés par les « troupes SS » sur le front de l’Est10.

  • 11 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 124-125.
  • 12 ACICR, BG 003 26-12, rapport de Marti, 19-6-1942.
  • 13 ACICR, BG 00326-13/14, note de Marti au Secrétariat, 25-8-1942.

9Plus décisif est le début de la déportation des juifs français vers l’Est. Ces événements conduisent à une prise de conscience de certains membres du Comité, alors qu’en parallèle la Croix-Rouge allemande arrête la transmission des informations concernant les déportés non aryens11. La position de la Croix-Rouge allemande et les répercussions de la Rafle du Vel’d’Hiv’des 16-17 juillet 1992 provoquent l’une des principales initiatives du CICR. Ces événements interviennent après différents rapports qui confirment les nouvelles transmises depuis le début de l’année. Ainsi, en juin, le chef de la délégation du CICR à Berlin, Marti, avait informé Genève que la quasi-totalité des 700 Hollandais déportés à Mauthausen étaient décédés12. Quelques semaines plus tard, lors d’un voyage du 13 au 18 août dans la région de Cracovie et Lemberg, Marti rapporte sa rencontre avec des groupes de Juifs placés dans une situation dramatique13.

  • 14 ACICR, DAS ZA 12, note pour Marti de Gallopin, 24.9.1942, J.-C. Favez, Une mission impossible, op. (...)

10Dans une note datée 24 septembre 1942, Marti transmet à la section juridique des Affaires étrangères du Reich la demande de reconnaissance, pour les civils des pays belligérants occupés par l’Allemagne, d’un statut équivalent à celui des prisonniers de guerre et des internés civils. Ce statut leur permettrait de recevoir des renseignements individuels, des messages, des colis et des visites de représentants du CICR14. Comme nous l’avons vu, ce geste apparaît comme le produit d’un compromis entre la priorité donnée au maintien de l’action en faveur des prisonniers de guerre et la volonté d’une partie du Comité d’élargir son champ d’action pour inclure les victimes des déportations. À l’exemple de Roger Gallopin, membre du Secrétariat central, en charge de la Commission des prisonniers, internés et civils, qui encourage le chef de la délégation à Berlin à poursuivre son action :

  • 15 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à Marti, 24-9-1943.

« Nous estimons que le problème est beaucoup trop grave pour que le Comité ne l’aborde que par le moyen des enquêtes individuelles. Le grand nombre d’arrestations et de déportations notamment en France pose un problème humanitaire dont le Comité international de la Croix-Rouge ne peut se désintéresser15. »

  • 16 I. Vonèche Cardia, Neutralité et engagement. Les relations entre le Comité international de la Croi (...)

11Cette politique fondée sur l’élargissement de l’action pour les prisonniers de guerre ne remet pas en cause la politique défendue par Huber et permet la poursuite d’initiatives en faveur des détenus des camps de concentration. Si cette formule permet un compromis au sein du CICR, elle est cependant vouée à l’échec. Le Comité international n’a guère de moyens de pression susceptibles de modifier l’attitude des autorités allemandes sur la question, ni de ressources financières et matérielles pour développer une éventuelle opération de secours. Ainsi, après avoir renoncé, à l’automne 1942, à lancer un appel public, l’institution genevoise prend l’option de ne pas mettre en péril les relations de confiance établies avec les autorités allemandes16. Divisé entre la volonté d’éviter des tensions avec une Allemagne hégémonique sur le continent et la forte émotion produite par le début des déportations depuis le sol français, le Comité international privilégie des initiatives limitées qui dépendent étroitement de l’intérêt de la puissance détentrice.

Système concentrationnaire et colis alimentaires

  • 17 ACICR, SG 4, « Secours aux civils internés sur leur propre territoire », Frick-Cramer, 17-7-1942, R (...)
  • 18 ACICR, DAS ZA 70, Hartmann (Amtes Auslandsdienst) au CICR, 4-3-1943. Selon le CICR, en mars 1943, 4 (...)

12L’action de secours en faveur des camps de concentration débute en 1943 suite à des concessions limitées des autorités allemandes à une minorité de détenus bénéficiant d’une situation privilégiée. Précédemment, lors du premier semestre de l’année 1942, la Croix-Rouge française, le YMCA et le CICR étaient parvenus à distribuer quelques colis à des prisonniers civils en France17, et depuis 1942, la Commission mixte effectue quelques envois de colis vers Theresienstadt18, un développement qui s’explique certainement par le statut spécifique de ce camp-ghetto.

  • 19 ACICR, DAS ZA 73, note de l’Amtes Auslandsdienst au CICR, 14-1-1943.
  • 20 ACICR, DAS ZA 73, note de Marti 10-2-1943.
  • 21 ACICR, G3/26, ACICR, DAS ZA 73 et ACICR, G3/26, notes de Marti, 17-2-1943, 18-2-1943, et 17-2-1943.
  • 22 Dans son ouvrage, L’Enfer organisé. Le système des camps de concentration, Paris, La jeune Parque, (...)

13Mi-janvier 1943, une note d’Eduard Sethe, de la section juridique du ministère des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt), qui est l’interlocuteur de la délégation, autorise l’acheminement par l’intermédiaire du CICR de paquets envoyés par les familles à des détenus étrangers19. Cette « agréable surprise », pour rependre les mots du chef de la délégation à Berlin20, reste cependant de portée limitée. Les secours sont réservés aux « internés administratifs » de nationalité étrangère (non allemande), dont on connaît le nom et le lieu de détention, ce qui écarte d’emblée les « Nacht und Nebel21 ». Néanmoins, cette « entrouverture » constitue un tournant à l’origine du développement de l’action du Comité en faveur des détenus des camps22.

  • 23 Comité international de la Croix-rouge, Rapport du Comité international, op. cit., p. 82.
  • 24 ACICR, DAS ZA 12, note de Chenevière à Marti, 16-2-1943.

14La note allemande du mois de janvier offre en conséquence l’espoir de modifier l’espace d’intervention du Comité international en intégrant dans l’infrastructure mise en place pour les prisonniers de guerre une partie des détenus des camps de concentration. Cependant, ces concessions restent modestes23. En outre, le développement d’une telle action pose, comme nous le verrons, des problèmes financiers et logistiques24.

  • 25 J.-C. Wagner, « Work and Extermination in the Concentration Camps », in J. Caplan et N. Wachsmann ( (...)
  • 26 D. Blatman, Les marches de la mort : la dernière étape du génocide nazi, été 1944-printemps 1945, P (...)

15Avant de poursuivre, il faut nous interroger sur les causes de cette autorisation des autorités allemandes. Répond-elle à une volonté allemande de contrer les effets négatifs de l’appel des Alliés du 17 décembre 1942 dénonçant les atrocités commises à l’encontre des populations juives ? Il faut remarquer également que, depuis 1942, les camps de concentration sont progressivement intégrés dans l’économie de guerre allemande25. Dans le cadre de cette nouvelle orientation, les autorités SS se préoccupent de réduire l’important taux de mortalité de certaines catégories de détenus26. L’ouverture des camps aux colis de secours pour les détenus étrangers constitue-t-elle la conséquence d’une logique visant à améliorer la situation d’une partie de la main-d’œuvre jugée utile par les gardiens des camps de concentration ? L’attitude des autorités allemandes suite à cette première concession semble écarter cette hypothèse.

  • 27 ACICR, DAS ZA 12, note de Chenevière à Marti, 16-2-1943.

16Comme le remarque début 1943 Jacques Chenevière, responsable de l’Agence centrale des prisonniers de guerre, cette concession « semble donc d’une portée assez minime27 », car l’administration allemande refuse de fournir au Comité des listes nominales et des adresses de détenus, sans lesquelles le développement d’une telle action reste extrêmement difficile.

  • 28 ACICR, DAS ZA 12, Gallopin à la délégation de Berlin, 27-4-1943.
  • 29 ACICR, ZA 00, note du Service des Secours individuels à la délégation à Berlin, 11-2-1943.

17En avril, Genève ne dispose que d’une trentaine de noms de détenus dans les camps de concentration28. De même, dans un premier temps, ces colis ne sont pas libérés des taxes postales, ni des coûts de transport et des droits de douane29.

  • 30 Ainsi, les déportés de nationalité allemande jouissent de l’autorisation de recevoir des colis alim (...)

18L’autorisation d’envoyer des colis s’explique également par le fonctionnement interne des camps de concentration. Dans le cadre d’un système de terreur basé sur une hiérarchisation raciale et politique, la réception et la distribution de colis de nourriture constituent un enjeu non négligeable des relations entre les détenus et les gardiens de camps30.

19Du point de vue du CICR, l’envoi de colis dans les camps représente une action pragmatique, limitée et discrète sur le terrain, lui permettant d’apporter une réponse partielle aux préoccupations naissantes des Alliés et aux demandes des familles des détenus et des institutions caritatives.

Sachsenhausen et les réseaux scandinaves

  • 31 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à la délégation à Berlin, 23-2-1944.
  • 32 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline, (...)

20Dès la fin février 1943, sept premiers colis sont envoyés vers des déportés norvégiens, cinq à Oranienburg et deux à Klosterkaserne Germersheim et Gross Kreutz bei Postdam, dans la banlieue sud-ouest de Berlin31. Dans cette dernière localité sont détenues des personnalités, notamment l’ancien recteur de l’Université d’Oslo, Didrik Arup Seip et l’avocat Johan B. Hjort. Ils bénéficient d’un régime privilégié leur permettant de voyager en Allemagne et de recevoir des secours réguliers envoyés par la Croix-Rouge norvégienne32. Ces personnalités, nous le verrons, jouent un rôle important pour le développement des contacts entre délégués et responsables des camps de concentration.

  • 33 ACICR, DAS ZA 72 et DAS ZA 72, notes de A.-R. Rigg, directeur-adjoint de la Division des secours au (...)
  • 34 ACICR, DAS ZA 1, réunion entre la Commission mixte et la Division de Secours, procès-verbal, 7-7-19 (...)
  • 35 ACICR, G 59 334, note du CICR à Washington, 27-8-1943, évoquée dans la correspondance de Lombard à (...)
  • 36 Ibidem, p. 280 et suivantes.
  • 37 ACICR, DAS ZA 19, Wasmer à la délégation de Berlin, 20-7-1943. Voir aussi ACICR, DAS ZA 19, note de (...)

21Le succès des premiers envois favorise une première extension de l’opération, en juin, par l’envoi de cinquante colis33. On le comprend, cette action constitue un terrain d’expérimentation, il s’agit de la première opération destinée à des camps de concentration sur le territoire allemand. Début juillet, le Comité envisage un plan d’action qui est discuté lors d’une réunion entre la Division de Secours et la Commission mixte34. Cette dernière avance une première somme de 35 000 francs suisses alors que des contacts sont établis avec Peter Martin Anker, le représentant de la Croix-Rouge norvégienne à Genève, pour garantir le financement de l’action. En outre, fin août 1943, des démarches sont faites auprès des autorités américaines pour obtenir des autorisations d’exportation de vivres. Cependant, Washington ne donne aucune suite à celles-ci35. Face à cette situation, la Commission mixte, en charge des achats d’aliments et de la réalisation des colis36, engage une difficile opération d’achat en Roumanie et en Hongrie, pays qui échappent aux restrictions imposées par les autorités du blocus allié37.

  • 38 ACICR, DAS ZA 12, note de Marti au Secrétariat, 9-11-1943.
  • 39 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 12-11-1943. Le départ pour Sachsenhausen des deux d (...)

22L’élargissement de l’action de secours en faveur des populations déportées dans les camps de concentration allemands se développe donc par paliers successifs, mais reste peu significatif. Néanmoins, à la fin de l’automne, l’opération prend une nouvelle dimension. Le 12 novembre 1943, Marti et Schirmer entrent pour la première fois en contact avec l’adjudant du commandant du camp de Sachsenhausen. L’objet principal de leur intervention est de s’informer de la possibilité d’obtenir des garanties pour la réception de colis, notamment pour les 167 internés Norvégiens répertoriés par Genève38 et de préparer l’envoi de nouveaux lots de colis39.

  • 40 ACICR, DAS ZA 96, note de Gallopin à Marti, 22-11-1943.

23L’entrée de Marti et Schirmer à Sachsenhausen ne constitue pas encore une visite, à l’exemple de celles réalisées en faveur des prisonniers de guerre. Les délégués sont reçus dans le Vorlager réservé aux gardiens. Leur marge de manœuvre reste étroite. Le contact avec des représentants des prisonniers est refusé. De même, il ne semble pas que des échanges aient été établis au préalable avec la direction générale des camps, installée pourtant sur le même site. Cependant, cette visite permet un premier contact direct avec l’espace concentrationnaire, ce qui est justement salué par Gallopin qui le considère comme un « grand succès40 ».

  • 41 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à la délégation à Berlin, 6-11-1943.
  • 42 ACICR, DAS ZA 12, répartition des envois par nationalités, 7 Belges, 2 Français, 215 Hollandais, 30 (...)
  • 43 ACICR, DAS ZA-19, note de la délégation du CICR à Londres 9-9-1943, ACICR, DAS ZA 12, note de Gallo (...)

24À la mi-novembre, 882 colis sont expédiés, dont plus des deux tiers pour les détenus norvégiens, financés notamment avec l’aide de la Croix-Rouge suisse41. La grande majorité des envois est destinée à Sachsenhausen, mais quelques expéditions partent pour Buchenwald, Dachau, Ravensbrück et Auschwitz42. La volonté des délégués d’augmenter leurs envois et leur présence sur le terrain est liée aux possibilités offertes par l’expérience préalable de la Croix-Rouge suédoise. Avant leur entrée dans le camp, les délégués sont informés que la Croix-Rouge suédoise effectue à destination des déportés de Sachsenhausen des envois mensuels de colis pour 800 détenus43 et qu’une Norvégienne est entrée dans le camp pour distribuer des colis aux Norvégiens et aux Hollandais.

  • 44 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 38-39.
  • 45 ACICR, BG 003 26-72, « Journal de la délégation de Berlin », 13-12-1943. Nous n’avons malheureuseme (...)
  • 46 ACICR, DAS ZA 3, « Tableau récapitulatif des envois expédiés dans les camps de concentration » [san (...)

25Il s’agit certainement de Wanda Hjort, la fille de l’avocat Hjort. Celle-ci réalise avec son frère, Johan, des visites improvisées dans les camps afin d’assurer la remise de colis alimentaires aux détenus norvégiens44. Il est probable que cette dernière accompagne les délégués du CICR à Sachsenhausen comme elle le fait quelques semaines plus tard à Ravensbrück, lors de la visite du délégué Luc Thudicum45. Ces visites précèdent l’envoi par le Comité international d’un nouveau lot de 1419 colis pour les Hollandais et Norvégiens de Sachsenhausen46.

  • 47 ACICR, DAS ZA 1, note de Schwarenberg, « Le CCC. Sa création, les résultats obtenus », 30-6-1944.

26Cette action semble un succès. Genève obtient en retour de nombreux accusés de réception signés par les destinataires, qui sont considérés au Comité international comme une victoire importante, résultat de la politique menée depuis le début de l’année. Quelques mois plus tard, Jean Schwarzenberg, responsable de l’action de secours pour les camps de concentration, se souvient avec émotion de ce moment, qui « fut le plus beau jour de mes quatre ans au CICR47 ».

  • 48 ACICR, DAS ZA 12, note de Marti au Secrétariat, 10-12-1943, sans date.

27Ce développement encourage de nouvelles initiatives. Un mois plus tard, Thudicum obtient du représentant du commandant de Sachsenhausen l’autorisation d’envoyer des colis collectifs et des cigarettes, ainsi que la nomination d’hommes de confiance par nationalité48. Cette concession décidée par la direction du camp élargit l’autorisation accordée début 1943 par les autorités allemandes pour les envois à titre nominatif. Certes, celle-ci ne constitue qu’un engagement concernant le site de Sachsenhausen, dont il nous est difficile de connaître la concrétisation. Néanmoins, la possibilité d’envoyer des colis par groupes nationaux permet pour la première fois d’envisager un modèle d’action assez semblable à celui utilisé pour les prisonniers de guerre, avec la présence d’hommes de confiance par nationalité, garants de la distribution des colis et relais des délégués en charge de son contrôle.

  • 49 ACICR, DAS ZA 18-20, tableau récapitulatif des envois.
  • 50 Voir ACICR, DAS ZA 18-20, liste des expéditions faites à des « prisonniers administratifs », 18-11- (...)
  • 51 Marti informe que les Norvégiens et les Hollandais sont « les plus estimés », ACICR, DAS ZA 96, not (...)
  • 52 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 12-2-1944.
  • 53 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 48. Les détenus scandinaves sont placés dans un c (...)

28Sachsenhausen devient alors un lieu privilégié de l’action de secours du Comité international. Durant les deux derniers mois de l’année 1943, sur 1419 colis expédiés vers les camps de concentration, 886 sont destinés à Sachsenhausen (62 à Ravensbrück)49, dont plus de 700 pour les détenus norvégiens et hollandais50. La situation du camp placé à quelques kilomètres de la délégation du CICR à Berlin peut expliquer l’attention particulière des délégués pour ce centre de détention. Cependant, son ouverture progressive est d’abord le résultat de son statut dans le système concentrationnaire. Il inclut en effet une importante population soumise à des régimes d’incarcération très divers. Dans ce cadre, Sachsenhausen abrite un contingent de détenus norvégiens qui bénéficient dans le camp d’un statut privilégié par rapport à la majorité des détenus51. À l’opposé, au bas de cette échelle raciale, se trouvent les Français et les Espagnols, alors que les prisonniers russes sont séparés par une double haie de barbelés52. Cette situation particulière n’est pas exclusive à Sachsenhausen, mais ce camp constitue le principal lieu de détention des Scandinaves. Il semble que les communistes danois enfermés au camp de Stutthof depuis le début octobre 1943 bénéficient aussi d’un colis mensuel financé par les autorités danoises53.

  • 54 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 38-39.
  • 55 A. Durand, De Sarajevo à Hiroshima : histoire du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, In (...)
  • 56 Début 1944, une note pour Perrin donne des précisions sur les diverses sources d’information qui pe (...)

29Il faut remarquer que les Norvégiens sont au centre de l’action de divers réseaux de solidarité qui établissent progressivement des contacts avec les camps pour identifier les détenus et établir des listes. À l’origine de ces réseaux, il faut évoquer le rôle de Den Norske Relief central, sous la direction de l’ex-ministre de Norvège à Varsovie, Nels Christian Ditleff, qui coordonne depuis Stockholm diverses actions de secours pour les prisonniers norvégiens en Allemagne. Celui-ci est notamment le relais d’un comité à Berlin formé par le petit groupe d’internés norvégiens à Gross Kreutz que nous avons évoqué précédemment. Dans ce cadre, Johan B. Hjort, avec la collaboration de sa fille et de son fils, développe des contacts avec les camps de concentration et regroupe les premières listes nominales d’internés norvégiens. Un groupe semblable fonctionne à Hambourg animé par deux aumôniers norvégiens, Arne Berge et Conrad Vogt-Svendsen54. Ses activités permettent aux Croix-Rouges danoise et suédoise de compiler des informations sur les détenus des camps de concentration et de développer des programmes d’expédition de colis. Ces listes nominales sont ensuite envoyées au Comité international. Ainsi, par exemple, au printemps 1943, la Croix-Rouge norvégienne transmet à Genève une liste de 250 noms de détenus des camps de concentration55, alors que la Croix-Rouge hollandaise apporte, début 1944, une importante contribution qui permet d’identifier le lieu de détention de plus de 5 000 détenus, essentiellement des juifs allemands, des Hollandais et des Norvégiens56.

30Le soutien des Croix-Rouges scandinaves et hollandaise, ainsi que des gouvernements en exil qui sont prêts également à financer les envois de colis, explique le développement progressif au CICR d’une infrastructure de secours spécialisée dans les camps de concentration. Cependant, ces initiatives sont limitées par l’absence d’échanges avec les principaux responsables du système concentrationnaire. Après une nouvelle tentative de Marti pour établir un contact avec la Gestapo au début 1944, celui-ci constate :

  • 57 ACICR, DAS ZA 12, note au secrétariat, 26-1-1943.

« Le circuit est donc fermé. Cette réponse correspond exactement à celle qui nous fut donnée par la Croix-Rouge allemande. Il n’y a donc que le contact direct avec le camp qui puisse nous être de quelque utilité, ainsi que nous avons commencé à le comprendre, depuis la fin de l’an passé57. »

31Cette première phase de l’action de secours du Comité international pour les détenus des camps de concentration se caractérise par les initiatives prises sur le terrain par la délégation à Berlin. Elles permettent d’exploiter l’espace étroit ouvert par la concession allemande du début de l’année 1943. Il s’agit d’abord d’une politique de tâtonnement qui suit celle des institutions de secours scandinaves. Cependant, cette volonté d’intervenir reçoit les premières réponses positives, car, comme nous l’avons évoqué, l’envoi de colis s’inscrit dans un système de gestion nationale et raciale de l’espace concentrationnaire où le colis alimentaire participe à l’élaboration de conditions discriminatoires au sein du camp. Le colis devient ainsi un outil de construction d’une hiérarchie entre les différentes nationalités, fondée sur des privilèges concédés par les gardiens.

War Refugee Board

32Malgré le fait que cette opération ne représente qu’une infime réponse aux besoins des victimes des camps, elle prépare un élargissement de l’action quelques mois plus tard. Dans cette perspective, il faut insister sur le fait que bien que les concessions obtenues des responsables SS permettent l’envoi des premiers colis alimentaires, le développement d’une opération de secours dépend essentiellement de l’attitude des puissances alliées.

33Nous l’avons évoqué, le CICR ne bénéficie pas de fonds propres pour ses actions de secours et l’obtention de vivres est soumise à l’approbation des autorités du blocus. Intermédiaire entre donateurs et bénéficiaires, le Comité fonctionne comme un prestataire de services. Du côté allié, le débat concernant les secours aux civils sur le territoire dominé par le IIIe Reich ne modifie pas la politique axée sur le maintien d’un blocus sévère et la priorité absolue réservée à l’effort militaire.

34Certes, cette position suscite des critiques croissantes dans l’opinion publique. Nous avons évoqué dans le chapitre précédent le développement, en Grande-Bretagne, d’un mouvement pour l’envoi de secours alimentaires vers le continent. Il se traduit notamment par la signature de pétitions publiées dans la presse, par l’envoi de courriers aux instances publiques et politiques ainsi que par la distribution de brochures.

  • 58 V. Brittain, « One of these little ones… », Londres, A. Dakers Limited, 1943, H. Kershner, One Huma (...)

35Dans ce contexte, la militante pacifiste, Vera Brittain publie un texte, « One of these little ones… », qui fait écho notamment au petit livre publié aux États-Unis par le collaborateur de l’American Friends Service Committee, Howard Kershner, One Humanity. A Plea for our Friends and Allies in Europe, dont la couverture de l’édition anglaise représente une foule d’enfants portant des drapeaux, symboles de la communauté des nations, dressés en direction de la statue de la Liberté58.

36La mobilisation en faveur des secours pour les civils arrive à un point culminant par l’irruption de ce sujet aux Commons, qui l’aborde en juillet et en novembre 1943. Cependant, en Grande-Bretagne, l’impact du mouvement reste limité. Comme nous l’avons vu, il est partagé par une élite militante proche des milieux pacifistes et religieux. En outre, le mouvement renonce à entrer en confrontation directe avec les autorités et ses principaux leaders maintiennent un discours prudent afin de ne pas lézarder la solidarité nationale en faveur de l’effort militaire mené par le pays.

  • 59 D. Wyman, L’abandon des Juifs, les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987, p. 36 (...)

37Aux États-Unis, le débat sur la politique de blocus occupe une place plus centrale qu’en Grande-Bretagne. Perçu par certains comme une spécificité britannique, le blocus suscite des oppositions plus décidées en Amérique où le maintien des processus électoraux explique l’existence d’un espace politique plus dynamique. Ainsi, en 1942, le Département d’État américain autorise les institutions philanthropiques à expédier vers l’Europe occupée des colis de vivres pour une valeur maximale de 12 000 dollars59.

  • 60 R. Breitman, « The Allied War Effort and the Jews, 1942-1943 », Journal of Contemporary History, vo (...)

38Cependant, le mouvement pour l’envoi de secours en Europe est lié principalement à la mobilisation de certains milieux militants juifs qui dénoncent la passivité alliée face à la destruction des populations juives d’Europe, notamment après l’échec de la conférence anglo-américaine des Bermudes en avril 1943, à l’origine d’un Intergovernmental Committee on Refugees, impuissant et insignifiant60.

  • 61 S. E. Peck, « The Campaign for an American Response to the Nazi Holocaust, 1943-1945 », Journal of (...)

39Face à ce revers, des milieux sionistes mènent une campagne agressive pour dénoncer l’absence de politique de secours pour les juifs placés sous le joug du IIIe Reich. Menés par un juif de Palestine, Peter H. Bergson, ils mettent en place un Emergency Committee to Save the Jewish People of Europe qui est au centre de la mobilisation en faveur d’une action de secours pour les victimes juives61. Malgré l’opposition d’une partie des institutions juives nord-américaines, leur travail de lobbying permet de réunir des personnalités (Hoover, le secrétaire de l’Intérieur Harold Ickes) qui critiquent la passivité du gouvernement.

  • 62 Relief for Starving peoples of Europe. Hearings before a Subcommittee of the Committee on Foreign R (...)
  • 63 H. Hoover, An American Epic (vol. IV), Chicago, Henry Regnery Company, 1964, p. 95-97, G. D. Best, (...)
  • 64 A. Hurwitz, « The Struggle over the creation of the War Refugee Board (WRB) », Holocaust and Genoci (...)

40Début novembre 1943, leur action aboutit au dépôt de résolutions devant le Sénat et le Congrès américain en vue de la création d’une commission d’experts destinée à formuler et à exécuter un plan d’action pour sauver les juifs. En parallèle, une résolution est déposée par les sénateurs Guy M. Gillette et Robert A. Taft pour l’extension de l’expérience grecque par l’envoi de secours pour les populations affamées de l’Europe. Cette résolution est discutée devant le Sous-comité des relations étrangères du Sénat62, puis adoptée par le Sénat en février 194463. Ce contexte politique encourage les initiatives du secrétaire d’État au Trésor, Henry Morgenthau Jr. et ses assistants, qui parviennent à convaincre le président américain de mettre sur pied, le 22 janvier, le War Refugee Board, une agence dont la mission est de développer un programme de sauvetage des juifs et des autres minorités persécutées par l’Allemagne nationale-socialiste64.

  • 65 ACICR, DAS ZA 69 et ZA 20, lettre confidentielle de Burckhardt à la légation des États-Unis à Berne (...)
  • 66 ACICR, DAS ZA 20, Daniel J. Reagan, attaché commercial à la représentation des États-Unis en Suisse (...)

41Début février, le War Refugee Board et le Département d’État américain s’adressent au Comité international pour lui confier une importante action et mettre à sa disposition 100 000 dollars en provenance de l’American Jewish Joint Distribution Committee. Cette contribution permet au CICR d’être crédité d’une somme de 429 000 francs suisses sur son compte à la Banque nationale suisse. Sur cette base, il planifie un schéma de distribution en faveur des populations juives déportées en Transnistrie et Bessarabie (envoi de 100 000 francs suisses en Roumanie), mais aussi l’envoi d’aide à Theresienstadt (119 000 francs suisses de colis standards hongrois) et Cracovie (lait vitaminé Lactissa pour une somme de 100 000 francs suisses), ainsi qu’une somme de 70 000 francs suisses pour le service pharmaceutique. Genève obtient aussi qu’une partie de la somme soit à sa disposition pour faire des envois de colis à titre d’essai pour développer de nouvelles voies de secours65. Enfin, un solde de 40 000 francs suisses est prévu pour l’envoi de colis dans les camps de concentration en Hollande et en Haute-Silésie, soit un montant correspondant à l’envoi de 2 700 colis standards66.

  • 67 La Division d’assistance spéciale dépend de la commission présidée par Albert Lombard et des membre (...)
  • 68 ACICR, DAS ZA 9, note de Moynier pour Schwarzenberg, 9-6-1944.
  • 69 ACICR, DAS ZA 1, « Le Service CCC du CICR », rapport de J.-E. Schwarzenberg, 11-7-1945.

42Ces avancées se traduisent au CICR par la mise en place, à la mi-mars 1944, d’une Division d’Assistance spéciale dont la raison d’être est l’aide aux détenus et déportés dans les camps de concentration. À ce nouveau service est rattaché le Service des colis aux camps de concentration qui compile depuis quelques mois les renseignements concernant les prisonniers des camps67. Cette réorganisation coïncide avec le développement à Genève d’une comptabilité des envois vers les camps de concentration et des accusés de réception, alors que des listes par camps et par nationalités sont établies68. Organisé sur la base de fiches « Watson », son fichier contient, en mars 1945, 56 000 noms de détenus69, soit moins de 10 % du nombre de détenus internés dans les camps au début de l’année 1945. L’extension de l’action et l’entrée en jeu de nouveaux donateurs expliquent le passage à une gestion chiffrée de l’action, pour laquelle chaque nationalité et chaque camp se voient octroyer un code de référence.

  • 70 ACICR, DAS ZA 84, rapport Marti sur le camp de Buchenwald, 25-5-1944.

43Ce changement d’échelle est également le résultat de la confiance progressivement acquise par les représentants de la délégation à Berlin auprès de certains responsables des camps. Aussi, au printemps 1944, la délégation a établi des relations avec la direction des camps de Ravensbrück, Oranienburg, Dachau, Buchenwald70, Flossenbürg, Floha, Landsberg, Theresienstadt et Natzweiler. Le Comité international est désormais en mesure d’allonger ses listes nominales de détenus. Ce travail de recompilation et la volonté de la délégation de Berlin de construire des contacts sur le terrain s’inspirent des pratiques existantes pour les prisonniers de guerre. Genève utilise les instruments qu’il a développés depuis le début de la guerre avec l’intention d’obtenir un assouplissement de la politique anglaise de blocus. Les visites effectuées par les délégués et les reçus signés par les représentants des prisonniers constituent dans ce sens un moyen d’attester que les secours convoyés par Genève ne sont pas détournés au profit de l’Allemagne.

44Les moyens de contrôle dans l’espace concentrationnaire sont assez illusoires, mais quelques rapports de visites des camps permettent de renforcer l’argumentaire des défenseurs de l’assouplissement du blocus. Les visites des délégués créent l’illusion d’une opération sous contrôle qui permet d’encourager des initiatives et de maintenir l’espoir d’une opération plus ample pour les victimes des camps. Dans ce sens, la visite de Maurice Rossel à Theresienstadt constitue un moment significatif pour comprendre le renforcement par le CICR de l’opération d’envoi de colis alimentaires vers les camps de concentration.

Maurice Rossel à Theresienstadt71

  • 71 Cette partie reprend certains points essentiels proposés dans l’article suivant, S. Farré, Y. Schub (...)
  • 72 ACICR, G 59/3/Th-13, voir note de Marti au Service de Secours, 10-9-1942.
  • 73 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 142, et « notes de Marti au CICR », 1-10-194 (...)

45Le camp-ghetto de Theresienstadt joue un rôle singulier dans l’action du CICR et devient, dès l’été 1942, un terrain expérimental pour l’institution genevoise. Informé de l’existence d’un camp de concentration dans la « petite forteresse » (Kleine Festung) aux alentours du ghetto72, ainsi que de la possibilité pour la Commission mixte d’envoyer des médicaments dans ce camp73, Roland Marti avait demandé, dès l’automne 1942, à Sethe, la possibilité d’effectuer une première visite.

46Qualifié de Judensiedlung ou d’Altersghetto dans le vocabulaire nationalsocialiste, Theresienstadt est avant tout pensé par Reinhard Heydrich et la Sipo (Sicherheitspolizei, police de sécurité) comme un ghetto réservé, après la conférence de Wannsee aux juifs âgés et considérés comme importants (Prominenten). Nous avons évoqué précédemment l’ambiguïté liée à son statut de ghetto-camp de concentration et son rôle de « ghetto modèle » qui facilite sans aucun doute l’obtention de concessions allemandes.

  • 74 Aussi, au début de l’année 1943, alors que l’« Aide à la population juive en guerre » fait des envo (...)
  • 75 Voir « note de Gallopin à la délégation à Berlin », 06-11-1943, cité in Comité international de la (...)
  • 76 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 179-180.

47Bénéficiant du soutien de plusieurs organismes juifs appuyés par les représentants des autorités tchèques exilées qui s’engagent à financer une action de secours, l’institution genevoise est pressée d’agir avec plus de résolution74.Cette dynamique est à l’origine d’une requête faite par la délégation de Berlin pour une visite du camp-ghetto de Theresienstadt en novembre 194375. Comme nous l’avons vu, celle-ci intervient alors que le Comité entreprend ses premières démarches en faveur des détenus scandinaves à Sachsenhausen. Cette demande fait suite également à une première visite du camp-ghetto par le représentant de la Croix-Rouge allemande, Walter Hartmann, le 24 juin 1943, qui transmet au CICR des impressions plutôt négatives76.

  • 77 Voir ACICR, G 59/3/Th-63, note de Schwarzenberg à la délégation à Washington, 29-4-1944. Pour un bi (...)
  • 78 Voir ACICR, G3/26f, note de la Commission mixte à la délégation à Berlin, 26-5-1944.
  • 79 Voir ACICR, G 59/40-33, note de Siordet à Schwarzenberg, 4-5-1944.

48En poursuivant l’objectif d’entrer à Theresienstadt, le CICR cherche à obtenir des garanties concernant la distribution des colis aux détenus et de nouvelles listes nominatives pour augmenter les envois individuels77. L’institution genevoise fait effectivement face à de nombreuses difficultés pour vérifier la distribution des colis et la pression des organisations juives et du gouvernement américain se fait alors progressivement plus forte78. Ces derniers demandent en effet des informations et des garanties sur l’arrivée des colis et se montrent plus critiques envers le CICR, comme le suggèrent notamment certaines déclarations de Sally Meyer, en mai 1944, qui dénoncent l’attitude « négative » de l’institution pour les « questions juives79 ».

  • 80 Voir note de Schwarzenberg à la délégation à Berlin, 31-5-1944, cité in Comité international de la (...)
  • 81 Sur l’extermination des juifs hongrois, voir notamment G. Aly, C. Gerlach, Das letzte Kapitel. Real (...)
  • 82 « Rapport de la visite du 10-5-1944 au camp de Drancy par le délégué de Morsier », S. Klarsfeld (éd(...)

49Plusieurs mois après sa demande, le CICR obtient finalement en mai 1944 l’autorisation allemande de visiter le camp-ghetto de Theresienstadt80. Bien qu’il soit difficile de connaître les raisons de la modification de la politique des SS sur cette question, il est possible de formuler quelques hypothèses. L’évolution défavorable du conflit et les conséquences des bombardements sur l’Allemagne les amènent peut-être à envisager sous un autre angle leur collaboration avec des institutions telles que le CICR. De même, la mise en scène de la visite et le rapport positif du délégué devraient permettre de servir des buts de propagande au moment où la déportation et l’extermination des juifs hongrois battent leur plein81. Il est significatif que peu de jours avant la visite de Theresienstadt, un autre délégué, Jacques de Morsier, entre, en mai 1944, dans le camp de Drancy. Le représentant du CICR signe un rapport élogieux sur le travail du commandant du camp, Aloïs Brunner82.

  • 83 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible ?, op. cit., p. 147.
  • 84 Exposé de Marti devant l’Amicale des déportés politiques de Sachsenhausen à Bruxelles, 5-10-1946, A (...)

50Prévue pour le début du mois de juin, la visite du camp-ghetto est reportée au dernier moment au 23 juin, suite au voyage des représentants de la Croix-Rouge en Allemagne, Walter Hartmann et Heinrich Niehaus. La visite débute à midi et prend fin par un dîner offert par le Reichsprotecktor, Karl-Hermann Frank, et une promenade à Prague le lendemain dimanche83. Préparée soigneusement par la SS, la visite inclut les principaux lieux du ghetto et se conclut par un entretien avec le Judenälteste, Paul Eppstein. Sa forme n’est pas sans évoquer la première visite de Marti à Buchenwald en 1940, durant laquelle le commandant présente sa « propriété, dortoirs d’une propreté parfaite, bibliothèque magnifiquement étoffée […], des cuisines dignes d’un grand hôtel […], bref une exposition84 ».

  • 85 Le nombre de photographies prises par Rossel est vraisemblablement de trente-six. Voir CICR, CID, s (...)
  • 86 Voir ibidem.
  • 87 Il ne nous a pas été possible de vérifier si le rapport Rossel tel qu’il est accessible a été « toi (...)
  • 88 Les principales rubriques sont les suivantes : description générale du camp, aménagement intérieur, (...)

51Le contenu du rapport illustré par une série de seize clichés joints en annexe (fig. 50)85 et le déroulement de la visite posent plusieurs questions qui sont au centre de la controverse concernant la mission du CICR à Theresienstadt. Selon Jean-Claude Favez, le Dr Rossel n’est pas dupe de la mise en scène proposée à Theresienstadt et se contente de rapporter ce qu’il a vu86. Cette analyse s’appuie en particulier sur les pratiques d’écriture des délégués et sur le statut des rapports. Le rapport constitue effectivement un document officiel, rédigé par un délégué, puis éventuellement modifié par le siège87. Il représente donc un document normalisé, d’une dizaine de pages, qui répond à des critères précis dictés par Genève. Il impose ainsi un cadre d’analyse et de rédaction normé, divisé en dix-sept rubriques, dont l’objet essentiel est de réunir les informations pertinentes sur la situation sanitaire du camp et le traitement des prisonniers88.

  • 89 Voir ACICR, G3/00, « Instructions générales du CICR à l’usage de ses délégués », 17-2-1941.

52Instrument au service du délégué, il est diffusé par l’organisation aux belligérants, afin de garantir l’application réciproque des conventions concernant les prisonniers de guerre. Dans ce sens, le rapport constitue l’une des principales sources d’information sur l’activité du CICR. Aussi son écriture doit incarner les valeurs de l’institution tout en renforçant sa crédibilité. Par conséquent, à l’image de l’attitude du délégué sur le terrain89, le style de ces documents se doit d’être strictement neutre, impartial, sobre, prudent, ce qui ne facilite pas leur interprétation a posteriori.

  • 90 Voir ACICR, G 59/2/Th-13, note de Schwarzenberg à la délégation à Berlin, 1-6-1944. Un document sem (...)
  • 91 Note de Schwarzenberg à la délégation à Lisbonne, 28-11-1944, ACICR, G 59/12.

53Le rapport du Dr Rossel est certes le produit de ces pratiques institutionnelles, mais il revêt un caractère exceptionnel, comme le montre le questionnaire en douze « points à éclaircir » sur la situation dans le ghetto, transmis à Rossel par le Comité avant sa visite90. En fait, le rapport devient un objet problématique suite à l’utilisation de la visite du CICR faite par la propagande nationale-socialiste, et plus particulièrement après les déclarations du remplaçant du Reichspresseschef, Helmut Sündermann, affirmant que les allégations concernant les persécutions des juifs sont erronées91.

54Comment expliquer le contenu du rapport de Rossel dont la visite est utilisée par la propagande nationale-socialiste durant l’été 1944 ? Premièrement, la visite attendue depuis 1942 est préparée de manière particulière par le CICR qui envoie à Rossel des questionnaires pour diriger son travail, mais aussi des avertissements, le siège étant conscient que cette concession allemande peut ouvrir la voie à de nouvelles visites dans d’autres camps de concentration.

  • 92 Cette visite est devenue l’un des moments les plus représentatifs de l’échec du CICR face à la poli (...)

55Certes, le CICR bénéficie d’informations contradictoires sur la situation dans le ghetto, certaines inquiétantes et d’autres plus rassurantes qui insistent sur la situation privilégiée de Theresienstadt. Ces dernières ont alimenté certaines représentations antisémites, associant les juifs à une élite sociale argentée, très répandues dans la société helvétique avant la guerre, et qui affleurent dans certaines remarques du témoignage de Rossel dans le film de Lanzmann, Un Vivant qui passe92. Elles expliquent, peut-être aussi la perméabilité du délégué à la mise en scène proposée par les SS. Il est cependant réducteur de se focaliser sur le rôle de Rossel, car le principal intérêt de ce moment est d’incarner les problèmes posés par l’action entreprise par le CICR face au génocide des juifs et au système concentrationnaire en général.

  • 93 Voir F. Cahen, « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les visites des camps. Étude d (...)
  • 94 ACICR, ZA 28, Lombard à la délégation à Londres, 30-6-1944, ACICR, G 59/7, note de la délégation à (...)
  • 95 ACICR, G 59 334, ministre des États-Unis à Huber, 2-5-1944.
  • 96 ACICR, G 59/40, voir notamment la correspondance de McClelland à Schwarzenberg suite à la visite de (...)

56Loin de constituer un « tabou », comme le suggère l’historien Fabrice Cahen93, la visite de Theresienstadt, et plus précisément son utilisation politique par la SS, ne doit pas être réduite à son caractère unique et exemplaire. À notre sens, elle doit être réinscrite dans le cadre plus large des démarches du Comité international en faveur des détenus des camps de concentration. Il est significatif que cette visite se déroule alors que le Comité international est engagé dans diverses négociations à Londres (Foreign Office et Ministry of Economic Warfare), Washington et Genève au sujet de la question essentielle du blocus94. Ces négociations font suite notamment à une démarche des Alliés auprès du CICR pour obtenir des autorités allemandes la concession d’un statut semblable à celui des internés civils en faveur des détenus des camps de concentration et pour faciliter les secours « dans les zones occupées, au nombre maximum de juifs et de victimes de persécutions, mais aussi de faciliter leur départ vers les zones neutres95 ». Il faut noter également que le représentant du War Refugee Board en Suisse, Roswell McClelland demande régulièrement des nouvelles des visites réalisées dans les camps96 qui apparaissent pour le CICR comme autant de victoires au moment de solliciter un assouplissement du blocus et de nouveaux moyens financiers pour développer son action de secours.

  • 97 ACICR, DAS ZA 7, note de Schwarzenberg à Lombard, 25.7.1944, ACICR, DAS ZA 84, rapport Marti, 8-8-1 (...)
  • 98 ACICR, G 44/Sec-215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-7-1945.

57Comme nous le verrons, les démarches du Comité international trouveront une issue positive à la fin du mois de juillet. La publicité faite autour du rapport Rossel, malgré les problèmes posés par son utilisation par la propagande, manifeste donc la volonté de Genève de renforcer sa présence dans les camps et de convaincre de sa capacité à exercer un certain contrôle des envois. Ainsi, à la fin juillet, Schwarzenberg demande à Marti de planifier en priorité la visite de Dachau et Buchenwald, ce qu’il fait début août, ainsi que du camp de Natzweiler97, suite aux « promesses que nous avons faites aux autorités américaines et l’espoir que nous avons de recevoir des secours d’outre-mer pour les camps de concentration en Allemagne98 ».

Blocus

58Quelles sont les conséquences de la visite de Maurice Rossel pour l’envoi de secours vers les camps de concentration ? Il est difficile de répondre précisément à cette question. Par contre, comme nous l’avons vu, cette visite intervient à un moment décisif pour comprendre le développement de l’action humanitaire du CICR.

  • 99 ACICR, SG 4, aide-mémoire de Schwarzenberg, original remis à Livingston, 7-7-1944, R. W. Zweig, « F (...)
  • 100 ACICR, G 59/40 335, Livingston (consul britannique) à Howard Elting (consul américain à Genève), 9- (...)
  • 101 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal DAS, 21.9.1944, ACICR, G 59/40 335, mémorandum de consulat américain (...)
  • 102 ACICR, G 59/40 335, Livingston à Howard Elting, 9-8-1944, ACICR, DAS ZA 69, McClelland à Schwarzenb (...)
  • 103 ACICR, DAS ZA 19, Schwarzenberg à McClelland, 21-8-1944, et ACICR, DAS ZA 72, note pour Wasmer 18-8 (...)
  • 104 « Rapport du Service des colis aux camps de concentration sur la distribution des marchandises du v (...)

59Pour la première fois, fin juin 1944, le gouvernement britannique accepte d’autoriser durant un trimestre le transport mensuel d’un contingent de 100 000 colis pour les camps de concentration, dont la distribution doit être supervisée par le CICR99. Cet accord est lié aux garanties offertes par les visites des délégués dans les camps100, dont on attend qu’elles suivent la réception des colis101. À ce moment, le War Refugee Board accepte de financer 300 000 colis Croix-Rouge102. En outre, le gouvernement américain autorise le CICR à utiliser les marchandises sauvées du naufrage d’un cargo, le SS Cristina, chargé à l’origine de colis standard de la Croix-Rouge américaine. Ces denrées permettent, fin août, la confection de colis alimentaires par le CICR, malgré les doutes sur la qualité de la nourriture rescapée103. Grâce à ces concessions, entre le 24 août et le 9 septembre, 25 600 colis, soit une quantité jamais atteinte jusque-là, sont expédiés à l’attention des détenus des camps104.

  • 105 ACICR, DAS ZA 9, note de Donneur à Schwarz, 28-2-1945.
  • 106 ACICR, DAS ZA 9, note 29-1-1945.
  • 107 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 338.
  • 108 ACICR, G 44/00, note de Schwarzenberg pour Chenevière, 14-9-1944.

60Ces changements expliquent l’extension de l’action du CICR durant le deuxième semestre de 1944105, comme l’atteste l’augmentation des envois aux prisonniers civils, qui passent de 904 colis pour le mois de juillet 1944 à plus de 30 000 pour le mois de décembre de la même année106. En clair, le Comité genevois s’adapte et répond positivement aux sollicitations de ses principaux partenaires, ce qui lui permet de bénéficier de nouveaux moyens financiers et de disposer de contingents destinés aux déportés. L’avancée des troupes alliées explique aussi la nouvelle attention accordée par Washington et Londres aux actions de secours vers l’Allemagne. De même, le retour de de Gaulle en France précipite le changement d’attitude des Alliés à l’égard des camps de concentration. Pour Paris, la présence de nombreux résistants et personnalités dans les camps impose les secours aux déportés comme un enjeu prioritaire107. Cette volonté d’intervenir est favorisée par des rumeurs de représailles sur les prisonniers militaires et civils détenus en Allemagne, notamment en réaction aux violences contre les collaborateurs en France. Schwarzenberg évoque, en septembre 1944, la situation « plus précaire que jamais » des déportés et des « Juifs » en Allemagne, qui constituent désormais des témoins « spécialement dangereux108 ».

  • 109 Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 68-69.
  • 110 ACICR, DAS ZA 72, procès-verbal de la séance tenue le 18 septembre à l’hôtel Métropole avec les rep (...)
  • 111 ACICR, DAS ZA 72, note de Scharzenberg à la Division des Secours, 16-10-1944.
  • 112 ACICR, SG 4, texte de la résolution prise à l’occasion de l’assemblée générale ayant eu lieu le 26 (...)

61Cette évolution est à l’origine, en septembre, de la visite à Genève d’une délégation des Croix-Rouge belge et française109. Lors de la réunion avec les représentants du CICR, le représentant de la Croix-Rouge française, demande de « particulièrement favoriser » les déportés, même si cela se déroule au détriment des prisonniers de guerre. Il propose aussi l’utilisation en faveur des déportés des importants stocks destinés aux prisonniers de guerre110. Le CICR accepte au final de prélever 40 000 des 260 000 colis destinés aux prisonniers de guerre français déposés à l’entrepôt de la Renfile à Genève111. Au même moment, la Croix-Rouge britannique demande de réserver les vivres tombant en mains alliées en priorité pour les détenus des prisons et des camps de concentration112.

  • 113 ACICR, G 44 Sec 215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-9-1944.
  • 114 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal no 4, 21-9-1944.
  • 115 Voir dossiers ACICR, DAS 179 et DAS ZA 111.
  • 116 ACICR, G 44/Sec-215, note du Service colis aux camps de concentration pour Gallopin, 1-11-1944.
  • 117 ACICR, G 44 13-7, « Projet. Questionnaire pour les délégués de CICR », 22-1-1945.
  • 118 Voir « le rapport de Rossel suite à sa visite au K. Z. Auschwitz, 29.9.1944 », in Comité internatio (...)

62Dans ce contexte, Schwarzenberg demande une « adaptation » et « une révision de la doctrine113 » d’action des délégués en fonction des « circonstances actuelles114 ». À l’automne, le CICR parvient à assurer trois envois par mois, principalement pour les déportés norvégiens, hollandais, français, belges et polonais115. Enfin, quelques visites sont réalisées par les délégués du CICR dans les camps de Dachau, Buchenwald, Natzweiler, Ravensbrück et Sachsenhausen, où il semble que des hommes de confiance représentant les différentes nationalités des détenus réceptionnent les colis116. Le délégué Rossel s’impose alors comme l’un des principaux relais du Comité international pour les visites des camps de concentration. Nous l’avons vu, l’objectif de Genève est de réaliser des visites fréquentes dans les camps, afin d’établir des contacts avec les commandants des camps et de collecter des nouvelles listes de détenus117. Ce travail mené par Rossel explique probablement sa présence fin septembre dans l’enceinte d’Auschwitz et sa rencontre avec son « commandant », après avoir récolté le témoignage de prisonniers de guerre détenus à Teschen, dans le voisinage du camp, qui lui apprennent l’existence de douches de gazage118.

  • 119 Voir le rapport de Rossel, suite à sa visite au camp de Ravensbrück, 14-10-1944, cité in Comité int (...)

63Quelques semaines plus tard, Rossel effectue une visite à Ravensbrück qui fait l’objet d’un rapport accablant119, dévoilant un « état sanitaire général […] lamentable », les « horreurs » du camp, les expériences chirurgicales et la stérilisation dont sont victimes certaines détenues. Il considère Ravensbrück comme un « camp d’extermination à 50 % », notamment en comparaison avec celui d’Auschwitz, « camp d’extermination à 90 % ».

64Les visites et les rapports de Rossel traduisent le développement sur le terrain des activités du Comité international en faveur des prisonniers des camps de concentration durant le deuxième semestre 1944. Malgré le fait que les informations transmises par les délégués restent souvent difficiles à décrypter, celles-ci suggèrent que le regard porté par les délégués sur l’espace concentrationnaire se précise et s’émancipe du cadre étroit qui lui était imposé jusque-là. Cependant, la présence accrue du Comité international dans l’espace concentrationnaire s’explique en premier lieu par l’évolution de l’attitude des gouvernements américain et français. Soucieux désormais d’acheminer des secours aux déportés politiques et raciaux, le CICR constitue pour Washington et Paris un partenaire utile par son rôle central dans le dispositif de secours mis sur pied depuis le début de la guerre en faveur des prisonniers de guerre, mais aussi par son statut d’intermédiaire neutre présent sur le terrain, capable d’offrir des garanties, même illusoires, aux autorités du blocus. Néanmoins, l’avancée des troupes alliées en Allemagne, les menaces de représailles contre les détenus des camps et la situation catastrophique produite par l’écroulement du IIIe Reich expliquent au début de l’année 1945 l’augmentation des pressions alliées pour l’organisation d’opérations de sauvetage des détenus raciaux et politiques. Dans ce contexte, comment le CICR et les autres organisations humanitaires développent-elles leurs activités en faveurs populations les plus menacées ?

Notes

1 Il est difficile de connaître le chiffre précis du nombre de colis acheminés par le CICR, car les documents du CICR proposent des chiffres oscillant entre 750 000 et 1,6 million. Nous avons choisi l’évaluation la plus basse réalisée par l’institution (note de service de G. Stamm, 31-. 5-1945, ACICR, DAS 2/6) qui nous semble la plus proche de la réalité (à l’opposé de celles réalisées postérieurement, alors que le CICR fait face à des critiques pour les lacunes de son action à l’égard des victimes des camps de concentration). En outre, le chiffre proposé par le Comité international de la Croix-Rouge (Rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur son activité pendant la Deuxième Guerre mondiale (1er septembre 1939-30 juin 1947. Annexes, Genève, juin 1948, p. 13), 1,6 million de colis soit 6 836 tonnes de nourriture, inclut les colis distribués après la capitulation. Selon le rapport Vaudaux, écrit après la guerre, le nombre de colis se monte à 1 112 000 colis, ACICR, G 44 R. 219.01.

2 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., Annexes, p. 9.

3 D. Blatman, « The Death Marches and the Final Phase of Nazi Genodice », in J. Caplan et N. Wachsmann (éd.), Concentration Camp in Nazi Germany, Londres, New York, Routledge, 2010, p. 167.

4 « La Croix-Rouge comme réalité nationale et internationale », 1940, discours prononcé à Genève à l’occasion de la réception des représentants de la presse allemande à l’Agence centrale des prisonniers de guerre, M. Huber, Croix-Rouge : quelques idées, quelques problèmes, Lausanne, Payot, 1941, p. 162.

5 L’article 5 de ses statuts autorise le CICR « à prendre toute initiative humanitaire qui rentre dans son rôle traditionnel », Comité international de la Croix-Rouge, Manuel de la Croix-Rouge internationale. Conventions, statuts et règlements, résolutions des Conférences internationales et des Assemblées de la Ligue, Genève, CICR, 1942.

6 Sur cette question, voir notamment le débat qui oppose au printemps 1942, d’une part, Huber et, d’autre part, Odier et Frick-Cramer, voir la note d’Odier pour la Commission de coordination pour l’envoi de secours aux diverses catégories d’internés civils, 14.7.1942 (ACICR, SG 4) et J.-C., Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportés et les camps de concentration nazis, Paris, Payot, 1988, p. 51.

7 Ces détenus sont considérés comme otages suite à des représailles allemandes, ibidem, p. 242-244.

8 Ibidem, p. 124 et suivantes.

9 ACICR, BG 003 26-07, Marti au CICR, 28-1-1942.

10 ACICR, BG 003 26-07, rapport no 64, 16-2-1942.

11 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 124-125.

12 ACICR, BG 003 26-12, rapport de Marti, 19-6-1942.

13 ACICR, BG 00326-13/14, note de Marti au Secrétariat, 25-8-1942.

14 ACICR, DAS ZA 12, note pour Marti de Gallopin, 24.9.1942, J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 137-138.

15 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à Marti, 24-9-1943.

16 I. Vonèche Cardia, Neutralité et engagement. Les relations entre le Comité international de la Croix-Rouge et le gouvernement suisse (1938-1945), Lausanne, SHSR, 2012, J.C. Favez, « 1942 : le Comité international de la Croix‑Rouge, les déportations et les camps », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 21, no 21, 1989, p. 45‑56.

17 ACICR, SG 4, « Secours aux civils internés sur leur propre territoire », Frick-Cramer, 17-7-1942, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 365. Le 24 avril 1941, le gouvernement britannique accepte de délivrer des navicerts pour des colis de vivres destinés aux civils internés dans le Sud de la France à la condition qu’un contrôle de la distribution soit effectué par le CICR, par la Croix-Rouge américaine ou par les quakers, que des rapports périodiques soient fournis et que l’exemption de franchise de port et de douane soit concédée par les autorités détentrices. Finalement, après des négociations et un accord conclu début janvier 1942, la Croix-Rouge française prend en charge la distribution. Les quakers envoient notamment 50 tonnes de vêtements qui arrivent à Marseille à l’été 1942.

18 ACICR, DAS ZA 70, Hartmann (Amtes Auslandsdienst) au CICR, 4-3-1943. Selon le CICR, en mars 1943, 400 colis sont envoyés à Theresienstadt, financés par la Czech Relief Action et expédiés depuis le port de Lisbonne, de nouvelles expéditions sont réalisées en avril, 600 colis, et en mai, 800. Les mois suivants 3500 colis sont convoyés toutes les trois à quatre semaines, ACICR, DAS ZA 18, délégation du CICR à Londres à Burckhardt, 19-7-1944.

19 ACICR, DAS ZA 73, note de l’Amtes Auslandsdienst au CICR, 14-1-1943.

20 ACICR, DAS ZA 73, note de Marti 10-2-1943.

21 ACICR, G3/26, ACICR, DAS ZA 73 et ACICR, G3/26, notes de Marti, 17-2-1943, 18-2-1943, et 17-2-1943.

22 Dans son ouvrage, L’Enfer organisé. Le système des camps de concentration, Paris, La jeune Parque, 1947, p. 119, Eugen Kogon note qu’un « nombre toujours plus important de colis de la Croix-Rouge commencèrent à arriver dans les camps ».

23 Comité international de la Croix-rouge, Rapport du Comité international, op. cit., p. 82.

24 ACICR, DAS ZA 12, note de Chenevière à Marti, 16-2-1943.

25 J.-C. Wagner, « Work and Extermination in the Concentration Camps », in J. Caplan et N. Wachsmann (éd.), Concentration Camps, op. cit., p. 127-148.

26 D. Blatman, Les marches de la mort : la dernière étape du génocide nazi, été 1944-printemps 1945, Paris, Fayard, 2009.

27 ACICR, DAS ZA 12, note de Chenevière à Marti, 16-2-1943.

28 ACICR, DAS ZA 12, Gallopin à la délégation de Berlin, 27-4-1943.

29 ACICR, ZA 00, note du Service des Secours individuels à la délégation à Berlin, 11-2-1943.

30 Ainsi, les déportés de nationalité allemande jouissent de l’autorisation de recevoir des colis alimentaires, R. Hilberg, The Destruction of the European Jews, New Haven, Yale University Press, 2003 [1961], p. 1689.

31 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à la délégation à Berlin, 23-2-1944.

32 S. Persson, Escape from the Third Reich: Folke Bernadotte and the white buses, Barnsley, Frontline, 2009, p. 38-39.

33 ACICR, DAS ZA 72 et DAS ZA 72, notes de A.-R. Rigg, directeur-adjoint de la Division des secours au Comité international, 18-3-1943 et 22-6-1943.

34 ACICR, DAS ZA 1, réunion entre la Commission mixte et la Division de Secours, procès-verbal, 7-7-1943.

35 ACICR, G 59 334, note du CICR à Washington, 27-8-1943, évoquée dans la correspondance de Lombard à la délégation Washington, 30-6-1944, J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 174.

36 Ibidem, p. 280 et suivantes.

37 ACICR, DAS ZA 19, Wasmer à la délégation de Berlin, 20-7-1943. Voir aussi ACICR, DAS ZA 19, note de délégation à Kanes et Linvingston, 24-8-1943, et DAS ZA 19, lettre de Huber à Kennedy (vice-chairman de War Organisation of the British Red Cross Society and Order of St John of Jerusalem), 26-8-1943.

38 ACICR, DAS ZA 12, note de Marti au Secrétariat, 9-11-1943.

39 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 12-11-1943. Le départ pour Sachsenhausen des deux délégués est confirmé dans le « Journal de la délégation de Berlin », 12-11-1943 (ACICR, BG 003 26-73). Il s’agit d’un journal manuscrit de la délégation du CICR à Berlin rédigé par les différents membres de la délégation à partir du 28-11-1942 comme l’indique la variété des langues, des styles et des écritures, il se termine par la fermeture de la délégation le 13-6-1945 après l’entrée des troupes soviétiques à Berlin.

40 ACICR, DAS ZA 96, note de Gallopin à Marti, 22-11-1943.

41 ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à la délégation à Berlin, 6-11-1943.

42 ACICR, DAS ZA 12, répartition des envois par nationalités, 7 Belges, 2 Français, 215 Hollandais, 30 « Israélites », 1 Luxembourgeois, 500 Norvégiens, 52 Polonais, 9 Tchèques, 11 Yougoslaves, au total 882 envois, note pour Marti, 18-11-1943.

43 ACICR, DAS ZA-19, note de la délégation du CICR à Londres 9-9-1943, ACICR, DAS ZA 12, note de Gallopin à la délégation à Berlin, 6-11-1943.

44 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 38-39.

45 ACICR, BG 003 26-72, « Journal de la délégation de Berlin », 13-12-1943. Nous n’avons malheureusement pas trouvé de traces du rapport de la première visite de Thudicum à Ravensbrück.

46 ACICR, DAS ZA 3, « Tableau récapitulatif des envois expédiés dans les camps de concentration » [sans date]. Deux jours après la première visite de Marti et Schirmer à Sachsenhausen, le texte du journal souligne la présence de trois Norvégiens à la délégation, qui occasionne des « entretiens très intéressants concernant les Norvégiens se trouvant en Allemagne », ACICR, BG 003-73, « Journal de la délégation de Berlin », 14-11-1943.

47 ACICR, DAS ZA 1, note de Schwarenberg, « Le CCC. Sa création, les résultats obtenus », 30-6-1944.

48 ACICR, DAS ZA 12, note de Marti au Secrétariat, 10-12-1943, sans date.

49 ACICR, DAS ZA 18-20, tableau récapitulatif des envois.

50 Voir ACICR, DAS ZA 18-20, liste des expéditions faites à des « prisonniers administratifs », 18-11-1945, et note 42.

51 Marti informe que les Norvégiens et les Hollandais sont « les plus estimés », ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 12-11-1943.

52 ACICR, DAS ZA 96, note de Marti au Secrétariat, 12-2-1944.

53 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 48. Les détenus scandinaves sont placés dans un camp séparé avec un traitement préférentiel, note du CICR à sa délégation à Washington sur l’assistance aux Israélites, 30.6.1944, in Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité du Comité international de la Croix-Rouge en faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne (1939-1945), Genève, CICR, 1946, p. 59.

54 S. Persson, Escape from Third Reich, op. cit., p. 38-39.

55 A. Durand, De Sarajevo à Hiroshima : histoire du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, Institut Henry-Dunant, 1978.

56 Début 1944, une note pour Perrin donne des précisions sur les diverses sources d’information qui permettent à cette date de connaître l’adresse de 5037 détenus, dont la grande majorité sont des juifs allemands, des Hollandais et des Norvégiens. Les principaux « informateurs » sont la légation de Norvège en Suède, Anker (Norvégiens), Rooss et le délégué officieux de la Croix-Rouge hollandaise à Genève, Flugi Van Aspermont (Hollandais), les listes de l’Oflag VIIA, ACICR, DAS ZA 8, note du CICR, 20-1-1944.

57 ACICR, DAS ZA 12, note au secrétariat, 26-1-1943.

58 V. Brittain, « One of these little ones… », Londres, A. Dakers Limited, 1943, H. Kershner, One Humanity. A Plea for our Friends and Allies in Europe, New York, G.P. Putnam’s Sons, 1943.

59 D. Wyman, L’abandon des Juifs, les Américains et la solution finale, Paris, Flammarion, 1987, p. 366-368.

60 R. Breitman, « The Allied War Effort and the Jews, 1942-1943 », Journal of Contemporary History, vol. 20, no 1, 1985, p. 152.

61 S. E. Peck, « The Campaign for an American Response to the Nazi Holocaust, 1943-1945 », Journal of Contemporary History, vol. 15, no 1, 1980, p. 367-400.

62 Relief for Starving peoples of Europe. Hearings before a Subcommittee of the Committee on Foreign Relations United States Senate, Washington, US Government Printing Office, 1944.

63 H. Hoover, An American Epic (vol. IV), Chicago, Henry Regnery Company, 1964, p. 95-97, G. D. Best, Herbert Hoover, the postpresidential years, 1933-1964, Stanford, Hoover Institution Press, 1983.

64 A. Hurwitz, « The Struggle over the creation of the War Refugee Board (WRB) », Holocaust and Genocide Studies, vol. 6, no 1, 1991, p. 17-31, S. E. Peck, « The Campaign for an American Response », art. cit., p. 387.

65 ACICR, DAS ZA 69 et ZA 20, lettre confidentielle de Burckhardt à la légation des États-Unis à Berne, 28-2-1944.

66 ACICR, DAS ZA 20, Daniel J. Reagan, attaché commercial à la représentation des États-Unis en Suisse au CICR, 18-3-1944. Ce schéma obtient, début mars, l’accord définitif de Saly Meyer, représentant du Joint en Suisse.

67 La Division d’assistance spéciale dépend de la commission présidée par Albert Lombard et des membres du secrétariat, Gallopin, Schwarzenberg, Bachmann.

68 ACICR, DAS ZA 9, note de Moynier pour Schwarzenberg, 9-6-1944.

69 ACICR, DAS ZA 1, « Le Service CCC du CICR », rapport de J.-E. Schwarzenberg, 11-7-1945.

70 ACICR, DAS ZA 84, rapport Marti sur le camp de Buchenwald, 25-5-1944.

71 Cette partie reprend certains points essentiels proposés dans l’article suivant, S. Farré, Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photographies de Theresienstadt », Le Mouvement social, vol. 227, no 2, 2009, p. 65-83.

72 ACICR, G 59/3/Th-13, voir note de Marti au Service de Secours, 10-9-1942.

73 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 142, et « notes de Marti au CICR », 1-10-1942 et 7-11-1942, in Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité, op. cit., annexes 8 et 9.

74 Aussi, au début de l’année 1943, alors que l’« Aide à la population juive en guerre » fait des envois à Theresienstadt (voir ACICR, G 59/3/Th-13, lettre du Service des secours individuels à Schwarzenberg, 16-4-1943), le Congrès juif mondial annonce qu’un montant de 40 000 francs suisses est à disposition de la Commission mixte pour une action en faveur des ghettos, dont un tiers est prévu pour Theresienstadt. Voir ACICR, G 59/3/Th-1, Congrès juif mondial à la Commission mixte, 22-2-1943, et la lettre de la Jüdische Selbstverwaltung Theresienstadt à la Commission mixte, 30-11-1943, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité, op. cit., annexe 14. Voir aussi J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 151.

75 Voir « note de Gallopin à la délégation à Berlin », 06-11-1943, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité, op. cit., annexe 11.

76 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 179-180.

77 Voir ACICR, G 59/3/Th-63, note de Schwarzenberg à la délégation à Washington, 29-4-1944. Pour un bilan chiffré de l’aide envoyée aux juifs de Theresienstadt, voir Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité, op. cit., annexe 6.

78 Voir ACICR, G3/26f, note de la Commission mixte à la délégation à Berlin, 26-5-1944.

79 Voir ACICR, G 59/40-33, note de Siordet à Schwarzenberg, 4-5-1944.

80 Voir note de Schwarzenberg à la délégation à Berlin, 31-5-1944, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Documents du Comité, op. cit., annexe 15.

81 Sur l’extermination des juifs hongrois, voir notamment G. Aly, C. Gerlach, Das letzte Kapitel. Realpolitik, Ideologie und der Mord an den ungarischen Juden, 1944-1945, Stuttgart [etc.], Deutsche Verlags-Anstalt, 2002, A. Ben-Tov, Face au génocide. La Croix-Rouge et les Juifs de Hongrie, 1941-1945, Lausanne, Payot, 1997.

82 « Rapport de la visite du 10-5-1944 au camp de Drancy par le délégué de Morsier », S. Klarsfeld (éd.) avec la coop. de J. Lévy, Recueil de documents des archives du Comité international de la Croix-Rouge sur le sort des juifs de France internés et déportés, 1939-1945, Paris, Fils et filles des déportés juifs de France, 1999-2005, vol. II, p. 891-895.

83 Voir J.-C. Favez, Une mission impossible ?, op. cit., p. 147.

84 Exposé de Marti devant l’Amicale des déportés politiques de Sachsenhausen à Bruxelles, 5-10-1946, ACICR, G 44/00-4.02.

85 Le nombre de photographies prises par Rossel est vraisemblablement de trente-six. Voir CICR, CID, séries 01160, 01161, 01162, 02497, 02498 qui recensent quarante et une photographies dont trois sont des photographies de documents (timbres, billets de banque et cartes de réception de paquet). Parmi elles, deux photographies ayant été répertoriées à double (voir CICR, CID, photographie 01162-05 et photographie 02498-04a ainsi que les photographies 01160-35 et 01162-02), le CID en comptabilise donc trente-huit dans son inventaire, S. Farré, Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif », art. cit.

86 Voir ibidem.

87 Il ne nous a pas été possible de vérifier si le rapport Rossel tel qu’il est accessible a été « toiletté » par le siège, mais il semble que ce ne soit pas le cas.

88 Les principales rubriques sont les suivantes : description générale du camp, aménagement intérieur, installation sanitaire, nourriture, soins médicaux et hygiène, habillement, blanchisserie, argent et paie, travail, cantine, activité religieuse, temps libre et exercice physique, correspondance, bienfaisance, plaintes, discipline, divers ; voir « Principales questions à étudier lors de la visite des camps », mai 1941, ACICR, G3/00 et aussi ACICR, G3/00, le « Questionnaire modèle pour les visites deprisonniers », 20-5-1941, ou ACICR, G3/00, le « Rapport modèle », 26-5-1941. Sur les visites aux prisonniers de guerre, durant le conflit voir notamment, V. Vourkoutiotis, « What the Angels Saw : Red Cross and Protecting Power Visits to Anglo-american POWs, 1939-1945 », Journal of Contemporary History, vol. 40, no 4, 2005, p. 689-706.

89 Voir ACICR, G3/00, « Instructions générales du CICR à l’usage de ses délégués », 17-2-1941.

90 Voir ACICR, G 59/2/Th-13, note de Schwarzenberg à la délégation à Berlin, 1-6-1944. Un document semblable en sept points est remis à la Commission mixte, note de la Commission mixte à la délégation à Berlin, 1-6-1944, in Comité international de la Croix-rouge, Documents du Comité, op. cit., annexes 15 et 16.

91 Note de Schwarzenberg à la délégation à Lisbonne, 28-11-1944, ACICR, G 59/12.

92 Cette visite est devenue l’un des moments les plus représentatifs de l’échec du CICR face à la politique génocidaire national-socialiste notamment suite à l’interview du délégué réalisée par Claude Lanzmann dans le cadre de son film Shoah (1985). Cet entretien, réalisé en 1979, n’y avait finalement pas été intégré, mais il est repris plusieurs années plus tard dans un film inédit, Un vivant qui passe. Auschwitz 1943 [sic] – Theresienstadt 1944, La Sept vidéo/Les Films Aleph, Paris, 1997.

93 Voir F. Cahen, « Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les visites des camps. Étude d’une controverse. De la mémoire à l’Histoire », Revue d’histoire de la Shoah, Le monde juif, vol. 172, mai-août 2001, p. 11.

94 ACICR, ZA 28, Lombard à la délégation à Londres, 30-6-1944, ACICR, G 59/7, note de la délégation à Washington à la DAS, 7-7-1944, ACICR, SG 4, aide-mémoire confidentiel, 7-7-1944.

95 ACICR, G 59 334, ministre des États-Unis à Huber, 2-5-1944.

96 ACICR, G 59/40, voir notamment la correspondance de McClelland à Schwarzenberg suite à la visite de Rossel à Auschwitz, 17-11-1944.

97 ACICR, DAS ZA 7, note de Schwarzenberg à Lombard, 25.7.1944, ACICR, DAS ZA 84, rapport Marti, 8-8-1944, voir aussi DAS ZA 85.

98 ACICR, G 44/Sec-215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-7-1945.

99 ACICR, SG 4, aide-mémoire de Schwarzenberg, original remis à Livingston, 7-7-1944, R. W. Zweig, « Feeding the Camps: Allied Blockade Policy and the Relief of Concentration Camps in Germany, 1944-1945 », The Historical Journal, vol. 41, no 3, 1998, p. 825-851.

100 ACICR, G 59/40 335, Livingston (consul britannique) à Howard Elting (consul américain à Genève), 9-8-1944.

101 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal DAS, 21.9.1944, ACICR, G 59/40 335, mémorandum de consulat américain, 10-8-1944.

102 ACICR, G 59/40 335, Livingston à Howard Elting, 9-8-1944, ACICR, DAS ZA 69, McClelland à Schwarzenberg, 16-8-1944.

103 ACICR, DAS ZA 19, Schwarzenberg à McClelland, 21-8-1944, et ACICR, DAS ZA 72, note pour Wasmer 18-8-1944.

104 « Rapport du Service des colis aux camps de concentration sur la distribution des marchandises du vapeur SS Cristina (août-septembre 1944) », in Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 71-72, et ACICR, DAS ZA 69, correspondance de Schwarzenberg à McClelland, 1-11-1944.

105 ACICR, DAS ZA 9, note de Donneur à Schwarz, 28-2-1945.

106 ACICR, DAS ZA 9, note 29-1-1945.

107 J.-C. Favez, Une mission impossible, op. cit., p. 338.

108 ACICR, G 44/00, note de Schwarzenberg pour Chenevière, 14-9-1944.

109 Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 68-69.

110 ACICR, DAS ZA 72, procès-verbal de la séance tenue le 18 septembre à l’hôtel Métropole avec les représentants de la Croix-Rouge française, 19-9-1944.

111 ACICR, DAS ZA 72, note de Scharzenberg à la Division des Secours, 16-10-1944.

112 ACICR, SG 4, texte de la résolution prise à l’occasion de l’assemblée générale ayant eu lieu le 26 septembre 1944 à la Croix-Rouge Britannique, 26-9-1944.

113 ACICR, G 44 Sec 215, note de Schwarzenberg à Lombard, 25-9-1944.

114 ACICR, DAS ZA 1, procès-verbal no 4, 21-9-1944.

115 Voir dossiers ACICR, DAS 179 et DAS ZA 111.

116 ACICR, G 44/Sec-215, note du Service colis aux camps de concentration pour Gallopin, 1-11-1944.

117 ACICR, G 44 13-7, « Projet. Questionnaire pour les délégués de CICR », 22-1-1945.

118 Voir « le rapport de Rossel suite à sa visite au K. Z. Auschwitz, 29.9.1944 », in Comité international de la Croix-Rouge, Chronologie de l’activité de Maurice Rossel, délégué du CICR, durant la Seconde Guerre mondiale, Genève [sans éditeur], 2001. Un extrait est repris dans Comité international de la Croix-Rouge, Documents sur l’activité, op. cit., p. 91-92. Voir également ACICR, DAS ZA 80, note sur l’entretien avec le commandant datée du 18-10-1944.

119 Voir le rapport de Rossel, suite à sa visite au camp de Ravensbrück, 14-10-1944, cité in Comité international de la Croix-Rouge, Chronologie de l’activité de Maurice Rossel, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540