Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre VIII. Convois alimentaires pour la Grèce et colis standards pour les prisonniers de guerre

Texte intégral

  • 1 B. de Rougé, « Le rôle de la Croix-Rouge en temps de calamité », in Établissement de services de s (...)
  • 2 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, Prison (...)

« L’opinion publique devient exigeante et il résulte de cet état de choses que les responsabilités de la Croix-Rouge dans son ensemble se sont énormément accrues depuis quelques années. On attend de nous de si grandes choses qu’il ne peut plus être question pour un moment de se contenter, je ne dirai pas des improvisations, mais même d’une préparation un tant soit peu insuffisante. La Croix-Rouge se doit, non seulement d’être organisée pour apporter du secours partout où le besoin s’en fait sentir, mais d’assurer que son organisation comporte les méthodes techniques les plus modernes et les plus perfectionnées. C’est pourquoi la Croix-Rouge fait appel au concours des experts les plus qualifiés, et leur demande leur collaboration à cet effet1. »
Bonabés de Rougé, secrétaire général de la Ligue des Sociétés nationales de la Croix-Rouge.
« Such beautiful parcels, we all cheered heartily and wept tears of joy on receiving them. England does not intend to let us starve evidently2. »

1Les interventions des institutions humanitaires occidentales prennent une nouvelle dimension à partir de l’été 1940, conséquence de la campagne militaire allemande du printemps 1940 et de l’occupation par les troupes du Reich des Pays-Bas, de la Belgique, puis, surtout, de la France en juin 1940. La fin de la « drôle de guerre » modifie la position des acteurs humanitaires. L’issue rapide des combats et l’attitude des troupes allemandes épargnent, comparativement à la campagne de Pologne, les populations civiles. Cependant, au-delà des conséquences humaines liées aux milliers de personnes déplacées par l’évolution des combats, le champ humanitaire est redéfini par le soutien économique des États-Unis à la cause alliée, puis, fin 1941, par leur entrée en guerre et par la centralité de la captivité de guerre.

2À l’été 1940, les associations caritatives étasuniennes se mobilisent avec d’importants moyens. Certes, depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, une multitude d’agences privées participent à la récolte de fonds pour l’envoi de secours vers les pays victimes de la guerre. Comme nous l’avons vu précédemment, œuvre d’associations et de clubs locaux, cette action utilise généralement les liens des communautés immigrées avec leur pays d’origine. L’invasion progressive des pays européens par les forces de l’Axe provoque la mobilisation successive des différentes communautés ethniques et religieuses. En outre, alors que l’Angleterre fait face à l’offensive aérienne allemande, cette politique apparaît comme l’expression de la solidarité américaine en faveur des pays alliés. Longtemps serrée dans le corset de la neutralité, la charité privée s’inscrit dès lors dans une politique d’engagement progressif en faveur de la cause alliée.

  • 3 M. Curti, American Philanthropy, op. cit., p. 440, et F. R. Dulles, The American Red Cross. A Hist (...)

3Désormais, la Grande-Bretagne, dernier bastion allié sur le continent, constitue la principale destination de l’aide américaine. De juillet 1940 au mois d’avril 1942, la Croix-Rouge américaine transmet des secours pour une valeur de 32,8 millions de dollars vers la Grande-Bretagne, soit plus de la moitié du total de l’aide convoyée vers l’extérieur et près de treize fois plus que les moyens mobilisés pour les secours durant la première année de guerre (2,6 millions de dollars)3.

4De même, Washington s’aligne sur la politique britannique favorable au maintien d’un blocus strict envers les territoires sous domination allemande, ce qui ferme la porte à l’envoi ponctuel de secours vers les zones occupées par l’Allemagne réalisé au printemps avec l’accord de Chamberlain. La nomination de Churchill à la tête du gouvernement durcit la politique de blocus. Engagé dans une guerre totale contre l’Allemagne, ce dernier est porté par la conviction que la supériorité économique et industrielle assurera la victoire des Alliés. Le premier ministre anglais considère donc le maintien d’un blocus sévère comme une arme essentielle. De même, il est convaincu que l’Allemagne n’est pas un partenaire fiable et que toute concession constitue une menace pour l’efficacité de l’ensemble de la politique de blocus.

  • 4 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, vol. I, Londres, HMSO, Longmans, Green and Co, 1952-1959, (...)

5Dans ce contexte, le 25 juin 1940, le blocus est étendu à la zone non occupée de la France, ce qui rend difficile le maintien des programmes de secours menés depuis la fin de la guerre d’Espagne par la Croix-Rouge américaine et par l’AFSC en faveur des réfugiés du sud du pays4. Du point de vue des politiques d’entraide, cette décision place la population française dans une situation semblable à celle des pays sous domination allemande. Néanmoins, l’intégration dans le blocus des populations civiles occidentales des États démocratiques pose des problèmes politiques et moraux qui sont à l’origine des premières critiques contre la politique de blocus.

6Porté par sa volonté de réinventer le modèle de la Commission for Relief in Belgium, Hoover devient dès lors le champion des populations civiles menacées par les conséquences du blocus. Le 11 août 1940, il propose un premier programme de secours alimentaire destiné aux enfants nécessiteux de Norvège, de Belgique, de Hollande et de Pologne. Hoover prévoit de le faire financer par les gouvernements en exil, à hauteur de 20 millions de dollars mensuels et de le faire surveiller, comme en 1914, par des représentants des pays neutres sur le terrain. Cependant, cette proposition est rapidement balayée par une célèbre intervention de Churchill devant les Communes le 20 août :

  • 5 « Discours House of Commons » (20-8-1940), in R. S. Churchill, Into Battle (1938-1940), Londres, T (...)

«It’s a conflict of strategy, of organisation, of technical apparatus, of science, of mechanics and morale […]. The whole of the warring nations are engaged, not only soldiers, but the entire population, men, women and children. The fronts are everywhere. The trenches are dug in the towns and streets. Every village is fortified. Every road is barred. The front line runs through the factories. The workmen are soldiers with different weapons but the same courage. […] It is our intention to maintain and enforce a strict blockade not only of Germany but of Italy, France, and all over countries that have fallen into German power 5

7Pour Churchill, la responsabilité de nourrir les populations conquises est du ressort de l’Allemagne qui, selon lui, bénéficie d’importantes réserves alimentaires et pratique de larges réquisitions. L’alimentation constitue, selon le Premier ministre, une responsabilité des autorités d’occupation. Face à l’argumentaire britannique, Hoover défend l’obligation morale de secourir les populations civiles menacées par la faim. Pour l’ex-président, qui utilise régulièrement la parabole biblique du bon samaritain, la compassion et les valeurs chrétiennes sont au cœur de la défense du modèle démocratique occidental. Elles constituent également un instrument pour que ces populations restent favorables à la cause alliée et pour paver la route au rétablissement du libéralisme après la guerre. Ces arguments sont repris également par le secrétaire exécutif de l’AFSC durant la guerre, Clarence E. Pickett à l’occasion d’une conférence intitulée America’s Food and Europe’s Needs présentée en octobre 1940 devant l’Académie américaine des Sciences politiques et sociales :

  • 6 J. D. Black, W. Lewis, C. E. Pickett, America’s Food and Europe’s needs, Philadelphie, Académie am (...)

«The greatest danger facing the world today, in my judgement, is that we shall fight to preserve civilization by methods which themselves destroy the very values wish we profess to cherish […]. Our Sacred Scriptures, both Jewish and Christian, leave no room for planned starvation. Any worthy claim ignore the basic teaching of our commom religion, which maintains that even the feeding of enemies is a primary obligation, and that children, without regard to race or nationality, are the basic and enduring values of human existance. If men, women, and children are allowed to starve in Europe this winter, they will not die alone, but they will drag drown with them into spiritual bondage those who cause that starvation […]. To that extent I am willing to urge what might be called a selfish argument, that for the preservation of our own conscience and sense of values it behooves us to speed food to those who are innoncent victims 6 .»

  • 7 Meeting à Chicago le 16 février 1941, in H. Hoover, An American Epic, vol. IV, Chicago, Henry Recn (...)

8Après les élections présidentielles américaines, Hoover lance, fin 1940, une nouvelle association, The National Committee on Food for the Small Democracies, destinée à la mise sur pied d’un programme d’aide alimentaire vers la Belgique, la Norvège, le Danemark, la Hollande, le Luxembourg et la Pologne avec l’objectif de servir les idéaux américains et de développer les liens d’amitié avec les pays placés sous le joug allemand7.

9Suite à l’échec de cette initiative, il propose, en février 1941, un plan plus pragmatique de secours centré sur la Belgique. Pour parer les critiques britanniques, celui-ci est lié à un engagement parallèle de l’Allemagne qui fournirait du blé. Ce projet propose de distribuer des repas à 2 millions d’enfants et à 1 million d’adultes dans le cadre de cuisines populaires existantes, censées garantir un contrôle plus étroit de l’utilisation des secours et prévenir tout détournement de ces denrées au profit de l’Allemagne.

  • 8 H. Hoover, An American Epic, op. cit., vol. IV, p. 47.

10Soupçonné de liens avec les milieux conservateurs isolationnistes et accusé de dramatiser la situation alimentaire des populations occupées, Hoover est attaqué par la propagande britannique qui présente ses initiatives comme « false humanitarianism », comme une menace de prolonger la guerre et comme un levier pour la propagande allemande8. Pourtant, malgré ces réticences, Londres octroie deux concessions qui permettent le développement de quelques programmes de secours.

  • 9 J. Beaumont, « Starving for Democracy: Britain’s Blockade of and Relief for Occupied Europe, 1939- (...)
  • 10 Idem, W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., p. 256.

11Sur demande de Roosevelt, soucieux de ne pas s’aliéner l’opinion publique dans la zone occupée, Churchill autorise à titre exceptionnel le passage de quantités limitées de marchandises au sud de la France, destinées au maintien des programmes de secours. Une concession facilitée par les difficultés d’assurer un contrôle efficace du trafic maritime en Méditerranée9. Ensuite, le 4 février, Londres accorde la possibilité d’utiliser de la monnaie étrangère pour des programmes de secours réalisés grâce à des produits achetés dans les pays neutres (Portugal, Suède, Espagne, Turquie), étant donné que ces produits sont potentiellement à disposition de l’Allemagne et qu’ils ne constituent donc pas une remise en cause de l’efficacité du blocus10.

  • 11 Commission mixte de Secours de la Croix-Rouge internationale, Rapport de la Commission mixte de Se (...)

12Cette ouverture facilite notamment l’organisation d’un programme de secours financé par la Commission mixte de secours, organisme mis en place par la Ligue des Sociétés nationales de Croix-Rouge et le CICR pour aider les populations civiles. Durant la guerre, la Belgique est le principal pays récepteur des secours de la Commission mixte, cette opération représentant près de 80 % (97 millions de francs suisses) de la valeur totale des secours convoyés par elle de 1942 à 1943. En effet, les secours mobilisés de 1939 à 1946 par la Commission mixte se montent à 312,25 millions de francs suisses répartis dans seize pays européens, mais une partie significative de ces moyens est mobilisée après la fin des combats, principalement durant l’année 1946 (120,45 millions de francs suisses)11.

Oxfam et la famine en Grèce

  • 12 M. Black, A cause of our Times: Oxfam the First 50 Years, Oxford, Oxfam, 1992.

13Après l’entrée en guerre américaine, Hoover, lâché par les gouvernements en exil qui se plient aux pressions anglaises, décide finalement de suspendre les activités de son Comité. Dès lors, le courant d’opposition contre le blocus, centré jusqu’alors aux États-Unis, se déplace vers les îles britanniques où les conséquences dramatiques de la famine en Grèce provoquent des premières critiques contre le maintien du blocus à l’encontre des populations victimes de la guerre. Ces critiques sont notamment à l’origine du mouvement OXFAM, principale institution humanitaire issue de la société civile anglaise durant la guerre. OXFAM se centre sur un travail de lobbying axé sur l’organisation de conférences, de pétitions ou la diffusion de brochures ou d’appels, à l’exemple de la déclaration en faveur de l’envoi de secours pour la Grèce, le 27 janvier 1942, de l’évêque de Chichester, George Bell, devant la chambre des Lords. Né dans les milieux religieux, pacifistes, intellectuels et internationalistes, ce courant critique est soutenu par une constellation assez large de personnalités telles que Gilbert Murray de la League of Nations Union, Edith Pye, du mouvement quaker ou Vera Brittain, militante du Peace Pledge Union12.

  • 13 J. Beaumont, « Starving for Democracy », art. cit.

14Ce mouvement révèle l’existence d’un débat sur les conséquences de la guerre totale au sein du bloc allié, mais, comme l’a montré Joan Beaumont, son impact sur la politique de Churchill reste extrêmement limité13. Les discours des opposants demeurent effectivement modérés et évitent de questionner l’effort de guerre mené par le gouvernement. Dans ce cadre, leur marge de manœuvre est limitée et leur rôle dans l’évolution de la politique britannique, peu significatif. Aussi les concessions du cabinet anglais pour l’aide à la Grèce sont en premier lieu, le produit d’un calcul stratégique et politique des autorités britanniques, de la volonté américaine d’avancer ses pions dans l’espace méditerranéen et des pressions du lobby gréco-américain.

  • 14 V. Hionodou, Famine and Death in Occupied Greece, 1941-1944, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 15 A. Fleury, « L’action humanitaire de la Suisse en Grèce pendant la Deuxième Guerre mondiale », in (...)

15L’occupation de la Grèce par l’Allemagne en avril 1941 occasionne l’une des plus graves crises alimentaires de la guerre. La division du pays en trois zones d’occupation (Italie, Bulgarie et Allemagne) et l’interdiction de la circulation des marchandises entre les différentes régions provoquent dès l’été 1941 de profondes perturbations économiques qui sont aggravées par le blocus britannique14. Selon le représentant suisse à Athènes, en septembre, la ration quotidienne de pain se réduit dans la capitale grecque à 150 g par personne et par jour15. Ces informations sont largement relayées parmi les milieux diplomatiques et militaires britanniques.

  • 16 G. Kazamias, « The Politics of Famine Relief for Occupied Greece », in R. Clogg (éd.), Bearing Gif (...)
  • 17 E. Macar, « The Turkish Contribution to Famine Relief in Greece during the Second World War », in (...)

16Ces circonstances facilitent une première concession de Londres qui permet l’organisation d’un programme limité de secours. Cette entorse à la position de Churchill est d’abord liée à l’engagement des autorités turques qui sont prêtes à mettre à disposition 50 000 tonnes de vivres pour un programme de secours. Cette initiative est bien vue à Londres, car elle permet de diminuer l’offre d’un partenaire économique important de l’Axe et de renforcer les échanges avec un pays que l’on veut maintenir en dehors du conflit16. Pour la Turquie, cette opération apparaît à la fois comme une réponse à la contribution grecque lors du tremblement de terre à Erzincan à l’est du pays en 1939 et une opportunité d’étendre son influence dans cette zone17.

17Le programme est aussi rendu possible par l’activisme du grand cartel des associations étasuniennes philhellènes, la Greek War Relief, qui constitue un intermédiaire privé bienvenu pour Londres et Washington. Cette institution joue un rôle capital en achetant les contingents mis à disposition par le gouvernement d’Ankara et en mettant à disposition du CICR des moyens financiers pour organiser l’opération sur sol grec. En effet, le délégué adjoint du Comité international en Grèce, Albert Gredinger, est à la tête d’une Commission de gestion des envois de vivres du CICR qui est en charge, d’octobre 1941 à août 1942, de réceptionner l’aide extérieure, de surveiller et d’assurer la distribution des secours aux institutions grecques dont la principale est la Commission centrale des cantines populaires (KES).

  • 18 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., p. 265.
  • 19 Le gouvernement turc accepte de transporter sur le SS Kurtuluş 500 colis mensuels E. Macar, « The (...)

18Ce programme de secours ne permet pas d’éviter une grave famine durant l’hiver 1941-1942. Dans un premier temps, l’opération de secours est freinée par le recul du gouvernement turc sous la pression du ministère de l’Armée qui s’inquiète de la situation des réserves alimentaires du pays. Finalement, seules 18 988 tonnes de produits alimentaires turcs, soit moins de la moitié des contingents promis, sont transportées en onze voyages vers la Grèce. Pour l’essentiel, il s’agit de fruits et de légumes secs, souvent délivrés dans un très mauvais état de conservation18. En parallèle, les Grecs d’Istanbul financent un programme de colis de 5 kg destinés à leurs familles et à leurs proches dans le besoin19. Ces importations sont largement insuffisantes pour pallier l’absence quasi totale de produits alimentaires dans la capitale et dans les îles grecques.

Greek War Relief

  • 20 A. K. Kyrou, « The Greek-American Community and the Famine in Axis-occupied Greece », in R. Clogg (...)

19Ainsi, le programme d’aide alimentaire à la Grèce est tributaire de l’engagement des milieux gréco-américains dont la mobilisation permet de réunir d’importantes sommes et de constituer un lobby très influent20. L’histoire de cette action en faveur de la population grecque constitue un excellent exemple des formes d’organisation et de mobilisation humanitaire de la société américaine.

  • 21 NYPL, BZAV Greek War Relief, Greek War Relief Association, Annual Meeting of Members, November 17, (...)
  • 22 Idem.

20L’offensive italienne en Grèce est à l’origine d’un mouvement de rassemblement des nombreuses associations et cercles issus de l’émigration grecque aux États-Unis. Organisations orthodoxes, sociétés d’entraide aux migrants, cercles culturels et récréatifs, les associations grecques se réunissent dès le 7 novembre 1940 dans un grand cartel le Greek War Relief21. Cette structure permet de centraliser les campagnes de secours, de réunir des moyens financiers et de constituer un lobby auprès des milieux politiques et économiques américains. Durant sa première année d’activité, elle parvient à réunir des donations d’une valeur de plus de 5 millions de dollars22. Elle bénéficie en particulier de l’activisme de son président Spyros Skouras, président de la 20th Century Fox Films, qui utilise son influence dans les milieux du cinéma pour populariser la cause grecque dans le public américain. La solidarité grecque soulève alors un vaste mouvement incarné par l’engagement des stars de cinéma, mais aussi relayée par un réseau formé par les 40 000 restaurants et épiceries grecs du pays. Le cartel rassemble 2 000 associations de trois cent cinquante communautés paroissiales.

  • 23 R. M. McCleary, Global Compassion: Private Voluntary Organizations and U. S. Foreign Policy since (...)
  • 24 Voir M. Curti, American Philanthropy, op. cit.

21La constitution d’un vaste réseau d’associations philhellènes annonce un mouvement plus général de cartellisation des associations philanthropiques, largement favorisé par le gouvernement. Après l’entrée en guerre des États-Unis, fin 1941, 424 agences privées sont enregistrées auprès du President’s Committee on War Relief Agencies (dès 1942 President’s War Relief Control Board), l’administration publique en charge du contrôle et de la coordination des organisations humanitaires23. Poussé par sa volonté de coordonner, de contrôler et de garantir l’efficacité des institutions privées, Washington encourage la mise en place de grandes associations constituées sur une base nationale (American Relief for Czechoslovakia, American Relief for France, etc.) qui absorbent les nombreuses agences locales actives depuis 1939 et leur impose l’adjectif American dans leur désignation24.

  • 25 H. J. Seymour, Design for giving: the story of the National War Fund, inc., 1943-1947, New York, H (...)

22Ce processus de cartellisation est renforcé par la mise sur pied, en 1943, du War National Fund qui centralise la récolte des dons par l’organisation de grandes campagnes nationales annuelles (1943-1944-1945). L’objectif est d’éviter les confusions et les doublons produits par le développement associatif des premières années, mais aussi de mobiliser la société américaine avec de puissants moyens de publicité. Les contributions à ce fonds s’élèvent pour ces trois campagnes annuelles à 321,5 millions de dollars. Ces revenus sont redistribués aux principaux cartels organisés, comme nous l’avons vu par pays, à l’exemple du Greek War Relief qui parvient à lever 8,1 millions de dollars25, ou éventuellement, par type d’action, ce qui donne un instrument de contrôle et d’intervention décisif aux autorités.

23Ce double mouvement de centralisation et de nationalisation des agences privées est lié à la volonté de garantir une gestion efficace des collectes publiques, des ressources alimentaires, des moyens de transport et de limiter les acteurs extérieurs sur le théâtre des opérations militaires. Mais il s’agit également de contrôler étroitement les interventions humanitaires, perçues comme un instrument politique et diplomatique de l’effort de guerre et d’organiser en parallèle un système efficace de collaboration entre l’armée, le gouvernement et les agences civiles, au moment de faire face aux besoins des populations occupées ou libérées. Ainsi, cette relation complexe entre politique étrangère américaine et mobilisation civile participe à la transformation du mouvement d’entraide pour la Grèce.

Sauver la Grèce

24Le Greek War Relief, après avoir joué, dès l’été 1941, un rôle essentiel dans la mise sur pied de l’opération d’aide alimentaire depuis la Turquie, exerce encore une influence importante dans la genèse d’un nouveau plan de secours au début de l’année 1942. Comme nous l’avons vu, les importations depuis la Turquie sont largement insuffisantes pour soulager la situation alimentaire dramatique vécue durant l’hiver par la population grecque. Aussi, le développement de l’action de secours, passe-t-il par un assouplissement préalable du blocus par les autorités britanniques. Dans ce contexte et pour la première fois, le 12 janvier 1942, Whitehall fait une concession en donnant son feu vert au passage d’un premier convoi suédois transportant 8 000 tonnes de blé mis à disposition par le gouvernement canadien.

  • 26 Commission de Gestion des Envois des vivres du Comité International de la Croix-Rouge en Grèce, Ra (...)
  • 27 Commission de gestion pour les secours en Grèce, Ravitaillement de la Grèce pendant l’occupation, (...)
  • 28 Commission de gestion des envois des vivres du Comité international de la Croix-Rouge en Grèce, Rap (...)

25Cet envoi ouvre le chemin à de nouvelles opérations sporadiques, financées par Ottawa et le Greek War Relief. Durant le premier semestre 1942, 23 858 tonnes de blé et de farine sont transportées depuis Haïfa, Lisbonne et New York par des bateaux suédois26. Sous la surveillance de la Commission de gestion pilotée par le CICR, ils permettent des distributions de pain dans la capitale, de fournir les hôpitaux et les sociétés de bienfaisance, et de développer un réseau de cuisines populaires. En juin-juillet, 345 cuisines populaires servent des rations alimentaires à plus de 400 000 indigents, auxquels s’ajoutent plus de trois cents centres de distribution dans le cadre des cantines scolaires qui fournissent des rations à plus de 276 000 enfants27. Enfin, dans les usines et les administrations, des « popotes » sociales (1 015 « popotes industrielles », 121 pour l’administration publique, etc.) alimentent plus de 200 000 personnes. Malgré d’importants problèmes liés au développement du marché noir et au chaos engendré par la mise en place d’un système d’alimentation de masse, cette aide permet sans aucun doute de sauver de nombreux civils de la famine28.

26Comment expliquer cette modification de la politique très stricte jusqu’alors soutenue par le cabinet anglais ? Au-delà d’une situation humanitaire exceptionnelle, les secours à la Grèce représentent à ce moment-là un instrument destiné à préserver la politique de blocus dont on commence à questionner l’impact sur l’économie de l’Axe et qui alimente la propagande antibritannique. Cette décision peut être interprétée comme le résultat d’un bras de fer entre le Foreign Office favorable à un programme de secours à l’est de la Méditerranée, une région stratégique pour les intérêts de l’empire et le ministère de l’Economic Warfare, dirigé par Hugh Dalton.

  • 29 G. Kazamias, « The Politics of Famine », art. cit.

27Cette nouvelle politique représente aussi un tribut payé à un pays, très présent dans l’imaginaire romantique anglais associant traditionnellement la Grèce aux origines de la civilisation occidentale. Enfin, la position de Londres répond à la montée en force de la puissance américaine, favorable à un programme d’aide29.

28En parallèle à l’organisation de ces opérations ponctuelles, la nouvelle politique anglaise ouvre la voie à un programme de secours plus important et plus régulier qui constitue l’une des interventions humanitaires les plus emblématiques du conflit. Comme précédemment, elle se caractérise par l’intervention parallèle et complémentaire des différents acteurs humanitaires et gouvernementaux. La complexité de l’opération qui exige plusieurs mois de négociations répond aux objectifs politiques des belligérants ainsi qu’à la nécessité d’assurer la sécurité des transports des secours et de surveiller leur distribution à la population grecque. À partir du mois d’août 1942, un programme de secours stable et plus conséquent est mis en place jusqu’à la libération du pays. Il permet à la Grèce d’éviter une nouvelle crise humanitaire semblable à celle de l’hiver 1941-1942.

  • 30 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., chap. IX.

29Les secours alimentaires proviennent principalement du Canada qui met à disposition un contingent de 15 000 tonnes de blé mensuel, alors que le Greek War Relief participe au financement des importations et à l’envoi de marchandises supplémentaires30. Depuis l’automne 1942, et pour 31 mois, 94 transports, dont 93 d’outre-mer, permettent le transport de 658 236 tonnes de vivres. Ce chiffre reste relativement modeste en comparaison des quantités de nourriture transférées par la CRB vers la Belgique durant la Première Guerre mondiale (plus de 5 millions de tonnes)

  • 31 A. Fleury, « L’action humanitaire de la Suisse », art. cit.

30La majorité des convois partent du Canada pour se diriger vers le Pirée, pour un voyage de 21 jours en moyenne. Le gouvernement suédois met à disposition des bateaux qui assurent le transport et qui sont protégés par les garanties des belligérants. Il joue également un rôle important en menant les négociations avec l’Axe, ce qui permet de masquer l’origine nord-américaine de l’opération. Dans un deuxième temps, Stockholm organise une Commission de gestion pour les secours en Grèce à partir de mars 1943. Composée de représentants suédois et suisses, présidée par le conseiller de la légation suédoise, Paul Mohn, elle prend la suite de la Commission de gestion, dont les activités sont suspendues à partir d’août 1942. Elle repousse aussi le CICR au profit de la Croix-Rouge suédoise. Par contre, présente à Athènes, à Salonique, à Volos et en Crète, une mission de la Croix-Rouge suisse est en charge de distributions de lait et de médicaments reçus d’outre-mer. Cette action est pensée par le gouvernement helvétique comme un moyen de contrebalancer politiquement le financement d’une mission « pro-allemande » envoyée par la Suisse sur le front de l’est31.

  • 32 Commission de gestion pour les Secours en Grèce, Ravitaillement de la Grèce, op. cit., p. 599-601.

31Selon les chiffres publiés par les institutions humanitaires, l’opération internationale « suédoise » permet d’éviter une nouvelle famine par la distribution régulière d’une ration de pain à plus de 2,5 millions de Grecs dans la capitale et dans les provinces grecques. Cette contribution permet de maintenir à 840 calories le régime alimentaire moyen des civils. En parallèle, des distributions de vivres sont assurées par l’intermédiaire des épiceries, par des distributions aux hôpitaux, aux prisons et aux associations charitables. Un programme important de distribution de repas est assuré dans des cantines pour plus de 350 000 enfants, alors que dans la capitale 250 000 enfants non inscrits dans les cantines bénéficient de distributions de pain supplémentaire. Enfin, des « gouttes de lait » servent un à deux verres de lait par jour à 110 000 enfants en bas âge32.

Prisonniers de guerre

  • 33 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur son (...)

32En plus des actions de sociétés privées telles que la Greek War Relief pour les populations victimes de la guerre, une partie significative de la mobilisation de la société civile est encadrée, comme en 1914, par les Sociétés nationales de Croix-Rouge dont l’action est transformée par la captivité de guerre. En effet, après l’évacuation des contingents alliés à Dunkerque, plus de deux millions de prisonniers alliés sont internés dans des camps en France, puis transférés vers les stalags et oflags allemands33.

  • 34 R. E. Bondy (directeur de Service de secours de la Croix-Rouge américaine), « Assistance sociale » (...)

33Cette nouvelle séquence suscite un important mouvement de secours vers l’Europe. L’entraide pour les prisonniers de guerre développée par les Sociétés nationales de Croix-Rouge mobilise l’essentiel de leurs moyens et de leurs activités. Elle suit le sillon de l’importante action entreprise durant la Première Guerre mondiale. En outre, durant l’entre-deux-guerres, partenaires appréciés des autorités publiques, les sociétés nationales accompagnent le développement de l’intervention de l’État dans le champ social et sanitaire. Avant 1939, la Croix-Rouge apparaît, dans de nombreux pays, comme un instrument de préparation psychologique au conflit, de diffusion de normes hygiénistes et plus généralement d’encadrement des populations civiles34.

  • 35 G. Korson, At this side. The Story of the American Red Cross Overseas in World War II, New York, C (...)

34De manière générale, les sociétés de Croix-Rouge s’affirment durant la guerre comme l’expression d’une société civile idéale. Elles mobilisent la population pour l’intérêt général et révèlent la puissance de la solidarité nationale. Comme durant la Première Guerre mondiale, la Croix-Rouge américaine constitue l’un des exemples les plus significatifs de la mobilisation de la société. En effet, le sacrifice des soldats américains sur le front paraît imposer aux civils leur participation aux activités de la Croix-Rouge. Ce lien psychologique, symbolique et matériel, entre le front et le home front se cristallise en particulier dans la mise sur pied d’un système de donation de sang le Red Cross Blood Donor Service qui est inauguré en février 1941. Il permet de récolter 11 millions de pintes de plasma jusqu’au début de l’année 194535.

  • 36 American Red Cross, Red Cross Service Record, op. cit.
  • 37 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Of (...)

35Durant la guerre, cette puissance d’intervention se traduit par le nombre de ses membres. Un « bon » Américain doit être membre de la Croix-Rouge. 7,5 millions de citoyens se sont donc affiliés à celle-ci. Dans les écoles étasuniennes plus de 19 millions d’écoliers sont recrutés dans le mouvement « junior » qui permet d’éduquer les enfants à la nécessité de collaborer à la geste et au geste patriotique. Mis à part cette armée de volontaires la société américaine participe d’une manière très généreuse au Red Cross appel qui permet de rassembler la somme de 565 millions de dollars, soit presque trois quarts du budget total de l’institution (784 millions de dollars)36. À titre de comparaison, le budget de la Joint War Organisation of the Red Cross & St-John of Jerusalem britannique s’élève 64 millions de livres37. Cette somme assez extraordinaire permet à l’association américaine de compter sur un personnel payé de presque 40 000 employés, dont 9 000 sont engagés outre-mer, sur d’importantes structures opérationnelles et sur plus de 200 000 tonnes de marchandises d’une valeur estimée à 168 millions de dollars pour les prisonniers de guerre.

Le colis

  • 38 N. Wylie, Barbed Wire Diplomacy. Britain, Germany and the Politics of Prisoners of War, 1939-1945, (...)
  • 39 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. I, p. 257.
  • 40 Ibidem, p. 268.

36Comme en 1914, le colis devient un objet central de la vie du prisonnier de guerre et des politiques de secours. Il apporte des compléments nutritifs pour améliorer l’ordinaire du prisonnier. Il constitue parfois un élément non négligeable de l’alimentation du prisonnier. Le paquet permet effectivement de compléter voire de remplacer le régime alimentaire des camps allemands38. Selon le rapport du CICR sur ses activités durant la guerre, les colis constituent pour certains groupes de prisonniers alliés 60 % de leur subsistance39. En outre, comme en 1914, le colis représente un objet symbolique, un « cadeau » de la patrie, et porte une valeur psychologique essentielle au maintien du lien entre les soldats et leur patrie d’origine (voir fig. 30 à 31)40.

  • 41 Cf. www.icrc.org/DIH.nsf/WebART/305-430044?OpenDocument.
  • 42 Cf. art. 36 à 40 et 43, Convention relative au traitement des prisonniers de guerre du 27 juillet (...)

37Depuis la fin de la Première Guerre, le droit de correspondre et d’envoyer des colis avait été confirmé par la Convention relative au traitement des prisonniers de guerre du 27 juillet 1929. Dans sa section IV (articles 37 et 38), celle-ci garantit le droit des prisonniers de recevoir dès le début de leur détention des colis alimentaires et des vêtements, mais aussi des livres, en franchise. De même, l’article 43, prévoit que des « hommes de confiance » qui représentent les prisonniers sont chargés de la distribution des envois collectifs dans les camps41. Si la fréquence des envois et le poids des colis ne sont pas précisés dans ce texte, la convention définit un système de contrôle par la remise d’une quittance signée par le destinataire ou par l’homme de confiance. Ce dernier est en outre chargé de la réception et de la distribution des colis collectifs42.

  • 43 Cf. « arrangement concernant les colis postaux », article 18, Convention et arrangements de l’Unio (...)
  • 44 E. Bonjour, Histoire des postes suisses, 1849-1949, Direction générale PTT, 1949, p. 295.
  • 45 ACICR, SG 4, Huber à Camille Gorgé (Département politique fédéral), 5-12-1939.

38Ces normes, héritières des pratiques humanitaires durant la Première Guerre mondiale, sont reprises par la Convention postale du Caire de 193443, et progressivement confirmées par les principaux belligérants du front occidental (France, Allemagne, Angleterre). Ces derniers fixent la limite des envois individuels à 5 kg, suivant la norme imposée au trafic des colis internationaux lors du Congrès postal de Lisbonne de 188544, et à 20 kg pour les colis collectifs45.

39Ces pratiques et ces règles orientent l’action du CICR et des services postaux des pays neutres. Dans ce cadre, le CICR développe une structure qui complète celle des postes des pays neutres qui assurent le maintien du trafic international durant la guerre. Comme en 1914-1918, les services du CICR sont particulièrement appréciés car son Agence centrale de recherche permet de compléter les adresses et d’assurer le suivi des prisonniers qui changent de lieu de détention. Surtout, l’organisation genevoise joue un rôle capital de garant de la distribution et de la réception des secours, en particulier grâce à la présence de ses délégués sur le terrain.

  • 46 ACICR, G 58 Allemagne, Haut-Commandement de l’Armée, Division dommages de guerre et prisonniers à (...)
  • 47 ACICR, BG 003-01 001, Huber à Swift, 1-2-1940.

40Le dispositif d’expédition de colis de nourriture et de vêtements connaît pourtant une mise en œuvre très lente et difficile. Comme nous l’avons évoqué au chapitre précédent, la disparition de l’État polonais provoque de nombreux problèmes d’organisation administrative et de communication. De même, il est probable que le rétablissement des échanges postaux avec la Pologne ne soit pas considéré comme une priorité des forces d’occupation. Avec un certain cynisme, les Allemands expliquent au Comité international que ces problèmes sont liés aux destructions des voies postales et des moyens de communication perpétrées par l’armée polonaise46. Finalement, les services postaux des zones occupées par l’Allemagne ne sont rétablis qu’à la fin du mois de janvier 194047.

  • 48 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 9 e (...)
  • 49 ACICR, G 58 Allemagne, CICR à von Rotenhan (OKW, Kriegsgefangenenauskunfsstelle), 22-12-1939, ACIC (...)
  • 50 ACICR, G 58 Allemagne, note au sujet des Secours, 19-12-1939.

41Durant les trois derniers mois de 193948, l’action du CICR reste extrêmement modeste. Le Comité procède à la réexpédition des 3 478 colis envoyés à Genève par des particuliers. Seuls quelques envois, assez dérisoires, sont financés par le consulat polonais à Genève et par des associations philo-polonaises et sont effectués pour les fêtes de Noël, soit deux envois de cent et quarante colis le 22 décembre49 vers le Stalag VIIA et les Oflags VIIA et XA50. Cependant, la transmission des premiers messages au début de 1940 et l’ouverture des services postaux permettent progressivement d’étendre l’action de secours.

  • 51 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Of (...)

42Celle-ci est notamment liée à la mise en place d’un plan d’aide pour les prisonniers de guerre polonais financé par la Croix-Rouge américaine et les organisations de secours polonaises. Dès le mois de décembre 1939, la Croix-Rouge américaine propose de financer un service de colis alimentaires et de vêtements pour les prisonniers de guerre polonais. S’agit-il d’une réponse de la Croix-Rouge américaine aux initiatives de la Commission for Relief to Poland ? Au même moment, il semble que le Joint War Organisation, qui réunit depuis le début de la guerre la Croix-Rouge britannique et l’Order of St. John of Jerusalem, fournisse depuis la Grande-Bretagne 300 colis mensuels aux prisonniers polonais51.

  • 52 ACICR, G 85 Croix-Rouge américaine, entrevue de Huber, Odier et Nicholson, 1-4-1940.
  • 53 ACICR, SG 6, « Accord de coopérer à plan d’envois collectifs de CICR du 18 janvier », Croix-Rouge (...)

43Quoi qu’il en soit, il est certain que ce programme américain annonce l’importante action menée par la Croix-Rouge américaine en faveur des prisonniers de guerre pendant le conflit52. Ces projets sont en effet liés à un soutien financier américain et envisagent la distribution d’un colis de vêtements tous les six mois et d’un colis alimentaire « standard » tous les quinze jours pour chaque prisonnier53.

  • 54 Un colis B comprend deux boîtes de lait condensé, 500 g de cacao, une boîte de cubes de bouillon, (...)
  • 55 ACICR, G 85 Croix-Rouge polonaise, entretien avec la Croix-Rouge polonaise à Paris, Chenevière, Ba (...)

44Le colis standard « A » est notamment composé de deux boîtes de lait condensé, un paquet de biscuits, une boîte de fromage, 500 g de sucre, deux boîtes de poisson, deux boîtes de corned-beef, une boîte de confiture, un paquet de cigarettes et une pièce de savon54. En parallèle à l’action de la Croix-Rouge américaine, la Croix-Rouge polonaise en exil développe un plan semblable. À Paris, elle bénéficie d’un bureau de renseignements et d’un bureau de secours animé par quarante volontaires55. Début mars, elle envisage d’envoyer quotidiennement 1 500 colis.

45Ces actions sont cependant freinées par différents problèmes. Le projet initial de la Croix-Rouge américaine de financer des colis fabriqués en Suisse souffre des limitations des exportations de vivres imposées par le gouvernement fédéral. En outre, l’achat de nourriture mais aussi de papier d’emballage en Suisse ou en Europe est sérieusement entravé par le début de la guerre. Par conséquent, en mai 1940, la Croix-Rouge américaine, malgré ses réserves initiales, accepte de produire elle-même les colis humanitaires et d’assurer leur expédition vers les entrepôts du CICR à Genève, via le port de Gênes.

  • 56 ACICR, SG 6, note de Service de Secours, 27-5-1940.
  • 57 ACICR, G 58 Allemagne, correspondance, 4-5-1940, ACICR, G 85/188, circulaire « Envois aux prisonni (...)

46Pour sa part, le CICR, qui possède alors une liste de 14 000 prisonniers de guerre polonais56, garantit le transit des paquets, leur envoi en Allemagne et assure le contrôle de l’opération par ses délégués sur le terrain. Les garanties offertes par les rapports des délégués et les reçus signés par les prisonniers de guerre permettent d’obtenir l’accord du Minister of Economic Warfare pour lancer l’opération57. Cependant, le début de l’offensive allemande en France paralyse temporairement l’organisation d’un tel service et modifie les enjeux des secours pour les militaires captifs.

Produire, emballer, envoyer

47Durant la guerre, le colis alimentaire incarne les relations entre armée, société civile et État, mais aussi la soumission des Sociétés nationales de la Croix-Rouge à une véritable économie de l’humanitaire. Comme en 1914, on suit durant la première phase de la guerre une standardisation du colis humanitaire en fonction des normes reconnues par les États belligérants. Cette évolution est également le produit d’une rationalisation des prix de confection et de la nécessité d’exercer un contrôle du contenu, aussi bien par les expéditeurs que par les autorités détentrices.

48Au début de la guerre, l’envoi de colis individuels familiaux dépend d’un système complexe et lent. Depuis le début du conflit, l’Allemagne autorise la distribution de colis individuels uniquement aux prisonniers inscrits nominalement par le commandant du camp et par l’homme de confiance. Leurs noms sont ensuite transmis sur des étiquettes réglementaires au CICR puis à la famille du prisonnier. Celles-ci sont nécessaires pour expédier un colis vers des proches. Ce système rend l’opération assez longue, sans parler des problèmes posés par les déplacements de prisonniers.

49À l’automne 1940, les plaintes des familles s’accumulent face aux retards d’acheminement des colis. En outre, en Grande-Bretagne, les contraintes du blocus obligent le Département des prisonniers à exercer un contrôle sur tous les colis familiaux, avant de les réexpédier par courrier postal via Ostende en Belgique. Le nombre de prisonniers à partir de l’été 1940, 45 000 Britanniques, et la fermeture des voies postales vers la Belgique rendent très difficile la poursuite d’un système clairement inefficace.

  • 58 N. Wylie, Barbed Wire Diplomacy, op. cit., p. 99.

50Face à ces difficultés, les proches des prisonniers développent un réseau associatif, réuni au niveau national par une POW Relatives Association. Les expatriés jouent également un rôle important, en particulier à Genève ou le British Legion Office met en place un programme de confection et d’envoi de colis (six cents par semaine)58. Ses institutions permettent l’envoi de secours, alors que les premières semaines sont particulièrement éprouvantes pour les prisonniers.

  • 59 Ibidem, p. 92-121.

51Cependant, l’engagement parallèle d’institutions privées favorise comme en 1914 une répartition déséquilibrée des secours. Certains prisonniers reçoivent plusieurs paquets, issus de différentes associations ou de leurs proches alors que d’autres se trouvent démunis. Enfin, durant l’hiver 1940-1941, la montée des critiques de l’opinion publique face à la paralysie des secours pour les prisonniers de guerre oblige Whitehall à s’engager plus résolument à réorganiser le système de distribution de colis. Le War Office impose notamment la nomination de Stanley Adams, gestionnaire, spécialiste des transports maritimes, à la tête du Département des colis de la Joint War Organisation, qui réussit, comme nous le verrons, à mettre en place un système de transport complexe, mais efficace59.

52Dès 1941, la Joint War Organisation parvient à fournir un service qui permet la distribution hebdomadaire d’un colis alimentaire par prisonnier pour l’ensemble des détenus originaires des dominions et de l’empire britannique dont le nombre atteint, à la fin 1944, 180 000. Désormais, les envois des proches sont limités à quatre par an et se réduisent à des colis d’habits, d’articles de toilettes ou d’objets de divertissement, seul un demi-pounce de chocolat est autorisé. Le système collectif assure une distribution plus égalitaire des secours aux prisonniers indépendamment de leur situation familiale.

53L’utilisation du colis collectif et anonyme répond également aux exigences des Sociétés nationales soucieuses de garantir le meilleur complément alimentaire possible au prisonnier et de bonnes conditions de conservation et de transport. Il s’agit d’éviter les nombreuses pertes des colis familiaux et leur endommagement par la présence de produits mal emballés ou peu adaptés à de longues périodes de transport.

  • 60 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 21 (...)

54Malgré le fait que le colis individuel familial soit plus apprécié par les prisonniers, le CICR encourage également le système d’envois collectifs de colis standards anonymes. Réunis souvent par série de huit à seize dans des caisses en bois, marquées en fonction de la nationalité des destinataires (AM pour Américains, etc.), ils sont envoyés par wagons entiers vers les centres de détention où les hommes de confiance peuvent assurer la distribution à tous les prisonniers en fonction de leur nationalité60.

55La solidarité nationale se traduit par la construction d’un système de secours rendu possible par l’engagement des sociétés nationales, la participation des belligérants et la collaboration du CICR. Ce système illustre la mutation des Croix-Rouges alliées en véritables « machines humanitaires » qui s’appuient sur une planification des secours, produit d’un calcul scientifique des besoins des prisonniers, des ressources alimentaires et des moyens de transports.

56L’entrée en guerre des États-Unis donne une nouvelle dimension au secours pour les prisonniers de guerre. La machinerie humanitaire activée par la Croix-Rouge américaine manifeste d’abord la puissance économique et l’importance des ressources alimentaires américaines. Dès 1942, l’organisation de l’opération est en main de la Prisoners of War Relief Section dirigée par Maurice Pate, un hooverman, responsable avant sa nomination de la Commission for Poland Relief. La section centralise les envois avec l’objectif de convoyer un colis mensuel de nourriture hebdomadaire pour les prisonniers nord-américains et un mensuel pour les autres prisonniers alliés.

  • 61 F. R. Dulles, The American Red Cross, op. cit.
  • 62 CICR, CID SN/US/47, Prisoners of War Bulletin, décembre 1944.

57Le paquet standard réalisé par la Croix-Rouge américaine propose un contenu uniforme (fig. 32 à 34). Emballé dans de la toile solide, de deux côtés de dix pouces (25,4 cm) et d’une profondeur de 4,5 pouces (11,43 cm), son poids est limité à onze pounds (5 kg) par les postes allemandes61. Son contenu, qui représente une valeur nutritive de 10 000 à 12 000 calories, est le produit d’un calcul des besoins alimentaires des détenus et du choix d’une série de produits en provenance de leur pays d’origine destinés à rendre la subsistance quotidienne un peu moins morose et à maintenir un lien émotif avec la patrie. Il comprend notamment des fruits secs (prunes ou raisins), du pâté de foie, du café soluble, du corned beef, du sucre, du lait en poudre, des biscuits, du concentré d’orange, du fromage, des boîtes de thon ou de saumon, des barres de chocolat, des cigarettes, des savons, etc. Son contenu tient également compte d’une liste de produits interdits par les Allemands : vêtements civils, armes, outils, alcools, encre, compas, cartes, pâtes dentifrices, eau de toilette, argent, appareils photos, jumelles, lampes électriques, bougies, téléphones, radios, etc.62.

  • 63 Le colis contient deux images avec des paysages américains, 6 ounces de miel, 1,3/8 ounces de thé, (...)

58En plus du colis standard, la Croix-Rouge prépare trois types de colis, les invalid food package pour les malades et blessés, un medicine kit, un capture parcel (vitamines, cigarettes, articles de toilettes destinés particulièrement aux aviateurs démunis après leur capture) et un release package (destiné aux prisonniers en voie de libération). Des colis spéciaux sont fabriqués pour Noël, qui contiennent notamment du miel, du tabac et du chewing-gum63.

  • 64 CICR, CID SN/US/47, Prisoners of War Bulletin, Décembre 1944.

59Nous l’avons évoqué, le développement de cette opération nécessite la mise sur pied d’une infrastructure de production, de transport et de distribution complexe. La Croix-Rouge mandate dans un premier temps des entreprises commerciales. Cependant, dès 1943, elle installe son propre centre de fabrication de colis alimentaires à Philadelphie. Bientôt cinq centres de production de colis sont en activité à Brooklyn, Chicago, New York, Philadelphie et St-Louis. Dans ces centres, 4 000 volontaires travaillent dans des chaînes de production qui assurent, à la fin de la guerre, un rendement estimé à 1,4 million de colis mensuels. Alors que l’YMCA se spécialise dans l’assistance spirituelle (envoi de livres, matériel pour les pratiques religieuses, équipement sportif, etc.), la Croix-Rouge américaine assure l’envoi de 27 873 698 colis alimentaires et colis de vêtements pour 115 000 prisonniers nord-américains, 1,3 million de prisonniers français, mais aussi pour des prisonniers des pays alliés ou occupés (Yougoslaves, Belges, Polonais)64.

60Pour illustrer l’importance de cette action, la Croix-Rouge américaine se plaît à affirmer dans son rapport d’activité que le nombre de colis produits permettrait de construire une ligne imaginaire entre Washington et Berlin. Plus des deux tiers de l’aide est destinée à l’Europe et transportée, principalement vers les camps en Allemagne (fig. 35).

  • 65 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Of (...)
  • 66 H. S. G. Saunders, The Red Cross and the White a short story of the joint war organization of the (...)

61En Angleterre, cette industrie du colis se traduit par la participation de soixante-dix centres d’empaquetage dont le fonctionnement est assuré par l’engagement de 3 000 personnes, parmi lesquelles quatre cinquièmes sont des volontaires (fig. 36 et 37). Au total, ils réalisent 19 millions de colis alimentaires durant la guerre65. Pour cette opération, la Joint War Organisation bénéficie du soutien de la Croix-Rouge canadienne, qui produit, fin 1944, près de la moitié des colis pour les prisonniers britanniques, et de la Croix-Rouge de Nouvelle-Zélande (8 000 à la même période)66.

62Le monopole de la Joint War Organisation sur les colis alimentaires est lié, nous l’avons évoqué, à la paralysie du trafic postal à l’été 1940. L’invasion allemande oblige la Joint War Organisation à débarquer les colis à Lisbonne qui devient le centre de transit des secours humanitaires durant la guerre. Face aux difficultés de transit par l’Espagne et le Portugal qui manquent de matériel ferroviaire, les autorités anglaises utilisent, après accord avec le CICR, des bateaux neutres financés par la Croix-Rouge britannique, mais placés sous le contrôle du CICR.

  • 67 G. Korson, At this side. The Story of the American Red Cross Overseas in World War II, New York, C (...)
  • 68 F. R. Dulles, The American Red Cross, op. cit.

63Pour assurer le service maritime, la Croix-Rouge britannique met en place une flotte de quatre bateaux qui entrent en fonction à partir de décembre 1940. L’engagement progressif de la Croix-Rouge américaine et l’entrée en guerre de l’Amérique expliquent le développement de ce service par la Méditerranée. La Croix-Rouge américaine avec la collaboration de la Croix-Rouge canadienne finance une flotte de dix bateaux dont quatre sont affrétés par le gouvernement anglais et les autres par le CICR67. Durant la guerre, 127 passages transatlantiques sont assurés avec Gênes pour destination, puis plus tard Lisbonne68 (fig. 38 à 39).

64Après un premier voyage organisé par les postes britanniques, les colis sont débarqués à Lisbonne sous la surveillance d’un agent postal portugais avant d’être déposés dans des entrepôts de la capitale portugaise. Les colis passent alors en main du Comité international qui assure leur transport jusqu’à Marseille, avant leur expédition par train vers Genève. À leur réception, après contrôle de la cargaison et des étiquettes, ils sont finalement convoyés vers les dépôts de prisonniers de guerre en Allemagne, généralement via la gare frontière de Singen (fig. 40 à 45).

  • 69 Croix-Rouge française, Circulaire d’information destinée aux délégations et aux comités de la Croi (...)

65En France, on observe un processus semblable concernant le colis humanitaire. Cependant, la standardisation du colis humanitaire se réalise de manière plus lente et difficile. L’effondrement de l’armée française et le nombre de prisonniers placés dans des camps en France, puis en Allemagne, ne permettent pas de rationaliser les secours comme dans le cas anglais. Les moyens et le temps manquent, les familles envoient des colis individuels, alors que la Croix-Rouge ainsi que les sociétés de secours parent l’urgence. Elles procèdent dans un premier temps à des envois par camions et par chemin de fer de vivres et de vêtements conditionnés dans des caisses69. Progressivement, un système se met en place caractérisé par la collaboration des familles, qui financent les secours, des comités locaux de secours, qui fabriquent les colis, et de la Croix-Rouge française qui coordonne et assure le lien avec les autorités et le CICR.

  • 70 En zone libre, le programme d’assistance est pris en main par la délégation générale de la Croix-R (...)
  • 71 Croix-Rouge française, Circulaire d’information, op. cit., no 27 mars 1944.

66Produit de l’alliance entre charité privée et aide publique, le fonctionnement de la Délégation générale de la Croix-Rouge en zone non occupée est fondé sur plus de 8 000 comités placés sous la surveillance d’une délégation départementale70. Ceux-ci reçoivent les denrées fournies par la délégation de la Croix-Rouge à Vichy, qui leur permettent de préparer des colis « semi-standards ». Les familles doivent se rendre dans les locaux des comités pour acheter ces colis dans lesquels elles peuvent ajouter des produits sous la surveillance des collaborateurs du Comité. Une ration d’environ 6 kg mensuelle est prévue, dont 4,450 kg du colis individuel, le reste provenant des envois collectifs. Le colis type contient douze à quinze produits, notamment 500 g de pain concentré, 500 g de sucre, 250 g de chocolat, mais aussi des conserves, du pain d’épice, des légumes secs et de la confiture71.

  • 72 La délégation générale de la Croix-Rouge française, op. cit.

67Face au rationnement et au manque de matériel d’emballage, la Délégation de la Croix-Rouge effectue des achats en Afrique du Nord, en Uruguay et au Portugal, lance des campagnes de donations en nature, à l’exemple de la campagne du « Raisiné » (jus de raisin), sollicite l’aide du public. Cependant, le programme d’assistance aux prisonniers de guerre est essentiellement financé par l’État qui réunit des contingents de vivres et de tabac au Magasin-Entrepôt de Lyon72.

  • 73 Idem.

68À partir de juillet 1944, ce système est modifié et désormais le colis est entièrement « nationalisé ». En effet, les étiquettes individuelles remises dans les camps qui permettent aux prisonniers de recevoir leur colis n’arrivent plus à destination après le débarquement. L’objectif du programme est la distribution d’un colis mensuel anonyme gratuit de 5 kg. Au total, durant la guerre, les comités français de la Croix-Rouge et les autres institutions associées au programme d’aide aux prisonniers expédient environ vingt millions de colis73.

L’industrialisation du CICR

69Expression de la solidarité nationale, les colis Croix-Rouge constituent dès lors un enjeu central de l’activité des sociétés nationales. Les colis apparaissent aussi comme la matérialisation d’une puissante machine humanitaire financée par des moyens importants, mettant en jeu différents acteurs et dont le fonctionnement est rendu possible grâce à une industrialisation de l’action humanitaire.

70Dans ce contexte, le Comité international joue un rôle important pour permettre la réalisation de cette vaste opération transatlantique en faveur des prisonniers de guerre. Dans un premier temps, l’Agence centrale de recherche du CICR fait la synthèse des demandes des familles et des listes de prisonniers envoyées par les différents belligérants. En parallèle, comme nous l’avons évoqué, le Comité international garantit la « neutralisation » des colis avant leur passage de la frontière. En tant que « facteur » neutre, il assure l’acheminement de ces colis vers les prisonniers, mais il offre également des garanties quant à leur distribution par un système de quittances signées en retour par les prisonniers ou les hommes de confiance et par les visites des délégués dans les camps de prisonniers. Nous reviendrons sur ce point, mais Londres et Washington font dépendre la livraison des paquets de leur Croix-Rouge respective d’un contrôle régulier de la distribution de ces colis par des délégués neutres sur le terrain.

  • 74 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Of (...)

71La transformation du CICR en une sorte de service postal international au service des donateurs explique la mutation de l’institution durant la guerre. En Suisse, des réserves sont constituées qui permettent d’assurer les envois et les expéditions vers les camps de prisonniers, en fonction de leurs effectifs. Le CICR, qui agit désormais comme une « fiduciaire », calcule les besoins, facilite les transports et garantit la réception des colis grâce à ses délégués sur le terrain74.

72Il faut noter, cependant, qu’au début de la guerre, le Comité international est une institution aux moyens limités. Réalisées par une petite structure administrative, répartie dans les quelques pièces des deux étages de la villa Moynier, les activités du CICR sont assurées par cinquante-sept personnes dont une partie est occupée par le service des enquêtes pour les victimes de la guerre d’Espagne. En quelques mois, le Comité devient une véritable machine administrative animée par plus de 5 000 collaborateurs, dont 3 821 salariés.

  • 75 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport final du Comité international, op. cit., vol. I, p (...)
  • 76 Comité international de la Croix-Rouge, Secours aux prisonniers de guerre et internés civils, Genè (...)

73Cette nouvelle réalité se traduit également dans le budget de fonctionnement de l’institution qui passe de 100 000 francs suisses à 17 millions en 194575. Pour sa part, la Division des secours matériels qui s’occupe des envois de secours pour les prisonniers gère, de 1940 à 1943, 122 millions de kg de marchandises d’une valeur de 1,39 milliard de francs suisses76.

74De la petite villa Moynier, qui réunissait l’ensemble des activités du Comité avant la guerre, l’institution utilise pour ses activités le Palais du Conseil général, puis le Musée Rath, l’Hôtel Beau-Séjour, où s’installe la Division des secours, l’Hôtel Métropole, puis l’Hôtel Carlton, siège actuel de l’institution, sans compter plusieurs appartements du centre-ville et un immeuble mis à disposition par la Société de Banque Suisse.

75Cette évolution rapide n’est pas sans provoquer des tensions au sein du Comité. Institution née de la philanthropie aristocratique, dirigée par un comité de vingt-cinq membres, issus principalement du patriciat protestant genevois, l’organisation s’adapte non sans difficultés aux contingences de la guerre totale. Le CICR s’émancipe alors de sa structure quasi familiale voire artisanale pour devenir une véritable industrie de l’humanitaire.

  • 77 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazi (...)
  • 78 M. Huber, Le Bon Samaritain. Considérations sur l’Évangile et le travail Croix-Rouge, Neuchâtel, L (...)

76Cette rapide mutation n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement des activités de l’institution. Comme l’a mis en évidence Jean-Claude Favez, ce développement est marqué par une certaine improvisation et par l’amateurisme77. Les principaux dirigeants du CICR semblent parfois appréhender avec difficulté cette nouvelle réalité. Aussi, la défense de « l’esprit » de l’institution, dont le président Huber se veut dépositaire, explique en partie certains décalages entre la perception de cette réalité et la mise en place d’une entreprise humanitaire active sur plusieurs continents, qui doit désormais s’appuyer sur l’expertise de spécialistes et professionnels (gestionnaires, commerçants, comptables, etc.) Ce qui explique notamment l’abîme qui sépare les images des entrepôts genevois remplis de colis, reprises dans le film Inter Arma Caritas produit par l’institution, et le texte moralisateur d’une rare vacuité écrit durant la guerre par Huber, Le Bon Samaritain. Considérations sur l’Évangile et le travail Croix-Rouge, qui se réduit à une réflexion sur les racines chrétiennes de l’institution78.

77La maladie de Huber et ses nombreuses absences ne facilitent certainement pas la définition d’une politique homogène et cohérente. Au contraire, la politique de l’institution paraît être le produit des interventions des différentes personnalités du Comité international, autant que celui des initiatives des délégations à l’étranger qui bénéficient d’une certaine autonomie et d’un regard différent sur la situation sur le terrain par rapport au siège genevois.

  • 79 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., Annexes, vol. I (...)

78Cette tension entre une direction héritière du modèle philanthropique de l’aristocratie genevoise et les réalités quotidiennes d’une « machine » humanitaire animée par des milliers de collaborateurs et volontaires se perçoit en particulier à travers les différents réaménagements de l’organigramme de l’institution durant cette période79.

79Mis à part ces problèmes d’organisation et de politique institutionnelle, le développement de la Croix-Rouge internationale est en réalité étroitement associé à l’expansion du service des colis de la Croix-Rouge américaine. Au-delà de la germanophilie d’une partie des dirigeants du CICR et de leur refus de dénoncer publiquement les violences nationales-socialistes, la transformation du CICR est étroitement liée au financement des secours par les gouvernements anglais et américain et leurs Croix-Rouges respectives.

  • 80 À noter également, le rôle important de la France (14,5 %) et de la Suède (12,5 %), Rapport final (...)
  • 81 Ibidem, annexes, p. 9.

80De 1938 à 1946, leur contribution représente respectivement 21,3 % et 19,6 % du total du budget du CICR. L’Allemagne (7,8 %) et l’Italie (3,3 %) n’offrent en comparaison qu’une participation mineure par rapport aux deux alliés occidentaux80. Outre le financement du budget administratif de l’organisation, les secours convoyés par le CICR sont constitués pour l’essentiel de l’envoi de vivres, de vêtements et de médicaments aux prisonniers de guerre alliés. De 1940 à fin avril 1945, les Alliés financent et convoient par l’intermédiaire du CICR 318 791 tonnes de vivres, soit 24,5 millions de colis, alors que les expéditions réalisées par l’Allemagne et l’Italie se réduisent, pour chaque pays, à environ 100 000 kg81.

  • 82 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. II, p. 105- (...)
  • 83 Ibidem, vol. II, p. 9.

81La captivité de centaines de milliers de prisonniers et l’engagement des Sociétés nationales de Croix-Rouge alliées permettent par conséquent au CICR de bénéficier d’importants moyens et sont à l’origine de la transformation de son activité. Celle-ci passe par une modernisation et une rationalisation de son organisation. Alors que la chaîne de fabrication des colis alimentaires caractérise l’industrialisation des activités humanitaires menées par les Croix-Rouges américaine et britannique, la fiche de renseignement de l’Agence centrale des prisonniers de guerre du CICR constitue l’objet essentiel de ses activités et symbolise la transformation du travail de l’institution genevoise. D’une taille de 10 cm sur 15 cm, rangées dans des boîtes en carton ouvertes et placées sur des étagères qui portent chacune quarante boîtes82, 36 millions de fiches sont produites durant la guerre par l’Agence centrale des prisonniers de guerre, soit un au moins cinq fois plus que durant la Première Guerre mondiale83.

  • 84 Ibidem, vol. I, p. 146-147.
  • 85 Ibidem, vol. II, p. 94-95.

82Pour l’essentiel, l’Agence s’inspire des méthodes expérimentées durant le conflit précédent, mais avec de nouveaux moyens techniques qui lui permettent de gagner en efficacité. Un service de ronéographie est mis sur pied pour copier les documents. L’achat d’un multigraphe permet de réaliser des impressions, alors qu’un service de photocopies fonctionne notamment grâce à trois photocopieuses (deux Triplex et une Kontophot)84. Un service de dactylographie compte, en 1940, 100 dactylographes et 150 « collationneurs bénévoles85 ».

83La principale nouveauté est l’utilisation de machines électromécaniques fournies par l’International Business Machines Corporation (IBM), suite à une initiative de l’entreprise genevoise Phoebus et à un don de Thomas J. Watson président du groupe américain. Ces machines assurent le fonctionnement du « service Watson » de cartes individuelles perforées, composées de douze lignes horizontales et quatre-vingts colonnes verticales. Pensées à l’origine pour l’analyse statistique et la comptabilité, le CICR s’en sert pour établir des listes de prisonniers.

84Trois types de machines interviennent pour produire ces informations : des perforeuses qui permettent de percer des cartes pour enregistrer les informations, des trieuses qui classent les cartes et, enfin, une tabulatrice qui produit les listes et relevés statistiques au rythme de 4 800 noms par heure.

  • 86 Ibidem, vol. III, p. 242-268.

85Ces moyens permettent de réaliser dans de courts délais des relevés périodiques de la situation des stocks dans les entrepôts et d’assurer la gestion d’un système complexe de transport, d’entreposage et de distribution. Le stockage des colis nécessite le développement d’un réseau d’entrepôts qui, à la fin de la guerre, amène le CICR à utiliser des entrepôts à Genève (Palais des Expositions, 10 000 m2, la Renfile, 13 500 m2), à Bienne, et à Vallorbe. Au total, le CICR gère 21 dépôts répartis dans toute la Suisse (Zurich, Bâle, Lausanne, Aarau, Chiasso, etc.) qui lui permettent d’entreposer 105 000 tonnes de marchandises. Elle peut compter également sur un large réseau de dépôts à l’étranger répartis sur les principaux points de transit à Alger, Casablanca, Lisbonne, Paris, Le Caire, Rome, Athènes, Lübeck, Moosburg, Ravensbrück, etc.86 (voir fig. 46 à 49).

86Durant la guerre, nous l’avons vu, on assiste, du côté allié, à la mise sous tutelle des associations charitables et à une mobilisation des Sociétés nationales de la Croix-Rouge dont une part importante de l’activité se concentre sur les prisonniers de guerre occidentaux. À l’est de l’Europe, les institutions humanitaires restent passives et impuissantes alors que deux millions de prisonniers de guerre soviétiques périssent de la faim et que des exécutions massives sont perpétrées par les forces allemandes au cours de l’invasion du territoire soviétique, transformé en no-man’s land de l’intervention humanitaire.

  • 87 Le sauvetage de la population grecque après l’occupation de la zone non occupée en France, qui met (...)

87Il s’agit, maintenant, de s’interroger sur les conséquences de l’opération de secours menée pour la population grecque87. Ouvre-t-elle la voie à de nouvelles initiatives centrées sur les populations civiles ? Quelles sont les politiques de secours menées pour les détenus civils des camps de concentration ?

Notes

1 B. de Rougé, « Le rôle de la Croix-Rouge en temps de calamité », in Établissement de services de secours et rôle de l’infirmière et de l’auxiliaire volontaire en temps de guerre et de calamité, Genève, Paris, Imprimerie la Tribune de Genève, 1937, p. 65-66.

2 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, Prisoner of War. The first authentic account of the lives of British prisoners of war in enemy hands, Londres, Marshall & Sons, 1942.

3 M. Curti, American Philanthropy, op. cit., p. 440, et F. R. Dulles, The American Red Cross. A History, New York, Harper & Brothers, 1950, p. 349.

4 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, vol. I, Londres, HMSO, Longmans, Green and Co, 1952-1959, p. 549.

5 « Discours House of Commons » (20-8-1940), in R. S. Churchill, Into Battle (1938-1940), Londres, Toronto, Cassell and Comp., 1947, p. 255.

6 J. D. Black, W. Lewis, C. E. Pickett, America’s Food and Europe’s needs, Philadelphie, Académie américaine des Sciences sociales et politiques, 1940, p. 17-18.

7 Meeting à Chicago le 16 février 1941, in H. Hoover, An American Epic, vol. IV, Chicago, Henry Recnery Company, 1964, p. 37-39.

8 H. Hoover, An American Epic, op. cit., vol. IV, p. 47.

9 J. Beaumont, « Starving for Democracy: Britain’s Blockade of and Relief for Occupied Europe, 1939-1945 », War & Society, vol. 8, no 2, 2000, p. 57-82.

10 Idem, W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., p. 256.

11 Commission mixte de Secours de la Croix-Rouge internationale, Rapport de la Commission mixte de Secours de la Croix-Rouge Internationale, 1941-1946, Genève, CICR, 1948. Les principaux pays bénéficiaires durant la guerre de l’aide de cette institution sont la Pologne : 14,8 millions de francs suisses, la France : 37,7 millions de francs suisses, l’Autriche : 34,7 millions de francs suisses, l’Allemagne : 39,05 millions de francs suisses, la Belgique : 102,7 millions de francs suisses. La Commission est composée d’un conseil représentant deux membres de chaque institution (CICR et Ligue) et un cinquième membre, nommé d’un commun accord entre la Ligue et le CICR.

12 M. Black, A cause of our Times: Oxfam the First 50 Years, Oxford, Oxfam, 1992.

13 J. Beaumont, « Starving for Democracy », art. cit.

14 V. Hionodou, Famine and Death in Occupied Greece, 1941-1944, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, M. Mazower, Inside Hitler’s Greece: the Experience of Occupation, 1941-44, New Haven, Londres, Yale University Press, 1993.

15 A. Fleury, « L’action humanitaire de la Suisse en Grèce pendant la Deuxième Guerre mondiale », in B. Prongué, J. Rieder, C. Hauser et F. Python (éd.), Passé Pluriel. En hommage au professeur Roland Ruffieux, Fribourg, Éditions universitaires Fribourg, 1991, p. 209-229, M. Härtel, L’action du CICR en faveur des enfants grecs sous l’occupation 1941-1944 (mémoire de licence), Genève, 1943.

16 G. Kazamias, « The Politics of Famine Relief for Occupied Greece », in R. Clogg (éd.), Bearing Gifts to Greeks. Humanitarian Aid to Greece in the 1940s, New York, Palgrave Macmillan, 2008, p. 39-57.

17 E. Macar, « The Turkish Contribution to Famine Relief in Greece during the Second World War », in R. Clogg (éd.), Bearing Gifts to Greeks, op. cit., p. 85-96.

18 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., p. 265.

19 Le gouvernement turc accepte de transporter sur le SS Kurtuluş 500 colis mensuels E. Macar, « The Turkish Contribution », art. cit., p. 90.

20 A. K. Kyrou, « The Greek-American Community and the Famine in Axis-occupied Greece », in R. Clogg (éd.), Bearing Gifts to Greeks, op. cit., p. 58-84.

21 NYPL, BZAV Greek War Relief, Greek War Relief Association, Annual Meeting of Members, November 17, 1941.

22 Idem.

23 R. M. McCleary, Global Compassion: Private Voluntary Organizations and U. S. Foreign Policy since 1939, New York, Oxford University Press, 2009, p. 16-41.

24 Voir M. Curti, American Philanthropy, op. cit.

25 H. J. Seymour, Design for giving: the story of the National War Fund, inc., 1943-1947, New York, Harper, 1947, p. 63-71.

26 Commission de Gestion des Envois des vivres du Comité International de la Croix-Rouge en Grèce, Rapport final de son activité, octobre 1941-août 1942, Athènes [s. n.], 1945.

27 Commission de gestion pour les secours en Grèce, Ravitaillement de la Grèce pendant l’occupation, 1941-1944, et pendant les cinq mois après la libération. Rapport final de la Commission de Gestion pour les Secours en Grèce sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge, Athènes, Société hellénique d’Éditions SA, 1949, p. 50.

28 Commission de gestion des envois des vivres du Comité international de la Croix-Rouge en Grèce, Rapport final, op. cit., p. 54.

29 G. Kazamias, « The Politics of Famine », art. cit.

30 W. N. Medlicott, The Economic Blockade, op. cit., chap. IX.

31 A. Fleury, « L’action humanitaire de la Suisse », art. cit.

32 Commission de gestion pour les Secours en Grèce, Ravitaillement de la Grèce, op. cit., p. 599-601.

33 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur son activité pendant la Seconde guerre mondiale, Genève, CICR, 1948, vol. I, p. 358.

34 R. E. Bondy (directeur de Service de secours de la Croix-Rouge américaine), « Assistance sociale », in Établissement des services de secours, op. cit.

35 G. Korson, At this side. The Story of the American Red Cross Overseas in World War II, New York, Coward-McCann Inc., 1945, American Red Cross, Red Cross Service Record, Accomplishments of seven years, July 1, 1939-June 30, 1946, Washington, Office of the Program Research-The American National Red Cross, 1946.

36 American Red Cross, Red Cross Service Record, op. cit.

37 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Official Record of the Humanitarian Services of the War Organisation of the Red Cross & St John of Jerusalem, 1939-1947, Londres, 1949.

38 N. Wylie, Barbed Wire Diplomacy. Britain, Germany and the Politics of Prisoners of War, 1939-1945, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 93.

39 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. I, p. 257.

40 Ibidem, p. 268.

41 Cf. www.icrc.org/DIH.nsf/WebART/305-430044?OpenDocument.

42 Cf. art. 36 à 40 et 43, Convention relative au traitement des prisonniers de guerre du 27 juillet 1929, www.icrc.org/dih.nsf/FULL/305?OpenDocument.

43 Cf. « arrangement concernant les colis postaux », article 18, Convention et arrangements de l’Union postale universelle signés au Caire le 20 mars 1934, Paris, Imprimerie nationale, p. 412-413.

44 E. Bonjour, Histoire des postes suisses, 1849-1949, Direction générale PTT, 1949, p. 295.

45 ACICR, SG 4, Huber à Camille Gorgé (Département politique fédéral), 5-12-1939.

46 ACICR, G 58 Allemagne, Haut-Commandement de l’Armée, Division dommages de guerre et prisonniers à Huber, 20-10-1939.

47 ACICR, BG 003-01 001, Huber à Swift, 1-2-1940.

48 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 9 et suivantes.

49 ACICR, G 58 Allemagne, CICR à von Rotenhan (OKW, Kriegsgefangenenauskunfsstelle), 22-12-1939, ACICR, SG 6, CICR au président du Congrès juif mondial, 10-1-1940. Le colis standard est composé de 250 g de fromage, 300 g de chocolat, 100 g de salamettis, 200 g de lait condensé, 400 g de corned beef, 200 g de thon et 250 g de pain complet.

50 ACICR, G 58 Allemagne, note au sujet des Secours, 19-12-1939.

51 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Official Record of the Humanitarian Services, op. cit., p. 452.

52 ACICR, G 85 Croix-Rouge américaine, entrevue de Huber, Odier et Nicholson, 1-4-1940.

53 ACICR, SG 6, « Accord de coopérer à plan d’envois collectifs de CICR du 18 janvier », Croix-Rouge américaine au CICR, 11-3-1940, ACICR, BG 003 01-002, note aux délégués 7-6-1940.

54 Un colis B comprend deux boîtes de lait condensé, 500 g de cacao, une boîte de cubes de bouillon, deux boîtes de viande, deux de poissons, une d’avoine (quaker oats), 500 g de fruits secs, 500 g de beurre salé et une boîte de vingt cigarettes.

55 ACICR, G 85 Croix-Rouge polonaise, entretien avec la Croix-Rouge polonaise à Paris, Chenevière, Barbey, Junod, 14-3-1940.

56 ACICR, SG 6, note de Service de Secours, 27-5-1940.

57 ACICR, G 58 Allemagne, correspondance, 4-5-1940, ACICR, G 85/188, circulaire « Envois aux prisonniers de guerre et aux internés civils en Grande-Bretagne », 20-12-1939.

58 N. Wylie, Barbed Wire Diplomacy, op. cit., p. 99.

59 Ibidem, p. 92-121.

60 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. III, p. 214.

61 F. R. Dulles, The American Red Cross, op. cit.

62 CICR, CID SN/US/47, Prisoners of War Bulletin, décembre 1944.

63 Le colis contient deux images avec des paysages américains, 6 ounces de miel, 1,3/8 ounces de thé, une pipe, un washcloth, un paquet de tabac, trois paquets de cigarettes, un jeu de cartes, 3,374 ounces de beurre, quatre paquets de chewing-gum, 6 ounces de cherriez canned, dattes, douze cubes de bouillon, ¾ de livres de noisettes, 0,25 lb de fromage chedar, 3 ounces de jambon, 0,75 lb de sucre, 6 ounces de confiture, 0,25 lb de petites saucisses, 0,75 lb de dinde, 1 lb de plum pudding, « The 1944 Christmas Package », Prisoners of War Bulletin, décembre 1944 (CICR, CID SN/US/47).

64 CICR, CID SN/US/47, Prisoners of War Bulletin, Décembre 1944.

65 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Official Record of the Humanitarian Services, op. cit., H. Satow et M. J. Sée, The Work of the Prisoners of War Department during the Second World War, Londres, Foreign Office, 1950.

66 H. S. G. Saunders, The Red Cross and the White a short story of the joint war organization of the British Red Cross and the Order of St John of Jerusalem during the war, 1939-1945, Londres, Hollis and Carter, 1949.

67 G. Korson, At this side. The Story of the American Red Cross Overseas in World War II, New York, Coward-McCann Inc., 1945. À noter qu’à partir de 1942, suite à l’occupation du sud de la France par l’armée allemande, Londres engage désormais deux navires suédois et quatre navires portugais, H. S. G. Saunders, The Red Cross and the White, op. cit.

68 F. R. Dulles, The American Red Cross, op. cit.

69 Croix-Rouge française, Circulaire d’information destinée aux délégations et aux comités de la Croix-Rouge française, no 3, avril 1941.

70 En zone libre, le programme d’assistance est pris en main par la délégation générale de la Croix-Rouge française en zone non occupée et par le Comité central d’assistance aux prisonniers de guerre, issu du service des prisonniers de guerre, en zone occupée. En été 1943, ce dernier, qui prend le nom de Section des prisonniers de guerre en captivité, est intégré à la Croix-Rouge française, Croix-Rouge française, Circulaire d’information destinée aux délégations et aux comités de la Croix-Rouge française, no 24, septembre et octobre 1943, Croix-Rouge française, La délégation générale de la Croix-Rouge française en zone non occupée dans son rôle d’assistance aux prisonniers de guerre, 1940-1945, nov. 1945.

71 Croix-Rouge française, Circulaire d’information, op. cit., no 27 mars 1944.

72 La délégation générale de la Croix-Rouge française, op. cit.

73 Idem.

74 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, The Official Record of the Humanitarian Services, op. cit.

75 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport final du Comité international, op. cit., vol. I, p. 191 et suivantes.

76 Comité international de la Croix-Rouge, Secours aux prisonniers de guerre et internés civils, Genève, CICR, 1943.

77 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazis, Lausanne, Payot, 1988, p. 107.

78 M. Huber, Le Bon Samaritain. Considérations sur l’Évangile et le travail Croix-Rouge, Neuchâtel, La Baconnière, 1943.

79 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., Annexes, vol. I, Genève, juin 1948, p. 58.

80 À noter également, le rôle important de la France (14,5 %) et de la Suède (12,5 %), Rapport final du Comité international, op. cit., vol. I, p. 118-119.

81 Ibidem, annexes, p. 9.

82 Comité international de la Croix-Rouge, Rapport du Comité international, op. cit., vol. II, p. 105-108.

83 Ibidem, vol. II, p. 9.

84 Ibidem, vol. I, p. 146-147.

85 Ibidem, vol. II, p. 94-95.

86 Ibidem, vol. III, p. 242-268.

87 Le sauvetage de la population grecque après l’occupation de la zone non occupée en France, qui met fin aux secours distribués par les quakers américains, constitue la seule exception concédée par les autorités du blocus. Mis à part un envoi de 750 000 petits colis américains pour la Norvège, il faut attendre plusieurs mois pour assister à une modification de cette politique, J. Beaumont, « Starving for Democracy », art. cit., p. 72.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540