Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre VII. Blocus et repliement : l’abandon de la Pologne (1939-1940)

Texte intégral

  • 1 M. Junod, Le troisième combattant, Genève, CICR, 1989 [1947], p. 180.

« Ils (les Polonais) s’accrochent désespérément à ce lien que je rétablis avec le monde généreux et puissant qu’ils ont connu […]. Genève est pour eux le grand espoir ; c’est l’esprit de la justice qui empêchera les horreurs et le sang. Merveilleux espoir que je ne puis décevoir, mais combien fragile et illusoire1 … »
Marcel Junod, délégué du CICR.

  • 2 W. Carr, Poland to Pearl Harbor: the making of the Second World War, Londres, E. Arnold, 1985, M. (...)

1Après avoir annexé l’Autriche et soumis la Tchécoslovaquie, Hitler met en œuvre son projet racial et impérial en engageant au petit matin du 1er septembre 1939 cinq armées allemandes sur le territoire polonais. La supériorité de l’aviation allemande et de ses blindés permet une avancée rapide suivant un plan d’encerclement des troupes polonaises. Bombardées par la Luftwaffe, les principales villes sont durement touchées. Varsovie, partiellement détruite, chute le 27 septembre. Après une campagne de cinq semaines, les combats se soldent par un bilan humain très lourd : 60 000 à 70 000 tués du côté polonais et plus de 700 000 militaires prisonniers2. Le démantèlement de la Pologne est parachevé par l’entrée à l’est du pays des troupes soviétiques, le 17 septembre.

  • 3 M. Mazower, Hitler’s Empire, op. cit., p. 69.
  • 4 D. Debons, A. Fleury et J.-F. Pitteloud (éd.), Katyn et la Suisse, Experts et expertises médicales (...)

2La volonté de supprimer l’État et d’éradiquer le nationalisme polonais occasionne des violences de masse dans les deux zones d’occupation. Aux brutalités polonaises à l’encontre des populations d’origine allemande répondent des violences alimentées par une idéologie raciale qui postule l’infériorité des peuples slaves. Ainsi, à Bydgoszcz (Bromberg), l’exécution de 700 à 1 000 civils d’origine allemande provoque le massacre de plus de 5 000 Polonais3. Du côté russe, une politique de soviétisation brutale est également à l’œuvre avec le projet de supprimer les classes jugées hostiles au projet communiste par leur déportation, voire leur exécution, à l’exemple des 20 000 à 25 000 Polonais exécutés au printemps 19404.

3L’écrasement de l’État polonais et la suppression de son élite dirigeante sont menés en parallèle à une vaste réorganisation territoriale opérée par les autorités allemandes. La Prusse occidentale, Danzig et Poznań sont intégrés au Reich, alors qu’un Gouvernement général est établi pour administrer les autres parties de la Pologne sous occupation allemande. Environ 400 000 Polonais (juifs et chrétiens) sont alors déplacés de force vers le Gouvernement général afin de mener à bien la « germanisation » des anciennes provinces polonaises intégrées dans l’État allemand ; un nombre semblable de personnes sont déportées dans des camps de travail forcé, à l’est du pays. Enfin, plus de 100 000 Polonais, dont un peu plus de 70 000 soldats et officiers de l’armée polonaise en déroute, trouvent refuge dans des pays limitrophes, principalement en Hongrie et en Roumanie.

4La destruction politique et sociale de la Pologne se traduit par une situation sanitaire et alimentaire très délicate. La réponse à la situation humanitaire provoquée par l’invasion de la Pologne illustre l’attitude de repli des pays démocratiques suite à l’agression allemande. Elle se traduit sur le terrain des secours par l’abandon des Polonais. Cette parenthèse humanitaire contraste avec le cas de la Belgique, durant la Première Guerre mondiale, lorsque l’agression allemande occasionna une mobilisation des pays de l’Entente.

Premières initiatives

  • 5 ACICR, SG 3/1169, note du CICR, 16-4-1940.

5Les premiers secours sont menés par les agences philo-polonaises liées aux dirigeants et diplomates contraints à l’exil. Un bureau central à Paris coordonne les initiatives des sociétés polonaises, généralement issues des cercles d’immigrés des pays neutres et alliés. Cependant, durant les premiers mois, cette action reste limitée en l’absence de moyens. En Belgique, le Comité d’aide aux prisonniers polonais réunit 2 000 francs belges de vêtements et de vivres pour les réfugiés. Au Brésil, un Comité polonais de secours fournit 60 000 kg de sucre et 18 000 kg de café. Depuis la Suisse, Pro Polonia transmet des secours vers les réfugiés en Hongrie pour une somme de 19 400 pengös5.

6Face à la crise polonaise, les contributions des sociétés nationales de la Croix-Rouge restent modestes, pour ne pas dire ridicules. Par exemple, durant les premières semaines, suite à un appel du CICR, la Croix-Rouge argentine envoie 2 861 francs suisses pour la Pologne, la Croix-Rouge hollandaise 2 000 florins… La Croix-Rouge égyptienne fournit deux colis de vêtements. La Croix-Rouge belge se montre plus active avec l’envoi de 12 tonnes de vivres, de produits pharmaceutiques et de vêtements. Enfin, la société la plus puissante, la Croix-Rouge américaine débloque 25 000 dollars en faveur des réfugiés polonais. Mais, dans un geste destiné à asseoir la neutralité américaine, 25 000 dollars sont remis à la Croix-Rouge allemande pour du matériel médical.

  • 6 ACICR, G 85/1088, télégramme du CICR à la Croix-Rouge américaine, 2-9-1939.
  • 7 ACICR, SG 3/1169 et ACICR, BG 4/1, rapport de Brunel sur sa mission en Roumanie, 19-10-1939.
  • 8 Y. Bauer, « Rescue operations through Vilna », Yad Vashem Studies on the European Jewish catastrop (...)

7Pour sa part, le Comité international de la Croix-Rouge propose, le 2 septembre, ses services aux Croix-Rouges allemande et polonaise6. Suite à la réponse positive de Varsovie, le CICR envoie un premier délégué, Robert Brunel, vers la Pologne. Cependant, celui-ci ne parvient pas à entrer sur le territoire polonais et reste finalement en Roumanie et en Hongrie pour mener une action auprès des réfugiés polonais7. Comme le montre la situation du délégué du CICR, la fermeture du territoire occupé aux institutions caritatives étrangères oriente les secours vers les réfugiés accueillis dans les pays limitrophes8.

  • 9 ACICR, BG 3/5-1, rapport sur la mission Davis du 26-11 au 16-12-1939, sans date.
  • 10 Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 22, no 255, 1940, p. 182, ACICR, BG 3/5-1, rapport de (...)

8Dans un premier temps, les activités des organisations humanitaires se caractérisent par l’organisation de premières missions. Leur objectif est d’enquêter sur la situation des réfugiés, de coordonner leurs opérations avec les différents acteurs gouvernementaux ou les sociétés caritatives et de vérifier l’arrivée et la distribution des secours. Il s’agit d’évaluer les besoins, d’identifier les possibilités de transporter de l’aide et surtout de vérifier le développement de l’action de secours sur le terrain. L’intervention du délégué du CICR est parallèle à celle de Malcolm Davis, secrétaire général adjoint de la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, qui réalise dès le mois d’octobre plusieurs voyages dans les pays baltes, puis en Scandinavie à Oslo, à Stockholm et à Copenhague9. Plus tard, il visite également la Yougoslavie, la Roumanie et la Hongrie10. L’YMCA, l’International Migration service, l’UISE, le FSC et le Congrès juif mondial sont également représentés par des délégués sur le terrain. On enquête, on évalue, on négocie, mais pour l’essentiel l’aide n’afflue pas pour les Polonais. Sans autorisation allemande, ni volonté politique d’intervenir sur le terrain des combats, les acteurs des secours se replient sur les marges de la crise humanitaire, c’est-à-dire sur les réfugiés.

  • 11 E. Dauphin, Mesures administratives pour la protection des populations civiles contre la guerre aé (...)
  • 12 R. E. Bondy (directeur de Service de secours de la Croix-Rouge américaine), « Assistance sociale » (...)
  • 13 J. Vergier-Boimond, Villes sanitaires et cités d’asile. Contribution à l’étude des moyens de prote (...)

9Ce premier constat explique la présence anecdotique de la Pologne dans la Revue internationale de la Croix-Rouge, dont le numéro du dernier semestre 1939 se concentre sur des questions telles que la défense passive (la protection des populations contre les bombardements et l’utilisation des gaz). Il est vrai que ce sujet est une préoccupation centrale au moment du déclenchement de la guerre. En France, en avril 1935, une loi ordonne l’organisation de la défense passive sur le territoire ; en Suisse une année plus tôt, les autorités rédigent un arrêté sur le même sujet11. Des systèmes d’avertissement des populations, des abris étanches, une structuration du territoire urbain par la mise en place de postes de secours de désinfection, la constitution d’équipes d’intervention est prévue dans les différents pays12. Enfin, en France, la distribution gratuite de masques est proposée par un décret du 19 janvier 1937 pour toute la population de Paris. Du côté du CICR, l’établissement de zones sanitaires ou de sécurité est également au centre des réflexions du Comité international13.

10Cette politique axée sur la défense civile éclaire les raisons de la publication d’un dessin, en novembre 1939, en première page du magazine américain Survey Graphic, spécialisé dans l’action sociale. Une carte de l’Europe est couverte par un masque à gaz et un casque avec un sous-titre explicite : « Gaz Masks Over Europe » (fig. 26). Cette narration graphique axée sur la défense civile et la crainte de la guerre chimique traduit la priorité des mesures défensives promues par les Croix-Rouges nationales.

  • 14 Voir W. Carr, Poland to Pearl Harbor, op. cit.
  • 15 Y. Durand, La France dans la Deuxième guerre mondiale, 1939-1945, Paris, Armand Colin, 1993 [1989]

11L’attitude de repli des organisations humanitaires et cette orientation basée sur la protection contre les bombardements suffit-elle à expliquer l’abandon de la Pologne durant la première phase de la guerre ? L’engagement de l’Union soviétique au côté de l’Allemagne freine une éventuelle mobilisation du mouvement ouvrier, l’un des principaux moteurs du grand élan de solidarité antifasciste lors de la guerre d’Espagne. À l’opposé, pour l’opinion conservatrice, l’Allemagne nationale-socialiste, principal bastion contre la menace bolchévique, suscite une certaine bienveillance. Enfin, pour la France et la Grande-Bretagne, l’option d’une guerre défensive d’épuisement, axée sur la supposée supériorité économique franco-britannique et sur un blocus hermétique favorise une position attentiste14. Par conséquent, le début de la guerre est accueilli avec résignation15. On se prépare, on attend. Si, à l’été 1914, la violation de la neutralité belge est l’un des principaux instruments de dénonciation de l’invasion « barbare » des « Germains », la stratégie défensive et attentiste de la France et de la Grande-Bretagne n’encourage pas un véritable élan de solidarité. Il est vrai que l’Allemagne ne semble pas prête à collaborer sur le terrain humanitaire.

  • 16 W. Beverdige, Blockade and the civilian population, Oxford, The Clarendon Press, 1939.

12À l’opposé de la situation belge lors de la Première Guerre mondiale, l’occupation par l’armée allemande n’est plus liée à des enjeux territoriaux et tactiques, elle s’inscrit dans une politique de refondation politique et raciale du centre de l’Europe. Aussi, de nombreuses voix expriment leurs doutes sur l’attitude allemande à l’égard d’un éventuel programme de secours dont on craint qu’une partie soit détournée en faveur de la population ou des forces armées allemandes. Washington redoute en particulier que les politiques de secours en faveur de l’aide alimentaire à la Pologne soient perçues par Berlin comme les premiers pas annonçant une future entrée en guerre. Il s’agit également de ne pas faire le jeu de la propagande nationale-socialiste et soviétique qui pointent les conséquences du blocus allié. Fin octobre, l’Union soviétique avait notamment dénoncé le blocus en comparant ses conséquences à celles des bombardements contre les populations civiles16. Ces attaques favorisent le maintien d’une politique prudente de la part du gouvernement américain soucieux d’éviter des tensions entre un secteur de l’opinion publique plus isolationniste et un autre plus favorable à une intervention sur le terrain humanitaire.

  • 17 Les fonds archivistiques du Finish Relief Fund sont conservés dans les Archives de la Fondation Ho (...)
  • 18 Les secours se répartissent de la manière suivante, 100 000 francs suisses du gouvernement helvéti (...)

13Quelques mois plus tard, l’offensive contre la Finlande participe à la marginalisation de la cause polonaise. Cette fois-ci, l’anticommunisme et la résistance finlandaise facilitent la réponse du gouvernement américain qui ouvre un crédit de 30 millions de dollars, alors que le Finish Relief Fund mis sur pied par Hoover envoie 3,5 millions de dollars de secours vers la Finlande17, soit une somme représentant la moitié de l’ensemble de l’aide apportée à ce pays depuis l’étranger18.

Négocier

14Malgré la réponse timide des États démocratiques et la fermeture du territoire polonais aux institutions de secours, le CICR négocie avec les autorités allemandes dès les premières semaines de la guerre. Le principal enjeu pour le Comité durant cette première phase de la guerre est d’affirmer sa position centrale dans le champ humanitaire et son rôle de médiateur entre les différentes sociétés nationales et les gouvernements belligérants.

15Au début de la guerre, le CICR ne s’est pas pensé comme une structure opérationnelle, capable d’intervenir avec d’importants moyens. En septembre 1939, le principal objectif du CICR est de coordonner l’action des sociétés de Croix-Rouge pour les réfugiés et de mettre en place un système de protection et de renseignement pour les prisonniers de guerre, à l’image de celui développé en 1914-1918.

16Quelle est la marge de manœuvre du CICR ? Dès septembre, l’organisation genevoise mandate à Berlin le délégué Marcel Junod, fort de l’importante expérience acquise en Éthiopie et en Espagne. Lors de son premier séjour en Allemagne, durant la dernière quinzaine du mois de septembre, il semble que le délégué du CICR rencontre le chef de l’État, Hitler, les principaux responsables de la Croix-Rouge allemande et de l’agence de renseignement pour les prisonniers de guerre de l’armée allemande (Wehrmachtauskunftstelle für Kriegerverluste und Kriegsgefangene). Il réalise également une première visite sur le territoire polonais occupé par l’Allemagne.

  • 19 ACICR, BG 003-01 001, note de Junod à l’attention de Frick, 5-10-1939, E. Nowak, « Les prisonniers (...)

17Jusque-là le CICR a entretenu d’excellentes relations avec l’État allemand qu’il espère mettre à profit pour établir un service de correspondance et de renseignements pour les prisonniers de guerre et un programme de visites dans les camps de prisonniers19. Sur ce premier point, le Comité suit le modèle développé durant la Première Guerre mondiale et reproduit lors de la guerre d’Espagne pendant laquelle le Comité organise un système de messages entre les deux parties, puis en faveur des réfugiés après la chute de la Catalogne. Ce service répond également aux principes et aux objectifs essentiels du CICR. Le rassemblement des informations envoyées par les gouvernements et les Croix-Rouges par l’Agence centrale des prisonniers de guerre ouverte en 1939 renforce le Comité comme pôle central du mouvement de la Croix-Rouge et comme intermédiaire neutre et impartial au service des principaux belligérants.

  • 20 ACICR, BG 003 01-001, note de Junod à l’attention de Frick, 5-10-1939.

18Néanmoins, la mise en place de l’Agence soulève de nombreux problèmes techniques et de communication qui mobilisent une partie du temps de Junod durant son séjour. À l’opposé, du point de vue du CICR, la question des prisonniers et des violences perpétrées par les forces d’occupation est plus délicate, car elle est liée à des problèmes politiques et de propagande. Dans ce contexte, Berlin invite, le 23 septembre, le délégué suisse à une première visite d’un camp de prisonniers d’officiers polonais à Itzehoe sur la rive droite de l’Elbe au nord de Hambourg (Oflag X). Composé de grandes casernes, réunissant neuf cents prisonniers, le complexe comprend un terrain d’exercice, des cuisines et des installations sanitaires. Il apparaît aussi à Junod comme un modèle exemplaire du traitement des prisonniers20.

  • 21 ACICR, G 85 1088, note sur l’entretien entre Hartmann et Junod, 15-10-1939. À noter qu’une petite (...)
  • 22 ACICR, BG 003-01 001, note à l’attention de Frick signée Junod, 5-10-1939, Revue internationale de (...)

19Pourquoi cette concession allemande ? À ce moment-là, Berlin cherche à gagner la confiance du Comité international et à l’utiliser. L’administration allemande est soucieuse de défendre les intérêts des premiers militaires allemands prisonniers en mains britanniques et françaises, même si leur nombre reste peu significatif, et des civils allemands internés dans les lointains camps des pays du Commonwealth, notamment au Cameroun ou au Tanganika21. Cependant, à notre sens, la volonté de garantir la réciprocité du traitement des prisonniers n’explique que partiellement la position allemande. La présence du CICR est liée en premier lieu à des enjeux de propagande qui amarrent l’intervention humanitaire à des finalités politiques. La Pologne vaincue, Berlin cherche à éviter une offensive franco-britannique, à préserver la neutralité des États-Unis et à limiter les critiques parues dans la presse contre les violences nationales-socialistes durant l’occupation de la Pologne. Comment comprendre autrement le « tour » proposé à Junod sur le front de l’est du 24 au 26 septembre 193922 ?

20Cet épisode est difficile à reconstituer. Le témoignage très vivant du délégué, rédigé après la guerre et destiné au grand public, ne constitue pas une source fiable. En outre, les lacunes documentaires des Archives du CICR pour cette période ne facilitent pas notre tâche. Le récit publié dans la Revue internationale nous aide néanmoins à reconstruire le voyage de Junod. Il semble qu’il quitte l’hôtel Adlon où il réside à Berlin, le 24 septembre, accompagné d’un officier de la Wehrmacht et d’un représentant du ministère des Affaires étrangères. Le délégué est conduit sur la route de l’est, faisant une première halte à Posen (Poznań). La guerre n’est pas encore finie (les troupes polonaises déposent les armes le 28), Varsovie est sous le feu de l’armée allemande, aussi il est probable qu’il règne une atmosphère très tendue dans cette ville où il passe certainement la nuit.

  • 23 ACICR, G 85 171, télégramme de la Croix-Rouge allemande au CICR, 9-9-1939. Voir également ACICR, B (...)
  • 24 ACICR, G 85 171, télégramme de la Croix-Rouge allemande au CICR, 9-9-1939.
  • 25 Junod reçoit une demande de l’Oberkommando de participer à une commission chargée de constater l’a (...)
  • 26 D. Debons, A. Fleury et J.-F. Pitteloud (éd.), Katyn et la Suisse, op. cit.

21Au matin, il est conduit vers la banlieue de Posen en compagnie de journalistes et de médecins légistes afin de témoigner, pour reprendre l’expression utilisée par la Croix-Rouge allemande, des « plus graves atrocités » polonaises à l’encontre de la population d’origine allemande au début de la guerre23. Précédemment, début septembre, la Croix-Rouge allemande s’était déjà adressée au CICR dans ce sens pour demander l’envoi d’un délégué sur le terrain afin de réaliser une enquête sur ces violences24. À Posen, Junod assiste à l’exhumation des cadavres et à leur autopsie. Néanmoins, il doit être conscient des dangers de manipulation liée à sa présence lors de ces mises en scène organisées par les Allemands. Ainsi, quelques jours après cette première visite à Posen, Junod aurait refusé une invitation allemande pour un voyage à Brest-Litovsk en compagnie de médecins légistes et journalistes, destiné à constater l’« assassinat de douze officiers allemands25 ». La volonté allemande d’utiliser un expert neutre pour témoigner des violences commises par leurs ennemis annonce l’invitation au printemps 1943 d’un légiste suisse, le Dr François Naville, sur le charnier de Katyn, dans une commission d’experts internationale destinée à rendre compte de la responsabilité soviétique26.

Hammerstein

  • 27 M. Junod, Le Troisième combattant, op. cit., p. 164 et suivantes.

22Revenons à la première visite de Junod en territoire occupé, qui se poursuit quelques kilomètres à l’est, vers Bydgoszcz27, lieu de violences polonaises, puis allemandes. Sur le chemin du retour vers Berlin, la voiture du délégué fait un détour vers le nord-ouest et fait une halte dans un camp comprenant plus de 1500 prisonniers polonais, proche de la ville de Hammerstein (Czarne en polonais).

  • 28 CICR, CID v-p-hist 884-18, 1254-15a, 1511-26, 1511-27a, 1511-28, 1569-19a, 1631, 1689-12a, 1689-21 (...)

23Cette concession était-elle le résultat d’un compromis entre le Comité et les autorités allemandes après l’invitation du délégué sur le charnier ? Il est difficile de répondre à cette question, mais il est certain qu’à partir de ce moment, le délégué tisse des relations complexes avec les autorités allemandes fondées sur un jeu de concessions mutuelles. Si nous n’avons peu de traces de cette visite, nous disposons cependant des douze photographies prises par le délégué et par ces accompagnateurs dans le camp de Hammerstein28.

24Dans cette région, récemment intégrée au Reich, il découvre une installation rudimentaire. Après une brève rencontre avec le commandant du camp, la visite est certainement assez courte. Les photographies prises sans doute par le délégué et l’un de ses accompagnants allemands, permettent de suivre le parcours suivi par Junod (voir fig. 27 à 29).

  • 29 ACICR, BG 3 01-001, note à l’attention de M. Frick signée Junod, 5-10-1939.

25Les photographies sont prises non pas comme un instrument d’enquête, mais pour illustrer le rapport à venir. Elles doivent convaincre les lecteurs de l’objectivité de ce dernier. Elles traduisent la volonté du délégué d’illustrer les thèmes importants qui intéressent le Comité : le repas, l’arrivée des secours, le dialogue avec les prisonniers. Dans ses premiers rapports et un court récit publié dans la Revue internationale de la Croix-Rouge29, Junod insiste sur la bienveillance allemande et souligne l’existence « de bonnes conditions d’hygiène », et d’une nourriture « saine et abondante ». Après cette première visite en territoire occupé, il se félicite de « l’appui constant des autorités et de la Croix-Rouge allemande ».

  • 30 Selon le délégué, certains prisonniers ont abandonné leurs vêtements pour traverser à la nage la V (...)

26Néanmoins, les photographies prises par le délégué dissimulent avec difficulté la situation dramatique des soldats polonais à Hammerstein et la marge de manœuvre très réduite du délégué. Si l’on observe ces photographies de manière plus fine, un autre tableau apparaît. Mise à part l’atmosphère de dénuement qui transparaît dans cette série d’images, les clichés dévoilent des soldats habillés de manière misérable, souvent de vêtements civils en mauvais état, les pantalons déchirés. Certains n’ont pas de chaussures, d’autres se protègent les épaules avec des couvertures30.

27Au moment de rédiger son premier rapport, Junod est-il vraiment convaincu du bon traitement des prisonniers polonais par l’Allemagne ? Ou au contraire, sa narration n’est-elle qu’une concession politique, comprise comme une étape nécessaire à l’ouverture des camps aux activités du CICR ? À notre sens, ces deux hypothèses ne sont pas contradictoires. La nécessité de maintenir de bonnes relations avec Berlin oriente le regard de Junod, voile certaines réalités et facilite les objectifs de la propagande allemande. En l’absence du levier de la réciprocité, l’intervention du CICR est liée à la construction de relations de confiance avec les belligérants. L’objectif du CICR est de s’imposer comme une institution qui témoigne par l’intermédiaire de ses délégués de la situation des prisonniers dans les camps. Cependant, le succès de l’action de l’institution genevoise est lié à la transmission d’informations qui favorisent le respect réciproque de normes et de règles encadrant le traitement des prisonniers de guerre. Le fonctionnement du CICR s’appuie par conséquent sur une diplomatie des bonnes nouvelles qui constitue le principal outil du CICR au moment de construire son espace d’intervention. Seul représentant d’une institution qui met progressivement en place une structure humanitaire, Junod affronte donc la difficile responsabilité de poser les jalons des relations entre le CICR et les puissances détentrices. D’éventuelles tensions et critiques à l’égard de ses correspondants allemands menacent de fermer la porte des camps polonais aux activités du CICR.

Junod à Varsovie

28Cette première étape de l’intervention du CICR en Allemagne et en Pologne occupée précède une période assez longue de négociations marquées par des avancées très limitées. Berlin souhaite maintenir des relations cordiales avec le mouvement de la Croix-Rouge, malgré le fait que le statut de prisonniers de guerre est refusé aux prisonniers polonais. Alors que le trafic postal reste suspendu en Pologne jusqu’en janvier 1940, l’administration allemande cherche à gagner du temps en prolongeant les négociations et en réalisant des concessions limitées, à l’exemple d’un nouveau « tour » organisé pour Junod à mi-novembre en Pologne occupée.

  • 31 Rapport de Junod, 6-11-1939, ACICR, BG 003 01-002.

29Sa mission dure cette fois-ci huit jours et il est autorisé à visiter le Gouvernement général et l’ancienne capitale polonaise. Après une rencontre avec Hans Frank, il arrive à Varsovie, une ville en ruine et couverte par l’odeur des cadavres. Junod rencontre, selon son récit, le Comité de la Croix-Rouge polonaise. Malgré l’occupation, celle-ci poursuit son activité en offrant des services médicaux et sanitaires, ainsi qu’un service de renseignement qui comprendrait plus de 80 000 fiches. Il semble que l’un des enjeux de cette visite soit la reprise en main de ce service par la Croix-Rouge allemande, une opération pour laquelle Junod propose d’offrir une aide technique31.

  • 32 La mise en place du premier grand ghetto date d’avril 1940 à Lódz. Quant au ghetto de Varsovie, il (...)
  • 33 ACICR, G 85/171, note pour Hartmann, 29-11-1939.
  • 34 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazi (...)
  • 35 ACICR, SG 3/1169, voir correspondence entre Czerniakow et le CICR, 12-12-1939 et 22-12-1939.
  • 36 ACICR, SG 3/1169, « Considérations générales et confidentielles », document non signé, 16-12-1939.

30Junod évoque dans ses mémoires sa découverte de l’entrée du ghetto de Varsovie, dont la mise en place est pourtant postérieure32. Par contre, il oublie sa rencontre avec le représentant de la communauté juive de Varsovie, Adam Czerniakow, durant laquelle il aurait, selon ce dernier, promis « une aide en faveur des Juifs, des médicaments et des vivres ». Junod, à son retour, fait part au représentant de la Croix-Rouge allemande du problème posé par le blocage des fonds de la Croix-Rouge polonaise et des fonds des organisations de la communauté juive par les forces d’occupation, sollicitant une intervention de la Croix-Rouge allemande. Cette démarche suggère les difficultés du Comité de considérer de manière critique le travail de la société nationale allemande33 qui maintient sous tutelle la Croix-Rouge polonaise34. Plus tard, Genève répondra très succinctement au président du Conseil juif de Varsovie pour l’informer en deux mots que sa demande d’aide sera transmise à un Comité de secours juif, sans autre précision35. Au même moment, le CICR dans une note interne se plaît à noter « la fidélité de M. Hartmann [représentant de la Croix-Rouge allemande] aux principes de la Croix-Rouge internationale36 ».

  • 37 J. F. Rich, « Aftermath in Poland », Survey Graphic, novembre 1939.

31Cette attitude bienveillante à l’égard de l’Allemagne et de ses institutions caritatives est largement partagée par les représentants de la Croix-Rouge américaine qui arrivent début octobre en Europe. Dirigée par son vice-président Ernst J. Swift, ancien secrétaire de la Ligue des Sociétés nationales de Croix-Rouge, la délégation négocie l’envoi de représentants dans les territoires occupés. Comme Junod, ils sont reçus par l’administration allemande à Berlin et rencontrent Frank à Cracovie avant de se rendre à Varsovie37. Quelques mois plus tard, James T. Nicholson, directeur national de l’American Junior Red Cross et membre de la représentation de la Croix-Rouge américaine à Genève, déclare à l’occasion d’une rencontre avec le président Huber et Lucie Odier, membre du Comité :

  • 38 ACICR, G 85 188, procès-verbal d’entrevue, 1-4-1940.

« La Croix-Rouge allemande travaille selon l’esprit le plus pur de la Convention de Genève et elle est reconnue par les autorités allemandes comme devant servir en toute indépendance les buts humanitaires de la Croix-Rouge38. »

  • 39 Idem.

32Ce dernier considère que la situation des Juifs polonais « qui vivent depuis des siècles dans des conditions lamentables » est désormais plutôt meilleure. En parallèle, il souligne les besoins des populations allemandes qui « souffrent » également des déplacements de population39.

  • 40 ACICR, SG 3/1169, note de l’entretien de Frick, Barbey, Odier avec une délégation polonaise formée (...)
  • 41 ACICR, SG 3/1169, lettre de Gloor au CICR, 20-10-1939.

33Ces commentaires semblent contredire les témoignages remis, dès la deuxième quinzaine du mois d’octobre, au Comité international avec des informations inquiétantes sur la situation polonaise. À l’occasion d’une importante rencontre des représentants officiels polonais avec le CICR, le ministre Kowalski annonce une « famine terrible dans ce pays40 ». Quelques jours plus tard, l’ancien délégué du CICR Victor Gloor, rapatrié de Varsovie, compare la situation polonaise avec celle de la Belgique en 1914, en faisant appel à une aide urgente face à l’« état misérable dans lequel se trouve la population civile, surtout les femmes et les enfants, sans abri, sans secours médical et affamés41 ».

  • 42 ACICR, SG 3/1169, réponse du CICR à la Croix-Rouge belge, 9-10-1939.

34Du côté du CICR, les réponses à la question du secours restent évasives. Début octobre, suite à une proposition de la Croix-Rouge belge pour organiser un important envoi de secours d’une valeur de plus de 100 000 francs suisses avec le soutien de l’American Jewish Joint Distribution Committee, le Comité répond de la manière suivante : « Nous poursuivons nos démarches pour savoir dans quelle mesure une action de secours en Pologne serait nécessaire et souhaitable42. »

  • 43 ACICR, SG 3/1169, compte rendu du téléphone de Jean Duchosal avec Edmond Dronsart de la Croix-Roug (...)

35Il est difficile de trouver des traces de ces démarches, mais la Société nationale belge, mi-décembre, critique ouvertement l’absence de collaboration de la Croix-Rouge allemande. Celle-ci « tarde beaucoup à donner réponse et avec des messages incomplets et imprécis43 ». Pour sa part, le secrétaire général de la Croix-Rouge belge exprime sa déception

  • 44 ACICR, SG 3/1169, Dronsart à Huber, 8-12-1939.

« de ne pouvoir régler cette question, car les groupements et la population belge qui nous ont aidés en cette affaire ne s’expliquent pas comment, à l’heure actuelle, il n’est pas possible de faire parvenir par la Croix-Rouge ce secours nécessaire à la population civile, alors que toutes les mesures pourraient être prises par les autorités allemandes pour contrôler éventuellement la répartition44 ».

  • 45 ACICR, G 85/188, télégramme du CICR à la Croix-Rouge américaine, 18-1-1940. Cet appel fait certain (...)

36Finalement, le CICR lance son premier appel aux Sociétés nationales et aux institutions philanthropiques en faveur de la population polonaise et des prisonniers de guerre durant la deuxième quinzaine de janvier 1940, soit plus de quatre mois après la fin des combats45.

37La priorité absolue octroyée au service de renseignements pour les prisonniers de guerre n’a-t-elle pas détourné le Comité d’autres formes d’interventions ? Le cadre légal dessiné par les conventions de 1929 écartait-il par principe la possibilité d’autres formes d’actions pour les civils ? Quelques semaines avant la guerre, le président Huber laissait au contraire entrevoir, à l’occasion d’une intervention devant la Croix-Rouge suisse à Zurich, l’élargissement du champ d’activité du CICR :

  • 46 « La Convention de Genève et la Croix-Rouge », 2-7-1939, in M. Huber, La pensée et l’action de la (...)

« Le premier devoir, l’impérieuse obligation de la Croix-Rouge est de venir en aide aux hommes qui souffrent, sans avoir à prononcer des jugements moraux, ni des sentences juridiques. La Convention de Genève protège les soldats blessés ou malades des armées en campagne ; mais la guerre fait encore d’autres victimes. Songeons aux prisonniers en tout genre, aux grands blessés, aux incurables, aux malades qu’il faut hospitaliser dans un meilleur climat ; pensons aux populations évacuées en pays ennemi, aux étrangers qu’en temps de guerre on tient pour des adversaires, pensons à toutes ces familles dispersées dont les membres sont sans nouvelles les uns des autres […]. Il y a de très grandes tâches pour les Sociétés des États neutres, en particulier pour le Comité international ; car une longue tradition, de même que les Statuts de la Croix-Rouge internationale, prescrivent à ce Comité d’intervenir chaque fois qu’un intermédiaire neutre peut seul agir. Grande fut l’œuvre que les Croix-Rouges neutres et le Comité international ont accomplie en dehors des secours aux militaires et blessés ou malades durant la guerre mondiale, et plus récemment pendant le conflit espagnol […] avec quelle ampleur peuvent donc rayonner les principes de la Convention de Genève au-delà des activités primordiales de la Croix-Rouge46 ! »

  • 47 La Croix-Rouge allemande centralise les secours envoyés depuis l’étranger, à l’exemple des 60 000 (...)

38Au-delà de cette déclaration d’intentions de Huber, dans les faits, les activités du CICR se concentrent principalement sur l’action pour les prisonniers et s’inscrivent dans une politique qui privilégie la collaboration avec les sociétés nationales. Le Comité se présente ainsi comme un intermédiaire au service de l’action des sociétés nationales. Son intervention est pensée à partir du respect de leur souveraineté et laisse à celles-ci le soin de développer les opérations sur le terrain. Ainsi, le secours en Pologne reste la sphère d’action de la Croix-Rouge allemande, qui centralise les secours47. La mission de Junod est exemplaire sur ce point, car les discussions techniques à Berlin laissent peu d’espace pour appréhender d’autres priorités, notamment celles des populations civiles massacrées ou déplacées de manière forcée par la politique nationale-socialiste.

  • 48 ACICR, SG 3/1169, note 16-4-1940, dons des gouvernements et d’autres organisations pour le secours (...)

39Pour sa part la Croix-Rouge américaine développe une action timide en Pologne. Sa volonté de ne pas dépasser les limites imposées par la neutralité américaine et de ne pas participer aux critiques allemandes contre le blocus anglo-français amène la Croix-Rouge américaine à limiter son action à des distributions de matériel médical et de vêtements. Les secours mobilisés jusqu’en avril 1940 représentent 519 928 dollars dont seuls 194 705 dollars sont destinés à la population civile polonaise (une partie substantielle de l’aide est réservée aux réfugiés polonais)48.

Commission for Polish Relief

  • 49 Y. Bauer, American Jewry and the Holocaust: the American Joint Distribution Committee 1939-1945. D (...)

40Dans ce contexte marqué par le repli des principaux acteurs humanitaires, seuls deux types d’institutions s’engagent pour l’envoi de secours alimentaires à la population polonaise, le Joint et la Commission for Polish Relief. Acteur solidement implanté en Pologne en faveur des familles dans le besoin, la grande institution d’entraide juive américaine, le Joint, intervient traditionnellement en Pologne par l’ouverture de crédits sans intérêts versés aux personnes nécessiteuses, mais aussi en participant au financement d’institutions caritatives et sociales juives49. Suite à l’invasion allemande, l’organisation agit à travers l’agence ZETOS, issue du cartel des organisations juives le Koordinatzie-Komitet. Cependant, son action est limitée par une clé de répartition défavorable imposée par les Allemands entre populations juive et polonaise et par l’encadrement imposé par les institutions mises en place par les Allemands afin de contrôler les institutions de secours destinées aux populations de confession juive (Jüdische Soziale Selbsthilfe).

  • 50 Ce système est fondé sur la mise en gage par des migrants juifs, notamment d’Autriche et d’Allemag (...)
  • 51 Le Joint s’appuie pour cette opération sur d’autres organisations capables de mobiliser des fonds (...)
  • 52 Il reste difficile d’estimer la contribution du Joint au sauvetage des populations juives polonais (...)

41Malgré ces difficultés, le Joint parvient à contourner le blocus par un système de prêts garantis par les familles émigrées50 et l’organisation de convois depuis les pays neutres51. Le Joint organise quelques transports de nourriture et parvient également à envoyer 200 000 colis alimentaires pour les Juifs de Varsovie, entre la fin de l’année 1940 et mars 194152.

  • 53 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, New Bulletin, Commission for Polish Relief, no 1, 20-10-19 (...)
  • 54 V. Weybright, « Food for Europe? An American Issue », Survey Graphic, avril 1940.

42Mises à part ces actions suscitées par la solidarité confessionnelle, la principale institution dédiée aux secours aux civils polonais est le produit de la réactivation du modèle « hooverien » élaboré lors de la Première Guerre mondiale. Après le début de la guerre, suite à un appel du gouvernement polonais en exil, Hoover met sur pied, fin septembre 1939, une Commission for Polish Relief qui suit pour l’essentiel le modèle de la Commission for Relief in Belgium. L’ex-président ne se contente pas de reprendre le nom de la précédente institution53, il s’appuie à nouveau sur les liens de solidarité qui unissent la diaspora émigrée aux États-Unis et l’Europe : en 1939, plus de 1,25 million de ressortissants d’origine polonaise seraient nés aux États-Unis54.

  • 55 H. E. Wert, « Flight and Survival: American and British Aid to Polish Refugees in the Fall of 1939 (...)
  • 56 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, News Bulletin, Commission for Polish Relief, no 1, 10-10-1 (...)
  • 57 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, « Interim Report of The Commission for Polish Relief », s. (...)

43La destruction de la Pologne et la mauvaise conscience de l’Occident face à l’abandon de la cause polonaise favorisent les premiers succès de Hoover55. Malgré leurs affinités démocrates, les associations américanopolonaises sont à l’origine des premières collectes qui permettent de lancer les activités de la Commission for Polish Relief. L’organisation de Hoover est bientôt renforcée par l’appui des quakers (l’AFSC délègue en novembre J. Edgar Rhoads et Arthur Gamble en Europe), et des milieux catholiques56, puis par la participation de l’Anglo-Polish Relief Fund, lié au FSC57.

  • 58 B. T. Anuskewicz, « Relief for Poland », Current History, juin, 1940, H. E. Wert, « Flight and Sur (...)

44La rapide mise en place de la Commission for Polish Relief s’explique notamment par l’engagement de ses anciens collaborateurs, des Hoovermen qui mettent en place une structure efficace. Le président, Maurice Pate (1894-1965), est un ancien membre de la CRB et de l’ARA. Il est notamment accompagné par Columba P. Murray, par le colonel Joseph Rueger et par Bernard Faser, tous anciens collaborateurs de l’ARA. Comme en 1914, Hoover s’entoure également d’une équipe de spécialistes en nutrition, tels que Elmer V. McCollum de l’Institut américain de nutrition (Johns Hopkins University) et Hazel Stiebeling du bureau du Home Economics (département de l’Agriculture)58.

  • 59 V. Weybright, « Food for Europe? », op. cit.

45Le projet de Hoover est d’imposer la nouvelle institution comme principal vecteur des secours américains en faveur des réfugiés, et de la population polonaise. Le discours de l’ex-président reprend dans les grandes lignes celui du conflit précédent : la solidarité avec les démocraties européennes, la mission des États-Unis, la faim qui menace la civilisation européenne, les ventres vides qui ouvrent la voie au chaos et au communisme. Pour le secrétaire exécutif de l’AFSC, le quaker Clarence E. Pickett, qui partage cette analyse: « We in the United States will never gain in our generation have an opportunity to win back the friendship of the democratic people if we don’t share with them now59. »

  • 60 Campaign bulletin, Paderewski Fund for Polish Relief, no 22, mai 1940, NYPL, BZAV Commission for P (...)
  • 61 H. E. Wert, « Flight and Survival », art. cit., p. 236.
  • 62 Les États baltes accueillent plusieurs milliers de réfugiés. En Lituanie, 16 000 à 17000 réfugiés (...)

46Soutenu par une structure financière, le Paderewski Fund for Polish Relief60, la Commission for Polish Relief parvient à développer un programme non négligeable en faveur des réfugiés polonais. En Roumanie, Paul Super supervise un réseau de cantines qui permet de distribuer un repas quotidien à des milliers de réfugiés à Czernowitz61. Des programmes semblables sont menés en Hongrie et en France. Enfin, Dorsey Stephens et Gilbert Redfern installent une délégation à Vilnius qui assure la distribution de repas chauds dans un réseau de cantines pour plus de 15 000 réfugiés juifs62.

  • 63 M. Curti, American Philantropy Abroad, New Jersey, Transaction Books, 1988, p. 415.
  • 64 H. E. Wert, « Flight and Survival », art. cit., B. T. Anuskewicz, « Relief for Poland », Current H (...)

47Début 1940, Hoover prévoit un programme de 400 à 500 millions de dollars destinés à assurer des apports alimentaires à sept millions de Polonais63. Son projet est étroitement lié à la contribution financière de l’administration américaine et à l’assouplissement du blocus. Cependant, malgré ces premiers succès, l’opération destinée à la population polonaise s’avère beaucoup plus complexe que prévu. Mises à part, au printemps, plusieurs livraisons de secours alimentaires destinés à la Pologne (la Commission Polish Relief mobilise des secours pour une valeur de 372 665 dollars représentant 4,7 millions de lb de nourriture64), les secours pour la Pologne restent très modestes.

  • 65 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, News Bulletin, Commission for Polish Relief, 29-12-1939.

48Comment expliquer la difficulté de reconduire le modèle de la Commission for Relief in Belgium ? Premièrement, l’Allemagne se montre un négociateur plus coriace qu’en 1914. Berlin cherche en particulier à limiter la venue d’étrangers dans les territoires occupés. Après avoir donné son accord de principe le 19 novembre 193965, le gouvernement allemand autorise l’entrée d’un délégué de la Commission for Polish Relief et de la Croix-Rouge américaine seulement au début du mois de février 1940.

  • 66 Sur place, l’agence Naczelna Rada Opiekuncza (NRO) coordonne les activités des organisations privé (...)

49Pour sa part, le gouvernement anglais se montre sceptique sur la capacité de la Commission for Polish Relief d’assurer la distribution des secours. Du point de vue de Londres, l’approvisionnement des populations occupées est une obligation des forces occupantes et le secours à ces populations constitue une aide à l’Allemagne. La Pologne est considérée comme un pays agricole dont les déficits alimentaires sont liés avant tout aux déplacements forcés de population. Aux États-Unis, l’administration craint également le détournement de l’aide par l’Allemagne. La mainmise allemande sur la distribution des secours ne facilite pas l’engagement de l’administration américaine66, alors que l’opinion américaine est partagée entre la politique prudente affichée par la Croix-Rouge américaine, proche du gouvernement Roosevelt, et le volontarisme affiché par Hoover.

50Cette première séquence de la guerre mondiale se caractérise, à l’exception de l’envoi d’importantes quantités de secours pour la Finlande, par l’absence d’opérations humanitaires d’envergure. Limitée à l’expédition de quelques contingents de secours, l’action menée en Pologne par les organisations humanitaires est exemplaire de leurs difficultés durant la Seconde Guerre mondiale d’intervenir en faveur des populations les plus touchées par la violence du conflit, soit les populations des territoires occupés par l’Allemagne nationale-socialiste. La mise sous tutelle de toutes ces initiatives par la Croix-Rouge et les autres institutions allemandes ainsi que la politique de blocus imposée par les Alliés expliquent l’impossibilité de définir un terrain d’action reconnu par les belligérants. Seules la captivité de centaines de milliers de prisonniers alliés et la situation dramatique de la population grecque facilitent la mise sur pied de premiers programmes de secours d’une dimension semblable à ceux menés durant la Première Guerre mondiale.

Notes

1 M. Junod, Le troisième combattant, Genève, CICR, 1989 [1947], p. 180.

2 W. Carr, Poland to Pearl Harbor: the making of the Second World War, Londres, E. Arnold, 1985, M. Mazower, Hitler’s Empire. Nazi Rule in Occupied Europe, Londres, Penguin, 2009, p. 78, R. C. Lukas, The Forgotten Holocaust. The Poles under German Occupation 1939-1944, Lexington, University Press of Kentucky, 1986.

3 M. Mazower, Hitler’s Empire, op. cit., p. 69.

4 D. Debons, A. Fleury et J.-F. Pitteloud (éd.), Katyn et la Suisse, Experts et expertises médicales dans les crises humanitaires, 1920-2007, Genève, Georg, 2009, M. Mazower, Hitler’s Empire, op. cit., p. 97.

5 ACICR, SG 3/1169, note du CICR, 16-4-1940.

6 ACICR, G 85/1088, télégramme du CICR à la Croix-Rouge américaine, 2-9-1939.

7 ACICR, SG 3/1169 et ACICR, BG 4/1, rapport de Brunel sur sa mission en Roumanie, 19-10-1939.

8 Y. Bauer, « Rescue operations through Vilna », Yad Vashem Studies on the European Jewish catastrophe and resistance, no 9, 1973, p. 215-225.

9 ACICR, BG 3/5-1, rapport sur la mission Davis du 26-11 au 16-12-1939, sans date.

10 Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 22, no 255, 1940, p. 182, ACICR, BG 3/5-1, rapport de mission en Lituanie et Lettonie, sans date, Davis.

11 E. Dauphin, Mesures administratives pour la protection des populations civiles contre la guerre aérochimique (thèse pour le doctorat en droit), Paris, Mistral, 1938.

12 R. E. Bondy (directeur de Service de secours de la Croix-Rouge américaine), « Assistance sociale », in Établissement des services de secours et rôle de l’infirmière et de l’auxiliaire volontaire en temps de guerre et de calamité, Genève, Paris, Imprimerie la Tribune de Genève, 1937.

13 J. Vergier-Boimond, Villes sanitaires et cités d’asile. Contribution à l’étude des moyens de protection des formations sanitaires de l’arrière et des populations civiles dans la guerre mondiale (thèse de doctorat), Paris, Éditions internationales, 1938.

14 Voir W. Carr, Poland to Pearl Harbor, op. cit.

15 Y. Durand, La France dans la Deuxième guerre mondiale, 1939-1945, Paris, Armand Colin, 1993 [1989].

16 W. Beverdige, Blockade and the civilian population, Oxford, The Clarendon Press, 1939.

17 Les fonds archivistiques du Finish Relief Fund sont conservés dans les Archives de la Fondation Hoover, cdn.calisphere.org/data/13030/hv/tf4k4003hv/files/tf4k4003hv.

18 Les secours se répartissent de la manière suivante, 100 000 francs suisses du gouvernement helvétique, 1 million de francs suisses d’Action pour la Finlande, 500 000 couronnes de la Suède, Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 22, no 256, 1940.

19 ACICR, BG 003-01 001, note de Junod à l’attention de Frick, 5-10-1939, E. Nowak, « Les prisonniers de guerre polonais en captivité allemande et soviétique dans la Seconde Guerre mondiale. Points communs et différences », in J.-C. Catherine (éd.), La captivité des prisonniers de guerre (1939-1945). Histoire, art et mémoire. Pour une approche européenne, Rennes, Publications universitaires, 2008, p. 41-52.

20 ACICR, BG 003 01-001, note de Junod à l’attention de Frick, 5-10-1939.

21 ACICR, G 85 1088, note sur l’entretien entre Hartmann et Junod, 15-10-1939. À noter qu’une petite centaine de prisonniers issus de l’aviation et de la marine allemande et placés dans deux camps seront visités début novembre par le délégué du Comité international en Angleterre, note de L. Odier pour le consul général d’Allemagne, 16-11-1939, ACICR, G 85 1088.

22 ACICR, BG 003-01 001, note à l’attention de Frick signée Junod, 5-10-1939, Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 21, no 250, 1939, p. 790-793. Dans ces mémoires, Junod évoque sa première visite le 27 septembre, ce qui est contredit par la Revue.

23 ACICR, G 85 171, télégramme de la Croix-Rouge allemande au CICR, 9-9-1939. Voir également ACICR, BG 003-01, compte rendu de téléphone entre Frick et Junod, 9-9-1939. Selon ce document, Frick informe le délégué que le CICR donne son feu vert pour une première mission courte et d’information sur le front de l’Est.

24 ACICR, G 85 171, télégramme de la Croix-Rouge allemande au CICR, 9-9-1939.

25 Junod reçoit une demande de l’Oberkommando de participer à une commission chargée de constater l’assassinat de douze officiers allemands à Brest-Litovsk. La commission devait être formée de médecins légistes et de journalistes. On demande à Junod de voyager incognito avec des journalistes étrangers. Junod renonce car il exige que la mission soit strictement confidentielle, ACICR, BG 003-01, compte rendu de téléphone, 27-9-1939. Fin octobre, Huber décide également de ne pas donner suite aux demandes du secrétaire général de la Croix-Rouge suédoise pour l’envoi d’un délégué dans la région de Gdansk pour une mission d’observation sur le traitement des populations civiles suite à des informations très inquiétantes faisant état d’expulsions forcées de 40 000 à 60 000 Polonais par l’armée allemande, Erik Stjernstedt, secrétaire général de la Croix-Rouge suédoise, à Huber, 25-10-1939 et la réponse de ce dernier, 2-11-1939.

26 D. Debons, A. Fleury et J.-F. Pitteloud (éd.), Katyn et la Suisse, op. cit.

27 M. Junod, Le Troisième combattant, op. cit., p. 164 et suivantes.

28 CICR, CID v-p-hist 884-18, 1254-15a, 1511-26, 1511-27a, 1511-28, 1569-19a, 1631, 1689-12a, 1689-21a, 1689-30a, 3103-11, 3519-33a. Dans la base de données du CID, la photographie 1689-22a est également inventoriée dans cette série à laquelle elle ne semble pas appartenir car elle est prise devant une maison et le délégué porte un manteau différent.

29 ACICR, BG 3 01-001, note à l’attention de M. Frick signée Junod, 5-10-1939.

30 Selon le délégué, certains prisonniers ont abandonné leurs vêtements pour traverser à la nage la Vistule. Mais selon la Revue internationale de la Croix-Rouge, les autorités allemandes se sont engagées à prendre des mesures.

31 Rapport de Junod, 6-11-1939, ACICR, BG 003 01-002.

32 La mise en place du premier grand ghetto date d’avril 1940 à Lódz. Quant au ghetto de Varsovie, il est créé durant les mois d’octobre et novembre 1940, lorsque le quartier juif est isolé du reste de la cité. Il est vrai que, comme nous l’apprend le journal de Czerniakow, depuis le 5 novembre 1939, les autorités allemandes informent de leur volonté d’établir une zone de quarantaine interdite aux soldats allemands et de dresser à l’entrée des rues juives des panneaux avec la mention « Attention danger d’épidémie, entrée interdite ». Néanmoins, malgré une prise d’otages, le projet est reporté et les premières palissades sont construites seulement à partir du printemps 1940. Lorsque Junod visite Varsovie, la question du ghetto est au centre des discussions et des préoccupations de la communauté juive. Le jour précédant sa rencontre avec Junod, le 19 novembre, le chef du conseil juif écrit « le projet du ghetto renvoyé à quelques mois », R. Hilberg, The Destruction of the European Jews, New Haven, Yale University Press, 2003 [1961], p. 226-228, A. Czerniakow, Carnets du ghetto de Varsovie : 6 septembre 1939-23 juillet 1942, Paris, Ed. La Découverte, 1996.

33 ACICR, G 85/171, note pour Hartmann, 29-11-1939.

34 J.-C. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazis, Lausanne, Payot, 1988, p. 214.

35 ACICR, SG 3/1169, voir correspondence entre Czerniakow et le CICR, 12-12-1939 et 22-12-1939.

36 ACICR, SG 3/1169, « Considérations générales et confidentielles », document non signé, 16-12-1939.

37 J. F. Rich, « Aftermath in Poland », Survey Graphic, novembre 1939.

38 ACICR, G 85 188, procès-verbal d’entrevue, 1-4-1940.

39 Idem.

40 ACICR, SG 3/1169, note de l’entretien de Frick, Barbey, Odier avec une délégation polonaise formée par les ministres Pulasky, Kowalski, Kowalenski, Zaranski et Trebicki, 16-10-1939.

41 ACICR, SG 3/1169, lettre de Gloor au CICR, 20-10-1939.

42 ACICR, SG 3/1169, réponse du CICR à la Croix-Rouge belge, 9-10-1939.

43 ACICR, SG 3/1169, compte rendu du téléphone de Jean Duchosal avec Edmond Dronsart de la Croix-Rouge belge, 28-12-1939.

44 ACICR, SG 3/1169, Dronsart à Huber, 8-12-1939.

45 ACICR, G 85/188, télégramme du CICR à la Croix-Rouge américaine, 18-1-1940. Cet appel fait certainement suite à la lettre de W. Gorczycki, directeur de la Croix-Rouge polonaise à T. Dzierzkowski, directeur du bureau de l’hygiène et des secours de la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, 9-1-1940 (ACICR, SG 6 Secours Pologne-1185). Dans celle-ci, il évoque la situation de la Croix-Rouge polonaise en voie de liquidation : « l’obtention de secours immédiatement est littéralement une question de vie ou de mort ».

46 « La Convention de Genève et la Croix-Rouge », 2-7-1939, in M. Huber, La pensée et l’action de la Croix-Rouge, Genève, CICR, 1954, p. 117-118.

47 La Croix-Rouge allemande centralise les secours envoyés depuis l’étranger, à l’exemple des 60 000 kg de sucre envoyés par la Croix-Rouge polonaise en exil à Paris, qui sont remis à la société allemande pour être distribués aux prisonniers polonais et aux enfants de Varsovie.

48 ACICR, SG 3/1169, note 16-4-1940, dons des gouvernements et d’autres organisations pour le secours aux Polonais.

49 Y. Bauer, American Jewry and the Holocaust: the American Joint Distribution Committee 1939-1945. Detroit, Wayne State University Press, 1981, p. 67-106.

50 Ce système est fondé sur la mise en gage par des migrants juifs, notamment d’Autriche et d’Allemagne, d’une partie de leurs biens contre la promesse d’une remise de ceux-ci après la guerre. Il aurait permis à l’agence de Varsovie de bénéficier du transfert de 750 000 dollars durant l’année 1940.

51 Le Joint s’appuie pour cette opération sur d’autres organisations capables de mobiliser des fonds pour l’achat de produits dans des pays neutres en vue de leur exportation en Pologne (Committee for Relief of the War-Stricken Population [RELICO] et Hilfsaction für Notleidende Juden).

52 Il reste difficile d’estimer la contribution du Joint au sauvetage des populations juives polonaises. Selon Yehuda Bauer les dépenses du siège à New York pour la Pologne s’élèveraient pour l’année 1939 à 1,258 million de dollars soit 15 % de son budget et à 859 942 dollars en 1940, American Jewry, op. cit.

53 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, New Bulletin, Commission for Polish Relief, no 1, 20-10-1939.

54 V. Weybright, « Food for Europe? An American Issue », Survey Graphic, avril 1940.

55 H. E. Wert, « Flight and Survival: American and British Aid to Polish Refugees in the Fall of 1939 », Polish Review, vol. 34, no 3, 1989, p. 227-248.

56 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, News Bulletin, Commission for Polish Relief, no 1, 10-10-1939.

57 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, « Interim Report of The Commission for Polish Relief », s. d.

58 B. T. Anuskewicz, « Relief for Poland », Current History, juin, 1940, H. E. Wert, « Flight and Survival », art. cit.

59 V. Weybright, « Food for Europe? », op. cit.

60 Campaign bulletin, Paderewski Fund for Polish Relief, no 22, mai 1940, NYPL, BZAV Commission for Polish Relief, Paderewski Testimonial Fund. Inc., bulletin, no 4, 8.9.1941, J. Cisek, Polish refugee, op. cit.

61 H. E. Wert, « Flight and Survival », art. cit., p. 236.

62 Les États baltes accueillent plusieurs milliers de réfugiés. En Lituanie, 16 000 à 17000 réfugiés sont reçus, dont 2 000 à 3 000 civils, principalement regroupés dans la cité balnéaire de Birstonas, mais aussi dans d’anciennes baraques à Kaunas (3-4000 soldats) et dans des camps à Alytus et Kalautuva. La situation des réfugiés est également délicate en Lettonie. Ils sont principalement regroupés à Sigulda et à Valmière (2 000 réfugiés dont 1 600 militaires). Une deuxième vague de déplacés est provoquée par l’arrivée de 12 000 réfugiés lituaniens suite à l’occupation par l’Allemagne de Nexel-Klaipuda, voir le rapport de Davis sur les réfugiés en Lituanie et Lettonie (ACICR, BG 3/6) et le mémoire sur la situation des réfugiés polonais de Frick-Crammer, 23-10-1939 (ACICR, SG 3/1169). Début octobre, après un accord mutuel entre la Lituanie et l’URSS, Vilnius, auparavant polonaise, est intégrée à la Lituanie. En août 1940, ce pays est forcé de rejoindre l’URSS, mais suite à l’invasion allemande, il passe sous contrôle allemand, N. N. Shneidman, Jerusalem of Lithuania : the rise and fall of Jewish Vilnius, a personal perspective, Buffalo, Oakville, Mosaic Press, 1998, NYPL BZAV, Commission for Polish Relief, New Bulletin, Commission for Polish Relief, 10-10-1939, NYPL BZAV, Commission for Polish Relief, G. Redfern, « Broken Families », 15-12-1939.

63 M. Curti, American Philantropy Abroad, New Jersey, Transaction Books, 1988, p. 415.

64 H. E. Wert, « Flight and Survival », art. cit., B. T. Anuskewicz, « Relief for Poland », Current History, juin 1940, M. Curti, American Philantropy Abroad, op. cit., p. 414-415, Establishing Programs for the Relief of German-Occupied Poland [s. l], [s. n.], 1940, NYPL BZAV Commission for Polish Relief Interim report of the Commission for Polish relief, New Bulletin, Commission for Polish Relief, 10-2-1940.

65 NYPL BZAV Commission for Polish Relief, News Bulletin, Commission for Polish Relief, 29-12-1939.

66 Sur place, l’agence Naczelna Rada Opiekuncza (NRO) coordonne les activités des organisations privées de secours et gère la clé de répartition des secours, notamment entre ses composantes ukrainiennes, juives (nous avons évoqué précédemment le rôle de la Jüdische Soziale Selbsthilfe) et polonaises. Ce cartel imposé par les forces occupantes est sous la tutelle du Département d’action sociale de l’administration du Gouvernement général, Bevölkerungswesen und Fürsorge (BuF). De même, la Croix-Rouge allemande joue un rôle central, car elle est en charge des relations avec les institutions étrangères dont les deux principales sont la Commission for Poland Relief et la Croix-Rouge américaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540