Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre V. Solidarités antifascistes durant la guerre d’Espagne

Texte intégral

  • 1 Archives de la bibliothèque de l’université de Columbia, Rare Book & Manuscript Library, MS#1184 S (...)

«The record of support for the Spanish people since July 1936 indicates that this increasing awareness of the fact that the Spanish people fought not alone for their cause but for a cause dear to all who believe in democratic principles, has been translated into an impressive an tangible indication of international solidarity.»
Spanish Refugee Relief Campaign, flyer, 19391.

1Le repli de la démocratie libérale et l’essor des régimes totalitaires et autoritaires durant l’entre-deux-guerres n’entravent aucunement le développement des pratiques humanitaires. Les politiques de secours et les discours de solidarité participent à la mobilisation des masses, au culte des valeurs nationales, au renforcement de l’esprit patriotique ou à la célébration des sentiments de communauté de classe. Dans les pays démocratiques, cette période se singularise par la participation croissante des classes ouvrières dans un domaine réservé avant 1914 à la bourgeoise et à l’aristocratie. L’entrée des masses dans l’humanitaire lors de la Première Guerre mondiale précipite ce glissement et favorise la cristallisation de nouvelles institutions de secours.

2La guerre civile espagnole constitue une étape significative pour étudier l’évolution des institutions humanitaires et de leurs pratiques. Principal conflit sur le sol européen de l’entre-deux-guerres, elle se caractérise par l’essor d’une multitude d’organisations privées dédiées aux secours des populations civiles. Ce phénomène se vérifie dans la majorité des pays démocratiques. Alors que le projet internationaliste dessiné par la Société des Nations se grippe face à la montée des tensions entre les grandes puissances, la solidarité envers les populations espagnoles mobilise une partie des sociétés civiles.

3Les associations issues de ce mouvement se caractérisent par une attention prioritaire à l’enfance, par l’importance centrale des distributions de lait dans le dispositif d’intervention et par le financement de colonies et d’hôpitaux en Espagne. Ces pratiques évoquent les actions menées par Hoover et la Croix-Rouge américaine de 1917 à 1923 en Europe et en Russie. Cependant, celles-ci se distinguent de la période précédente par le caractère ouvertement militant de la mobilisation et par l’importante participation des classes sociales les moins favorisées. En outre, si précédemment les États-Unis exercent une véritable tutelle sur l’ensemble des institutions de secours, de 1936 à 1939, on assiste à un mouvement de création d’institutions internationales dédiées principalement à l’aide alimentaire, telles que la Commission internationale d’aide aux enfants espagnols réfugiés ou l’Office international pour l’enfance.

  • 2 N. Ulmi, « La solidarité populaire avec l’Espagne républicaine en Suisse », in M. Cerutti, S. Guex(...)

4Comment expliquer l’apparition de ces nouvelles institutions et le rôle de la classe ouvrière qui se mobilise pour l’Espagne ? Peut-on voir là, « une étape cruciale dans la mise en place d’un dispositif non gouvernemental d’aide humanitaire […], ainsi que dans l’éveil, dans de larges couches de la population, d’une conscience humanitaire » évoquée par l’historien Nic Ulmi2 ?

5Cette évolution traduit, en premier lieu, l’extension du champ humanitaire amorcée depuis 1914. Cependant pour comprendre l’irruption de ces nouveaux acteurs, il est nécessaire de préciser les enjeux politiques de ce mouvement. Comme nous le verrons, celui-ci est lié au projet politique porté par l’Internationale communiste, à la lutte contre le fascisme et à la consolidation institutionnelle du mouvement socialiste.

  • 3 Cf. S. McMeekin, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », Communisme, no 65- (...)
  • 4 B. Groppo, « Le fonds Matteotti et l’action de solidarité de l’Internationale ouvrière socialiste (...)

6Les secours pour la population russe lors de la grande famine avaient été effectivement à l’origine du Secours ouvrier international développé à Berlin par Münzenberg, que nous avons évoqué dans le chapitre précédent. Par la suite, celui-ci étend son activité, notamment en faveur des victimes du tremblement de terre au Japon en 1923, mais aussi, en 1925, en faveur des populations rurales irlandaises touchées par la famine. En parallèle, l’Internationale met sur pied, en 1922, le Secours rouge international, issu d’un premier comité dédié à l’aide aux prisonniers victimes des persécutions du nouveau gouvernement polonais (Commission d’aide aux prisonniers politiques en Pologne)3. Pour sa part, l’Internationale socialiste développe, dès 1926, le fonds Matteotti (Fonds international de Solidarité) pour soutenir les militants socialistes et syndicalistes victimes de la répression dans les pays non démocratiques4.

  • 5 Centro documental de la Memoria Histórica, PS-CARTELES 235, Anonyme, ministère de la Propagande, 1 (...)

7Ces structures partisanes creusent les sillons d’un terreau sur lequel se développent les associations dédiées aux secours pour l’Espagne républicaine. Ce moment traduit également l’impact de la guerre civile dans l’opinion publique. Impact qui n’est pas sans liens avec la très large diffusion de photographies de populations victimes de la guerre dans les quotidiens et magazines illustrés. En écho à l’œuvre de Pablo Picasso présentée lors de l’Exposition des arts et des techniques dans la vie moderne de 1937 à Paris suite au bombardement de Guernica, une affiche utilisée lors des campagnes en faveur de la République est, parmi d’autres, exemplaire des représentations préparées pour l’opinion publique. Une femme en pleurs tient dans ses bras un enfant effrayé avec en arrière plan les ruines d’un immeuble et une flotte de bombardiers. En lettres rouges et noires, un texte cherche à interpeler directement le lecteur : « Madrid. What are you doing to prevent this5 ? »

  • 6 En français : « Attaques du Fascisme », CUL RBML, SRRAR part S, Spain [1937].

8Plus frappant, le service de propagande républicain et celui du gouvernement catalan diffusent largement des images sordides d’enfants morts, sur lesquels sont déposés, inscrit sur un cadre, leur numéro d’entrée à la morgue. Ces photos font notamment l’objet d’un montage publié dans un journal intitulé Spain édité aux États-Unis. Les photos d’enfants sont placées en bas de l’image alors que la partie supérieure est occupée par des photographies d’Hitler, Mussolini et des généraux nationalistes, Gonzalo Queipo Llano, Francisco Franco et Emilio Mola. Des bombes sont dessinées faisant le lien entre les deux parties de l’image sur laquelle est imprimée un texte en lettres capitales : « Fascism Pounces6 ! »

  • 7 Voir F. Fontaine, La guerre d’Espagne, un déluge de feu et d’images, Nanterre, Paris, BDIC, Berg i (...)

9La construction d’un discours public de dénonciation des nouvelles formes de guerre, le succès du photojournalisme7 et la création d’un lien émotionnel fort entre victimes et donateurs après la Première Guerre mondiale expliquent-ils à eux seuls la cristallisation de ce mouvement de solidarité pro-républicaine ? Cette mobilisation est particulièrement significative, car l’Espagne de 1936 ne représente qu’une puissance secondaire et un pays mal connu par la majorité des Européens et des Nord-Américains. Néanmoins, la crise économique de 1929 et ses conséquences internatio nales ainsi que la montée des régimes fasciste et national-socialiste facilitent la cristallisation d’une opinion antifasciste pour laquelle la guerre civile s’impose comme la confrontation décisive entre le fascisme et les forces de progrès. Suite à la défaite du mouvement ouvrier, en 1933, en Allemagne, en février 1934, en Autriche, puis à la répression militaire du mouvement révolutionnaire dans les Asturies en octobre 1934, la majorité des institutions de secours pour l’Espagne naît d’une mobilisation politique fondée sur le rassemblement solidaire face à la menace fasciste.

10Pour une partie de l’opinion, les secours à l’Espagne apparaissent alors comme un enjeu politique mondial, mais aussi comme une réaction face au mécontentement produit par le retrait diplomatique des gouvernements démocratiques derrière la non-intervention ou la neutralité, laissant la République isolée et fragile face à l’offensive des généraux espagnols, soutenus par l’Italie et l’Allemagne. Dans un contexte de polarisation politique, l’aide humanitaire constitue pour de nombreuses organisations un instrument de mobilisation et de prosélytisme politiques.

11La guerre d’Espagne permet en particulier au parti communiste, souvent réduit à une force minoritaire dans les démocraties occidentales, de séduire et de faire entrer en militance une nouvelle clientèle politique. La solidarité et l’unité proclamées par les organisations humanitaires pro-républicaines s’inscrivent effectivement dans le projet de Front populaire promu par la nouvelle direction politique prise par l’Internationale communiste lors de son VIIe Congrès en 1935. Après le coup d’État des généraux, le retrait des démocraties et la timidité des socialistes modérés sur la question espagnole offrent aux différents partis communistes de l’Europe occidentale une occasion inespérée de sortir de leur réduit politique et de s’ériger en champions de l’antifascisme. Dans ce cadre, l’émotion provoquée par les victimes et par les destructions de la guerre stimule l’engagement militant.

12La mobilisation internationale pour l’Espagne participe de manière décisive à la cristallisation d’une identité politique antifasciste enracinée dans des pratiques militantes et dans un discours axé sur la solidarité internationale. L’importance de la guerre d’Espagne dans l’imaginaire de la gauche européenne traduit l’impact de cet événement qui permet aux partis communistes et aux secteurs les plus à gauche des partis socialistes et des syndicats d’élargir leur base militante, notamment par l’engagement des intellectuels et des secteurs progressistes de la classe moyenne.

13Certes, les associations pro-républicaines ne sont pas les seules organisations actives en Espagne. En effet, elles mettent sur pied des programmes concurrents des structures associatives neutres ou favorables au camp des généraux. Cependant, les associations pro-républicaines occupent le centre de la mobilisation internationale pour l’Espagne et sont emblématiques de cette séquence de l’histoire de l’humanitaire.

Solidarités

  • 8 La répression du mouvement révolutionnaire asturien est à l’origine d’une importante réaction inte (...)

14Les premières initiatives humanitaires se développent dès les premières semaines du conflit. D’abord au niveau local, elles réactivent les réseaux de la solidarité antifasciste qui avaient notamment pris racine en réaction à la répression du mouvement révolutionnaire dans les Asturies en 19348. Dans plusieurs pays, on peut suivre la mobilisation d’associations militantes pour l’envoi de secours dans le cadre d’un conflit dont on espère une résolution rapide.

  • 9 Cette action ne rencontra qu’un succès limité, puisque les ¾ de la cargaison étaient encore stocké (...)
  • 10 N. Ulmi, « La solidarité populaire », art. cit., p. 237-238, M. Filgueiras Casal, Les anarchistes (...)

15En France, la Commission de solidarité du Rassemblement populaire est à l’origine de l’envoi d’un premier bateau de vivres et de vêtements représentant une valeur de 1,2 million de francs français. En Suisse, l’Œuvre suisse d’Entraide ouvrière, proche du parti socialiste, finance l’expédition de 10 tonnes de lait condensé pour les enfants espagnols9. À Genève, un premier Comité d’aide sanitaire regroupe, début août, sous l’égide du Dr Roger Fischer, représentant des Samaritains Ouvriers, de nombreuses organisations locales avec l’objectif de collecter des secours10.

  • 11 M. Rey García, Stars for Spain, la guerra civil española en los Estados Unidos, Sada, Ed. do Castr (...)

16Le cas genevois est exemplaire d’une floraison associative que l’on suit dans les principaux pays démocratiques. Souvent proches des partis communistes locaux et de l’aile gauche du mouvement socialiste, ces groupements axent une part de leur action sur l’expédition de secours sanitaires et alimentaires vers l’Espagne ou l’envoi d’équipes médicales et d’ambulances. Cette dernière activité est notamment à l’origine du Spanish Medical Aid Committee en Angleterre ou du Medical Bureau to Aid Spanish Democracy aux États-Unis, qui suivent un mode opératoire inspiré par l’action des sociétés nationales de Croix-Rouge. L’organisation américaine organise notamment une première mission qui part pour l’Espagne en janvier 1937 sous la direction de Dr Edward K. Barsky qui s’impose dès lors comme une figure de proue de la solidarité républicaine11.

  • 12 Voir les arrêtés du 14-8-1936, le premier « concernant l’exportation, la réexportation et le trans (...)

17L’engagement sur le terrain des acteurs humanitaires apparaît également comme une réaction face au refus des grandes démocraties d’intervenir en faveur de la République, mais il représente surtout un moyen d’action toléré par les autorités publiques. Les politiques de non-intervention et de neutralité imposent, selon les Etats, différentes limitations légales réduisant les interventions en faveur de l’Espagne aux activités strictement humanitaires. Par exemple, en Suisse, le 14 août 1936, le Conseil fédéral interdit, par deux arrêtés fédéraux, l’exportation d’armes vers l’Espagne, la participation des citoyens suisses au conflit et le soutien depuis le territoire helvétique aux deux parties en guerre, notamment par la prohibition de tout envoi d’argent à des fins non humanitaires12. Au moment du départ clandestin des volontaires qui s’engagent dans les Brigades internationales, les secours s’imposent ainsi comme un moyen d’intervention en faveur de la République, mais dans le respect des limites légales ou politiques imposées par les principales démocraties.

Comité international de coordination pour l’aide à l’Espagne républicaine

  • 13 Les Archives du CICAER, ainsi que celles de la Centrale sanitaire internationale ont malheureuseme (...)
  • 14 Comités nationaux du CICAER : Federación de los organismos de ayuda a la República española (Argen (...)

18Ces initiatives locales ou nationales issues de la solidarité avec la République espagnole sont progressivement coordonnées par une sorte de confédération internationale : le Comité international de coordination pour l’aide à l’Espagne républicaine (CICAER)13. Né lors d’une grande conférence convoquée par le Comité mondial contre la guerre et le fascisme, le 13 août 1936, à Paris, le cartel apparaît comme une vitrine du Front populaire. Il se compose bientôt de plus de vingt comités nationaux réunissant les principales associations pro-républicaines engagées en Espagne14.

  • 15 C. Natoli, « Pour une histoire comparée », art. cit., p. 39.

19Issu du projet du Secours Rouge international de développer un mouvement antifasciste de masse en dehors des structures partisanes15, le Comité international apparaît comme une vaste plateforme qui réunit les principaux acteurs pro-républicains actifs dans le mouvement associatif de solidarité avec la République.

20Le CICAER développe son action au rythme des conférences internationales qui réunissent les principaux acteurs associatifs. À l’origine, simple lieu d’échanges et de mobilisation, il met progressivement en place une structure capable d’intervenir pour la population espagnole.

21Le Comité représente une constellation politique et institutionnelle large et diverse dont il est parfois difficile de dessiner avec précision les contours politiques. Cependant, il est certain que le CICAER s’inscrit dans la mouvance associative du Front populaire, comme l’atteste la composition de l’équipe dirigeante avec son président Paul Langevin, co-fondateur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et du Rassemblement populaire français, et son secrétaire, Victor Basch, membre fondateur de la Ligue des droits de l’homme et membre du Comité mondial contre la guerre et le fascisme. Ainsi, le Comité international met en scène la solidarité antifasciste dans un état d’esprit inspiré du projet du Front populaire et illustré par les nombreuses proclamations qui ponctuent les différentes rencontres du CICAER, à l’image de la prise de position de Romain Rolland lors de la deuxième conférence du Comité en janvier 1937 :

  • 16 Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne républicaine, Aidez l (...)

« Un immense élan de solidarité avec l’Espagne a soulevé le peuple de France. Dans la misère de cette guerre atroce, ce nous est du moins un réconfort qu’elle ait réveillé les ardentes forces de sympathie de millions d’hommes et de femmes de France (et il en a été de même dans les autres pays) et qu’elle leur ait fait prendre conscience de la grande Démocratie internationale, dont nous sommes tous des membres, en participant aux mêmes destins, aux mêmes devoirs sacrés de coopération et d’entraide. Front populaire international ! […] À l’aide tous ! Et travaillons à souder indissolublement nos forces d’entraide et de défense démocratique16. »

  • 17 Selon les statistiques produites par le Département d’État, parmi ces quarante associations engagé (...)
  • 18 Développé à partir d’un premier groupe l’American Friends for Spanish Democracy (septembre 1936) à (...)

22Cette structure transnationale favorise la genèse de grandes fédérations, de cartels unitaires qui regroupent au niveau national les principaux acteurs humanitaires pro-républicains. Par exemple, aux États-Unis, quarante organisations sont engagées dans les secours à la République17. Formé, le 26 octobre 1936, pour organiser la tournée de conférences d’Isabel de Palencia, Marcelino Domingo et Luis Sarasola envoyés par la République en Amérique, le North American Committee to Aid Spanish Democracy s’impose rapidement comme un comité de coordination pro-républicain. En mai 1937, il rassemble soixante et une délégations aux États-Unis, une à Toronto et une au Mexique. Quelques mois plus tard, en janvier 1938, il fusionne avec la principale institution spécialisée dans le secours médical le Medical Bureau to Aid Spanish Democracy18.

  • 19 Cette agence humanitaire est créée suite à la fusion en 1927 de la Friends Foreign Mission Associa (...)
  • 20 Fin août, ce dernier groupement organise le départ d’une première unité médicale formée de quatre (...)

23En Angleterre, un cartel pro-républicain, le National Joint Committee for Spanish Relief est créé en novembre 1936. Il réunit 150 organisations et se présente comme association apolitique et non partisane. Dans les faits, son engagement en faveur de la République ne fait guère de doute, malgré la participation d’institutions comme l’association des quakers anglais, Friends Service Council (FSC)19, ou encore Save the Children. Le Comité inclut notamment le Spanish Medical Aid Committee créé en juillet 1936 par des militants issus de la gauche du mouvement travailliste et du parti communiste20.

24En Suisse, un cartel national est mis également sur pied à fin février 1937 : le Comité neutre de secours aux enfants d’Espagne, en allemand le Schweizerische Arbeitsgemeinschaft für Spanien Kinder, connu en Espagne sous le nom d’Ayuda suiza.

25En Angleterre, aux États-Unis et en Suisse, on suit donc un processus relativement semblable : un mouvement de cartellisation et une mobilisation pro républicaine qui se cristallise notamment dans l’envoi de médicaments, d’équipes sanitaires et d’ambulances.

26Sous le verni unitaire du CICAER ce mouvement n’échappe pas à de fortes tensions politiques. La majorité des gouvernements et de l’opinion conservatrice considèrent le mouvement de secours comme une menace contre leur politique de repli face aux événements espagnols. Le projet de Front populaire qui sous-tend cet élan de solidarité espagnol apparaît à ceux-ci comme un cheval de Troie qui dissimule les projets des partis communistes.

27De même, de nombreuses divisions lézardent l’élan de solidarité en faveur de la République. Face au mouvement communiste qui réussit derrière son discours unitaire et de solidarité avec la République à donner des réponses à une partie de l’opinion mobilisée contre le coup d’État militaire en Espagne, les partis socialistes et les syndicats adoptent une position plus retenue face aux initiatives de rassemblement antifasciste. L’avènement de nouvelles institutions dédiées à l’entraide à l’Espagne apparaît dans ce cadre comme une menace à l’égard des organisations socialistes et une remise en cause de l’évolution entreprise vers une position plus modérée et pragmatique.

  • 21 Dix-neuf pays participent à ce fonds. Les principaux contributeurs sont la France, la Grande-Breta (...)
  • 22 T. Buchanan, The Spanish Civil War, op. cit., p. 137 et suivantes.
  • 23 Ibidem, p. 93-120 et du même auteur « Britain’s popular Front ? : Aid Spain and the British Labour (...)

28L’Angleterre constitue l’un des meilleurs observatoires pour suivre ces tensions. Dans ce pays, le mouvement syndical et le parti travailliste ne participent pas au cartel pro-républicain. Comme dans le cas suisse, le mouvement socialiste, dans la deuxième partie des années trente, suit un processus d’institutionnalisation et d’intégration dans la vie politique nationale qui explique ses réticences à participer à une mobilisation en faveur des projets communistes. Leur aide est versée à travers le Spanish Worker’s Fund qui alimente le Fonds international de solidarité de l’Internationale21. Durant la guerre, 200 000 livres sont réunies par le Spanish Worker’s Fund22. Ces moyens sont utilisés pour l’envoi de nourriture (notamment 140 tonnes de lait condensé en janvier 1938), de cigarettes, de sérum, ainsi que pour le financement d’un hôpital international à Ontinyent de 1 200 lits. Comme l’a mis en évidence l’historien Tom Buchanan, la décision de privilégier les canaux officiels du mouvement socialiste a suscité des critiques, voire des ruptures parmi certains militants ouvriers et intellectuels, plus séduits par la proposition unitaire et militante du cartel pro-républicain23.

  • 24 OESO, Samariterhilfe für die Zivilbevölkerung Spaniens, Amis de l’Espagne républicaine, Freunde Sc (...)
  • 25 Plus à gauche que l’Ayuda suiza et plus résolument engagée dans un projet militant pro-républicain (...)

29En Suisse, le mouvement socialiste participe au cartel pro-républicain, il constitue même le noyau central de son organisation. Néanmoins, la création de l’Ayuda suiza apparaît comme une manœuvre politique destinée à marginaliser les associations d’entraide proches de l’extrême gauche. En effet, lors de sa fondation l’Ayuda suiza réunit quatorze organismes de diverses tendances politiques ou religieuses, cependant la Rote Hilfe est exclue du cartel24. À l’opposé, l’Œuvre suisse d’Entraide ouvrière, proche du parti socialiste bénéficie d’une place centrale dans le cartel suisse. Bénéficiant du feu vert des autorités fédérales, l’Ayuda suiza représente en quelque sorte une concession fédérale en faveur des milieux pro-républicains, possible par l’intégration de certaines institutions conservatrices, comme Caritas, qui donnent une couverture neutre à l’institution et par le refus du modèle inspiré du Front populaire par l’exclusion de l’extrême gauche. Le mouvement intègre, par contre, l’association des Amis de l’Espagne républicaine. Cette dernière fondée en automne 1936 par le professeur socialiste genevois André Oltramare poursuit le modèle et le projet du CICAER dont elle épouse les principaux objectifs et le discours antifasciste unitaire25.

  • 26 Procès-verbal du Conseil fédéral, 6-8-1937, Document Diplomatiques Suisses, vol. 12, p. 228-229.
  • 27 La contribution financière du gouvernement suisse aux secours humanitaires durant la guerre d’Espa (...)
  • 28 Il faut noter que dès l’automne 1936, la situation des réfugiés évacués depuis le sud de la pénins (...)

30Malgré leur soutien à la mise sur pied d’un cartel dominé par les milieux de la gauche26, les autorités fédérales s’appuient également sur d’autres organisations humanitaires en fonction des objectifs de la politique étrangère helvétique. On suit ainsi le jeu de balancier et de rééquilibrage diplomatique pratiqué par la diplomatie fédérale27. Il explique la décision du gouvernement suisse (le Conseil fédéral), en août 1937, de débloquer un crédit de 80 000 francs suisses pour l’organisation par la Croix-Rouge suisse d’une opération d’évacuation depuis Madrid. Cette opération qui permet le transfert de 2 400 personnes durant l’automne 1937 est assez semblable à celle entreprise quelques mois plus tôt par le cartel pro-républicain. En effet, fin avril 1937, l’Ayuda Suiza envoie depuis la Suisse quatre camions qui participent à l’évacuation des 18 000 civils, dont 7 750 enfants28. Cependant, l’action de la Croix-Rouge suisse, à l’opposé de l’action de l’Ayuda suiza considérée comme trop proche des Républicains par le camp nationaliste, est destinée essentiellement à des enfants, femmes et vieillards issus de familles nationalistes.

31Aux États-Unis, le principal cartel américain au sein du CICAER, le Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy, rassemble quant à lui les principales tendances politiques de la gauche américaine, à l’exception du courant anarchiste. Cependant, comme nous le verrons, cette union dominée par le modèle du Front populaire reste fragile et le mouvement se fragmente après le début de la guerre en Europe.

32À notre sens, le CICAER, plus qu’une structure aboutie porteuse d’un projet politique commun, doit donc être compris d’abord comme un cadre utile au développement des principales associations locales et nationales. Ce n’est pas exclusivement le projet politique unitaire qui explique la participation des différents comités nationaux, mais également une série de prestations institutionnelles et opérationnelles. Le CICAER apparaît dans un premier temps comme une structure peu contraignante pour ses membres et comme une réponse à la faiblesse des nombreux comités au niveau local. En s’intégrant dans cette Confédération internationale, ceux-ci puisent une nouvelle légitimité qui leur offre en parallèle des solutions aux difficultés posées par le développement d’une action efficace en Espagne. Le CICAER permet effectivement d’éviter la dispersion des moyens, souvent limités, de faciliter la coopération et de garantir ainsi une assistance plus efficace aux populations touchées par la guerre.

  • 29 En mars 1937, selon un rapport de la Generalitat, le Secours rouge international gérait onze des s (...)

33Le CICAER garantit à la fois une place privilégiée au Secours Rouge international dans les programmes de secours destinés au camp républicain29, mais il représente aussi, du point de vue des associations humanitaires étrangères, un moyen pour préserver une certaine autonomie face à la volonté des autorités républicaines de placer sous leur tutelle les fruits de la solidarité internationale. Du point de vue des pays d’origine des acteurs du CICAER, les enjeux imposés par les relations avec les différents gouvernements et des questions plus pragmatiques comme les demandes de passeports pour les collaborateurs sur le terrain ou les autorisations d’importations pour les marchandises destinées au secours des populations espagnoles encouragent, voire imposent un mouvement de cartellisation et le développement de comités à l’échelle nationale. Ainsi, le terrain humanitaire est partagé entre les cartels nationaux qui organisent chacun, selon un modèle semblable, leur hôpital ou leur dispensaire.

  • 30 AEG, UISE Archives privées 92.16.27.

34Cette réalité se répercute par exemple sur le programme d’accueil d’enfants réfugiés dans des colonies situées dans des zones protégées des principaux combats et bombardements, gérées avec la participation des organisations étrangères. Ainsi, le Sanatorium suisse pour enfants de Puigcerdà (Pyrénées catalanes) créé grâce à un groupe auxiliaire au sein de l’association des Amis de l’Espagne républicaine, en octobre 1936, est destiné aux enfants malades, nécessitant notamment un séjour en altitude. Le sanatorium est dirigé par une équipe médicale en provenance de Suisse. Il accueille jusqu’à 140 enfants durant la dernière phase de la guerre30.

  • 31 Cette initiative serait à l’origine d’une proposition du maire de Stockholm, CUL RBML, SRRAR part (...)
  • 32 P. Marqués, « Ayuda humanitaria y evacuaciones de niños », in A. Alted, R. Gónzalez Martell et M. (...)

35Les sanatoriums et colonies sont généralement gérés en coopération avec les organisations espagnoles telles que Pro Infancia Obrera, Asistencia juvenil, Ayuda infantil de retarguardia. Le gouvernement républicain fournit notamment des locaux, du personnel, des camions. Pour leur part, les organisations étrangères assurent les secours matériels par l’intermédiaire d’un système de parrainage31, un peu à l’exemple des pratiques développées après la Première Guerre mondiale par l’UISE. À la fin de l’année 1937, selon les statistiques républicaines, environ 9 000 enfants étaient accueillis dans 160 colonies32.

  • 33 AEG, UISE Archives privées 92.16.21, « Compte rendu de la Commission exécutive élargie », 18 mars (...)
  • 34 Bibliothèque de l’université du Texas, DP 296.8, Children’s Cities in Spain, New York, Medical Bur (...)

36À la fin de la guerre, la détérioration de la situation alimentaire dans les grands centres urbains républicains amène le CICAER à organiser un système de parrainage de villes par des municipalités étrangères. Ainsi, au printemps 1938, Paris s’engage pour Madrid, Marseille pour Barcelone et Dunkerque pour Lleida ; Genève, à travers les Amis de l’Espagne républicaine, concentre son action en faveur de Girone33. Cette dynamique est à l’origine d’une initiative avortée, mais significative des formes de l’humanitaire durant cette période. Le projet prévoyait de réunir dans des « villes » des enfants de huit à quatorze ans. Selon la propagande distribuée par le Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy, il était prévu que ces villes réunissent mille enfants placés dans des zones protégées des bombardements. Les plans de ces ensembles pensés par la Fédération de Paris des Architectes devaient être construits avec des aides extérieures, chaque pavillon étant dédié au pays d’origine des financements. Un programme éducatif et sanitaire progressiste devait aussi séduire le public. Le prix d’un tel ensemble était estimé à 81 000 dollars, ce qui correspondait à une contribution de 81 dollars par enfant34.

  • 35 Pour rassembler de l’argent destiné au cardinal Goma et aux œuvres religieuses, il semble que la s (...)

37Au-delà de ce travail de coordination et de collaboration avec les autorités républicaines, l’un des points essentiels du travail du CICAER est la mise à disposition de ses membres d’informations et de matériel de propagande pro-républicains, qui peuvent ainsi répondre aux attentes des donateurs et disposent d’un instrument précieux de mobilisation. Au contraire de l’ARA après la Première Guerre mondiale ou des Croix-Rouges nationales, les associations nées de la solidarité à l’Espagne républicaine sont effectivement des structures privées et militantes dont l’activité dépend exclusivement de l’aide du public. Constituée à l’origine par des réseaux militants, leur succès est lié au développement d’une politique de communication et d’enrôlement qui bénéficie de l’essor des instruments de mobilisation politique et de la publicité de masse durant l’entre-deux-guerres. Ces pratiques sont en rupture avec les moyens plus classiques des sociétés charitables (dîners, marchés de Noël, appels de fonds par la presse quotidienne). Ces techniques de mobilisation mises au service d’un nouveau « catéchisme » humanitaire atteignent d’une certaine façon leur maturité durant la guerre civile espagnole35.

38Les manifestations, la distribution de brochures, le collage d’affiches inscrivent l’action des associations pro-républicaines dans l’espace public. Issus de la culture militante de la gauche et de l’extrême droite, les meetings dans les salles publiques avec la participation des figures politiques s’imposent rapidement comme l’un des rituels centraux de l’identité des comités pro-républicains. Un public chauffé par des slogans antifascistes communie, le poing levé, avec la cause républicaine.

  • 36 CUL RBML, SRRAR part J box 4, rapport de l’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy à la C (...)

39Le cas américain est particulièrement exemplaire de ce développement. En juillet 1937, de retour d’Espagne, Barsky reçoit d’abord la presse sur le transatlantique qui le ramène d’Europe avant son débarquement dans le port de New York. Il est par la suite la figure centrale d’une assemblée pro-républicaine organisée par le North American Committee to Aid Spanish Democracy et par le Medical Bureau to Aid Spanish Democracy au Madison Square Garden, le grand vélodrome de la métropole qui accueille pour l’occasion 20 000 auditeurs. L’entrée est payante et les bénéfices sont destinés au financement d’un « hôpital-caravane ». Deux jours plus tard, il est l’hôte d’un banquet réservé aux milieux médicaux et à un public privilégié, qui réunit plus de cinq cents participants pour un bénéfice de 5 600 dollars36.

  • 37 L’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy utilise notamment pour ses tournées le film Hea (...)

40Durant la guerre civile, la construction d’une mobilisation pro-républicaine est alimentée par des expositions de photographies, mais aussi, suivant l’exemple précédent de la mobilisation pour la Russie soviétique au début des années 1920, de films documentaires qui permettent de réunir les militants, de présenter les projets humanitaires et de créer un lien entre la communauté des donateurs et les victimes37. Malgré des coûts élevés de production, l’importance de ce moyen de propagande explique la réalisation de plusieurs projets cinématographiques. La Centrale sanitaire internationale produit par exemple Un peuple attend de Jean-Paul Le Chanois (1939) et Victoire de la Vie (1937) d’Henri Cartier-Bresson. Ce dernier réalise également L’Espagne vivra, 1939 (produit par le Secours populaire de France et des colonies), version française du film Return to Life dirigé par Herbert Kline sur la demande du Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy.

41 Victoire de la Vie constitue une excellente illustration du film humanitaire destiné à mobiliser la société civile. Cette production fait écho à un premier film pro-républicain, Earth of Spain (1937) réalisé par Joris Ivens et commenté par Ernest Hemingway. Victoire de la Vie est axé principalement sur la mobilisation pro-républicaine et l’importance des dons de sang. Après avoir présenté l’œuvre républicaine en faveur des jeunes enfants et des enfants tuberculeux, le film s’intéresse aux services sanitaires sur le front. Centré sur la description du fonctionnement opérationnel d’une ambulance et d’un hôpital mobile, il suit le parcours d’un blessé. L’intervention rapide, efficace et bien organisée des services militaires républicains appuyés par l’aide matérielle internationale permet de le sauver. La mise en scène de l’utilisation de la transfusion sanguine, du bloc opératoire mobile, puis des hôpitaux de réhabilitation financés par les comités étrangers poursuit l’objectif de convaincre de l’utilité et de la concrétisation des dons réalisés par la communauté internationale.

  • 38 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 108-109.
  • 39 Ibidem, p. 95-96.
  • 40 CUL RBML, SRRAR Part J box 4, rapport de la CSI au Secrétariat général du comité exécutif et du CI (...)

42Les associations américaines font recours à des méthodes de mobilisation très variées. Au-delà des formes d’action telles que l’envoi de courrier aux particuliers, aux politiciens et à la Maison Blanche, des expositions d’art, des collectes de rue, des fêtes « espagnoles », des compétitions sportives, des pique-niques, des tournées du groupe musical No Pasaran Singers sont organisées38. Des ambulances, dont certaines sont équipées de haut-parleurs et d’un appareil de projection, participent à des tournées, à l’image de la Hollywood Caravan Spain financée par la Motion Picture Artists Committee, qui parcourt cinquante-sept villes américaines. Lors de ces étapes, la présentation de deux ambulances sur lesquelles est inscrit le nom de trente personnalités de Hollywood, coïncide avec la projection du film Heart of Spain39. En Norvège, en 1938, une tournée semblable du Norske Hjelpekomite for Spania permet de financer dix nouveaux véhicules40.

  • 41 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 96.
  • 42 Cf. Bulletin, « Special Issue for Hospital Caravan Campaign », 1937.

43L’utilisation des nouveaux outils offerts par la publicité commerciale détermine la structure de l’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy, organisé selon un modèle qui n’est guère différent de celui du North American Committee to Aid Spanish Democracy. L’association comprend les divisions suivantes : équipe médicale, achat, planification nationale, administration du siège, personnel, mais aussi, ce qui nous intéresse ici, Département de publicité, récolte des fonds et Département de cinéma41. Pour encourager la mobilisation du public, le Comité national favorise le développement de sous-comités par professions. L’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy comprend ainsi un comité des avocats, des travailleurs sociaux, des dentistes, des psychologues, des ingénieurs, des écrivains et artistes, des étudiants, des pédiatres et des podologues42.

44Aux États-Unis et en Europe, ce que l’on peut qualifier de propagande humanitaire amène l’organisation de grandes campagnes thématiques qui s’inscrivent dans l’actualité dramatique espagnole et qui favorisent de nouvelles donations.

  • 43 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 110.
  • 44 CUL RBML, SRRAR part S box 3.

45Durant la dernière phase de la guerre, l’une des principales campagnes nationales est centrée sur le financement d’un bateau, l’Erica Reed, qui débarque à Barcelone, le 1er novembre 1938 avec un chargement d’une valeur de 300 000 dollars (5 000 kg de blé, habits, conserves et plusieurs ambulances)43. La campagne est portée par une très belle affiche aux couleurs vives, qui représente une Croix-Bleue, qui encadre le profil d’un élégant navire avec le slogan : « Fill the American Relief Ship for Spain44. »

  • 45 J. Fyrth, The Signal was Spain, op. cit., p. 258 et suivantes.

46En Angleterre, le National Joint Committee for Spanish Relief réalise également des collectes de nourriture dont l’objet est l’envoi par les différents comités régionaux de Foodships vers l’Espagne45. Dans ce pays, les institutions humanitaires proposent en parallèle une aide plus individualisée par l’envoi de colis alimentaires destinés à des individus ou des associations en Espagne, à l’exemple des pratiques développées par l’ARA en Russie soviétique.

47Le colis est vendu au prix de 24 shillings. Il contient six boîtes de conserves, 1 kg de café, deux conserves de viande, 1 kg de lard, 4 kg de savon, 2 kg de sucre, 3 kg de riz, deux boîtes de jambon, 1 kg de chocolat, 1 kg de morue, 1 kg de pâte de soupe, 1 kg de saumon en conserve, 1 kg de cacao, 1 kg de salami et 20 cubes de soupe et 6 boîtes de sardines. Il existe également 1 colis plus avantageux à 10 shillings qui propose 48 boîtes de lait.

  • 46 Ibidem, p. 263.

48En plus du National Joint Committee for Spanish Relief, un British Youth Foodship Committee issu du mouvement pacifiste (British Youth Peace Committee) organise dès la première phase de la guerre des collectes pour l’envoi de nourriture vers l’Espagne avec le soutien des sections des jeunesses du parti communiste et du parti travailliste. Cette action amène le Comité à organiser un Milk-Club destiné à « adopter » des enfants nécessiteux en Espagne. Fin 1937, une Milk Campaign est initiée par le mouvement des Co-operative et par le National Council of Labor qui réunit syndicats et Labour Party46. Cette action permet au public d’acheter dans les magasins Coop des jetons avec l’impression « Milk for Spain » d’une valeur de six pences destinés aux secours à l’Espagne.

  • 47 N. Ulmi, « La solidarité populaire », art. cit., p. 289, A. Schmidlin, Eine Andere Schweiz, op. ci (...)

49En Suisse, on suit un mouvement semblable, en mars 1938, à l’occasion du « jour de l’orange », l’Ayuda Suiza propose à la population une vente d’oranges importées d’Espagne. De même, des Milch-Aktionen permettent aux particuliers d’acheter dans les épiceries des bons d’achats en faveur de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière, qui sont ensuite échangés par l’organisation caritative pour l’envoi de lait en Espagne47.

50Au-delà de l’exercice difficile d’estimer l’importance de l’action du CICAER et son impact sur la situation sociale dans le camp républicain, le CICAER apparaît surtout comme un centre de rencontres, d’échanges d’expérience et un lieu de distribution de matériel de propagande prorépublicaine. Le succès du cartel s’explique aussi par le fait qu’il favorise la mise sur pied d’un agenda d’intervention sur sol espagnol et par la diffusion de modèles d’opérations.

51Derrière cette façade unitaire, le mouvement pro-républicain est constitué donc d’un amalgame politique complexe, dont les frontières politiques sont parfois difficiles à dessiner et suivent des logiques nationales particulières. Face à ces nombreuses fractures internes, le CICAER peut être compris comme une structure suffisamment souple et large pour absorber les tensions et contradictions produites par la pression des gouvernements, par la réserve des socialistes modérés face à l’activisme de leur aile gauche, par l’enthousiasme pro-républicain d’un secteur de l’opinion et l’ambition des milieux communistes. Ces divisions expliquent également son échec au moment d’infléchir la politique d’abandon des démocraties à l’égard de la République.

52Dans la majorité des pays démocratiques, la cristallisation de ce mouvement associatif se distingue a priori par son autonomie, voire parfois son opposition aux autorités, celles-ci craignant qu’il n’entrave leur politique étrangère de non-intervention ou de neutralité, voire favorise les objectifs des partis communistes. Ainsi, en France, le développement d’un courant de solidarité, inscrit dans le Front Populaire, apparaît comme une soupape de sécurité pour canaliser les sentiments pro-républicains et neutraliser les frustrations produites par l’abandon militaire de la République. En Suisse, l’élan humanitaire est largement encadré par l’administration fédérale qui l’utilise comme un instrument diplomatique et politique.

  • 48 Fin 1941, le Cartel suisse de Secours aux enfants victimes de la guerre issu du SAS fusionne avec (...)

53Au-delà des relations complexes entre le mouvement associatif et la politique menée par les gouvernements démocratiques, l’élan pro-républicain se distingue, par son caractère éphémère. La majorité de ces structures humanitaires issues de la solidarité républicaine disparaissent immédiatement ou quelques années après la guerre ou sont intégrées par des institutions mieux contrôlées par les administrations publiques48. Les nombreuses fractures politiques qui divisent le mouvement, le début de la guerre mondiale en 1939 et l’échec de la République expliquent le caractère temporaire de ces institutions. Néanmoins malgré son caractère éphémère, la mise sur pied d’un premier réseau associatif international privé et laïc dédié à l’aide humanitaire reste à notre sens significative de l’évolution des pratiques humanitaires durant cette période.

Notes

1 Archives de la bibliothèque de l’université de Columbia, Rare Book & Manuscript Library, MS#1184 Spanish Refugee Relief Association Records (CUL RBML, SRRAR), part S, 1935-1957, Spanish Refugge Relief Campaign, 1939.

2 N. Ulmi, « La solidarité populaire avec l’Espagne républicaine en Suisse », in M. Cerutti, S. Guex et P. Huber (éd.), La Suisse et l’Espagne de la République à Franco (1936-1946), Lausanne, Antipodes, 2001, p. 230.

3 Cf. S. McMeekin, « Le secours ouvrier international : histoire d’une légende », Communisme, no 65-66, 2001, p. 117-131, C. Collette, « Le fonds international de solidarité de l’Internationale ouvrière socialiste (1934-1940) », in J. Gotovitch et A. Morelli (éd.), Les Solidarités internationales. Histoire et perspectives, Bruxelles, Labor, 2003, p. 55-64, C. Natoli, « Pour une histoire comparée des organisations communistes de solidarité : le Secours ouvrier international et le Secours rouge international », in J. Gotovitch et A. Morelli (éd.), Les Solidarités internationales, op. cit., p. 17-42, J. M. Ryle, « International Red Aid and Comintern Strategy, 1922-1930 », International Review of Social History, vol. 15, no 1, 1970, p. 43-68.

4 B. Groppo, « Le fonds Matteotti et l’action de solidarité de l’Internationale ouvrière socialiste (1926-1934) », in J. Gotovitch et A. Morelli (éd.), Les Solidarités internationales, op. cit., p. 79-86.

5 Centro documental de la Memoria Histórica, PS-CARTELES 235, Anonyme, ministère de la Propagande, 1937, pares.mcu.es/cartelesGC/servlets/visorServlet?cartel=248 & page=5&from = catalogo.

6 En français : « Attaques du Fascisme », CUL RBML, SRRAR part S, Spain [1937].

7 Voir F. Fontaine, La guerre d’Espagne, un déluge de feu et d’images, Nanterre, Paris, BDIC, Berg international, 2003.

8 La répression du mouvement révolutionnaire asturien est à l’origine d’une importante réaction internationale. Lancée sous l’égide du Secours Rouge international qui connaît à ce moment-là un profond renouvellement et s’impose comme le principal mouvement de la solidarité ouvrière. Le Secours Rouge international compte sur une importante base organisationnelle assise notamment sur plus de septante sections nationales. Très actif, le Secours Rouge international réunit alors les principales organisations ouvrières dans une action commune de solidarité. En parallèle, la section espagnole parvient à organiser des comités de secours en collaboration avec le Parti socialiste espagnol et l’Unión general de Trabajadores. Pour le cas suisse, voir N. Ulmi, « Solidarité avec les communards des Asturies et les préparatifs pour l’Olympiade populaire », in M. Cerutti, S. Guex et P. Huber (éd.), La Suisse et l’Espagne, op. cit., p. 209-228, M.-C. Rodriguez, « Solidarités helvétiques envers la “commune espagnole” d’octobre 1934 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, vol. 23, 2007, p. 51-68.

9 Cette action ne rencontra qu’un succès limité, puisque les ¾ de la cargaison étaient encore stockés un mois plus tard. En effet, la capitale était encore épargnée par la pénurie, cf. S. Farré, La Suisse et l’Espagne de Franco, de la guerre civile à la mort du dictateur (1936-1975), Lausanne, Antipodes, 2006.

10 N. Ulmi, « La solidarité populaire », art. cit., p. 237-238, M. Filgueiras Casal, Les anarchistes romands et la guerre d’Espagne, ou une histoire des influences anarcho-syndicalistes au sein de la classe ouvrière genevoise (mémoire de licence), Genève, 2000.

11 M. Rey García, Stars for Spain, la guerra civil española en los Estados Unidos, Sada, Ed. do Castro, 1997, N. Coni, Medicine and Warfare : Spain, 1936-1939, New York, Routledge, 2007.

12 Voir les arrêtés du 14-8-1936, le premier « concernant l’exportation, la réexportation et le transit d’armes, munitions et matériel de guerre à destination de l’Espagne et le second interdisant la participation aux hostilités en Espagne », Recueil officiel des lois et des ordonnances de la Confédération suisse (RO), tome 52, 1936, p. 661-662. Le 25 août, ces dispositions sont renforcées par un nouvel arrêté prévoyant des peines de six mois de prison pour toute infraction à l’interdiction de participation directe ou indirecte aux hostilités. En outre, sont interdites les manifestations publiques incitant à l’infraction à ces mesures, « Arrêté instituant des mesures pour faire respecter l’interdiction de participer aux hostilités en Espagne », RO, tome 52, 1936, p. 669-670.

13 Les Archives du CICAER, ainsi que celles de la Centrale sanitaire internationale ont malheureusement disparu durant la guerre. Voir J.-P. Barthonnat, « Le parti communiste et la guerre d’Espagne en 1939 », Le Mouvement social, vol. 103, 1978, p. 122-140.

14 Comités nationaux du CICAER : Federación de los organismos de ayuda a la República española (Argentine), Spanish Relief Committee (Australie), le Comité belge de coordination (Belgique), Canadian Committee to Aid Spanish Democracy (Canada), Comité nacional de ayuda a España, Amigos de la España repúblicana (Chili), Auxilio a los niños del pueblo español (Cuba), North American Committee to Aid Spanish Democracy (USA), Comité finlandais pour l’aide aux enfants d’Espagne (Finlande), Commission de solidarité pour l’aide au peuple espagnol (France), National Joint Committee for Spanish Relief (Grande Bretagne), Commissie Hulp aan Spanje (Hollande), Irish Friends of Spanish Republic (Irlande), Comité luxembourgeois d’aide à l’Espagne républicaine (Luxembourg), Comité de ayuda a los niños del pueblo español (Mexique), Norske Hjelpekomite for Spania (Norvège), Sv. Hjapkomittén för Spanien (Suède), les Amis de l’Espagne républicaine et Schweizerische Arbeitsgemeinschaft für Spanien Kinder (Suisse), Vybor pro Pomoc demokratiskemu spanelsku-Comité d’aide à l’Espagne démocratique (Tchécoslovaquie), Comité nacional pro Defensa de la República española Democrática (Uruguay), voir notamment AEG, UISE 92-16-21, bulletin intitulé « Avec l’Espagne républicaine les hommes libres du monde », édité par le CICAER à l’occasion de la Conférence universelle pour la Paix (23-24 juillet 1938).

15 C. Natoli, « Pour une histoire comparée », art. cit., p. 39.

16 Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne républicaine, Aidez l’Espagne !, Conférence internationale de Paris, 16-17 janvier 1937 pour l’aide aux blessés, aux veuves, aux orphelins, aux réfugiés de l’Espagne républicaine, Paris, Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne républicaine, 1937, New York Public Library (NYPL), BTE p. v. 463, p. 89.

17 Selon les statistiques produites par le Département d’État, parmi ces quarante associations engagées pour l’Espagne, treize sont pro-républicaines, quatre pro-franquistes, sept neutres. Plus des deux tiers des fonds récoltés sont le fruit de la mobilisation pro républicaine, M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., E. R. Smith, American relief aid and the Spanish Civil War, Columbia, Missouri, University of Missouri, 2013.

18 Développé à partir d’un premier groupe l’American Friends for Spanish Democracy (septembre 1936) à New York, le Medical Bureau to Aid Spanish Democracy est mis sur pied en novembre 1936.

19 Cette agence humanitaire est créée suite à la fusion en 1927 de la Friends Foreign Mission Association avec le Friends Council for International Service.

20 Fin août, ce dernier groupement organise le départ d’une première unité médicale formée de quatre médecins, quatre étudiants en médecine, quatre nurses, six chauffeurs. À son arrivée en Espagne, elle installe un premier hôpital sur le front de Huesca (Grañén), T. Buchanan, Britain and the Spanish Civil War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, T. Buchanan, The impact of the Spanish Civil War on Britain: war, loss and memory, Brighton, Sussex Academic Press, 2007, T. Buchanan, The Spanish Civil War and the British labour movement, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, M. Alpert, “Humanitarian and Politics in the British Response to the Spanish Civil War, 1936-1939”, European History Quartely, vol. 14, no 4, 1984, p. 423-440, J. Fyrth, The signal was Spain: the Spanish aid movement in Britain, 1936-39, Londres, New York, Lawrence and Wishart, St Martin’s Press, 1986, J. K. Hopkins, Into the Heart of the Fire. The British in the Spanish Civil War, Stanford, Stanford University Press, 1998, A. Jackson, British Women and the Spanish civil War, Londres, New York, Routledge, 2002.

21 Dix-neuf pays participent à ce fonds. Les principaux contributeurs sont la France, la Grande-Bretagne et la Belgique, C. Collette, « Le fonds international de Solidarité », art. cit., p. 58, L. Brown, « The Great Betrayal ? European Socialists and Humanitarian Relief during the Spanish Civil War », Labour History Review, vol. 67, no 1, avril 2002, p. 83-99.

22 T. Buchanan, The Spanish Civil War, op. cit., p. 137 et suivantes.

23 Ibidem, p. 93-120 et du même auteur « Britain’s popular Front ? : Aid Spain and the British Labour Movement », History Workshop, vol. 31, no 1, 1991, p. 60-72.

24 OESO, Samariterhilfe für die Zivilbevölkerung Spaniens, Amis de l’Espagne républicaine, Freunde Schweizerischer Volksbildungsheime Herzberg, Schweizer Hilfswerk für Emigrantenkinder, Schweizerisches Arbeiterhilfswerk, Schweizerischer Lehrerverein, Caritas, Amis de l’Espagne et de l’Amérique du Sud, Internationale Liga für Frieden und Freiheit, Sozialistische Frauen, Service international, Schweizerische Quäker, Centrale sanitaire suisse. Voir A. Schmidlin, Eine Andere Schweiz. Helferinnen, Kriegskinder und humanitäre Politik, Zurich, Chronos, 1999, p. 63-64, S. Farré, La Suisse et l’Espagne, op. cit., J.-C. Favez, « Le CICR, la neutralité et la Guerre d’Espagne », in B. Studer et L. Tissot (éd.), Le Passé du présent. Mélanges offerts à André Lasserre, Lausanne, Payot, 1999, p. 245-255, M. Bongard, L’aide suisse aux enfants victimes de la guerre d’Espagne : entre solidarité populaire, engagement idéologique et propagandes (1936-1940) (mémoire de licence), Fribourg, 2005, mais aussi les témoignages de R. Kägi, Das Gute Herz genügt nicht, Zurich, Ex Libris, 1968, R. Olgiati, Nicht in Spanien hat’s begonnen, Berne, Lang, 1944, P. Jeanneret, 75 ans de solidarité humanitaire. Histoire de la Centrale sanitaire suisse et romande 1937-2012, Lausanne, Éditions d’En Bas, 2013.

25 Plus à gauche que l’Ayuda suiza et plus résolument engagée dans un projet militant pro-républicain, les Amis de l’Espagne républicaine s’imposent en Suisse dans les régions où l’aile gauche du Parti socialiste possède de solides bastions. L’association représente, en 1938, plus de 17 sections, réunissant selon ses propres chiffres, 2000 membres, L. van Dongen, « Solidarité ouvrière et antifascisme : les Amis de l’Espagne républicaine à la Chaux-de-fonds (1936-1939) », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, no 13, 1997, p. 25-45.

26 Procès-verbal du Conseil fédéral, 6-8-1937, Document Diplomatiques Suisses, vol. 12, p. 228-229.

27 La contribution financière du gouvernement suisse aux secours humanitaires durant la guerre d’Espagne se répartit de la manière suivante : Commission internationale : 45 000 francs suisses (5 000 francs suisses en 1937, puis 40 000 francs suisses début 1939), et pour le CICR : 150 000 francs suisses (soit 10 000 au printemps 1937, 80 000 francs suisses pour l’opération d’évacuation de la Croix-Rouge, et 60 000 francs suisses en janvier 1939, dont 40 000 francs suisses sous forme de marchandises).

28 Il faut noter que dès l’automne 1936, la situation des réfugiés évacués depuis le sud de la péninsule et de la capitale espagnole assiégée par les troupes franquistes devient une préoccupation centrale pour les organisations humanitaires. Cette action répond aux besoins du gouvernement républicain qui encourage ces évacuations, dépassé par les difficultés posées par le soutien alimentaire de la capitale assiégée par les troupes nationalistes, S. Farré, La Suisse et l’Espagne, op. cit., A. Schmidlin, Eine Andere Schweiz, op. cit.

29 En mars 1937, selon un rapport de la Generalitat, le Secours rouge international gérait onze des seize refuges de la ville de Barcelone, J. Clavijo Ledesma, La política sobre la població refugiada durant la Guerra Civil 1936-1939 (thèse de doctorat), Gérone, 2003, www.tdx.cat/handle/10803/7835.

30 AEG, UISE Archives privées 92.16.27.

31 Cette initiative serait à l’origine d’une proposition du maire de Stockholm, CUL RBML, SRRAR part J box 5, lettre de la Commission nationale de ravitaillement au Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy, 27-6-1939.

32 P. Marqués, « Ayuda humanitaria y evacuaciones de niños », in A. Alted, R. Gónzalez Martell et M. J. Millán Trujillo (éd.), El exilio de los niños, Madrid, F. Pablo Iglesias, F. Largo Caballero, 2003, p. 39-58.

33 AEG, UISE Archives privées 92.16.21, « Compte rendu de la Commission exécutive élargie », 18 mars 1938.

34 Bibliothèque de l’université du Texas, DP 296.8, Children’s Cities in Spain, New York, Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy, New York, Medical Bureau and North American Committee to Aid Spanish Democracy, 1939, www.archive.org/details/ChildrensCitiesInSpain.

35 Pour rassembler de l’argent destiné au cardinal Goma et aux œuvres religieuses, il semble que la solidarité nationaliste suive des voies plus traditionnelles s’organisant autour des journaux catholiques, à l’exemple d’Universe et Catholic Times en Angleterre ou Tablet de Brooklyn, Commonweal ou la revue America aux États-Unis, T. Buchanan, Britain and the Spanish Civil War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, M. Rey García, Stars for Spain, op. cit.

36 CUL RBML, SRRAR part J box 4, rapport de l’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy à la Centrale sanitaire internationale (CSI), 10-8-1937.

37 L’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy utilise notamment pour ses tournées le film Hearth of Spain, produit par ses soins en 1937. Une adaptation française est réalisée par M. Dreyfus, « Cœur d’Espagne » et présentée par la Centrale sanitaire internationale, voir M. Cadé (éd.), La Retirada en images mouvantes, Canet, Trabucaire, 2010.

38 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 108-109.

39 Ibidem, p. 95-96.

40 CUL RBML, SRRAR Part J box 4, rapport de la CSI au Secrétariat général du comité exécutif et du CICAER, 2-12-1938.

41 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 96.

42 Cf. Bulletin, « Special Issue for Hospital Caravan Campaign », 1937.

43 M. Rey García, Stars for Spain, op. cit., p. 110.

44 CUL RBML, SRRAR part S box 3.

45 J. Fyrth, The Signal was Spain, op. cit., p. 258 et suivantes.

46 Ibidem, p. 263.

47 N. Ulmi, « La solidarité populaire », art. cit., p. 289, A. Schmidlin, Eine Andere Schweiz, op. cit., p. 88-89.

48 Fin 1941, le Cartel suisse de Secours aux enfants victimes de la guerre issu du SAS fusionne avec la Croix-Rouge suisse pour créer le Secours aux enfants en décembre 1941, S. Nessi, La Croix-Rouge suisse au secours des enfants 1942-1945 et le rôle du docteur Hugo Oltramare, Genève, Slatkine, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540