Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre IV. L’ARA : céréales contre le communisme

Texte intégral

1Nous avons suivi dans le chapitre précédent les circonstances particulières à l’origine de la genèse de la principale institution privée philanthropique de l’après-guerre. Étroitement liée à un idéal libéral imprégné de moralité chrétienne ainsi qu’aux objectifs politiques, diplomatiques et économiques du gouvernement américain, l’ARA, sous son nouveau statut d’organisation privée, incarne les continuités (acteurs, modèles, institutions) de la mobilisation durant la guerre et dans l’immédiat après-guerre. Du geste patriotique pour les soldats sur le front ou pour les populations alliées durant le conflit aux donations pour sauver la civilisation du communisme, les pratiques humanitaires sont étroitement liées à la culture de guerre et ont recours aux moyens de communication et de production de l’économie capitaliste. Construites autour d’une obligation patriotique, nous avons pu suivre dans les chapitres précédents la cristallisation d’une véritable économie de l’humanitaire, ainsi que l’imposition de l’enfance comme sujet emblématique des interventions humanitaires.

  • 1 F. M. Surface et R. L. Bland, American food in the world war and reconstruction period ; operation (...)

2Malgré la difficulté de répertorier, voire de comparer les nombreuses institutions et acteurs engagés sur le terrain, les interventions humanitaires sont largement dominées par les organisations étasuniennes. Alors que les principaux pays européens font face au défi de la reconstruction, les États-Unis exercent une véritable hégémonie sur la charité internationale. En effet, le gouvernement et les organisations caritatives étasuniennes apportent plus de 80 % des moyens mis à disposition pour développer l’aide alimentaire à l’Europe durant la période d’août 1919 à 1924 (181,1 millions de dollars). En outre, l’intervention de l’ARA European Children’s Fund représente, selon les statistiques américaines, plus d’un quart de la valeur de l’aide totale fournie par les acteurs publics et privés depuis la fin de l’armistice jusqu’en 1924 (220,7 millions de dollars, soit 1,5 million de tonnes de secours)1. En plus de la grande action menée pour ravitailler l’Europe, la Croix-Rouge américaine développe une intervention parallèle par l’envoi de médicaments, de matériel pour les hôpitaux et assure une importante action contre les épidémies. Cette mobilisation reste néanmoins modeste en comparaison des crédits concédés durant la guerre et la période de l’armistice (3 milliards de dollars).

  • 2 Cette somme rassemble les fonds récoltés lors de la campagne de donation de l’ERC, les marchandise (...)
  • 3 F. M. Surface et R. L. Bland, American food, op. cit., p. 82.

3Selon les statistiques reprises par Frank M. Surface et Raymond L. Bland, durant ses cinq années d’activités, les sommes réunies par l’ARA pour ses actions se montent à 84 millions de dollars2, correspondant à 422 098 tonnes de secours réparties principalement dans les pays suivants : l’URSS (28,9 millions de dollars), Pologne (24,5 millions de dollars) et Autriche (13,2 millions de dollars)3. La présence soviétique dans ce programme d’action pensé à l’origine comme un cordon sanitaire contre le bolchévisme suscite des questions sur l’évolution de l’action de l’ARA. Plus généralement, après avoir présenté des questions de principes, d’organisation et de financement, il faudra analyser de manière plus précise la présence de l’ARA sur le terrain.

Terrains et opérations

4Pour l’essentiel, l’ARA poursuit le programme développé par le Department Children Bureau mis en place précédemment par l’ARA durant l’armistice. L’ARA maintient des missions permanentes en Europe centrale, en Scandinavie et dans les Balkans (Pologne, Finlande, Estonie, Russie, Lettonie, Lituanie, Tchécoslovaquie, Autriche, Roumanie, Hongrie, Yougoslavie), ainsi qu’un réseau d’entrepôts régionaux et nationaux qui suit les voies de communication existantes. Ce réseau assure la distribution de l’aide vers des sociétés de secours locales. L’un des principes fondamentaux de l’agence américaine est la collaboration avec les organisations locales dont le développement piloté par l’ARA est conçu pour remplacer à terme l’activité développée par l’institution américaine pour l’enfance. Comme nous l’avons vu, l’ARA constitue une institution temporaire qui propose un modèle inspiré par les avancées scientifiques et les techniques d’assistance les plus modernes. La structure développée par l’ARA est vouée à disparaître, mais elle a l’ambition de réformer les politiques d’assistance pour l’enfance des différents pays européens dans lesquels elle intervient.

5Dans ce cadre, l’ARA travaille en collaboration avec un comité national pour organiser la distribution et le réseau d’institutions locales, généralement dirigées par des notables (instituteurs, maires, religieux), une structure qui évoque celle développée par la CRB. L’opération est effectivement pilotée du siège de New York, mais les missions sont coordonnées depuis Londres. Comme ce fut le cas en Belgique, la force de l’organisation est la coopération avec des comités locaux. Le self-help, la distribution d’aide sans distinction de races ou de croyances, l’engagement des collaborateurs à renoncer à toute activité politique et économique constituent les principes essentiels de l’action de l’ARA. Cette neutralité affichée représente selon Hoover le meilleur instrument pour diffuser l’exemplarité du modèle américain et libéral. Il s’agit de convaincre et non d’imposer.

  • 4 S. Ferrière, Les États-Unis au secours de l’Europe 1918-1923 : l’œuvre de Herbert Hoover en Europe (...)

6L’ARA fournit un modèle, des produits alimentaires issus de l’industrie américaine (lait condensé, graisses animales en conserve et céréales), mais aussi un programme d’intervention. Sur le continent, l’agence américaine assure la distribution dans des cantines, des crèches, des écoles ou des organisations charitables d’un repas quotidien représentant en moyenne 600 calories. En général, deux types de repas sont proposés. Le premier destiné aux enfants les plus jeunes et les plus faibles est composé de cacao, sucre, lait condensé et pain ; le deuxième propose une soupe aux pois ou du riz avec du porc ainsi qu’un morceau de pain. Le prix par enfant d’un repas représente cinq cents, alors que les frais de fonctionnement de l’institution sont limités, car l’organisation repose pour l’essentiel sur la participation de plus de 100 000 collaborateurs volontaires locaux. À l’apogée de ses activités, au printemps 1920, le programme de l’ARA permet d’assurer des repas à 2,9 millions d’enfants, dont 1,4 million en Pologne. À ce chiffre, il faut ajouter les 600 000 enfants pris en charge par l’AFSC en Allemagne4.

7La Pologne représente l’un des principaux terrains d’activité de l’ARA. Dans ce pays, l’agence de Hoover collabore étroitement avec le National Polish Committee et l’American Jewish Joint Distribution Committee. La distribution de l’aide de l’ARA est assurée par le Polsko-Amerykánski Komitet Pomocy Dzieciom (PAKPD) établi en collaboration avec les autorités polonaises. En Pologne, l’action de l’ARA est assurée par sept délégués américains assistés sur le terrain de six inspecteurs généraux et de dix collaboratrices d’origine polonaise. La structure mise sur pied repose sur quinze représentations régionales, puis sur des powiats (districts) et des comités au niveau local.

  • 5 « How Food is distributed in Poland », American Relief Administration, bulletin, no 8, janvier 192 (...)
  • 6 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 74.

8Après débarquement, la nourriture en provenance d’Amérique est stockée dans les entrepôts de l’organisation à Danzig5, avant son expédition vers les dépôts régionaux répartis sur le territoire du nouveau pays. Dans ces dépôts, une fois par mois, un représentant des comités locaux se présente pour recevoir les marchandises nécessaires qui permettent le fonctionnement de cantines dans 3 222 localités. Il semble que cette structure offre un modèle efficace, car durant la première année du programme, selon les chiffres de l’institution, la mortalité infantile baisse dans l’ensemble du pays de 50 %6.

  • 7 R. M. F. Taylor, American Red Cross. Child Health Program in Poland (Child Health Series, brochure (...)
  • 8 American Relief Administration European Childrens Fund, A brief description of the work conducted (...)
  • 9 F. Piana, « Humanitaire et politique, in medias res : le typhus en Pologne et l’Organisation inter (...)
  • 10 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 74.

9En parallèle à ce programme alimentaire, l’ARA participe à la création de child health stations, d’hôpitaux, de colonies pour les enfants tuberculeux, d’orphelinats et réalise des distributions de vêtements7. L’ARA assure également une opération dédiée aux secours de l’« intelligentsia » polonaise et des étudiants dans le besoin par la remise de colis individuels et l’ouverture de cantines dans les centres universitaires8. La Croix-Rouge américaine quant à elle participe à l’intervention en fournissant une équipe de médecins (huit), d’infirmières (treize) et de travailleurs sociaux (dix) sur le terrain, en charge d’inspecter et de suivre les progrès de l’opération du point de vue sanitaire9. Jusqu’à la fin des activités de l’ARA en Pologne, en juin 1922, la valeur des importations de produits alimentaires et de vêtements est estimée à 25 millions de dollars10. Dès août 1920, il faut noter l’extension de cette action sur le territoire occupé par l’URSS, notamment à Vilnius et à Minsk, ce qui confirme la volonté américaine d’intervenir dans les zones menacées par l’avancée bolchévique.

  • 11 Ibidem, p. 95-97.

10En Allemagne, l’action américaine est assurée par l’American Friends Service Committee (AFSC) qui est mandatée par Hoover dès l’automne 1919. L’AFSC devient en quelque sorte la filiale de l’ARA pour le territoire allemand. Le développement de cette action fait suite notamment à une enquête menée à l’été 1919 par des quakers anglais, dont les conclusions dressent un tableau catastrophique de la situation alimentaire et sanitaire du pays. Selon ce document, 35 % des enfants seraient touchés par la tuberculose, 70 % des femmes enceintes souffriraient de sous-alimentation, dix millions d’enfants seraient en situation de sous-alimentation et un million menacé immédiatement de famine11.

11L’AFSC qui s’impose progressivement comme un acteur important de l’humanitaire américain est formé en avril 1917. Agence du mouvement quaker, son objectif est notamment de permettre de libérer les objecteurs de conscience quakers de leurs obligations militaires et de négocier avec les autorités leur engagement dans un programme social comme une alternative à leur refus de la conscription. La tradition pacifiste des quakers qui considèrent la guerre comme une offense au Saint-Esprit détermine leur engagement apolitique. Grâce à l’appui de la communauté quaker, des dons du public et des subventions publiques, l’AFSC envoie dès 1918 une première unité en France, engagée dans un programme de la Croix-Rouge américaine. Lié à d’autres Églises minoritaires « pacifistes » et au British Friends Service Council, institution issue des quakers anglais, l’AFSC développe progressivement ses programmes en Serbie, Bulgarie, Irlande, Autriche, puis en Allemagne.

  • 12 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 117-121.

12Grâce aux ressources alimentaires convoyées par l’ARA, l’AFSC assure jusqu’en 1924 en Allemagne un programme alimentaire représentant un investissement de près de 18 millions de dollars12. Grâce à ces ressources, à l’été 1922, l’intervention pilotée par l’AFSC permet la distribution quotidienne d’un repas à 632 000 enfants dans 3 392 centres répartis dans 88 villes.

  • 13 Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 4, no 38, 1922, p. 151-155, F. Reischl, Wiens kinder (...)
  • 14 Le programme prévoit un secours estimé à 9 998 tonnes de nouriture, dont 4 640 t. de lait, 1 230 t (...)

13L’intervention de l’AFSC est exemplaire du modèle promu par l’ARA : collaboration avec les institutions locales, mise sur pied d’une agence nationale allemande (Deutscher Zentralausschuss für die Auslandshilfe) et organisation d’un réseau national de cantines destinées à l’enfance. L’ARA impose effectivement un programme « scientifique » d’action au niveau local qui inclut l’enregistrement des enfants nécessiteux, leur sélection et leur suivi par des médecins locaux. Pour bénéficier de l’assistance nutritionnelle, les enfants doivent obtenir le feu vert des médecins après un rapide examen basé sur une méthode destinée à calculer leur degré de sous-alimentation : l’index « rohrer » (soit le poids de l’enfant x 100 divisé par la hauteur à la puissance trois). En Autriche, les médecins utilisent l’index « pelidisi » proposé par le célèbre pédiatre autrichien, Clemens von Pirquet, responsable de la clinique pédiatrique de Vienne. Ce système est proche de l’index « rohrer », basé sur un calcul issu du rapport entre taille et poids : dix fois le poids en gramme divisé par la hauteur assise (cm) à la puissance trois. La valeur normale est estimée à cent, en dessous de cette valeur l’enfant est considéré comme sous-alimenté. Ce calcul permet aux pédiatres autrichiens de calculer les besoins en nourriture sur la base d’un programme nutritionnel développé également par von Pirquet, le « Nem » (Nähreinheit Milch)13. Après la sélection, les enfants sont dirigés, avec une carte individuelle de rationnement, vers les cantines publiques, des écoles ou des hôpitaux dont les fournitures sont assurées par l’ARA. Les repas sont généralement servis à midi, six jours par semaine et reposent essentiellement sur un apport en lait, selon un programme alimentaire pensé, en été 1919, pour trois millions d’enfants14.

L’ARA en Russie soviétique

  • 15 S. Adamets, Guerre civile et famine en Russie : le pouvoir bolchevique et la population face à la (...)

14L’intervention humanitaire de l’ARA en Russie soviétique constitue la troisième étape de l’histoire de l’institution caritative et marque l’aboutissement du combat idéologico-alimentaire de Hoover. Au printemps 1921, suite à une période de sécheresse, vingt-deux provinces soviétiques subissent une famine aux conséquences dramatiques. Le retard chronique de l’agriculture russe ainsi que les conséquences des épidémies et des troubles politiques provoqués par la guerre mondiale, la révolution bolchévique et la guerre civile consécutive occasionnent un déficit alimentaire extrêmement grave, en particulier dans les provinces d’Ukraine et de la Volga15. Malgré les divisions au sein du régime, Lénine décide de solliciter l’aide des pays occidentaux. Sa décision s’explique partiellement par l’impuissance du régime face à la famine. L’ouverture au secours extérieur est la conséquence de sa volonté de rompre le blocus occidental et d’ouvrir l’économie soviétique suite au lancement de la nouvelle politique économique. Les crises offrent effectivement la possibilité de renforcer la collaboration avec les pays capitalistes et à terme de mettre fin à l’isolement politique et économique dont souffre l’économie soviétique.

  • 16 V. Kepley, « The Worker’s International Relief and Cinema of the Left, 1921-1935 », Cinema Journal(...)
  • 17 W. Veryha, A case study of genocide in the Ukrainian famine of 1921-1923 : famine as a weapon, Lew (...)
  • 18 Ibidem, p. 5.

15Ces enjeux politiques et économiques expliquent l’exercice d’équilibre politique réalisé par le régime durant l’été 1921. Il se traduit par la diffusion de plusieurs appels parallèles au secours international. Le patriarche de l’Église orthodoxe russe, Tikhon, s’adresse aux Églises occidentales le 10 juillet16. Puis, un Comité « bourgeois », qui regroupe sous la direction de Maxime Gorki, des personnalités considérées comme non grata par le régime, notamment l’écrivain Sergei Prokopovich17, lancent un appel à l’explorateur norvégien Fridtjof Nansen et au secours international. Quelques jours plus tard, le 2 août, un communiqué du commissaire aux Affaires étrangères, Georgi Tchitcherine, est transmis par Moscou aux principaux gouvernements18. Ces initiatives obtiennent une réponse positive de Hoover qui propose dans un télégramme daté du 23 juillet sa collaboration à Moscou.

  • 19 Ibidem, p. 30-32.
  • 20 Ibidem, p. 36.

16La volonté du responsable de l’ARA d’intervenir sur sol soviétique n’est pas nouvelle. En mars 1919, elle avait proposé sans succès une première opération basée sur le projet d’une Commission neutre de secours sous la direction de Nansen, suivant le modèle de la CRB. Son objectif à ce moment-là était d’utiliser la nourriture américaine comme un instrument pour négocier l’arrêt des activités militaires du côté bolchévique19. Quelques mois plus tard, durant l’été 1919, l’engagement antibolchévique de l’ARA se concrétise par la distribution de nourriture, de vêtements et d’essence à l’armée blanche de Yudenitch en campagne en direction de Petrograd20.

  • 21 American Relief Administration, bulletin, août 1919, no 20, p. 30-31.
  • 22 Ibidem, août 1919, no 22, p. 22-25.

17L’utilisation de la nourriture comme un outil d’intervention durant la guerre civile russe est affichée dans les rapports publiés par les représentants de l’ARA dans le bulletin de l’association, comme le montre par exemple, celui du capitaine E. H. Foreman intitulé « Against the Bolshevism in northern Russia21 ». Ce texte précède une contribution du lieutenant Sidney Brooks qui tire un bilan optimiste du résultat des opérations : « The Baltic mission withdraws after building a 40 000 000 de dollars food barrier against bolshevism22. »

  • 23 H. H. Fisher, The famine in Soviet Russia, 1919-1923. The operations of the American Relief Admini (...)

18Enfin, à l’été 1920, l’avancée des troupes soviétiques dans le cadre de la guerre russo-polonaise, amène Hoover à s’adresser au gouvernement soviétique pour garantir la poursuite du programme de l’ARA dans les territoires menacés par l’offensive soviétique vers la Pologne. À ce moment-là, l’ARA offre des repas à plus d’un million d’enfants dans les territoires sous contrôle polonais. Hoover propose également l’extension de l’opération au bénéfice des enfants des villes russes. Cependant, les négociations entre les deux camps aboutissent à un échec, le gouvernement soviétique exigeant de distribuer l’aide par l’intermédiaire de ses propres institutions, une condition inacceptable pour l’ARA23.

19Dans ce contexte, fin 1920, le bulletin de l’ARA publie un dessin intitullé ironiquement « Wolność Bolszewiska » (la liberté bolchevique) reproduisant l’imagerie antibolchévique la plus radicale associant le sort tragique de l’Europe au bolchévisme. Léon Trotski, nu et peint en rouge, sous les traits d’une figure diabolique, est assis sur un amas de crânes. Il tient dans ses mains un couteau taché de sang et un pistolet. Le dirigeant soviétique est accompagné par deux soldats soviétiques en train d’exécuter des prisonniers alors qu’en deuxième plan des flammes détruisent une ville où l’on reconnaît un clocher de style orthodoxe (fig. 17).

  • 24 Ididem, p. 12-14.

20On comprend mieux les raisons pour lesquelles, à l’été 1921, Hoover considère l’appel soviétique comme une opportunité très intéressante. Depuis son engagement en Belgique, il envisage la nourriture comme une arme politique et diplomatique essentielle. En parallèle à ces actions, il est convaincu également que l’engagement américain sur sol soviétique est susceptible de stabiliser la situation sociale dans le pays et favorisera à terme un rejet par la population des principes radicaux et violents prônés par le régime soviétique24. Cette analyse est au cœur du modèle opérationnel proposé par Hoover comme le rappelle une année plus tard un discours de ce dernier, repris dans le bulletin de l’ARA :

  • 25 H. H. Hoover, « American Relations to Russia » (discours donné devant la chambre internationale du (...)

«Prosperity rights are not a fetish; they are an instrument of industry and commerce and are as indispensable as ships […]. Upon confidence in the good faith in these principles among nations rests the whole fabric of international life. These are not academic theories. They are questions, which affect the life and death of millions of people outside of Russia who are dependant of international commerce for their daily bread. They are the economic foundations of relations that must be established with Russia for they alone will make for her real reconstruction, and the salvation of her people […] We, are great Christian people, look with horror and deepest sympathy upon her untold miseries. We wish to find foundations in realism for assistance to the Russian people. To extend this help requires a vast restoration of confidence. It requires a restoration of the process of business and commerce 25

  • 26 New York Tribune, 24.7.1921, cité par B. M. Weissman, Herbert Hoover, op. cit., p. 16.

21La volonté de Hoover de mener une opération sur le territoire bolchévique est encouragée également par la diffusion d’informations aux États-Unis qui évoquent la possibilité d’une fin proche du régime dont la relève pourrait être assurée par Gorki, selon le New York Tribune : « Blosheviki in Panic, Call on Opposition to Save Russia26. »

22En parallèle à ces enjeux politiques et diplomatiques, l’engagement de Hoover est également le produit d’un calcul économique. Récemment nommé à la tête du Secrétariat d’État au Commerce, le développement d’un programme de secours massif vers l’Union soviétique représente une réponse aux problèmes posés par la surproduction agricole américaine après la fin de la guerre qui occasionne une chute des prix et de nombreuses tensions économiques. Suivant la formule utilisée précédemment, les excédents de la production agricole américaine offrent un instrument d’intervention décisif pour les projets de Hoover. En outre, face à la difficile reconversion de l’économie américaine et à la poussée du chômage, l’ouverture du marché soviétique au blé américain constitue une opportunité politique et économique très intéressante.

23À la suite de l’action menée par les États-Unis au centre de l’Europe après la fin des combats, l’aide à l’URSS apparaît par conséquent comme l’aboutissement de son intervention pour sauver l’Occident de la menace bolchévique et pour rétablir l’ordre libéral sur le continent européen. Dans ce cadre, le caractère privé de l’ARA est utile à Washington car il permet aux États-Unis d’intervenir sur sol soviétique sans questionner sa politique opposée à toute reconnaissance officielle du régime communiste.

  • 27 Ibidem, p. 145.

24Suite à la signature d’un accord entre le gouvernement soviétique et les représentants de Hoover, le 20 août à Riga, l’ARA entreprend un vaste programme de secours sur le territoire soviétique. L’ARA s’engage à fournir d’importantes quantités de blé destinées aux enfants soviétiques. Moscou accorde le contrôle de la distribution aux agents de l’ARA et accepte de prendre en charge les frais de transport. Cependant, l’ampleur de la crise humanitaire amène bientôt Hoover à développer son programme pour la population adulte. Cette décision est facilitée par la concession, fin 1921, d’un important contingent de céréales par l’US Grain Corporation (386 070 tonnes, soit 18,7 millions de dollars avec les frais de transport), financé par un crédit du Congrès27.

  • 28 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p 102.

25Pour assurer le transport et la distribution de ces importantes quantités de céréales, Hoover met sur pied en Russie soviétique une importante structure opérationnelle qui suit les organigrammes développés par les grandes entreprises commerciales (fig. 18). Celle-ci représente l’opération la plus ambitieuse de Hoover en Europe après la signature des accords de Versailles28. Sous la direction de William N. Haskell, ancien chef de régiment et haut-commissaire allié pour l’Arménie après l’armistice, l’ARA s’appuie sur deux cents délégués américains basés en Russie, souvent des officiers vétérans américains de la Grande Guerre, appuyés par un personnel local de 120 000 personnes.

26Au siège de l’opération à Moscou, une équipe de cinquante collaborateurs américains assure le stockage des marchandises, la gestion d’un centre de confection de colis et l’organisation des transports (voir fig. 19 et 20). L’ARA apparaît comme une agence de coordination et de contrôle de la distribution des secours. Comme durant la période précédente, elle est fondée sur un réseau de délégations principales qui supervisent des comités locaux en charge des distributions. En général, l’ARA place à la tête de ces organisations locales un représentant du gouvernement local et des personnalités liées à la vie sociale (clergé, instituteurs, médecins), et compte sur des collaborateurs russes payés par l’URSS.

  • 29 Y. Khenkin, « The “Joint” and the Anti-Famine Campaign in Soviet Russia, 1921-1923 », East Europea (...)
  • 30 Parmi les principales organisations engagées, on peut citer le Federal Council of the Churches of (...)

27Il faut souligner également que l’ARA coordonne l’intervention des différentes organisations américaines qui sont intégrées au programme d’intervention de l’ARA en assurant différentes missions à l’échelon local. Soutenu par l’émigration juive américaine, le Joint mobilise 4,3 millions de dollars en 1922 pour la Russie, et participe avec l’AFSC à un programme de secours en Biélorussie (1,2 millions de dollars)29. Les quakers sont également actifs à Buzuluk et à Pugachev dans la province de Samara30. Enfin, la Croix-Rouge américaine fournit des médicaments et du matériel médical pour une valeur de 4 millions de dollars.

  • 31 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés des hommes. Le Comité international de secours à la Russie et (...)

28Malgré un modèle opératoire éprouvé en Europe centrale après la guerre, l’intervention en Russie soviétique est particulièrement complexe en raison de la nécessité de transporter des marchandises dans un territoire extrêmement vaste et dans un pays ruiné par les conséquences de la Grande Guerre et de la guerre civile. Les voies de communication, sérieusement endommagées31, sont souvent saturées par le trafic ferroviaire. En outre, l’hiver 1921-1922, particulièrement rigoureux, ne facilite pas les transports qui dans certaines régions sont limités par la disparition d’une partie des animaux pour la consommation humaine.

  • 32 B. M. Weissman, Herbert Hoover, op. cit., p. 102.

29Pour faire face à ces défis, Hoover bénéficie donc du soutien du gouvernement américain, mais aussi d’une importante participation soviétique (le gouvernement accepte de verser 12 millions de dollars prélevés sur ses réserves d’or)32. Malgré ces larges ressources financières, qui restent néanmoins assez modestes en comparaison des moyens mobilisés durant la guerre, le programme d’action de l’ARA dépend, à l’exemple de l’opération de l’ARA EFC, d’une large participation de la population américaine. Sur ce point, il faut noter que le financement du projet de Hoover fait face à un contexte peu favorable. Le gouvernement américain n’a pas reconnu le régime soviétique et la population américaine, très sollicitée durant la guerre et l’immédiat après-guerre par les différents appels de la Croix-Rouge et des différentes organisations humanitaires, partage avec lui une opinion négative de la Russie soviétique.

  • 33 H. H. Fisher, The famine in Soviet Russia, op. cit.

30Les nouvelles largement diffusées des atrocités « rouges » par la presse expliquent la conviction de Hoover d’inscrire l’aide soviétique dans une action dans un premier temps sur sol américain. Il entreprend donc un travail pédagogique destiné à justifier les conséquences économiques positives de l’aide à la Russie pour les États-Unis. Dès l’automne, le responsable de l’ARA prend en main dans un premier temps une action destinée aux chômeurs nord-américains par la promotion de comités municipaux d’aide33. En parallèle, suite à une réunion, le 24 août, de l’European Relief Council, Hoover et les représentants des associations caritatives décident de lancer une nouvelle campagne de financement axée sur l’aide à l’enfance russe.

31Il faut souligner que pour la première fois, la campagne de mobilisation de l’opinion menée aux États-Unis se déroule en parallèle à d’autres initiatives qui donnent un caractère véritablement international au mouvement de secours pour la Russie. Enfin, cette opération revêt un caractère très singulier, car il s’agit certainement de l’une des premières interventions internationales sur le territoire d’un État ennemi, avec lequel Washington n’entretient aucune relation diplomatique officielle (en Europe centrale, l’action humanitaire se développe après la fin des combats).

  • 34 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit.

32Ces différentes campagnes pour la Russie favorisent une forte concurrence et une politisation de la compassion. Sous l’égide de la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, récemment constituée, et du CICR, une conférence rassemble, les 15 et 16 août, plus de 200 invités à Genève, représentant 80 organisations et gouvernements34. Cette rencontre est à l’origine d’un Comité international de Secours pour la Russie (CISR) présidé par Nansen qui obtient, le 27 août (accord Nansen-Tchitcherine), le feu vert des autorités soviétiques pour intervenir en Russie.

  • 35 J. J. Zatko, « The Vatican and Famine Relief », art. cit.

33Le CISR s’impose dès lors comme un cartel qui rassemble, sous la tutelle du Haut-Commissariat, les missions de secours financées par les Croix-Rouges nationales et différentes organisations de secours. Dans ce cadre, le CISR assure la coordination des interventions et permet de leur faire bénéficier des privilèges de l’accord signé par Nansen. Le secrétariat est assuré par le Haut-Commissariat qui réalise les achats en gros, la transmission du courrier et des marchandises en Russie, ainsi que la coordination des opérations. Celui-ci recourt aussi à un service de colis pour mobiliser les donations, « le paquet Nansen » (voir fig. 21 et 22). Sur le terrain, les institutions engagées dans le cartel international se voient attribuer une zone d’action où elles interviennent soit par des missions permanentes, à l’exemple de l’Union internationale de secours aux enfants et des quakers dans la province de Saratov, soit par des missions temporaires, à l’exemple de celle du Saint-Siège menée par le révérend Edmund Walsh fin 192235.

  • 36 V. Kepley, « The Worker’s International Relief », art. cit.

34En parallèle à ces initiatives internationales, Willi Münzenberg, sous l’égide de l’Internationale communiste, met sur pied l’Internationale Arbeitshilfe (Secours ouvrier international), agence destinée à rassembler les contributions de la classe ouvrière. Son action inscrit la solidarité avec la Russie soviétique comme une pratique militante centrale du mouvement ouvrier durant l’entre-deux-guerres : elle aurait permis de réunir une somme équivalente à cinq millions de dollars36.

  • 37 R. Cosandey, Éloquence du visible, la famine en Russie, 1921-1923 : une filmographie documentée, P (...)
  • 38 Ibidem, p. 32.

35Durant cette période, les pratiques de mobilisation se développent par la diffusion, sous forme de livrets, de brochures, de cartes postales ou de projection de diapositives d’images crues d’enfants aux corps décharnés, victimes de la famine russe. Cette volonté de susciter une forte émotion parmi le public explique également le développement d’un nouveau genre, le film humanitaire. La diffusion de ces productions constitue des événements publics qui permettent d’organiser des conférences lors de tournées dans les principales villes européennes. Fin 1921, deux documentaires, Hunger in Sowjet-Russland et Die Wolga Hinunter37, produits par Münzenberg sont notamment utilisés lors des meetings de solidarités en faveur de la population soviétique. Selon l’historien Consandey, la filmographie de la famine russe constitue « l’un des plus importants ensembles de films réalisés en Europe durant l’entre-deux-guerres relatifs à un événement identique et contemporain de leur production38 ».

Colis pour la Russie

  • 39 B. M. Patenaude, The Big Show in Bololand : the American relief expedition to Soviet Russia in the (...)

36Face à la nécessité de trouver des nouveaux moyens de financement, Hoover développe, comme durant la période précédente, un système de food remmittances, qui avait été apprécié par le public et offrait un moyen d’intervention complémentaire. Suite à un accord avec le gouvernement soviétique, le 19 octobre 1921, les premiers colis sont distribués en novembre. Le prix du colis est maintenu à 10 dollars pour les donateurs américains, soit 6,75 dollars pour son contenu et 1 dollar pour les frais de transport. La somme restante, 2,25 dollars, permet de dégager un bénéfice qui est destiné à l’action en faveur des enfants. Au total, cette action permet de rassembler 3,6 millions de dollars, soit la somme nécessaire pour offrir un repas quotidien durant un mois à 3,6 millions d’enfants en Russie39.

  • 40 H. H. Fisher, « The American Relief Administration in Russia, 1921-1923 », Administration of Relie (...)
  • 41 L’ARA envoie 1,2 million de colis, soit 75 000 tonnes d’aliments pour une valeur de 12 millions de (...)
  • 42 H. H. Fisher, The Famine in Soviet Russia, op. cit., p. 405.

37Durant les dix-huit mois correspondant au développement de cette opération qui se termine en juin 1923, plus de 75 000 tonnes de nourriture sont destinées à des bénéficiaires en Russie40. En comptant les colis destinés à des institutions locales (4,3 millions de dollars) l’opération représente une contribution non négligeable (13,68 millions de dollars) de l’ensemble de l’action menée par l’ARA41, cette somme équivaut à 15 % des moyens mobilisés par l’ARA en faveur de la Russie (environ 63 millions de dollars)42.

  • 43 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p. 92-93.

38Le programme d’envoi de colis vers la Russie représente un peu moins du double du programme précédent développé en Europe centrale. Le colis « standard » pour la Russie soviétique, d’un poids de 117 pd, est plus lourd que le modèle précédent vendu pour l’Europe centrale43. Pensé pour nourrir trois personnes pendant un mois, il est composé de deux sacs de 24,5 pd de farine, un sac de 25 pd de riz, un sac de 10 pd de sucre, 10 pd de lard, deux paquets de 1,5 pd de thé et vingt conserves de lait (fig. 23).

  • 44 Y. Khenkin, « The “Joint” and the Anti-Famine Campaign », art. cit.

39Il faut noter que l’American Jewish Joint Distribution Committee participe de manière significative à l’opération en finançant des colis pour une valeur de 2 millions de dollars. Cependant, l’action des colis occasionne de nombreuses tensions avec les Soviétiques. Ceux-ci estiment que ce système favorise une catégorisation des bénéficiaires, certains groupes étant particulièrement soutenus par les réseaux d’immigrés, à l’exemple des minorités juives et allemandes44.

  • 45 American Relief Administration, bulletin, no 2, octobre 1920.
  • 46 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit.
  • 47 M. Sidibe, Le rôle du CISR et de l’UISE durant la famine en Russie (mémoire de master), Genève, 20 (...)

40Suite à un accord avec Kamenev, le 10 décembre 1921, Nansen, en collaboration avec le CICR, développe, comme nous l’avons vu, un service de colis45 : le Service des paquets individuels à la Russie (SPIR). Les commandes de colis se réalisent à Genève auprès du Haut-Commissariat sur la base d’un versement du donateur sur un compte de la Société de Banque Suisse, au prix de 2,5 dollars par colis. À Riga, un délégué du CICR, François Ehrenhold, dirige la confection des colis et leur expédition vers des dépôts répartis dans les différentes régions soviétiques où les bénéficiaires peuvent les retirer46. Ils sont composés de 15 lb de farine blanche, deux boîtes de lait, 2 lb de graisse, 2 lb de sucre, 2 lb de sel et de 400 g de thé. Au final, il semble qu’environ 100 000 colis ont été transmis par l’intermédiaire du CISR (voir fig. 23)47.

Bilan

  • 48 Cette somme de 63,1 millions de dollars provient des sources suivantes : 28,9 millions de dollars (...)
  • 49 Ibidem, p. 556-557.
  • 50 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p. 88.

41Il est difficile de dresser un bilan précis de l’action menée par les différentes institutions présentes en Russie soviétique. Les secours convoyés par l’intermédiaire de l’ARA se monteraient à plus de 741 572 tonnes de marchandises représentant une valeur de 63,1 millions de dollars48. Selon les statistiques de l’institution, l’ARA est en mesure d’assurer des rations quotidiennes à 10,5 millions de Soviétiques, dont 4,1 millions d’enfants, principalement en Ukraine, dans la région de Kazan et de Samarov49. Ces chiffres ne sont pas éloignés des statistiques soviétiques qui évaluent les bénéficiaires à 11 millions de personnes pour 400 000 personnes secourues par le CISR. En août 1922, l’aide américaine permet d’assurer le fonctionnement de 18 073 cantines réparties dans vingt-deux provinces soviétiques. Les menus proposés sont généralement composés de pain blanc, lait, sucre, cacao, riz, lard et gruau de maïs (Kasha)50.

42Malgré son caractère international et l’engagement de Nansen, le CISR ne parvient pas véritablement à imposer un programme massif de secours. Les hésitations des gouvernements européens et de la Société des Nations (seul le gouvernement norvégien apporte une contribution financière au sein du CISR) expliquent la marge de manœuvre limitée de l’agence de Nansen, dont les moyens sont très inférieurs à ceux dont disposent Hoover. En effet, ces moyens dépendent essentiellement de la charité privée et des versements du gouvernement soviétique, ces derniers représentent un peu moins de la moitié des quelque 6 millions de francs suisses rassemblés par le CISR.

  • 51 C.-E. Vogt, « Fridtjof Nansen et l’aide alimentaire européenne à la Russie et à l’Ukraine bolchevi (...)
  • 52 Selon Dekens, la dissolution du CISR traduit l’abandon des gouvernements de l’entente et de la Soc (...)
  • 53 « Compte rendu financier », AEG, Archives privées AP 92.31.6.

43En comparaison avec l’action menée par Nansen, l’ARA détient une position hégémonique sur les politiques de secours. Selon l’historien Carl-Emil Vogt, les livraisons assurées par le CISR se réduisent à 13 % des marchandises importées par l’ARA51. Les opérations menées par Nansen en Russie dans le cadre du CISR, puis de l’Action Nansen, après la dissolution du cartel en septembre 192252, représentent un budget de 1,16 million de dollars (6 millions de francs suisses), dont la moitié vient du crédit du gouvernement russe (2,5 millions de francs suisses)53.

44Véritables puissances impériales sur les politiques de secours, les institutions dirigées par Hoover traduisent les enjeux politiques et diplomatiques des actions humanitaires. L’importance des États-Unis dans la configuration d’un champ humanitaire contemporain durant la période 1914-1924 se comprend, comme nous l’avons évoqué, par la supériorité de son économie qui se développe loin des principales scènes de combat, mais aussi par un dense réseau associatif et une culture du volontariat. Ces deux derniers éléments semblent étayer la thèse selon laquelle le développement d’un mouvement d’organisations humanitaires privées durant cette période apparaît comme le produit d’une culture démocratique alimentée par une réaction pacifiste et internationaliste contre les violences de la guerre. Si ce contexte intellectuel, religieux et idéologique a pu enrichir un terreau favorable à un tel essor, nous avons cherché à montrer dans ces premiers chapitres que la genèse de l’humanitaire contemporain, compris comme un espace d’intervention international d’institutions spécialisées pour soulager les victimes des guerres et des catastrophes naturelles, s’inscrit au contraire comme le produit d’une culture de guerre sans laquelle il est impossible de comprendre la capacité opérationnelle et les pratiques humanitaires développées par ces organisations.

45Généralement héritées des expériences locales et nationales menées au siècle précédent pour les enfants ou les populations misérables, les interventions humanitaires sont configurées par un élan patriotique et par la réorganisation des sociétés en guerre par les États pour garantir la mobilisation des ressources économiques et humaines. Durant cette période, l’humanitaire se consolide ainsi comme un moyen alternatif pour participer à la guerre et à la reconstruction d’un nouvel ordre après la fin des combats.

46Dans ce cadre, le colis alimentaire constitue le produit d’une économie de l’humanitaire issue du développement de l’industrie alimentaire, du commerce international et de la publicité. Au même titre que les dispensaires, cantines et gouttes de lait, il incarne la mutation des pratiques humanitaires durant cette période, mais aussi la cristallisation d’une communauté de donateurs dont le regard est progressivement construit par les images souvent très crues des victimes, livrées au grand public. Néanmoins, derrière le discours des institutions caritatives qui proposent une personnalisation de l’aide humanitaire par la réinterprétation du geste humanitaire, il reste très difficile, à partir d’une documentation produite pour l’essentiel par des organisations caritatives, de dresser un bilan de l’efficacité des entreprises philanthropiques, de connaître la voix des personnes bénéficiaires des programmes de secours, bref de comprendre un peu mieux la réalité de la rencontre entre les acteurs humanitaires et les contingences du terrain.

Notes

1 F. M. Surface et R. L. Bland, American food in the world war and reconstruction period ; operations of the organizations under the direction of Herbert Hoover, 1914 to 1924, Stanford, Stanford University Press, 1931, p. 80-82.

2 Cette somme rassemble les fonds récoltés lors de la campagne de donation de l’ERC, les marchandises issues de l’action précédente de l’ARA durant l’armistice (plus de 25 millions de dollars), ainsi que l’action des colis (voir plus bas).

3 F. M. Surface et R. L. Bland, American food, op. cit., p. 82.

4 S. Ferrière, Les États-Unis au secours de l’Europe 1918-1923 : l’œuvre de Herbert Hoover en Europe depuis l’armistice, Genève, Union internationale de secours aux enfants, 1923, p. 51.

5 « How Food is distributed in Poland », American Relief Administration, bulletin, no 8, janvier 1921, p. 28-32.

6 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 74.

7 R. M. F. Taylor, American Red Cross. Child Health Program in Poland (Child Health Series, brochure no 6, American Red Cross, Medical Bureau Paris) [Macon], [imp. Protat], [1922], M. Pate, « America in Poland », American Relief Administration, bulletin, no 22, mars 1922, p. 46-50.

8 American Relief Administration European Childrens Fund, A brief description of the work conducted in Poland by the American relief administration in cooperation with the Polish government, Varsovie, American Relief Adminstration-European Children’s Fund, 1922, www.archive.org/details/briefdescription00amer.

9 F. Piana, « Humanitaire et politique, in medias res : le typhus en Pologne et l’Organisation internationale d’hygiène de la SDN (1919-1923) », Relations internationales, vol. 138, no 2, 2009, p. 23-38.

10 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 74.

11 Ibidem, p. 95-97.

12 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 117-121.

13 Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 4, no 38, 1922, p. 151-155, F. Reischl, Wiens kinder und Amerika : die Amerikanische kinderhilfsaktion 1919, Vienne, Gerlach & Wiedling, 1919.

14 Le programme prévoit un secours estimé à 9 998 tonnes de nouriture, dont 4 640 t. de lait, 1 230 t. de farine, 1 360 t. de sucre, 790 t. de cacao, mais aussi 410 t. de graisses, 748 t. de riz et 820 t. de haricots, F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 87.

15 S. Adamets, Guerre civile et famine en Russie : le pouvoir bolchevique et la population face à la catastrophe démographique, 1917-1923, Paris, Institut d’études slaves, 2003.

16 V. Kepley, « The Worker’s International Relief and Cinema of the Left, 1921-1935 », Cinema Journal, vol. 23, no 1, 1983, p. 7-23 et J. J. Zatko, « The Vatican and Famine Relief in Russia », The Slavonic and East Europrean Review, vol. 42, no 9, 1963, p. 54-63.

17 W. Veryha, A case study of genocide in the Ukrainian famine of 1921-1923 : famine as a weapon, Lewinston, The Edwin Mellen Press, 2007. Selon, Weissman, la commission est dissoute par le gouvernement soviétique, le 27 août, et tous ces membres sont arrêtés par la Tchéka, B. M. Weissman, Herbert Hoover, op. cit, p. 76.

18 Ibidem, p. 5.

19 Ibidem, p. 30-32.

20 Ibidem, p. 36.

21 American Relief Administration, bulletin, août 1919, no 20, p. 30-31.

22 Ibidem, août 1919, no 22, p. 22-25.

23 H. H. Fisher, The famine in Soviet Russia, 1919-1923. The operations of the American Relief Administration, Stanford, Stanford University Press, 2002.

24 Ididem, p. 12-14.

25 H. H. Hoover, « American Relations to Russia » (discours donné devant la chambre internationale du Commerce à Washington, 15-5-1922), American Relief Administration, bulletin, juin 1922, p. 1-6.

26 New York Tribune, 24.7.1921, cité par B. M. Weissman, Herbert Hoover, op. cit., p. 16.

27 Ibidem, p. 145.

28 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p 102.

29 Y. Khenkin, « The “Joint” and the Anti-Famine Campaign in Soviet Russia, 1921-1923 », East European Jewish Affairs, vol. 23, no 2, 1993, p. 61-71.

30 Parmi les principales organisations engagées, on peut citer le Federal Council of the Churches of Christ in America (125 000 dollars), Mennonite Central Committee, National Catholic Welfare Council, National Lutheran Council, Student Friendship Fund (YMCA), Volga Relief Society (émigrés allemands, 220 000 dollars), America Committee to Aid Russian Scientists with Scientific Litteratur, National Lutheran Council.

31 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés des hommes. Le Comité international de secours à la Russie et la famine de 1921-1922 (mémoire de licence), Genève, 2002, p. 100.

32 B. M. Weissman, Herbert Hoover, op. cit., p. 102.

33 H. H. Fisher, The famine in Soviet Russia, op. cit.

34 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit.

35 J. J. Zatko, « The Vatican and Famine Relief », art. cit.

36 V. Kepley, « The Worker’s International Relief », art. cit.

37 R. Cosandey, Éloquence du visible, la famine en Russie, 1921-1923 : une filmographie documentée, Perpignan, Institut Jean Vigo, 1998, E. Natale, « Quand l’humanitaire commençait à faire son cinéma : les films du CICR des années 20 », Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 86, no 854, 2004, p. 415-438.

38 Ibidem, p. 32.

39 B. M. Patenaude, The Big Show in Bololand : the American relief expedition to Soviet Russia in the famine of 1921, Stanford, Stanford University Press, 2002, F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., S. L. Bane et R. H. Lutz, The blockade of Germany, op. cit., P. C. Hiebert et O. O. Miller, Feeding the hungry, Russia famine, 1919-1925, American Mennonite relief operations under the auspices of Mennonite central committee, Scottdale, Mennonite Central Committee, 1929.

40 H. H. Fisher, « The American Relief Administration in Russia, 1921-1923 », Administration of Relief Abroad. A Series of Occasional Papers (Rusell Sage Foudation), août 1943, S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 148.

41 L’ARA envoie 1,2 million de colis, soit 75 000 tonnes d’aliments pour une valeur de 12 millions de dollars, « The Carriage of Philanthropy. The Story of the succcessful distribution of $ 12 000 000 in “Food Remmittance” packages in Russia, of the vital relief to the nation’s brain workers, and of the resultant earning of funds fot the feeding of 3 000 000 children at a critical period », American Relief Administration, bulletin, no 43, décembre 1923, p. 141.

42 H. H. Fisher, The Famine in Soviet Russia, op. cit., p. 405.

43 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p. 92-93.

44 Y. Khenkin, « The “Joint” and the Anti-Famine Campaign », art. cit.

45 American Relief Administration, bulletin, no 2, octobre 1920.

46 C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit.

47 M. Sidibe, Le rôle du CISR et de l’UISE durant la famine en Russie (mémoire de master), Genève, 2008, p. 32, C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit, p. 15.

48 Cette somme de 63,1 millions de dollars provient des sources suivantes : 28,9 millions de dollars issus des campagnes de l’ARA, 11,3 millions de dollars correspondant aux réserves d’or mises à disposition par le régime soviétique, 18,6 millions de dollars liés à un crédit du Congrès pour l’achat de céréales américaines, la somme restante provient de l’armée américaine et de la Croix-Rouge américaine, F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 334, H. H. Fischer, The Famine in Soviet Russia, op. cit., p. 553.

49 Ibidem, p. 556-557.

50 B. M. Patenaude, The Big Show, op. cit., p. 88.

51 C.-E. Vogt, « Fridtjof Nansen et l’aide alimentaire européenne à la Russie et à l’Ukraine bolcheviques en 1921-1923 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 95, no 3, 2000, p. 5-12.

52 Selon Dekens, la dissolution du CISR traduit l’abandon des gouvernements de l’entente et de la Société des Nations, mais elle est aussi le résultat des critiques des membres anglais de l’organisation, en particulier contre la distribution de l’aide et la mauvaise gestion du CISR. Il est probable que ces critiques soient le résultat de la volonté des Anglais de retrouver une plus large autonomie face aux partenaires engagés dans le CISR, C. Dekens, Refaire de ces abandonnés, op. cit.

53 « Compte rendu financier », AEG, Archives privées AP 92.31.6.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540