Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre III. Hoover, Food Dictator : alimenter l’Europe et (re)construire l’Occident

Texte intégral

  • 1 « Children’s Relief and Democracy », American Relief Administration, bulletin, no 15, août 1921, p (...)

« Nothing so neutralizes class hatred as the bringing of the upper classes into the range of labor. We were able to do this in the child conservation. A princess stirring broth in a soup kitchen is the best argument for democracy that could possibly be found, and we found it. It was through this kind of service that we were able to stave off anarchy and to make the great mass of the people vividly understand that there was no caste in need. »
Herbert Hoover (1921)1.

  • 2 P. Ryfman, La question humanitaire. Histoire, problématiques, acteurs et enjeux de l’aide humantia (...)

1L’American Relief Administration (ARA) constitue une institution emblématique du développement d’institutions humanitaires privées pendant et après la fin du premier conflit mondial, à l’exemple du Joint (1914), de l’American Friends Service Committee (AFSC, quakers américains, 1917) ou de Save the Children Fund (1919). Son intervention lors de la famine en Russie dès 1921 apparaît pour beaucoup comme la cristallisation des nouveaux enjeux politiques liés à l’action humanitaire à l’époque contemporaine2.

2En réalité, l’organisation américaine trouve son origine dans le vaste programme d’importations de produits alimentaires des États-Unis vers l’Europe durant la dernière phase de la guerre. Durant cette période, les secours sont liés à des enjeux stratégiques essentiels pour la poursuite du conflit. Ils prennent la forme d’opérations menées d’État à État par un système de crédits, au sein duquel l’ARA représente une agence chargée du contrôle de la distribution des marchandises en Europe. Après la signature du traité de Versailles, l’ARA, agence gouvernementale, est en quelque sorte « privatisée » afin de permettre la poursuite de l’intervention américaine en Europe.

  • 3 R. D. Cuff, « Herbert Hoover, The Ideology of Voluntarism and War Organization during the Great Wa (...)

3Au-delà de ces enjeux politiques et diplomatiques, le mode opératoire de l’ARA s’inscrit dans la continuité des pratiques développées par la Commission for Relief in Belgium. Cependant, les interventions menées après la guerre se caractérisent par l’attention portée aux enfants victimes de la guerre. Ce développement marque une étape essentielle pour l’histoire des organisations humanitaires associées désormais étroitement à la figure de l’enfance. En outre, la popularité et l’expérience de Hoover gagnées lors de son engagement pour la Belgique l’imposent comme une personnalité centrale de la vie politique américaine. Hoover incarne le mariage du gentleman philanthrope et du manager international ainsi que la rencontre entre le volontariat privé et l’engagement au service de l’intérêt national3.

Food dictator

  • 4 J. Guth, « Herbert Hoover, the US Food Administration, and the Diary Industry, 1917-1918 », The Bu (...)
  • 5 A. Offer, The first World War: An Agrarian interpretation, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 1.

4Après l’entrée en guerre des États-Unis, Hoover est placé en mai 1917, par le président Wilson, à la tête de l’US Food Administration, institution chargée d’assurer les ressources alimentaires de la population américaine, de contrôler les prix et de garantir la distribution des exportations des produits alimentaires américains vers les États de l’Entente et la Belgique4. Surnommé Food dictator par la population américaine, Hoover occupe un rôle central dans l’économie de guerre en assurant la survie alimentaire des populations européennes en guerre contre la Triplice. La contribution alimentaire américaine en faveur des pays de l’Entente constitue un enjeu capital dans le contexte d’une guerre d’usure qui épuise progressivement les ressources des principaux pays belligérants. Le ravitaillement des populations est particulièrement difficile durant l’hiver 1917-1918. À ce moment-là, la nourriture constitue un instrument stratégique essentiel qui donne à l’Entente un avantage décisif face à l’Allemagne, où la mobilisation des esprits s’effrite face aux sacrifices alimentaires imposés par le blocus allié. Comme l’évoque l’historien Avner Offer, la Première Guerre mondiale ne se réduit pas uniquement à un conflit de « steel and gold, but a war of bread and potatoes5 ».

5Pour le gouvernement américain, il est essentiel de maîtriser la production et la distribution des ressources alimentaires afin de réserver d’importants stocks pour l’exportation vers l’Europe. En parallèle, Washington exerce un étroit contrôle des prix afin d’éviter que la forte demande depuis le continent européen ne provoque des augmentations de prix sur le marché américain. Une telle menace est susceptible de miner le moral de la population américaine et de questionner son engagement envers les puissances de l’Entente. Dans ce cadre, Hoover développe un programme ambitieux autour du slogan « Food will win the War » destiné à mobiliser la population civile et à développer la production alimentaire. Une très belle affiche de Charles Edward Chambers mettant en scène l’arrivée de migrants à New York, représenté comme un nouveau paradis reprend cette formule, en s’adressant en particulier aux populations originaires d’Europe, « Food will win the war – You came here seeking Freedom – you must now help to preserve it – Wheat is needed for the allies – Waste nothing » (voir fig. 9).

6Par l’intermédiaire d’une vaste campagne de communication, Hoover délivre un message destiné à encourager la production alimentaire, notamment par le développement de jardins familiaux, mais aussi plus généralement par l’amélioration de la production agricole. Pour réduire les déchets alimentaires, les femmes sont ainsi encouragées à développer les moyens de conservation, alors que les familles sont poussées à modifier leurs habitudes alimentaires en évitant la consommation excessive de produits carnés. La pomme de terre, le maïs et la conserve deviennent alors des aliments « patriotiques », symboles de la mobilisation de la nation (voir fig. 10 à 13).

  • 6 R. K. Eighmey, « Food Will Win the War »: Minnesota Conservation Efforts during World War I, St Pa (...)

7Dans ce cadre, l’engagement volontaire de la femme à l’arrière pour alimenter la nation apparaît comme la figure correspondant à la recrue masculine sur le front. Une très belle affiche signée par l’illustrateur Paul C. Stahr représentant une femme revêtue d’une tunique aux couleurs américaines les bras ouverts tendus vers l’avant qui, d’un geste ferme, cristallise l’engagement des femmes pour la patrie ; le texte suivant est associé à cette représentation : « Be Patriotic, sign your contry’s pledge to save the food6 » (voir fig. 14).

  • 7 Voir O. Zunz, La philantropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Paris, Fayard, 2012.
  • 8 C. Capozzola, Uncle Sam wants you: World War I and the making of the modern American Citizen, Oxfo (...)

8Pour mener à bien cette campagne, Hoover s’appuie sur une culture politique basée sur le volontariat, née de la transformation de la charité privée en une obligation patriotique7. Cette dynamique est portée par un vaste réseau associatif, telle la General Federation of Women’s Club issue d’une longue tradition philanthropique. L’utilisation de ces réseaux permet, comme nous l’avons évoqué dans le cas de la Croix-Rouge américaine et de la CRB, la mobilisation rapide d’importantes ressources humaines et matérielles8.

9Cependant, mis à part cet engagement de la société civile, l’envoi de produits alimentaires est notamment possible par la libération d’un crédit exceptionnel de 3 milliards de dollars voté par le Congrès à la fin avril 1917 et destiné à financer les exportations de nourriture, essentiellement des céréales, vers les États de l’Entente et la Belgique. Au total, grâce à ces crédits, plus de 23 millions de tonnes de nourriture sont convoyées du continent américain vers l’Europe durant la guerre et la période de l’armistice, soit presque cinq fois les quantités de marchandises mobilisées pour la Belgique. L’Angleterre est le premier bénéficiaire de ce programme, viennent ensuite la France et l’Italie. La valeur de ces exportations triple les secours mobilisés pour la CRB durant l’ensemble de la guerre, ce qui suggère l’ampleur du programme américain.

Belgique

France

Grande-Bretagne

Italie

Total

27,5

850,7

1375,4

796,7

3050

  • 9 F. M. Surface et R. L. Bland, American food in the world war and reconstruction period; operations (...)

Tableau 2. – Valeurs des aliments et des secours destinés aux gouvernements alliés financés grâce aux crédits américains (avril 1917-1919)9 (en millions de dollars).

  • 10 Idem.

10En novembre 1918, la situation sanitaire en Europe est toujours très délicate. Suite à l’armistice, l’imposition de la paix paraît très étroitement liée aux secours nécessaires pour éviter une grande famine sur le continent européen qui menace plus de 200 millions de personnes au sud et à l’est de l’Europe et pour limiter les conséquences dévastatrices de la grippe espagnole et du typhus10.

  • 11 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 35-37.

11Les sacrifices humains et matériels consentis durant la guerre et la fragilité de l’économie européenne au sortir du conflit amènent Washington à poursuivre son engagement sur le continent. La mise en œuvre de ce programme de secours est parallèle à l’envoi de Hoover en Europe, fin novembre 1918. Celui-ci exerce dès lors une véritable tutelle sur les interventions d’entraide par son contrôle de l’ensemble du dispositif d’importation et de distribution des marchandises. Membre du Conseil économique suprême interallié, il occupe bientôt la fonction de Directeur général des Secours en charge de l’ensemble des programmes de secours. En parallèle, il dirige l’American Relief Administration (ARA), agence officielle créée par Washington dont l’objectif, comme nous l’avons évoqué précédemment, est de contrôler la distribution des importations et d’assurer la remise des secours aux pays « libérés », suite à la concession d’un crédit de 100 millions de dollars voté par le Congrès. Les opérations de l’ARA durant cette phase d’armistice (de novembre 1918 à septembre 1919) représentent une valeur totale de 363,4 millions de dollars11. L’un des facteurs clés du début de l’opération américaine est la liquidation par l’armée américaine d’importantes quantités de marchandises encore stockées en Europe après les combats. Celles-ci constituent près d’un tiers des moyens mobilisés par les États-Unis pour leurs activités de secours durant la période d’armistice.

  • 12 Les fonds mobilisés durant cette période se répartissent ainsi : ARA, 363,2 millions de dollars, o (...)

12Grâce à sa triple casquette, la mission de Hoover est, plus généralement, de maintenir un contrôle étroit sur la distribution des exportations des aliments nord-américains, ce qui octroie à Washington une position de force sur le continent. De cette manière, Hoover centralise les opérations et réduit la participation des autres États vainqueurs. Au total, durant la période de l’armistice, le programme de secours développé par le Directeur général des Secours, qui comprend les contributions des différentes organisations étasuniennes (plus de 800 millions de dollars) ainsi que des États, permet de distribuer dans vingt et un pays 4,2 millions de tonnes de nourriture et de secours pour une valeur de 1,1 milliard de dollars12. Les principaux pays bénéficiaires sont désormais l’Allemagne (25,4 %), la France (19,6 %) et la Pologne (12,1 %).

Pain contre communisme

13Cette nouvelle géographie des secours traduit le déplacement du centre des opérations vers le centre de l’Europe. Les secours ne se limitent plus uniquement aux pays alliés et à la Belgique ; le programme d’intervention américain s’étend désormais à l’ensemble du continent et comprend également les anciens États ennemis. Cependant, il faut noter que les secours destinés aux pays vaincus sont soumis à des conditions plus rigoureuses que celles réservées aux pays alliés et libérés qui bénéficient de crédits garantis par le gouvernement américain.

  • 13 Ibidem, p. 51.

14Après la conférence de Bruxelles, en mars 1919, qui permet d’assouplir le blocus, les importations vers l’Allemagne débutent sur la base d’un payement à l’avance (durant cette période, Berlin verse 113,7 millions de dollars pour le programme mené par le Directeur des secours)13 et la mise à disposition de la flotte commerciale allemande pour assurer le transport maritime.

15Pour Hoover, fervent opposant à la politique du blocus, l’envoi de ces ressources alimentaires est essentiel pour éviter un mouvement révolutionnaire au centre de l’Europe. Dans le mémorandum du responsable de l’ARA remis lors des négociations tenues à Bruxelles, ce dernier met en relation son programme d’aide et les menaces politiques pour l’avenir de l’Europe :

  • 14 American Relief Administration, bulletin, no 3, avril 1919, p. 2.

«Why we are Feeding Germany?: […] From the point of view of a governor, I would say it is because famine breeds anarchy, anarchy is infectious, the infection of such a cess-pool will jeopardize France and Britain, will spread the United States […] Taking it by large, our face is forward, not backward on history. We and our children must live with these seventy millions of Germans 14

16Ce texte illustre les liens tissés entre l’action de secours et les enjeux politiques de l’après-guerre. On suit en conséquence un glissement à partir d’un discours axé sur la solidarité avec les populations alliées vers un discours qui met en relation la crise alimentaire et sanitaire et l’essor du communisme en Europe. Certes, l’action philanthropique a toujours été sous-tendue d’enjeux politiques et idéologiques. Cependant, les secours organisés par Washington après l’armistice placent ces questions sur une nouvelle échelle opérationnelle et sont liés explicitement à la lutte contre le communisme.

17En associant étroitement la crise alimentaire européenne et l’avancée du bolchévisme, l’envoi de secours pour lutter contre la faim apparaît à Washington, et en particulier à Hoover, comme un antidote de l’« épidémie » qui se propage en parallèle à la révolution et à l’anarchie. Alors que la grippe espagnole sème la mort de masse sur l’hémisphère, le communisme est perçu comme un virus qui menace la paix ainsi que la civilisation européenne. Dans ses mémoires écrites après la guerre, le futur président ne dissimule par ces enjeux :

  • 15 H. H. Hoover, The Memoirs of Herbert Hoover. The Cabinet and the Presidency, 1920-1933, Londres, H (...)

«My mission had large political implications, besides the transcendent purpose to stop floods of human misery, to save millions of lives from starvation, to prevent a dwarfed and mentally impaired generation of children, and to bring about measures of reconstruction. My job was to shield the frail plants of democracy in Europe against the withering blasts of the time and their possible aftermaths of unemployment, anarchy, or Communism. If there was to be peace in the world, the one hope was support to representative government. Their social and political systems would more probably be geared to peace than to war. And Communism was the pit into which all governments were in danger of falling when their fanatic peoples were driven by the Horsemen of Famine and Pestilence 15

18Face à la menace bolchévique perçue comme un produit de la barbarie et de la misère, les initiatives caritatives proposent de reconstruire la civilisation européenne en intégrant les populations civiles nécessiteuses dans des programmes alimentaires. Il s’agit de sauver leur ventre mais aussi leur moralité par la distribution de lait et de pain.

19Cette logique explique dans un premier temps la mise à l’écart de la Hongrie, gouvernée durant le premier semestre 1919 par le régime communiste de Béla Kun. Au final, après la défaite de ce dernier, des premiers secours sont envoyés, mais la contribution américaine au secours de la population hongroise se réduit à 245 519 dollars. L’Autriche, à l’opposé, bénéficie d’un programme de secours qui permet aux responsables des politiques de secours de contourner les limites imposées par le gouvernement américain concernant les prêts aux ex-ennemis. En effet, la France et la Grande-Bretagne sont utilisés comme intermédiaires, ils reçoivent des crédits américains qui servent par la suite à l’achat de marchandises destinées à l’Autriche et à l’Allemagne.

Modèles et pratiques

20La méthode d’intervention développée par l’ARA reprend dans ses grandes lignes les recettes utilisées pour l’opération mise sur pied en Belgique. Elle permet de mettre en œuvre les projets d’extension des activités de la CRB, notamment en Pologne, qui avaient été bloqués durant la guerre par le refus des belligérants. Dans un premier temps, les experts envoyés sur le terrain établissent un programme d’importation par pays. Ils insistent notamment sur le besoin urgent de céréales, mais aussi de graisses animales et de lait, considérés comme des produits essentiels pour combler les déficits alimentaires de la population européenne et pour écarter la menace d’épidémies liées à la sous-alimentation.

21Dans une deuxième phase, une demande d’importation est transmise à la Food Administration Grain Corporation, agence du gouvernement américain en charge de rassembler les stocks de nourriture, afin d’organiser les transports maritimes et d’assurer en parallèle le rôle d’agent fiscal de l’ARA. Au-delà de la difficulté de mobiliser des navires capables de convoyer des quantités considérables de marchandises, l’opération dépend de l’existence d’importants dépôts dans les docks des grands ports européens et finalement d’un réseau ferroviaire suffisamment efficace pour relier les principales villes du continent et assurer la distribution des marchandises.

  • 16 S. Ferrière, Les États-Unis au secours de l’Europe, 1918-1923 : l’œuvre de Hoover en Europe depuis (...)

22Après la traversée de l’Atlantique, les stocks sont visités à leur arrivée par les délégués de l’ARA qui garantissent le contrôle de la distribution des cargaisons vers les représentations régionales de l’ARA ou vers les autres institutions locales. Selon Suzanne Ferrière, le personnel engagé au sein de l’ARA et de la Food Administration Grain Corporation se monte durant cette période à 4 000 personnes dont la moitié sont des volontaires16. Il faut remarquer que l’organisation développée par Hoover est non seulement inspirée par le modèle de la CRB, mais s’appuie sur d’anciens collaborateurs de la CRB ainsi que sur des officiers mis à disposition par l’armée américaine, souvent issus des services sanitaires engagés durant la guerre.

23Cependant, la construction d’une telle entreprise avec l’ambition d’intervenir sur l’ensemble du continent représente un défi complexe dans des régions ravagées par quatre années de guerre et traversées par un séisme politique produit par la réorganisation du continent suite à la disparition des grands empires et par la victoire bolchévique. De plus, les transports sont particulièrement difficiles sur des routes maritimes encore parsemées de mines et sur des voies ferrées partiellement détruites. L’ARA, véritable armée de l’humanitaire, se voit contrainte de développer son propre réseau télégraphique reliant ses missions avec les sièges de l’agence à Londres et à Paris. En outre, le dessin des nouvelles frontières désorganise les flux commerciaux et place de nombreuses régions face à d’importants déficits alimentaires, ce qui amène l’ARA à jouer un rôle important pour le rétablissement des voies commerciales entre les nouveaux États.

24Durant cette période d’Armistice, après la première expérience de la CRB, l’ARA constitue, comme nous l’avons vu, une institution née de l’engagement militaire américain et dont la mise sur pied est liée au retrait des troupes étasuniennes du continent. Les officiers engagés par Hoover au service de l’ARA ont déposé leur fusil pour désormais encadrer une vaste entreprise de transport et de distribution de secours alimentaires. L’alliance entre ces moyens issus de l’armée et des réseaux commerciaux et financiers internationaux explique l’ampleur de l’aide convoyée par Hoover, dont l’action aspire à imposer un modèle fondé sur la charité et le commerce. La reconstruction des réseaux économiques, la participation à la remise sur pied de l’économie européenne et la supériorité morale de l’engagement américain apparaissent à ses yeux comme les garanties d’un futur de paix, de prospérité et un rempart contre le chaos et la misère associés à la menace bolchévique.

ARA ECF : reconstruction et enfance

25Après la signature du traité de Versailles en juin 1919, le gouvernement américain décide de se retirer officiellement des affaires européennes et met fin aux activités de l’ARA. Cependant, l’avènement de la Russie soviétique et la situation sanitaire et alimentaire en Europe centrale et orientale décident Hoover à poursuivre son action. Désormais, l’intervention se déroule dans un nouveau cadre par la transformation de l’ARA en une agence privée. Suite à la liquidation de l’ARA « publique », Hoover se place à la tête d’un nouvel ARA, l’American Relief Administration European Children’s Fund (ARA ECF).

26Le maintien d’une large action d’aide à l’Europe répond, comme nous l’avons évoqué, à la situation alimentaire et sanitaire très préoccupante d’après-guerre, mais aussi à la volonté occidentale de dresser un cordon sanitaire face à l’avancée du communisme. En conséquence, le retrait officiel de Washington sur le terrain diplomatique est parallèle au développement d’activités humanitaires « privées », mais qui suivent étroitement la forme et les objectifs de l’engagement américain durant la guerre et la période d’armistice.

27Comme le suggère son nouveau nom, les activités de l’ARA après l’armistice sont désormais strictement dédiées à l’assistance à l’enfance. L’objectif principal de cette institution est de nourrir gratuitement les enfants dans le besoin durant une période de transition, soit le temps nécessaire aux pays européens de retrouver une situation économique « normale » et de mettre en place des organisations nationales d’assistance à l’enfance, capables de prendre la suite des programmes initiés par l’ARA. Pour Hoover, l’intervention humanitaire doit être développée dans un cadre temporaire, elle est axée sur le principe de réhabilitation à l’opposé d’une assistance permanente, car il est très soucieux de ne pas entraver le développement de l’initiative privée et la responsabilité des gouvernements concernés.

28Dans les faits, la définition d’un terrain d’action dédié à l’enfance suit un mouvement plus général marqué par l’émergence de l’enfance comme sujet central de l’action humanitaire. Issu notamment des initiatives philanthropiques pour l’enfance misérable des quartiers ouvriers développées à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, ce mouvement pour l’enfance s’internationalise après la guerre, comme le suggère la mise sur pied de l’Union internationale de secours aux enfants qui sera à l’origine de la déclaration des droits de l’enfant en 1923.

  • 17 D. Marshall, « Humanitarian Sympathy for Children in Times of War », in R. Coles (éd.), Children a (...)
  • 18 A. Salomon, Eglantyne Jebb, 1876-1928, Genève, Union internationale de secours aux enfants, 1936, (...)

29À l’origine, cette institution naît de l’engagement de deux femmes liées aux milieux caritatifs britanniques, Eglantyne Jebb et sa sœur Dorothy Buxton. Après avoir mené campagne contre le blocus en Allemagne et en Autriche, notamment dans le cadre d’un Famine Council mis sur pied en janvier 1919 à Londres, elles développent un discours axé sur l’enfance comme victime innocente de la guerre17 et promeuvent une nouvelle institution, Save the Children Fund, engagée bientôt dans diverses interventions en Europe centrale18.

30Suite à cette première étape, l’organisation anglaise, avec l’appui du pape Benoît XV et de l’archevêque de Canterbury, lance, le 28 décembre 1919 (en référence au massacre des St-Innocents), une collecte internationale en faveur de l’enfance des pays éprouvés par la guerre. Forte de cet important soutien politique et financier, Jebb rassemble en décembre 1919 différentes associations nationales dédiées à l’assistance à l’enfance dans le cadre d’un cartel siégeant à Genève.

  • 19 Union internationale de secours aux enfants, Déclaration de Genève, Genève, Union internationale d (...)

31La création de cette nouvelle institution internationale, à l’origine, en 1923, d’une chartre en cinq points pour la protection de l’enfance approuvée l’année suivante par l’assemblée générale de la Société des Nations19, suggère que l’enfance utilisée durant la guerre comme figure patriotique, menacée par l’inhumanité de l’ennemi, constitue désormais une cause internationale. Les actions de secours destinées aux enfants, symboles de la victime innocente, facilitent la mobilisation de l’opinion publique pour participer à de nouvelles entreprises philanthropiques. La figure de l’enfant constitue également l’image vivante de l’avenir de l’Europe. Sauver l’enfance européenne de la faim représente un défi moral et sociétal. Le secours alimentaire apparaît comme un instrument pour développer les idéaux de justice, d’altruisme et de progrès nécessaires pour éliminer les conséquences négatives d’un environnement dégradé par les effets pervers du conflit. Dans un élan teinté d’eugénisme, inspiré par un espoir de régénération de la civilisation occidentale, les progrès médicaux, hygiéniques et les avancées des sciences de la nutrition incarnent l’espoir de reconstruire la famille occidentale et d’amener les pays européens vers le progrès. À l’opposé, l’enfant orphelin et affamé s’impose alors comme une métaphore de la suspension de la civilisation durant la guerre.

32La mobilisation de l’opinion occidentale pour sauver l’enfance victime de la décomposition sociale provoquée par la guerre facilite la constitution d’une communauté de donateurs. Dans ce contexte, il faut souligner que l’enfance permet de neutraliser les opérations de secours. Enjeu social et politique de la reconstruction de l’Europe, les enfants apparaissent comme des victimes innocentes des guerres et des décompositions européennes. La figure de l’enfant facilite l’intervention dans les pays des anciens États ennemis et la cristallisation de nouveaux liens de solidarité avec les populations des nations vaincues par l’Entente. Cette dimension est particulièrement importante pour Washington suite à son retrait officiel des affaires politiques européennes.

  • 20 American Relief Administration, bulletin, no 7, décembre 1921, p. 1.

33Publié dans le New York Evening Post, puis repris dans le Bulletin de l’ARA, un dessin de presse traduit la perception américaine de l’engagement humanitaire incarné par l’ARA (voir fig. 15). Des rives surpeuplées de l’Europe, une foule d’enfants en haillons et affamés, menacés par l’hiver et par la présence d’un loup venant de l’Est, scrutent l’Amérique du Nord. Le continent apparaît proche et présenté comme un entrepôt à ciel ouvert dans lequel s’entassent de milliers de colis et marchandises alimentaires. Avec en arrière fond la ville de New York, Hoover désigne d’un geste de la main le continent européen, avec la conviction de convaincre un personnage incarnant l’État américain20.

34Nous avons insisté sur le fait que les crédits américains avancés par Washington durant la guerre et l’armistice avaient été essentiels pour importer des quantités massives d’aide vers l’Europe. Cependant, le nouveau contexte imposé par le refus de Washington de participer à la Société des Nations et la fin des subventions gouvernementales posent le problème du financement de la « machinerie » mise sur pied par Hoover. Ce point est essentiel pour comprendre de quelle manière l’ARA maintient son statut de principal acteur humanitaire durant cette période.

35En fait, la nouvelle institution est financée au départ par la remise des crédits et des marchandises issues des activités précédentes de l’ARA. Avec l’accord des gouvernements concernés, la nouvelle institution compte sur la présence d’importants stocks de marchandises. En outre, l’ARA ECF s’appuie sur la même structure opérationnelle et le personnel issu de l’« ancien » ARA.

  • 21 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit.

36Pour garantir le financement d’une action qui inclut bientôt plus de douze pays, Hoover fait appel aux réseaux issus de l’immigration en Amérique. À l’été 1919, les associations d’origine « ethnique », yougoslaves, tchèques et polonaises en particulier, collectent aux États-Unis plus de 1 million de dollars pour l’ARA, dont 800 000 dollars rassemblés par treize comités polonais21.

  • 22 Voir notamment les rapports d’un « vétéran » de la CRB, A. E. Taylor, « Forecast in situation of b (...)
  • 23 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 78.

37Après cette première étape, une deuxième campagne destinée à récolter de nouveaux moyens financiers est lancée à l’hiver 1919-1920. Cette mobilisation fait suite notamment aux rapports alarmants rédigés par des délégués de l’ARA lors d’enquêtes sur la situation humanitaire en Europe22. En parallèle, un rapport de la Croix-Rouge américaine estime à 2 ou 3 millions les enfants nécessitant des secours urgents. À ce moment, Hoover décide de mobiliser l’opinion par la mise sur pied d’un cartel, l’European Relief Council, dont l’objectif est de coordonner les campagnes d’appels au don des associations américaines engagées pour les enfants de l’Europe de l’Est et d’Europe centrale23 ; le conseil est composé des neuf principales organisations caritatives américaines (AFSC, Croix-Rouge américaine, ARA, Federal Council of the Churches of Christ in America, Joint, Knights of Columbus, National Catholic Welfare Council, YMCA et Young Women’s Christian Association). Le principal enjeu de la création du cartel est d’encourager la charité par l’organisation d’une grande collecte nationale commune sur le modèle réalisé par la Croix-Rouge américaine durant la guerre.

38À la suite d’un premier appel publié par le magazine Literary Digest en octobre 1920, de nombreux comités sont mis sur pied, en particulier grâce à la participation des principales organisations féminines. Ils relaient une vaste campagne nationale dans la presse, les écoles voire les cinémas qui accueillent des conférences destinées à encourager le soutien américain. Dans ce contexte, Hoover promeut des événements mondains à l’exemple de l’« hôte invisible » (voir fig. 16) qui réunit à l’Hôtel Commodore à New York 960 personnes, dont le général des armées John Pershing. Sur la base d’une souscription de 1 000 dollars, les donateurs participent à un banquet symbolique durant lequel ils reçoivent un menu semblable à ceux distribués en Europe dans les cantines de l’ARA (riz bouilli servi dans un bol de terre, pain bis et cacao). Au bout de la table, un siège reste vide devant lequel sont servis des plats copieux qui illustrent la responsabilité morale d’une Amérique de l’abondance face aux sacrifices endurés par les populations européennes.

  • 24 La répartition des sommes récoltées s’effectue de la manière suivante : ARA 15,6 millions de dolla (...)

39Sans atteindre les sommes précédentes rassemblées durant la guerre par la Croix-Rouge américaine (400 millions de dollars), l’European Relief Council obtient finalement 29,5 millions de dollars grâce au soutien de 3 000 volontaires et aux contributions de 7 millions d’Américains24. L’importance de cette collecte rappelle celle lancée par la CRB durant la guerre, qui atteint 52 millions de dollars, dont 20 millions de dollars en cash.

Colis et Food Remmittance

  • 25 American Relief Administration, bulletin, no 2, octobre 1920.
  • 26 « The Carriage of Philanthropy. The Story of the succcessful distribution of $ 12 000 000 in “Food (...)

40Face à la nécessité de trouver de nouvelles formules de financement, Hoover promeut un outil de payement original : la remise (remmittance). Cette action évoque celle réalisée en Belgique décrite dans le chapitre précédent, qui offrait la possibilité à des donateurs américains de financer une ration alimentaire pour un civil belge. Durant l’armistice, un nouveau système est développé par l’ARA autorisant un donateur américain à réaliser un transfert d’argent au bénéfice d’un proche en Europe centrale et orientale par l’intermédiaire d’une banque américaine. Alors qu’après la fin des combats, l’opinion américaine est quelque peu démobilisée pour la cause européenne, Hoover s’appuie, nous l’avons évoqué, sur les traditionnels liens de solidarités familiaux et religieux qui sont l’un des fondements du mouvement associatif issu de l’immigration aux États-Unis. Il souhaite également utiliser l’important potentiel financier des versements réalisés par les familles émigrées aux États-Unis en faveur de leurs proches en Europe, qui sont stoppés depuis 1914 par la guerre et la paralysie des relations financières internationales. Avant le conflit, ces transferts représentaient 150 millions de dollars annuels25. En outre, après les combats, ces envois font l’objet de nombreux trafics spéculatifs26.

  • 27 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 69-70.

41Dans ce contexte, l’ARA bénéficie du privilège d’être la seule institution autorisée à échanger des dollars avec des monnaies étrangères. Ainsi, par l’intermédiaire de l’ARA, les banques américaines acceptent des versements sur des comptes américains en Europe, l’agence centrale de l’ARA à Paris se charge d’informer les administrations des pays bénéficiaires qui mettent alors à disposition la contre-valeur du versement en monnaie locale, dans une banque de leur pays, à disposition du bénéficiaire. Durant le printemps 1919, ces opérations représentent une valeur non négligeable de 6,36 millions de dollars27.

42L’utilisation de ces formules financières mobilisant les milieux issus de l’émigration est à l’origine de nouvelles pratiques de charité liées au développement de l’utilisation du colis alimentaire. Ainsi, après l’armistice, l’ARA organise un système de remmittance basé sur la vente dans 5 000 banques américaines de chèques de 10 ou 50 dollars (food draft) en faveur de destinataires européens.

43Le premier chèque vendu en janvier 1920 est composé de trois parties. La première est destinée à l’acheteur, la deuxième au bénéficiaire et la troisième à l’ARA. Après la vente d’un food draft, les coupons correspondants sont envoyés par courrier aux bénéficiaires. Ce document leur permet de retirer dans les magasins de l’ARA en Europe un colis alimentaire.

  • 28 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 8.

44Le succès de cette opération traduit l’efficacité de la mobilisation des réseaux de l’émigration, de la solidarité « ethnique » et du succès d’un modèle d’intervention plus personnalisé, plus « direct » envers les bénéficiaires. Le mouvement de solidarité bénéficie effectivement à 3 ou 4 millions de familles en Europe28. Ce modèle humanitaire produit un véritable marché alimentaire de l’humanitaire financé par les immigrés aux États-Unis. Le colis permet en conséquence d’individualiser l’aide et de créer un nouveau lien entre donateur et bénéficiaire. Il offre certaines garanties aux donateurs sur la destination de leurs contributions et crée chez le client-donateur le sentiment d’apporter une aide concrète à des personnes qu’il aimerait aider en priorité.

45Après le colis du prisonnier de guerre, le colis individuel s’impose comme un produit normalisé, au prix et au contenu unique, qui garantit à la fois sa popularité parmi le public et facilite la construction d’un imaginaire de l’action humanitaire.

  • 29 Union internationale de secours aux enfants, Salvate Parvulos, Genève, UISE, 1928, Union internati (...)

46La personnalisation du geste humanitaire devient un élément constitutif des pratiques des principales institutions d’assistance comme le suggèrent différents programmes promus par l’Union internationale de Secours aux enfants dès 1921. Le cartel international propose en particulier un système « d’adoption par carte » qui permet aux donateurs de parrainer un enfant « malheureux » en finançant un paquet mensuel de vivres (lait condensé, farine, sucre, graisse, riz, cacao) par un versement à l’UISE. Les donateurs peuvent choisir la période d’« adoption » et la nationalité (Albanais, Grec, Russe ou Français) de l’enfant en échange d’une photo correspondante. Enfin, selon l’institution caritative, ils pourront maintenir un contact épistolaire avec l’enfant ou avec les personnes en charge de son éducation. En outre, au prix de 10 francs suisses par mois ou de 120 francs suisses par an, l’UISE encourage une famille, une classe voire une association professionnelle à réunir leurs dons pour devenir ainsi les parrains à titre collectif d’un enfant29.

47Il nous faut revenir au contenu de colis ARA qui constitue un enjeu sanitaire, mais qui représente aussi un miroir de la modernité de l’industrie alimentaire américaine. L’aide humanitaire promue par Hoover constitue à la fois l’incarnation de la supériorité morale et économique du modèle américain, mais aussi le produit des avancées scientifiques des sciences de la nutrition. Le colis est notamment présenté comme le meilleur rapport entre prix d’investissement, marchandises à disposition et efficacité alimentaire. Plus pragmatiquement, il représente une bonne affaire économique, car la valeur locale du contenu du colis peut représenter trois fois la somme versée aux États-Unis. Le programme de secours implique que les colis soient simples et le contenu fixe, tout en répondant aux attentes des bénéficiaires en fonction de leurs habitudes et traditions culinaires.

48Sur la base des recommandations d’experts en nutrition, quatre modèles de colis sont proposés A et B (10 et 50 dollars) pour les populations de confession chrétienne et C et D pour les populations de religion juive. Le colis propose essentiellement un mélange de lait en conserve, graisse animale et farine. Le colis ARA est composé selon des objectifs qui se distinguent de ceux de la Croix-Rouge américaine dans son action pour les prisonniers de guerre. Il pèse plus de quatre fois le poids du colis standard pour les soldats et il est pensé pour fournir une nourriture essentielle à une famille entière alors que le colis standard distribué mensuellement, à titre individuel, comprend des produits plus variés, destinés à améliorer l’ordinaire du soldat et à offrir certains produits du pays pour assurer un certain « confort » au soldat (biscuits, pudding, cacao, tabac, etc.).

Aa

B

C « kosher »

D « kosher »

24,5 lb de farine

140 lb de farine

24,5 lb de farine

140 lb de farine

10 lb de haricots

50 lb de haricots

10 lb de haricots

50 lb de haricots

8 lb de bacon

16 lb de bacon

7,5 lb de cottonseed oil

45 lb de cottonseed oil

8 boîtes de lait

15 lb de lard

12 boîtes de lait

48 boîtes de lait

15 lb de corned beef

48 boîtes de lait

a. Dès novembre 1920, le colis est complété par 2,25 pd de sucre et 1 pd de cacao.
Tableau 3. – Contenu des colis.

  • 30 American Relief Administration-European Children’s Fund, Danzig Port Mission, 1919-1922, Varsovie (...)
  • 31 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 94.

49Les colis sont fabriqués généralement dans les pays de destination grâce à la nourriture convoyée depuis les États-Unis vers les ports de Hambourg ou de Danzig. À partir de ces deux ports, les marchandises sont ventilées vers les entrepôts de l’ARA, où sont réalisés les « colis standards30 ». L’opération se poursuit, suite à la vente du premier draft à New York, de fin janvier 1920 à fin avril 1921. Au total, l’institution distribue 403 037 food drafts pour une valeur de 5,9 millions de dollars (14 436 tonnes de secours)31.

50Ce système pose néanmoins certains problèmes, car il favorise, indépendamment de la hiérarchie des besoins, une catégorisation des bénéficiaires. En outre, il constitue un moyen de consolider la position américaine par l’intermédiaire des réseaux nés des mouvements migratoires et participe au rayonnement du modèle économique et social américain. À l’opposé, il est utilisé par certains bénéficiaires pour alimenter le marché noir avec les produits alimentaires de l’ARA.

51Nous avons constaté dans le premier chapitre que l’activité des sociétés de Croix-Rouge pour les prisonniers de guerre se traduit par une nationalisation des secours à travers la genèse du colis standard distribué dans les camps de prisonniers, symbole d’union entre les soldats engagés sur le front et la société civile à l’arrière. Après la guerre, le colis constitue un instrument de reconstruction des liens entre les réseaux émigrés aux États-Unis et les populations européennes faisant face aux conséquences sociales et humaines de la Grande Guerre. Objet transnational qui traverse frontières et océans, le colis participe à la reconfiguration d’une communauté solidaire américano-européenne réunie par un projet de reconstruction de la civilisation occidentale et par la lutte contre le communisme.

Notes

1 « Children’s Relief and Democracy », American Relief Administration, bulletin, no 15, août 1921, p. 1.

2 P. Ryfman, La question humanitaire. Histoire, problématiques, acteurs et enjeux de l’aide humantiaire internationale, Paris, Ellipses, 1999, p. 41.

3 R. D. Cuff, « Herbert Hoover, The Ideology of Voluntarism and War Organization during the Great War », The Journal of American History, vol. 64, no 7, 1977, p. 358-372, C. Druelle-Korn, « Herbert C. Hoover (1874-1964) : un entrepreneur au service d’une cause humanitaire pendant la Première Guerre mondiale », in Mélanges offerts au Professeur Pierre Spiteri, Toulouse, Presses des sciences sociales de Toulouse 1, 2008, p. 445-457.

4 J. Guth, « Herbert Hoover, the US Food Administration, and the Diary Industry, 1917-1918 », The Business History Review, vol. 55, no 2, 1981, p. 170-187.

5 A. Offer, The first World War: An Agrarian interpretation, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 1.

6 R. K. Eighmey, « Food Will Win the War »: Minnesota Conservation Efforts during World War I, St Paul, Minnesota Historical Society Press, 2010.

7 Voir O. Zunz, La philantropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Paris, Fayard, 2012.

8 C. Capozzola, Uncle Sam wants you: World War I and the making of the modern American Citizen, Oxford, New York, Oxford University Press, 2008.

9 F. M. Surface et R. L. Bland, American food in the world war and reconstruction period; operations of the organizations under the direction of Herbert Hoover, 1914 to 1924, Stanford, Stanford University Press, 1931, p. 22-23.

10 Idem.

11 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 35-37.

12 Les fonds mobilisés durant cette période se répartissent ainsi : ARA, 363,2 millions de dollars, organisations américaines autres que l’ARA, 462,6 millions de dollars, les autres États, 238,7 millions de dollars (dont 120 millions de dollars de l’empire britannique) et Joint Allied Finance, 48 millions de dollars, idem.

13 Ibidem, p. 51.

14 American Relief Administration, bulletin, no 3, avril 1919, p. 2.

15 H. H. Hoover, The Memoirs of Herbert Hoover. The Cabinet and the Presidency, 1920-1933, Londres, Hollis and Carter, 1952, p. 433.

16 S. Ferrière, Les États-Unis au secours de l’Europe, 1918-1923 : l’œuvre de Hoover en Europe depuis l’armistice, Genève, UISE, 1923, p. 18.

17 D. Marshall, « Humanitarian Sympathy for Children in Times of War », in R. Coles (éd.), Children and War: A Historical Anthology, New York, NYU Press, 2002, p. 184-199.

18 A. Salomon, Eglantyne Jebb, 1876-1928, Genève, Union internationale de secours aux enfants, 1936, J. Droux, « L’internationalisation de la protection de l’enfance (1900-1925) », Critique internationale, no 52, juillet-septembre 2011, pp. 17-33, C. Mulley, The Woman who saved the Children: a biography of Eglantyne Jebb, founder of Save the Children, Oxford, One World, 2009, L. Mahood, Feminism and voluntary Action: Eglantyne Jebb and Save the Children, 1876-1928, New York, Palgrave Macmillan, 2009.

19 Union internationale de secours aux enfants, Déclaration de Genève, Genève, Union internationale de secours aux enfants, 1924, L. Bolzman, Genève au secours de l’enfance en danger : l’œuvre de l’Union internationale de secours aux enfants (UISE), 1920-1945 (mémoire de master), Genève, 2007.

20 American Relief Administration, bulletin, no 7, décembre 1921, p. 1.

21 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit.

22 Voir notamment les rapports d’un « vétéran » de la CRB, A. E. Taylor, « Forecast in situation of bread grains in Europe » [mai 1920], cité in S. L. Bane et R. H. Lutz, The blockade of Germany after the armistice, 1918-1919: selected documents of the Supreme Economic Council, Superior Blockade Council, American Relief Administration, and other wartime organizations, Stanford, Londres, Stanford University Press, Humphrey Milford, Oxford University Press, 1942, p. 442-451.

23 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 78.

24 La répartition des sommes récoltées s’effectue de la manière suivante : ARA 15,6 millions de dollars, Croix-Rouge américaine 10 millions de dollars, Joint 3 millions de dollars, AFSC 0,8 million de dollars et National Polish Committee 25 000 dollars, F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 334-335.

25 American Relief Administration, bulletin, no 2, octobre 1920.

26 « The Carriage of Philanthropy. The Story of the succcessful distribution of $ 12 000 000 in “Food Remmittance” packages in Russia, of the vital relief to the nation’s brain workers, and of the resultant earning of funds for the feeding of 3 000 000 children at a critical period », American Relief Administration, bulletin, no 43, décembre 1923.

27 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 69-70.

28 S. Ferrière, Les États-Unis au secours, op. cit., p. 8.

29 Union internationale de secours aux enfants, Salvate Parvulos, Genève, UISE, 1928, Union internationale de secours aux enfants, Photo-cartes de l’UISE, Genève, UISE [s. d.], BGE, E 1674 C1.

30 American Relief Administration-European Children’s Fund, Danzig Port Mission, 1919-1922, Varsovie [1922], www.archive.org/details/summaryofworkofa00unitrich.

31 F. M. Surface et R. L. Bland, American Food, op. cit., p. 94.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540