Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre II. Calories américaines et civils belges : Commission for the Relief of Belgium

Full text

  • 1 E. E. Hunt (délégué de la CRB pour la région d’Anvers), War Bread. A personnal narrative of the War (...)

« The invasion by the German armies overwhelmed the country almost as completely as an avalanche overwhelms a village lying in its path. The superstructure of civilized society was swept away1. »
Edward Eyre
Hunt, délégué américain de la Commission for Relief in Belgium.

  • 2 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief in Belgium, Statistical Review of Relief operations, Sta (...)

1La mise sur pied d’une organisation de secours dédiée à la population belge durant la Première Guerre mondiale constitue un moment fondateur de l’histoire des institutions humanitaires. Dispositif international d’aide alimentaire dédié aux populations civiles, la Commission for the Relief of Belgium (CRB)2 est organisée dès le début de la guerre et poursuit son activité jusqu’en 1919. Basée sur aucune structure institutionnelle préexistante, ni liée à une quelconque mouvance religieuse ou philosophique, elle développe une opération d’une dimension inédite qui permet d’assurer à l’ensemble de la population belge une subsistance minimum pendant la guerre. Au-delà de l’importance de l’opération menée par une organisation née des premières convulsions de la Grande Guerre, le modèle d’intervention qui caractérise l’action de la CRB est représentatif d’une transformation des pratiques humanitaires liée aux conséquences de l’entrée en guerre des sociétés occidentales. Plus précisément, il est le produit de la rencontre de cinq éléments décisifs qui permettent la mise sur pied d’une opération humanitaire inédite.

2Le premier facteur est d’ordre diplomatique et militaire, car l’action de la Commission est possible suite à un accord entre les principaux belligérants. Deuxièmement, la mobilisation d’une quantité considérable de marchandises alimentaires est liée aux importants surplus de l’agriculture nord-américaine et à la paralysie des exportations vers l’Europe ; cette situation offre un instrument d’intervention essentiel et participe de manière décisive à l’hégémonie américaine sur les politiques de secours durant les décennies suivantes. Le troisième facteur est lié à l’existence de réseaux commerciaux et financiers internationaux qui facilitent la mise sur pied de ce qu’on pourrait qualifier d’une Relief Company au service de la population belge. Quatrième point, sans lequel il est difficile de comprendre la nature et l’étendue de l’action menée par la CRB, l’utilisation, en Belgique, d’une solide structure administrative municipale et de réseaux d’entraide locaux qui permettent l’organisation d’un plan d’action en quelques semaines. Finalement, la mobilisation de l’opinion américaine, élément non négligeable du développement de la Commission, s’explique par un réseau associatif qui structure le territoire américain et sur lequel la CRB peut s’appuyer pour développer rapidement des campagnes pour financer son action et rassembler des secours matériels.

3Sous la direction du futur président Herbert H. Hoover, personnalité centrale des opérations humanitaires durant les deux guerres, la CRB trouve son origine dans des initiatives caritatives locales provoquées par l’invasion brutale de la Belgique suite au rejet, début août 1914, de l’ultimatum allemand par le roi Albert 1er. Les destructions, le pillage des réserves alimentaires et les déplacements de population occasionnent rapidement une situation alimentaire alarmante. Les troupes d’occupation, qui avaient planifié une invasion rapide du pays en direction de la frontière française, ne sont pas préparées à gérer les problèmes posés par le ravitaillement de la population belge. Pays industriel, l’alimentation de la Belgique dépend étroitement des importations de blé (78 % de la consommation totale de blé) stoppées par l’invasion allemande et par l’imposition du blocus par l’Entente. Aussi, face à la pénurie d’aliments, des comités locaux, des sociétés municipales de bienfaisance et des organismes religieux lancent des collectes et mettent sur pied des cuisines populaires pour répondre aux besoins essentiels de la population.

4À Bruxelles, dès le début du mois de septembre, la population est menacée d’une crise alimentaire majeure. Un Comité central de secours et d’alimentation, placé sous le patronage des ambassadeurs américain et espagnol et au bénéficie de l’appui de businessmen américains ainsi que de personnalités de l’économie belge, Émile Francqui de la Société générale, Ernest Solvay de Solvay & Cie, etc., développe dans les quartiers de la capitale et dans les communes de son agglomération un réseau de soupes populaires et de cantines financées conjointement par les bénéficiaires des secours, les communes et le Comité central.

  • 3 Ibidem, p. 10-17.

5Rapidement le Comité central fait face à de nombreux problèmes pour se procurer les marchandises suffisantes afin d’assurer une distribution quotidienne d’une ration d’un demi-litre de soupe et de 250 g de pain par personne. Ainsi, à l’automne, les réserves alimentaires sont systématiquement réquisitionnées par les municipalités belges et mises à disposition des sociétés de secours et de ravitaillement qui sont actives dans les principales localités et coordonnées au niveau régional. Pensée dans un premier temps comme un réseau temporaire de cuisines populaires pour les nécessiteux, cette structure initiale est rapidement insuffisante. La carence d’aliments disponibles en Belgique oblige les responsables à chercher de nouvelles ressources. En effet, malgré un système fondé sur la collaboration entre élites économiques, sociétés de bienfaisance et pouvoir municipal, la population belge est au bord de la famine. Aussi, face à l’urgence, le Comité central obtient, mi-septembre, des autorités allemandes, des permis d’importation et l’autorisation pour les représentants du Comité de voyager à Londres pour se procurer des vivres3. Dans un premier temps, ce sont donc les acteurs locaux qui s’appuient sur des relais diplomatiques et des personnalités influentes pour demander l’importation de secours alimentaires.

6Suite à la démarche du Comité central, le gouvernement anglais reste prudent et conditionne l’assouplissement du blocus en faveur de la population belge au contrôle de l’opération par des garants de la destination des secours. Pour les autorités britanniques, il est fondamental de maintenir un étroit contrôle concernant les envois de nourriture. Logiquement, Londres craint que les secours ne soient détournés en faveur des armées occupantes ou que cette contribution ne permette à ces dernières de puiser dans les réserves alimentaires du pays, à la prochaine récolte, pour nourrir ses troupes.

7En réponse à ces exigences, les représentants du Comité bénéficient depuis le début de leurs activités de l’appui décisif de la diplomatie américaine qui fait appel à Hoover. À Londres, l’homme d’affaires est en charge depuis le début de la guerre d’un American Relief Committee mis sur pied pour rapatrier 200 000 touristes et résidents américains bloqués par le début de la guerre en Europe. Celui-ci dispose, alors que cette opération de rapatriement touche à sa fin, d’une petite somme issue de cette action et de ses contacts dans le monde financier et du commerce international.

8Avec l’engagement de Hoover pour la cause belge, la pression de la diplomatie américaine et la profonde émotion suscitée dans les pays de l’Entente par la situation de la population belge facilitent durant le mois d’octobre la poursuite de négociations entre les différents représentants du Comité central, les diplomates américains ainsi que les autorités allemandes et anglaises. Au final, les belligérants donnent leur feu vert pour la mise sur pied, le 22 octobre, d’une organisation neutre, dénommée Commission for Relief of Belgium, sous le patronage des États-Unis rejoints bientôt par l’Espagne et les Pays-Bas. Le principal objet de cette nouvelle organisation est le transport de nourriture vers la Belgique et les territoires du Nord de la France occupés par l’Allemagne.

9L’apparition quasi spontanée de la CRB s’explique essentiellement par la définition d’un terrain d’intervention reconnu et respecté par les différents acteurs intéressés. En l’absence de normes ou de pratiques antérieures qui auraient ouvert la voie à la Commission, celle-ci peut-être comprise comme le produit de la rencontre de différents objectifs militaires et politiques des grandes puissances. Pour l’Allemagne, l’agence de Hoover permet de résoudre les questions difficiles posées par l’alimentation des populations occupées. Hoover convainc les dirigeants du IIe Reich de l’importance de maintenir les États-Unis dans une politique de neutralité et de ne pas s’aliéner l’opinion américaine par l’imposition d’un régime trop sévère à l’égard de la population belge. Pour l’Entente, nous l’avons vu, cette action suit le mouvement de solidarité pour le peuple belge. État moderne, libéral et industriel, la Belgique apparaît comme le symbole d’un pays pacifique, dont la neutralité est violée par la barbarie de l’autoritarisme germanique. Du point de vue américain, cette intervention permet d’utiliser les stocks de blé bloqués dans les entrepôts des grands ports américains suite à l’imposition du blocus et aux perturbations commerciales liées au début du conflit. En effet, le développement d’un marché alimentaire mondial à partir de la fin du XIXe siècle a contribué à créer des liens d’interdépendance entre les pays producteurs et les principaux importateurs. Ces liens expliquent les difficultés de certains pays, comme la Belgique ou l’Angleterre d’assurer l’alimentation de leur population, mais aussi, à l’opposé, l’accumulation de surplus dans les entrepôts des principaux ports exportateurs.

  • 4 M. Curti, American Philanthropy Abroad, New Brunswick, Oxford, Transaction Books, 1988 (1963), p. 2 (...)
  • 5 Commission for Relief in Belgium, Clothe Belgium and Northern France. The Need of the « Stricken Li (...)

10Dès le début de la guerre, pour le gouvernement américain, l’intervention humanitaire constitue également un instrument diplomatique dans les limites imposées par la neutralité du pays. Washington envoie dès septembre 1914 un navire, le Mercy Ship, transportant 170 médecins et infirmières pour établir des unités médicales dans les principaux pays européens en guerre. Jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis, la Croix-Rouge américaine convoie vers l’Europe 341 bateaux avec des marchandises pour une valeur de 1,5 million de dollars et organise seize unités médicales comprenant 75 médecins et 225 infirmières4. Dans ce cadre, l’engagement américain pour la cause belge permet à Washington d’exprimer sa solidarité avec les pays démocratiques sans s’engager militairement dans le conflit. La présence du drapeau américain dans les entrepôts d’habits et de nourriture, dans les cantines et les centres de distribution permet aux États-Unis de se gagner la sympathie du peuple belge dont la reconnaissance se traduit par la nouvelle dénomination de nombreuses places, rues et parcs en hommage à l’action de la CRB, à l’exemple de la place des États-Unis à Liège5.

11La CRB est par conséquent le produit d’un intérêt commun des belligérants et une réponse à la situation dramatique de la Belgique. Ce contexte très particulier explique son apparition ex-nihilo. Il occasionne une action inédite et permet au Comité de bénéficier de moyens exceptionnels et d’importantes concessions des États en guerre.

Relief Company

  • 6 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief, op. cit., p. 483.

12À partir du mois d’octobre 1914, la Commission développe son action sur les cinq continents, en sollicitant l’aide financière des États de l’Entente, des sociétés civiles occidentales et en se fournissant sur les principaux marchés mondiaux. Elle apparaît comme le produit de la rencontre entre les réseaux du capitalisme libéral et de la philanthropie privée dans le cadre d’un programme soutenu financièrement par les États concernés. Véritable entreprise internationale, la CRB reprend les pratiques de gestion et les réseaux du grand capitalisme américain. En effet, les milieux issus du commerce international ne constituent plus uniquement un réseau social sur lequel les premières agences caritatives s’appuient pour diffuser leurs idées et trouver les ressources financières pour mener leurs actions. Désormais, les instruments du capitalisme sont mis à disposition de l’action humanitaire : réseaux bancaires, voies ferrées, entrepôts, bateaux, télégraphes, marchés, etc. Des spécialistes planifient, gèrent et contrôlent de novembre 1914 à août 1919 le transport transatlantique de 5,1 millions de tonnes de vivres, soit une valeur, frais de transports inclus, de 812 millions de dollars6, mobilisés pour le sauvetage de la population des territoires occupés.

  • 7 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 73.
  • 8 Les importations de la CRB expliquent également l’introduction de nouveaux produits dans les famill (...)

13L’émergence d’une structure opérationnelle humanitaire internationale au bénéfice de millions de civils et fonctionnelle durant plusieurs années représente un tournant majeur de l’histoire de l’humanitaire et constitue un laboratoire expérimental qui détermine les pratiques et les politiques de secours à la fin de la guerre. La Commission gère l’approvisionnement de neuf millions de personnes à partir d’une mesure scientifique des besoins et des disponibilités des marchés. Malgré le caractère aléatoire d’un tel exercice, la CRB cherche à calculer les besoins alimentaires sur la base d’une évaluation des nécessités caloriques et une analyse des habitudes alimentaires de la région, dont la principale composante est le pain (745 g de blé par personne et par jour7) et la pomme de terre8.

  • 9 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 75-87.
  • 10 E. E. Hunt, War Bread, op. cit., p. 280.

14Le principal objectif de la Commission est d’établir des programmes de secours basés sur des instruments scientifiques d’intervention. La CRB cherche à garantir une ration quotidienne moyenne de 250 g de farine panifiable (qui correspond généralement à 335 g de pain)9, quantité fixée par des spécialistes en nutrition, tels que le Dr Mikkel Hindhede et Horace Fletcher qui participent à la mise sur pied du programme de secours10.

  • 11 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief, op. cit., p. 24.
  • 12 À la fin du XIXe siècle, la découverte, en particulier par le chimiste américain Wilbur Olin Atwate (...)

15Cet effort de calcul s’établit sur la base d’une alimentation quotidienne pensée en quatre catégories (céréales pour le pain, céréales subsidiaires, graisses et aliments divers) et sur un programme idéal d’importation se montant à 130 000 tonnes mensuelles (dont 100 000 tonnes de céréales pour le pain)11. Ces choix suivent les modèles développés à partir des travaux des pionniers des sciences de la nutrition12. Ce plan d’action est également lié à une réflexion qui tient compte des carences alimentaires de la population belge durant la guerre. Il s’agit notamment de fournir aux Belges des graisses d’origine animale (lard, saindoux), mais aussi des céréales, du riz, des haricots, du maïs. Le calcul d’une subsistance minimum répartie entre protéines, graisses et carbohydrates, le recours aux statistiques, ainsi qu’aux méthodes les plus modernes des sciences de la nutrition traduisent la volonté de Hoover d’imposer un plan d’action qui soit l’expression de la modernité et de l’efficacité du modèle américain. Plus généralement, l’action de la CRB et sa volonté d’intervenir au-delà des frontières politiques et raciales traduisent l’intention d’étendre l’influence américaine par la supériorité morale et matérielle de son modèle économique et politique, dont l’opération de la CRB doit être le miroir.

Froment et céréales

52 000-59 000

Matières premières pour la levure

1 000

Lard, saindoux

2 400-6 700

Cacao

300

Pois, haricots

3 000-5 500

Café

500-1 100

Riz

3 000-5 500

Savon

500-1 500

Maïs

5 000-8 000

Poisson

850-2 000

Lait

500-800

Viande

1 000

  • 13 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 70.

Tableau 1. – Importations mensuelles par la CRB pendant la période d’occupation (quantités minimales-maximales en tonnes)13.

  • 14 Herbert H. Hoover, New York Times, 1-11-1914.

16Ce modèle d’intervention s’inscrit également dans une stratégie publicitaire mise sur pied par les dirigeants de la CRB pour mobiliser l’opinion publique. La Commission cherche à s’imposer parmi le public comme une institution politiquement neutre et efficace, proposant un plan de secours crédible et dédié uniquement au sauvetage des victimes innocentes de la guerre. En diffusant dans le public des informations sur les besoins « réels » de la population belge, la CRB souhaite donner des garanties sur l’utilisation des dons versés par le public. L’utilisation d’un discours basé sur une expertise se voulant scientifique est associée à une campagne publicitaire relayée par les principaux journaux américains14.

17La presse représente alors le principal instrument de mobilisation de l’opinion publique. Les quotidiens locaux et nationaux américains diffusent parallèlement des appels, à l’exemple de celui du souverain Albert Ier, début novembre 1914, pour mobiliser l’aide de l’opinion publique et transmettre des informations sur l’action menée par Hoover. Des brochures sont distribuées pour présenter la CRB, expliquer les systèmes de secours mis en place et renseigner sur les adresses des institutions associées au projet. Fin 1914, des écrivains (Thomas Hardy, May Sinclair, William H. Irwin, etc.) s’associent à la campagne en publiant une série de textes réunis dans un petit livret intitulé The Need of Belgium et destiné à contribuer à la campagne de la CRB. Il s’agit en particulier de renforcer les liens existant entre l’Amérique et la Belgique. Pour l’écrivain et journaliste britannique Arnold Bennett:

«No modern famine was ever like this famine, because it is universal. The entire population has to be fed, and those whom charity does not reach will die.»

18Pour sa part, le romancier John Galsworthy souligne dans sa contribution la signification de l’engagement nord-américain :

  • 15 The Needs of Belgium, New York, CRB [s. n.], www.archive.org/details/needofbelgiumafe00unse.

«America you are a great country. America, without flattery your are the humane country. Save this little nation; this little, brave, starving nation […]. Give America Give! Raise the greatest monument to Pity ever built15

Comités et colis

  • 16 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 66.

19Au sein de cent comités centraux, appuyés par 4 000 sous-comités répartis dans le monde entier (États-Unis, Canada, Australie, Espagne, Inde, Argentine, etc.)16, plus de 130 000 volontaires sont, selon la Commission, engagés dans l’action internationale de l’institution. Bénéficiant du monopole de l’intervention humanitaire en Belgique, l’action de la CRB représente l’une des premières collectes internationales et permet à l’association de réunir 52 millions de dollars, dont plus de 20 millions de dollars en cash, le reste sous forme de donations (habits, couvertures, chaussures).

  • 17 Ibidem, p. 235 et 297.
  • 18 Pour rappel, une livre anglaise correspond à 453,592 g.
  • 19 Le colis est composé de 3 boîtes de conserve de haricots, 3 de saumons, 5 lb de farine de maïs, 5 l (...)
  • 20 Commission for Relief in Belgium. General instructions (1915), www.archive.org/details/generalinstr (...)

20Les contributions privées viennent en premier lieu des États-Unis (32 millions de dollars), d’Australie (6,2 millions de dollars), du Royaume-Uni (5,7 millions de dollars) et du Canada (4,1 millions de dollars)17. En Angleterre, une très belle affiche du comité local illustre cette campagne internationale : « 3 000 000 Belgians are destitute in Belgium. They must not starve. Support the local fund » (voir fig. 7). Aux États-Unis, un vaste réseau de comités permet de relayer efficacement les campagnes publicitaires, mais surtout de mettre à disposition une structure de récolte de dons en nature extrêmement efficace. Ces relais facilitent la diffusion d’informations au public américain. L’objectif est notamment d’« orienter » les donations en nature vers les produits alimentaires les plus « rentables » en matière énergétique et les moins onéreux pour leur transport. La CRB accepte de préférence du blé, de la farine, des haricots et du riz, mais refuse les conserves de légumes et de fruits. Pour faciliter le travail des cent dépôts répartis dans le pays, l’association recommande l’envoi par courrier postal de colis « idéaux » prêts à l’envoi, destinés aux familles et aux enfants belges, dont les frais d’expédition sont remboursés. La caisse « A » d’un poids de 36,5 lb (30,5 lb sans emballage), soit plus de 16 kilos, est pensée pour garantir l’alimentation d’un enfant durant quatre semaines. Elle contient vingt boîtes de lait condensé (1 lb), deux boîtes de farine (1 lb), deux sacs de riz (1 lb), trois sacs de farine de maïs (3 lb), un sac de sel (0,5 lb), trois sacs de flocons d’avoine (3 lb)18. La caisse « C » (48 lb avec emballage) est prévue pour couvrir les besoins d’un adulte19 et la « D » pour l’alimentation d’une famille durant deux semaines20.

21Des colis complets prêts à l’envoi sont également disponibles dans de nombreux magasins qui collaborent à l’action de la CRB. Au même titre que le colis préparé par les sociétés nationales de Croix-Rouge pour les prisonniers de guerre, le colis constitue donc aussi un instrument d’intervention pour les populations civiles. Cependant, le colis développé par la CRB ne représente qu’un aspect marginal des activités de l’institution dirigée par Hoover. À l’opposé, le colis standard des Croix-Rouges est pensé comme un moyen précieux pour reconstituer le lien entre la société civile et les soldats retenus loin de leur pays, mais aussi comme un complément alimentaire nécessaire pour maintenir la santé des prisonniers.

22Le colis pour la Belgique semble particulièrement représentatif de la volonté de la CRB d’offrir aux donateurs-clients un moyen d’individualiser leur participation à la campagne pour la Belgique et d’offrir un produit qui crée un lien direct entre donateur et bénéficiaire. La participation du donateur n’apparaît plus comme un geste anonyme, mais comme une contribution directe destinée à une action concrète en faveur des familles belges. Soutenu par un modèle commercial et un discours publicitaire, ce programme permet en parallèle de faciliter la distribution des secours et d’éviter la collecte de produits dont l’efficacité alimentaire ne semble pas suffisante aux yeux de la Commission pour justifier les importants coûts de transport. Cette intention explique notamment les différences entre le contenu du colis standard Croix-Rouge, dont le prix est relativement élevé, et qui comprend certains produits de « luxe » (café, cacao, sucre, etc.) destinés au soutien moral du détenu et des aliments consommables sans la nécessité d’une grande préparation. À l’opposé, le colis pour la Belgique est composé de produits essentiels, très nourrissants et indispensables (farines, riz, sel).

23Comme nous l’avons vu, le développement de ce programme axé sur l’envoi de colis suppose une importante participation de la société civile. Néanmoins, malgré l’importance des dons privés, les principaux soutiens proviennent des subventions et des crédits versés par les États de l’Entente à la Belgique et à la France de fin 1914 à l’été 1919 (le montant des crédits publics s’élève à 700 millions de dollars, dont 30 % de la part de l’État français, 15 % de la Grande-Bretagne et 55 % des États-Unis). Cette dépendance des crédits publics permet de comprendre la CRB comme une institution intermédiaire, voire écran, qui garantit la possibilité aux États d’envoyer des secours au-delà de la frontière du front dessinée par les belligérants.

Municipalités et délégués

  • 21 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 474.
  • 22 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit.
  • 23 Ibidem, p. 59.

24L’opération de la CRB repose donc sur une étroite collaboration entre sa structure internationale et le Comité national de secours et d’alimentation de la Belgique (le Comité d’alimentation du Nord de la France pour les territoires occupés), produit de l’extension des activités du Comité central. La structure fonctionne en binôme entre l’association américaine et le Comité belge. Le siège de la CRB à Londres gère toute l’entreprise, réunit les marchandises en provenance majoritairement de l’Amérique du Nord (60,2 % des États-Unis, 19,4 % d’Argentine)21 et prépare les transports vers Rotterdam à l’aide d’une flotte naviguant sous un pavillon portant le nom de l’association et bénéficiant d’autorisations allemandes et des forces de l’Entente. Le port néerlandais qui accueille les deux premiers cargos de la CRB les 1er et 2 novembre 1914, constitue le principal lieu de débarquement des bateaux. Après l’arrivée des cargos de la CRB, les marchandises sont transférées sur des péniches qui prennent le relais et assurent le transport vers la Belgique grâce à l’important réseau de canaux entre les deux pays. Comme nous l’avons vu, en moyenne, quelque 100 000 tonnes de marchandises sont livrées mensuellement. Le Comité neutre mobilise un service continu d’une flotte d’environ 70 cargos22. Cependant, la flotte paye un tribut élevé à la guerre économique menée sur les mers par la perte de 32 bateaux coulés durant les hostilités23.

  • 24 Les onze comités régionaux sont les suivants : Anvers, Brabant, Bruxelles, agglomération bruxellois (...)

25L’organisation de la distribution des secours se déroule sur un modèle simple, malgré l’ampleur des moyens mobilisés. Elle est assurée dès l’arrivée des marchandises à Rotterdam par le Comité national. Formée de représentants des partis belges, du gouvernement, de dirigeants issus de l’industrie et des finances, de représentants provinciaux du Comité, elle est dirigée par Émile Francqui, industriel fortuné et entrepreneur international (il est connu notamment pour avoir développé les chemins de fers belges en Chine), qui apparaît comme l’homologue belge de Hoover. Le Comité national se charge d’un système de distribution basé sur un réseau de onze comités provinciaux, eux-mêmes subdivisés en comités régionaux puis municipaux24 (voir la carte de la CRB, fig. 8). En parallèle, le Comité national bénéficie du monopole de l’achat de blé indigène, afin de maintenir un prix modique et la répartition des stocks dans les diverses provinces.

  • 25 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 186.

26L’une des clés du succès de la CRB est l’utilisation du maillage social et administratif constitué par les municipalités belges. 4731 magasins sont gérés par les comités locaux qui s’occupent de vendre à bas prix les aliments à la population25. La Commission travaille sur le principe de distribuer ses marchandises sans distinction sociale ou politique. Le pain est remis aux bénéficiaires en moyenne tous les trois jours sur présentation d’une carte de pain qui permet d’assurer le contrôle de la distribution. En outre, le Comité belge assure par l’intermédiaire d’un comité de panification la surveillance des moulins à blé et des boulangeries par l’imposition de normes précises (mélange de farines, quantité de farine nécessaire, etc.).

27Le système de payement représente un point particulièrement complexe. Le financement de l’opération constitue l’un des problèmes essentiels auxquels fait face la CRB. Après l’occupation allemande, les devises ne peuvent plus sortir du pays et la monnaie locale n’est plus convertible en or. Par conséquent, la CRB recourt à différentes stratégies pour développer son programme. Mis à part les crédits accordés par les pays de l’Entente aux autorités belges, les banques et l’État belges mobilisent leurs actifs à l’étranger en faveur de la Commission. En outre, cette dernière bénéficie des sommes issues des ventes des marchandises convoyées en Belgique par la CRB. Ces revenus permettent de financer des institutions publiques et privées belges, ainsi que d’assurer le payement de rentes aux fonctionnaires. En parallèle, un système de remise (Remittance) offre la possibilité à des proches ou à des membres d’une famille vivant à l’étranger de verser en faveur d’un bénéficiaire en Belgique une somme correspondant à une ration alimentaire individuelle. Ce programme qui ne représente qu’une part modeste du financement global (0,7 %) est à l’origine du modèle de Food Draft, développé après le traité de Versailles par l’ARA au centre de l’Europe et en Russie, puis, par CARE après 1945, modèle sur lequel nous reviendrons dans les chapitres suivants.

  • 26 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 75.
  • 27 T. B. Kittredge, The History of the Commission, op. cit., p. 16.
  • 28 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 124-126.

28Le produit des ventes réalisées en Belgique est également injecté dans le programme alimentaire destiné aux personnes sans moyens financiers, qui absorbe une grande partie du budget de l’institution. Ce plan d’entraide concerne à la fin de la guerre plus de 4,2 millions de Belges (sur une population de 7,2 millions de personnes) dont les ressources financières ne sont pas suffisantes pour payer les rations alimentaires vendues dans les magasins de la Commission26. Avec la collaboration des institutions caritatives locales (religieuses, étatiques ou privées), la CRB garantit en conséquence l’alimentation de l’ensemble de la population belge avec un réseau de cantines et de soupes populaires placées dans les principales municipalités. Dès novembre 1914, le Comité central de secours est en mesure de servir 200 000 repas quotidiens pour les adultes et 30 000 pour les enfants27. En parallèle, l’augmentation de la demande amène le Comité national à ouvrir des cantines « bourgeoises » et des restaurants économiques pensés pour une classe moyenne soucieuse d’éviter une dégradation sociale en se présentant dans les cantines populaires prévues principalement pour les milieux ouvriers28.

  • 29 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 6.

29L’efficacité de ce système de distribution dépend du maintien d’un étroit contrôle qui est assuré par la présence de délégués neutres en Belgique. Les premiers délégués sont recrutés par Hoover fin novembre parmi les étudiants américains de l’Université d’Oxford et de Cambridge (Rhodes Scholars). En Belgique, trente-six délégués américains sont intégrés dans la structure du Comité national de secours et d’alimentation de la Belgique (soit deux au siège à Bruxelles et deux par délégations provinciales en Belgique et en France occupée). Ces délégués, grâce à un document d’identité de la CRB et à des autorisations allemandes, sont autorisés à circuler sur le territoire belge pour contrôler la distribution des envois de la Commission et à enquêter sur la situation alimentaire locale. Sur le terrain, ils sont en charge également d’assurer le maintien des voies de communication pour la distribution des ressources alimentaires, de pister les fraudeurs et plus généralement de tisser des liens entre les comités des différentes provinces et la centrale à Bruxelles en rédigeant notamment des rapports hebdomadaires et en participant aux réunions organisées par le Comité national à Bruxelles. Après l’entrée en guerre américaine, les délégués américains sont contraints à quitter le territoire belge, mais ils sont remplacés par un Spanish-Dutch Committee of the Protection of Relief in Belgium and Northern France29.

  • 30 The Commission for Relief in Belgium, Statistical Data, New York, CRB, 1920, www.archive.org/detail (...)

30La mise sur pied d’un système de contrôle sur le terrain, mais aussi d’instruments comptables et la publication de rapports périodiques, répond à la nécessité de justifier les dépenses et de donner des garanties concernant la distribution des secours aussi bien aux belligérants qu’aux donateurs et à l’opinion publique internationale30. De même, en parallèle à ce travail de contrôle, la planification des secours permet d’assurer des rations suffisantes pour alimenter la population belge, mais permet également d’éviter la constitution de stocks excédentaires pouvant à terme profiter aux troupes occupantes. Mis à part ce développement marqué par un transfert des méthodes du commerce international vers les activités humanitaires et par une internationalisation de pratiques d’entraide réservées précédemment à l’échelle locale ou nationale, l’un des traits les plus intéressants de la CRB est la mise sur pied d’un programme spécifique d’aide à l’enfance, qui devient, à partir de 1914, un enjeu central des initiatives caritatives.

Enfants et « gouttes de lait »

  • 31 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 277-278.

31Après une enquête sur la situation sanitaire en Belgique menée durant l’été 1916 par William P. Lucas, professeur de l’université de Californie mandaté par Hoover, la Commission décide de renforcer le programme pour l’enfance par le lancement, durant l’hiver 1916-1917, d’une vaste collecte aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Bénéficiant notamment du soutien du pape Benoît XV31, cette campagne se distingue par le développement d’un programme de parrainage d’enfants qui permet à des associations ou à des individus de financer les secours pour des enfants issus d’une municipalité précise. Cette méthode suit le même principe que l’action des colis, au sens qu’elle permet d’individualiser l’aide ; elle suit également les objectifs de la campagne de la Commission basés, comme nous l’avons vu, sur l’idée d’une aide efficace et orientée en fonction des besoins des populations locales.

  • 32 Ibidem, p. 294-295.

32Suite à son enquête, Lucas constate le développement de lésions tuberculeuses chez plus de 70 % des élèves dans certaines écoles de Bruxelles. Il recommande alors l’augmentation des graisses et des protéines animales pour les enfants, en particulier par l’envoi de lait et de lard au bénéfice des cantines et hôpitaux pour l’enfance. Il s’agit en particulier de distribuer des repas dans les écoles primaires et secondaires qui regroupent 1,5 million d’enfants32.

  • 33 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 127.

33L’enfance apparaît effectivement comme un enjeu social et national majeur. La connaissance des conséquences profondes des privations alimentaires sur les nouveau-nés et plus généralement sur la population enfantine justifie la centralité de l’enfance dans l’action développée en Belgique. Symbole d’une nation en crise, sa protection est considérée alors comme la garantie de la préservation de « l’avenir de la race et de la patrie33 ». Cet effort national est mis en scène dans de nombreuses photographies de secours, qui représentent généralement des cantines où apparaissent, comme une métaphore nationale des centaines d’enfants soignés et alignés sur les bancs, entourés par des rangées d’infirmières souriantes ou d’instituteurs attentifs. Au fond de la salle, on retrouve régulièrement, fixé au mur, un drapeau américain. Évoquant cette mobilisation et le travail solidaire des infirmières, Hoover perçoit cette mobilisation comme une œuvre régénératrice pour le futur de la nation belge :

  • 34 Ch. Kellogg, Women of Belgium. Turning Tragedy to Triumph, New York, Londres, Funk & Wagnalls Comp. (...)

«It has implanted in the national heart and the national character a quality which is in some measure a compensation for the calamities through which these people are passing34

  • 35 T. C. Merrill, « Baby Health Stations », Child Health Series, brochure no 6, American Red Cross, Me (...)

34La mise sur pied d’un maillage de « gouttes de lait » (destinées aux enfants de moins de trois ans, aux femmes enceintes et aux mères nourricières), un modèle développé dès la fin du XIXe pour lutter contre la mortalité infantile, constitue l’une des meilleures expressions d’un engagement alliant le secours d’urgence et la protection de l’enfance. Ces institutions incarnent la mise au service de l’intervention humanitaire de la technologie et des progrès scientifiques. Ces lieux sont pensés à la fois comme des centres d’enregistrement des enfants, de mesures, d’enquêtes sur le terrain, de distribution de lait et de repas pour les femmes enceintes et les jeunes mamans, mais aussi comme des espaces de formation et de diffusion d’informations concernant des principes nutritionnels et hygiéniques35.

  • 36 Pour les enfants de moins de sept mois, du lait bouilli en bouteille ; à partir de sept mois, la ph (...)
  • 37 Pour être précis, il s’agit de 1,2 million d’enfants scolarisés, 90 000 sont acceuillis dans les «  (...)

35Plus généralement, l’utilisation d’experts, la mise sur pied de politiques de gestion des populations et le recours à des instruments scientifiques participent à la construction d’une identité moderne du fait humanitaire et à une professionnalisation des acteurs. Les principes nutritionnels appliqués à l’enfance belge se basent sur un suivi médical lors des visites régulières assurées par des médecins et la distribution quotidienne de compléments nutritifs sous la forme de boissons lactées (phosphatine blanche). Enfin, pour les enfants de plus de deux ans, les institutions organisent la distribution d’une assiette de soupe et d’un petit pain de farine blanche. Les mères ne fréquentant pas ces centres peuvent néanmoins y retirer du lait et un litre de lactigène36. Ce plan d’action concerne, fin 1918, plus de 1,4 million de femmes et d’enfants37.

36Ce réseau de soutien prend la suite du travail social contre la mortalité infantile urbaine développé depuis la fin du XIXe siècle. Ainsi, la CRB construit ses pratiques d’intervention sur le socle des progrès médicaux, hygiéniques et alimentaires développés dans les principaux pays industriels européens. Dans le cas de la CRB, l’internationalisation se cristallise à travers la mobilisation de moyens d’intervention et de ressources financières plus que par le transfert de nouvelles compétences et de savoirs à la population belge. Ce mouvement de secours favorise cependant le renforcement d’un réseau social de protection de l’enfance et la multiplication des expériences sur le terrain.

  • 38 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 71.

37Certes, ce tableau tissé sur la base des documents et des données statistiques publiées principalement par la CRB mérite d’être nuancé, car ces derniers sont le produit d’un discours qui mélange l’optimisme né des progrès des pratiques humanitaires et la revendication de l’œuvre américaine en Europe. Il faut souligner notamment que l’action de la CRB devient plus problématique durant la dernière phase de la guerre. Les problèmes qu’elle rencontre sont en particulier liés aux difficultés croissantes posées par les transports maritimes et la fluctuation des prix des produits agricoles. À l’image de la situation alimentaire dans les principaux pays européens, l’année 1917 est la plus délicate pour la population belge ; les importations totales de la CRB diminuent durant cette année de presque un tiers en comparaison des années précédentes38.

  • 39 Ibidem, p. 192.

38Néanmoins, au final, selon le rapport d’Albert Henry, secrétaire général du Comité national de Secours et d’alimentation, la CRB importe en moyenne une ration quotidienne de 280 g par personne et joue par conséquent un rôle essentiel pour sauver la Belgique d’une crise alimentaire majeure39. Malgré le fait que l’opération menée par Hoover ne remplit finalement que 65 % de ses objectifs initiaux en termes de quantité de marchandises pour la Belgique, la CRB assure jusqu’à la fin de ses activités en août 1919, le transport de 5,1 millions de tonnes de produits alimentaires, dont un peu plus de 1 million de tonnes sont destinées aux territoires occupés du Nord de la France. Ce programme est possible en premier lieu grâce à l’importation d’importants contingents de blé des États-Unis (45 % pour la première année, 94 % pour la période 1918-1919), du Canada et d’Argentine, qui permettent de compenser l’arrêt des exportations de produits alimentaires vers la Belgique depuis le début de la guerre.

39Dans ce chapitre, nous avons cherché à montrer que la CRB marque une étape décisive dans l’histoire des pratiques et des opérations humanitaires. À partir de 1914, l’institution mise sur pied par Hoover apparaît comme une fabrique du secours, liée étroitement à une gestion mondiale des ressources alimentaires et à la gouvernance de populations civiles. En outre, son action en Belgique impose désormais les États-Unis comme le principal acteur des interventions humanitaires en Europe et prépare le terrain à la mise sur pied de nouvelles institutions ainsi qu’à la cristallisation de nouveaux programmes et modèles de secours à la fin de la guerre.

Notes

1 E. E. Hunt (délégué de la CRB pour la région d’Anvers), War Bread. A personnal narrative of the War and the Relief in Belgium, New York, Henry Holt, 1916, p. 175.

2 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief in Belgium, Statistical Review of Relief operations, Stanford, Stanford University Press, 1925, T. B. Kittredge, The history of the Commission for Relief in Belgium, 1914-1917, Londres, Crowther & Goodman Limited [1918], G. I. Gay (éd.), Public Relations of the Commission for Relief in Belgium: documents, Stanford, Stanford University Press, 1929, A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique pendant l’occupation allemande, Paris, Les Presses universitaires de France, 1924, F. M. Surface, R. L. Bland, American food in the World War and reconstruction period; operations of the organizations under the direction of Herbert Hoover, 1914 to 1924, Stanford, Stanford University Press, 1931.

3 Ibidem, p. 10-17.

4 M. Curti, American Philanthropy Abroad, New Brunswick, Oxford, Transaction Books, 1988 (1963), p. 226-227, F. R. Dulles, The American Red Cross. A History, New York, Harper & Brothers, 1950, p. 130 et suivantes.

5 Commission for Relief in Belgium, Clothe Belgium and Northern France. The Need of the « Stricken Little Sister of the World », New York, CRB, 1915, www.archive.org/details/clothebelgiumnor00comm.

6 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief, op. cit., p. 483.

7 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 73.

8 Les importations de la CRB expliquent également l’introduction de nouveaux produits dans les familles belges, en particulier le maïs, réservé traditionnellement dans les campagnes belges à l’alimentation animale. Suite à l’envoi d’un transport de maïs depuis l’Iowa, des enseignants d’Anvers réalisent une campagne d’information sur l’utilisation culinaire de ce produit et ses qualités nutritives, E. E. Hunt, War Bread. op. cit., p. 282.

9 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 75-87.

10 E. E. Hunt, War Bread, op. cit., p. 280.

11 G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief, op. cit., p. 24.

12 À la fin du XIXe siècle, la découverte, en particulier par le chimiste américain Wilbur Olin Atwater, des liens existant entre énergie et aliments a ouvert la voie au calcul des besoins alimentaires, ainsi qu’à une réflexion sur les coûts sociaux et les enjeux posés par la production agricole nécessaire à l’alimentation des couches les plus pauvres des grands centres urbains, J. Vernon, Hunger. A Modern History, Cambridge, Massachussets, Londres, The Belknap Press, 2007.

13 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 70.

14 Herbert H. Hoover, New York Times, 1-11-1914.

15 The Needs of Belgium, New York, CRB [s. n.], www.archive.org/details/needofbelgiumafe00unse.

16 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 66.

17 Ibidem, p. 235 et 297.

18 Pour rappel, une livre anglaise correspond à 453,592 g.

19 Le colis est composé de 3 boîtes de conserve de haricots, 3 de saumons, 5 lb de farine de maïs, 5 lb de flocons d’avoine, 5 lb de pois, 2 lb de sucre granule, 3 lb de prunes de Californie, 7 lb de farine de blé.

20 Commission for Relief in Belgium. General instructions (1915), www.archive.org/details/generalinstructi00comm.

21 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 474.

22 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit.

23 Ibidem, p. 59.

24 Les onze comités régionaux sont les suivants : Anvers, Brabant, Bruxelles, agglomération bruxelloise, Flandre-occidentale nord, Flandre-occidentale sud, Flandre-orientale, Hainaut, Liège, Limbourg, Luxembourg, Namur, ibidem.

25 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 186.

26 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 75.

27 T. B. Kittredge, The History of the Commission, op. cit., p. 16.

28 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 124-126.

29 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 6.

30 The Commission for Relief in Belgium, Statistical Data, New York, CRB, 1920, www.archive.org/details/cu31924027887276.

31 G. I. Gay (éd.), The Commission, op. cit., p. 277-278.

32 Ibidem, p. 294-295.

33 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 127.

34 Ch. Kellogg, Women of Belgium. Turning Tragedy to Triumph, New York, Londres, Funk & Wagnalls Comp., 1917, p. xv.

35 T. C. Merrill, « Baby Health Stations », Child Health Series, brochure no 6, American Red Cross, Medical Bureau Paris, 1921.

36 Pour les enfants de moins de sept mois, du lait bouilli en bouteille ; à partir de sept mois, la phosphatine est composée de 11 % de farine de maïs, 11 % de farine de froment, 10 % de farine de riz, 67 % de sucre, 1 % de sel et 0,05 % de phosphate de chaux ; à partir de quatorze mois, l’alimentation est composée de pain et de phosphatine au cacao (12 % de farine de maïs, 11 % de farine de riz, 12 % de farine de froment, 60 % de sucre, 4 % de cacao, 1 % de sel et 0,05 % de phosphate de chaux) ; à partir de l’âge de deux ans, les enfants reçoivent également de la soupe. Pour leur part, les mères recoivent un litre de lactigène (8 % de farine de froment, 8 % de farine de maïs, 8 % de farine de riz, 11 % de farine de lentilles, 1 % de sel, 4 % de cacao, 60 % de sucre et 0,05 % de phosphate de chaux), A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 127.

37 Pour être précis, il s’agit de 1,2 million d’enfants scolarisés, 90 000 sont acceuillis dans les « gouttes de lait », 20 000 femmes le sont dans des cantines maternelles et 120 000 enfants bénéficient de repas pour « enfants débiles », Albert Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 128. En 1917, le nombre d’enfants recevant un repas à 11 heures s’élèverait à 985 617, alors que le nombre de femmes enceintes ou nourricières fréquentant les « gouttes de lait » à 14 809 et le nombre d’enfants faibles placés dans un programme spécial, à 53 311, voir C. Kellogg, Women of Belgium, op. cit.

38 A. Henry, Le ravitaillement de la Belgique, op. cit., p. 71.

39 Ibidem, p. 192.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540