Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colis de guerre

 | 
Sébastien Farré

Chapitre I. Le colis, la croix, le soldat et la nation

Texte intégral

1L’utilisation massive du colis alimentaire durant la Seconde Guerre mondiale révèle la transformation des pratiques humanitaires depuis la fin du XIXe siècle. À l’origine, préparé et envoyé par les familles des prisonniers et les sociétés caritatives, le colis humanitaire s’inscrit à partir de la Première Guerre mondiale comme le produit d’une véritable économie de l’humanitaire. Né de l’industrie de guerre, il est dans une première étape le résultat d’une normalisation juridique à l’œuvre dès la fin du XVIIIe siècle et d’une progressive mise sous tutelle des initiatives caritatives par les États belligérants.

  • 1 A. du Payrat, Le prisonnier de guerre dans la guerre continentale, Paris, Arthur Rousseau, 1910, p (...)
  • 2 « The treaties of 1785, 1799, and 1828 between the United States and Prussia, as interpreted in op (...)

2Le rôle central du colis durant la guerre est d’abord le fruit du développement des moyens d’intervention des organisations philanthropiques et des politiques de mobilisation des États belligérants. L’augmentation progressive des contingents de soldats sur le champ de bataille, et, par conséquent, du nombre de prisonniers de guerre dans le courant du XIXe siècle, ouvre un nouveau champ d’intervention pour les acteurs humanitaires. Dans un opuscule remarquable intitulé Le prisonnier de guerre dans la guerre continentale, significatif de la cristallisation progressive du prisonnier de guerre comme enjeu central d’une « guerre civilisée », Armand du Payrat, auteur d’un rapport présenté en 1912 par la délégation française à la Neuvième Conférence internationale de la Croix-Rouge à Washington, fait remonter les premières normes juridiques concernant les secours aux prisonniers de guerre au traité d’amitié et de commerce de 1785 entre les États-Unis et la Prusse1. L’article 24 de ce texte prévoit « afin d’adoucir le sort des prisonniers de guerre » de leur garantir les mêmes rations alimentaires que la troupe, mais aussi la nomination de commissaires en charge des contacts entre les prisonniers et leur famille, pouvant également leur rendre visite et leur faire parvenir des « douceurs » de leurs proches et amis2.

  • 3 J. Meurant, « Anatole Demidoff. Pionnier de l’assistance aux prisonniers de guerre », in R. Durand(...)
  • 4 F. Cochet, Soldats sans armes. La captivité de guerre : une approche culturelle, Bruxelles, Paris, (...)

3Il reste difficile de reconstruire de manière précise la filiation de ces normes et pratiques en faveur du prisonnier de guerre, mais ces principes anticipent de plus de cent ans certains aspects essentiels de la Convention de Genève de 1929 sur les prisonniers de guerre. Parmi ces premières expériences, il faut remarquer l’initiative du prince Anatole Nicolaïevitch Demidoff qui met en place, lors de la guerre de Crimée (1853-1856), un service à Constantinople afin de faire parvenir vêtements et argent aux soldats français, anglais et italiens prisonniers en Russie, ainsi qu’aux militaires russes détenus en France et en Angleterre3. Des envois de colis sont également réalisés durant la guerre de sécession à l’attention des soldats par l’intermédiaire de Clara Barton4.

  • 5 W. E. S. Flory, Prisoners of War. A Study in the Development of International Law, Washington, Ame (...)
  • 6 Ce principe est repris dans le Code d’Oxford (The Laws of War on Land), 1880, art. 27, www.icrc.or (...)

4En 1863, le Code of War for the Government of the Armies of the United States in the Field de Francis Lieber, rédigé lors de la guerre de Sécession, affirme le principe d’alimenter et de traiter les prisonniers de guerre de l’Union avec « humanité » (art. 76), mais sans donner de précisions sur les envois de secours5. Ces normes inspirent en 1874 le protocole final de la déclaration de Bruxelles concernant les lois et coutumes de la guerre. Ce texte, dont la portée fut limitée par le refus des principaux gouvernements de le ratifier suit le chemin tracé par le traité entre la Prusse et les États-Unis. L’article 27 prévoit que les prisonniers puissent bénéficier pour leur alimentation et leurs vêtements du même traitement que les soldats des armées des puissances détentrices, mais il ne propose rien sur l’éventuelle possibilité d’envoyer de la nourriture par colis6.

5Ces normes font écho à différentes actions entreprises durant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 en faveur des prisonniers de guerre.

  • 7 V. Segesvary, La naissance de la solidarité Croix-Rouge. La guerre franco-allemande de 1870-1871, (...)

6Durant ce conflit, la présence de plus de 300 000 prisonniers français en Allemagne explique l’engagement de différents Comités de secours, dont le principal est le Comité de Bruxelles, qui convoient et distribuent du matériel sanitaire, des médicaments, des vêtements et des chaussures7.

  • 8 P. Boissier, De Solferino, op. cit., p. 349.
  • 9 Voir Comité international de Bâle, Rapports du Comité international de Bâle pour les secours aux p (...)

7Le CICR ne reste pas inactif face à ces différentes initiatives. Dédié jusqu’alors à la question des militaires blessés sur le champ de bataille, le CICR promeut un Comité international de secours pour les prisonniers de guerre basé à Bâle. Ce dernier bénéficie d’une avancée significative suite à l’obtention pour ses envois de la franchise postale et de l’exonération des frais de douanes par les belligérants8. Le Comité international distribue par l’intermédiaire de délégués envoyés sur le terrain plus de 400 000 francs suisses de secours pour les prisonniers de guerre, essentiellement sous forme de vêtements (chaussettes, chemises, caleçons et camisoles de laine), de vin, tabac et savon9.

  • 10 G. Werner, Les prisonniers de guerre, Paris, Hachette, 1929, p. 48.
  • 11 Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre et son Annexe : Règlement concer (...)

8Ces expériences stimulent les réflexions menées sur les conditions de détention des prisonniers de guerre. Celles-ci aboutissent à la réglementation de La Haye de 1899 concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, dont les articles 15 et 16 sont dédiés à l’action des sociétés de secours en faveur des prisonniers de guerre. L’article 7 reprend le principe que les prisonniers puissent bénéficier d’une alimentation semblable à celle de la troupe10. Ils prévoient l’envoi de délégués pour distribuer les secours dans les « dépôts d’internement » et, élément central du futur développement du secours par colis alimentaires, ils garantissent aux bureaux de renseignements la franchise de port pour les envois de correspondances et colis, aussi bien dans les pays de destination que ceux de transit11. Quelques années plus tard, la Neuvième Conférence internationale de la Croix-Rouge de Washington (1912), évoquée précédemment, place le CICR comme l’institution centrale pour la distribution des secours individuels ou collectifs.

9Au-delà de ce développement juridique et de l’avènement d’institutions dédiées aux secours des soldats blessés et des prisonniers, l’extension du champ humanitaire apparaît comme une conséquence des progrès des transports et de la mise sur pied de services postaux nationaux qui quadrillent le territoire. L’existence d’un réseau de chemins de fer autorisant la circulation des marchandises et l’évacuation des blessés constitue un levier central des moyens d’intervention pour les sociétés de secours. Ces progrès dans le domaine des transports participent de manière bien plus décisive à la transformation des institutions philanthropiques et à la configuration de nouvelles pratiques humanitaires que les discussions juridiques et philosophiques sur la nécessité de civiliser la guerre. L’humanitaire au début du XXe siècle s’affirme en premier lieu comme une construction qui suit le développement des réseaux ferrés et les progrès du transport maritime.

Les sociétés nationales de la Croix-Rouge : guerre et nation12

  • 12 H. Jones, « International or transnational? Humanitarian action during the First World War », Revu (...)

10Cette évolution coïncide avec la militarisation progressive des principales sociétés nationales de Croix-Rouge. En s’éloignant de l’idéal de charité à l’origine de la démarche d’Henry Dunant, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge sont pensées à partir de la fin du XIXe siècle comme un service auxiliaire volontaire des armées en campagne. La militarisation des sociétés charitables explique la mise sous tutelle progressive des Croix-Rouges par les autorités publiques.

  • 13 J. F. Hutchinson, Champions of Charity. War and the Rise of Red Cross, Boulder CO, Westview Press, (...)

11Étonnamment, la Croix-Rouge japonaise exerce à cet égard une influence décisive en développant un modèle d’organisation qui est repris notamment par la Croix-Rouge américaine. L’efficacité de l’organisation japonaise lors de la guerre russo-japonaise (1904-1905) suscite effectivement l’admiration de nombreux observateurs européens et américains. Bénéficiant d’un statut privilégié auprès de l’État qui lui garantit le monopole de son action, rassemblant plusieurs centaines de milliers de membres dans une structure calquée sur le modèle militaire et dirigée par des personnalités liées à l’armée ou à l’élite sociopolitique de la nation, la Croix-Rouge japonaise s’adapte aux nouvelles formes de guerre13. Ainsi, la volonté des armées de pouvoir compter sur un service auxiliaire volontaire, capable de déplacer les blessés vers l’arrière et de leur offrir les premiers soins, ainsi que la demande des sociétés civiles d’un service sanitaire efficace en faveur des soldats conscrits suscitent un mouvement de nationalisation des sociétés de Croix-Rouge.

  • 14 F. R. Dulles, The American Red Cross. A History, New York, Harper & Brothers, 1950, J. F. Irwin, M (...)
  • 15 V. Harouel, Genève-Paris 1863-1918 : le droit humanitaire en construction, Genève, Société Henry D (...)

12Ce mouvement est à l’origine notamment de la réorganisation de la Croix-Rouge américaine en 1905, qui est pensée à partir de cette date comme une institution au service de la nation. Désormais, le chef de l’État préside la Croix-Rouge et les principaux membres du Comité sont choisis par le président et les principaux ministères (Affaires étrangères, Guerre, Trésor, Justice et Marine), alors que le financement est assuré par les grandes personnalités de l’élite économique du pays14. Cette évolution gagne l’Angleterre où la même année, le Central British Red Cross Committee et la National Aid Society, suite à des pressions du War Office, fusionnent pour créer une nouvelle Société nationale de la Croix-Rouge britannique. Deux ans plus tard, en France, les trois sociétés de secours aux blessés de guerre (Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer, l’Association des Dames françaises et l’Union des Femmes françaises) sont rassemblées au sein d’un Comité central de la Croix-Rouge française15.

13Ces transformations annoncent le rôle central des Sociétés de Croix-Rouge durant la Première Guerre mondiale. En effet, à partir de 1914, les actions de secours font face à l’engagement de millions de soldats sur le front et mobilisent la quasi-totalité des sociétés européennes. Des milliers de volontaires, infirmières, brancardiers, médecins sont engagés durant quatre ans sur les champs de bataille. Intégrées dans l’effort d’union nationale, les Croix-Rouges nationales incarnent à ce moment-là la mobilisation de la société civile en faveur des soldats sur le front.

14Cette fonction nationale de la charité se traduit par l’imposition de la figure de l’infirmière comme symbole central de l’activité des Croix-Rouges. Omniprésente dans les représentations de l’action humanitaire, sur les brochures et affiches, son image façonne un imaginaire collectif de l’humanitaire mis au service de la patrie. La figure féminine fait écho à celle du soldat, elle symbolise à la fois la mère patrie, protectrice et attentionnée, mais aussi une figure mariale, qui témoigne de la pureté des motivations de l’effort national, du sacrifice de la nation, mais aussi de la compassion envers la souffrance des victimes.

  • 16 Cité par John. F. Hutchinson, Champions of Charity, op. cit., p. 233.

15La nécessité de maintenir la mobilisation des esprits et l’élan patriotique national explique l’attention particulière des États belligérants envers le secours des prisonniers. Ainsi, à l’image de la mise sous tutelle des sociétés nationales à partir de la fin du XIXe siècle, la mobilisation des proches est progressivement encadrée par les Croix-Rouges nationales. Le développement de ces dernières, durant cette période, s’explique essentiellement par leur fonction décisive pour maintenir un lien entre l’arrière et le front comme l’annonce la charte de la Croix-Rouge américaine après sa refondation en 1905, dont le texte définit la société nationale « as a medium between the people of United States of America and their Army and Navy16 ».

  • 17 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order Of St John of Jerusalem, Report (...)

16L’évolution des ressources financières des Sociétés nationales est particulièrement révélatrice de cette évolution. Certes, les ressources financières restent en majorité d’origine privée, à l’exemple des collectes réalisées en Angleterre (16,5 millions de livres) et aux États-Unis (283 millions de dollars), qui représentent trois quarts des sommes mobilisées en faveur du mouvement Croix-Rouge dans ces deux pays17. Cependant, les contributions apparaissent comme un geste patriotique nécessaire ; elles sont accompagnées par des discours qui suivent le programme de mobilisation des esprits dessiné par les États en guerre et elles sont présentées comme l’expression de la solidarité nationale menacée par la barbarie de l’ennemi.

17En Angleterre, la principale source de financement du Joint War Committee of the British Red Cross and the Order of St-John of Jerusalem (Joint War Committee), résultat de la fusion imposée par l’Army Council de ces deux institutions, est le Times Fund, dont le nom est associé au journal qui publie et soutient depuis le début de la guerre les appels de la Croix-Rouge au public. La journée de la Croix-Rouge (Our Day) permet également de collecter d’importantes sommes notamment par la vente de drapeaux de la Croix-Rouge au public. En parallèle, des concerts, des tournées de conférences dans les principaux marchés de la campagne anglaise assurent le financement du Joint War Committee (British Farmer’s Red Cross Fund, les Christies’sales, etc.)…

18Plus significative est la mobilisation née de l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. La Croix-Rouge américaine est le vecteur d’une véritable fièvre patriotique. Déterminé par la volonté d’exprimer sa reconnaissance aux nations engagées depuis 1914 dans le conflit et par la solidarité envers les soldats partis vers le continent européen, l’engagement de la société civile au sein de la Société nationale américaine est probablement favorisé par l’éloignement du théâtre des combats et les bonnes conditions de vie existantes en Amérique du Nord par rapport à celles endurées par les sociétés européennes en guerre.

19En deux ans, suite à l’entrée en guerre des États-Unis, la Croix-Rouge américaine parvient à réunir des dons en nature et en argent représentant la somme considérable de 400 millions de dollars par l’intermédiaire de campagnes nationales largement publicisées et par la mobilisation de personnalités de l’économie américaine, à l’image de son président Henry Davison, collaborateur de la grande banque new-yorkaise J. P. Morgan & Company.

  • 18 Nous avons pris comme clé de conversion les taux de change utilisés durant la guerre par la Commis (...)
  • 19 Joint War Committee of the British Red Cross Society and The Order Of St John of Jerusalem, Report (...)
  • 20 American Red Cross, The Work of the American Red Cross, op. cit.
  • 21 A. Foucault, La Société de secours aux blessés militaires, 1864-1934, Paris, impr. Ramlot, Édition (...)

20En incarnant, à travers notamment la figure de l’infirmière, la compassion et la présence de la nation auprès des soldats, les Croix-Rouges, grâce à leurs importants moyens financiers, se transforment en véritables organisations de masse. En Angleterre, le Joint War Committee bénéficie d’un budget de 21,8 millions de livres pour les années 1914-1920 (environ 105 millions de dollars)18. Il comprend vingt et une divisions qui rassemblent 9234 personnes payées et 127 000 volontaires19. Pourtant, la structure anglaise apparaît comme une institution modeste en comparaison à la Croix-Rouge américaine qui s’impose à partir de 1917 comme la plus grande structure humanitaire de cette période. En 1919, elle comprend 20 millions de membres adultes, 11 millions d’enfants affiliés à la Junior Red Cross, 3 000 sections locales et 14 000 employés rétribués20. En France, les trois associations engagées dans le mouvement de la Croix-Rouge réunissent 581 millions de francs (environ 112 millions de dollars)21.

La nationalisation du colis alimentaire

21La transformation des sociétés nationales en véritables institutions de masse au service de la nation et leur rôle d’intermédiaire entre l’armée et la société civile expliquent que l’envoi de colis alimentaires en faveur des prisonniers de guerre devient durant les hostilités un objet central de l’activité des Croix-Rouges. Un quart des dépenses du Joint War Committee est notamment réservé à l’action pour les prisonniers de guerre dont le principal objet est le service de distribution de colis.

  • 22 N. Beaupré, « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la litt (...)

22Au même titre que la correspondance de guerre, l’envoi de colis postaux vers les soldats sur le front et les prisonniers de guerre apparaît comme un élément essentiel des rapports entre les soldats et les sociétés en guerre. L’histoire des témoignages écrits et de la correspondance de guerre, qui alimente une historiographie importante, a relégué quelque peu dans l’ombre l’important rôle moral et psychologique des colis de secours destinés aux soldats et aux prisonniers durant le conflit 1914-1918. En parallèle à ce « raz de marée de l’écrit22 » évoqué par l’historien Nicolas Beaupré, les familles, les proches, les marraines de guerre et les sociétés de secours empaquettent, ficellent et expédient une montagne de colis de nourriture ou de vêtements afin de contribuer à l’amélioration du difficile quotidien du soldat sur le front.

  • 23 J. de Christmas, Le traitement des prisonniers de guerre français en Allemagne d’après l’interroga (...)
  • 24 H. Jones, « International or transnational », art. cit., p. 708.
  • 25 J. de Christmas, Le traitement des prisonniers, op. cit., p. 147.

23L’envoi de produits alimentaires permet au soldat de bénéficier d’un complément calorique de l’ordinaire misérable du soldat, généralement insuffisant pour pallier la faim. Souvent indigeste, la nourriture proposée aux prisonniers de guerre est parfois composée de pain à base de pommes de terre voire de sciure de bois, de rutabagas, de soupe très claire, etc.23. Selon Heather Jones, à partir de 1916, les colis alimentaires constituent un apport nutritif essentiel pour les prisonniers belges, français et britanniques en Allemagne. À l’opposé, les prisonniers italiens et roumains privés de ce système de secours, souffrent de malnutrition sévère24. Selon l’enquête menée pendant la guerre par le Dr John Christmas parmi les prisonniers français transférés d’Allemagne vers la Suisse : « [L] a nourriture est toujours insuffisante, mais, grâce à l’appoint des colis envoyés de France, les hommes ne meurent plus de faim25. »

  • 26 Voir F. Cochet, Survivre au front, 1914-1918 : les poilus entre contrainte et consentement, Saint- (...)
  • 27 Musée international de la Croix-Rouge (MICR), affiche 62938.
  • 28 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. L’humanitaire et culture de guerre, 1914-1918 : population (...)

24Mis à part son contenu matériel et son importante contribution à l’alimentation des soldats, le paquet alimentaire constitue également un soutien moral aux troupes. Souvent partagés entre les soldats, ils incarnent la solidarité nationale et s’imposent comme l’expression du soutien de la société civile pour ses soldats engagés sur le champ de bataille. Le colis postal apparaît également comme un instrument de mobilisation au service de la guerre totale26. Le paquet alimentaire constitue alors un cadeau de la nation et un objet qui cristallise la recomposition d’une communauté nationale séparée par l’engagement des soldats sur le front. Cette intention est illustrée par une belle affiche du British Prisoners of War Food Parcels and Clothing Fund qui représente une infirmière penchée avec douceur sur un soldat invalide avec un colis dans ses mains à son attention27. Comme le souligne l’historienne Annette Becker, « écrire, recevoir du courrier, des colis, c’est rester en première ligne affective […], c’est continuer à appartenir à sa famille, son village, sa nation28 ».

25Un texte publié dans le journal le Canard destiné aux prisonniers français à Nuremberg atteste de la dimension psychologique du colis :

  • 29 Albert dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, 1914-1919 : l’agence des prisonniers d (...)

« Aux colis ! Vous ne vous imaginez pas, colis petits ou gros ce que vous êtes à nos yeux ! […] Vous ne savez pas gros ballots des campagnes et vous petits colis coquets des villes, encore tout imprégnés des parfums de chez nous, vous ne savez pas toute la joie que vous nous procurez, vous ne savez pas tout ce que vous évoquez dans notre cerveau vide, qui lorsque l’on vous ouvre, se remplit aussitôt de centaines d’images, qui tout d’abord nous font sourire, puis à la fin, pleurer ! Vous ne pouvez savoir l’émotion qui nous saisit, lorsque, ignorant encore votre contenu, d’une main tâtonnante, nous fouillons votre plaie béante ; vous ne pouvez savoir l’émotion qui nous prend29… »

26Pour comprendre le développement de cette action, il faut souligner l’importance du caractère privé ou semi-privé des sociétés nationales de Croix-Rouge qui permet à ces dernières de bénéficier d’une position particulière pour l’action en faveur des prisonniers de guerre. Les obligations juridiques des puissances détentrices et l’imposition du blocus interdisent la participation directe des États belligérants à des programmes de secours alimentaire en faveur de leurs prisonniers. Par contre, l’envoi de colis par des familles ou des institutions privées est, comme nous l’avons évoqué, reconnu par les accords internationaux existant sur les prisonniers de guerre (réglementation de La Haye, chap. 2, art. 7). Aussi, d’une certaine manière, les Croix-Rouges nationales constituent à la fois un intermédiaire entre les prisonniers et les familles et une couverture institutionnelle qui dissimule le caractère public des initiatives menées pour les prisonniers.

27Ce processus de mise sous tutelle des initiatives caritatives par l’État se déroule cependant par étapes successives. La première phase se caractérise par une multiplication des initiatives locales favorisées, à partir de décembre 1914, par la gratuité du trafic postal et par l’autorisation d’importation de produits alimentaires et de tabac à l’attention des prisonniers. En Angleterre, les secours pour les prisonniers sont encadrés dans un premier temps par des comités issus des régiments (Prisonners’ Welfare Association), des groupements religieux et des associations animées par les proches et les familles. En France, aux envois des familles et des « marraines » de guerre se joignent ceux des œuvres de guerre qui s’organisent progressivement par ville ou par département.

  • 30 J.-C. Farcy, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris (...)
  • 31 Selon un rapport publié en France, les vols de colis à Merseburg auraient atteint 20 à 80 % des en (...)
  • 32 Rapport de Lucien Cramer, septembre 1939, ACICR SG 4. Voir aussi Comité International de la Croix- (...)
  • 33 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit., p. 135.

28Néanmoins, lors de cette étape initiale, les expéditions de colis pour les prisonniers de guerre suscitent de nombreuses critiques en raison de la lenteur de leur transport. Celui-ci est entravé par le déplacement régulier des camps de prisonniers, par la difficulté de coordonner les transports et par la désorganisation de nombreux services publics. En outre, les paquets font parfois l’objet de vols avant leur arrivée dans les mains de leur destinataire30. En France, les fréquents arrêts du trafic ferroviaire occasionnent l’accumulation d’importants stocks de colis dans les gares, au prix de la détérioration d’une partie de leur contenu. Lucien Cramer, délégué du CICR évoque dans un rapport rédigé à la fin de la guerre les problèmes posés par le vol des colis31, ainsi que les conséquences liées aux emballages déficients, à l’origine de moisissures en particulier pour le pain et les biscuits32. Enfin, certaines familles ont des difficultés à remplir les étiquettes en allemand33.

  • 34 G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre (1914-1919), op. cit., p. 179 et suivantes.

29Ces problèmes favorisent le développement d’institutions centralisées, capables d’offrir un service plus sûr et plus efficace. En France, les autorités soutiennent la mise sur pied en 1915 d’une Fédération des œuvres de prisonniers encadrée par la Croix-Rouge française et le Service des Prisonniers de guerre du Ministère de la guerre. En s’appuyant sur un Office d’information et un bulletin bimensuel, la Fédération permet le développement d’un réseau associatif organisé sur une base départementale. L’État participe de manière décisive à la constitution de cette structure en demandant aux préfets de garantir la présence d’œuvres pour les prisonniers sur l’ensemble du territoire français, mais aussi par la distribution de subventions (le Parlement vote une première subvention de deux millions de francs français en juin 1915 et la concession d’allocations en nature)34.

  • 35 R. Garrett, P.O.W., Londres, David & Charles, 1981, p. 105-107.

30En Angleterre, une évolution parallèle s’observe. Dès 1914, les autorités publiques demandent la mise sur pied d’un Prisoners of War Help Committee qui débute son action en mars 1915 sous l’égide du Joint War Committee dont le principal objet est de coordonner les 181 Care Committees et les 81 associations locales existantes. Il s’agit notamment d’imposer des règles communes concernant l’envoi de colis, mais surtout de prévenir le dédoublement des envois et de garantir la distribution des secours aux prisonniers moins favorisés35. Cependant, cette structure ne permet pas de résoudre les problèmes posés par la distribution et le transport.

  • 36 R. Jackson, Prisoners, 1914-1918, Londres, Routledge, 1989, p. 64-68, R. Garrett, P.O.W., op. cit. (...)

31Ces divers problèmes amènent les autorités, à l’été 1916, à demander au Joint War Committee d’organiser un Central Prisoners of War Committee36, en remplacement du Prisoners of War Help Committee. Cette institution bénéficie désormais de nouveaux moyens d’intervention. Nous l’avons évoqué, un quart des revenus du Joint War Committee est mobilisé pour cette action (5,1 millions de livres) et destiné à la mise sur pied d’un système centralisé. Celui-ci a pour objet le contrôle et la distribution rapide de colis alimentaires et de vêtements à la troupe. Chargé de contrôler, accréditer et coordonner les activités des comités locaux, il est également responsable de garantir l’envoi de colis pour tous les prisonniers ne bénéficiant pas d’un soutien familial ou associatif. Le comité mène également les enquêtes sur l’efficacité de ce service et organise les transports.

32Ce programme n’est pas sans causer une certaine résistance chez les proches de soldats, dont les envois directs de nourriture sont bientôt interdits, car le contrôle individuel de chaque colis dépasse rapidement les possibilités du Comité et des associations accréditées. Il s’agit en particulier d’éviter l’envoi de produits interdits par les autorités détentrices ou par les autorités du blocus, comme le caoutchouc. Désormais, les envois privés au soldat se réduisent à une série d’articles de loisir ou de confort (jeux, brosses, rasoirs, etc.). La charité privée est de cette façon disciplinée par des institutions autorisées à produire les paquets « standards » réalisés selon les normes en vigueur. Elles ont le privilège d’apposer sur le colis un label délivré par le Central Prisoners of War Committee, qui assure, en accord avec les autorités du blocus, un transfert rapide vers l’Allemagne.

33À partir de ce moment, le Joint War Committee développe une véritable infrastructure industrielle de production de colis alimentaires. La nécessité d’étendre l’aide à plusieurs milliers de bénéficiaires amène une optimisation des méthodes de production, de contrôle et de distribution. Du colis alimentaire privé préparé dans l’intimité des proches et des familles, on passe à un produit résultant de la taylorisation et d’une professionnalisation des pratiques humanitaires.

  • 37 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, Report (...)

34Installé dans des locaux fournis par le gouvernement, à la Thurloe Place à Londres, le Comité occupe sept cent cinquante employés, répartis en seize départements. Elément central de ce dispositif, le Packing Department s’inspire des méthodes de l’industrie de masse. Les étiquettes sont réalisées grâce à cinq « adressographes », machines électriques qui produisent des étiquettes sur la base de plaquettes de zinc où sont placées les informations concernant chaque prisonnier. Ces plaquettes sont produites par des mécanographes qui tapent les adresses sur des « graphotypes » et rassemblent les plaquettes de zinc par tiroirs métalliques qui sont directement placés dans la partie latérale des adressographes37.

35Ensuite, les étiquettes produites sont rassemblées par paquets de vingt puis transférées vers la Packing Room, où des Writers sont chargés de vérifier les adresses, d’ajouter celles-ci à la main sur le côté du colis, en cas de perte de l’étiquette, et d’ajouter dans le colis une carte destinée au prisonnier de guerre. Après cette première intervention sur le colis, celui-ci passe en main des Stickers qui ont la responsabilité de coller les étiquettes sur la partie supérieure du colis. Enfin, les colis sont placés sur une longue table autour de laquelle sont répartis en ligne des Fillers qui sont chargés de remplir le colis avec les produits alimentaires. Le colis passe de main en main et chaque collaborateur y place entre un et trois produits, ce qui permet une exécution rapide. Les colis remplis sont transmis vers trois tables où se trouvent les Packers qui ont la responsabilité de répartir et empiler les produits avant de les transmettre aux Stringers. Ceux-ci ferment et ficellent les colis avant de les transmettre aux services postaux.

  • 38 Ibidem, p. 553.
  • 39 Ibidem, p. 577.
  • 40 À la fin de la guerre, l’augmentation du nombre de prisonniers et les difficultés d’augmenter la v (...)

36Un nouveau contrôle est réalisé au bureau postal installé directement dans les bâtiments du Comité. Les emblèmes de la Croix-Rouge sont apposés et les colis sont répartis dans des sacs postaux pour leur expédition. L’objectif est d’assurer la distribution, tous les quinze jours, de trois colis de 10 livres anglaises (4,54 kg) par prisonnier. Ces colis sont fournis en complément à une ration de treize livres de pain distribuée chaque quinzaine (6,8 kg). En parallèle aux associations autorisées, le service de production mis sur pied par le Joint War Committee produit plus de 2,5 millions de colis depuis sa mise en service en décembre 1916 jusqu’en novembre 191838. Au total près de 9 millions de colis alimentaires auraient été réalisés par les services du Joint War Committee et les diverses associations locales et 800 000 colis de vêtements (deux envois prévus par année)39. Le colis « standard », d’un poids de 11 pounds (5 kg) est vendu aux familles des prisonniers au prix de 10 shillings en été 1918 (6 shillings en 1916)40.

Conserves et vitamines

  • 41 M. Bruegel, « Un sacrifice de plus à demander aux soldats : l’armée et l’introduction de la boîte (...)

37La nationalisation du colis privé et la rationalisation de sa production sont liées à une réflexion sur son contenu. L’objectif essentiel est d’apporter au soldat prisonnier les compléments nécessaires à son équilibre alimentaire, mais aussi au maintien de son moral. L’intervention de nutritionnistes et le recours à une industrie alimentaire naissante participent à la genèse du « colis standard ». Elle suit la réflexion et les expériences réalisées par les forces armées, pour lesquelles la gestion du ravitaillement et la nécessité d’apporter des aliments variés et goûteux au soldat expliquent le recours de plus en plus généralisé à l’alimentation industrielle, et en particulier à la boîte de conserve en fer41.

38L’armée constitue un vecteur essentiel de diffusion de nouveaux aliments, de nouveaux goûts alimentaires, favorisée par le développement des moyens de transports et de stockage. La troupe représente ainsi un laboratoire expérimental pour optimiser la recherche sur la conservation de la nourriture et sur la nutrition. La composition du colis s’inscrit dans ce programme alimentaire pensé pour la troupe.

  • 42 Joint War Committee of the British Red Cross Society and The Order of St John of Jerusalem, Report (...)
  • 43 Ibidem, p. 571.

39Les colis anglais sont notamment composés de conserves de viande, de thé, de lait, de cacao, de biscuits, de confiture, de fromage, de pudding en conserve, de margarine, de lard, mais aussi de tabac et de savon. Mis à part le colis standard, la Croix-Rouge britannique propose également des colis « thématiques » en fonction des habitudes alimentaires des soldats ou de leur situation particulière (Indian parcels, Turkish and Bulgarian parcels, Invalid parcels, Vegetarian parcels)42. Enfin, les officiers bénéficient d’un régime très favorable qui leur permet de recevoir dix colis mensuels43.

  • 44 O. Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Esparon, E & C, 2001, p. 91.
  • 45 H. P. Davison, The American Red Cross, op. cit., p. 185. Voir American National Red Cross. Bureau (...)

40Les colis français contiennent généralement un kilo de lentilles, un kilo de riz, des pâtes, des bouillons Docor à l’emballage tricolore, des boîtes de conserves de pâté, cassoulet, sardines ou bœuf, mais aussi des boîtes de confiture et des biscuits44. La Croix-Rouge américaine fournit aux quelques centaines de prisonniers américains détenus en Allemagne un colis expédié depuis un Comité international situé à Berne. Celui-ci, d’un poids de 10 pounds (pd), propose 2,5 pd de corned-beef, 2 pd de pain, 1 pd de biscuit, 1 pd de sucre, 0,75 pd de porc et de haricots, 0,2 pd de cacao, 1 pd de café, 1 pd de margarine, 0,5 pd de soupe, 0,5 pd de savon et 50 cigarettes45.

  • 46 O. Abbal, Soldats oubliés, op. cit., p. 83.

41Les réserves d’une partie de la troupe face à la nourriture en conserve, qualifiée par certains de « nourriture de singe », leur rejet du Kriegbrot servi par les Allemands46 et la volonté d’apporter un complément de produits frais expliquent les efforts des Croix-Rouges nationales pour expédier vers les prisonniers une ration régulière de pain, raisonnablement frais. Dans le cas anglais, les principaux envois sont réalisés depuis Berne où un bureau de secours gère sa propre boulangerie. Le Joint War Committee organise également un bureau semblable depuis Copenhague. La fraîcheur du pain constitue un enjeu national qui explique, en été 1917, l’envoi à Berne d’un expert nutritionniste. Suite à son rapport, une nouvelle boulangerie est organisée, dotée d’un équipement moderne afin d’assurer un pain plus résistant et plus savoureux.

  • 47 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit., p. 135.
  • 48 O. Abbal, Soldats oubliés, op. cit., p. 88.
  • 49 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit.

42Il est intéressant de souligner qu’une réflexion semblable est menée du côté français, car, depuis 1916, les envois de colis de pain par les familles françaises vers les prisonniers sont interdits par l’Allemagne. Par contre, Berlin autorise dès le mois de juin 1916 l’envoi de deux kilos de pain hebdomadaires pour chaque prisonnier dans le cadre d’envois collectifs47. Ainsi, une prise en charge du secours alimentaire à l’échelle nationale se développe par l’utilisation d’un nouveau type de « pain concentré » élaboré par la célèbre société alimentaire Heudebert et préparé pour une conservation de dix mois48. Six mille caisses en bois sec de pain sont livrées quotidiennement à la gare de Lyon. Le pain est chargé sur des wagons destinés à Bâle, ville à partir de laquelle s’organisent le transport et la distribution vers les camps de prisonniers en Allemagne49. Réceptionné dans les dépôts des camps, le pain est plongé alors dans l’eau durant une minute, lui permettant, semble-t-il, de retrouver les qualités gustatives du pain frais. De même, des comités de secours sont organisés dans les camps par les prisonniers afin qu’ils puissent gérer les stocks de pain et assurer la distribution en fonction des nécessités des prisonniers.

  • 50 G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre, op. cit., p. 190 et suivantes.

43La mise sur pied de ce service occasionne une nouvelle organisation des secours assurée, dès juillet 1916, par la Fédération nationale d’assistance aux prisonniers de guerre et civils, présidée par un représentant de la Croix-Rouge française (Albert d’Anthouard) dont le mandat est d’assurer l’envoi de cette ration hebdomadaire de pain50. Malgré les réticences des familles, le développement de ce service d’envois collectifs de pain semble offrir une amélioration significative de la situation des prisonniers de guerre.

Trafic postal et pays neutres

  • 51 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit.
  • 52 H. Jones, « International or transnational », art. cit.

44Le développement et la centralisation de l’envoi de colis alimentaires par les sociétés de secours vers les prisonniers constituent une réponse commune des principaux États en guerre aux enjeux politiques et sociaux posés par la captivité de guerre. Victimes d’un déni de mémoire évoqué par Annette Becker durant la période d’après-guerre, les prisonniers de guerre sont durant la guerre, au contraire, au centre d’une vaste mobilisation sociale et politique51. L’engagement de la société civile s’inscrit dans le cadre d’une solidarité familiale, puis nationale, progressivement mise sous tutelle par les principaux gouvernements. Le colis alimentaire devient alors un objet symbolique d’une culture de guerre partagée par les sociétés étasuniennes et européennes52 (voir fig. 1).

  • 53 Cf. G. H. Davis, « National Red Cross Societies and Prisoners of War in Russia, 1914-1918 », Journ (...)

45Cette action est possible grâce à la réciprocité assurée par un système de contrôle capable d’offrir des garanties sur la réception du contenu des envois aux victimes. Au moment où la guerre devient étroitement liée à des enjeux économiques et des questions de gouvernance des populations, l’envoi d’aliments sur le territoire ennemi constitue une question délicate. Sur la base de la réciprocité, la France et l’Allemagne trouvent une première réponse à ce problème en développant, comme le prévoyait la convention de la Haye, des Commissions de prisonniers constituées de représentants du gouvernement espagnol qui agit comme puissance protectrice pour la France en Allemagne, des États-Unis (intérêts allemands en France), ainsi que de représentants du CICR, afin de vérifier et d’attester la distribution des secours. Encouragées par le développement de ces institutions, les puissances protectrices mettent en place un service de visites, auxquelles s’ajoutent les visites et les missions réalisées auprès des prisonniers par le CICR, le Vatican, l’Union chrétienne de jeunes gens (YMCA) et diverses Croix-Rouges nationales issues des pays neutres (Suède, Danemark)53.

46La participation des pays neutres aux transports postaux joue également un rôle décisif dans le développement d’un système de distribution massive de secours. L’arrêt des services postaux entre les belligérants donne effectivement une nouvelle importance aux postes des pays neutres. En parallèle, une partie des activités du CICR est déterminée par la mise en place de l’Agence internationale des prisonniers de guerre qui centralise les informations concernant la situation des détenus. Grâce à la mise en relation des demandes des familles et des informations en provenance des armées belligérantes, le CICR établit un lien entre les prisonniers et leurs proches et permet ainsi le développement d’un service de correspondance et de distribution de colis.

  • 54 E. Bonjour, Histoire des postes suisses, 1849-1949, Berne, Direction générale des PTT, 1949.
  • 55 Cf. « Chronique : La poste suisse et les prisonniers de guerre », Revue internationale de la Croix (...)
  • 56 Idem, Comité International de la Croix-Rouge, Le rapport général du Comité international de la Cro (...)
  • 57 E. Vaillé, Histoire des Postes depuis la révolution, Paris, PUF, 1947, p. 115.
  • 58 G. Djurović, L’Agence centrale de recherches du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, In (...)

47On assiste à cet instant à une division des responsabilités. Le Comité prend désormais en charge les colis sans adresse complète, alors que le reste du courrier est convoyé par la poste helvétique qui assure les envois entre l’Allemagne, la France et l’Autriche-Hongrie54. La poste suisse, par laquelle transite durant la guerre plus 115 millions de colis55, aurait assuré le transit de plus de 66 millions de colis expédiés depuis la France vers des prisonniers dans des camps en Allemagne, principale destination des envois56. En parallèle, presque 200 millions de lettres et cartes sont adressées aux prisonniers en Allemagne, ce qui confirme l’importance des envois de colis. Ce chiffre considérable fait écho aux statistiques réalisées par la poste française qui estime l’envoi de colis familiaux à plus de 75 millions d’unités57. Pour sa part, le CICR aurait transmis par l’intermédiaire de l’Agence internationale des prisonniers de guerre 1,8 million de colis individuels durant la guerre58.

  • 59 V. Harouel, Genève-Paris, op. cit., p. 633-648.

48Les pays neutres accueillent également des institutions qui jouent un rôle d’intermédiaire et assurent des expéditions de colis financés par les pays d’origine des détenus. En 1917, ce développement amène les autorités suisses à renforcer le contrôle des envois par l’organisation d’une Fédération des œuvres de secours aux prisonniers alliés à Genève et d’un Deutschen Hilfsverein dédié aux prisonniers allemands. Leur mission est de contrôler, d’organiser les expéditions, de normaliser l’utilisation de divers types de paquets, de répartir les commandes entre les œuvres existantes et d’informer la population des règles en vigueur59.

49Sous la tutelle des armées et des gouvernements, les sociétés nationales de Croix-Rouge ont assuré durant la guerre le maintien des liens entre le front et l’arrière. Portées par un discours patriotique et de solidarité, les Croix-Rouges ont participé à la mobilisation des esprits, mais aussi des ressources matérielles en faveur des prisonniers de guerre. Le caractère privé des Croix-Rouges facilite l’engagement de nombreux volontaires au nom d’un idéal de charité. Objet emblématique de la solidarité nationale, l’importance croissante du colis alimentaire destiné aux prisonniers de guerre traduit l’encadrement progressif des pratiques privées par des institutions nationales sous contrôle de l’administration publique. Ce passage traduit le paroxysme d’un mouvement de nationalisation, voire de militarisation des pratiques philanthropiques des Croix-Rouges nationales. Cependant, comme nous avons pu le suivre à travers la mise sur pied d’un service de colis, cette dynamique n’apparaît pas uniquement comme la conséquence directe d’un programme préétabli et piloté par les États en guerre. La transformation des Croix-Rouges se déroule de manière progressive et répond en parallèle à des besoins spécifiques imposés par la nécessité de développer un système opératoire adapté aux nombreuses contraintes imposées par la guerre totale.

50L’engagement de centaines de milliers de soldats sur le front et la captivité de masse imposent un défi inédit aux institutions de secours. Rapidement, celles-ci sont amenées à prendre en charge la coordination des transports des secours pour faire face aux problèmes complexes posés par le stockage et l’envoi des colis (voir fig. 2 à 6). Le mécontentement des familles face aux difficultés liées à la transmission des secours menace le moral de la population et questionne l’engagement du gouvernement en faveur de ses soldats. En parallèle, le rationnement, la nécessité de contrôler l’exportation des produits alimentaires et de garantir le respect des accords passés avec les autorités allemandes oblige la mise sur pied d’un système de production, de certification et de transports. Enfin, la nécessité de garantir les secours en faveur de tous les prisonniers, de fournir des produits de qualité et la bonne réception des colis explique un processus de normalisation progressive qui aboutit notamment au « colis standard ». Il semble que la majorité des prisonniers occidentaux aient bénéficié de ces secours qui ont constitué une contribution décisive au maintien d’une alimentation de survie.

51Ces progrès sont liés à l’évolution de l’industrie alimentaire, mais aussi aux moyens de transports qui rendent possible la mise sur pied d’opérations d’aide massive pendant de longues périodes. La transformation de la charité privée en une action de secours de masse mise au service de la nation marque l’entrée des organisations caritatives dans l’âge industriel et le début de l’humanitaire contemporain. Certes, l’action des colis alimentaires se limite pour l’essentiel aux soldats et officiers en captivité et elle s’inscrit dans l’action traditionnelle des Croix-Rouges tournée vers les champs de bataille et en faveur des victimes engagées dans les combats. Néanmoins, comme nous allons le voir dans le prochain chapitre, l’un des développements les plus remarquables de cette séquence de l’histoire de l’humanitaire est l’apparition, pour la première fois, d’organisations philanthropiques privées engagées dans l’aide aux civils et capables de transporter des secours alimentaires pour des millions d’individus.

Notes

1 A. du Payrat, Le prisonnier de guerre dans la guerre continentale, Paris, Arthur Rousseau, 1910, p. 325-343.

2 « The treaties of 1785, 1799, and 1828 between the United States and Prussia, as interpreted in opinions of attorneys general, decisions of courts, and diplomatic correspondence », in www.archive.org, voir F. Bugnion, Le Comité international de la Croix-Rouge et la protection des victimes de la guerre, Genève, CICR, 1994, et S. C. Neff, « Prisoners of War in International Law : The Nineteenth Century », in S. Scheipers (éd.), Prisoners in War, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 57-73.

3 J. Meurant, « Anatole Demidoff. Pionnier de l’assistance aux prisonniers de guerre », in R. Durand et J. Meurant (éd.), Préludes et pionniers. Les précurseurs de la Croix-Rouge. 1849-1860, Genève, Henry Dunant, 1991, p. 95-117.

4 F. Cochet, Soldats sans armes. La captivité de guerre : une approche culturelle, Bruxelles, Paris, Bruylant, LGDH, 1998, p. 266.

5 W. E. S. Flory, Prisoners of War. A Study in the Development of International Law, Washington, American Council of Public Affairs, 1942, p. 18.

6 Ce principe est repris dans le Code d’Oxford (The Laws of War on Land), 1880, art. 27, www.icrc.org/ihl.nsf/INTRO/140?OpenDocument. Voir P. Boissier, De Solferino à Tsoushima, Paris, Genève, Plon, Institut Henry-Dunant, 1987, p. 219 et suivantes, G. Meucci, La Condizione giuridica dei Prigionieri di Guerra nel Diritto internazionale (thèse de doctorat), Milan, 1987-1988. Ces principaux textes juridiques sont notamment rassemblés dans R. van der Wolf et W.-J. van der Wolf, Laws of War, and international Law, Nijmegen, WLP, 2002 et D. Schindler et J. Toman (éd.), Droit des conflits armés : recueil des conventions, résolutions et autres documents, Genève, Montreux, Comité international de la Croix-Rouge, Institut Henry-Dunant, Impr. Corbaz, 1996.

7 V. Segesvary, La naissance de la solidarité Croix-Rouge. La guerre franco-allemande de 1870-1871, Genève, L’Âge d’homme, 1971.

8 P. Boissier, De Solferino, op. cit., p. 349.

9 Voir Comité international de Bâle, Rapports du Comité international de Bâle pour les secours aux prisonniers de guerre : 1870-1871, Bâle, Imprimerie G. A. Bonfantini, 1871, et F. Bugnion, Le Comité international, op. cit., p. 36-42.

10 G. Werner, Les prisonniers de guerre, Paris, Hachette, 1929, p. 48.

11 Convention concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre et son Annexe : Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, La Haye, 29 juillet 1899, www.icrc.org/dih.nsf/FULL/150 ?OpenDocument.

12 H. Jones, « International or transnational? Humanitarian action during the First World War », Revue européenne d’histoire, vol. 16, no 5, 2009, p. 697-713.

13 J. F. Hutchinson, Champions of Charity. War and the Rise of Red Cross, Boulder CO, Westview Press, 1996, p. 202-276.

14 F. R. Dulles, The American Red Cross. A History, New York, Harper & Brothers, 1950, J. F. Irwin, Making the world safe. The American Red Cross and a Nation’s Humanitarian Awakening, New York, Oxford Univ. Press, 2013.

15 V. Harouel, Genève-Paris 1863-1918 : le droit humanitaire en construction, Genève, Société Henry Dunant [etc.], 2003, Croix-Rouge Française, Cent ans de Croix-Rouge française : au service de l’humanité, Paris, Hachette, 1963.

16 Cité par John. F. Hutchinson, Champions of Charity, op. cit., p. 233.

17 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order Of St John of Jerusalem, Reports by the Joint War Committee and the War Finance Committee of the British Red Cross and the Order of St John of Jerusalem in England on Volontary Aid rendered to the Sick and Wounded at Home and Abroad and to the British Prisoners of War, 1914-1919, Londres, His Majesty’s Stationery Office, 1921, H. P. Davison, The American Red Cross in the Great War, New York, Mac Millan, 1919, American Red Cross, The Work of the American Red Cross during the War: a Statement of Finances and Accomplishments for the Period July 1, 1917 to February 28, Washington, American Red Cross, 1919.

18 Nous avons pris comme clé de conversion les taux de change utilisés durant la guerre par la Commission for Relief in Belgium, soit 1 livre correspond à 4,85 dollars et 25,40 francs français, G. I. Gay (éd.), The Commission for Relief in Belgium, Statistical Review of Relief operations, Stanford, Stanford University Press, 1925, p. 69. Ce taux de change est proche de celui proposé par F. Teulon (dir.), Dictionnaire d’histoire, économie, finance, géographie : hommes, faits, mécanismes, entreprises, concepts, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 283, soit en 1914, 1 dollar pour 5,15 francs français et, 1 livre pour 25,22 francs français.

19 Joint War Committee of the British Red Cross Society and The Order Of St John of Jerusalem, Reports by the Joint War Committee, op. cit., H. Jones, « International or transnational », art. cit., p. 698.

20 American Red Cross, The Work of the American Red Cross, op. cit.

21 A. Foucault, La Société de secours aux blessés militaires, 1864-1934, Paris, impr. Ramlot, Éditions « Spes », 1936, Croix-Rouge française, Cent ans de Croix-Rouge française, op. cit.

22 N. Beaupré, « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914 à 1918 (France, Allemagne) », in A. Duménil, N. Beaupré et C. Ingrao (éd.), 1914-1945, l’Ère de la guerre. Violence, mobilisation, deuil (tome I, 1914-1918), Paris, Agnès Viénot Éditions, 2004, p. 169.

23 J. de Christmas, Le traitement des prisonniers de guerre français en Allemagne d’après l’interrogatoire des prisonniers ramenés d’Allemagne en Suisse pour des raisons de santé, Paris, Chapelot, 1917.

24 H. Jones, « International or transnational », art. cit., p. 708.

25 J. de Christmas, Le traitement des prisonniers, op. cit., p. 147.

26 Voir F. Cochet, Survivre au front, 1914-1918 : les poilus entre contrainte et consentement, Saint-Cloud, 14-18, 2005, J.-C. Auriol, Les barbelés des bannis : la tragédie des prisonniers de guerre français en Allemagne pendant la Grande Guerre, Paris, Tirésias, 2003, G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre : 1914-1919, Paris, Payot, 1929.

27 Musée international de la Croix-Rouge (MICR), affiche 62938.

28 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. L’humanitaire et culture de guerre, 1914-1918 : populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Ed. Noêsis, 1998, p. 131.

29 Albert dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, 1914-1919 : l’agence des prisonniers de guerre de la Croix-Rouge française, Paris, Bloud et Gay, 1924, p. 107.

30 J.-C. Farcy, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris, Anthropos, 1995, p. 212-213.

31 Selon un rapport publié en France, les vols de colis à Merseburg auraient atteint 20 à 80 % des envois, A. d’Anthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit., p. 211. L’importance de cette question explique la demande du gouvernement français qui facture à l’Allemagne lors du traité de Versailles une somme significative de 1 260 millions de francs français, correspondant à 69 millions de colis de 1 à 5 kg (d’un prix cinq à vingt francs français) volés entre 1914 et 1919 aux prisonniers de guerre.

32 Rapport de Lucien Cramer, septembre 1939, ACICR SG 4. Voir aussi Comité International de la Croix-rouge, Documents publiés à l’occasion de la guerre européenne (24 séries, 4 volumes), Genève, Paris, Georg, Fischbacher, 1915-1920.

33 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit., p. 135.

34 G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre (1914-1919), op. cit., p. 179 et suivantes.

35 R. Garrett, P.O.W., Londres, David & Charles, 1981, p. 105-107.

36 R. Jackson, Prisoners, 1914-1918, Londres, Routledge, 1989, p. 64-68, R. Garrett, P.O.W., op. cit., p. 156.

37 Joint War Committee of the British Red Cross Society and the Order of St John of Jerusalem, Reports by the Joint War Committee, op. cit.

38 Ibidem, p. 553.

39 Ibidem, p. 577.

40 À la fin de la guerre, l’augmentation du nombre de prisonniers et les difficultés d’augmenter la vitesse de production amènent les services de la Croix-Rouge à augmenter le poids du colis standard à 15 pounds.

41 M. Bruegel, « Un sacrifice de plus à demander aux soldats : l’armée et l’introduction de la boîte de conserve dans l’alimentation française, 1872-1920 », Revue historique, vol. 596, no 3, 1995, p. 259-284.

42 Joint War Committee of the British Red Cross Society and The Order of St John of Jerusalem, Reports by the Joint War Committee, op. cit.

43 Ibidem, p. 571.

44 O. Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Esparon, E & C, 2001, p. 91.

45 H. P. Davison, The American Red Cross, op. cit., p. 185. Voir American National Red Cross. Bureau of Prisoners’ Relief, How to send mail, money and parcels to prisoners in Germany and Austria, Washington D. C., American National Red Cross Bureau of Prisoners’ Relief, 1918.

46 O. Abbal, Soldats oubliés, op. cit., p. 83.

47 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit., p. 135.

48 O. Abbal, Soldats oubliés, op. cit., p. 88.

49 A. dAnthouard, L’assistance aux prisonniers de guerre, op. cit.

50 G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre, op. cit., p. 190 et suivantes.

51 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit.

52 H. Jones, « International or transnational », art. cit.

53 Cf. G. H. Davis, « National Red Cross Societies and Prisoners of War in Russia, 1914-1918 », Journal of Contemporary History, vol. 28, no 1, 1993, p. 31-52, F. Yerly, « Grande guerre et diplomatie humanitaire. La mission catholique suisse en faveur des prisonniers de guerre (1914-1918) », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 58, avril-juin 1998, p. 13-28.

54 E. Bonjour, Histoire des postes suisses, 1849-1949, Berne, Direction générale des PTT, 1949.

55 Cf. « Chronique : La poste suisse et les prisonniers de guerre », Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 1, no 3, 1919, p. 309-313, F. Bugnion, Le Comité international, op. cit., p. 99.

56 Idem, Comité International de la Croix-Rouge, Le rapport général du Comité international de la Croix-Rouge sur son activité de 1912 à 1920, Genève, CICR, 1921, p. 65-67, T. E. Steen, P. Deschanel, Négociations pour les prisonniers de guerre : notes et souvenirs, Paris, Hachette, 1918.

57 E. Vaillé, Histoire des Postes depuis la révolution, Paris, PUF, 1947, p. 115.

58 G. Djurović, L’Agence centrale de recherches du Comité international de la Croix-Rouge, Genève, Institut Henry Dunant, 1981, p. 58, Comité International de la Croix-Rouge, Le Rapport général, op. cit., p. 66-67.

59 V. Harouel, Genève-Paris, op. cit., p. 633-648.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540