Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Les auteurs

Texte intégral

1Eva Almudever est doctorante en Histoire du droit et des institutions à l’université du Capitole de Toulouse. Elle prépare une thèse sous la direction de Philippe Nelidoff, portant sur la justice municipale en Haut-Languedoc au XVIIIe siècle.

2Marie Aynié est agrégée et docteur en histoire. Elle enseigne dans un lycée du Val-de-Marne. Elle a soutenu, sous la direction de Patrick Cabanel (université Toulouse-le Mirail), une thèse intitulée « Les amis inconnus » du capitaine Dreyfus. Elle poursuit ses recherches sur l’histoire politique à la fin du XIXe siècle, notamment sur les formes de mobilisation et de manifestation de l’opinion, sur ses réactions et ses émotions face aux discours et aux représentations politiques.

3Grégory Beriet est maître de conférences en histoire à l’université des Antilles-Guyane. Ses travaux portent sur l’histoire du corps, de la santé et des formes de répressions dans l’espace atlantique. Chercheur à l’AIHP-GEODE (EA 929) et chercheur associé au CRHIA (EA 1163), il a récemment publié : « Figures du traumatisme en mer : les chirurgiens embarqués face aux équipages, fin XVIIIe-début XIXe siècle », dans Fureur et cruauté des capitaines en mer, Pierre Prétou et Denis Roland (dir.), Rennes, PUR/Centre International de la mer, 2012, « Sport, guerre et monde militaire, de la pratique hygiénique aux dispositifs performatifs : Rochefort et sa marine de guerre au XIXe siècle », dans Le sport et la guerre (XIXe-XXe siècles), Luc Robène (dir.), Rennes, PUR, 2012.

4Sofiane Bouhdiba est professeur de démographie à l’université de Tunis. Ses travaux portent depuis une quinzaine d’années sur la santé et la mortalité des populations. Il a publié à ce titre La mortalité urbaine en Tunisie (Centre de Publications Universitaires, Tunis, 2012) et Médecin du bled. Sur les pas du médecin de colonie dans le protectorat tunisien (L’Harmattan, France, 2013).

5Olivier Caporossi est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Membre de FRAMESPA, il a codirigé La fabrique du faux monétaire du Moyen Âge à nos jours (Méridiennes, 2012).

6Aude Cassayre est actuellement conservateur du patrimoine et historiographe. Agrégée des Lettres, Docteur en histoire et Doktor en philosophie, elle a publié La Justice dans les Cités grecques aux PUR.

7Vincent Challet, maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paul-Valéry Montpellier-3, travaille actuellement sur la conscience politique des communautés médiévales languedociennes après une thèse consacrée à la révolte des Tuchins. Il a codirigé les ouvrages collectifs « The Voices of the People in Medieval Political Communication » (Brepols, 2013, à paraître) et « La comunidad medieval como esfera publica » (PU de Séville, 2013, à paraître). Il est également le coordinateur scientifique du programme ANR « Thalamus » actuellement en cours et consacré à l’édition électronique des textes juridiques et de la chronique urbaine de Montpellier.

8Martine Charageat est maître de conférences d’histoire médiévale à l’université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne, membre du laboratoire de recherche Ausonius (UMR 5607) où elle coordonne (avec J. France) l’axe intitulé « L’ordre du monde. Pouvoirs, dynamiques et contrôles dans les sociétés anciennes et médiévales ». Ses travaux portent sur l’histoire des couples et des rapports entre société et justice en péninsule ibérique au Moyen Âge. Elle a publié La délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justices en Aragon (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

9Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine, doyen de l’UFR SHA de l’université de Poitiers, responsable de l’axe « Sociétés conflictuelles » du Criham (EA 4270), est spécialiste de l’histoire de la justice, de la violence et du corps. Il a récemment publié L’Effroyable crime des sœurs Papin (Larousse, 2010) et La Chair des prétoires (PUR, 2010) et dirigé Le droit de punir du siècle des Lumières à nos jours (PUR, 2012).

10Pauline Duchêne, normalienne et agrégée de lettres classiques, est doctorante en littérature latine à l’université Paris Ouest Nanterre, sous la direction de Charles Guittard. Elle travaille sur l’élaboration du récit chez les historiens latins des débuts de l’empire, en mettant en relation les œuvres de Tacite et Suétone.

11Judicaël Etsila est docteur de l’université de Poitiers. Il a soutenu une thèse intitulée Le journal régional et l’« holocauste routier » : l’exemple du Libre Poitou et Centre Presse (1955-2004) sous la direction de Frédéric Chauvaud. Il est actuellement chargé de recherches au CRNST du Gabon.

12Sylvain Louet est doctorant en études cinématographiques à l’université de Marne-la-Vallée (LISAA EA 4120). Ses travaux portent essentiellement sur les représentations filmiques des formes judiciaires et extrajudiciaires de la justice. Il a publié plusieurs articles, notamment : « La figure de la répétition : une vision de l’utopie désenchantée dans la culture américaine » (The tunnel under the world, Frederik Pohl, 1954 ; Replay, Ken Grimwood, 1986 ; Groundhog Day, Harold Ramis, 1993), dans TRANS-(revue de littérature générale et comparée), no 14, « utopies contemporaines », Paris, 2012 ; « deux représentations de la guerre des sexes à travers deux visions de la théâtralité cinématographique : Adam’s rib (Georges Cukor, 1949)/Le Carrosse d’or (Jean Renoir, 1952) », dans Agathe Torti, Christine Kiehl (dir.), Théâtre au cinéma/cinéma au théâtre dans et entre les aires culturelles anglophones et francophones, Passages, XX-XXI, New York University in Paris, 2013.

13Hélène Ménard, agrégée d’histoire et maître de conférences en Histoire romaine, a publié Maintenir l’ordre à Rome (IIe-IVe s. ap. J.-C.), Seyssel, Champ Vallon, 2004, portant sur l’ordre public à Rome et dans les villes de l’Occident romain à l’époque impériale. Elle s’intéresse à la justice, dans le cadre plus général des pouvoirs et de leur perception, des normes et de la régulation sociale. Elle étudie plus particulièrement les sanctions pénales, notamment la damnatio ad bestias ou condamnation des criminels à être livrés aux bêtes (fauves, ours, taureaux…) lors de spectacles, à partir des sources juridiques, littéraires, martyrologiques et iconographiques.

14Gwénaël Murphy est docteur en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. Ses travaux portent sur l’histoire du genre à l’époque moderne. Il a publié Les religieuses dans la Révolution française (Bayard, 2005) et Le peuple des couvents, Poitou, XVII-XVIIIe siècles (Geste éditions, 2007). Membre de l’équipe « Sociétés conflictuelles » du CRIHAM (EA 4270, universités de Poitiers et Limoges), il étudie actuellement la réception sociale et les pratiques des séparations conjugales sous l’Ancien Régime.

15Nicolas Offenstadt est maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Il travaille à la fois sur la Grande Guerre et ses mémoires et sur les pratiques politiques à l’époque de la Guerre de Cent ans. Il est en charge du cours d’historiographie à l’université de Paris 1 et vient de publier L’Historiographie (PUF, Que-Sais-Je, 2011). Parmi ses publications récentes, La Grande Guerre. Carnet du centenaire, Paris, Albin Michel (avec André Loez) et En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle (Stock).

16Pierre Paraizo est doctorant en droit international comparé.

17Pierre Prétou, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de La rochelle, est spécialisé dans l’histoire de la justice. Il a publié Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge (PUR, 2010) et codirigé Fureur et cruauté des capitaines en mer (PUR, 2012).

18Didier Poton est Professeur d’histoire moderne à l’université de La Rochelle et membre du CRHIA (EA 1163). Il est spécialiste de l’histoire du fait religieux dans les espaces atlantiques et a codirigé Les Pays-Bas et l’Atlantique aux PUR, en 2009.

19Henri Simonneau est agrégé d’histoire et docteur en histoire médiévale. Membre de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), il a soutenu en 2010, à l’université de Lille 3, sa thèse sur les hérauts d’armes dans les Pays-Bas bourguignons entre 1467 et 1519, sous la direction de Bertrand Schnerb. Parallèlement à la publication de celle-ci, il continue actuellement de travailler sur le monde des hérauts, sur la culture de cour, mais aussi les questions de la transmission de l’information et de la guerre à la fin du Moyen Âge.

20Mathieu Soula est maître de conférences en histoire du droit à l’université de Pau, membre du CAHD (Bordeaux IV) et chercheur associé au CTHDIP (Toulouse-Capitole).

21Fabrice Vigier est maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Poitiers, et membre du laboratoire de recherche du CriHAM. Après avoir écrit plusieurs ouvrages sur le clergé et les institutions ecclésiastiques du Centre-Ouest sous l’Ancien Régime et la Révolution française, il s’intéresse aujourd’hui plus particulièrement au monde des auberges et des cabarets, à la maréchaussée mais aussi à la justice des XVIIe et XVIIIe siècles. Il a participé par ailleurs à l’élaboration du récent Dictionnaire de l’université de Poitiers (Geste Edition, 2012), en y rédigeant les chapitres traitant de la période moderne. Co-directeur du DU Archives et Métiers des archives, il est aussi responsable pédagogique de la licence d’histoire à la faculté des Sciences Humaines et Arts de Poitiers.

22Tangi Villerbu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de La Rochelle et membre du CRHIA (EA 1163). Il est spécialiste des échanges migratoires aux États-Unis et de l’histoire contemporaine de l’Amérique du nord.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540