Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Troisième partie. Les demandes de justice

La demande de justice sous l’œil des journalistes : les récits des accidents routiers dans la presse de la Vienne (1955-2004)

Judicaël Etsila

Texte intégral

1La clameur publique, soulèvement du peuple contre ceux qui commettent un crime en sa présence ou tout moyen particulier, par lequel les personnes privées empêchent que les pouvoirs publics ne se désintéressent d’une agression subie, constitue une réalité sociale et culturelle susceptible d’être mise en évidence par l’analyse des récits médiatiques relatifs à l’accidentologie routière dans le département de la Vienne entre 1955 et 2004. En effet, une riche littérature de presse relate nombre de manifestations sociales suscitées par les accidents routiers. Ainsi, adoptant les contours d’une demande de justice, le ressenti des populations, leurs réactions après un accident, un jugement du tribunal, leurs actions dans la rue, remplissent les colonnes des journaux régionaux comme Le Libre Poitou et Centre Presse.

  • 1 Xavier Crettiez, Les formes de la violence, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2008, p. 57.

2Si entre les années cinquante et quatre-vingt, la communauté accepte avec fatalisme la mort routière, de façon sporadique et spontanée des personnes privées s’en prennent au responsable de l’accident. On assiste alors aux lynchages des automobilistes pris en flagrant délit par une population mobilisée : une forme de justice populaire. Cette « violence est pensée comme une stratégie d’interpellation des pouvoirs publics pour des groupes souvent sans autres ressources que celles que leur accorde la visibilité de leur action1 ».

  • 2 Xavier Crettiez, ibid., p. 57.

3Autres sources de la manifestation communautaire du besoin de justice : les récits d’audiences judiciaires. À cette occasion, la forme de la violence rapportée relève « d’une stratégie de victimisation ou scandalisation, permettant de mettre en scène la « répression du pouvoir » ou de l’indifférence de celui-ci face à la souffrance des populations qui s’expriment2 ». L’analyse de ces récits montre alors comment, à travers les requêtes, les contestations des victimes et de leurs proches, des associations de victimes, la mobilisation humaine parvient à infléchir l’administration de la justice.

Le lynchage : expression collective de la plainte

  • 3 Pierre Favre, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 1990, p. 273.
  • 4 Pierre Chambat, cité par Pierre Favre, Olivier Fillieule et Fabien Jobard, L’atelier du politiste. (...)

4Les nombreux comptes rendus d’accidents routiers rapportés par Le Libre Poitou et Centre Presse accordent une attention à la manifestation sociale suscitée par les accidents de la circulation. Elle évoque les différents comportements des populations face à l’accident routier, leur ressenti après un accident, au cours et au terme d’un procès. À partir des extraits du Libre Poitou et Centre Presse entre 1955 et 2004, il devient possible d’éclairer nombre d’attitudes relatives à l’expression collective de la plainte dans le cadre de l’accidentologie routière. Cette formulation communautaire de la réclamation peut être observée à l’aune des conduites collectives3 consécutives à un accident de la route. Il est surtout question ici de l’expression de l’aversion populaire contre les déviances et les violences routières car « l’engagement militant exprime toujours, sous une forme ou sous une autre, une forme de souffrance subjective4 ». Autrement dit, interroger le soulèvement populaire contre ceux-là qui se rendent coupables de délits dont la flagrance est caractérisée.

  • 5 Pierre Chambat, cité par Pierre Favre, Olivier Fillieule et Fabien Jobard, ibid., p. 193.

5Entre 1955 et 2004 Le Libre Poitou et Centre Presse rapportent divers témoignages de l’activisme de la société lorsque survient un accident routier traduisant de la sorte une sollicitation de l’espace public qui passe par l’action collective car nous dit Pierre Chambat : « Les manifestations permettent de “poser un problème sur la scène publique”, de “transformer des préoccupations particulières et des comportements privés en problème public pour les inscrire sur l’agenda politique”5. » Si de prime abord, la coutume pour la communauté, a consisté à accepter avec fatalisme la mort routière, il arrive que des mouvements d’indignation apparaissent. C’est ainsi que de façon déliée, la société réagit : le groupe s’en prend alors au « responsable » présumé de l’accident. Ainsi surgissent quelques soulèvements populaires contre les auteurs d’accidents routiers pris en flagrant délit :

  • 6 Centre Presse, 27 août 1973.

« On a frôlé le drame, près de Fleuré
Un camion accroche un car qui se renverse : 16 blessés.
Le camionneur roué de coups par quelques passagers excités6… »

  • 7 Effectivement des décennies durant, l’opinion publique a semblé accepter avec fatalisme l’idée que (...)

6Dans l’extrait ci-dessus, un accident corporel survenu près de Fleuré suscite la réaction violente de quelques passagers victimes dudit accident. Ces derniers assaillent alors le camionneur qu’ils molestent. Les « agresseurs » sont présentés par le chroniqueur comme « quelques passagers excités ». Cette qualification minimise la portée de l’acte posé et disqualifie les auteurs. Cependant, sortie de l’ornière journalistique, il est possible à travers cette action, d’y voir une survivance de la justice populaire, une forme de vengeance privée face à une offense, une agression subie collectivement et dont la flagrance est établie. Cet écho à l’accident routier intervient dans la décennie soixante-dix, une période qui, du point de vue de l’accidentologie routière, est particulière. À ce moment, en dépit de quelques actions visant à rationnaliser le phénomène, la réalité est surtout marquée par l’apathie et le fatalisme7. Aussi, face à la relative démission étatique et sociétale devant les déviances et violences routières, le peuple exposé à la menace, s’approprie des prérogatives relevant d’autres instances.

7C’est ainsi qu’au XXe siècle, on assiste à des lynchages populaires, vestiges des temps « anciens ». Cette agression illicite, expression d’une tension collective née de l’absence d’un traitement efficace et durable de l’inflation des accidents routiers, pose finalement le problème du débit de justice et du contrôle social formel. L’acte posé par les victimes du bus accidenté s’apparente finalement à une forme populaire de police, de para police, voire de justice privée. Les populations, face à l’inaction supposée ou avérée des pouvoirs publics s’érigent en « débiteurs de justice » à travers l’administration de la vengeance fondée sur la violence dont, justement la concentration du monopole entre les mains de l’État justicier, devrait constituer un rempart et un gage de la cohabitation pacifique.

8Dans le cadre de l’accident de Fleuré, la réaction des passagers révèle vraisemblablement l’existence de cadres de vie communautaire désormais perçus comme des espaces de non droit au sein desquels, les populations se sentent en insécurité. En conséquence, leurs attitudes face à une « violence », s’inscrivent dans une sorte de soulèvement du peuple contre ceux qui commettent un « crime » en sa présence. À ce sujet, Bernard Plasait apporte quelques précisions :

  • 8 Bernard Plasait, Retrouver la sécurité, Paris, Plon, coll. « tribune Libre », 1986, p. 78.

« Ce droit suprême de vie ou de mort dont l’État à renoncer à exercer le monopole n’a pas disparu par enchantement. Désormais c’est l’ensemble de la société qui l’exerce. Car ce que l’on appelle communément autodéfense répondrait mieux au nom d’autojustice. Puisque les pouvoirs publics ont abdiqué, chacun s’érige en souverain de sa “légitime défense8”. »

9Cette action met en lumière l’expression collective d’une plainte. Un gémissement commun qui s’inscrit subséquemment dans une demande de justice sociale visant à solliciter la réappropriation, par les pouvoirs publics, des espaces collectifs en exerçant leurs prérogatives régaliennes : sécurisation des espaces communautaires, justice. La violence des victimes ici renvoie en définitive à un appel au secours public, voire judiciaire. Lequel prendrait la forme d’une régulation sociale formelle susceptible de garantir le vivre ensemble harmonieux car

  • 9 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, Attentes sociales et demande de justice. Les manifestations b (...)

« ici, l’enjeu essentiel est celui d’une expression publique d’inquiétude et d’exaspération […]. Le locuteur se place, avec l’ensemble du peuple, dans une position de tirer la sonnette d’alarme en espérant que les acteurs institutionnels changent les choses9 ».

10Le comportement rapporté par le journal s’oppose donc au politique et s’érige en porte-parole d’une société éprouvée par les violences routières. Une société qui exige le rétablissement de la sécurité sur les routes, en instaurant l’État comme recours ultime face à aux « agressions » routières.

11Cette réaction populaire face à une agression subie ne constitue pas un cas isolé. Parfois, le soulèvement est même l’œuvre de personnes « étrangères » au drame :

  • 10 Le Libre Poitou, 8 janvier 1955.

« Un chauffard lynché par des témoins
Omettant de ralentir devant un feu clignotant orange, un automobiliste […] a renversé la nuit dernière, un peu vers 2 heures un artiste. Ce dernier traversait un passage clouté […]. Atteint d’une fracture à la jambe, l’épaule luxée, le blessé perdit bientôt connaissance. […] Plusieurs témoins, notamment un garçon de café, se précipitèrent en direction de la voiture du chauffard. Tirant de son siège Monsieur […], ils le frappèrent au visage. Ce dernier tomba inanimé et fut transporté avec sa victime à l’hôpital10. »

  • 11 Le Libre Poitou, du 8 janvier 1955.

12La présente narration rapporte également les conditions du lynchage d’un automobiliste auteur d’un accident de la circulation. Ici, la « vendetta » est le fait de plusieurs personnes privées sans lien direct avec la victime, encore moins avec l’événement relaté. Face à la flagrance de l’acte, des individus, sans lien et organisation particuliers, se lèvent comme pour répondre à un appel à l’aide. Dans cette réaction, on voit ressurgir une forme résiliente de la vengeance populaire. Au regard des défaillances supposées des autorités, les populations, à travers les manifestations collectives, se prennent en charge et « usurpent », en même temps, les prérogatives de l’État. Exprimant ainsi, « le cri spontané d’une conscience outragée par le scandale11 ».

  • 12 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, ibid., p. 69.

13Dans cette situation, plus que dans la première, il semble se dégager un « consensus émotionnel12 » sur l’attitude à adopter face à une flagrance de cet acabit. En effet, la réaction communautaire ici ne semble souffrir d’aucune hésitation. C’est une foule qui, témoin d’une violence perpétrée contre un membre de la société et au regard de l’état de la victime en danger et désormais dans l’incapacité de se défendre soi-même ou d’être défendue par les dépositaires de la violence légitime, se soulève contre l’agresseur afin que ce dernier paie l’atteinte faite à la société en dehors de tout cadre réglementaire. La foule vindicative et mobilisée se substitue de fait à la justice en ce qu’elle décide du sort du « chauffard ».

14Cette réaction « solidaire », parfois violente et destructrice, témoigne des transformations subtiles que subit l’esprit du temps et qui rendent, à un moment donné, insoutenables des attitudes jusque-là socialement admises.

  • 13 Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion pol (...)

15Les deux situations rapportées plus haut témoignent d’une volonté de rupture avec la complaisance sociale, l’apathie de la collectivité vis-à-vis de « l’holocauste routier » à ce moment-là. Ainsi se découvre l’expression publique de l’inquiétude et de l’exaspération. La collectivité, à travers les agressions rapportées par la presse, cherche à susciter une réaction dynamique des acteurs institutionnels pour que ces derniers améliorent la situation. En effet, « l’indignation réclame dans le moment même où elle est éprouvée et dite une réponse elle-même active. Alors, à l’évidence, l’indignation témoigne activement d’une cohésion sociale et idéologique ou, au moins, mime cette cohérence pour en proposer l’image rassurante13 ». Autrement dit, les actes posés par des citoyens victimes ou témoins d’accidents routiers, traduisent une demande collective pour les autorités prendre en charge la sécurisation de l’espace routier. Éviter que l’agression constituée par les accidents de la route ne soit par ailleurs banalisée.

  • 14 Olivier Fillieule, Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences (...)

16Les manifestations collectives et violentes des accidentés de la route et des témoins de ces drames constituent alors une interpellation, sans doute voilée, des autorités politiques mais aussi de l’opinion publique que l’on prend alors à témoin : « “Recourir à l’action manifestante, ce peut être un moyen d’interpeller l’État”, rappelle Olivier Fillieule, “afin d’obtenir une reconnaissance et/ou une mesure favorable […] ; une façon d’en appeler au public, spectateurs directs, médias, commentateurs, et pourquoi pas, sociologues”14. » En cela, elle semble constituer une forme de clameur publique.

  • 15 Jacques Marquet et Yves Cartuyvels, op. cit., p. 33.

17Si les accidents indignent, révoltent c’est conforme à l’idée qu’ils étaient évitables ou ont atteint un niveau intolérable. Par conséquent il y a une faute de quels que responsables que ce soient. Aussi, loin d’être résignés, les populations crient leur détresse et appellent la mise en place de mesures capables d’enrayer le phénomène. Une manière de dire aux décideurs institutionnels : « Maintenant, ouvrez les yeux, on a été trop loin, on n’est pas d’accord, il faut changer quelque chose15. » En d’autres termes, un moyen par lequel des personnes privées empêchent que les pouvoirs publics ne se désintéressent d’une agression, d’une violence subies quotidiennement et dont la non prise en compte représente une menace permanente.

18L’objectif ici semble être la nécessité de voir l’État réinvestir la route. En effet, l’espace routier, cadre public par ailleurs, donc environnement collectif, apparaît dans cette période comme un terrain abandonné à la liberté individuelle, devenant par moment et de ce fait, un espace de non droit. Aussi, les comportements des uns et des autres constituent un appel à la construction d’un espace commun en partage.

19En cela, la mobilisation des populations constitue un moment interpelatif à l’adresse des autorités publiques et locales face à une situation de danger quotidien car

  • 16 Jean-François Mattei, De l’indignation, Paris, Éd. de la Table Ronde, 2005, p. 241.

« l’indignation exprime des valeurs et trace des frontières. L’intolérable – ou son sentiment – s’inscrit non seulement contre le tolérable, mais aussi, contre le normal. Celui qui s’indigne rappelle souvent simplement aux autres ce qui rassemble en communauté et, à terme, oppose16 ».

20Une sorte de cri que les victimes et les témoins d’accidents routiers expriment pour requérir l’assistance de ceux qui sont, non pas présents sur les lieux du crime, mais censés garantir la sécurité routière, assurer la régulation sociale formelle pour faire cesser la réalité sociale dénoncée.

21Cette mobilisation collective, traduit au final une indignation face à la dangerosité de la circulation routière mais aussi à l’encontre des pouvoirs publics qui, des années durant, semblent ne pas avoir pris les dispositions nécessaires pour garantir les conditions du vivre ensemble sur cet espace. Le soulèvement des victimes et des témoins de l’accident routier à travers le lynchage des chauffards constitue un besoin de justice sociale, voire de justice judiciaire réclamées à cri et parfois violemment. En d’autres termes, cette vindicte populaire traduit l’expression communautaire d’une plainte en l’encontre des pouvoirs publics jugés défaillants mais aussi contre les membres de la communauté qui ne s’inscrivent pas dans la norme. Ainsi, la réaction violente de quelques citoyens se révèle être un puisant levier susceptible d’infléchir l’action publique à partir de la rue, contournant et ébranlant en cela, les cadres institutionnels du fonctionnement de l’État, de l’action publique.

Émotions judiciaires, cris judiciaires : infléchir l’administration de la justice

22La clameur publique omniprésente dans la rue se retrouve aussi dans les prétoires. Dès lors, elle prend la forme du cri judiciaire et de l’émotion judiciaires dont les comptes-rendus d’audiences relatives au contentieux routier s’en font l’écho. À partir des prises de positions des différents acteurs dans l’arène judiciaire, nombre d’émotions allant de la colère, à l’incompréhension des peines prononcées, en passant par la contestation de ces dernières, s’expriment. Autant de façons de rejeter le traitement judiciaire du tort subi, de l’agression supportée, d’en appeler à une justice équitable mais qui surtout reconnaisse le préjudice réel des plaignants, qui respecte la victime et la rétablit dans son droit et sa dignité :

  • 17 Centre Presse, 12 septembre 2002.

« Le procès de la tragédie de Mirambeau sur l’autoroute A 10 devant la cour d’appel. Le refus de la fatalité.
La première journée du procès en appel de la catastrophe de Mirambeau s’est concentrée sur l’analyse détaillée des circonstances de l’accident. Les parties civiles ont attaqué un premier jugement “catastrophique” et demandent des condamnations qui reconnaissent les responsabilités. Les réquisitions de l’avocat général vont dans le même sens, considérant qu’“une catastrophe routière n’est pas le fruit de la fatalité ”.
Un jugement diversement apprécié. Le 14 mars dernier, le tribunal correctionnel de Poitiers avait prononcé une relaxe générale dans le procès de la catastrophe routière de Saint-Martial-de-Mirambeau qui, le 10 novembre 1993, avait causé la mort de 15 personnes et blessé 53 autres. Les juges avaient considéré que les dix-neuf prévenus s’étaient “s’étaient retrouvés confrontés à des circonstances imprévisibles constitutifs d’un cas de force majeure”17. »

23L’accident traité ici apparaît comme une agression collectivement subie car il s’agit d’une catastrophe ayant « causé la mort de 15 personnes et blessé 53 autres ». Si le jugement en correctionnel avait relaxé les prévenus, le parquet et les parties civiles, refusent que la tragédie de Mirambeau demeure sans responsables. Le procès en appel entend réfuter la justification fataliste car les parties civiles la trouvent « insupportable ». Les parties civiles et le parquet attendent de ce deuxième jugement des explications et la détermination des responsabilités. À travers ce procès en appel, on peut y voir une volonté d’infléchir la décision judiciaire initiale dans le sens d’une « meilleure administration » de la justice, laquelle passerait par un traitement attentif aux victimes et leurs proches. Pour cela, il faut interpeller le monde judiciaire afin que ce dernier ne se désintéresse pas du « crime » infligé à la collectivité. En cela, le recours judiciaire ici apparaît comme un appel au secours au regard de la violence subie sur la route mais aussi au sein du tribunal du fait de la décision prononcée. Face à ce double affront, les victimes par le biais de leurs représentants refusent le traitement qui leur est administré pour réclamer à la fois la reconnaissance de leur préjudice mais aussi une autre justice à l’égard de la nouvelle « race de criminels ».

  • 18 Comme l’explique Denis Salas : « La victime sort d’un long d’un long oubli où l’a plongée un systè (...)

24C’est d’ailleurs de ce contexte « révolutionnaire » que le jugement en appel de l’accident de Mirambeau, à travers les débats qu’il initie, introduit une notion jusque-là peu valorisée : la « victime18 », au sens où elle est considérée comme l’élément central du procès. L’avocat de la défense profite de ce procès pour focaliser l’attention sur la victime de l’accident. Pour l’avocat, la considération de la victime et de ses proches est liée à la réponse donnée par la justice. L’explication fataliste de la catastrophe de Mirambeau pour les parties civiles n’a pas considéré la souffrance des victimes qui demeurent ainsi dans la douleur, leur malheur n’ayant pas de responsable. Dans ce contexte, la justice leur apparaît comme une mascarade qui se désintéresse de leur drame. Ce qui explique la contestation du premier jugement.

25Le réquisitoire de l’avocat général participe donc de cette nécessité nouvelle d’accorder une place plus respectable à la « victime » de l’accident routier. Cette prise en compte passe avant tout par la recherche des responsabilités individuelles car pour le parquet, les prévenus sont effectivement coupables de « réaction tardive et inadaptée ». Aussi, il réclame des « peines de principes », « des peines de prisons avec sursis » et la relaxe pour les différents prévenus selon la responsabilité de chaque protagoniste. Son intervention se termine par l’affirmation que sa démarche est celle attendue par les « martyrs » depuis des années. Autrement dit, il est le porte-parole des victimes, de la société qui exigent de la justice que la culpabilité soit établie, que chacun des prévenus soit condamné au prorata de sa responsabilité :

  • 19 Centre Presse, 12 septembre 2002.

« L’avocat s’est attaqué ouvertement au premier jugement : “Au-delà de la catastrophe en elle-même, le jugement du 14 mars, constitue aussi une catastrophe, en terme de victimologie. On ne tire pas les leçons de l’accident. Les victimes directes ou indirectes ne peuvent pas comprendre cette notion de fatalité”. Il a longuement insisté sur l’importance de la reconnaissance de la responsabilité de certains conducteurs pour les victimes […]. Peines de principes : Les réquisitoires de Béatrice Sallaberry, l’avocate générale sont allées dans le même sens. Pour elle, le précédent jugement est critiquable sur le plan juridique en raison d’une “approche globale et collective, sans examiner la responsabilité individuelle” et grave dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière. La magistrate a retenu la culpabilité de seize des dix-neuf prévenus, qui, selon elle, ont eu “une réaction tardive et inadaptée”, requérant des “peines de principe” (amende et suspension de permis) pour les automobilistes et des peines de prison avec sursis pour les deux chauffeurs routiers. Pour deux automobilistes, elle a demandé la relaxe : “le plus important pour le ministère public, c’est la déclaration de la responsabilité” a-t-elle ajouté. C’est ce que les victimes attendent depuis neuf ans19… »

26Les suites du procès, tendent vers une meilleure prise en compte de la victime. Ce qui laisse penser que la plainte initiée a trouvé un écho favorable auprès des autorités judiciaires :

« La cour d’appel a rendu son arrêt dans le dossier du carambolage mortel de l’A10 Mirambeau
Conducteurs en faute
Dans l’affaire de Mirambeau, la cour d’appel a réformé le jugement de relaxe générale pour le cas de force majeur prononcé par le tribunal correctionnel en mars dernier. Elle a condamné 15 conducteurs à des peines légères et le chauffeur polonais à un de prison avec sursis… »

27Contrairement au premier jugement, la fatalité comme modalité explicative de la tragédie en débat, est réfutée. Les prévenus relaxés la première fois, sont condamnés. Et le titre de l’article est clair : « conducteurs en faute ». Les victimes et leurs proches éprouvent le sentiment que justice leur a été rendue, non pas forcement d’un point de vue de la condamnation des coupables, mais surtout du point de vue de la détermination des responsabilités :

  • 20 Centre Presse, 12 et 13 octobre 2002.

« Pour justifier ces décisions, la cour d’appel a repris une à une les expertises pour les étudier en profondeur. Les juges y ont trouvé des fautes de conduite […]. Causes suffisantes pour ne pas retenir “le caractère d’imprévisibilité et d’irrésistibilité des circonstances, retenus par les premiers jugements” […]. Responsabilité individuelle : “Je préfère ce jugement-là, a indiqué Yann Méheux à l’issue de l’audience. Au moins, cette fois, le symbole a été respecté”. Selon lui, la cour d’appel “a plus fouillé le dossier et les rapports d’expertise”. Le président de l’Association des victimes, qui a perdu son épouse et ses deux enfants dans le carambolage, tenait “à ce que la responsabilité individuelle des conducteurs soit reconnue”. “La seule façon, selon lui, pour que ce jugement serve la cause de la lutte contre l’insécurité routière”20… »

  • 21 Une prise en compte qui elle aussi n’est pas sans risque pour l’administration de la justice, voir (...)

28Il apparaît dès lors que le cri judiciaire et les émotions qui l’ont suscité et accompagné ont réussi à faire fléchir le droit, à le faire évoluer vers un paradigme « victimaire21 ». En cela, les plaignants sont parvenus à ce que les autorités judiciaires ne se désintéressent pas du crime subi collectivement et individuellement.

  • 22 Jean-Claude Caron, Frédéric Chauvaud, Emanuel Fureix et Jean-Luc Noël, Entre violence et conciliat (...)

« Certes, ce n’est pas une société unanime qui agit en bloc et manifeste par un ensemble de paroles, de gestes et d’appréciations son rejet d’actes jugés désormais condamnables, mais il s’agit d’une forte minorité ou d’une majorité qui, par ses perceptions et prises de position, modifie en profondeur les représentations collectives en donnant une nouvelle vision du monde22. »

  • 23 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, op. cit. p. 141.

29Toutefois, ce procès en appel a constitué une caisse de résonance et d’amplification d’une mise en question de la justice et des institutions en matière de contentieux routier restée, jusque-là, confidentielle ou inaudible. Et ce « sur fond de transformations durables qui affectent la place du droit et de l’institution judiciaire dans la société23 ».

30Cette demande de justice se fait parfois plus bruyante et sorte du balisage du droit. En effet, il arrive que la fronde judiciaire soit menée non plus par les victimes directes comme ce fut le cas pour la catastrophe de Mirambeau en empruntant les canaux institutionnels, mais par la population. Effectivement, durant les années 1950, 1970, et même 1980, les décisions des tribunaux consécutives au contentieux routier sont relativement bien acceptées par les différents acteurs, autant dire par la communauté. De la même façon que l’accident de la circulation relèverait de l’imprévisible, les jugements relatifs au contentieux routier pâtissent des mêmes pesanteurs. Le corps social accepte les décisions judiciaires. Aucun mouvement de réprobation à la suite des décisions judiciaires n’est rapporté pendant les périodes évoquées.

31En revanche, dès la décennie 1990, les témoignages de la contestation des jugements sont omniprésents. À cette occasion, nombreux sont les citoyens normaux qui récusent les décisions judiciaires et réclament une plus grande sévérité des peines, quand ils n’exigent pas des condamnations tout au moins plus exemplaires à l’encontre des chauffards. Claudine Burton-Jeangros, Christian Grosse et Valérie November expliquent que :

  • 24 Claudine Burton-Jeangros, Christian Grosse, Valérie November, Face au risque, Paris, L’Équinoxe, c (...)

« les mobilisations, les interpellations, le recours aux médias ou/et à la justice, apparaissent ainsi comme autant de moyens utilisés par ces acteurs (notamment, les victimes effectives, virtuelles) pour se faire entendre, exiger des réparations, mais également, des réformes dans la gestion des risques et menaces. Réformes visant, pour l’essentiel, à ce que soient pris en compte la société civile, ses représentants dans le jeu des acteurs, au-delà donc de la simple information du “public”24 ».

32La demande passe par la dénonciation des peines que la communauté juge en inadéquation avec les conséquences des actes incriminés comme si leur caractère criminogène était passé sous silence.

  • 25 Centre Presse, 21 janvier 2000.

« Procès d’un chauffard. Un accident grave à 200 km/h sur une route limitée à 70. […]
Le procureur a requis hier […] une peine de dix-huit mois de prison avec sursis à l’encontre d’un chauffard responsable d’un grave accident en mai 1999 alors qu’il conduisait à 200 km/h en état d’ivresse, soulevant les protestations du public dans une salle comble. […]
Estimant cette affaire “caricaturale”, La ligue contre la violence routière s’est portée partie civile à l’audience. “Nous avons l’espoir que votre Tribunal redonne du sens à la loi” a déclaré sa représente […]. Elle a réclamé dix millions de dommages et intérêts pour que la prévention “soit payée par les chauffards”. […] Il a requis dix mois de prison avec sursis, suspension de trois ans du permis de conduire et une amende de 50 000 francs à l’encontre du prévenu. […]
Les parents et amis des victimes et un nombreux public ont protesté à plusieurs reprises lors des réquisitoires, trop indulgents à leurs yeux25… »

33Le journaliste dresse un portrait accablant du prévenu. Il s’agit d’un chauffard, un délinquant routier. Le chroniqueur juxtapose « Procès d’un chauffard » et « accident grave à 200 km/h sur une route limitée à 70 ». Ce choix stylistique et stratégique dessine les contours de la condamnation du prévenu : chauffard, donc délinquant, irresponsable. Une façon de dire une attente sociétale : voir l’institution judiciaire s’approprier ce crime afin qu’il ne reste pas impuni. Dans cette logique, la salle est comble afin d’exercer une pression sur le tribunal mais aussi pour assister les victimes et leurs proches, une peine exemplaire est exigée, les parties civiles se sont constituées, là aussi pour exprimer une solidarité avec les victimes et signifier l’importance de l’affaire et la nécessité qu’elle soit traitée avec sérieux. En d’autres termes, une présence agissante du groupe social dans l’action publique.

34Au cours de ce procès, en dépit des réclamations du parquet et de la partie civile qui peuvent apparaître élevées au regard des peines habituellement appliquées pour blessures involontaires liées à la circulation routière, les parents, les amis et le public venus nombreux, rejettent bruyamment ces réquisitoires trop indulgents à leurs yeux. Cette manifestation collective contre des demandes jugées légères et généreuses constitue une protestation contre la justice qui, à cette occasion, est soupçonnée de ne pas tenir compte de la souffrance occasionnée par les actes du prévenu. Dans ces conditions,

  • 26 Anne Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion pol (...)

« l’indignation publique est le critérium à l’aune duquel le crime est sinon ressenti en tout cas sûrement analysé, compris et jugé. Témoignage des valeurs partagées, elle atteint son plein rendement médiatique, lorsque, par elle, est confirmé [ou infirmé] le verdict d’une institution, en l’occurrence la condamnation26 ».

35La société reproche ainsi à la justice de ne pas sévèrement sanctionner les délinquants routiers à la mesure des préjudices physiques et moraux qu’ils génèrent sur la voie publique et dans la vie des gens comme si cette violence était banalisée, acceptée, voire niée. En d’autres termes, pour les justiciables, la justice ne saisit pas suffisamment les occasions qui lui sont offertes pour faire des procès exemplaires. Au contraire, le monde judiciaire semble donner une réponse timide aux familles qui s’estiment profondément touchées et déchirées par les drames routiers. Sans attendre la prononciation définitive des peines, les parents, amis des victimes et public contestent. Cette récusation du caractère trop « indulgent » des réquisitoires s’articule autour d’une double dénonciation de la machine judiciaire qui renforce le sentiment que cette institution ne joue pas pleinement son rôle. En effet, il semble que dans un premier temps, c’est le peu d’attention accordée par le système judiciaire et par certains magistrats à la souffrance des victimes de la route, voire à toute victime durant toute la procédure judiciaire qui est ici dénoncé. Puis, vient le tour de stigmatiser le Code pénal qui semble ignorer que la violence routière constitue une forme de violence à part entière, que l’homicide routier est devenu un « assassinat ».

  • 27 Renaud Crespin, « drogues et sécurité routière : changements politiques ou nouvel usage des instru (...)

36Cette stigmatisation laisse penser que la justice est incapable de faire face à l’insécurité qui sévit sur les routes et laisse se développer l’idée d’un laxisme de l’institution judiciaire à l’endroit des délinquants et « criminels » de la route. Les familles atteintes, souhaitent voir la justice déterminée à appliquer des peines exemplaires qui constitueraient la preuve que le cri et la détresse des proches de victimes ont été entendus. À travers cette protestation de la décision judiciaire, se dessinent les contours d’une mobilisation contre les « assassins » de la route mais aussi contre ceux qui peuvent être assimilés à des protecteurs des chauffards, l’État, la justice. On peut y voir un drame privé qui interpelle le politique, la société. Une interrogation sur les mécanismes par lesquels une tragédie familiale conduit ou offre une opportunité pour solliciter un changement politique et social, une évolution de la norme. Il s’agit donc de se mobiliser contre ce qui désormais apparaît inacceptable. D’ailleurs, comme le signale Renaud Crespin : « Les travaux portant sur les mobilisations de victimes traitent généralement leur recours à la justice comme un registre d’actions visant à faire reconnaître un statut ou une cause non reconnu, voire dénié par les pouvoirs publics27. » En d’autres termes, tout moyen particulier par lequel, les personnes privées empêchent que les pouvoirs publics ne se désintéressent d’une agression subie. En cela, le cri judiciaire qui se déploie dans l’enceinte de ce tribunal interpelle les autorités et la société sur ce qui apparaît comme un déni de justice. Cette émotion judiciaire qui s’empare du tribunal à l’annonce des réquisitoires appelle un sursaut de la part des autorités pour une meilleure justice qui passe par la reprise en main de la sécurité routière. L’idée ici semble être un fléchissement de la justice en faveur des meurtris des tragédies routières.

  • 28 Pierre Favre, op. cit., p. 49.

37Les peines prononcées par la justice acceptées, avec résignation, entre 1950 et 1990, sont au XXIe siècle, bruyamment et violemment récusées par les citoyens qui réclament des sanctions plus sévères, une meilleure prise en compte des victimes et de leur souffrance. En effet, « la manifestation [y] apparaît de nos jours comme l’un des moyens, et peut être même le moyen ultime, souvent désespéré de clamer des revendications essentielles à la face du pouvoir central28 ». Autant dire, une demande de justice.

38L’histoire de la sécurité routière illumine l’histoire des conduites collectives, de la clameur publique, du cri judiciaire marquée par nombre d’évolutions qui laissent penser que cette histoire n’est pas figée, qu’elle suscite, accompagne et éclaire les mutations socioculturelles en cours au sein de la société.

39Ces réactions populaires mettent en lumière l’évolution des conditions de l’apparition de la clameur publique et ses modalités expressives. En effet, longtemps inscrite dans un paysage sonore, comme cela apparaît nettement dans la deuxième séquence du présent développement, les cas analysés plus haut se déploient dans un environnement plutôt visuel et silencieux. C’est le spectacle de l’accident qui suscite indignation et mobilisation. Les actions semblent se dérouler dans un espace sans voix, vivifié par un ensemble de signes, de codes et d’attitudes qui se révèlent in fine compréhensibles par le groupe. Ainsi, nul besoin de discours formel pour entendre l’appel, pour se lever, tout est figuré, imagé, interprété pour exiger la réparation du préjudice subi : la clameur publique ne se limite plus au paysage sonore.

*

  • 29 Anne Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), op. cit. p. 14.

40Faite de cris, de silences, d’émotions, d’actions, de violence, la clameur publique liée à l’accidentologie routière apparaît comme « un sentiment qui fédère, qui crée des consensus, qui cimente les groupes, les mobilise et les pousse à la parole et à l’action29… » Elle exprime presque toujours la dénonciation d’une offense, d’une agression subie collectivement ou individuellement, une demande, une rupture, une restauration et une évolution du droit. Ainsi, prenant la forme du lynchage des chauffards par les victimes ou la foule ou encore celle des contestations des décisions judiciaires, la demande de justice pose la problématique plus globale de la place de violence dans la société, de la légitimité de son usage ainsi que celle de la construction collective de la norme.

  • 30 Laurent Bègue, « Psychologie sociale des violences collectives », Les racines de la violence, L’Es (...)

41Elle met également en évidence le risque encouru par les États qui renoncent à l’exercice de leurs prérogatives, notamment celle fondamentale de débiteur de justice ou de garant de la sécurité, du contrôle de l’espace public. Comme le rappelle Laurent Bègue : « L’absence de contrôle est à l’origine de la criminalité […]. En l’absence de contrainte forte, n’importe quel humain transgresserait les règles de base de la vie collective s’il pouvait en tirer quelques bénéfices30. » Par conséquent, les vagues de violences collectives, les émotions populaires analysées, participent à l’émergence de sensibilités et des seuils de tolérances nouveaux. À travers la présence, sans cesse agissante de la collectivité dans l’action publique, le « haro ! » acquiert la puissance de la parole publique. Une parole qui traduit une sensibilité collective renouvelée et ouvre la voie à de nouvelles négociations au sein de l’espace public.

Notes

1 Xavier Crettiez, Les formes de la violence, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2008, p. 57.

2 Xavier Crettiez, ibid., p. 57.

3 Pierre Favre, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 1990, p. 273.

4 Pierre Chambat, cité par Pierre Favre, Olivier Fillieule et Fabien Jobard, L’atelier du politiste. Théories, représentations, Paris, La Découverte/Parte, coll. « Recherches », 2007, p. 75.

5 Pierre Chambat, cité par Pierre Favre, Olivier Fillieule et Fabien Jobard, ibid., p. 193.

6 Centre Presse, 27 août 1973.

7 Effectivement des décennies durant, l’opinion publique a semblé accepter avec fatalisme l’idée que les accidents routiers constituaient le tribut à payer pour accéder à un symbole de liberté individuelle et de réussite sociale que constitue l’automobile. Aussi, les Français ont accepté le massacre routier quotidien avec ses pics du week-end et des lendemains de fêtes comme un événement regrettable mais inévitable.

8 Bernard Plasait, Retrouver la sécurité, Paris, Plon, coll. « tribune Libre », 1986, p. 78.

9 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, Attentes sociales et demande de justice. Les manifestations blanches et après ? Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 2001, p. 31.

10 Le Libre Poitou, 8 janvier 1955.

11 Le Libre Poitou, du 8 janvier 1955.

12 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, ibid., p. 69.

13 Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale (XIXe-XXe siècle), Paris, Nouveaux mondes, coll. « Histoire culturelle », 2008, p. 17.

14 Olivier Fillieule, Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences Politiques, 1997, p. 191.

15 Jacques Marquet et Yves Cartuyvels, op. cit., p. 33.

16 Jean-François Mattei, De l’indignation, Paris, Éd. de la Table Ronde, 2005, p. 241.

17 Centre Presse, 12 septembre 2002.

18 Comme l’explique Denis Salas : « La victime sort d’un long d’un long oubli où l’a plongée un système pénal qui s’est construit historiquement contre elle. Programmé pour restaurer un ordre formel, il ignore les récits individuels dont les victimes se réclament. Il punit la violation de la loi au sens strict, non le mal subi dans sa profondeur subjective. » Voir Denis Salas, « L’inquiétant avènement de la victime », Sciences Humaines, Hors Série, no 47, décembre 2004/janvier-février 2005, p. 90.

19 Centre Presse, 12 septembre 2002.

20 Centre Presse, 12 et 13 octobre 2002.

21 Une prise en compte qui elle aussi n’est pas sans risque pour l’administration de la justice, voire l’action publique. Effectivement, l’avènement de la société victimaire couplé à la judiciarisation croissante de la société française, font que : « La posture de la victime s’affirme avec force. La victime fait loi dans l’ordre externe comme dans l’ordre interne. Elle impose sa souffrance et suscite inévitablement un sentiment de compassion, d’indignation, de bienveillance à son égard qui modifie profondément les rapports de force. ». Voir Xavier Crettiez, op. cit. p. 106.

22 Jean-Claude Caron, Frédéric Chauvaud, Emanuel Fureix et Jean-Luc Noël, Entre violence et conciliation, La résolution des conflits sociopolitiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 175.

23 Jacques Marquets et Yves Cartuyvels, op. cit. p. 141.

24 Claudine Burton-Jeangros, Christian Grosse, Valérie November, Face au risque, Paris, L’Équinoxe, coll. « Sciences Humaines », 2007, p. 25.

25 Centre Presse, 21 janvier 2000.

26 Anne Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale (XIXe-XXe siècle), Paris, Nouveaux Mondes, coll. « Histoire sociale », 2008, p. 14.

27 Renaud Crespin, « drogues et sécurité routière : changements politiques ou nouvel usage des instruments ? », Revue française de science politique, vol. 56, 2006-5, p. 824.

28 Pierre Favre, op. cit., p. 49.

29 Anne Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), op. cit. p. 14.

30 Laurent Bègue, « Psychologie sociale des violences collectives », Les racines de la violence, L’Essentiel. Cerveau et psychologie, novembre 2011-janvier 2012, p. 44.

Auteur

Docteur de l’université de Poitiers. Il a soutenu une thèse intitulée Le journal régional et l’« holocauste routier » : l’exemple du Libre Poitou et Centre Presse (1955-2004) sous la direction de Frédéric Chauvaud. Il est actuellement chargé de recherches au CRNST du Gabon.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540