Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Troisième partie. Les demandes de justice

Clameur des foules et retenue citoyenne : les manifestations pendant le procès Zola de février 1898

Marie Aynié

Texte intégral

  • 1 Philippe Dubois, « Autour du Palais », L’Aurore, 24 février 1898.
  • 2 M. Coupey, lettre à Émile Zola, 25 novembre 1897, Archives Émile Zola, Centre d’Étude sur Zola et (...)

« Je reviens du Palais, l’indignation dans l’âme et les oreilles assourdies par d’horribles clameurs de mort1. »
« Je sais qu’il est malheureusement plus facile de se faire suivre de la foule en criant Haro qu’en proclamant la possibilité d’une innocence, mais pour cette noble tâche, il reste de nobles âmes et j’ai désiré, monsieur, les saluer toutes en vous2. »

1Ces deux citations, l’une extraite de L’Aurore, l’autre d’une lettre adressée à Zola, sont deux dénonciations de l’attitude de la foule devant le palais de Justice de Paris, lors du procès Zola devant la cour d’assises, suite à la publication de « J’accuse… ! », la seconde est aussi le témoignage de l’adhésion au processus engagé par Émile Zola et à la cause dreyfusarde d’une partie de l’opinion moins connue que celle qui s’est exprimée dans les rues.

  • 3 Voir Vincent Duclert, « “J’avais bien le droit…”, la magistrature, le droit et la république penda (...)

2L’Affaire Dreyfus a été émaillée de diverses procédures judiciaires concernant son principal protagoniste (procès de Dreyfus devant le Conseil de guerre, procès de Rennes en août-septembre 1899) et certains de ses défenseurs (procès Zola en février 1898, affaire Picquart, etc.3). Ces différents procès constituent des tournants pour l’Affaire parce qu’ils marquent un pic dans le degré d’attention de la presse et de mobilisation de l’opinion.

3C’est particulièrement le cas pour le procès Zola, entre le 7 et le 23 février 1898. Les foules se rassemblent devant le palais de justice : elles vocifèrent, elles bousculent l’accusé, elles se répandent dans la ville et parfois font preuve de violence, nécessitant une surveillance étroite de la part des services de police et suscitant une très forte réprobation dans la presse dreyfusarde mais aussi dans une partie de l’opinion.

4La lecture des journaux et de la correspondance reçue par Émile Zola à cette occasion permettent d’appréhender, à travers la description de ces manifestations, les analyses de la presse et leur réception par une partie de l’opinion, la mise en œuvre de deux conceptions du rôle de l’opinion dans une affaire judiciaire et politique, ainsi que la définition par les dreyfusards d’un registre légitime d’expression et d’action collective pour réclamer la justice.

L’effervescence de la foule

  • 4 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Robert Laffont 2006, p. 1135 (1re éd. 1901-1907).
  • 5 Marie-Louise Néron, « Dans la foule », 11 février 1898, O.P. « Avant l’audience », L’Intransigeant(...)

5Le procès Zola s’ouvre le 7 février 1899. Reinach entame le chapitre qu’il lui consacre dans son Histoire de l’affaire Dreyfus par la conversation de deux témoins de Zola, Anatole France et Gabriel Séailles, pendant le déjeuner, juste avant de se rendre à l’audience et décrit leur trajet vers le tribunal : « Ils se rendirent au Palais de Justice, fendant avec peine, une foule déjà bruyante4. » Pendant toute la durée du procès, la presse se fait l’écho de ce qui se passe pendant l’audience, dans le Palais, mais aussi avant l’audience, après l’audience, autour du Palais. Comme lors des grands procès médiatiques, la foule se presse pour apercevoir l’accusé et les principaux témoins, ou pour les plus chanceux, pour assister à l’audience. Les journaux décrivent presque tous les jours la densité du public, place Dauphine, et, au-delà sur le quai des Orfèvres et le boulevard du Palais, et plus loin encore sur les ponts et même la place du Châtelet. « L’escalier […] du Palais est […] noir de monde » ; boulevard du Palais, la foule est « à ce point compacte qu’il est presque impossible d’avancer » ; « les quais et les ponts ressemblent à de véritables fourmilières humaines5 ».

  • 6 Voir L’Éclair, 14 février 1898.
  • 7 Joseph Cornély, « La foule », Le Matin, 13 février 1898.
  • 8 Rapport de surveillance du 24 février sur la journée du 23, Ba 1304, Archives de Police de Paris.

6Les chroniqueurs tentent de donner une estimation de l’importance de la foule et notent ses variations, qui tiennent semble-t-il à la météo, au prestige des témoins convoqués, au jour de la semaine. Même le dimanche, la place Dauphine attire les curieux venus voir, de leurs propres yeux, le théâtre de ce procès retentissant6. Il semble difficile cependant de donner des chiffres, même approximatifs. Les décomptes des journaux sont sujets à caution. Les journaux dreyfusards comme les journaux antidreyfusards tombent d’accord sur 10 000 à 20 000 participants selon les jours. Mais peut-être les uns et les autres ont-ils intérêt à exagérer. Néanmoins, le 13 février dans Le Matin, Joseph Cornély tente d’écrire un article argumenté et contradictoire sur « la foule », il note : « Les reporters vous parlent de cent mille personnes sans se troubler, ça ne leur coûte rien » et estime qu’ils ne sont « pas plus de quinze mille7 » corroborant finalement les estimations de ses confrères. Les archives de police ne permettent pas de préciser ou d’infirmer les estimations des journalistes même si les rapports dressés quotidiennement par les agents soulignent, eux-aussi, le nombre « considérable8 » de spectateurs et apprécient ses variations au gré des jours.

  • 9 Le président de la cour d’assises pouvait en effet convier des invités qui se présentaient au trib (...)
  • 10 Voir, par exemple, Charles Chincholle « Autour de l’audience », Le Figaro, 15 février 1898, H. Gra (...)
  • 11 Charles Chincholle, op. cit.

7Quoi qu’il en soit le succès de ce spectacle semble indéniable. Le président Delegorgue a ainsi reçu 3 000 demandes de cartes d’entrées9. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’être invités, des camelots font la queue dans la nuit pour offrir des places aux premières loges le lendemain. Selon l’affluence, les prix varient : 4 francs le 11, 1 louis le 15 et même 2 louis le 1810. Cette inflation bouleverse d’ailleurs le visage du public. Un chroniqueur observe ainsi : « à onze heure [la queue] ne se composait que de pauvres diables attendant la fortune, à midi transformation complète : le public d’une réception à l’Académie française11 ».

  • 12 Paul de Cassagnac, « Autour des débats », L’Autorité, 20 février 1898.
  • 13 « Impressions d’audience », La Libre Parole, 12 février 1898.
  • 14 Marie-Louise Néron, « Dans la foule », La Fronde, op. cit.
  • 15 J. C., « Le procès de Zola devant les jurés de la Seine », L’Événement, 11 février 1898.

8Réception mondaine ou « matinée théâtrale12 », le procès devient un spectacle. À ceux qui ne peuvent accéder à la salle d’audience, les camelots proposent des escabeaux13 et quelques habitants de la place Dauphine louent leurs fenêtres14. C’est aussi comme un divertissement que certains journaux envisagent les débats. Le 11 février L’Événement suggère ainsi que l’on distribue au public debout des contremarques pour lui permettre de sortir sans que cette sortie soit définitive15.

  • 16 Paul Roche, « Aux abords du Palais de justice », Le Gaulois, le 11 février 1898.

9L’expression « matinée théâtrale » semble pourtant bien anodine pour rendre compte de ce qui est en jeu place Dauphine. La foule manifeste vivement son enthousiasme ou sa désapprobation pour les acteurs du procès. Un haut fonctionnaire de la préfecture de police prétend n’avoir jamais vu dans sa carrière une foule aussi houleuse « et cependant, ajoute-t-il, j’en ai vu des manifestations dans ma carrière16… » Le choix de ce terme de « manifestation » est révélateur du véritable caractère de ces rassemblements quotidiens : il s’agit en effet bien plus de manifester une opinion que de contempler, en badaud, les entrées et les sorties des acteurs de débats.

  • 17 Voir La Petite République, 20 février 1898.
  • 18 Plus qu’« À bas l’armée ! », ce cri apparaît d’ailleurs comme l’antonyme de « vive l’armée ! » On (...)

10Les cris sont le premier moyen de manifester. Les plus courants sont les plus simples : « Vive l’armée ! » ou « À bas Zola » sont ainsi les plus fréquemment rapportés par les journaux. Le ton peut s’envenimer avec les menaces « À l’eau Zola ! » ou « À mort Zola ! ». Fréquents sont aussi les cris antisémites – « À bas le juif ! » ou « Mort aux juifs ! » Quelques contremanifestants tentent un « Vive Zola ! » ou « À bas l’armée ! » mais, peu nombreux, ils s’exposent ainsi aux coups de cannes et de parapluies de la majorité17. Les « Vive la République ! » sont d’ailleurs également conspués18.

  • 19 « Autour du Palais de justice », Le Matin, 9 février 1898.
  • 20 Leblois avocat et adjoint au maire du VIIe arrondissement, ami de Picquart dont il a confié les so (...)
  • 21 Raphaël Viau, « Le procès Zola. Autour du Palais et dans la salle des pas perdus », La Libre Parol (...)
  • 22 Voir Pierre Birnbaum, Le moment antisémite, un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998, p.  (...)

11La clameur se double de gestes symboliques comme l’embrasement de torches faites avec des journaux dreyfusards mais aussi de violences dirigées contre les dreyfusards et leurs partisans. Le 8 février, à la sortie de l’audience, Zola est isolé par un mouvement de foule derrière les grilles du palais de justice et fait « prisonnier au milieu de cette foule19 ». Les forces de l’ordre parviennent à lui libérer le passage et il peut regagner son véhicule. Mais, suite à cet événement, de nouvelles mesures de sécurité sont adoptées, et l’écrivain doit quitter le palais de justice, en voiture, par une sortie sur les quais. Là encore, la foule guette sa sortie ce qui donne lieu à un quiproquo, cocasse d’une certaine manière, mais révélateur de l’exaspération de la foule : le 13 février, un coupé sort du Palais, un attroupement se crée, persuadé qu’il s’agit de Zola, la voiture est secouée, les chevaux dételés. Il s’avère finalement qu’il s’agit du véhicule de Mme Blanc, l’épouse du préfet de police. Outre Zola, d’autres leaders de la cause, comme Leblois ou Guyot20 sont menacés par les vociférations et la pression de la foule, et même ceux qui s’aventurent à crier leur soutien à la cause de l’auteur de « J’accuse… ! » sont malmenés par les antidreyfusards les plus virulents. La haine antisémite ne s’arrête pas non plus aux cris : plusieurs supposés juifs sont également victimes de la vindicte et de la violence de la foule. Un homme tombé à terre est ainsi roué de coups de bottes, on lui crache à la figure21. La violence antisémite se répand d’ailleurs bien au-delà de l’île de la Cité puisque certains commerces juifs de la rive droite voient leurs vitrines brisées22.

La clameur encouragée, la clameur réprouvée : deux registres de mobilisation

12Au-delà de la description de ce phénomène, l’affluence, la ferveur du public pour le procès, la violence de la foule sont reprises par la presse comme des éléments mobilisateurs dans deux registres opposés. Les partisans de Zola et ses opposants se rejoignent dans un même discrédit de la sincérité de la clameur adverse, mais ils l’utilisent à des fins argumentatives différentes.

  • 23 Signé « Olivier Pain », « L’embauchage », L’Intransigeant, 14 février 1898.
  • 24 Un rapport daté du 16 février 1898 met en doute l’existence de ces pratiques. Il rend compte de la (...)

13Les deux camps s’accusent réciproquement de recruter des camelots pour faire du bruit. Les journalistes rapportent des scènes d’achat de voix auxquelles ils prétendent avoir directement assisté. L’Intransigeant décrit par exemple une scène très grossièrement antisémite où un recruteur au nez busqué, portant une pelisse de fourrure et les bras chargés de bijoux propose « 10 francs à trois types » pour crier « Vive Dreyfus23 ! » On retrouve ce genre de scènes dans tous les journaux notamment dans la presse populaire. Le 8 février, Le Matin rapporte une anecdote : la veille, donc le jour d’ouverture du procès, un industriel ayant besoin de bras se serait rendu dans un café où les camelots ont leurs habitudes et n’aurait trouvé personne à embaucher, la moitié d’entre eux ayant été recrutée pour crier « À bas Zola ! » contre cinq francs et un repas, l’autre moitié pour crier « Vive Zola ! » pour sept francs, mais sans repas. Et le journaliste d’ironiser sur l’appétit plus ou moins grand des camelots. Les sources de police se font l’écho de ces rumeurs sans les confirmer avec assurance24.

  • 25 À cet égard, voir la thèse de linguistique de Jean-Paul Honoré, Le discours politique dans l’affai (...)

14Cependant au-delà de cette condamnation commune des méthodes de recrutement des deux camps, sur la clameur proprement dite, la presse est partagée et inscrit ses commentaires dans deux registres de mobilisation antagonistes qui dominent plus généralement les débats de l’affaire dreyfus : l’opposition de la pensée et de l’action, de la science et de l’instinct, de l’intellectuel et du patriote25.

15La presse nationaliste se réjouit de ce qu’elle considère comme un succès ; c’est une démonstration de force et elle encourage les manifestations. « Oh ! la belle journée pour les bons Français » s’exclame ainsi La Libre Parole :

  • 26 Raphaël Viau, « Le procès Zola. Autour du Palais », La Libre Parole, 19 février 1898.

« En plein Paris, deux juifs ont failli être lynchés sur les marches de la galerie du Harlay, deux autres ont été à moitié assommés. Dans les couloirs et sur la rue, d’autres juifs et plusieurs dreyfusards ont été vigoureusement houspillés26. »

  • 27 « Le procès Dreyfus-Zola », L’Éclair, 20 février 1898.

16La violence de ton et de la virulence antisémite sont familières du journal de Drumont, mais elles sont aussi caractéristiques de l’argumentaire antidreyfusard. Les adversaires de Zola valorisent la ferveur populaire qu’ils exaltent comme un élan patriotique. La force des cris est pour eux le signe du succès, la marque évidente du soutien de l’opinion, et la preuve de la légitimité du combat mené. L’Éclair du 20 février se réjouit ainsi de « l’effondrement de Zola ». Après quelques jours d’audience et après s’être confronté à la foule hostile, il serait apparu tête basse, voûté, très différent de l’écrivain au « torse bombé » qui s’était présenté au tribunal quelques jours auparavant : « il avait enfin l’air de comprendre qu’on ne brave pas impunément un peuple entier27 ». La clameur de la foule est donc interprétée comme l’expression de la sentence du peuple, présentée comme la plus légitime. Il y a bien des nuances de ton dans l’appréciation du tumulte parmi les adversaires de Zola, mais prévaut la satisfaction face à cette communion patriotique. Dans L’Autorité, Paul de Cassagnac se montre ainsi plus mesuré, moins haineux que ses confrères de la Libre Parole, il regrette les « rumeurs sauvages », mais il les justifie pourtant, en y voyant un mal nécessaire, préférable au « silence complet », à l’indifférence.

  • 28 Paul de Cassagnac, « Autour des débats », L’Autorité, 20 février 1898.

« Les clameurs, les huées, les menaces qui s’élèvent sur le passage des apologistes de la trahison et de défenseurs du traître, et que je n’approuve pas, que je blâme avec la plus véhémente énergie, sont pourtant excusables, en ce sens qu’elles témoignent de la vitalité d’une autre foi qu’on voudrait détruire aussi, la foi dans la Patrie28. »

  • 29 Voir Christophe Prochasson, « Le théâtre de la justice. Retour sur le procès Zola », dans Marc-Oli (...)
  • 30 Henri Turot, « La foule », La Petite République, 11 février 1898.

17La presse dreyfusarde condamne les excès de la foule mais elle les utilise aussi, à rebours, dans son argumentaire et choisit la stratégie adverse, celle du respect de l’ordre et de la légalité. Elle s’insurge contre le passage des débats du prétoire dans la rue et redoute que la pression de celle-ci empêche le cours normal de la justice. Cette pression s’exercerait en premier lieu sur les témoins et les jurés terrorisés par ce qui se passe à l’extérieur du Palais et par la menace que fait peser sur eux la presse antidreyfusarde29. Elle oppose à la foule vociférante et irréfléchie, « ceux-là qui, en dehors des grilles, ne savent rien de ce qui se passe au prétoire, qui n’ont aucun élément sérieux pour asseoir une conviction30 », l’examen méthodique et intellectuel des pièces, des preuves et des témoignages, la lecture soigneuse des débats qu’elle offre in extenso dans ses colonnes. Dès l’ouverture du procès, L’Aurore enjoint d’ailleurs ses lecteurs à ne pas répondre aux provocations nationalistes :

  • 31 « À nos amis. Restez chez vous », L’Aurore, 7 février 1898. Le texte auquel il est fait référence (...)

« La Libre Parole et L’Intransigeant publiaient hier en caractères énormes un appel « Aux Français » qui constitue un véritable appel à la guerre civile […]
A cet appel […] nous n’avons qu’une chose à répondre :
Restez chez vous !
Peu importent les cris que pousseront ici ou là des énergumènes payés ou non payés. Ce n’est pas dans la boue des rues que la bataille actuelle doit avoir lieu. C’est devant le jury. Ce n’est pas à coups de poing que la lutte contre l’Injustice et le Mensonge doit se poursuivre. C’est à coup de preuves et d’arguments.
Restez chez vous !
Restez chez vous31 ! »

18Ce mot d’ordre, pourtant, s’il préconise la retenue n’est pas un appel à la réserve. Pour les défenseurs de Zola, la clameur de la foule place Dauphine ne doit pas être confondue avec la voix des Français. Cette position renvoie à un paradoxe du mode d’interpellation de l’opinion et de mobilisation des dreyfusards : la nécessité, d’une part, de provoquer la publicité des débats, garante de l’universalité de la justice, et de permettre la compréhension de leurs enjeux – c’est bien en ce sens que Zola pousse son premier « cri » de justice, un cri tonitruant : « J’accuse… ! » ; d’autre part, une défiance à l’égard de la rue et de ses débordements menaçant l’ordre républicain. Un article paru dans la Lanterne est à cet égard significatif. Pierre Baudin écrit :

  • 32 Pierre Baudin, « Manifestations dangereuses », La Lanterne, 14 février 1898.

« En réalité on essaye, avec cette clameur persistante, de faire sur le procès en cours une sorte de huis-clos prodigieux, en déterminant des citoyens à se fermer les yeux et les oreilles par patriotisme32. »

19Le procès Zola est né de la volonté de l’écrivain de faire sortir le cas Dreyfus du huis-clos, d’en faire un enjeu médiatique et républicain, mais c’est précisément l’ampleur de l’auditoire suscité qui fait écran entre la justice et l’opinion. La presse d’opinion dreyfusarde se positionne alors comme une nécessaire médiation entre la « vraie » justice et un public ignorant et « suggestionné » et joue sur un double registre : d’un côté la dénonciation de l’irrationalité de la foule influencée par la mauvaise presse, de l’autre l’édification d’une « véritable » opinion.

20De très nombreux articles sont consacrés à « la foule », notamment dans La Petite République ou La Fronde, qui en font presque une chronique. Le 12 février L’Aurore déplore « la foule qu’on veut tromper, la foule, désorientée » et revendique sa propre conduite :

  • 33 B. Guinaudeau, « Leurs mensonges », L’Aurore, 12 février 1898.

« Ici nous avons reproduit et nous reproduirons loyalement les dépositions de tous les témoins, quels qu’ils soient et quoi qu’ils disent. Notre force et dans la vérité. Nous espérons dans la justice33. »

21Ces remarques sur la suggestibilité des foules ne sont pas originales. Elles reprennent les théories, alors en vogue, de la psychologie collective. D’ailleurs, Cornely, dans son analyse de la foule présente place Dauphine, évoque deux best-sellers de l’époque :

  • 34 Joseph Cornély, « La foule », op. cit.

« Cette foule offre, d’ailleurs, tous les caractères que deux philosophes remarquables ont décrits dans deux livres dont l’actualité est aujourd’hui saisissante. L’un, qui a paru en 1892, s’appelle la Foule criminelle, par Scipio Sighele. L’autre est plus récent, il date de 1895, il s’appelle la Psychologies des foules par Gustave Le Bon34. »

22Cependant, la presse dreyfusarde ne veut pas non plus stigmatiser l’opinion populaire qu’elle voudrait gagner et ne veut pas prêter le flanc à la critique adverse qui réduit le dreyfusisme à une coterie d’intellectuels. Les journaux dreyfusards s’appliquent à distinguer la foule vociférante et le peuple parisien :

  • 35 Henri Turot, « La foule », La Petite République, 11 février 1898.
  • 36 Léopold Lacour, « La canaille », Les Droits de l’Homme, 10 février 1898.

« Mais il faut le répéter, la population parisienne, celle qui pense et qui travaille, ne saurait être confondue avec la foule qui se précipite avec des cris sur Zola montant en voiture.
Et les travailleurs qui se taisent et observent, feront profit des événements actuels35. »
« Le vrai peuple, celui qui travaille, se sentirait insulté dans son fier et douloureux labeur par ce lazzaronisme du trottoir36. »

23À la réaction spontanée, à la demande immédiate de justice, les dreyfusards opposent la réflexion, aux cris de la foule, ils opposent l’argumentation. Le travail d’information et d’éducation de l’opinion que les chefs de file dreyfusards entreprennent : conférence, publication in extenso des audiences, analyse scientifique des « preuves », sont autant de manières de rejeter la clameur comme un fait d’obscurantisme et de solliciter une opinion éclairée, qui juge non dans la précipitation mais avec le recul du citoyen averti.

24À cet appel, l’opinion dreyfusarde répond en dénonçant la confiscation de justice exercée dans l’Affaire par les pouvoirs militaire, judiciaire et politique, mais elle se distingue de la foule et de sa clameur violente pour s’affirmer comme une opinion légitime précisément parce qu’elle est raisonnable et respectueuse de l’ordre public.

  • 37 « Pierre Froment », lettre à Zola, 12 février 1898 ; Édouard Pevry, Paris, 17 février 1898, AEZ.
  • 38 Mme Cuhlman, lettre à Zola, Zürich, 24 février 1898, AEZ.
  • 39 Desmid, lettre à Zola, Angers, 27 février 1898, AEZ.

25Cette stratégie n’est pas que le fait de la presse. En effet, pendant son procès, des dizaines de Français écrivent à Zola pour le réconforter face à l’adversité et lui apporter leur soutien. Ils écrivent leur indignation, leur consternation face à l’attitude de leurs concitoyens. Ils espèrent que leur lettre sera un « dédommagement des ignominies dont on [l’]a abreuvé », qu’elles l’aideront à « supporter les fatigues morales de ce procès37 ». Une Française habitant Zürich lui écrit ainsi : « Tant de voix crient “À bas Zola”, il faut bien que ceux qui pensent “Vive Zola” aient le courage de le dire38. » Comme les journaux dreyfusards, ces Français déplorent l’attitude de la foule présente aux abords du palais de justice : « Et au lieu de protester contre ce crime de lèse-justice, la foule stupide hurle “Vive l’armée” à la suite d’une canaille comme Drumont et d’un pantin comme Rochefort39. »

26Ces dreyfusards ordinaires se distinguent de cette foule et se présentent comme la part réfléchie de l’opinion, celle qui ne se laisse pas aveugler par les journaux nationalistes et impressionner par les injures de la masse. Un étudiant parisien, pourtant réservé quant aux productions littéraires de Zola, lui écrit ainsi :

  • 40 Gabriel Maisne, lettre à Zola, Paris, 11 février 1898, AEZ.

« Me séparant de cette jeunesse bâtarde que la beauté morale ne passionne plus, j’admire en vous l’homme qui a pris la peine de se former une conviction sur ces faits et qui, à peu près seul contre tous, a cru de son devoir […] d’oser la manifester40. »

27Un couple de Parisiens revendique aussi son appartenance à cette avantgarde réfléchie :

  • 41 A. et J. Cattaert, lettre à Zola, Paris, 24 février 1898, AEZ.

« Nous avons suivi, avec un serrement de cœur, les péripéties de votre procès […], il nous a fallu constater avec amertume l’infâme suprématie de la brutalité sur la pure raison et sur la justice. Au-dessus, bien au-dessus des insultes et des calomnies dont on ne cesse de vous outrager, rayonne la sympathie de ceux qui vous approuvent et qui vous réconfortent. Nous vous affirmons encore que nous sommes du nombre de ceux-là41. »

  • 42 Chalabrus, lettre à Zola, 15 février 1898, AEZ.

28Face à la clameur passionnée qui résonne dans Paris, une minorité de Français soutiennent Zola et font leur la cause de l’innocence de Dreyfus. Ce faisant ils s’affirment, et se revendiquent comme une opinion clairvoyante, sachant juger avec discernement, « au-dessus » des passions qu’ils jugent viles et stupides, ils se rangent parmi les « Français qui sans parti pris pèsent [les événements] avec impartialité42 ».

  • 43 Ainsi, un admirateur lui propose une analyse linguistique du texte du bordereau tendant à prouver (...)

29Ces partisans du camp dreyfusard, restés dans l’ombre, espèrent aussi influer sur le cours de la justice, mais en servant la démonstration du bien fondé de la cause qu’ils défendent et en prolongeant le combat des intellectuels. Il est remarquable en effet, que, dès le mois de février 1898, pendant ces journées où le procès Zola tient en haleine une partie de l’opinion, quelques correspondants inconnus de Zola tentent de participer à l’édification de la vérité ou imaginent des vecteurs de propagande conformes à l’idéal de justice dont ils se veulent les porteurs43. L’écrit leur paraît alors, face à la clameur ignorante, le meilleur moyen de donner leur assentiment et de poursuivre le combat engagé.

  • 44 Il s’agit de prendre la défense du colonel Picquart, de dénoncer sa mise en détention et la procéd (...)

30Quelques mois plus tard, à l’automne 1898, après la découverte du faux Henry et la mort de son auteur, alors que Picquart est mis en accusation, la protestation dreyfusarde s’amplifie. Un grand nombre d’inconnus reproduisent alors – et par là légitiment – la démarche intellectuelle en ajoutant leurs noms aux protestations parues dans la presse, aux pétitions de soutien à la cause et contribuent ainsi à forger un registre légitime de la mobilisation en république. La pétition restée la plus célèbre est le « Manifeste des intellectuels » qui suit la publication de « J’accuse… ! » mais d’autres pétitions ont jalonné les années de l’affaire Dreyfus, la plus massive étant la protestation de l’automne 1898 rassemblant plus de quarante mille noms44 pour soutenir le colonel Picquart. Elle constitue une sorte de clameur écrite où les cris se transforment en apostilles à côté des signatures, une clameur sans la houle et l’anonymat de la foule.

31De manière générale, les dreyfusards sont réservés quant à l’usage de la rue comme terrain d’expression de leur opinion, et, en stigmatisant les foules, dénoncent la manière dont leurs adverses l’investissent et même l’accaparent. Si leur opinion s’exprime publiquement dans les colonnes des journaux, elle se veut respectueuse des institutions et de l’ordre républicain. Face à la clameur et à la violence des antidreyfusards, les partisans du capitaine Dreyfus, de Zola ou de Picquart privilégient l’écrit et l’argumentation. Ils se présentent comme des citoyens responsables, soucieux de droit et de justice, et décidés à combattre la « raison d’État » par une lutte raisonnée.

*

32La condamnation de Zola et le refus du président de la cour, Delegorgue, de toute incursion dans le procès Dreyfus marquent l’échec de la stratégie de l’écrivain à faire rejouer devant la justice civile le procès de 1894. Échec devant la justice, le procès semble constituer aussi un échec devant l’opinion tant la rue appartient, sans partage, aux nationalistes. Néanmoins, le procès constitue, pour une partie de l’opinion, quoique très minoritaire, un moment fort d’assentiment au combat dreyfusard, à la fois par adhésion à ses méthodes et par refus des méthodes adverses jugées brutales et indignes de la République. Aux intellectuels, il démontre la nécessité de poursuivre leur conquête de l’opinion au-delà des élites déjà convaincues en prolongeant le geste spectaculaire de Zola par une propagande active et fondée sur la démonstration. À travers les brochures, les conférences, les adresses à l’opinion, ils se font les leaders d’une mobilisation collective fondée sur l’adhésion réfléchie et clairvoyante à un combat censé restaurer les valeurs républicaines de justice et de vérité.

  • 45 « En voulez-vous des jounaux », Le petit lyonnais, 14 août 1899, à propos de la lecture des éditio (...)

33Les procès qui ont suivi le procès Zola ont moins marqué l’espace public, du fait en partie de leur délocalisation délibérée par les pouvoirs publics : à Versailles pour le second procès Zola, à Rennes pour le procès Dreyfus. L’attention et la fébrilité du public face à ces procédures ne se sont pourtant pas démenties comme en témoignent, lors du procès de Rennes, les doubles éditions quotidiennes ou la rapidité avec laquelle les journaux se sont alors vendus. Les citoyens, ou tout au moins une partie grandissante d’entre eux, « lecteurs attentifs, assidus […] ne perdant pas une lettre de ce qu’ils lisaient45 », ont alors entériné la stratégie dreyfusarde.

Notes

1 Philippe Dubois, « Autour du Palais », L’Aurore, 24 février 1898.

2 M. Coupey, lettre à Émile Zola, 25 novembre 1897, Archives Émile Zola, Centre d’Étude sur Zola et la Naturalisme, ITEM, CNRS (désormais AEZ).

3 Voir Vincent Duclert, « “J’avais bien le droit…”, la magistrature, le droit et la république pendant l’affaire Dreyfus » dans Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert, Justice, politique et République, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Bruxelles, Éd. complexes, 2002.

4 Joseph Reinach, Histoire de l’affaire Dreyfus, Robert Laffont 2006, p. 1135 (1re éd. 1901-1907).

5 Marie-Louise Néron, « Dans la foule », 11 février 1898, O.P. « Avant l’audience », L’Intransigeant, 11 février 1898 ; Raphaël Viau, « Impressions d’audience », La Libre Parole, 12 février 1898.

6 Voir L’Éclair, 14 février 1898.

7 Joseph Cornély, « La foule », Le Matin, 13 février 1898.

8 Rapport de surveillance du 24 février sur la journée du 23, Ba 1304, Archives de Police de Paris.

9 Le président de la cour d’assises pouvait en effet convier des invités qui se présentaient au tribunal avec un billet signé de sa main et auxquels était réservé un espace dans la salle d’audience. Voir Frédéric Chauvaud, La chair des prétoires, histoire sensible de la cour d’assises, 1881-1932, Rennes, PUR, 2010, p. 211-217.

10 Voir, par exemple, Charles Chincholle « Autour de l’audience », Le Figaro, 15 février 1898, H. Granet « Autour du procès », le soleil, 18 février 1898.

11 Charles Chincholle, op. cit.

12 Paul de Cassagnac, « Autour des débats », L’Autorité, 20 février 1898.

13 « Impressions d’audience », La Libre Parole, 12 février 1898.

14 Marie-Louise Néron, « Dans la foule », La Fronde, op. cit.

15 J. C., « Le procès de Zola devant les jurés de la Seine », L’Événement, 11 février 1898.

16 Paul Roche, « Aux abords du Palais de justice », Le Gaulois, le 11 février 1898.

17 Voir La Petite République, 20 février 1898.

18 Plus qu’« À bas l’armée ! », ce cri apparaît d’ailleurs comme l’antonyme de « vive l’armée ! » On pourrait relever des variantes de ces différentes formules. Un « vive l’armée mais sans les chefs » est ainsi très longuement commenté dans la presse. Les journaux nationalistes dénoncent également un « À bas la France ! »

19 « Autour du Palais de justice », Le Matin, 9 février 1898.

20 Leblois avocat et adjoint au maire du VIIe arrondissement, ami de Picquart dont il a confié les soupçons à Scheurer-Kestner et Yves Guyot, directeur du Siècle furent des témoins de Zola lors du procès.

21 Raphaël Viau, « Le procès Zola. Autour du Palais et dans la salle des pas perdus », La Libre Parole, 19 février 1898.

22 Voir Pierre Birnbaum, Le moment antisémite, un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998, p. 35-53.

23 Signé « Olivier Pain », « L’embauchage », L’Intransigeant, 14 février 1898.

24 Un rapport daté du 16 février 1898 met en doute l’existence de ces pratiques. Il rend compte de la « surveillance exercée dans les bars de la rue Lagrange au sujet de l’embauchage des camelots ». Un bar plus particulièrement a retenu l’attention des policiers parce qu’ils avaient vu y entrer et se rendre dans l’arrière-boutique « un individu arrivé en voiture de maître » suspecté de recruter des troupes. Mais, après enquête, il apparaît qu’il s’agit d’un acheteur potentiel de l’établissement. Le commissaire de police conclut ses investigations en affirmant que dans ce bar il n’y a « pas d’embauchage, pas plus que dans les autres » (APP, Ba 1039).

25 À cet égard, voir la thèse de linguistique de Jean-Paul Honoré, Le discours politique dans l’affaire Dreyfus, étude des vocabulaires (1897-1899), université Paris 3, 1982.

26 Raphaël Viau, « Le procès Zola. Autour du Palais », La Libre Parole, 19 février 1898.

27 « Le procès Dreyfus-Zola », L’Éclair, 20 février 1898.

28 Paul de Cassagnac, « Autour des débats », L’Autorité, 20 février 1898.

29 Voir Christophe Prochasson, « Le théâtre de la justice. Retour sur le procès Zola », dans Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert, op. cit.

30 Henri Turot, « La foule », La Petite République, 11 février 1898.

31 « À nos amis. Restez chez vous », L’Aurore, 7 février 1898. Le texte auquel il est fait référence est assez ambigu. Il affirme : « La population parisienne est confiante dans le jury de la Seine pour faire justice des insulteurs de l’armée. Elle considérera comme un devoir de rester absolument calme pendant le procès qui va s’ouvrir » mais prend prétexte de rumeurs sur la tentative de corruption des juges par « l’argent juif » pour menacer : « La population parisienne et patriote ne supproterait pas de telles provocations. Elle fera elle même sa police ». Le texte est signé d’une trentaine de nationalistes. (La libre Parole, 6 février 1898, L’Intransigeant, 7 février 1898).

32 Pierre Baudin, « Manifestations dangereuses », La Lanterne, 14 février 1898.

33 B. Guinaudeau, « Leurs mensonges », L’Aurore, 12 février 1898.

34 Joseph Cornély, « La foule », op. cit.

35 Henri Turot, « La foule », La Petite République, 11 février 1898.

36 Léopold Lacour, « La canaille », Les Droits de l’Homme, 10 février 1898.

37 « Pierre Froment », lettre à Zola, 12 février 1898 ; Édouard Pevry, Paris, 17 février 1898, AEZ.

38 Mme Cuhlman, lettre à Zola, Zürich, 24 février 1898, AEZ.

39 Desmid, lettre à Zola, Angers, 27 février 1898, AEZ.

40 Gabriel Maisne, lettre à Zola, Paris, 11 février 1898, AEZ.

41 A. et J. Cattaert, lettre à Zola, Paris, 24 février 1898, AEZ.

42 Chalabrus, lettre à Zola, 15 février 1898, AEZ.

43 Ainsi, un admirateur lui propose une analyse linguistique du texte du bordereau tendant à prouver qu’il ne peut être de la main d’un officier d’état-major (nom de l’auteur illisible, 8 février 1898, AEZ), un autre lui suggère la publication in extenso des débats dans une édition indépendante afin de ne pas être suspectée de partialité (L. Cochard, 12 février 1898, AEZ).

44 Il s’agit de prendre la défense du colonel Picquart, de dénoncer sa mise en détention et la procédure de justice militaire dont il est menacé : « Les soussignés protestent, au nom du droit méconnu, contre les poursuites et les persécutions qui frappent le colonel Picquart l’héroïque artisan de la révision, à l’heure même où celle-ci s’accomplit. » Les listes ont été publiées par L’Aurore, Le Siècle, Le Radical, Le Rappel. Ces listes sont reprises dans L’Aurore (25 novembre 1898-9 décembre 1898) puis rassemblés dans « Les noms », Paul Brunet, Félix Thureau (dir.), Hommage des artistes à Picquart, Paris, 1899.

45 « En voulez-vous des jounaux », Le petit lyonnais, 14 août 1899, à propos de la lecture des éditions spéciales du soir sur la place Léviste à Lyon.

Auteur

Marie Aynié est agrégée et docteur en histoire. Elle enseigne dans un lycée du Val-de-Marne. Elle a soutenu, sous la direction de Patrick Cabanel (université Toulouse-le Mirail), une thèse intitulée « Les amis inconnus » du capitaine Dreyfus. Elle poursuit ses recherches sur l’histoire politique à la fin du XIXe siècle, notamment sur les formes de mobilisation et de manifestation de l’opinion, sur ses réactions et ses émotions face aux discours et aux représentations politiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540