Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Troisième partie. Les demandes de justice

« Grand murmure » en Cévennes (1663)

Didier Poton

Texte intégral

« Il faut donc à cause de Dieu, non seulement qu’on supporte que les autorités exercent la souveraineté de leur charge, mais aussi qu’on les honore et les estime d’un profond respect les considérant comme ses lieutenants et officiers qu’il a établis pour exercer une charge légitime et sainte. »
Confession de foi des Églises réformées de France, 1559, chapître VIII, art. 39.

  • 1 Archives Communales de Saint-Jean-du-Gard (ACSJG), GG 31.

1Le 6 novembre 1663, le consistoire de l’église réformée de Saint-Jean-de-Gardonnenque s’assemble. Le procès-verbal de la délibération consistoriale élaboré par le secrétaire est long et très précis. Il n’est pourtant fait mention que d’une seule affaire. Elle est donc d’importance. Dès la lecture des premières lignes, la gravité de celle-ci ressort puisqu’il s’agit d’une plainte du seigneur de Saint-Jean, Édouard de Carlot, contre le pasteur de l’église, Jean Bedey. Cette intervention seigneuriale fait suite à un affrontement entre les deux hommes dans le temple le dimanche précédent. Un affrontement public où le ministre n’aurait pas hésité à haranguer les fidèles présents pour le culte dominical pour qu’ils le soutiennent. La communauté est chauffée à blanc et « un grand murmure » se déclenche dans les galeries occupées par le « peuple » c’est-à-dire les membres de la communauté réformée qui n’occupent pas une charge ou qui n’ont pas les moyens d’avoir un banc réservé au parquet1.

  • 2 Archives Départementales du Gard, G 1299. Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque. Une communauté (...)
  • 3 Robert Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe(...)

2Selon l’évêque de Nîmes, Anthime Denis de Cohon, la paroisse de Saint-Jean-de-Gardonnenque compte près de trois mille habitants en 1663, année au cours de laquelle il y effectue une visite pastorale. Ce nombre correspond à l’estimation qui peut être faite à partir des baptêmes protestants enregistrés par le secrétaire du consistoire de l’église réformée en y ajoutant les soixante-quinze catholiques mentionnés dans le procès-verbal de la visite pastoral du prélat2. Avec moins de 3 % c’est le pourcentage de catholiques le plus faible de l’ensemble des paroisses du diocèse de Nîmes. Dans les paroisses environnantes, les catholiques représentent au mieux 10 %3. L’incident de l’automne 1663 se déroule donc au sein d’une des églises réformées les plus importantes du protestantisme cévenol et plus largement bas-languedocien.

  • 4 Robert Sauzet, op. cit., p. 324.

3Ce grave incident entre protestants interroge. Doit-on y voir une querelle personnelle mal contrôlée par un consistoire qui n’a pas perçu dès son déclenchement le caractère public du débat qui apparaît au grand jour dans le temple le premier dimanche de novembre ? Doit-on relier ce tumulte comme un des symptômes de la tension résultant de l’offensive catholique des années 1655-1663 qui entend mettre un terme à la vitalité protestante qui se marque par une démographie dynamique, une domination économique et, surtout aux yeux des élites catholiques, une attractivité religieuse perceptible par de nombreuses conversions de catholiques en Bas-Languedoc et Cévennes. De nombreux écrits attestent que cette réaction catholique est d’abord fondée sur la peur et l’humiliation4.

Un incident d’une grande violence, paroxisme du conflit entre le seigneur et le pasteur

  • 5 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque (1598-1686), Centre d’Histoir (...)

4La qualité de la relation écrite de l’incident entre le seigneur et le pasteur n’a rien d’exceptionnelle. Une des particularités des procès-verbaux des délibérations consistoriales des églises réformées méridionales est leur grande précision5. Sans doute faut-il y voir la marque d’une société où le droit écrit prime et où toute institution de pouvoir confie la tenue de ses registres à des secrétaires qui occupent très souvent les fonctions de greffier ou de secrétaire dans les cours de justice seigneuriales ou royales. C’est le cas à Saint-Jean-de-Gardonnenque.

« Surquoy le peuple qu’estoit aux Galleries auroit faict un grand murmure sourd et confus »

5La relation écrite par le secrétaire du consistoire de l’incident qui a éclaté dans le temple le premier dimanche de novembre 1663 est précise :

  • 6 ACSJG, GG 31.

« S’est présenté Monsieur de Saint-Jean lequel a represanté au Consistoire que dimanche dernier au matin ayant esté adverty que M. Dumas, ministre de Quissac faisant difficulté de venir faire les fonctions pour lesquelles il avoit esté appelé led. sieur de Saint Jean seroit allé dans le temple avec la plus part des anciens du consistoire ou il auroit trouvé Monsieur Bedey ministre dans le parquet avec sa robe y ayant grand nombre de peuple dans le temple et que led. sieur de Saint Jean auroit proposé au Consistoire de pourvoir aux difficultés que faisoit M. Dumas surquoy led. Sr Bedey se seroit levé de sa place et auroit dit : je ne veux pas assister à vos desliberations et seroit sorti du parquet et ensuite pris le chemin de la sortie du Temple et qu’estant dans l’allée qui va du banc dudit Seigneur de St Jean vers la grande [porte] dud. Temple il se seroit mis a crier tout haut au peuple qu’on lui faisoit tort, quon avoit faict ouyr des faux tesmoings contre luy deposant qu’il avoit presché contre sa Majesté et qu’il auroit répété tout haut : j’ay préché ici vingt ans je n’ay esté troublé dans cest eglize que depuis que vous en estes seigneur. Je precheray quand on me devrait hacher […]. Led. sieur Bedey auroit rammassé du peuple a la place dudit lieu les harangans, desquels il avoit esté suivi au temple il seroit revenu dans ledit parquet avec sa robe […]. Led. S. de St Jean prevoyant led. Sr Bedey estoit là pour monter en chaire et de la exciter le peuple a sedition auroit encore sommé le Consistoire et les assistants de se souvenir du discours qu’il auroit faict publiquement […]. Led. Sr Bedey auroit dit tout haut, il ny a point d’ordonnance, il m’a esté faict violance et s’adressant aud. Sr de St Jean : Monsieur je ne vous reconnais point, Vous nestes pas mon juge a quoy led. Sr auroit repliqué qu’il lui apprendroit a reconnaistre non seulement sa personne mais aussi celle de ses officiers qui estoient magistrats establis sur luy et sil continuoit a exiter a sedition il le feroit mener en prison. Surquoy le procureur fiscal, le baillif et autres officers se seroient levés et les principaux de l’assemblée se seroit rendus auprès dud. Seigneur de St jean et led. Bedey sestant levé de sa place se seroit approché dud. Seigneur. Affectant de luy donner occasion de le frapper et auroit dit : je vais où l’on veut mais on ne mène pas en prison un homme avec la robe. Surquoy le peuple qu’estoit aux Galleries auroit faict un grand murmure sourd et confus lequel led. Sr de Saint Jean croyant estree led. Sr Bedey seroit sorti du temple et alors led. Sr de Saint Jean auroit ouy que ses esmeus cryoient qu’il presche, qu’il presche ! et faisoient de grans gestes menaçants vers le parterre et qui pourtant auroit esté calmé apres la sortie du Sr Bedey lequel fut suivi a sa maison par nombre de factieux et le diace auroit fait chanter les psaumes, leu quelqes chapitres de l’escriture sainte et ensuite faict la prière6. »

  • 7 Ibid.

6La partie du procès-verbal fondée sur la déclaration du seigneur de Saint Jean se termine ici. Il est mentionné ensuite par le secrétaire que la Compagnie considère que la déclaration seigneuriale n’est pas contestable car les anciens et toute la communauté assemblée dans le temple en ont été témoins et qu’elle est dans la continuité des propos « pleins de venin, d’irrévérence et d’impiétté » tenus par le pasteur contre le seigneur le dimanche soir puisque le consistoire avait tenu à entendre Jean Bedey le soir même de l’incident dans le temple. Le procès-verbal se termine par la transcription de la sommation du seigneur de Saint Jean que le consistoire procède à la punition du pasteur conformément à la Discipline ecclésiastique et que dans le cas d’une dérobade il en appellerait « a leurs supérieurs de la connivence dont ils usent en des excès d’une si pernicieuse conséquence7 ».

« [N]ous n’avions point esté appellés comme juges mais comme amiables compositeurs »

  • 8 Ibid.

7L’incident du début novembre n’est pas fortuit. Le conflit entre le seigneur et le pasteur a commencé cinq mois plus tôt. Le 24 juin 1663, le premier intervient en consistoire contre le second qui « depuis son retour du synode désigne et nomme luy et autre sans ses sermons avec paroles seditieuses et scandaleuses… » Peu satisfait, semble-t-il, de la réponse des anciens, Édouard de Carlot confirme sa volonté de porter plainte « contre led. Sr Bedey de diverses paroles escandaleuses et injurieuses qu’il a profesés dans ses sermons de mercredi xiiie juin et autres suivants jusque aud. jour ». La réponse de Jean Bedey, qui préside conformément à la fonction les séances du consistoire, contient les germes de l’extension de l’affrontement puisqu’il se serait contenté de ire « qu’il n’avoit eu d’ordre du consistoire8 ».

  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

8Embarrassés, les anciens décident de prendre conseil auprès des pasteurs de Thoiras, d’Alès et de Saint-Hypolyte-de-Roquefourcade « attendu l’importance de ceste affaire ». Quelques jours plus tard, le seigneur se plaint auprès des anciens que la commission pastorale n’a toujours pas été contactée. Il lui est répondu que ce contretemps a pour origine l’absence du pasteur et que la commission ne peut effectuer sa mission en l’absence d’une des parties. Furieux, le seigneur accuse le consistoire de favoriser « led. Bedey pour luy fere esluder la justice ecclésiastique et proteste que si l’on persévère à luy dénier par la voie ecclesiastique il se pourvoyera par la voye seculiere9 ». Le dimanche suivant, 1er juillet, le consistoire informe les deux protagonistes que les pasteurs pressentis « se sont excusés de ne pouvoir venir à cause d’affaires importantes »… La virulence et les menaces du seigneur mais aussi l’insistance du pasteur que deux anciens sont chargés de trouver des pasteurs qui accepteraient de composer cette commission d’enquête. Deux acceptent et, après les auditions du pasteur et du seigneur, signent le 4 juillet un procès-verbal empreint d’une très grande prudence et qui se limite en fait à souhaiter que « Dieu donneroit tous les moyens par les voies amiables et les supplions de vouloir oublier le passé pour vivre doresnavant en bonne paix et concorde fraternelle. » Les pasteurs assurent les anciens du « succès de nostre negotiation ». Le seigneur rejette les conclusions de la commission lors d’une seconde réunion du consistoire. La réponse des pasteurs est retranscrite par le secrétaire du consistoire : « nous n’avions point esté appellés comme juges mais comme amiables compositeurs et que mesme une disposition nous a fait entendre quelle ne pouvoit consentir que nous y travaillassons quen ceste qualié et non autrement… » La tentative de concorde a échoué. Une ordonnance consistoriale datée du 5 août annonce aux fidèles que « pour le bien de paix le sieur Bedey n’exercera point les fonctions de son ministere dans ceste Eglise jusqu’au synode suivant10 ».

  • 11 Ibid.

9Le 29 août, après avoir reçu aide et secours des ministres de Canaules et d’Alès, la question de se pourvoir d’un pasteur se pose. De Coste, originaire de Saint-Jean, permet d’assurer les cultes et la sainte cène de septembre. En octobre d’autres ministres officient dans le temple le dimanche. C’est ainsi que le premier dimanche de novembre c’est au tour de Jean Dumas, pasteur de Quissac, de prêcher. Selon le procès-verbal, il aurait fait quelque difficulté à monter en chaire, constatant la présence de Jean Bedey, en robe, dans le temple. Sans doute ne savait-il pas que son collègue serait présent et qu’il aurait revêtu sa robe marquant ainsi sa volonté de prêcher. C’est l’insistance du seigneur à ce que les anciens exigent de Jean Dumas qu’il assure la prédication conformément à l’engagement pris par lui auprès du consistoire qui déclenche la réaction de Bedey puis l’intervention du peuple depuis les galeries du temple11.

Les protagonistes

10Cette affaire voit se confronter, au début, trois protagonistes : le seigneur, le pasteur, le consistoire. Mais un quatrième acteur entre en scène en ce premier dimanche de novembre 1663 : le « peuple ».

Un seigneur engagé dans la vie des églises réformées languedociennes

  • 12 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle : l’exemple de Saint-Jean-du-Gard », d (...)

11Édouard de Carlot n’est pas originaire de la paroisse. Ce n’est pas un Cévenol. Il achète la seigneurie de Saint-Jean-de-Gardonnenque à Henri de Saint-Bonnet le 17 décembre 1652. L’établissement de la famille se confirme à partir de 1662 avec le mariage d’Isabeau de Carlot, la nièce d’Édouard de Carlot, et d’Antoine de Vignolles, une famille solidement et anciennement implantée en Cévennes. L’installation d’Édouard de Carlot marque deux ruptures. La première rupture est de nature sociale : le pouvoir seigneurial passe des mains de familles de la noblesse d’épée huguenote cévenole très impliquée dans les guerres des années 1620 aux côtés d’Henri de Rohan, les Saint-Bonnet, aux mains d’une famille de robe réformée nîmoise. Le père d’Isabeau de Carlot, Pierre de Carlot, est Conseiller au parlement de Toulouse et à la Chambre de l’édit de Castres. Sa deuxième fille, Alix, est l’épouse de Balthazar de Peyremales, lieutenant au présidial de Nîmes. La seconde rupture est de nature ecclésiastique : le nouveau seigneur entend prendre sa place dans l’église locale, il est reçu au consistoire en 1656, mais plus largement dans les institutions provinciales et nationales car il est un des députés de la province des Cévennes et du Gévaudan au dernier synode national convoqué à Loudun en 1659 et que l’année suivante il participe activement aux travaux de la commission à qui le synode du Bas-Languedoc confie la mission d’inspecter les académies protestantes de Die, Montauban, Nîmes et Saumur. Lorsqu’Édouard de Carlot intervient en consistoire le 24 juin 1663, il en est membre. Au plan local, la noblesse n’a jamais été très présente puisque sur les 258 anciens identifiés seuls six représentants relèvent du second ordre dont Édouard de Carlot auquel il convient d’ajouter Jacques et Jean de Vignolles. Les Saint Bonnet et les Marcassargues sont certes nommés dans les procès-verbaux mais les premiers comme responsables de désordres conduisant la municipalité à mettre sur pied une milice et les seconds comme des adeptes du duel, une pratique interdite par la Discipline ecclésiastique et la législation royale12.

Un consistoire dominé par les notables

  • 13 Didier Poton, « Le consistoire de l’église réformée de Saint-Jean-du-Gard au XVIIe siècle : électi (...)
  • 14 Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque…, p. 25-28.

12Organe de gouvernement de l’église locale dans le système institutionnel ecclésiastique établi par les réformés dans le royaume dès les années 1560, le consistoire est composé d’un nombre de laïcs nommés « anciens » correspondant à la taille de l’église. À Saint-Jean, le nombre des anciens varie de seize à vingt selon les périodes. La nomination d’un laïc comme ancien relève de la cooptation puis de la présentation de la communauté. Le corps choisit « par pluralité de voix » puis soumet son choix aux fidèles qui n’ont pas pouvoir de proposition mais d’opposition. Le statut social ou l’activité professionnelle de chacun est rarement précisé dans les procès-verbaux de délibérations même lors des séances de nomination et d’intégration de nouveaux membres de la compagnie. L’exploitation d’autres sources permet de connaître l’appartenance sociale de 96 anciens sur 258 (37 %) de 1605 à 1685. Avec près de 40 %, nobles et notables (les « principaux habitants ») sont les plus nombreux suivis d’artisans (26,3 %), de marchands (25,3 %), de paysans (9,5 %13). Parmi les 162 dont il n’est pas possible de renseigner ce point, il est possible d’avancer l’hypothèse qu’ils sont nombreux à exercer une activité artisanale complétée d’un travail agricole, le nombre de petits propriétaires étant très important dans la société cévenole, notamment dans les Cévennes méridionales. Une source fiscale de 1685 confirme cette hypothèse : 52 % des contribuables sont des artisans, les nobles représentant 2 %, les notables 16,1 % et les marchands 17 %14. Le consistoire qui fait face à l’affrontement correspond à cette analyse : une majorité de notables et une forte minorité de marchands et d’artisans. Mais, ce qui caractérise surtout l’institution dans les années correspondant au ministère de Jean Bedey (1644-1663) c’est la longueur des mandats. Le règlement qui impose le renouvellement par tiers tous les ans n’est pas totalement respecté.

Un pasteur installé de longue date

  • 15 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle… », p. 28-32.

13Le synode provincial confie l’église de Saint-Jean à Jean Bedey en 1643. Il entame son ministère pastoral au cours de l’automne de la même année. L’année suivante, il représente son église au synode provincial convoqué à Ganges. Il effectue cette députation à, au moins, 15 reprises de 1644 à 1663 inclus. Il est toujours accompagné, conformément à la Discipline, d’un ancien. En 1657, c’est Édouard de Carlot qui se rend avec lui à Saint-Hyppolite-de-Roquefourcade où se déroule l’assemblée synodale. Conformément à la Discipline ecclésiastique, le pasteur préside les séances du consistoire. Le pasteur n’est au centre que d’une seule affaire. En 1659 il exige une augmentation de ces gages pour répondre à la demande de fidèles de prononcer une troisième prédication hebdomadaire. Ce qui lui sera refusé. Les années Bedey (1644-1663) correspondent à une période où aux années d’immobilisme de la décennie 1640, qui se caractérisent par une composition stable du consistoire, un taux d’absentéisme des anciens élevé et un faible nombre de réunions consistoriales à l’ordre du jour très pauvre succèdent les années 1650 plus actives. Cette reprise de l’action du consistoire a pour origine principale la réapparition de cas relevant de comportements individuels et collectifs intolérables au sein de l’église. En effet, la grande majorité des affaires relevée dans les procès-verbaux des délibérations des années 1650 sont des affaires de violences de la bagarre au meurtre (61 %). Si les condamnations pour « débat » ou « bagarre » sont souvent individuelles et relèvent le plus souvent de querelles de voisinage et des suites sur la voie publique de « débauches » dans une des auberges du bourg, plusieurs procédures sont engagées contre des groupes plus importants. Deux types d’affaires dominent : les « dueils » et les « rançonnements ». Les « combats assignés » mettent en cause des fils de très bonnes familles du négoce et du droit dont certains parent ou pareront leur nom du qualificatif de « sieur de… » Dans les cas de « rançonnements », ou « charivari », des jeunes de tous milieux sont convoqués afin de faire amende honorable devant les anciens. Comment analyser ce regain répressif ? Poussée de violences ou volonté du consistoire de mettre un terme à des comportements intolérables ? Quelle part prend Jean Bedey dans cette action ? À trois reprises, il lui est demandé par les anciens de condamner en chaire ces scandales15. L’a-t-il fait ? En l’état des sources, il est impossible de savoir les thèmes des prédications du pasteur. Quand éclate l’affrontement avec Édouard de Carlot, Jean Bedey assure sa fonction pastorale depuis près de vingt ans. Propriétaire de quelques biens dans la paroisse, il est bien intégré dans la communauté. Faut-il accréditer un de ses propos dans le temple à l’adresse d’Édouard de Carlot : « j’ay presché icy vingt ans je n’ay esté troublé dans cest eglize que depuis que vous en êtes Seigneur » ? En s’imposant dans les réunions du consistoire, Édouard de Carlot a dû perturber l’ordre établi par Bedey. Le premier a d’ailleurs quelques difficultés à se faire entendre par les anciens. Ne se plaint-il pas de la lenteur avec laquelle le consistoire consent à réunir une commission pastorale ? Sans doute faut-il voir dans l’attitude des anciens une forme de solidarité envers leur pasteur. C’est l’appel au « peuple » par Jean Bedey qui à l’évidence engage les anciens à se désolidariser avec leur pasteur.

« Le peuple qu’estoit aux Galleries »

  • 16 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque…, p. 125-126.

14La place occupée dans le temple reflète la place dans la hiérarchie sociale. Le procès-verbal de la délibération du 6 novembre confirme ce partage. Au parquet du temple outre le pasteur, les places sont réservées pour les anciens, le seigneur et ses officiers, les consuls et officiers municipaux de confession protestante et les « principaux habitants » qui ont acquitté une taxe. Cinq années après le tumulte de l’automne 1663 une réorganisation spatiale du temple est entreprise pour satisfaire aux demandes de bancs au parquet. À la suite de celle-ci cinq cent quatre places sont attribuées : trois cent cinquante-neuf pour les femmes et cent cinquante-cinq pour les hommes. L’écart entre les deux nombres est dû au fait que les enfants en bas âge s’installent avec les femmes, ceux d’âge scolaire venant avec le maître d’école depuis le début du XVIIe siècle. Avec les places réservées pour « les puissances » c’est près de cinq cent places qui sont disponibles « pour satisfaire les principales personnes de ceste eglize et laisser suffisamment de places communes pour le reste du peuple ». Compte tenu du nombre de fidèles, c’est près de deux mille cinq cents personnes qui doivent trouver place essentiellement aux galeries dans ces années 1660. La hiérarchie sociale de la paroisse se lit dans l’occupation des places lors des cultes16. Dans son face-à-face avec le seigneur entouré de ses officiers « et des principaux de l’assemblée », le pasteur est isolé. Selon le procès-verbal de la délibération le « grand murmure sourd et confus » s’accompagne d’un slogan (« qu’il presche, qu’il presche ») et de « gestes menaçants vers le parterre » qui ne cessent qu’avec la sortie du pasteur et des « factieux ».

15La vive querelle entre deux personnalités de la communauté, le seigneur et le pasteur, est devenue ce premier dimanche de novembre 1663 un affrontement de nature politique et sociale. Pour comprendre le mécanisme aboutissant à une « sédition » dans le temple, il faut intégrer dans l’analyse un acteur caché : Anthime Denis Cohon, évêque de Nîmes.

Un acteur caché : l’Évêque de Nîmes

  • 17 Janine Garrisson, L’édit de Nantes et sa révocation. Histoire d’une intolérance, Paris, Le Seuil, (...)

16Le 10 juin 1663, Anthime Denis de Cohon, évêque de Nîmes, est à Saint-Jean dans le cadre d’une visite pastorale des paroisses de la partie cévenole de son diocèse. Cette visite pastorale participe aussi d’une plus vaste offensive catholique qui place les réformés dans une situation nouvelle, les trente années précédentes ayant été plutôt pour eux une période de restauration et de reconstruction interne. Mais une fois les troubles de la Fronde terminés, la question protestante revient sur la scène politique. En 1655, l’assemblée du clergé exige des mesures contre « les entreprises des hérétiques ». La déclaration royale de 1656 répond aux vœux de cette dernière et engage la monarchie dans une application plus stricte de l’édit de Nantes. L’arrêt du conseil de 1657 institue une nouvelle tournée de commissaires à travers le royaume17.

« [U]ne funeste liberté de conscience que les catholiques n’ont jamais demandée » (A. D. de Cohon)

  • 18 Robert Sauzet, op. cit., p. 379-380.
  • 19 Janine Garrisson, op. cit., p. 123-124.

17En 1661 Anthime Denis de Cohon avait adressé au Roi une remontrance en quatorse points sur les « entreprises des religionnaires dans la ville et diocèse de Nîmes » qui demande une interprétation rigoureuse de l’Édit de Nantes qui ne saurait déboucher sur « une funeste liberté de conscience que les catholiques n’ont jamais demandée ». Outre l’accusation que les protestants avaient « estendu leurs établissemens dans plus de 60 paroisses de l’évéché de Nismes pendant le cours de la Régence et de votre minorité ». Ce qui domine dans ce texte épiscopal c’est la volonté de limiter l’expression protestante conduisant des catholiques « à se pervertir », de borner les pouvoirs municipaux des réformés et de récupérer les biens usurpés par les protestants. La conclusion est un appel à l’exécution de la déclaration royale de 1656 notamment à l’envoi immédiat des commissaires chargés de relever les infractions à l’édit commises par les huguenots18. Cette offensive épiscopale s’alimente d’enquêtes menées par des juristes comme Pierre Bernard, juge au présidial de Béziers, ou des religieux comme le jésuite Meynier qui publie en 1662 un livre au titre sans ambiguïté : De l’exécution de l’édit de Nantes en Languedoc19. Cette tactique juridique permet aussi de faire rentrer dans l’offensive contre les églises réformées, le nouvel homme fort de la monarchie dans les provinces : l’intendant. Ce dernier a le pouvoir de soutenir voire déclencher des procédures auprès des présidiaux et des parlements. C’est le cas dans les années 1650 avec la question des consulats mi-partis.

  • 20 Robert Sauzet, op. cit., p. 297-300.

18En janvier 1657, Anthime Denis de Cohon, qui venait de retrouver son siège épiscopal, avait engagé une offensive contre le pouvoir municipal contrôlé par les protestants. Bien soutenu en cours, le prélat avait obtenu un arrêt défavorable aux protestants en avril. Le 25 juin, les deux consuls protestants avaient appelé aux armes et fait fermer les portes de la ville. Les protestants de Montpellier n’avaient-ils pas été exclus de la municipalité quelques semaines auparavant ! Robert Sauzet souligne qu’à Nîmes les plus violents dans le parti réformé sont des artisans, cardeurs, cordonniers, boulangers. Le Parlement de Toulouse, très catholique mais opposé au projet de l’évêque de Nîmes visant à la création d’un parlement à Nîmes, avait pris un arrêt favorable aux protestants nîmois. Entre délégations à la Cour et manœuvres locales les esprits s’échauffaient d’autant que Cohon soutenait ouvertement le combat municipal des catholiques. Le 31 décembre 1657, des catholiques emmenés par l’évêque, le lieutenant général, l’intendant, le sénéchal s’étaient rendus à l’hôtel de ville gardé par les réformés. La « mousquetade » avait fait trois morts et une dizaine de blessés. Pour Robert Sauzet « cette émotion est en réalité un heurt entre « zelanti » catholiques exaltés par le retour de Cohon et extrémistes protestants, chaque parti ayant à sa remorque des clients de l’autre religion ». En fait le pouvoir municipal était contrôlé par les réformés qui faisaient élire des « catholiques paisibles » c’est-à-dire des hommes qui dépendaient bien souvent de la puissance économique de la bourgeoisie protestante nîmoise. À la suite de ces violences, des catholiques s’étaient réfugiés à Beaucaire et des protestants s’étaient rendus en Cévennes pour obtenir des renforts. Il est intéressant de noter que dans les dépositions devant les magistrats de Beaucaire, les témoins catholiques emploient le terme de « factieux » pour désigner les partisans des consuls protestants. Un accord entre les deux partis intervient le 11 février 1658 : statu quo sur le consulat nîmois. Cohon est rappelé à l’ordre par Mazarin : « au nom de Dieu, faites en sorte que nous n’ayons plus de teste rompue de toutes ses divisions20 ».

  • 21 Ibid.
  • 22 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque…, p. 179-184.

19Mais des troubles identiques éclataient en Cévennes. C’est le cas à Alès où les réformés refusant l’alternance municipale exigeaient de conserver l’exclusivité du second consulat obtenue en 1656. En décembre 1659, des catholiques avaient été molestés pendant les élections et leurs plaintes avaient été sans effet. Grâce au soutien d’une partie des catholiques, les seconds consuls élus en 1660 et 1661 restaient de confession réformée21. À Saint-Jean, à la même date, les deux consuls sont protestants en contravention avec l’édit de 1629 imposant la mi-partition. L’absence de registres de délibérations avant 1654 ne permet pas de suivre les élections pendant le règne de Louis XIII. Si, à partir d’autres sources, il est possible d’affirmer que les commissaires du roi ont pu imposer l’édit en 1631, en 1654, les deux consuls élus à Saint-Jean étaient des protestants. Soucieux de faire appliquer la loi, Jean Albespy, vicaire perpétuel de la paroisse, était intervenu en 1661 pour que le premier consul soit désormais un catholique. Ce qui avait été fait le 26 décembre, les protestants expliquant que s’il n’y avait plus de premier consul catholique c’est « qu’il y en a point dans le lieu ou scavoir quelques estrangers ou locataires qui puissent régir et administrer les affaires de ladite communauté ». Toutefois, lorsqu’il s’était agi pour les consuls de nommer trois conseillers politiques, seuls les deuxième et troisième consuls protestants, avaient pu proposer six noms. Les protestants avaient ainsi gardé le contrôle du pouvoir municipal en 1662 et avaient réussi à ne pas se soumettre totalement à l’édit du roi du 5 octobre 1663 exigeant la mi-partition des conseils politiques sous le prétexte de leur faible nombre et de l’exercice de professions qui les plaçait dans une situation d’insolvabilité22. Il faut ajouter que la plupart d’entre eux avaient des employeurs réformés… Une petite croissance du nombre de « papistes » originaires des hautes terres catholiques du Rouergue ou du Gévaudan permettra l’application de cet édit à partir de 1673.

20C’est dans ce climat politique que les commissaires royaux font leur tournée d’inspection de l’application de l’édit de Nantes en 1662 et que, surtout, l’évêque de Nîmes décide d’effectuer une visite pastorale en 1663.

« Le seigneur a condamné l’usurpateur de cette place… »

21Les deux commissaires, le catholique Bazin de Bezons et le protestant de Peyremales, parcourent les paroisses du diocèse de Nîmes en 1662. Le 26 mai ils sont à Saint-Jean. Le secrétaire du consistoire doit présenter les registres attestant du droit de possession qui avait permis à l’église d’être reconnue par l’édit de 1598. Après avoir entendu les représentants de l’évêque, les commissaires publient une ordonnance datée du 1er juin 1662 reconnaissant la légalité de l’exercice du culte réformée à Saint-Jean

« en faisant desfenses au dit scindic et tous autres de donner aucun trouble ny empêchement aux habitants de la religion prétendue réformée dudit lieu au dit exercisse soubs quelque pretexte que ce soit à peine de désobéissance à la charge par eux de vivre et de se comporter suivant les édits ».

  • 23 Robert Sauzet, op. cit., p. 304 ; Janine Garrisson, op. cit., p. 126.

22Mais le choc est rude : les commissaires ont proposé quarante interdictions d’exercices dans la partie cévenole du diocèse de Nîmes et auxquels il faut ajouter quarante quatre avis partagés ! Au cours du mois d’octobre 1663, le conseil d’Etat tranche : cent trente cinq interdictions de culte en Languedoc dont quatre-vingt dans le diocèse de Nîmes. L’hécatombe est de grande ampleur dans les Hautes Cévennes et au contact de la plaine. La partie centrale, la Gardonnenque est moins touchée. Proche de Saint-Jean, seul le lieu de Peyroles est concerné. Les fidèles réintègrent l’église de Saint-Jean23. Cette décision était-elle connue des Saint-Jeannais au début du mois de novembre ?

  • 24 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle… », p. 38-39.

23En juin 1663, Anthime Denis de Cohon effectue sa visite pastorale. À cette date, l’arrêt des commissaires est connu des églises et met un terme aux procédures judiciaires engagées par le syndic du clergé du diocèse mais pas les arrêts du Conseil royal. Puisque l’exercice du culte est maintenu à Saint-Jean, l’évêque de Nîmes déplace ses exigences sur une des revendications exposées par lui dans ses remontrances au roi de 1661. Il dénonce « l’usurpation du lieu ou fust autrefois basti et assis le sanctuaire » et exige la restitution du terrain de l’ancien cimetière catholique. Dans le procès-verbal de la visite, le secrétaire note que « le seigneur a condamné l’Usurpateur et possesseur de ceste place […] lesdits Prét. Réf. esleveront et bastiront à leur dépens une murailhe… » pour séparer les deux cimetières. Face aux deux ordonnances pontificales les Saint-Jeannais plient car leur application est imposée par l’intendant. Mais, l’évêque de Nîmes a eu un allié de poids dans la communauté : Édouard de Carlot. En reconnaissant la légitimité de la demande épiscopale, il ne peut pas ne pas avoir été perçu sinon comme un allié de Cohon du moins comme quelqu’un qui n’ose pas s’opposer au prélat. D’aucuns peuvent avoir fait une relation avec le comportement timoré du commissaire protestant, Bathazar de Peyremales, dans la tournée de 1662. N’est-il pas l’époux d’Alix de Carlot, la sœur du seigneur de Saint-Jean ? Jean Bedey aurait-il dénoncé, à mots plus ou moins couverts, un groupe familial qui entend se soumettre au diktat des autorités catholiques ? Une partie des élites réformées entend-elle assurer la défense de leur église en acceptant le cadre imposé par l’Église catholique et la monarchie : la loi, le droit24 ?

24L’évolution de l’attitude du consistoire tend à confirmer ce souci de ne pas s’engager dans l’illégalité. Tant qu’il s’est agi d’apaiser une querelle entre deux personnalités de la paroisse, de composer une commission pastorale chargée de rétablir la concorde, les anciens semblent ne pas avoir choisi collectivement leur parti. L’attitude change avec l’incident de novembre 1663 :

  • 25 ACSJG, GG 31.

« Lesquelles choses s’estant passées a la vue de tout le peuple et dud. consistoire de telles sortes quelles n’ont pas besoins de plus grande information et estant des actions injurieuses non seulement a la bonne foy du consistoire a l’honneur did. Seigneur dud. Lieu et de la justice quy est establie de Dieu dans le monde mais encore d’une malice sy enragée uil a tenu a peu que les factieux qui avoient desja secoué le respect des autorités légitimes ne se soient portés à l’esfusion du sang des gens de bien en un lieu destiné aux exercices de piété. De plus led. Consistoire se peut resouvenir des discours plains de venin, d’irreverence et d’impiétté que ledit Sieur Bedey taint le mesme dimanche au soir dans le consistoire contre led. Seigneur de St Jean25. »

  • 26 Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque…, p. 79-80.

25Ainsi, l’affrontement continua le dimanche soir, le consistoire ayant convoqué le pasteur pour l’entendre sur ses responsabilités dans les violences du matin dans le temple. Les anciens décident de demander au synode provincial le remplacement de leur pasteur pour « lhabitude que led. Bedey a prises de pousser par injures et mauvais tretements ceux qui resistent a ses sentiments et volontés ». En juin 1665, le synode provincial, confie l’église de Saint-Jean au nîmois Jean Combes. Quant à Édouard de Carlot, il n’apparaît plus dans les délibérations consistoriales. De nouveaux noms d’anciens apparaissent et la règle du renouvellement du corps par tiers tous les ans est imposé par le nouveau pasteur26.

26L’affrontement entre Édouard de Carlot et Jean Bedey doit se lire à plusieurs niveaux. C’est d’abord un conflit local, il y en eut beaucoup dans les communautés réformées, mettant aux prises le pasteur avec un groupe plus ou moins important de fidèles. Avec le soutien du synode provincial, le consistoire écarte les deux protagonistes et impose ainsi la concorde. La pacification des esprits est l’œuvre du nouveau pasteur et d’un groupe de notables caractérisé par de solides propriétés foncières, des charges et des offices et faisant suivre leur nom du qualificatif « sieur de » complété du nom d’une leurs terres. C’est ensuite un des incidents qui secouent le diocèse de Nîmes et plus largement le Bas-Languedoc entre 1656 et 1663 qui tous ont pour origine l’offensive du clergé catholique et la frange la plus militante des catholiques contre un protestantisme qui a su retrouver en une vingtaine d’années une vraie vitalité démographique, un réel dynamisme économique et une évidente attractivité religieuse. Pour les partisans de cette réaction, il y a un élément nouveau : le soutien de la monarchie après une période durant laquelle ils avaient le sentiment d’être abandonnés par un pouvoir royal dont la ligne politique, initiée par Mazarin, consiste à ne pas engager de confrontation avec « le petit troupeau ». Mais, plus largement, ce tumulte dans le temple de Saint-Jean doit être perçu comme un révélateur du fossé qui se creuse entre « timorés » et « téméraires » au sein des églises réformées. Les premiers acceptant de situer la défense des églises dans le cadre choisi par l’adversaire : la stricte application de l’édit de Nantes. Les seconds, considérant que les réformés doivent se préparer à un rapport de force, prône une résistance politique et religieuse passant par la défense de la représentation des protestants dans les pouvoirs locaux et les institutions. Dans sa première intervention contre Jean Bedey, Édouard de Carlot dénonce les « parolles escandalleuses et injurieuses qu’il a professés dans ses sermons de mercredi XIIIe juin et autres suivants jusque audit jour ». C’est bien le comportement du seigneur lors de la visite pastorale d’Anthime Denis de Cohon qui est dénoncé par le pasteur. Pour disqualifier la parole de ce dernier, le seigneur se pose en défenseur des autorités légitimes. Les deux hommes ne se situent pas sur le même plan : pour Bedey l’autorité et le jugement viennent de Dieu. Il refuse de reconnaître l’autorité seigneuriale sur sa prédication. La réaction du peuple (« qu’il presche, qu’il presche ») met en évidence le soutien populaire à la parole pastorale même de nature séditieuse. Le clivage entre les résistants et les soumis des années 1680 est bien présent vingt avant la révocation de l’édit de Nantes. Mais en Cévennes, c’est le compost qui verra germer et fleurir le printemps camisard qui se forme au gré de la nature des réactions « des principaux de l’assemblée » face à la politique antiprotestante déclenchée par le clergé catholique et reprise à son compte par Louis XIV.

Notes

1 Archives Communales de Saint-Jean-du-Gard (ACSJG), GG 31.

2 Archives Départementales du Gard, G 1299. Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque. Une communauté réformée à la veille de la Révocation (1663-1685), Paris-Gap, Ophrys, 1985, p. 10.

3 Robert Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, Série « N.S. Recherches », 30, université de Paris 4 – Paris Sorbonne, p. 394-395.

4 Robert Sauzet, op. cit., p. 324.

5 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque (1598-1686), Centre d’Histoire des Réformes et du protestantisme, université Paul Valéry-Montpellier III, 1988, 2 vol. ; D. Poton, « Les institutions consistoriales. Les exemples des XVIe et XVIIe siècles », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 148 (Octobre-Novembre-Décembre), 2002, p. 963 et s. ; Philippe Chareyre et Raymond Mentzer (éd.), « La mesure du fait religieux. L’approche méthodologique des registres consistoriaux dans l’espace calvinien XVIe-XVIIIe siècles », actes du colloque de Pau (université de Pau et des Pays de l’Adour), Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 153 (Octobre-Novembre-Décembre).

6 ACSJG, GG 31.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle : l’exemple de Saint-Jean-du-Gard », dans Anne Blanchard, Henri Michel, Elie Pélaquier (éd.), La vie religieuse dans la France méridionale à l’époque moderne, centre d’Histoire moderne, université Paul Valéry-Montpellier 3, 1992, p. 27 et s.

13 Didier Poton, « Le consistoire de l’église réformée de Saint-Jean-du-Gard au XVIIe siècle : élection et composition sociale (1605-1685) », Sociétés et Idéologies des Temps Modernes, Hommage à Arlette Jouanna, université Paul Valéry – Montpellier 3, 1996, p. 245 et suiv, et « Elites protestantes et contrôle social : le consistoire de l’église réformée de Saint-Jean-du-Gard au XVIIe siècle », Danièle Tosato-Rigo et Nicole Goy-Staremberg Goy (éd.), Sous l’œil du consistoire : sources consistoriales et histoire du contrôle social sous l’Ancien Régime, Études de Lettres, université de Lausanne, 3, 2004, p. 57 et s.

14 Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque…, p. 25-28.

15 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle… », p. 28-32.

16 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque…, p. 125-126.

17 Janine Garrisson, L’édit de Nantes et sa révocation. Histoire d’une intolérance, Paris, Le Seuil, 1985, p. 120-122.

18 Robert Sauzet, op. cit., p. 379-380.

19 Janine Garrisson, op. cit., p. 123-124.

20 Robert Sauzet, op. cit., p. 297-300.

21 Ibid.

22 Didier Poton, De l’Édit à sa Révocation : Saint-Jean de Gardonnenque…, p. 179-184.

23 Robert Sauzet, op. cit., p. 304 ; Janine Garrisson, op. cit., p. 126.

24 Didier Poton, « Noblesse et église réformée au XVIIe siècle… », p. 38-39.

25 ACSJG, GG 31.

26 Didier Poton, Saint-Jean-de-Gardonnenque…, p. 79-80.

Auteur

Didier Poton est Professeur d’histoire moderne à l’université de La Rochelle et membre du CRHIA (EA 1163). Il est spécialiste de l’histoire du fait religieux dans les espaces atlantiques et a codirigé Les Pays-Bas et l’Atlantique aux PUR, en 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540