Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Troisième partie. Les demandes de justice

Mueyron, mueyron los traidors : histoire d’un cri judiciaire

Vincent Challet

Texto completo

  • 1 Alain Corbin, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XI (...)
  • 2 Didier Lett et Nicolas Offenstadt, « Les pratiques du cri au Moyen Âge » dans id., Haro ! Noël ! O (...)

1Depuis quelques années, les historiens sont de plus en plus sensibles à ce qui, dans les sources, permet de reconstituer le « paysage sonore1 » et, en la matière, les médiévistes sont loin d’être dépourvus tant leurs sources sont traversées de sons – qu’ils soient de cloches ou de ces instruments de musique populaire que constituent trompettes et cornemuses – ou de cris, lesquels constituent un mode particulièrement efficace de transformation d’un comportement individuel en une émotion collective tant sa puissance unificatrice est ressentie par les habitants d’une communauté. La plus récente synthèse consacrée aux pratiques du cri au Moyen Âge, si elle a largement exploré le champ des cris de justice et d’autorité, d’un cri qui, outre une fonction d’information, serait essentiellement une manifestation sonore de l’autorité et de la norme2, n’en relègue pas moins le cri séditieux aux oubliettes de l’analyse et ne lui concède qu’un rôle marginal, en faisant une sorte de détournement ou de réplique illégitime à ce cri public régulé par des normes. Rien pourtant ne vient attester une éventuelle antériorité d’un cri public sur le cri du public : en l’occurrence, il est loisible de soutenir que c’est au contraire cette force d’un cri, que l’on pourrait qualifier de primaire sinon de primal, qui s’impose au cœur de la communauté et, partant, de la société médiévale et qui, par sa force même, provoque en retour sa reprise en main et sa régulation par des autorités soucieuses de mieux contrôler l’environnement sonore des espaces publics médiévaux.

Cris et révoltes

  • 3 Sophia Menache, « Orality in Medieval Chronicles: Between Text and Context », The Medieval Chronic (...)
  • 4 Jean Combes, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du XIVe (...)

2Le temps de la révolte constitue, de ce point de vue, un moment décisif pour tenter de saisir modalités et enjeux d’une vocifération publique au sein des villes médiévales tant il n’est pas de révolte silencieuse. Quasi systématiquement associé au bruit du tocsin, du moins lorsque les rebelles parviennent à s’assurer la maîtrise d’une cloche, que celle-ci soit laïque et consulaire ou qu’elle soit ecclésiastique et paroissiale, le cri demeure un élément incontournable de la révolte, même si les sources se révèlent parfois confuses aux oreilles de l’historien. Ce dernier, cherchant à retrouver dans ses archives l’écho des cris ayant résonné dans les villes médiévales, doit souvent se contenter de la simple indication d’une clamor ou de l’imprécision de ces émeutiers vocifferando et clamando, sans toujours distinguer au sein de cette rumeur l’exacte nature d’un cri. Même lorsque ce cri lui parvient de manière distincte – c’est-à-dire couché en tant que tel sur le parchemin et se désignant comme cri –, rien ne lui garantit qu’il ait véritablement été poussé et qu’il ne s’agit pas d’une reconstruction politique ou littéraire produite a posteriori. Étudiant ainsi l’utilisation du cri dans la chronique florentine de Giovanni Villani, Sophia Menache en parvient à la conclusion que le trait d’oralité qui surgit au sein d’une séquence narrative n’est pas gage de vérité et constitue en maintes occasions « un topos littéraire, un ornement rhétorique parmi d’autres visant à retenir l’attention du public3 ». Une telle constatation ne doit pas pour autant nous détourner de telles injonctions oratoires qui nous révèlent d’importantes facettes de la société médiévale et établissent un lien direct entre l’oralité et la literacy. Il est même parfois possible de discerner, derrière la reconstruction d’hypothétiques cris, des intentions clairement politiques. C’est le cas lorsque, à Montpellier, en décembre 1325, les populares se rassemblent sur la place publique au cri de « Melius esset quod moriamur hic quam in Flandria » en signe d’opposition aux impositions levées par la monarchie capétienne pour financer ses campagnes militaires en Flandres4. Toutefois, un tel cri n’est attesté que dans un acte de protestation adressé par les consuls de Montpellier au sénéchal de Beaucaire et tout laisse à croire qu’il n’a été ajouté qu’à dessein de transformer une opposition au pouvoir consulaire et aux modalités de répartition de l’impôt en une rébellion caractérisée à l’encontre du pouvoir royal. Même le bref surgissement d’un cri retranscrit en langage vernaculaire et faisant irruption au milieu d’un océan de latin ne saurait être tenu pour un gage de véracité.

  • 5 Pierre Prétou, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010.
  • 6 Valérie Toureille, « Cri de peur et cri de haine : haro sur le voleur. Cri et crime en France à la (...)
  • 7 Sur l’utilisation de ce cri, voir Vincent Challet, « Un village sans histoire ? La communauté de V (...)
  • 8 J’avais tenté une première approche de ce cri mais sur des bases très différentes dans Vincent Cha (...)

3Ces précautions ne doivent cependant pas nous interdire d’interroger plus en détail la signification de ces cris et leurs rapports éventuels avec le cri judiciaire. Dans le Languedoc médiéval, il a été jusqu’ici impossible de repérer une clameur analogue au Biafora des pays gascons5 ou au Haro normand, laquelle passe rapidement d’un cri informel à un « cri construit, autonome et obligatoire6 » et implique devoir d’assistance et d’entraide en même temps qu’il permet d’enclencher une procédure judiciaire. Même le Al arma ! qui résonne régulièrement au sein de communautés languedociennes menacées dans leur survie7 ne paraît guère autre chose qu’une invitation certes péremptoire mais non contraignante à prendre les armes et à secourir ses voisins. Il n’empêche qu’il existe un cri particulier dont la constance et la permanence d’un bout à l’autre du Languedoc et dans des contextes a priori différents ne laisse pas d’interroger l’historien sur sa signification. Ce cri, c’est celui de Mueyron los traidors8 et de ses différentes déclinaisons régionales, que l’on retrouve dans une séquence temporelle qui va, pour le moins, du milieu du XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVe siècle et tout au long d’un arc méditerranéen courant de la Catalogne à la Toscane. S’il est difficile en la matière d’être exhaustif, il n’est cependant pas inutile de poser quelques jalons tant spatiaux que temporels.

À la naissance d’un cri : l’Inquisition en terre albigeoise

  • 9 Guillaume Pelhisson, Chronique (1229-1244), Jean Duvernoy éd., Paris, CNRS, 1994, p. 120-121. Le r (...)
  • 10 Alan Friedlander (éd.), Processus Bernardi Delitiosi, Philadelphie, American Philosophical Society (...)
  • 11 Bernard Gui, De fundatione et prioribus conventuum provinciarum tolosanae et provinciae ordinis pr (...)
  • 12 Sur la notion de trahison, voir en dernière analyse Maïté Billoré, « Introduction », dans Maïté Bi (...)

4La plus ancienne attestation d’un tel cri, rapporté sous sa forme latine de Moriantur proditores !, se trouve dans le récit composé par Isarn, curé de Déat, d’une révolte survenue à Albi en juin 12349 à l’encontre de l’inquisiteur Arnaud Cathala coupable, aux yeux de la foule, d’avoir fait déterrer le corps d’une femme morte en état d’hérétique. Une telle exhortation, cependant, ne s’adresse nullement à l’inquisiteur, clairement perçu comme un corps étranger à la communauté, mais au curé dénoncé comme un traître à ses paroissiens. Et c’est dans le contexte des dissidences religieuses languedociennes et de leur poursuite par l’Inquisition, laquelle fait voler en éclats la solidarité inhérente à toute communauté, que se multiplient les références à ces proditores qu’il convient de retrancher du groupe. La dénonciation de ces traîtres constitue l’un des ressorts des sermons par lesquels Bernard Délicieux enflamme en 1295 les habitants du bourg de Carcassonne contre l’Inquisition et les Frères Prêcheurs. Si aucun des témoins interrogés à l’occasion du procès de Bernard Délicieux ne rapporte précisément le cri de « À mort les traîtres ! », l’un d’entre eux évoque néanmoins celui de Moriatur ! Moriatur ! tandis qu’un second rapporte que le gardien du couvent des Frères Mineurs cria Traihors et qu’un troisième ajoute que la foule se mit à crier « Als trachors10 ». Là encore, ceux qui sont désignés comme traîtres ne sont pas les inquisiteurs mais bien des Carcassonnais et notamment Étienne Auriol, juge criminel de la sénéchaussée, autrement dit ceux qui, parmi les habitants de la ville, prêtent main-forte à l’Inquisition. Le même cri, enfin, résonne de nouveau à Albi le 11 février 1302 à l’occasion du retour dans la cité épiscopale de l’évêque Bernard de Castanet qui avait été convoqué à Toulouse pour y répondre des plaintes portées contre lui pour abus de pouvoir. Selon Bernard Gui qui qualifie l’épisode de seditio maxima, le prélat aurait été accueilli par la foule au cri de « À mort ! À Mort ! Qu’il meure, le traître, qu’il meure11 ! » Une fois de plus, c’est le pasteur qui s’est retourné contre ses ouailles que visent de tels cris. Que les plus anciennes attestations écrites assurées d’une telle exhortation apparaissent dans le cadre des dissidences religieuses du XIIIe siècle et des réactions populaires face à l’Inquisition n’implique pas pour autant que ce cri ait de réelles connotations religieuses, bien au contraire, la dénonciation ne visant pas les inquisiteurs mais plutôt certains Méridionaux désignés comme traîtres à leur communauté12. Il est d’ailleurs probable qu’il s’agisse d’un cri communautaire plus ancien réactivé à cette occasion et dont l’utilisation en un moment qui donna lieu à la rédaction de nombreux récits permet, pour la première fois, la fixation par écrit.

Cri et conjuration en Languedoc

  • 13 Alphonse Blanc, Le livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du XIVe siècle, Paris, 1 (...)
  • 14 Ce cri figure dans les lettres en occitan délivrées par Jean, comte d’Armagnac, aux habitants de T (...)
  • 15 L’expression figure dans les lettres de rémission délivrées par le duc Louis d’Anjou, lieutenant d (...)
  • 16 Il en est ainsi lors de la prise de Pont-Saint-Esprit en décembre 1361 qui ne s’explique que par u (...)
  • 17 Louis-Jean Thomas, « La sédition du 8 septembre 1381 à Béziers et la légende de Bernard Pourquier  (...)

5Dès le milieu du XIIIe siècle, ce cri transparaît dans les luttes sociales qui agitent les villes languedociennes. À l’occasion d’un compromis établi en 1254 et qui met un terme à un long conflit au sein de la draperie narbonnaise, les pareurs de la Cité accusent les tisserands du Bourg de les avoir attaqués en armes en hurlant mueiran, mueiran los trachors ! A carn, a carn13. Mais c’est surtout à partir des années 1350, au moment où nos sources deviennent à la fois plus abondantes et plus circonstanciées, qu’un tel cri devient plus régulièrement attesté. Il résonne à Toulouse en 1357 à l’occasion de la révolte du capage lorsque le menu peuple s’assemble en armes devant le Château Narbonnais où se tient une assemblée des États convoquée par le comte d’Armagnac, lieutenant du roi en Languedoc, qui ordonne la poursuite de la levée de cet impôt de capitation décidée l’année précédente. Aussitôt la nouvelle connue, les Toulousains mettent le feu à la grande porte du château et envahissent la salle où étaient réunis les délégués en criant a mort, a mort, moyran los traidors, moran et d’autres slogans que les lettres de rémission délivrées à la suite de cet événement ne se soucient pas de rapporter plus en détail14, indice que le cri le plus fédérateur, celui qui marque les esprits et s’impose naturellement sous la plume des scribes de chancellerie, est bien cette menace de mise à mort des traîtres qui vise les délégués des communautés présents lors de cette assemblée. Mieux encore, c’est à l’occasion de révoltes nées d’une conjuration que résonne cet appel au meurtre de traîtres, d’abord individuellement désignés lors de l’établissement de la conjuration, puis collectivement dénoncés en place publique. Ainsi en est-il en 1379, à Clermont-l’Hérault, au cours d’une émeute qui suit de très peu la sédition montpelliéraine : les choses ont été soigneusement préparées au cours d’une conjuratio qui aurait regroupé une centaine d’habitants et dont l’une des têtes pensantes n’est autre qu’un consul en exercice de la petite ville. Les conjurés qui ont, au préalable, établi une liste d’hommes à abattre déclenchent l’émeute le dimanche de la Toussaint à l’heure de vêpres et rallient leurs partisans au cri de Alarme, alarme ! Mueyron, mueyron, mueyron los traidours que ont vendut lo loc als Engles de Carlat15, ajoutant ainsi à l’exhortation rituelle une précision sur le sens à donner à cette notion de traître. Une garnison de routiers d’obédience anglaise est en effet installée dans le château de Carlat et mène des expéditions particulièrement dévastatrices dans cette partie du Languedoc sans pour autant être en mesure de s’emparer d’une ville de l’importance de Clermont-l’Hérault sans complicités intérieures. Si, en effet, la capacité de terreur et de nuisance de telles compagnies reste grande sur les villages environnants et sur les chemins qui peuvent conduire à la ville, l’importance numérique de ces bandes de routiers est loin d’être suffisante pour leur permettre de s’attaquer frontalement à une enceinte de quelque importance, sauf exception16. En revanche, aucune ville n’est à l’abri d’une trahison interne qui livrerait ses portes aux routiers. Toutefois, il est possible qu’une telle accusation de complicité avec la garnison « anglaise » de Carlat soit sans fondement aucun et n’ait été lancée qu’à seule fin de discréditer une partie des élites politiques de Clermont, celle qui, précisément, est à la fois objet et victime de cette conjuration. L’existence d’une conjuration est également attestée à Béziers en septembre 1381 : trois semaines avant le déclenchement de la sédition, les conjurés se réunirent dans l’église de la Madeleine qui constitue à Béziers l’ecclesia matrix, établirent une liste de quatorze individus à exécuter et prêtèrent serment sur un autel d’exécuter leur décision. Les victimes désignées appartenaient toutes aux milieux dirigeants de la ville, avaient exercé les années précédentes des fonctions consulaires et étaient considérées comme les principaux responsables des modalités de perception des impôts qui épargnaient largement les plus riches des citoyens. En outre, ils étaient soupçonnés de négocier à ce moment-là l’entrée du duc de Berry, tout nouveau lieutenant du roi, dans la ville alors que l’ensemble de la province se soulevait contre le très impopulaire frère de Charles V. La conjuration semble avoir eu pour objectif, en se débarrassant des membres les plus influents des élites biterroises, de provoquer un rééquilibrage interne au sein du consulat en faveur de groupes de métiers tels que les tanneurs et les fustiers. Ces derniers jouent d’ailleurs un rôle essentiel dans la commotion puisque, le 8 septembre, c’est un de leurs représentants, Bernard Pourquier, qui ameute les fustiers au cri de Mueyro, mueyro los traidors avant de donner l’assaut à la maison consulaire et d’y massacrer les membres du conseil qui s’y trouvaient réunis17.

De la Toscane à la Catalogne

  • 18 Ainsi, à Toulouse, en 1357, les émeutiers s’exclament a mort, a mort, moyran los traidors, moran e (...)
  • 19 La Cronica di Dino Compagni delle cose occorenti ne’tempi suoi, Isidora del Lungo (éd.), Rome, Ist (...)
  • 20 Cronica di Giovanni Villani a miglior lezione ridotta, Francesco Gherardi Dragomanni éd., Firenze, (...)
  • 21 Ibid., vol. 2, p. 279.
  • 22 Ibid., vol. 4, p. 41.
  • 23 Diario d’Anonimo, cité par Niccolo Rodolico, I Ciompi. Una pagina di storia del proletario operaio(...)
  • 24 Alberto Sorbelli, I Bentivoglio, signori di Bologna, Bologna, Capelli, 1969, p. 14.
  • 25 Cité par Fernand Braudel et Elena Fasano Guarini, Prato, storia di una città, vol. 1, Prato, 1986, (...)
  • 26 Diario fiorentino dal 1450 al 1516 di Luca Landucci, continuato da un anonimo fino al 1542, G. C. (...)
  • 27 Cronica di Giovanni Villani…, vol. 3, p. 136-137.

6Cette insistance sur la dénonciation des traîtres et l’existence d’un cri identique jusque dans sa formulation, d’un cri qui, au-delà de la multiplicité de ceux qui résonnent réellement au cours des émeutes18, n’en constitue pas moins le seul à être retenu tant par les chroniques que par les sources judiciaires, n’apparaît pourtant pas comme une spécificité languedocienne puisque les chroniques florentines du XIVe sont emplies du même appel. Dino Compagni, qui compose son récit entre 1310 et 1312, place dans la bouche des Florentins en novembre 1301 au moment de la chute des Guelfes Blancs – parti politique auquel lui-même appartient – ce cri de Muoiano, muoiano i traditori19. Giovanni Villani en fait un usage plus abondant mais se montre toujours soucieux de préciser la teneur à donner à une telle exclamation qu’il n’utilise jamais seule : les habitants d’Agnani qui, en 1303, prennent le parti de Boniface VIII donnent la chasse aux troupes de Guillaume de Nogaret et de Sciarra della Colonna en s’exclamant Viva il papa e sua famiglia e muoiano i traditori20 ; les Florentins, membres du popolo minuto, qui le 7 juillet 1323, s’ameutent et jettent des pierres sur le palais de la Seigneurie le font au cri de Battaglia, battaglia e muoiano i traditori21 parce qu’ils reprochent aux prieurs de refuser l’affrontement avec l’armée de Castruccio Castracano, seigneur de Lucques, qui s’était aventurée jusque sous les murs de Prato. En septembre 1343, afin de faire échouer une conjuration des magnati, les populaires en armes s’ameutent de nouveau sur la place de la Seigneurie aux cris de Viva il popolo e muoiano i grandi traditori22. Ce cri de « Mort au traîtres » semble d’ailleurs si usité qu’il en devient presque indéterminé et que les chroniqueurs toscans explicitent de manière systématique la teneur politique d’une telle exclamation, synthétisant peut-être à cet effet deux slogans différents, l’un de nature emphatique introduit par Viva ou Vivano, l’autre constituant un appel au meurtre des traîtres. Les 21 et 22 juillet 1383, à l’occasion des derniers remous du tumulte des Ciompi florentins, un chroniqueur anonyme prête aux ultimes rebelles les cris de Vivano le ventiquattro Arti e muoiano i traditori che non ce lassano vivare et de Vivano le XXIIII Arti et muoiano i traditori che ci fanno morire di fame23. De même, à Bologne, des conjurés tentent de renverser la seigneurie des Bentiviglio en parcourant la grande place au cri de Viva il popolo e muoiano i traditori24. Les autorités communales pressentent à la fois la force fédératrice d’une telle acclamation et le danger d’une certaine indétermination qui rend possible son appropriation par tout groupe de conjurés ou d’opposants politiques : le conseil communal de Prato prescrit en octobre 1300 de dire ou de crier contre quiconque Muoiano i tirrani, muoiano i traditori ou encore Muoiano li assessini25, indice formel que de tels appels ne sont pas seulement des ornements rhétoriques réservés aux pages des chroniqueurs mais résonnent réellement dans les rues médiévales. Seuls, ou presque, les partisans des Médicis peuvent-ils donner la chasse à leurs adversaires dans les rues de Florence en avril 1478 aux cris de Muoino e traditori26 sans autre précision tant il est patent, du fait même de l’échec de la conjuration, que les traîtres ne peuvent être que ceux du parti des Pazzi. Par un retournement spectaculaire, l’exhortation rituelle qui appelle au changement de pouvoir et constitue le slogan unitaire des conjurés est reprise par ceux-là mêmes qu’ils pensaient renverser, scellant ainsi l’échec de leur complot. Cette dépossession du cri, faute d’adhésion populaire, se lit tout autant, si l’on en croit Giovanni Villani, lors de la tentative de reprise du pouvoir à Lucques par les parents de Castruccio Castracano le 27 décembre 1329 : là où les conspirateurs échouent à imposer dans les rues leur propre cri de ralliement qui serait Vivano i duchini ! en référence aux héritiers de Castruccio, le nouveau maître de Lucques, Gherardino Spinoli, s’empare du paysage sonore de la ville en faisant crier à ses partisans Muoiano i traditori e viva messer Gherardino27. Qui maîtrise les clameurs de la ville, domine ses rues.

  • 28 Ibid., vol. 5, p. 120.
  • 29 Ibid., vol. 3, p. 120.

7Pour en revenir à Giovanni Villani, le cri de « Mort aux traîtres » lui paraît si caractéristique de toute révolte urbaine qu’il n’hésite nullement à l’employer à propos de théâtres d’opérations fort éloignés de la Toscane. C’est en effet cette même clameur qu’il place dans la bouche des femmes de Bruges qui, en 1328 peu, après la victoire des troupes de Philippe VI de Valois sur les milices flamandes à Cassel, se rassemblent dans la ville et parcourent la place des Halles de Bruges en agitant des bannières aux armes du comte de Flandres et en criant, dans leur propre langage, Viva il conte, e muoiano i traditori28, alors qu’il est fort improbable que Giovanni Villani ait été précisément informé des exhortations réelles qui retentirent à Bruges à cette occasion. La continuation de sa chronique par Matteo et Filippo Villani reprend un schéma identique à propos du meurtre d’Étienne Marcel en 1357 : le chroniqueur florentin y précise que le peuple parisien, rameuté contre le prévôt des marchands qui refusait de s’accorder avec le dauphin, se serait écrié Viva il Delfino, e muoiano i traditori29. Or, une description quasi identique figure dans la chronique consulaire de Montpellier connue sous le nom de Petit Thalamus et dont le rédacteur paraît être le notaire du consulat.

  • 30 Arch. mun. de Montpellier, AA 9, fol. CV-CV v°. Un vaste programme de recherches visant à élaborer (...)

«E Dieus volc que aquesta tracion fonc trobada, car i jorn lo prebost dels merchans fes levar las claus dels portals de la viela de Paris ad aquels que las gardavon e las baylet ad autres cossentens de la tracion e de sa partida, tro que fonc ad i dels dichs portals e anet tolre las claus d’aquel portal et aquel que las gardava non las volc baylar e fonc revelada la tracion dicha. Et adoncs fo mes lo dich prebost per pessas e v ho vi autres trahidors amb el. E lo pobol, vezen que era aissi trahit e deceuput per lo dich prebost e per los autres, armet se cridant “Viva lo rey el duc e mueyron los trahidors30!”»

  • 31 Ces récits ont été publiés par Jacques d’Avout, 31 juillet 1358. Le meurtre d’Étienne Marcel, Pari (...)
  • 32 Jacques d’Avout, Le meurtre…, op. cit., p. 314.
  • 33 Sans doute convient-il en la matière de rester prudent tant une exploration plus détaillée et syst (...)
  • 34 Michel Mollat et Philippe Wolff, Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Par (...)
  • 35 Cité par Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1461-1473), Toulouse, Priva (...)
  • 36 Matthias Wirz, « Muerent les moignes ! » La révolte de Payerne (1420), Lausanne, Cahiers Lausannoi (...)

8La courte notice consacrée à cet épisode insiste à l’envi sur la notion de trahison – le terme de trahison revient par trois fois, les complices du prévôt sont qualifiés de trahidors et le peuple se sent trahi – et se termine par un cri quasi identique à celui imaginé par le chroniqueur florentin, les roi et duc remplaçant ici le dauphin. Il n’est évidemment pas inutile de comparer ces deux récits à ceux des chroniques françaises relatant l’événement31. Si nombre de chroniques qualifient bien de trahison la tentative d’Étienne Marcel de reprendre le contrôle direct des clefs de la capitale et le soupçonnent de vouloir faire entrer dans la ville Charles de Navarre et ses troupes, elles ne reprennent pas pour autant l’exhortation à la mort du traître qui se trouve chez Matteo Villani et dans le Petit Thalamus. Dans la plupart des versions, c’est le seul refus du prévôt des marchands de s’associer au cri initié par Jean Maillart de « Montjoie au roi de France et au duc ! » qui entraînerait sa perte et sa mort. Seul Jean Froissart, dont le penchant pour la dramatisation des récits est bien connu, précise que Jean Maillart aurait crié à l’adresse de ses partisans : « À la mort, à la mort, tout homme de son côté, car ils sont traîtres32 ! » Aucune des chroniques françaises contemporaines du meurtre, pourtant sensibles aux exhortations qui emplissent les rues de Paris, ne vient donc corroborer le signal sonore inclus dans les récits méridionaux, confirmant cette première impression – peut-être un peu fausse33 – qu’un tel appel paraît caractéristique d’une zone en arc-de-cercle allant de la Toscane à la Catalogne. Ce cri se retrouve en effet quasi à l’identique aussi bien à Barcelone au moment où éclatent des pogrom visant les Juifs « considérés comme des semeurs de peste34 » qu’à Lérida le 8 février 1461 lorsque la population s’ameute en hurlant Muyren los traydors qui mal aconselhen lo dit senhor rey afin d’inciter le roi Jean II à libérer son fils Don Carlos35 témoignant, à plus d’un siècle de distance, d’une belle pérennité et d’une transmission orale de tels slogans. Il est cependant attesté jusqu’à Payerne en pays de Vaud, dans les domaines du comte de Savoie, où, en décembre 1420, les habitants s’en prennent aux moines du prieuré clunisien du lieu en criant Muyerent les moignes ! Moyerent les traicteurs36 !

  • 37 Laurent Macé, « La trahison soluble dans le pardon ? Les comtes de Toulouse et la félonie (XIIe-XI (...)
  • 38 Sur ce meurtre, que l’on me permette de renvoyer à mes propres travaux : Vincent Challet, « Y a-t- (...)

9Au-delà de cette brève et très incomplète recension de l’aire de diffusion d’un tel cri, il reste à esquisser une interprétation tant de sa rémanence que de sa signification. La constance d’une dénonciation des traîtres ou des proditores au sein de révoltes à caractère infra-communautaire incite à penser qu’il existe un lien entre cette clameur publique et une exigence de justice au sein de communautés parfois menacées jusque dans leur existence collective. Un tel cri retentit en effet dans le cadre de contestations qui visent les gouvernements urbains et leurs orientations politiques, notamment dans les domaines de la fiscalité et, pour le domaine languedocien, des relations entretenues avec les troupes de routiers au cours de la guerre de Cent Ans. Cependant, cette référence populaire à la notion de traître rejoint, d’une certaine manière, la législation romaine concernant la proditio à laquelle les allusions ne manquent pas en Languedoc dès le XIIe siècle dans le cadre de la répression seigneuriale des premiers mouvements d’émancipation consulaire. Plus en effet que la notion de félonie qui s’attache au comportement des vassaux, c’est bien le qualificatif de proditores qui est utilisé par les pouvoir comtaux et vicomtaux à l’encontre de ceux qui s’engagent dans une sédition urbaine37. L’usage du qualificatif de proditor est quasi consubstantiel à l’émergence des consulats, dont beaucoup sont apparus à la suite d’une conjuratio fomentée par des bourgeois à l’encontre de leur propre seigneur. Nous sommes relativement bien renseignés sur celle qui conduisit, en octobre 1167, au meurtre du vicomte Raymond Trencavel en l’église de la Madeleine de Béziers par un certain nombre de cives. Or, les actes ultérieurs délivrés par le pouvoir seigneurial n’hésitent pas à qualifier cet assassinat et la rébellion qui s’ensuivit de proditio Biterris et leurs auteurs de proditores38, de même que ce qualificatif avait été lancé par les papes Innocent II et Célestin II à l’encontre des habitants de Montpellier qui, en 1141, avaient expulsé de leur ville Guilhem VI et mis en place un premier consulat. Si, faute de sources adéquates, il s’avère vain de vouloir retrouver les cris éventuels qui purent accompagner la mise en place des premiers consulats méridionaux – il n’est point de récit comparable à celui de Guibert de Nogent sur l’émergence de la commune de Laon en 1116 où résonne le fameux cri de « Commune ! Commune ! » –, il n’en reste pas moins que ces premières séditions urbaines se nouent autour du concept de la proditio : proditores, les cives de Montpellier et de Béziers le sont certainement au sens féodal du terme en rompant le serment qui les lie à leur seigneur ; proditores, Guilhem VI et Raymond Trencavel le sont aussi aux yeux de cives à l’égard de qui ils n’ont pas assumé les devoirs qui leur incombent. Qu’il soit apparu à ce moment ou qu’il faille remonter bien au-delà, le thème du proditor imprègne toute l’action politique des communautés politiques languedociennes dans les siècles suivants et les sermons de Bernard Délicieux en usent abondamment pour dénoncer ceux qui s’aventurent à prêter main-forte à l’Inquisition.

  • 39 Louis-Jean Thomas, « La sédition… », op. cit.
  • 40 Le dépècement des corps constitue en effet la marque la plus aboutie du châtiment des traîtres ; v (...)
  • 41 C’est Jean de Venette qui rapporte que les cadavres furent portés devant l’église du Val-des-Écoli (...)
  • 42 Ce détail figure dans les lettres d’abolition délivrées par le duc d’Anjou aux Montpelliérains ; A (...)
  • 43 Exemple cité par Renaud Villard, Du Bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats politiqu (...)
  • 44 Ibid., p. 452-487. L’auteur s’appuie sur de très nombreux exemples de mutilation des cadavres rele (...)
  • 45 Voir à ce sujet les remarques pertinentes de Bruno Lemesle qui s’élève contre « l’idée d’une conce (...)

10Quoiqu’il en soit et par-delà les éventuelles différences de temps et de lieux, l’appel au meurtre des traîtres semble avoir conservé des caractères communs, notamment la formation de la conjuratio qui précède le meurtre, la violence des coups perpétrés, la déshumanisation de la ou des victimes et l’appropriation de leurs biens au profit de la communauté par le biais du pillage des demeures des défunts. À connotation essentiellement politique – que cette nature politique puisse nous apparaître de composante plutôt religieuse ou plutôt sociale –, le Mueyron, mueyron los traidors ne résonne jamais impunément dans les villes du Languedoc médiéval mais obéit par ailleurs à un certain nombre de critères prédéterminés, tels que l’existence d’une conjuration qui fait de cet appel un cri de ralliement, l’impopularité des gouvernants et une situation de crise dont le déni de justice apparaît comme l’un des éléments moteurs. Mais il fonctionne surtout comme une véritable sentence judiciaire prononcée par le peuple – un peuple certes en partie fictif et partiellement instrumentalisé dans le cadre de certaines conspirations – qui trouverait là un moyen d’éliminer des adversaires politiques considérés comme inatteignables par les voies de la justice ordinaire. Or, utilisée à bon escient et proclamée publiquement au moment opportun, une telle sentence s’avère être d’une efficacité redoutable et est appliquée sans miséricorde aucune et, pourrait-on dire en détournant les formules usitées par le roi dans les lettres de rémission qu’il délivre, en toute rigueur de justice. La pitié n’a aucune place dans ce type d’événements une fois que le cri fatal a été prononcé : à Béziers en 1381 à Bernard Guitard, véritable bête noire de la conspiration, qui implore Senhors, aias nos merce, Bernard Pourquier réplique A quo per Dieu non aurem, quant morres ades tots39. Les gestes accomplis à la suite d’un tel cri s’apparentent à un véritable décalque des procédures réelles de justice visant les traîtres. Les corps suppliciés, démembrés, dénudés et déshumanisés des victimes de cette sentence populaire ne sont à tout prendre que la réplique de ceux des traîtres si malmenés par la justice souveraine40 : les corps d’Étienne Marcel et de ses deux compagnons sont ainsi laissés nus dans la rue à la vue de tous les Parisiens41, ceux des officiers royaux tués à Montpellier en 1379 – même si le cri rituel de « Mort aux traîtres » n’est formellement attesté par aucune source – sont traînés dans les rues, rituellement dévorés puis jetés dans des puits afin de les priver de toute sépulture chrétienne42 tandis qu’un prêtre de la suite de l’archevêque de Pise, Francesco Salviati, est décapité avant que son cadavre ne soit dépecé et traîné dans les rues de Florence en 147843. Comme le souligne avec force Renaud Villard à propos de l’Italie – mais l’analyse convient tout aussi bien au contexte languedocien – la multiplicité des coups portés qui ne dénote pas seulement un acharnement mais aussi une responsabilité collective dans le meurtre – l’exemple le plus marquant n’est-il pas l’assassinat de César ? – et les mutilations réalisées post-mortem signalent clairement un crime politique commis par une communauté revendiquant son unanimité44. De même, le pillage des demeures des victimes qui suit toujours la mise à mort mais ne la précède jamais – ainsi en est-il à Béziers en 1381 où les révoltés poussent le souci du détail jusqu’à exécuter le beau-frère de l’une de leurs cibles qui a réussi à leur échapper afin de pouvoir procéder au pillage – n’est-il jamais que la stricte mise en œuvre de la procédure de confiscation des biens qui s’applique d’ordinaire aux traîtres. Il est en outre frappant de constater que si le terme de traître abonde tant dans les chroniques que dans les cris populaires, il demeure très largement absent en tant que qualification juridique : à l’accusation de félonie qui s’imposait dans un système féodal a succédé celle de rebelle et désobéissant qui caractérise la construction de la majesté royale à la fin du Moyen Âge et son pendant, celui de la lèse-majesté, sans pour autant qu’il faille nécessairement y voir un renforcement de la notion45. Mais la dénonciation des traîtres ne prend sens que par rapport à une communauté qui entend châtier ceux des siens qui enfreignent ses propres valeurs : la traîtrise constituerait alors l’équivalent communautaire et populaire mais tout aussi contraignante de la désobéissance en tant que qualification royale. Si elle n’est pas aussi juridiquement fondée – encore que la figure du rebelle, à l’instar de celle du traître, s’avère toujours construite et instrumentalisée –, elle n’en est pas moins tout aussi redoutable et contribue grandement à raffermir l’unité de communautés menacées de division.

*

11Au final, si l’enquête demeure sans doute à poursuivre, notamment en ce qui concerne l’aire géographique de diffusion – s’agit-il d’une particularité méridionale ou au contraire d’un phénomène commun à l’Occident médiéval ? – et la séquence temporelle – est-il possible de remonter au-delà du XIIIe siècle et le phénomène survit-il au cours du XVIe siècle ? –, si certaines choses restent encore à préciser – les sources nous laissent souvent dans l’ignorance de l’origine du cri et ne nous montrent que ce cri en action poussé par une foule indistincte de populares –, si, enfin, il resterait à s’attarder sur l’échec toujours possible d’une telle procédure – il est des cas où l’appel ainsi lancé ne se traduit par des meurtres réels – il n’en demeure pas moins que le mueyron, mueyron los traidours correspond à une forme de clameur publique en dépit d’une absence totale de reconnaissance par un droit formel. En effet, son déclenchement invite la population à se saisir du ou des traîtres ainsi dénoncés en place publique et à s’en emparer, non pour les remettre à un juge – signe de la défiance persistante des populaires vis-à-vis de toute forme de justice institutionnalisée – mais bien pour « faire justice ». Et, si un tel cri n’est pas absolument contraignant du point de vue du droit, il l’est cependant du point de vue des normes sociales qui font obligation aux témoins de s’y associer, sous peine de passer à leur tour pour traîtres. En ce sens, le cri vaut flagrance puisqu’il permet de révéler ce qui devait demeurer occulte, à savoir la traîtrise. Le traître devient traître dès lors qu’il est atteint par le cri et, devant une telle évidence, il n’est nul besoin de juge pour exécuter la sentence : le meurtre et le dépècement des cadavres qui s’ensuit ne sont que la reprise d’un rituel judiciaire largement attesté dans les villes médiévales. Les autorités publiques ne cessent de se méfier d’un tel cri qui, à leurs yeux, s’apparente à une claire manifestation de désordre doublée d’une usurpation de la fonction judiciaire qui vire parfois à la manipulation pure et simple. Mais les prohibitions en la matière se révèlent d’une efficacité très limitée puisque l’on se situe ici dans un espace qui demeure en marge de ce droit que les autorités contribuent à construire et qui vise à amoindrir les compétences communautaires en matière de saisie des criminels. Il n’empêche : jusqu’à la fin du XVe siècle pour le moins, un tel appel au meurtre des traîtres demeure entendu et perçu comme une véritable sentence judiciaire, tant par les populations languedociennes, catalanes et toscanes que par les chroniqueurs qui se font l’écho de cette prise de pouvoir déclamatoire de l’espace public.

Notas

1 Alain Corbin, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1994.

2 Didier Lett et Nicolas Offenstadt, « Les pratiques du cri au Moyen Âge » dans id., Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 5-41.

3 Sophia Menache, « Orality in Medieval Chronicles: Between Text and Context », The Medieval Chronicle VI, Amsterdam-New York, Rodopi, 2009, p. 1-30, p. 16 pour la citation.

4 Jean Combes, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du XIVe siècle », Vivarais et Languedoc, actes du XLIIIIe congrès des Fédérations historiques du Languedoc méditerranéen, Privas, 1972, p. 99-120 et Jan Rogozinski, Power, Caste and Law : social conflict in fourteenth-century Montpellier, Cambridge, 1982.

5 Pierre Prétou, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010.

6 Valérie Toureille, « Cri de peur et cri de haine : haro sur le voleur. Cri et crime en France à la fin du Moyen Âge », dans Didier Lett et Nicolas Offenstadt, Haro ! Noël ! Oyé !…, op. cit., p. 169-178, p. 176 pour la citation.

7 Sur l’utilisation de ce cri, voir Vincent Challet, « Un village sans histoire ? La communauté de Villeveyrac en Languedoc », dans Vincent Challet, Jan Dumolyn et Rafaël Oliva Herrer, The Voices of the People in Medieval Political Communication, à paraître chez Brepols (Studies in European Urban History).

8 J’avais tenté une première approche de ce cri mais sur des bases très différentes dans Vincent Challet, « “Moyran, los traidors, moyran” : cris de haine et sentiment d’abandon dans les villes languedociennes à la fin du XIVe siècle », dans Elodie Lecuppre-Desjardin et Anne-Laure Van Bruaene (éd.), Emotions in the Heart of the City (14th-16th Century), Turnhout, Brepols (Studies in European Urban History 5), 2005, p. 83-92.

9 Guillaume Pelhisson, Chronique (1229-1244), Jean Duvernoy éd., Paris, CNRS, 1994, p. 120-121. Le récit de cette émeute n’a pas été rédigé par Guillaume Pelhisson mais paraît avoir été composé par Isarn, curé de Déat, lui-même.

10 Alan Friedlander (éd.), Processus Bernardi Delitiosi, Philadelphie, American Philosophical Society, 1996, p. 246, 251 et 256. Sur Bernard Délicieux voir du même, The Hammer of the Inquisitors. Brother Bernard Délicieux and the Struggle Against Inquisition in Fourteenth Century France, Leyde, 2000.

11 Bernard Gui, De fundatione et prioribus conventuum provinciarum tolosanae et provinciae ordinis praedicatorum, Paul Amargier (éd.), Monumenta ordinis fratrum praedicatorum historica, vol. XXIV, Rome, 1961, p. 201-202.

12 Sur la notion de trahison, voir en dernière analyse Maïté Billoré, « Introduction », dans Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge. De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, PUR, 2009, p. 15-34.

13 Alphonse Blanc, Le livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du XIVe siècle, Paris, 1899, vol. 1, p. 323.

14 Ce cri figure dans les lettres en occitan délivrées par Jean, comte d’Armagnac, aux habitants de Toulouse le 9 mai 1357 (Arch. Mun. de Viviers, AA 6, no 21 ; publiées par Jean Regné, « La levée du capage et l’émeute toulousaine du 9 mai 1357 », Annales du Midi, t. XXX, 1917-1918, p. 421-428). En revanche, il est absent des lettres en latin délivrées par le même comte d’Armagnac le 13 juin 1357 et enjoignant à ses officiers de poursuivre les coupables ; publiées dans Claude de Vic et Joseph Vaissette, Histoire Générale du Languedoc, Paris, Jean Vincent, 1730-1745, rééd. Toulouse, Privat, 2004, t. X, preuves, col. 1129-1131 (désormais HGL). On possède aussi sur cette affaire des lettres de rémission délivrées par Jean, comte de Poitiers, en mars 1358 (Arch. Mun. de Toulouse, AA 45, no 49).

15 L’expression figure dans les lettres de rémission délivrées par le duc Louis d’Anjou, lieutenant du roi en Languedoc, en faveur de Déodat Guilhem, seigneur de Clermont, qui avait orchestré la répression ; arch. nat. de France, JJ 117, no 37, fol. 28-29 ; publiée dans HGL, t. X, preuves, col. 1632-1639.

16 Il en est ainsi lors de la prise de Pont-Saint-Esprit en décembre 1361 qui ne s’explique que par une exceptionnelle concentration de routiers dans la basse vallée du Rhône, connue sous le nom de « Grande Compagnie » ; voir Kenneth Fowler, Medieval Mercenaries. vol. 1 : The Great Companies, Oxford, Blackwell, 2001, p. 28-33.

17 Louis-Jean Thomas, « La sédition du 8 septembre 1381 à Béziers et la légende de Bernard Pourquier », Bulletin de la Société Archéologique de Béziers, 3e série, t. XVI (1930), p. 5-40.

18 Ainsi, à Toulouse, en 1357, les émeutiers s’exclament a mort, a mort, moyran los traidors, moran et ganre d’autres criz ; Jean Regné, « La levée du capage… », op. cit., p. 425.

19 La Cronica di Dino Compagni delle cose occorenti ne’tempi suoi, Isidora del Lungo (éd.), Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, Rerum Italicarum Scriptores, 1913, livre 2, chap. XXIII.

20 Cronica di Giovanni Villani a miglior lezione ridotta, Francesco Gherardi Dragomanni éd., Firenze, 1845, vol. 2, p. 80.

21 Ibid., vol. 2, p. 279.

22 Ibid., vol. 4, p. 41.

23 Diario d’Anonimo, cité par Niccolo Rodolico, I Ciompi. Una pagina di storia del proletario operaio, Florence, Sansoni, 1945, p. 233.

24 Alberto Sorbelli, I Bentivoglio, signori di Bologna, Bologna, Capelli, 1969, p. 14.

25 Cité par Fernand Braudel et Elena Fasano Guarini, Prato, storia di una città, vol. 1, Prato, 1986, p. 289, n. 725.

26 Diario fiorentino dal 1450 al 1516 di Luca Landucci, continuato da un anonimo fino al 1542, G. C. Sansoni (éd.), Florence, 1883, p. 19.

27 Cronica di Giovanni Villani…, vol. 3, p. 136-137.

28 Ibid., vol. 5, p. 120.

29 Ibid., vol. 3, p. 120.

30 Arch. mun. de Montpellier, AA 9, fol. CV-CV v°. Un vaste programme de recherches visant à élaborer une édition scientifique de ce texte et à préciser ses liens avec l’identité urbaine montpelliéraine est actuellement en cours sous ma propre direction (programme ANR 2010 JCJC 2003 01) à l’université Paul-Valéry Montpellier-3. Voir la présentation de ce projet dans Vincent Challet, « Le Petit Thalamus : un monument-document de l’histoire montpelliéraine », Bulletin Historique de la Ville de Montpellier, no 34, décembre 2009, p. 24-37.

31 Ces récits ont été publiés par Jacques d’Avout, 31 juillet 1358. Le meurtre d’Étienne Marcel, Paris, Gallimard (coll. « Trente Journées qui ont fait la France »), 1960, p. 311-318. Il s’agit d’extraits de la Chronique de Jean II et de Charles V de Pierre d’Orgemont, de la Chronique des quatre premiers Valois, de la Chronique normande et des chroniques de Jean le Bel, de Jean Froissart et de Jean de Venette.

32 Jacques d’Avout, Le meurtre…, op. cit., p. 314.

33 Sans doute convient-il en la matière de rester prudent tant une exploration plus détaillée et systématique des sources disponibles resterait à faire. Elle pourrait tout aussi bien révéler en définitive qu’un tel cri est commun à l’ensemble de l’Occident médiéval.

34 Michel Mollat et Philippe Wolff, Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1993, p. 111.

35 Cité par Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la révolution catalane (1461-1473), Toulouse, Privat, 1903, p. 45.

36 Matthias Wirz, « Muerent les moignes ! » La révolte de Payerne (1420), Lausanne, Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale no 19, 1997. Ce cri est rapporté par deux témoins oculaires et auditifs des événements : Jean Botoulier, de Lausanne (p. 291) et Pierre Francelet, dit Canevet, de Bassins (p. 304).

37 Laurent Macé, « La trahison soluble dans le pardon ? Les comtes de Toulouse et la félonie (XIIe-XIIIe siècles) » dans Maïté Billoré et Myriam Soria, La trahison au Moyen Âge…, op. cit., p. 369-383.

38 Sur ce meurtre, que l’on me permette de renvoyer à mes propres travaux : Vincent Challet, « Y a-t-il des consuls à Béziers avant 1247 ? Réflexions sur l’histoire du consulat biterrois à la veille de la croisade », dans Monique Bourin (dir.), En Languedoc au XIIIe siècle. Le temps du sac de Béziers, Perpignan, PU de Perpignan, 2010, p. 203-226.

39 Louis-Jean Thomas, « La sédition… », op. cit.

40 Le dépècement des corps constitue en effet la marque la plus aboutie du châtiment des traîtres ; voir Nicole Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998, p. 156-160.

41 C’est Jean de Venette qui rapporte que les cadavres furent portés devant l’église du Val-des-Écoliers où ils restèrent dénudés sans que l’on puisse les inhumer ; cité par Jacques d’Avout, Le meurtre…, op. cit., p. 316.

42 Ce détail figure dans les lettres d’abolition délivrées par le duc d’Anjou aux Montpelliérains ; ANF, JJ 119, no 185, fol. 121-123 v° ; publiées par Alexandre Germain, Histoire de la commune de Montpellier, Montpellier, 1851, t. II, p. 388-401.

43 Exemple cité par Renaud Villard, Du Bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats politiques et souveraineté en Italie, Rome, EFR (BEFAR 338), 2008, p. 500.

44 Ibid., p. 452-487. L’auteur s’appuie sur de très nombreux exemples de mutilation des cadavres relevés dans l’espace italien.

45 Voir à ce sujet les remarques pertinentes de Bruno Lemesle qui s’élève contre « l’idée d’une conception faible de la trahison » avant le milieu du XIIe siècle ; Bruno Lemesle, « trahisons et idées de trahison sous les princes angevins et normands (1050-1150) » dans Maïté Billoré et Myriam Soria, La trahison au Moyen Âge…, op. cit., p. 229-238.

Autor

Maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paul-Valéry Montpellier-3, travaille actuellement sur la conscience politique des communautés médiévales languedociennes après une thèse consacrée à la révolte des Tuchins. Il a codirigé les ouvrages collectifs « The Voices of the People in Medieval Political Communication » (Brepols, 2013, à paraître) et « La comunidad medieval como esfera publica » (PU de Séville, 2013, à paraître). Il est également le coordinateur scientifique du programme ANR « Thalamus » actuellement en cours et consacré à l’édition électronique des textes juridiques et de la chronique urbaine de Montpellier.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540