Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Deuxième partie. Les clameurs judiciaires

Retrouver les origines du lynchage : violence, peuple et justice dans la jeune République américaine

Tangi Villerbu

Texto completo

1Depuis les années 1980, en deux vagues, il s’est développé aux États-Unis un champ suffisamment développé et structuré pour que l’on puisse sans doute le qualifier de « lynching studies ». L’efflorescence est frappante et d’une grande richesse. Elle part du postulat qu’il faut revenir sur cette forme spécifique de violence qui gît au cœur de la construction du corps social, et donc de la nation américaine. Le lynchage est alors posé comme geste exemplaire de ce que sont ou que furent les États-Unis.

  • 1 Un diagnostic établi également par Michael J. Pfeifer, « Introduction », dans Michael J. Pfeifer, (...)
  • 2 Dennis B. Downey et Raymond M. Hyser, No crooked death. Coatesville, Pennsylvania, and the lynchin (...)
  • 3 Un pionnier : David A. Johnson, « vigilance and the law : The moral authority of the popular justi (...)
  • 4 Michael Pfeifer, Rough justice: Lynching and American society, 1874-1947, Urbana, University of Il (...)
  • 5 Christopher Waldrep, The many faces of Judge Lynch: Extralegal Violence and Punishment in America, (...)
  • 6 Manfred Berg, Popular Justice: A history of lunching in America, Chicago, Ivan R. Dee, 2011.

2Pour autant les directions prises à l’intérieur de ce champ historiographique sont bien circonscrites. Les historiens du lynchage centrent en effet leurs efforts sur la période de la ségrégation entre les années 1890 et les années 1960, et de fait sur le lynchage exercé par les Blancs contre les Africains-Américains, essentiellement, mais pas seulement, dans les États du Sud1. Études de cas et synthèses peuvent diverger sur l’interprétation des faits, mettant en balance souvent le poids de l’économie – la structure du système sudiste et son évolution conjoncturelle – et de la culture – sans toujours bien tracer les origines de la racialisation de la société et de la mise en spectacle du lynchage – mais toutes s’accordent sur la temporalité et la spatialisation du phénomène2. Dans ce contexte, il y a souvent déconnexion avec les études portant sur le lynchage dans l’Ouest, qui montrent pourtant que là où les communautés noires sont réduites, ce sont d’autres minorités qui sont victimes de la pratique, et au premier chef les Hispaniques3. Mais la focale demeure toujours resserrée sur la question raciale, centrale dans l’histoire américaine mais souvent perspective unique au détriment d’autres qu’il faudrait entrelacer. Cet élargissement permettrait de faire varier la chronologie. Michael Pfeiffer s’est essayé récemment à faire remonter en amont l’analyse du lynchage et d’en déterminer les origines avant la Guerre de Sécession et parfois loin du Sud en arguant simplement qu’aux États-Unis la transition vers le capitalisme ne s’est pas accompagné d’un renforcement de l’État justicier4, Christopher Waldrep avait signalé l’importance des années 1830-18505, mais c’est peut-être de manière symptomatique l’historien allemand Manfred Berg qui va le plus loin en remontant à la période coloniale et révolutionnaire et en situant le problème à l’intersection des logiques raciales, de celle de la Frontière perçue comme espace de précarité juridique et d’une idéologie démocratique, populaire et antiautoritaire développée par la population américaine6. C’est dans cette direction que je compte aller ici, développant un récit en trois tableaux afin de percevoir les racines d’une pratique particulière et d’en démonter les ressorts de manière non téléologique, en faisant en sorte d’oublier Jim Crow.

3Dans les années 1750-1790 d’abord, la naissance longue de l’État-nation américain est le fruit d’un contexte de grande violence populaire, née à la fois sur la frontière indienne – et dirigée contre les Indiens – et dans la lutte contre les Britanniques qui légitime le recours à la force dans le champ politique lorsque les lendemains de la Révolution s’avèrent amers aux mains des nouvelles élites ; ce sont aussi les années durant lesquelles le Kentucky, premier Ouest paradigmatique de l’État-nation américain, connaît la pratique du hue and cry, dispositif juridique inscrivant dans le droit la clameur publique.

4Dans les années 1830 ensuite, la « démocratie » jacksonienne, profondément exclusiviste, développe la technique spécifique du lynchage, donc d’une justice populaire, illégale mais controversée plus que combattue franchement par l’État de droit, s’accompagnant de formes orales de participation de la foule ; la Californie des années 1850 enfin voit une explosion du lynchage organisé souvent par des comités de vigilance, dans un nouveau contexte, celui des mines et d’une Amérique profondément hispanique. L’insistance sur l’oralité, sur la notion de « clameur publique », va à l’encontre de l’historiographique actuelle, qui insiste sans cesse sur la notion d’image, de spectacle visuel, en s’appuyant sur les très nombreuses photographies de lynchage. Ici la Lynch Law sera sonore autant qu’elle fut visuelle, et elle retrouvera son épaisseur historique en l’inscrivant davantage encore qu’elle ne l’est aujourd’hui dans le continuum historique américain.

Une matrice fondatrice ? Les années 1750-1790

5Le récit des années de naissance des États-Unis est en cours de bouleversement. Bien sûr il sera toujours possible de dresser le tableau idyllique de ces hommes qui se sont soulevés pour fonder une nation démocratique outre-Atlantique, mais la révision actuelle, même si elle n’atteint pas toutes les composantes sociales ou politiques de la population américaine, n’en est pas moins frappante. D’abord parce qu’elle élargit le spectre chronologique et ensuite parce qu’elle le fait pour modifier le sens de l’expérience américaine. Ce n’est plus une courte séquence révolution-guerre d’indépendance qui est mise en avant mais une longue séquence qui court des débuts de la Guerre de Sept Ans à, en gros, 1800. En amont, une histoire de violences marque les États-Unis d’un nouveau sceau sanglant, en aval, les élites reviennent sur la radicalité révolutionnaire et mettent en place un ordre social qui n’est pas moins violent que ne l’était la période précédente.

  • 7 Kevin Kenny, Peaceable kingdom lost : The Paxton Boys and the destruction of William Penn’s holy e (...)
  • 8 Jane T. Merritt, At the crossroads: Indians and empires on a Mid-Atlantic frontier, 1700-1763, Cha (...)

6Il est en effet devenu presqu’impensable dans les années 1750 de penser l’Indien comme un simple voisin, et se met en place alors ce que Kevin Kenny appelle l’« extermination patriotique7 », c’est-à-dire la construction d’un sentiment national américain par la destruction des communautés indiennes. Sur la « Frontière », les marges de la colonisation de peuplement, un mélange de soif de terre, de racisme, et d’angoisse alimentée par un contexte de guerrier de longue durée génère une normalisation de la violence anti-indienne qu’il faut inscrire dans les pratiques politiques des États-Unis en train de se faire8. Et ce sont en général les Indiens les moins agressifs, ceux qui ont composé avec la colonisation, qui ont pu se convertir au christianisme parfois, qui en sont les premières victimes, car ce sont eux qui manifestent paradoxalement de la manière la plus immédiatement visible la présence de l’Autre, c’est sur eux, puisqu’ils sont là, que se cristallisent les haines et les peurs. Les Paxton Boys s’attaquent ainsi aux Conestogas en 1763, et surtout la milice commet en mars 1782 le massacre de Gdanenhutten. C’est en fait une culture politique qui permet ces pratiques, qui passent par une ritualisation verbale. Il est fondamental de constater en effet que les expéditions massacreuses sont en général accompagnées d’un discours politique et menées par des hommes en armes, organisés légalement.

  • 9 Sur le massacre de Gnadenhutten, voir récemment Patrick Silver, Our savage…, op. cit., p. 266-274 (...)
  • 10 Joseph Doddridge, Notes on the settlements and Indian wars of the Western Part of Virginia and Pen (...)
  • 11 Eugene F. Bliss (ed.), Diary of David Zeisberger, A Moravian missionary among the Indians of Ohio,(...)

7Ainsi en mars 1782 c’est James Marshel, commandant la milice du comté de Washington, Pennsylvanie qui lance ses troupes sur la région de Muskingum, là où les Frères Moraves et leurs Indiens convertis s’étaient réfugiés depuis qu’ils avaient été soupçonnés, du fait de leur neutralité, de trahison, c’est-à-dire faire le jeu des Français dans la Guerre de Sept Ans, puis des Britanniques dans la Guerre d’Indépendance9. Ces communautés utopiques mixtes n’avaient plus leur place dans le nouvel ordre inventé dans la Révolution. Envoyer la milice y mener une enquête, c’était déjà les désigner comme coupables. Or les hommes à qui la mission fut confiée, sous les ordres de David Williamson, étaient pénétrés par ce populisme localiste qui voyait en la foule et les institutions qui la médiatisaient – milice et jury populaire – la base d’un système politique qui niait l’idée d’une élite dirigeante, même élue. À Gnadenhutten les miliciens vont chercher les Indiens, après quoi il leur faut décider de leur sort. Williamson, à la tête de la troupe, n’est pas dans une situation de décision. Il faut voter, sur une question simple : la centaine d’Indiens doit-elle être emmenée comme prisonniers de guerre à Pittsburg, ou faut-il exécuter tout le monde sur place. Les sources ne permettent pas de reconstituer les débats qui ont animé les miliciens, mais la clameur de mort l’a emporté. Les partisans de la mort devaient rester en ligne, les autres reculer d’un pas et ces derniers furent très minoritaires10. Mais sans doute le furent-ils parce que précisément la société démocratique telle qu’elle se mettait en place à l’échelle locale et hors du cadre étatique supportait mal la division et ne comprenait que l’unité du peuple, en l’occurrence dans une vengeance collective contre des innocents. Et 96 Indiens furent donc tués en même temps qu’ils chantaient des hymnes chrétiens11.

  • 12 Helen Mclure veut de même intégrer les très nombreux meurtres d’Indiens qui émaillent l’histoire a (...)
  • 13 Terry Bouton, Taming Democracy : « The people », the Founders, and the troubled Ending of the Amer (...)
  • 14 Ibid. et Thomas P. Slaughter, The Whiskey rebellion: Frontier Epilogue to the American Revolution, (...)

8Il faut lier cette violence dirigée contre les Indiens aux autres formes de violence plus endogènes12. Dans le même comté de Washington d’où étaient partis les miliciens en 1782, une foule se livre en avril 1786 à une forme de charivari contre un collecteur d’impôt, pratique courante durant ces années-là en Pennsylvanie. Graham fut arrêté sur une route de campagne par un groupe de fermiers qui brisèrent ses pistolets, déchirèrent ses papiers, lui rasèrent la moitié de la tête, lacérèrent ses vêtements et le promenèrent de township en township en faisant halte aux auberges, multipliant les marques d’ignominie et, la foule grossissant, les quolibets13. Ces formes de violence, marquées par des formes de clameur publique que les sources, une fois de plus, passent souvent sous silence, sont là encore des formes d’action politique. Aux lendemains de conflits indiens, de la Guerre d’Indépendance, pour beaucoup de Pennsylvaniens – et d’autres sans doute – la violence n’entre pas en contradiction avec la démocratie, au contraire, elle est l’expression de la volonté populaire lorsque celle-ci rencontre des obstacles, en l’occurrence, dans les années 1780, et 1790, la remise en cause des mesures radicales des premiers moments de la Révolution. Les rébellions de Shay, du Whiskey, de Fry doivent être lues dans ce contexte. Il s’agit avant tout de clamer que la Révolution n’est pas achevée ou qu’elle est menacée, et de prendre les armes s’il le faut, jusqu’à l’échec dans tous les cas14.

  • 15 Stephen Aron, How the West was lost : The transformation of Kentucky from Daniel Boone to Henry Cl (...)

9Plus à l’ouest encore que la Pennsylvanie, un État naît dans ces années révolutionnaires et postrévolutionnaires. Le Kentucky a longtemps fait figure de paradigme dans l’histoire américaine : État de Daniel Boone, il symbolisait le pionnier triomphant. Après une éclipse, il ressurgit comme modèle, mais d’un autre type puisqu’il est aujourd’hui érigé en parangon de la violence qui gît au cœur de l’Amérique. Né dans la tourmente révolutionnaire, donc la violence antibritannique et surtout anti-indienne, il connaissait aussi une violence certaine des rapports sociaux à l’intérieur d’une société de colons qui était pétrie de tensions, notamment autour de la possession du sol. Lentement y émergea, hors des Appalaches proprement dites, une nouvelle société une fois exclus du jeu politique et économique les perdants de la conquête. Un Kentucky esclavagiste apparut alors, tout autant violent, qui mêlait une attaque permanente contre sa population noire et une idéologie de l’honneur qui générait crimes et vengeances15.

  • 16 Miriam Müller, « Social control and the hue and cry in two fourteenth-century villages », Journal (...)
  • 17 Pierre Prétou, « Clameur contre fureur : cris et tyrannie à la fin du Moyen Âge », dans François F (...)
  • 18 William W. Hening, The New Virginia Justice comprising the office and authority of the justice of (...)
  • 19 Kentucky Gazette, 19 avril 1794, p. 1 ; 20 décembre 1794, p. 1.
  • 20 Ibid. sur les mêmes pages les deux types d’annonce se côtoient.

10C’est dans ce contexte qu’un élément de coutume anglais est utilisé au Kentucky et permet somme toute d’inscrire juridiquement une forme de clameur publique, et donc de justice populaire. Le hue and cry – puisque c’est de lui qu’il s’agit – a passé l’océan avec les colons, avec le droit britannique, notamment en Virginie. Le Kentucky, qui est en grande partie une émanation de la Virginie, en fait usage dans les années 1790, sous deux formes. La première, attendue, correspond à la clameur décrite pour le Moyen Âge en Angleterre par Miriam Muller16, ou en Gascogne, sous le vocable de biafore, par Pierre Prétou17. Il s’agit pour une victime d’en appeler, au sens oral du terme, à la foule et aux autorités policières et judiciaires afin que le coupable d’une agression ou d’un vol soit poursuivi par la population et les forces de police et livré au juge. La pratique n’est sans doute pas courante, et le hue and cry conseillé parfois, pratiqué devant le juge, s’apparente à un dépôt de plainte18. Mais la pratique demeure ancrée culturellement, elle est une référence, une menace, une rumeur prégnante. Elle est paradoxale en ce sens qu’elle joint deux logiques, appel à la foule et appel à l’État, pour régler un conflit localisé. Le paradoxe se lit également dans la deuxième forme de hue and cry, moins connue. La procédure est alors la suivante : un sheriff constate une évasion et la signale sous serment au juge de paix, qui proclame alors, par voix de presse que tous les sheriffs du Kentucky doivent utiliser le hue and cry afin de rattraper l’évadé19. Ce qui suppose, sans doute, que les sheriffs doivent donc à ce moment faire appel au peuple : la procédure, qui d’orale était médiatisée par l’écrit, redevient clameur, mais cette fois-ci descendante, de l’autorité judiciaire au peuple, et non plus ascendante. D’autres évadés tombent sous la coupe d’une procédure qui se passe du hue and cry : les esclaves noirs, aux trousses desquels la foule est également appelée, mais contre récompense financière20.

  • 21 William G. Simms, Beauchampe, or the Kentucky Tragedy, 1856. Sur l’affaire, Matthew G. Schoenbachl (...)
  • 22 James A. Ramage et Andrea S. Watkins, Kentucky Rising…, op. cit., p. 316.

11La présence de ces formes de clameur publique adossées à la loi s’ajoute à celles qui ne le sont pas, mais qui sont issues d’une légitimité populaire, pour faire du Kentucky, comme de l’arrière-pays pennsylvanien, un lieu de naissance de formes de constructions de communautés au sein desquelles le contrôle social et le projet politique sont garantis par la foule pensée comme peuple souverain. Peuvent dès lors être exclus du corps sociopolitique les Indiens, les collecteurs d’impôt, les esclaves ou tous ceux que l’on juge criminels. Longtemps au XIXe siècle le hue and cry sera pratiqué ou fantasmé dans le Kentucky, comme lors de l’affaire Beauchamp en 182521 ou pendant la Guerre de Sécession22. Mais il sera recouvert par d’autres pratiques, nées d’évolutions majeures de l’histoire américaine.

Le moment jacksonien

  • 23 Par exemple Sean Wilentz, Rise of American democracy : Jefferson to Lincoln, New York, Norton, 200 (...)
  • 24 Daniel W. Howe, What hath God Wrought: The Transformation of America, 1815-1848, New York, Oxford (...)

12Les années 1830 sont tumultueuses aux États-Unis, où se posent des questions que l’on retrouve en Europe comme au Canada autour des concepts de démocratie et de nation : comment définir le corps social et politique, comment assurer la souveraineté populaire ? La présidence d’Andrew Jackson, entre 1828 et 1836, est le moment où se cristallisent les tensions inhérentes à un changement de modèle. Les historiens s’accordent tous pour lire une rupture dans ces huit années : un président issu de l’Ouest, général victorieux, prend le pouvoir à bras-le-corps et impose un nouveau style au pays en luttant au nom des intérêts du peuple contre la Banque des États-Unis ou en favorisant l’élimination des barrières censitaires au vote. Son parti, le parti démocrate, manœuvré par Martin Van Buren, fait figure de parti du peuple contre les Whigs d’Henry Clay, partisans d’initiatives étatiques et adossé aux élites du Nord-est. Mais le tableau peut être nuancé à l’infini et les querelles historiographiques abondent entre ceux qui voient dans l’ère jacksonienne la montée de nouvelles couches sociales dynamiques, appuyées sur le marché, et qui demandent une ouverture à tous, enfin, des opportunités promises par la Révolution23, et ceux qui n’oublient pas que Jackson était aussi un planteur du Tennessee, et que sa démocratie était avant tout suprémaciste : certes le temps est à l’agitation abolitionniste, mais elle est condamnée et réprimée et l’esclavage pèse d’un poids énorme sur la vie de l’Union ; et pour faire la place au dynamisme blanc, il faut aussi déporter les tribus indiennes du Sud vers l’Ouest. Quant aux femmes, leur place demeure hors du champ politique24.

  • 25 L’émeute a été étudiée par Leonard L. Richards, « Gentlemen of property and standing » : Anti-abol (...)

13Les temps sont troublés, heurtés, à toutes les échelles : il s’agit pour les Américains, et pour chaque communauté aux États-Unis, de se (re)définir. La violence populaire est alors de mise, une fois de plus, et l’anti-abolitionnisme et le racisme en sont le terreau le plus sûr. Ainsi en juin 1834 à New York des dizaines d’hommes, journaliers et artisans sur le déclin ou jeunes travailleurs dans des situations encore instables s’attaquent à la communauté noire avec une agressivité inouïe, mais condamnée par la presse et la justice : il ne s’agit plus du peuple souverain et légitime dans son action réparatrice, mais d’une foule d’émeutiers25. Pourtant la généralisation de ce type de phénomène à l’échelle nationale signale aussi une attente sociale, une réponse collective à une angoisse. Se dessine une pratique courante. Deux Français en sont témoins à Saint-Louis en 1836. Louis Cortambert et H. Laurent avaient quitté la France en espérant s’installer définitivement dans l’Ouest. Seul le premier a fait souche, mais les deux ont publié en 1838 le récit de leur quête commune, avant leur séparation :

  • 26 Louis Cortambert, Voyage au pays des Osages. Un tour en Sicile, Paris, Arthus-Bertrand, 1838, p. 5 (...)

« Vicksburg est devenue célèbre depuis l’année passée, par les exécutions sanglantes dont il a été le théâtre en vertu de la loi de Lynch. Vous ne savez sans doute pas ce qu’est la loi de Lynch. La loi de Lynch, c’est la loi du plus fort ; en quoi, elle ne diffère pas des autres lois humaines. Ce qui la distingue, c’est qu’au lieu d’avoir été rendue par une autorité législative ou soi-disant telle, elle a été mise en vigueur par un simple particulier, Lynch, un des premiers planteurs de la côte orientale. Faire à quelqu’un l’application de la loi de Lynch, c’est purement et simplement le pendre. L’an passé, donc, à Vicksburg, on lynchisa (passez-moi l’expression) plusieurs joueurs de profession, qui étaient aussi accusés d’abolitionnisme. L’abolitionnisme est le crime de ceux qui veulent abolir l’esclavage. Pendant que j’étais à Saint-Louis, les citoyens de cette ville se donnèrent le plaisir de lynchiser un mulâtre qui avait tué un blanc ; il est vrai qu’on ne le pendit pas ; on le brûla vif. C’est généralement aux ilotes de sans africain et à leurs partisans que se fait l’application de la loi de Lynch26. »

  • 27 H. Laurent, « voyage aux États-Unis », Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques(...)

« Il existe des têtes volcanisées, des cœurs africains qui bouillonnent et s’exaltent sous l’oppression, et qui pensent faire une belle action en sacrifiant un blanc aux mânes de leurs frères. Un soir, assis à la porte de l’hôtel, nous vîmes passer le shériff porté par plusieurs hommes : un mulâtre libre l’avait assassiné. Deux heures après nous apprîmes que la foule se faisant justice elle-même, comme l’an passé à Vikesburg, avait arraché le criminel de sa prison, l’enchainait à un arbre, et le brûlait vif ; ce malheureux demanda en vain qu’on lui tira un coup de carabine ; il succomba au milieu des souffrances les plus horribles, et ses cendres furent jetées au vent. Quelques jours après le grand-juge disait dans un discours que cette action, répétée dans l’ancien monde, ferait jeter un cri d’horreur, et serait une tâche ineffaçable pour la ville27. »

  • 28 Sur Vicksburg : Christopher Morris, Becoming Southern : The evolution of a way of life, Warren Cou (...)

14Que tirer de tels témoignages sur des épisodes bien connus des historiens28 ? D’abord que nous échappe l’oralité du phénomène, le bruit, les vociférations et la clameur. Ensuite que surgit un nouveau vocabulaire, encore incertain dans sa traduction, celui du lynchage. S’il est de coutume de renvoyer à Lynch lui-même et à la Virginie du XVIIIe siècle, il n’en demeure pas moins que ce sont les années 1830 qui voient naître non pas la pratique mais la manière systématique de la nommer, et donc, puisque l’on crée une catégorie discursive, un discours raisonné sur cette pratique qui est définie par tous, Européens comme Américains, comme une spécificité des États-Unis. De surcroît, les rôles sont bien établis : des victimes étrangères à la communauté locale blanche et masculine, donc les Noirs, les abolitionnistes qui refusent par là-même l’ordre local, des joueurs ambulants… Et il semble exister une acceptation de la pratique : aucune force de police n’a interrompu l’exécution lente, et le juge semble penser que la ville américaine est spécifique dans sa barbarie mais en laissant la question en suspens. Faudrait-il accepter cet américanisme très jacksonien ou le condamner pour se conformer aux mœurs européennes avec lesquelles les Américains entretiennent un rapport ambigu, mêlé de fascination et de répulsion ?

  • 29 Vermont Phoenix, 31 juillet 1835, p. 2

15Pour autant ces ceux cas ne recouvrent tout le spectre du lynchage, qui en ses origines est plus complexe qu’une simple exécution sommaire. Ainsi dans le Vermont en 1835, un meurtrier présumé qui fut acquitté par le tribunal fut condamné par la foule, jury de substitution. Mais il ne fut pas exécuté : dénudé, recouvert de goudron et de plumes, fouetté, il est promené sur un rail à travers les rues de la ville, à la suite de quoi il se voit offrir la somme d’argent nécessaire à son départ du comté dans les cinq heures. Mais le journal qui relate l’affaire est sans équivoque : il s’agissait bien d’un lynchage, défini ici comme prise en main par la foule de la justice, substitution de la justice par la clameur publique29.

  • 30 Robert Cook, « The political culture of Antebellum Iowa : An overview », Annals of Iowa, 52, été 1 (...)

16Un dernier cas permet d’approfondir la question. L’Iowa en 1834 fait encore figure de terre neuve d’un point de vue colonial : les rives du Mississippi et les Plaines sont depuis longtemps des régions centrales du commerce des fourrures, mais une colonisation de peuplement ne peut être mise en place qu’à partir de la défaite de Black Hawk en 1832, dernier épisode de la résistance armée indienne dans la région. Or le cuivre abonde sur les deux rives du grand fleuve. Il était exploité dans l’Illinois, il peut l’être dorénavant à grande échelle dans l’Iowa, dans les environs de Dubuque où des Français, avec l’accord des Sac et des Fox puis l’onction des autorités espagnoles avaient les premiers travaillé le filon à la fin du XVIIIe siècle. Cette année 1834 est donc dans les mines de Dubuque une année charnière : l’exploitation est devenue juridiquement libre et le nouvel état de fait engendre une ruée peu connue, et donc des établissements masculins, jeunes, temporaires, où l’ordre est toujours en jeu. L’ouverture du territoire en pleine ère jacksonienne donne à l’expérience de l’Iowa un statut exemplaire largement négligé par l’historiographie30.

17En juillet 1834, donc, si l’on veut bien se fier aux souvenirs rapportés en 1871 par Eliphalet Price, un certain William Hoffman est accusé par un Irlandais nommé McMurty d’avoir encaissé à sa place un billet de 20 $ qu’il lui avait confié. L’affaire aurait pu en rester à cette querelle entre deux soldats démobilisés, mais la foule des mineurs intervint. Un tribunal est improvisé, un jury et un juge sont désignés et l’interrogatoire est mené. Le plaignant décrit les faits supposés, et la suite est rapide. Hoffman se défend en vain :

  • 31 Eliphalet Price, « Lynch law at the Dubuque mines », Annals of Iowa, 9, 2, avril 1871, p. 487.

«– “I admit that he gave me the money, and at his request I returned it to him soon after; this is true, gentlemen. I have nothing more to say.”
Court.– “This will not do, old fellow; you can’t come the old soger ‘ here; you must give up the money or take fifty lashes.”
Crowd.– “Give him a hundred. Tar and feather him.”
Court.– “Will you give up the money or take the lashes?”
Prisoner.– “I have not the money. I returned it to him. I am not guilty of any
wrong, gentlemen. I am innocent of the charge.”
Crowd.–“Strip him. Give it to him raw, if he does not fork over”31

18La cause est entendue, la clameur publique l’emporte, et comprend de manière quasi indistincte la foule massée autour de la scène et les membres du tribunal choisis parmi la même foule. Les cris unanimes font office de délibération comme de jugement, et il n’y a pas de défense. La peine est appliquée immédiatement : Hoffman, dénudé, est fouetté jusqu’au sang, mais trouve la force d’adresser une supplique décisive à ses bourreaux :

«Do not kill me, my countrymen. I am an old man. I beat the drum at Talapoosa and Tallahassee, and on my breast I carry scars from Bad Axe. I am an American soldier. I am a native of Kentucky.

  • 32 Ibid., p. 489.

The delivery of this appeal seemed to strike the surrounding crowd with mute astonishment, and for a few moments a solemn stillness reigned throughout the dense circle of spectators, when we noticed an undulating swaying of the crowd upon the opposite side of the circle, as a person forced his way through it, and strode out upon the vacant area. He was a tall, raw-boned, athletic man, somewhat round shouldered, and wore a white slouched hat turned up in front, which, together with bis buckskin over-shirt, bespoke him a miner.
[…]
Approaching the prisoner, he observed: – « I say stranger – I mean you with the whip – suppose yon stay your hand till we get better acquainted; » then, Beizing the handle of his knife with his right hand, while with the left he grasped the sheath that contained it, he exclaimed: « I say, if there is any man in this crowd from old Kentuck, and ‘aint ashamed to say so, let him show his hand32

19Au-delà de l’appréciable art de la mise en scène d’Eliphalet Price, il faut remarquer ici que ce n’est qu’en clamant son autochtonie qu’Hoffman se sauve. D’« étranger », soldat de fortune errant sur la frontière, il affirme d’une part sa profonde américanité comme ancien combattant, donc défenseur de la communauté nationale, en Floride ou dans la récente guerre de Black Hawk et d’autre part ses origines kentuckiennes comme une garantie identitaire. Et cela fonctionne : le respect s’installe et Hoffman devient intouchable. C’est alors que MacMurty se souvient qu’Hoffman lui a bien rendu l’argent, et c’est donc l’Irlandais qui sort ridiculisé de l’affaire, et renforcé dans son extranéité – Price prend bien soin de reproduire son accent à l’écrit. Le lynchage était bien non pas simplement une manière de donner la mort, une vengeance brutale, mais une forme de contrôle social assuré par la foule et qui vise à maintenir un entre-soi puisque l’étranger est nécessairement subversif. Il participe de la construction de communautés sur des terres coloniales en peuplement, dans ce contexte jacksonien qui donne au peuple pouvoir souverain direct. Quinze ans plus tard, le phénomène est encore multiplié.

Le moment californien

  • 33 Richard Maxwell Brown, Strain of Violence : Historical Studies of American Violence and Vigilantis (...)
  • 34 David A. Johnson, «vigilance and the law…», art. cit.; Claire V. McKanna, Race and homicide in Nin (...)
  • 35 Roger D. McGrath, « A violent birth : Disorder, Crime, and Law Enforcement, 1849-1890 », dans John (...)

20L’histoire du lynchage, des comités de vigilance, de la justice populaire et donc de la clameur publique dans la Californie de la ruée vers l’or reste à faire. Non pas que les historiens aient totalement négligé le champ, mais la focale resserrée sur les comités de San Francisco, et encore plus sur celui de 1856 (qui il est vrai fut le plus important événement de ce type dans l’histoire américaine33) a généré une certaine négligence quant à la généralisation du phénomène, que l’on évoque souvent sans l’étudier. David Johnson et Clare McKanna, ou Ken Gonzalez-Day ont procédé dans la longue durée en étudiant les décennies qui suivent 1848, pour décrire en Californie, comme ailleurs, des enclaves spatio-temporelles violentes, là où les enjeux économiques, la concentration d’une population jeune et masculine imbue encore de démocratie jacksonienne et la cohabitation entre communautés de différentes origines concourent à créer un climat de tension qui débouche sur une violence endémique et un ordre social particulier maintenu par les comités et le lynchage34. Reste que les études de cas manquent encore, alors que descendre sur le terrain révèle le fonctionnement interne de ces clameurs justicières sans se contenter de l’affirmation rapide de Roger McGrath qui condamne les « lynch mobs » pour mieux réhabiliter des comités de vigilance qui auraient été ordonnés, modérés et salutaires à tous points de vue35.

  • 36 Susan L. Johnson, Roaring camp: the social world of the California Gold Rush, New York, Norton, 20 (...)

21Un cas servira ici de guide. Alors que San Francisco plongeait dans la crise politique, quelques semaines avant que ne s’y forme le comité de 1856, le tournant d’avril et mai de la même année était également troublé à Coulterville. Petite communauté minière du comté de Mariposa, Coulterville était représentative des champs aurifères du sud, beaucoup plus mêlés que ceux du nord : la présence française et surtout hispanique y était intense, et les conflits nombreux et violents36. Fin avril un certain Steve, apparemment un bandit, est pendu « by Lynch law » et un des ses acolytes chilien, un dénommé Pancho, assassine en guise de vengeance Ned Conway, dont il est important, aux yeux du journaliste qui rapporte l’affaire, qu’il s’agit d’un Américain. Pire, Pancho aurait tiré dans le dos de Conway, après une approche furtive, commettant par là un geste des plus lâches ; mais il a réussi à s’enfuir après son forfait.

  • 37 San Francisco Bulletin, 28 avril 1856, p. 1 et 5 mai 1856, p. 3.

22La réaction se fait en deux temps. D’abord la clameur publique répand la nouvelle du meurtre et des groupes s’organisent pour partir immédiatement à la poursuite de Pancho. Ces « posses » sans statut légal mais à la légitimité certaine aux yeux des participants rattrapent trois compagnons du meurtrier, tous chiliens : deux tués sur place, l’autre amené à Coulterville pour y être lynché – pendu après un procès populaire expéditif. Le lendemain les habitants anglo-américains de Coulterville modifient leur approche du problème, c’est le deuxième temps : une réunion de citoyens est convoquée, et un comité de vigilance nommé qui prend deux mesures : les Mexicains et les Chiliens sont expulsés et tous ceux qui seront trouvés au-delà d’un délai de 12 heures dans un rayon de dix miles autour de Coulterville recevront 30 coups de fouet ; les maisons de fandango – auberges et lieu de sociabilité hispanique – sont fermées. En conséquence de quoi une chasse à l’Hispanique s’est mise en place, pour générer une déportation au-delà de la rivière Merced une population jugée ethniquement indésirable. Au moins onze personnes ont trouvé la mort aux mains du comité et des rangers chargés de la mise en œuvre des résolutions, sans que pour finir Pancho ne soit arrêté37.

23Cette affaire, qui fait suite à d’autres, plus imposantes, en 1849 et 1850 – la Guerre chilienne, la guerre de Mariposa, la « révolution française » – révèle la permanence d’une culture politique de la clameur publique. Les appels à la constitution de posse, les délibérations des comités de vigilance, les vociférations du lynchage, constituent autant de moments ritualisés qui instituent une communauté de destin et de volonté au sein du groupe anglo-américain. Celui-ci construit ainsi une continuité historique nationale, il s’insère dans une « tradition » de républicanisme local où la souveraineté populaire s’exprime avec le moins de médiation possible. Cette construction communautaire suppose l’exclusion de l’altérité, celle qui contrevient à l’ordre social, qui le contredit car il ne supporte pas l’hétérogénéité et ne peut être qu’une reproduction mythifiée du même : ici ce sont les Mexicains et les Chiliens qui sont exclus, comme d’autres le furent avant eux et d’autres le seront encore après. Frappant dans le cas de Coulterville en 1856 est la spatialisation du rituel : c’est le bannissement au-delà de la rivière qui figure la mesure phare. Il s’agit bien de rejeter hors du jeu social.

  • 38 David W. Blight, Race and reunion: The Civil War in American memory, Cambridge, Belknap press of H (...)

24Aussi lorsqu’après la Guerre de Sécession la population blanche du Sud comme du Nord voudra reconstruire son unité et son identité en excluant les Africains-Américains38, elle pourra puiser dans un vaste réservoir de manières de faire en s’inscrivant dans une culture nationale légitimée. Le processus de délégitimation du lynchage, lui, sera long.

Notas

1 Un diagnostic établi également par Michael J. Pfeifer, « Introduction », dans Michael J. Pfeifer, ed., Lynching Beyond Dixie : American Mob Violence outside the South, Urbana, University of Illinois Press, 2013, p. 1-2.

2 Dennis B. Downey et Raymond M. Hyser, No crooked death. Coatesville, Pennsylvania, and the lynching of Zachariah Walker, Urbana, University of Illinois Press, 1991; Stewart E. Tolnay et Elwood M. Beck, A festival of violence: An analysis of Southern lynchings, 1882-1930, Urbana, University of Illinois Press, 1992; William F. Brundage, Lynching in the New South: Georgia and Virginia, 1880-1930, Urbana, University of Illinois Press, 1993; Amy L. Wood, Lynching and spectacle. Witnessing racial violence in American 1890-1940, Chapel Hill, University of California Press, 2009; Christopher Waldrep, African Americans confront lynching: strategies of resistance from the Civil War to the Civil Rights Era, Lanham, Rowman & Littlefield, 2009; Kimberly Harper, White Man’s Heaven: the lynching and expulsion anf Blacks in the Southern Ozarks, 1894-1909, Fayetteville, University of Arkansas Press, 2010; Robert W. Thurston, Lynching. American mob in global perspective, Farnham, Ashgate, 2011.

3 Un pionnier : David A. Johnson, « vigilance and the law : The moral authority of the popular justice in the Far West », American Quarterly, 33, 5, hiver 1981, p. 558-586 ; Stephen J. Leonard, Lynching in Colorado, 1859-1919, Boulder, University Press of Colorado, 2002 ; William D. Carrigan, The making of a lynching culture : violence and vigilantism in central Texas, 1836-1916, Urbana, University of Illinois Press, 2004 ; Ken Gonzalez-Day, Lynching in the West, 1850-1935, Durham, Duke University Press, 2006.

4 Michael Pfeifer, Rough justice: Lynching and American society, 1874-1947, Urbana, University of Illinois Press, 2004; et The roots of rough justice: Origins of American lynching, Urbana, University of Illinois press, 2011.

5 Christopher Waldrep, The many faces of Judge Lynch: Extralegal Violence and Punishment in America, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2003.

6 Manfred Berg, Popular Justice: A history of lunching in America, Chicago, Ivan R. Dee, 2011.

7 Kevin Kenny, Peaceable kingdom lost : The Paxton Boys and the destruction of William Penn’s holy experiment, New York, Oxford University press, 2009, p. 231.

8 Jane T. Merritt, At the crossroads: Indians and empires on a Mid-Atlantic frontier, 1700-1763, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2003; Patrick Griffin, American Leviathan: Empire, Nation, and Revolutionary Frontier, New York, Hill and Wang, 2007; Peter Silver, Our savage neighbors: How Indian Wars transformed early America, New York, Norton, 2007.

9 Sur le massacre de Gnadenhutten, voir récemment Patrick Silver, Our savage…, op. cit., p. 266-274 et Rob Harper, « Looking the other way : the Gnadenhutten massacre and the contextual interpretation of violence », William & Mary Quarterly, 3rd series, LXIV, 3 (July 2007), p. 621-644

10 Joseph Doddridge, Notes on the settlements and Indian wars of the Western Part of Virginia and Pennsylvania from the year 1763 to the year 1783 inclusive, Wellsburgh (VA), 1824, p. 251-252.

11 Eugene F. Bliss (ed.), Diary of David Zeisberger, A Moravian missionary among the Indians of Ohio, Cincinnati, Robert Clarke and Co, 1885, p. 79-81.

12 Helen Mclure veut de même intégrer les très nombreux meurtres d’Indiens qui émaillent l’histoire américaine à l’histoire du lynchage, car la démarche permettrait aussi d’inclure alors des lynchages de femmes et d’enfants : Helen Mclure, « “Who Dares to Styles this Female a Woman ?” : Lynching, Gender, and Culture in the Nineteenth-Century US.S. West », dans Michael J. Pfeifer, ed., Lynching Beyond Dixie… op. cit., p. 21-53.

13 Terry Bouton, Taming Democracy : « The people », the Founders, and the troubled Ending of the American Revolution, New York, Oxford University press, 2007, p. 161-162.

14 Ibid. et Thomas P. Slaughter, The Whiskey rebellion: Frontier Epilogue to the American Revolution, New York, Oxford University Press, 1988; Paul D. Newman, Frie’s Rebellion: the enduring struggle for the American Revolution, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004.

15 Stephen Aron, How the West was lost : The transformation of Kentucky from Daniel Boone to Henry Clay, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996, C. T. Friend, Along the Maysville Road : The Early American Republic in the Trans-Appalachian West, Knoxville, University of Tennessee Press, 2005 et du même, Kentucke’s frontier, Bloomington, Indiana University press, 2010 ; Une vision opposée dans James A. Ramage et Andrea S. Watkins, Kentucky Rising : Democracy, Slavery and Culture from the Early Republic to the Civil War, Lexington, University of Kentucky press, 2011. Voir aussi le travail classique de B. Wyatt-Brown, Southern Honor : Ethics and Behavior in the Old South, New York, Oxford University Press, 1982.

16 Miriam Müller, « Social control and the hue and cry in two fourteenth-century villages », Journal of medieval history, 31, 2005, p. 29-53.

17 Pierre Prétou, « Clameur contre fureur : cris et tyrannie à la fin du Moyen Âge », dans François Foronda, Christine Barralis, Bénédicte Sère (dir.), Violences souveraines à la fin du Moyen Âge : travaux d’une école historique, Paris, PUF, 2010, p. 271-282 ; et du même, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010, p. 86-94.

18 William W. Hening, The New Virginia Justice comprising the office and authority of the justice of peace in the Commonwealth of Virginia…, Richmond, Johnson and Warner, 2e éd., 1810, p. 302-307.

19 Kentucky Gazette, 19 avril 1794, p. 1 ; 20 décembre 1794, p. 1.

20 Ibid. sur les mêmes pages les deux types d’annonce se côtoient.

21 William G. Simms, Beauchampe, or the Kentucky Tragedy, 1856. Sur l’affaire, Matthew G. Schoenbachler, Murder & madness : the myth of the Kentucky Tragedy, Lexington, University of Kentucky Press, 2009.

22 James A. Ramage et Andrea S. Watkins, Kentucky Rising…, op. cit., p. 316.

23 Par exemple Sean Wilentz, Rise of American democracy : Jefferson to Lincoln, New York, Norton, 2005 ; David S. Reynolds, Waking Giant : America in the Age of Jackson, New York, Harper, 2008.

24 Daniel W. Howe, What hath God Wrought: The Transformation of America, 1815-1848, New York, Oxford University Press, 2007.

25 L’émeute a été étudiée par Leonard L. Richards, « Gentlemen of property and standing » : Anti-abolitionism mobs in Jacksonian America, New York, Oxford University Press, 1971, p. 150-155 ; Paul A. Gilje, The Road to Mobocracy : Popular Disorder in New York City, 1763-1834, Chapel Hill, University of North Carolina press, 1987, p. 162-170 ; Tyler Anbinder, Five Points : The 19th -Century New York City neighborhood that invented tap dance, stole elections, and became the world’s most notorious slum, New York, Simon & Schuster, 2001, p. 7-13.

26 Louis Cortambert, Voyage au pays des Osages. Un tour en Sicile, Paris, Arthus-Bertrand, 1838, p. 53-54.

27 H. Laurent, « voyage aux États-Unis », Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, 77 (1838), p. 282.

28 Sur Vicksburg : Christopher Morris, Becoming Southern : The evolution of a way of life, Warren County and Vicksburg, Mississippi, 1770-1860, New-York, Oxford University Press, 1995, p. 121-122, et Joshua D. Rothman, Flush Times & Fever Dreams : A Story of Capitalism and Slaveru in the Age of Jackson, Athens, University of Georgia Press, 2012, p. 157-180. Sur Saint-Louis : Janet S. Hermann, « The McIntosh affair », Bulletin of the Missouri Historical Society, 26, 2, 1970, p. 123-143 ; Bonnie Laughlin-Schultz, « endangering the peace of society : abolitionist agitation and mob reaction in St. Louis and Alton, 1836-1838 », Missouri Historical Review, 95, 1, october 2000, p. 1-22.

29 Vermont Phoenix, 31 juillet 1835, p. 2

30 Robert Cook, « The political culture of Antebellum Iowa : An overview », Annals of Iowa, 52, été 1993, p. 225-250.

31 Eliphalet Price, « Lynch law at the Dubuque mines », Annals of Iowa, 9, 2, avril 1871, p. 487.

32 Ibid., p. 489.

33 Richard Maxwell Brown, Strain of Violence : Historical Studies of American Violence and Vigilantism, Oxford, Oxford University Press, 1975, p. 91-180, contredit par Mary P. Ryan, Civic Wars : Democracy and Public Life in the American City during the Nineteenth-Century, Berkeley, University of California press, 1997, p. 142-144 et par Christopher Waldrep, « The popular sources of Political Authority if 1856 San Francisco : Lynching, Vigilance, and Difference between Politics and Constitutionalism », dans Michael J. Pfeifer, ed., Lynching Beyond Dixie : American Mob Violence outside the South, Urbana, University of Illinois Press, 2013.

34 David A. Johnson, «vigilance and the law…», art. cit.; Claire V. McKanna, Race and homicide in Nineteenth-century California, Reno, University of Nevada Press, 2002; Ken Gonzalez-Day, Lynching in the West… op. cit.

35 Roger D. McGrath, « A violent birth : Disorder, Crime, and Law Enforcement, 1849-1890 », dans John F. Burns et Richard J. Orsi, Taming the elephant : Politics, government and law in pioneer California, Berkeley, University of California press, 2003, p. 27 et s.

36 Susan L. Johnson, Roaring camp: the social world of the California Gold Rush, New York, Norton, 2000.

37 San Francisco Bulletin, 28 avril 1856, p. 1 et 5 mai 1856, p. 3.

38 David W. Blight, Race and reunion: The Civil War in American memory, Cambridge, Belknap press of Harvard University Press, 2001.

Autor

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de La Rochelle et membre du CRHIA (EA 1163). Il est spécialiste des échanges migratoires aux États-Unis et de l’histoire contemporaine de l’Amérique du nord.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540