Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Première partie. Crier pour la justice

Un public sans clameur ? Paysage sonore et répression dans les institutions pénitentiaires au XIXe siècle

Grégory Beriet

Texte intégral

  • 1 Alexis de Tocqueville, « Écrits sur le système pénitentiaire en France et à l’étranger », Œuvres co (...)
  • 2 Alain Faure, « Un peuple dans sa ville ou le cours d’une longue recherche », Genèses, mars 2001, no(...)
  • 3 Laurent Mucchielli, « Criminologie, hygiénisme, eugénisme (1870-1914) : débats médicaux sur l’élimi (...)

1Dans ses observations sur le système pénitencier « pennsylvanien », qui pratique un isolement diurne et nocturne des détenus, Alexis de Tocqueville observe que celui-ci demeure le plus efficace pour obtenir ce qu’il nomme un « silence pénitencier1 ». En effet, la question du bruit généré par les détenus renvoie plus globalement à la peur bourgeoise des protestations sonores de la foule, dont les révoltes incessantes durant la première moitié du XIXe siècle suscitent la crainte d’une élite sociale soucieuse d’assurer sa propre réussite financière2. Dans cette configuration, la montée en puissance de l’idéologie cellulaire fait écho à un désir croissant consistant à créer des espaces dans lesquels les prisonniers se verraient privés de « clameur3 ». Si ce terme possède plusieurs définitions, l’une d’entre elles, reprise par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, sied parfaitement au sujet que nous souhaitons analyser : « Clameur. Ensemble confus de cris poussés par une foule pour exprimer ses sentiments, ses états d’âme, ses passions. Clameur confuse, immense clameur ; clameur de haine ; pousser une clameur. » L’objectif de notre étude consiste en effet à analyser les formes de protestations sonores générées par les détenus et, au-delà de leur caractère disparate, de tenter de dégager des cohérences politiques dans l’usage que ces derniers font du « vacarme ». Par ailleurs, à travers une étude textuelle et archivistique, nous tenterons également de comprendre les évolutions institutionnelles à travers les usages d’une répression pénale du bruit, dont la fermeture des bagnes métropolitains constitue un archétype intéressant. Pour mener à bien cette analyse, nous nous appuierons à la fois sur les écrits savants autour des prisons et des prisonniers – nombreux durant la première moitié du XIXe siècle – mais également sur des archives pénales – registres de punitions, jugement, correspondances – qui nous permettront de mieux saisir les formes de répression utilisées à l’encontre de détenus pour lesquels la voix reste un recours ultime destiné à dénoncer les iniquités d’un système répressif.

Quelle clameur dans les institutions pénitentiaires ? L’exemple de la chaîne

  • 4 On pourrait même qualifier cette idée d’invariant historique, puisque la sophistication technologiq (...)

2Si les prisons et bagnes apparaissent comme des lieux destinés à opérer une démarcation matérielle et juridique entre hommes libres et non-libres, cette frontière reste néanmoins largement perméable aux plaintes et autres manifestations sonores. Les bruits des détenus constituent en effet des éléments récurrents de la littérature pénitentiaire4. Cette répression sonore vise tout particulièrement à limiter les discussions entre détenus, afin de prévenir les complots et autres tentatives d’évasion, ainsi que de leur réapprendre les usages vertueux de la discussion :

  • 5 Charles Grellet-Wammy, Manuel des prisons ou exposé historique, théorique et pratique du système pé (...)

« Le seul moyen qu’on doive employer pour empêcher les communications, est la défense aux prisonniers de communiquer entre eux par paroles, par écrit, ou même par signes […]. Dans un atelier peu nombreux et assez vaste, tel que nous le concevons, c’est-à-dire, propre à contenir quarante personnes, et où le nombre sera rarement au complet, on peut disposer les détenus de manière à ce qu’ils soient, pour la plupart, le dos tourné les uns aux autres, et en face du chef d’atelier. Dans cette position, si les plus éloignés se disent quelques mots sans être aperçus, ce ne sera qu’à la dérobée et sans suite ; ils ne pourront jamais converser d’une manière suivie5. »

3Certaines réalités carcérales mettent à mal les grands projets ayant trait à la régulation du bruit et des paroles que les détenus tentent de s’échanger à l’insu de leurs geôliers. En effet, l’inflation croissante des pratiques d’enfermement, associée au manque d’espaces alloués pour séparer les détenus, contraignent les autorités judiciaires à user d’un système de détention et d’acheminement des détenus très éloignés du projet décrit précédemment par Grellet-Wammy.

  • 6 Sur ce thème, et nous lui emprunterons un certain nombre d’analyses, se référer à l’ouvrage de Sylv (...)

4L’un des exemples les plus significatifs de ces difficultés matérielles est illustré par le système de la chaîne des forçats qui, de 1792 à 1836, permet le transport à pied des bagnards de leur juridiction jusqu’aux bagnes de Brest, Toulon et Rochefort6. Durant leur long périple, ces hommes sont amenés à se confronter à la population libre dans une marche à la fois funeste et infamante. La chaîne est l’occasion pour les populations de se confronter à ces détenus, de les invectiver, les huer, souligner leur infamie et faire ainsi œuvre de moralité auprès de leurs enfants :

  • 7 Ibid, p. 206

« L’avocat Ledru peut ainsi se réjouir que ce ne soit pas une vaine curiosité qui ait poussé quelques mères à se rendre au départ de la chaîne, accompagnées de leur progéniture. Elles utilisent le départ pour prêcher de bons principes à leur enfant7. »

  • 8 Comme dans les bagnes et les prisons, l’aide à l’évasion reste un phénomène marginal, lié à des cir (...)

5Mais la clameur est réversible. Ainsi, il arrive également que les populations manifestent de la sympathie à l’égard des détenus : qu’elles les encouragent, leur offrent de la nourriture ou même, dans quelques rares cas très circonstanciés, les aident à se libérer de leurs chaines8. Plus modestement, les personnes qui accueillent les forçats en escale dans leur périple jusqu’au bagne, se montrent parfois désireuses d’actes philanthropiques. Il en est ainsi des Dames Duschesne qui hébergent à Rennes, dans leur école d’équitation, les forçats en direction du bagne de Brest en 1835 :

  • 9 Adolphe Orain, « Le passage des forçats à Rennes en 1836 », Revue de Bretagne et d’Anjou, vol 41, 1 (...)

« Les dames Duschesne, très pieuses, faisaient en sorte, avec d’autres dames de la ville lorsque la chaîne des forçats devait passer, de se procurer tous les vieux chapeaux de feutre hors d’usage et dont elles s’empressaient d’enlever le fond. Ces chapeaux ainsi défoncés, et dont il ne restait guère que les bords, étaient passés autour du cou des forçats pour que leur chaîne pût reposer sur le feutre et ne pas leur meurtrir les épaules9. »

6Objet d’infamie à travers cette procession tout à la fois humiliante et dangereuse du point de vue sanitaire, les forçats ne demeurent pas exclusivement figés et prostrés face à leur environnement ambiant. Pour ces derniers, la chaîne apparaît également comme un moyen de défier le public, de détourner l’usage de cette procession infamante afin de déclamer, de façon ironique – souvent en chansons – leur mépris du sort auquel ils doivent faire face. D’après les chroniqueurs judiciaires de l’époque, les bruits des forçats témoigneraient selon eux d’une insensibilité morale ainsi que d’un manque d’éducation. Cette vision dénote incontestablement une appréhension biaisée de ces usages sociaux. Ces derniers fournissent d’ailleurs les éléments permettant de remettre en cause ce déterminisme social. Dans leurs descriptifs emprunts d’une diabolisation systématique, nous voyons poindre un usage politique de la clameur par ces hommes. Ceux-ci semblent tout à la fois invectiver la foule et défier les autorités judiciaire et politique. Derrière leurs apparentes pitreries ironiques, une gestuelle subversive émerge et se manifeste notamment par des tonalités braillardes et paillardes, destinées tout à la fois à se galvaniser, faire rire ou encore inspirer la crainte :

  • 10 Charles Ledru, « Départ de la chaîne des forçats » Gazette des Tribnaux repris dans La Nouveauté, B (...)

« On croirait qu’au sein d’une si affreuse captivité, et en présence d’un avenir si menaçant, il ne reste plus qu’à l’homme qu’à succomber sous le poids de sa douleur ! Hélas ! le dirai-je ? Ces malheureux, dont la vie ne sera désormais partagée qu’entre l’esclavage et l’infamie, semblaient s’être réunis pour un jour de fête […] L’un d’eux improvisa une complainte, finissant par ces mots : Pérignon, Pérignon, Aura la déportation – D’autres répétaient ce refrain ; La chaîne, C’est la grêle, Mais c’est égal, ça ne fait pas de mal10. »

7La chaîne apparaît également pour eux comme une forme de baroud d’honneur, avant une incarcération au sein de laquelle, les possibilités d’invectiver la foule et de déclamer l’injustice du système pénitencier apparaissent nettement moins étendues.

La prison, la répression sonore

  • 11 William Weber, « La culture musicale d’une capitale : l’époque du beau-monde à Londres, 1700-1870 » (...)
  • 12 Auguste Debay, Hygiène et perfectionnement de la beauté humaine dans ses lignes, ses formes et sa c (...)

8La première moitié du XIXe siècle se caractérise notamment par une peur croissante de la clameur et du bruit. Les multiples révoltes et révolutions achèvent de convaincre des élites bourgeoises effrayées par les foules du danger qu’il y a à laisser perdurer les cris, invectives et autres « borborygmes » [bruits émis par les intestins et définissant par extension des paroles incompréhensibles]. Avec ses murs, ses cellules et ses larges enceintes, la prison apparaît dès lors comme un moyen tout à la fois commode et efficace pour se prémunir contre une partie de ces « nuisances sonores ». La culture musicale des XVIIIe et XIXe siècles témoigne de ce processus de ségrégation sociale par le son et la tolérance auditive11. De même, les hygiénistes ne manquent pas de convoquer leurs savoirs médicaux pour mettre en avant l’importance d’une éducation de l’ouïe et du timbre vocal, qui trouve son plein accomplissement dans la mesure de la voix et la protection de l’oreille vis-à-vis des « bruits violents » comme les « explosions » et les « éclats soudains12 ». Presque logiquement, le perfectionnement auditif s’obtient ainsi par le travail sur la mesure vocale, ainsi que le souligne l’hygiéniste Debay :

  • 13 Ibid, p. 79-80

« L’on dit avec vérité, que l’ouïe était un sens éminemment social ; car c’est par son intermédiaire que l’homme communique avec ses semblables, se civilise et se perfectionne dans les arts scéniques […] La lecture, la déclamation, le chant, la musique sont les éducateurs de l’ouïe13. »

9Il y a donc une distinction scientifique opérée entre deux types de sons. Les sons nobles, fruits d’une éducation classique et bourgeoise, caractérisés notamment par leurs proportions sonores harmonieuses. Et puis les sons « désarticulés », dont la disharmonie trouve son origine dans les habitudes sociales de la foule, des classes populaires plus particulièrement, habituées aux esclandres et autres bruits grossièrement festifs que l’on trouve sur les marchés et les cabarets. La musique apparaît d’ailleurs comme un élément caractérisant solidement ce processus de différenciation sociale. Paul Cère s’indigne ainsi contre la tolérance que l’on accorde aux joueurs d’orgue et autres chanteurs ambulants qui parcourent la France, en s’attaquant principalement au contenu de leurs chansons :

  • 14 Paul Cère, Des populations dangereuses et de la misère sociale, Paris, Dentu, 1872, p. 248

« Si la poésie de ces ménestrels était pure, nous ne verrions que demi-mal à leur circulation ; mais leur répertoire n’est ordinairement qu’une assez triste collection de soi-disant poésies, productions ordurières qui offensent à la fois le bon sens, la langue et la morale publique14. »

10Déclinée au sein de l’espace carcéral, la question des nuisances sonores revêt une dimension politique consolidée. En prison, la répression des bruits et clameurs obéit à des considérations stratégiques déterminées par la nécessité d’empêcher les actes de mutineries d’une part, et de limiter les tentatives de collusion en vue d’une évasion d’autre part. C’est en effet par le biais des discussions entre détenus que les révoltes, les querelles violentes mais également les complots peuvent se produire. En dépit de son apparent verrouillage, la cellule demeure un espace très largement perméable aux échanges, quand elle ne favorise pas tout simplement l’émergence d’une certaine conscience de classe, prélude indispensable à l’élaboration d’une clameur publique :

  • 15 Cesare Lombroso, Les palimpsestes des prisons recueillis par le professeur Cesare Lombroso, Paris, (...)

« Pendant que l’on croit empêcher le compagnonnage, l’association, au moyen de l’emprisonnement cellulaire, on peut au contraire dire qu’on le fortifie en donnant aux malfaiteurs ce que l’on peut nommer l’esprit de corps qui peut-être auparavant leur manquait. Nous voyons comment un détenu salue ses successeurs inconnus, comment un autre laisse un crayon à ses compagnons pour qu’ils puissent écrire et un troisième conseille à ses compagnons de feindre la folie15. »

11Faute de pouvoir enrayer les communications entre détenus, l’administration pénitentiaire réprime très lourdement les incivilités, complots et autres manifestations bruyantes des détenus. Ainsi, dans les bagnes comme à Rochefort, les punitions pour protestations bruyantes et manifestations de mécontentement se soldent très souvent par des sanctions extrêmement sévères : mise au cachot, exposition, double fers etc. Durant la première moitié du XIXe siècle, c’est l’isolement complet qui apparaît progressivement comme l’arme la plus efficace dans le panel de sanctions proposées à l’encontre des prisonniers. Au bagne, le ministre de la marine ne manque pas de louer les bénéfices de l’isolation cellulaire, en insistant sur la nécessité de mettre en place une logistique carcérale qui empêche toutes formes de manifestations sonores des forçats sanctionnés :

  • 16 Dépêche Ministérielle, 11 décembre 1844, Service Historique de la Défense de Rochefort, Série 1 O, (...)

« J’appelle surtout son attention [l’administration des bagnes] sur les moyens proposés pour rendre la détention dans les cellules aussi rigoureuses que possible, jusqu’ici les peines disciplinaires mentionnées dans les règlements des chiourmes ont été reconnues impuissantes, ce n’est donc plus que par un isolement et un silence absolu que l’on puisse espérer d’arriver à intimider des criminels dont les mauvais penchants, et les projets de haine et de vengeance sont si dangereux16. »

12Ces punitions permettent également d’en savoir plus sur les us et coutumes des détenus en matière de protestations publiques. En effet, ces dernières se manifestent tout autant par des paroles que des gestes ostensiblement provocateurs. Les détenus usent des espaces où se concentrent un grand nombre de leurs congénères, dans l’espoir de susciter des solidarités et de générer des réactions collectives. Ainsi, c’est moins dans les cellules ou les dortoirs que sur les lieux de travail (pour les bagnes) ou dans les cantines (pour les bagnes et les prisons) que se fomentent les tentatives de rébellion. Les procédés sont multiples : refuser d’enlever son couvre-chef, exiger une ration de pain supplémentaire, lire le journal (parfois à voix haute, sur les chantiers navals notamment), constituent autant de procédés destinés à créer des liens, à susciter des protestations collectives. C’est d’ailleurs au regard de ces phénomènes que le rapport sur les prisons et l’encellulement individuel, présenté en commission parlementaire par Tocqueville en 1844, va donner sa préférence au système d’encellulement individuel complet, de jour comme de nuit, en dépit des protestations de certains pénalistes quant aux effets de ce régime sur la santé mentale des prisonniers.

13Pierre-François Vidocq met ainsi en exergue les ravages de l’isolement dans la tour-prison du Mont Saint-Michel. Il insiste notamment sur les conséquences psychiques graves dont cette prison fut le théâtre, du fait de son insalubrité chronique et du sentiment de claustration que son système d’enfermement cellulaire peut occasionner :

  • 17 Pierre-François Vidocq, Le monde criminel : les prisons d’État, Paris, Renaut, 1846, p. 117

« La privation de travail et l’isolement sont les peines infligées le plus fréquemment. L’isolement, c’est le cachot ; les cachots du Mont Saint-Michel sont tout ce qu’il y a de plus insalubres ; des murs souterrains d’une grande épaisseur y entretiennent une humidité continuelle ; joignez à cela quelque rayon oblique pénétrant dans ces étroites et sombres demeures, et vous aurez un aperçu des cachots en général. La plupart des détenus qu’on y plonge n’en sorte que pour entrer à l’infirmerie et quelques-uns même pour aller au cimetière. Chargé, par la nature de mes fonctions, de visiter ces infortunés, il m’est souvent arrivé, en pénétrant dans ce séjour d’horreur, de reculer d’épouvante à la vue de spectres décharnés, qui me tendaient le bras, et dont la vue presque éteinte me suppliait de les faire conduire à l’infirmerie17. »

  • 18 Inspecteur général des prisons du Royaume

14Même les défenseurs temporaires de l’encellulement individuel comme Louis Mathurin Christophe Moreau18 doivent tenir compte des protestations de certains de leurs détracteurs, à l’instar de Faucher qui reprend l’enquête du journal Le National à propos des détenus politiques du Mont Saint-Michel dans les années 1840, établissant que sur

  • 19 Louis-Mathurin-Christophe Moreau, Défense du projet de loi sur les prisons contre les attaques de s (...)

« trente détenus politiques soumis au Mont Saint-Michel au système pennsylvanien, deux s’étaient suicidés, un autre avait tenté de s’empoisonner, quatre avaient été frappés de démence, deux étaient dans un état voisin de l’idiotie, et sept avaient été attaqués de façon assez grave pour qu’on eût jugé nécessaire de les transférer dans d’autres prisons19 ».

Sons et clameurs : une distribution du pouvoir carcéral

15Si la répression sonore des détenus se fait de plus en plus prégnante dans les discours et les pratiques pénitentiaires, les sons se révèlent également être des enjeux de pouvoir majeurs. Ces derniers entendent rythmer le quotidien des détenus, à l’instar des coups de canon tirés dans les arsenaux pour marquer la fin des travaux forcés. Se pratiquant à l’intérieur de l’enceinte carcérale, la bastonnade – coups de fouet administré au forçat – se conçoit comme une forme de réversion de la clameur publique. Ici, les cris du détenu fouetté ne se justifient pas uniquement par la volonté de l’amender mais, bien plus subtilement, ils avertissent les autres détenus des risques encourus en cas d’inconduite, par la terreur que les suppliques du fouetté sont supposées leur inspirer.

16L’autorité pénitentiaire tente donc d’imprimer sa supériorité par la mise en place d’un univers sonore. Dans cette configuration, le travail reste un espace de production sonore important. En effet, les ateliers de production, les chantiers où s’exercent les travaux forcés, sont autant de lieux où l’ouïe du détenu est fortement sollicitée, pour ne pas dire oppressée. Les travaux s’organisent parfois sur une articulation binaire extrêmement simple, dans laquelle les sons deviennent des privilèges exclusifs de l’autorité, à l’instar du pénitencier militaire de Saint-Germain :

  • 20 Pierre-François Vidocq, Le monde criminel …, op cit, p. 435-436

« À six heures et demie du matin, un tambour choisi parmi les prisonniers bat la diane, signal du réveil ; les sous-officiers surveillants prennent les clefs de leurs divisions respectives et vont ouvrir les cellules. Chaque détenu nettoie sa demeure nocturne, plie dans les dimensions données ses couvertures et le sac de campement dans lequel il couche […]. À onze heures du matin, un roulement donne le signal du repas ; les hommes sortent des ateliers en ordre et se forment en bataille ; au commandement de l’adjudant, ils entrent en réfectoire ; tous s’arrêtent devant leur place accoutumée et se tiennent debout ; à un coup de baguette, tout le monde s’assied et le repas commence […] À onze heures et demie, un nouveau coup de baguette annonce la fin du repas ; les hommes, qui pendant toute sa durée, ont gardé le silence, se lèvent, sortent en ordre et vont au préau […] des inscriptions ingénieusement choisies mettent sans cesse sous les yeux des avis résumés en phrases courtes et qui frappent l’esprit en se fixant dans la mémoire. Dans leurs ateliers, si un moment de découragement a ralenti leur ardeur, en levant la tête, ils ont lu : Le travail du corps délivre des peines de l’esprit20. »

17Néanmoins, le bruit des ateliers et cette apparente rigidité solennelle quant aux sons émis par les instances de surveillance, n’empêchent pas les détenus de déroger à l’obligation de silence. Ici, il ne s’agit pas d’une clameur bruyante et collective, mais plus modestement d’une forme de défi à l’autorité se manifestant par la mise en place de système de communication fugace, gestuelle et « à la dérobée » :

  • 21 Louis-Mathurin-Christophe Moreau, Défense du projet de loi …, op cit, p. 52

« Par silence, j’entends abstention de bruit, de chants, de conversations suivies et à haute voix. Quant au silence proprement dit, il n’est gardé rigoureusement nulle part, pas plus à l’étranger qu’en France […] La Supérieure des religieuses d’une de nos maisons centrales de femmes m’a fait voir, il y a deux ans, deux détenues, placées à côtés l’une de l’autre, qui étaient parvenues à lier conversation ensemble sans faire aucun mouvement des lèvres ; elles parlaient bas, du gosier21. »

Le silence, une condition [chimérique] de la détention

  • 22 Voir supra

18Nous le constatons, le silence, plus communément désigné sous l’appellation « loi du silence » au XIXe siècle, représente un dispositif punitif à part entière, indissociable de la crainte d’une clameur publique. La componction imprimée à certaines cérémonies, notamment celle des exécutions au bagne22, renforce cette volonté de domestication de la parole et du bruit. Cette dimension apparaît d’ailleurs parfaitement intégrée par les prisonniers eux-mêmes. Dans les palimpsestes des prisons italiennes que Cesare Lombroso a collectées et étudiées, les privations de parole s’extériorisent par l’expression de sentiments divers, allant de la plainte jusqu’aux conseils destinés à se subvertir à l’autorité :

  • 23 Cesare Lombroso, Les palimpsestes des prisons …, op cit, p. 63

« M’interdire de causer, patience !… mais m’interdire aussi d’écrire, cela passe toutes les limites de la croyance. Si je tenais quelqu’un de ces Don Digesti par le cou, je ne sais ce que j’en ferais. Mais il est inutile d’enrager ; je suis en cage et il faut ronger mon frein. Espérons des temps meilleurs23. »

  • 24 Id

« Vittorio, arrêté pour vol, ce dont je suis innocent. Adieu amis. Faites-moi le plaisir, de grâce, de ne pas fuir de cette prison ; ici, on mange, on boit, on dort sans qu’il soit nécessaire de travailler24. »

  • 25 D M, 14 mai & 18 août 1838, SHDR, Série 1 O, vol 6

19Que ce soit par le biais des tatouages, des palimpsestes, des codes vocaux, des signes et des gestuelles, l’administration pénitentiaire a parfaitement conscience qu’il est illusoire, voire même nuisible, d’empêcher toute forme de communication entre détenus. En revanche, dans un cas plus particulier qui est celui des bagnes, les craintes d’un contact entre la population enfermée et la population libre suscitent des mesures de plus en plus coercitives tout au long du XIXe siècle. Ainsi, entre le mois de mai et d’août 1838, une série de mesures sont mises en place au bagne de Rochefort afin de limiter les contacts entre les forçats et la population libre, parmi lesquelles un système analogue au parloir des prisons et l’édification d’un mur d’enceinte composé de planches en bois et destiné à limiter le contact entre l’institution pénitentiaire et le monde extérieur25.

  • 26 Michelle Perrot, « 1848 : Révolutions et prisons », L’impossible Prison : recherches sur le système (...)

20L’autre intérêt de cette technique de cloisonnement entre la prison et le monde extérieur réside dans la nécessité d’étouffer plus efficacement des tentatives de soulèvement des prisonniers. Si les exemples d’une clameur des détenus semblent assez rares, elles s’illustrent surtout par la démesure répressive dont elle fait l’objet. À la maison d’arrêt de Riom, à la suite du décret de suspension du travail en prison du 24 avril 1848, le directeur avait décidé – pour compenser le manque à gagner des prisonniers – d’alléger leur régime de détention (tabac autorisé, loi du silence assouplie). Il est limogé par le ministère et son remplaçant se résout à durcir le régime, imposant notamment des séances de lectures contrôlées et rouvrant l’atelier. La mise en cellule d’un jeune homme qui refusait de travailler déclenche une révolte des autres détenus dans la nuit du 25 au 26 avril. Les gardiens doivent battre en retraite, les cellules sont ouvertes et les prisonniers font part de leurs revendications, réclamant notamment l’abrogation de la circulaire de 1839 – installant la loi du silence et la prohibition du vin et du tabac. Ils exigent également une revalorisation des salaires. Dès le lendemain, la garde nationale est dépêchée sur les lieux afin de réprimer la mutinerie26. La mise au pas s’accompagnera certes d’un rétablissement progressif du travail et du salaire, mais dans les faits, cet exemple témoigne d’un seuil de sensibilité accru vis-à-vis des formes de protestations des détenus. Par ailleurs, il atteste également de la capacité de ces derniers à faire émerger des formes de luttes sociales articulées autour d’une demande de justice et portées par une clameur collective.

*

21Les débats et mesures ayant trait aux prisons durant le XIXe siècle s’articulent fortement autour de cette question d’une mise sous silence des prisonniers. Que ce soit le passage de la chaîne bruyante des forçats au recours des voitures cellulaires en 1836, des cellules collectives aux tentatives jamais abouties de pratiquer un encellulement individuel systématique, ou encore par le biais du retour du système de la transportation (stratégie géographique de répression sonore), on peut percevoir que la question de la clameur et de la protestation en faveur d’une meilleure justice pénitentiaire fait l’objet d’un processus par lequel cette dernière demeure un privilège politique légitimé par un statut social. La privation de liberté se conjugue de fait à une privation de parole qui peinera, et peine encore, à entrer dans les éléments tolérés et légitimés de l’institution pénitentiaire.

22Dès lors, les détenus usent d’une clameur qu’ils voudraient publique mais qui, dans les faits, se révèle « privatisée ». La protestation bruyante demeure néanmoins une possibilité de combattre l’autorité et si ces procédés coûtent chers en terme de sanctions, ils subsistent malgré tout comme des pratiques incoercibles dans leur globalité. Notons tout de même qu’avec les progrès de l’alphabétisation, l’écrit tend également à se substituer à l’oralité, ainsi qu’en témoigne l’étude des palimpsestes du criminologue italien Lombroso au début du XXe siècle. Reste que la protestation collective et bruyante, aussi dangereuse soit-elle, conserve invariablement sa force subversive et son pendant répressif.

Notes

1 Alexis de Tocqueville, « Écrits sur le système pénitentiaire en France et à l’étranger », Œuvres complètes, vol 2, Paris, Gallimard, 1984, p. 131

2 Alain Faure, « Un peuple dans sa ville ou le cours d’une longue recherche », Genèses, mars 2001, no 42, p. 97

3 Laurent Mucchielli, « Criminologie, hygiénisme, eugénisme (1870-1914) : débats médicaux sur l’élimination des criminels réputés incorrigibles », Revue des sciences humaines, 2002/2, no 3, p. 61

4 On pourrait même qualifier cette idée d’invariant historique, puisque la sophistication technologique des institutions pénitentiaires aux XXe et XXIe siècles, n’a pas empêché de permettre l’émergence d’une parole révoltée des détenus Lire notamment Philippe Artières, « La prison en procès : les mutins de Nancy (1972) », Vingtième siècle : Revue d’Histoire, avril-juin 2001, no 70, p. 57-70

5 Charles Grellet-Wammy, Manuel des prisons ou exposé historique, théorique et pratique du système pénitentiaire, Paris, Pelletier, 1838, p. 143 et 149

6 Sur ce thème, et nous lui emprunterons un certain nombre d’analyses, se référer à l’ouvrage de Sylvain Rappaport, La chaîne des forçats (1792-1836), Paris, Aubier, 2006

7 Ibid, p. 206

8 Comme dans les bagnes et les prisons, l’aide à l’évasion reste un phénomène marginal, lié à des circonstances particulières (les relations de connivence, souvent en lien avec le passé criminel, et l’argent, lorsqu’un condamné peut payer pour se faire aider par des gardiens ou, dans le cas des bagnes notamment, des ouvriers du port)

9 Adolphe Orain, « Le passage des forçats à Rennes en 1836 », Revue de Bretagne et d’Anjou, vol 41, 1837, p. 81

10 Charles Ledru, « Départ de la chaîne des forçats » Gazette des Tribnaux repris dans La Nouveauté, Bouchard, Paris, 1826, p. 3-4

11 William Weber, « La culture musicale d’une capitale : l’époque du beau-monde à Londres, 1700-1870 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, juillet-septembre 2002, 49-3, p. 119-139

12 Auguste Debay, Hygiène et perfectionnement de la beauté humaine dans ses lignes, ses formes et sa couleur, Paris, Dentu, 1864 [4e édition], p. 79-80

13 Ibid, p. 79-80

14 Paul Cère, Des populations dangereuses et de la misère sociale, Paris, Dentu, 1872, p. 248

15 Cesare Lombroso, Les palimpsestes des prisons recueillis par le professeur Cesare Lombroso, Paris, Masson, 1894, p. 375

16 Dépêche Ministérielle, 11 décembre 1844, Service Historique de la Défense de Rochefort, Série 1 O, vol 8

17 Pierre-François Vidocq, Le monde criminel : les prisons d’État, Paris, Renaut, 1846, p. 117

18 Inspecteur général des prisons du Royaume

19 Louis-Mathurin-Christophe Moreau, Défense du projet de loi sur les prisons contre les attaques de ses détracteurs, Au Bureau de la Revue Pénitentiaire, Paris, Marc Aurèle, 1844, p. 204

20 Pierre-François Vidocq, Le monde criminel …, op cit, p. 435-436

21 Louis-Mathurin-Christophe Moreau, Défense du projet de loi …, op cit, p. 52

22 Voir supra

23 Cesare Lombroso, Les palimpsestes des prisons …, op cit, p. 63

24 Id

25 D M, 14 mai & 18 août 1838, SHDR, Série 1 O, vol 6

26 Michelle Perrot, « 1848 : Révolutions et prisons », L’impossible Prison : recherches sur le système pénitentiaire, Michelle Perrot (dir), Paris, Le Seuil, 1980, p. 288-289

Auteur

Maître de conférences en histoire à l’université des Antilles-Guyane. Ses travaux portent sur l’histoire du corps, de la santé et des formes de répressions dans l’espace atlantique. Chercheur à l’AIHP-GEODE (EA 929) et chercheur associé au CRHIA (EA 1163), il a récemment publié : « Figures du traumatisme en mer : les chirurgiens embarqués face aux équipages, fin XVIIIe-début XIXe siècle », dans Fureur et cruauté des capitaines en mer, Pierre Prétou et Denis Roland (dir.), Rennes, PUR/Centre International de la mer, 2012, « Sport, guerre et monde militaire, de la pratique hygiénique aux dispositifs performatifs : Rochefort et sa marine de guerre au XIXe siècle », dans Le sport et la guerre (XIXe-XXe siècles), Luc Robène (dir.), Rennes, PUR, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540