Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Première partie. Crier pour la justice

Clameur publique et violences conjugales au XVIIIe siècle

Gwénaël Murphy

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une communauté religieuse, attachée à l’ordre des Filles de la Sagesse dont la mission (...)
  • 2 Archives de la Vienne (AD86), 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.

1Le 12 décembre 1782, une bagarre éclate au Petit séminaire de Poitiers. Elle oppose deux époux, Jeanne Souriceau et Robert Jehan, venus demander au supérieur d’arbitrer leur querelle d’argent. Le scandale provoqué par cette bagarre pousse les prêtres à quérir les cavaliers de la maréchaussée afin de raccompagner la femme chez elle. De retour chez lui, un mois plus tard, le mari se trouve obligé de porter les mêmes habits pendant trois semaines car elle cache ses effets dans son armoire et en ferme la porte à clé. La nuit du 6 mars 1783 expose à nouveau leur mésentente sur l’espace public. Tandis que Robert Jehan s’introduit de nuit dans la chambre de son épouse, elle alerte ses voisins qui accourent et, constatant une imposture, excédés par ces débordements, appellent les cavaliers. Confrontée à son entourage immédiat et aux forces de l’ordre, Jeanne Souriceau avoue ses torts et, en raison de cette dernière scène, est emmenée immédiatement au couvent des Pénitentes de la ville par ordre du lieutenant général de police1. Ce dernier, précise le mari au procureur, donnait satisfaction aux plaintes de tous leurs voisins dont elle troublait le repos2.

  • 3 Concernant les violences conjugales au féminin, voir : Victoria Vanneau, « Maris battus, femmes vio (...)

2Certes, l’affaire fait figure d’exception puisque notre enquête en cours sur le traitement judiciaire des violences conjugales au XVIIIe siècle ne présente que trois affaires sur 239, dans le ressort du présidial de Poitiers, dans lesquelles les épouses sont à l’origine des maltraitances3. Elle soulève cependant plusieurs interrogations qui vont parcourir cette étude. Comment caractériser les acteurs et les lieux spécifiques à cette forme de clameur liée ? S’agit-il d’une forme de régulation sociale de la vie conjugale ? En quoi cet angle d’analyse de la clameur permet-il de réduire la fracture supposée entre espace privé et espace public ?

  • 4 Alain Lottin (dir.), La désunion du couple sous l’Ancien régime. L’exemple du Nord, Lille, PU de Li (...)
  • 5 Les violences conjugales restent peu étudiées sur le plan historiographique. On consultera avec pro (...)

3Le XVIIIe siècle, s’il s’arrête à la césure révolutionnaire et à l’autorisation du divorce, s’entend en amont jusqu’au début du règne de Louis XIV. En effet, un arrêt de la juridiction ecclésiastique de Châlons qui se déclare incompétente pour reconnaître une séparation entre époux en 1663 fait jurisprudence en ce domaine. Dès lors, le mouvement s’amplifie, les procédures de séparation se sécularisent en devenant la prérogative des tribunaux civils et, si la rupture du sacrement demeure du ressort ecclésiastique, le mariage est désormais considéré également comme un contrat social qui peut se dissoudre sur le plan matériel et physique4. C’est dans ce cadre spécifique de perte de pouvoir de l’Église que nous étudions les liens associant clameur publique et violences conjugales5.

Les bruits des violences conjugales

Des mots intolérables

  • 6 AD86, 9B-502 : Papiers du Roi, 1740-1744.
  • 7 AD86, 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.
  • 8 Id.

4Les injures graves et répétées de multiples fois par un mari présenté en état de « furie » constituent le bruit le plus fréquent qui entraîne une intervention extérieure. Le boutiquier de Lusignan Millon, en 1743, a pris l’habitude de frapper régulièrement sa femme. Mais les voisins du couple ne s’interposent qu’à la fin du mois d’août, lorsqu’ils entendent Marie Daguille se faire appeler « bougresse » durant de longues minutes6. Le terme n’est pas anodin, puisqu’au sens propre il consiste à remettre en cause la probité morale et sexuelle. La scène du 10 juillet 1785 qui se déroule à Châtellerault, lors d’un dîner de famille donné par le couple formé par Julie Chasseloup et Jean-Baptiste Marchand du Chaume, procureur en la cour du présidial de Poitiers, en offre un exemple représentatif des violences verbales qui suscitent la clameur dans notre corpus archivistique. L’homme, qui humilie et terrorise son épouse depuis près de dix ans par des injures et des coups, entre dans un accès de fureur en plein repas. Devant les convives, « il lui prodigua les noms les plus infâmants pour une femme, la traita de gueuse, de putain, de voleuse qui serait bonne dans un corps de garde7 ». De même, à nouveau lors d’un repas mais cette fois en public, à l’hôtellerie Saint-Jacques de Parthenay en avril 1786, la conversation entre les époux Guillon de la Palinière dérape. Le mari, qui a quitté le domicile conjugal depuis quatre ans, se lève et accuse son épouse « d’être une fieffée coquine, salope, gueuse, elle mérite d’être enfermée pour toujours dans une basse fosse8 ». Il poursuit longuement ses injures publiques, qui entraînent la médiation de l’assistance puis l’arrivée de la maréchaussée contre laquelle Guillon retourne sa fureur. Si le mot « garce » peut recouvrir autant l’accusation de mauvaise vie que de mauvais caractère, celui de « putain » ne laisse aucun doute. Ils sont les termes récurrents dans la bouche des maris injurieux. L’affaire des époux du Chaume semble effacer l’opposition supposée entre espace public et espace privé.

Les sons de la fureur

  • 9 Archives départementales des Deux-Sèvres (AD79), 2B-44 : Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, (...)
  • 10 AD79, 9B-210 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1785.

5Mais les coups portés aux corps, l’humiliation subie par l’épouse, les bris d’objets ou de vitres déclenchent avec plus de fréquence la clameur et l’appel à l’aide que les mots, qui ne sont souvent que le prélude à une agression physique. Les agissements d’Hilaire Debout, notaire à Melle, provoquent à dix reprises l’intervention de ses voisins durant l’année 1770. D’une violence extrême, il casse ses meubles, brise les vitres de sa maison, bat et injurie sa femme en public. Ainsi le 2 mars, celle-ci, nommée Jeanne Legendre, s’échappe dans la rue, poursuivie par Hilaire Debout. Avec une planche cloutée dans les mains, il tente de la rattraper, y parvient et, après lui avoir asséné plusieurs coups de pieds, la ramène à leur domicile en la traînant par les cheveux. Le retentissement des violences qui s’ensuivent est tel que les voisins entrent au domicile du couple. À ce moment, le notaire lui jette un saladier à la figure tout en l’injuriant, avant de décharger un fusil dans sa direction9. L’accès de rage cède parfois la place à une humiliation froide et préméditée. À Thouars, dans la rue du Château, le cordonnier Toussaint Jardin martyrise sa femme Catherine Roy depuis de nombreuses années. Il franchit un cap en février 1784. Il installe en plein milieu de la rue un fauteuil puis va chercher Catherine, malade et alitée. Les témoins préciseront que ce jour était marqué par un grand froid. Le cordonnier la traîne jusque dehors, l’asseoir à peine vêtue sur ce fauteuil, la ligote avant de la rouer de coups, tout en apostrophant les passants : « Messieurs et dames, venez à la comédie, venez écouter la vie et l’inconduite de cette garce ! » Les hurlements de la femme entraînent l’interposition des voisins10. Ici, le spectacle visuel plus que sonore provoque l’émotion.

Le spectacle des violences conjugales

  • 11 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.
  • 12 Robert Muchembled, Une histoire de la violence de la fin du Moyen âge à nos jours, Paris, Le Seuil, (...)

6En dernier lieu, lorsque les injures, la rumeur, les bris, le spectacle des violences conjugales restent sans écho judiciaire immédiat, la panique entraîne occasionnellement la clameur. Les acteurs de celle-ci craignent pour les jours de l’épouse. Témoins de violences exercées dans la rue ou aux abords du domicile, les passants et les voisins, parfois la famille, empêchent au dernier moment que l’épouse ne succombe sous les coups et les atteintes au corps du mari. Ainsi en va-t-il à Jaulnay, en juillet 1738. Un soir, Mornet poursuit sa femme l’épée à la main en hurlant qu’il allait la tuer. Il parvient à la rattraper, la jette au sol, la pince, lui assène un violent coup-de-poing au visage pour l’assommer en plein milieu du marché. Effrayés, les spectateurs les séparent une première fois et les ramènent chez eux. Mais quelques minutes après leur retour, Mornet attache son épouse sur une chaise dans leur jardin et entreprend de la lapider en appelant les voisins à venir assister au spectacle. Quelques hommes, restés aux abords de la maison après l’épisode du marché, pénètrent à l’intérieur aux cris de la femme et du mari et ceinturent ce dernier, qu’ils livrent à la garde de la ville11. Si ces femmes sauvées au dernier moment sont nombreuses dans les procédures judiciaires étudiées, ce récit démontre l’écart entre la menace proférée, la prise d’un objet capable de porter la mort et finalement, dans le premier temps, un simple coup-de-poing. Cet acte rejoint les thèses émises par Robert Muchembled sur l’instrumentalisation des discours de violences, tant par le mari que par la plaignante et les témoins, ainsi que la volonté apparente de ceux-ci d’une « violence apprivoisée ». Ce moment, identifié entre le XVIIe et le XXe siècle, correspond au refoulement progressif de la violence masculine de l’espace public vers la sphère domestique, ne paraît encore advenu dans le cadre conjugal12.

  • 13 AD79, 9B-210 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1785.
  • 14 AD86, 9B-503 : Papiers du Roi, 1744-1766.

7En janvier 1785, Toussaint Jardin, déjà évoqué précédemment, expulse sa femme Catherine Roy du domicile, la poursuit dans les rues de Thouars, l’abreuve de coups à tel poing qu’elle perd conscience. Il décide alors de descendre jusqu’aux rives du Thouet dans lequel il jette le corps inanimé de sa femme dans le but avoué de la noyer. Suivi par de nombreux témoins, ceux-ci s’interposent, sauvent Catherine Roy de la mort, s’emparent du mari et font appel à la maréchaussée13. À Luçon, pendant la Semaine sainte de l’année 1750, Marie Quentin, de retour de confession, croise son époux Louis de Marcassenne. L’homme, qui lui inflige de multiples outrages depuis plusieurs années, la descend de force de son âne, la frappe avec un bâton, lui déchire ses vêtements puis la ramène à leur domicile où il l’attache sur une chaise, la fouette longuement avant de braquer le canon de son fusil sur sa tête. Celle-ci hurle de toutes ses forces, provoquant l’intervention des domestiques de la maison, qui engagent une bagarre avec leur maître et sauvent la vie de leur maîtresse14. Parmi les 35 affaires de violences conjugales qui donnent lieu à la clameur publique et constituent le corpus archivistique de cette étude, elle n’intervient dans près de la moitié des cas qu’à la dernière extrémité, tandis que la femme est sur le point de succomber voire est déjà meurtrie au point d’avoir perdu connaissance et d’être paralysée de manière définitive.

Vecteurs et lieux de la clameur

8Outre les époux eux-mêmes, les vecteurs peuvent être des familiers ou non, assister chaque jour aux éclats et aux violences comme les enfants ou les domestiques, ou en subir les bruits lointains et le spectacle occasionnel, tels les voisins.

  • 15 AD86, F-20 : Plaidoyer prononcé par maître Delaunay l’aîné, avocat au présidial d’Angers dans la ca (...)
  • 16 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.

9L’interaction entre les cris de l’épouse maltraitée et l’intervention des domestiques ou de proches demeure le cas le plus fréquent. À Brest, dans les années 1780, Charles Bardel des Gléreaux violente Marie-Henriette de Boscals à de multiples reprises et celle-ci ne doit la vie qu’à « ses gens de maison qui, l’entendant crier et appeler, venaient à son secours. Le 3 du mois de février 1782, deux d’entre eux la trouvèrent sans connaissance, baignant dans son sang, et durent se saisir du sieur des Gléreaux afin qu’il cesse ses coups15 ». Les enfants ne jouent qu’une seule fois ce rôle, selon la procédure qui oppose la femme Guignard à son mari Mornet, de Jaulnay, en 1738. Leur fille, dont l’âge n’est pas mentionné, s’interpose à plusieurs reprises pour sauver sa mère et, le 12 juillet, dénonce ces violences familiales auprès du prêtre de sa paroisse, qui recevra un coup d’épée porté par le mari déchaîné16.

  • 17 AD86, F-21 : Fonds d’érudits. 6 mémoires et réponses dans l’affaire de la dame Allaire contre son m (...)

10À trois reprises, les maris portent eux-mêmes les violences conjugales sur la place publique. L’un d’entre eux mérite une présentation car il permet d’analyser plusieurs facettes de la clameur publique. Il s’agit du différend qui oppose Michel Creuzé-Dufrêne à Madeleine Allaire, son épouse, à partir de 178617. Unis en 1770, alors que Madeleine n’a que 13 ans et Creuzé près de 30, le couple a rapidement montré des signes de désunion. Leurs enfants, au nombre de quatre, succombent tous en bas âge. Après de nombreux désaccords et des séparations temporaires mais non portées en justice, Madeleine Allaire quitte la métropole et rejoint ses parents, membres de la colonie française de Saint-Domingue. Par la suite, Creuzé-Dufrêne, entreposeur de tabac à Fontenay-le-Comte, est reçu greffier au bureau des finances de Poitiers, sa ville natale, où il s’installe. Huit ans après son départ, alors que ses parents sont morts et que les affaires sont en déliquescence, Madeleine Allaire répond à l’invitation de son mari. Celui-ci, ignorant l’infortune de son épouse, lui propose de reprendre la vie commune. Au printemps 1786, elle traverse l’Atlantique et prend place dans la demeure poitevine de son mari. Celui-ci semble mal supporter le retour de l’épouse et part immédiatement à la campagne. Trois jours plus tard, de retour, il exige d’elle la remise de ses malles et des clés de celles-ci. Il souhaite s’approprier l’argent qu’il pense être caché dans les bagages de Madeleine. Elle s’y refuse. La scène se déroule dans sa chambre, où Creuzé

  • 18 Id., Mémoire pour la dame Anne-Magdelaine Charlotte Allaire, demanderesse en séparation de corps et (...)

« lui fait des reproches les plus amers, lui tient les propos les plus offensants. Non content de ces injures, il se jette sur elle, la renverse… La dame Creuzé fait entendre des cris plaintifs. Tous ceux qui sont dans la maison, accourent au bruit de cette horrible scène et la trouvent étendue par terre, toute échevelée18 ».

11S’estimant dans son droit, Creuzé se rend au corps de garde voisin et revient accompagné de trois fusiliers. Il en consigne un à la porte de sa maison et emmène les deux autres jusque dans la chambre de Madeleine Allaire, puis leur demande de procéder à l’ouverture de sa cassette et de ses malles. À l’extérieur, les passants et voisins, étonnés et ameutés par la rumeur, se pressent par dizaines, venant aux nouvelles, curieux de capter une image, un moment sur ce couple singulier. La clameur provoquée par le mari se retourne dès lors contre lui et les spectateurs en appellent à la maréchaussée afin de sanctionner l’époux : « Les soldats, étonnés de ce procédé, se retirent en emmenant avec eux le sieur Creuzé pour rendre compte de sa démarche. »

  • 19 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.

12Les acteurs extérieurs de la clameur offrent un panorama varié. Les voisins accourent le plus régulièrement, attirés par les bruits ou le spectacle des violences. Le hasard précipite par deux fois, dans les 35 affaires étudiées, des personnes totalement étrangères dans la querelle conjugale. Un passant arrache la femme Savary des coups de son mari, Chevallier, dans un chemin écarté d’un petit bois près de Parthenay en septembre 173619. Léon Autain, marchand à Pamproux, se rend chez François Brioult, meunier, au début de l’année 1781, pour leurs affaires. Mais lorsqu’il arrive

  • 20 AD79, 9B-151 : Châtellenie du prieuré de Pamproux, actes civils, 1709-1790.

« Brioult accablait sa femme de mauvais propos, de sottises, l’accusant d’avoir vendu une maison à elle et que le produit de cette maison ne lui a pas porté profit puisqu’il est accablé de dettes, puis qu’il lui porta plusieurs coups de poings au visage et que laditte Gallais, voyant le sieur Autain, cria fort pour l’appeler à son secours20. »

13Rapidement, Autain court chez Jacques Veziens, un fermier voisin et ameute plusieurs autres hommes pour arrêter la fureur du meunier.

Quelle distinction entre espace privé et espace public ?

  • 21 AD79, 2B-42 : Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, 1651-1685.
  • 22 AD86, 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.

14Le domicile des époux et ses abords immédiats constituent le lieu essentiel de la clameur publique dans les affaires de violences conjugales. Ils correspondent aux interventions des proches, des invités, de la famille ou des gens de maison. En revanche, elle se déclenche, dans un quart des cas, en des lieux publics : le cabaret, la forêt ou le marché. Le premier revient le plus fréquemment, souvent dans des conditions similaires au cas de Marguerite David. En mai 1679, elle porte auprès de la prévôté royale de Melle une requête en séparations de biens avec Louis Bodin. Dans la déposition et les témoignages qui l’appuient, nous apprenons que l’époux a passé cinq jours dans la geôle de la ville quelques mois auparavant. En effet, François Arnault, cabaretier dans la ville, a fait enfermer ce bûcheron de 44 ans qu’il accuse de mener « une vie dissolue, de passer son temps à boire, à se battre, à jouer, à chercher querelle aux femmes de l’auberge ». Un soir que Marguerite David tente de le ramener à leur domicile, il la maltraite verbalement dans un premier temps, puis physiquement en lui assénant plusieurs coups au visage. Le cabaretier les sépare avec difficulté, Bodin hurlant : « je fais comme bon me semble avec ma femme ! » Les clients du cabaret, entre-temps, avaient fait appel à la maréchaussée21. Près d’un siècle plus tard, à Châtellerault, en février 1773, plusieurs clients d’un cabaret de la ville sont tellement indignés des « mauvais procédés que Dupuy fait subir publiquement à la femme Durand qu’ils firent appel au sieur de la Brosse, lieutenant de la sénéchaussée, qui le fit constituer sur le champ prisonnier par les grenadiers de la ville ». L’épouse, violemment battue, avait perdu connaissance et, selon la procédure de séparation qu’elle entamera ensuite, gardera des séquelles irréversible des coups reçus ce jour-là22.

15De ce dernier fait découle le questionnement du rôle de clameur comme régulateur social, qui, dans le cas des violences conjugales, relève tant de l’histoire du genre que du rappel de la stratification sociale propre à l’Ancien Régime.

Un outil de régulation sociale de la vie conjugale ?

La clameur publique est-elle spontanée ?

16Michel Creuzé-Dufrêne s’estime dans son droit en exigeant de son épouse, qu’il n’a pas vu depuis huit ans, qu’elle lui remette sa fortune. Furieux d’avoir du s’expliquer devant les gardes le 18 mai 1786, il revient à la charge le lendemain. L’affaire prend de l’ampleur : cette fois, il fait quérir les soldats dès le matin et consigne son épouse Madeleine Allaire, la sœur de celle-ci, son frère et leurs domestiques dans la maison. Puis il en appelle au lieutenant général de police de Poitiers, lui présentant l’affaire comme de la plus haute gravité. Le magistrat traverse les rues de la ville, en robe, avec son greffier, suivi d’une foule considérable. Tout le monde entre dans la maison de Creuzé. À ce moment, le mari s’explique, dévoilant ses intentions sexuelles :

« Monsieur, je voulus hier au soir habiter avec Madame, elle me refusa impitoyablement : j’appelai la garde pour faire l’ouverture de la cassette et de ses malles et c’est pour parvenir à les faire ouvrir que j’ai requis votre présence. »

  • 23 AD79, 4B-216 : Siège royal de Saint-Maixent, affaires civiles, 1780.

17Le magistrat procède à cette ouverture et ne constate la présence que de linge. La chambre est emplie, l’affaire est publique : juge, greffier, archers, famille, passants, domestiques, époux sont présents. Creuzé tente de nouvelles accusations mais un bruit monte de la foule : ce serait lui l’homme violent, celui qui a poussé sa femme au sol la veille, qui l’a frappée et veut la dépouiller de ses biens. Le magistrat écoute la rumeur, tance vertement le mari de l’avoir fait déplacer pour si peu et accède immédiatement à la requête de Madeleine Allaire : elle pourra se retirer dans la communauté religieuse de son choix et l’autorisation d’entamer une procédure de séparation lui est prodiguée. Creuzé hurle, réclame une lettre de cachet, mais le magistrat, avant de partir, lui signale que « sous un règne à jamais cher à la Nation, l’épouse timide est en sûreté contre les manœuvres d’un époux devenu son tyran23 ».

  • 24 AD79, 9B-211 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1786.
  • 25 AD79, 4B-216 : Siège royal de Saint-Maixent, affaire civiles, 1780.

18Après huit années de séparation volontaire, le mari tente de réinstaurer l’autorité masculine au moment où sa vie conjugale reprend. Il provoque lui-même la clameur, qui se retourne contre lui pour protéger les droits de l’épouse. Cependant, cette affaire ouvre sur un questionnement, celui de la spontanéité supposée de la clameur. En effet, si elle intervient en réaction immédiate à une émotion et entraîne une procédure judiciaire, en aucun cas parmi les 35 affaires étudiées la clameur ne s’élève dès le premier acte de violence. À Thouars, en 1786, Jeanne de la Haute Porte subit depuis trois ans les injures pubiques et les gifles répétées de son mari ainsi qu’une tentative d’empoisonnement attestée par un chirurgien avant que les gens de maison n’en appellent à la force publique24. De même à Saint-Maixent, en octobre 1779, Joseph de Crouzon « maltraite sa femme, déchire ses vêtements, la traîne par les cheveux dans la maison devant les servantes » sans que ces dernières n’osent intervenir. L’une d’entre elle en témoignera quatre mois plus tard, dans le cadre de la procédure de séparation25.

  • 26 AD86, F-21, mémoire signifié pour Messire Michel-Pascal Creuzé, écuyer, greffier en chef du bureau (...)

19Les exemples appuyant ce constat sont multiples. Ils abondent en un sens : la clameur publique, dans le cadre des violences conjugales, constitue l’aboutissement de violences antérieures et de la réputation du couple. L’affaire Creuzé correspond à ce schéma. Michel Creuzé est en effet un homme public, greffier en chef au bureau des finances qui, l’année précédente, a diffusé les détails de sa situation conjugale dans un long mémoire imprimé. Il y explique comment la famille Allaire n’a eu pour seul objectif, depuis leur mariage en 1770, que de mettre la main sur sa fortune pour combler ses mauvaises affaires à Saint-Domingue. Il décrit avec force détail la vie dissolue de Madeleine à Fontenay, puis Poitiers, qui dépense beaucoup d’argent en habits et parfums et passe ses soirées chez ses amies et a laissé périr leurs quatre enfants successivement faute de soins appropriés. Creuzé prépare le retour de sa femme pour des raisons qui sont difficiles à percevoir et défend sa réputation26. Cet imprimé, diffusé dans Poitiers, étale sur la place publique les déboires privés du couple Creuzé. Le retournement de la clameur contre le mari, lors du scandale décrit auparavant, résulte probablement de l’opinion pré-existante des habitants et des témoins sur le plaignant.

L’absence révélatrice de clameur

20Ce constat sur l’absence de spontanéité et l’existence d’un terrain favorable à l’émergence de la clameur permet de s’interroger sur l’absence de clameur. En effet, 204 des 239 affaires de violences conjugales étudiées n’entraînent pas de cri judiciaire. L’émotion peut être présente, mais en rester à ce simple état. La réaction la plus courante des témoins de violences conjugales consiste à laisser les couples régler leurs affaires de manière interne. Statistiquement, l’intervention publique dans un drame privé reste très minoritaire.

21Le facteur social entre en compte dans la société d’ordre de la France d’Ancien Régime. Le plaidoyer prononcé par l’avocat Delaunay au présidial d’Angers, en 1782, pour la défense de Marie-Henriette de Boscals contre son mari Charles Henri Bardels des Gléreaux, après avoir longuement décrit les violences dont l’épouse est victime depuis un an, expose les motifs qui justifient la séparation :

  • 27 AD86, F-20 : affaire Boscals-Bardel des Gléreaux, 1782, f. 10. Cette vision d’ordre de la tolérance (...)

« Si ce n’est sur l’incompatibilité des humeurs, sur l’aliénation mutuelle des esprits, que la justice se décide à venir au secours d’une femme, elle n’exige pas aussi, pour opérer la séparation des corps, que les sévices du mari aient été rendus tels que la femme ait eu à trembler pour ses jours. Il ne faut même pas qu’elle ait été frappée par son mari, si ce n’est dans la classe du peuple27… »

22L’avocat de la femme de Creuzé avancera le même motif, selon lequel une femme de bonne éducation ne peut supporter le même degré de violence verbale, et encore moins physique, qu’une femme sans éducation. Cette tolérance judiciaire supposée de la violence conjugale dans les catégories les plus modestes de la société explique-t-elle l’absence de clameur dans le cas du meurtre de la femme Girault, à Vasles, en 1762. Le 7 février au matin, la femme et ses trois filles sont retrouvées assassinées, apparemment à coups de pelle ou de bâton, dans leur chambre. L’émotion parcourt le village et la rumeur désigne immédiatement le mari, un domestique employé par un riche laboureur, comme coupable. Mais seule la dénonciation d’une amie de l’épouse, quinze jours plus tard, poussera le procureur Guibal de Salvert à ordonner la saisie du mari par les cavaliers de la maréchaussée, l’exhumation des corps des victimes pour leur analyse par deux chirurgiens, puis la récolte des témoignages d’une douzaine d’habitants. Parmi eux, Jeanne Girard, femme du cabaretier auquel le couple Girault louait une chambre, raconte la nuit du quadruple meurtre :

« J’entendis vers minuit Girault apporter un fagot de bois, il jura beaucoup après sa femme et la blâma d’avoir vendu du chanvre à trop bon marché. Plus tard, j’entendis frapper des coups sourds et, malgré ma peur, je pressa l’oreille contre la cloison qui me séparait de leur chambre et entendit pendant une demi-heure de très grands coups frappés sur le lit de Girault mais sans aucun cri. »

  • 28 AD86, 1B2/107 : Greffe criminel de Poitiers, année 1767. Je remercie Fabrice Vigier pour la communi (...)

23Ces coups, ces cris sont entendus par plusieurs hôtes du cabaret dont les témoignages concordent, mais nul n’intervient. La femme n’appelle pas à l’aide. Pourtant, le terrain favorable à la clameur existe : Girault bénéficie d’une réputation de voleur, les villageois le soupçonnent de nombreux larcins dans les fermes et même dans l’église28. Mais la clameur ne monte pas et l’épouse, ainsi que ses trois filles, succombent à la fureur du mari. Ce cas, extrême, montre que le silence entoure plus fréquemment les violences conjugales, dans les campagnes en particulier, que le cri judiciaire.

  • 29 Les communautés féminines sont les refuges ordinaires des femmes maltraitées : l’usage judiciaire v (...)

24Au-delà de la catégorisation sociale, des solidarités « masculines » font parfois obstacle à la clameur. Lors de la procédure de séparation entre Jeanne de la Haute Porte et Jean-Pierre Roy à Thouars en 1786, le sénéchal François de la Girardière audtionne le chirurgien Gilles Meschin. Celui-ci, âgé de 58 ans, narre que par trois fois, Roy lui demanda de vérifier l’état de grossesse ou non de son épouse et lui demanda des décoctions pour qu’elle perde l’enfant, ce que Meschin refuse. Plus tard, seul avec Jeanne, elle lui affirme que son mari l’oblige à boire des infusions d’orties blanches pour faire passer l’enfant. Plus tard, elle fait constater au chirurgien les nombreuses blessures liées aux coups reçus par son mari et lui demande si elle doit porter l’affaire en justice. Meschin lui dit « de ne rien faire, qu’un mari a le droit de corriger son épouse et que si elle craint pour sa vie, qu’elle se retire quelques temps aux Ursulines29 ».

  • 30 AD86, 9B-503 : Papiers du Roi, 1744-1766.

25Le rôle des communautés religieuses n’est pas négligeable. Les maris menacent fréquemment leurs épouses de les placer aux Pénitentes, communautés accueillant les femmes adultères et les prostituées pour les « redresser » sur le plan moral. Parfois, ils mettent leur menace à exécution. Dans cette procédure de séparation qui se déroule à Poitiers en 1758, après quatre années d’injures et de coups durant lesquels le mari accuse continuellement son épouse de le tromper, il fait appel aux cavaliers de la maréchaussée le 5 décembre. La scène, savamment calculée afin d’humilier la femme, se tient « à la sortie du sermon devant l’église Saint Pierre, les gardes la conduisirent ignominieusement dans la maison des Pénitentes de cette ville où elle est demeurée depuis30 ». L’intervention directe de la maréchaussée ou d’hommes de loi concluent un tiers des affaires étudiées. Ainsi Jacques Prunier, marchand de vin à Poitiers, épouse en 1758 Jeanne Marsault. Elle subit ses coups et ses insultes permanentes pendant trois années, jusqu’à ce jour de 1761 où

« pris de vin, il a couru dans la rue de son voisinage avec un sabre, protestant qu’elle ne mourrait jamais d’autre main que de la sienne, qu’il était si furieux qu’il a menacé bien des personnes, qu’il a donné des coups à la veuve Prunier sa mère en la blessant au bras, qu’il a tellement troublé l’ordre public qu’il a été emprisonné sur le champ et sur la clameur publique à la requête de M. le procureur ».

26L’affaire est représentative des motivations de l’appel aux forces de l’ordre. Dans ces cas précis, soit la femme est conduite dans une communauté religieuse pour la protéger des violences maritales et préserver sa réputation de fidélité conjugale, soit le mari est emprisonné provisoirement car il a blessé ou frappé des personnes tierces. Là encore, la seule violence envers l’épouse ne suffit jamais à l’intervention immédiate de la maréchaussée.

*

  • 31 AD79, Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, 1762-1786.

27Les rapports entre clameur publique et violences conjugales, réels, n’en demeurent pas moins ténus. L’émotion de l’entourage, des domestiques, des voisins et des passants, si elle est présente, ne se transforme que de façon épisodique en cri judiciaire. Des antécédents doivent exister qui donnent au couple une réputation de mésentente continue. Une peur du mari par des coups et des bruits répétés depuis plusieurs mois ou plusieurs années, et dont les débordements publics perturbent la vie sociale, semble le préalable à l’existence de clameur. Le silence est souvent la règle. Parfois la panique occasionnée franchit les limites de la rationalité pour confiner aux peurs spirituelles : malgré d’innombrables violences répétées pendant quinze années sur son épouse et de notoriété publique, le notaire mellois Hilaire Debout ne sera arrêté que le 9 mars 1770. Ce jour-là, il sortira en hurlant dans les rues de la ville : « Je suis le greffier du démon, venez vous battre avec le diable ! » Cette injonction effraie bien plus les habitants que la tentative de noyer sa femme perpétrée en public quatre ans plus tôt31.

28En dernier lieu, la sonorité de ces violences qui engendre la clameur permet de constater les modalités de circulation de l’information entre les sphères publiques et privées au XVIIIe siècle et l’analyse approfondie des affaires contribue à l’étude, complexe, de l’évolution des rapports de genre à l’époque moderne.

Notes

1 Il s’agit d’une communauté religieuse, attachée à l’ordre des Filles de la Sagesse dont la mission consiste dans le redressement moral des femmes adultères et des prostituées. Voir notre article « Pénitentes et prostituées au XVIIIe siècle (Poitiers, La Rochelle) », Clio. Histoire, femmes et sociétés no 17, 2e sem. 2003, p. 115-122.

2 Archives de la Vienne (AD86), 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.

3 Concernant les violences conjugales au féminin, voir : Victoria Vanneau, « Maris battus, femmes violentes : justice et société face à l’interversion des rôles conjugaux au XIXe siècle », dans A. Hammouche (dir.), Violences conjugales. Rapports de force, rapports de genre, Rennes, PUR, 2012, p. 49-63. À propos des violences conjugales après l’époque révolutionnaire, voir les articles de Petr Cador, « Le traitement juridique des violences conjugales dans les procédures de divorce selon l’article 242 du Code civil », dans Frédéric Chauvaud et Jean-Luc Mayaud (dir.), Les violences rurales au quotidien, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2000, p. 113-124 ; Gwénaël Murphy, « Gendarmes et violences conjugales dans la Vienne au XIXe siècle », Revue de la Gendarmerie Nationale, no 115, 1er trim. 2001, p. 115-122 ; Jean-François Tanguy, « Les victimes de violences conjugales en Bretagne au XIXe siècle », dans Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’Histoire ?, Rennes, PUR, p. 259-277.

4 Alain Lottin (dir.), La désunion du couple sous l’Ancien régime. L’exemple du Nord, Lille, PU de Lille, 1975, p. 12.

5 Les violences conjugales restent peu étudiées sur le plan historiographique. On consultera avec profit les travaux de : Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, La solitude, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Belin 2008, p. 79-89 ; Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles, Paris, Gallimard 1982 ; Arlette Farge, La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette 1986, p. 101-122 ; Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, 16e-18e siècles, Paris, A. Colin, 2003, p. 41-43 ; Alain Lottin, op. cit., p. 117-123 ; Marie Perrier, Le droit de correction du mari envers sa femme : approche des violences conjugales en France du XIIIe au XVIIIe siècle, master 2 en Histoire du droit, université Bordeaux 4, 2006, 156f ; Kathy Souffron, Les violences conjugales, Paris, Milan 2000, p. 18-19. Plus largement, dans une bibliographie abondante et en renouvellement sur l’histoire des relations conjugales, voir André Burguiere et Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire de la famille, Paris, Hachette 1991 ; Arlette Farge, Effusion et tourment, le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, Odile Jacob 2007, 249p. ; François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien régime, Paris, Hachette 1975 ; Dorothea Nolde, Le meurtre du conjoint. Pouvoir et violence dans le mariage à l’époque moderne, Cologne, Boehlau 2003 ; Agnès Walch, « La construction des couples depuis le XVe siècle et l’évolution des violences dans les relations de genre », dans A. Hammouche, op. cit., p. 21-31.

6 AD86, 9B-502 : Papiers du Roi, 1740-1744.

7 AD86, 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.

8 Id.

9 Archives départementales des Deux-Sèvres (AD79), 2B-44 : Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, 1762-1786.

10 AD79, 9B-210 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1785.

11 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.

12 Robert Muchembled, Une histoire de la violence de la fin du Moyen âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 2008.

13 AD79, 9B-210 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1785.

14 AD86, 9B-503 : Papiers du Roi, 1744-1766.

15 AD86, F-20 : Plaidoyer prononcé par maître Delaunay l’aîné, avocat au présidial d’Angers dans la cause de dame Marie-Henriete Françoise de Boscals de Reals contre messire Charles Henri Jacques Bardel des Gléreaux, 1782, vol. 1, f. 7-8.

16 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.

17 AD86, F-21 : Fonds d’érudits. 6 mémoires et réponses dans l’affaire de la dame Allaire contre son mari Creuzé-Dufrêne, greffier en chef du bureau des finances de la généralité de Poitiers. Je remercie Laurent Mastorgio, auteur d’une thèse de doctorat sur la famille Creuzé (université de Poitiers, 2010), pour les informations communiquées à propos de Michel Creuzé-Dufrêne.

18 Id., Mémoire pour la dame Anne-Magdelaine Charlotte Allaire, demanderesse en séparation de corps et d’habitation contre le sieur Creuzé-Dufresne, greffier en chef du bureau des finances de la Généralité de Poitiers, défendeur, Poitiers, imprimerie Michel-Vincent Chevrier, 1786, f. 12-13.

19 AD86, 9B-501 : Papiers du Roi, 1731-1740.

20 AD79, 9B-151 : Châtellenie du prieuré de Pamproux, actes civils, 1709-1790.

21 AD79, 2B-42 : Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, 1651-1685.

22 AD86, 9B-504 : Papiers du Roi, 1766-1788.

23 AD79, 4B-216 : Siège royal de Saint-Maixent, affaires civiles, 1780.

24 AD79, 9B-211 : Duché-pairie de Thouars, affaires civiles, 1786.

25 AD79, 4B-216 : Siège royal de Saint-Maixent, affaire civiles, 1780.

26 AD86, F-21, mémoire signifié pour Messire Michel-Pascal Creuzé, écuyer, greffier en chef du bureau des finances de Poitiers contre dame Magdelaine-Charlotte Allaire, épouse dudit sieur Creuzé, Poitiers, imprimerie M.V.Chevrier, 1786, 72f. Sur la réputation et l’honneur, voir Hervé Drevillon et Diego Venturino (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2011.

27 AD86, F-20 : affaire Boscals-Bardel des Gléreaux, 1782, f. 10. Cette vision d’ordre de la tolérance des violences conjugales est analysée en détail dans notre article « Faire mauvais ménage au village. Les violences conjugales dans les campagnes poitevines, XVIIe-XVIIIe siècles », Histoire et sociétés rurales (à paraître au 2e semestre 2013).

28 AD86, 1B2/107 : Greffe criminel de Poitiers, année 1767. Je remercie Fabrice Vigier pour la communication de cette référence.

29 Les communautés féminines sont les refuges ordinaires des femmes maltraitées : l’usage judiciaire veut que, lorsque les parents sont morts, les épouses demanderesse en séparation se retirent chez les religieuses afin de préserver leur réputation le temps de la procédure. Voir notre étude précise dans Le peuple des couvents. Religieuses et laïques du diocèse de Poitiers sous l’Ancien régime, La Crèche, Geste éditions 2007.

30 AD86, 9B-503 : Papiers du Roi, 1744-1766.

31 AD79, Prévôté royale de Melle, enquêtes civiles, 1762-1786.

Auteur

Docteur en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. Ses travaux portent sur l’histoire du genre à l’époque moderne. Il a publié Les religieuses dans la Révolution française (Bayard, 2005) et Le peuple des couvents, Poitou, XVII-XVIIIe siècles (Geste éditions, 2007). Membre de l’équipe « Sociétés conflictuelles » du CRIHAM (EA 4270, universités de Poitiers et Limoges), il étudie actuellement la réception sociale et les pratiques des séparations conjugales sous l’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540