Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Première partie. Crier pour la justice

La clameur publique et la potence de Madridejos (1670)

Olivier Caporossi

Texte intégral

  • 1 Robert Marrast (dir.), Théatre espagnol du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1994, p. 28 (...)

« Flores : Écoutez ces clameurs.
Clameurs en coulisses.
Le commandeur : Des clameurs ?
Flores : Oui, Monseigneur, au point d’empêcher l’exécution de ta sentence.
Ortuño : Ils enfoncent les portes1 ! »
Lope Felix de Vega Carpio (1562-1635),
Fuente Ovejuna.

  • 2 Albrecht GrafVon Kalnein, Juan José de Austria en la España de Carlos II, Lerida, Milenio, 2001, p (...)
  • 3 Carmen SanzAyán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, p. 206-2 (...)
  • 4 Pedro L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla (siglos XVI-XVII), Madrid, Siglo XX (...)

1L’avènement d’un roi mineur et malade surnommé « l’ensorcelé », Charles II, plongea peu à peu la monarchie catholique dans une crise politique majeure, malgré la paix d’Aix-La-Chapelle (1668) qui la libérait de la guerre contre le Portugal (1640-1668). La lutte pour le pouvoir entre la junte de gouvernement tenue par l’aristocratie, la reine mère Marie Anne d’Autriche devenue la régente (1665-1675) et son favori le père Nithard (1666-1669), et le frère bâtard du roi, Jean José d’Autriche, se traduisit par une campagne de pamphlets dans toute l’Espagne qui firent renaître le spectre du mauvais gouvernement2. Dans ce contexte d’affrontement, la maitrise du conseil des Finances devint un enjeu politique qui empêcha la mise en place d’une nouvelle réforme monétaire voulue par les financiers de la monarchie depuis 16693. En cette même année, la disgrâce de Nithard et l’exil de Jean José d’Autriche à Saragosse après sa marche militaire sur Madrid ne purent rien résoudre. La conquête progressive du pouvoir par le nouveau favori de la régente, Valenzuela (1670-1676) n’apporta aucune nouvelle mesure à la crise des finances royales. Le conseil de Castille, instance suprême en matière de gouvernement, d’administration et de justice, se retrouva bien seul à essayer de maintenir l’autorité royale dans les campagnes du royaume, parfois touchées par la famine, la contestation fiscale, ou les émeutes anti seigneuriales4.

  • 5 Javier deSantiagoFernández, Política monetaria en Castilla durante el siglo xvii, Valladolid, Junt (...)
  • 6 Manuel VilaplanaPersiva, Historia del real de aocho, Murcie, Universidad de Murcia, 1997, p. 59.
  • 7 Henry Kamen, La España de Carlos II, Barcelone, Crítica, 1987, p. 313-323.
  • 8 Noël Salomon, La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle d’après les Relaciones topo (...)
  • 9 Elena PostigoCastellanos, Honor y privilegio en la corona de Castilla. El Consejo de las Ordenes y (...)

2Si aucune altération monétaire n’intervint avant la décennie 1680, les campagnes de Castille n’en furent pas moins la proie des faux-monnayeurs. Pour l’historien Javier Santiago Fernández la forte hausse du taux de change entre l’argent et le billon qui passe entre 1665 et 1680, de 120 % à 275 % ne pourrait s’expliquer que pour cette raison, puisqu’après 1664, la couronne ne frappe plus de nouvelles monnaies de billon. En fait, les conséquences des mesures de 1664 se faisaient toujours ressentir dans l’économie intérieure5. La monnaie de cuivre nommée moneda de molino, ou moneda ligada parce qu’elle liait 20 grammes d’argent fin au cuivre, d’abord frappée sous la forme de pièces de 16, 8, 4 et 2 maravédis en 1660 voyait sa valeur officielle ramenée à 8, 4, 2 et un maravédis, selon la pragmatique du 14 octobre 16646. Il semble que cette monnaie, facile à contrefaire, notamment en diminuant le poids en argent des pièces, ait fait la fortune des faux-monnayeurs et des contrebandiers, souvent aidés par des marchands qui l’introduisaient dans leurs échanges. Dans les campagnes de Nouvelle Castille, le banditisme de grand chemin et les complicités supposées des autorités locales rendaient la lutte contre les faussaires encore plus difficile7. Dans ces espaces de l’ancienne frontière, encore très marqués par la reconquête et ses places fortes, les bourgades étaient rarement placées sous l’autorité directe du roi. L’essentiel des territoires restait dominé par les juridictions ecclésiastiques, seigneuriales, et surtout par les ordres militaires8. Cependant, il était établi depuis 1609, que les causes criminelles et civiles des ordres militaires relevaient tout autant de la juridiction privative du conseil des ordres que des juges royaux9. Il fallait néanmoins trouver une procédure de haute justice capable de placer toutes ces juridictions concurrentes sous l’autorité directe d’un représentant du roi. Le conseil de Castille utilisa alors le moyen légal dont il disposait pour faire face à des situations exceptionnelles : la commission.

  • 10 « para la averiguaçion y castigo de los culpados en la falsificación de moneda », AHN, Consejos, l (...)
  • 11 Selon les relations topographiques de 1576 la bourgade de Madridejos comptait à la fin du XVIe siè (...)
  • 12 Archivo Histórico Nacional (AHN), consejos, legajo 26 044.
  • 13 Antonio Dominguez Ortiz, Alteraciones andaluzas, Madrid, 1973.

3L’un de ces commissaires fut, en 1670, le licencié Diego de Baldès de Orozco, ancien auditeur de l’audience du Guatemala, qui reçut du conseil de Castille et du roi, une commission privative pour « la poursuite et le châtiment des coupables de falsification monétaire » entre les villes de Tembleque, Damiel et Ciudad Real qui accueillaient trois des principales foires de la région10. Cette commission lui permettait de mobiliser les forces des autorités locales et leur prison tout en les inhibant de telles affaires. Les municipalités comme les tribunaux ecclésiastiques ou militaires ne pouvaient user de leur juridiction particulière ou privative pour entraver son action judiciaire ou policière. Elles se voyaient au contraire invitées par le roi à soutenir les décisions du licencié Diego de Baldès de Orozco en plaçant au service de ce dernier leurs moyens humains et matériels. Ayant des droits de haute justice car il représentait directement le roi et le conseil de Castille, cour suprême du royaume, il pouvait enquêter secrètement, utiliser la torture judiciaire sans en référer à un tribunal suprême, instruire, prononcer une sentence et l’appliquer sous réserve d’un accord des conseillers de Castille. Mais, le 21 août 1670 il rencontra une résistance de la population qu’il n’avait pas prévue, dans la bourgade de Madridejos11, située au croisement des routes qui allaient de Murcie vers Tolède et de Madrid vers Grenade. En rompant les cordes qui retenaient sur le gibet Juan Garcia, le boulanger de Madridejos déjà moribond, convaincu de fabriquer et de répandre de la fausse monnaie, et condamné pour cela, la population brisait la répression organisée par le commissaire du roi. Des moines portèrent la clameur publique du peuple de Madridejos, rendant impossible la suite du supplice prévu, et suscitèrent la fuite des ministres de la justice du roi débordés, dont témoigne le rapport envoyé au conseil de Castille12. Le caractère inouï de l’événement, qui pourtant rappelait les émeutes andalouses de 1652 et l’extrême sensibilité de la population aux rumeurs de monnaie13, occupa et préoccupa le conseil de Castille pendant près d’une année (1670-1671).

4La clameur de Madridejos souligne l’importance des manifestations collectives de la plainte de monnaie qui manifeste un besoin de justice très présent dans l’imaginaire social, autant que la difficulté du contrôle judiciaire des frontières intérieures de l’Espagne d’alors. La clameur de Madridejos invite donc l’historien à interroger le phénomène global des clameurs de monnaie, si récurrentes dans l’Espagne du XVIIe siècle.

Le déploiement d’une justice extraordinaire ?

5La chasse aux faux-monnayeurs menée par le licencié Diego de Baldès de Orozco dans les campagnes de Nouvelle Castille amena ce dernier à identifier une vingtaine de faussaires (dont le nombre croit peu à peu jusqu’à 36 accusés) qui auraient de la fausse monnaie à partir de Madridejos. Les premiers d’entre eux seraient les frères Juan et Marcos de Escolana qui possédaient une maison dans les alentours, transformée en véritable atelier de faux monnayage, où ils faisaient travailler des ouvriers salariés pour produire de la fausse monnaie à partir de liards (monnaie de billon valant deux maravedis) provenant d’Andalousie avec un bénéfice estimé à 20 %, et qu’ils échangeaient ensuite contre de véritables doublons. L’entreprise criminelle est d’abord familiale puisque nous retrouvons parmi les inculpés un parent, Gabriel de Escolano. Parmi les salariés signalons un découpeur de métal (cortador de macho) travaillant avec un marteau de forge et un billot d’enclume, Juan Diaz de Vega, mais aussi des introducteurs de fausse monnaie comme Francisco Alvarran et sa fille Maria, accusés par certains témoins de passer en contrebande 14 réaux de moulin récemment fabriqués.

6Le 14 mai 1670 la justice municipale de Yebenes fit arrêter, sur ordre du commissaire Diego de Balberde, Ana Pueblas et Maria Diaz surprises en possession de trois sacs de monnaie, apparemment fausse. Chez d’autres, par exemple le 25 juillet 1670 dans la demeure des frères Juan et Francisco Cesar, tous deux serruriers, les ministres de la justice du roi découvrirent notamment une enclume, deux petits marteaux. La chancellerie de Grenade, tribunal supérieur compétent pour tous les territoires castillans situés au sud du Taje, fit inspecter les maisons de Pedro Gomez Carreno, Pedro de Flores avant de faire arrêter leurs occupants ainsi que Francisco Delgado. Les justices municipales de Yebenes, Daimiel, Tembleque et Madridejos semblent avoir soutenu cette opération de grande envergure. La torture judiciaire, dont l’usage est l’une des prérogatives des tribunaux supérieurs du roi, est ordonnée par le commissaire, le licencié Diego de Balverde, sur la personne du boulanger de Madridejos, Juan Garzia, et sur celle de Francisco Delgano. Cependant, ce dernier réussit à y échapper grâce à la déclaration du médecin le licencié Fernando de Alva, qui affirma que le prévenu ne pouvait supporter une telle épreuve. Les saisies de biens des prévenus se multiplièrent dans tout le pays.

  • 14 « de que en la villa de Madridejos a habido mucha desorden en falsear dicha moneda », AHN, Consejo (...)

7Les interrogatoires mirent au jour la géographie de la diffusion de fausse monnaie à partir d’un centre : Madridejos. Andres Corombo, alguazil de Daimiel rendit compte au gouverneur de la ville, le licencié Diego de Florès, d’une somme de 18 réaux de la moneda de molino que lui aurait versée Ana de Dueñas. Et le gouverneur déclara les pièces fausses, « du fait du grand désordre qu’il y eut à Madridejos à falsifier la dite monnaie14 », raison pour laquelle il entama des poursuites judiciaires, dont il confia par la suite la direction au commissaire du roi. Les activités délictueuses des faussaires se seraient étendues aux villes de marché et de foire les plus importantes de la région : Tembleque, Daimiel, Ciudad Real. Des marchés secondaires, comme celui du village de Guadajerca dans la juridiction du château de la Doncella, se retrouvaient aussi concernés par le mal monétaire. À cela s’ajoutaient des points de passage stratégiques comme Yebenes.

8Les poursuites judiciaires aboutirent peu à peu aux premières sentences pénales. Une condamnation à la pendaison et au paiement des frais judiciaires complétée par une amende de 100 ducats fut prononcée à l’encontre du découpeur de métal Juan Diaz de Vega. Francisco Rodriguez de Gutierrez fut condamné à quatre ans de service dans les mines d’Almaden et à payer une amende de 100 ducats en plus des frais de justice, pour sa complicité avec Francisco Thoribio et pour avoir fabriqué de la fausse monnaie. Mais le prévenu le plus sanctionné fut le boulanger Juan Garcia, condamné à l’amende publique, la pendaison et la perte de tous ses biens pour faux monnayage le 21 août 1670.

Un échec judiciaire ?

9Le déploiement de cette justice extraordinaire, assez inouïe pour la population, suscita des inquiétudes dans cette nouvelle Castille où s’entremêlaient les juridictions ecclésiastiques et seigneuriales, sans oublier celle des ordres militaires. La bourgade de Madridejos elle-même dépendait des chevaliers de Saint - Jean et était peu habituée à voir intervenir la justice du roi. L’alcade ordinaire de Yebenes, Miguel Lopez, s’inquiéta de cette situation car il venait d’être excommunié pour avoir arrêté Antonio Garzia dans une église, remettant en cause le droit d’asile, qui pourtant était, depuis Philippe II, très limité en matière de crimes aussi graves par la Nueva Recopilación.

10La prison de Madridejos, où furent regroupés les premiers inculpés, ne semblait pas sûre. Le prisonnier Francisco Delgado réussît à y falsifier des monnaies. L’emprisonnement ne l’empêcha donc pas de continuer son activité criminelle. Juan Sanchez créa le trouble dans la prison avant de s’enfuir, grâce à l’intervention de Francisco Pérez Cacho junior, qui depuis 1650 commandait une fabrique de fausse monnaie dans la maison de campagne de son père, lui-même faux monnayeur. Le 21 mars 1670, accompagné de 150 bandits à cheval et armés de bouche à feu, lui-même armé de deux pistolets à la ceinture, il entra dans la prison, rompit les barreaux et les fers de ses compagnons, tuant dans l’action deux prisonniers, mais délivrant les faussaires. Gabriel de Escolano, Juan et Francisco Cesar, Juan Moreno, Francisco Delgado, Juan Sanchez, Alfonso Ambrosio, Juan Fernandez Herrero purent ainsi s’évader sans que les autorités municipales de Madridejos n’interviennent. Cette libération des prisonniers, était d’une extrême violence pour le licencié Juan Gutierrez Coronel qui le premier avril 1671 dressa l’acte d’accusation contre Francisco Pérez Cacho rattrapé par les ministres de la justice le 23 mars de la même année. Dans ce texte, il est rappelé que Francisco Pérez Cacho aurait soulevé la population de Madridejos pour mieux protéger la fuite des évadés le soir du 21 mars 1670. Mais tous n’ont pas réussi à s’évader. Les prisonniers restants, parmi lesquels le boulanger de Madridejos, furent conduits dans la forteresse de la ville de Consuegra, jugée plus sûre, par le commissaire du conseil de Castille. Le lien entre faux monnayage et banditisme de grand chemin était désormais établi. La campagne de répression du faux monnayage de Madridejos connaissait aussi ses premiers échecs.

11Sur les 36 inculpés, 16 étaient en fuite au moment de leur première condamnation et donc jugés par contumace.

12À partir du 19 août 1670, le commissaire Diego de Balberde, se trouva obligé d’absoudre neuf inculpés dont certains étaient en fuite. Les tailleurs Juan et Andrès Moreno, ainsi que Lazaro de Arenas étaient de ceux-là. Juan Martin de Mora et son épouse Catalina Diaz furent torturés dans la forteresse de Consuegra, mais continuèrent à justifier l’absence de l’époux par son travail de coupeur de laines dans les terres de Tolède. Ils furent donc libérés. Malgré la torture judiciaire sur sa personne, Ana de Pueblas refusa d’avouer qu’elle répandait de la fausse monnaie. Son arrêt de libération fut signé dès le 14 mai 1670. Il en fut de même pour une autre habitante d’Urda, Maria Diaz. Les délinquants, accusés d’avoir joué un rôle clé dans le désordre monétaire de la région de Madridejos, ainsi que les chefs de l’organisation criminelle supposée (les frères Escolano et Francisco Pérez Cacho), échappèrent à la justice du commissaire, mais le conseil de Castille exigeait des résultats.

Le triomphe de la clameur ?

13Le commissaire Diego de Balverde était donc pressé de faire un exemple. Il s’agissait pour lui de rétablir l’autorité du roi sur la population de Madridejos et d’y faire éclater son triomphe. Le boulanger de Madridejos, Juan Garcia, connu de tous, devint la première victime de cette stratégie judiciaire. L’inspection de sa demeure par les ministres de la justice avait permis la découverte d’instruments destinés à la fabrication de fausse monnaie, selon le commissaire du conseil de Castille, et des témoignages accusaient le prévenu de complicité avec les briseurs de prison. Son absence lors de la visite de sa demeure fut dès le début comprise comme une fuite coupable, même si ce dernier expliqua par la suite que cette fuite était due à la rumeur selon laquelle il était recherché pour les dettes qu’il avait contractées auprès d’un naturel de la ville, Juan Moreno. La sentence de mort par pendaison prononcée contre le boulanger, criée et exécutée le 21 août 1670, se fit devant une foule importante. C’était en effet jour de foire et de fête sur la place Santa Maria de Madridejos, où avait été installé un gibet. Le condamné, transporté à la prison de Madridejos, fut ensuite promené dans les rues sur un mulet, mains nouées sur un crucifix, licou attaché au col, écriteau accroché au dos et sur la poitrine. Après différentes haltes où le crieur public de la ville donnait lecture de l’arrêt de condamnation, il devait faire amende honorable à la porte des églises et reconnaître solennellement son crime avait d’être conduit sur la place pour y être pendu. Le crieur rappela à tous qu’il était interdit de toucher le corps du supplicié, qui devait mourir pendu et perdait tous ses biens au profit de la couronne. Les récits de l’événement semblent montrer l’absence des ministres de justice après la mort du condamné.

14Ces derniers expliquent qu’ils étaient occupés à lire les sentences prononcées contre d’autres prisonniers dans la prison de Madridejos et qu’ils n’ont pu garder le gibet et son pendu. C’est seulement ensuite, qu’ils se seraient rendu compte de la disparition du pendu. Un autre rapport émanant du commissaire lui-même constate que les ministres de la justice ayant quitté la place, une foule, peu craintive de Dieu et peu respectueuse du roi, méprisant la justice, aurait enlevé le corps du boulanger, coupant les cordes du gibet, pour l’emporter vers le couvent des dominicains. Des religieux auraient été les complices de cet acte de rébellion collectif : des dominicains et des franciscains.

15La déclaration du crieur public, Juan Blanco, offre une autre chronologie de l’événement. Les acteurs sont les mêmes : les ministres de la justice, un religieux et la foule en colère. Pour lui, un religieux monta sur l’escalier du gibet juste après sa lecture de l’arrêt qui interdisait de quitter le condamné de la corde. C’est au moment où ce religieux – un dominicain – commença à haranguer la foule, que les ministres de la justice c’est-à-dire l’alcade ordinaire Fernando Vazquez de Neyra et les alguazils Francisco Ximenez de Cisneros et Claudio de Castro, se précipitèrent vers la prison, située dans l’un des angles de la place publique. Un ecclésiastique, dont on ne sait encore s’il s’agissait de celui qui harangua la foule, coupa les cordes, accompagné par une troupe d’autres moines.

16Pour le garde, Francisco Lucas, c’est un franciscain qui monta sur l’estrade pour haranguer la foule avant qu’elle ne fût occupée par des dominicains. Le curé de Saint Sauveur serait intervenu auprès des gardes et des religieux pour quitter le mort du gibet. Francisco Lucas affirme l’avoir entendu. À la vue du retrait des ministres de la justice, le garde se retira du gibet et se dirigea vers la prison. Il entendit la clameur des gens et retourna la tête pour constater la disparition du corps du supplicié. Les ministres de la justice ne sortirent de la prison qu’après le départ de la foule et des moines qui conduisaient le boulanger au couvent dominicain de San Yacinto. Dans ce déplacement qui s’effectua par la plus large rue de Madridejos, la foule suivait derrière les moines. La foule était encore là murmurante devant les portes du couvent, quand les ministres de la justice vinrent réclamer en vain leur ouverture. Un dernier témoignage, celui d’un naturel de Consuegra – donc d’un étranger à la ville – le berger Alonso Jendero, là pour la foire, nous apprend que le prédicateur qui monta le premier sur l’estrade du gibet pour haranguer la foule était un franciscain. Pendant son discours, les ministres de la justice seraient descendus de cheval et sortis de la place. Un autre clerc serait ensuite monté sur l’estrade du gibet pour couper les cordes et les autres religieux auraient pris le corps du supplicié. L’arrêt du commissaire, daté du 22 août 1670, innocente les ministres de la justice et accuse les seuls ecclésiastiques d’être responsables de l’échec de la justice du roi. Le récit envoyé au conseil de Castille, s’il fait mention d’un murmure populaire, ne le définit jamais. Les raisons de la clameur de Madridejos sont donc à chercher ailleurs.

Conclusion : les raisons d’une clameur

17L’interrogatoire du boulanger Juan Garcia montre qu’il avait de bonnes relations avec l’élite locale, ce qui peut expliquer le choc que représenta son exécution, et le peu d’empressement de l’alcade ordinaire à défendre la sécurité du gibet. Dès la publication de la sentence, le procureur Francisco Garcia Ponze, qui assurait la défense de Juan Garcia, demanda au commissaire de repousser l’exécution de la sentence car il avait fait appel devant le conseil de Castille. Pour Francisco Garcia Ponze la sentence du commissaire Diego de Balberde montrait qu’elle correspondait à un crime de lèsemajesté. La falsification monétaire qui était reprochée au condamné avait réputation d’un crime de lèse-majesté mais pas au sens strict. Selon les jurisconsultes l’appel était dans ce cas de droit, surtout quand le crime ne paraissait pas évident (pas de témoins directs). La tentative d’évasion et la complicité d’évasion du 21 mars 1670 ne seront pas prouvées. Il affirmait que le boulanger ne faisait pas partie de la faction du bandit Francisco Pérez Cacho, faisant remarquer que l’évasion de la prison ayant eu lieu de nuit, personne ne l’avait expressément reconnu. Enfin, en bon professionnel, il fit appel au devoir de clémence du juge royal, Juan Garzia ayant une femme et cinq jeunes enfants à entretenir. Il abattît ensuite son dernier argument : la lettre de commission ne donnait pas systématiquement le pouvoir de refuser un appel à son détenteur. C’est pourtant ce que fit Diego de Balberde en ordonnant l’application immédiate de la sentence de mort contre Juan Garcia. Cet acte, dont la documentation conservée aux archives historiques nationales ne nous permet pas d’en discuter la légalité, a pu être compris par la famille de l’accusé et par la population comme l’abus de pouvoir d’un mauvais officier. Quoiqu’il en soit, il fermait définitivement l’appel au pouvoir souverain.

  • 15 René Girard, Le Bouc-émissaire, Paris, Livre de poche, 1982, p. 22.
  • 16 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, rééd. 1993, p. 76.

18Le boulanger de Madridejos pouvait apparaître comme le bouc émissaire d’une justice royale à laquelle les délinquants les plus impliqués avaient échappé par un coup de force terrible : la prise d’assaut de la prison, avec le soutien d’une partie de la population. Le rituel judiciaire devenait, par le refus de l’appel, un acte d’injustice majeur orchestré par un mauvais juge – étranger à la communauté – qui s’opposait à la justice directe du monarque pour imposer un supplice humiliant à la communauté de Madridejos. La croyance selon laquelle le meilleur des juges reste le roi pour reprendre le titre d’une des comedias de Lope de Vega (El mejor alcalde es el Rey) était sans doute dominante dans la société castillane du XVIIe siècle. Par ailleurs, les propos du procureur montrent bien que pour une partie de la population, le faux monnayage n’était pas compris comme un crime des plus graves, mais comme une pratique monétaire de survie largement répandue dans le pays. Le « stéréotype de la crise » symbolisé par le mal monétaire ne pouvait donc pas être partagé par la communauté de Madridejos15, rendant impossible la communion entre celle-ci et la justice du roi. C’est pourquoi Juan Garcia ne put acquérir le statut de bouc émissaire. Au contraire, la population et à leur tête, les moines, transportèrent son cadavre arraché à la potence comme on transporte le corps d’un martyr pour l’enterrer dans la nécropole sacrée du couvent dominicain et y célébrer sa mémoire, d’où les autorités judiciaires furent exclues puisqu’on refusa de leur ouvrir les portes. Le cérémonial judiciaire ne parvint pas à imposer la vérité du crime à la population, pas plus que la justice du roi n’imposa le silence à toutes les voix, des voix qui s’étaient déjà manifestées au mois de mars pour la libération de certains prisonniers. L’éclat du supplice fut au contraire brisé par « l’inversion violente de la machinerie pénale16 ».

19Le boulanger Juan Garcia pouvait aussi apparaître comme la victime innocente qui expiait à la place des chefs du réseau de bandits et de faussaires, toujours en fuite. Cependant, si pendant la cérémonie du supplice, la clameur a pu s’entendre avant le début de la pendaison proprement dite, elle n’a recouverte le retrait du corps supplicié, qu’une fois la victime morte. Les moines et la foule ne sont intervenus que pour libérer le cadavre de Juan Garcia. La présence des ministres de la justice au début de l’exécution empêchait-elle le public d’intervenir ? Fort peu si on considère qu’un des ecclésiastiques présents dans la foule put monter sur l’échafaud et commencer sa harangue avant le départ des gardes. Plus encore que la mise à mort du boulanger, c’est l’exposition du pendu, dont le crieur avait interdit l’enlèvement, qui scandalisa. L’infamie portée par le cadavre du supplicié se transportait alors sur la communauté toute entière, la stigmatisant. C’est à ce moment-là que nous pouvons situer le point d’intensité extrême du sentiment d’injustice qui fait basculer la foule dans l’action. L’identité cléricale des meneurs, qui représentent les guides spirituels de la communauté et qui sont connus de tous, joue sans doute un rôle déterminant. La réponse de la foule criante à la harangue du prêtre peut être comprise comme un cri de ralliement populaire jeté à la face des ministres de la justice. La clameur publique annulait ainsi l’interdit proclamé par le crieur de la ville quant au corps du pendu, reléguant celui-ci à un coup de force scandaleux.

20Le conflit de compétence entre l’archevêché de Tolède et le conseil de Castille, qui suivit cette affaire, est révélateur d’autres enjeux locaux. Pour échapper à son arrestation tardive (en 1671), le licencié Francisco Perez Cacho se prétendit clerc de l’église paroissiale de Santa Maria de Madridejos et demanda l’inhibition de la justice laïque. Le vicaire de Madrid tenta donc de récupérer cette affaire auprès de la chancellerie de Grenade. Sa lettre dévoile aussi les liens étroits qui ont pu exister entre le clergé local et la bande de faussaires. Manuel Cadenas, le prieur du couvent de San Yacinto, où repose le supplicié Juan Garcia, dont on sait qu’il participa à la clameur de Madridejos, réclama à la justice royale le paiement d’un censo de 503 réaux établi le 18 février 1666, sur les biens de Pedro Flores et Angela de Mayorca, deux des accusés du crime de monnaie. Le collecteur de la paroisse de Saint Sauveur, lui, réclamait le paiement de 10 600 réaux sur les biens saisis à Gabriel de Escolana, l’un des principaux cerveaux de l’organisation criminelle, condamné à la pendaison par contumace. Les liens financiers qui existaient entre de nombreux accusés et l’élite du clergé local expliquent l’intensité de l’engagement ecclésiastique dans la clameur publique de Madridejos.

  • 17 José Antonio Maravall, La philosophie politique espagnole au XVIIe siècle dans ses rapports avec l (...)

21Du côté du conseil de Castille, l’évolution de l’épilogue des événements de Madridejos vers un conflit de compétence classique avec l’Église, permettait d’écarter la négation de l’appel au souverain comme une justification de la résistance de la communauté, une sorte de reconnaissance implicite du droit de résistance, si présent dans la pensée politique espagnole du tyrannicide et dans le théâtre du Siècle d’or17.

22La clameur publique de Madridejos avait certes permis de rompre les cordes de la répression judiciaire abusive d’un officier du roi, comme Lope de Vega avait su représenter le peuple de Fuente Ovejuna porté par une clameur qui le poussa à empêcher l’injuste mise à mort, qu’avait ordonnée un commandeur tyrannique. Mais, à la différence du peuple de Fuente Ovejuna, la clameur publique n’avait pas permis à la population de Madridejos d’éliminer l’officier tyrannique qui empêchait les liens entre le roi et ses sujets, ni de rétablir cette relation symbolique directe. Le commissaire Diego de Baldès semblait absent des événements d’août 1670 et disparut de cette histoire après avoir envoyé son rapport aux conseillers de Castille, sans doute rappelé à Madrid par ces derniers. La justice souveraine du roi d’Espagne, en orientant son action répressive vers quelques ecclésiastiques et quelques bandits, refusait de reconnaître le rôle de la communauté dans la rupture du rituel judiciaire attaché au supplice du boulanger Juan Garcia. L’appel direct au roi demeura inaudible à la cour. La clameur publique de Madridejos aurait donc révélé une attente frustrée, un roi absent de ses sujets en quête d’une justice souveraine directe, une monarchie catholique fragile : bref, le déclin de l’autorité monarchique pendant la minorité de Charles II (1665-1675).

  • 18 José Antonio Maravall, op. cit., p. 274-277. L. Robert Fiore, Drama and Ethos: natural Law Ethics (...)
  • 19 Yves-Marie Bercé, Le roi caché. Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe (...)

23Dans la pensée politique espagnole du XVIIe siècle, la présence du roi et son intervention directe contre les abus de ses ministres restait le moyen privilégié de restaurer l’obéissance des sujets et l’ordre naturel voulu par Dieu18. La clameur publique devenait l’expression d’une angoisse collective diffuse que la fuite de Madridejos des mauvais ministres du roi, comme la mort du commandeur tyrannique dans Fuente Ovejuna, pouvaient exorciser en rétablissant l’ordre social. Le mythe politique du rapport direct au roi, souvent associé dans les émotions populaires aux révoltes antifiscales19, rendait possible la contestation active des intermédiaires du mal govierno de la monnaie, et la résistance à l’exercice de la souveraineté monétaire au nom de la légitimité chrétienne de la monarchie hispanique.

Notes

1 Robert Marrast (dir.), Théatre espagnol du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1994, p. 286.

2 Albrecht GrafVon Kalnein, Juan José de Austria en la España de Carlos II, Lerida, Milenio, 2001, p. 187-188.

3 Carmen SanzAyán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, p. 206-229.

4 Pedro L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla (siglos XVI-XVII), Madrid, Siglo XXI, 1996.

5 Javier deSantiagoFernández, Política monetaria en Castilla durante el siglo xvii, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2000, p. 197-198.

6 Manuel VilaplanaPersiva, Historia del real de aocho, Murcie, Universidad de Murcia, 1997, p. 59.

7 Henry Kamen, La España de Carlos II, Barcelone, Crítica, 1987, p. 313-323.

8 Noël Salomon, La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle d’après les Relaciones topográficas, Paris, SEVPEN, 1964, p. 22 et p. 307.

9 Elena PostigoCastellanos, Honor y privilegio en la corona de Castilla. El Consejo de las Ordenes y los Caballeros de Hábito en el siglo XVII, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1988, p. 232.

10 « para la averiguaçion y castigo de los culpados en la falsificación de moneda », AHN, Consejos, legajo 26 044.

11 Selon les relations topographiques de 1576 la bourgade de Madridejos comptait à la fin du XVIe siècle 1666 feux, dont 700 travailleurs agricoles, parfois riches d’un attelage. Noël Salomon, op. cit., p. 273-274.

12 Archivo Histórico Nacional (AHN), consejos, legajo 26 044.

13 Antonio Dominguez Ortiz, Alteraciones andaluzas, Madrid, 1973.

14 « de que en la villa de Madridejos a habido mucha desorden en falsear dicha moneda », AHN, Consejos, legajo 26 044.

15 René Girard, Le Bouc-émissaire, Paris, Livre de poche, 1982, p. 22.

16 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, rééd. 1993, p. 76.

17 José Antonio Maravall, La philosophie politique espagnole au XVIIe siècle dans ses rapports avec l’esprit de la contre-réforme, Paris, Vrin, 1955, p. 313-322. Antonio Gómez-Moriana, Derecho de resistencia y tiranicidio. Estudio de una temática en las comedias de Lope de Vega, Saint Jacques de Compostelle, Porto y Cía, 1968. Robin Carter, « Fuente Ovejuna and Tyranny: some problems of linking drama with political theory », Forum for Modern Language Studies, XII, 1977, p. 313-336. José Sánchez Boudi, « El derecho penal en el teatro de Lope de Vega », Lope de Vega y los orígenes del teatro español, Madrid, Edi-6, 1981, p. 755-763.

18 José Antonio Maravall, op. cit., p. 274-277. L. Robert Fiore, Drama and Ethos: natural Law Ethics in Spanish Golden Age Theater, Lexington, University Press of Kentucky, 1975.

19 Yves-Marie Bercé, Le roi caché. Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1990, p. 411.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540