Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Première partie. Crier pour la justice

Le cri du héraut, la clameur de la foule et la conception aristocratique de la justice médiévale

Henri Simonneau

Texte intégral

  • 1 Chrétien deTroyes, Lancelot ou le chevalier de la charrette, éd. J.-Cl. Aubailly, Paris, Flammario (...)
  • 2 Haro ! Noël ! Oyez ! Pratiques du cri au Moyen Âge, dir. D. Lett et N. Offenstadt, Paris, Publicat (...)

1La première mention d’un héraut dans la littérature est celle d’un cri. Il s’agit, dans Le Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes, du fameux « Or est venuz qui l’aunera ! » prononcé par le compagnon de Lancelot, attirant ainsi l’attention de la foule sur le jouteur inconnu du tournoi de Noauz1. Si cette exclamation n’est pas directement liée à une demande de justice, elle nous rappelle que l’espace public reste depuis l’origine de l’office d’armes un des lieux d’action privilégiés du héraut et que prendre la parole publiquement est au cœur de ses fonctions. Il y a maintenant une dizaine d’années, dans l’introduction d’un ouvrage consacré à la pratique du cri au Moyen Âge, Didier Lett et Nicolas Offenstadt reconnaissaient aux officiers d’armes une place importante dans la production d’un discours de référence aux XIVe et XVe siècles2. À la fin du Moyen Âge, désormais officiers de cour, attachés au prince et aux grands seigneurs, considérés comme les conservateurs des vertus et coutumes de la noblesse, les hérauts se veulent les garants d’une certaine éthique de l’aristocratie et se voient investis de nouvelles fonctions, notamment lors des duels judiciaires.

  • 3 Torsten Hitmann, Spätmittelalterliche Heroldskompendien. Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeit (...)
  • 4 Traicté de la forme et devis comme on faict les tournois, éd. B. Prost, Paris, Barraud, 1878, p. 1 (...)
  • 5 Ibid., p. 2.

2Appelé aussi gage de bataille, le duel judiciaire est surtout pratiqué dans les cours seigneuriales aux XIe et XIIe siècles et constitue depuis le Haut Moyen Âge une des preuves ordaliques. Combat soumis à des règles très précises, il oppose deux adversaires, l’un ayant demandé à l’autre réparation par les armes d’une offense ou d’un tort. Les combattants peuvent être les protagonistes en personne ou représentés par leur champion. Contrairement à ce que l’on pense souvent, l’issue du combat est rarement mortelle, mais le duel permet de connaître le jugement de Dieu et de mettre fin à un conflit. Condamnés par le clergé dès le XIIIe siècle, les gages de bataille sont de nouveau autorisés par Philippe le Bel qui encadre leur pratique dans une ordonnance publiée en 1306. Au XVe siècle, les ordonnances réglementant les gages de bataille sont fréquemment copiées dans les compendia des hérauts, compilations de textes concernant l’office d’armes. Ainsi, dans la seconde moitié du siècle, on relève, dans les frontières de l’espace franco-bourguignon, huit copies de l’ordonnance de Philippe le Bel, onze de l’ordonnance de Thomas de Woodstock et sept du traité sur la tenue des gages de bataille en Bourgogne3. Pas moins de quatre traités sont rédigés sur la question par des auteurs bourguignons : ceux du héraut Sicile, de Jean de Villiers, seigneur de l’Isle-Adam, d’Antoine de la Sale et d’Olivier de la Marche4. Ce dernier, écrit vers 1490 et évoquant à de nombreuses reprises le rôle du héraut, est particulièrement intéressant car son auteur avoue que depuis qu’il est à la cour de Bourgogne, c’est-à-dire depuis soixante ans, il n’en a jamais vu un seul5… Il semblerait donc, à première vue, qu’il y ait une contradiction entre le déclin de cette pratique et la multiplicité des traités qui y sont consacrés.

  • 6 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Par (...)

3On affirme souvent que le duel judiciaire disparaît lentement à partir du XIVe siècle. Claude Gauvard ne relève qu’une trentaine de cas traités par le Parlement de Paris sous Charles VI, entre 1380 et 14226. Pourtant, le gage de bataille est profondément ancré dans la culture et les mentalités aristocratiques de la fin du Moyen Âge et on en trouve de nombreux échos dans les sources médiévales, chez les chroniqueurs, dans les sources judiciaires ou les comptes. Si le héraut apparaît dans les duels à partir du XIVe siècle, c’est qu’il représente pour l’aristocratie médiévale une certaine autorité morale. Vêtu de son tabard aux armes du souverain, brandissant sa vergette, équivalent du skeptron antique que tient celui qui prend la parole en public, il parle au nom de son maître, il incarne la fonction judiciaire du souverain qui souhaite contrôler cette pratique. Au milieu de la foule venue assister au combat, le héraut encadre ce symbole de la justice aristocratique qu’est le duel.

4Les chroniqueurs placent en effet les hérauts au cœur de leurs descriptions des gages de bataille. Leur fonction est certes de diriger le rituel qui accompagne ces « cérémonies judiciaires », mais l’officier d’armes est avant tout un porte-parole du souverain qui accomplit une de ses fonctions régaliennes : il est le garant de l’honneur mais aussi incarnation du prince conciliateur. C’est la raison pour laquelle les chroniqueurs bourguignons présentèrent le célèbre duel valenciennois de 1455, organisé entre bourgeois, comme l’antithèse du duel chevaleresque, dans lequel il n’est nul héraut pour proposer une alternative à la mort, nul intermédiaire pour échapper à une justice violente et implacable.

  • 7 Georges Chastellain, œuvres de Georges Chastellain, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Heussn (...)
  • 8 Archives municipales d’Arras, BB 7, fol. 50v°. L’estimation est sans doute très largement surévalu (...)

5Le rôle du héraut d’armes durant les gages de bataille est multiple, depuis le port des cartels jusqu’à la publication de la sentence. Avant l’affrontement, il reçoit les serments des combattants, leur rappelle la rigueur du jugement de Dieu et essaie une dernière fois de les convaincre de ne pas régler leur différend dans le sang. Il ponctue enfin par sa voix chacune des étapes du combat. Georges Chastellain et Enguerrand de Monstrelet évoquent dans leurs chroniques le rôle du roi d’armes d’Artois dans la joute qui opposa le 20 juin 1431, à Arras, Maillotin de Bours et Hector de Flavy7. Leur conflit a pour origine un soupçon de trahison : le premier est venu dénoncer au duc de Bourgogne la proposition que lui aurait faite Hector de Flavy de rejoindre le camp français. Philippe le Bon demande alors de faire venir devant lui ce chevalier pour qu’il puisse répondre de cette accusation. Maillotin, feignant d’être intéressé par la proposition de son compagnon, lui propose de le rencontrer à Bonnay, un village proche de Corbie. Sur place, il le fait prisonnier et le ramène à la cour. Présenté devant le duc, Hector de Flavy rétorque pour sa défense que la proposition de rallier la France ne vient pas de sa propre initiative, mais de celle de son camarade. Piqué au vif et dans l’incapacité de présenter des preuves, Maillotin de Bours le défie en duel. Le jour de la confrontation, les deux chevaliers se rendent sur la place du marché où se tient l’arène, accompagnés des plus grands nobles de la cour et du comté. Les hérauts présents estiment à quarante ou cinquante mille le nombre de personnes qui assistent à l’événement8. Le roi d’armes d’Artois appelle les adversaires sur la lice, leur demande la raison pour laquelle ils requièrent le duel. Les deux chevaliers se présentent ensuite devant le duc et le saluent, puis renouvellent leur serment selon lequel leur combat est juste.

  • 9 Georges Chastellain, Œvres, t. II, p. 197-198.

« Et le roy d’armes, par commandement du duc, soy mettant haut sur les quatre cornières du champ, commencha à cryer alors : que tout homme vuidast les lices, sur le hart, sinon ceux qui estoient commis à les garder, et que nul, sur peine pareille, ne fist cry, ne signe pour un, ne pour autre, ne pour nulle rien qui advenist, et que chascun se contenist sans faire noyse, ne bruit quelconque. Et ce fait, en telle fachon que chascun le pouvoit entendre et oïr, crya de rechief : “Laissez aller les champions et faites vos devoirs9”. »

  • 10 Ibid., t. II, p. 199.

6Le combat commence et après quelques assauts, personne ne semble véritablement prendre le dessus. Le duc de Bourgogne décide alors d’arrêter le combat, avant même que le sang n’ait coulé. Il considère en effet que chacun a fait preuve de bravoure et que le soupçon de trahison n’ayant pas été prouvé, aucun dommage n’a été commis. « De quoy mille cœurs d’hommes, souverainement des nobles, plorèrent de joye, et bényrent la grâce et bénignité du prince qui les avoit pris en leur honneur tous deux, et avoit sauvé de mort et de confusion ne savoit-on qui et de dampnation d’âme, qui est le plus grief10. » Les adversaires se présentent devant Philippe le Bon, le remercient pour sa clémence, et tous deux dînent le soir ensemble à la même table que le duc.

7La mise en scène sonore du duel est alors claire. Les rôles sont très nettement distribués entre la voix du héraut qui ne tolère aucun bruit parasite, qui ponctue le processus de la justice vindicatoire, et la clameur de la foule, qui vient ici saluer le règlement pacifique du conflit et la réconciliation des deux parties autour de leur suzerain, de la communauté autour du duc. Le duel entre Maillotin de Bours et Hector de Flavy est l’exemple même d’une cérémonie publique où la parole est partagée entre les différents groupes, chacun intervenant au moment opportun.

8Mais le rôle du héraut ne s’arrête pas aux limites des lices. L’officier d’armes est aussi celui qui médiatise l’événement, afin que chacun prenne connaisse de l’issue du combat et de la sentence. Un exemple est ici éclairant, celui du différend qui oppose Pierre du Plessis, seigneur de Savonières, et son neveu, Gaucher de Dinteville, seigneur de Vanlay. En 1538, Savonières accuse publiquement le second d’être « sodomite ». Celui-ci, afin de se défendre, oblige par la force son oncle à signer une lettre dans laquelle il se rétracte et avoue avoir menti. Cette affaire est alors présentée devant le roi qui ordonne que ce conflit soit réglé par un duel, prévu pour le début de l’année suivante. Un héraut du roi est chargé d’apporter le cartel à Gaucher de Dinteville. Parvenu jusqu’à son domicile, il constate que le seigneur de Vanlay est absent et on l’informe que celui-ci a quitté le pays. Le héraut placarde le cartel sur la façade de la maison et, accompagné d’un trompette, fait publiquement l’annonce du défi à travers la ville. Le jour du combat, Gaucher de Dinteville ne se présente pas. Pierre du Plessis attend toute la journée son adversaire et demande le soir que justice lui soit rendue. Le héraut intervient alors à nouveau :

  • 11 Cronique du Roy Francois Premier, éd. G. Guiffey, Paris, Renouard, 1860, p. 259-260.

« Ce faict, le hérault appella par trois foys ledict seigneur de Vanlay disant ces motz : “Est icy le seigneur de Vanlay ?” Puis après print les armes dudict Vanlay qui estoyent attachées à sa tente, et les pendit à une lance, et les trainna tout autour desdictes lisses disant ces motz : “Ce sont les armes de Gaucher de Dinteville, seigneur de Vanlay”. Ce dict, il les porta ainsi disant parmi les rues dudict Paris jusques au cimetière Sainct-Jehan, où illec le bourreau de Paris les pendit à une potence ; et depuis fut ledict seigneur de Vanlay pendu par figure audict lieu11. »

9Cette affaire, qui touche une question d’honneur, dépasse en fait très largement la question des mœurs de Gaucher de Dinteville. Depuis 1536, sa famille, qui a connu une ascension sociale rapide à la cour de François Ier, est en disgrâce. Son frère Guillaume, premier maître d’hôtel du roi, est accusé à tort de complicité dans la mort du Dauphin, et son autre frère, François, évêque d’Auxerre, a dû quitter le pays et rejoindre l’Italie. À la fin de l’année 1538, Gaucher de Dinteville fuit à Venise. C’est tout un clan qui ne bénéficie plus des grâces du souverain, et ce duel, qui n’a pas lieu, permet à la famille du Plessis de prendre ouvertement ses distances avec une parentèle encombrante.

10La parole du héraut intervient donc dans toutes les étapes de la procédure, depuis la demande de justice jusqu’à la publication du jugement. Celles-ci se font en public, dans différents lieux, afin que chacun connaisse la sanction. Les armoiries du chevalier, traînées par terre et pendues à la potence dressée au cimetière Saint-Jean, symbolisent ici le bannissement du condamné, qui avait pris ses précautions en évitant la confrontation. Le héraut, spécialiste de la noblesse, est reconnu comme une autorité compétente pour juger de l’infamie de la fuite. Sa parole est sans appel. Si l’officier d’armes n’est pas à proprement parler un homme de loi, s’il ne possède aucune compétence judiciaire, c’est un homme de droit dont l’autorité sur les questions d’honneur est légitime et respectée.

  • 12 Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge. Discours et gestes de paix pendant la guerre de Ce (...)

11Nous rencontrons dans les sources un nombre très important de lettres de défis échangées entre princes par voie de héraut. Ces déclarations sont à ce point systématiques durant la Guerre de Cent ans que nous pourrions nous demander s’il ne s’agit pas d’un rituel pour les souverains anglais, français et bourguignons. Ces défis ne sont bien sûr jamais relevés, mais ils font partie d’un des moyens de canaliser la violence et de présenter le prince comme un défenseur de la paix, se sacrifiant pour le bien de son pays12.

  • 13 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, éd. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 3 (...)
  • 14 Ibid., p. 224.
  • 15 L’expression est de Philippe Contamine, « Introduction », dans La circulation des nouvelles au Moy (...)
  • 16 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. VI, p. 140-141.
  • 17 Cronique du Roy Francois Premier, p. 75, n. 1.

12À la bataille d’Azincourt, Antoine, duc de Brabant et frère de Jean sans Peur, est tué. Le duc de Bourgogne envoie alors un héraut d’armes auprès du roi d’Angleterre pour le défier publiquement et laver la mort de son frère. La réponse de Henri V est catégorique : le roi refuse de relever le gant13. Il rejette tout d’abord le bien-fondé de la demande : s’il a été victorieux à Azincourt, c’est grâce à Dieu, et il n’est donc pas pertinent qu’un duel judiciaire réclame à nouveau son jugement. Puis il affirme que le duc de Brabant est mort par la faute des Français, et il propose une rencontre avec Jean sans Peur où il pourra lui prouver ses allégations. Henri V agit ici afin de rétablir la concorde entre les deux alliés et le héraut devient un émissaire de la paix. Mais celui-ci ne parvient pas systématiquement à renouer le dialogue. En 1411, quand Charles d’Orléans et ses deux ans frères défient Jean sans Peur, quatre ans après l’assassinat de Louis d’Orléans, le duc de Bourgogne répond qu’il aurait volontiers accepté le duel, si le contenu de la lettre n’avait pas été un tissu de mensonges et de perfidies14. Durant la guerre civile, le héraut est ainsi le principal vecteur de cette rhétorique du duel princier. Et si les affrontements directs n’ont pas lieu, ces discours officiels de la trahison sont très largement relayés sur la place publique par ces « professionnels de la communication » que sont les officiers d’armes15. Ce sont de véritables joutes oratoires qui se tiennent à travers la voix du héraut. Le duel est présenté comme une solution ultime quand toutes les tentatives pour rétablir la paix ont avorté. Que ce duel soit accepté ou rejeté, l’occasion d’un combat singulier ne se présente jamais. Quand le souverain refuse la confrontation, c’est que les conditions d’un duel honorable ne sont pas remplies et que les deux parties ne sont pas d’accord sur la nature de l’offense. Mais dans ces demandes de justice au cœur des relations diplomatiques, il arrive que la parole soit étouffée. Jean sans Peur, en 1413, se plaint ouvertement qu’il ne peut se rendre à Paris et que même son héraut n’est pas le bienvenu dans la capitale16. De même, en 1538, le héraut de Charles Quint vient porter son défi au roi de France, « publiquement devant tout le monde ». Avant même que le héraut n’ouvre la bouche, François Ier réfute la légitimité de sa parole. Il lui déclare : « Amy, retourne vers ton maistre car je ne croy point en parolles17. » Dépourvue de son autorité, la parole du héraut est vidée de son contenu.

  • 18 Concernant l’ordre de la Toison d’Or, consulter Die Protokollbücher des Ordens vom Goldenen Vlies, (...)
  • 19 Les chevaliers de la Toison d’Or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques, dir. R. de Smedt, Fr (...)
  • 20 Jean Molinet, Chroniques, éd. O. Jodogne et G. Doutrepont, Bruxelles, Académie royale de Belgique, (...)

13Cette incursion des officiers d’armes dans la justice aristocratique est un phénomène remarquable, et son origine est liée à l’apparition et au développement des ordres de chevalerie. Depuis le milieu du XIVe siècle, ces confraternités d’honneur rassemblaient autour d’un prince des chevaliers qui se distinguaient pour leur valeur et leur fidélité. Dans toutes ces institutions, que ce soit la Jarretière anglaise, la Toison d’Or bourguignonne ou l’Ordre de Saint-Michel institué par Louis XI, un héraut était chargé de rendre compte des actes de chacun de ses membres. Sur le champ de bataille comme en période de paix, les chevaliers devaient veiller à respecter les vœux qu’ils avaient formulés, et en premier le respect du code de l’honneur et le service de leur souverain18. Les officiers d’armes faisaient régulièrement rapport au souverain des lâchetés des chevaliers sur le champ de bataille ou des connivences avec l’ennemi. Et le cas échéant, l’ordre de chevalerie devenait cour de justice. Ainsi, dans le cas de l’ordre bourguignon, Jean de Neuchâtel avait dû rendre le collier des chevaliers de la Toison d’Or et être exclu de l’ordre parce qu’il avait fui lors de la bataille d’Anthon, en 1430, quelques mois seulement après la création de l’ordre de chevalerie par Philippe le Bon19. Si la félonie est avérée, le chevalier fautif doit être publiquement destitué et c’est au héraut d’armes qu’incombe cette mission. À la mort de Charles le Téméraire en 1477, beaucoup de chevaliers de la Toison d’Or prirent le parti de Louis XI et abandonnèrent l’ordre désormais sous la direction de Maximilien de Habsbourg. Le cas le plus célèbre reste celui de Philippe de Crèvecœur, seigneur d’Esquerdes. Il fut l’un des chevaliers les plus prestigieux de la cour de Bourgogne et, dès 1477, rallia Louis XI et livra la ville d’Arras dont il avait la garde. En 1481, lors du chapitre de la Toison d’Or tenu à Bois-le-Duc, il est très officiellement radié de l’ordre avec trois de ses confrères, tous absents. Toute une cérémonie, publique, est organisée dans la ville et présidée par le roi d’armes de l’ordre, Toison d’Or. Son discours, repris in extenso par Jean Molinet, est long de plusieurs pages20. Devant la cour et la foule venue en nombre pour assister à l’événement, il renverse les armoiries du seigneur d’Esquerdes ainsi que son armure sur la porte de l’église, et les raisons de son exclusion sont placardées sur ses armoiries. Le héraut lit en fait le jugement pris par les chevaliers de l’ordre dans le secret du chapitre. En 1481, la désertion de Philippe de Crèvecœur est ancienne, puisqu’elle a eu lieu quatre ans auparavant, mais le cri du héraut déshonore le seigneur d’Esquerdes et entérine définitivement sa trahison. L’officier d’armes se veut ici l’intermédiaire entre le secret des chapitres et l’espace public où s’exprime le discours politique, et il rétablit devant la foule assemblée la cohésion de l’ordre de chevalerie.

  • 21 Gabrielle Claerr-Stamm, Pierre de Hagenbach : le destin tragique d’un chevalier sundgauvien au ser (...)
  • 22 Reproduite dans Das ausgehende Mittelalter 1378-1517. Deutsche Geschichte in 12 Bänden, dir. H. Pl (...)

14Nous constatons à la même époque cette utilisation du héraut par la justice urbaine. En 1474 se tient le procès retentissant de Peter von Hagenbach. Ce chevalier bourguignon, proche de Charles le Téméraire, était issu de la petite noblesse alsacienne et fut bailli de Haute-Alsace sous les ordres du duc de Bourgogne. Chef de guerre, il était chevalier de l’ordre de Saint-Georges de Bourgogne, mais il est surtout connu dans la région pour les exactions qu’il commit et pour s’être fait haïr de toute une population. Il fit en effet preuve d’une rare sévérité dans la répression des tentatives de soulèvement des villes alsaciennes contre la politique de Charles le Téméraire. En 1474, Brisach se révolte et Peter von Hagenbach est arrêté. On lui reproche notamment d’avoir exécuté sans jugement des bourgeois de Thann l’année précédente et d’avoir commandé des massacres de la population de Brisach. Hagenbach se défend et déclare avoir suivi les ordres du duc de Bourgogne. Cependant, après un procès public dirigé par les villes impériales alsaciennes et rhénanes alliées à Berne et aux cantons suisses, il est condamné à mort et exécuté sur le champ21. Dans une illustration des Chroniques de Bâle par Diebold Schiling, nous reconnaissons le héraut aux côtés du juge, portant un collier formé de blasons, la potence22. Kaspar Hurder est le héraut de Sigismond d’Autriche. Sa présence soulève le problème de la légitimité du procès. En tant qu’officier du duc de Bourgogne, Peter von Hagenbach devrait être jugé par Charles le Téméraire lui-même, ce qui est alors totalement inenvisageable. Sigismond de Habsbourg, d’abord allié du duc de Bourgogne, s’est rapproché de Louis XI et des villes alsaciennes. Il souhaite récupérer les terres du Haut-Rhin qu’il avait mis en gage au duc de Bourgogne en 1469. Le procès de Pierre de Hagenbach, particulièrement expéditif, est un symbole de la volonté des villes d’Alsace de se détacher de l’autorité bourguignonne. Avant de se présenter devant le jury, le héraut proclame la déchéance du chevalier pour avoir dérogé au code de l’honneur chevaleresque et avoir été responsable de la mort de femmes et d’enfants. C’est donc un homme déshonoré qui se présente devant le jury présidé par les villes suisses. Kaspar Hurder prononce enfin la sentence décidée par les villes suisses, la mort. Le héraut sert bien, comme dans le cas de Philippe de Crèvecœur, à déshonorer publiquement un chevalier, mais ici, c’est avant tout à des fins politiques, afin de marquer symboliquement les esprits et d’accélérer la procédure judiciaire.

  • 23 Georges Chastellain, Œuvres, t. III, p. 38-49 ; Idem, Les fragments du livre IV révélés par l’Addi (...)

15Si le héraut est un officier du prince, la projection par le geste et la parole de son rôle de conciliateur, il n’est pas moins utilisé par les villes afin d’asseoir publiquement leur autorité dans le domaine judiciaire. Un des duels les plus célèbres du XVe siècle, évoqué par pas moins de trois chroniqueurs bourguignons, Georges Chastellain, Mathieu d’Escouchy et Olivier de la Marche, est un duel bourgeois : c’est celui de Mathieu Cocquiel et de Jacotin Plouvier, tenu à Valenciennes en 1455 et considéré par la cour bourguignonne comme l’antithèse du duel aristocratique, gage de paix et de concorde23.

  • 24 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, t. II, p. 299.

16Mathieu Cocquiel est couturier et vit à Tournai. Désirant se marier avec une jeune fille, explique Mathieu d’Escouchy, il se heurte à l’opposition de son père, Philippe du Gardin. À la suite d’une rixe ou d’un guet-apens, celui-ci est tué près du marché au poisson. Mathieu Cocquiel prend la fuite et se rend à Valenciennes pour bénéficier de la protection de la ville. En effet, un vieux privilège valenciennois voulait que des hommes accusés de meurtre ou poursuivis pour dettes puissent trouver asile dans la ville, pour peu que ceux-ci se fassent enregistrer auprès des autorités dès leur arrivée. Le criminel ne peut alors être poursuivi, sauf si un parent de la victime l’accuse d’avoir voulu donner la mort. Le différend se résout alors par un duel. À Valenciennes vit Jacotin Plouvier. Il est membre d’une famille échevinale et par sa femme Anne, il est le cousin de Melchior du Gardin, prévôt de la ville, et lié à Philippe du Gardin, le Tournaisien assassiné. Rencontrant Mathieu Cocquiel dans les rues de Valenciennes, il l’accuse publiquement d’avoir tué intentionnellement son parent et le menace de représailles. Ce dernier se rapproche des échevins en leur expliquant que malgré la protection de la ville, sa vie est en danger. Jacotin Plouvier est convoqué, et on lui reproche de ne pas vouloir se plier à la franchise dont Cocquiel bénéficie. Il réitère ses accusations publiquement et les prévôts lui répondent : « Regardez bien [ce] que vous dites ; car sans faulte, se vous ne prouvez de vostre corps contre ledit Mahiot ce que vous maintenez, pour entretenir les libertez et franchises de ceste ville, nous ferons de vous faire justice, pour monstrer exemple à tous aultres24. » Il est décidé qu’un duel sera organisé au mois d’août 1454.

  • 25 Ibid., t. II, p. 302.
  • 26 Georges Chastellain, Chroniques, t. III, p. 43.

17C’est à ce moment que la cour intervient. Charles le Téméraire, comte de Charolais et gouverneur des Pays-Bas en l’absence de son père alors en Allemagne, se montre hostile à la tenue du combat. Il envoie une lettre aux échevins pour leur demander de repousser la date du combat. Les autorités valenciennoises acceptent, mais la date est sans cesse repoussée à la demande du comte de Charolais, « à la requeste de aucuns grans seigneurs à qui lesdictes parties estoient serviteurs, affin de trouver manière que pas ne fissent ledit champ, et que on les mist d’accord25 ». Au retour du duc à Dijon, les Valenciennois décident de le consulter. Philippe le Bon reste évasif sur la date de sa venue, mais les échevins insistent, car des rumeurs circulent dans la ville comme quoi le duc voudrait casser ce privilège et l’agitation gronde à Valenciennes : « Sy en murmuroient fort et s’en monstroient très mal contens, et de fait estoient tous favorisans grans et menus avecques Mahienot, celui qui avoit pris la francise, et l’autre, il le héoient de noire mort et lui souhaidoient toutes les malédictions de Cayn26. » Il se résout finalement à se rendre à Valenciennes, le 21 mai 1455. La ville est dans un état de tension palpable. Plusieurs milliers de personnes sont présentes sur la place du marché. Les édiles ont lourdement insisté pour que le duel ait lieu et ils ont engagé des dépenses importantes. La tenue de ce combat est avant tout une façon d’affirmer son indépendance judiciaire. Philippe le Bon n’est présent qu’en tant que spectateur, la ville de Valenciennes n’ayant pas à rendre de compte en matière de justice devant le duc de Bourgogne. Toute la mise en scène de ce duel, événement rarissime dans l’histoire valenciennoise, vise à réaffirmer la compétence judiciaire des élites valenciennoises et à placer Philippe le Bon dans une situation de retrait.

  • 27 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 404.

18Nul héraut ne supervise le combat. Nicolas du Gardin, ancien prévôt de la ville, préside au balcon de l’hôtel de ville, tenant un grand bâton. « Et s’il veoit que le peuple se desrivast ou muast en riens, il feroit de son baston et crioit : “Guare le ban !” Et sur ce mot chascun se tenoit coy, et doubtoit la punicion de justice27. » Olivier de la Marche note aussi que la foule assemblée soutient très clairement le parti de Mathieu Cocquiel, celui-ci se voulant le champion du privilège valenciennois. Le contexte de ce duel est donc très particulier. Le juge et la foule sont partisans de Cocquiel. Le duc de Bourgogne, celui qui utilise le duel pour résoudre un différend en essayant de ne pas faire couler le sang, n’a au contraire pas voix au chapitre et l’arbitrage est biaisé. Le combat est d’une extrême violence. Georges Chastellain décrit sur plusieurs pages les jets de sang, les os brisés, l’un mordant son adversaire, l’autre lui crevant les yeux. Lorsque Mathieu Cocquiel, vaincu, demande la clémence du duc de Bourgogne, celui-ci joue le rôle d’intercesseur auprès des magistrats valenciennois. Mais ces derniers refusent, arguant du fait que cela irait à l’encontre de la procédure et du privilège. Mathieu Cocquiel, expirant, avoue son crime. Il est ensuite étranglé et son corps est pendu.

19Tous les chroniqueurs s’accordent à qualifier ce duel bourgeois d’infâme. Comme pour montrer l’écart qui existe entre les deux cultures, Olivier de la Marche fait suivre cette description de celle d’un combat de nobles, à plaisance, ou l’honneur est sauf et le sang n’est pas versé. Deux conceptions de la justice s’opposent ici. Le duel bourgeois mène à la mort, le combat entre chevalier à la concorde. Philippe le Bon décidera d’ailleurs d’abolir la franchise valenciennoise. Mais la distribution de la parole est elle aussi importante. Le choix de ne pas utiliser un héraut, alors qu’il en existe un à Valenciennes, est significatif. L’autorité urbaine préside dans l’intérêt de la ville et il n’est pas ici mention de cri de joie qui vienne ponctuer la fin du duel et la réconciliation de la communauté.

20Le duel judiciaire est une pratique très particulière dans la justice médiévale, à une époque où la procédure inquisitoire s’impose massivement. Il est rarement utilisé, uniquement quand il est question d’honneur et que la justice traditionnelle ne peut être compétente. Mais c’est aussi un événement exceptionnel, dans lequel le duc, le héraut et la foule jouent un rôle complémentaire. Le héraut, parole légitime, assure que le duel se fasse selon le code de l’honneur et médiatise l’événement. Le souverain, s’il est présent, ne parle que pour offrir sa clémence, tandis que la foule, silencieuse durant le combat, fait éclater sa joie au moment de la réconciliation, afin de rétablir la cohésion du groupe. Le duel valenciennois, où le juge et la foule prennent ouvertement le parti de leur champion, reste une exception largement décriée par les chroniqueurs bourguignons qui stipendient ces duels bourgeois sur lesquelles le souverain n’a pas le contrôle.

Notes

1 Chrétien deTroyes, Lancelot ou le chevalier de la charrette, éd. J.-Cl. Aubailly, Paris, Flammarion, 1991, v. 5563-5564.

2 Haro ! Noël ! Oyez ! Pratiques du cri au Moyen Âge, dir. D. Lett et N. Offenstadt, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 24.

3 Torsten Hitmann, Spätmittelalterliche Heroldskompendien. Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeiten gesellschaftlichen Wandels, Munich, Oldenbourg, 2011, p. 449. Torsten Hiltmann et Uwe Israel, « Laissez-les aller. Die Herolde und das Ende des Gerichtskampf in Frankreich », dans Francia, t. 34/1, 2007, p. 65-84.

4 Traicté de la forme et devis comme on faict les tournois, éd. B. Prost, Paris, Barraud, 1878, p. 1-54, Olivier de la Marche, p. 28-41 (Jean de Villiers), p. 193-221 (Antoine de la Sale) ; Parties inédites de l’œuvre de Sicile, éd. F. Roland, Mons, Dequesne-Masquillier, 1867, p. 116-175.

5 Ibid., p. 2.

6 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, t. I, p. 173.

7 Georges Chastellain, œuvres de Georges Chastellain, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Heussner, 1863, t. II, p. 193-200 ; Enguerrand de Monstrelet, La chronique d’Enguerran de Monstrelet, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, Renouard, 1860, t. IV, p. 434-439.

8 Archives municipales d’Arras, BB 7, fol. 50v°. L’estimation est sans doute très largement surévaluée.

9 Georges Chastellain, Œvres, t. II, p. 197-198.

10 Ibid., t. II, p. 199.

11 Cronique du Roy Francois Premier, éd. G. Guiffey, Paris, Renouard, 1860, p. 259-260.

12 Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge. Discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 99-102.

13 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, éd. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 320 : « Je ne recevray point le gantelet de si noble et puissant Prince comme est le Duc de Bourgongne, car je ne suis que peu de chose envers luy. Et si j’ay eu victoire contre les Nobles du Royaume de France, ce n’a pas este de ma proüesse, ne de ma force, ne de mon sens, mais a este de la grace de Dieu. Et quant est de la mort du Duc de Brabant, il m’en desplaist. Mais je te promets, ny moy, ny mes gens ne l’ont point fait mourir, ny le Comte de Nevers aussi : Et pource je te prie que tu luy rapportes son gantelet, et je luy rescriray, comme s’il luy plaist estre à Boulongne au quinziesme jour de Janvier, je luy monstreray par les confessions des prisonniers que j’ay, et que aucuns de mes amis ont, que ceux de France les ont tué et meurtry. Parquoy le Heraut par conseil reprit le gantelet, et le rapporta au Duc de Bourgongne. »

14 Ibid., p. 224.

15 L’expression est de Philippe Contamine, « Introduction », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge. XXIVe congrès de la SHMES (Avignon, juin 1993), Paris, 1994, p. 22.

16 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. VI, p. 140-141.

17 Cronique du Roy Francois Premier, p. 75, n. 1.

18 Concernant l’ordre de la Toison d’Or, consulter Die Protokollbücher des Ordens vom Goldenen Vlies, Band 1 : Herzog Philipp der Gute 1430-1467, mit Aufzeichnungen des Wappenkönigs Toison d’Or, Regesten und dem Text der Ordensstatuten, éd. S. Dünnebeil, Stuttgart, Thorbecke, 2002, p. 212.

19 Les chevaliers de la Toison d’Or au XVe siècle. Notices bio-bibliographiques, dir. R. de Smedt, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1995, p. 53-56.

20 Jean Molinet, Chroniques, éd. O. Jodogne et G. Doutrepont, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1935, t. I, p. 362-366.

21 Gabrielle Claerr-Stamm, Pierre de Hagenbach : le destin tragique d’un chevalier sundgauvien au service de Charles le Téméraire, Altkirch, Société d’Histoire du Sundgau, 2004, p. 175-182.

22 Reproduite dans Das ausgehende Mittelalter 1378-1517. Deutsche Geschichte in 12 Bänden, dir. H. Pleticha, Gütersloh, Bertelsmann, 1982, t. V, p. 310.

23 Georges Chastellain, Œuvres, t. III, p. 38-49 ; Idem, Les fragments du livre IV révélés par l’Additional manuscript 54 156 de la British Library, éd. J.-Cl. Delclos, Genève, Droz, 1991, p. 325-327 ; Mathieu d’Escouchy, Chronique de Mathieu d’Escouchy, éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, Renouard, 1863, t. II, p. 297-305 ; Olivier de la Marche, Mémoires d’Olivier de la Marche, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1884, t. II, p. 402-407 ; pour les autres mentions de ce duel à l’époque médiévale et moderne, et pour une analyse de l’événement, voir élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, 2004, p. 311-317.

24 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, t. II, p. 299.

25 Ibid., t. II, p. 302.

26 Georges Chastellain, Chroniques, t. III, p. 43.

27 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 404.

Auteur

Henri Simonneau est agrégé d’histoire et docteur en histoire médiévale. Membre de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), il a soutenu en 2010, à l’université de Lille 3, sa thèse sur les hérauts d’armes dans les Pays-Bas bourguignons entre 1467 et 1519, sous la direction de Bertrand Schnerb. Parallèlement à la publication de celle-ci, il continue actuellement de travailler sur le monde des hérauts, sur la culture de cour, mais aussi les questions de la transmission de l’information et de la guerre à la fin du Moyen Âge.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540