Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Première partie. Crier pour la justice

Appels au lynchage militaire et « droit au massacre » à Rome, en 68-70 après J.-C.

Pauline Duchêne

Texte intégral

  • 1 Je voudrais remercier Mme Hélène Ménard et M. Charles Guittard, mon directeur de thèse, d’avoir eu (...)
  • 2 Tac., Hist. III, 69.1-75.3.

1Le 3 décembre 69, sur la foi de rumeurs annonçant que l’empereur Vitellius avait renoncé au pouvoir, un groupe de partisans de Vespasien, son adversaire encore en Orient, s’arme et sort dans les rues de Rome1. Mais la rumeur était fausse et les vitelliens les poussent à se retrancher sur le Capitole, puis prennent d’assaut la colline, dont le grand temple de Jupiter s’enflamme. Les flaviens sont battus et l’armée amène, devant Vitellius, Sabinus, préfet de la Ville et propre frère de Vespasien, et Atticus, un des consuls désignés ; elle réclame alors des récompenses et l’application d’un ius caedis, c’est-à-dire d’un droit au massacre. Sabinus est percé de coups, on s’acharne sur son cadavre jusqu’à lui couper la tête, puis on le traîne jusqu’aux Gémonies ; Atticus réussit à sauver sa vie en affirmant être celui qui a mis le feu au Capitole et donc en prenant la responsabilité de l’impiété qui a été commise2.

  • 3 L’armée a toujours eu une importance réelle dans le choix des empereurs, et ce dès le début de l’E (...)

2Une telle scène, où des soldats réclament la mise à mort de telle ou telle personne, n’est pas rare dans les Histoires de Tacite. La partie qui nous est parvenue – les trois premiers livres et une partie des livres IV et V – traite en effet de la guerre civile de 68-69 : survenue après le suicide de Néron, le 9 juin 68, elle a montré de manière criante le rôle capital des armées dans la désignation d’un nouvel empereur3. Or ces troupes, conscientes de leur poids, sont souvent turbulentes, avides de sang et promptes à la sédition. Il est donc nécessaire de les ménager, tout en essayant de se concilier le Sénat et la population civile, pour essayer d’asseoir son pouvoir. Les appels au lynchage militaire sont dès lors cruciaux, car non seulement ils visent en général les partisans d’un parti, mais la mise au supplice de Sabinus montre aussi que les soldats considéraient ces permissions comme une sorte d’acquis auquel ils avaient droit.

  • 4 Cf. Vincenzo Giuffrè, « Militum disciplina e ratio militaris » in ANRW II 13 (1980), p. 234-277.

3On en vient dès lors à se demander si une telle attitude signale la mise en place d’une nouvelle pratique à une époque où le pouvoir impérial tend à fixer de plus en plus ce qui deviendra, par la suite, le droit militaire4. Quel poids avait la clameur de ces soldats qui réclamaient une mise à mort immédiate ? L’expression ius caedis renvoie-t-elle à une innovation due aux guerres civiles ou bien relève-t-elle de la plume de Tacite et de la vision qu’il souhaitait donner de cette période ? Un examen attentif de ces scènes révèle en effet que la situation n’est pas aussi claire que l’exécution de Sabinus peut le laisser penser.

  • 5 Ainsi, si Hist. III, 83.1 décrit bien le peuple désignant aux flaviens les adversaires à égorger, (...)
  • 6 Qui relève de la flatterie envers Galba et non d’une véritable volonté de voir Othon mort : Hist. (...)

4Si les scènes où des soldats réclament l’exécution de quelqu’un ne sont pas rares dans les Histoires, ils ne sont pas les seuls à le faire. Malgré la difficulté, parfois, à distinguer clairement civils et militaires5, Tacite mentionne en effet trois cas où c’est le peuple de Rome qui réclame une exécution : celle d’Othon au tout début de son coup d’État, puis celles de Tigellin et Calvia Crispinilla. Mais si l’on met toutefois de côté le premier6 et qu’on compare les deux types d’appels au lynchage, on constate de nettes différences.

  • 7 Hist. I, 72.1-3.
  • 8 Hist. I, 73.
  • 9 Selon Plut., Galba, 17.3, Tigellin était appelé « le maître et l’initiateur de la tyrannie ».
  • 10 Hist. I 58.1-2. Pour l’assassinat de Capito, cf. Hist. I, 7.1-2.
  • 11 Hist. II 94.2. Sur la différence entre cet Asiaticus et l’affranchi de Vitellius portant le même no (...)
  • 12 Les sénateurs, les centurions et les légats, lors du tumulte des prétoriens, sous Othon (Hist. I, (...)
  • 13 Martius Macer, après un revers de l’armée othonienne (Hist. II 36.1) ; les Helvètes, qui bloquent (...)

5La première est dans le type de personnes concernées. Quand le peuple de Rome réclame la mort de Tigellin7 et de Calvia Crispinilla8, il cherche à punir ceux qu’il juge responsables des débauches de la cour de Néron et des exécutions qui ont eu lieu dans la deuxième partie de son règne9 ; il s’agit donc de faire justice en châtiant des criminels restés jusque-là impunis. Les soldats ont eux aussi ce souci : ils s’en prennent à Julius Burdo, préfet de la flotte de Germanie, en raison de son implication dans l’assassinat de leur ancien légat, Fontéius Capito10, ainsi qu’à trois chefs gaulois, Asiaticus, Flavus et Rufinus11, coupables d’avoir soutenu le soulèvement mené par Vindex. Mais ils réclament surtout la mise à mort de personnes qu’ils accusent d’avoir voulu la perte de leur empereur12 ou la défaite de son camp13. Ce sont, à chaque fois, des cibles appartenant au domaine militaire et directement en lien avec l’avancée de la guerre, ce qui fait qu’il n’est pas étonnant de voir ces soldats s’en prendre à elles.

  • 14 Tacite et l’étude du comportement collectif, Lille, 1972.
  • 15 V. chapitre 8 « L’armée : le problème de la discipline », p. 118-135.
  • 16 Hist. I, 45.2 et I, 58.1-2. Plutarque aussi utilise un des épisodes de ce type, celui du tumulte d (...)
  • 17 Plut., Galba 17.4-7.
  • 18 Plutarque explique qu’à ce moment-là, le peuple considérait même cette mort comme « une dette publ (...)

6Par ailleurs, le type de rapport à l’autorité à laquelle on réclame ces exécutions n’est évidemment pas le même. Dans sa thèse14, Jean-Marie Engel a souligné combien les questions de discipline sont cruciales et délicates dans l’œuvre de Tacite, car celui-ci aspire au rétablissement d’une discipline républicaine idéalisée, tout en ayant bien conscience que les temps ont changé et que ce n’est plus possible15 ; ce problème est évidemment d’autant plus aigu en période de guerre civile, quand on s’appuie sur les soldats pour prendre le pouvoir et qu’ils exigent ensuite de l’argent ou une exécution. L’historien fait ainsi remarquer, peu de temps après les proclamations respectives d’Othon et de Vitellius, que, s’ils avaient déjà le pouvoir d’ordonner des massacres, ils étaient en revanche encore incapables de les empêcher16 : leur autorité n’était pas assez établie pour qu’ils puissent imposer leur propre volonté et obliger au respect d’une discipline stricte. À l’inverse, il est beaucoup plus facile d’opposer un refus à des civils, surtout quand on s’appuie sur l’armée : Tacite n’en parle pas, car il a choisi de faire débuter ses Histoires au 1er janvier 69, mais Plutarque permet de savoir que, malgré l’acharnement de la foule, Galba lui avait déjà refusé l’exécution de Tigellin17 ; cela explique pourquoi Othon se gagna une si grande popularité en lui donnant l’ordre de se suicider18.

  • 19 Hist. I, 45.2. On sait par Plutarque que le prétexte était de l’interroger dans l’intervalle : Plut (...)
  • 20 Hist. III, 10.3.
  • 21 Hist. I, 58.2.

7La conséquence de cette situation est que les chefs, légats ou empereurs, se trouvent obligés de ruser pour préserver ceux qu’ils ne veulent pas laisser exécuter, notamment en faisant mine de les emprisonner en attendant de les punir : c’est à ce procédé que recourt Othon avec Marius Celsus19 et sans doute Vitellius avec Atticus, étant donné que ce dernier sauve sa vie en prenant sur lui la responsabilité de l’incendie ; même tentative pour les chefs flaviens, afin de soustraire Tampius Flavianus à la rage de leurs soldats20. Vitellius trouve aussi un autre moyen pour sauver Julius Burdo : en plus de son emprisonnement, afin de calmer la foule en lui donnant tout de même satisfaction, il lui livre le centurion Crispinus, également impliqué dans le crime et clairement présenté par Tacite comme un bouc émissaire (piaculum21).

  • 22 Avec élargissement en-t-et formation en -la- : cf. Ernout-Meillet, Dictionnaire étymologique de la (...)
  • 23 C’est le verbe qui apparaît presque systématiquement dans les Annales, pour les très nombreux proc (...)
  • 24 V. Ernout-Meillet, op. cit., s. v. flagito.
  • 25 V. Michèle Ducos, Rome et le droit, Paris, 1996, en particulier le chapitre sur « La philosophie d (...)
  • 26 Cic., Phil. 13.6.14.
  • 27 V. Ernout-Meillet, op. cit., s. v. licet.

8Les règles de la discipline militaire, selon lesquelles ce sont les officiers supérieurs qui décident des peines, sans aucune intervention des soldats, ne sont donc respectées qu’en apparence. Pourtant, la troupe a recours à un vocabulaire clairement juridique lorsqu’elle fait entendre sa voix pour obtenir la mort de quelqu’un. Les trois verbes qui apparaissent en effet à ces occasions signifient tous « réclamer », mais avec des nuances renvoyant au domaine du droit lorsqu’on élargit la recherche à l’ensemble des œuvres de Tacite : le plus utilisé, en forme simple comme en forme composée, poscere, apparaît de préférence lorsqu’une personne réclame quelque chose auquel elle estime avoir droit ; vient ensuite postulare, qui est un doublet de poscere22, mais avec le sens spécialisé de réclamer la mise en accusation de quelqu’un23 ; enfin, flagitare comporte l’idée d’importuner de ses demandes, avec un substantif, flagitium, qui renvoie à l’idée de scandale, de déshonneur et est très utilisé dans la loi militaire24. Deux noms apparaissent également : ius, qui renvoie originellement à une manière naturellement appropriée de se comporter en fonction des rapports sociaux25, et licentia, qui fait référence à ce qu’il est permis de faire dans le cadre des lois (leges) et des coutumes ancestrales (mos maiorum26), puis à la transgression de ces règles27.

  • 28 Hist. I 69.
  • 29 Hist. III, 10.2: nullo criminis argumento, sed iam pridem inuisus.
  • 30 Hist. I, 71.2. Plutarque souligne la même idée en Otho 1.1.
  • 31 Hist. II, 68.3. Tacite introduit l’idée de la fausseté des accusations dès leur profération, en uti (...)
  • 32 V. Guy Edward Farquhar Chilver, A historical Commentary on Tacitus’ Histories I and II, Oxford, 19 (...)

9Le choix de ce vocabulaire pourrait donner l’idée que Tacite conforte lexicalement les revendications de ces soldats. Or il ne cesse de souligner la versatilité de leur soif de sang : après avoir vaincu les Helvètes, les vitelliens réclament leur anéantissement (excidium), avant de changer brusquement d’avis après intervention d’un de leurs officiers et de demander leur grâce28 ; Tampius Flavianus est pris à partie « sans aucune preuve de crime, mais parce qu’on le détestait déjà avant29 » ; et quand Othon réussit à préserver Marius Celsus, même les soldats finissent par l’approuver30. Par ailleurs, leurs accusations à l’égard de Verginius Rufus sont si manifestement fausses que Vitellius ne les prend pas une seconde en considération, alors qu’il était particulièrement prompt à la suspicion31. Il ressort de cette présentation une impression d’arbitraire dans les accusations, qu’on retrouve parfois également dans la décision des chefs de préserver telle ou telle personne : ainsi, Tacite n’explique pas pourquoi Julius Burdo est préservé à tout prix et l’hypothèse qu’il devait être proche du chef gaulois Civilis32 n’est pas très satisfaisante, car cela supposerait que Vitellius pensait déjà à le ménager, alors qu’il faisait encore preuve jusque-là d’une loyauté sans faille.

  • 33 Cas de Macer chez les othoniens (Hist. II, 36.1).
  • 34 Cas, par exemple, de Verginius Rufus chez les vitelliens (Hist. II, 68.3-4).
  • 35 Cas de Tampius Flavianus chez les flaviens (Hist. III, 10.1-4).
  • 36 Cas du tumulte des prétoriens, sous Othon (Hist. I, 80.1-85.3).
  • 37 V. Jean-Marie Engel, op. cit., chapitre « Les mutineries », p. 461-480.

10Le traitement que Tacite réserve à ces événements n’est donc pas neutre et influe volontairement sur la manière dont son lecteur les perçoit. De fait, outre la question des explications données ou non, une étude de la manière dont ces appels au lynchage sont racontés, en particulier une comparaison entre eux, met au jour un certain nombre de similitudes, qui donnent l’impression d’une unification, voire d’une simplification de la narration. Il est ainsi possible de diviser ces scènes en deux groupes, en fonction du type de personne visée : celles où les soldats réclament à leur(s) chef(s) la mort d’un ennemi de leur empereur (scène d’attaque d’opposants) et celles où ils se dressent contre un de ces chefs même et cherchent à le supplicier (scène de seditio). Mais, dans les deux cas, le déroulement est plus ou moins le même : après un revers militaire33 ou une simple fausse alerte34, les soldats s’alarment et réclament la mort de la personne qu’ils jugent responsable, utilisant parfois les événements comme un simple prétexte à la satisfaction d’une haine déjà présente35 ; les chefs sont alors obligés de ruser ou cèdent ; après un certain temps, les soldats s’apaisent et, souvent, ont si honte de leur comportement qu’ils réclament cette fois-ci que les meneurs de ces désordres soient punis36. Ce scénario répété donne le sentiment que tous les soldats se conduisent de la même manière, quel que soit le parti auquel ils appartiennent. Tacite a en effet tendance à considérer l’armée romaine non comme un ensemble de différentes légions, avec des situations et des exigences particulières, mais comme un seul corps, de sorte que sa division en factions ne paraît, du point de vue de son comportement, pas significative37.

11Cette conception est confirmée par la façon dont l’épisode de la préservation de Marius Celsus par Othon semble « essaimer » dans la suite du texte. Quand Vitellius a ensuite recours à cette tactique du « faux emprisonnement » pour sauver Julius Burdo, il est obligé de livrer à la foule, en une sorte de compensation, le centurion Crispinus, ce qui laisse entendre que la troupe ne pouvait se contenter de voir enchaîné l’objet de sa vindicte. Par la suite, lorsque le flavien Antonius Primus y a également recours pour Tampius Flavianus, les soldats comprennent qu’on essaie de les tromper et le légat ne doit son salut qu’à l’interposition physique de son général ; Aponius Saturnius n’aura même pas droit à une tentative de ce type et ne sauvera sa vie qu’en se cachant, comme si aucune ruse n’était désormais possible. Ces diverses scènes donnent l’impression que, ce qui arrive aux soldats d’un parti profite, à la manière d’une expérience personnelle, aux soldats d’un autre parti : comme si les vitelliens apprenaient des othoniens qu’il ne faut pas se contenter d’un envoi en prison et les flaviens des vitelliens qu’un envoi en prison n’est qu’une ruse pour passer outre leur volonté, ce qui empêche dès lors tout nouveau recours à ce procédé. Il semble donc que, chez Tacite, l’armée romaine n’ait qu’une seule « conscience », commune à toutes les légions, quel que soit l’empereur qu’elle ait choisi de suivre.

  • 38 Les chefs gaulois Asiaticus, Flavus et Rufinus.
  • 39 Pompeius Propinquus, Julius Burdo.
  • 40 Verginius Rufus.
  • 41 Sabinus et Atticus.
  • 42 En Hist. II, 29.3, Tacite souligne la situation délicate où se trouve le légat Fabius Valens.
  • 43 Les affrontements sanglants sont fréquents entre légionnaires et auxiliaires gaulois chez les vite (...)
  • 44 V. Rodolfo Funari, « Degradazione morale e luxuria nell’esercito di Vitellio (Tac., Hist. II) : mo (...)

12Il est toutefois possible de noter des différences dans leur comportement, ce qui peut paraître contradictoire. Les troupes vitelliennes, en particulier, se distinguent par leur virulence et leur indiscipline : elles appellent ainsi cinq fois au lynchage, quand les troupes othoniennes et flaviennes ne le font respectivement qu’à trois et deux reprises chacune. On remarque également qu’il s’agit, à chaque fois, de l’élimination d’opposants : partisans du Gaulois Vindex38, dont ces troupes ont écrasé le soulèvement ; anciens soutiens de Galba39 ou d’Othon40 ; flaviens de Rome ayant pris les armes contre leur empereur41. Cela ne signifie pas qu’elles aient un plus grand respect que les autres pour leurs officiers42 ou qu’elles ne soient pas en proie aux dissensions43. En revanche, c’est cohérent avec le portrait global que l’historien fait de ces troupes : il les dépeint en effet comme s’enfonçant de plus en plus dans l’abandon de toute discipline et dans le crime, en particulier après leur victoire sur les othoniens44.

  • 45 V. Rudolf Engel, « Das Charaterbild des Kaisers A. Vitellius bei Tacitus und sein historischer Ker (...)
  • 46 Suet., Vit., passim.

13Il y a donc là quelque chose qui leur est propre, à la fois, sans doute, dans leur manière historique de se comporter, mais aussi dans l’image que Tacite cherche à donner d’elles et de leur empereur : il ne cesse en effet de le présenter comme complètement passif, face à des soldats qui décident à sa place, au point que certains commentateurs se demandent même s’il a jamais vraiment voulu obtenir le pouvoir suprême45. Or cette vision est propre à cet auteur : Suétone, pour sa part, présente Vitellius comme prenant toujours l’initiative, ce qui lui permet de le rendre responsable des pires horreurs46. Tacite adopte la posture inverse, ce qui fait qu’il n’est dès lors pas étonnant de voir les troupes vitelliennes vouloir châtier elles-mêmes les opposants à leur parti, alors que, dans les autres camps, c’est l’empereur qui prend ce genre de décisions, tel Othon à Rome au moment de son arrivée au pouvoir. Cet exemple montre que, si les diverses troupes réagissent différemment malgré des caractéristiques communes, c’est en fonction de la manière dont leur empereur les dirige et, en particulier, réagit face aux demandes « judiciaires » qu’elles expriment et à la question du respect du droit.

  • 47 Le meilleur exemple est le cas de la lex de maiestate dans les Annales.
  • 48 V. Michèle Ducos, « Les problèmes de droit dans l’œuvre de Tacite » in ANRW II 33.4 (1992), p. 318 (...)
  • 49 Cf. le comportement des soldats vitelliens.
  • 50 Hist. II, 10.1-3. La personne concernée est le délateur néronien Faustus ; la scène a lieu sous Oth (...)

14La vision que Tacite a du droit se caractérise par une perspective négative de dégradation, liée, selon lui, à celle des mœurs : quand celles-ci empirent, les lois soit ne sont plus respectées, soit sont détournées à des fins d’adulation47. Que l’empereur soit capable de maintenir un état de droit est dès lors d’autant plus crucial que, dans une société où le peuple ne vote plus de lois, les formes juridiques que revêt ensuite le droit (rescrits, décrets, mandata) sont étroitement liées à la volonté de la personne au pouvoir48. Or il s’agit ici d’une période de guerre civile, donc de dégradation maximale des mœurs49 et, partant, également du droit : la préservation, par Vitellius, de Julius Burdo, alors qu’il est manifestement impliqué dans l’assassinat de Fontéius Capito, montre bien que le droit s’appliquant habituellement n’a plus cours. Tacite fait même assister son lecteur à une séance du Sénat où une grande partie de la Curie est prête à faire exécuter l’un des siens sans aucune forme de procès50 ! Tacite s’intéresse donc tout particulièrement à l’attitude de l’empereur et la répétition du même type de scène, celui de l’appel au lynchage la part de ses plus fidèles soutiens, permet de comparer entre eux les différents prétendants au pouvoir, pour savoir si oui ou non ils seraient capables de rétablir l’ordre et le droit.

  • 51 Hist. I, 32.1. Othon s’était d’ailleurs appuyé sur cette réaction pour convaincre les prétoriens de (...)
  • 52 Hist. III, 83.1, où il décrit les Romains assistant aux combats entre vitelliens et flaviens comme (...)
  • 53 Suétone parle « seulement » de massacre du Sénat, caedem senatus : cf. Otho 8.3-4.

15Nous avons déjà vu comment Vitellius est dépeint comme incapable d’une quelconque autorité sur ses troupes ; Othon, lui, refuse par deux fois de leur céder et, en particulier, se dresse entre les sénateurs et elles, lorsque les prétoriens, croyant à un complot, veulent les massacrer. C’est qu’il doit faire face à un double problème : non seulement il est assez difficile de prétendre rétablir une légalité qu’on a soi-même violée de manière sanglante, mais la propension automatique de la foule à l’adulation avait fait qu’elle avait réclamé à Galba la tête des traitres, au tout début du coup d’État51. Tacite souligne à plusieurs reprises combien les réactions de la foule sont finalement apolitiques52 et proviennent en réalité d’une habitude désormais bien ancrée d’acclamer le vainqueur, quel qu’il soit. Mais les soldats n’avaient manifestement pas conscience de cela, ce qui explique peut-être pourquoi ils ont réagi si violemment lors de cet épisode, allant jusqu’à réclamer la licentia in omnes, c’est-à-dire la permission de sévir contre tous, gens du peuple comme sénateurs53. Il est sans doute possible de voir dans cette situation la raison de la résistance d’Othon, sauf dans le cas de Tigellin, qui a probablement joué aussi le rôle de bouc émissaire, à la manière du centurion Crispinus.

  • 54 Hist. III, 10.1-11.3.

16Vespasien, pour sa part, en tant qu’homme de la discipline, apparaît déjà comme celui qui rétablira l’ordre et la paix dans l’empire ; les livres relatant son règne ne nous sont malheureusement pas parvenus, mais il est possible d’avoir un aperçu du retour à la normale qui devait s’y effectuer, en Hist. IV, 40.3 : les sénateurs y demandent cette fois à Domitien la permission de mener des enquêtes sur les délateurs néroniens, attitude à l’opposé de celle qu’ils avaient eue sous Othon. Dans cette perspective, il n’est sans doute pas anodin que l’accent soit mis, au livre III, sur les deux séditions que dut affronter le flavien Antonius Primus54 : Antonius a, certes, remporté pour Vespasien la guerre contre Vitellius, mais il n’est pas l’empereur ; dès lors, ces deux séditions indiquent qu’il n’est pas apte à rétablir l’ordre et le mettent sur même plan que les généraux vitelliens Aulus Caecina et Fabius Valens.

17Tacite a donc introduit une sorte de filtre idéologique dans sa manière de mener son récit de ces révoltes : en n’expliquant pas toujours pourquoi les soldats réclament le massacre de telle ou telle personne, il les dépeint comme une foule cruelle et indisciplinée, ce qui renforce le portrait général qu’il fait de l’armée ; en dramatisant la situation où se trouvent alors leurs chefs, il produit chez son lecteur une impression au pire d’une absence presque totale de contrôle, au mieux d’une autorité particulièrement précaire ; lorsqu’il ne donne pas les raisons de la préservation de certains individus, c’est un sentiment d’arbitraire qui s’impose, confirmant ainsi le chaos annoncé au début des Histoires ; enfin, dans sa manière de relater les réactions des empereurs à ces séditions, il présente Vitellius comme presque entièrement soumis à la volonté de la troupe, Othon comme essayant d’y résister mais se trouvant parfois dépassé par elle, Vespasien comme le seul capable de ramener l’ordre dans l’empire : la dimension introduite par le lexique juridique présent dans ces passages n’est donc pas tant en lien avec les revendications des soldats qu’avec l’ordre que leurs chefs doivent rétablir.

18Les appels au lynchage émis par les militaires, peut-être plus que la question de la préservation ou non des opposants, soulignent donc la délicate question de l’autorité sur les troupes à partir de la guerre civile de 68-70. En effet, si ces soldats remettent en apparence entre les mains de leur chef la décision de les laisser massacrer un opposant ou considéré comme tel, ils ont bien conscience de leur force et en jouent, de sorte que leurs supérieurs se trouvent bien souvent obligés de ruser lorsqu’ils veulent préserver quelqu’un. Historiquement, c’est également la fin de la conception républicaine d’une armée entièrement aux ordres, sans mot dire face aux décisions de ses officiers, évolution déjà sensible dans les révoltes des légions de Pannonie et de Germanie, au moment de l’avènement de Tibère.

19Dès lors, Tacite se sert également du récit de ces événements pour appuyer sa propre vision de la période et d’une certaine dégradation du droit. En utilisant le même schéma pour souligner le caractère récurrent de ce problème de maintien de l’ordre au sein de chaque camp, il induit son lecteur à comparer entre elles les réactions des différents chefs et empereurs, à constater une perte de sens moral et, dès lors, à s’interroger sur la capacité des uns et des autres à rétablir le droit. C’est Vespasien qui sort vainqueur de cette comparaison et ce malgré la perte de la partie des Histoires qui relatait son règne, mais la situation d’Othon permet également de mettre au jour une première rupture entre civils et militaires ; quant à Vitellius, sa passivité provient si manifestement d’un parti-pris de l’auteur qu’il devient difficile de faire la part des faits et de leur représentation.

  • 55 Thuc. III 82.3-4 et la brillante analyse qu’en fait Nicole Loraux dans La Tragédie d’Athènes. La p (...)
  • 56 Seulement deux occurrences dans l’Histoire Auguste (Div. Aur. 30.2 : les soldats réclament le supp (...)

20Il semble ainsi assez douteux que les soldats aient vraiment réclamé l’application d’un ius caedis qui serait né de cette période de guerre civile. Il faut bien plutôt voir dans l’emploi de cette expression un choix stylistique de Tacite, afin de signaler une extrême dégradation de la société romaine en général et de sa justice en particulier. De fait, dans le monde qu’il nous dépeint, peut-être en écho à Thucydide55, ce à quoi on estime avoir droit, c’est à massacrer des gens sans autre forme de procès (ius caedis) ; ce dont on demande la permission, c’est de transgresser les limites établies pour accomplir ce qui n’est pas permis (licentia in omnes). Il y a là quelque chose qui relève de la vision personnelle de l’historien et le meilleur indice de cela est sans doute que le modèle qu’il a établi et réutilisé pour chaque demande de lynchage de la part des soldats n’a pas été repris, ensuite, par les auteurs ultérieurs56.

Notes

1 Je voudrais remercier Mme Hélène Ménard et M. Charles Guittard, mon directeur de thèse, d’avoir eu la gentillesse de me relire et de me faire part de leurs très pertinentes remarques.

2 Tac., Hist. III, 69.1-75.3.

3 L’armée a toujours eu une importance réelle dans le choix des empereurs, et ce dès le début de l’Empire : les révoltes des légions de Pannonie et de Germanie étaient un réel problème pour Tibère ; le cognomen de Caligula (« petite sandale », en référence aux chaussures des légionnaires) montre le lien qui l’unissait aux troupes ; Claude a été choisi par les prétoriens ; Néron leur a été présenté avant même de l’être au Sénat. Mais l’apparence d’investiture par les sénateurs avait toujours son importance. En 68-69, cette apparence tombe et ce sont très manifestement les armées qui font les empereurs.

4 Cf. Vincenzo Giuffrè, « Militum disciplina e ratio militaris » in ANRW II 13 (1980), p. 234-277.

5 Ainsi, si Hist. III, 83.1 décrit bien le peuple désignant aux flaviens les adversaires à égorger, Hist. I, 45.2 laisse place au doute : les sénateurs se sont en effet, à ce moment-là, précipités auprès d’Othon pour l’aduler, mais Tacite insiste ensuite sur le fait que même les soldats étaient contents de la préservation de Marius Celsus, ce qui sous-entend qu’au moins eux, si ce n’est eux seuls, réclamaient sa mort. De même, on ne peut exclure que des soldats se soient mêlés à la foule pour viser Tigellin et Calvia Crispinilla, en Hist. I, 72-73.

6 Qui relève de la flatterie envers Galba et non d’une véritable volonté de voir Othon mort : Hist. I, 32.1.

7 Hist. I, 72.1-3.

8 Hist. I, 73.

9 Selon Plut., Galba, 17.3, Tigellin était appelé « le maître et l’initiateur de la tyrannie ».

10 Hist. I 58.1-2. Pour l’assassinat de Capito, cf. Hist. I, 7.1-2.

11 Hist. II 94.2. Sur la différence entre cet Asiaticus et l’affranchi de Vitellius portant le même nom, cf. Paul von Rhoden, RE II 1578, 44 ff.

12 Les sénateurs, les centurions et les légats, lors du tumulte des prétoriens, sous Othon (Hist. I, 80.1-85.3) ; Verginius Rufus, après son ralliement au camp vitellien (Hist. II 68.3-4).

13 Martius Macer, après un revers de l’armée othonienne (Hist. II 36.1) ; les Helvètes, qui bloquent le passage des armées vitelliennes vers l’Italie (Hist. I, 67-69) ; Tampius Flavianus et Aponius Saturnus, après une fausse alerte dans le camp flavien (Hist. III, 10.1-11.3) ; Sabinus et Atticus après l’incendie du Capitole (Hist. III, 74.2 et 75.3).

14 Tacite et l’étude du comportement collectif, Lille, 1972.

15 V. chapitre 8 « L’armée : le problème de la discipline », p. 118-135.

16 Hist. I, 45.2 et I, 58.1-2. Plutarque aussi utilise un des épisodes de ce type, celui du tumulte des prétoriens, pour souligner la fragilité de l’autorité d’Othon juste après son coup d’État : cf. Plut., Otho 3.3-13.

17 Plut., Galba 17.4-7.

18 Plutarque explique qu’à ce moment-là, le peuple considérait même cette mort comme « une dette publique » : Otho 2.2.

19 Hist. I, 45.2. On sait par Plutarque que le prétexte était de l’interroger dans l’intervalle : Plut., Galba, 27.12.

20 Hist. III, 10.3.

21 Hist. I, 58.2.

22 Avec élargissement en-t-et formation en -la- : cf. Ernout-Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 1985 (édition révisée par Jacques André ; première édition : 1932), s. v. posco.

23 C’est le verbe qui apparaît presque systématiquement dans les Annales, pour les très nombreux procès de lèse-majesté intentés sous Tibère.

24 V. Ernout-Meillet, op. cit., s. v. flagito.

25 V. Michèle Ducos, Rome et le droit, Paris, 1996, en particulier le chapitre sur « La philosophie du droit à Rome », p. 133-148.

26 Cic., Phil. 13.6.14.

27 V. Ernout-Meillet, op. cit., s. v. licet.

28 Hist. I 69.

29 Hist. III, 10.2: nullo criminis argumento, sed iam pridem inuisus.

30 Hist. I, 71.2. Plutarque souligne la même idée en Otho 1.1.

31 Hist. II, 68.3. Tacite introduit l’idée de la fausseté des accusations dès leur profération, en utilisant le verbe insimulare, qui peut signifier « accuser », mais qui est également un composé de simulare, « feindre, faire semblant », ce qui pousse à le traduire ici par « accuser faussement ».

32 V. Guy Edward Farquhar Chilver, A historical Commentary on Tacitus’ Histories I and II, Oxford, 1979, ad loc. Chilver s’appuie sur le fait qu’une partie de la flotte de Germanie se ralliera ensuite à Civilis.

33 Cas de Macer chez les othoniens (Hist. II, 36.1).

34 Cas, par exemple, de Verginius Rufus chez les vitelliens (Hist. II, 68.3-4).

35 Cas de Tampius Flavianus chez les flaviens (Hist. III, 10.1-4).

36 Cas du tumulte des prétoriens, sous Othon (Hist. I, 80.1-85.3).

37 V. Jean-Marie Engel, op. cit., chapitre « Les mutineries », p. 461-480.

38 Les chefs gaulois Asiaticus, Flavus et Rufinus.

39 Pompeius Propinquus, Julius Burdo.

40 Verginius Rufus.

41 Sabinus et Atticus.

42 En Hist. II, 29.3, Tacite souligne la situation délicate où se trouve le légat Fabius Valens.

43 Les affrontements sanglants sont fréquents entre légionnaires et auxiliaires gaulois chez les vitelliens : voir par exemple Hist. I, 64.4. Il faut sans doute lier cela au souvenir encore récent de la révolte de Vindex.

44 V. Rodolfo Funari, « Degradazione morale e luxuria nell’esercito di Vitellio (Tac., Hist. II) : modelli e sviluppi narrativi », Athenaeum 80 (1992), p. 133-157.

45 V. Rudolf Engel, « Das Charaterbild des Kaisers A. Vitellius bei Tacitus und sein historischer Kern », Athenaeum 55, 1977, p. 345-368. Cet article tend à une certaine “réhabilitation” de Vitellius.

46 Suet., Vit., passim.

47 Le meilleur exemple est le cas de la lex de maiestate dans les Annales.

48 V. Michèle Ducos, « Les problèmes de droit dans l’œuvre de Tacite » in ANRW II 33.4 (1992), p. 3183-3259.

49 Cf. le comportement des soldats vitelliens.

50 Hist. II, 10.1-3. La personne concernée est le délateur néronien Faustus ; la scène a lieu sous Othon.

51 Hist. I, 32.1. Othon s’était d’ailleurs appuyé sur cette réaction pour convaincre les prétoriens de le suivre : cf. Hist. I 37.2.

52 Hist. III, 83.1, où il décrit les Romains assistant aux combats entre vitelliens et flaviens comme s’ils étaient au théâtre ou au cirque et les qualifie de spectatores. Cette vision dépréciative du peuple est générale dans son oeuvre : voir Jean-Marie Engel, op. cit., chapitre 25 a) « La plèbe et la politique », p. 430-432.

53 Suétone parle « seulement » de massacre du Sénat, caedem senatus : cf. Otho 8.3-4.

54 Hist. III, 10.1-11.3.

55 Thuc. III 82.3-4 et la brillante analyse qu’en fait Nicole Loraux dans La Tragédie d’Athènes. La politique entre l’ombre et l’utopie, chapitre 4 « Thucydide et la sédition dans les mots », p. 81-109, Paris, 2005.

56 Seulement deux occurrences dans l’Histoire Auguste (Div. Aur. 30.2 : les soldats réclament le supplice de Zénobie ; Aurélien refuse et fait châtier les meneurs ; Comm. 17.4 : le Sénat et le peuple réclament que le corps de Commode soit traîné par un croc jusqu’au Tibre et jeté dans le fleuve), aucune chez Ammien Marcelin.

Auteur

Pauline Duchêne, normalienne et agrégée de lettres classiques, est doctorante en littérature latine à l’université Paris Ouest Nanterre, sous la direction de Charles Guittard. Elle travaille sur l’élaboration du récit chez les historiens latins des débuts de l’empire, en mettant en relation les œuvres de Tacite et Suétone.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540