Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clameur publique et émotions judiciaires

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Pierre Prétou

Ouverture

L’histoire auditive, un nouveau chantier, quelques remarques

Nicolas Offenstadt

Texte intégral

  • 1 Voir le colloque « Hearing Modern History », http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/arbeitsbereic (...)

1Ce volume relève de l’histoire de la justice et de l’anthropologie du règlement des conflits. Il montre, en de multiples circonstances, et selon de subtils dégradés, les formes des saisies populaires de la dénonciation et de la plainte. Mais il participe aussi d’un champ de recherches nouveau et en plein essor que l’on peut qualifier d’histoire auditive, ou auditive Geschichte/Geschichte des Hörens pour les historiens allemands, d’où un index des cris, ainsi pris au sérieux. Il s’agit alors d’« entendre l’histoire1 ». Nous ne pouvons prétendre en quelques pages rendre compte d’un pan entier de l’historiographie, mais nous voudrions simplement en signaler l’intérêt et souligner les ouvertures qu’il permet.

  • 2 À cet égard, les travaux du compositeur et chercheur Raymond Murray Schafer sont souvent cités com (...)
  • 3 Jacques LeGoff, Jean-Claude Schmitt, « Au XIIIe siècle, une parole nouvelle », dans Jean Delumeau (...)
  • 4 Alain Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XI (...)

2Selon les angles, on parlera encore d’une histoire du bruit, de l’écoute, ou d’une histoire du paysage sonore2. Car il est bien clair que les sons, leurs perceptions et leurs usages par l’homme ont une histoire. Ils méritent d’être historicisés, c’est-à-dire que les bruits et les sons, comme leur production et leur écoute sont éminemment situés dans des contextes changeants. Les historiens ont déjà signalé, ou posé, quelques grandes inflexions, que l’on pense aux remarques de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt sur l’ouverture et le renouvellement de la parole publique au XIIIe siècle puis à son contrôle et à son renfermement à la fin du siècle3, ou aux travaux d’Alain Corbin sur les enjeux des cloches ou sur l’intolérance croissante au bruit au XIXe siècle4.

  • 5 Jurgen Müller, « “The Sound of Silence”. Von der Unhörbarkeit der Vergangenheit zur Geschichte des (...)
  • 6 Cf. Frédéric Billiet, « Les sonorités de la rue : introduction générale » et « Le paysage sonore d (...)

3Cette histoire du bruit reste largement faite à partir de sources écrites ou visuelles, ce qui induit bien sûr à la fois des démarches prudentes et des regards méthodologiques propres5. Pour une part, les époques les plus récentes, depuis la fin du XIXe siècle, qui nous ont laissé des sources sonores, offrent d’autres questionnements même si les constructions des collections sonores n’en invitent pas à moins à une forte réflexivité et à un travail sur la constitution même des corpus. Il est encore possible d’utiliser des artefacts, des recréations d’un monde sonore disparu, comme l’a tenté par exemple Frédéric Billiet, en usant de différents registres, la transposition (par exemple des cris de marchés contemporains à Bordeaux ou des bruits du travail en Chine) et de la reconstitution, pour composer une « sonoscène » des rues d’Amiens au XVIe siècle6.

  • 7 Sur les échanges possibles, ou nécessaires, avec les autres disciplines spécialisées voir le riche (...)

4Cet intérêt croissant des historiens pour l’histoire auditive participe plus largement de ce que l’on qualifie, pour sacrifier à une formule un peu figée et trop utilisée, de « tournant auditif » – « aural turn », « auditory turn » – de l’ensemble des sciences sociales, du développement des Sound Studies, plutôt portées sur les époques les plus contemporaines. Un colloque en 2009 à Austin, au Texas, s’intitulait « Thinking hearing: The Auditory Turn in the Humanities ». Il abordait aussi bien des enjeux philosophiques, musicologiques que géographiques ou historiques des sons. Reste que pour l’historien, l’histoire auditive pour trouver son plein développement se doit de dépasser les approches trop sectorielles, en particulier une histoire des techniques musicales et sonores, qui sans lien avec les pratiques et les enjeux sociaux ne peut véritablement ouvrir le champ, ou une histoire des sensibilités qui s’en tiendrait aux perceptions et représentations des bruits d’un point de vue d’ensemble7.

Approches

  • 8 Voir par exemple David Garrioch, « Sounds of the City: the soundscape of early modern European tow (...)

5Une première approche consiste, pour l’historien, à reconstituer le paysage sonore, Soundscape en anglais, Klanglandschaft ou Lautsphäre en Allemand, d’un lieu, d’un groupe ou d’une époque. C’est-à-dire l’ensemble des bruits et des sons audibles et/ou produits, en une séquence donnée. Il y a bien sûr, en l’état du savoir, une dimension d’inventaire dans cette approche8. Du moins, en est-ce un premier pas : rassembler l’ensemble des bruits et des sons identifiés et disponibles. Il convient alors de prêter attention à l’entendu et à l’identifié, aux continuités et aux disjonctions car à la différence de la vue, le bruit n’est pas forcément relié à sa source. Le silence fait partie intégrante de la réflexion sur le paysage sonore (comme en témoignent plusieurs des travaux ici présentés, par exemple dans le contexte carcéral). Il peut faire l’objet d’une approche propre (par exemple en contexte monastique) ou s’articuler avec les enjeux du bruit, comme lorsque les soldats enveloppent leurs pièces de monnaie pour ne pas faire de bruit. À l’évidence, la notion de paysage sonore doit être raffinée et déclinée selon les groupes et les milieux. C’est ainsi que, comme Barbara Rosenwein proposait de parler de « communautés émotionnelles » pour distinguer le rapport aux émotions de chaque groupe, l’on peut évoquer des « communautés auditives » dans le rapport au son, à l’écoute (Barry Truax, David Garrioch), qui peuvent être le voisinage, mais aussi d’ordre culturel.

  • 9 David Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2001, p. 24.

6Dans le vaste recensement des sonorités d’une époque, il est utile de spécifier les articulations qui relient sons et bruits entre eux, tels que les hommes le conçoivent. Les usages légitimes et illégitimes des sons tiennent aux rapports de pouvoir, aux formes de domination, aux liens entre les groupes. C’est ainsi que l’on peut proposer la notion de grammaire sonore pour désigner l’ensemble des possibilités théoriques, dans une société donnée, d’articuler les sons. Les acteurs disposent ainsi de ce que l’on peut qualifier de répertoire sonore. Dans chaque action ou situation, les sons et les bruits utilisables ou légitimes varient, notamment en fonction de la place dans la hiérarchie sociale, des coutumes et règles de droit. L’historien peut encore chercher à reconstituer l’ordre sonore, soit l’articulation des sons, licites et illicites, selon l’intérêt des dominants. Les usages des cloches dans les révoltes et dans leur répression montrent bien l’importance de la domination de l’espace sonore dans les rapports de force. Ainsi, après les révoltes de 1347-1348, le roi d’Aragon fait-il boire aux rebelles le métal fondu des cloches qu’ils avaient forgé pour appeler aux armes9.

7Ces approches permettent donc de relier l’histoire auditive et l’histoire sociale et culturelle des sociétés d’autrefois.

Scènes de bruits

  • 10 Nombreuses références in Jurgen Müller, « ‘The Sound… », art. cit. Voir aussi « Les Bruits dans la (...)

8Sans doute l’histoire auditive, la reconstruction des « paysages sonores », l’analyse des enjeux culturels ou politiques du bruit peuvent-elles s’appliquer à de nombreuses situations anciennes. L’histoire urbaine, par exemple, s’est déjà largement saisie des « bruits de la ville », des paysages sonores urbains, à différentes époques et selon différents questionnements10. Nous voudrions juste signaler quelques chantiers qui s’avèrent déjà riches de résultats.

  • 11 Dans d’autres directions, voir par exemple les travaux en cours de Laurent Cuvelier sur les cris e (...)

9Parmi tous les bruits, le cri, les cris méritent assurément un nouveau regard dont témoignent de nombreuses contributions à ce volume. Car, longtemps considérés comme une parole seconde, ou bien en simple témoin éruptif d’une situation de surprise, de joie, de danger ou de violence, ils permettent de revoir de nombreuses scènes historiques, de nombreuses actions sous un jour nouveau. À condition de restituer à la fois au cri et aux acteurs qui les lancent, une consistance qui dépasse l’émotion. Nous avions entamé collectivement ce chantier il y a une quinzaine d’années, il s’est bien étendu depuis11.

  • 12 William Miller, Humiliation and other essays on honor, social discomfort and violence, Ithaca, Cor (...)

10Si la notion de « paysage sonore » se prête à embrasser tout contexte historique, il est cependant des moments qui offrent une ample matière à l’histoire auditive, ou, du moins, où de telles approches amènent à de nouvelles voies de compréhension. C’est en particulier le cas pour la guerre et les révoltes. Pour les guerres contemporaines, les enjeux d’une histoire auditive sont tout à fait prégnants, comme ils s’insèrent plus largement dans la question du rapport de la violence et du bruit12. Il se pose d’abord la question des sources et de la transmission des sons. Elle relève parfois d’une nécessaire déconstruction, comme lorsque les productions écrites mettent en scène des cris héroïques ou magnifiques qui veulent témoigner du courage, de l’ardeur ou de la force des combattants. C’est ainsi que Maurice Barrès, pendant la Grande Guerre fixe par ses articles les derniers cris de l’officier Charles Péguy « fou dans sa bravoure » ou le fameux « Debout les morts » lancé par Jacques Péricard dans une tranchée au sud de Saint-Mihiel. Ces cris circulent jusqu’à aujourd’hui en différentes versions et selon de multiples enjeux. Ces cris construits et reconstruits fixent ainsi des scènes historiques, leur donne consistance. À l’historien de mesurer l’articulation du cri et de l’écrit qui le porte, d’analyser le choix de la mesure sonore de la bravoure et de la légende.

  • 13 Robert Maier (dir.), Akustisches Gedächtnis und Zweiter Weltkrieg, Göttingen, Vandenhoeck und Rupr (...)
  • 14 En résumé: Nicolas Offenstadt, « War Cries » in C. Rogers (dir.), The Oxford Encyclopedia of Medie (...)
  • 15 Rémy Cazals, André Loez, 14-18. Vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier, 2012, en pa (...)
  • 16 G. Chevallier, La peur, Paris, PUF/Le Livre de Poche, 1951 [1930], p. 271. Voir aussi J. Encke, Au (...)

11Les bruits de la guerre, ce sont aussi ceux qui marquent les populations civiles prises par la violence des affrontements et qui restent dans les mémoires ou se recomposent d’une guerre à l’autre13. Les sons de la guerre, des guerres sont partie prenante des champs de bataille, de la définition de la violence et du combat, depuis les cris identitaires des troupes médiévales14 jusqu’aux sons des guerres contemporaines. Ainsi, en 14-18, le son est fondamental dans l’univers des combattants, quand les bombardements brouillent la possibilité de se repérer par la vue, quand regarder, dans la guerre des tranchées, c’est dangereusement s’exposer15. Gabriel Chevallier l’écrit : « toutes mes facultés sont dans mes oreilles, chargées de déceler le péril, de trier les sons »16. La guerre demande alors un apprentissage sonore aux combattants. Les cris, eux, doivent dire l’alerte ou l’assaut et ils expriment la souffrance. Il est donc pensable de faire une histoire du cri dans la guerre de 14-18, comme de reconstituer les paysages sonores du monde des tranchées et les enjeux afférents.

  • 17 On renverra ici aux différents travaux d’André Loez qui ont largement analysé les pratiques des mu (...)
  • 18 Abel Ferry, critiquant la conduite de la guerre par les généraux, la faiblesse du Parlement et les (...)

12Il faudrait alors fait la part aussi, aux cris de révoltes, aux derniers cris des soldats face au peloton d’exécution, à ceux, plus encore des soldats mutinés en 1917 dans l’armée française en particulier, qu’il s’agisse de défis lancés aux autorités ou d’expressions politiques formalisées17. Le terme de « cri » est largement utilisé pour désigner des formes d’expression dénonçant les conditions des soldats dans la guerre, pendant le conflit même et encore après, en particulier par les anciens combattants18.

  • 19 Nous l’avions signalé dans Didier Lett, Nicolas Offenstadt dir., Haro !…, op. cit. en particulier, (...)

13C’est que les révoltes, plus largement, comme les guerres, sont souvent des moments très sonores, avec des logiques et des ressources propres, comme on le lira dans les pages qui suivent. Les médiévistes en particulier sont attentifs depuis longtemps aux expressions sonores des insurgés, à la saisie populaire de l’espace sonore, à la force de ces enjeux19. Les paroles des révoltés disent leurs identités et se fixent aussi dans les mémoires. Il convient alors de reconstituer le paysage sonore de la révolte, celui des rumeurs, des cris, des cloches et des discours, comprendre comment les acteurs se saisissent de la grammaire sonore disponible et la façonne à leur usage.

14On voit là combien l’histoire auditive, bien comprise, ouvre à la relecture de nombreuses scènes historiques, que l’on peut croire amplement connues, ou dont on s’imagine avoir épuisé les sources. Ce volume en témoigne.

Notes

1 Voir le colloque « Hearing Modern History », http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/arbeitsbereiche/ab_nolte/dokumente/Morat/blankensee_abstracts.html. Parmi les historien/nnes en France à avoir prêté attention à ces questions : Arlette Farge, Essai pour une histoire de la voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, 2009.

2 À cet égard, les travaux du compositeur et chercheur Raymond Murray Schafer sont souvent cités comme précurseurs, mais la transposition aux questionnements de l’historien contemporain n’est pas immédiate.

3 Jacques LeGoff, Jean-Claude Schmitt, « Au XIIIe siècle, une parole nouvelle », dans Jean Delumeau éd., Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, Privat, 1979, I, p. 257-279.

4 Alain Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, id., L’homme dans le paysage. Entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Textuel, 2001, p. 32 et s.

5 Jurgen Müller, « “The Sound of Silence”. Von der Unhörbarkeit der Vergangenheit zur Geschichte des Hörens », Historische Zeitschrift, 292, 2011, p. 1-29.

6 Cf. Frédéric Billiet, « Les sonorités de la rue : introduction générale » et « Le paysage sonore des rues d’Amiens (XVIe et XXe siècles) : incidences sur la sociabilité », dans Alain Leménorel, dir., La rue, lieu de sociabilité ?, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1997, p. 383-385 et 387-405, en particulier p. 405.

7 Sur les échanges possibles, ou nécessaires, avec les autres disciplines spécialisées voir le riche numéro de Zeithistorische Forschungen. Studies in Contemporary history, 2/2011, Politik und Kultur des Klangs im 20. Jahrhundert.

8 Voir par exemple David Garrioch, « Sounds of the City: the soundscape of early modern European towns », Urban History, 30, 1, 2003, p. 5-25; Didier Lett, Nicolas Offenstadt, « Les pratiques du Cri au Moyen Âge », id. dir., in Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 10 et s.

9 David Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2001, p. 24.

10 Nombreuses références in Jurgen Müller, « ‘The Sound… », art. cit. Voir aussi « Les Bruits dans la ville », Sources. Travaux historiques, 49-50, 1997.

11 Dans d’autres directions, voir par exemple les travaux en cours de Laurent Cuvelier sur les cris et l’oralité à l’époque de la Révolution française, ou : Guilhem Pépin « Les cris de guerre « Guyenne ! » et « Saint Georges ! » L’expression d’une identité politique du duché d’Aquitaine anglo-gascon », Le Moyen Âge, 2, 2006, p. 263-281 ; Pierre Prétou, « Clameur contre fureur. Cris et tyrannie à la fin du Moyen Âge », dans François Foronda, Christine Barralis, Bénédicte Sère (dir.), Violences souveraines au Moyen Âge, Paris, PUF, 2010, p. 271-280.

12 William Miller, Humiliation and other essays on honor, social discomfort and violence, Ithaca, Cornell University Press, 1993, p. 66.

13 Robert Maier (dir.), Akustisches Gedächtnis und Zweiter Weltkrieg, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2010.

14 En résumé: Nicolas Offenstadt, « War Cries » in C. Rogers (dir.), The Oxford Encyclopedia of Medieval Warfare and Military Technology, Oxford, Oxford University Press, 2010.

15 Rémy Cazals, André Loez, 14-18. Vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier, 2012, en particulier p. 65 et s.

16 G. Chevallier, La peur, Paris, PUF/Le Livre de Poche, 1951 [1930], p. 271. Voir aussi J. Encke, Augenblicke der Gefahr. Der Krieg und die Sinne, 1914-1934, Munich, Wilhelm Fink, 2006.

17 On renverra ici aux différents travaux d’André Loez qui ont largement analysé les pratiques des mutins et en particulier leur saisie de l’espace sonore.

18 Abel Ferry, critiquant la conduite de la guerre par les généraux, la faiblesse du Parlement et les « morts inutiles », définit la portée de son livre, un recueil de documents, ainsi : « C’est, pour les générations à venir, le cri d’une expérience douloureusement vécue ». La guerre vue d’en haut et d’en bas, Paris, Grasset, 1920, p. 14. Abel Ferry a été tué en 1918 dans une tournée d’inspection parlementaire au front, le passage ici retenu a été écrit peu auparavant. Significativement Rémy Cazals et Frédéric Rousseau intitulent leur livre sur les soldats de 14-18 et les enjeux d’écriture de leur histoire : 14-18. Le cri d’une génération (Toulouse, Privat, 2001).

19 Nous l’avions signalé dans Didier Lett, Nicolas Offenstadt dir., Haro !…, op. cit. en particulier, p. 39-40, Voir désormais les travaux de Jan Dumolyn, « “Criers and shouters” : The discourse on radical urban rebels in late medieval Flanders », Journal of Social History, 42, 2008, p. 111-135 et avec Jelle Haemers, « A Bad Chicken was Brooding : subversive speech in Late Medieval Flanders », Past and Present, 214, 2012, p. 45-86, et l’article de Vincent Challet dans ce volume.

Auteur

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne. Il travaille à la fois sur la Grande Guerre et ses mémoires et sur les pratiques politiques à l’époque de la Guerre de Cent ans. Il est en charge du cours d’historiographie à l’université de Paris 1 et vient de publier L’Historiographie (PUF, Que-Sais-Je, 2011). Parmi ses publications récentes, La Grande Guerre. Carnet du centenaire, Paris, Albin Michel (avec André Loez) et En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle (Stock).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540