Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chercheurs en Résistance

 | 
Julien Blanc
, 
Cécile Vast

Archives et écriture de l’histoire

Presse clandestine et documents internes des mouvements : lectures croisées

Cécile Vast

Texte intégral

  • 1 Henri Michel cité par Laurent Douzou in La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, (...)

1Sources privilégiées des monographies de mouvements de résistance, tantôt pour en restituer l’orientation politique, tantôt pour en définir les stratégies d’action, les journaux clandestins et les documents internes répondent parfaitement au souhait exprimé par Henri Michel. Dans une approche très positiviste de ce type de documents, par ailleurs méfiant à l’égard des témoignages postérieurs à l’Occupation, il pensait en effet que les écrits clandestins étaient plus à même de contribuer à un « sec établissement des faits1 ». Au-delà d’un usage strictement factuel, l’historiographie de la Résistance a, depuis, souligné la spécificité et le « surcroît de sens » de textes interdits qui disent aussi la singularité d’une expérience. La remarque semble aller de soi pour des journaux clandestins dont l’une des fonctions est précisément de donner à voir la Résistance. Elle est moins évidente pour les rapports d’activité et autres circulaires qui accompagnent et organisent l’action de résistance, dans un langage technique très éloigné du lyrisme et des ressorts de l’imaginaire. Pourtant, ce sont souvent les mêmes personnes qui rédigent des éditoriaux, et adressent à leurs subordonnés ordres et directives.

2Les documents internes et la presse clandestine sont des sources contemporaines de l’événement ; leur discours en exprime aussi les transformations. Largement consultées par les historiens de la Résistance depuis la Libération, elles n’ont que très rarement un caractère inédit. Qu’ils soient nationaux ou régionaux, les organes clandestins des mouvements relèvent de la catégorie des journaux d’opinion destinés à un usage public. Les documents internes regroupent des circulaires, des consignes d’action, des directives, des procès-verbaux de réunion, des historiques de mouvements, des rapports d’activité et des télégrammes. Limités au cercle étroit des responsables et des services spécialisés, ces documents sont avant tout des textes administratifs et techniques qui visent à organiser les actions, mettre en œuvre l’unification, élaborer les stratégies.

  • 2 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1954, (...)

3Deux objectifs imbriqués ont structuré notre recherche. La reconstitution d’un processus de construction identitaire formé par l’expérience de la Résistance s’adosse à un cadre d’étude formé par les trois mouvements non communistes de la zone sud (Libération-Sud, Franc-Tireur et Combat), regroupés début 1943 dans les Mouvements Unis de Résistance (MUR), puis en 1944 dans le Mouvement de Libération Nationale (MLN). Ancrer cette réflexion sur l’identité résistante dans l’histoire des mouvements unis visait à éviter l’écueil d’une vision désincarnée que soulevait en son temps avec humour Henri-Irénée Marrou : « À trop rechercher compréhension et profondeur, la culture historique court le risque de quitter la réalité concrète pour se dissoudre en fumées abstraites2. »

4Ce double questionnement, qui mêle l’histoire politique et institutionnelle à une approche anthropologique et socio-culturelle, oblige à revisiter les grilles de lecture des écrits clandestins. Après un rapide aperçu des usages traditionnels de ces documents, il faudra ainsi revenir sur leurs fonctions, leur contexte et leurs conditions de production. Afin de limiter la part de l’intuition et de la subjectivité, ce travail sur le sens de l’événement et sur sa représentation nécessite en amont un traitement rigoureux des sources, qui passe notamment par l’analyse lexicale et l’analyse de contenu. Presse clandestine et documents internes des mouvements témoignent, en effet, dans leur registre spécifique, d’un se conscience identitaire progressive et diversifiée, comme d’une vision de la Résistance partagée.

Un « sec établissement des faits » ?

5La réflexion sur les sources de la Résistance, leurs modes de production et leurs traitements, ne peut plus faire l’économie d’un retour sur les usages qui ont marqué l’historiographie et les approches historiennes du phénomène. Comme l’écriture de l’histoire, ces usages appartiennent à leur temps, ils reflètent à la fois les préoccupations et les conceptions du métier d’historien.

Histoire et usages des sources

  • 3 Voir à ce sujet l’article de Pierre Laborie, « Acteurs et témoins dans l’écriture de l’histoire de (...)
  • 4 Henri Michel, Quatre années dures, Paris, Grasset, 1945, p. 256-282.

6La question se pose avec une acuité plus grande lorsque ces historiens de la Résistance ont aussi été des acteurs de l’événement qu’ils tentent de restituer. Le regard qu’ils portent sur les sources – et nous pensons en particulier à Henri Michel et aux acteurs-historiens du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (CH2GM) – a plus ou moins consciemment été modelé par leur propre expérience de la Résistance. Difficile de comprendre l’impérieuse injonction au « sec établissement des faits » formulée par Henri Michel sans revenir sur son parcours personnel. Vérifier et recouper les faits, établir leur réalité de manière incontestable – y compris jusque dans la façon dont il suggérait de recueillir les témoignages oraux3 – sont autant d’opérations qui renvoient au souci du vrai et de la véracité, à une certaine volonté de traquer les mensonges, les affabulations et autres « plaidoyers pro domo ». Pour Henri Michel, cette préoccupation n’est pas neuve. On en retrouve la trace dans les derniers temps de l’Occupation, et il l’exprime avec amertume dans un petit récit publié en 1945, Quatre années dures. « Voilà le danger de l’action clandestine : elle ne laisse aucune preuve […]. Comment ! Tout ce monde a joué un rôle dans la Résistance ? s’interroge le héros de Michel. Il comprend que se réalise, hélas ! ce qu’il a si longtemps redouté, à savoir que la clandestinité permet toutes les affirmations pourvu que la voix qui les énonce soit sûre d’elle-même4. »

  • 5 Henri Michel, Les courants de pensée de la Résistance, Paris, PUF, 1962.
  • 6 Henri Michel, « Une étude d’opinion », compte-rendu de : Pierre Laborie, Résistants, Vichyssois et (...)
  • 7 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, coll. « Points », 1954, p. 50 : (...)

7Cette précaution suspicieuse a sans doute contribué à enfermer l’usage des documents de la clandestinité dans une perspective très positiviste. Ainsi, les consignes réitérées par Henri Michel dans les réunions et les bulletins du CH2GM au cours des années 1950, 1960 et 1970, sont appliquées à la lettre dans la thèse de doctorat d’État qu’il édite en 1962, Les courants de pensée de la Résistance5. Présentation classée et critique, chronologique et politique d’un vaste corpus documentaire, outil de travail fondamental et encore inégalé, cet ouvrage relève davantage de « l’histoire-récit » que de « l’histoire-problème ». Un tel usage des sources reflète sans doute moins un choix épistémologique qu’un positionnement institutionnel. Il ne faut y voir aucun jugement de valeur, et Henri Michel lui-même n’était du reste pas dupe des limites de ce type de compilation. Pour preuve ce beau compliment qu’il adresse à l’étude de Pierre Laborie, Résistants, vichyssois et autres, dont il affirme qu’elle « aurait plu à Lucien Febvre car c’est de “l’histoire-problème”6 ». Cependant la presse clandestine et les documents internes ont essentiellement été utilisés pour une reconstitution factuelle des événements et des groupes de résistance. Cette lecture traditionnelle répond à des attentes historiographiques : monographies de mouvements de résistance, analyse de leurs sensibilités politiques, autant d’objets prêts à l’emploi qui donnaient l’illusion, selon le mot de Henri-Irénée Marrou, non pas de « construire une histoire » mais de « la retrouver7 ».

  • 8 Défense de la France.
  • 9 Le Franc-tireur.
  • 10 Témoignage chrétien.
  • 11 Tracts et journaux francs-comtois.
  • 12 Libération-Sud.
  • 13 Défense de la France.
  • 14 François Marcot, « Les mots des résistants. Essai lexicographique » in 19-20. Bulletin du Centre d (...)

8Ainsi, de Marie Granet8 à Dominique Veillon9 et Renée Bédarida10 dans les années 1960-1970, en passant par François Marcot11, Laurent Douzou12 ou Olivier Wieviorka13 au milieu des années 1990, l’analyse des journaux clandestins avait d’abord pour but de définir la ligne politique des différents mouvements de résistance. Le relevé thématique et diachronique des sujets abordés dans les éditoriaux et les articles de fond permettaient notamment de cerner les évolutions de ces mouvements dans leurs rapports avec Pétain, Vichy, la collaboration, etc. Le cas de François Marcot est toutefois un peu différent, puisqu’il a complété son étude de la presse comtoise par une analyse lexicale destinée à mieux décrypter le discours sur soi des résistants14.

  • 15 Jacques Baumel, Résister. Histoire secrète des années d’occupation, Albin Michel, 1999.
  • 16 Alban Vistel, La nuit sans ombre, Fayard, 1970.
  • 17 Henry Ingrand, Libération de l’Auvergne, Hachette, 1974.
  • 18 Sous la cote 3 AG 2 BCRA. Voir la contribution dans cet ouvrage de Sébastien Albertelli, « Les arc (...)
  • 19 Voir Laurent Douzou et Dominique Veillon, « Comment les mouvements de la Résistance non communiste (...)

9Quant aux archives internes des mouvements, comme celles conservées par le Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), elles constituent une source de première main, brute, idéale pour combler les lacunes de la presse clandestine. Utilisées par les acteurs eux-mêmes dans leurs ouvrages, en filigrane chez Jacques Baumel15, explicitement et reproduites en annexe pour Alban Vistel16 ou Henry Ingrand17, elles complètent et nuancent les organigrammes et le fonctionnement des organisations de résistance. Elles apportent de précieux éclairages sur les institutions et leurs mutations, la mise en place de l’unification, le développement des services spécialisés, l’évolution des effectifs, les stratégies et les questions de pouvoirs, les relations avec les autres mouvements ainsi qu’avec les autorités et les missions de la France libre, elles en disent long aussi, le cas échéant, sur les querelles et rivalités des responsables. À cet égard, l’ouverture dans les années 1990 d’une partie des « archives » du BCRA déposées aux Archives Nationales18 a permis d’importantes avancées dans la compréhension des stratégies des mouvements19. Face à la manne que représente cette mine de renseignements, le risque est grand cependant de tomber dans un usage par trop « positiviste », de se laisser dicter par les archives ce que doit être l’histoire de la Résistance et son écriture. La remarque voudrait simplement rappeler une évidence ; la lecture des archives est indissociable des questionnements et des objectifs de la recherche entreprise.

10Avec quels regards, dans quelles perspectives, peut-on encore lire des documents connus de longue date des historiens de la Résistance ? Dans ce travail, il s’agit moins d’inventer des sources que de tenter de les revisiter avec d’autres grilles de lecture.

Une autre lecture possible

  • 20 Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA (1940-1944), Perrin, 2009 (...)
  • 21 Ibidem, p. 164.

11Au risque d’énoncer une évidence, le même document peut être interprété différemment en fonction des questions spécifiques de l’historien. Le cas des rapports d’activité adressés par les responsables de mouvements de résistance au BCRA est, à cet égard, particulièrement significatif. Pour les services de la France Libre20, la description que donnent Emmanuel d’Astier et Henri Frenay de leurs mouvements respectifs est avant tout lue avec les critères fonctionnels de possibilités de développement, d’opportunités d’action et d’efficacité sur le terrain. S’il convient naturellement de discerner la part de « bluff21 » inhérente à ce type d’écrits, il ne faut pas non plus négliger le prisme de la reconnaissance et de l’affirmation identitaire. Les rapports des mouvements révèlent aussi, au même titre que la presse clandestine, et au-delà des seuls aspects factuels, un discours sur soi, une vision de la Résistance. Un retour sur les conditions de production des documents internes devrait pouvoir aider à mieux cerner les fonctions, les attentes et les représentations des mouvements.

Action et discours mêlés : fonctions et conditions de production

12L’utilisation, par les mêmes personnes, de différents registres d’écriture, est révélatrice d’une dimension essentielle de la Résistance. La pensée sur le sens est indissociable de l’action de résistance, qui s’accompagne d’une appropriation réflexive par l’écriture, quels que soient le support et la forme.

Les documents internes

13Deux grands fonds complémentaires et croisés ont ainsi été dépouillés, les « archives » du Bureau Central de Renseignement et d’Action, et celles des MUR conservées par Alban Vistel, puis déposées par ce dernier aux Archives Nationales dans les années 1970.

  • 22 Archives Nationales, 3 AG2 BCRA, Liasses 377, 378, 379.
  • 23 Le BCRAM est créé en janvier 1942.

14L’ensemble des documents relatifs aux mouvements de résistance22 présents dans les archives du BCRA ne constitue pas une série homogène. À la différence des dossiers des réseaux, composés en grande partie de renseignements militaires, économiques ou autres, les dossiers des mouvements contiennent des pièces de natures variées. Rassemblées par le Bureau de renseignement, elles ont été envoyées de France par les responsables de mouvements, ou parfois, mais moins fréquemment, rédigées par des agents. Couvrant la période 1942-194423 ces dossiers sont plus ou moins lacunaires, selon tel ou tel mouvement de résistance. Ils nous permettent cependant d’avoir une idée de l’évolution, entre 1942 et 1944, des préoccupations et du rapport au temps d’une petite catégorie de résistants, celle des chefs de mouvements s’adressant à la France Libre.

  • 24 Ainsi le dossier « Combat » est très riche (64 pièces) alors que celui du mouvement « Franc-Tireur (...)

15Ce fonds se caractérise également par une certaine cohérence quant aux auteurs des textes, des récits, des historiques et des rapports d’activité. Pour l’ensemble des mouvements, quelle que soit leur importance réelle ou perçue comme telle par le BCRA24, il s’agit essentiellement de responsables exprimant à l’égard des autorités de la France Libre des attentes et des préoccupations analogues, et témoignant d’un même souci de reconnaissance.

  • 25 Ce qui, peut-être, explique cette impression de sur-représentation dans ces dossiers des questions (...)

16De fait, la plupart de ces documents sont plus spécifiquement destinés à obtenir la reconnaissance officielle et l’aide financière de Londres et du général de Gaulle25.

  • 26 Archives Nationales. Fonds Alban Vistel, 72 AJ 624, 625 et 626.
  • 27 Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud.

17Les archives des Mouvements Unis de Résistance de la région R126, organisme créé en janvier 1943, couvrent une période un peu plus courte que celle des dossiers relatifs aux mouvements conservés dans les archives du BCRA. Ces documents sont pour l’essentiel rédigés à deux échelles géographiques distinctes : celle de l’ensemble de la zone sud et plus spécifiquement de la grande région lyonnaise, pour laquelle les directives et les circulaires émanant des responsables des mouvements appartenant aux MUR27 sont diffusés à sens unique aux chefs régionaux. L’échelle du département ensuite, où les échanges se font dans les deux sens, de façon plus « horizontale », ce que reflète du reste la nature des documents : outre des directives et des consignes, on trouve également des récits d’événements locaux (attaques de maquis, opérations et faits d’armes).

18Voués à un usage interne, consignes, télégrammes, circulaires, directives, rapports d’activité et historiques de mouvements sont rédigés pour l’action et dans le présent de l’action. Ces documents organisent et encadrent l’action de résistance. Ils en constituent l’une des traces écrites les plus immédiates, traces quasi instantanées sur lesquelles le temps n’a que très peu agi. De telles sources dévoilent une part de ce qui entoure le moment de l’action résistante ; elles l’anticipent, l’accompagnent et l’analysent. Elles témoignent au plus près des préoccupations et des prises de décision à l’intérieur des mouvements de résistance, et révèlent la hiérarchie changeante des priorités.

  • 28 Précisons qu’il n’existe pas de fonds d’archives homogène entièrement consacré aux MUR : les docum (...)

19Produits à divers niveaux de responsabilité, les documents internes présentent des situations d’énonciation différentes. Les archives du BCRA, plus « institutionnelles », sont composées de courriers et de rapports rédigés par les principaux responsables des mouvements de résistance, adressés à Londres aux autorités de la France libre. Les préoccupations sont celles des chefs des grandes organisations clandestines, notamment à travers le prisme de leur relation à la France libre et à de Gaulle, en terme de reconnaissance officielle et de rapports de force. Les archives relatives aux Mouvements Unis de Résistance se situent à une tout autre échelle, à un niveau plus « bas28 » ; ces documents ne concernent que la France occupée et l’organisation interne de la Résistance. Ici, à l’échelle de la zone sud et de la région étudiée R1, les mêmes responsables de mouvements utilisent un discours très différent. Alors que les questions de pouvoir et de prérogatives au sein de la Résistance, les difficultés de l’unification et les tensions entre les chefs de mouvements sont très présentes dans les rapports et les messages envoyés à Londres, au même moment, ces questions sont absentes des circulaires internes adressées aux chefs régionaux. L’unification n’a plus à être pensée, elle doit être organisée et mise en place.

20À travers ces points de vue – celui des responsables s’adressant à la France libre, celui des responsables donnant leur directive à l’échelle d’une région (zone sud), enfin celui des chefs régionaux échangeant avec leurs délégués départementaux circulaires et informations diverses, à l’échelle plus grande du département –, se distinguent des préoccupations changeantes, selon les intentions et les objectifs des résistants.

La presse de mouvements

21Destinée aux militants ou à une opinion plus large, la presse de mouvements se place dans une tout autre perspective. Elle gomme les difficultés et les tensions, cherche à convaincre, formule une vision du monde et un imaginaire, développe parfois une idéologie. Dans la presse clandestine, le présent et l’immédiat des documents internes sont plus insaisissables, alors que se déploient de multiples formes de représentations du passé et du futur. Les fonctions de la presse de mouvements sont diverses ; à l’information et au recrutement s’ajoute une fonction identitaire de témoignage et de présence. Dans les premiers temps de la clandestinité, la feuille clandestine tente de retisser un lien social rompu par la défaite et l’Occupation. Puis elle donne à voir la Résistance, parle de la Résistance, construit une image de soi, apporte une réflexion sur l’action, ses objectifs, ses formes et ses modalités.

D’autres choses à nous dire : traitements, interprétations et sens

22Le choix des documents répond d’abord à un questionnement ; tenter de saisir, entre 1940 et 1944, une identité en construction, à travers les signes et traces d’un sentiment d’identité modelé par l’expérience de la Résistance. Une exigence conditionne l’élaboration du corpus : écarter les reconstructions de la mémoire et les souvenirs postérieurs à la guerre. Il doit être centré sur les écrits clandestins, dans le présent de l’action, au plus près de l’action.

23D’une manière générale en histoire, l’intérêt des outils d’investigation scientifique – analyse de contenu, lexicologie ou autres – n’est plus à démontrer. Quelle que soit la nature des sources disponibles, il paraît impossible de les ignorer lorsque l’on cherche à valider, infirmer ou confirmer des hypothèses. Fondé sur un questionnement précis, le recours aux diverses techniques statistiques doit pouvoir donner une vision d’ensemble des documents. Il contribue aussi à distinguer des logiques internes, des articulations ou des nuances difficilement perceptibles autrement. La démarche permet enfin de dépasser le stade des intuitions, en évitant les erreurs d’appréciation inhérentes à l’étude empirique – généralisation, extrapolation, sur-interprétation ou, à l’inverse, omission.

  • 29 Soutenue en 1978, sa thèse est publiée en 1993. La Résistance en Ille-et-Vilaine, op. cit., p. 165 (...)
  • 30 François Marcot et Jean-Philippe Massonie, « Les collaborateurs dans le Doubs » in Revue d’Histoir (...)
  • 31 Sa thèse, soutenue en 1978, est publiée en 1980 dans une version abrégée. Voir Résistants, Vichyss (...)
  • 32 Résistants, Vichyssois et autres, op. cit., p. 107. Antoine Prost formule à cet égard une remarque (...)

24Pour les années quarante, il suffit simplement d’évoquer des travaux dont les conclusions s’appuient sur diverses méthodes d’analyse, employées du reste pour étayer des problématiques parfois très différentes. Jacqueline Sainclivier réalise ainsi dans sa thèse de troisième cycle une étude sociologique des résistants d’Ille-et-Vilaine à partir d’une analyse factorielle des correspondances29. François Marcot applique la même méthode pour établir une typologie socio-professionnelle des « collaborateurs dans le Doubs30 ». Enfin, dans une autre perspective, celle de l’histoire des représentations, Pierre Laborie utilise les champs lexicaux de la presse pour affiner son étude de l’évolution de l’opinion et des comportements dans le Lot31. À ce propos, il met en garde contre « les insuffisances d’une méthode d’investigation qui ne s’appuierait que sur des commentaires de citations choisies et tirées du contexte par l’auteur32 ».

25Deux techniques, qui viennent à l’appui d’une démonstration, ont été privilégiées : les documents internes ont fait l’objet d’une analyse de contenu, la presse clandestine d’une analyse lexicale.

Analyse qualitative de contenu des documents internes

26Les documents internes, rédigés dans et pour l’action, reflètent les préoccupations immédiates et les prises de décisions des responsables nationaux et régionaux des mouvements de résistance. Composé de rapports d’activité des services, d’historiques de mouvements, de directives d’action, de circulaires internes et de correspondances, l’ensemble des 155 documents internes retenus se répartit avec un déséquilibre quantitatif entre l’année 1944, qui représente plus de 55 % de la totalité, et les autres années. L’unification, la diversification et la spécialisation des mouvements, ainsi qu’une activité plus dense, expliquent en grande partie cet écart, que permet de pondérer l’analyse factorielle des correspondances. Ces documents ne forment pas des séries homogènes ; ils ne peuvent être traités comme le seraient des mercuriales ou des recensements. La part de subjectivité est nécessairement plus grande dans l’élaboration en amont des descripteurs susceptibles d’aider à reconstituer un processus de construction identitaire.

27Trois catégories de descripteurs thématiques (70 en tout) permettent de caractériser chaque document. Ils ont été construits selon trois critères : la période, pour établir une chronologie et repérer des évolutions ; les acteurs, pour refléter la diversité du vécu, des modes d’appropriation et des niveaux de responsabilités ; les formes de représentations et les perceptions du temps afin de hiérarchiser les préoccupations et les régimes de temporalités. L’exploitation de ces données croisées par l’analyse factorielle des correspondances établit une classification des documents dans des ensembles relativement cohérents (voir ci-après le tableau de la classification ascendante hiérarchique). Elle montre d’une part une grande continuité chronologique dans l’affirmation progressive d’une identité spécifique aux mouvements de résistance, avec trois périodes distinctes (été 1941-début 1943, été 1943-début 1944, été 1944). D’autre part, elle révèle deux moments de ruptures et de fragilités dans la construction identitaire (l’instauration du travail obligatoire et la prise en charge des réfractaires au printemps 1943, les combats de juin et juillet 1944).

Fig. 1. – Chronologie de la hiérarchie des préoccupations

Analyse lexicale de la presse clandestine

  • 33 In « Les mots », art. cit., p. 264.

28Le corpus est composé d’un ensemble de 251 textes formés d’un échantillon d’articles de fond et d’éditoriaux de longueur variable : 110 pour Combat, 56 pour le Bulletin interne des mouvements unis, 41 pour La Libre Comté, 9 pour La Marseillaise, 17 pour Provence Libre et 18 pour Le Mur d’Auvergne. Il est divisé en sous-corpus selon un découpage diachronique (six périodes de la fin de 1941 à l’été 1944) et synchronique (les six journaux). Le choix d’une analyse des spécificités complète une première approche lexicale quantitative (occurrences et fréquences). Selon la définition qu’en donne Antoine Prost, « l’analyse des spécificités calcule pour chaque terme, dans chaque partie d’un corpus “partitionné”, la probabilité qu’il aurait eu d’apparaître aussi souvent, ou aussi peu souvent, si son emploi avait été également réparti dans l’ensemble du corpus. […] Le chercheur n’a plus alors qu’à analyser ces spécificités positives (sur-emplois) ou négatives (sous-emplois)33 ».

29Cette technique apporte une vision d’ensemble assez précise de l’évolution des préoccupations, de l’image de soi et de l’appropriation progressive de la Résistance (voit tableau des spécificités ci-après). Quatre périodes se distinguent ainsi nettement : les années 1941 et 1942 se caractérisent par un sous-emploi marqué de la forme « résistance », la Résistance est encore absente, ou du moins éloignée, de l’univers des mouvements. À cette absence fait suite, au premier semestre 1943, un certain effacement des « résistants » (sous-emploi de « nous », sur-emplois de catégories de populations, « ouvriers », « déportés », « réfractaires », « fils », etc.). En revanche la période de l’été 1943 à juin 1944 est marquée par une affirmation forte de la Résistance (sur-emploi). Enfin on peut interpréter la non-présence de la forme « résistance » au cours de l’été 1944, comme traduisant une forme d’adhésion ou une assimilation large de l’idée de Résistance. Partagée et reconnue, elle n’a plus besoin de s’affirmer en tant que telle ; elle a fini par s’imposer « naturellement » à tous.

Fig. 2. – Tableau des spécificités (écarts réduits, en sur-emplois ou sous-emplois)

*

30Les techniques présentées ici ne remplacent évidemment pas l’intervention interprétative de l’historien ; elles permettent de confirmer, d’infirmer, de renforcer ou de nuancer les hypothèses que l’intuition seule ne suffit pas à valider. Cette lecture différente des documents internes et de la presse clandestine révèle d’abord, chez les mouvements unis, une forte adéquation entre l’action et le discours sur l’action. On retrouve par ailleurs dans les journaux, au même moment et dans les mêmes lieux, les préoccupations et les thèmes présents dans les circulaires. Elle montre également une conscience identitaire progressive et diversifiée ; la résistance de présence et de témoignage de 1941 s’efface pour laisser place, à l’été 1944, à une identification entière des mouvements unis à la Résistance. De même, les appartenances identitaires sont multiples ; les modes d’appropriation de la Résistance varient selon les lieux, les cultures, les échelles et les niveaux de responsabilité.

  • 34 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005.
  • 35 Henri-Irénée Marrou, op. cit., p. 92-93.

31Un travail sur les conditions de production et le traitement des sources, oblige en retour à une réflexion sur l’influence que ces mêmes sources peuvent exercer sur l’écriture de l’histoire de la Résistance. L’élucidation des ressorts de cette imprégnation est d’autant plus nécessaire que l’histoire de la Résistance n’a cessé, depuis la clandestinité, d’être écrite et réécrite34. L’écriture appartient pleinement à l’identité du phénomène ; elle en modèle ainsi très tôt la dimension légendaire, qui ne renvoie ni au mensonge ni à l’affabulation. Son étude ne relève en aucune façon d’une histoire « commémorative » ou « mémorialisante », mais peut participer de la compréhension d’ensemble du phénomène, en pleine lucidité. Henri-Irénée Marrou aimait à le rappeler, « l’image qu’il convient de nous faire de l’historien est tout autre : non, il ne doit pas avoir en face des témoins du passé cette attitude renfrognée, tatillonne et hargneuse, celle du mauvais policier pour qui toute personne appelée à comparaître est a priori suspecte et tenue pour coupable jusqu’à preuve du contraire ; une telle surexcitation de l’esprit critique, loin d’être une qualité, serait pour l’historien un vice radical, le rendant pratiquement incapable de reconnaître la signification réelle, la portée, la valeur des documents qu’il étudie ; une telle attitude est aussi dangereuse en histoire que, dans la vie quotidienne, la peur d’être dupe35 ».

Notes

1 Henri Michel cité par Laurent Douzou in La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, coll. « Points », 2005, p. 172.

2 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1954, p. 58.

3 Voir à ce sujet l’article de Pierre Laborie, « Acteurs et témoins dans l’écriture de l’histoire de la Résistance » in Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010, p. 81-94.

4 Henri Michel, Quatre années dures, Paris, Grasset, 1945, p. 256-282.

5 Henri Michel, Les courants de pensée de la Résistance, Paris, PUF, 1962.

6 Henri Michel, « Une étude d’opinion », compte-rendu de : Pierre Laborie, Résistants, Vichyssois et autres, l’évolution de l’opinion et des comportements dans le Lot de 1939 à 1944 in Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, juillet 1981, p. 97. Le Franc-Tireur.

7 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, coll. « Points », 1954, p. 50 : « En un mot, il ne construit pas l’histoire, il la retrouve. »

8 Défense de la France.

9 Le Franc-tireur.

10 Témoignage chrétien.

11 Tracts et journaux francs-comtois.

12 Libération-Sud.

13 Défense de la France.

14 François Marcot, « Les mots des résistants. Essai lexicographique » in 19-20. Bulletin du Centre d’histoire contemporaine, Besançon, université de Franche-Comté, no 3, 1999, pp. 79-105.

15 Jacques Baumel, Résister. Histoire secrète des années d’occupation, Albin Michel, 1999.

16 Alban Vistel, La nuit sans ombre, Fayard, 1970.

17 Henry Ingrand, Libération de l’Auvergne, Hachette, 1974.

18 Sous la cote 3 AG 2 BCRA. Voir la contribution dans cet ouvrage de Sébastien Albertelli, « Les archives du BCRA et l’écriture de l’histoire de la Résistance ».

19 Voir Laurent Douzou et Dominique Veillon, « Comment les mouvements de la Résistance non communiste ont-ils intégré la lutte armée dans leurs stratégies ? » in François Marcot (dir.), La Résistance et les Français. Lutte armée et maquis, Les Belles Lettres, 1996, p. 90.

20 Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA (1940-1944), Perrin, 2009, p. 191-195.

21 Ibidem, p. 164.

22 Archives Nationales, 3 AG2 BCRA, Liasses 377, 378, 379.

23 Le BCRAM est créé en janvier 1942.

24 Ainsi le dossier « Combat » est très riche (64 pièces) alors que celui du mouvement « Franc-Tireur » ne possède qu’un nombre réduit de documents (21). Cette différence révèle-t-elle l’importance respective accordée par le BCRA aux divers mouvements de résistance, reflète-t-elle leur dynamisme et leur activité, ou plus simplement s’explique-t-elle par les lacunes propres à la clandestinité ?

25 Ce qui, peut-être, explique cette impression de sur-représentation dans ces dossiers des questions liées à la place et au rôle des mouvements dans la Résistance dans son ensemble.

26 Archives Nationales. Fonds Alban Vistel, 72 AJ 624, 625 et 626.

27 Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud.

28 Précisons qu’il n’existe pas de fonds d’archives homogène entièrement consacré aux MUR : les documents sont dispersés.

29 Soutenue en 1978, sa thèse est publiée en 1993. La Résistance en Ille-et-Vilaine, op. cit., p. 165-181, 1993.

30 François Marcot et Jean-Philippe Massonie, « Les collaborateurs dans le Doubs » in Revue d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, no 115, juillet 1979, p. 27-54.

31 Sa thèse, soutenue en 1978, est publiée en 1980 dans une version abrégée. Voir Résistants, Vichyssois et autres, op. cit., p. 108. « […] nous voulons enrichir l’analyse consacrée aux aspects de la lutte contre le communisme par les compléments d’information que peuvent apporter des techniques moins fondées sur l’intuition. […] l’utilisation d’une méthode plus rigoureuse devient alors une contribution nécessaire à la vérification des hypothèses avancées. »

32 Résistants, Vichyssois et autres, op. cit., p. 107. Antoine Prost formule à cet égard une remarque similaire : « Dans son usage habituel – et je n’envisage même pas le cas de citations sollicitées – la citation illustre l’analyse et elle en établit la possibilité, voire la vraisemblance ; non la vérité. […] Il n’empêche : la multiplication de citations qui ont valeur illustrative ne constitue jamais une preuve irréfutable. » Cf. « Les mots » in Pour une histoire politique, op. cit., p. 258-259 (1988).

33 In « Les mots », art. cit., p. 264.

34 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005.

35 Henri-Irénée Marrou, op. cit., p. 92-93.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Chronologie de la hiérarchie des préoccupations
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 2. – Tableau des spécificités (écarts réduits, en sur-emplois ou sous-emplois)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540